Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Intrigue n°17: Graver l'histoire en lettres de sang
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : Précédent  1, 2

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Intrigue n°17: Graver l'histoire en lettres de sang
Mar 9 Mai 2017 - 23:18

intervention de l'assassin


L'ombre guette, sans relâche, disparaît un instant aux yeux des attentifs pour réapparaître l'instant d'après en haut du toit. Là, surplombant la foule, dominant la terrasse de laquelle le Roi s'adresse à son peuple, l'encapuchonné frémit. Un geste léger, prodigué vers sa taille, un éclat luisant au soleil, brillant sous les rayons ardent. Le signal de départ d'une guerre grouillante, tapie là depuis toujours sous les yeux même du Monarque. Une colère grandissante, empoisonnant bien des cœurs, envenimant les mœurs. Une monarchie qui prendrait fin ici. Maintenant. « jus drein, jus daun. » Un murmure inaudible, une promesse silencieuse. Et l'ombre tombe, sous les regards ébahis, les hoquets de surprise communiant ce soubresaut du peuple. La silhouette tombe droit sur le Monarque, alors que les premiers éclats de tempête commencent. Des explosions se font entendre, et c'est un sourire satisfait qui écorche les babines vengeresses lorsque l'assassin fracasse l'homme à l'égo démesuré. La lame d'acier se plante dans la chair bouillonnante alors que le regard apeuré vrille les prunelles de l'agresseur, couleur vipère, les mains instinctivement portées à son abdomen. Qui est-il?


NB: Plus il y aura de posts, et plus l'Assassin fera d'interventions, vous donnant ainsi des indices sur son identité Alors: à vos plumes! 


avatar
09/08/2016 Chiimaira / Adrien 257 chris john millington ava: champagne mami; sign: myself Timonier du Revenge 104
Chroniqueur d’Écumeuses Aventures


Sujet: Re: Intrigue n°17: Graver l'histoire en lettres de sang
Mer 10 Mai 2017 - 17:56

Dans cette mêlée drôlesque, qui tenait plus du marathon de l’horreur que de la glorieuse bataille, je me faufilais avec l’aisance du crapaud sur la terre ferme. Courir sur un pont lustré d’écume en pleine tempête, faire face aux mouvements chaloupés du navire et grimper dans les cordages, je savais y faire ; mais alors remonter un courant de zouaves dépenaillés et brailleurs, ça…
Bref. En remontant vers l’épicentre de l’incident, je captais en biais la jeune femme que j’avais plus ou moins abordé plus tôt, celle qui accompagnait la gourgandine affublée du grand rustre. (Scylla) Nos regards se croisèrent un instant, et vu qu’on était tous deux orientés pareil, je comprenais qu’elle prenait la même direction que moi. « Hé ! Sauves-toi, ça à l’air de barder pas mal là-bas ! » J’accompagnais le conseil d’un coup de menton vers le balcon royal. Je me figurais qu’une frêle poupée comme elle allait aux devants d’un danger bien trop grand, et qu’il serait dommage qu’un si joli minois se brise l’échine par excès de curiosité; mais au fond, démuni de toute arme, j’avais pas vraiment de quoi fanfaronner non plus. Si jamais je croisais le moindre garde un peu trop zélé envers les étrangers… Brr. Mieux valait ne pas y penser. Je redoublais d’effort pour avancer, et de fait, dans la masse grouillante de la plèbe effrayée, je perdais la jeune femme de vue.

Quelques coudées plus tard, alors qu’il me semblait enfin avoir trouvé mon rythme dans cette nage à contre-courant, on m’interpellait sur la gauche. Je pivotais ma tête à quatre-vingt dix degrés pour tomber nez à nez avec une donzelle à la chevelure de feu. (Astrid) Je clignais des yeux. Y’avait que les femmes pour se montrer courageuses dans ce pays de malheur ? J’haussais les épaules tant pour répondre à mes interrogations muettes qu’à la sienne. Ne sachant pas à quelle faction se rattachait la nouvelle venue, mieux valait ne pas se prononcer sur mes intentions. Et puis, en vrai, j’étais juste sacrément curieux. Je la jouais franc-jeu. J’agitais ma main tatouée sous son nez. « J’veux juste savoir ce qu’il se passe, et par la même occasion rester vivant. Donc si t’as une lame à me proposer, c’est pas de refus. Et toi ? Je peux aider.» Je souriais vaguement, car tentant tant bien que mal de ne pas être emporté par les autres et de rester debout dans le raz de marée de bras et de jambes affolées. « Faut pas trainer. Viens ! » Je reprenais mon avancée en espérant qu’elle me suive, mais surtout qu’elle m’offre de quoi me défendre. J’avançais de plus belle, et je finissais par atteindre les contrebas du balcon. D’ici, l’odeur de brûlé était si intense qu’elle me piquait les naseaux. Je trémoussais le bout de mon pif pour chasser la gêne occasionnée, et j’avisais les flammes qui léchaient la pierre du palais en plissant les yeux, la vue brouillée par la fumée noire qui s’en échappait. Fort heureusement, c’était un feu de paille. A moins qu’il n’y ait d’autres explosions, le feu manquerait bientôt de combustible. A part si… Je levais le regard vers les drapeaux et tissus dont était affublé le balcon, et j’espérais que cela ne se propage pas si haut. Que les gardes fassent leur boulot, merde. Et l’assassin ? A part les bordures d’une ombre encapuchonnée, j’y voyais pas grand chose. Je portais ma main en visière pour mieux y voir.

Spoiler:
 

avatar
01/02/2017 Pivette 124 Deepika Padukone ava : Pivette / sign : Grey Wind Gérante d'un bordel / Oratrice & Gestionnaire 31


Sujet: Re: Intrigue n°17: Graver l'histoire en lettres de sang
Jeu 11 Mai 2017 - 12:08


Intrigue N°17
Graver l'Histoire en lettres de sang

Elle le connait le sorcier. Elle sait que cette agitation n’est pas pour lui plaire, lui qui aime avoir le contrôle des éléments, lui qui se sent en sûreté lorsqu’il est maître de son environnement. Autour d’eux c’est l’agitation, un début de chaos qui commence à régner, entre les cris, les questions qui fusent sur toutes les lèvres, les bousculades de ceux qui veulent fuir l’endroit avec ceux qui au contraire veulent aller voir le cœur de l’action. Les questions surgissent aussi de la bouche de Cassian. Il s’inquiète pour sa fratrie, peut-être aurait-elle du commencer par lui dire quand elle les avait vu la dernière fois avant même de le saluer. "Scylla était bien avec moi, mais tu es bien placé pour le savoir, tu la connais elle est bornée et n’écoute que ses instincts ! Quant à ton frère je l’ai croisé à mon arrivée, je crois l’avoir vu parler avec Astrid."

Elle repense un instant aux paroles de Noah tout à l’heure, malgré elle, elle aussi s’inquiète un peu. Il faut dire que la fratrie Saada tient une place à part dans le cœur de Nashi. Ils représentent pour elle ce que certains pourraient sans doute qualifier d’amis les plus proches, il y a peu de personne pour qui elle se fait du mauvais sang, mais ces trois-là en font partie. Esquissant un mince sourire du coin des lèvres, elle reconnaît bien le sorcier à ses paroles lorsqu’il parle d’erreur en mentionnant le fait d’être sorti de chez lui aujourd’hui. Il se rapproche et la question qui est sur toutes les lèvres se pose sur les siennes également lorsqu’il lui demande si le Roi est bien mort, si elle a vu quelque chose. Secouant doucement la tête de manière négative elle doit se résoudre à dire la vérité, à quoi bon lui mentir, à lui qui la démasquerait dans la seconde sans doute. "Je bavardais avec ta soeur et j’écoutais un peu ce qui se disait autour de moi, je n’avais pas les yeux rivés sur le balcon…" Elle fouillait dans sa mémoire pour essayer de savoir si même du coin de l’œil elle aurait pu voir quelque chose mais à nouveau elle devait répondre par la négative. J’ai entendu des cris et j’ai tourné le visage trop tard pour apercevoir quoi que ce soit, on parle d’une ombre qui a fondu sur lui, je n’ai rien vu malheureusement … quant à savoir s’il respire encore … je n’en sais pas plus que toi…

L’envie de regagner ses quartiers, escortée de son garde était plus que tentante, se retrouver auprès de sa fille, apporter la nouvelle à son époux. Mais justement, il lui poserait des questions. Des interrogations auxquelles elle n’avait pour le moment aucune réponses, elle ne pouvait pas rentrer tout de suite, pas avant d’en avoir appris d’avantage. Rumeurs ou faits avérés, il fallait qu’elle ait quelque chose à lui raconter à son retour. Se tournant vers le sorcier, elle hésita un instant avant de poser sa question. "Je vais aller voir de plus près ce qui peut se dire, est-ce que tu m’accompagnes ?"


Spoiler:
 


© Pivette

avatar
11/11/2016 Appletini/Maude 123 Bridget Satterlee BALACLAVA Mercenaire ; botanique & combat 0


Sujet: Re: Intrigue n°17: Graver l'histoire en lettres de sang
Jeu 11 Mai 2017 - 19:30

graver l'histoire en lettres
de sang
Tribut Rahjak

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Tu avais quitté Avinashi avec un sourire aux lèvres en lui certifiant que tout irait bien. Malheureusement pour elle, tu étais parti rapidement sans lui promettre de ne pas te fourrer dans une situation dangereuse ... Tu ne pouvais pas lui promettre ça. Tu t'étais rapidement retrouvé au milieu d'une foule hystérique refusant de sortir ton arme, de peur de blesser un inconnu, mais tu la gardais à porter de main. Tu t'étais rapproché le plus possible de l'explosion, sans pouvoir approcher autant que tu l'aurais souhaité, en partie à cause de la foule toujours bien trop nombreuse et tu t'étais retrouvé non loin de l'étranger (Ciaphas) qui t'avait aussi repéré. Ce dernier, sans te connaître t'avait suggéré de fuir ... Et tu avais presque eu envie de rire. « C'est parce que ça barde que je me dirige dans cette direction. » Tu lui avais offert un charmant sourire avant de poursuivre ton chemin, l'abandonnant dans la foule. C'était plutôt à lui de fuir, non ? Sa présence ici, lui, un étranger, pourrait facilement être mal interprété par les gardes, entre autres.

Bien vite, alors que tu cherchais une issue à ce merdier, Noah t'étais tombé dessus. Merde. « J'ai l'air d'aller mal ? » Tu ne peux pas t'empêcher de lui répondre brusquement, surtout qu'il tombe plutôt mal, en fait ... T'avais pas besoin de l'avoir sur le dos. Il y avait des choses plus importantes à gérer en ce moment. « Que je dégage d'ici ? » Tu fronces les sourcils avant de simplement hausser les épaules ... Il peut bien dire ce qu'il veut, tu ne bougeras pas d'ici. Alors que tu t'apprêtes à lui tourner le dos et partir dans une autre direction, il te fourre une arme dans les mains que tu regardes un moment avant de la balancer un peu plus loin. Tu n'as pas besoin d'une arme supplémentaire. Tu jettes un coup d'oeil à ton aîné, qui semble chercher un passage secret pour éviter la foule. Tu regardes aux alentours et tu repères une allée, non loin, qui mène à un passage que tu connais bien. Tu lui attrapes le bras et tente de l'amener avec toi, mais tu te butes à un mur. Il veut pas bouger. « Tu te débarrasseras pas aussi facilement de moi. Allez suis-moi, y'a un passage pas loin. » Non, même s'il t'a suggérer plus tôt de fuir, tu n'en a pas du tout l'intention et ... tant qu'à être là, autant l'aider. De toute manière, même si la foule n'est plus aussi dense, il s'avère encore difficile de circuler et mieux vaut quitter un moment cette agitation.

Spoiler:
 
Made by Neon Demon


Dernière édition par Scylla Saada le Mer 17 Mai 2017 - 14:48, édité 2 fois

Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains 1210 Rose Leslie ava lux ♥ ; sign by ALAS Mercenaire et voleuse 82
Admin


Sujet: Re: Intrigue n°17: Graver l'histoire en lettres de sang
Mer 17 Mai 2017 - 10:21

» Graver l'histoire en lettres de sang
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Tout ceci est d’une bêtise sans nom. C’est aussi simple que ça. Astrid n’a absolument pas envie de se prendre la tête et en même temps, elle réalise que cette histoire ne tourne plus rond. Astrid n’est pas venue ici dans le but de faire face à un pugilat. Pourtant, c’est vrai, elle ne s’attendait pas à ce que ça se passe très bien. Il n’y a que des débiles ici et sur le trône, d’autres débiles. Mais c’est un point de vu dont on ne peut pas parler à voix haute, elle le sait, bien sûr. La trahison semble si facile et stupide. Ridicule et pathétique. Et en deux trois minutes, on finit aux mines de sel si on n’a pas été tué avant. Non, ça ne l’intéresse absolument pas, merci. En tout cas, elle n’aurait pas pu imaginer que le roi se ferait tuer. Parce que c’est ce qui est arrivé non ? Au milieu du bordel, coincée au milieu du bruit incessant, elle ne sait pas trop à quoi elle a fait face et, surtout, elle n’a pas particulièrement envie d’y réfléchir. C’est compliqué, si on peut le dire comme ça. Elle ne voit pas, en tout cas. Trop de bruit, trop de mouvement. Elle n’a pas envie de réfléchir plus que de raison. Tout ceci ne rime à rien, en tout cas. Et l’arme qu’elle a proposé à l’homme à son côté, elle va de soi. Ca peut sembler fou mais est-ce qu’on peut vraiment lui en vouloir pour si peu ? La rousse ne se voit pas se battre seule. Elle ne se voit pas non plus courir pour protéger la famille royale, elle s’en fout, de tout ce qui pourrait bien leurs arriver, d’ailleurs. Mais bordel, elle ne risque pas de perdre la vie juste comme ça, aussi gratuitement. Hors de question. « Moi je veux juste pas crever, c’est déjà bien ». Un lourd soupir s’échappe de ses lèvres alors qu’elle attache ses cheveux. Faudrait pas qu’une mèche lui bloque la vue ou la fasse tuer. Ainsi, elle sort une lame et la lui tend. Elle en a deux, initialement attachées à ses cuisses, ça devrait aller. En cas où, elle a toujours son fouet. Bien sûr, elle n’ a pas pris son arc, et elle le regrette, maintenant. « On va se frayer un chemin et voir de quoi il s’agit. Si on fait une bonne action, on sera peut-être récompensé ? ». Elle hausse les épaules, en vrai, elle s’en moque pas mal d’une récompense. Là, c’est con, c’est une curiosité sans doute mal placée qui la fait parler. Au vu du contexte, est-ce qu’on peut vraiment lui en vouloir ?

Spoiler:
 


notes » w/ les Oranges, au palais, le 9 avril 2117.

Admin
avatar
28/05/2014 Partout et nulle part 1694 Nobody 155
Admin


Sujet: Re: Intrigue n°17: Graver l'histoire en lettres de sang
Sam 1 Juil 2017 - 23:15

Graver l'histoire...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


...en lettres de sang


Alors que le Roi est à terre, l'assassin lève de nouveau sa lame, prêt à porter le coup fatal. Mais un mot s'échappe, sifflant aux oreilles du souverain alors que les iris d'un vert venimeux le fixent avec toujours autant d'animosité. « Meurtrier! » crache l'assassin, jurant entre ses dents alors que le poing se resserre. Meurtrier. Le bras s'abaisse avec vivacité, frappant l'homme au torse, à la place du cœur. Le dernier souffle. Pourtant, aucune douleur. Le Roi rouvre les yeux, et se trouve confronté à la dite lame, fichée à quelques millimètres de sa poitrine seulement. Le bras assassin est retenu par un garde, et deux autres finissent de se saisir de la silhouette masquée. Au dessous, les explosions ont terminé d'étendre leurs langues enflammées, les cris commençant à peine à s'atténuer. Quelques regards courageux demeurent inquiets ou bien envieux, braqués sur la terrasse où finalement le Roi se relève, non sans douleur.

Les rescapés, restés pour voir ou aider, retiennent dès lors leur souffle. Le Roi l'ordonne: « Découvrez son visage!! » Et les gardes s'exécutent, révélant sous le capuchon une longue chevelure en pagaille, aussi blonde que l'or qui éclabousse les murs du Palais. Shelliaj'aa Sarkhej. Et soudain le Roi saisit l'accusation. Meurtrier de son propre frère et de sa nouvelle femme, mère de cette fille qu'il a dû adopter pour son plus grand dam. Meurtrier de son propre chef des gardes, envoyé pour les tuer, lorsqu'il eût récemment des soupçons sur celui-ci. Pourtant, cela aurait pu être n'importe qui. Arkhip avait tant prononcé l'ordre fatal qu'il sentait ses mains rougies par le sang versé. Son regard pourtant, n'eût aucun remords, aucune pitié. Et sa langue claqua dans son palais alors qu'il rugit, la bouche tintée du goût du sang: « Je veux voir sa tête sur une pique! TUEZ-LA! TUEZ-LES TOUS!! » s'époumone-t-il, pointant du doigt la foule éparse restée en contrebas. Toussotement ; il crache le liquide âcre et rougeoyant, titubant. D'autres viennent l'aider à regagner sa demeure, prison d'or et de mensonges.

A la citadelle, plus un son ne se fait entendre alors que des nuages de fumée ternissent le ciel de leur souffle impur. Le regard empli de défi, la traîtresse ne dit rien, posant simplement son regard sur ceux dont elle s'est finalement trouvée l'acolyte, rebelles à la royauté. Un dernier regard s'accroche sur une silhouette, reconnaissant là le regard du jeune sorcier. Les gardes la maintenant en place, empoignant sa chevelure, sa propre lame vient alors effleurer sa gorge, comble de l'ironie. Stoïque, elle tremble légèrement, sans bien discerner peur de colère. Et seul un bras se lève, poing levé. Symbole de la révolution à venir, dont elle n'est que la missive. Symbole d'un renouveau, d'un espoir donné par tous ceux ayant agi dans l'ombre, pas prêts de céder la cause pour laquelle ils se battent. Le symbole d'une nouvelle ère, aussi terrible et angoissante, qu'enivrante. La lame égorge la peau claire, faisant gicler le sang, et le corps s'affaisse, sans vie. Le début d'une guerre entre le Pouvoir, et ses opprimés. Et tous frissonnent à cette idée, sachant pertinemment que peu importe le camp qu'ils choisiront ; leurs vies à tous, se verront violemment chamboulées.



Fin de l'intrigue


• Le Roi se retire, gravement blessé mais pas mort pour autant. L'assassin elle est égorgée, sa tête ornant désormais une pique aux portes de la Cité.

• Quant aux explosions, des soupçons pèsent sur tous, les regards apeurés allant jusqu'à accuser leur propre voisin, sans jamais arriver à une certitude. Une chose est sûre: la Cité risque de voir ses règles durcies tant que les coupables ne seront pas arrêtés. Drastiquement.

La suite au prochain épisode...

En ligne

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Intrigue n°17: Graver l'histoire en lettres de sang

 

Intrigue n°17: Graver l'histoire en lettres de sang

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» ILONA ☩En lettres de Sang...
» CLARA ☩ En lettres de sang...
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-