Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜From thought to words, from words to actions (rebels)
maybe life should be about more than just surviving


avatar
06/12/2015 Lux Aeterna 27984 Sophia Bush Avengedinchains (vava) ; Oreste (image profil); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) ancienne militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. 129


Sujet: From thought to words, from words to actions (rebels)
Mer 12 Juil - 20:31



❝ From thought to words, from words to actions ❞
Murphy Cavendish & rebelles Odysséens
(11 juillet 2117)


La trappe s'était avérée cacher de bien beaux secrets que la petite délégation de rebelles s'était empressée de rapporter à leurs collègues. En quelques mois à peine et au rythme des allées et venues entre leur premier camp et ce qui allait devenir leur village, ils avaient progressivement aménagé l'endroit à leur convenance. Les présentations restaient à faire pour beaucoup de rebelles mais le lieu avait peu à peu pris l'allure qu'ils espéraient. Les réunions ici étaient organisées avec une infinité de précautions qui s'ajoutaient au point de devenir agaçantes pour chacun, mais tous savaient qu'elles étaient nécessaires. Ils avaient gardé la trappe aussi cachée sur la végétation le leur permettait et ils ne s'autorisaient à venir que seul ou en duo pour éviter d'attirer l'attention. Quitte à prévoir une demi-journée pour permettre à chacun d'arriver au compte-goutte, ils savaient ces prudences aussi raisonnables qu'importantes. Ce jour de canicule avait été décrété, depuis quelques temps déjà, comme celui qui verrait leur bunker accueillir le plus grand nombre d'entre eux jusqu'à présent. Ils ne se contenteraient plus de venir par deux ou trois pour tenter de doucement aménager les lieux. Tennessee et Murphy devaient arriver les premières, une fois le soleil levé, et les autres devaient les rejoindre progressivement en même temps que les gardes étaient relevées et que les activités commençaient sur le camp. Penchée au-dessus d'un amas de pierres dans la demi-maison qu'elle avait décrétée sienne, la patrouilleuse avait discrètement glissé quelques morceaux de viande séchée économisés sur des semaines et cachés dans les ruines pour éviter d'attirer l'attention. Elle avait rejoint son amie dans la broussaille devant leur maison et, tous les trois, avec Antarès, ils s'étaient dirigés vers la limite du campement en prétextant une sortie des plus banales. Antarès avait besoin d'être promené, Tennessee avait besoin de matériel pour remettre sa maison dans un état potable, Murphy avait besoin de s'entraîner à l'arc; peu importait l'excuse que ceux qui les croisaient décidaient de croire, ils n'avaient que l'embarras du choix. Il n'était pas rare de voir les deux brunes collées l'une à l'autre depuis quelques temps déjà, et le duo ne surprenait plus personne. Le deuil, lorsqu'il était commun, avait au moins le mérite de rapprocher ceux qui le subissaient. Lorsqu'il s'agissait de Chris, Murphy ne savait plus réellement que penser; mais son cœur s'était progressivement ouvert à l'amitié que lui offrait Tennessee et pour elle, elle n'avait plus aucun doute. Il ne s'agissait plus désormais seulement de cette rébellion qu'ils menaient à quatre. Les mois et les aventures avaient rapproché les deux brunes en un temps que Murphy considérerait presque comme record si d'autres liens n'étaient pas venus briser ses certitudes plus récemment encore.

Les deux jeunes femmes s'arrêtèrent devant un arbre dans lequel avait été creusé une encoche discrète -suffisamment discrète pour n'être repérée que de ceux qui en connaissaient l'existence. La trappe se cachait à une dizaine de mètres de là, mais Antarès avait décidé que ce serait auprès de cet arbre et d'aucun autre qu'il marquerait son territoire. Encore épuisée de sa nuit trop courte, Murphy se frotta le visage et jeta un regard endormi à son amie. « Elle avance comment, ta moitié de maison ? Moi je pense que je suis pas prête de pouvoir dormir dans la mienne en hiver... » Elle y profitait de la fraîcheur de la nuit en ce moment, mais elle savait que ce serait le seul avantage qu'elle pouvait tirer de l'état exécrable dans lequel se trouvait le bâtiment. Elle avait installé un coin de vie au rez-de-chaussée, à un endroit encore abrité par un plafond dont elle s'était assurée qu'il tenait encore, et devait avouer que son rythme de travail pour s'assurer un nouveau foyer n'était pas des meilleurs. Elle s'était d'abord fait un point d'honneur à bricoler une porte solide sur laquelle elle avait placé un verrou qui lui permettait de sécuriser les lieux et ce qu'elle pourrait y cacher -notamment ce qui pouvait y être de passage avant de rejoindre le bunker, comme c'était le cas de la viande qu'elle avait maintenant glissée dans sa besace. Elle enviait Tennessee pour ses talents de bricoleuse mais était ravie de pouvoir partager une maison avec elle. Elles tombaient parfois nez à nez, seulement séparées par une paroi en partie effondrée entre leurs deux moitiés de bâtiment, et Murphy n'imaginait ce genre de scénarios qu'avec elle. Les deux femmes savaient qu'elle dépendraient du dortoir pendant un long moment encore, mais la fraîcheur de l'été leur donnait l'illusion d'une indépendance nouvelle.

Antarès finit par s'asseoir sagement face à elles deux, les fixant tour à tour comme pour leur indiquer qu'il avait fini sa petite affaire. Murphy jeta un coup d'oeil vif et alerte alentour pour s'assurer qu'ils étaient bien seuls, inquiète comme elle l'était chaque fois qu'elle s'approchait de leur trappe secrète. « Je crois que c'est bon », signifia-t-elle dans un jeu de lèvres silencieux à l'attention de son amie bouclée. Précautionneusement, sans cesser de guetter nerveusement les environs, la patrouilleuse brisa la dizaine de mètres qui les séparait encore de la trappe et s'accroupit à un emplacement parfaitement calculé. Un dernier tour d'horizon; elle écoutait le silence de la forêt et croisa brièvement le regard de Tennessee qui faisait de même et la rassura. Elle écarta les branchages qu'ils ne cessaient de rabattre au-dessus de la trappe, ouvrit doucement cette dernière et glissa sous terre. En quelques mètres, la température y serait déjà bien plus clémente.
En ligne

avatar
14/11/2015 Isa & I 3091 Katie Melua Kyran adorable & Avengedinchains & Lux aeterna Mécanique & Nanotechnologie 90
ψ Cat on a Hot Tin Roof ψ


Sujet: Re: From thought to words, from words to actions (rebels)
Lun 17 Juil - 21:06


Murphy & Tennessee  @Otherswillcome #éléphantdanslapièce Guest : Antares


L’utilité de pouvoir dormir dans un lieu plus isolé restait quand même, qu'on ne réveillait pas la moitié du dortoir en voulant sortir. Surtout si on se retrouvait accompagné d'un compagnon à quatre pattes qui ne comprenait pas forcément toujours la discrétion. Les deux jeunes femmes, pour des raisons personnelles à chacune, préféraient passer leur été à la belle étoile pour retaper une ruine. Qu'elles espéraient habitable pour l'hiver d'après. Parce que fallait pas rêver, pour celui qui s’annonçait, elles auraient à peine déblayés tous les débris et renforcés les fondations. Ensemble elles décidèrent d'unirent leur force en s'appropriant ce qui semblait avoir été une grande maison familiale. Elles la délimitèrent en deux parts égales parce que oui chacun désirait son intimité. Sinon Tennessee serait restée dans la populace du dortoir. Malheureusement elles ne pouvaient pas y consacrer autant de temps qu'elles le désiraient. La communauté avant, les tâches de tous les jours restaient prioritaires pour bien s'installer et construire une petite colonie qui, Tennessee le souhaitait, deviendrait bien sympathique. Mais il faudrait beaucoup améliorer la sécurisé, et elle amènerait ses idées et ses talents de mécanicienne et de bricoleuse. Cependant elle ne rechignait pas à apporter de l'aide à son amie car cette entreprise se révélait malgré tout très compliquée ! Cependant pour Antarès qui serait libre d'aller et de venir entre leur deux "maisons" on ne pouvait rêver mieux !

Accroupie la bouclée chipotait, semblant trier des herbes non loin de la trappe qui se trouvait à quelques mètres. Juste au cas où... Pour se montrer plus prudents. Et puis les traîtres, les espions ou les taupes ne se dissimulent jamais là où on penserait qu'ils se cachent. Tennessee venait de l'apprendre quelques temps auparavant à sa grande surprise.  « Ah Murphy il y a encore beaucoup trop de débris à l'intérieur, j'aurais besoin de tes bras un de ces jours pour faire un nettoyage définitif. D'ailleurs faudrait créer un endroit où on jette tout ce qui devient encombrant ou inutilisable pour garder propre notre petite portion de village encore en ruine » La mécanicienne n'osait appeler ça une ville, ça ne ressemblait pas du tout aux photos ou aux images qu’elle regardait envieuse, quand elle vivait encore dans l'espace. Elle avança son bras pour câliner Antarès qui les observait avec curiosité. Son regard intelligent participait à la conversation autant que les mots échangés par les jeunes femmes  « Mais je serais pas prête pour l'hiver. Il faudrait qu'on répare ces vitres, et je crois pas vraiment qu'on puisse récupérer quelque choses d'utilisable sur la carcasse de  l'Odyssée. Du coup je me demande si on pourrait trouver un verrier chez les terriens ? Enfin pas chez les Naoris vu qu'ils vivent dans les arbres. Mais tu sais leur marché/troc tu ne crois pas qu'on pourrait se renseigner ? » Déjà ça puis un système de chauffage viable comme une cheminée oui, mais du coup pour il faudrait récolter une grosse réserve de bois.

« C'est quand même pratique pour nous de se trouver un peu à l'écart on peut s'y rendre les premières sans attirer l'attention  » Pour le moment, tant que la garde autour de leur nouveau lieu de résidence montrait encore des ratées. Et puis, pour l'instant - et encore longtemps - elles possédaient la meilleure des excuses avec leur travail de rénovation pour voyager à gauche et à droite.  « Oui je suis d'accord avec toi c'est bon pour moi aussi  » Elle suivit le plus silencieusement possible Murphy, non sans jeter un dernier regard derrière elle, puis sur les côtés pour s'apercevoir que sa camarade se trouvait déjà sous terre. Aussitôt elle s'y engouffra en prenant bien soin de refermer l'ouverture au-dessus d'elle. Bien qu'elle n'apprécia plus tellement d'être enfermée depuis le crash de L'Odyssée, la fraîcheur agréable de l'endroit restait un argument imparable pour qu'elle oublia ce "petit" détail. Le changement de luminosité la surprenait toujours un peu, au bout de quelques minutes les yeux s'habituaient pour distinguer les objets et meubles déjà installés dans les pièces. En fouillant les premières fois elle retrouva des bougies qu'elle rangea bien précieusement dans une boite. « Nous serons tous là aujourd'hui, nous allons inaugurer officiellement notre lieu secret c'est ça ?  » Et probablement évoquer les affaires les plus urgentes. A moins que chacun n'exprima ses doléances. Elle déposa deux chandeliers sur une table avant faire prendre vie aux bougies qui éclairèrent de façon bien plus satisfaisante l'endroit selon Tennessee.

« On ne devra pas oublier de les éteindre, nous n'avons pas une quantité impressionnante, et il faudra que j'apprenne à en confectionner, j'ai cru lire qu'on utilisait de la cire d'abeille ?  » Elle se trompait peut-être la bouclée, mais si elle tombait juste, se mettre à l'apiculture  ne pourrait qu'améliorer leur quotidien. Mais qui oserait s'y lancer ? Pas elle, parce que tous ces machins volants ne lui inspiraient rien qui vaille de bon. Antarès promenait, sa truffe traînant un peu partout en quête d'un trésor qui finirait dans son estomac. De sa poche magique la bouclée extirpa un pomme apparemment intarissable, qu'elle lança en direction du jeune chien tout en l'appelant. Bien sûr habile comme il l'était, il la capta au vol pour la dévorer aussi vite. Tennessee prit place sur une chaise un peu distraite en attendant la venue des autres. Encore ensommeillée, ses idées se répercutaient les unes sur les autres et elle exprima tout haut ce qu'elle pensait tout bas « Finalement Devos à eut raison, il a bien agit et on ne devra plus se préoccuper de la taupe » *Merde* Pourvu que personne - Murphy car Antarès ferait certainement semblant de ne pas avoir entendu - ne prit attention à cette phrase très laconique. Les mensonges, les secrets ça ne collaient pas avec la mécanicienne. Elle  se concentrait déjà bien assez pour ne pas citer la rébellion dans ses propos. L'air de rien elle se mit à jouer avec Antarès.
 

From thought to words, from words to actions (rebels)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SCARSIN → I don't trust words I trust actions.
» What are words if you really don't mean them when you say them!
» Kotonoha no Niwa (The Garden of Words)
» Reese-My feelings are too loud for words and too shy for the world.
» Julian Ҩ “My feelings are too loud for words and too shy for the world.”

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: welcome to hell :: Aux alentours de l’Odyssée :: Le bunker-