Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Can you help me or not ? [Elijah]
maybe life should be about more than just surviving


avatar
01/11/2015 Glacy 1449 Brett Dalton murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 76
- Whatever it takes -


Sujet: Can you help me or not ? [Elijah]
Mar 23 Mai - 13:46


Hésitant. Je ne pouvais m'empêcher de me dire que j'avais fait une connerie. J'avais l'impression en effet d'avoir fait une connerie ou d'être en train d'en faire une alors que je tentais de trouver Elijah. Un homme que je n'appréciais guère. A vrai dire le sentiment était réciproque alors que ni lui, ni moi nous nous aimons. Mais bien entendu il était le seul de cette potentielle liste qui était un psychologue. M'arrêtant de nouveau devant la porte de la salle de soins. Non c'était une mauvaise idée. Je n'avais pas besoin d'un psychologue ou de parler. Je pouvais parler à n'importe qui après tout. Hésitant encore alors que je tentais de me convaincre. Il valait mieux que je fasse demi-tour, que je m'éloigne maintenant plutôt que de le voir avec son sourire arrogant et narquois. Aucun doute, qu'il allait se moquer de moi et que les rumeurs allaient se propager dans tout le campement. On allait parler un peu plus sur mon compte et cela n'allait rien faire pour aider à m'arranger ma cause. Une cause sans doute perdue que je tentais toutefois d'améliorer légèrement alors que je me retrouvais à aller le voir. Ne pouvant m'empêcher de me dire que c'était n'importe quoi, même totalement n'importe quoi. Je savais pas pourquoi j'avais commencé à écouter Chiraz. Je haïssais l'idée qu'elle puisse ressembler à Ailina autant. Cela ne m'aidait pas. N'ayant pas l'impression de pouvoir réfléchir clairement. Tout se mélangeait dans ma tête.

Mon regard qui se portait sur les différentes silhouettes qui se trouvaient dans le campement. Je savais qu'il n'était pas de garde en ce moment alors que j'y étais, m'étant tantôt renseigné auprès des autres gardes pour savoir s'il serait de patrouille à cette heure-ci. Ce qui n'était pas le cas à vrai dire. Et si je me doutais que certains ne pouvaient que se demander pourquoi je le cherchais, il n'en resta pas moins qu'aucun n'insistèrent. Ce qui était mieux. Tant pour eux que pour moi. N'en venant qu'à m'éloigner d'eux alors que je me dirigeais vers la salle de soin où il y avait une possibilité qu'il y soit. Ce qui ne fut pas le cas. Il n'y avait personne et à vrai dire je ne préférai autant pas rester dans le coin. Une salle de soins qui n'était pas pour me rappeler de très bons souvenirs. Les seuls souvenirs marquants que j'avais  en étant venu ici c'était la fois où j'avais malencontreusement fait tomber Isaïah dans les orties alors qu'elle croyait qu'un ours lui fonçait dessus et la fois où Robb était mort. Non pas que les souvenirs étaient très plaisants. Aucun des deux. Je secouai la tête avant de tourner le dos à la salle de soins, sortant de là alors que je me retrouvais à faire de nouveau un tour du campement.

Ce fut alors que je le repérai. Il était seul. Hésitant encore un instant avant de reprendre ma respiration alors que je me retrouvais à me diriger vers lui. Une mauvaise idée. « Callaghan ! » J'hésitais un instant, n'en n'étant pas moins venu à l'interpeller. M'approchant de lui en franchissant rapidement la distance qui nous séparait. Je ne comptais pas attirer tous les regards des autres, des potentiels spectateurs de ce spectacle. Heureusement il n'y avait pas grand monde autour du feu de camp alors que de nombreuses personnes étaient pour le moment occuper à des menues tâches. Arrivé à quelques pas de lui, je gardais une certaine distance entre nous alors qu'il était nécessaire que cette distance existe. Non pas que je comptais le frapper ou quoi, mais entre nous une certaine distance de sécurité était bel et bien nécessaire. Et cela au-delà du fait que je ne l'appréciais guère et que le sentiment était réciproque. Prenant pas moins mon courage, j'en venais qu'à m'adresser à lui. « J'aurai besoin de te parler genre deux minutes. » Et au lieu de continuer à discuter avec lui ici, je n'en venais qu'au contraire qu'à m'éloigner du campement. Une conversation qui n'avait pas à avoir lieu en public, n'en voulant pas en parler là à voix haute alors qu'au contraire je m'éloignais encore plus. Me dirigeant loin des oreilles indiscrètes alors que je traversais le campement non sans jeter de rapides regards autour pour m'assurer qu'il n'y avait personne qui pourrait nous entendre. Je me doutais qu'il allait me suivre alors que j'avais au moins éveiller sa curiosité. M'arrêtant finalement non sans passer une main dans mes cheveux bruns. Mal à l'aise alors que j'en venais toutefois à reprendre la parole. « Je sais que t'étais psy sur l'arche et... je me demande si tu voudrais pas genre... faire ton truc... » Mon regard qui se posait sur lui alors que je m'attendais à ce qu'il rigole ou quoi. Non c'était une mauvaise idée. « Non laisse tomber, en fait c'est bon. » Tournant subitement les talons alors que je me convainquais un peu plus que c'était une mauvaise idée. Non c'était même une mauvaise idée tout court d'être venu lui parler et de l'avoir abordé. Il valait mieux que je parte rapidement. Faire comme si cela n'était pas arrivé ou comme si je n'avais pas tenté de m'améliorer.

Modo - Panic Station
avatar
24/03/2017 bbchat 769 Cillian Murphy Littlewilding , signa Perséphone, gif profil Murphy Lux aeterna ♥ Psychologue blasé ne demandant qu'à être surpris, à nouveau emballé par cette voie qu'il a choisie. veilleur de nuit, stratège 103
Modo - Panic Station


Sujet: Re: Can you help me or not ? [Elijah]
Dim 18 Juin - 3:17




A force de devoir rester concentré la nuit, en pleine journée, la concentration autant que l’éveil devenaient compliqués. Pourtant il n’avait jamais réellement eu besoin de beaucoup d’heures de sommeil sur l’Odyssée. C’était étrange comme d’un univers à l’autre tout devenait bien différent. Vivre sur Terre demandait bien plus d’efforts et de concentration qu’une vie bien rangée et calculée dans l’espace. C’était surement pour cette raison qu’il avait sans doute besoin de dormir un peu plus la journée pour redevenir à nouveau en pleine forme la nuit tombée. Il avait un horaire décalé, avait toujours été un peu décalé par rapport à la façon de penser de certain mais loin de le déranger cette différence, il l’avait adoptée comme façon de vivre et ne l’avait pas lâchée en arrivant sur Terre. La Terre. S’y était-il fait ? Il pouvait dire que oui. Les débuts n’avaient pas été faciles. Ça l’avait rendu d’abord méfiant avant de finalement s’en foutre complètement de ce qu’il pouvait lui arriver sur Terre. Il était resté lui-même, n’avait pas souhaité que la terre le change, faire table rase du passé pour oublier toutes les erreurs qu’il n’avait pas faites.

Il s’était allongé un moment à même le sol en somnolant sans forcément parvenir à trouver le sommeil. Il s’était relevé plus agacé qu’autre chose après le réveil matinal de ces autres qui avaient opté pour un horaire plus adapté à cet univers. Jour. Nuit. Là-haut, ils n’avaient pas eu cette référence. Tant pis, il récupérerait plus tard en espérant trouver quoi faire de ces heures pendant lesquelles l’on hésitait souvent pas mal avant de venir le déranger. Il y avait bien quelques uns qui venaient l’ennuyer pour lui demander quelques conseils sur des sujets dont il se fichait pas mal mais soit soit, s’ils venaient lui parler de problèmes qui n’en étaient pas réellement, qu’ils ne soient pas étonnés d’avoir un retour un peu mauvais sur la question. De plus en plus souvent d’ailleurs, Elijah les envoyaient bouler sauf si c’était vraiment important ou intéressant. Il était le Dr House de cette série de l’époque d’avant, celui qui n’aimait que les cas compliqués voir moins ils pouvaient se résoudre, mieux c’était.

Il avait fini par se résoudre à sortir du dortoir pour flâner dans le campement à la recherche tout simplement de quoi s’occuper. « Callaghan ! » Il tourna la tête vers l’origine du son sans un mot, disant juste du regard ‘accouche, j’ai pas toute la journée’. De toutes les personnes qui étaient venues le distraire, il était tombé sur Chris Wilson. Il était chanceux dis donc. « J'aurai besoin de te parler genre deux minutes. » Elijah soupira, déjà agacé. Ça, il s’en était à peine douté. Qu’il en vienne aux faits. C’était bougrement chiant quand ils n’y mettaient pas du leur. Il ne pouvait pas deviner ce qu’il se passait dans la tête de l’ancien militaire.

Et puis c’est tout parce que l’idiot du village avait cru bon de se barrer. Quelque part dans sa tête, une petite voix lui rabâcha son passé de psychologue. Il le regarda d’abord partir sans le suivre. Sérieusement ? Petite voix va te faire voir, si Wilson avait besoin de parler, ça serait ici et pas là où il l’aurait décidé. La petite voix sembla se fâcher dans sa tête tant et si bien qu’il daigna bien le suivre deux trois minutes plus tard. « Wilson ! » Il allait l’étriper. Il avait l’impression de poursuivre quelqu’un envers qui il aurait commis la bourde du siècle, envers qui il devait s’excuser alors que ce n’était nullement le cas. « Bon c’est quoi l’problème pour le forcer à te suivre jusqu’ici ? » Il attendait, n’était pas réputé pour sa patience sans limite. « Je sais que t'étais psy sur l'arche et... je me demande si tu voudrais pas genre... faire ton truc... » Il roula des yeux sans pouvoir s’en empêcher. Si c’était ça qui allait lui donner envie de tenter l'essai d'aider les autres, il se plantait le doigt dans l’œil. « Non laisse tomber, en fait c'est bon. » « Déconne pas Wilson, c’est moi qui dis quand c’est fini. Tu m’as trainé ici pour une raison alors t’as intérêt à causer. » Et il voulait qu’il le fasse maintenant, pas qu’il revienne tous les jours à se demander s’il n’aurait pas dû le faire la veille.

avatar
01/11/2015 Glacy 1449 Brett Dalton murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 76
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Can you help me or not ? [Elijah]
Dim 18 Juin - 8:06


Bien sûr que j'hésitais. Evidemment. Ce n'était pas comme si c'était une bonne idée ou l'idée du siècle. J'allais parler à Elijah. Or personne de censé n'allait parler à Elijah parce que l'homme était tout sauf quelqu'un qui vous tendait des sacs de cookies. Ce n'était pas non plus comme si je l'appréciais. Nous n'étions pas amis. J'éprouvais du respect pour lui comme pour chacun des personnes vivant dans ce campement mais pour ainsi dire cela s'arrêtait là. Cela s'arrêtait même nettement alors qu'il était connu que nous étions un peu comme chat et chien. Nous nous en étions pas venus au point de nous haïr, mais il était certain qu'il n'était pas dans ma liste d'amis à appeler si j'avais besoin de réconfort. Non pas que j'étais connu pour aller voir quelqu'un alors que comme le prouvait la mort de Robb, j'avais toujours réussi plus facilement à me renfermer sur moi-même. Ce que j'avais fait encore une fois. Je m'étais renfermé sur moi-même sans laisser la possibilité aux autres de réellement tenter de m'aider, non pas que j'avais voulu de leur aide à cet instant. Il était que naïf de la part de Chiraz d'avoir cru qu'elle pouvait m'aider, et cela encore plus alors qu'elle ne me connaissait pas. Mais le problème était que c'était justement à cause d'elle que j'étais là. Elle était la raison qui expliquait pourquoi je venais d'interpeller Elijah et l'entraînait avec moi vers un recoins moins peuplé pour qu'il puisse m'écouter. Un soupir qu'il avait poussé. Un soupir que j'avais ignoré alors que je jonglais déjà avec les pensées qui se contredisaient dans mon esprit. Elijah pouvait m'aider techniquement alors qu'il était un psy. Un point positif qui était aussitôt noyé par des points négatifs alors que je ne l'aimais pas, qu'il y avait quasiment aucune chance qu'il se taise, qu'il y avait quasiment aucune chance qu'il ne me ressorte pas cet épisode en pleine tête dès qu'il le voudrait. Je révulsais autant l'idée d'être dépendant de quelqu'un. L'impression d'être vulnérable. Et Elijah me mettait dans une position de vulnérabilité alors que je n'avais pas confiance en lui. Et pourtant malgré cet état de fait, je continuais de l'entraîner derrière moi.

« Wilson ! » Sa voix qui interrompait mon cours de pensée alors que je m'arrêtais finalement après avoir jugé que cet endroit était assez loin des oreilles indiscrètes. « Bon c’est quoi l’problème pour le forcer à te suivre jusqu’ici ? » Une note agacée. Il était agacée à vrai dire et tous les petits détails de son comportement ne montraient qu'un peu plus qu'il ne comptait pas patienter indéfinissablement. Non pas qu'il me mettait plus à l'aise. Et nerveux je l'étais. Trahi par des tics nerveux. Il ne semblait pas les avoir aperçu, ne paraissait pas les avoir remarquer mais je m'en rendais compte quant à moi. Et j'en venais qu'à détester un peu plus l'idée que je puisse être nerveux à cause de lui, l'idée qu'il puisse me mettre mal à l'aise. Nombreux considéraient que c'était limite honteux d'aller voir un psy. Si de mon côté je n'avais pas réellement de point de vue sur la question, ce qui me dérangeait le plus était que ce n'était pas un parfait inconnu qui se trouvait devant moi mais Elijah. Et dieu savait que je détestais me confier, qu'à choisir entre la peste, l'inconnu, ou le choléra, Elijah, j'aurai choisi la peste. Pour ne pas avoir cette impression de vulnérabilité. Ce n'était pas pour rien que je ne me confiais jamais et déjà à l'instant où ces mots franchissaient ma bouche, j'en venais à me rétracter. Un pas en avant pour en reculer de deux. Plus que convaincu que c'était une mauvaise idée et que je ferai mieux de faire demi tour.

« Déconne pas Wilson, c’est moi qui dis quand c’est fini. Tu m’as trainé ici pour une raison alors t’as intérêt à causer. »  Je secouai la tête. Parce qu'en plus d'amplifier le mal à l'aise, il en venait à jouer au boulet jusqu'au bout. L'impression qu'il s'amusait même de la situation alors que la colère refaisait surface. « Je suis venu uniquement parce que Chiraz m'a dit que cela pourrait me faire du bien de parler. » Dessinant des guillemets dans l'air pour ponctuer mes mots, mettant en avant l'idée que la jeune femme était responsable. Ce qui était le cas alors qu'elle avait implantée cette graine dans ma tête, bien que ce n'était qu'à moi que revenait la responsabilité d'être venu le trouver une erreur. « Et comme j'ai entendu que tu étais psy sur l'arche, je me suis dit que qui-sait tu pourrais être utile... » pour une fois. Des mots que je ne prononçais pas mais qui étaient sous-entendus. Après tout si je venais lui parler, cela ne voulait pas dire que j'étais censé l'aimer ou que j'allais notre pacte dans le sang ou quoi. Encore faudrait-il qu'un pacte existe, ce que je doutais. Doutant encore plus qu'il veuille vouloir m'écouter. « Mais comme je disais c'est une mauvaise idée et ce n'est pas comme si je comptais te faire perdre ton temps... » et le mien par la même occasion. Là encore un sous-entendu que je ne prononçais pas à voix haute alors que je me doutais qu'il avait conscience de ces mots que je sous entendais. N'en venant même qu'à me reculer. « Tu sais quoi, fais comme si tu ne m'avais pas vu et oublie cette conversation. » Je me doutais qu'il allait m'emmerder, qu'il ne le ferait pas juste pour me marcher sur les pieds mais j'espérai. N'en venant qu'à faire demi-tour comme pour ponctuer ses mots et accentuer ce fait, que c'était une mauvaise idée, qu'il ne pourrait pas m'aider. Comme si je voulais un peu plus donner raison à mes démons pour ne pas avancer. Trop entêté. Ou trop effrayé de me dévoiler.  

Modo - Panic Station
avatar
24/03/2017 bbchat 769 Cillian Murphy Littlewilding , signa Perséphone, gif profil Murphy Lux aeterna ♥ Psychologue blasé ne demandant qu'à être surpris, à nouveau emballé par cette voie qu'il a choisie. veilleur de nuit, stratège 103
Modo - Panic Station


Sujet: Re: Can you help me or not ? [Elijah]
Sam 29 Juil - 3:33





Il était halluciné par le comportement de Chris à chaque fois. Et après c’était lui le pas facile à vivre dans l’histoire. Sérieusement. Avec lui au moins les gens savaient à quoi s’attendre. Il avait envie de dire à Chris d’arrêter de prendre les gens pour des cons. C’était son principal défaut. Merde ! Quand il disait qu’il décidait quand c’était finir, il le pensait. Il secouait la tête. Non ? Il finirait par lui en coller une. Ça le démangeait depuis un bon moment déjà mais là avec cette attitude de merde qu’il avait, c’est qu’il aggravait carrément son cas. Le pire dans tout ça, c’est qu’il n’en avait pas conscience, qu’il trouvait ça parfaitement normal qu’ils soient tous à sa botte. C’était tout sauf normal, putain. « Je suis venu uniquement parce que Chiraz m'a dit que cela pourrait me faire du bien de parler. » C’est vrai qu’il n’avait jamais su prendre une décision tout seul comme un grand. Il y avait d’abord eu l’autre disparue là puis Murphy et maintenant Chiraz ? Il n’allait pas la remercier de le lui avoir envoyé. Il l’écouta parler parce que le couper en plein milieu ne servirait à rien. Il n’écoutait pas. Il n’écoutait jamais.

« Et comme j'ai entendu que tu étais psy sur l'arche, je me suis dit que qui-sait tu pourrais être utile... » Okay, il allait se taire, écouter, puis lui rire au nez et lui foutre un poing dans la figure. L’ordre importait peu mais il se prenait vraiment pour quelqu’un d’important. Il l’était peut-être pour sa petite troupe de suiveurs mais pas pour lui. Il voulait parler, qu’il parle donc mais qu’il ne s’étonne pas des conséquences de ses paroles par la suite. Dommage qu’ils n’aient plus aucune technologie de disponible. Il l’aurait bien enregistré et lui aurait donné une cassette pour qu’il s’écoute et se sente mortifié par cette version d’un Chris Wilson insupportable qu’il donnait à la terre entière. Il n’exagérait pas. Chris était pour lui quelqu’un qui se pensait trop important pour faire attention aux autres, qui avait ses idées, ses opinions, qui parlait et laissait à peine le temps aux autres de réagir qu’il poursuivait déjà dans la suite de ses idées, dans sa logique sans jamais prendre la peine d’écouter vraiment. Elijah avait toujours eu cette facilité de parvenir à cerner les gens, qu’il les apprécie ou non c’était pas son problème. Être psychologue de se résumait pas à avoir de l’empathie à revendre. C’était trouver des solutions pour qu’ils aillent mieux et tant pis s’il avait zéro tact. Et pour être franc, il n’avait pas envie que Chris aille mieux. Vu l’attitude qu’il avait, s’il pouvait ne jamais aller mieux ça lui allait très bien.

« Mais comme je disais c'est une mauvaise idée et ce n'est pas comme si je comptais te faire perdre ton temps. » Il était déjà entrain de lui faire perdre son temps mais puisqu’il avait commencé autant continuer. « Tu sais quoi, fais comme si tu ne m'avais pas vu et oublie cette conversation. » « Non. » Je t’emmerde Wilson. « Quelle belle technique que celle de me descendre pour que je me casse mais c’est la pire que t’aurais pu choisir. J’ai envie de te rire à la gueule et de te cogner pour ce que tu viens de dire, tu t’entends jamais parler, ça se sent. Bon maintenant que t’es là tu vas rester bien gentiment. Chiraz est quelqu’un de bien mais toi t’es vraiment pas un cadeau. T’as pas pu trouver tout seul que t’avais besoin de parler à quelqu’un ? On t’a trouvé dans la forêt avec une sale gueule, il parait, et un mutisme pour couronner le tout. Sérieusement, avec tout ça t’as pas pensé comme un grand que t’avais besoin de parler ? Pas à moi, j’te l’accorde, elle a mal calculé son coup mais même le plus crétin des crétins aurait du voir qu’il a besoin d’aide et ne pas la refuser quand on la lui donne. »  Parce qu’il était certain que toute sa bande d'idiots avait tenté de l’aider et que borné comme il l’était, il avait tout refusé d’un bloc.

avatar
01/11/2015 Glacy 1449 Brett Dalton murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 76
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Can you help me or not ? [Elijah]
Sam 29 Juil - 18:12


L'impression de me conduire comme un imbécile. Avancer d'un pas pour en reculer de trois. Ce qui se passait. J'étais incapable d'aller jusqu'au bout. J'étais incapable de faire confiance à Elijah. C'était l'un de mes problèmes. La méfiance. Et la peur. Les plus dangereux de mes ennemies. J'en étais conscient, je savais ce qui me poussait à me faire reculer. La crainte qu'il ne garde pas sa langue. La crainte qu'il se moque de moi. La crainte qu'il se serve de cette conversation contre moi. Paranoïaque. Je l'avais toujours été. Je l'étais toujours. Ce n'était pas de l'arrogance qui me poussait à lui parler ainsi ou de l'égoïsme, seulement ce manque de confiance qui me poussait à renverser ma veste. Mon but n'était pas de venir ici et de le commander, ni de le faire apparaître comme un pantin, j'étais juste indécis. Et cette indécision coupait court au reste. Pourtant dieu savait que je n'étais pas si indécis, que je n'avais pas ce manque de confiance auparavant. Plus arrogant que là, plus certain de ce que je voulais. Je n'avais jamais osé m'arrêter, je n'avais pas hésité à briser les règles, à les enfreindre encore et encore. Pas tant pour faire enrager mon père, que pour profiter de la vie, que pour m'engager dans le mouvement rebelle. Un engagement qui s'était produit bien avant que je ne tente de réunir Devos, Tennessee ou Murphy. Un engagement auquel je m'étais voué, trahissant Ailina par la même occasion, trahissant autant mon père bien que dans un sens ce dernier m'avait trahi le premier en fondant le mouvement et en décidant de m'y tenir à l'écart. Un mouvement qui était toujours à flot bien que dans l'ombre. Un mouvement auquel je m'étais tenu à l'écart depuis la mort de Robb. Et toujours cette même difficulté à parler de lui sans ressentir une pointe de douleur alors qu'il était toujours là, alors qu'il y avait toujours ce vide dont je tentais de passer outre chaque jour. Et il y avait Chiraz qui avait apparemment pensé que cela me ferait du bien de parler à quelqu'un. Dans un sens elle n'avait peut-être pas tort alors que je doutais que tout garder pour moi était une bonne chose, mais parler à Elijah, je doutais que ce soit une bonne idée. Ne pouvant que voir son regard et son sourire qui continuait de me mettre hors de moi alors qu'il n'en n'avait juste rien à faire de moi. Certes je n'avais rien à faire de lui, mais cela ne faisait aucun doute qu'il n'était pas mieux que moi sur cette question loin de là. Qu'un point de plus qui me poussait à me rétracter. L'incertitude là.

Me rétractant totalement en lui demandant d'oublier cette conversation. Ce que je doutais qu'il ferait. Et cette étincelle que je vis dans son regard me suffit. Non il n'allait pas se taire, parce que ce serait trop facile ou parce que je lui cassais les pieds ou qu'il ne m'aimait pas. Les choix étaient nombreux. « Non. » Une réponse qui me confirma mes pensées alors que je serrai les temps, et que lui en venait à reprendre la parole. « Quelle belle technique que celle de me descendre pour que je me casse mais c’est la pire que t’aurais pu choisir. (...) » Mes poings qui se serraient alors que je reprenais la parole aussitôt, tentant de garder mon calme, car autant qu'il avait envie de le cogner, j'avais ce même désir frénétique de lui taper la tête contre le tronc d'arbre le plus proche. « Je pense que tu m'as pas bien entendu. Car je ne t'ai pas descendu, au contraire, si je suis venu à la base, c'est parce que je pensais que tu pouvais être doué avec cela. Mais apparemment je me suis trompé comme tu ne fais que me considérer comme un moins que rien, et après tu te demandes sans doute pourquoi j'ai la même opinion que toi. J'imagine que tu as ta réponse. » Une note de sarcasme alors qu'à la base je n'étais pas venu parce que je le pensais nul, si j'avais écouté les conseils de Chiraz, il n'en restait pas moins que j'étais venu parce qu'il était la seule personne pas tant envisageable que sans doute la seule qui pouvait agir en tant que professionnel. M'étant trompé visiblement. Une erreur dont j'allais me mordre les doigts, dont je me mordais déjà les doigts alors qu'autant des notes de sarcasme et une colère qui s'était éteinte manquait de refaire surface. « Si tu veux que je te descendre, je pourrai autant te dire que tu peux m'insulter autant que tu veux parce que je n'ai pas décidé de parler, mais là tes mots ne sont qu'une preuve de plus que tu es visiblement nul dans ton job. Sinon tu aurais sans doute compris avant que pas tout le monde ne réagit pas pareil, que je ne voulais pas parler parce que je n'arrivais pas à mettre des mots sur ce qui s'était passé. Tu peux m'accuser de ce que tu veux, mais parler, j'étais prêt à le faire là avec toi même si je ne t'apprécie pas, même si ta tête me donne envie de la claquer autant que tu veux me coller un poing dans le visage. » Inspirant pour tenter de me calmer alors que mécaniquement j'attrapais mes poignards qui se mirent à s'agiter entre mes doigts. Les faisant passer de main en main sans jamais me blesser. Réalisant de gestes mécaniques qui étaient peut être les rares à pouvoir me calmer. Me concentrant sur ma respiration, autant conscient que je lui donnais seulement plus d'armes pour m'abattre. Conscient que cela ne servait à rien de me mettre en colère à cause de lui, parce que justement il n'en valait pas la peine. Sans pour autant que je puisse m'en empêcher alors que plus que jamais son ton me déplaisait autant que ses insinuations. Retrouvant mon calme en me concentrant sur les battements de mon coeur avant de reprendre la parole d'une voix posée. Comme si le masque qui avait faillit voler en éclats s'était ores et déjà reconstitué. Ce qui se passait toujours.  « Vu que tu vas visiblement pas me lâcher la grappe, une simple question : est-ce que tu peux t'adresser à moi comme si j'étais un patient inconnu ou pas ? Parce que si je ne suis pas capable de séparer émotionnel et professionnel, rien que là tu apparais comme étant pire que moi et pourtant c'était ton métier d'écouter objectivement, sans juger, les autres. Donc est-ce que tu peux m'écouter ou m'être utile d'une quelconque manière ou je vais voir quelqu'un d'autre qui ne craint pas comme toi en psy ? Et alors peut-être que je tenterai d'arrêter ce ton arrogant qui te donne envie de me baffer. » Esquissant même un sourire.

Modo - Panic Station
avatar
24/03/2017 bbchat 769 Cillian Murphy Littlewilding , signa Perséphone, gif profil Murphy Lux aeterna ♥ Psychologue blasé ne demandant qu'à être surpris, à nouveau emballé par cette voie qu'il a choisie. veilleur de nuit, stratège 103
Modo - Panic Station


Sujet: Re: Can you help me or not ? [Elijah]
Dim 17 Sep - 2:37




Il avait envie de savoir où Chris voulait en venir parce que c’était toujours comme ça avec lui. S’en était devenu lassant. Il ne pensait pas connaitre le personnage et n’avait pas forcément envie d’apprendre à le connaitre mais quand on prenait une décision on avait soit le cran de la suivre jusqu’au bout soit ben on ne faisait pas un pas en avant pour faire demi tour en ayant sciemment dérangé quelqu’un dans le processus et ce quelqu’un  c’était lui. Maintenant que Chris l’avait traîné là pour lui parler, il allait le faire parler et ce n’était pas ses propos à la con qui iraient le faire changer d’avis là-dessus. Mauvaise idée ou pas que de venir lui parler : il allait assumer tel le grand gaillard qu’il était et poursuivre ce qu’il avait commencé. Il n’était plus un gosse, merde. Chiraz l’avait peut-être aidé à prendre cette décision mais ce n’était pas elle qui l’avait trainé, lui, Chris Wilson, jusqu’à lui. Au bout d’un moment : fallait pas trop faire le con.

Il essayait pourtant de ne pas être directement agacé par les propos que lui lançait le militaire mais c’était à croire qu’il le faisait exprès. Avait-il seulement remarqué qu’il avait la nette tendance à toujours se répéter ? Bien sûr que non. D’une façon où d’une autre, Chris Wilson se devait d’avoir indéniablement toujours raison. Foutaises. Il lui avait montré pourtant ce que tout le monde avait pu voir quand il était revenu au campement. Il avait une sale gueule. Il l’avait toujours cette sale gueule d’ailleurs mais à croire qu’il l’aimait bien parce que depuis tout ce temps Elijah avait la nette impression que rien n’avait changé. Il était toujours l’insupportable déprimé qui ne faisait rien pour se sortir de cet état, qui n’acceptait pas même l’aide de ses proches qui faisaient de leur mieux pour l’aider à sortir la tête hors de l’eau et ça l’agaçait Elijah de le voir ainsi. Pas parce qu’il s’inquiétait non, juste parce qu’il agissait comme triple buse et qu'il trouvait ça complètement normal. « Je pense que tu m'as pas bien entendu. Car je ne t'ai pas descendu, au contraire, si je suis venu à la base, c'est parce que je pensais que tu pouvais être doué avec cela. Mais apparemment je me suis trompé comme tu ne fais que me considérer comme un moins que rien, et après tu te demandes sans doute pourquoi j'ai la même opinion que toi. J'imagine que tu as ta réponse. » Bon, au moins il parlait, c’était déjà ça de gagné. Elijah notait tout dans un coin de sa tête pour ne rien manquer lorsqu’enfin il lui laisserait parler. Parce que c’était ça aussi le problème avec ceux qui ne pensaient qu’à leur petite personnes. Il n’allait pas le tuer maintenant, il allait attendre qu’il ait fini de parler, qu’il aille un peu mieux pour mieux effacer sa présence de la Terre. Non. Il n’exagérait pas du tout.

« Si tu veux que je te descendre, je pourrai autant te dire que tu peux m'insulter autant que tu veux parce que je n'ai pas décidé de parler, mais là tes mots ne sont qu'une preuve de plus que tu es visiblement nul dans ton job. Sinon tu aurais sans doute compris avant que pas tout le monde ne réagit pas pareil, que je ne voulais pas parler parce que je n'arrivais pas à mettre des mots sur ce qui s'était passé. Tu peux m'accuser de ce que tu veux, mais parler, j'étais prêt à le faire là avec toi même si je ne t'apprécie pas, même si ta tête me donne envie de la claquer autant que tu veux me coller un poing dans le visage. » Tiens, c’était la première chose de sensée qu’il disait depuis qu’il avait commencé à l’ouvrir. Il était presque étonné et pensa un moment qu’il en avait terminé de parler pour ne rien dire en pensant que ce qu’il pouvait dire allait le toucher d’une façon ou d’une autre. Chris n’était rien d’autre que quelqu’un qui aimait parler de lui pour gagner du temps. La suite ? Il n’en savait pas plus. Il ne savait pas quel était le genre de type qui refusait de tenter de mettre les mots sur ce qui n’allait pas à ses proches pour ensuite avoir la volonté tordue de venir le lui dire à lui. Ça n’avait aucun sens mais là encore depuis le début il avait noté que Chris avait toujours manqué d’un simple bon sens. La logique ne faisait décidément pas partie de ses points forts.

« Vu que tu vas visiblement pas me lâcher la grappe, une simple question : est-ce que tu peux t'adresser à moi comme si j'étais un patient inconnu ou pas ? Parce que si je ne suis pas capable de séparer émotionnel et professionnel, rien que là tu apparais comme étant pire que moi et pourtant c'était ton métier d'écouter objectivement, sans juger, les autres. Donc est-ce que tu peux m'écouter ou m'être utile d'une quelconque manière ou je vais voir quelqu'un d'autre qui ne craint pas comme toi en psy ? Et alors peut-être que je tenterai d'arrêter ce ton arrogant qui te donne envie de me baffer. »

« Wilson. T’es épuisant. » Le but n’était pas là de faire comme s’il ne le connaissait pas pour mieux le cerner. Il avait au contraire besoin de savoir comment réagissait Chris dans certaines situations, avec les autres aussi pour parvenir à tenter de l’aider s’il le voulait bien parce que pour le moment, sincèrement, il prenait beaucoup sur lui pour ne pas le renvoyer à Chiraz avec une allure plutôt pas mal défigurée. « T’es là avec tes grands airs de je décide qui est utile ou non dans les parages. C’est comme ça que tu voudrais que je t’aide à voir ce qui ne va pas chez toi ? » Elijah savait qu’il n’était pas facile avec les autres et qu’il en jouait pas mal pour qu’on lui foute principalement la paix mais en moins il en était conscient. Chris semblait être dans le total déni de toute une partie de sa personnalité qui le rendait particulièrement antipathique aux yeux de l’ancien psychologue. « Si tu veux parler, parle. J’te jugerais pas : j’en ai rien à foutre. Mais viens pas me faire chier en jugeant ma façon de faire les choses parce que clairement je n’ai pas envie de faire comme les autres et de cadrer avec ce que toi ou n’importe qui voudrait que je fasse. » Il avait du mal à rester calme. Ce type l’énervait prodigieusement. « Utilise pas tes excuses à la con pour ne pas parler. Parle à quelqu’un, n’importe qui, à Antarès si t’as envie mais viens pas jouer au plus malheureux qui soit. Crois moi personne n’a envie d’aider quelqu’un qui ne fait que s’apitoyer sur son sort en utilisant la moindre excuse pour ne pas aller de l’avant. » Il était venu pour lui parler, il avait intérêt à le faire ou jamais il n’irait mieux parce que c’était ce qui allait se passer. S’il ne parlait pas à ses proches, s’il ne parlait pas à son psy détesté : à qui parlerait-il ? Aurait-il un jour une autre apparence que celle d’une épave ? Les réponses étaient faciles à deviner, manquait juste que Chris finisse par le comprendre de lui-même.

avatar
01/11/2015 Glacy 1449 Brett Dalton murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 76
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Can you help me or not ? [Elijah]
Lun 18 Sep - 21:02


« Wilson. T’es épuisant. » Une mauvaise idée. Je n'aimais pas parler. Je n'aimais pas lui parler à lui. Je n'aimais pas ces regards. Et l'impression de me comporter comme un enfant. Sans doute l'impression que je donnais. J'en avais conscience alors que je l'énervais déjà. Non pas que notre lien avait un jour été dans un sens positif. Sortant mes poignards. Tic neveux. Jouant avec. « T’es là avec tes grands airs de je décide qui est utile ou non dans les parages. C’est comme ça que tu voudrais que je t’aide à voir ce qui ne va pas chez toi ? » Ne répondant pas à l'ancien psychologue alors que j'avais conscience que je devais me jeter à l'eau et faire l'effort de lui parler. Après tout c'était pour cela que j'étais là, pour parler, pour tenter de m'en sortir et pour arriver à remettre de l'ordre dans mes pensées. Etant là pour avancer et enfin être autre chose qu'une épave ou une larve. Une vision que je donnais. Pas la plus appréciable. Pas la vision la plus glorieuse de ma personne. « Si tu veux parler, parle. J’te jugerais pas : j’en ai rien à foutre. Mais viens pas me faire chier en jugeant ma façon de faire les choses parce que clairement je n’ai pas envie de faire comme les autres et de cadrer avec ce que toi ou n’importe qui voudrait que je fasse. » J'hochai finalement la tête. Convaincu. Convaincu parce qu'il n'y avait que la colère qui faisait ressortir ce que les gens pensaient vraiment des autres. C'était quand les gens étaient en colère que les masques tombaient, que les gens finissaient finalement par se dévoiler. Et c'était à cet instant que j'estimais pouvoir faire à peu près confiance à Elijah ou accepter du moins l'idée qu'il ne me jugerait pas. Bien que la seule à ne pas l'avoir fait était sans doute Chiraz. Elle et Devos, Ten aussi. Pour les autres c'était plus compliqué. Un monde bien plus complexe alors qu'on construisait des châteaux de sable et qu'on regardait les vagues les balayaient. « Utilise pas tes excuses à la con pour ne pas parler. Parle à quelqu’un, n’importe qui, à Antarès si t’as envie mais viens pas jouer au plus malheureux qui soit. Crois moi personne n’a envie d’aider quelqu’un qui ne fait que s’apitoyer sur son sort en utilisant la moindre excuse pour ne pas aller de l’avant. »

« Je rejette les gens parce que j'ai l'impression qu'ils seront saufs loin de moi, parce que quand j'ai l'impression que je suis à leurs côtés ils disparaissent toujours, ou au final je finis toujours par les laisser tomber. » Ailina. Faust. Robb. Rachel. Faust. Robb. Ailina. Ils avaient bravés les règles. J'en avais laissé tombé. D'autres m'avaient laissés tombé. Des fossés s'étaient creusés. L'un après l'autre ils s'étaient éloignés, avaient disparu ou étaient morts. A la fin tout le monde partait. « Et quand je tente de faire demi-tour parce que c'est pas ce qu'ils veulent, je m'heurte à des murs autant que je tente de m'excuser, de réparer ce qui s'est passé, d'éviter que le fossé s'agrandisse. On fait un choix et tout s'efface. » Ailina. Faust. Robb. Murphy. Le fossé s'agrandissait, disparaissait avec certains mais bien souvent quand tout semblait enfin à sa juste place, ils partaient et il n'y avait plus que le vide. Ou alors il était trop tard. « J'ai fait exactement ce qu'il a dit et j'ai échoué. J'ai recommencé juste pour me dire qu'il serait content, enfin satisfait mais au final il faisait l'opposé de son côté. Des mots qu'ont pas de valeur. » J'avais tenté encore et encore pour qu'il soit satisfait. J'avais tenté qu'il soit satisfait de mes actions, qu'il soit fier de moi. Il ne l'avait jamais été. Il voulait que j'obéisse. Je le faisais, mais ce n'était jamais assez. Il ne voulait que je m'attache à personne mais j'avais échoué. Pouvant encore me rappeler son regard alors qu'il avait compris que je bravais ces règles à la con, que j'étais avec Ailina. Me rappelant encore les mots qu'ils m'avaient jetés à la figure. Alors quand j'avais compris que rien ne marcherait, j'avais fait exactement le contraire juste pour attirer son attention, brisant les règles que pour apprendre qu'il était un des leaders des rebelles, qu'il faisait l'exact mouvement contraire. Comme une trahison alors qu'au final j'avais fait ce qu'il voulait en respectant les règles, en le dénonçant. Là alors qu'il l'éjectait. Et toujours aucun regret. Et pourtant au-delà de cela je continuais de reproduire les mêmes schémas, continuant de repousser les autres et manquant encore et encore à ces mots alors qu'à chaque fois que je revenais. Mais bien souvent il était trop tard. « Je ne sais pas comment faire pour réparer mes torts. Je ne trouve pas la bonne manière pour leur parler. Et je continue de me demander si je ferai pas mieux de rester à l'écart comme il le voudrait. Mais alors ce serait lui donner raison et ce n'est pas non plus ce que je veux. Je ne suis pas doué avec cela c'est tout. » Et autant que possible il avait encore une emprise sur moi, du pouvoir. Ce que Robb aurait aimé qu'il n'ait pas alors qu'il savait certains secrets. Lui ayant sans doute préféré que je profite de la vie, ce que je tentais de faire en tentant de reprendre pied. Ce qui n'était pas encore gagné alors que je ne savais pas comment gérer la situation.

Modo - Panic Station
avatar
24/03/2017 bbchat 769 Cillian Murphy Littlewilding , signa Perséphone, gif profil Murphy Lux aeterna ♥ Psychologue blasé ne demandant qu'à être surpris, à nouveau emballé par cette voie qu'il a choisie. veilleur de nuit, stratège 103
Modo - Panic Station


Sujet: Re: Can you help me or not ? [Elijah]
Ven 3 Nov - 1:00


Il espérait vraiment que Chris allait cracher l’morceau. Il voulait bien tenter de l’aider mais tenter d’aider quelqu’un qui ne voulait pas l’être, c’était bien impossible. Il s’en foutait pas mal au fond que le militaire pense que ça soit une mauvaise idée de venir le voir, il était venu et il allait causer et il verrait bien. C’était vrai ce qu’il avait dit. Il s’en foutait bien de ce qu’il avait à lui dire mais apparemment il n’avait pas réussi à parler à grand monde alors bon ben pourquoi pas lui. Dans l’fond il n’avait rien à perdre l’autre si en plus Elijah était d’accord de l'écouter. « Je rejette les gens parce que j'ai l'impression qu'ils seront saufs loin de moi, parce que quand j'ai l'impression que je suis à leurs côtés ils disparaissent toujours, ou au final je finis toujours par les laisser tomber. » Il s’y attendait un peu, l’on ne tombait pas dans le mutisme pour rien et ce n’était clairement pas rien même s’il n’y avait rien qu’il puisse faire contre ce fait qu’il lui balançait à la figure. Les gens viennent, les gens partent. Il n’y avait pas de remède contre ça. S’il voulait changer il pouvait tenter mais l’on ne pouvait pas changer du tout au tout. Tôt ou tard, les côtés que l’on aimait le moins de notre personne refaisaient surface. Elijah avait toujours préféré être lui-même quitte à ce que la plupart ne comprenne et n’accepte pas sa façon d’agir. Chris avait des remords.

« Et quand je tente de faire demi-tour parce que c'est pas ce qu'ils veulent, je m'heurte à des murs autant que je tente de m'excuser, de réparer ce qui s'est passé, d'éviter que le fossé s'agrandisse. On fait un choix et tout s'efface. » Il était entrain de lui faire l’inventaire de ce qui n’allait pas dans sa vie. Il ne savait pas comment l’aider ou essayer même de l’aider si tout ce qu’il avait entrepris dans sa vie l’avait mené droit dans un mur. Tout recommencer, devenir une autre personne ? Elijah n’y croyait pas. « J'ai fait exactement ce qu'il a dit et j'ai échoué. J'ai recommencé juste pour me dire qu'il serait content, enfin satisfait mais au final il faisait l'opposé de son côté. Des mots qu'ont pas de valeur. » Il ? Le psychologue ne mis pas beaucoup de temps à comprendre que ce dernier parlait de son père. Tous les gosses veulent que leurs parents soient fiers d’eux. Enfin, la plus grande majorité d’entre eux. Mais pourtant ce qu’il disait là n’avait aucun sens. C’était lui balancer des mots à la suite sans expliquer un minimum à celui qui ne connaissait pas toute l’histoire de Chris Wilson de A à Z. Chris Wilson était épuisant et compliqué. Elijah allait en parler et encore serait jugé beaucoup trop critique à la seule différence près qu’il n’en avait rien à faire. Il lui parlait c’était bien, qu’il lui laisse rassembler les morceaux de ce puzzle incomplet sans le juger à son tour ça serait pas plus mal. Ils s’éviteraient biens des maux de têtes.

« Je ne sais pas comment faire pour réparer mes torts. Je ne trouve pas la bonne manière pour leur parler. Et je continue de me demander si je ferais pas mieux de rester à l'écart comme il le voudrait. Mais alors ce serait lui donner raison et ce n'est pas non plus ce que je veux. Je ne suis pas doué avec cela c'est tout. » Elijah le regarda un moment comme pour voir s’il avait réellement fini parce que l’on ne savait jamais vraiment avec quelqu’un comme Chris. Il n’était pas certain de savoir quoi répondre parce qu’il y avait plein d’inconnu dans ce qu’il venait de lui dire. Il n’avait pas la science infuse, se savait aussi maladroit que Chris lorsqu’il s’agissait de donner son avis mais il était comme ça et attendait à ce que les autres acceptent qu’il soit juste différent et pour la plupart ça fonctionnait plutôt pas mal parce que la réciprocité était tout autant vraie. Il avait compris que s’il devait faire un résumé plutôt grossier de la situation, Chris avait un problème depuis longtemps non résolu avec son père et que ce dernier ne devait malheureusement plus être des leur pour qu’ils règlent leur problème comme des grands. « Et bien tu vois quand tu veux. » Il l’avait dit de façon calme, n’allait pas lui demander comment il se sentait : généralement il connaissait la réponse qui était à double tranchant. On pouvait se sentir mieux en balançant ainsi son sac mais à d’autres moments c’était comme si le chemin était à moitié parcouru et il avait l’impression qu’il restait encore un long chemin à parcourir pour que tout s’arrange dans la tête et dans la vie de Wilson.

« T’as l’art de parler en énigme. » C’était une belle façon de dire que certaines phrases qu’il lui avait balancées n’avaient eu aucun sens. Il avait l’impression de devoir tout décrypter. « Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? Que je te dise comment tu dois agir ? » Il avait l’impression que c’était ça. Il avait aussi l’impression que Chris ne connaissait pas sa façon d’agir même s’il avait dit à plusieurs reprises qu’il n’aurait pas du venir. Il était là pourtant. « Je ne vais pas te donner la réponse parce qu’il n’y en a pas. De bonnes façons d’agir. » Chris le sait pour avoir agit de façons différentes face à ce père qui n’a jamais été content de rien. Elijah le sait parce qu’ils ont finalement cette même façon d’agir en se fichant bien de ce que les autres peuvent penser. Mais Chris y pense maintenant. Pourquoi ? « Tout le monde ne sera jamais d’accord avec ce que tu fais. Il y en aura toujours un pour te le faire comprendre. » Il aurait pu lui faire comprendre en le désignant comme exemple mais préféra hausser les épaules. Il avait réussi à vivre avec ça et ne comprenait pas pourquoi d’autres semblaient incapables d’en faire autant. « Je ne connais pas le passé de ta famille. » Il ne voulait pas forcément tout savoir mais se doutait bien qu’il devait là y avoir quelque chose par rapport au fonctionnement même de l’Odyssée lorsqu’ils étaient dans l’espace. « Mais tu devrais te concentrer sur le présent plutôt que de ressasser le passé. » C’était bien le passé pour reconnaitre ses erreurs si on le voulait bien mais se miner le moral pour des erreurs passées sans pour autant agir n’avait jamais fait bouger les choses.

avatar
01/11/2015 Glacy 1449 Brett Dalton murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 76
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Can you help me or not ? [Elijah]
Ven 10 Nov - 22:28


« Et bien tu vois quand tu veux. » Me forçant à rester calme, à ne pas prendre chacun de ses mots comme une attaque personnelle alors qu'en effet il ne m'avait pas agressé. Me répétant que c'était pour ça que j'étais venu le voir, après tout c'était autant pour cela pourquoi il était payé pour écouter les autres et les aider. Du moins ce que j'espérai qu'il fasse au lieu de m'enfoncer. Tentant de me rappeler que son ton était calme, dépourvu de toute note sarcastique et que de ce fait je n'avais aucune raison de lui chercher des poux tout comme je pouvais être tenté de le faire concernant Nadja. Me contentant de poser mon regard sur lui bien que ses derniers mots ne me firent que lever un sourcil. « T’as l’art de parler en énigme. » Ne m'étant jamais posé la question ou ne m'étant jamais réellement rendu compte. Ne comptant pas lui dévoiler toute ma vie ou tout mon passé alors qu'autant que j'espérai qu'il puisse m'aider, il lui avait trop de méfiance encore, trop de barrière pour que je mette complètement les pieds dans le plat. Et je ne pus qu'hausser les épaules, lui laissant pour ainsi dire choisir la réponse qui lui convenait le mieux. Le doute que ce fait puisse importer réellement alors que je n'étais pas tant là pour cela que pour voir s'il pouvait m'aider à avancer. « Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? Que je te dise comment tu dois agir ? » Ce qui aurait pu être une idée bien que je doutais qu'il le fasse. En fait en soit je ne savais pas trop pourquoi j'étais venu le voir si ce n'était que j'avais tenté de suivre les conseils de Chiraz. Commençant à le regretter que plus sérieusement bien que je voyais bien qu'il tentait de faire son boulot, semblant remonter dans mon estime alors qu'il paraissait se montrer un peu plus à la hauteur de ce qui l'attendait. « Je ne vais pas te donner la réponse parce qu’il n’y en a pas. De bonnes façons d’agir. » Enfin. Comme un soulagement alors que cela voulait autant dire que tout n'était pas perdu. Et en effet il ne paraissait jamais avoir existé de bonne façon d'agir, du moins pas auprès de mon père. Et si j'avais tenté de toutes mes forces de le rendre fier, cela n'avait jamais fonctionné. Des actions qui n'importaient pas à ses yeux et sa vie qui avait juste disparu désormais. Peut-être autant rassuré qu'il ne fasse plus parti de ce monde bien que j'étais responsable de sa chute. Et pas moins une réponse d'Elijah qui me confortait ne serait-ce qu'un peu. « Tout le monde ne sera jamais d’accord avec ce que tu fais. Il y en aura toujours un pour te le faire comprendre. » Gardant le silence alors. Ce qui ne pouvait être plus qu'étonnant alors que pour une fois je ne l'interrompais pas, me contentant de l'écouter. Comme si je paraissais accepté l'idée que parfois à mes yeux des mots sensés puissent sortir de sa bouche et qu'il puisse paraître un peu moins stupide qu'il ne l'en paraissait. N'ayant pas ce soudain désir de voir sa tête s'écraser contre un mur alors que je m'écoutais de l'écouter. Et des mots qui me réconfortaient dans l'idée que non en effet je n'avais pas besoin de leur plaire si ce n'était en premier de réussir à vaincre mes démons. Si j'avais cette impression que je devais me rattraper pour quelque chose, il ne restait pas moins que je ne le devais rien. Ne pouvant réellement m'excuser pour mon comportement alors que m'enfermer dans l'oubli, repousser des amis avait été le seul moyen que j'avais trouvé pour continuer de respirer après sa mort. Conscient que j'avais encore des progrès à faire bien que cela ne voulait pas pour autant dire que je devais attendre de les rendre fier. « Je ne connais pas le passé de ta famille. » Non il ne le connaissait pas si ce n'était des bribes qu'il avait pu entendre concernant la mort de Robb. Ne connaissait rien de mon enfance, de mes cercles d'amis alors que nous n'étions pas amis avant. Peu connaissait mon passé, connaissait la violence qui avait pu persister derrière les mots. N'ayant jamais aimé en parler ou me montrer dans cette position de vulnérabilité. Que désagréable à l'idée que d'autres voient la vérité. Toujours la nécessité de coexister derrière un masque. Un masque que Nadja avait pas moins vu s'effriter alors qu'elle avait vu l'envers du décor contre mon grès. Ce qui n'avait jamais été le cas de Robb ou d'Ailina alors qu'ils savaient ce qui s'était passé bien qu'aucun d'entre eux n'avaient eu connaissance de tous mes secrets. Et des liens que plus compliqués qui s'étaient créés. Et si je manquais de m'absorber dans mes pensées de nouveau, mon regard se reportait sur Elijah alors qu'il reprenait la parole. « Mais tu devrais te concentrer sur le présent plutôt que de ressasser le passé. » « Sans doute la phrase la plus censée que tu m'ais jamais dite. » Une petite note de sarcasme. Ne sachant si je devais lui être reconnaissant alors qu'en soit c'était son boulot, ne comptant à vrai dire lui merci alors que ce mot sonnerait juste trop bizarre. « J'imagine que je devrais y aller à moins que tu ais d'autres conseils à me donner ? »

Modo - Panic Station
avatar
24/03/2017 bbchat 769 Cillian Murphy Littlewilding , signa Perséphone, gif profil Murphy Lux aeterna ♥ Psychologue blasé ne demandant qu'à être surpris, à nouveau emballé par cette voie qu'il a choisie. veilleur de nuit, stratège 103
Modo - Panic Station


Sujet: Re: Can you help me or not ? [Elijah]
Hier à 23:43




Il l’avait laissé parler sans rien dire, juste une phrase qui résumait peut-être tout un discours que venait de lui faire Chris. Il n’aimait pas les longs discours inutiles lorsque l’on pouvait dire directement clairement ce qu’il nous passait par la tête mais Chris avait toujours eu l’art de blablater pour un rien. Ici c’était différent même si pas tant. Chris restait le même avec peut-être un peu moins de mensonge derrière ce qu’il montrait tous les jours et bizarrement cela ne le touchait pas plus que ça. Il était content bien sur qu’il ait pu dire les mots derrière tout ça mais tout aurait pu être facilement évité. Toute une perte de temps à se montrer tel à emmerdeur envers les autres à simplement ne pas vouloir avancer juste parce qu’il n’avait pas envie de parler. Il ne lui demandait pas d’écrire le roman de sa vie, maintenant, il avait juste été simplement temps que Chris change drastiquement dans sa façon d’être et quelque chose lui disait que même avec ce qu’il venait de se passer, cela n’était pas prêt d’arriver.

Il ne savait pas trop quoi lui dire d’autre en réalité parce que c’était assez simple ce qu’il lui restait à faire. Tenter d’avancer. Tous avaient perdu quelqu’un dans le crash, sur terre, il n’était pas différent, plus important, plus à plaindre que les autres mais là aussi Chris s’était toujours donné beaucoup d’importance là ou il n’était rien. Enfin. Pas grand-chose. Un Odysséen lambda. « Sans doute la phrase la plus censée que tu m'ais jamais dite. » God bless you. Bullshit. Elijah gardait son calme mais n’en pensait pas moins. Ce type restait un bouseux, un connard se pensant mieux que tous les autres connards et non connards, cela allait de soi. Mais merde ce qu’il était à côté de la plaque ! Il n’allait pas s’énerver pour si peu, il allait l’ignorer ça serait mieux.

« J'imagine que je devrais y aller à moins que tu ais d'autres conseils à me donner ? » Là comme ça pas vraiment, qu’il se démerde comme un grand avec ses remords et ses regrets. Il ne lui devait rien, l’avait juste aidé à cracher le morceau parce qu’il l’avait entrainé un peu à l’écart pour parler avant de changer d’avis, chose qui l’avait pas mal agacé : cette façon qu’avait Chris de se comporter avec les autres, comme si tout lui était dû. Il haussa les épaules en se disant qu’il trouverait bien comment s’en sortir comme un grand. « Je sais pas, tente de réfléchir la prochaine fois. » La prochaine fois qu’il y aurait un drame, qu’il viendrait l’apostropher juste parce qu’il s’en sentait le droit de le faire, la prochaine fois qu’il prendrait des décisions lors d’une expédition près d’un phare ou ailleurs. Clairement, le plus grand problème de ce garçon était toute cette partie importante avant l’action. Et puisqu’il n’avait plus rien à lui dire, il se dirigea vers le campement.  

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Can you help me or not ? [Elijah]

 

Can you help me or not ? [Elijah]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ELIJAH ■ Il fut un jour où 69 était un simple chiffre et il fut un temps où tu pouvais manger une banane tranquillement…
» {Flashback} Back From The Dead [Klaus, Kol & Elijah]
» Elijah Mikaelson
» seule avec sa petite enfin c'est ce qu'elle pense(elijah)
» Elijah Mikaelson - Vampire originel (Pris)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: place of death :: La forêt profonde :: Les vestiges de l'Odyssée-