Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜the mercy of the living #Ten
maybe life should be about more than just surviving


Admin
avatar
25/03/2015 avengedinchains 859 Boyd Holbrook ava : SWAN♥ ; sign : ALAS herboriste avec notion de guérisseur 10
Admin


Sujet: the mercy of the living #Ten
Lun 8 Mai - 11:28

» The mercy of the living
Est-ce qu’il est facile de faire le point sur sa vie ? Non, pas du tout, mais parfois, il faut faire de son mieux pour réussir à faire le point. Pour trouver les mots, pour trouver la nécessité de ce qu’il faut dire. Ce n’est pas toujours facile mais oui, il faut faire le nécessaire quand ça devient nécessaire. Ce n’est juste pas aussi évident qu’on ne pourrait le vouloir. Mais là pour le coup, Baelfire se surprend à se dire qu’il a peut-être le temps de cogiter, un peu. Pour remettre la situation dans son contexte, cela fait déjà une heure que le jeune blond est coincé. Il s’est aventuré dans un lieu sombre, qu’il ne maîtrise pas vraiment et il s’est tordu la cheville. S’il a déjà un peu de mal avec la douleur, il fait de son mieux pour ne pas y penser. Alors il cogite, observe autour de lui. Assis à même le sol, il ne regarde plus vraiment ce qui se passe autour de lui. Déjà parce qu’il ne voit pas grand-chose, et que s’il se fait attaquer, alors, ce sera la fin de sa vie. Sur lui, il a bien une dague, mais il n’est pas certain de voir la menace avant qu’elle ne soit pleinement là. Sa torche est sur le sol, au moins, elle lui tient un peu chaud. Mais il ne tiendra pas bien longtemps. Bien sûr, ce n’est pas ici qu’il trouvera de quoi se faire un bandage et il n’a pas suffisamment d’herbes sur lui contre la douleur pour planer assez pour ne plus rien ressentir.

En réalité, dans l’immédiat, le blond a surtout l’air d’un con. Il fait le caïd du haut de ses trente ans à prétendre qu’il maîtrise son business et les choses qu’il fait mais en fait, il en est bien loin. Il s’est fait prendre comme un enfant. Il a foncé tête baissée et il n’a pas vu qu’il y avait un trou sur le sol, alors qu’il est dans une zone catastrophique. Sous Terre, dans un vestige d’une autre vie. Et il s’attendait vraiment à ce que ça tienne la route ? Il pensait vraiment qu’il ne pourrait pas se blesser ? Un soupir s’échappe de ses lèvres alors qu’il en vient encore une fois à se demander comment il peut être aussi con. Alors oui, ses songes s’échappent, se faufilent et il fait le point. Il pense à sa vie chez les Pikunis, à la tranquillité qu’il y trouve et aux clients qu’il y a ainsi que dans les autres tribus. Il songe à Autumn, à qui il a demandé un peu de temps et qui lui manque malgré tout. Tout un tas de petites choses. Pendant quelques secondes, il réfléchit même à ce côté de sa vie qu’il a laissé derrière lui, ce frère qu’il a abandonné dans la forêt et qui a sûrement perdu la vie, ou encore son départ de la tribu de la montagne et ce qu’ils ont bien pu en penser. Ce n’est pas toujours évident, et de toute manière, il n’a pas particulièrement envie de réfléchir à tout ça. Parfois, c’est compliqué et parfois, ça ne l’est pas, si on peut le dire comme ça.

Assis, il espère qu’il n’y a pas un Reaper qui va pointer le bout de son nez, pour le dévorer. Il n’en a jamais vu mais il n’est pas certain d’avoir envie que cela commence maintenant. Au contraire, d’ailleurs. Mais on ne fait pas toujours ce qu’on veut et par instant, c’est un peu plus compliqué. Lorsqu’un bruit se fait entendre non loin de lui, il ne sait pas vraiment comment réagir. Son souffle est coupé et il se tasse sur sa place. Il n’est pas du genre à flipper pour rien mais il n’est pas friand des douleurs gratuites et d’une mort immédiate. Il ne prétend pas que sa vie promet d’être facile mais il fera le maximum pour que ça le devienne. Et putain, il n’a pas envie de crever maintenant. Sa vie n’est pas exceptionnelle mais il a encore des choses à vivre ou à voir. C’est tout. En tout cas, quand il essaie de se relever pour prendre la fuite, c’est un gémissement qui s’échappe de ses lèvres. Sa cheville n’est pas cassée mais c’est pas trop loin. Vraiment pas loin. Mais bon, au moins, quand il sera mort, il n’aura plus trop mal.


notes » w/ Tennessee dans le métro, le 8 mai 2117.

avatar
14/11/2015 Isa & I 3165 Katie Melua Kyran adorable & Avengedinchains & Lux aeterna Mécanique & Nanotechnologie 105
ψ Cat on a Hot Tin Roof ψ


Sujet: Re: the mercy of the living #Ten
Lun 15 Mai - 17:32


Baelfire   & Tennessee

Une créature bizarre vient de la prendre à la gorge, celle-ci visiblement veut lui voler sa vie. Sa main tâtonnante cherche l'arme blanche qui ne la quitte plus jamais afin de la planter dans le cœur de la meurtriere. Et dans un souffle accéléré ses paupières se soulèvent, pour apercevoir le dessus de la grotte ou il ont tous dormis quand leur petite troupe recherchait le terrain idéal à cultiver. Se relevant, assise sur son derrière la Mécanicienne peut remarquer que le jour pointe déjà, désormais il fait la course avec elle tous les jours, se présentant de plus en plus tôt. Tennessee, elle zone beaucoup dans ces lieux depuis qu'il à été décidé un déménagement de leur groupe. Elle cherche déjà à bien aménager et dissimuler leur cache secrète, mais aussi elle voudrait découvrir un endroit bien protégé pour y dissimuler les armes confiées par les rebelles, ou fabriquées par ses mains. La bouclée pense que ce sera certainement mieux dans les souterrains. Néanmoins pendant un temps il y a eut trop d'allées et venues pour qu'elle se lance dans cette expédition. Mais depuis quelques jours la plupart son retournés à L'Odyssée pour préparer les affaires à transporter alors la voilà revenue la brune, prête à relever l'aventure. Elle s'empare de sa besace dans laquelle on peut retrouver une gourde bien pleine, une corde qui ne la quitte plus depuis l'incident de la liane et des abeilles, quelques trucs à manger, un vieux bandage déchiré mais qui fera toujours l'affaire. Et quelques affaires choisies pour Baelfire dans le cas ou elle retombera sur lui. Elle n'a qu'une parole l'Odysséenne, qu'elle prend toujours très au sérieux.

Comme Gen lui à apprit comment confectionner une torche, elle s'est bien préparée, le noir ne lui fait pas peur, mais il reste préférable de voir vers quoi on se dirige. Elle connait un peu le terrain, mais cette fois elle veut découvrir des issues cachés, plus secrètes qui ne seront pas explorées dans les débuts. Elle se faufile, la main glissant sur un des murs afin de se rappeler le chemin du retour. Pas beaucoup de gens doivent venir par ici, car les toiles d'araignées y caracolent, à savoir si ces dernières sont vénéneuses ...  Alors Tennessee penche la tête ne souhaitant pas finir comme Sadik, Terrassée par une allergie inconnue ou pire encore. Renouveler l'expérience haute en couleur de la tourbière ne l'enchanterait pas, même si elle n'en garde qu'un souvenir un peu Brouillardeux. L'Odeur qui règne picote légèrement son nez, si bien qu'elle se met à éternuer soudainement avec force. Quelques secondes après l’écho le lui renvoi, mais la maline ne se fait pas piéger, au contraire elle tend d'autant plus l'oreille au cas ou ça aurait donné l'idée à un trainard de se diriger par ici. Le silence pesant qui l'entoure lui murmure que non, mais la Brune décide de s'immobiliser un peu plus pour ne pas se jeter la tête la première dans les ennuis comme à son habitude. Puis La Bouclée reprend son inspection, sur sa droite ses doigts s'enfoncent dans un vide. Un courant d'air lui lèche alors le visage, Y aurait-il une autre sortie par-là qui lui permettrait dans le future de ne pas se faire repérer ? Qu'à cela ne tienne, elle pénètre dans cet interstice qui grattouille sa curiosité.

Un peu plus étroit au départ, le couloir finit par s'élargir, L'Odysséenne s'étonne que la résonance semble très différente. Un moment elle croit être victime d'un hallucination mais après s’être frotter les yeux elle doit admettre qu'une lumière grésille plus loin, sur le sol. Toute personne saine rebrousserait chemin mais doucement elle se rapproche jusqu’à distinguer ce qui pourrait rappeler une silhouette humaine. Celui ou celle qui se trouve là doit certainement avoir repérer sa torche. Cependant aucun mouvement, aucune voix qui appelle ou menace. Alors elle continue, et les prunelles écarquillées alors qu'elle baissa sa torche pour s'assurer qu'il ne s'agirait pas d'une personne en danger -ou morte - elle reconnait le terrien « Baefire ! » Une affirmation. Pas une question, pas besoin, Tennessee, elle n'est pas bigleuse, et la tâche sombre sur la cheville du blond capte tout de suite son intérêt. Alors elle s'assoit juste en face de lui pour examiner ça, sans vraiment lui laisser le temps de réagir. ses doigts rencontrent quelque chose d'humide, du sang. Elle veut la soulever   pour mieux l'examiner mais n'y arrive pas « Merde » S'exclame t-elle contrariée « C'est coincé, va falloir te libérer » Lui annonce t'elle avec une certaine gravité dans la voix. Parce que si elle s'avère plutôt douée avec les machines, pas vraiment en ce qui concerne les êtres humains. « Faudrait bien que je rapproche ma torche pour voir un peu dans quel pétrin tu es, et ça risque de brûler mais si peut-être que tu as déjà une idée de ce qu'on pourrait tenter ? »

Admin
avatar
25/03/2015 avengedinchains 859 Boyd Holbrook ava : SWAN♥ ; sign : ALAS herboriste avec notion de guérisseur 10
Admin


Sujet: Re: the mercy of the living #Ten
Dim 3 Sep - 16:52

» The mercy of the living
La mort. Un sujet que tu n’aborde jamais et pourtant, elle a longtemps rôdé non loin de toi. Lorsque tu as choisi d’abandonner ton frère au coeur de la forêt, selon une décision étrange et une jalousie infantile. Tu n’as jamais su ce qui était arrivé à l’enfant mais quelques jours plus tard, lorsque tu t’y es aventuré, tu ne l’as pas trouvé. Un animal aurait pu l’emporter, tout comme il aurait pu fuir ou tomber au fond d’un trou ailleurs. C’est une affaire compliquée, si on peut le dire ainsi. Mais il faut surtout savoir faire en sorte que les choses soient comme elles sont. Tu n’as pas envie d’être là mais tu n’as pas non plus envie de te retrouver dans une situation aussi étrange. Ton pied coincé, peut-être même brisé. Disons que tu n’as pas vraiment les épaules pour mesurer tout ça. Les choses sont comme elles sont. Oui. Et toi, tu commences vraiment à ne plus savoir comment penser. Tes songes s’emmêlent, se secouent. Et tu ne vois plus que la douleur. Assis sur une pierre, tu grimaces légèrement. Tes options sont vraiment limités en fait. Tu ne peux pas sortir de là tout seul, c’est plus ou moins la seule information que tu as. Il fait trop sombre pour que tu puisses voir où tu mets les pieds. Et à cause de ça, tu sais que tu n’as que très peu de chances. Y a quasiment personne qui passe par ici. Et tu sais que tes options sont négligeables, à cause de ça. Du coup, il va falloir que tu trouves comment te relever. Tu te demandes à partir de combien de temps de désolation et de perdition, on finit par perdre complètement la notion du monde. Ca ne doit pas prendre bien longtemps, finalement.

« Baefire ! ». Ton nom retentit et fait écho dans les lieux. Bien sûr, tu n’y crois pas vraiment, alors que tes yeux se ferment et que tu soupires. Tu rêves, tu le vois bien. Tu rêves complètement. Il est assez improbable de voir quelqu’un débarquer dans le coin là, maintenant. Tu ne t’y attendais pas vraiment. Sauf que. Si ce n’était qu’un rêve, Tennessee ne se serait sans doute pas installée en face de toi, et n’aurait pas mis les mains directement sur ta plaie pour ensuite bouger ce qui te bloque et te faire grimacer de douleurs. « Merde ». Ouais, c’est le cas de le dire. Serrant la mâchoire, tu tentes de respirer pendant plusieurs secondes avant de grogner et de t’agacer sur elle. Ce n’est absolument pas la solution. Ni le moment de lui en foutre plein la gueule. Surtout si tu envisages qu’elle t’aide un peu. C’est totalement improbable de la voir débarquer ! ” Qu’est-ce que tu fous dans le coin ?”. Ton but n’est pas de lui reprocher d’être là mais t’es tellement surpris que tu ne t’y attendais pas du tout.

« C'est coincé, va falloir te libérer ». Là pour le coup, t’es pas franchement certain de vouloir qu’elle te libère. Déjà, parce qu’au premier essaie, tu n’as pas vraiment été emballé, et ça t’a fait un mal de chien. Ensuite, parce que tu n’es même pas certain qu’elle y parvienne du premier coup. Alors forcément, dans l’instant présent, t’es assez mal à l’aise. Et tu flippes. Bon, ce n’est peut-être pas le bon mot. Mais l’idée est bonne. Tu sais que c’est la meilleure solution. Il faut qu’on te dégage le pied pour que tu puisses espérer t’en sortir. Toi, de là où tu en étais, tu imaginais simplement que tu serais coincé là éternellement. Mais tu n’es pas libéré encore. C’est aussi à ça qu’il faut que tu penses, hein ? ” Ouais bah on va y aller doucement, si tu veux bien.”. T’as aussi un peu peur qu’une fois libéré, tu perdes encore plus de sang. ” L’idéal c’est que je reste en vie.”. Logique. Mais t’es parfois un peu trop franc ou trop direct dans tes mots. Tu n’as jamais été en mesure d’aller contre ça ou même de t’en empêcher. Est-ce qu’on peut vraiment te le reprocher ? Tu as comme un doute sur le sujet.

« Faudrait bien que je rapproche ma torche pour voir un peu dans quel pétrin tu es, et ça risque de brûler mais si peut-être que tu as déjà une idée de ce qu'on pourrait tenter ? ». Aucune idée. Et dans le fond, t’es pas sûr de vouloir mieux voir ce qui se passe. Mais tu n’as pas le choix, et tu le sais. Toi-même, tu ne sais pas à quel point c’est moche. Tu inspires un grand coup et tu attrapes son poignet pour le rapprocher. ” Je te dirais que je suis content de te voir quand ce sera terminé. “. D’ici là, entre la douleur et l’agacement, pas sûr que ce soit gagné. Autant éviter de dire quelque chose de déplacer, donc. Pis d’ici là, tu risques de mordre et de grogner. Elle va te faire mal. Son but va être de t’aider mais oui, elle va te faire sacrément mal. ” Va y”. En s’approchant, elle va pouvoir voir que la plaie est relativement profonde mais pas catastrophique. Une entorse ? Elle ne pourra pas le voir à l’oeil nu. Mais… Elle sera apte à faire attention à toi. C’est le plus important, n’est-ce pas ?

Spoiler:
 


notes » w/ Tennessee dans le métro, le 8 mai 2117

avatar
14/11/2015 Isa & I 3165 Katie Melua Kyran adorable & Avengedinchains & Lux aeterna Mécanique & Nanotechnologie 105
ψ Cat on a Hot Tin Roof ψ


Sujet: Re: the mercy of the living #Ten
Lun 9 Oct - 17:30


Baelfire   & Tennessee

La douceur ne décrirait pas Tennessee. Ni la compassion. L'habitude de triturer à l'intérieur de machines qui grincent mais ne se plaignent jamais ne lui confère pas la désignation de Docteur. Mais plutôt celle de mécanicienne. Et si, experte, la bouclée se penche sur du matériel technique minuscule avec habileté, ça ne la dispense pas de se montrer brusque. Elle serait plutôt de celle qui vous arrache une dent sans prévenir pour abolir le mal, L'Odysséeenne. Aussi n'a-t-elle pas revêtu ses gants lors qu'elle s'est penchée vers la cheville de Baelfire. Se diriger directement au cœur du problème, voilà ce qui la guide généralement, et dans le cas présent, il ne lui à pas paru que faire la conversation s'avérait primordial. Pourtant recevoir un premier résumé du blond lui eut offert une idée générale de la situation, évitant d'empirer la mauvaise position dans laquelle il trône. Evidemment il se révèle humain, malgré un caractère rude, la souffrance ne lui coule pas dessus comme si sa peau possédait la même imperméabilité que son expression. La brune relève sa torche vers le visage de ce dernier, évitant de le brûler dans la manœuvre, et découvre la pâleur cireuse de sa peau « Tu as une sale tête  » Lui lâche t'elle sans que cette remarque fut destinée à un but vexatoire. Une constatation tout simplement.

Pourquoi elle se balade dans le coin ? Elle n'imagine pas que ça puisse posséder un intérêt quelconque, mais elle lui expose sans détour ses intentions « Je recherchais une cachette sûre pour dissimuler quelques armes, et comme nous avons déménager dans le coin après une décision du conseil ... » Certes le terrien ignore ce que "le conseil" représente, mais Tennessee l'estime plutôt intelligent, alors selon elle, Baelfire décodera ce qui lui convient dans la réponse donnée « Et puis je voulais en profiter pour explorer, ça tombe plutôt bien, et toi ?  » Elle se remémore bien qu'il ne supporte pas le vous. Le natif le lui a déclaré lors de cette conversation étrange qu'ils échangèrent quand il la tira d'un très mauvais pas. Il ne lui demeure d'ailleurs dans la tête que d'étranges brides de bavardages, formant un patchwork bigarrée dans ses souvenirs. Ce garçon reste un des terriens qui la marque le plus, pour lui, elle trimbale différents objets dans sa sacoche pour le cas où ... Tennessee eut cependant souhaité  que ce fut dans de plus plaisantes conditions. Néanmoins, elle ne s'acharne pas à vouloir un destin différent, ils se doivent  de faire face à celui-là, car bien entendu elle ne l'abandonnera pas à son triste sort. « Doucement ce n'est pas vraiment ma manière, mais je vais faire de mon mieux » Ce qu'elle dirait à un enfant, avant d'arracher le sparadrap, en un coup, sans remord.

Tout doucement elle rabaisse l'éclairage pour examiner de plus près le piège ou se trouvait la cheville du blond, tout en attendant la narration de son accident. Ce qui n'apporterait pas la résolution avec certitude mais lui accorderait le temps pour réfléchir à la procédure « Je n'y vois pas grand-chose sauf que ta jambe est salement coincée, et je suis pas médecin, alors je connais pas trop l'intérieur du corps humain. Et je pourrais pas t'affirmer avec certitude qu'aucune veine importante n'a été touchée ... » Voilà qui se voulait encourageant pour commencer. Mais par respect pour lui, elle ne lui mentirait pas. D'ailleurs elle empruntant rarement ce chemin car elle se débrouillait mal, tout le monde s'apercevant qu'elle racontait des carabistouilles puisqu'elle-même n'y croyait pas. Tourner autour du pot n'apportait rien à personne, que de faux espoirs. Et ici, alors qu'elle retourne toutes les perspectives dans sa caboche, ça ne se résume au même dénouement « Il a l'air plutôt gros ce rocher, faudrait même peut-être un truc un peu solide qui me serve de crique pour appuyer afin de te laisser assez de temps pour que tu libères ta jambe » Parce qu'on va pas tergiverser mille ans, soit on ne tente rien et il connaîtra ses dernières heures dans ce tunnel sinistre, soit on prend un risque et il lui restera une chance de s'en sortir vivant.

Et quand il sera libéré, on se doit de rester positif tant que rien d'irréversible ne se déclare, la souffrance sera si intense qu'il ne pensera pas à lui déclarer des mots positif. Alors elle prend cette  promesse comme une fait. Baëlfire est heureux de la revoir « Et moi je suis contente d'être tombé sur toi ... Mais il me semble que dans la prévision ou ... Te faire un garrot au-dessus du genou serait prudent et éviterait à ce que tu perdre trop de sang ... Je peux m'en charger » Déclare-t-elle enthousiaste en lui tendant la torche pendant qu'elle fouille dans sa besace pour en sortir sa corde. Un peu longue, pour ce genre de boulot, mais que Tennessee serrera avec force le moment voulu. Au loin un étrange son rebondit sur les murs. De la pierraille qui se détache du plafond ? Ou un futur visiteur plus ou moins agressif ? « Oui je pense qu'il ne faudra pas trop traîner, tu veux le faire ou-moi si tu n'es pas dans la possibilité de trop remuer ? » Propose la Bouclée en lui tendant son câble. Pas trop de civilités non plus, les cernes qui soulignent le regard du terrien témoignent de sa pauvre condition. Sans une parole perdue la mécanicienne joint sa gourde à l'offrande pour le blond. Il se saisira de ce qu'il voudra, et elle en déduira alors ce qu'il lui reste à faire ...

Spoiler:
 
 

the mercy of the living #Ten

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ever Living rule
» Living crappily ever after • PV
» Hawkins Jayden - living like we're renegades
» WWE No Mercy 2016 | Match Card
» No Mercy 2016 (Carte et Résultats)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: welcome to hell :: Aux alentours de l’Odyssée :: Le métro souterrain-