Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜The innocence of children (Nylan)
maybe life should be about more than just surviving


avatar
06/04/2017 Aenah / Marie 105 Mimi Elashiry Morrigan Guerrière et chasseuse 13


Sujet: The innocence of children (Nylan)
Mar 11 Avr - 16:19

C’était sa mère qui lui avait transmis l’information. Nylan, médecin des Kovarii, avait besoin de quelqu’un pour garder ses petits garnements quand elle était débordée. La mère d’Hécate connaissait bien sa fille et savait qu’elle était douée avec les enfants. Elle aimait jouer avec eux, leur faire découvrir le monde en racontant certains de ses voyages sur le continent. Ils arrivaient à raviver une petite flamme de son enfance qu’elle croyait éteinte depuis le décès de sa petite sœur. Hécate aimait leur innocence, leur faculté de se plonger dans leurs propres aventures et de vivre pour s’amuser. Ils ont cette magie encore en eux. Cette pureté qu’Hécate a vu s’envoler, se noyer avec sa sœur. S’il lui arrive d’être parfois inconsciente pour sa propre vie, il en va différemment pour celle des autres, surtout quand il s’agit d’enfant. Son caractère protecteur prend le dessus et elle serait prête à tout pour eux, en cas de danger.

Hécate se rendait donc chez Nylan, une femme dont elle ne connait pas grand-chose finalement. Elle l’avait sans doute déjà croisée mais elle n’avait jamais eu besoin de ses talents. Elle savait qu’elle s’occupait des blessures assez importantes et qu’elle était très douée dans son domaine. Elle avait certainement énormément de courage pour faire ce genre de chose, Hécate savait qu’elle serait bien incapable de recoudre quelqu’un, sauf si elle n’avait vraiment pas le choix. Si la vue du sang des animaux ne la dérangeait pas, il en état tout autre pour les humains. Elle n’irait sans doute pas jusqu’à tourner de l’œil mais elle aurait dû mal à rester impassible.

Arrivée devant la porte en bois, elle frappa doucement puis attendit qu’on vienne lui ouvrir. Hécate resserra sa queue de cheval et souria à la femme qui lui ouvrait la porte. « Bonjour, je suis Hécate. J’espère que je ne dérange pas. » Hécate plongea son regard franc dans celui de la femme qui l’attendait. Elle aimait être polie et avait toujours respecté ses aînés. Sa mère l’avait toujours élevé dans le respect de l’autre et si sa franchise pouvait parfois déranger, elle faisait en sorte d’être toujours respectueuse. Elle ne savait pas trop quoi attendre de cette entrevue. Cela lui semblait tout à fait normal qu’une mère veuille rencontrer et discuter avec la personne qui garderait pendant quelques heures occasionnellement ses enfants. Elle avait sans doute besoin de s’assurer qu’Hécate savait s’en occuper et était une personne de confiance. Beaucoup de membres de la tribu savait pour la noyade de sa petite sœur et si certains l’avaient blâmé, une majorité avait considéré que son âge et son inconscience du danger devait être pris en compte. Elle espérait que Nylan ne ferait pas partie de la première catégorie. Hécate avait bien d’autres activités pour vivre, notamment la chasse, mais cela faisait toujours mal quand on vous renvoyait en pleine figure votre passé. Elle ne savait pas quel genre de mère elle serait. Mais il était certain qu’elle aurait sans doute toujours très peur pour ses enfants, au vu de son expérience. Leur vie n’était pas sans danger, loin de là. Mais elle savait qu’elle pourrait toujours compter sur sa famille, sa tribu. Et elle espérait que Nylan saurait lui offrir sa confiance.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: The innocence of children (Nylan)
Mer 12 Avr - 1:00

Il y avait dans son regard et dans son coeur plus d'étoiles que dans une galaxie entière. A ses yeux, il n'y avait aucun moment plus délicieux que ceux-là. Penchée au-dessus du bras de sa patiente, à quelques centimètres à peine de la peau sanguinolente, Nylan faisait preuve d'une minutie et d'une concentration exacerbées. Il n'y avait que lors de ses consultations que l'on pouvait espérer la voir aussi calme. Contrairement à d'habitude, elle était presque silencieuse. Les seuls mots qu'elle prononçait étaient d'inintelligibles grommellements, qu'il ne valait mieux pas chercher à déchiffrer. Parfois, un soupire de satisfaction s'échappait aussi de ses lèvres laissées entrouvertes par la concentration. Le reste se passait dans sa tête, et il ne fallait entrer dans sa tête sous aucun prétexte.

Le sang dégoulinait sur les mains expertes de la médecin et venait s'écraser sur le sol avec un ploc régulier. Cela ne parvenait pas même à la déranger. Sans aucun tremblement, elle enfonçait l'aiguille dans la peau de la jeune femme qui lâchait de petits gémissements ponctuels. Nylan avait eu l'excellente idée de lui fournir un morceau de tissu à se mettre dans la bouche pour lui éviter de faire trop de bruit. La brune détestait que les patients geignent trop. Le courage et la dignité n'étaient pas en option, même quand on avait le bras à moitié arraché ! Mais à ce moment précis, ce n'était peut-être pas le pire. En effet, il y avait autre chose qui l'agaçait profondément. Le bruit que faisaient ses enfants en courant autour de son plan de travail.

Il ne manquait pas grand chose pour qu'elle ne termine son oeuvre. Quelques minutes, quelques coups de son aiguille experte, et s'en serait fini. Mais soudain, Athaïl, le plus jeune de ses enfants, se mit à pousser un cri strident. Excédée, Nylan stoppa ses mouvements, faisant claquer sa langue. Elle mit quelques secondes à s'assurer qu'elle ne perdrait pas son calme. Finalement, la jeune femme se redressa, et fixa le petit garçon. Elle remarqua rapidement le sourire victorieux de Cyna, sa fille, et passa son poignet sur son front, en signe de désespoir et d'exaspération. Aussitôt, elle se repencha sur son travail, et s'apprêta à reprendre là où elle s'en était arrêtée.

- Cyna, cesse d'embêter ton frère, tu veux ? dit-elle d'une voix monotone.

Au moment où l'aiguille touchait une nouvelle fois la peau de sa patiente, on toqua à la porte. Nylan marqua une seconde d'hésitation. Elle trouvait que les gens avaient une fâcheuse tendance à l'interrompre au mauvais moment. Elle n'aimait pas ça. Elle n'aimait vraiment pas ça. La médecin avait une sainte horreur d'être dérangée pendant son travail. Le problème était sans doute qu'elle passait le plus clair de son temps à travailler, et que par conséquent, les personnes qui voulaient la voir étaient quasiment certains d'arriver dans un mauvais moment. Mais elle ne le voyait pas de cet oeil-là. Pour elle, cela ne faisait aucun doute : il n'allait pas falloir qu'elle tarde davantage à résoudre le problème des "perturbateurs".

Avec un calme étonnant, Nylan entreprit de poser son matériel sur sa table. Elle se leva lentement, et essuya ses mains sur un morceau de tissu autrefois blanc, déjà rougi par le sang. Sans se presser davantage, elle se traina jusqu'à sa porte, ne cherchant plus à dissimuler à quel point elle n'avait pas envie d'ouvrir. Finalement, après un moment qui sembla durer une éternité, elle poussa le battant. Derrière, une jeune fille qu'elle décrivit intérieurement comme "tout juste sortie du berceau" lui sourit. Il y avait dans ce sourire une sorte de politesse de convenance qui décrocha une grimace écoeurée à Nylan.

- Bonjour, je suis Hécate. J’espère que je ne dérange pas.

La médecin détailla rapidement la jeune Hécate. Elle n'avait pas l'air d'avoir un quelconque problème. Aucune blessure, pas une seule goutte de sang. Sans intérêt, en fin de compte. Malgré tout, Nylan se força à sourire à son tour. C'était un sourire qu'elle savait forcé, mais fidèle à elle-même, elle n'avait pas envie de faire davantage d'efforts. Ce n'était pas comme si elle pouvait se permettre de perdre ce qu'elle considérait comme le plus précieux des trésors : son temps. La brune allait rapidement traiter la demande de sa cadette, puis elle retournerait à des tâches plus intéressantes.

- Eh bien Hécate, que puis-je pour toi ?

Et puis, avec un immense temps de retard, elle se souvint. Il y avait une des femmes du village qu'elle avait le mérite de respecter. Quelques jours auparavant, elles avaient eu une petite conversation ensemble, et Nylan lui avait confié qu'elle ne pouvait pas toujours garder un oeil sur sa progéniture, et qu'elle avait beau aimer ses deux enfants, ils étaient parfois plus lourds qu'un homme qui s'essaie à la drague pour la première fois. Alors, la femme lui avait parlé de sa propre fille, qui s'entendait bien avec les enfants, et qui pourrait de temps à autres venir s'occuper des siens. L'expression sur son visage changea brusquement. Elle se radoucit, et lui tendit une main pour la serrer.

- Oh, tu viens pour les enfants, n'est-ce pas ? Enchantée, Hécate. Viens, je t'en prie, entre.

Nylan laissa la jeune fille entrer dans la maison. Les enfants courraient toujours dans toute la pièce, sans se soucier du sang qui jonchait une partie du sol. La médecin invita Hécate à s'asseoir à la table à laquelle elle travaillait, juste en face d'elle et de sa patiente. Puis, sans davantage lui accorder d'importance, elle se rassit, reprit son aiguille, et poursuivit son travail avec une minutie qui dissuadait quiconque de la déranger. Elle termina en un temps record, puis après avoir coupé le fil avec ses dents, elle banda la plaie. Elle murmura quelques recommandations rapides à la femme, et la jeta dehors plus qu'elle ne la raccompagna. Alors seulement son attention se reporta sur Hécate.

- Tu es Hécate, c'est bien ça ?

Sans attendre sa réponse, elle versa ce breuvage particulier qu'elle avait toujours en stock dans une tasse, et le lui tendit. Elle s'en versa également une tasse qu'elle but cul sec. Elle se resservit, et finit enfin par se rasseoir en face de son invitée. Nylan plongea son regard océan dans celui d'Hécate, comme si elle cherchait à la sonder. Après tout, elle ne voulait pas confier Athaïl et Cyna à n'importe qui. Il était hors de question qu'elle ne s'inquiète pour eux s'ils étaient confiés à quelqu'un d'autre.

- Alors dis moi, Hécate, tu aimes les enfants, c'est ça ?

avatar
06/04/2017 Aenah / Marie 105 Mimi Elashiry Morrigan Guerrière et chasseuse 13


Sujet: Re: The innocence of children (Nylan)
Ven 14 Avr - 16:55

Nylan semblait faire partie de cette catégorie de personne qui se soucis guère du quant en dira-t-on. Du moins, c’était la première impression qu’avait la jeune femme. Elle le voyait dans son sourire, légèrement crispée. Il y avait fort à parier, qu’Hécate ne tombait sans doute pas au bon moment. Hécate sentit le regard inquisiteur du médecin sur elle comme si elle se posait des questions sur sa présence. Il était possible qu’elle ait complètement oublié que la mère d’Hécate avait proposé l’aide de sa fille. La jeune femme ouvrit la bouche, s’apprêtant à lui répondre mais elle ne lui en laissa pas le temps, se rappelant pourquoi Hécate venait la déranger et elle l’invita à entrer. « C’est ça. Enchantée. » La jeune chasseresse lui serra la main et sourit à la médecin qu’elle sentit plus avenante en comprenant la raison de sa présence.

Hécate entra dans la maison. Dans un premier temps, elle vit les enfants jouer sans se préoccuper de son arrivée. Mais ses yeux furent immédiatement accrochés par la présence de sang sur le sol et surtout par celle d’une jeune patiente. Hécate s’assit à la table et détourna les yeux, légèrement gêné par cette vision. Elle comprenait maintenant mieux l’expression de Nylan quand elle lui avait ouvert la porte. Hécate n’avait sans doute pas choisi le meilleur moment pour se présenter au médecin mais elle n’osa pas proposer de revenir plus tard car elle semblait complètement concentrée sur sa tâche et devait avoir occulté sa présence. Hécate attendit donc patiemment qu’elle ait fini son travail. Cela ne devait pas être tous les jours facile de gérer à la fois ses patients et ses enfants. Lorsque la patiente sortit de la maison, le bras bandé, alors seulement Nylan reprit la parole. « Oui. » Mais elle n’attendit pas sa réponse et prépara ce qui semblait être une boisson. Pendant qu’elle était occupée, Hécate reporta son attention sur les deux enfants présents et ne put s’empêcher de rire quand elle vit le frère et la sœur se disputer pour une raison qu’elle ignorait puis se remettre à jouer presque aussitôt. Elle prit la tasse que Nylan lui tendait et la remercia. Elle prit quelques gorgées et écouta attentivement la maman amorcer la discussion sur ses enfants. Elle était sans doute méfiante et il fallait maintenant qu’Hécate la rassure. Elle comprenait ses craintes et il était tout à fait normal qu’elle veuille en savoir plus.

« Oui, j’ai toujours aimé les enfants. J’envie leur faculté à tout occulter pour se plonger dans leur imaginaire. » Elle plongea son regard dans celui de Nylan et sourit franchement. « J’aime m’occuper d’eux, ça me permet de me couper du quotidien. Je suis essentiellement chasseuse mais si je peux dépanner quand je ne suis pas dans la jungle et m’occuper de tes deux bouts de chou, ce serait avec plaisir. » Hécate tourna la tête vers les enfants, les observant, rêveuse. Plusieurs souvenirs refirent surface. Elle se revoyait avec sa petite sœur, s’amusant à jouer à chat, à s’inventer des vies d’aventurières… Tout cela avait été balayé en quelques secondes. Hécate reprit une gorgée de sa tasse et demanda à Nylan. « Comment s’appellent-ils ? » La jeune femme remarqua que le petit garçon se trouvait près d’elle et elle se mit accroupie à côté de lui. « Ne serait-ce pas le petit homme de la maison ? Mais que dis-je, tu es déjà un grand guerrier ! » Hécate lui fit un clin d’œil et rigola. Elle n’avait pas encore d’enfant mais le jour où cela arriverait, elle espérait avoir, elle aussi, le choix du roi. Un garçon et une fille. Même si ce qui comptait le plus, c’était d’avoir des enfants en bonne santé.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: The innocence of children (Nylan)
Sam 15 Avr - 19:59

Habituellement, Nylan avait du mal à rester concentrée sur autre chose que son travail plus de quelques minutes. Son esprit ne cessait jamais de voyager et de voguer vers des terres qu'elle voulait croire inconnue, prête à être découvertes. Toujours plus loin. Pourtant, rien ne semblait habituel avec la jeune femme en face d'elle. A première vue, elle n'avait rien de particulier, rien de plus que quelqu'un d'autre. Elle pouvait même paraître particulièrement banale. Mignonne, très mignonne même, mais banale. Mais contrairement à d'autres personnes à qui elle n'accordait pas ou peu d'importance, cette fille là avait quelque chose d'intéressant. L'enjeu n'avait rien de futile ou d'inutile. La recevoir n'était pas une perte de temps, bien au contraire. Si l'entrevue portait ses fruits, elle allait pouvoir soulager Nylan d'un poids.

Avec le retour du printemps, elle avait beaucoup de travail. Elle ne savait pas très bien si les deux étaient liés, mais cela faisait presque deux semaines qu'elle n'avait pas une seule seconde à elle. Les patients défilaient à une vitesse hallucinante, avec des blessures et des maux plus ou moins graves, plus ou moins impressionnants, plus ou moins intéressants. Lorsqu'il n'y avait personne à charcuter, la médecin devait s'occuper des enfants et de la maison. Heureusement, elle n'était pas toute seule à le faire, et ils avaient partagé de façon très équitable les tâches avec le père. Mais il travaillait aussi, et cela ne suffisait pas à soulager suffisamment Nylan.

Depuis quelques temps, ses recherches étaient au ralenti, et elle commençait à réellement se sentir frustrée de ne pas pouvoir avancer davantage. Les cernes sous ses yeux devenaient impressionnantes. La nuit, c'était le seul moment qu'elle avait réellement pour elle, alors elle dormait peu. Mais ses enfants en bas âge ne la laissaient même pas tranquille toutes les nuits. Il arrivait que Cyna ou Athaïl se réveille d'un cauchemar, et vienne quémander un peu de son attention. Alors elle accumulait son retard, et avec lui, la pression et la fatigue. Heureusement pour elle, Nylan n'avait jamais eu besoin de vraiment dormir beaucoup. Quelques heures par nuit lui suffisait amplement. Mais elle commençait à sentir une certaine faiblesse en milieu de journée, et c'était inadmissible. Elle était médecin, et le plus souvent, elle s'occupait de problèmes qui pouvaient coûter la vie à ses patients. Elle n'avait pas le droit à l'erreur.

Alors c'était avec grand plaisir qu'elle accueillait quelqu'un qui serait potentiellement en mesure de la soulager et de garder ses enfants. Pas tous les jours, juste une fois de temps en temps. Cela suffisait amplement. Elle n'avait pas réellement besoin de plus pour pouvoir repartir sur de bonnes bases. Mais Nylan était exigeante. Très exigeante. Elle voulait le meilleur pour ses enfants. Elle voulait que la personne qui les garde soit quelqu'un de confiance, qui ne ferait pas de différences entre eux, et qui saurait leur donner une chance de s'épanouir. Elle souhaitait quelqu'un de réfléchit, qui sache y faire avec les enfants, qui soit capable de gérer le caractère de Cyna et le manque de caractère d'Athaïl.

- Oui, j’ai toujours aimé les enfants. J’envie leur faculté à tout occulter pour se plonger dans leur imaginaire. J’aime m’occuper d’eux, ça me permet de me couper du quotidien. Je suis essentiellement chasseuse mais si je peux dépanner quand je ne suis pas dans la jungle et m’occuper de tes deux bouts de chou, ce serait avec plaisir.

Nylan grimaça. Elle ne pouvait pas nier que les enfants avaient besoin de jouer et d'imaginer pour grandir. Elle était d'ailleurs la première à prôner la créativité et la réflexion. Mais elle n'encourageait pas les enfants à se perdre dans des mondes imaginaires. La vie n'avait rien d'un jeu. C'était un combat de tous les jours. Cyna et Ahaïl étaient encore jeunes, mais elle voulait déjà leur enseigner la réalité du monde. Il ne fallait pas se reposer sur ses rêves, mais se donner les moyens de les atteindre. C'était ça l'important. Tout occulter n'était en rien une solution

- Les grands rêveurs n'ont jamais été ceux qui survivaient le plus longtemps. Bien au contraire. J'peux t'assurer que tu rêves moins quand tu t'es fait bouffer la jambe par je ne sais quelle bestiole, parce que t'étais trop distrait pour le voir arriver.

Elle sembla réfléchir un instant, comme si elle luttait contre des souvenirs qui l'assaillaient. Elle n'avait jamais été choquée par quoi que ce soit. Comme beaucoup d'autres Kovariis, elle avait été élevée à la dure. Il y avait ceux qui étaient suffisamment forts pour avancer, et ceux qui mourraient avant d'avoir pu faire un pas. C'était la loi de la jungle, comme disait certains. Il y avait les forts d'un côté, les faibles de l'autre. Nylan refusait que ses enfants deviennent des membres de la seconde catégorie. Il n'y avait pas de doutes possibles pour elle. Elle préférait mourir plutôt que de les laisser s'enliser dans une médiocrité morbide. La brune y avait d'ailleurs beaucoup réfléchi. L'enfance avait de bons côtés, et il était évident que ni Athaïl ni Cyna n'avait encore de grosses responsabilités. L'humain avait d'ailleurs cette particularité qu'il ne pouvait pas être indépendant dès sa naissance. Mais son but à elle était de leur offrir l'indépendance et l'intégrité physique et morale. Pas de les bercer d'illusions idiotes.

- La vie n'a rien d'un jeu. C'est un cadeau extraordinaire... Un miracle d'ingéniosité, et peut-être une succession de hasard qui a fait qu'aujourd'hui, nous sommes des êtres conscients, capables de parler, de penser, de respirer, de nous régénérer en partie, et doués d'intelligence... Enfin, pour certains d'entre nous. Mais la vie, c'est aussi le temps qui passe, et l'humain qui le subit... Pauvre petit inconscient sans aucune réelle importance... Le monde évolue, mais l'humain n'est rien. Un rien qui rit... Qui pleure... Qui souffre, et... Qui meurt.

Elle avait à peine murmurer les derniers mots. Pendant qu'elle parlait, Nylan avait levé ses mains devant son visage et les fixait avec de grands yeux émerveillés. Presque des yeux d'enfants. Parfois, elle pliait ses doigts et les dépliait, comme si elle admirait toute l'ingéniosité du système complexe qui lui permettait de vivre. Les articulations, parfaites... Le sang qui circulait, qu'elle pouvait presque sentir couler dans ses veines... Les battements régulier de son coeur... Trente-six ans qu'il battait sans interruption. Et puis, tous ses organes qui fonctionnaient à merveille, et qui lui permettait de se lever, de marcher, de parler, de penser, de vivre. Une machine parfaitement réglée. Du génie.

- Comment s’appellent-ils ?

Nylan releva les yeux vers Hécate, comme si pendant quelques minutes, elle avait été complètement absente. Elle ne répondit pas immédiatement, observant avec intention l'attitude de la jeune femme. Lorsqu'Athaïl s'approcha d'elle, elle se leva de sa chaise et s'accroupit auprès de lui. Nylan initia un léger mouvement, la main posée sur la table, prête à se lever de sa chaise pour intervenir à tout instant. Une fois n'était pas coutume, Nylan n'avait pas confiance. Elle avait beaucoup de mal à gérer la présence d'étrangers aux côtés de ses enfants. Peut-être parce qu'elle savait qu'ils n'avaient pas les moyens de se défendre eux-même s'il arrivait quoi que ce soit. Elle avait particulièrement hâte qu'ils commencent à apprendre à se battre.

- Ne serait-ce pas le petit homme de la maison ? Mais que dis-je, tu es déjà un grand guerrier !

Nylan observait la scène avec attention. Elle se détendit légèrement lorsqu'Athaïl fit un bruit d'explosion avec sa bouche, comme pour montrer l'étendu de ses talents de guerrier à Hécate. Il lui montra un petit jouet qu'il avait dans la main, ce qui finit de rassurer Nylan. Si elle demeura aux aguets, elle songea que la petite n'était pas si mal que ça pour s'occuper des enfants. Elle avait l'air d'avoir un bon feeling avec Athaïl, et elle voyait dans son attitude qu'elle ne faisait pas semblant de le considérer. Le fait que ce soit un garçon ne semblait pas la déranger et c'était ce qu'elle souhaitait avant tout. Après quelques minutes, le petit garçon délaissa Hécate pour retourner jouer avec sa soeur. Alors seulement Nylan se renfonça dans sa chaise.

- Lui, il s'appelle Athaïl, finit-elle par dire. Et sa soeur, s'appelle Cyna.

Nylan voulut reprendre une gorgée de sa boisson, mais sa tasse était vide. Elle la repoussa d'un geste nerveux. Ses yeux se perdirent une nouvelle fois dans le vague, et après quelques secondes, elle se releva pour remplir à nouveau sa tasse et celle de son invitée. Elle se rassit, et ne reprit la parole que lorsqu'elle eut finit une nouvelle fois sa tasse. Elle garda les yeux baisser, fixant ses deux mains posées à plat sur la table. Il semblait y avoir une sorte de voile qui lui masquait le regard, ternissant légèrement le bleu habituellement profond de ses yeux. C'était souvent le cas lorsqu'elle se plongeait profondément dans ses pensées.

- Je vais être honnête avec toi, Hécate. Je tiens à ces enfants plus qu'à ma propre vie. S'il leur arrivait quoi que ce soit, je... (Elle fit un mouvement de la tête en pinçant les lèvres) Disons que ça ne se passerait pas bien. Ca se passerait même très mal. Pour la personne qui leur aurait fait du tort, bien entendu. Je ne veux aucune différence de traitement entre Cyna et Athaïl. Le pauvre petit a déjà suffisamment de choses à endurer...

Nylan releva les yeux brusquement, et les plongea à nouveau dans ceux d'Hécate. La femme aux yeux bleus avait retrouvé son sourire.

- Tu as des enfants, Hécate ? Je ne crois pas que tu en aies... Mais peut-être que tu as de l'expérience avec des enfants ? Un frère ? Une soeur ?

avatar
06/04/2017 Aenah / Marie 105 Mimi Elashiry Morrigan Guerrière et chasseuse 13


Sujet: Re: The innocence of children (Nylan)
Dim 2 Juil - 18:52

Hécate avait hoché la tête pendant que Nylan lui exposait sa vision des choses. La jeune femme n’avait pas encore d’enfant mais elle comprenait très bien la jeune maman qui souhaitait que ses enfants deviennent des adultes forts et capables de se défendre. Hécate avait sans doute une vision un peu trop innocente mais elle s’adapterait dans tous les cas à ce que Nylan lui demanderait. Hécate avait haussé un léger sourcil surpris en voyant Nylan regarder ses propres mains avec fascination. Elle était sans doute une médecin très douée dans son domaine mais elle ne semblait pas complètement normale.

Hécate s’était alors tournée vers les enfants et s’adressait maintenant au petit garçon. Hécate rigola lorsqu’il fit du bruit avec sa bouche puis fit mine d’être impressionné par ses talents. La jeune femme regarda le petit jouet qu’il lui tendait et l’observa avec attention. « Il est vraiment joli, tu en as de la chance ! Moi aussi j’aurais aimé avoir le même. » Elle lui sourit de nouveau avant de retourner s’asseoir en face de Nylan quand le petit garçon repartit jouer. Nylan s’adressa de nouveau à elle pour lui donner les prénoms de ses enfants. Hécate lui sourit chaleureusement. « C’est joli. » Après que la médecin ait de nouveau rempli son verre, elle prit la parole pour mettre les choses aux clairs. Hécate prit une gorgée de sa tasse avant de parler doucement. « Bien sûr. C’est normal. » Elle comprenait tout à fait Nylan et respecterait à la lettre ses instructions. Il n’était pas question qu’elle interfère dans l’éducation que Nylan avait décidé pour ses enfants. Hécate avait été élevée comme une vrai Kovarii et elle trouvait normal que les femmes soient aux pouvoirs. Athaïl n’aurait jamais la même place qu’occupaient les hommes dans les tribus qu’elle avait pu rencontrer. Ici, sur l’île, ils occupaient une place inférieure aux femmes, ce qui pouvait paraître dégradant pour les hommes non issus de l’île. Hécate ne se sentait pas spécialement supérieurs aux hommes, et le point de vue de Nylan se comprenait. Elle voulait en faire un guerrier, tout comme sa sœur.

Quand Nylan la questionna, les mains d’Hécate devinrent légèrement tremblantes. Le regard de Nylan la scrutait et guettait ses réactions. La jeune femme détourna les yeux alors que des images de sa sœur défilaient devant ses yeux. C’était au tour d’Hécate de fixer ses mains, le regard vide, alors qu’une multitude d’émotions la submergeait. Le regret, la tristesse, la honte… Et surtout la culpabilité. Ce poids qui ne quittait jamais ses épaules, qui se faisait davantage pesant certains jours et lors de moment comme celui-ci. Hécate ne comptait pas mentir mais elle prit le temps de répondre. « Non, je n’ai pas d’enfant. Mais j’avais une petite sœur. Elle est morte, il y a plusieurs années maintenant. »

Hécate releva prudemment les yeux vers Nylan, inquiète sur la suite de la conversation. Allait-elle la questionner sur ce qu’il s’était passé ? Lui renverrait-elle l’image qu’elle se faisait d’elle-même, c’est-à-dire celle d’une fille qui a tué sa sœur ? Hécate prit la décision de ne pas lui cacher la cause de la mort de sa sœur, car de toute façon, elle l’apprendrait sûrement par une autre Kovarii si elle n’était déjà pas elle-même au courant. « Nous étions enfants. Nous avons utilisé une des pirogues pour rejoindre le continent puis revenir. Tout cela en une nuit. C’était un défi lancé par d’autres enfants. Alors j’ai volé une pirogue mais ma sœur m’a suivie. Lors du trajet retour, je me suis amusée à lui faire peur en faisant bouger la pirogue. C’était juste pour rire… »

La voix d’Hécate était légèrement enrouée lors de sa dernière phrase. Chaque fois qu’elle évoque la disparition de sa sœur, elle ressent à nouveau la panique et l’horreur de cette fameuse nuit. Elle prit une profonde inspiration avant de pouvoir continuer.

« La pirogue s’est retournée. J’ai pu m’y accrocher, pas ma sœur. » Elle n’avait que onze ans au moment de l’accident mais elle comprendrait très bien si Nylan décidait de ne pas lui confier la garde de ses enfants. « Je comprendrais ta décision Nylan, quel qu’elle soit. Je sais que tu veux ce qui a de mieux pour tes enfants. »

avatar
16/05/2017 30 Carice Van Houten 21


Sujet: Re: The innocence of children (Nylan)
Lun 7 Aoû - 15:29

Nylan devait l'avouer, Hécate lui plaisait bien. Elle avait une façon plus que satisfaisante d'appréhender ses enfants, et le premier contact semblait bien passer. Avec une attention peu ordinaire venant d'elle, la médecin observait les moindres faits et gestes de la jeune femme, comme pour y déceler une faille, ou un manque de sincérité. Mais elle ne voyait rien de cela. Hécate ne faisait pas semblant de bien se comporter avec ses enfants, et même si Nylan était particulièrement mauvaise pour être attentive aux autres, elle sentait qu'il n'y avait aucune mauvaise intention chez la jeune femme. Son instinct maternel lui soufflait qu'elle pouvait sans difficulté se fier à elle.

La médecin se montra particulièrement attentive lorsqu'Hécate évoqua le passé. Elle notait une véritable souffrance chez elle, qu'elle trouvait fascinante. Rien à voir avec une quelconque souffrance physique, mais une cicatrice profonde qu'elle n'avait pas su guérir, même avec le temps. Nylan n'était pas douée pour réconforter les autres. C'était même peut-être ce qu'elle faisait de moins bien, avec l'écoute. Elle n'était pas du genre à s'attacher suffisamment pour souffrir d'une perte, même si la perte d'un de ses enfants était une idée qui lui était insupportable. Elle imaginait que c'était de cela que se rapprochait le plus ce que pouvait ressentir Hécate, mais ça n'était, là encore, que de simples suppositions.

- Mmh, oui, je vois. Eh bien, je suppose que nous avons tous été enfant un jour ou l'autre.

Il n'y avait pas la moindre trace d'empathie dans sa voix - ça aussi, c'était quelque chose qu'elle ne savait pas vraiment faire. Un sourire éclaira son visage. Elle n'avait pas même conscience que son comportement pouvait être fortement inapproprié. Une personne normale aurait sans doute été désolée, ou compatissante. Mais pas Nylan. Ce que Nylan voyait, c'était qu'Hécate était quelqu'un d'humain, qui saurait s'occuper de ses enfants et leur donner l'attention dont ils avaient besoin. Dans son esprit, le passé appartenait au passé, et s'y accrocher n'était qu'une perte de temps aussi inutile que futile.

Nylan se frotta les mains un instant, sans que son sourire ne s'efface. L'idée d'avoir une babysitter pour garder ses enfants de temps en temps lui semblait de plus en plus incroyable, et ouvrait de nouvelles possibilités à ses yeux. Elle allait avoir davantage de temps pour ses recherches et son travail, sans forcément devoir garder un oeil sur les petits - qui étaient de véritables moulins à bêtises. Athaïl était relativement sage, mais Cyna pouvait être un véritable petit démon, et n'avait aucune honte à entraîner son petit frère dans ses aventures, aussi incroyables que dangereuses. Hécate avait l'air de bien s'y connaître en bêtise, alors elle ferait parfaitement l'affaire. Elle avait hâte de pouvoir raconter ça à Seren. Il serait ravi ! Nylan fit claquer ses mains contre ses cuisses, comme pour montrer sa satisfaction, et se leva.

- Bien, quand est-ce que tu peux commencer ?

Nylan n'attendit pas vraiment de réponse à sa question, et se mit en mouvement. Prise d'une brusque envie de ranger la pièce, elle commença à rassembler le bazar qui trônait sur la table et un peu partout autour. Nylan agissait beaucoup par spasmes. Il y avait des choses qu'elle devait faire tout de suite, dans l'immédiat, comme si sa vie en dépendait. Actuellement, elle ressentait le besoin de ranger, et elle n'avait pas la présence d'esprit d'essayer de lutter contre ses envies, aussi étranges et inappropriées soient-elles. Après tout, elle était chez elle. Elle faisait bien ce qu'elle voulait, et personne ne pouvait rien dire à cela.

- Oh et, fais attention, Cyna a tendance à avoir une imagination débordante lorsqu'il s'agit de trouver des bêtises à faire. Et en plus de ça, elle entraîne son frère dans ses formidables aventures. Tu sais comment sont les enfants, ils ne voient pas le danger... Ah oui, tu sais.

Nylan fronça les sourcils comme si elle réfléchissait à ce qu'elle venait de dire. Après quelques secondes, elle haussa les épaules et se remit en mouvement. Elle avait déjà oublié de quoi il était question, perdue dans ses pensées. Il n'y avait aucune méchanceté et aucune mauvaise intention dans ses paroles. C'était seulement comme ça qu'elle était, Nylan. Les gens pouvaient se vexer lorsqu'ils ne la connaissaient pas, et puis s'ils apprenaient à savoir qui elle était, ils lui pardonnaient son inconstance et son inconscience.

- Oh, et bien sûr, si tu peux éviter les pirogues et l'eau en général... Cyna, prête le jouet à ton frère. Allez ! Cyna ! Athaïl, non... Cyna !

La femme s'approcha de ses enfants, les mains pleines d'objets qu'elle n'avait pas pris le temps de poser. Elle soupira, hésita un instant, comme si elle avait trop de choses à gérer et qu'elle ignorait dans quel ordre elle devait le faire. Poser les objets, s'occuper des enfants, s'occuper des enfants avec les objets dans les mains, jeter les objets, jeter les enfants ? Par tous les saints, pas les enfants, non ! Cyna n'écoutait pas, Athaïl commençait à s'impatienter, les deux petits monstres courraient dans tous les sens, et la maman se sentait débordée, incapable de hiérarchiser ses pensées avec efficacité. Nylan lança un regard à Hécate et lui sourit.

- Est-ce que tu pourrais t'occuper d'eux pendant que je termine de ranger ça, s'il te plait ?

Sa voix était douce et la panique ou l'impuissance qu'elle pouvait ressentir ne transparaissait pas du tout, comme si elle était détachée de ses propres émotions. C'était ainsi que Nylan fonctionnait.

avatar
06/04/2017 Aenah / Marie 105 Mimi Elashiry Morrigan Guerrière et chasseuse 13


Sujet: Re: The innocence of children (Nylan)
Dim 1 Oct - 15:37

Hécate ne savait pas du tout à quoi s’attendre lorsqu’elle a révélé son passé à Nylan. Peut-être à de la compassion, à de la méfiance par rapport à ses enfants… Rien de tout cela ne s’afficha sur le visage du médecin. Elle n’était pas désolée pour ce qui lui était arrivé et elle n’avait pas non plus pitié. Cela changeait Hécate des réactions habituelles qu’elle provoquait autour d’elle en temps normal. Le sourire qu’afficha Nylan la décontenança un peu mais Hécate ne fit aucun commentaire. Elle avait remarqué qu’elle était différente des autres Kovarii. Etait-ce son métier qui l’avait détaché ainsi des émotions humaines ? Ou bien était-ce grâce à ce détachement qu’elle avait décidé de devenir médecin ?

Pourtant Hécate n’était pas blessée par le comportement de Nylan et elle ne supportait pas qu’on la prenne en pitié. Et puis elle n’était pas là pour raconter sa vie et ses problèmes. Elle était venue uniquement pour rendre service et elle aimait se rendre utile. Quand Nylan se leva, Hécate fit de même et sourit à la question du médecin. Elle n’avait rien de prévu pour la journée, elle n’irait chasser que le lendemain. « Je peux commencer dès maintenant si tu le souhaites. » Son interlocutrice se mit à ranger sa maison, débarrassant la table et Hécate hésita à proposer son aide. Elle était à peu près sûre que son aide ne serait pas forcément requise car elle avait sûrement une idée précise où chaque chose devait être rangée. Et il y avait fort à parier que leur place revêtait une importance primordiale, au vue des petits tics qu’elle avait découverts chez Nylan. Elle était étrange par moment, mais Hécate l’aimait bien. Elle appréciait sa franchise et la confiance qu’elle plaçait en elle. Cela changeait des autres membres de la tribu qui fronçait les sourcils chaque fois qu’elle jouait avec d’autres enfants. Comme si le fait de perdre sa sœur quand elle était enfant, l’avait rendu incapable de s’en occuper. Elle était certes l’ainé mais elle n’était encore qu’une enfant.

Hécate hochait la tête au fur et à mesure des recommandations de la mère et ne put s’empêcher de se raidir face à la dernière remarque. Elle était définitivement très franche et prendre les gens avec des pincettes n’étaient vraiment pas sa marque de fabrique. La jeune femme tenta de faire bonne figure et cacha le trouble que cela provoquait en elle. Sa sensibilité se trouvait exacerbée chaque fois que l’on évoquait ainsi son accident. Il y avait d’ailleurs fort à parier que sa sœur revienne l’a hanté dans ses prochains rêves. C’était le cas chaque fois que ce fameux jour était évoqué. Et comme si elle le jugeait nécessaire, Nylan rajouta une couche avec les pirogues. A croire qu’elle n’avait pas du tout conscience de l’effet que cela produisait chez Hécate, ce qui était sans doute le cas.

Ce n’est que lorsque Nylan l’interpella pour s’occuper des enfants qu’elle sortit de la torpeur dans laquelle elle avait été plongé. « Oui bien sûr. » Elle se dirigea vers les enfants et s’accroupit près d’eux. « Athaïl et Cyna, ça vous dirait de jouer un jeu ? » Hécate fit un sourire chaleureux aux enfants de Nylan. Elle avait bien sa petite idée pour canaliser les deux petits monstres. « Vous connaissez Un, deux, trois, soleil ? » Elle comptait mettre Cyna à compter, ce qui lui permettrait de garder un œil sur les deux garnements.
 

The innocence of children (Nylan)

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: no one came back :: Au-delà de l'horizon :: La jangal :: Village des Kovariis-