Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜L'ignorance préserve de la peur [pv Aedan]
maybe life should be about more than just surviving


avatar
Invité
Invité



Noires sont les voiles.
Noir est son cœur.
Noire est son âme.

Noir est le manteau qui le couvre, lui et toutes ses tares. Et il marche, il danse presque dans les ombres de la nuit au rythme des flots, écoutant le fracas des vagues et le remous de l'eau. Le village Calusa a toujours eu cet attrait fascinant. Moitié sur terre, moitié sur mer. N'est-ce pas là l'endroit idéal pour une créature qui avait ce besoin incessante et presque maladive avoir un pied dans l'eau et l'autre sur terre par pure nécessité ? Mais ici il n'était pas aussi facile de se mouvoir contrairement à la cité rahjak où le péché était le commun de la plèbe. Ici, sa gueule de mort ne passait jamais inaperçue et quiconque écoutait les rumeurs, pouvait reconnaître le macabre capitaine.

Dans un sinistre grincement, la porte de la taverne s'ouvre et durant un instant, les murmures, les rires et même les chants s'arrêtent. Les regards se lèvent, se braquent sur cette silhouette austère et tatouée avant de reprendre de bon cœur. Il n'a rien dit, il n'a rien fait Abel mais il sait déjà à travers les regards des hommes présents dans la taverne que la méfiance a gangrené leur cœur autant que la violence a souillé le sien. Pourtant il ne bronche pas, pas vexé pour un sou et se contente d'approcher d'une table. Mais elle n'est pas vide, loin de là. Déjà occupé par un homme aux cheveux châtain clair, presque blond en fait, et à l'air fermé, le pirate le toise férocement, plus austère que jamais alors que sa voix grince, attirant une fois encore les regards.

« Barre-toi. »


L'ordre est sans appel. Le capitaine veut cette table à l'écart et il l’obtiendra coûte que coûte. Car oui, il est trop difficile pour lui d'avoir à se mêler à cette vulgaire plèbe, cette bande de pouilleux dégénérés qui passaient leur temps à pêcher. Par peur ou par dégoût ? Abel n'aurait pas su le dire, si c'était le fait d'être au milieu d'une foule ou bien simplement de les côtoyer eux. Il n'est pas sociable, il n'est pas gentil et il sait pertinemment que même avec les meilleurs efforts du monde, il ne pourrait pas s'intégrer. Et le voudrait-il ? Bien sûr que non, lui ne vit que pour la peur, l'odieuse terreur qu'il inspire. Il la savoure autant que la chair humaine dans laquelle il aime mordre à pleine dent.

« T'as pas compris guignole ? Tu libères la place. »


Siffle-t-il durement alors que ses jointures viennent cogner contre le bois de la table. Déjà sa main libre se glisse discrètement sous le tissus de son manteau, se posant sur le pommeau de son poignard. Il ne répétera pas une troisième fois, il n'acceptera aucun affront. Et pourtant, l'homme assit tranquillement à siroter sa boisson ne semble pas enclin à lui donner satisfaction.

avatar
05/08/2016 AMNESIS ALIENOR + ANDREW + SAM + KARAH 1560 MAX RIEMELT AVATAR - AMNESIS • SIGNA - ASTRA + EILYAM • GIF PROFIL - CASSINI + CLIO PÊCHEUR + MUSICIEN + NAVIGATEUR SOLITAIRE (CALUSA) 67
✣ The sea and the moon we meet ✣




- L'IGNORANCE PRÉSERVE DE LA PEUR -

Seul dans l'ombre de la lumière, Aedan rumine ses idées noires qui le tourmentent depuis bien trop longtemps maintenant. Il repense au passé, aux fantômes de sa vie qui le hantent sans s'arrêter. Ils sont bien loin ces jours heureux de jeune bambin ignorant des problèmes de la vie. Une chope à la main, le marin observe sans rien dire les gens qui sourient et s'amusent sans se soucier des petits tracas de la vie. Il voit au loin les femmes danser autour d'homme affamé, ceux qui jouent, ceux qui boivent, les solitaires comme lui ou encore les inconnus en voyage. Chaque visage à son histoire et le blond aime les décortiquer pour savoir ce qu'il se cache derrière leur belles dents blanches. Ces moments-là lui rappel bien souvent à quel point il est seul et qu'il n'a jamais vraiment apprécié la compagnie des autres. La seule personne en qui il pouvait avoir confiance avait disparu depuis maintenant de nombreuse années. Reposant sa chope vide sur la table, il en demande une autre d'un simple signe de la main. Il n'est pas un habitué de la taverne mais les Calusas le connaissent de part la réputation de son grand-père. Aedan est le petit Caulfield, perturbateur, toujours dans les nuages, jamais un pied à terre, toujours l'esprit loin, à l'horizon. Cette immensité aqueuse qui lui tend les bras a toujours été le meilleur des réconforts pour lui. Sa mère lui disait souvent qu'il était le fils de l'eau et que cela se voyait à sa façon d'être, à son regard bleu profond et son don pour la navigation. Marin de père en fils…

La tête ailleurs, le blond ne se rend pas compte du silence qui s'installe à l'entrée de cette ombre malsaine qui happe la pièce. Les regards sont tournés vers cet homme qui rôde, le pas lent et assuré vers la seule table qui n'a pas fait cas de sa présence. Qui est-il ? Que veut-il ? Voilà des questions bien futiles qu'Aedan ne tardera pas à se poser. L'homme aux multiples tatouages s'ancre devant le blond qui lève son regard et le rabaisse pour prendre une gorgée du fameux breuvage alcoolisé. Il ne bronche pas quand l'odieux bonhomme lui quémande de s'en aller, à vrai dire il n'y prête même pas attention. S'il veut s'asseoir qu'il aille se trouver une autre table, le marin ne bougera pas d'ici, il en a décidé ainsi. Était-ce l'alcool qu'il avait bu qui le mettait dans cet état second où bien tout simplement son caractère hostile qui refaisait surface ? Il n'en savait trop rien et n'avait pas envie d'y réfléchir.

- T'as pas compris guignole ? Tu libères la place.

Quelle impatience, quel acharnement… Aedan ne laisse paraître aucune émotion même si l'envie de lui donner une bonne tarte le démange fortement. Pour qui se prend-il cet énergumène ? Croit-il que tout lui est du ? Que nous, pauvre pêcheur ne sommes que de bons à rien ? Les idiots dans son genre on tendance à sortir le marin de ses gonds, lui qui tente de garder son calme en toutes circonstances. Comme-si tout ceci n'a jamais eu lieu, le blond empoigne une troisième fois sa chope et la termine d'une traite avant de la reposer d'un coup sec sur la table.

- Non.

Voilà ce qu'il sort alors que l'homme face à lui est prêt à dégainer son arme. Aedan a toujours cette fâcheuse habitude de dire ce qu'il pense quand il le pense. Sa voix monotone et son regard vide peuvent souvent faire penser aux gens qui sont face à lui qu'il est désinvolte et inconscient. Pourtant, il a toujours été comme ça malgré les nombreuses bagarres et reproches à ce sujet. Il eu alors une pensée pour sa mère qui l'avait remis à sa place bon nombre de fois. Soupirant, le blond fait signe au serveur de ramener deux choppes. Il pose une nouvelle fois son regard bleuté sur la carrure imposante du pirate qui n'attend qu'une chose, qu'il parte. Un sourire plus ou moins amical sur les lèvres, le blond pose sa main sur la chaise située à sa droite et prend la parole calmement :

- Mais cela ne vous empêchera pas de vous asseoir à cette table je présume. Je vous paye un verre?

Aedan a beau se fourrer dans des situations impossible, il arrivait la plupart du temps à esquiver les poings et l'énervement de ses congénères. Il soupire intérieurement et regrette de ne pas pouvoir finir le reste de sa soirée bien tranquille installé loin des gens. L'alcool a cet avantage de rapprocher les gens. Il espère que l'ombre menaçante qui plane autour de lui va s'assagir et accepter le compromis. Le marin n'est pas venu ici pour se battre et encore moins avec un inconnu.

by exception

avatar
Invité
Invité



Le refus claque dans l'air. Il est sans appel.
Abel penche la tête sur le côté, sur le bois, son poing se referme jusqu'à en faire pâlir ses jointures tatouer. Le monstre n'aime qu'on lui refuse quelque chose et ce qu'il veut, il le prend. Toujours. Déjà il s’imagine accompagner sa bière d'un rein, du foie ou peut-être d'un bout de cuisse, de ce pécore qui n'a peur de rien. Il ferait un met délicieux, grand, bien battit. En voilà un qui avait de la chair sur les os. Il en baverait presque d'envie, le capitaine, à souiller ce corps robuste à coup de chicots. Spn dos se voûte, le capitaine est soudainement tendu, comme s'il luttait contre une furieuse envie de violence. La haine serpente dans ses veines, bande ses muscles, assombrit son esprit... Tout ça pour une table ? Oui, tout ça pour une table. Parce que c'est comme cela, que commence la domination. Par des petits choses. Par des broutilles. C'est savoir poser ses miches, s'imposer face aux autres et entretenir l'image féroce qui nous désigne.

Mais cela ne vous empêchera pas de vous asseoir à cette table je présume. Je vous paye un verre?

Abel relève soudainement le visage. Ah, voilà une chose auquel il ne s'était pas attendu. Perplexe, le Porte-mort arc un sourcil, dévisageant le jeune homme culotté qui lui fait face et sirote sa boisson tranquillement. Partager la table , Se faire payer un verre ? C'est vrai, n'en ayant pas l'habitude, il n'avait pas envisager cette option. Et pourquoi pas, après tout ? C'est toujours une boisson de moins à payer. Abel soupir longuement avant de venir poser lourdement son postérieur sur la chaise face à celle de l'inconnu qu'il ne lâche pas du regard.

« Paye moi s'en deux, il faut au moins ça pour arroser convenablement mon gosier et me rendre plus aimable. »

Au moins, il ne s'en cache pas. Abel n'avait aucune raison de se montrer sympathique, si t'en est qu'il puisse l'être hormis avec quelques privilégier. Durant un instant, ses sombres prunelles arpente la salle, forçant les clients à détourner leur regard. Bande de pécore sans couille, sans courage. Le pirate fixe à nouveau son compagnon de table avant de s'enfoncer sur sa chaise et prendre ses aises avec nonchalance.

« Alors... Qui dois-je remercier pour cette tournée ? T'as bien un nom clampin, non ? »

avatar
05/08/2016 AMNESIS ALIENOR + ANDREW + SAM + KARAH 1560 MAX RIEMELT AVATAR - AMNESIS • SIGNA - ASTRA + EILYAM • GIF PROFIL - CASSINI + CLIO PÊCHEUR + MUSICIEN + NAVIGATEUR SOLITAIRE (CALUSA) 67
✣ The sea and the moon we meet ✣




- L'IGNORANCE PRÉSERVE DE LA PEUR -

Qu'est-ce qu'il voulait, lui, là, avec sa tête de hareng pas frais. Il est l'ombre menaçante qui englobe la pièce et laisse sans bruit les gens qui l'entourent. Qui est-il ? Que veut-il ? Voilà les questions que tout homme censé se pose. Mais lui, le marin aux cheveux d'or, n'a qu'une idée en tête, éviter les coups et le courroux de cet homme au masque de glace. Alors que beaucoup de ces congénères sont effrayés par son regard noir et ses dessins qui lui parcourent le corps, Aedan n'y prête même pas attention et sort en un bruit sourd le refus qui vient éclater en pleine figure du pirate inconnu. Le marin remarque le poing qui se resserre, la mâchoire qui se crispe et les mots sans vergogne qui s'accumulent dans le crâne du rustre. A voir sa réaction, on dirait un enfant, un enfant bien mal élevé qui pleure à chaque refus qu'on lui donne. N'a-t-il donc jamais appris à contenir sa colère, lui qui parait pourtant si imposant et sûr de sa personne. Le blond remarque durant ce court laps de temps le regard étrange qui pèse sur lui. De haut en bas il se sent comme une bête en cage que l'on fixe, qui se retrouve quelques instants après dans les assiettes bien garnies des invités. Pourtant, malgré cette réflexion qu'il se fait, cette remarque étrange au sujet du monstre, il n'y prêtera pas plus d'attention.

Le temps s'allonge de plus en plus, le silence s'installe et laisse une ambiance de plomb dominer la pièce. Aedan sait qu'il ne pourra rien faire face à cet homme bien trop imposant pour lui, petit marin qui a soif d'aventure. Peut-être en a-t-il à raconter, des mésaventures ? Des lieux incroyables aux milles et une couleur, bien différents de ce qu'ils connaissent ici sur leur fichu île de papier. L'idée lui vient donc tout naturellement et d'un geste qui se veut amical et bienveillant, le marin lui propose de s'asseoir pour partager un verre. L'alcool rapproche aussi bien les hommes que les bêtes, même les espèces dans son genre. Il s'y attendait, le monstre le regarde d'un air perplexe.

*Tu t'y attendais pas hein ?*

Cela fait bien rire le blondinet qui pourtant reste de marbre. Les gens sont si peu de choses dès qu'une situation leur échappe. Aedan espère tout au fond de lui que son idée marche et que le mort, la mort, accepte de boire à ses côtés.

*En voilà une bonne à raconter à Near… j'ai trinqué avec la mort…*

D'un geste lourd et grossier, l'ombre finit par prendre place face à lui. Son regard pèse sur les épaules du pêcheur qui n'y prête même pas attention. Il pense ce qu'il veut, imagine ce qu'il veut mais rien ne fera bouger d'un pouce le regard froid et insouciant de l'homme aux yeux de glace.

- Paye moi s'en deux, il faut au moins ça pour arroser convenablement mon gosier et me rendre plus aimable.

Il n'a pas perdu sa langue, c'est déjà ça. Aedan fait un signe vers le serveur, lui indiquant de sa main le chiffre quatre. S'il faut seulement ça pour calmer la mort, alors autant mieux festoyer avec elle. L'ombre menaçante ne l'ai pas tant que ça au final... Le nœud qui avait fait place dans le ventre du blond disparaît au fur et à mesure que son regard se porte sur cet individu excentrique et déplaisant. Il n'a pas peur de montrer qui il est vraiment, c'est une chose qu'on ne peut pas lui enlever. Il accepte ses défauts, les défauts de l'homme tel qu'ils sont, sans maquillage ni mascarade. D'un geste rapide, il se met à scruter la salle et les hurluberlus qu'elle contient retournent à leur occupation bien médiocre. Cet homme avait le don de foutre la trouille à tous ceux que son regard croisait, même les plus costauds d'entre eux. Cependant, le marin s'en contrefiche de ces gens et préfère retourner à ses pensées et son verre de bière bien trop vide. Que va-t-il se passer maintenant qu'ils sont tous les deux l'un face à l'autre, attendant, non sans impatience, le breuvage convoité. Ce fut avec surprise que le monstre prit la parole une nouvelle fois, bien moins effrayant qu'à son arrivée.

- Alors... Qui dois-je remercier pour cette tournée ? T'as bien un nom clampin, non ?

Un nom ? La question le prend un peu au dépourvu. Faire connaissance ? C'est cela qu'il compte faire après avoir failli envoyer son poing décoré de noir sur le visage du pêcheur ? Il est bien étrange cet homme aux mille facettes. Aedan laisse échapper un sourire plus ou moins amical avant de prendre la parole.

- Aedan. Et toi ? A qui ai-je l’honneur d’offrir ces deux verres ?

Il espère que l’homme au tatouage aura réponse à ses questions. Après tout, il n’a pas envie de le prénommer toute la soirée sous l’identité de la mort. Il est effrayant pour beaucoup mais Aedan voit, un être humain qui est ce qu’il est, mélange d’ombre et de lumière, exacerbé par la lueur de la lune qui nous montre au grand jour le spectacle ridicule de cette société remplit d’invisible gens.

-De passage dans la région ? Ou juste une envie de s’arrêter un soir, loin de la mer affolée ?


by exception

avatar
Invité
Invité



La question est retourné sans ménagement et dans la salle, certain siffle d’offuscation face à la question du jeune homme. Si beaucoup ici savent qui est Abel, ce n'est visiblement pas le cas de cet homme et étrangement, ce semblant d'anonymat est rafraîchissant pour le capitaine. Ils ne sont pas bien nombreux ceux avec qui il peut simplement converser et comme là, prendre le temps de se reposer derrière un verre. Un pâle sourire étire les lèvres du moissonneur dont les doigts tapotent doucement le bois de la table alors que sa voix rocailleuse résonne d'un ton plus doux, énigmatique.

« Je ne suis personne... Pour ce soir, tout du moins. Appelle-moi Abel, ce sera suffisant. »

Les regards persistent dans leur direction, on observe avec méfiance, sans doute se demande-t-on combien de temps il faudra au sombre capitaine avant de planter ses crocs dans la chair dodue du pêcheur. On se régale d'un spectacle qui ne viendra probablement pas, l'anticipation se lit sur les faciès, mélange de peur, fascination mais aussi d'amusement. Certains ici doivent avoir une âme aussi sombre que la sienne, c'est une évidence. Ce qu'à apprit Abel au fil du temps et de ses voyages, c'est que personne n'est jamais vraiment innocent. Et tous ici, auraient la force de la maîtriser. Après tout, il était seul contre une bonne quinzaine de Calusa... Ces gens avaient-ils seulement conscience qu'ils auraient indéniablement le dessus s'ils se mettaient tous sur son dos ? Ils avaient là la chance de rayer définitivement un fléau de la carte et pourtant, personne ne bouge. La peur et la méfiance les paralysent.

« Disons que je suis de passage... La mer est une vieille amie à moi, affolée ou non, sa présence ne me fait pas peur... En revanche la faim et la fatigue de mon équipage à tendance à leur mettre les nerfs à vif. Mais si cela ne tenait qu'à moi pécore, je serais resté à barboter dans l'écume pendant quelques jours encore. »

Et les pintes de bière arrivent enfin, déposées rapidement sur la table avant que la charmante serveuse ne fasse immédiatement demi-tour, évitant soigneusement le regard du capitaine. Pas un bonsoir, pas un merci, rien. On ne lui adresse pas la parole, comme si chaque mot pouvait déclencher chez lui un ouragan de violence. Ils sont stupides. Mais Abel ne s'en offusque pas le moins du monde, pire, il s'en amuse alors qu'il lève son verre, le brandissant vers le pêcheur qui lui tient compagnie pour la soirée.

« Aedan... merci pour la pinte l'ami, quand on aura sifflé tout ça, qui sait... peut-être que je t'en paierais une à mon tour... Tout dépendra si ta gueule de fouine me revient ou non. »

Avec un sourire puant de cynisme, la pirate porte sa boisson à sa bouche, buvant deux bonnes rasades de son alcool favoris. Bien que cela ne vaille pas les tordent-boyaux des rahjak, ici la bière était bonne, bien plus que la compagnie qu'on pouvait trouver dans cette taverne pittoresque.

avatar
05/08/2016 AMNESIS ALIENOR + ANDREW + SAM + KARAH 1560 MAX RIEMELT AVATAR - AMNESIS • SIGNA - ASTRA + EILYAM • GIF PROFIL - CASSINI + CLIO PÊCHEUR + MUSICIEN + NAVIGATEUR SOLITAIRE (CALUSA) 67
✣ The sea and the moon we meet ✣




- L'IGNORANCE PRÉSERVE DE LA PEUR -

Les regards se détournent tandis que le brouhaha incessant reprend ses droits. L'homme glacial s'est installé face au marin inconscient de ce qui pourrait lui arriver s'il fait un faux pas. Il ne prête aucune attention à qui il est, ce qu'il fait. La noirceur qui émane de sa personne ne touche en aucun cas la solitude vide et morne qui accompagne sans cesse Aedan. Au cours de ses voyages il en a rencontré des gens pas commodes, des farfelus, des barbares aux grandes dents qui en ferait fuir plus d'un. Plus rien ne le surprend et encore moins ce type à la tête de mort plaquée sur le visage.

Voilà qu'il commande quatre chopes. Deux pour lui, deux pour l'autre. S'il devait passer la soirée en compagnie de ce type ingrat, autant mieux devenir amnésique et ce le plus rapidement possible. L'Alcool avait toujours été d'un grand secours pour lui qui n'avait pas pour habitude de parler aux étrangers. Elle permettait de délier les langues, de rapprocher les gens autour d'une table. Alors qu'il balance son nom, se demandant si cela est une bonne idée de parloter avec cette personne qu'il considère comme la mort, les questions qui lui traversent l'esprit sont lancées à la volée, espérant avoir réponses rapidement. Son prénom, sa profession, ce pourquoi il est là. La curiosité d'Aedan est éveillée face à cet énigmatique personnage, qui doit avoir de quoi raconter tellement son aura est imprégné dans chaque recoin de la pièce. De nouveau certain regard se retrouve fixé sur eux, tel des mouches collées à un fromage. Pourquoi tant d'agitation autour de cet être qui paraît bien plus humain et intéressant que les trois quarts des juges. Oui, ils sont des juges, regardant de haut, maladroitement les deux hommes qui échangent simplement, comme deux êtres normalement constitués. Les regards mettent mal à l'aise le blond mais il ne laisse rien paraître, faisant en sorte de les oublier. Il est plutôt doué en ce qui concerne de cacher ses émotions et encore plus quand il se retrouve dans son élément, au sein de son village.

- Disons que je suis de passage... La mer est une vieille amie à moi, affolée ou non, sa présence ne me fait pas peur... En revanche la faim et la fatigue de mon équipage à tendance à leur mettre les nerfs à vif. Mais si cela ne tenait qu'à moi pécore, je serais resté à barboter dans l'écume pendant quelques jours encore.

Aedan hoche de la tête en signe de compréhension alors que le breuvage arrive à leur table. Il prend une des pintes dans sa main et en bois une gorgée avant de la reposer sur le bois solide de la table. L’homme face à lui fait de même puis finit à son tour par reprendre la parole, toujours avec ce ton hautain dans le fond de la voix, comme si tout lui était dû, qu’il était le meilleur du monde.

- Aedan... merci pour la pinte l'ami, quand on aura sifflé tout ça, qui sait... peut-être que je t'en paierais une à mon tour... Tout dépendra si ta gueule de fouine me revient ou non.

Le marin hocha la tête en guise de réponse et d'approbation. La voulait-il vraiment cette pinte? Après tout il préférait de loin donner que recevoir. Il avait toujours eu cette horrible pensée qu'il devait être redevable envers la personne alors qu'ici, ce n'était point le cas. Il prend une autre gorgée, sens petit à petit l'effet de l'alcool se reprendre dans son corps. Ses muscles se décontractent, les traits de son visage sont déjà moins serrés qu'à son arrivée. C'est alors que le marin en profite pour prendre la parole, parlant toujours avec ce ton lointain et froid qu'il a pris pour habitude de prendre.

- La vie de pirate est bien facile quand on sait à quoi s’attendre. Les voyages ne doivent pas être de tout repos, je sais de quoi je parle.

Il avait rapidement fait le lien entre cet homme et la piraterie et ce, sans trop de difficultés. Son accoutrement, sa façon de parler et puis surtout le fait qu'il ait parlé d'équipage aidait grandement pour sa déduction. Lui qui avait déjà vogué sur l'océan, il en avait croisé plus d'un des énergumènes dans son genre. Il n'avait pas peur et n'aurait jamais peur face à de tel individu.

by exception

avatar
Invité
Invité



Les doigts tapotent le bois de la table. C'est presque un geste agacé mais pourtant ce n'est pas le cas. Abel a juste du mal à rester là à ne rien faire. Il observe son copain de beuverie, sirote sa bière tranquillement. Et il jauge, encore et toujours, plus patient que jamais. C'est compliqué, n'est-ce pas ? De faire comme si tout allait bien, d'être quelqu'un de normal et de faire la papote à un inconnu au fin fond d'une taverne. Oui, c'est compliqué. Oui aimait le silence, parler inutilement n'était pas dans ses habitudes. Il avait l'habitude de cracher des ordres, de beugler sa fureur face au vent et tenir tête à la marée cinglante de la haute mer. Pour sûr, le malaise il le ressentait de pleins fouet, comme une bourrasque accompagnée de la bruine glaciale des mers du nord.

« Bien facile ? Toi mon gars, tu n'as jamais mis les pieds sur un navire comme le mien. »

Le moissonneur en avait filé des cauchemars et pas qu'à ses victimes. Même son équipe savait à quoi s'en tenir. Le cliquetis des os décoratif sur la coque, cette tête de proue phénoménale à l'image des cauchemars les plus insidieux. Même lui, parfois, il avait peur. Peur de son absence de limite, peur de lui-même. L'idée avait quelque chose de risible quand on y pense. Il avait lui-même donné naissance à ce cauchemar. Il était le cauchemar. Le regard d'Abel se baisse, observe la bière au fond de sa chopine et la fait tournoyer lentement.

« Rien n'est jamais facile Gamin, c'est le concept même de la survie. Tu te bas, tu saignes et t'en chies... Ou bien tu pleures et tu crèves. L'Moissonneur lui, n'est que le messager de la dure réalité. »

Une douce pensée pour son frère, son ami. Jason devait sans doute s'amuser à faire pétarader quelques bidules dans un coin ou bien encore à travailler ses muscles tout secs au fond de la cale du navire plutôt que de se trouver une ou deux greluches à tringler comme n'importe quel autre pirate l'auraient fait durant la soirée. Il vide le reste de sa chope d'une traite et claque son cul sur la table en pinçant les lèvres. Il avait connu des boissons plus coriaces qui avait l'art de retourner les tripes comme si elles avaient été mit à l'air. Mais il fallait admettre que ce bref moment de paix était appréciable.

« Et toi, pignouf ? C'est quoi ton truc, la pêche ? Tu es du genre à ramasser des coquillages pour en faire des colliers ? » Rire sec et bref. « Ou bien tu préfères enfoncer un harpon dans les tripes d'un pauvre péquenaud, du nombril jusqu'aux les gorges ? »

Pour accompagner les mots, il mime le geste. Le pouce du pirate remonte le long de son torse dénudé avant qu'un sourire mauvais étire ses lèvres. Il voulait savoir de quelle trempe était le morpion. Est-ce qu'il avait déjà tué ? En avait-il pris du plaisir ? Sous cette gueule d'ange dépressif, est-ce qu'un monstre se planquait ? Le mystère est entier et absolu mais Abel compte bien profiter de l'instant pour sonder en profondeur son nouvel ami alors qu'il s'empare d'une nouvelle chope de bière, prêt à lui faire sa fête.

Admin △ Underneath it's just a game
avatar
06/12/2015 Electric Soul Kayden Elwood & Einar Helgusson 7452 Jon Kortajarena Electric Soul & tearsflight Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate Naori 695
Admin △ Underneath it's just a game



RP archivé suite au départ d'Abel

Contenu sponsorisé



 

L'ignorance préserve de la peur [pv Aedan]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Qu'est-ce qui vous fait si peur dans le Hierophant?
» Les tunnels/grotte/passage souterrain et la peur
» Wyclef, la peur et les élites, la gauche du populisme
» La peur d'un cauchemar... [Terminer]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-