Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜sam { what i need to tell you
maybe life should be about more than just surviving


Admin
avatar
23/05/2015 avengedinchains charlie/baelfire/astrid/elias/meeka 1539 Andrew Lincoln ava by HOODWINK ; sign by beylin Chef de secteur devenu chef de la garde après le crash. 20
Admin


Sujet: sam { what i need to tell you
Dim 27 Aoû - 19:58

» What i need to tell you
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Le coup à la tête, le sang qui coule de l’arcade, la grimace sur tes traits et la fatigue de ton corps. Tu ne sais pas vraiment où donner de la tête, et tu ne sais pas non plus où donner de la tête. Richard, t’es sur Terre, enfin, et ça change tout. Les jours passent à une vitesse lente et rapide à la fois. Les maux de tête ne te quitte pas et pourtant, tu fais de ton mieux pour que les choses se passent bien. Tu n’y arrives pas vraiment, mais tu fais ce que tu peux pour que ce ne soit pas une catastrophe. Tu ne trouves pas ton fils. Et ton état de santé se dégrade à cette idée. Tu ne te sens pas bien et tu es juste en train de péter un câble. Est-ce qu’on peut vraiment te le reprocher, dans ce cas-là ? Tu cherches ton fils et tu dors mal ou pas. Tu cherches et tu as l’impression d’être un parfait crétin. Les gens autour de toi pleurent leurs pertes, se permettent de laisser entendre qu’ils ne sont plus là et ne se font plus avoir à outrance sans raison. Toi, t’es juste un parfait crétin qui est incapable de faire ce qu’il faut ou de dire ce qu’il faut. C’est là, dans un coin de ton esprit mais ça refuse de pointer le bout de son nez. Tu en souffres, tu en souffres beaucoup trop. Mais tu ne parviens pas à déterminer comment faire en sorte que ça s’arrange. C’est que ça ne s’arrange pas.

Les heures passent et tu ne te fais plus vraiment d’illusion. Tu n’as pas envie de réfléchir mais tu te retrouves face à une situation déstabilisante. Tu cherches une solution, tu cherches à faire en sorte que ça s’arrange mais tu n’y arrives pas vraiment. Parce que tu es perdu et que la réalité de la chose continue de te prendre la tête et de te déstabiliser. Tu ne veux pas assumer, ni faire face à cette catastrophe. Mais tu n’as pas vraiment le choix parce que tu te retrouves face à une situation qui te perturbe plus que nécessaire. T’es perdu, oui, mais tu ne veux pas avouer pour autant. Tout est bien trop douloureux pour que tu y parviennes. James est la seule personne qui te reste, ta seule famille. Autumn est là, quelque part, mais ce n’est pas d’elle qu’il est question et ce n’est pas pareil. Ta femme t’a demandé de protéger James et il est là, quelque part. Tu as envie d’y croire. Mais ce n’est pas vraiment le cas. Et c’est sans doute ce qu’il y a de pire dans tout ça.

C’est le matin, trois jours après l’accident. Trois jours après que les choses aient commencé à mal se passer. Trois jours après le crash. Trois jours pendant lesquels tu as cherché sans t’arrêter un seul instant. Mais tu ne l’as pas trouvé. Et tu as beau tenté de réfléchir, tu ne parviens pas à le faire. Tu as beau dire ce que tu veux, ça ne te réussit pas vraiment, c’est vrai. Tu fais de ton mieux mais en réalité, tu en es incapable. Tu perds cet espoir, cette illusion que tout va bien et qu’il n’est pas bien loin de toi, qu’il sera là pour toi, encore et encore. Mais ce n’est malheureusement pas aussi simple que ça. Tu as beau dire que tout va bien aux gens, ils voient bien que ce n’est pas le cas. Fermé, à l’écart, seul. Et tu passes ton temps à tourner en rond, à chercher une solution, à chercher ce que tu pourrais bien faire pour que certaines choses s’arrangent. Sauf que, malgré tout, ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Tu veux que ça se passe bien mais ça ne marche pas forcément comme ça. Tu veux qu’on voit que tu vas bien mais si les gens ne sont pas stupides, ils voient bien que ton fils n’est pas dans ton sillage. Et à cause de ça, tu ne peux plus rien faire. Tu ne peux absolument rien faire pour revenir en arrière.

Ton corps est douloureux, tes pensées se mélangent sans que tu ne sois en mesure de faire le point. Tu ne parviens pas à réfléchir mais tu essaies, c’est le plus important, non ? Ton corps manque un battement lorsque ton regard se pose sur Sam, un peu plus loin. Tu le regardes et tu le revois, quelques semaines ou mois auparavant, quand il traînait avec ton fils. Quand tout allait bien, quand ton fils était heureux, que ta femme était à tes côtés. Pourquoi faut-il que cette époque paraisse si lointaine ? Cette époque où tu étais un père heureux, où tout te semblait plus facile. Maintenant, tout a changé et il te faut serrer les dents pour que ça s’arrange. Tes pas glissent dans sa direction alors que tes poings sont serrés et que tu persistes à te demander si c’est une bonne idée. A mesure où tes pas te rapprochent de lui, tu sens le rythme de ton coeur s’accélérer et la détresse se glissait sur tes traits. Ton regard tombe, tes jambes se font fragiles. Et tu affiches une mine horrible. Mais tu es incapable d’aller contre ça, incapable de faire autrement. Et quand tu arrives à sa hauteur, tu ne sais même pas quoi lui dire. T’es minable Richard mais tu réalises, doucement. Et ça ne fera que s’aggraver, tu le sais…


notes » w/ Sam, quelques jours après le crash

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: sam { what i need to tell you
Mar 26 Sep - 16:44


- what i need to tell you -

Le soleil lui brûle la peau, le froid lui tenaille les lèvres. Cela fait déjà une journée qu'il est sorti, sortie de son enfermement. La carcasse du vaisseau est encore là, gigantesque, dominante et écrasante. Elle leur rappelle à tous pourquoi ils sont là, les êtres chers qu'ils ont perdu et les jours sombres qu'il reste à venir. Sam a retrouvé un peu de chaleur auprès de Cassie et de son père. Lui qui ne voulait plus vivre, ne plus sentir cette douleur qui l'avait envahi est maintenant près à faire face à cette nouvelle vie qui lui tend les bras. Pourtant, il reste encore fragile psychologiquement et un rien pourrait le faire tomber. Mais il sait que la jeune fille aux cheveux bouclés sera là pour le retaper si cela arrive. Il a cette peur qui le ronge en continue, cette peur de sombrer à nouveau et de redevenir cette personne qu'il cherche absolument à fuir. Alors que le soleil se lève pour laisser le campement vivre de nouveau, Sam reste à l'écart, ne sachant ni quoi faire ni quoi dire pour se rendre utile. Il n'est pas un costaud, ne sait pas cuisiner, ne sait rien faire de ses deux mains. A vrai dire, il a toujours cette impression qu'il ne sert à rien. Il soupire, traîne des pieds, les mains dans les poches. Incompétent, complètement paumé au milieu de cette cacophonie qu'il ne supporte plus, le gamin s'assoie sur une souche d'arbre qui se trouve là, comme-si elle l'avait attendu.

Des images lui reviennent, parfois. Sa vision est floue, tout bouge autour de lui, le monde devient indescriptible et terrifiant. Il entend les cris des enfants, des gens qui sont autour de lui. Il peut sentir l’odeur de la fumée, l’odeur du métal qui chauffe et de cette lourdeur qui la put ressentir dans tout son corps. Ces images refont surface durant ces cauchemars les plus terribles, durant ces rêves les plus doux. Il est hanté par cet instant fatidique qui lui a fait perdre bon nombre d’amis et d’être aimé. Beaucoup sont encore là, beaucoup pleur la mort de leur proche. Sam en fait partie même s’il essaye de faire en sorte que tout aille pour le mieux, qu’il paraisse avoir enfin fait face à cette horreur. Mais comme bon nombre d’entre eux, il se voile la face et reste bloqué dans le passé, à se souvenir de ces visages heureux et bienveillant.

Un homme s'approche, squelettique, presque aussi perdu que Sam. Le gamin ne l'entend pas arriver, ne le voit même pas se rapprocher. Il est dans ses pensées et n'a qu'une hâte, que la journée se finisse enfin, que le temps passe et les blessures se referment. Pourtant, cet homme il le connait, il l'apprécie et appréciait son fils. Ce fils, ce meilleur ami qu'il a vu mourir sous ses yeux, moments que son esprit a préféré cacher. La mort de sa mère fut un choc, celle de son ami encore plus. Le cerveau est un organe complexe et les murs que Sam s'est créé vont maintenant être détruit laissant place aux souvenirs, aux larmes et au crie de l'âme qui va retentir dans tout son être. Le garçon finit par se lever les yeux au ciel. Il aperçoit Richard qui s'approche, le regard vide, l'âme marquée par les événements. Des images, des bribes de souvenirs refont surfaces tel des flashs. Alors qu'il n'est plus qu'à quelques pas, Sam se lève pour le rejoindre. Ils sont maintenant face à face, comme deux étrangers qui partagent la même douleur.

- Bonjour, Richard.


by exception

Admin
avatar
23/05/2015 avengedinchains charlie/baelfire/astrid/elias/meeka 1539 Andrew Lincoln ava by HOODWINK ; sign by beylin Chef de secteur devenu chef de la garde après le crash. 20
Admin


Sujet: Re: sam { what i need to tell you
Mar 14 Nov - 15:29

» What i need to tell you
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Il n’est pas évident de prendre conscience de la perte d’un être cher. Tu le sais, la preuve en est que tu as beau avoir perdu ton fils depuis plusieurs jours, tu ne parviens pas à comprendre que tu ne le reverras sans doute jamais. Pourtant, n’est-il pas facile de comprendre ta douleur ou ta peine ? N’est-il pas évident que ce n’est pas facile pour un père de réaliser la perte d’un fils ? Un homme ne doit pas enterrer son enfant, alors oui, de son côté, ça n’a strictement rien de facile. Il fait les choses dans l’autre sens, il serre les dents et il fait de son mieux pour que les choses se passent au mieux. Mais on n’en est pas là, bien sûr, et ça, il ne le sait que trop bien. Pour l’heure, Richard, ta plus grande difficulté, c’est de prendre conscience du fait que ton fils n’est plus là et qu’il ne reviendra plus. C’est, bien sûr, facile à dire, mais c’est bien de ça qu’il est question. Tu ne sais pas où donner de la tête parce que son corps, tu ne l’as pas vu, et tant que tu ne l’auras pas vu, il te sera comme impossible de tirer un trait sur lui. Tu n’as aucune certitude, aucune preuve, aucun témoignage. James a disparu de ton champ de vision et tu dois te contenter de ça, de l’illusion qu’il n’est plus là ? Non, ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Pas du tout, même. Tu ne veux pas prendre conscience de la réalité et de ce qui est là, juste sous ton nez, mais que tu le veuilles ou non, c’est là, non loin. Et ce n’est absolument pas facile à supporter.

Ton regard se pose sur Sam, un ami de ton fils et ton regard se voile, une nouvelle fois. Il sait peut-être où est ton fils ? Pourtant, la question te reste en travers de la gorge alors que tu te tiens juste devant lui, alors que tu es incapable de trouver la bonne formulation à employer. Tu ne veux pas secouer les choses, ni remuer ce qui n’a pas besoin de l’être. Tu tiens sur un fil, un fil fin, trop fin. Une situation bancale contre laquelle tu n’arrives même pas à penser, contre laquelle tu ne parviens pas à aller. Tes lèvres ne bougent pas, ta mâchoire se serre, au contraire, et ton regard se baisse. Tu restes là de longues minutes, à attendre tu ne saurais pas dire quoi. Qu’il parle en premier ? Qu’il prenne la décision de la révélation ? Tu ne sais pas. A vrai dire, dans l’instant présent, tu ne sais pas grand chose c’est ton principal problème. Tu ne sais pas quoi dire et dans tous les cas, tu as surtout peur de faire une erreur. Mais les choses sont comme elles sont et il n’y a rien de plus à en dire.

Enfin bref.

Il faut que tu prennes ton courage à deux mains et que tu lui parles. Tu n’as parlé à personne ou presque personne. Tu n’as pas osé ouvrir la bouche, tu n’as pas non plus le courage de prendre la décision de faire les choses. Certains points sont compliqués. Tu dois prendre ton courage à deux mains, Richard, c’est tout ce que tu sais. Tu dois trouver la force, le courage. Tu dois avoir les épaules pour poser la question. Mais non, ce n’est absolument pas simple. Pas simple du tout. Tu inspires un grand coup, tu attends encore plusieurs secondes et tu te lances. Tu n’as pas le choix. ” Sam… Est-ce que tu as vu James depuis le crash.. ?”. Ta voix s’éteint sur la fin de ta phrase, alors que tu as désormais peur de la réponse. Tu espères surtout qu’il n’a rien vu, tu espères qu’il ne sait pas… ” Tu sais… Où il est ?”. Tu ne veux pas savoir…


notes » w/ Sam, quelques jours après le crash

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: sam { what i need to tell you
Lun 27 Nov - 20:48


- what i need to tell you -

Voilà trois jours qu'il n'avait pas vu le moindre petit rayon de lumière. La perte de sa mère avait été tel que rien n'aurait pu le faire sortir de la bête si ce n'est Cassandre. Elle était arrivée dans l'obscurité comme un espoir, l'espoir des jours meilleurs. Sa présence avait eu l'effet d'un électrochoc chez le jeune odysséen qui avait accepté son aide, pris la main qu'elle lui tendait pour se pencher sur son avenir. Il savait les prochains mois difficile, savait à quel point elle allait lui manquer. Il n'aurait pas dû lui dire ce qui lui avait dit avant qu'ils ne tombent. Il aurait juste pu lui dire “je t'aime” mais ne l'a pas fait, ne le fera jamais.

L'esprit encore embué par la situation, il ne fait pas attention au mouvement de foule qui l'entoure. Sam ne fait qu'avancer vers on ne sait où. Il marche, c'est tout ce qu'il peut faire pour le moment. Puis voilà un homme dont il connaît que trop bien les traits. Richard se détache du groupe pour se rapprocher de plus en plus du gamin paumé au milieu de cette foule trop pleine de vie. Il ne sait pas pourquoi, ne sait pas ce que cet homme attend de lui. Quelques souvenirs reviennent, des souvenirs douloureux pour la plupart. Puis la question tombe. Le monde autour de Sam s'écroule une nouvelle fois. Il tente de se remémorer la dernière fois qu'il a vu James. James… . Il revoit son visage, la peur qui y était dessinée. Il était avec toi, tout proche. Il était là. Sa tête...les décombres. Il n'est sûr de rien, les événements sont encore trop récents pour qu'il soit sûr de quelque chose.

- Je...je sais pas, je sais plus. Il était là...puis...on avait peur, il faisait froid...et noir.

Sam se fait hésitant dans sa réponse, il essaye de se souvenir, force son esprit à se remémorer cet instant atroce dans lequel il s'est embarqué sans savoir à quoi réellement s'attendre. Il ne voit que le corps sans vie de sa mère entre ses bras frêles. Il voit le visage de James encore en vie avant que le vaisseau ne s'écrase et cause la mort durant sa chute.

- Je...je sais juste qu'il était avec moi. Il… il avait peur.

Le gamin a peur, peur de ce qu'il pourrait se remémorer, peur de voir un nouveau nom s'ajouter à la liste des disparus. Il voit dans le regard de Richard cette frayeur qui était dans ceux de James. Il voit en lui tout ce qu'il pouvait voir en son ami lors de la descente aux enfers. Était-il encore en vie? Son cœur lui disait que oui mais son esprit avait déjà conscience que ce n'était pas le cas et que bientôt ses souvenirs confirmeraient son ressenti.

by exception

Admin
avatar
23/05/2015 avengedinchains charlie/baelfire/astrid/elias/meeka 1539 Andrew Lincoln ava by HOODWINK ; sign by beylin Chef de secteur devenu chef de la garde après le crash. 20
Admin


Sujet: Re: sam { what i need to tell you
Mar 28 Nov - 19:53

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

What I need to tell you

Richard n’a pas toujours été un bon père et il n’a jamais pris le parti d’en être un. Il sait parfaitement que chacun est libre de faire des erreurs et d’apprendre en partant de ça. Certaines choses ne sont pas faciles et il faut juste apprendr eà aller en avant, juste apprendre à faire en sorte que les choses ne se passent pas trop mal au fil des expériences. Après oui, bien sûr que certaines choses ne se passent pas toujours comme on le voudrait. Pourtant, s’il devait se décrire d’une manière ou d’une autre, le chef de secteur se permettrait de dire qu’il a toujour fait de son mieux et que c’est probablement la seule chose qui ait un jour eu de l’importance. Ce n’est peut-être pas le cas de tout le monde mais il ne voit pas à quel moment les choses pourraient être différentes. Au contraire, même. Il a toujours fait son maximum, disons. Mais ça n’a pas toujours été aussi simple. Le plus important dans tout ça, c’est que l’homme a toujours fait de son mieux pour être là pour James, malgré les complications et les moments où il se retrouvait contraint de bosser la nuit ou jusqu’à pas d’heure, sans voir sa famille deux jours de suite. Il n’a jamais été se plaindre et il n’a jamais cherché à se faire entendre d’une quelconque façon non plus. Tout lui a toujours paru plus simple comme il le pouvait. Mais ce n’est pas comme ça que ça marche et il ne peut pas y faire grand chose. Aujourd’hui, tout change. Mais tout a commencé à changer quand Catherine a perdu la vie, expulsé à cause d’un ordre, d’un vol pour leur fils malade. Il n’a rien pu faire et aujourd’hui, il persiste à se sentir comme un parfait crétin. Il ne le vit absolument pas bien. Il a l’impression d’avoir manqué quelque chose, comme l’impression qu’il aurait pu améliorer quelque chose, mais il n’en a pas été capable. Il se sent con, voilà tout. Mais il aurait apprécié de trouver une solution pour garder sa femme à ses côtés et son petit cocon. Parce que c’est aussi de ça qu’il aurait été question. Un besoin, tout simplement.

Et aujourd’hui, tout change, explose dans un contexte qu’il n’aurait jamais pu imaginer. Il tombe de haut, face à la réalité et n’assume pas les évidences qui s’affichent. Parce que c’est de ça qu’il est question n’est-ce pas ? Le crash, la disparition de son fils et ses faibles espoirs de le retrouver. Il n’y croit pas et sans doute n’y croit-il plus depuis le premier jour. Il aimerait croire que quelque chose peut arriver, mais il sait que ça pourrait malgré tout ne pas arriver. C’est une affaire compliquée. Et le réalisme de la scène n’est pas facile. Il souffre, souffle et grimace. Il ne sait pas quoi faire, il ne sait pas comment faire en sorte que ça s’arrange. Il n’y a pas de mode d’emploi à cette histoire et sans doute n’y en aura-t-il jamais. Il a peur de souffrir mais il est persuadé qu’il sera en mesure de trouver une famille ou quelque chose. Il espère trouver une réponse à tout ce qui pourrait lui tomber dessus mais il sait que ce n’est pas vraiment comme ça que ça marche. Il sait qu’il ne risque pas de trouver une solution miracle à tout ça parce qu’il n’y en a pas. Il n’y a que la souffrance de la vie, il n’y a que la douleur à l’estomac et la souffrance de la perte. La perte, la pire chose qui soit et qui existe. Les solutions n’existent pas et elles ne risquent pas d’exister. Jamais. Richard a peur de demain ou de ce qu’il pourrait apprendre dans l’heure. Il a peur de demain et de bien des choses et il n’a vraiment pas envie d’y réfléchir. Tout ça, c’est violent et ça arrache le coeur.

La souffrance du coeur, la grimace des traits et il est incapable de savoir ce qu’il pourrait faire. Face à ce gamin qui connaît son fils, il ne sait guère quoi dire. Il ne trouve pas les mots et il se trouve minable. Il ne supporte pas d’être coincé dans un brouillard évident. Le fait de ne pas trouver les réponses à tout ça est difficile, mais ce qui l’est beaucoup plus, c’est de prendre conscience qu’il va falloir les trouver, malgré tout ce qu’il pourrait dire. Et il ne le supporte qu’à moitié. Il a beaucoup de mal avec tout ça. Mais qu’est-ce qu’il pourrait en dire hein ? Rien, évidemment. Je...je sais pas, je sais plus. Il était là...puis...on avait peur, il faisait froid...et noir.. Lorsqu’il trouve enfin le courage de poser la question, c’est Sam qui se montre flou et incapable de lui répondre. Ses doutes enflent, et il ne sait plus quoi dire. Richard s’en rend compte, il perd ses mots, il semble perdre ses moyens aussi et il en oublie qu’il n’est qu’un enfant dans un monde qui ne lui facilite pas la vie. Il ne sait pas quoi lui dire mais il va empirer les choses. Il ne peut pas rester dans le doute, il ne peut pas se contenter de rester dans le flou parce que là, maintenant, ses options sont limitées mais il a besoin d’avoir une réponse. Il a besoin de savoir et il ne peut pas se contenter de tous ces facteurs inconnus. Il a mal, en réalité, et cette souffrance ne risque pas de changer s’il ne sait pas ce qui a pu arriver à son enfant. Sa chair, son sang. James a disparu et si la réponse à ses questions émergent doucement dans son esprit, il sait cependant que les choses ne se passent pas forcément de la même manière. Je...je sais juste qu'il était avec moi. Il… il avait peur..

Richard passe une main sur son visage, grimaçant et sentant sa mâchoire se crisper. Il refuse de pleurer là, comme ça. Une fierté un peu mal placée sans doute mais il n’a jamais pleuré devant les gens ou en tout cas, il ne le fait pas depuis pas mal d’années. Mais ça ne veut pas dire que c’est supportable parce que ça ne l’est absolument pas. Il a mal au coeur, à l’âme, il souffre. Ils étaient ensemble et après ? Qu’est-ce qu’il s’est passé ? S’ils étaient ensemble, il a forcément vu, n’est-ce pas ? Il sait forcément ce qui a pu se passer. Pourquoi est-ce qu’il n’en parle pas ? Il ne fait pas attention à la détresse du jeune, obnubilé par la sienne et par la douleur qu’il ressent. Il ne s’attarde pas sur les dommages qu’il peut provoquer avec son insistance. ” Essaie de te souvenir Sam, s’il te plaît”. Sa voix est suppliante, il ne tient plus, il a les larmes aux yeux et il ne sait pas comment le gérer. Il a mal, Richard, et il ne sait pas comment contrôler la douleur qui lui arrache le coeur. Il se laisse tomber, ne fait pas vraiment attention à où il s’asseoir et à sa tenue qui sera sali. Il veut juste savoir et tourne son regard implorant vers le gamin. Survivra-t-il si le gosse ne se souvient pas ? Sans doute, mais avec le doute sur la vie de son fils, et il ne pourra rien faire contre ça… " Il faut que je sache si je dois le chercher... "

notes » w/ Sam, quelques jours après le crash

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: sam { what i need to tell you
Lun 4 Déc - 22:20


- what i need to tell you -

Sam le sait, il le sent. James n'est plus. Au fond de lui il en a la certitude mais son esprit fait barrage, comme si un nom de plus parmi les morts ferait tomber le jeune adolescent dans une spirale sans fin de tourment et de noirceur. Le corps humain est une machine bien étrange mais pourtant si bien construite. Physiquement, ce ne sont que des douleurs qui disparaîtront, même si les cicatrices leur rappelleront cet instant tragique. De ces marques du passé dessinées sur leur corps, ils se souviendront des morts, des cris, de la peur et des pleurs qui s'échappaient autour d'eux. La vie s'envolait tandis qu'une nouvelle ère naissait parmi les vivants.

Il lève les yeux vers Richard, complètement désemparé face au désarrois d'un père qui est dans l'incertitude la plus totale. Il voit dans son regard toute la détresse d'un homme, ce même regard qu'avait dû avoir son père en ne sachant pas si lui-même était vivant. C'est comme un miroir qui se met en place dans son esprit, il voit au travers de son expérience celle qu'est en train de vivre son interlocuteur. Sauf que la fin ne sera en aucun cas aussi joyeuse qu'elle a pu être pour lui.

Richard insiste encore. Il veut que Sam se souvienne, il veut savoir et c'est légitime. Le gamin sent les battements de son coeur s'accélérer alors que les images défiles dans sa tête. Il voit James, pas très loin de lui, la peur sur le visage des passagers et du sien. Les lumières qui clignotent, les parois qui tremblent, la chaleur, la peur, les pleurs et le noir. Ses yeux s'ouvrent au milieu des débris. Le gamin est couvert de poussière, les vêtements déchirés, le corps en piteux état. C'est qu'il la voit, du sang en guise d'auréole. Puis il y a ce visage de l'autre côté, le regard clos. C'est lui, c'est James. La réponse sera sans appel. Les mots sortent mais c'est comme si rien n'était prononcé. Il ne veut pas avoir affaire aux larmes de Richard. Le regard dans le vide, la tristesse qui l'envahit à nouveau, Sam reste sur place tel un pantin de bois.

- Il est mort.

by exception

Admin
avatar
23/05/2015 avengedinchains charlie/baelfire/astrid/elias/meeka 1539 Andrew Lincoln ava by HOODWINK ; sign by beylin Chef de secteur devenu chef de la garde après le crash. 20
Admin


Sujet: Re: sam { what i need to tell you
Mer 10 Jan - 16:20

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

What I need to tell you

La douleur de l’homme, la douleur du coeur qu’il n’est pas facile de supporter. Richard ne sait plus sur quel pied danser et il ne supporte pas ce qui se passe autour de lui. Ce monde n’est pas pour lui et il n’a jamais demandé à venir sur Terre. Il en a rêvé, longtemps. Mais c’était un rêve qu’il partageait avec les siens, avec sa famille. Sa femme. Son fils. James en rêvait et la Terre a fini par pointer le bout de son nez. Non, les choses n’était pas facilement supportables, là-haut. Mais il faisait avec et facile ou non, il était possible de comprendre certains aspects. Là, ici, le vent, l’air, la pluie, il n’y comprend rien et Richard n’est pas non plus certain de vouloir y parvenir. Dans le fond, il a le temps pour faire le point sur tout ça, il a le temps pour analyser cet endroit et comprendre si c’est bien ou pas. La réalité c’est que le sujet ici présent est beaucoup plus intense et incompréhensible. Il ne saisit pas tout et il n’a pas particulièrement envie de saisir. Il a mal au coeur, à l’âme. Il réalise que sa vie vole en éclat et que la dernière parcelle de joie pourrait le quitter pour toujours. Est-ce qu’un homme peut surmonter la mort de son fils ? Il ne le sait pas et ce songe voile son regard avant de disparaître, l’instant suivant. Il ne veut pas y penser et il trouve ça plus facile comme ça. Il ne sait pas vraiment où donner de la tête mais il n’a pas non plus envie de réfléchir parce que ça lui paraît plus simple comme ça. d’une certaine manière, du moins. Richard ne veut pas savoir ce qui se passe, et il ne veut pas non plus comprendre en quoi cette situation peut si mal se passer. Son regard posé sur le gosse devant lui est difficile. Il ne parvient pas vraiment à le regarder en réalité. Et il finit par détourner son regard, encore une fois. Il a mal au coeur, parce qu’il réalise doucement ce qui est en train de lui arriver. Et c’est difficile à supporter. Il passe une main sur son visage, ses yeux sont rougis mais il fait de son mieux pour ne pas pleurer. Une fierté mal placée, sans doute. C’est compliqué.

Sam agit comme s’il ne se souvenait pas des choses et oui, il insiste parce qu’il n’a pas vraiment le choix, parce qu’il a peur, parce qu’il veut une justification et une compréhension. Il veut comprendre ce qui se passe, et que ce soit facile ou pas, il fait ce qu’il peut. Il insiste parce qu’il a besoin d’entendre les mots dans la bouche de quelqu’un qui a la confirmation de ce qui peut bien se passer. Il veut l’entendre parce qu’il est incapable de comprendre ou même de dire les choses à voix haute. Il en est incapable mais il a envie de croire que ça ira, il a vraiment envie de le croire. Mais ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Et c’est horrible. Tellement horrible… Il ne sait pas quoi dire. Il attend, il attend que quelque chose se passe. Et il ne sait pas ce qu’il pourrait dire ni où il pourrait donner de la tête. Il a peur, et c’est sans doute pour ça que ses pensées partent dans tous les sens. Il ne réussit même pas à parler.

Il est mort.. Pourtant, lorsque la sentence finit par tomber, il ne sait pas quoi dire, ni quoi faire. Il ne sait pas quoi faire de ses mains, il baisse le regard, il s’attarde sur le reste et n’y prête pas attention. Ou en tout cas, il fait de son mieux pour garder contenance. Il se met à regarder au loin, il se met à essayer de ne pas penser à tout ça et pourtant, il imagine encore qu’au détour d’un arbre, son fils finira par pointer le bout de son nez. Alors qu’il sait que ce n’est pas le cas. Il sait que cette douloureuse situation est telle qu’elle et qu’il n’y a rien de plus à en dire. James est mort et il va devoir vivre avec ça. Perdre son fils est la pire des épreuves. Mais il va devoir faire avec parce qu’il n’a pas le choix. Parce que cette douleur au creux du bide, celle qui s’intensifie face au poids de la réalité, elle ne va pas disparaître. Il retient la question pour confirmer, il sert les dents et se retient de lui demander s’il est certain de ce qu’il a vu. A quoi bon ? Ne serait-ce pas plus douloureux, justement ? ” Tu étais avec lui ? Est-ce que… Est-ce qu’il a souffert … ?”. Les questions sont maladroites et se succèdent dans sa tête. La douleur prend tout le terrain et il fait tout ce qu’il peut pour tenir le coup. Mais il réalise que les choses ne sont pas évidentes. Et la douleur qui lui traverse le corps ne peut pas le vaincre, d’une certaine manière, du moins.

Pourtant, il réalise qu’il fait souffrir ce garçon, sans le vouloir, en essayant de lui rappeler une période dont il n’a pas envie de se souvenir. S’il peut le comprendre, arrêter est pourtant compliqué pour lui et il ne sait pas vraiment ce qu’il pourrait bien faire. ” Je suis désolé…”. Il ne sait même pas pourquoi il s’excuse. Dans le fond, il est juste totalement perdu au milieu de tout ça, et il ne sait pas quoi dire. Il est paumé, pour tout dire. Parce que la douleur brouille sa vue. Les larmes commencent à couler et il s’accroupit, comme si ses jambes n’étaient plus en mesure de porter son poids, comme si c’était trop dur pour lui, il ne sait pas. Mais il a mal, au coeur, à l’âme, il ne sait plus comment il doit se comporter. Quels sont les mots qu’il doit utiliser, pour réconforter le jeune ou même pour aller mieux, lui-même. Il ne sait pas et dans le fond, il n’est même pas certains que des mots existent pour ce genre de situation. Et cette douleur ne le quittera sans doute jamais, quoi qu’il en dise. Quoi qu’il puisse bien admettre. Il s’effondre alors qu’autour de lui, tout s’est déjà effondré…

notes » w/ Sam, quelques jours après le crash

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: sam { what i need to tell you
Lun 5 Fév - 20:26


- what i need to tell you -

Sam était au bord du gouffre. Cassandre l'avait sauvé du désespoir que la vie lui avait donné, elle avait été cette lueur ton il a eu besoin pour continuer à avancer. Mais lui, Richard, il était comme une ombre menaçante, prête à imploser à tout moment. Alors instinctivement le garçon se recroqueville sur lui-même son esprit effaçant ce qu'il avait pu voir. Il ne fallait pas qu'il se rappel, pas maintenant. Dans les semaines qui auraient suivi sa sortie, la prise de conscience de la disparition de son ami ne l'aurait pas autant affecté qu'à l'instant T. Cependant, l'homme insiste, le gamin sent son emprise se resserrer autour de ses bras bien frêle. Il balbutie, ne sais pas quoi dire, n'arrive pas à ce souvenir. Puis les mots s'alignent et sa conscience s'éveille. Il était mort et une partie de Sam s'était éteinte avec lui.

Tout est dit. Seulement trois mots et pourtant énormément de sens, de confusion, de sentiments.

Il est mort, il est mort, il est mort…


Les mots se remettent en boucle dans sa tête et son regard vide voit apparaître des gouttes de tristesses. L'homme face à lui reste inerte, ne réagit pas, ne dit rien. Les larmes commencent à rouler sur les joues de Sam qui sent la pression de Richard se détacher.

- Tu étais avec lui ? Est-ce que… Est-ce qu’il a souffert … ?

Sam essaye de contrôler ses pleurs, il veut s'exprimer du mieux qu'il le peut mais ses sentiments sont si forts, si intenses. Les souvenirs arrivent tel des flash et se dissipent quelques secondes après. Il voit son visage sans arrêt, celui de sa mère aussi. Le gamin inspire. Il a le droit à des réponses, il aimerait qu'il sache…

- Face à moi…je...je sais pas. Je pense pas

Il ne voit que le visage de sa mère. Il ressent de nouveau la panique, la peur, la frayeur et la tristesse. Il sait ce qu'est en train de vivre Richard, il sait ce que ça fait. Mais lui ne l'a pas vécu, ne le vivra sûrement jamais. Il n'a pas vu ces corps sans vie, le sang. N'a pas senti le froid glacial qui lui frôlait l'échine, la faim et cette envie de disparaître à tout jamais. Et pourtant ils sont pareils maintenant et ce qui suivi fut comme un soulagement pour cet enfant qui avait vécu tant si rapidement.

- Je suis désolé.

Les mots résonnaient dans sa tête. Il leva les yeux rougit par les larmes vers son interlocuteur et laissa échapper un sourire mélangé de douleur, de tristesse et de peine. C'est alors que l'homme s'agenouille, laisse son corps tomber à terre. Sam a l'impression de se voir dans un miroir, a l'impression de voir ce qu'il était il y a quelques jours à peine. Il parvient à voir des larmes couler sur les joues creusées de l'homme. Il est perdu comme lui l'était et l'est encore. Il a perdu la seule chose qui lui restait et cela le gamin le sait. C'est alors que dans un élan de solidarité il se met à terre lui aussi, un genou après l'autre. De ses bras il vient entourer le cou de l'homme. Il veut pouvoir le consoler comme l'a fait Cassandre, il veut lui montrer que rien n'est perdu, que tout reste à faire. Alors il lui dit ces quelques mots qui resteront à jamais gravés dans sa mémoire

- Ça va aller.

De nouveau les larmes viennent couler sur sa peau et ensemble ils pleurent leur mort. Comme un dernier hommage à ceux qui ont marqué leur vie, comme un ultime adieux à ceux qu'ils ne pourront plus voir. Ce qui les entourent disparaît et ils ne sont plus que deux dans l'obscurité, la peine au cœur, le mal à l'âme.

- Ça va aller.

by exception

Admin
avatar
23/05/2015 avengedinchains charlie/baelfire/astrid/elias/meeka 1539 Andrew Lincoln ava by HOODWINK ; sign by beylin Chef de secteur devenu chef de la garde après le crash. 20
Admin


Sujet: Re: sam { what i need to tell you
Mer 21 Fév - 21:00


What I need to tell you

Lorsqu’il était enfant, il a longuement rêvé de venir sur Terre. Il faut dire que c’était le rêve d’un peu tout le monde mais c’était une histoire un peu lointaine, quelque chose d’imaginaire et de non réalisable. Il n’a jamais imaginé, quand il était gosse, qu’il pourrait revenir sur les terres de ses ancêtres. Et au fil des années, il a même arrêté d’y penser et de l’envisager. Il devenait une autre personne et pour son futur, il n’y avait pas vraiment de place pour la rêverie et l’imagination. Mais c’était compliqué. Bien plus qu’il ne pouvait bien l’admettre. Il a juste fallu faire avec. Enfin bref. Aujourd’hui, la planète s’ouvre à lui. Et l’espoir est doucement apparu avec les jeunes 100 qu’ils ont envoyé. Oh, bien sûr qu’il n’était pas au courant à l’époque. Mais c’est arrivé et après coup, on ne peut pas vraiment prétendre qu’on ne le voulait pas. Égoïstement, et parce que James n’avait pas été choisi, il s’est simplement mis à croire à la situation et aux mots qu’on lui disait. Une onde d’espoir quant à la viabilité de la planète. Et il ne sait pas quoi dire, il a peur, il a mal au bide, et il ne risque pas de changer les choses. Tout simplement parce qu’il ne peut pas y faire grand chose. Ca n’a jamais fonctionné comme il l’aurait voulu. C’est compliqué.

Mais comment juger de l’intensité d’une planète lorsqu’elle vous arrache ce qui est réellement important pour vous ? Parce que c’est malheureusement de ça qu’il est question ici. Quoi qu’il puisse en dire, peu importe l’émotion et les envies qu’on peut avoir à propos de tout ça, il rendrait tout s’il le pouvait et que ça lui permettait de revenir en arrière et de récupérer son fils. Mais ce n’est pas une option et il le sait. Il vient de le perdre et il en perd tout autant les mots. Sa gorge est nouée, ses yeux remplis de larmes alors qu’il est censé garder une certaine contenance. Il ne sait juste pas comment il est supposé s’y prendre. Il doit reprendre contenance, il doit se reprendre. Mais n’a-t-il pas le droit à un quelconque moment de faiblesse ? Est-ce que ça va vraiment briser la personne qu’il est ?

N’est-il pas déjà brisé, désormais ?

Face à moi…je...je sais pas. Je pense pas.. S’il n’a pas souffert, alors, il se permet d’imaginer que c’est un bon début et une base simple à laquelle il est bon de réfléchir. Est-ce vraiment si étonnant que ça ? Il essaie de se contenter de ce qu’il a et du peu de chose qu’il possède dans l’instant présent. Ce n’est pas facile mais il est disposé à laisser les choses comme elles sont. Et dans le fond, peut-il lui reprocher de ne pas savoir ? Ils n’étaient pas que tous les deux, et Sam peut aussi avoir perdu ses proches. Il n’a pas vu ses parents ces derniers temps. Faut dire qu’il était plus ou moins en pilote automatique. Il ne saurait le dire. Et en réalité, il n’a pas non plus envie d’y réfléchir plus que nécessaire, à quoi est-ce que ça pourrait bien servir, finalement ? Hein ? Il ne peut certainement pas lui reprocher de ne pas le savoir, de ne pas avoir l’information. Il fait ce qu’il peut, et les choses ne sont pas suffisantes. Oui, ça il veut bien le croire. Et une nouvelle fois, il se sent égoïste, ridicule et étouffant. Il n’a pas envie d'empiéter sur le gosse en face de lui avec sa souffrance alors que chacun porte la sienne et que vu l’état du vaisseau, il est évident qu’ils souffrent tous. Il ne veut pas s’imposer et en même temps, il réalise que ses options ne sont plus aussi nombreuses qu’avant. Est-il vraiment possible de montrer qu’on est triste lorsque autour de nous, le monde semble s’écrouler ? Est-ce qu’il en a vraiment le droit ? Et en parallèle à cela, est-ce qu’il existe une méthode pour que ce ne soit pas le cas ?

Et ils sont là, à genoux tous les deux, incapables de se comporter comme il le faudrait. Ils sont perdus, d’une certaine manière. Il faudrait sans doute qu’il fasse de son mieux, mais ce n’est pas une réussite. Ce n’est jamais le cas. Ça va aller. . Est-ce que c’est vraiment le cas ? Est-ce qu’un homme peut se relever d’une chute aussi insupportable et catastrophique ? Il ne saurait le dire, et il n’a pas particulièrement envie d’y réfléchir. C’est une affaire compliquée mais les choses sont comme elles sont. Il le répète une nouvelle fois et il ne parvient pas vraiment à le croire. En réalité, il faudra du temps et c’est la seule chose sur laquelle il doit s’attarder avant le reste. Affronter le deuil, y faire face et aller de l’avant. Et ils sont là, dévastés par la peine qu’est celle de chacun. ” Et si ça ne va pas aujourd’hui, ça finira par aller… Je suppose…”. Mais le temps, c’est tout ce dont ils ont besoin. Aujourd’hui, c’est la souffrance. Demain, ça ira mieux...

notes » w/ Sam, quelques jours après le crash

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: sam { what i need to tell you
Sam 28 Avr - 19:39


- what i need to tell you -

Il était mort. Ils étaient morts. Rien ne pourrait les faire revenir, lui et elle. Chacun d'eux étaient maintenant autre part, dans un autre espace, un nouvel univers. Peut-être que dans un monde parallèle c'était Sam et Richard qui se retrouvent à être pleurés par les leurs. Cette idée le tourmente depuis quelques temps, depuis qu'elle est morte sous ses yeux, au creux de ses bras. Parfois il se demande comment tout ça aurait pu finir, comment les choses auraient pu être bien différentes. Ils ont pris un chemin alors que de l'autre côté, ailleurs, l'autre voie est empruntée par un autre groupe semblable au leur. En un sens cela le rassure et il se dit qu'ils sont vivants, juste pas dans leur univers à eux. Alors il ne peut que les pleurer, il ne peut qu'espérer trouver des jours meilleurs loin de toute cette cacophonie. Puis il est là, face à cet homme à terre, les genoux posés au sol. Il va se salir comme ça, il va abîmer le peu de vêtements qu'ils possèdent. C'est une idée qui lui traverse l'esprit alors que l'empathie reprend le dessus.

L'homme est donc à terre, comme écrasé par la douleur et cette tristesse infinie. Sam le comprend, il sait ce qu'il vit. Bizarrement, contrairement à ce qu'il était il y a quelques jours, le gamin garde espoir. Il y a cette lueur qui c'est réveillé au creux de son cœur, dans le fond de son âme. Est-ce grâce à elle? A Cassie? Peut-être. Elle a été là alors qu'il en avait le plus besoin. S'il est là c'est par son soutien, son sourire, sa présence même à ses côtés. Puis il y a eu aussi son père, lui que Sam avait presque failli oublier tellement la douleur avait été insurmontable pour lui. Son mal être était toujours présent mais s'effaçait un peu plus, de minutes en minutes, d'heures en heures. Cela le rassurait en un sens. Il pouvait compter sur un avenir meilleur, il se disait qu'il ne reverrait jamais pire que ce qu'il avait vécu dans le ventre de cette bête de fer.

Alors ils sont là, tous les deux à genoux, à terre. C'est comme une bulle qui les recouvre et les protèges, comme un espace hors du temps qu'ils ne partagent qu'à eux seul. Ils ne sont pas perdus, ils ont l'univers qui leur ouvre les bras, l'avenir qui n'attend plus qu'eux. Même si les larmes roulent sur les joues du gamin, il sait au fond de lui que des jours meilleurs arriveront et feront que leurs émotions seront plus clémentes avec leur personne. Il se veut rassurant, Sam. Il ne sait pas vraiment ce qu'il doit dire ou faire mais il veut être là pour Richard, il veut pouvoir le soutenir comme elle l'a fait pour lui. Alors il sort des mots simples, juste trois mots et cet insatiable envie de continuer à vivre. Même si les larmes coulent, même si la douleur est presque insoutenable, il tient bon, pour lui, pour eux.

- Et si ça ne va pas aujourd’hui, ça finira par aller… Je suppose…

Ce n’était pas la réponse qu’il espérait mais c’était toujours mieux que rien. Lui n’était pas doué avec les gens, ne l’avait jamais été. Il avait toujours été maladroit ou beaucoup trop intelligent pour ceux de son âge. Toujours plus ou moins mis de côté mais sans jamais pour autant se sentir rejeté. A vrai dire c’était lui-même qui s’éloignait des gens, lui-même qui fuyait le contacte avec les êtres humains. C’est peut-être ce qu’il l’avait poussé à s'intéresser aux animaux, à les étudier au travers de ce qu’il leur restait de l’ancien monde. Cela sonnait toujours comme quelque chose de rassurant pour celui qui préférait rester seul. Pourtant, il avait le contact facile, il ne repoussait pas les autres, préférait juste s'en éloigner sans rien demander. Il pose doucement sa main sur l'épaule de Richard et laisse un sourire s'afficher sur son visage poussiéreux. Il resterait là tant qu'il en aurait besoin, cette fois il ne fuirait pas.

- Je suppose aussi. Demain est un nouveau jour… c’est ce que disait toujours ma mère.

Il sent les larmes lui monter mais garde son sourire d'enfant. Il ne veut pas laisser la tristesse le submerger, pas maintenant. Alors, sans demander à personne, sans rien attendre en retour, il vient enlacer Richard de ses bras frêles. Il ne sait pas si ce geste aura une quelconque utilité mais il sent qu'il doit le faire. Les choses iront mieux dès demain, il en est certain.
by exception

Admin
avatar
23/05/2015 avengedinchains charlie/baelfire/astrid/elias/meeka 1539 Andrew Lincoln ava by HOODWINK ; sign by beylin Chef de secteur devenu chef de la garde après le crash. 20
Admin


Sujet: Re: sam { what i need to tell you
Jeu 17 Mai - 20:19



what I need to tell you

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Après le crash ;; Sam. Un enfant, un petit être à qui on en demande sans doute trop. Il n’a rien demandé, il aurait souhaité pouvoir faire les choses différemment mais on ne le peut guère. Ses fonctions l’ont empêché d’être avec son fils et son fils n’est plus, désormais. A cause de ça, il ne peut plus revenir en arrière et il s’en mord les doigts. Il est pourtant difficile de reprocher à un enfant d’avoir été témoin d’une situation bien peu agréable. Il est difficile de demander à un gosse de se taire ou de garder certaines choses pour lui. Il n’est pas dans ses possibilités d’agir comme si tout allait bien et il n’est pas non plus permis de dire que les choses n’ont rien d'inhabituel. Tout change, lorsqu’un père perd son fils et qu’il n’a rien pu faire pour que ça n’arrive pas. En réalité, il aurait pu tout essayer, puisqu’il n’était pas à ses côtés, il ne lui était pas permis de le protéger. Il ne lui était pas permis d’agir comme s’il pouvait y changer quelque chose et de toute manière, il ne voit pas non plus ce qu’il aurait pu être en mesure de faire. Et c’est là que tout change. Impuissant, l’homme n’a plus la moindre idée des choses qu’il doit dire ou même penser. Et dans le fond, il ne voit pas ce qu’il pourrait chercher à comprendre. Il n’en a même pas envie. Il ne veut pas savoir, ni comprendre. Il ne veut pas analyser la chose parce qu’il lui est à l’heure actuelle impossible d’accepter ce qui a pu se produire. Et en partant de ça, comment pourrait-il faire pour chercher plus loin ?

Sa mère doit bien avoir raison, demain est un nouveau jour. Dans le fond, c’est vrai, dans la base c’est vrai. Mais ça ne veut pas dire que la situation est plus facilement compréhensible. Ce n’est pas le cas. Il ne peut pas lui en vouloir sur le fait que les choses ne vont pas. Il faut dire que c’est une catastrophe peut supportable sur certains aspects. Richard est un être particulier, une personne à part qui ne parvient pas à faire les choses comme il pourrait le vouloir. Mais il n’a pas envie de chercher plus loin parce qu’il estime alors que c’est plus facile ainsi. Mais est-ce que c’est vraiment le cas ? En réalité, l’homme n’a pas envie de faire face à l’existence qui se dessine devant lui, et pourtant, il n’a pas d’autre choix. Tout est compliqué. Tout est souvent trop compliqué. Et la perte d’un enfant n’a pas de méthode particulière, bien qu’il le souhaiterait. Il ne sait pas quoi dire, ni même que penser. Il n’a pas envie de se faire maladroit mais il a tout fait pour chercher les mots qui ne seraient pas trop douloureux. Le problème, c’est que ces mots n’existent pas et que quoi qu’il puisse en dire, la douleur est bien trop forte pour qu’il parvienne à articuler correctement.

Demain est un autre jour mais aura-t-il oublié cette douleur demain ? Il est difficile de s’en convaincre. Et il n’imagine pas un seul instant que ce soit possible. Il ne se le reproche pas, il ne s’en veut pas et il comprend, d’une certaine manière. Mais les choses sont comme elles sont et il n’est donc pas vraiment nécessaire de chercher plus loin. Cette douleur lui fait mal, le détruit, lui anéantit le coeur. Mais que pourrait-il y faire ? La douleur ne disparaîtra pas. Jamais. Elle finira par s’atténuer mais elle ne s’envolera pas. ” Le temps cicatrise les blessures…”. Même les blessures du coeur. Mais cela ne les efface pas vraiment. Et ils sont là tous les deux, lui en larmes, l’enfant qui n’en est guère loin. Ce monde les accueille de la pire des manières. ” Nous irons de l’avant, pour ceux qu’on a perdu”. Et il décide de prendre Sam dans ses bras, à nouveau. Ce monde est difficile mais ils feront tout ce qu’ils peuvent pour avancer. Ils y parviendront.
AVENGEDINCHAINS

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: sam { what i need to tell you
Mar 14 Aoû - 19:59


- what i need to tell you -

Personne n'aurait pu s'attendre à un tel changement dans leur vie. Tout avait été si tranquille avant qu'ils ne tombent tel des anges déchus, exclus de leur paradis. Même si certains signes avaient été là bien avant que tout cela n'arrive, Sam avait préféré ne pas les voir, s'était posé des œillères et bouché les oreilles. Alors l'annonce de leur départ et tout ce qui s'en était suivi, oui, ils auraient pu le voir arriver. L'envoie des cents avaient été une première alerte puis les problèmes d'approvisionnement aussi avaient été un avant goût de ce qu'ils allaient endurer. Le gamin avait toujours fait comme si de rien n'était, avait fini par oublier les bruits de couloir et les mots qui étaient parvenus à ses oreilles. Il savait, sûrement avant beaucoup, ce qui se tramait mais n'avait rien dit, n'avait rien fait ni même chercher à changer les choses. Son inconscient avait simplement fait en sorte qu'il n'en prenne pas conscience tout de suite, que les choses lui soient clair une fois l’événement passé. Il avait simplement eu peur de ce futur inconnu et incompréhensible qui s'offrait à eux, à lui. C'est aussi cette peur qui l'avait poussé à rester enfermé, à ne pas vouloir quitter cette carcasse froide qui restait le dernier élément le liant à son passé dans les étoiles. Et puis sa sauveuse, son étoile à lui était entrée et l'avait sorti de son isolement. Il revoyait à cet instant le doux visage de Cassandre illuminé par son sublime sourire. Elle aussi il avait eu peur pour sa vie, peur de la perdre, peur de ne plus pouvoir la revoir.

Plein de peine et de douleur, Richard est au bord des larmes tandis que Sam tente de contenir les siennes. A genoux, ils sont l’un face à l’autre, partageant leur espoir perdu et la perte de deux êtres chères. Le jeune homme revoit son ami près de lui, repense à ce moment avant que tout ne bascule, avant que lui aussi ne soit plus. S'il n'avait pas changé de place, s'il était là où il aurait dû être, lui aussi se serait retrouvé sous les décombres, parmi les cadavres encore fumant des victimes. Cette idée lui laisse un goût amer dans la bouche. S'il n'avait pas décidé d'être têtue, si tout simplement il avait accepté sans broncher, sa mère serait là à sa place et la peine aurait été moins lourde pour eux. Enfin c’est ce qu’il pensait sans vraiment en être convaincu. Doucement, il vient enlacer Richard. Il n’a que la peau sur les os mais pourtant il a retrouver un semblant d’énergie, une lueur d’espoir dans cette avenir très incertain.

- Le temps cicatrise les blessures…

Après ses quelques mots, Sam hoche doucement de la tête et se détache de cet homme brisé. Le temps cicatrise mais n'efface pas. La douleur sera toujours là, quelque part au fond de leur pensée, dans le creux de leur souvenir. La nuit, les insomnies les laisseront en compagnies de ce passé et des images de leur proche. Avec le temps les visages se flouteront, les voix disparaîtront pour ne faire place qu'à une impression, un lointain souvenir d'une personne qui plus jamais n'existera. Cette idée lui fait peur mais il la comprend, essaye de l’apprivoiser comme il peut avec ce qu’il a. Il s’apprête à prendre la parole sans vraiment savoir ce qu’il va pouvoir dire lorsque Richard prononce ses quelques mots qui encore maintenant raisonne dans sa tête.

- Nous irons de l’avant, pour ceux qu’on a perdu.

Puis l’homme vient enlacer Sam qui ne s’attendait pas à ce geste de sa part. Un peu surpris, il prend quelques secondes avant d’appuyer cette accolade. De nouveaux, les larmes viennent rouler le long de ses joues. Il laisse partir petit à petit ce qui le retient dans le passé pour avancer vers un futur un peu plus concret. Alors que la tristesse s’évapore, un sourire radieux se dessine sur le visage de l’enfant apeuré qui commence à cet instant à devenir l’adulte qu’il voudrait être.

- On se laisse pas tomber, promis.

by exception

Contenu sponsorisé



 

sam { what i need to tell you

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-