Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜can you really get lost in heaven? + ashiri
maybe life should be about more than just surviving


avatar
14/03/2017 fio 348 willy cartier rex corvus (ava) + crack in time (signa) pêcheur (zoologie et navigation) 25
if i'm lost ξ don't find me


Sujet: can you really get lost in heaven? + ashiri
Dim 23 Avr - 0:21

Nouveau voyage sur le continent. Tu l’attends depuis tellement longtemps que lorsque tu attaches du mieux que tu peux les paniers remplis de poissons sur ta pirogue tes mains tremblent. Tu attends ce jour depuis tellement de temps maintenant que t’as quasiment l’impression de vivre dans un rêve, détaché de la réalité. On t’a donné l’itinéraire, précisant qu’on passerait par la cité des Rahjaks, au milieu du désert. Le désert hein ? Tu ne sais même pas à quoi ça peut ressembler. Celles qui s’y sont déjà rendus t’ont dit que c’était comme le sable de la plage mais à perte de vue, et maintenant tu t’imagines des récifs entiers de sable, hauts comme les falaises de l’île. Pendant tout le voyage en mer tu continues d’en rêver, te demandant si leurs maisons aussi sont en sable ou s’ils ont des matériaux uniques, comme vous vous avez sur votre île, ce bois bleuté que vous vendez à prix d’or.

On finit par accoster et aussitôt on continue le chemin à pieds, les marchandises transportées à dos de chevaux prêtés par les tribus voisines. Le voyage dure plusieurs jours où tu ne cesses de t’émerveiller par tout ce que tu vois. Ces étendues vertes d’arbres, si différents de ce que tu trouves dans la jungle, ces animaux que tu n’as jamais vus auparavant, même l’air a une odeur différente ici. Petit à petit le paysage se modifie, devenant plus désertique, plus chaud. Et tu découvres le désert, le désert et sa chaleur aride qui colle tes cheveux à ta peau et te fait transpirer, te forçant à enrouler un châle autour de ta tête pour ne pas souffrir de ces rayons brûlants. Petit à petit se dessine une grande cité, précédée par une oasis qui te sauve la vie. Tu peux déjà entendre le bruit d’une foule, pleine de vie. La cité n’a rien à voir avec tout ce que tu as jamais vu. Les murs en terre cuite s’élèvent pour former des remparts immenses, les séparant ainsi de l’ardeur du désert, et à l’intérieur de la ville tu peux voir un immense palais surplomber la cité, hissé sur une dune.

On décide alors de passer l’immense porte, dont l’entrée est surveillée par des gardes vers lesquels se dirigent ton groupe. Les armes sont alors déposées, on jette un rapide coup d’œil aux marchandises avant de vous marquer un par un, laissant un symbole au henné sur le dos de ta main que tu te tues à mémoriser pour pouvoir le dessiner sur l’un de tes carnets une fois rentré sur l’île, bien que cette pensée te désole. Ton groupe se dirige alors vers la grande place, où l’on t’a dit que l’on trouvait même des marchands d’esclaves, ce qui t’avait un peu offusqué sur le coup avant que tu te rappelles qu’il ne fallait pas juger les pratiques des autres tribus du continent, tout comme elles ne le faisaient pas avec la hiérarchie kovarii. Tu te retrouves donc à un stand, étalant tes poissons et le gibier des chasseuses, tes cheveux rassemblés en une longue natte dégageant ton visage. Ta mère t’accompagne et fait la majorité des accords, répondant avec une sévérité qui lui est propre à ceux essayant de l’arnaquer. Toi, plus rêveur, tu regardes chaque silhouette en t’imaginant son histoire, détaille les autres stands notamment ceux d’esclaves avec une fascination presque un petit peu trop dérangeante. Mais ta mère te tire brusquement de tes rêveries en te poussant vers une silhouette brune attendant depuis quelques instants à côté de toi que tu n’avais pas remarqué, trop occupé à imaginer ta vie dans cette drôle de cité.

« Je-Je peux t’aider ? » Tu balbuties maladroitement, ayant complètement oublié le comportement à adopter lors de ce genre d’échanges. Après tout, tu ne venais pas ici pour commercer toi, mais plutôt pour rêver.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: can you really get lost in heaven? + ashiri
Lun 24 Avr - 21:30

       
Can you really get lost in heaven.
Bougeons. Voyageons. Découvrons. Et voyons ensuite ce que cela peut donner.

Si elle avait délibérément choisi de faire escale à la cité Rahjak, ce n'était pas par pur hasard. Bien qu'au départ, aucun détour n'était prévu lors de son itinéraire, sa rencontre avec certains marchands du désert, avait su la convaincre d'effectuer le contraire. Surtout que les paroles de son mentor avaient fait écho au sein des abysses de son esprit. Elle entendait encore l'enthousiasme d'Harlan à propos de cette culture si particulière, si antipode aux leurs. Leurs mentalités, leurs croyances, leurs modes de vie. Cette tribu-ci qui, d'après les archives, était il y a de cela des lustres, rattachée aux Naoris. Difficile à croire lorsque l'on observait les pratiques actuelles de la cité du désert; des pratiques qui dénigraient l'Homme et le monde. Mais comme l'avait si bien énoncé Harlan, les Rahjaks étaient le miroir inversé de leur société. Bien qu'elle ait conscience que seulement deux jours ne seraient pas suffisant pour découvrir toutes les facettes du peuple du soleil, rater une telle occasion aurait été du gâchis.

Alors qu'à son premier jour au sein de la cité, s'était déroulé aux côtés de personnes aussi intrigantes que déroutantes au marché d'esclaves, cela ne l'empêcha pas de vouloir s'intéresser à l'autre aspect de souk du désert. Celui qui rassemblait au sein de ses stands des produits propices à ses potions. La druide et l'apprentie conseillère qu'elle était, fourmillait d'envie d'arpenter de nouveau ces ruelles où les visages se multipliaient, les corps se bousculaient et les gorges se déployaient de vive voix. Des parfums de toutes origines se mêlaient à son odorat, certaines odeurs pouvaient attiser la gourmandise comme d'autre le dégout. Mais cela ne repoussa guère Ashiri, dont les yeux se régalaient de la vision multiculturelle qu'offraient ces lieux. Préférant certes, la véritable cueillette aux marchés, ces derniers avaient tout de même l'avantage de présenter des produits qui lui étaient moins accessibles. Des éléments inédits traversant les terres et les rivières, qui lui étaient hors de portée en temps normal. Nuances et textures bariolaient les étalages et avec ce zénith cuisant, les stands luisaient sous des projecteurs naturels. Les pupilles curieuses d'Ashiri n'avait jamais rien vu de tel et elle tenta d'imprimer chaque recoin afin de le marquer au fer rouge au creux de son esprit.

Mais parmi ce brouhaha incessant et cette vague humaine mouvementée, Ashiri ne fut pas privée des remous corporels. Elle n'en fut guère choquée, après tout, il fallait bien jouer des coudes si l'on voulait se frayer un chemin. Cependant, son attention s'accrocha dès lorsqu'un d'entre eux s'adressa directement à sa personne. Les yeux de l'apprentie détaillèrent un jeune, si grand par rapport elle, probablement une trentaine de centimètres les séparaient, doté d'une cascade de cheveux tressée. Il avait une allure aussi atypique que fascinante, malgré sa maladresse. Puis elle reconsidéra un instant la question posée, fixant calmement ce nouvel interlocuteur. Est-ce qu'il pouvait l'aider ? Lorsqu'elle se rendait au marché, effectuer ses propres courses, Ash rédigeait toujours méticuleusement une liste finement penser afin de réaliser les remèdes demandés. Il s'agissait simplement de raviver sa réserve. Mais dans ce cas-ci, où son voyage l'avait poussé à découvrir de nouvelles choses afin d'inventer ses propres potions, seul son instinct et sa soif d'innovation, guidaient ses choix.

« Oui. » Commença-t-elle en hochant la tête, avant de contempler le stand posté derrière le garçon à la chevelure ébène. Si de loin il pouvait s'agir de produits simples, du poisson et du gibier, Ashiri fut étonnée de découvrir de toutes nouvelles espèces. D'ailleurs, elle s'approcha, jaugea avec attention la marchandise, avant de planter à nouveau son regard dans celui du jeune marchand. « Je n'ai jamais vu de tels poissons. C'est toi qui les as pêchés ? » Demanda-t-elle, la voix pondérée, mais le regard voilé de curiosité et de contemplation. Près de la rivière Naori, ces animaux couvert d'écailles et empli d’arêtes, n'étaient pas aussi colorés, pas aussi lumineux. « Tu viens d'où ? » Ce stand venait de piquer son intérêt, tout comme ce jeune marchand, aux traits et au regard qui tranchaient avec ceux qui peuplaient cette place.

avatar
14/03/2017 fio 348 willy cartier rex corvus (ava) + crack in time (signa) pêcheur (zoologie et navigation) 25
if i'm lost ξ don't find me


Sujet: Re: can you really get lost in heaven? + ashiri
Dim 21 Mai - 0:01

La réponse positive te redonne un peu plus de confiance. Tu te redresses, esquisses un sourire un peu moins maladroit, un peu moins pitoyable, tout prêt à aider la nouvelle arrivante. Sa peau mate est d’une autre teinte que celle des femmes de l’île et, pendant quelques instants, tu en savoures toutes les nuances, te questionnant sur le nombre de couleurs différentes que la peau pouvait encore prendre et combien d’entre elles tu n’avais pas encore découvertes. Tes voyages sur le continent étaient bien trop courts pour que tu puisses en profiter décemment, et tu rentrais toujours sur l’île encore plus curieux qu’avant après avoir découvert une nouvelle plante, une nouvelle cité, un nouvel accent. Tu voulais tout voir, tout sentir, tout connaître, ta soif de découvertes grandissant en même temps que le temps qui séparaient chacun de tes voyages. Alors que tu t’exaltes silencieusement, le regard brûlant de ta mère sur ton dos te ramène à la réalité. Il ne faut pas que tu te montres trop distrait ou trop intéressé, tu crains que ton regard rêveur te trahisse toi et tes intentions. Quel sort te serait réservé si l’on découvrait tes ambitions ? Tu n’osais pas imaginer ce que te dirait ta mère si elle découvrait que tu comptais la quitter un jour. Si le désir de partir était grand, la crainte de la décevoir l’était presque autant. Tu n’aimais pas ta mère mais tu la tenais en haute estime, tout comme elle te faisait confiance malgré ta condition d’homme. La trahir te faisait peur, alors tu t’efforçais d’agir comme si tu ne rêvais pas de fuir l’île, comme si le continent ne t’intéressait pas. Tu reportes ton attention sur la femme, fascinée par les différentes marchandises exposées dans leur stand. Bien sûr qu’elle devait l’être – qui ne le serait pas en découvrant la peau rugueuse d’un crocodile ou bien leur fameux bois bleuté, ayant fait la réputation de l’île ? Même tes poissons multicolores semblent d’une rareté certaine comparés aux autres stands, comme si leur origine leur apportait une grande valeur.

« Oui, c’est moi qui les pêche, je suis pêcheur… » Tu balbuties, trébuchant sur les mots comme s’il s’agissait de racines sur ton chemin. Son intérêt soudain pour toi est surprenant, tu n’es pas habitué à ça. Sur l’île, les regards glissent sur toi comme si tu faisais partie du décor, un énième détail presque trop dérangeant. Il n’y en a que pour les femmes, pour leur qualité d’excellentes chasseuses, pour leur beauté exotique, pour leurs nombreuses vertus. Les hommes, à côté, étaient tous fades et sans intérêts. « Je viens du Jangal. Je suis un Kovarii. » Tu marques une pause, te questionnant sur la façon de t’adresser à elle. Fallait-il la vouvoyer, la tutoyer ? Au village, tu ne tutoyais que ta mère et ne t’adressais que rarement aux autres femmes. Ton statut te les faisait les vouvoyer, tandis qu’elles s’adressaient à toi au mieux comme à un enfant, au pire comme à un animal. Le plus souvent, c’était comme à un animal. Mais tu n’étais pas au village, loin des règles établies entre le statut des hommes et des femmes. Tu prends une grande inspiration et poursuis. « C’est pour ça que ces poissons te semblent inconnus. On n’en trouve que sur notre île, bien loin de ce désert aride et de ce continent. Avant de venir ici, je ne m’étais pas rendu compte d’à quel point ils sont différents du reste des marchandises. » Avoues-tu en baissant la voix, sur le ton de la confidence.

Jetant un regard en arrière, tu vois ta mère occupée avec un groupe de passants dont tu ne parviens pas à déterminer l’origine – locaux ? voyageurs de passage ? à tes yeux, tous les peuples continentaux se ressemblent, tu oublies à chaque fois leurs différences. Reportant ton attention vers l’intéressée, tu lui montres du doigt les grands remparts de la citadelle. « Et toi ? Tu es d’ici ? »

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: can you really get lost in heaven? + ashiri
Sam 1 Juil - 14:51

       
Can you really get lost in heaven.
Bougeons. Voyageons. Découvrons. Et voyons ensuite ce que cela peut donner.

Kovarii. L'île aux Amazones. Ses doigts avaient pu feuilleter certaines légendes dans les quelques livres que renfermaient son village. Des récits à propos de guerrières brûlantes de passion, autant indépendantes que braves, dont les femmes étaient portées sur un piédestal. Mais malheureusement, Ashiri n'en connaissait que les grandes lignes. Les relations avec ce peuple, demeuraient assez pauvres. Pourtant, cette mise en bouche visuelle, titillait sa curiosité et sa soif avide de découverte. La druide ne désirait pas seulement se contenter des parchemins et des racontars à propos de cette tribu lointaine. Car elle savait que les kovariis, comme tout autre communauté, offrait bien plus que ce qu'un parchemin pouvait exprimer. Et lorsqu'elle observait ce jeune marchand dont les prunelles renfermaient cette envie flamboyante de s'évader, son intuition lui intimait l'idée qu'il ne fallait guère se fier aux apparences.

L'explication donnée telle une confession, rendait cette dernière étrangement plus captivante, tout comme le fait qu'il s'agissait d'une exposition inédite. Son minois hocha d'une lenteur folle, exprimant sa compréhension par rapport à la différence monstre entre ces marchandises inconnues et celles qui étaient locales, tandis qu'elle lorgna une nouvelle fois le stand. « Ça c'est évident. » Il était logique de constater une disparité au sein des produits, lorsqu'il y avait fondamentalement une diversité des origines. La cité de feu et ses alentours manquaient cruellement d'eau, de cette ressource marine aux vertus hydratantes, qui se ressentait dans ce que la terre cuisante engendrait. Alors que l'île des Kovariis semblait être plus florissante. Le soleil devait surement cohabiter avec l'humidité, offrant une nature aussi éblouissante qu'opulente. Ashiri le découvrait dans les éclats des écailles de poissons ou de crocodiles, ou encore dans le bois satiné et gorgé de vitalité. Puis ce fut le jeune homme qui désira connaître sa nationalité, tandis qu'il lui montrait les frontières de la cité de feu.

Certaines fois, sa carnation et ses nuances chaleureuses, du cuivre au bois ébène, donnait naissance à diverses réflexions à propos de ses origines. Bien que toutes tribus avaient le don d'exprimer une certaines mixités des traits physiques et des couleurs, on catégorisait souvent ceux à la peau tannée de soleil ou de terre pour des Natifs Rahjak. Se méprendre ainsi, la faisait sourire. Surtout lorsqu'elle pensait à Rowena, la chère conseillère chaman, dont la teinte s'arpentait à l'écorce du sequoia le plus ancien, mais qui était une Naori pur souche, comme elle. Ainsi, le regard revint sur l'interlocuteur, la tête pivotant légèrement de manière négative.  « Non. Je suis Naori, le peuple de la forêt.  » Énoncer le nom de son foyer, lui tira un rictus légèrement nostalgique. Bien que l'exploration d'autres horizons et cultures la fascinait, ses terres étaient toujours ancrées au creux de son être. « Je suis simplement de passage, bien que j'aimerais rester un peu plus... La Cité Rahjak est fascinante à sa manière. » Cela lui rappellait la passion de son mentor, Harlan, par sa description profonde et objective de cette tribus du soleil. « Kovarii, ça a du te faire un sacré voyage. C'est la première fois que tu viens ici ? » Et l’intérêt retourna auprès du jeune homme à la chevelure corbeau accordé à la profondeur de ses iris. En tant que marchand et étranger de ce sol desséché, il pouvait lui montrer une autre facette du monde, qu'elle était prête à arpenter, même à travers des histoires et de simples images sans toile de fond.

avatar
14/03/2017 fio 348 willy cartier rex corvus (ava) + crack in time (signa) pêcheur (zoologie et navigation) 25
if i'm lost ξ don't find me


Sujet: Re: can you really get lost in heaven? + ashiri
Mer 23 Aoû - 16:40

Tu suis son regard qui passe des écailles de poissons au cuir du crocodile, glissant sur le bois bleuté avec la même fascination que toi lorsque tu découvres le continent. Tu réalises que tout ce que tu as jamais connu est exclusif, une exception une fois en dehors de ton île natale. Que face à toi qui rêve tant de t’enfuir de l’île et sa jungle étouffante, certains rêvent au contraire de la découvrir, cette forteresse gardée par les lianes et marécages noueux, les mêmes barreaux qui forment ta prison.

« Naori… » Tu répètes le nom, en savoure la prononciation. En venant jusqu’ici, tu as observé les arbres et forêts qui ne ressemblent en rien à la forêt tropicale que tu connais. C’est comme si les arbres élevaient leurs bras vers le ciel pour l’enlacer, ne s’arrêtant jamais. Le sol couvert de mousse gorgée d’humidité, si doux au toucher. Tu tends l’oreille pour écouter ce qu’elle a à dire sur cette Cité, elle aussi tellement différente. Tu connais la chaleur étouffante et humide, tu connais la moiteur de la peau et les orages énervés. Ici, l’air est plus sec, brûlant comme la Cité. Comment deux environnements aussi différents peuvent-ils coexister à côté ? Quels liens se sont tissés entre les deux tribus, chacune offrant à l’autre ce qui lui manque ? Trop de questions se bousculent dans ton esprit, tu aimerais pouvoir toutes les poser et avoir toutes les réponses immédiatement. Mais le monde ne marche pas comme ça, tu le sais bien. Tu dois mériter ce savoir, tu dois découvrir tout ça par toi-même.

« C’est ma première fois oui. J’ai rarement l’occasion de venir sur le continent mais je me souviens de chacun de mes voyages. » Tes yeux se lèvent vers le ciel, le seul qui reste permanent à mesure que tu découvres un peu plus ce monde qui t’entoure. Si tu pouvais, tu parcourrais la terre sans jamais t’arrêter, tu quitterais l’île sans un regard en arrière. Il y a tant de choses à voir et à faire, comment pourrais-tu supporter de rester sur une île où l’on ne te reconnaît même pas ta valeur ? Tu n’as pas envie d’avoir à justifier ton existence pour l’éternité. Silencieusement, tu te dis que tu as autant mérité le droit de vivre que n’importe quelle autre femme. Mais il ne faut pas que tu le penses trop fort, tu aurais trop peur d’affronter les vieilles du village. Tu gardes tes pensées pour toi, bien cadenassées au fond de ton cœur. Si loin de la jangal, est-ce qu’elles t’entendraient si tu te décidais à parler de tes ambitions ?

« J’aimerais pouvoir voyager plus, découvrir plus que les fin fonds de mon île. Je voudrais voir les Iskaars et leurs glaciers, les Calusas et leurs bâteaux… Je voudrais tout voir. » Un sourire naïf étire tes lèvres sans que tu ne t’en rendes compte. Tu ne peux t’en empêcher, c’est plus fort que toi. Ta curiosité l’emportera toujours. « Qu’est-ce qui t’amène ici si tu viens de la forêt ? Es-tu ici pour des affaires ? » Tu ne connais guère les relations qui relient ces deux tribus. Quelques bribes de paroles entendues sur le chemin te reviennent, une histoire de passé commun à laquelle tu regrettes immédiatement de ne pas avoir prêté plus d’attention. Si tu sais que les relations avec le continent pour les Kovariis sont toutes assez neutres, tu ne sais pas comment ces tribus s’entendent entre elles. Peut-être existe-t-il un équivalent à la relation tumultueuse avec les Iskaars, une version continentale ? La pensée te fait sourire doucement et tu te laisses imaginer un double de toi-même, ayant grandi entre ces montagnes sinueuses et ces plages de galets, encore une vie imaginaire que tu aurais rêvé vivre.

Admin - Tears of the phoenix
avatar
12/10/2014 Brimbelle 47060 Jessica Chastain Lux Aeterna Médecin / Herboriste 340
Admin - Tears of the phoenix


Sujet: Re: can you really get lost in heaven? + ashiri
Mar 7 Nov - 20:18

RP archivé suite à la suppression d'Ashiri

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: can you really get lost in heaven? + ashiri

 

can you really get lost in heaven? + ashiri

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» We are lost somewhere between Heaven and Hell
» HIGHWAY TO HEAVEN ♥ welcome in New Heaven
» LOST LE RPG
» Stairway to Heaven
» Alice always lost... [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-