Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Unchain Utopia |Varghause|
maybe life should be about more than just surviving


Modo
avatar
02/03/2017 Thinkky/Angel 158 Zoe Saldana avengedinchains (ava), Astra (signa), Psychadelya & Angie & hennaed (icones) Conseillère chamane ~ Gardienne du savoir/Oratrice & diplomate 130
Modo


Sujet: Unchain Utopia |Varghause|
Dim 2 Avr - 1:44

Silence total et regard porté sur le plafond de sa maisonnette. Le froid avait enveloppé l'extérieur, déposant une couche de glace sur l'herbe et les arbres de la forêt. Pourtant, Rowena n'était pas réellement inquiète. Les hivers avaient toujours été rudes, d'autant plus ces dernières années, comme si la terre reprenait définitivement son cycle naturel. Finalement, la chamane préférait cela à tout ce qu'elle avait pu imaginer, toutes les rumeurs qui avaient couru sur la destruction de leur lieu de vie un peu moins d'une centaine d'années auparavant. Le froid n'était qu'un faible prix à payer comparé à tout cela. Maintenant, les Hommes pouvaient vivre à l'air libre, profiter de la Nature qui avait repris ses droits sur le monde. Maintenant, il n'y aurait plus ce genre de guerres. De toute façon, les armes nucléaires aussi puissantes avaient disparu, il n'y avait aucun danger que les tribus s'en balancent sur la tête comme leurs ancêtres. Après, il fallait espérer que personne ne retrouve une des... Formules, un des plans permettant de construire une telle horreur. Enfin, il fallait que la conseillère respire et se détende. Aucune prémonition n'avait été à plaindre, les astres semblaient être plutôt en leur faveur,  il fallait qu'elle se calme. Tout irait bien. Tout irait forcément bien, malgré les prédictions de Yuma quelques décennies auparavant, toujours transmises et consignées.

La nuit touchait à sa fin alors que Rowena préparait son infusion. Une longue journée l'attendait, et il fallait qu'elle se prépare. Il y avait les plantations à récolter, celles qui tenaient durant l'hiver, les entrepôts à aller voir, vérifier qu'ils auraient de quoi tenir, à contrario, lancer une chasse sous peu. La chamane tenait à être présente pour ce genre de tâches, s'impliquer dans la vie de la tribu autrement qu'au travers de ses activités de conseillère et chamane. Certains diraient qu'elle devait avoir assez à faire avec le reste. Et c'était certainement vrai en période fragile, en période de guerre. Mais en ce moment, c'était le calme plat. Les traités de paix signés des années auparavant portaient leurs fruits et mis à part quelques tensions avec les Rahjaks, tout à fait normales au vu de leur passif en commun, tout allait plutôt bien. Finalement, avec Harlan et Caleb, la femme se contentait plutôt de gérer la vie au quotidien au sein du village. Eviter les conflits au maximum, user de ses mots pour ramener le calme lorsque la situation l'exigeait. Et en y repensait, en un peu plus de sept ans, elle avait quand même eu quelques soucis importants à régler. Enfin, aujourd'hui, tout était terminé. Et elle était certaine que rien ne viendrait perturber sa journée.

Le soleil se leva, brilla d'une lumière douce au travers des branchages, sans pour autant parvenir à réchauffer l'atmosphère. L'hiver... Une veste fut posée sur ses épaules, des gants furent enfilés. Un moyen de se protéger comme un autre des températures glaciales. A la sortie de la maisonnette, ses yeux se portèrent sur l'arbre de vie. Arbre que la tribu considérait comme sacré, et elle peut-être encore plus puisqu'elle se devait d'observer les moindres changements, et surtout de les interpréter correctement. Après une seconde d'hésitation, elle y grimpa, fit le tour des branches, passant sur les ponts branlants, se promettant de remédier à leur dangerosité un jour. Le tour fut plus long que prévu, Rowena s'étant arrêtée sur la plus haute branche pour observer le ciel en cette journée étrangement dégagée. Etait-ce un mauvais présage ? Ou, au contraire, un excellent ? Une question qui restait dans le fond de son esprit alors qu'elle entreprit de retrouver la terre sous ses pieds. Descente rapide, maîtrisée par des années d'expérience. Rowena ne faisait même plus attention à où elle posait ses pieds. C'était devenu naturel. Trop naturel.

Les mots, les rumeurs, les murmures autour d'elle. Quelque chose n'allait pas, et elle le ressentit sans le moindre souci. Son corps suivit les regards, les paroles. Quelques minutes pour croiser un visage qu'elle connaissait réellement. Une druidesse, Varghause. Sa main se posa sur l'épaule de la femme, calme, ferme, alors que sa voix douce s'élevait :

"Sais-tu ce qui se passe par ici ?"

avatar
30/07/2016 Nexus 1173 Katie Mcgrath Nexus Druidesse 178
La Ciguë Noire


Sujet: Re: Unchain Utopia |Varghause|
Dim 9 Avr - 19:27

C'était le froid, la rigidité, qu'il l'avait éveillé.
L'enfant était mort dans son sommeil après de longues semaines de maladie.C'était les hurlements de sa mère, a glacé de sang, qui avait réveillé une partie des voisins. Il avait fallu batailler durement pour la séparer du cadavre qu'elle tenait entre les bras, déambulant comme une démente dans la nuit à sangloter sans savoir où aller. Ils avaient bien tenté de la réconforter, mais que dire à une mère qui venait de perdre sa seule progéniture ? La vie ici était encouragée, célébrée... Alors quand la mort frappait bien qu'elle était synonyme de renouveau, il y avait toujours ce froid à travers les rangs. Et l'on avait rarement les mots pour combattre cela.

Varghause n'avait pas écouté le moindre mot de tout ce qu'on avait pu lui rabâcher, elle avait ignoré les paroles d'encouragement, les mots qui se voulaient réconfortants. Cette nuit, un part d'elle était morte avec Jalan. Et elle était resté là, assise sur le bois d'un banc collé à la façade de sa petite maison bancale... Elle avait attendu, regard dans le vide, vêtu d'une simple chemise de nuit. Quand avait-elle cessé de pleurer ? Sans doute lorsque les premières lueurs du jour avaient commencé à percer à travers la cime de l'arbre de vie... De vie. Un frisson barbare lui remonte l'échine alors que ses yeux vert d'eau glissent le long de ce tronc colossal. Elle y mettrait bien le feu, là, maintenant... Elle flamberait cet arbre au nom maudit et laisserait brûler volontiers tous ces idiots qui le vénèrent lui et la soi-disant vie plus précieuse que tout.

Sais-tu ce qui se passe par ici ?

Une main qui se pose sur son épaule arrache Varghause à sa contemplation. La silhouette gracile de Rowena se pose à ses côtés. La femme à la peau sombre se questionne, elle ne comprend pas les regards qu'on leur jette, les murmures inquiets. Elle ne sait pas, la chamane. Elle ne sait rien... Une boule se forme dans l'estomac de la druidesse alors que la voix suave, mielleuse et douce de son amie souffle à son oreille pour savoir ce qui est à l'origine de tout ce chamboulement. Elle ne veut pas répondre, cela fait trop mal que d’admettre son échec. Pourtant, c'est d'une voix brisée, dans un murmure sordide que Varghause répond à la question.

« J'ai tué mon fils. »

C'est faux. C'est vrai. Faux... ? Vrai... Une part d'elle aimerait ne pas croire à cette affirmation pourtant, elle a bel et bien échoué et cela à entraîné la mort de l'être qui comptait le plus à ses yeux. Les lèvres charnues de la naori tremblent, son visage se baisse, camouflé par l'imposante tignasse fait de boucles d'ébène qui entoure son faciès comme un sombre rideau.

« Je me suis endormis... Je n'aurais pas dû m'endormir... Il était dans mes bras et... »

Elle ouvre les mains, écarte légèrement ses doigts tremblants. Elle avait serré son enfant durant des heures, jusqu'à en être à bout de forces. Pourtant ce n'était pas elle qui l'avait tué, pas comme elle le disait. Seul la maladie était responsable de cette tragédie. La pneumonie avait rongé le petit Jalan jusqu'à ce qu'il en meurt

« Je me sens si sale... Si sale... »

Sanglote Varghause en observant ses paumes. Et maintenant ? Qu'était-elle censée faire ? Reprendre sa vie ? Mais qu'avait-elle à faire à part des concoctions ? Et qui voudrait être soigné par une femme qui avait été incapable de soigner son propre enfant ? C'était la fin, d'elle, de tout ce qu'elle chérissait. Pivotant le visage, la naori fixe sa comparse d'un regard larmoyant et susurre dans un élan de douleur qui brise sa voix une fois encore.

« Je ne peux pas vivre sans mon fils... Je ne le veux pas.»

Modo
avatar
02/03/2017 Thinkky/Angel 158 Zoe Saldana avengedinchains (ava), Astra (signa), Psychadelya & Angie & hennaed (icones) Conseillère chamane ~ Gardienne du savoir/Oratrice & diplomate 130
Modo


Sujet: Re: Unchain Utopia |Varghause|
Mar 2 Mai - 0:44

Sa comparse était en simple chemise de nuit, preuve d'un réveil en sursaut, d'une sortie non désirée. Rowena observait la silhouette prostrée sur laquelle elle avait posé la main. Varghause semblait être celle vers qui tous les regards se tournaient, voilà pourquoi la chamane avait pris sa direction. Et pourtant, la position lui indiquait aussi qu'elle était la victime d'aujourd'hui. Si victime était le bon mot. En tout cas, elle se retrouvait au milieu du bordel, entourée par les murmures et les regards inquiets, à commencer par celui de Rowena qui commençait réellement à se faire soucieux. Quelque chose clochait définitivement. Le présage qu'elle avait aperçu dans les étoiles quelques jours plus tôt était-il en lien avec ce moment ? Quelques doutes subsistaient. Il était toujours compliqué de lier la lecture des astres avec des événements réels. Yuma en avait fait les frais, voilà des décennies qu'il avait fait une prénonition, un présage que des personnes arriveraient du ciel sur la terre. Cette vision avait imprégné leur culture, et la tribu attendait toujours qu'elle se concrétise. Voilà pourquoi Rowena était toujours sur les gardes par rapport à ce qu'elle voyait, qu'elle évitait les liens trop rapides avec la réalité. On ne savait jamais ce qu'il pouvait arriver.

La métisse finit par s'asseoir à côté de Varghause, détaillant son visage, cherchant à la sonder. Elle y voyait la fatigue, l'épuisement, le vide aussi. La main ne lâcha pas l'épaule, la pression étant là pour réconforter son amie, cette connaissance qui restait importante à ses yeux. Nouvelle question, pour pousser la femme à parler, pour en savoir plus sur l'atrouppement qui s'était créé.

Puis la raison tomba. Comme un couperet. Violemment, coupa le souffle à Rowena. Son regard chercha celui de Varghause, qui l'évita, se cacha derrière ses boucles de jais. Le sourcil se arqua. Quelque chose clochait. La conseillère connaissait la jeune femme, suffisamment en tout cas pour savoir que celle-ci n'aurait jamais tué l'enfant consciemment. Alors, il s'agissait soit d'un accident, qui pouvait toujours arriver, soit la maladie avait emporté le petit après des semaines de lutte. D'un côté, c'était la vie, et Rowena avait toujours eu cette approche différente de la fin de celle-ci. Peut-être à cause de ses perceptions qui pouvaient être considérées comme extra-sensorielles, de ses connaissances tout de même plus développées dans le domaine chamanique. Après, elle n'avait jamais perdu quelqu'un de proche d'elle, n'avait jamais eu d'enfants. Elle ne pouvait tout simplement pas comprendre la douleur réelle d'une telle perte.

Alors, Rowena apporta une oreille attentive. Ecouta les mots de Varghause, puisque c'était tout ce qu'elle pouvait faire pour le moment. Et malgré les propos de la jeune femme, la métisse savait que ce n'était pas de sa faute, qu'elle n'avait pas à se sentir sale, à se haïr pour ce décès. Parfois, les esprits régissant leurs vies voulaient juste récupérer leur dû, rappeler une âme à leurs côtés, malgré la jeunesse de celle-ci. La chamane était l'une des seules à le percevoir ainsi, peut-être parce qu'elle pouvait communiquer avec les esprits, rendant les pertes plus futiles, apaisant les douleurs des séparations. Ce serait certainement ce qu'elle évoquerait à Varghause, même si ça pouvait paraître dur. Enfin, il lui faudrait bien choisir ses mots et son ton, mais ça, c'était son métier habituellement, ça ne la dérangeait pas...

« Je suis certaine que tu ne l'as pas tué Varghause. »

Le bras passa autour des épaules de la jeune femme, qu'elle serra doucement contre elle, la berçant. Apporter une présence physique puisque les mots n'étaient pas forcément utiles. Pas pour l'instant en tout cas. Rowena tourna la tête vers un groupe non loin de là, leur lançant :

« Trouvez-moi une couverture et apportez-là moi. »

Il ne fallait pas que la druidesse attrape froid non plus. En attendant, elle se détacha légèrement de Varghause, l'obligea à relever les yeux pour ne pas quitter les siens. Un moyen de s'assurer que la jeune femme l'écouterait jusqu'au bout, même si les paroles ne lui plairaient pas forcément.

« Ce n'est pas de ta faute Varghause, tu n'y pouvais rien. Malheureusement, il existe toujours certaines maladies desquelles nous ne pouvons pas encore venir à bout... Mais tu n'es en rien fautive. Tu n'y pouvais simplement rien. »


Les doigts se pressèrent un peu plus fort contre l'épaule de la jeune femme. Rowena voulut afficher un sourire rassurant. La vie continuerait avec cette perte, et elle ne pouvait pas dire le contraire. Plus encore, elle ne mentirait jamais à une personne de la tibu, sauf si cela mettait la personne en question en danger de savoir la vérité. De plus, elle n'hésiterait pas à modifier la réalité, à passer sous silence certaines de ses décisions aux autres membres du conseil si elle l'estimait nécessaire. D'autant plus que ces décisions auraient à faire avec un sacrifice de sa part. Pour préserver la paix, elle irait jusqu'à la mort.

« Je vais être honnête avec toi, je ne peux pas comprendre quelle est ta peine. Néanmoins, il va falloir te battre et restez parmi nous. Je pense que si les esprits l'ont rappelé parmi eux, c'est qu'il y avait une bonne raison, et on ne peut rien faire contre cela. Aussi, je peux essayer d'entrer en contact avec, si tu le souhaites... »


Ce n'était peut-être pas la meilleure des choses à proposer, Rowena en avait conscience, mais elle voulait montrer que la mort n'était pas une finalité en soi à ses yeux. Enfin, là était la principale différence entre chamans et druides...

avatar
30/07/2016 Nexus 1173 Katie Mcgrath Nexus Druidesse 178
La Ciguë Noire


Sujet: Re: Unchain Utopia |Varghause|
Mar 2 Mai - 13:29

Je suis certaine que tu ne l'as pas tué Varghause.  Ce n'est pas de ta faute Varghause, tu n'y pouvais rien. Malheureusement, il existe toujours certaines maladies desquelles nous ne pouvons pas encore venir à bout... Mais tu n'es en rien fautive. Tu n'y pouvais simplement rien.

Qui essayait-elle de convaincre ? Varghause ou elle-même ? La druidesse sent la colère poindre le bout son nez, combattant sévèrement pour prendre la place sa tristesse. Peu importe ce que dirait la chamane, en l'instant, elle se refusait à croire que Jalan était mort simplement parce que la chance n'avait pas été de son côté. Varghause avait perdu toute sa famille hormis Roxas, son frère. Frère qui n'était d'ailleurs, toujours pas venue à elle malgré la tragique nouvelle. C'est dire combien son entourage était restreint et affublé d'un manteau d'insanité dont elle se serait bien passé. Elle est là, la jeune femme, assise, le regard vide, les larmes brûlantes ruisselant sur son visage d'albâtre. Ses yeux n'avaient jamais été si rouges, si gonflé, si fatigués. L'ombre de son ombre, voilà donc à quoi elle ressemble. Pitoyable dans sa tenue de nuit, sans pudeur et sans envie de fournir le moindre effort. Rien ne pouvait la consoler, pas même sa tendre amie Rowena.

Je vais être honnête avec toi, je ne peux pas comprendre quelle est ta peine. Néanmoins, il va falloir te battre et restez parmi nous. Je pense que si les esprits l'ont rappelé parmi eux, c'est qu'il y avait une bonne raison, et on ne peut rien faire contre cela. Aussi, je peux essayer d'entrer en contact avec, si tu le souhaites...

Elle a ignoré la couverture sur ses épaules, elle a snobé le geste affectueux sur son épaule. Mais quelque chose vient soudainement de se réveiller en elle et la druidesse pivote lentement son faciès souillé par ses larmes, en direction de Rowena. Ce sont ses yeux, qui choquent. Glaciale, austère, amer. Le dégoût se lit dans son regard vert d'eau, pupilles rétractées comme ceux d'un prédateur alors que la voix sifflante susurre sur le ton de la menace.

« Ah oui... ? Et quelle bonne raison peuvent avoir les esprits pour arracher la vie à un enfant innocent ? »

S'en est de trop, cette fois. Dans un éclat de rage, Varghause repousse la main de du chamane avant de se redresser, se débarrassant de la couverture qui la couvre. Au diable le regard des gens sur son corps à peine couvert par sa longue chemise de nuit . Au diable le respect fait à la chamane qui se dit son amie. La tristesse a définitivement laissé place à la haine, à la hargne. L'immaculé de sa peau se couver de la chair de poule non pas de froid mais bien d’effrois face aux paroles reçues. Grave erreur que d'avoir osé prononcer un tel blasphème face à une mère endeuillée.

« Il n'est pas juste mort... Il a souffert, Rowena. Tu comprends ? Il a souffert de sa maladie durant des semaines... Qu'est-ce qui justifie de laisser un enfant souffrir pour mieux le faucher ensuite ? Si c'est cela en quoi nous croyons, alors je préfère ne croire en rien. »

Elle s'éloigne d'un pas, d'un second, prenant ses distances en affichant une moue de dégoût prononcé. Elle toise son amie, elle toise la foule présente, les voisins inquiets pour elle, les comparses altruistes qui ne veulent que son bien. Soi-disant. Foutus fanatiques, hérétiques, hypocrites ! La simple vue de tous ses visages lui donne la nausée. Elle peut voir dans leur regard, l'anxiété, non pas pour elle, mais pour les mots qu'elle vient de cracher avec animosité. Varghause n'a pas la moindre culpabilité, elle les toise un par un, maudit leurs existences médiocres avant de hurler, à pleins poumons.

« JE VOUS HAIS ! TOUS ! »

Il n'y a plus de place pour gentillesse qu'ils ont tous connue de sa part. Transformé, la Varghause. C'est soudain, c'est oppressant, c'est surprenant. Les murmures s'élèvent, l'incompréhension pousse les uns et les autres à se jauger du regard. On attend que quelqu'un résiste face à la folie latente de la druidesse qui déjà, leur tourne le dos, s'engouffrant dans sa petite maison tordue avant de claquer la part dans un geste d'une extrême violence. Là, elle n'a plus à voir leur visage, entendre leurs murmures d'hypocrite. Elle sait bien ce qu'ils veulent et elle se refuse à leur donner satisfaction. Plus jamais. Plus jamais elle ne se soumettra. Folle de rage, agonisante dans son malheur, la femme glisse ses mains dans sa chevelure abondante et emmêlée, poussant un cri profond, plus rageur que jamais. C'est douleureux, c'est le cri qui vient du cœur, des tripes même. Elle exulte, elle sanglote, s'abandonne à la noirceur qu'elle a tenté de refouler durant bien des années. Varghause se déchaîne, elle renverse les chaises, renverse les innombrables fioles sur les étagères, arrache les plantes médicinales qui sèchent au-dessus de l'âtre et pendu au plafond. Elle ruine tout, piétine, déchire... Tout ce qu'elle avait battit pour rendre cet endroit agréable pour son enfant, ce nid d'amour et de tendresse construit d'une mère à son fils. Tout cela, elle veut le voir brûler, elle cogne les murs, la table avant de se laisser choir à genoux au sol. C'est épuisant, la haine. C'est harassant, la tristesse. Accablée par le chagrin, elle se traîne à genoux jusqu'au lit, s'empare de la couverture dans laquelle ils avaient dormi, dans laquelle le petit Jalan était mort. Dans un dernier geste qui trahit son mal-être, Varghause y enfouit son visage, étouffant ses sanglots et hume profondément les derniers relents de l'odeur de son enfant.

Modo
avatar
02/03/2017 Thinkky/Angel 158 Zoe Saldana avengedinchains (ava), Astra (signa), Psychadelya & Angie & hennaed (icones) Conseillère chamane ~ Gardienne du savoir/Oratrice & diplomate 130
Modo


Sujet: Re: Unchain Utopia |Varghause|
Lun 5 Juin - 0:10

Elle ne s'était pas attendue à une telle réaction. Enfin, peut-être que Rowena n'avait tout simplement pas choisi les bons mots, comme cela avait été le cas avec Harlan. Elle s'était toujours appliquée à venir en aide à tout le monde, à comprendre les états d'âme de chacun pour créer une atmosphère paisible au sein-même du village. La conseillère portait alors bien son nom, laissant toujours sa porte grande ouverte pour quiconque en avait besoin, laissant savoir où elle se trouvait à n'importe quel moment. Une telle disponibilité était épuisante par moment, puisque certains soucis étaient plus complexes, plus insinueux que d'autres, et que la jeune femme avait du mal à tout supporter, tout porter sur ses épaules. N'avoir aucun répit à un si jeune âge... Cependant, jamais elle ne reviendrait sur la routine qu'elle avait instaurée, encore moins après cette fin de nuit des plus mouvementés. Au contraire, cela risquait de l'enfoncer encore plus dans cette direction, quand bien même elle en ressortit un peu plus brisée.

Elle le sentait pondre le bout de son nez, ce changement chez Varghause. Rowena avait voulu prévenir l'arrivée de la colère, du désespoir. Elle avait voulu tarir le flot avant qu'il ne se déchaîne, mais elle s'y était certainement mal pris. A vrai dire, la chamane faisait partie de ceux qui n'avaient pas d'enfants, il devenait alors compliqué de comprendre la douleur d'une mère perdant son fils. Elle faisait de son mieux pourtant, cherchant la réponse la plus adéquate à la situation, tentant de faire preuve d'empathie. Sans réel succès au vu des émotions que cela exacerbait chez la druidesse. Le contrôle de la situation, Rowena ne l'avait jamais eu, et elle le sentait encore plus à présent. Le bras autour de la jeune femme se voulait apaisant, chaleureux, et elle eut le droit à un simple geste de répulsion. Le contact fut brisé, la couverture proposée trouva sa place sur le sol, alors qu'elle aurait dû réchauffer le corps à peine couvert de Varghause. Le soupir qui quitta les lèvres de Rowena fut inaudible, mais il exprimait bien toutes les émotions contradictoires qui étreignaient son cœur, tout autant que la haine envers elle-même qui commençait doucement, mais sûrement, à monter en elle.

Son regard se heurta à celui de la druidesse, qui s'était retournée vers elle. Yeux froids, glacials. La chamane encaissa sans le moindre mot, soutint la colère qu'elle sentait arriver. Elle était prête à servir de punching-ball en quelque sorte. Et elle ne fut pas déçue. Le ton de voix avait changé, laissant percevoir une menace à peine sous-entendue. La conseillère serra les dents, se retint de la moindre remarque qui aurait pu faire empirer la situation. D'un côté, elle comprenait le bouleversement de la jeune femme, qui venait de perdre le fruit de ses entrailles. De l'autre, elle ne pouvait pas la laisser déblatérer des inepties envers les esprits fondateurs de la tribu, aussi tolérante soit-elle.

Les mots avaient définitivement été mal choisis de la part de Rowena, qui s'en voudrait certainement de ne pas avoir su bien gérer la situation à l'avenir. Il a souffert pendant des semaines, avant que la mort ne vienne le cueillir. Pauvre bambin emporté par la cruauté d'une maladie... Rowena ne pouvait pas argumenter sur cela. Parfois, les esprits prenaient des décisions incompréhensibles, même pour les chamans chargés de discuter avec eux. A ses yeux, ce n'était pas une raison pour perdre sa foi envers ses entités, néanmoins, elle pouvait concevoir que peu pensaient comme elle. La chouette s'était fait la remarque à plusieurs reprises, voix de la sagesse la poussant à accepter qu'on ne pense pas comme elle. L'autre se leva, toisa chaque membre de la tribu présent aujourd'hui. Rowena percevait très clairement la haine et le dégoût, un peu trop même. Quelques secondes de silence, alors que la chamane se relevait. Une atmosphère lourde, électrique, qui se conclut un cri de haine. La voix de la conseillère tonna en retour :

« VARGHAUSE ! »

Interjection inutile, la druidesse ayant déjà tourné le dos à la foule et à Rowena par la même occasion, s'enfonçant dans sa maison et claquant violemment la porte derrière elle. Le silence tomba, puis les murmures reprirent. On vint vers elle, lui posa quelques questions, cherchant à savoir ce qu'elle allait faire. Puis, en quelques minutes, la conseillère dispersa la foule, les poussa à rentrer chez eux. Puis se dirigea jusqu'à la maisonnette. Un instant, elle s'arrêta, pensa à toquer, avant de simplement entrer, dans le silence le plus total.

Ses yeux firent le tour de la pièce, découvrant un chaos sans nom, comme si une tornade s'était déchaînée à l'intérieur-même de la maison. Puis ils se posèrent sur Varghause, prostrée près du lit, le visage enfoui dans une couverture. Le regard se baissa, et elle rassembla son courage pour se rapprocher, passer par-dessus les débris jonchant le sol et s'accroupir auprès de la brune. Rassembler les derniers morceaux pour reparler, voix enrouée :

« Je ne connais pas les raisons qui animent les esprits, encore moins dans de telles situations. C'est un drame ce qui est arrivé. Mais un drame contre lequel je ne pouvais rien faire, contre lequel personne ne pouvait agir... »

Souligner que la haine qui se développait envers les autres membres de la tribu n'était pas saine, tentant d'étouffer dans l'oeuf les ressentis, elle se doutait qu'elle n'y parviendrait pas. C'était une course perdue d'avance, mais dans laquelle elle se lançait quand même, avec l'infime espoir de parvenir à retourner la situation.

« Je ne t'en voudrai pas de revoir tes croyances après un tel événement. En revanche, je n'ai aucune idée de pourquoi il en a été décidé ainsi. Le signe n'a pas été assez précis pour que je l'interprète, mais je me pencherai dessus pour t'apporter des réponses. »

Réponses dont elle avait aussi besoin, car derrière sa voix douce se cachait une certaine peur, colère mêlée à de l'incompréhension. Néanmoins, elle, elle allait chercher le pourquoi du comment, même si elle marchait sur des œufs en ce moment-même. Pas sûre que son amie accepte son aide.

« Tu ne dois pas rester seule Varghause. »

Allait-elle se heurter à une furie, comme les membres présents de la tribu l'avaient évoqué ?

avatar
30/07/2016 Nexus 1173 Katie Mcgrath Nexus Druidesse 178
La Ciguë Noire


Sujet: Re: Unchain Utopia |Varghause|
Sam 10 Juin - 15:40

Le grincement plus sinistre que jamais de la porte, résonne dans la minuscule maison. Varghause, entre deux sanglots, arrache son visage à la couverture pour observer au travers de ses les armes, l’impudent qui osait encore imposer sa présence. Au début flou, le visage finit par devenir clair et c'est une fois encore le faciès doux de la chamane qui envahit son champ de vision. N'abandonnerait-elle donc jamais ? Alors que Rowena s'accroupit près d'elle, la naori la toise froidement, hoquetant de pleurs.

Je ne connais pas les raisons qui animent les esprits, encore moins dans de telles situations. C'est un drame ce qui est arrivé. Mais un drame contre lequel je ne pouvais rien faire, contre lequel personne ne pouvait agir...

« Il est là le souci, ce n'est pas les esprits Rowena ! C'est juste la vie. La vie... La mort ! Un cercle naturel et vicieux, cruel... Pourquoi toujours tout ramener aux esprits ? Jalan est mort... Il est mort parce qu'il est tombé malade comme beaucoup de gens avant lui... Cela n'a rien à voir avec la volonté de nos esprits, il n'y a rien de mystique... C'est juste le cours de la vie. »

La voix de Varghause se brise alors que ses doigts se serrent sur la couverture qu'elle dépose finalement sur ses cuisses, caressant son tissu du plat de la main. Elle en avait assez d'entendre les mêmes idioties, la même chanson constamment. Et à l'heure qu'il était, Jalan avait déjà été mit en terre et elle s'était refusé de participer à ce spectacle. Et parce que son regard à elle n'était pas tourné vers le destin, par tourné vers les étoiles mais bien vers la terre et la vie, elle savait déjà ce qu'il adviendrait de son petit garçon. Dans quelques jours, son corps sous terre commencerait à devenir verdâtre, envahi par la moisissure, les bactéries alors que ses tissus se dégraderaient rapidement. En moins de temps qu'il n'en faut, il ne sera plus qu'un corps parmi tous les autres enterré sur des générations. Son squelette s'ajoutera à tous les autres, servant de fondation à cette culture mystique que l'on vénérait tant alors que son cadavre pourrissante ferait office d'engrais pour cet arbre gigantesque qui leur servait de refuge.

Je ne t'en voudrai pas de revoir tes croyances après un tel événement. En revanche, je n'ai aucune idée de pourquoi il en a été décidé ainsi. Le signe n'a pas été assez précis pour que je l'interprète, mais je me pencherai dessus pour t'apporter des réponses.

« Mes croyances sont inchangés Rowena... Il n'y avait aucun signe, rien à interpréter. C'est juste la maladie qui l'a frappé. Cela aurait pu-être lui ou bien moi, ou bien toi... N'importe qui. La seule chose à retenir c'est que je n'ai pas pu le sauver. »

Levant les yeux larmoyants vers son amie, Varghause dévisage Rowena tristement. Ses lèvres tremblantes, trahissant un nouveau sanglot alors que ses larmes, en véritable rivière, inondent ses joues jusqu'à son menton.

« Je suis une druidesse... C'est mon devoir, mon obligation, mon talent... Que de sauver des vies. Comment puis-je encore y parvenir alors même que j'ai été incapable de soigner et sauver mon propre enfant ? Je n'ai pas juste perdu un fils aujourd'hui... J'ai perdu tout mon avenir. Tout ce qui fait ce que je suis. Qui voudra encore de moi, de mes soins, après cela ? »

Lentement, Varghause pivote son corps tremblant, restant assis au sol et vient caler son dos contre le lit. Dans geste, elle ramène la couverture contre sa poitrine, observant le chaos causé par dans petite maison. L'endroit avait pris une allure pesante dans cette atmosphère. Un nid de mort, tout simplement.

Tu ne dois pas rester seule Varghause.

« Je ne le dois pas, mais je le veux. »

Rétorque simplement la pâle druidesse qui chasse ses larmes d'un geste de la main alors que doucement, elle pivote son visage pour soutenir le regard de du chamane et lui murmure dans un souffle attristé.

« Je vais partir quelque temps... Peu importe l'endroit. J'ai besoin de voir autre chose que cette maison, que ce village. Ne pas avoir à affronter les regards des naoris ou même le tien, encore moins celui d'Harlan. Quelques jours tout au plus, le temps de digérer, si tant est que je parvienne à surpasser ce que j'éprouve. »


 

Unchain Utopia |Varghause|

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bienvenue Bertrand, diplomate pour New Utopia et le NSK
» UTOPIA ► Tu tombe, tu te relève jusqu'au jour où tu crève ♣
» 01.02/04.Sc.Utopia - Sauvetage en eaux fourbes
» Utopia
» Utopia [PV Danse du Soleil]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: A Timey Wimey Thing :: Zone de Flashback-