Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜(sally brown she's the girl for me boys)
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
17/06/2017 cupcake/moïra 10 winnie harlowe apy manamour pirate/orientation & maniement des armes 14


Sujet: (sally brown she's the girl for me boys)
Sam 17 Juin - 20:16

Code:
✜ [color=firebrick]winnie harlow[/color] → feisripa natshana

SURNOM
Feis. Tout le monde l'appelle Feis, de toute manière. même si son prénom signifie tigre, il est long et difficile. Mais sur le bateau, de toute manière, elle est le capitaine.
ÂGE
Vingt-et-un ans. Ils ont fait une fête gigantesque pour fêter son anniversaire, ils ont bu et dansé toute la nuit, et sont allés jusque chez les Rahjaks trouver des femmes.
ORIENTATION SEXUELLE
Elle ne s'est jamais vraiment posé la question, elle a eu des relations avec des hommes comme avec des femmes. Peu lui importe.
SITUATION AMOUREUSE
Elle se dit célibataire, mais quand elle va revendre ses prisonniers aux marchands d'esclaves, elle ne peut pas s'empêcher de faire un tour dans le lit d'une femme en particulier -un jour elle lui rendra sa liberté et sa dignité, elle se l'est juré.-
MÉTIER / FONCTION
Pirate, elle est devenue capitaine à la mort de l'ancien capitaine -son père. Elle aime la mer, parce que son père et tout l'équipage lui a appris à le faire, à ne plus la craindre- elle la vénère comme une divinité à part entière, tout autant que Di'anada. La piraterie est probablement ce qui l'a sauvée d'une mort certaine. Ici, elle n'est plus une bannie, elle est une part d'un tout, d'un foyer voguant sur les flots.
APTITUDE(S)
Orientation et maniement des armes
TRIBU
Elle a été bannie des kovarii en raison de sa peau -vue comme une malformation par ses pairs-, elle a échappé de peu à la mort. Elle n'appartient plus aux chasseresses, bien qu'elle vénère toujours leur déesse et aie conservé certains principes : les hommes -en dehors de son équipage et de son père- lui sont inférieurs.

Oubliez les pirates sans foi ni loi qui terrorisent les marchands, si, certes, l'Arvid est loin de mettre du baume au cœur quand on l'aperçoit, ces pirates sont bien plus que des bandits. Ils sont loyaux. Ils voguent ensemble pour certains depuis des années, et ce navire n'a jamais connu la moindre mutinerie. C'est une véritable famille qui s'y est installé et le moindre ennui est discuté, même si le capitaine n'est pas élu. Le bureau de celui-ci est d'ailleurs toujours ouvert. Aussi Feis est loyale et à l'écoute. Elle n'en est pas moins exigeante ou inflexible. Les ordres sont les ordres et quand elle ordonne de piller, personne ne rechigne à la tâche. Têtue et colérique, il n'était pas rare qu'elle se batte en duel avec son père en essayant d'avoir le dessus sur la dispute. Elle était la seule qui osait le contredire réellement. Elle peut être protectrice et ne laissera jamais personne s'en prendre à un membre de son équipage sans qu'elle le venge ensuite. Elle est brave et ne recule devant aucune occasion de piller, ou voler. Elle est une pirate avant tout.
+ Quelle est la pire chose que tu aies faite ? Des regrets quelconques sur ta vie ?


Si elle a beau dire qu'elle n'a aucun regret, que ce soit dans sa vie passée ou depuis qu'elle est arrivée sur ce bateau, il y a queand même une chose, une unique chose qui lui vrille la poitrine chaque fois qu'elle ferme les yeux. Les esclaves. Cette pratique la dégoûte, et l'a toujours dégoûtée. A quatorze ans lors de sa première visite dans la cité Rahjak, elle s'est levée contre un marchand, a tenté de libérer les esclaves et a frappé leur vendeur. Elle avait pourtant été prévenue des lois et des règles à son arrivée. Tous lui avaient expliqué qu'elle devait laisser faire. Avec la cité, ils troquent les trésors, le bois, et toutes les choses qu'ils peuvent avoir pillées contre des ressources alimentaires -et notamment le sel produit dans les mines qui leur est si utile pour conserver la viande-. Alors quand la sentence a été prononcée nul membre de l'équipage n'a fait appel. Elle devait apprendre à respecter les ordres, peu importe sa place dans l'équipage. Ce fut sa leçon et sa punition. L'importante somme d'or obtenue en échange de ces esclaves était bien trop précieuse. Elle l'a désormais compris. Elle ne peut pas garder tous les prisonniers à bord de son bateau, ils seraient beaucoup trop. Elle ne peut pas non plus les relâcher, il ne faudrait pas qu'on les pense faibles. Alors voilà, elle les revend, tous ces prisonniers. Et chaque nuit elle entend leurs cris, leurs suppliques, et le sifflement du fer rouge sur leurs nuques. Chaque nuit ces hurlements lui glacent le sang, et elle regrette, de devoir vendre leur dignité contre des vivres.

+ Que penses-tu du continent et des tribus qui s'y trouvent? T'y es-tu déjà rendu? Si oui, pour quelle raison?


Si les Rhajaks n'avaient pas tant de ressources importantes à ses yeux et à ceux de son équipage, s'ils n'étaient pas leur principale source d'approvisionnement -en partie parce qu'ils n'ont que faire qu'ils soient des pirates, tant qu'ils respectent les lois- elle les haïrait ouvertement. Comme elle ne le peut pas, elle le fait en secret. Pour qui se prennent ces hommes, ces moins que rien, ces fils d'esclaves, à réduire au silence leurs femmes de cette manière ? A les voir comme elle a appris à voir les hommes ? Comment osent-ils les réduire aux tâches ménagères et prendre le dessus sur l'autorité parentale ? Elle ne comprend pas, elle en est purement et simplement incapable. Elle n'est pas très douée pour prendre sur elle, mais elle ne dit rien. C'est presque un accord tacite entre les marchands et l'Arvid, un accord qui date probablement d'avant sa naissance.
Quant aux Iskaars elle a toujours eu de certains préjugés envers eux, inculqués dès sa naissance. Ces hommes qui ont massacré son peuple, qui empêchent les femmes de devenir ce qu'elles veulent être. Même si son père les a quittés pour devenir pirate, pour afficher sa liberté en haut d'un mât, elle ne peut pas s'empêcher de les voir de cette façon là. Alors, quand elle a accueilli cet équipage sur son navire, que pouvait-elle dire ? Ils ne sont finalement pas si rustres que ce qu'on lui avait expliqué. Mais elle les méprisera toujours et trouvera les autres toujours inférieurs à elle et aux autres Kovarii -même si elle a été bannie et a failli mourir à plusieurs reprises à cause de ça, qu'elle leur en veut, elle se sent toujours rattachée à sa culture d'origine-.


+ Ces deux dernières années, deux étoiles sont tombées du Ciel. On raconte que ce sont des hommes, venus dans des boîtes de métal, qui se seraient maintenant établis sur le continent. Quelle est ton opinion là-dessus ?


Les étoiles qui tombent ne sont que des mauvais présage. C'est que les repères tombent, que les choses changent, et tout comme elle déteste quand la mer change, elle déteste quand les choses changent. Elle préférerait rester loin des skaikru comme tout le monde semble les appeler. Les graunkru sont suffisants. trop de gens en parlent pour que ce ne soit qu'une légende ou une rumeur, mais elle ne s'en préoccupe pas. Elle espère juste qu'elle pourra continuer de mener sa vie de pillage, de richesses et de captures sans problème. Que la mer ne changera pas non plus. Ils ne se sont encore jamais perdus, mais elle craint que toutes les autres étoiles ne tombent une par une, et qu'un jour, la nuit ne soit plus qu'un voile noir comme l'encre des seiches énormes qui tâchent la coque du bateau.


+ des angoisses/craintes/phobies/problèmes de santé à signaler ?


De grandes taches blanches s'étendent sur sa peau métisse au fil du temps. Elles sont la raison de son bannissement. Cette mutation, cette malformation dégoûtante lui a valu d'être jetée dans la forêt avant même qu'elle aie pu apprendre quoi que ce soit de réellement concret sur la survie. Aucune tribu n'accepte ces différences honteuses. Ces mutations dues au hasard. Heureusement, elle a réussi à atteindre les côtes avant de mourir. Elle en cache et en protège le plus possible grâce aux vêtements achetés aux Rhajaks. Les tâches blanches deviennent rouges et douloureuses au soleil, et elle est souvent bien heureuse de ne pas les voir. Elles sont le rappel du rejet de sa propre tribu, de sa propre famille. Egalement, si elle n'en est plus tellement blessée, elle garde cependant de larges cicatrices un peu partout sur le corps de al séance de torture qui lui a permis d'assimiler pleinement les règles de la Cité du Feu. Elle a appris de chacune des leçons et il n'est pas rare qu'elle cache les tâches claires avec un mélange de boue et d'écorce, lorsqu'elle ne peut pas porter ses vêtements amples habituels.


+ Que penses-tu de la radioactivité, de tes ancêtres ayant détruit leur habitat un siècle plus tôt ? Quelle est ta relation avec la nature ?


Elle ne comprend pas ce qui a pu pousser les hommes à ravager même leurs terres. Qu'ils se détruisent entre eux n'est pas un souci, après tout, ils devaient avoir des raisons de le faire, et une pirate ne dit jamais non à un bon combat. Mais détruire son habitat, c'est comme détruire soi-même son propre navire. C'est stupide, c'est manquer de respect à son propre foyer. Et du respect elle en a beaucoup pour la nature. Et surtout pour les dieux. Elle sacrifie toujours un poisson dans ceux qu'ils pêchent pour l'océan, et un animal quand elle arrive à terre. Le premier pour Lanik, l'océan, et le deuxième pour Di'anada. Pour les remercier de les protéger, de les nourrir et d'être si bienveillant avec eux. Elle a commencé ces gestes en arrivant, et personne ne l'en a jamais empêchée. Chacun a sa croyance sur ce navire. Et si elle veut remercier les forces de la nature et des astres, personne ne l'en empêchera. Elle aime observer les seiches glisser le long de la coque, et les swima-jomp -les dauphins- verts passer au dessus du pont.

+ Que penses-tu du passé légendaire liant les Kovariis et les Iskaars ? Y accordes-tu de l'importance, du crédit ? Quel est ton ressenti vis-à-vis de l'autre tribu ?


Elle a appris l'histoire, comme toutes les enfants Kovarii, et puisque tout le monde répète la même, c'est probablement que c'est vrai. Alors elle a longtemps considéré les iskaars comme des moins que rien, mais elle tient d'eux ses compétences en navigations. Que peut-elle en dire ? Peut-elle insulter la patrie de celui qui l'a sauvée, élevée, aimée comme sa propre fille ? Oui. Parce qu'ici, il n'y a plus de patrie autre que l'Arvid. Elle les regardera toujours de haut, et leur reprochera toujours le massacre de ses pères. Elle ne se retiendra jamais d'attaquer un de leurs navires marchands. Elle est une pirate. Mais elle a également du respect, malgré elle, pour leurs talents de navigateurs et de constructeurs. Si le bateau tient toujours c'est certainement parce qu'il a été construit par de véritables génies.


+ Quelle place accordes-tu à ta famille, tes proches ? Te sens-tu bien intégré(e) parmi les tiens ? D'ailleurs, dans quelles activités t'épanouis-tu ?


L'équipage de ce navire est toute sa famille. Le second est comme un frère, et l'ancien capitaine était très probablement son père -nul n'en a jamais eu confirmation, mais nul n'en a jamais eu besoin. Ils l'ont tous adoptée quand elle est arrivée. Ils l'ont prise sous leur aile, l'ont protégée du soleil, ont écouté ses histoires. A qui lui a appris à laver le pont, et lui a expliqué que ce n'était pas une basse corvée, mais un moment de communion avec le navire et la mer. A qui lui a appris des chants de pirates, à chanter en cœur avec tout l'équipage. A qui lui a appris à se battre et à ne jamais reculer devant rien. A qui lui a appris à s'habiller comme les Rahjaks. Elle a toujours été leur protégée, leur fille, leur sœur, leur amie, leur cousine, leur nièce. Seule fille du bateau, personne n'a jamais pensé à lui faire le moindre mal, jamais. Ils ne la voient que comme une gamine, même maintenant qu'elle les dirige. Son chapeau semble lui aller un peu trop grand, mais sa voix porte loin et ses ordres sont fermes. Ils lui obéiront, ils ne la trahiront pas, et elle ne les trahira jamais. Elle sait qu'elle peut compter sur eux. Elle n'hésite jamais à venir leur donner un coup de main. Ces hommes sont les seuls qu'elle considère comme son égal. Elle se plaît à chanter avec eux, et à danser avec eux, pieds nus, dans les cales, la nuit.


Née d'une union lors de la fête des roses, l'identité de son père n'a jamais eu de réelle importance pour sa mère. Tout ce qui importait était qu'elle soit une fille. Une femme de plus pour honorer le nom des Natshana -pas tout le monde n'a le nom de l'astre de la déesse après tout-. Elle était censée devenir la plus brave des guerrières, voilà l'augure qu'on avait fait pour elle à sa naissance. Elle devait devenir sans peur et sans reproche, ne craindre ni la terre ni la mer. En voilà un joli dessein pour une Kovarii, peuplade si effrayée par les flots. Enfant, elle aussi craignait cette vaste étendue que nul ne peut dompter ou contrôler. Et comme toutes celles de son peuple, elle l'évitait également, restant loin des côtes, et toujours dans les rues de sa cité chérie.
La première tache était apparue vers neuf ans. Elle était minuscule, et pour Feisrippa, elle n'était pas très difficile à cacher. Il fallait qu'elle le fasse. Qu'on ne pense pas qu'elle était malade, maudite, ou malformée. Dans deux ans, même pas, elle commencerait à apprendre les rudiments de ce que toutes les femmes devaient savoir pour être de vraies guerrières. Ça n'était que quelque chose de bénin. Ça partirait assez vite, non ? Erreur. Lorsqu'il fallut qu'elle se présente à la prêtresse, elle dut se mettre à nu. Et elle ne pouvait plus se cacher désormais. Elle avait menti à sa famille, sa mère, ses sœurs, ses amies. Elle leur avait caché cette malformation, de plus en plus visible, seulement pour pouvoir accéder à ce que toutes les femmes normales devaient savoir. Mais elle n'était pas normale. Elle n'échappa à la sentence de mort que par l'importance de sa famille au sein de la tribu. Emmenée devant la chef, la sentence fut prononcée : elle était bannie. On l'abandonna dans la forêt, espérant qu'elle meure au bout de quelques semaines.
Elle a échappé à la mort de peu. Elle a essayé de cueillir des baies, mais le doute l'a assaillie plusieurs fois avant de les manger. Elle s'est nourrie de petits lézards, et a bu de cette eau non filtrée. Elle était faible et malade, parcourant la jungle, jusqu'à arriver, par erreur sur la côte. La vue de la mer la terrorisait. Elle se sentait prise au piège, n'ayant aucun moyen de s'en sortir. Elle ne connaissait rien des créatures vivant sur la rive, elle était effrayée du moindre grain de sable entre ses doigts. Sa peau brûlait sous le soleil ardent. L'eau ne la désaltérait pas, au contraire, elle lui brûlait la gorge. Elle pria sa déesse un peu plus fort encore, la suppliant de mettre fin à son agonie, la perte de sa dignité étant un châtiment suffisant. C'est une nuit qu'elle entendit les cris braillards d'une troupe d'hommes. Ils descendent d'un imposant navire, comme celui des Iskaars. Elle tient à peine sur ses jambes frêles, mais elle feule comme un tigre quand ils tentent de s'approcher. S'ils sont de la tribu de ses ennemis, elle ne les laissera pas profiter d'elle, elle préfère encore mourir de soif et de faim. Le capitaine descend aussi. Elle sait que c'est lui, parce qu'il a tout d'un chef. Il a un large chapeau, le dos droit, et ses yeux reflètent toute la cruauté de son peuple.

Meizen Hayon ha bos laud
Kep klin fotowon bilaik ai
Taim ai don no ai ba nau ai op
Drop of ba nau ai laik hou


Le capitaine l'observe sous toutes ses coutures. Il lui demande son nom. Son âge. Pourquoi est-elle si près des côtes. Elle refuse de répondre. Elle ne sait même plus se servir de sa voix. Elle ressemble à une véritable sauvageonne, ses cheveux sales, emmêlés, où se prennent brindilles, sable, et autres choses indéterminées. Elle les toise d'un regard supérieur, cruel. Elle pourrait presque être effrayante, si elle ne ressemblait pas à une gamine prête à s'évanouir. Elle leur fait comprendre qu'elle a été bannie, comme elle le peut. Alors ils lui offrent un large sourire chaleureux, qu'elle ne comprend pas. Ils ne ressemblent pas tous à des Iskaars. Ils semblent venir de toutes les tribus, c'est un drôle de mélange. Et ils lui proposent de la soigner, et de mettre fin à son exil. De la prendre sur leur bateau. Elle secoue vivement la tête, elle a bien trop peur de la mer. Mais ils ont de la nourriture. Ils ont de l'eau, et même de l'alcool -elle sait à quel point c'est rare-. Elle hésite. Elle se sent mal, même s'il fait désormais beaucoup plus frais, la nuit étant tombée. Le capitaine revient et la charge sur son épaule. Elle se débat, mais elle finit par accepter.
La mer la tétanise. Le navire roule et tangue, elle a le mal de mer. Elle se sent menacée. Elle a l'impression de ne pas être à sa place. Elle ne devrait pas être là,la mer n'est pas une chose à dominer. La mer est dangereuse, elle va les couler. Les quelques Kovariis qui s'y sont essayées, il y a de cela des dizaines et des dizaines d'années sont mortes. Il n'y a que pour la fête des roses que l'étendue se montre plus indulgente. Elle est une fille de la terre, de la chasse, pas de la mer. Alors les marins tentent de la distraire. De lui faire oublier à la fois l'éloignement de sa terre natale, mais aussi la mer. Ils lui expliquent à quel point celle-ci est bénéfique.A grands renforts de légendes inventées sur le vif, ils lui montrent qu'il n'y a pas de quoi s'en méfier. Il lui faut du temps pour le comprendre, mais elle finit par les croire. Et par voir l'entité puissante comme une sorte d'être incroyable. Elle veut l'honorer, tout comme elle honore sa déesse. L'équipage est un beau métissage de toutes les tribus, alors personne ne l'empêche de faire ce qu'elle veut. Si elle a décidé de voir Latik comme un être divin, alors elle le peut, personne ne l'en empêchera.
Plus complexe encore, ils lui demandent d'exécuter les basses taches auquel chaque mousse s'est essayé avant de trouver sa vraie place. Elle refuse, elle crie, elle les injure. Elle est si véhémente que ça ne peut que les amuser. Mais puisqu'elle semble si friande de légende et de spiritualités, ces contrebandiers, bruts de décoffrages, font de leur mieux pour lui imaginer des prétextes jolis. Comme quoi nettoyer le pont c'et un moyen de se rapprocher de l'âme du bateau. Qu'il nous le rendra en temps de tempête, voulant nous remercier pour les bienfaits accordés. Elle est méfiante, mais elle finit par se laisser bercer par ces histoires. Et puis, elle chante avec eux. Elle apprend leurs chansons, souvent sur des jolies femmes, qu'ils ont laissées dans leurs tribus, ou bien des filles moins fidèles, plus volages, dont elle entend toujours parler sans les avoir jamais vues. Et puis, il y a le Capitaine. Avec son large chapeau, elle est toujours impressionnée de le voir. Il est persuadé qu'elle est sa fille, ou du moins celle d'une femme qu'il aura aimée le temps d'une nuit. Il est si bienveillant et patient avec elle, et elle lui doit tant, qu'elle ne peut pas protester. Après tout, il la laisse faire presque tout ce qu'elle veut, tant qu'elle respecte les ordres et les lois entre eux. Il lui apprend à se battre. Il lui enseigne des techniques qu'elle n'aurait jamais apprises après des Chasseresses. Si dans sa tribu d'origine, une femme ne peut pas naviguer, il en a décidé autrement. Il ne reste que peu d'Iskaars sur ce bateau, et ils ont tous fait le choix de s'affranchir de leurs coutumes ancestrales. Si Feis montre son mérite, elle aura tout autant le droit d'être capitaine à sa mort que si elle avait été un homme. Il y avait certainement derrière cette idée insolite une histoire sombre, triste, ou complexe, mais que tout le monde semblait ignorer.
Alors elle apprit également la navigation.


Hayon tich ay tombom fir in
An Hayon ay fir don gon we
Ha presh don Hayon don bilaik
Tika ai fostaim don wich in


(Oh ! Plankola laik presh kom ai skat !
Rou, skat, rou skat rou !
Oh ! Plankola laik presh kom ai skat !
Krei hai, plankola !


Comme tous les autres hommes de l'équipage, elle les aime ces femmes de couleur, ces esclaves des bordels, qui sentent les roses, et qui les accueillent avec des sourires sirupeux. Mais les marques sur leurs corps ne trompent personne, elle sont loin de faire ça par vocation. Et puis il y a elle. Elles ont quinze ans. Même pas. Elle est encore souffrante des blessures que le marchand d'esclave lui a infligé. C'est la première fois qu'elle entre dans un tel endroit. Les hommes se pressent, se poussent pour arriver les premiers dans les bras des plus belles. Leurs regards s'accrochent. Un petit sourire discret, et voilà que son père la pousse dans le dos à grands cris joyeux, lui dit d'aller devenir une vraie femme avec une fille expérimentée, qu'il n'y a rien de mieux pour forger quelqu'un. Il balance la monnaie d'échange mais elle ne le regarde pas. Elle est hypnotisée par cette fille pain d'épice. Elle n'ose même pas retirer ses vêtements, peur de son regard sur ses marques honteuses. Mais voilà, la plankola l'embrasse, dépose un baiser sur chaque tache claire, aussi douce que celle des chants de marins.
Elle lui promet de revenir à elle le plus tôt possible. Elle lui promet qu'un jour elle la libérera, mais l'esclave lui sourit juste faiblement. Elles se promettent de ralentir encore un peu plus la nuit la prochaine fois. Et les promesses se répètent chaque nuit passée ensemble, tandis que les coquillages -cadeaux de Feis- prennent un peu plus de place dans le coffret de la jeune esclave. Feis voudrait l'emmener dans la nuit avec elle, mais elle refuse à chaque fois. poliment, en repoussant d'une main parfumée la jeune femme qui voudrait prolonger la nuit au milieu du jour. )

Auda pleny sich an skaikrash
Osir don kom op kom nau
Hayon don kep klin deide
An Hayon na hed op hou


Alors qu'ils naviguaient tranquillement, plus à la recherche d'une île où commercer -ils étaient bien loin du continent, s'ils pouvaient trouver des marchands plus proches de leur emplacement actuel, ils auraient été ravis-, ils trouvèrent une île. Apparemment déserte, la viguie s'apprêtait à leur dire de continuer, quand elle remarqua les restants d'un navire dans une crique un peu éloignée de la plage principale. Nombreux étaient les marins qui pouvaient se perdre en mer et se retrouver ici, sur un archipel désert, livrés à eux-mêmes, au soleil et à la folie. Il fallait qu'ils puissent en être sûr. Le capitaine du bateau leur donna l'ordre d'aller voir. Feis n'était pas d'accord avec cette décision. Elle savait désormais reconnaître un navire Iskaar, et avait tout sauf envie d'aller rencontrer son équipage, certainement devenu mangeur d'hommes avec le temps. C'était un trop gros risque à prendre, ils avaient assez de prisonniers comme ça, et ça ne leur apporterait rien d'aller les chercher. D'autant qu'ils remettraient certainement en cause sa place au sein de l'équipage, en expliquant qu'une femme ne doit pas apprendre à naviguer, et qu'elle est mieux sur son île d'origine. Seulement, le capitaine ne lui laissa pas place à la discussion. Blessé, il devait certainement délirer un peu, et voir autre chose, une symbolique étrange dans cet acte auquel il tenait tant. Elle dut obéir et aller voir sur cette île. L'équipage ne fut pas très difficile à trouver. Si leurs vêtements étaient clairement sales et abîmés, et qu'ils semblaient certainement perdus et obsédés par l'idée de réparer leur navire, ils n'avaient rien de mangeurs d'hommes. Certains la regardaient de haut, mais elle avait appris à ne pas s'en faire. Son autorité naturelle de Kovarii les remettrait rapidement à leur place d'hommes.
Après avoir tenu le capitaine au courant de leur histoire, de leur but, de leur besoin de retourner à leur terre natale dont ils étaient si éloignés, le presque vieil homme prit la décision de les ramener jusqu'à chez eux. Des marins sans bateau ne sont plus rien, un bateau est la dignité de tout marin. Et même si Feis n'était pas d'accord, elle obéit. Parce qu'elle ne pouvait pas enlever la dignité de ces hommes qu'elle connaissait à peine. Ils les gardèrent à bord, en tant qu'hommes libres, et entreprirent le voyage jusqu'à la terre Iskaar. Certains membres de l'équipage retrouvèrent des hommes de leur famille. Des amitiés se nouèrent timidement, à forcer de se fréquenter. Et si au début, l'acceptation d'une femme en tant que second fut coimpliquée, ils comprirent raidement que les mêmes règles ne s'imposaient pas. Ils devaient déjà bien trop à tout l'équipage pour remettre l'autorité en doute, même si elle était entre les mains d'une femme. Le capitaine de ces simples marins pouvait lui aussi tout à fait être remis en cause. Il ne connaissait que les rudiments du combat, s'était perdu pour une histoire d'amour avec une femme, et n'était doué ni avec une épée ni avec un arc. A se demander s'il avait jamais appris à se battre. Alors elle prit la décision de l'entraîner, qu'il soit un ennemi à la hauteur si jamais ils prenaient la décision d'attaquer son navire s'ils se recroisaient plus tard.
Tout allait bien. Le navire allait bon train et suivait la route tracée. Mais le capitaine de l'Arvid souffrait de plus en plus de ce dernier assaut, qui l'avait laissé presque paralysé. Pour la première fois depuis l'entrée en piraterie du navire, le bureau du Capitaine fut fermé. Il n'accepta de voir que sa fille, Feis. Il ne voulait pas perdre sa fierté ni sa dignité devant son équipage. Elle ne pouvait elle-même pas supporter de le voir dans un tel état. Son père avait toujours été pour elle une sorte de héros, sans peur et sans reproches, un être immortel, invincible, qu'aucune flèche ni aucune lame ne pourrait jamais l'atteindre, pas même dans le dos. Et le voilà, presque misérablement allongé dans son lit, sans son large chapeau, tremblant et fiévreux. Elle ne peut pas le laisser comme ça. Pas dans cet état. Elle ne peut pas le laisser perdre toute sa grandeur et toute sa dignité. On s'en souviendra comme leur plus grand capitaine. Et on se souviendra d'elle comme de sa fille courageuse, assez pour tuer son propre père et le sauver de la pitié des autres. Elle plante la dague qu'il lui a offerte quand il lui a appris à se battre pour la première fois, au sein de son cœur, et observe l'étincelle de la vie disparaître de ses yeux tandis qu'il la remercie.
La cérémonie est faite comme à la mort de chacun des membres de l'équipage. Le corps est remis à l'océan, sans un mot. Personne ne fait d'éloge funèbre. Les invités se tiennent légèrement en retrait mais respectent le grand silence, tandis que la dépouille s'éloigne et sombre dans les flots. Feis a posé le chapeau trop grand sur sa tête, prenant désormais la tête de son équipage. Dans ce même silence respectueux, les deux équipages rejoignent ensuite les cales, après avoir jeté l'ancre. Commencent alors les célébrations, car, comment mieux honorer un pirate qu'en buvant, en chantant et en dansant ? L'ancien capitaine n'aurait pas voulu que quiconque pleure. On raconte des histoires, on chante des chansons à boire, et tout le monde danse avec Feis, pieds nus, d'un pas sautillant, ou en tapant des mains pour accompagner les danseurs.
La mer fait également son deuil, à sa manière. Elle se déchire de perdre son roi, un demi-dieu, un fils de l'océan. Une tempête gigantesque s'abat dès le lendemain, et les navigateurs, contrebandiers comme marchands, font front ensemble. Les deux capitaine donnent les ordres, et chacun obéit, indépendamment de son allégeance. Le but est de sauver le navire, d'arriver à bon port. L'alliance entre les deux groupes de marins leur permet de s'en sortir sans réels dommages. Nul n'avait vu pareilles amitiés se tisser en si peu de temps. Ils étaient tous trop près de leur but pour abandonner si facilement. Les adieux sont presque déchirants. Même si c'est un Iskaar, même s'il a toujours ces préjugés de base, selon lesquels les Kovariis ont tué ses ancêtres, même si une rivalité certaine -quoi qu’amicale- les lie, Feis propose au chef des simples navigateurs de changer de cap. De devenir des pirates, de rejoindre son équipage, de goûter à la liberté. Mais ils refusent. Ils doivent retrouver leurs familles. Alors, elle repart, avec son navire, et ses hommes, à la recherche du prochain navire à piller. Une chanson s'élève dans le vent, tandis qu'ils lèvent l'ancre. Qu'ils accomplissent leurs augures s'ils le souhaitent, elle, l'avait déjà fait.
Elle était devenue une pirate sans peur et sans reproches, fille des flots et de la terre.


DERRIÈRE L’ÉCRAN

Je m'appelle moïra/cupcake et j'ai 17 ans. Vous pouvez donc vous en douter, je suis une fille. J'ai connu le forum grâce à apy, parce qu'elle sait comment me tenter et je le trouve joli, super détaillé, et pour quelqu'un qui ne connaît pas du tout la série, c'est juste génial. Si possible, j'aimerais -parce que je pose trois milliards de questions stupides- avoir un parrain afin de m'aider à l'intégration et la compréhension.


Mon personnage est un inventé et je ne vous autorise pas à en faire un scénario si mon compte se retrouve supprimé.







Feisrippa "Feis" Natshana
lowlands away


Dernière édition par Feis Natshana le Jeu 22 Juin - 12:25, édité 3 fois

avatar
13/06/2017 apy. 63 garrett hedlund. alaska. navigateur hanté. 124


Sujet: Re: (sally brown she's the girl for me boys)
Sam 17 Juin - 20:24

une capitaine de bateau pirate aussi sexy, c'est pas humain
(tu sais déjà tout )

avatar
17/06/2017 cupcake/moïra 10 winnie harlowe apy manamour pirate/orientation & maniement des armes 14


Sujet: Re: (sally brown she's the girl for me boys)
Sam 17 Juin - 20:44

t'as de la chance de pouvoir en profiter

Modo - Panic Station
avatar
24/03/2017 bbchat 213 Cillian Murphy Morrigan, Anaelle, Burridane, Désolée pour le bordel. Psychologue blasé ne demandant qu'à être surpris, à nouveau emballé par cette voie qu'il a choisie. veilleur de nuit, stratège 96
Modo - Panic Station


Sujet: Re: (sally brown she's the girl for me boys)
Sam 17 Juin - 21:02

Bienvenue  Courage pour ta fiche, j'suis curieuse d'en apprendre un peu plus sur ta pirate ** Tu as 7 jours pour la terminer, n'hésite pas à contacter le staff si tu as des questions

avatar
17/06/2017 cupcake/moïra 10 winnie harlowe apy manamour pirate/orientation & maniement des armes 14


Sujet: Re: (sally brown she's the girl for me boys)
Sam 17 Juin - 21:18

maisy a que des beaux garçons qui viennent me saluer
merciii

avatar
06/12/2015 Lux Aeterna 27045 Sophia Bush Avengedinchains (vava) ; Ace & Oreste (images profil); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) ancienne militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. 1713


Sujet: Re: (sally brown she's the girl for me boys)
Sam 17 Juin - 21:47

Bienvenue dans le coin j'adore le choix de Winnie, par contre je sais pas si c'est normal mais je ne vois pas le vava ?
Je crois que j'arrive un peu tard pour te souhaiter une bonne rédaction, mais au moins bonne fin de fichage alors

Admin △ Underneath it's just a game
avatar
06/12/2015 Electric Soul 2288 Jon Kortajarena Schizophrenic & tumblr Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate 1259
Admin △ Underneath it's just a game


Sujet: Re: (sally brown she's the girl for me boys)
Sam 17 Juin - 22:17

Bienvenue et bon courage pour la fiche

avatar
17/06/2017 cupcake/moïra 10 winnie harlowe apy manamour pirate/orientation & maniement des armes 14


Sujet: Re: (sally brown she's the girl for me boys)
Sam 17 Juin - 22:51

murphy + merci, t'es toi aussi très très jolie. chat potté personnellement je le vois depuis mon téléphone et depuis mon pc, donc je pense que c'est toi ? au cas où j'essaierai de voir

harlan + merci.

Admin
avatar
05/03/2015 avengedinchains 2843 Jennifer Lawrence blue comet / signa Alas Leader chasse & traque 95
Admin


Sujet: Re: (sally brown she's the girl for me boys)
Sam 17 Juin - 22:52

bienvenue
un choix d'avatar vraiment canon en tout cas, moi jle vois

avatar
17/06/2017 cupcake/moïra 10 winnie harlowe apy manamour pirate/orientation & maniement des armes 14


Sujet: Re: (sally brown she's the girl for me boys)
Sam 17 Juin - 22:57

merci. bon bah parfait si tu le vois aussi chat potté

(ah et si quelqu'un se pose la question, en italique dans ma fiche c'est une traduction approximative d'amazing grace en trigedasleng (normalement à part pour quelques fois vous pouvez hanter avec l'air, sisi. et sous spoiler c'est une partie pas très intéressante mais que je voulais quand même écrire, avec pour chanson une traduction toujours approximative de roll boys roll (sally brown faisant référence aux femmes métisses dans les endroits comme tortuga, je me suis permis de remplacer par un truc plus clair encore, mélange de femme = plan et de couleur = kola)

avatar
20/04/2016 FLY 6816 Adelaide Kane Ava + MURPHOUILLE ♥ • Signa + Neon Demon • Gifs + Tumblr Multi-tâches + Cartographe + Patrouilleur + Notion de combat au corps à corps 95
✣ Speedy Gonzales ✣


Sujet: Re: (sally brown she's the girl for me boys)
Dim 18 Juin - 0:43

Apy va rameuter tout le monde, c'est pas possible C'est Alice sur WF, trop contente de te voir aussi ici Je vois que ta présentation est déjà finit, il nous faudra un lien avec mon Aedan

avatar
06/12/2015 Lux Aeterna 27045 Sophia Bush Avengedinchains (vava) ; Ace & Oreste (images profil); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) ancienne militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. 1713


Sujet: Re: (sally brown she's the girl for me boys)
Dim 18 Juin - 1:01

Je boude zupimages qui a l'air de me bouder, alors
Je vois que tu recherches un parrain, du coup je me propose, si ça te dit
Bonne validation en tout cas

Admin - Tears of the phoenix
avatar
12/10/2014 Brimbelle 44715 Jessica Chastain Frimelda Médecin / Herboriste 269
Admin - Tears of the phoenix


Sujet: Re: (sally brown she's the girl for me boys)
Dim 18 Juin - 1:11

Bienvenuuuue

Miss je passe sur ta fiche
Il y a pas mal de choses à revoir et surtout pas mal de questions parce que je n'ai pas tout compris

elle se dit célibataire, mais quand elle va revendre ses prisonniers aux marchands d'esclave
-> En tant que Kovarii, comment arrive t-elle à supporter les Rahjaks vis-à-vis de ces activités ?

elle aime la mer
-> Les Kovariis n'aiment pas la mer. D'où est ce que cette fascination lui vient ?

elle a été bannie des kovarii en raison de sa peau, elle a échappé de peu à la mort.
-> C'est un peu trop léger comme raison pour être un bannissement, il faut que tu ajoutes une raison plus grave pour justifier le bannissement.

c'est une véritable démocratie qui s'y est installé et le moindre ennui est discuté.
-> Le terme employé n'est pas juste car ce n'est pas une démocratie (qui sous-entendrait que le capitaine est élu, non pas héritier suite à un assassinat et que tous les X temps on élirait un nouveau capitaine). Je pense que ce que tu veux dire se rapproche plus du management où ton personnage incite à la communication.  

-> Serait-il possible à l'avenir de mettre des majuscules au début de tes phrases ? J'ai eu beaucoup de mal à te lire, la présence des points en fin de phrase n'a pas suffi, et c'est grammaticalement une faute de français de ne pas en mettre

mais elle ne pouvait pas les libérer, ni les garder à bord, de toute manière, alors elle n'avait pas d'autre choix.  
-> pourquoi ne le pouvait-elle pas ?

Si la capitaine déteste les marchands d'esclave -et a même été torturée après en avoir insulté un alors qu'elle assistait pour la première fois à une transaction-
-> Pourquoi a t-elle été torturée ? Elle est capitaine du bateau elle peut arrêter ces transactions si elle veut

seulement, il n'y a que là qu'elle peut trouver de pareils vêtements pour protéger sa peau sensible du soleil. et il n'y que là qu'elle peut trouver son amie de la nuit.
-> Si je comprends bien elle fait du marchandage d'esclaves pour avoir une fille de joie et des vêtements pour la protéger du soleil chez les rahjaks ? Je suis navrée je ne comprends pas les motivations de ton personnage

-elle n'a pas rejeté sa patrie, même si les kovarii l'ont rejetée-.
-> Pas de colère, pas même d'amertume ?

elle garde cependant de larges cicatrices un peu partout sur le corps d'une séance de torture après avoir insulté un marchand d'esclave dans la cité du feu.
-> Pourquoi n'a t-elle pas été défendue par son équipage ?

Où est ce que le bateau accoste ? Parce que s'il y a une cinquantaine de km qui séparent la mer de la cité rahjak, ce n'est pas un business rentable de faire tout ce chemin (surtout si elle vit en mer en sachant qu'elle n'adhère pas ça, ça fait beaucoup de choses qu'elle n'apprécie pas faire alors qu'elle est capitaine )

elle propose qu'ils deviennent des pirates, parce qu'ils seraient bons, et qu'ils pourraient faire des merveilles tous ensembles. mais ils refusent. chacun a sa famille, sa quête, son augure à réaliser.
elle a réalisé le sien. elle est devenue la reine des océans. elle est devenue la guerrière qui maîtrise terre et mer.
-> Je ne comprends pas : est ce que le bateau est pirate ou non ? Si oui, comment l'équipage a t-il été convaincu de devenir contrebandiers des océans ?

Dernière question : chez les Iskaars, une femme n'a pas de haut grade surtout en navigation. Idépendamment du fait que ce soit la fille de l'ancien capitaine, comment cette configuration est-elle possible sur ce bateau (en gros quelles sont les circonstances qui ont fait que ça a fonctionné)

Courage pour les modification

avatar
13/06/2017 apy. 63 garrett hedlund. alaska. navigateur hanté. 124


Sujet: Re: (sally brown she's the girl for me boys)
Dim 18 Juin - 1:15

Aliénor Blackwood a écrit:
Apy va rameuter tout le monde, c'est pas possible

non pas du tout, je vois pas de quoi tu parles je ramène pas encore azu je te signale



murphy comme marraine elle est adorable je t'influence pas du tout ma moïra, j'te jure

avatar
17/06/2017 cupcake/moïra 10 winnie harlowe apy manamour pirate/orientation & maniement des armes 14


Sujet: Re: (sally brown she's the girl for me boys)
Dim 18 Juin - 1:33

apy + c'est pas comme si j'étais en train d'essayer de la tenter mais si un peu quand même.

grace + j'essaierai de faire toutes les modifications dans la journée, il y a des points de détails que je n'avais pas vraiment pensé approfondir. et désolée, pour les majuscules, j'ai pris cette habitude stylistique, je pensais pas que ça dérangeait. chat potté
 

(sally brown she's the girl for me boys)

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Tous sur Brown GP
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» ♪ Who's that girl ♪
» Lilli Brown (Serdaigle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: personnages :: Présentations :: Fiches en construction-