Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜i got spirits in my head and they won't go || ft. liam
maybe life should be about more than just surviving


Admin ♛ Broken child
avatar
26/12/2014 oreste 6246 Mackenzie Foy gamomo (avatar) gifs (cstia) de petites mains à cuisinière, si elle traîne souvent dans le garde-manger, elle sait aider où ya besoin, et surtout, placer les fainéants là où ya besoin. 21
Admin ♛ Broken child


Sujet: i got spirits in my head and they won't go || ft. liam
Mar 18 Avr - 23:24

L’enfant prostrée admire, les cheveux collés sur son front rouge, l’urgence se déverser. L’infirmerie. Elle y foutait pas souvent les pieds, thaïs, alors qu’elle s’en cassait des trucs, des os, des muscles ; le corps enfantin strié comme un vieux disque.  Mais elle aime pas que les doigts la touchent, elle frissonne sous les attentions, les questions, elle veut pas répondre, c’normal, c’comme ça, la forêt ça tabasse et ça fracasse. Pis, dans les mirettes émeraudes, il y passe que des fantômes sur les couches de l’infirmerie, des moitiés-morts qui lui font peur, à la gamine, des souvenirs perdus qui blessent plus que les couteaux dans les cœurs. Jamais ses pas l’y mènent, jamais quand c’est pour elle, oh non … sauf aujourd’hui. Faut pas déconner, qu’elle s’est dit en voyant le filet de sang dégouliner de son crâne de poupée frisette. Des semaines, ou des mois, elle sait plus bien, un terrien lui a explosé la tête sur le sol, mais comme elle lui a pratiquement arraché l’oreille justice était faite, et deux pansements plus tard, elle avait été dormir comme un bébé. C’est en se cassant la gueule sur son arc que la plaie s’est rouverte. Comme ça, entre deux sapins, une branche mal placée et aussi ridicule la farce fut-elle, la chute fut lourde en arrière.

Minuscule Carrie sur pattes, la gamine a effrayé la moitié du camp avec sa gueule carmine, une mariée rouge avec sa traîne dégoulinante. Et maintenant, elle est plantée là, à l’entrée du vaisseau où les ados jouaient à docteur maboul. Elle tremble. De froid, du choc, de peur. L’arc dans la main, le sang à moitié séché dessus. Elle se sent bête, thaïs, à tenir ce qui fut sa veste en boule contre sa tête. L’accident est trop con, trop dur à expliquer, elle veut juste qu’on lui donne un pansement et un bisou sur le front, sauf que le front est dégueulasse et le pansement glisserait sous les cheveux. Ses cheveux ! ça va encore lui prendre une éternité à laver ! Bordel, il serait temps qu’elle se décide à les couper. Ptêt même qu’on la prendra alors pour un garçon, et elle pourra faire semblant de pisser debout. Elle en sourit, l’effrontée, alors que certain gisent en silence dans leur couche.
Alors elle l’aperçoit, entre les têtes occupées et soucieuses, le nez froncé, comme d’habitude sous ses mèches blondes. Un peu trop grand, il se découpe maladroitement des autres liam. Comme ses prunelles océaniques le reconnaissent, la pulsation dans sa cage thoracique ralentit doucement. Ya pas de raison d’avoir peur. Liam, il a toujours des pansements, pour tout, absolument tout. Elle se glisse entre les gens soudainement invisibles, gardant son nez vers le sol, pour s’assoir non loin de lui. Silencieuse thaïs, toujours silencieuse, elle veut pas déranger, jamais. Sauf qu’il faut bien. Elle tousse, forcée, gênée. Enfin, quand l’attention est attrapée, la voix s’élève de la façon la plus neutre qu’elle connaisse, mais rien n’y fait, ça déraille dans la gorge. « J’ai besoin d’un pansement je crois. Faut juste faire que ça arrête de saigner et après je te laisse travailler, promis. » Elle tente un sourire, désolée d’intervenir au milieu d’un rush. Curieusement, elle se demande si la population soudaine de l’endroit n’était pas dû à l’évasion d’un des cochons.

Spoiler:
 

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 22650 Thomas B.-Sangster Lux Aeterna Signa Ali ♥ Unicorn, crackship soeur d'arme, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 235
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: i got spirits in my head and they won't go || ft. liam
Mer 14 Juin - 23:26





L’infirmerie. L’endroit qu’il délaisse pour la forêt qu’il retrouve, cette forêt qui lui donne un peu moins, jour après jour, l’impression d’être un piège. Il a envie de voyager, de ne pas toujours rester au campement pour attendre la prochaine tuile qui leur tombera sur la gueule. C’est en restant qu’ils seront plus facilement repérables, pris au piège sans moyen pour s’en sortir. Sur l’île ils ne sont pas mieux lotis, nulle part ils ne sont mieux lotis qu’ici. C’est leur campement, la base qu’ils se sont donnés depuis le début, celle qu’ils ne quitteront pas sauf par la force. C’est ce qu’ils ont réussi à construire depuis leur arrivée. Tout est un peu mieux organisé, un peu plus grand. Ceux qui sont partis ont disparu, sont morts. Il n’envisage même plus la possibilité que certains aient réussis de faire cavalier seul pendant tout ce temps sans jamais revenir. Avec ce qu’il se passe, les tensions qu’ils ont parfois pu engendrer, qui ont parfois été engendrées par les Grounders, il est moins douloureux de faire le deuil pour tourner la page.

L’important est de se concentrer sur ceux qui restent, ceux qu’il ne voudrait jamais quitter même si l’envie de découvrir d’autres parties de l’île se fait tentante. Et puisque c’est une île, pourquoi pas ne voir au-delà, imaginer ce qui se trouve de l’autre côté de l’océan. Cette notion est étrange parce qu’ils sont seuls sur cette île depuis près de trois ans et jamais des nouvelles du continent se sont fait entendre. A croire qu’il n’y a personne, que la terre a été rayée de la carte pour ne leur laisser que cette île. Cette pensée est déprimante. Cette île est trop petite pour que l’idée d’un traité pourtant réalisé facilement quelque mois plutôt tienne la route. Ils sont trop nombreux, trop différents pour ne pas empiéter sur le terrain de l’autre et déclencher une guerre par inadvertance. Que comptent-ils faire hein ? Des murs pour tout délimiter ? Les Athnas dans leur montagne, les Pikunis dans leur champ, les naoris dans leur arbre, les Calusa dans leur hamac sur leur plage et les Rahjaks dans leur putain de désert ? Cette pensée le fait sourire tellement elle est ridicule. Ils auront beau vouloir éviter les tensions, rester le plus diplomate possible il est évident qu’un jour tout va péter et que la première destination des terriens sera de se diriger vers l’endroit ou a commencé la source de leurs problèmes. C’est pour ça surtout que lui vient cette envie de voyager, de trouver autre chose, parce qu’il doit bien y avoir autre chose que ça, qu’un petit bout de terre trop étroit sur l’océan.

C’est quand un toussotement distinctif de quelqu'un qui a besoin d'aide lui arrive qu'il tourne la tête prêt à remercier celle qui le dérange dans une infirmerie qui le laisse de marbre. S’il voulait bien se démener pour apprendre, il n’en reste pas moins que celui qui sait moins en faire dans les parages. Les amener à l’infirmerie, soigner les plaies (mais les pas trop grande seulement). Après ? C’est le grand vide de celui qui sait que sa place est ailleurs. C’est Thaïs. Thaïs qui accapare son attention alors que beaucoup d’autres personnes sont présentes, peut-être beaucoup plus blessées qu’elle mais quand la demoiselle est non loin de lui, il n’y a bientôt qu’elle et les autres ne sont pas importants. Il aime bien la savoir en sécurité même si elle vadrouille bien plus que lui dans la forêt ou il ne sait trop où. Ça l’inquiète un peu mais il préfère se taire et la laisser faire. Elle est grande, n’a pas besoin d’un grand gaillard gauche un peu trop inquiet pour se demander si elle va bien quand il ne la voit pas lorsqu’elle devrait être présente. Il n’a aucun mal à deviner ce pourquoi elle est présente. Une plaie non soignée. Ancienne. Rouverte récemment. Que s’est-il donc passé maintenant et avant ? La question n’est pourtant pas posée. Il attend qu’elle termine de parler pour ne pas l’interrompre même s’il en meurt d’envie de lui dire qu’elle ne l’a jamais dérangé. Il doit soigner ça avant que cela ne s’infecte. Cette blessure lui en rappelle d’autres blessures bien plus vieilles dans un endroit beaucoup moins propre et libre que l’infirmerie. Pourquoi cette blessure lui fait-elle l’effet d’une piqure de rappel ? Elle est pourtant beaucoup moins grave, du moins il l’espère. « Tu m’déranges jamais Thaio. » Il aimait bien quand elle venait le voir. Il lui enviait cette prise de risque continuelle qu’il réfrénait pour ne pas avoir de problème. Il n’allait pas le lui reprocher. Chacun vivait comme il l’entendait. Si elle avait besoin de danger pour aller mieux, il lui faudrait juste qu’elle lui promette plus tard d’être un minimum prudente. « Faut soigner ça. » Il avait toujours l’impression d’être perdu dans cette infirmerie même après tout le temps qu’il y était passé.

« Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » Il avait besoin d’en savoir un peu plus pour évaluer les dégâts qu’il peinait à voir par le trop plein de sang qui envahissait la tête de la jeune femme. « Il s’est passé quoi pour qu’ils arrivent tous comme ça ? » Il ne voulait pas admettre qu’il n’avait pas fait attention aux blessés jusqu’à ce qu’elle ne s’invite dans son monde. « Je … » Il cherchait ce dont il aurait besoin pour la soigner et désinfecter. Il espérait ne pas avoir à recoudre parce que c’était encore quelque chose qu’il n’avait pas encore faite. Lui plus que quiconque ne voulait pas l’avoir comme cobaye dans ce domaine nébuleux qu’était pour lui la médecine.
 

i got spirits in my head and they won't go || ft. liam

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Take the hits, keep your head up and always aim higher ♠ Liam
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» Buy you gotta keep your head up { Adam Carter
» you say good morning when it's midnight going out of my head alone in this bed ∞ 6/11/11 4h35
» GHOST IN MY HEAD (ft. THE peacekeeper)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: welcome to hell :: Le campement des Cents :: Le vaisseau :: L'infirmerie-