Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Une bouteille à la mer | Demetra
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : Précédent  1, 2

avatar
Invité
Invité




Une bouteille à la mer
feat. Cyd Raye et Demetra Knight


Les lèvres scellées aux siennes, nos respirations œuvrant de concert, mon esprit s'envole vers quelques contrées lointaines, je ne sais plus où je suis, quel jour nous sommes, si ce qui se passe est une bonne ou une mauvaise idée. Tout ce que je sais c'est que je suis là où je dois être, au moment où je dois l'être. Dans les bras de cette amazone, enivrée par son parfum, ses gestes, sentir ses mains se poser sur moi, glisser où bon leur semblent m'enivre. Il y a encore quelques jours je m'en voulais des idées qui me passaient par la tête lorsque j'étais près d'Atlas, cette attirance folle pour lui, cette envie d'être avec lui plus qu'avec lui. Il aura suffi que cette jeune femme s'approche irrémédiablement de moi pour que j'envoie valser toutes mes certitudes. Elle n'était pas la première femme qui m'attirait, avec qui je me laissais aller à une telle proximité, mais c'était différent cette fois. Au début je me demandais pourquoi. Pourquoi est-ce qu'elle m'attirait autant, et l'un des nouveaux assauts de ses lèvres vint me délivrer la réponse. C'était elle qui prenait l'initiative, je ne faisais que me laisser emporter dans ce tourbillon alors que jusqu'à maintenant c'était toujours moi qui avais fait des vagues, qui m'étais jetée à l'eau afin d'obtenir, ou non, ce ou qui je désirais. Les rôles habituels s'étaient renversés et je prenais conscience que cela me plaisait. Énormément.

"Venir voir la mer était la meilleure idée que je pouvais avoir aujourd'hui …"

Un murmure, comme une réponse à peine audible à son oreille alors que le baiser se rompt, ses lippes effleurent ma mâchoire, courent le long de l'os pour venir mourir dans mon cou, mes paupières se voilent et je sens un frisson particulièrement agréable courir le long de mon échine. Je ne sais pas si c'est l'adrénaline. Je ne sais pas si c'est le fait de me retrouver dans cet espace confiné. Je ne sais pas si c'est mon envie de goûter aux délices. Je ne sais pas si c'est elle. Je ne sais pas si c'est moi. Mais j'ouvre les yeux et la fixe alors qu'elle rompt le contact un instant, le temps de se délester de sa veste, j'ai envie de faire pareil mais le peu de place m'empêche de faire plus de mouvement, c'est chacune son tour. Je n'ai qu'une envie à cet instant précis, lorsque je pose mes yeux sur les parties de chair qu'elle dévoile et qui s'offrent à mon regard. Elle est belle. Une beauté peu commune, que je n'avais pas encore rencontré mais que je ne veux pas laisser passer. Je ne la quitte pas des yeux lorsque je sans sa main remonter le long de mon dos et sa poigne se resserrer sur mes cheveux. Un geste déterminé mais qui n'a pourtant rien de brutal, elle sait ce qu'elle veut, je peux le lire dans ses yeux. Ce qu'elle veut, c'est moi. Ses lèvres capturent les miennes avec envie et une fois de plus je me laisse emporter, guider, je la suis sans aucune protestation, bien au contraire. Malgré moi je mets fin à ce baiser des plus passionné. Plaquant ma main à la base de son cou, je la repousse jusqu'à ce qu'un espace, bien que minime vu le lieu exigu, se forme entre nous, que son dos touche le bois. Ma main glisse de quelques centimètres se retrouvant sur le haut de sa poitrine alors que ma main libre vient faire glisser la fermeture de ma veste, m'en dégageant tant bien que mal jusqu'à ce que celle-ci se retrouve au sol, me révélant avec un t-shirt à large encolure. Ma main glisse de sa poitrine à sa nuque, l'attirant vers moi à nouveau embrassant furtivement la commissure de ses lèvres alors que de ma main libre j'attrape la sienne et la pose sur mon flanc, sous le tissu, une invitation claire à découvrir ce qu'il cache.

"Tu crois qu'on risque quelque chose si on sort de là ?"

Un murmure à nouveau, je n'en peu plus de cet espace minuscule, je veux pouvoir laisser mes bras entourer son corps, je veux pouvoir la toucher sans me cogner contre cette paroi de bois qui freine mes mouvements, je veux tout simplement qu'elle me dise qu'on ne craint rien, qu'une fois à l'air libre, la passion et la créativité pourront s'exprimer plus que librement.




©️ Pivette

avatar
12/03/2017 Ponyta Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Skylar Rees 140 Ruby Rose neon cathedral. notion de soin, orientation, guérisseuse Kovarii 10


Sujet: Re: Une bouteille à la mer | Demetra
Mar 13 Fév - 17:05

Cyd n’avait pas froid aux yeux, plus maintenant alors qu’elle avait contre elle Demetra. Tout lui semblait possible, enivrant et cela la rendait si heureuse. Un sourire amusé passa sur son visage quand la belle blonde affirma que c’était la meilleure idée de venir voir la mer. En effet, sinon jamais elles ne se seraient croisées et auraient pu ainsi profiter l’une de l’autre. Elle sentait le regard de la fille du ciel sur elle alors qu’elle se déshabillait. Elle aimait être regardée Cyd, vraiment. Cela avait tendance à faire bouillir son sang et la rendait folle. Folle de désir. Elles reprirent leur baiser enflammé et Cyd perdait toute notion de temps ou de sécurité. Elle était complètement dans sa bulle avec cette femme enivrante. Elle n’avait envie que d’une chose, d’elle. Un grognement de frustration lui échappa quand le baiser se rompit. Elle faillit demander pourquoi, mais laissa Demetra mener soudainement la danse. Elle se laissa repousser, sentant le bois contre son dos. Elle était curieuse. L’androgyne arqua un sourcil interrogatoire comme pour demander ce que cela voulait dire. Elle aimait bien ce genre de technique. Même si la Kovarii appréciait prendre le contrôle, elle aimait bien que les autres fassent de même pour elle. Surtout une amante. Elle la regarda se déshabiller et ne cacha pas son excitation. Ses yeux brillaient de mille feux, vraiment intéressée. Elle regarda le haut de Demetra et se dit que c’était bien une tenue d’une fille du ciel. Cela ne la dérangeait pas, elle la trouvait si belle.

Elle se glissa guidée et invitée à plus. Elle sentit la chair chaude de la blonde sous ses doigts et s’en délecta. Elle rapprocha sa bouche de celle de l’autre femme quand celle-ci dit quelque chose d’intéressant. « Non, allons-y. » Dans la voix de Cyd, on pouvait clairement percevoir une impatience urgente, dévorante. La Kovarii se tordit dans le tronc d’arbre pour arriver la première à l’entrée, jamais elle ne laisserait une non-guerrière risquer le danger. Même si Cyd n’était pas une guerrière, elle risquait nettement moins que Demetra, elle avait l’habitude de la Terre et des prédateurs qui y rôdaient. L’air frais glissa sur ses bras, mais elle s’en fichait bien. Elle se figea un instant, tenant la main de son amante et écoutant l’air ambiant. Rien, c’était si calme. Elle attrapa son arc et son carquois restés en arrière, au cas où. On n’était vraiment jamais trop prudent. « Amusons-nous. » Et elle regarda Demetra comme si elle allait la dévorer tout cru. Elle mit en hauteur ses armes, au cas où et car c’était bien mieux que de les laisser au sol. Sans plus attendre, elle attrapa la femme par la taille, repoussant ses longs cheveux et attrapa avec ferveur ses lèvres. Cyd glissa ses mains sous le haut de Demetra, ce haut qui donnait tellement envie de plus, d’explorer ce corps chaud et tendre.

Normalement elles ne risquaient rien. Ce ne serait clairement pas la première fois que la Kovarii coucherait dans le fin fond de la forêt. Elle n’avait pas peur de la Nature. Elle savait que sa Déesse veillerait sur elle. Cette même déesse chasseresse qui devait rire de cette situation. Cyd décida d’explorer ce corps, de le caresser, goûter, de voir tous les secrets que Demetra cachaient, si c’était possible de tous les découvrir en une fois.

Il faisait frais après cette étreinte entre les deux femmes. La Kovarii était lovée contre son amante, les cheveux courts en bataille, le regard vif, détendue. Elle était nue sur la terre fraîche, couverte par ses vêtements qu’elle enfilerait bientôt. Elle regarda Demetra et caressa son visage qu’elle appréciait énormément. Elle l’embrassa sur le haut de l’épaule. « Si tu veux, la prochaine fois que je viens sur le continent, on pourrait se voir. » Pas vraiment une promesse, une simple proposition si cela l’intéressait. Cyd était une femme qui ne donnait aucune obligation à personne, elle était ainsi. Légère comme le vent.

Admin △ Underneath it's just a game
avatar
06/12/2015 Electric Soul Kayden Elwood & Einar Helgusson 7450 Jon Kortajarena Electric Soul & tearsflight Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate Naori 691
Admin △ Underneath it's just a game



RP archivé suite au départ de Demetra

Contenu sponsorisé



 

Une bouteille à la mer | Demetra

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Bouteille à la mer...
» Comment faire rentrer un oeuf dur dans une bouteille sans le toucher ?
» Une bouteille de vodka, deux grands enfants et trois étoiles
» La bouteille d'eau emportée était une oeuvre d'Art...
» Une bouteille vide [PV Kelen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-