Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Gustave | Pardon me
maybe life should be about more than just surviving


Admin
avatar
05/03/2015 avengedinchains 2843 Jennifer Lawrence blue comet / signa Alas Leader chasse & traque 95
Admin


Sujet: Gustave | Pardon me
Mer 17 Mai - 13:03

» Pardon me
Ce monde est étrange. Gamora l’est tout autant. Prise au piège dans un environnement qu’elle ne comprend qu’à moitié, la jeune femme réalise doucement que son monde va être de plus en plus perturbé. Les Odysséens déménagent, de ce qu’elle a entendu sur le campement. Ils se rapprochent. Elle le sait, tout ceci n’est plus qu’une question de temps. Bientôt, ils demanderont à regrouper les campements pour n’en former plus qu’un. Son traumatisme a disparu au fil des mois ou du moins, il s’est glissé quelque part en elle et elle a prétendu qu’il n’existait plus. Elle essaie de faire comme s’il n’était plus là mais ce n’est pas vraiment facile tous les jours. Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne en réalité. On a beau dire ce qu’on veut, on a beau prétendre que tout va bien, ce n’est pas vraiment le cas et il faut baisser la tête après tout ça. Ce monde lui a ouvert de nouvelles portes et surtout, la possibilité de reconstruire une existante vacillante. Désormais livrée à elle-même, elle se doit de faire le maximum pour trouver un sens à tout ça. Bien sûr qu’elle n’est pas seule, mais elle a vécu trop longtemps enfermée pour pouvoir s’en souvenir correctement. Parfois, c’est plus compliqué, plus difficile à analyser. Et elle, elle n’a pas vraiment envie de réfléchir à tout ça parce que c’est déjà bien assez compliqué comme ça. Il faudrait aussi qu’elle cesse de se poser toujours tout ce tas de questions. Si elle agissait comme ça, elle parviendrait plus facilement à trouver un sens à tout ce monde, elle parviendrait mieux à survivre ou peut-être même pourrait-elle commencer à vivre.  Malheureusement, elle est encore loin de tout ça.

Passant une main dans ses cheveux, elle finit par descendre de son perchoir. La branche n’était pas très haute alors elle se contente d’en sauter, le bruit de ses pieds se fait retentissant au cœur de la forêt. Et quelques oiseaux s’envolent. Il lui faudra attendre de longues minutes avant que les créatures cessent de se méfier d’elle. Mais elle n’est pas forcément sortie pour chasser, elle prend l’air, si on peut le dire comme ça. Elle s’éloigne pour souffler un coup. Elle en a besoin, assez régulièrement. Elle n’a pas pris son arc, juste ses couteaux. Quelques pièges aussi, en cas où. Il est toujours préférable de rentrer avec quelque chose. Ca attire moins de questions. Pourtant, sur le campement, ils savent qu’elle apprécie de pouvoir souffler un peu de temps à autres. Faire le vide, oublier le bruit de toutes ces personnes qui traînent sur le campement, ce manque d’intimité. Il est évident qu’il est logique de partager ces tentes, mais il n’est pas toujours facile de toujours être avec quelqu’un, et ça, tout le monde le sait. Alors elle partage, se tait, et s’agace, parfois, elle n’y peut rien, n’est-ce pas ? Gamora n’est juste pas très sociale, et tout ceci est uniquement dû au manque de présence autour d’elle pour plus de la moitié de son existence. Il faut qu’ils oublient, qu’ils grandissent, qu’ils se construisent quelque chose pour vraiment avoir l’impression de vivre. Il faut qu’ils aient une vraie tribu, un vrai village. Peut-être qu’ils pourraient profiter du traité pour demander l’aide des Terriens. Même elle, elle n’aurait jamais cru pouvoir penser à un truc comme ça. Mais tout ceci ne peut plus durer, n’est-ce pas ? Ils sont supposés avoir la meilleure technologie mais ils sont ceux qui vivent comme des sauvages. A quoi bon ?

Gus est là, tranquillement couché au sol. Quand elle est descendue de l’arbre, il a uniquement levé le nez le temps d’une seconde avant de se réinstaller. Il la connaît, maintenant, il ne fait plus vraiment attention à ses réactions ou à ses actes et surtout, il n’a visiblement plus trop peur d’elle. Et c’est le point le plus important de tout ceci. Pendant un temps, elle a craint qu’il ne puisse vouloir rester éloigné, qu’il soit incapable de lui faire confiance. Elle n’aurait pas vraiment apprécié cela mais comment changer ça hein ? Il n’y a pas de mode d’emploi et il est le premier chien qu’elle possède. Le premier animal qu’elle se permet véritablement de toucher. Elle ne l’a pas chassé, lui. Le prenant sous son aile, se reconnaissant dans ses craintes et sa méfiance. Il est semblable à elle, c’est un fait sur lequel elle ne peut émettre le moindre doute. Elle l’observe, alors qu’il se redresse et se met à marcher un peu plus loin. Il prend l’air et profite de l’instant pour aller faire ses besoins. Ensuite, elle finira sans doute par retourner au campement. La journée est bien avancée et elle, elle a sans doute trop marché déjà. Proche du campement bleu, elle n’a pas particulièrement envie de tomber sur l’un d’eux. Mais c’est en général quand on y pense que ça finit par arriver. Elle grimace légèrement alors qu’un bruit se fait entendre non loin et espère secrètement que c’est un Terrien.


notes » w/ Gustave, en forêt le 17 mai 2117.

avatar
07/09/2016 Nexus 232 Tom Mison Avengedinchains ♥ Maniement des armes | orateur 140


Sujet: Re: Gustave | Pardon me
Jeu 18 Mai - 15:02

Calme.
Silence.
Sénérité.

Là, allongé dans l'herbe fraîche, il fixe le ciel, les nuages qui se déplace avec une lenteur presque hypnotisante. Il n'y a rien qui aurait pu gâcher ce moment. Seul le bruit du vent, de celui des oiseaux, la faune et la flore qui s'éveille et se mêle aux doux rayons du soleil. Il prenait le temps de savourer, d'écouter, d'observer. Puis dans cet instant d'intense plénitude, il ferme les yeux. Il coule, s'enfonce, se laisse engloutir par cette nature bienveillante et se laisse dévorer par la sensation de bien être qu'il éprouve.

Gustave n'existe plus.

Les secondes s'écoulent, les minutes se gangrène. Le futur n'a plus d'importance et seul compte l'instant présent. Les souvenirs se mêlent aux rêves, un sourire fleurit sur les lèvres de l'odysséen. Finalement, il ouvre les yeux. Parasité par les sons en provenance du camp tout proche, il se relève, soupirant et époussette sa chemise de couleur ocre sortit d'une époque dépassé. Mais cela lui allait pourtant si bien. Quoi qu'il soit, il s'éloigne, remonte les collines verdoyantes et s’engouffre dans la forêt toute proche. Il observe, écoute. Rien ne change ici, si ce n'est au fil des saisons. Le printemps a déjà fait son œuvre et l'homme observe les floraisons, les plantes, la mousse sur les roches. Tout est beau, beaucoup trop. Pourtant quelque chose attire vite son attention... Non loin il y a cette silhouette féminine qu'il reconnaîtrait entre mille. Rien que cette tresse lui suffisait à reconnaître la chasseresse, même d'aussi loin. Et puis ce chien qui la suivait comme son ombre.. Un sourire lui échappe et discrètement, Gustave se penche, cueillant des fleurs. Certaines sont jaunes, d'autres blanches, d'autres encore violine et bientôt entre ses paluches, c'est un bouquet garnis et élégant qui a prit vie. Il le cache dans son dos, bombe le torse et prend le courage de se mettre en marche. Alors qu'il s'approche d'un pas lent, une fois à proximité, Gus offre un sourire chaleureux à la jeune femme.

« Gamora ? Bonjour. Quel plaisir de vous revoir. »

Il tente la douceur, il n'est pourtant pas sûr que cela fonctionne mais Gustave ne peut décidément pas être autre chose que cet homme avenant et décalé. Il pince les lèvres, un peu anxieux. Après tout, cette femme n'est pas n'importe qui. Non pas d'un point de vue de leur communauté respective mais plutôt pour ce qu'elle représente pour lui ; Les amants ils en avaient, les amis aussi mais au fond, quelque chose lui manquait, quelque chose qu'il n'avait pas expérimenté depuis quelques années. Un quelque chose qu'il retrouvait quand il posait les yeux sur elle. D'un geste doux et hésitant, il dévoile le bouquet de fleur qu'il tend à la comparse et murmure, la timidité dans la voix.

« Pour vous...»
 

Gustave | Pardon me

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le musée Gustave Moreau
» La pub c'est ici pardon :)
» [ Demander Pardon ] -PV-
» #0317 (Noven) ♥ Mieux vaut demander pardon que permission.
» Le Pardon du renouveau de la chapelle Notre Dame de La Croix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: place of death :: La forêt profonde-