Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜A lone fool out in the sun ~ Armétis
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

avatar
21/04/2016 Arméthyse 659 Dichen Lachman None! Garde royale - stratégie et combat 0
✣ Chaos is a ladder


Sujet: A lone fool out in the sun ~ Armétis
Ven 11 Aoû - 0:31


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


♦ A lone fool out in the sun ♦

Chris Ҩ Arméthyse
« Each friend represents a world in us, a world not born until they arrive, and it is only by this meeting that a new world is born. » Anais Nin.











Un nouveau voyage. Plus court que les autres, mais toute fois passionnant. Arméthyse avait eu la permission d'Irina de pouvoir voyager un petit peu, sans trop abuser sur la durée. Elle devait en aviser son supérieur à la garde, mais puisque la royauté avait donner le feu vert, impossible pour lui de refuser. De les défier. Il n'y avait bien que pour les voyages que la Krikja jouait de son statut auprès de la Draghsteel pour obtenir quelque chose. Consciemment en tout cas. Car sa liberté, bien que bien souvent perçue comme un privilège, n'a jamais été volontaire. Irina le lui avait offert, à elle et à sa mère, sans jamais la consulter elle au préalable. Un cadeau non quémander. Pas comme la possibilité de sortir un petit peu. Évidemment, ça n'était pas ses premiers voyages, car bien avant d'être gardienne, avant même de changer d'identité, elle avait déjà quitté la cité pour quelques temps puis elle était revenue, avec cette nouvelle identité. Elle se souvenait de sa rencontre avec Nessa. Un commencement de toute l'histoire d'Arméthyse, à peine née qu'elle avait faillit mourir après une attaque d'un inconnu et d'une blessure que la belle Athna avait guérie. Une chance. La première. Les autres voyages qu'Arméthyse avait pu faire ensuite n'avait jamais été aussi tumultueux ou compliqué. Sauf le jour où le tremblement de terre se produisit et où elle se retrouva coincée avec un parfait inconnu durant plusieurs heures, si bien qu'il ne fût plus un inconnu mais plutôt perçu comme un ami. Mais enfin, cette fois-ci, il ne devrait rien se passer d'aussi violent que par le passé. Elle l'espérait en tout cas, mais elle n'en mettait pas sa main à couper. Pas d'excuses pour ne pas rentrer avant la fin de ses petits congés gracieusement offert par Irina. La princesse n'était pas dupe, elle faisait maintenant exprès de donner plusieurs jours de congés à la Rahjak pour qu'elle puisse sortir assez loin. La semaine du tremblement avait été exceptionnel et son retard à cause de la nature et du fait qu'elle se soit perdue, avait été lourdement puni. De son point de vue. Un mois sans sortie aucune, et un mois sans pause. Elle avait senti le boulot passé. Mais la sentence était levée et à nouveau, elle pouvait profiter pour aller gambader un petit peu. Emprunter un cheval, elle parcourra un long chemin de plusieurs heures en direction de chez les Naoris. Elle n'allait pas rendre visite, mais plutôt aller jeter un oeil aux alentours. En essayant toutefois de ne pas se perdre car l'orientation n'était hélas pas son fort. Et de nouveau, sa malchance frappa puisque son chemin dévia. Elle était non loin des Naoris, certes, mais pas tout près non plus. Parvenue à un endroit proche de l'Odysée dont elle n'avait aucune connaissance. Jamais encore elle n'avait vue un de ces bonhommes là. Des petites jeunots cents, oui, mais pas les adultes du ciel. Elle connaissait leurs existences, mais n'avait jamais été curieuse. Enfin ça, tant qu'elle n'en aurait pas vue un.

Une nouvelle pause s'imposa. Le cheval était complètement épuisée. Elle allait devoir dormir ici cette nuit. Parce qu'il était peu probable qu'il se repose assez pour pouvoir repartir le jour même. Elle était partie très tôt le matin et la journée était déjà mangée de moitié. Elle avait loupé le repas du midi et s'installa pour le prendre dès maintenant. Au milieu de l'après-midi, sans s'en rendre réellement compte. « Drein daun !» Lança-t-elle à sa monture en faisant couler de l'eau de sa gourde dans ses mains pour qu'il lèche et s'abreuve, ce qu'il fit. Elle referma le récipient et le lança sur le sol en caressant l'animal avec un sourire. Le faire sortir n'était pas plus mal, il pouvait profiter de l'herbe pour se nourrir, ce qu'il faisait déjà avec plaisir. Elle s'installa près de lui et sorti donc son repas, du pain et un fruit. Plutôt maigre mais ça lui suffirait. La nature alentour pourrait s'avérer utile, elle en était persuadée.
 

fiche par century sex

avatar
01/11/2015 Glacy 1449 Brett Dalton murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 76
- Whatever it takes -


Sujet: Re: A lone fool out in the sun ~ Armétis
Ven 11 Aoû - 13:23

Peut-être était-ce dangereux. Cela l'était sans doute à vrai dire alors qu'il n'y avait aucune certitude qu'un nouveau tremblement de terre ne se produirait pas. Il y avait toujours un risque. La nature elle-même était traître et autant maître alors que personne ne pouvait la dompter. Si un jour on m'aurait dit que cela aurait pu arriver, je n'y aurai pas cru. Je n'aurai pas cru que le sol qui se trouvait sous mes pieds pourrait se mettre à trembler et à gronder. Je n'aurai pas cru qu'on pourrait si facilement se faire emporté par le courant d'une rivière déchaînée. Mais si on m'avait dit ce jour-ci que je finirais sur terre, je n'y aurais pas forcément cru non plus.

Après tout il n'y avait jamais eu de signes qui auraient indiqué que les événements allaient s'enchaîner à une vitesse effrayante. Certes il y avait des détails mais des années plutôt personne n'aurait pu prévoir de telles conséquences avant que les jeunes soient enfermés et envoyés sur terre. Des jeunes que j'avais tout autant enfermé alors qu'accomplissant mon devoir, j'avais refermé la porte en acier derrière eux. Des jeunes qui avaient été envoyés sur terre alors que pour certains c'était une seconde chance qui leur était offerte, celle de pouvoir expier leurs crimes. Mais la vérité était qu'ils étaient devenus des cobayes à l'instant où ils avaient commis un délit, devenu prisonnier. Des cobayes qu'ils étaient alors qu'ils devaient s'assurer que la terre était viable, que l'oxygène était respirable. Et ils avaient réussi ce miracle, nous prouvant que ce monde était vivant, qu'on pouvait vivre là. Pour autant bien avant, jamais personne n'avait imaginé que d'autres auraient pu survivre sur cette terre. Des survivants qui s'étaient partagés ce monde, s'établissant dans le désert, dans la montagne, dans les forêts. Des camps se formant. Des alliances se nouant. Des natifs que je n'aurai jamais pu pensé connaître l'existence bien que finalement j'avais pu posé mes yeux sur eux et découvrir que c'était vrai. Ils avaient survécu et cela n'en n'était que plus impressionnant. Ils avaient fait ce que personne n'aurait cru possible alors qu'ils avaient survécu à l'enfer. Ils en étaient venus à apprivoiser la nature, réussissant là où personne n'avait réussi. Ils n'avaient pas tenté de la dompter, d'en devenir le maître mais au contraire ils avaient appris à ne faire qu'un avec elle. Ce n'était pas tant admirable que fascinant alors qu'au-delà de cela je restais curieux. Une raison pour laquelle je m'étais éloigné du campement. Curieux et l'espoir de trouver des réponses à mes questions.

Mais au-delà de cela il restait dangereux de s'éloigner du campement alors que chaque supérieur devait en être informé. Le risque d'être seul et de mourir bel et bien existant. Il y avait toujours la possibilité qu'un nouveau tremblement de terre ait lieu, qu'un natif plus belliqueux qu'un autre attaque. Il y avait toujours des risques parfois trop de risques. Alors certes on pouvait se montrer raisonnable et rester au campement mais ce n'était pas ce que je souhaitais faire. Je n'étais pas effrayé. Je n'avais pas non plus peur de mourir et à cet instant tout ce qui comptait était de pouvoir m'éloigner un peu du campement pour voir ce qui se passait autour. Je n'avais pas pris la direction des marécages, me rappelant encore m'être retrouvé au sein de la tourbière en compagnie d'Isaïah. La mécanicienne qui croyait être poursuivie par un ours que j'avais du porté jusqu'à l'infirmerie en entendant ses plaintes alors que sans le vouloir volontairement je l'avais laissé tombée sur un nid de plantes urticantes. Pas un des souvenirs les plus réjouissant bien qu'il portait en lui une touche humoristique. Non je ne m'étais pas dirigé aussitôt vers les marécages. Je n'avais pas non plus pris la décision de la décharge ou du métro souterrain alors qu'au contraire je m'étais dirigé dans la direction opposée en prenant le chemin qui conduisait en direction de l'endroit d'où semblait venir les naoris, comptant explorer plus ce coin-ci.

Continuant d'avancer à pied, reprenant mon souffle avant de repartir non sans jeter un regard aux alentours. Toujours sur le qui-vive alors que si je m'étais arrêté pour récolter ce que j'avais pu trouver en chemin, il n'en restait pas moins que le plus souvent je restais en mouvement. Tendant toutefois l'oreille alors qu'il m'avait semblé entendre du bruit. Me décalant, m'avançant peut-être un peu à l'aveuglette vers la droite que pour entendre sans comprendre réellement des mots prononcés par un inconnu. Un natif plus précisément. M'approchant de plus près doucement, un poignard entre mes mains que pour découvrir un cheval et une jeune femme assisse sur le sol. Elle semblait tenir quelque chose dans ses mains. Ne réussissant à la voir complètement alors qu'elle était de dos. Baissant toutefois légèrement mon poignard non sans prendre la parole pour l'avertir de ma présence et éviter les confusions. « Heya. » M'avançant non sans contourner la jeune femme et sa monture que j'examinai avec une certaine attention tout comme elle alors que je m'arrêtai à quelques pas pour lui faire face.


Dernière édition par Chris Wilson le Ven 11 Aoû - 20:22, édité 1 fois

avatar
21/04/2016 Arméthyse 659 Dichen Lachman None! Garde royale - stratégie et combat 0
✣ Chaos is a ladder


Sujet: Re: A lone fool out in the sun ~ Armétis
Ven 11 Aoû - 17:55


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


♦ A lone fool out in the sun ♦

Chris Ҩ Arméthyse
« Each friend represents a world in us, a world not born until they arrive, and it is only by this meeting that a new world is born. » Anais Nin.











Assisse sur un gros morceau de bois en guise de siège, Arméthyse mangeait en silence observant tantôt son animal, tantôt la nature alentour. Toujours aussi abîmée à cause des tremblements de terres. Mais certains endroits avaient tout de même été moins impactés que d'autres. Heureusement, à la cité, lorsqu'elle avait enfin réussi à rentrer, elle avait pu constater que personne n'était à déplorer. Du moins, aucun de ses proches et des gens auxquels elle tenait là-bas. Elle avait pris de l'avance sur certains et avait envoyé quelques oiseaux par-ci par-là pour prendre des nouvelles d'autres proches vivants par de-là la terre. Car la Rahjak ne se faisait pas seulement des amis sur sa terre natale, mais aussi ailleurs. Mais ça, elle ne l'ébruitait pas sur les toits. Dans le doute. Les secrets étaient toujours mieux gardés par nul autre que soi-même. C'est ce qu'elle s'efforçait de penser. Alors devant les siens, elle n'avait pas fait preuve d'inquiétudes envers les autres tribus, mais une fois seule, elle avait agis. Agir dans l'ombre, une habitude acquise depuis bien longtemps maintenant.

Il était peut-être un peu tôt pour sortir de nouveau. Surtout à cause du désastre. Mais une gardienne royale comme elle n'était pas tellement utile auprès de sa princesse qui ne sortait pas du palais avant un petit moment. Le temps de reconstruction ce qui avait trépassé. De remettre de l'ordre et ça, ça n'était pas son rôle à elle. Même si elle avait aidé ses connaissances, frappés par la malchance. Mais elle pouvait à présent souffler pour quelques jours. Elle était donc là. En pleine forêt. Remarquant les feuilles des arbres tombés, des arbres eux-même effondrés à cause des tremblements. Et des cadavres d'animaux parfois éparpillés en chemin. Elle avait remarqué une carcasse de renard non loin. Attiré par lui, elle l'observait sans remarquer la présent d'un fauteur de trouble en approche. Elle sursauta lorsqu'il prit la parole et elle posa les yeux sur lui. Venant d'une stratège, elle aurait dû s'attendre à croiser du monde. Mais avec les événements encore récent, elle s'était simplement dit que seulement les plus idiots oseraient remettre les pieds dehors. Mais dans un sens, un tremblement de terre impactait autant l'intérieur que l'extérieur... Et peut-être bien que Krikja faisait partie de ses idiots qui sortaient...

Des salutations. Basique et efficace. Elle se redressa rapidement sur ses pieds, le pain encore à la main et elle lança son plus méchant regard en direction de l'homme. Non parce qu'il dérangeait, mais parce qu'elle avait remarqué l'arme dans sa main avant tout. Et se sentir menacé alors même qu'elle était là, sans rien demandé à personne la décontenançait. Elle plissa légèrement les yeux et le détailla plus longuement. Sa posture n'intimait pas d'attaque, mais elle n'était pas dupe et restait méfiante. Peut-être que d'autres comme lui allait apparaitre et l'entourer. La piéger ? Mais pourquoi elle, après tout ? Elle esquissa un mouvement en direction de son cheval, prête à grimper dessus et à s'en aller sans demander son reste. Mais elle ne se hissa pas sur lui. Pas encore. Parce qu'il résidait en elle un sentiment de curiosité. D'autant plus qu'il avait eu un accent tout à fait étrange, encore inconnu. Pas tout à fait étranger non plus. Elle se souvenait de nombreuses discussions avec les enfants du ciel, Rose et Taël notamment. La petite sauvageonne qui l'avait attaqué au bord d'une rivière également... Mais elle ne pouvait juger, parce qu'il parlait sa langue. La langue terrienne. Alors elle ne parvenait pas à l'assimilé à aucune tribu. Pas Rahjak. Ni Naori. Pas non plus un Athna ou un Calusa. Certainement pas un Pikuni. Mais d'où venait-il alors ? Elle pencha la tête, les yeux toujours rivés sur lui, dans une analyse non-terminé tant qu'elle n'aurait pas résolu le mystère. « Chon yu bilaik? Laik yu soulou ? » Une voix forte, maîtrisée. Dénuée de sentiment sur ce coup-là. Parce qu'elle ne savait pas à quoi s'attendre. Bien qu'elle soit armé, elle ne prit pas la peine de s'en saisir. C'était trop tôt encore pour cela. Rahjak oui, mais pas si violente que ça...
 

fiche par century sex

avatar
01/11/2015 Glacy 1449 Brett Dalton murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 76
- Whatever it takes -


Sujet: Re: A lone fool out in the sun ~ Armétis
Ven 11 Aoû - 19:07

Rapidement sur ses pieds. Rapide. Sa miche de pain dans la main qu'elle tenait comme si elle tenait une arme. Une guerrière peut-être. Pourtant elle n'avait pas d'armes à la main ou visibles de l'extérieur si ce n'était sa miche de pain. Ne pouvant m'empêcher de me demander pendant l'espace d'une seconde si elle ne pourrait pas assommer quelqu'un avec son bout de pain. Sans doute. Du moins son regard devait en dissuader plus d'un. Certains devaient sans doute même tomber à la renverse face à son regard noir. Le genre de personnes qui savaient comment ne pas être embêté qui en avait autant vécu. Mais si elle tentait de m'intimider, il n'en restait pas moins que je ne reculais pas. Ne bougeant pas alors qu'au contraire mon regard posé sur elle, je n'en venais qu'à l'étudier. Nullement intimidé non pas parce que je la sous-estimais ou parce qu'elle était une femme mais surtout parce que j'étais curieux. Ne cessant de scruter son visage et sa silhouette sans pour autant laisser mon poignard. Mesure de précaution. Elle portait une grosse veste, ses cheveux retombant sur ses épaules. La peau hâlée. Certainement pas une naori alors qu'à proportion les natifs que j'avais aperçu semblait bien plus pacifique. Pourtant elle venait dans cette direction. Rahjak peut-être. Mais je n'étais pas le seul à l'étudier alors qu'elle faisait exactement de même. Une pointe de méfiance dans nos regards. Je la regardais alors qu'elle se rapprochait de sa monture, se sentant visiblement menacée. Une menace qui s'expliquait alors que j'étais celui qui tenait le poignard non pas que je comptais la poignarder. Mais autant que je ne comptais pas esquisser un geste offensif, il n'en restait pas moins que cette pointe de méfiance était toujours là. Finissant toutefois par baisser légèrement le poignard pour lui montrer que je ne comptais pas la menacer. Ou espérant que cette menace plus discrète suffirait à lui faire comprendre que j'étais méfiant autant qu'elle l'était.

Sa voix qui retentissait alors. Des intonations fortes quoique rapides alors que je retenais surtout la première question. « Chon yu bilaik? Laik yu soulou ? » Dans un sens autant que nous vivions parmi eux, nous ne connaissons pas encore chaque mot. Des mots qui restaient pour la plupart étranger à mes oreilles alors qu'autant que je tentais d'apprendre, j'avais l'impression qu'un fossé nous séparait toujours. Il y avait toujours la barrière de la langue. Cependant je continuais d'estimer que le meilleur moyen de créer des liens était de pouvoir les comprendre, de parler leur langue. Ce qui n'était pas encore arrivé. Du moins les premiers pas avaient été faits mais tout n'était toujours pas gagné. Cependant je connais les basiques. Cela paraissait peut être enfantin mais parfois les mots les plus simples étaient les plus utiles. Hésitant l'espace d'un instant avant de ranger mon poignard avant tout. Un geste pour lui montrer que je ne lui étais pas hostile, que je ne voulais pas la blesser non plus. Mais pour autant je ne m'approchais pas plus pour la serrer dans mes bras, préférant garder une distance de sécurité alors que je me doutais que tant elle que moi avions besoin de cet espace. Et cela d'autant plus alors que je ne connaissais pas ses intentions.

Finissant par prendre la parole. « Ai laik Chris kom Skaikru. Chon yu bilaik? » Reprenant pour ainsi dire ses propres mots, sa propre question pour espérer savoir qui elle était. Une réponse que je n'étais pas certaine qu'elle me donnerait ou que je n'étais pas certain de comprendre totalement si elle partait dans une tirade trop compliquée. Je ne savais rien d'elle mais je ne pouvais m'empêcher d'être curieux, de vouloir tenter le coup et de voir où cela me menait. Et si j'étais en grande partie fasciné par la jeune femme, il n'en restait pas moins que je continuais de le masquer alors que je continuais de l'examiner, elle et sa monture. Une monture qui avait attiré mon regard alors que ce n'était pas comme s'il y avait des chevaux dans l'espace. Mais sur terre, de nouvelles possibilités avaient été créé alors qu'il nous était désormais possible de découvrir de la faune et de la flore. Les paysages étant autant magnifiques peut-être même plus que l'espace alors qu'à chaque saison la nature se renouvelait et le décor changeait. Certes autant que le décor changeait, la neige se mettait à tomber, les températures à baisser avant que le soleil vienne de nouveau pointer le bout de son nez. Une nature autant redoutable qui avait laissé des traces autour d'elle alors que personne ne pouvait la dompter. Mon regard qui se posait de nouveau sur sa monture alors que je faisais un pas en avant doucement pour lui montrer que je ne comptais pas me jeter sur elle ou que je ne comptais pas lui voler sa monture. Je voulais juste m'approcher un peu plus pour la voir de plus près. Désignant le cheval délicatement. « Magnifique. » Tentant d'user des mots simples alors que je n'étais pas non plus certain qu'elle puisse comprendre ma langue ou même mon accent. Autant que ce simple mot, cette simple magnificence était particulièrement difficile à décrire avec des gestes. Mais les gestes pouvaient aider pour se faire comprendre, j'en étais conscient et je comptais bien m'en servir. M'approchant encore un peu plus doucement sans faire des gestes brusques. Comme la tentative d'apprivoiser un animal trop sauvage ou de réussir là où personne n'avait réussi. Non sans cesser de réfléchir alors que pourtant je m'arrêtai à quelques pas d'elle et sa monture pour regarder cette dernière avec admiration. Je l'étais réellement alors que je ne pouvais m'empêcher d'être fasciner par ce qui s'offrait à nos yeux chaque jour alors que chaque jour s'assortissait d'un élément différent, d'un détail qui remettait mon monde tout en question. Et c'était ce qui était peut être autant passionnant. Tentant une nouvelle question plus approximative pour savoir le nom de sa monture que je désignais en même temps. « Chon ste bilaik? »

avatar
21/04/2016 Arméthyse 659 Dichen Lachman None! Garde royale - stratégie et combat 0
✣ Chaos is a ladder


Sujet: Re: A lone fool out in the sun ~ Armétis
Ven 11 Aoû - 20:02


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


♦ A lone fool out in the sun ♦

Chris Ҩ Arméthyse
« Each friend represents a world in us, a world not born until they arrive, and it is only by this meeting that a new world is born. » Anais Nin.











Patience, mère de vertue. Elle restait tout à fait immobile en tenant à l'oeil le potentiel assaillant tout en jetant des regards alentours, balayant avec rapidité l'ensemble du paysage dans l'attente d'un détails qui pourrait la perturbé. Un trompe l'oeil dressé quelque part, qui sans doute, se déchirerait et dévoilerait une horde de bonhomme comme lui ? Ou peut-être un jet de flèche, de carreaux ou de lances en sa direction pour l'avoir sans avoir à réellement bouger le petit doigt ? Oui. Elle se méfiait. Elle qui, bien souvent, se montrait bienveillante et généreuse conservait tout de même une part obscure et lucide. Même si elle connaissait pas mal de monde, des gens inoffensifs à son égard, il fallait rester sur ses gardes. Parce que les ennemis se font très vite eux aussi, certainement plus vite qu'une amitié. Outre pour sa survie, la méfiance était également dû à son poste. Gardienne royale, c'était un poste pas mal intéressant pour s'en prendre à la royauté Rahjak, un poison et hop, la contamination se ferait facilement. Ainsi, pour elle et pour Irina, pour tout le royaume, elle faisait attention.

Un long silence et toujours des regards. Il faisait exactement comme elle. En chien de faïence, ils s'analysaient tout deux. Mais finalement, il se présenta et abaissa son arme. Elle avait faillis perdre patience et partir mais le pied qui déjà, était dans son étrier, se remit à plat sur le sol. Elle continuait de le fixer. Un homme du ciel. Encore un. Même si elle ne connaissait pas la localisation du campement des petits cents, elle le trouvait bien loin de son territoire, sans savoir que les gens du ciel étaient scindés en deux peuples distincts. Ce n'est pas le fait qu'elle trouvait cela inintéressant, au contraire, sa curiosité naturelle la poussait à toujours en apprendre davantage, à écouter plutôt qu'à parler. Mais concernant les gens venant de l'espace, elle n'avait eu que peu le loisir d'en apprendre davantage. Même si Taël avait pu lui en parler parfois. Les informations étaient bien maigris. Bien moins intimidés en sachant d'où il venait et, le croyant sur parole, elle se détendait déjà. Il était peu probable que des gens dans un vaisseaux si longtemps sache se battre, non ? Pas aussi bien que les Rahjak en tout cas. Et elle, elle n'avait pas été formée par n'importe qui, d'abord Roan, puis Radoslav... deux bêtes dans ce monde sanglant.

Bien sûr, lui demander qui il était l'amena forcément à renvoyer la question à la Krikja. Elle ferma les yeux une micro-seconde, pas certaine de devoir décliner son identité à un inconnu du ciel, mais la politesse qui résidait en elle ne voulait pas mentir. « Ai laik Arméthyse kom Sangedakru. » Pas un mot de plus. Il n'était pas rare que les gens du désert soit très mal reçu. Les préjugés... toujours des préjugés. Alors la méfiance revenait. Même s'il ne fallait pas juger un livre à sa couverture, il n'était pas rare que les gens la perçoivent comme une bête immonde juste à cause de son lieu de naissance, de son appartenance à une tribu avec laquelle elle doutait de plus en plus avoir des points communs mais où elle restait tout de même. Des réflexions qui tournaient et retournaient dans sa tête, mais il approcha alors. Lentement et sûrement à la fois. Désignant le cheval et parlant de lui. Le terme qu'il employa, elle le comprit sans mal. Bien plus facilement que s'il avait usé d'une longue phrase dans sa langue maternelle à lui. Elle parlait sa langue, très mal, elle le savait pertinemment, mais elle pouvait s'exprimer et se faire comprendre. Elle se souvenait parfaitement de longue discussion avec Rose et Taël. Mais le souvenir, encore frais dans sa mémoire, résidait dans une promesse échangée avec l'enfant du ciel. D'accord avec ce Chris du ciel, elle hocha la tête en réponse à l'éloge fait à l'animal à quatre pattes. Elle aurait été heureuse de se vanter qu'il était à elle, mais ça n'était qu'un emprunt. Mais le cheval restait magnifique, même lorsqu'il était éreinté comme maintenant.

Déjà plus docile, plus elle-même, mais sans oublier l'arme qu'il possédait, elle approcha plus près du garçon, les mains en l'air en signe de paix. Sans y réfléchir à deux fois, elle glissa sa main sur le poignet de l'inconnu et le força, sans le brusquer à tendre le bras en direction du pelage de l'animal. Animal qui tourna alors la tête pour renifler l'odeur du propriétaire de cette main. D'un coup de langue, il se laissa caresser ensuite. Krikja relâcha la main du garçon en le laissant faire à sa guise. Un ami des animaux ne pouvait pas être quelqu'un de mauvais envers les Hommes ? Elle pensait souvent comme ça, peut-être était-ce une erreur... « Natshana. » Rétorqua-t-elle en réponse à ce qu'elle comprenait comme étant le nom de l'animal. Elle esquissa un léger sourire, plus doux parce qu'elle aimait parler de nature et d'animaux, elle éprouvait un certain plaisir qu'il s'y intéresse. « Dans ta langue, c'est la boule ronde de la nuit du ciel... » Autrement dit "Lune" mais ce termine, elle ne l'avait jamais ni entendu, ni employé auparavant. « Tu être le fou du ciel si je comprendre ? Tu venir vers moi sans me connaître, j'avoir pu te faire rencontrer la mort... Chris de l'au-delà... »


fiche par century sex

avatar
01/11/2015 Glacy 1449 Brett Dalton murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 76
- Whatever it takes -


Sujet: Re: A lone fool out in the sun ~ Armétis
Ven 11 Aoû - 20:54

« Ai laik Arméthyse kom Sangedakru. » « Sangedakru. » Faisant résonner le mot dans ma bouche comme pour en tester la texture. Le peuple du désert. Le désert, je pouvais que me demander à quoi cela ressemblait. Non pas que j'avais pu l'apercevoir de mes propres yeux. Je n'avais jamais rencontré ce peuple. J'en avais entendu que vaguement parler. Les natifs qui avaient surtout été croisé étaient ceux naoris qui étaient là à notre arrivée, qui nous avait aidé à apprivoiser la nature. Des natifs auprès desquels nous ne pouvions être que reconnaissants. Et si elle paraissait examiner mes gestes, me scrutant autant que je la scrutais il n'en restait pas moins que je n'eus aucune réaction particulière. Au contraire les mots qu'elle avait prononcé ne m'avaient rendu que plus curieux à l'idée de découvrir d'autres natifs. Toute rencontre était une occasion unique. Et en effet j'étais curieux d'en savoir plus sur Arméthyse. A vrai dire le sentiment semblait être réciproque. Un sentiment qui était toutefois masqué par une certaine méfiance. Une pointe de méfiance que je laissais peut-être que trop rapidement tombé alors que j'en venais qu'à être fasciné par sa monture. Le désir de m'approcher de plus près. Ce que je ne tardais à faire non sans avoir rangé mes armes. Autant éviter un massacre. Et puis ce n'était pas comme si je voulais déclencher une guerre. Laissant deux pas d'écart entre nous. Des petits pas qui furent rapidement franchis par la jeune femme. Et si je manquais de réagir vivement, je me forçais pas moins à rester immobile autant qu'en l'espace de quelques secondes l'idée qu'elle puisse vouloir poser un couteau contre ma gorge ou tenter de m'assommer avec sa miche de pain m'avait parcouru l'esprit. Miche de pain qu'elle ne tenait toutefois pas avec l'idée de m'assommer mais qu'elle tenait en l'air en ayant mis ses mains en évidence pour me montrer qu'elle non plus ne souhaitait pas se montrer agressive. Voulant s'approcher visiblement. Hochant la tête pour lui faire signe qu'elle pouvait alors que je la regardais tandis que ses doigts entourer mon poignet qu'elle tendit en direction de sa monture. Cheval qui pencha sa tête, se demandant sans doute qui j'étais avant de suivre le mouvement avec un sourire. Posant ma main sur l'encolure du cheval que je ne tardais à venir flatter doucement pour ne pas faire un geste trop brusque qui pourrait l'effrayer alors qu'un sourire se dessinait bel et bien sur mon visage. Un sourire qui n'apparaissait pas souvent mais qui venait parfois à se dessiner pour éclairer mon visage pour des petits détails comme celui-ci. Appréciant le geste d'Arméthyse alors que je continuais à flatter l'encolure de l'équidé avec une certaine satisfaction. « Natshana. » Tournant la tête vers elle sans m'écarter de l'équidé alors qu'elle m'en dévoilait le nom, répondant à ma question qui avait sans doute sonné approximativement à ses oreilles. Non pas que cela importait réellement alors que le plus important était sans doute que nous réussissons à nous comprendre. Ce qui semblait être le cas alors que lentement et à petit pas une connexion commençait à s'établir.

« Dans ta langue, c'est la boule ronde de la nuit du ciel... » Manquant d'être surpris autant que je me reprenais très rapidement.  « Tu parles ma langue. » Sans doute impressionné alors que je n'avais à vrai dire aucune idée si elle était un personnage important dans sa tribu ou pas. Tout ce que je pouvais pour le moment estimer était qu'elle savait combattre en vue de ses mouvements, de sa stature. Pour autant je n'étais pas familier de leurs moeurs. Reprenant toutefois la parole pour placer un mot sur le nom du cheval. « La lune. C'est son nom. » Ne pouvant manquer de secouer la tête amusé alors qu'elle avait tout simplement appelé son cheval Lune. Ce qui était loin d'être ordinaire. Une lune que j'avais pu entrevoir de l'espace alors que là-haut dans le ciel tout était différent. Mais là aussi sur terre, les perspectives changeaient complètement alors que j'avais une autre vision du monde.

« Tu être le fou du ciel si je comprendre ? Tu venir vers moi sans me connaître, j'avoir pu te faire rencontrer la mort... Chris de l'au-delà... » Des phrases approximatives bien qu'elle montrait un peu plus qu'elle marquait le coup. La corrigeant pas moins doucement. « Si je comprends. Pas si je comprendre. Ce n'est pas conjugué... Disons tu viens pas venir vers moi sans me connaître, j'aurai pu te tuer. Te faire rencontrer la mort, cela n'existe pas. » Lui adressant un sourire.  « yu gonplei ste odon. La mort, non ? » Ce que j'avais cru comprendre en tentant d'échanger avec certains natifs bien que je n'étais pas tout à fait certain non plus qu'elle puisse prendre ce désir d'en savoir plus. La curiosité pouvait être à double tranchant. « Mais non je ne suis pas fou. Ou peut-être... » Il n'y avait pas de certitude, ce n'était qu'une affaire de perspectives, de points de vue. Et à vrai dire l'opinion des autres m'importait peut-être fatalement que trop peu. « La curiosité. » Lui jetant un regard avant de tenter à mon tour de jouer avec les mots ou sa langue. Ce qui n'était pas forcément donné alors que tout ceci n'était qu'approximation et autant la possibilité de faire un faux pas. Il y avait toujours un risque de mal prononcer un mot, de se tromper ou de commettre une erreur. « Yu bilaik gona ? » Nullement certain que je ne m'étais pas trompé alors que c'était juste des détails que j'avais tenté de déduire en tentant d'imaginer sa vie, en essayant de me mettre à sa place. « Tu es loin de chez toi ? » Ce qui ne pouvait être que vrai alors qu'elle détonnait parmi les arbres. Mais dans un sens nous détonnions tout autant alors qu'à proportion tous ceux venus de l'espace avait une peau semblable à de la porcelaine et à la différence des natifs nous étions encore nouveaux. Arrivés encore trop récemment alors qu'eux avaient eu des années pour apprendre. Du temps que je ne pouvais que tenter à mon tour d'user à bon escient.

avatar
21/04/2016 Arméthyse 659 Dichen Lachman None! Garde royale - stratégie et combat 0
✣ Chaos is a ladder


Sujet: Re: A lone fool out in the sun ~ Armétis
Ven 11 Aoû - 22:31


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


♦ A lone fool out in the sun ♦

Chris Ҩ Arméthyse
« Each friend represents a world in us, a world not born until they arrive, and it is only by this meeting that a new world is born. » Anais Nin.











L'inconnu répéta le dernier mot qu'elle avait prononcé, celui la désignant comme étant Rahjak. Ah, peut-être y voyait-il  un problème après tout, ça ne serait pas la première fois. Parfois, il valait peut-être mieux ne pas parler de sa provenance ou bien mentir, mais elle n'aimait pas le mensonge. Et pourquoi ne pas se présenter alors que lui l'avait fait ? Enfin, peut-être était-il un menteur, mais à quoi bon ? Elle n'irait jamais le chercher dans sa tribu. Même pas dans le ciel si jamais ces gens-là y retourner. Malgré sa réaction et la répétition du mot terrien pour parler des gens du désert, il ne sembla pas plus menaçant. L'arme toujours bien rangée. Il se laissa même faire docilement lorsqu'elle l'aida à caresser le canasson. Elle recula d'un pas pour contempler la scène. Une bien belle image. Un enfant du ciel avec un animal terrestre. Il n'y avait sans doute pas plus beau. Elle voulait garder ce moment-là précieusement en mémoire, parce que tout le monde n'avait pas l’occasion de voir ça de ses propres yeux. Elle pensa notamment aux esclaves de la cité. Jamais ils ne verraient de gens du ciel, c'était bien improbable. Parce qu'ils ne pouvaient passer l'enceinte de la cité. Les allées et venues étaient si restreintes.. si complexes. Jamais ces gens ne prendraient le risque, elle en était persuadée.

Mais la surprise qu'elle lu subitement sur le visage du garçon lui arracha un sourire et elle hocha la tête. Évidemment qu'elle parlait sa langue, elle venait de le faire à l'instant même. Mais enfin, c'était plus une constatation qu'une question. Elle ne répond rien, le seule signe de sa tête suffisait largement. Il lui offrit alors le mot tant attendu, dans sa langue à lui pour appeler le cheval par son nom. « Luhne...» Répéta-t-elle avec un petit peu de mal, mais elle se reprit toute suite, s'exerçant, d'une certaine manière. Elle voulait apprendre ce qu'elle pouvait obtenir de lui. « Une.... Lune...Son nom, oui...» Elle se sentit un peu stupide devant lui de parler de cette façon. Mais lui non plus ne parlait pas parfaitement la langue des natifs, alors il devait bien comprendre le rite d'apprentissage d'une langue. Déjà il reprit, parlant plus longuement, la conseillant et la guidant dans ses mots. Des mots qu'elle avait utilisé d'une mauvaise façon. La complexité de sa langue arriva alors aussi vite que Lune pouvait courir : au galop. La conjugaison.. elle n'avait jamais entendu ce mot, ne comprenais pas son sens. C'était trop dur pour elle sur ce coup-là. Il était impossible d'assimiler quoique se soit aussi rapidement. Mais elle hocha de nouveau la tête pour lui signifier qu'elle comprenait alors que ça n'était pas vraiment le cas. Passer pour une ignare entacherait sans doute l'image de sa tribu. Et ça n'était pas le moment de faire passer les Rahjaks pour des idiots. Des idiots incapables de comprendre une langue qui semblait pourtant simple à des gens descendu du ciel pour venir envahir la terre.

Malgré tout, Chris parvint à nouveau à lui arracher un grand sourire en lui parlant de la mort dans la langue qu'elle maîtrisait et comprenait le mieux. « Je... comprends. Et oui, la mort. Yu gonplei ste odon... Mais tu n'es pas mort... encore.» Pas fou alors. Il n'en semblait pas si certain. Pour elle, l'ensemble des gens étaient fou, à un certain degré, tous différents. Elle pencha alors la tête sur le côté avec un air taquin alors qu'il la désignait en tant que guerrière. Oui et non. Elle l'était et ne l'était pas. S'il voulait signifier par-là qu'elle était une mercenaire alors il faisait erreur, mais s'il voulait plutôt dire qu'elle était une combattante, une femme sachant se battre, se défendre, alors en cela oui, elle l'était. Mais elle préféra répondre dans sa langue à lui, et non dans la sienne, simplement pour s'entraîner et progresser. Autant donner un but à cette rencontre. « Mais non, je ne suis pas... guerrière. Ou peut-être. » Ainsi, elle avait complètement reprit sa phrase en changeant seulement le mot approprier. Elle répondait sans répondre, comme il avait pu le faire juste avant ça.

L'air de rien, les question de l'homme du ciel faisait sens. Il voulait en savoir davantage sur elle. Mais pourquoi ? La curiosité, il en avait parlé et elle avait encore ce mot en tête. Mais à quoi bon faire connaissance ? Surtout avec des questions aussi... spécifiques ? De nouveau, elle avait la sensation qu'il ne se trouvait pas là par hasard. Un sentiment tout à fait déplaisant. Moins elle en dirait mieux ça serait... Peut-être était-il un voleur avide de la détrousser ? Répondre qu'elle n'était pas guerrière lui aurait peut-être permis de la voler, de la violenter et peut-être même pire. Elle ne regrettait donc pas sa réponse. Non, pas le moins du monde.

Soulevant sa main qui détenait toujours la miche de pain, elle réalisa que la moitié n'existait déjà plus. Lune s'en était fait une joie. Elle releva alors le nez, une moue boudeuse, quasiment enfantine sur les lèvres. Une expression bien rare qu'il valait mieux ne pas avoir à la cité.« Yu bilaik nou ku ! » Une sorte de sermon amicale auquel la belle demoiselle au pelage chocolat émit un hérissement comme pour répondre à sa maîtresse. Un grommellement échappa à la Krikja alors qu'elle lâcha le reste de pain dans l'herbe et qu'elle glissa ses doigts dans le pelage de l'animal. Elle grattouilla finalement les oreilles de sa partenaire animal et reporta son attention sur Chris, réalisant qu'elle n'avait pas répondu à sa question. Si elle était loin de chez elle ? Évidemment. Mais pas tant non plus. « Je suppose être plus près de chez ta tribu que mienne. Je venir du désert. L'endroit sablé sous le soleil, tu comprendre ? Et toi ? Tu n'être pas guerrier, je pense ? » Non parce qu'il était bien maigrichon par rapport à un Rahjak mais parce qu'il n'en avait simplement pas l'air.... enfin, elle n'y mettait pas sa main à couper parce qu'il semblait plein de ressource ce petit bonhomme.
 

fiche par century sex

avatar
01/11/2015 Glacy 1449 Brett Dalton murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 76
- Whatever it takes -


Sujet: Re: A lone fool out in the sun ~ Armétis
Sam 12 Aoû - 10:23

« Luhne...» J'hochai la tête pour l'encourager à continuer alors qu'elle tentait tout comme moi de répéter d'autres mots. Des mots qui n'étaient pas familier, qui résonnaient étrangement dans l'air alors que tous deux nous tentions de faire des efforts pour apprendre. Elle réessaya et cette fois-ci ce fut avec la bonne prononciation qu'elle y arriva, continuant de progresser. « Une.... Lune...Son nom, oui...» « Oui, c'est bon, c'est cela. » L'encourageant. Pour ainsi dire j'avais été dans la même situation. Cette situation avait même été plus compliquée pour moi alors qu'elle n'était pas la première native que je croisais en réalité. Ayant croisé autant Alysha qu'Elouan. Et je n'avais pu que constater avec une certaine surprise qu'il pouvait s'en falloir de peu pour que la situation dérape. Une situation avait faillit déraper alors que des étincelles étaient bel et bien apparues entre la guerrière calusa et moi-même mais le berger avait réussi à calmer le jeu. Et au-delà de cela, en surmontant les pointes de méfiance, on avait réussi à y arriver, réussissant à discuter plus ou moins. Des tentatives pour apprendre de nouveaux mots. Ce que j'avais réussi à faire encore plus qu'auprès des naoris qui étaient venus nous donner un coup de main, bien que pour le coup j'avais toujours l'impression d'avancer sur un terrain inconnu. Toutefois Arméthyse ne semblait pas aussi méfiante que l'avait été Alysha, alors qu'elle semblait plus contrôler ses gestes et son humeur que la calusa. Bien qu'à vrai dire je ne m'étais sans doute pas mieux comporter qu'elle. Ce qui changeait toutefois alors que j'avais laissé ma méfiance de côté, abaissant mon poignard pour tenter de discuter avec elle. Ma fascination par sa monture réussissant à rompre la glace. Un cheval que j'avais pu ne rencontrer que de loin lors de ma dernière rencontre avec les natifs alors qu'Alysha s'était montrée bien plus méfiante qu'Arméthyse. Chassant toutefois cette dernière conversation alors que je me concentrais sur la jeune femme qui se trouvait en face de moi.

La conversation qui continuait alors que je tentais de m'exercer à leur langue, prononçant de nouveaux mots en faisant des efforts. Un sujet de la mort abordé. Un sujet qui ne parut pas l'offensé alors qu'elle compris ce que je voulais dire. « Je... comprends. Et oui, la mort. Yu gonplei ste odon... Mais tu n'es pas mort... encore. » « Nou deyon. » Une tentative pour dire que ce n'était pas aujourd'hui que je mourrai. Du moins je ne comptais pas mourir bien que je n'étais pas certain de la traduction exacte alors que leur langue autant que la notre semblait complexe à leurs yeux. Un langage que je pouvais espérer apprivoiser petit à petit bien que je doutais pouvoir atteindre leur niveau autant qu'eux semblait ne pas vouloir conjuguer des verbes. Plus facile sans. « Yu ste mema gon "yu gonplei ste oden" ? » Esquissant une grimace, non je n'étais pas sûr que c'était l'exacte traduction pour demander s'il employait toujours la même phrase pour annoncer la mort de quelqu'un. Ne pouvant que me poser des questions sur leurs rites funéraires mais aussi sur sa vie alors qu'il semblait que chaque tribu différait les unes des autres. Continuant de poser mes questions, curieux. Et autant que je tentais de parler sa langue, elle tentait de parler la mienne y arrivant peut être même avec plus d'aisance que je n'y arrivais pour ma part. « Mais non, je ne suis pas... guerrière. Ou peut-être. » J'haussai un sourcil, ayant du mal cette fois-ci à suivre. Ne pouvant que me demander s'il y avait d'autres fonctions que guerrier dans leur tribu. Peut-être était-elle chargée d'une personne en particulier ou de personnes importants, ne pouvant que me demander tout aussi qui les commander.  « Tu sais combattre pourtant... » Parlant plus à moi-même qu'elle toutefois.

Ne pouvant que sourire à mon tour en voyant que la miche de pain avait disparu en partie. Amusé, oui. « Yu bilaik nou ku ! » Une miche de pain qui ne pouvait plus servir comme une arme pour m'assommer désormais alors qu'il n'en restait qu'un morceau, le reste déjà dévoré. « On a pas de cheval au campement. Ai op won kom Calusa, pikuni.. avant. » Ne pouvant que me rappeler la rencontre que j'avais eu, bien que cette fois-ci j'avais pu m'en approcher beaucoup plus près. « Vous en avez d'autres chez vous ? Cheval ? » Me demandant s'il y avait d'autres animaux par chez elle alors que j'étais certain qu'elle ne venait pas d'ici, qu'elle venait de plus loin alors que le monde semblait bien vaste mais moins autant que l'espace. Une première question auquel elle ne tarda de me répondre. « Je suppose être plus près de chez ta tribu que mienne. Je venir du désert. L'endroit sablé sous le soleil, tu comprendre ? Et toi ? Tu n'être pas guerrier, je pense ? » « Je comprends oui, mais jamais vu. Ai laik gona. » Ayant compris sa question bien que je pouvais comprendre sa réticence. Cependant je doutais que nos styles de combat étaient les mêmes alors que là-haut dans le ciel, les décharges électriques suffisaient pour mettre hors d'état de jeu les jeunes. Il n'y avait jamais eu de réel combat, et je n'avais jamais participé à une guerre bien que je m'étais toujours appliqué à m'entraîner autant que mon travail là-haut avait toujours constitué à enfermer des jeunes dans une cellule. Si les armes nous facilitaient la vie, il n'en restait pas moins que je n'avais pu que vouloir ne pas dépendre que d'elle alors que j'avais appris à manier les poignards, plutôt bon avec. En détachant un que je lui présentai, lui tendant l'arme pour qu'elle puisse l'examiner. « Est-ce que vous vivez dans un campement ou... ? » Continuant pas moins la conversation comme si de rien n'était non pas dans l'idée de les attaquer mais parce que j'étais curieux; autant conscient de ne pas devoir dévoiler les faiblesses du campement qui étaient nombreuses. « As-tu des heda ? leaders dans ta tribu ? » Tentant d'y aller doucement pour ne pas la rendre plus méfiante qu'elle ne pourrait être alors qu'en tant que militaire je ne pouvais que me douter qu'en général la question des armements, secrets, leaders étaient toujours un sujet sensible de chaque part. Chacun tenant à ses secrets.

avatar
21/04/2016 Arméthyse 659 Dichen Lachman None! Garde royale - stratégie et combat 0
✣ Chaos is a ladder


Sujet: Re: A lone fool out in the sun ~ Armétis
Sam 12 Aoû - 15:39


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


♦ A lone fool out in the sun ♦

Chris Ҩ Arméthyse
« Each friend represents a world in us, a world not born until they arrive, and it is only by this meeting that a new world is born. » Anais Nin.











Compréhensif et encourageant plutôt que moqueur, Chris aidait à sa manière, comme il pu pour qu'elle parvienne à correctement prononcer le mot "Lune". Ce qu'elle réussit finalement, avec beaucoup de patience et d'effort. Un succès dont elle se trouvait assez fière. Même si ça n'était pas grand chose en réalité. Souriante au possible, elle hocha la tête lorsqu'il lui annonça que la mort ne serait pas pour aujourd'hui. Il semblait bien mieux se débrouiller qu'elle avec des langues qui lui était étrangère. Enfin, c'était le ressentis de la Krikja sur le moment. Elle comprenait très bien ce qu'il disait, même s'il semblait hésitant, il avait bon. Toujours de son air taquin, elle lui offrit un clin d'oeil, pas certaine de le laisser en vie non plus avant son départ. Car même si jusqu'à présent il n'avait été menaçant qu'au début et que l'ambiance était plus détendue, presque amicale, elle n'en oubliait pas moins qu'elle ne le connaissait ni d'Eve ni d'Adam et qu'elle devait demeurer méfiante à son sujet. Elle repensa à Elouan dans cette grotte, coincée à ses côtés à cause du tremblement de terre. Elle se souvenait parfaitement de ce sentiment, le même qu'aujourd'hui, bien que la situation soit différente. Faire confiance était compliqué, et pour Elouan, elle avait fini par lui accorder en partageant plusieurs heures avec lui, plongés dans la même galère ensemble. Sauf que là, avec Chris, il n'y avait pas de danger, pas d'obligation à faire quelque chose ensemble. Pas d'obstacle à franchir. Et elle se demandait bien pourquoi un petit bonhomme comme ça l'avait approché en la voyant assise par terre à manger. Une scène bien commune et pourtant, il était venu la déranger et papotait tranquillement avec elle. Posant des questions qu'elle jugeait un peu trop personnelle. De plus en plus à vrai dire. Mais Arméthyse devait-elle en tenir rigueur et se questionner ou bien mettre ça sur le compte de la curiosité et de la maladresse ? Après tout, il venait du ciel et ne savait peut-être pas que parler de mort et questionner un Rahjak sur sa tribu était alarmant pour le Rahjak concerné et dangereux pour le bonhomme qui osait questionner ? Et le sujet ne dévia guère puisqu'il en rajouta une couche. Non, elle comprenait qu'il porte de l'intérêt à découvrir une nouvelle culture, ainsi donc, il était juste indélicat, parlant de tout et n'importe quoi sans vraiment chercher de logique, usant des mots qu'il connaissait sans doute. Mais pourquoi pas. Elle avait joué le jeu jusque là et se plaisait tout de même à cette discussion, alors autant la maintenir et voir où tout ceci allait les mener.

Ainsi, elle hocha la tête de façon positive à sa question. Oui, tout les morts avaient nécessairement droit à cette phrase solennel d'adieu. Les esclaves aussi, même si cette mort-là était bien moins attristante. Ils pouvaient bien mourir comme des chiens dans la rue, personne ne s'en souciait réellement, enfin si, les maîtres, à cause du coût qu'aurait un nouvel esclave à acheter. Tout simplement. Mais enfin, un Rahjak n'a pas le droit de pleurer ou se lamenter pendant la cérémonie d'adieu, tandis que le défunt brûle, chez lui en revanche, ça peut être une toute autre histoire. Mais les membres de la tribu doivent toujours passer pour des durs à cuir sans coeur. En toutes circonstances...« Toujours. » Elle n'usa que d'un seul mot pour répondre à sa question, il n'y avait pas besoin d'expliquer tout en détails le rite funéraire, si ? En tout cas, elle s'aperçut finalement qu'elle n'avait guère ouvert la bouche depuis un moment, ou que très peu. Il ne fallait pas qu'il s'imagine quoique se soit, ça n'était pas intentionnelle de la part de Krikja pour le coup, elle ne voyait pas bien comment lui expliquer correctement ce qu'il aurait peut-être aimé savoir. Mieux valait ne pas parler de mort pendant des heures. Elle reprit un peu plus la parole, l'observant toujours et venant flatter à nouveau l'animal pour se donner une contenance, ne pas rester immobile, avec tout le chemin parcouru, ne pas bouger risquait de la courbaturé. « Tu t'exprimer très bien dans ma langue. Pas avoir peur, tu devoir. » De nouveau la dérive. Elle ne lui avait pas dis si oui ou non elle était une guerrière, mais il en arriva à cette conclusion. Bien sûr qu'elle savait se battre. Mais elle ne l'avait pas fait, elle n'avait rien fait de tel par-ici, pas aujourd'hui, alors comment diable pouvait-il le déduire ? Le savoir ? Avait-il déjà vue un combat entre Arméthyse et quelqu'un d'autre ? Peut-être était-il déjà passé chez les Rahjak, l'air de rien, prétextant d'être d'une tribu voisine, pour marchander et qu'il avait assisté à un de ses entraînements ? Non. C'était bien peu probable. Elle se posait bien trop de question, sans doute. Mais il attisait un peu plus sa curiosité et il était tout à fait surprenant, ce type-là. Peut-être était-ce à cause des préjugés sur les Rahjaks ? Certains ne savaient pas ce battre, les esclaves, encore une fois, ils ne pouvaient pas tous se défendre. Et les femmes n'étaient pas toutes des guerrières. Elle n'avait qu'à se souvenir de sa mère, sa douce et gentille mère, pas guerrière pour un sous. Une vraie fleur dans le monde Rahjak, une fleur tâchée de sang à cause des autres mais pas à cause de ses propres agissements.
« Tu être le voyant de ta tribu ?  » Rigola-t-elle alors. C'était bien possible après tout. Même si elle ne croyait nullement en la religion et à l'ésotérisme. Indirectement, elle voulait signifier qu'il avait raison. Qu'elle savait se battre. Mais l'appellation guerrière, non, elle ne prétendrait pas à un tel titre.

L'intérêt porté par le Skaikru à propos des chevaux s'avéraient sincère et touchant. Krikja continuait à sourire en offrant de l'attention et de l'amour à sa monture tandis que Chris lui expliquait qu'il n'en avait vue que de loin, avec des connaissances de deux tribus différentes et étrangères à celle du désert. Enfin, les relations entre les Rahjak et les autres tribus n'étaient jamais bonnes et ne le seraient jamais sans doute... Mais enfin, Arméthyse parvenait à se faire des amis dans différentes tribus alors elle ne voyait pas pourquoi les autres ne mettaient pas d'eau dans leurs vins comme elle le faisait. Et elle n'était pas la seule d'ailleurs.. pourquoi les Rahjak ne voulaient-ils pas entretenir de bonnes relations avec les autres ? A quoi bon conserver l'esclavage également alors que les autres tribus n'en faisaient pas usages ? Trop de question et trop peu de réponse. Rien ne changerait de si tôt. Hélas.

Abandonnant totalement le parler terrien pour ne parler qu'en sa langue, elle affirma alors :  « D'autres chevaux chez nous, oui, un peu. Mais aussi des...  » Malheureusement le mot, elle ne le connaissait pas non plus. Elle voulait parler des dromadaires et des chameaux. Elle grommela légèrement et entrouvrit alors sa veste, fouillant dans la poche intérieur, non pour en sortir une arme mais un morceau de charbon qui lui servait à écrire un le petit carnet où, encore petite, elle avait écrit les conseils médicinales de Nessa. Carnet qu'elle avait complété avec le temps et les découverte qu'elle avait pu faire. Mais il n'était pas complet pour autant, elle n'y écrivait pas tout et n'importe quoi non plus. Elle commença alors à dessiner, distraitement en l'écoutant toujours parler et en lui répondant toujours. Il aurait sa réponse à sa question, mais ultérieurement, lorsqu'elle aurait terminé de dessiner ce dont elle voulait parler.

Chris ne répond pas réellement à sa question. Étaient-ils près de chez lui ou pas ? Elle ne savait pas, il restait évasif, n'expliquant pas vraiment lorsqu'il parlait. Il semblait vouloir discuter mais sans jamais argumenter ou épiloguer quand un sujet le concernait lui en particulier ou sa tribu. Même si jusqu'à maintenant, elle ne s'était pas montrée si insistante pour en savoir plus. Elle allait le faire. Mais à force de ne parler que d'elle ou des Rahjak, Arméthyse commençait un petit peu à être agacé. Mais finalement, il lui annonça qu'il était bien un guerrier. Ah bon ? Elle n'en avait pas eu la certitude. Cette carrure n'était que peu musclé par rapport aux Rahjak, elle devait bien l'avouer, mais il devait être très rapide, un réel atout pour le coup. Les combattants du ciel devaient avoir des méthodes de défenses et d'attaques bien différentes que ce qu'elle pouvait connaitre. Peut-être maîtrisaient-ils la dynamique et l'acrobatie ? Elle s'imaginait des combats en intérieur, de tout petit intérieur parce qu'il s'imaginait mal à quoi pouvait ressembler les vaisseaux volants d'où ils provenaient tous. Mais elle n'osa pas le questionner. Lui demander s'il était un bon combattant parmi les siens semblait bien trop déplacé, elle ne voulait pas avoir l'air de le jauger pour lui mettre une raclée après ça. Mais le moment propice pour lui montrer le dessin du chameau et du dromadaire qu'elle avait dessiné arriva à point nommé, la sortant de cette délicate réflexion. Sans le vouloir, ils firent un échangent puisqu'il tendit à ce moment-là le poignard avec lequel il aurait pu l'attaquer ou se défendre en cas d'attaque quelques minutes auparavant. Elle lui laissa alors le carnet et observa la lame et son pommeau. Une bien belle lame. Propre en plus de ça. Il devait y faire bien attention. « Jolie...  » Susurra-t-elle en se saisissant de l'arme, elle s'éloigna légèrement pour ne pas effrayer l'animal et elle mania avec habilité le poignard, le faisant tourner dans sa main et autour d'elle. Les jambes fléchis, elle transperça l'air avec la lame et esquissa un sourire. Une arme bien légère, à l'image de son possesseur. Elle revint près de Chris et lui tendit de nouveau, désignant dans un même temps le carnet. « Un peu de chevaux et beaucoup des deux comme ça... Et non, pas vivre dans un campement. On dormir sous dans tentes dans le sable. » Un mensonge cette fois. Il n'avait pas besoin de savoir où ce situait la cité, ni-même d'en savoir beaucoup à son propre. A moins que les petits gens du ciel ne veuillent venir faire la guerre. Elle ne donnerait pas les bonnes informations. Pas à un inconnu tel que lui. Pas aussi rapidement, elle n'était pas stupide et ne prendrait pas de danger pour rien. Alors elle préférait lui parler de tente, sans parler des murs de la cité. Tous ensemble, ils vivaient entre les murs, en huis clos, il suffirait à une armée de les encercler et d'attendre qu'ils ne meurent de faim. Mais enfin, si les Skaikru n'avaient pas les bonnes informations, ils ne sauraient mettre au point de stratégie. Elle esquissa un sourire et se retint de rire à cette nouvelle question. Avait-elle la prestance d'être heda ? Qu'elle le soit ou non, une réelle heda ne le dirait pas, au risque de se faire attaquer, n'est-ce pas ? Elle hocha pourtant la tête, un nouveau mensonge. « La seule. Mais tu ne l'être pas parmi les tiens, tu être trop petit. J'avoir bon ? » Trop petit, elle ne parlait non de sa taille, évidemment, parce qu'il était déjà pas mal grand mais bien de sa musculature. Elle était persuadée que de gros loubards vivaient parmi eux. Même si jusqu'à présent, elle n'avait vue que des jeunes assez maigrichons, comme Taël. Il était le premier adulte venu du ciel qu'elle rencontrait. Elle croisa alors les bras autour de sa poitrine et plissa de nouveau les yeux en le reluquant de haut en bas, comme pour donner plus de poids à cette quasi affirmation. Non, pour elle, un petit bonhomme comme lui ne pouvait définitivement pas être leader parmi les siens. A moins qu'il ne compense son manque de capacité physique par sa vivacité d'esprit, c'était bien possible ça. « Tu poser trop de questions sur moi et miens et tu en dire très peu sur chez toi et tiens. Si tu ne parler pas plus, je partir toute suite d'ici. Dommage s'être, non ? » Une première sommation. Parce qu'elle ne savait que bien peu de chose en retour. Outre son nom, son appartenance et le fait qu'il vive potentiellement près d'ici, qu'il n'a pas vue beaucoup de chevaux dans sa vie et qu'il soit un combattant, elle ne savait rien d'autre. Alors que lui, avait déjà pas mal d'informations, fausses pour certaines, mais quand même. « Pourquoi vous venir du ciel ici, par exemple ? Pourquoi tu poser des questions sur miens ? Tu chercher la guerre peut-être ? Mais tu petit pour faire la guerre mais si tu combattant... »



fiche par century sex

avatar
01/11/2015 Glacy 1449 Brett Dalton murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 76
- Whatever it takes -


Sujet: Re: A lone fool out in the sun ~ Armétis
Sam 12 Aoû - 17:22


« Toujours. » J'hochai la tête pensif. Sans doute pas  l'une des questions les plus courantes, ni l'un des sujets les plus appréciables alors que je n'en n'étais que venu à aborder le thème de la mort. Arméthyse ayant répondu à ma question alors que je ne pouvais que comprendre que cette même phrase était répétée dans chaque tribu apparemment pour rendre hommage aux défunts, à ceux qui tombaient au combat mais aussi aux vieillards, enfants, femmes et hommes. Ce n'était pas ce genre d'hommage que nous rendons par chez nous. Peut-être serait-il plus simple de prononcer cette phrase que de tenter de dire quelques mots pour rendre un hommage à une personne qui n'était pas réellement connu. Ce qui s'était passé avec Conor. Je ne le connaissais pas. Il était un soldat lui aussi et pourtant je ne savais rien de lui. Non pas que j'avais tenté de savoir plus et vice-versa alors que je ne l'appréciais pas. Un sentiment réciproque alors aucun n'avait tenté d'en savoir plus. L'impossibilité aussi de brûler le corps de peur d'attirer des menaces indésirables ou des bêtes. Obligé au final de creuser à même le sol pour tenter de lui creuser une tombe digne de son nom. Non pas que Conor avait eu une mort agréable alors qu'il ne restait de sa carcasse que des morceaux. Un corps en partie rongé par les bêtes sauvages alors que des os restaient. Pouvant encore me rappeler l'odeur de la mort autour alors que bien que difficilement on tentait de l'enterrer. La mort qui nous attendait tous au final un jour ou l'autre. Mais comme je lui avais dit je ne comptais pas mourir aujourd'hui, et, je ne pensais pas qu'elle le souhaitait non plus.

La conversation qui continuait de bon train alors que je tentais de faire des efforts en parlant sa langue. « Tu t'exprimer très bien dans ma langue. Pas avoir peur, tu devoir. » J'haussai un sourcil face à ses mots. « Peur de qui ? ou quoi ? » Une question alors que je pouvais me demander si elle me menaçait, si je devrai avoir peur d'elle. Ce qui n'était pas le cas pour le moment, toujours pas alors que je la regardais. « Tu être le voyant de ta tribu ?  » Je secouai la tête surtout amusé plus qu'autre chose. « Non. Tu m'as dit être une combattante, donc partant de là j'imagine que tu te sais te battre.  » Que des déductions. Je n'avais aucun don de voyage, ne croyant pas à des fantaisies alors qu'au contraire je croyais surtout en des faits. Me servant des yeux pour examiner les personnes, pour déduire ce que je pouvais des personnes. Elle avait tout d'une combattante rien qu'en sa posture, son comportement et elle même l'avait dit bien qu'elle n'avait pas répondu avec une totale affirmation à ma question non plus. Il y avait toujours des doutes, des incertitudes mais au moins nous réussirons à tenter de nous comprendre. Nous essayons encore et encore et petit et petit une conversation s'installait. Une conversation qui semblait plus développée que celle que j'avais eu avec Alysha et Elouan alors qu'à ce moment je connaissais bien moins de mots.


M'intéressant autant à sa monture qu'aux autres animaux sauvages qui pouvaient exister par chez elle et dont je n'avais aucune connaissance. « D'autres chevaux chez nous, oui, un peu. Mais aussi des...  » La regardant fouiller dans sa veste alors qu'au même instant un échange se produisait. Un échange qui avait eu lieu pour ainsi dire naturellement alors que lorsqu'elle me tendit son carnet, je lui tendais mon arme pour qu'elle puisse l'examiner. Mon regard posé sur elle avant tout. « Jolie...  » Je lui adressai un signe de tête alors qu'en effet j'en prenais soin énormément, prenant soin de cette lame comme de chacune que j'avais avec moi. La regardant la faire virevolter dans l'air avec agilité et prouesse. Non elle était définitivement une combattante. « Gona.  » Cela ne faisait aucun doute même qu'elle en était une désormais alors qu'elle savait autant que moi manier sa lame et je ne doutais pas qu'elle puisse tuer quelqu'un avec. Reportant mon attention sur le carnet qu'elle m'avait tendu un peu plutôt, examinant les dessins. Des dessins tracés à la main qui représentait visiblement deux espèces différentes. Ecoutant ses explications en même temps que je jetais un coup d'oeil aux dessins. « Un peu de chevaux et beaucoup des deux comme ça... Et non, pas vivre dans un campement. On dormir sous dans tentes dans le sable. » « Comme des chevaux non ? » Ne pouvant que me demander s'ils s'en servaient comme des montures ou s'ils n'étaient que des animaux parmi tant d'autres. « Joli. » Désignant les dessins en lui adressant un sourire alors qu'en soit elle les avait bien représentés. Ce que je ne pouvais qu'imaginer alors que je ne pouvais toutefois pas comparer ces dessins à la réalité. Je ne les avais vu en vrai et je ne pouvais que croire que ce qu'elle me racontait ou imaginer à quoi ils ressemblaient dans la réalité. Ce qui était toutefois suffisant pour le moment. N'en venant autant qu'à rebondir sur ses mots. « Nous aussi dormir sous des tentes. » Majorité des cas, car, autant que la structure en ferraille de l'odyssée nous protégeait bien souvent quand les températures étaient hautes, c'était dedans que nous dormions. Des mesures suffisantes alors qu'il ne me fallait rien de plus qu'un lit de camp pour pouvoir dormir.

N'en venant qu'à lui demander s'il y avait des leaders dans sa tribu, ce à quoi elle me répondit par un hochement de tête avant de développer un peu plus. « La seule. Mais tu ne l'être pas parmi les tiens, tu être trop petit. J'avoir bon ? » Je fronçais les sourcils alors qu'elle m'annonçait être la seule leader de sa tribu, ayant du mal à y croire à vrai dire. Ayant du mal à y croire alors qu'il me semblait totalement invraisemblable que les siens laissent leur leader s'éloigner de leur campement seul et s'avancer peut être dans un territoire ennemi. « Vraiment ? Pourquoi es-tu seule ? » Fronçant les sourcils un peu plus alors que j'étais suspicieux autant que je répondais à sa question avec un sourire autant. « Je ne suis pas petit. Mais non, je ne suis pas un leader. » Une pointe de méfiance de nouveau là de chaque côté alors que je ne croyais pas à sa soudaine version de faits et elle commençait à devenir trop suspicieuse. Une situation qui pouvait rapidement dégénérée. « Tu poser trop de questions sur moi et miens et tu en dire très peu sur chez toi et tiens. Si tu ne parler pas plus, je partir toute suite d'ici. Dommage s'être, non ? » Un raisonnement que je pouvais comprendre pas moins bien que je n'insistais pas sur le fait qu'elle ne m'avait pas posé de réelles questions, ne voulant créer une dispute inutile ou la provoquer plus qu'il ne faudrait. « Pourquoi vous venir du ciel ici, par exemple ? Pourquoi tu poser des questions sur miens ? Tu chercher la guerre peut-être ? Mais tu petit pour faire la guerre mais si tu combattant... » « La mort... » C'était une évidence alors que nous mourrions là-haut dans l'espace bien que je ne pouvais que me demander si elle n'allait pas me voir encore plus comme une menace alors que nous étions bel et bien venu sur terre. Posant la main sur mon coeur alors que je reprenais la parole pour lui montrer que je ne cherchais pas le danger. « La curiosité. Je ne cherche pas la guerre et tu as le couteau, pas moi. Je protège les miens et je suis curieux sur les autres. » Difficile d'expliquer plus. « Pose moi des questions, j'y répondrai et j'espère que tu feras de même. Op gon op ? »


avatar
21/04/2016 Arméthyse 659 Dichen Lachman None! Garde royale - stratégie et combat 0
✣ Chaos is a ladder


Sujet: Re: A lone fool out in the sun ~ Armétis
Sam 12 Aoû - 23:42


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


♦ A lone fool out in the sun ♦

Chris Ҩ Arméthyse
« Each friend represents a world in us, a world not born until they arrive, and it is only by this meeting that a new world is born. » Anais Nin.











Un léger silence s'était imposé après ce sujet de mort abordé. Elle n'osa pas reprendre tout de suite puis avait repris la parole, pensant qu'il avait eu assez de temps devant lui pour éclaircir ses pensées et revenir au moment présent. Il était un combattant tout comme elle, alors elle ne pouvait nier les pensées qui pouvaient assaillir tout un chacun en parlant de combat. Elle se remémorait parfaitement des bagarres, mais aussi des pertes. Des combattants tombés, soit au combat, soit pour diverses autres raisons. Parler de la mort ravivait fatalement des souvenirs et des images, des souvenirs bons et d'autres nettement plus obscurs et douloureux. Autant à Chris qu'à Arméthyse.

Finalement, elle l'encourageait à parler le langage terrien, lui expliquant qu'il se débrouillait très bien, qu'il ne devait pas avoir peur de faire des fautes tandis qu'elle même préférait parler en anglais pour essayer d'améliorer son vocabulaire et ses manières et aussi la pratiquer tout simplement. Pourtant, Chris ne semble pas avoir compris le sens qu'elle avait voulu donner à ses propos puisque déjà il la questionnait en retour. « Peur de qui ? ou quoi ? » S'il comprenait de travers, c'est bien parce qu'il ne devait pas parler aussi bien qu'elle se l'imaginait. Il l'avait corrigé tout à l'heure mais ne le faisait plus, alors elle pensait ne plus commettre d'erreur mais ça ne devait pas réellement être le cas. Mais bon, ça n'était qu'une formalité, les erreurs n'étaient pas forcément très grave, à moins que comme maintenant, il ne comprenne pas ce qu'elle voulait dire. Un problème à présent. « La peur de parler mal. Tu devoir pas avoir peur de me parler. Ma langue ou ta langue. » Elle haussa simplement les épaules, ça n'était pas bien dur de la comprendre elle, ou ce qu'elle demandait non ? D'un autre côté, elle pouvait comprendre qu'il soit un petit peu perdu, elle lui parlait de peur alors même qu'ils avaient parler de mort et de combattant, alors peut-être bien qu'il avait tirée des conclusions hâtives et se sentait menacé.

La conversation suit son cours et les yeux de la Rahjak ne cesse de l'observer, de le détailler pour essayer de capter la moindre information qu'elle pourrait obtenir de sa posture, le moindre sentiment qu'il pourrait ressentir ou démontrer. En le fixant, elle n'allait rien raté, c'était une certitude. Si jamais il venait à se montrer de nouveau sur ses gardes ou agressif, elle devait rester sur ses gardes, toujours être sur le qui vive. Mais il lui expliqua alors qu'il n'était pas un voyant et qu'elle lui avait dis être combattante, non, elle ne l'avait pas dis textuellement, ni-même sous entendu, elle avait simplement joué avec ses mots. Nier n'était cependant plus possible à présent, elle hocha alors la tête, une habitude qu'elle prenait plutôt que répondre un "oui" qui aurait réellement éclaircit et confirmé tout ceci. D'autant que ce petit exercice avec la lame qu'il lui confiait ne pouvait décidément pas venir contredire qu'elle était une guerrière. Elle esquissa un sourire tandis que Chris répétait le mot en langage terrien, une manière de confirmé qu'il avait eu raison. L'affaire étant réglée, elle n'ajouta rien de plus et la discussion se recentra alors sur ses dessins et sur les animaux, choses qui la passionnait plus qu'elle ne voulait bien le faire croire. La question de Chris la rendit perplexe, évidemment que oui sa tribu usait des dromadaires et des chameaux aussi bien pour se déplacer que pour ramener des choses diverses et variées. « Oui, comme les chevaux. » Elle aurait aimé lui dire que ça n'était pas que cela, pas juste des bêtes qu'ils utilisaient pour bouger et faire la sale besogne, mais ça n'aurait été que pur mensonge car les Rahjak n'aimaient pas la nature et n'aimaient pas bien non plus les animaux, elle était certainement une des rares personnes à aimer tout ça. Même s'ils existaient de nombreuses exceptions. Elle était de ceux qui aimait, de temps à autres, apporter des morceaux de pains aux chevaux et autres animaux, en cachette la nuit, pour les gâter un peu, les remercier d'une certaine façon de ce qu'ils accomplissaient quotidiennement. A eux et à certains esclaves bien malheureux ou très maltraités, elle pensait à Sven notamment. Et bien d'autres... Tant d'autres...

Elle revint au moment présent lorsqu'il expliqua qu'eux aussi, enfants du ciel dormaient sous des tentes. Elle esquissa un sourire. A vrai dire, elle ne s'était pas imaginé une autre façon de vivre pour eux, des nouveaux venus n'ayant pas grand chose et aucune connaissances de la terre. Ils n'étaient pas capable de construction des maisons ou de pratiquer sur de la pierre ou du bois, non ? Alors des tentes toute bête, c'était bien ce qu'elle s'était dit. Raison pour laquelle elle avait justement parlé de tentes, supposément montées dans le désert pour tenir sa tribu à l'abri. Et il semblait bien la croire, sans remettre en question une seconde la bêtise que c'était. Parce qu'il était impossible de vivre dans le désert sous une tente, rien qu'avec les tempêtes de sables, personne ne survivrait jamais, les Rahjak n'existeraient plus depuis bien longtemps en menant une telle vie de misère. Mais ce mensonge là s'accompagnait de l'autre mensonge qu'elle avait dis. Elle se faisait passer auprès de lui pour le leader des Rahjak. La seule. Mais il ne semblait pas non plus comprendre cela. Et elle s'imaginait parfaitement pourquoi. Le Skaikru en profita pour la contredire sur sa force et pour lui expliquer qu'il n'était pas leader des siens. « Vraiment ? Pourquoi es-tu seule ? Je ne suis pas petit. Mais non, je ne suis pas un leader. » Le mensonge était bien trop dur à avaler, voilà pourquoi il devait en douter. « J'être la seule leader parce que j'être la plus forte et la plus intelligente mais aussi parce que j'avoir tué l'ancien heda en duel. » Elle esquissa un sourire fière, contant une histoire qui n'était pas réelle mais qui aurait pu l'être. Car même si les dirigeants n'étaient pas choisis de cette manière parmi les siens, elle se disait que ça aurait pu, que les Rahjak étaient assez violent pour faire ça plutôt que de laisser une seule famille dirigée de descendant en descendant qui semblait bien plus ridicule comme manière de gouverner. Mais enfin, elle était proche de certains membres Draghsteel, était la garde royale de l'une d'elle, alors elle ne pouvait définitivement pas l'ouvrir et dire ce qu'elle pensait ouvertement. En tout cas, Arméthyse se plaisait à ce petit mensonge. Non pas parce qu'elle aimait mentir, elle détestait ça, mais elle ne connaissait pas Chris et ne pensait pas le revoir un jour, alors elle se donnait la permission, pour une fois, de raconter à un inconnu une vie qui n'était pas la sienne. Une vie, qu'elle s'inventait de toute pièce au fur et à mesure, même s'il existait une part de vérité dans ses mots. L'idée du duel lui était venue d'un livre qu'elle avait lu alors qu'elle était petite. A l'époque du Moyen-Âge les chevaliers combattaient en duel, assit sur des chevaux, des lances dans les mains. Les images parlaient surtout plus que le texte pour elle à cette époque-là, car il était difficile de se représenter tout ça. Sur le moment, elle repensa d'ailleurs à une amie d'enfance très précieuse qu'elle n'avait plus revue et à qui elle en voulait un peu. Ezra, une fille qui avait été esclave tout comme elle et qui avait longtemps partagé cette vie de rêve, d'espoir et d'inventions. Ce petit jeu avec Chris était finalement, une sorte d'hommage à cette amitié perdue. Une façon d'y repenser, bien que cela soit douloureux au final. Vint finalement l'annonce de la raison de la venu de ces gens sur terre. La mort alors ? Elle ne comprenait pas bien mais était cependant touchée qu'il lui confie une telle vérité. Les yeux de Krikja se pose alors sur la main de Chris, posée sur son propre coeur pour lui signifier sans doute qu'il ne venait pas lui parler en mal, qu'il n'était pas une menace. Dans le fond, elle le savait bien, elle ne serait pas restée s'il en avait été autrement. Elle comprenait tout ce qu'il disait et elle se détendit de nouveau, rassurée. « Je comprendre ce que tu dire. J'être curieuse aussi, raison pourquoi je vouloir que tu me parler de toi et tiens. J'avoir beaucoup de question à poser et je répondre à tienne mais tu sembler pas croire que j'être Heda. Si tu pas me croire, Chrrrris, je te combattre maintenant, sans tuer. Juste montrer que j'être digne d'être heda chez mien.  » Donnant du poids à ses propos, elle lui tendit l'arme pour le lui rendre et ajouta rapidement : « Tu prendre les armes que tu vouloir et j'en pas prendre pour te montrer. » Elle rigola un peu. Peut-être était-ce stupide comme idée, qu'elle en ressortirait blessée. Mais elle n'avait pas peur, les cicatrices, elle en possédait déjà. Et puis cela s'apparentait à un entraînement comme un autre, bien que différent. Un combat avec lui n'était pas une si mauvaise idée pour voir un petit peu la manière que les Skaikru avaient de combattre. Mais enfin, il était peu probable qu'il accepte, quoique. « Tu voir ça comme un jeu. Si tu gagner, tu demander ce que tu veux, si je gagner toi faire ce que moi vouloir. »


fiche par century sex

avatar
01/11/2015 Glacy 1449 Brett Dalton murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 76
- Whatever it takes -


Sujet: Re: A lone fool out in the sun ~ Armétis
Dim 13 Aoû - 20:46


La regardant alors que par moment les mots étaient autant sensibles à une mauvaise interprétation, à une mauvaise compréhension tant de ma part que la sienne. Un air interrogateur sur mon visage alors que je ne comprenais pas où elle voulait en venir, ne comprenant pas de qui ou de quoi je devrais aller peur. Manquant de pousser un soupir de soulagement en entendant ses mots. « La peur de parler mal. Tu devoir pas avoir peur de me parler. Ma langue ou ta langue. » Pour le coup, elle m'avait presque un peu surpris alors que je me retrouvais à la regarder en clignant des yeux, un peu béat comme si les connexions neurologiques avaient eu du mal à se faire. Ce qui avait été le cas auparavant avant que je n'en vienne finalement à comprendre de quoi elle parlait précisément. Car, non Arméthyse ne parlait pas de la peur de l'ennemi, ou d'un adversaire d'un invisible juste du fait que non en effet je n'avais pas peur d'oser. De toute manière ce n'était pas comme si j'avais grand chose à perdre, préférant tenter le coup même s'il y avait autant le risque de se ridiculiser à cause des non-sens. Certes il y avait aussi le risque de déboucher à une guerre parce que j'aurai prononcé des mauvais mots ou de donner l'impression de l'insulter alors que ce n'était pas le cas, mais c'était un risque que je comptais prendre. Tentant de ne pas renouveler les erreurs que j'avais commis avec Alysha, la guerrière calusa qui m'avait pris en grippe. Non pas que je pouvais lui en vouloir alors que dans un sens je ne pouvais que me rappeler encore des regards enflammés qu'elle m'avait lancé. « Non je n'ai pas peur. Toi non plus. Tu as déjà rencontré les miens ? kom Skaikru ? » Ayant un peu fini par renoncer à sa langue alors qu'elle tentait de parler la mienne. N'hésitant d'ailleurs pas à l'encourager alors que j'étais autant curieux de savoir comment elle avait appris à parler cette langue que j'usais. « Tu parles bien ? Comment la savoir ? » Tentant de me faire comprendre en employant des mots qu'elle avait elle-même utilisé en s'adressant à moi quelques instants plutôt.

La conversation qui continuait alors que je ne pouvais m'empêcher de me renseigner sur les animaux qu'elle avait dessiné. Curieux de savoir qui ils étaient bien que je doutais de pouvoir traduire les mots qu'elle employerait pour les désigner à la perfection. « Oui, comme les chevaux. » J'hochai la tête en comprenant qu'ils pouvaient leur servir de monture, tentant d'imaginer à quoi ils ressemblaient de très loin alors que je ne les avais jamais eu en face de moi. Toutefois, j'avais eu le temps de jeter un coup d'oeil à ses esquisses et cela me suffisait pour le moment. Néanmoins autant que je pouvais être curieux, une pointe de méfiance continuait d'exister alors que j'avais du mal à croire à sa version des faits. Ayant du mal à croire que son peuple l'ait laissé venir par ici sans escorte. Si elle était un dirigeant, autant qu'elle pouvait être douée aux combats, il n'en restait pas moins qu'elle était autant mortel qu'un autre. Doutant qu'elle soit réellement une leader de sa tribu alors qu'ils prendraient pour autant le risque de la voir mourir. « Je comprendre ce que tu dire. J'être curieuse aussi, raison pourquoi je vouloir que tu me parler de toi et tiens. J'avoir beaucoup de question à poser et je répondre à tienne mais tu sembler pas croire que j'être Heda. Si tu pas me croire, Chrrrris, je te combattre maintenant, sans tuer. Juste montrer que j'être digne d'être heda chez mien.  » Je secouai la tête. « Cela ne prouve rien. On peut te battre sans pour autant qu'on ce soit un leader. » Une logique apparente alors que j'avais juste du mal à acheter sa version des faits mais au-delà de cela à me faire une raison. Car autant que je pouvais la combattre, ne souhaitant pas l'offenser, il n'en restait pas moins qu'autant qu'elle pouvait me battre ou que ce soit le contraire qui se produise que cela ne prouverait que l'un était meilleur que l'autre au combat. « Cela montrerait qu'on sait combattre seulement, chon yu bilaik gona. » Tentant de lui faire comprendre qu'en effet seul nos prouesses au combat seraient démontrées. Toutefois elle n'en démordait pas, n'insistant de plus belle. « Tu prendre les armes que tu vouloir et j'en pas prendre pour te montrer. » Une pointe d'agacement sur laquelle je n'insistais pas autant qu'elle avait surgi dans un recoin de mon esprit. Non pas que je ne voulais pas la combattre ou que je craignais de perdre, non pas que je souhaitais gagner, j'avais juste du mal à la cerner. Ne pouvant que me demander si elle me prenait pour un imbécile. Cependant je ne pouvais que me douter qu'elle ne fléchirait pas sur ce point comme elle me l'indiquait un peu plus. « Si tu ne prends pas d'arme moi non plus. » Un combat que je voulais équitable alors que je ne tardais à me défaire de mes différentes lames, n'en n'ayant pas une mais trois que je déposais avec un soin un peu plus au pied d'un arbre avec pointe d'attention. Car en effet je tenais à ces lames que j'entretenais particulièrement. « Tu voir ça comme un jeu. Si tu gagner, tu demander ce que tu veux, si je gagner toi faire ce que moi vouloir. » J'hochai la tête, ayant compris où elle voulait en venir. Un combat amical qui ne différerait pas réellement de ceux qui se déroulait entre les gardes. Ne commettant pas l'erreur de la sous-estimer alors que je savais que les femmes pouvaient être autant douées que les hommes aux combats, aux entraînements comme le prouvait Murphy qui était même ma supérieure. Ne me permettant jamais de commettre un tel affront. Au contraire, mon regard avait ores et déjà changé alors que j'en venais à l'étudier, tentant de remarquer forces et faiblesses. A la vue de ses comparaisons et des propos je ne pouvais que me douter qu'elle avait déjà affronté des hommes plus imposants, plus forts, qui usaient peut-être même une force brute. Autrement dit je ne pouvais que me douter que ce combat promettait et ne serait pas un tour de passe-passe, pas alors qu'elle était sûre d'elle et de ce qu'elle voulait. Mais autant que possible son arrogance pouvait aussi jouer en ma faveur et lui coûtait. Hochant la tête pour lui faire signe d'y aller alors que je lui indiquais de s'élancer la première.


avatar
21/04/2016 Arméthyse 659 Dichen Lachman None! Garde royale - stratégie et combat 0
✣ Chaos is a ladder


Sujet: Re: A lone fool out in the sun ~ Armétis
Mar 15 Aoû - 11:50


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


♦ A lone fool out in the sun ♦

Chris Ҩ Arméthyse
« Each friend represents a world in us, a world not born until they arrive, and it is only by this meeting that a new world is born. » Anais Nin.











Peur. Non, il lui expliqua que ça n'était pas le cas. Ce qu'elle comprenait, il osait et c'est justement cela qu'elle voulait signifier sans réellement réussir à le formuler comme elle le voulait. Elle l'observa avec un peu plus d'intensité lorsqu'il la questionna sur les gens du ciel. Si elle en avait déjà vue ? Oui. Des petits cents, même si elle ignorait que tout ces gens-là n'étaient pas réunis en un seul et même peuple. Elle en avait déjà vue, en effet. Taël, Rose et bien d'autres... D'abord lorsqu'ils étaient enfermés chez eux, à la cité. Puis plus récemment, lors d'une voyage. Mais de là à le dire à cet inconnu. Non, mieux valait ne rien dire. Krikja secoua alors la tête négativement. « Entendre parler de vous, gens de l'au-delà mais pas voir. Jamais. Que Chris. Et toi ? Tu déjà voir des gens de la terre ? » Elle préféra ne pas demander s'il avait déjà vue des gens de sa tribu, mieux valait une question générale, quitte à ce qu'il précise de lui-même, mais elle était bien curieuse de savoir si oui ou non il en avait vue d'autres. C'était probable après tout.

Mais la conversation tourna peu à peu au vinaigre. Bien que passive et n'aimant pas se battre pour rien, elle lui avait tout de même proposer. Plus un entraînement qu'un combat afin de cerner un peu plus les techniques dont il userait. Mais elle était butée et n'écouta absolument pas ces mots, du moins, pas entièrement ou elle ne répondit qu'à ce qui l'intéressait. Elle grommela donc juste sous le nez du Skaikru, il ne l'a croyait pas et il avait bien raison. Elle s'avoua alors vaincue, mais seulement sur ce petit détails, pas concernant cette bagarre improvisée. « J'être pas heda, d'accord, mais je vouloir voir si tu être combattant. » Une formulation bien approximative alors qu'en vérité elle ne voulait voir que la façon dont il allait se mouvoir, se défendre et ses attaques. Elle se pensait suffisamment entraînée et combattante pour faire face à un ennemi avec des techniques pour le moins secrète et mystérieuse. Mais peut-être se trompait-elle, elle ne voulait donc que vérifier ses propres capacités, voir si toutes ses années d'apprentissages et de labeur avaient été vaines ou si elle était assez débrouillarde pour s'en sortir.

Il accepta. Plus téméraire qu'elle ne le pensait et il expliqua même que si elle ne prenait pas d'arme, il n'en prendrait pas non plus. Mais elle se questionna. Devait-elle combattre comme Roan avait pu le lui apprendre, à la façon Rahjak, sans règle et avec fourberie, ou devait-elle s'imposer quelques consignes ? Elle se pinça la lèvre discrètement et glissa un regard jusqu'aux lames qu'il venait de déposer. Elle leva alors et secoua son index. « Je te combattre de façon loyal, mais tu devoir savoir que miens ne l'être pas. Autres auraient attiré attention, rouler et prendre tes armes et te tuer, même si avoir dis sans tuer. Nous êtres comme ça. » Enfin ce "nous" l'incluait alors même qu'elle ne voulait pas l'être mais enfin. Elle esquissa un sourire, sérieuse dans ces mots. Il n'y aurait guère de surprise à ce combat, juste lui et ses poings. Il lui intima d'y aller. Hors, elle savait parfaitement que le premier coup portait ne signifiait pas la fin, ni ne donnait l'issu du combat. Avant même de se ruer sur lui, elle écarta sa lourde veste lestée par les soins de Basile et elle la déposa dans un fracas métallique sur le sol. Ça n'était pas une armure, mais presque. Le but étant de porter un poids lourds au quotidien pour s'en accommoder et gagner en vitesse et dynamisme une fois retiré.

C'est avec rapidité qu'elle fit deux pas en direction de Chris, un troisième sur le côté gauche, puis une roulade en une sorte de diagonale, les paumes à plat sur le sol pour se rattraper et s'immobiliser accroupit, elle balaya les jambes du Skaikru avec sa jambe tendue gauche.


fiche par century sex

avatar
01/11/2015 Glacy 1449 Brett Dalton murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 76
- Whatever it takes -


Sujet: Re: A lone fool out in the sun ~ Armétis
Jeu 17 Aoû - 18:31


« Entendre parler de vous, gens de l'au-delà mais pas voir. Jamais. Que Chris. Et toi ? Tu déjà voir des gens de la terre ? » Hochant la tête. En effet j'en avais vu. Les premiers natifs que j'avais rencontré étaient ceux de la tribu des naoris qui étaient venus nous donner un coup de main. C'était grâce à eux que nous avions survécu la première fois. Me pouvant encore me rappeler les morts, les hurlements de ceux qui agonisaient. Je me rappelais la chute du ciel, le bruit de la structure métallique qui s'écrasait contre le sol. Difficile de ne pas se remémorer l'arrière-goût amer de la peur qui flottait à cet instant. Une chute qui avait eu plus un esprit fracassant que magnifique alors qu'elle ne s'était pas écrasée sur terre aussi délicatement qu'une étoile filante se serait éclipsée dans le ciel. Néanmoins au delà-de cela des souvenirs, venir sur Terre n'avait pas été une mauvaise chose alors que désormais nous étions en vie, respirant l'air pur de la nature. Et être sur terre, nous avait permis de rencontrer de nouvelles personnes et plus précisément des natifs bien qu'il y avait toujours des risques. Les naoris avaient été les premiers rencontrés bien que je n'avais pas pour autant échangé réellement avec eux. Non, ceux avec qui j'avais réellement échangé n'étaient pas des membres de la tribu des naoris mais de celles des pikunis, et calusas. Des personnes qui contrastaient de caractère alors qu'Elouan au-delà d'être un berger était bien plus calme que la guerrière calusa auquelle j'avais fait face, dont je pouvais encore me rappeler comment elle avait embroché l'écureuil avec une certaine violence avant de le mettre à griller. Un délice pour les papilles si on oubliait la triste fin de cette petite bête. Alors il était certain que j'avais rencontré d'autres natifs, cependant avec aucun d'eux la conversation avait été autant développée que ce qu'elle était en ce moment avec Arméthyse. La combattante de la tribu rahjak avait disons l'honneur de pouvoir m'entendre prononcer certains mots avec bien plus de facilités, et si cela pouvait sonner faux, je ne pouvais dans un sens qu'être satisfait. Prudent certes alors que ce n'était pas pour autant que la bataille était gagnée alors qu'il y avait toujours un risque à de mauvaises interprétations. Mon regard qui avait dérivé tandis que je me perdais dans mes pensées que je n'en venais qu'à reposer sur la jeune femme alors que la conversation reprenait.

Une conversation qui se compliquait alors que chacun n'en venait qu'à se méfier de nouveau. Ou du moins si elle se méfiait, je me méfiais désormais autant. Comme si l'atmosphère qui aurait presque pu être décrite comme allégée retombait tandis que je me retrouvais à la regarder avec une certaine suspicion. Une pointe de méfiance dans mon regard alors qu'au-delà de ne pas acheter son histoire, je n'en venais qu'à remettre en cause son raisonnement. N'en venant qu'à appliquer une logique implacable alors que je ne parvenais pas à comprendre où elle en voulait en venir, où elle croyait en venir. Car à mes yeux il était certain qu'être un bon combattant ne voulait pas dire pour autant que cette même personne était un leader. Les preuves qui défilaient dans mon esprit et l'image même de la hiérarchie du campement qui continuait de s'appliquer. Si j'étais un bon combattant, un soldat, il n'en restait pas moins que je n'étais pas un leader alors que si au contraire on me donnait un ordre je devrai m'y plier. Ne trouvant qu'un échappatoire face au conseil dans le mouvement rebelles et dans le désir de réussir là où ils avaient échoué. Mon regard pas moins posé sur Arméthyse alors que mon visage était marqué par la concentration. Les rouages de mon cerveau qui ne faisaient que s'entrechoquer alors que je continuais de l'observer, calculant les risques que la situation dégénère. Une jeune femme que j'avais en face de moi, qui semblait déterminée et qui ne paraissait pas prête à renoncer à sa version des faits. Ne comptant pas m'opposer totalement à elle alors que je ne connaissais pas encore parfaitement leurs moeurs, alors que c'était possible que dans sa tribu leurs leaders étaient ceux qui combattaient le mieux. Ne voulant pas non plus déclencher une guerre alors que si elle paraissait calme, il n'en restait pas moins que je n'avais aucune idée de ses potentielles réactions, ne la connaissant pas ou ne pouvant que deviner qu'elle pouvait se montrer violente en vue de ses regards noirs. Même au-delà elle avait peut être déjà tué, ayant du sang sur les mains. Une éventualité. Arméthyse qui venait soudain à reprendre la parole alors que je reportais mon attention sur elle en même temps. « J'être pas heda, d'accord, mais je vouloir voir si tu être combattant. » Ne pouvant empêcher un sourire de se dessiner sur mon visage face à cette certaine satisfaction soudainement acquéri. Ayant raison sur ce point. « Tu sais tu pouvais juste demander. » Un ton légèrement amusé alors que je l'étais et que l'atmosphère presque pesante tel un ballon de baudruche pouvait éclater. Moins de dégâts de prévue et une guerre sans doute évitée alors que la jeune femme s'était avouée vaincue. Reconnaissant à l'idée qu'elle ait accepté de dévoiler ce point, non sans que pour le coup je ne puisse que me demander si elle n'avait pas menti sur d'autres faits sans doute pour protéger sa tribu. « Et je ne sais pas si tu sais aussi mais je ne vais pas traverser le désert ! » Une légère note de sarcasme alors qu'en effet ce n'était pas comme si je comptais franchir le désert ou que je tentais de voler les secrets de la tribu. Juste curieux de nature même si je pouvais comprendre qu'elle veuille protéger les siens, son droit autant que le mien alors qu'au final chaque tribu ou groupe de personnes à qui nous étions affiliés passait avant le reste pour le moment.

Cependant au-delà de ces faits, de la méfiance, des potentiels mensonges je n'en venais qu'à accepter sa proposition de me confronter à elle. Je n'étais pas effrayé bien que pour autant je ne pensais pas à la sous-estimer comme d'autres pourraient le faire parce qu'elle était une femme. Ce serait une erreur alors que je n'avais eu que des aperçus, conscient que les femmes pouvaient autant être douées aux combats que les hommes. Déposant mes lames un peu plus loin pour la combattre loyalement non sans entrevoir son regard. « Je te combattre de façon loyal, mais tu devoir savoir que miens ne l'être pas. Autres auraient attiré attention, rouler et prendre tes armes et te tuer, même si avoir dis sans tuer. Nous êtres comme ça. » J'hochai la tête, prenant conscience de ses mots et de sa sincérité. « Mais tu n'aurais pas intérêt à me tuer à moins que tu ne veuilles la guerre. » Prenant toutefois en compte ses mots, comprenant que déposer mes armes aurait pu autant être une erreur fatale pour ma personne si je m'étais retrouvé face à un membre de sa tribu qui n'était pas si sympathique. « Les tiens n'aiment pas grand monde ? » Plus une question qu'une critique. Mais autant que la conversation pouvait s'installer, elle n'en venait qu'à s'éteindre alors que je lui indiquais de commencer le combat, concentré. Rapide alors que si je me reculais elle fut plus rapide, fauchant mes jambes. Roulant à mon tour sur le sol avant de me redresser rapidement pour avancer rapidement. Mon poing qui partait en direction de son visage alors que j'enchaînais sans m'arrêter avec mon pied pour atteindre ses côtes et la faire flancher. Cherchant une faille dans sa cuirasse. Elle avait un style plus agressif que le mien, des mouvements plus implacables alors que mon entraînement était celui d'un soldat autant que je m'étais toujours autant efforcé d'apprendre d'autres mouvements pour ne pas être pris au dépourvu. Un combat amical qui s'annonçait déjà intense alors que mon regard ne la quittait pas. Un prédateur prêt à plonger sur sa proie.


avatar
21/04/2016 Arméthyse 659 Dichen Lachman None! Garde royale - stratégie et combat 0
✣ Chaos is a ladder


Sujet: Re: A lone fool out in the sun ~ Armétis
Lun 21 Aoû - 14:57


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


♦ A lone fool out in the sun ♦

Chris Ҩ Arméthyse
« Each friend represents a world in us, a world not born until they arrive, and it is only by this meeting that a new world is born. » Anais Nin.











Le mensonge ne dura même pas dix minutes que déjà, elle lui avouait avoir mentis. Mais pour une bonne raison. Déjà, dans l'optique de ne pas trop en dire sur sa tribu, mais aussi pour s'amuser. Même si elle n'aimait pas mentir et se battre, elle jouait avec lui, ce qui n'arrivait que bien peu souvent. Jouer avec un inconnu n'était pas son dada, faire confiance était bien compliqué aussi. Mais avec lui, il y avait quelque chose de différent, si bien qu'elle avait dû faire tomber le masque et révéler son mensonge, en partie en tout cas, pour le reste elle n'allait pas revenir dessus. S'entraîner avec lui au combat, en revanche, elle ne le ferait pas avec n'importe qui, enfin, la preuve que si...  Lui avouer depuis le début n'aurait pas été possible en revanche, parce qu'elle ne lui faisait pas confiance, et même si maintenant la vérité était rétablie, cela ne signifiait par pour autant qu'elle le lui accordait et ça, même lorsqu'il lui avoua qu'il ne traverserait pas le désert. Non, rien n'était jamais certain. Peut-être qu'il le ferait un jour, si jamais il ne mentait pas déjà.

Finalement, le combat était engagé. Évidemment, personne ne mourrait et il était bien peu probable qu'ils ne se blessent réellement loin l'autre. Quoique, tout dépendrait la façon de faire de Chris, elle comptait bien se calquer sur lui pour voir un petit peu comment se comportait les gens du ciel. Le Skaikru marquait un point, elle n'avait pas utilité de le tuer de toute façon, en revanche, concernant une guerre, aucune certitude. Si jamais elle le tuait, volontairement ou par accident, elle n'aurait qu'à dissimuler le corps ou à le brûler et ne jamais en parler à quiconque, non ? Personne n'en saurait rien. Elle esquissa un sourire. A moins qu'il ne soit quelqu'un de vraiment important chez lui et que, comme elle, il ait mentis ? C'était une possibilité, mais mieux valait ne plus trop se creuser la tête. Elle préféra ne rien ajouter à cela et haussa simplement les épaules. « Pas aimer grand monde, non. » Lança-t-elle finalement pour répondre à sa question. Sa tribu n'avait jamais été réputée pour être gentille, ou pacifiste, alors forcément, le combat, la guerre, l'esclavage... on peut pas aimer grand monde en agissant ainsi. Même entre eux, les tensions existaient plus que jamais. Entre peuple et royauté notamment... mais même juste d'un membre à un autre, comme partout.

La discussion était alors close et le combat commençait. La concentration devait à présent régner en maître des deux côtés aussi bien pour pouvoir se défendre au bon moment, que savoir attaquer dès qu'une ouverture se présentait. Krikja avait débuté les hostilités en le balayant d'un bon coup de jambe, mais au lieu de le voir s'étaler comme une crêpe comme elle avait pu l'imaginer, Chris avait simplement roulé et s'était aussitôt redressé. L'agilité qu'elle avait perçue chez lui était réelle, elle aurait pu y mettre sa main à couper mais il venait de lui faire un début de démonstration. Les gens du ciel sont beaucoup plus dynamique que ses bons vieux patauds du désert. Enfin, pas tous. Elle esquissa alors un sourire en voyant son poing arriver. Pas très fin, comme attaque. Elle se courba légèrement, fléchissant les jambes pour éviter ce stupide coup de poing, elle tendit le sien pour le porter non dans le visage de Chris mais dans son ventre, mais ça ne se passa pas vraiment comme prévu. Le coup de jambe en même temps envoyé par Chris percuta la tête d'Arméthyse qui se renversa en arrière et s'étala allongé, les narines en sang. Elle leva les yeux sur lui et poussa un grognement. Essuyant le sang dans ses doigts. Le début de la fin, il avait gagné cette première manche mais il ne fallait pas crier victoire. Elle se redressa avec lenteur, encore sonnée à cause du coup qu'elle venait de prendre. Elle grimpa alors sur le pied en appuie de Chris pour lui écraser tendit que son genou gagna le dos de son adversaire. Un combat plus si amical que ça, puisqu'elle visait la colonne vertébrale. Si celle-ci se brisait, il pourrait bien finir paralysé, même si ça n'était pas réellement le but recherché ici, elle réclamait vengeance pour son pauvre nez déjà bien martyrisé. « Pas mauvais dans ses manières, Chris. »


fiche par century sex

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: A lone fool out in the sun ~ Armétis

 

A lone fool out in the sun ~ Armétis

Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Mon Armée Peaux-Vertes!
» Liste d'armée gobelines en 750 points
» L'Armée d'Haïti, Bourreau ou Victime?
» Du code d'éthique de l'Armée Mainoise
» L'armée full boîte de conserve du métalkramé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-