Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Ćiro ; Start to walk that extra mile again
maybe life should be about more than just surviving


avatar
16/07/2017 79 Karen Gillan Lux Aeterna & tumblr Pêcheuse & Chasseuse / Sculptures sur bois à ses heures perdues. 0


Sujet: Ćiro ; Start to walk that extra mile again
Sam 5 Aoû - 19:19


Start to walk that extra mile again - ĆIRO & HEDVIG

L'histoire qui va se dérouler ce jour-là ne commence pas à cet instant. De quand date-t-elle ? La dernière lune. Hedvig s'en souvient, car elle se souvient également des mots de cet inconnu. Leurs regards ne s'étaient croisés bien longtemps, ils s'étaient aperçus après un cri de peur, la rousse s'était approchée de quelques pas afin de saisir Nuage par un bout de laine et de le distancer de ce jeune homme plutôt craintif - ou surpris. Ils s'étaient un peu dévisagés, puis avaient échangé quelques mots. Elle ne savait trop ce qu'il s'était passé dans l'esprit du jeune homme, mais dans le sien, il y avait eu une explosion de feux d'artifices. N'y voyez aucun rapport avec un quelconque coup e foudre amoureux, mais imaginez plutôt la joie de la Pikuni, qui rêvait de nouvelles rencontres en permanences, de nouvelles cultures et de découvertes. Devant ce personnage, sa curiosité avait pris le dessus et sous son hystérie apparente, se cachait... une hystérie encore moins contrôlée. Intriguée comme jamais, elle avait accepté avec un petit cri d'entrain la proposition de cet inconnu de la revoir à la plaine lune. Ils avaient tant à se dire! Elle ne savait trop pourquoi, mais elle savait que de ce côté, ils pensaient de la même manière. Elle voulait tout savoir de lui. Où il avait grandi, avec qui, ce qu'il faisait, comment il était devenu si intrigant. Ils ne venaient pas du même monde, et pourtant, ils étaient semblables. Le coeur de Hedvig en était enveloppé de chaleur rien que d'y songer alors qu'elle évitait autant que possible les racines sous ses pieds. Nuage, autour d'elle, gambadait, faisait claquer ses perles les unes contre les autres.

Elle était impatiente de se retrouver face à lui. Elle se souvenait à peine de son visage ou même du cri qu'il avait poussé. La rousse était comme une enfant, il y a si longtemps, qui découvrait ses cadeaux de Noël sous le sapin dans sa maison -trop- confortable. Alors la jeune femme concentrée sur les racines fit rapidement place au délire que l'on surprenait souvent dans son regard si énigmatique et pourtant si ... révélateur.

"Et le petit mouton gambaadaiiit, le petit moutooon ... ! " chanta-t-elle à tue-tête comme souvent lorsqu'elle était en forêt. Nuage se retourna, la fixa quelques secondes, puis continua d'avancer dans une direction inconnue. " Hedvig espèèère que Nunu sait où il vaaaa, parce qu'Hedvig se rend compte qu'elle n'en sait rieeeen ! " Nuage se retourna en continuant d'avancer, des questions plein les yeux. Depuis quand était-il devenu le guide de mâââmdâââmeuuuh? Et contre toute attente, ce n'est donc pas la rousse qui se prit les pieds dans les nombreuses racines qui jonchaient le sol mais bel et bien Nuage qui vit sa patte se plier contre une énorme souche et se retrouva le bidon sur le sol, ses perles de bois rompant leur musique.

- - -

Les heures avaient passé, et c'était en tailleur que l'on retrouvait à présent la Pikuni, son fidèle compagnon serré dans ses bras fins, sur le dos, tel un nourrisson qui attendait la berceuse de sa maman pour s'endormir. Hedvig, elle, avait sa propre méthode.
" T'aurais pu regarder devant toi! Déja qu'on était perdus... enfin bon je t'en veux pas. De toute façon si ça se trouve il est même pas venu. ... Oh là là je suis désolée, tu dois avoir mal Nunu! Ils marchent pas, mes bisous magiques ? "
Le pauvre Nuage la fixait et sortit un bruit du fin fond de ses entrailles.
" Pas cool. Il va falloir en parler à Père pour qu'il te soigne, ou peut-être ... "
Cette fois-ci, ce fût un bêlement clair et net qui franchissait la gueule du mouton, et ce dernier s'agita dans tous les sens alors qu'Hedvig s'accrochait à lui désespérément sans en connaitre exactement la raison. Quelques secondes plus tard, et la bestiole partait gambader à nouveau, abandonnant la rousse, les bras ballants, toujours en tailleur, bouche bée. Une personne censée aurait compris qu'il n'y avait pas eu de gros bobo dans l'histoire.
Mais Hedvig Geirson était tout sauf censée, n'est-ce pas ?" MON BISOU MAGIQUE A MARCHE ET TU NE ME L'AS MEME PAS DIT ? " brailla-t-elle alors que Nuage s'éloignait. " Ou alors je ne comprends plus quand tu me réponds et tu m'as dit que ça avait marché ... " continua-t-elle, pensive, plus pour elle, effectivement, que pour son fidèle compagnon, parti sans l'écouter.

Après quelques instants perdue dans le vague, dans l'inconnu que représentait l'esprit de grande lutine de la rousse, la demoiselle se ressaisit et comprit qu'elle devait faire vite.
Elle se leva en moins de temps qu'il ne faut pour le dire et s'engagea dans un sprint survolté, à la quête de Nuage, qu'elle ne distinguait même pas au milieu des plantes, sous l'ombre des arbres, dans cette obscurité naissante.

Pourtant, défiant toute logique, elle continua de courir, sans s'arrêter, réussissant avec brio à vaincre tout obstacle se mettant en travers de son chemin, poussant toutes les branches se dressant sur sa route, fermant les yeux et serrant les lèvres devant quelques bêtes volantes menaçant de s'y introduire, ouvrant pourtant parfois sa bouche pour respirer aussi fort qu'un Tardis qui décolle vers de nouvelles aventures (ndlr : spécialement pour toi poupée). Essouflée, elle finit par ralentir en devinant une clairière ou une location ouverte sur le ciel. Son trot pourtant ne la sauva guère.
Ce qui menaçait d'arriver arriva.
Hedvig trébucha sur une pierre, et fit un bruit étrange alors qu'elle concluait sa course sur un tronc allongé au sol, ses cheveux trainant devant elle comme pour nettoyer le sol, son visage faisant face au bois de l'arbre. Après quelques grognements, elle finit par hurler d'une voix rocailleuse. " NUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAGEEEEEEEEEEEEEEEEEEE OU EST-CE QUE T'ES PARTI PUT... HIIIIIIIII "
Elle eut la frayeur de sa vie lorsqu'on lui lécha la joue. Non mais de quoi je me mêle, qui se permettait ... ?
Son sourire revint aussitôt qu'elle tourna la tête et se prit la langue de son compagnon sur le nez.
Elle se releva lentement, entendant quelques os et du tissu craquer, ses poumons brûlants dans sa poitrine.
Finalement, elle se retrouva debout, la tenue et les cheveux débraillée, le regard fatigué mais soulagé.

Bon, il était où, ce jeune homme ? Parce qu'elle, elle ne savait pas où elle était.


made by roller coaster

avatar
11/03/2017 ELOW ; 204 MATHIAS LAURIDSEN ELOW ; CRÉATEUR D'ARCS ET DE FLÈCHES, HOMME DE MAIN ET DE FOI DÉVOUÉ. FAUX IDIOT AUX PENSÉES PRONONCÉS. 81
— hand gon wamplei —


Sujet: Re: Ćiro ; Start to walk that extra mile again
Ven 15 Sep - 18:41




Start to walk that extra mile again.
8 AOUT 2117

Il ne pensait pas raccompagner sa sœur une nouvelle fois sur le continent, mais les voyages se rajoutèrent à son emploi du temps léger et Ćiro se retrouva de nouveau sur cette terre inconnue. Il n'était jamais très enthousiaste à l'idée de partir, mais il n'avait pas son mot à dire. Il devait gérer, même si cela le mettait en retard sur cette commande. C'était sa responsabilité. Il se demandait souvent s'il reverrait Astrid, si leurs chemins se croiseraient de nouveau. Il y avait encore tant de choses qu'il aimerait savoir sur elle, mais non. Le silence, le vide et la patiente étaient ces seuls amis durant ces nouvelles expéditions. Son rôle était toujours le même : garder un œil sur le bateau. Quelque part, il soupçonnait sa sœur d'avoir remarqué ses talents d'archer. Peut-être s'était-il dit qu'il pourrait faire l'affaire en cas d'envahisseur. Ridicule. Ou pas tant que ça… Heureusement pour lui, rien ne perturbait ces moments de pleines solitudes. Sauf cette fois-là… Une bête, étrange, visiblement en colère, lui avait foncé dessus et Ćiro avait été pris de surprises. Sa seule réaction fut d'hurler. C'était bête, mais c'était comme ça. Il n'avait pas l'étoffe d'un guerrier et si ces sens étaient toujours à l'affut d'un danger, il n'échappait pas à la peur, celle qui vous prend sans prévenir. D'une certaine façon, cet animal avait permis à Ćiro de rencontrer une autre femme. Une autre habitante aux cheveux de feu. Il allait décidément croire qu'elles étaient toutes ainsi et ce n'était pas pour lui déplaire ! Curieux de ce nouveau personnage – qui ne l'embrassa pas, contrairement à Astrid – il décida de prendre les devants : une prochaine rencontre. Il commençait à comprendre le rythme de sa sœur et savait que la prochaine pleine lune serait encore une soirée de silence et d'attente. Alors il essaye de préparer un rendez-vous, secret, avec Hedvig.

Comme prévu, sa sœur et d'autres chasseuses se préparèrent. Le même bateau, le même trajet. Il se demandait si c'était stratégique. Ils avaient déjà changé de destination une fois, mais ça ne semblait pas avoir été aussi efficace. Peu importe. Il attendit au bord de l'eau, se demandant si Hedvig serait là. Sans doute. Oui, oui… Elle allait sans doute apparaitre, magiquement… et pourquoi pas dans une boîte bleue ? () Soudain, à force d'attendre, il se demanda si ce n'était pas mieux de bouger un peu, de se balader aux alentours et c'est ce qu'il fit. Arc dans le dos, sourire fier, le voilà qui s'aventura tout en gardant à l'esprit la distance et la direction du bateau, quitte à marquer quelques arbres.

Est-ce que ça va !!! Il se mit à courir et lorsqu’il arriva en face de la demoiselle, s’arrêta. Hedvig s’était relevé, tant bien que mal, mais c’est surtout nuage qui le força à s’arrêter. Gentil… Et voilà, il sentait que la bête allait lui sauter dessus. Par automatisme, il recule, souriant comme un crétin. Après tout, quand il souriait aux autres, ça semblait les calmer… pourquoi pas ça ? Son regard jongla ensuite entre la bestiole et Hedvig. Si son sourire ne marchait pas, elle, peut-être pourrait le retenir.

Tu es là. Dit-il, tout heureux de la voir. Tout content. Je t'avoue que je n'y croyais pas trop. J'avais peur qu'on ne se retrouve pas, parce que tu sais je connais pas du tout cet endroit et ça ressemble en rien à mon île. D'ailleurs, le bateau est par là-bas, faut pas que je m'éloigne trop sinon je serais un peu dans une mauvaise position. Il regarde derrière lui, par là où il était arrivé. C'était étrange, d'un coup c'était une forêt, d'un coup ils sont sur un espace plus ouvert. Je suis responsable de ce bateau, tu sais. Il tâcha de prendre une posture plus imposante, bien qu'il échouât complètement – il n'a pas les muscles pour faire le fier.

Tu peux lui dire d'arrêter de me fixer… parce que… oh oh Et voilà que Ćiro se met à courir, espérant échapper au mouton. DIS-LUI D'ARRÊTER ! Sont les seuls mots qu'il arriva à hurler, déjà le souffle coupé. JE SUIS PAS MÉ... MÉECHANNNT.


 

Ćiro ; Start to walk that extra mile again

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I've never been one to walk alone, I've always been scared to try. [May]
» 05. I walk this empty street, on the boulevard of Broken Dreams (Leah & Sarah)
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» ronon&logan ☍ « don't walk away when my world is burning »
» start again, le 26/01/2012 à 1h05

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: place of death :: La forêt profonde-