Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Diamonds On The Inside
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
14/11/2015 Isa & I 3272 Katie Melua Kyran adorable & Avengedinchains & Lux aeterna Mécanique & Nanotechnologie 42
ψ Cat on a Hot Tin Roof ψ


Sujet: Diamonds On The Inside
Mer 29 Mar - 13:13

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Devos & Tennessee #Tennevos


Le chant des oiseaux commençaient un peu avant l'aube, voilà la seule utilité que leur trouvait Tennessee. Plus besoin de réveil, il suffisait que les petits piaillements s'introduisent à l’intérieur de son abri pour que son cœur se mit à battre plus vite. Chaque fois elle vérifiait si l'un d'entre eux n'envahissait pas les lieux des dormeurs. Prête à défendre le terrain avec sa lance de fortune, tout en redonnant le rôle de David à un petit moineau. Mais aujourd'hui une autre activité ratissait ses pensées. Un lieu aperçu, alors qu'elle reprenait le chemin vers L'odyssée après s'être faite kidnappée par Murphy à cette célébration de noël imprévue. Lors d'une pause alors qu'elle échangeait avec son Alice - Thaïs -, des formes étranges attirèrent son attention. Malheureusement, au moment qu'elle se rapprochait pour mieux distinguer de quoi il en retournait, la fin de l'arrêt sonna. Elle fut tentée de demander une petite expédition vers le lieu dit aux autres, mais se ravisa quand l'idée germa dans son cerveau, que ce que contenait ce site puisse servir par la suite aux rebelles. De là ou son regard brun examinait les "débris" ça ne ressemblait à rien qui pu appartenir à un terrien. Alors la mécanicienne décida d'en parler à Devos pour commencer, afin de ne pas donner de faux espoirs à ses compatriotes. Parce qu'elle le savait capable de peser les faits objectivement, plus que quiconque. Comme elle, il ne s'encombrait pas des civilités que la plupart appréciaient d'user, il se dirigeait droit au but. Ainsi il fut convenu d'aller faire une petite visite ensemble dans le cas ou il y aurait du matériel intéressant à ramener. Pour l'Odyssée ou pour leur cause, ça se déciderait sur place.

Levée trop tôt, la bouclée repéra une vieille table cabossée qui regroupait parfois en soirée, ceux qui préféraient dormir au dehors de la Carcasse de leur vaisseau écrasé. Elle décida de s'y assoir laissant balancer ses jambes dans le vide tout en se remémorant mentalement l'itinéraire à refaire en sens inverse. Elle se sentait parfaitement à l'aise de faire ce bout de route avec Devos, qu'elle connaissait pour ainsi depuis presque toujours. Du moins sans faire parti de sa petite enfance, il égailla son entourage de travail dès qu'elle fut confronté à lui. Parce qu'il comprenait son langage sans qu'elle doive faire l'effort de tout redire avec des mots simplifiés. Sans être tout à fait similaire, leur façon d'appréhender les choses se complétaient sans se faire obstacle. Elle ne sut que très tard son appartenance à leur mouvement, cette découverte lui fut agréable bien qu'elle ne lui demanda jamais les raisons qui le persuadèrent à le rejoindre. Elle estimait que le fait d'intégrer le groupe était suffisant à prouver sa bonne foi. Qui irait s'infliger le déplaisir de passer du temps avec une bande de personnes qui ne partageaient pas ses opinions ? Tout comme elle ne le racontait à personne, Seule Faust savait, maintenant qu'on pouvait la supputer morte, Tennessee ne voyait pas l'intérêt de le rapporter à quelqu'un d'autre. Cependant elle aurait écouté Devos, si il eut souhaité se confier sur le sujet, parce qu'elle savait qu'il ne le ferait pas d'une façon larmoyante.

La Mécanicienne néanmoins souhaita prévenir le jour auparavant Murphy, des recherches qu'ils entreprenaient le lendemain sans préciser qu'il s'agissait d'une location précise. Elle préférait ne pas prendre Antarès, elle savait qu'elle serait bien trop préoccupée à fouiller pour faire attention à lui. Elle trouvait donc important que sa désormais amie Brune, ne fut pas prise au dépourvu si elle cherchait une Dogsitter. Certainement que Cassandre la cuisinière remplirait ce rôle avec plaisir. Alors qu'elle mâchouillait un morceau de viande séchée pour se remplir un peu l'estomac, une silhouette reconnaissable se pointa au seuil de L'Odyssée. La bouclée ne comprenait pas comment on pouvait supporter les dortoirs mais chacun sa liberté après tout. Hop elle sauta, déjà vive pour s'élancer vers l'homme qui, elle le devinait devait l'apercevoir d’où il se tenait. Elle s'arrêta devant lui un grand sourire aux lèvres se régalant d'avance de leur petite aventure à venir. L'extérieur se révélait un enchantement pour la jeune femme, malgré les menaces qui inconnues qui planaient - surtout les volatiles - autour d'eux. Cependant elle n'ignorait pas que Devos appréciait beaucoup moins la nature, et qu'il dépassait toujours les limites du camp avec circonspection. « Ca y est tu es fin prêt ? »

avatar
20/12/2016 ELOW ; 661 JAI COURTNEY ; ELOW ; INFORMATICIEN ET LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; 117
— Chi cerca, trova —


Sujet: Re: Diamonds On The Inside
Lun 17 Avr - 15:41



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Diamonds on the inside.
29 mars 2117

Depuis qu'il était revenu de son expédition solitaire, Devos était discret. Peut-être que personne ne le remarquait vraiment parce qu'il l'était déjà normalement, mais c'était différent, lui le ressentait. Sa discrétion légendaire était plus prononcée, plus présente que jamais. Il gardait au fond de sa poche un objet trouvé, un objet qu'il ne voulait pas partager. Pas encore. Et c'était étrange, cette fascination qu'il avait pour ce bout de métal, cette fascination qui avait créé cette volonté chez lui à ne plus vouloir s'en séparer. Pourtant, c'était là. C'était en lui, comme un code discret sorti de nulle part qui changeait tout. Qui modifiait tout. Assis, concentré, il scrutait les moindres détails de ce qui était un bracelet prisé. Les inscriptions n'avaient pas dans ce sens sans le début et à la fin, pourtant Devos les connaissait par cœur. On aurait dit le mot de passe d'un fichier secret dont il ne pourrait jamais négliger l'utilité. Il soupesa l'objet, un quart d'anneau argenté. Faust avait disparu depuis bien trop longtemps pour que ça soit une preuve de sa survie. C'était peut-être même tout l'inverse. C'était peut-être même la preuve qu'elle ne reviendrait plus. Le métal semblait avoir été brisé par la force, par le choque peut-être même. Il décida de réparer grossièrement le bracelet, transformant celle-ci. Il chauffa le métal, cogna la bête puis le laissa refroidir. Grossièrement réduit à un anneau, le reste d'inscription latin était toujours lisible. Seul ‘itam aeter' était inscrit, mais Devos pouvait murmurer parfaitement ce qui était invisible.

Ad Vitam Aeternam murmura-t-il. L'anneau désormais à son pouce droit. Il soupira, fixant une dernière fois l'objet avant de retourner à ses occupations. Ses objectifs. Devos n'était pas du genre à se laisser flâner dans les souvenirs. Il passait rapidement à autre chose. Depuis que Tennessee lui avait parlé d'un espace près du campement des cents, Devos s'était senti de nouveau d'attaque à sortir. Avec le temps qui changeait, il aurait moins de chances de finir mort dans le froid de l'hiver, même si la terre continuait de l'effrayer à chaque seconde. Il savait que la mécanicienne avait l'œil et qu'ils devaient s'y rendre. Que c'était important, pour eux, pour l'Odyssée, pour leur cause. Peut-être qu'ils ne trouveraient rien, peut-être qu'au contraire, un trésor était caché. C'était à eux de le découvrir. Et puis sortir, allait rassurer tous ceux qui désespéraient en le voyant derrière ses outils. Alors il s'était préparé, mentalement et physiquement, à retourner dehors. Les bons vêtements sur le dos, un sac à dos et quelques outils, Devos était prêt, quittant ce qui restait des dortoirs de la carcasse de l'arche. Il n'avait toujours pas pris le temps d'évaluer un possible espace privé pour lui, de toute manière dormir n'était pas une chose qui lui arrivait souvent.

Je suis prêt. Je te suis. Parce qu'elle allait le guider à travers l'inconnu, à travers la route qui serait sans doute longue. Devos avait pleinement confiance en Tennessee et la suivre à travers l'inconnu ne le dérangeait absolument pas. Ayant eu l'occasion de sortir plus souvent que lui, elle avait plus de connaissance, plus de facilité que lui n'en aurait jamais. Tu as tout ce qu'il faut ? Il ne te manque rien ? Il réajusta son sac, commençant à marcher. Il savait que, comme lui, Ten' n'aurait rien oublié d'important.


avatar
14/11/2015 Isa & I 3272 Katie Melua Kyran adorable & Avengedinchains & Lux aeterna Mécanique & Nanotechnologie 42
ψ Cat on a Hot Tin Roof ψ


Sujet: Re: Diamonds On The Inside
Dim 7 Mai - 18:30

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Devos & Tennessee #Tennevos

Oh oui bien sur qu'il était prêt Devos, Pour le prendre en défaut il eut fallut se lever encore plus tôt que la mécanicienne elle-même, autant dire ne pas dormir du tout. Si on lui eut proposé, Tennessee eut sauté sur cette option sans hésiter. Cependant une telle possibilité ne se trouvait pas encore envisageable, même si elle se mettait à ingérer des plantes ou des médicaments contre le sommeil. Ce qui au bout de deux ou trois nuits la priverait de sa raison, et bien qu'elle n'hésita pas devant le danger, un tel risque lui paraissait complétement inutile. Donc les voilà à la pointe du jour, décidés à se glisser hors du camp tels des aventuriers. Cela excitait particulièrement la bouclée qui retrouvait une seconde jeunesse à affronter l'extérieur et la nature. Pourtant elle n'ignorait pas que son compagnon demeurait plus frileux en ce qui concernait les sorties. Pour l'encourager elle lui tapa sur l'épaule comme elle voyait parfois les hommes le faire entre eux pour se donner du courage. Non que le génie en manqua, participer à cette expédition démontrait bien qu'il ne reculait pas devant les obstacles. « Parfait ! Et je dois avoir l'essentiel mais si jamais on improvisera sur place avec nos deux têtes ça m'étonnerait qu'on ne vienne pas à bout d'un éventuel problème »

Non il ne s'agissait pas de vantardise mal placée, régulièrement quand un problème se présentait, qu'Isaiah ne savait pas en venir à bout elle s'adressait à Tennessee. Et elle-même adorait résoudre les énigmes, les bugs, tout ce qui consistait à utiliser sa matière grise. Elle s'en tirait très bien toute seule mais elle reconnaissait facilement que Devos apportait une sacré dose d'astuces, et que sa manière assez carrée de penser rendait les recherches passionnantes. A deux ils devenaient imbattables pour tout ce qui ressemblait à du charabia pour les autres. « Suis moi, je sais ou se trouve la faille  » Enchaîna t-elle sans plus de précisions. Parce que oui, il semblait en cet instant qu'eux seuls se trouvaient debout dans le camp au milieu de plus d'une centaine de dormeurs. Mais la jeune femme n'ignorait pas qu'il existait quelques malins jouant les fantômes, cherchant toutes les infos possibles afin de faire tomber les rebelles. Ou même n'importe qu'elle individu un peu en "infraction" des quelques règles demeurant. Ainsi en file indienne ils purent s'approcher du garde endormi. La bouclée mima le sommeil d’ailleurs, avant de s'emparer du coude du Rebelle pour l'entraîner dans une course, la plus silencieuse possible. Elle le relâcha rapidement pour s'arrêter derrière quelques arbres qui les dissimulaient aux yeux des autres Odysséens « Sortir reste toujours une corvée mais quand tu reviens ils ne demandent rien en général parce que c'est pas les mêmes gardes et qu'ils sont contents de nous voir en vie ! »

Et puis même s'ils venaient à faire des misères il suffirait de faire appeler Richard, après bien sur avoir tenté d'expliquer qu'ils revenaient d'une mission secrète. Bon elle n'aimait pas mentir, elle s'en tirait toujours très mal mais il allait bien falloir qu'elle en pratique l'art plus souvent. Puisqu'une partie d'elle même demeurait secrète aux autres. Sa main indiqua ensuite une direction bien précise « Il faut aller par là et on retombe sur le chemin tracé par les jeunes et les nôtres quand ils désirent se rendre à l'autre camp, il suffira de le suivre, je ne pense pas qu'on risque grand chose mais j'ai une arme sur moi » Non elle ne désirait pas effrayé Devos, plutôt le rassurer, genre qu'elle gardait ses arrières, et que donc ils pouvaient avancer sans trop gros risques. La brune se mit aussitôt en branle ne perdant jamais une minute pour s'activer. Malheureusement même avec toute la bonne volonté possible ça ne se trouvait pas tout prêt.  « Je ne sais pas si ça sera facile d'accès parce que de là ou je regardais ça me semblait assez pentu, mais les structures étaient sans aucun doute métalliques, alors il y a sûrement quelque chose à récupérer la dedans ! »

avatar
20/12/2016 ELOW ; 661 JAI COURTNEY ; ELOW ; INFORMATICIEN ET LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; 117
— Chi cerca, trova —


Sujet: Re: Diamonds On The Inside
Jeu 18 Mai - 11:27



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Diamonds on the inside.
29 mars 2117

Il appréhendait toujours les voyages. Les aventures, ce n'étaient pas pour lui. Toutes ces années à rester derrière un ordinateur ne l'avaient pas préparé à la terre. Il ne savait jamais comment regarder les choses, comment les comprendre ici. Tout était toujours si imprévisible, si compliqué. La logique ne semblait pas y trouver une place et Devos se sentait toujours perturbé par ces inconnus qui l'entouraient. Il était comme plongé dans un trou noir de code inexploré. Rien n'avait de sens pour l'instant. Submergeait par tout ça, Devos essayait de faire le tri. Il se concentrait sur ce qu'il pouvait gérer. Sur ce qu'il pouvait contrôler, comme autrefois. Il devait abandonner ces ambitions informatiques pour se focaliser sur la mécanique basique. Sur des principes qui pouvaient s'appliquer à tout et n'importe quoi, pour faciliter leur nouvelle vie sur cette planète. Mais il y a d'autres choses qui perturbaient Devos. L'air qu'il respirait, la gravité sous ses pieds, tout était si différent et une année ne semblait pas être suffisante pour s'ajuster à tous ces changements. Par chance, il n'était pas seul. Il se demandait comment les autres vivaient toutes ces nouveautés, comment ils avançaient malgré tout. En attendant, il devait suivre Tennessee et l'accompagner. Il ne refusait jamais de passer du moment avec elle. En revanche, ce qui se trouvait en dehors du campement ne l'encourait pas à aller de l'avant. Il senti alors la main de la jeune femme sur son épaule, mais se contenta d'échanger un bref regard avec elle. Comme s'il comprenait parfaitement le geste.

Et s'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème. Dit-il, comme en parfait accord avec Tennessee. Il est clair qu'ils pourraient se démerder comme des pros, même avec deux brindilles. Ensemble, Devos avait l'impression que rien n'était insurmontable. Elle avait ce qui lui manquait, comme la parfaite combinaison d'intelligence et d'astuce. Quelque part, c'était aussi important pour Devos d'avoir une personne à ses côtés qui le comprenait et qui n'avait pas besoin qu'il reprenne la parole pour expliquer ce qu'il souhaitait expliquer. Il décida de suivre Tennessee sans attendre, presque impatient d'arriver à l'endroit qu'elle avait aperçu. Il suivit celle-ci en toutes discrétions, se laissant diriger sans présenter la moindre objection. Il n'y avait qu'avec qu'elle qu'il se laissait faire de la sorte. Une fois à une distance raisonnable, elle le lâcha et il jeta un coup d'œil au reste de l'arche, un peu plus loin. Quelque chose en lui prédisait que c'était une mauvaise idée, une autre lui assurait que c'était mieux ainsi.

Je vois… À ses yeux, les lacunes des hommes imposaient des failles dans chaque système qu’ils mettaient en place. Voilà pourquoi cela ne l’étonnait même pas que Tennessee ait repéré si vite la manière de sortir. Tennessee lui montra alors la direction. Allons-y. Il laissa ce monde derrière lui, prêt à affronter le prochain le cœur ouvert.

Prendre des précautions n'a jamais faites de mal à personne. Il s'imaginait mal Tennessee se défendre ou attaquer un potentiel danger. Lui n'était pas mieux placé en cas de problème. Il ne s'était jamais rendu chez les jeunes et d'ailleurs, les rares sorties qu'il avait effectuées, s'était déroulé sans problème. Une chose était certaine, aucun trajet n'était rapide. Il n'y avait pas de raccourci.

On se débrouillera. De toute manière, on ne peut pas passer à côté et ne pas y jeter un coup d’œil. Faudra simplement faire attention à ne pas se blesser en s’y rendant. Il ne devait pas non plus trop accéléré et trouver un rythme correct pour ne pas s’épuiser en y allant. En tout cas, tu as l’œil. Alors je te fais confiance. Je suis certain qu’on y trouvera des choses utiles. De la même manière que sa curiosité était toujours vive lorsqu’il s’agissait de ruine. Parce que tout était possible ici. Un rien pouvait trouver une utilité capitale dans la réparation et l’installation de leur campement. Ou même dans les plans des informaticiens pour mettre en place une énergie renouvelable. Devos ne baissait pas les bras.

Tu penses que je devrais apprendre quelques mouvements de défenses ? Ou même d’attaque ? Tu crois que c’est nécessaire où est-ce que je peux encore m’en passer ? Je t’avoue que ce n’est clairement pas une priorité à mes yeux, mais plus j’y pense, plus je me demande si je ne devrais pas y consacrer un moment. C’était sans raison apparente qu’il posa la question après un long instant de silence. Devos et Ten pouvaient passer des heures à discuter, comme des heures à ne rien dire. Mais ce silence n’était pas gênant, au contraire.


avatar
14/11/2015 Isa & I 3272 Katie Melua Kyran adorable & Avengedinchains & Lux aeterna Mécanique & Nanotechnologie 42
ψ Cat on a Hot Tin Roof ψ


Sujet: Re: Diamonds On The Inside
Jeu 1 Juin - 22:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Devos & Tennessee #Tennevos

La faune ou la flore ne se rangeaient pas sur un étagère dans le cerveau particulièrement carré et logique de Tennessee. Elles existaient comme un monde parallèle à propos desquelles n'existait aucun manuel d'utilisation. Ainsi elle abordait ce nouveau monde comme une enfant, surdouée certes, mais malgré tout naïve et complètement ignorante de tout ce qu'il recelait. Cette fracture entre leur deux mondes, activée par le crash de l'Odyssée révélait une partie de chacun jusque ’alors ignorée. Les réactions des uns coulaient de source, celle des autres amenaient des expressions interrogatives, même dubitatives sur les visages. Bien que réunis dans une même combat, rapprochés dans des disciplines qui se complétaient, se complaisant dans leur caractère dénués de fioritures, une fois livrés à la terre Devos et Tennessee se comportèrent de manière diamétralement opposée. La bouclée ne rêvait que de liberté ou d'extérieur, le génie les fuyant au contraire. Elle se confirma rebelle dans l'âme quand elle décida de sortir ou rentrer à sa guise. La plupart des odysséens préférant se référer à Isaïah dont le caractère haut en couleur les refroidissait beaucoup moins que le sien, la Mécanicienne ne rencontra pas beaucoup de difficultés. Identifiant très vite les failles, les paresseux ou même les corruptibles pour arriver à ses fins.

Jouer à cache-cache pour duper les gardes afin de sortir du camp relevait quasiment du domaine du jeu pour La Bouclée. Comme au temps ou elle surveillait les couloirs pour que Tristam puisse y accrocher ses tracts. Elle s'improvisait aventurière comme les premiers explorateurs partis à la conquête de terres nouvelles tous les noms demeurèrent pas à la postérité dans cette fuite vers l'espace. La brune n'expliquait pas tous ses gestes comme elle eut du probablement le faire avec un autre que Devos. Il comprenait, devinait sans qu'on fut obligé de lui fournir un manuel de décodage entre les mains. Il possédait cet esprit analytique, furtif, instinctif qui lui montrait immanquablement la bonne solution. Avec lui jamais elle ne ressentait la désagréable sensation de se placer devant un être hermétique à toute logique, mais poursuivant sans cesse des sentiments capricieux, piliers qui se désagrégeaient au moindre vent perturbateur. « Absolument aucun problème ! » Souffla t-elle enjouée pour appuyer la remarque de l'informaticien. Elle comprit cependant que cet échappatoire facile l'inquiétait. Souvent elle y songeait, jugeant que pour des ennemis toute leurs défenses s'équivalaient à une vraie passoire. « Oui c'est trop facile  » Lui accorda t-elle. En même temps elle supposait assez justement que si les terriens l'eussent vraiment désirés, ils ne se seraient pas génés pour les envahir.

Devos supputait justement en ce qui consistait de l'ancienne Tennessee. Bien qu'elle se fut fabriquer une lance de fortune, consistant en une branche morte ou se retrouvait attaché un gros couteau de cuisine, elle ne valait pas tripette pour le combat. Bien qu'elle n'eut jamais raconté ses déboires au génie, quelques cicatrices ornaient désormais son corps pour en témoigner. Cependant elle trouvait en la personne de Gen, L 'Athna, un maître désireux de la faire progresser. Mais prétendre qu'elle eut pu venir à bout d'un terrien relevait encore du miracle. Néanmoins elle possédait la capacité de surprendre un potentiel aggresseur, ce qui se révélait non négligable pour eux.  « Oui ! Et comme nous nous sommes retrouvés dans des situations compliquées lors de l'expédition pour le métro, depuis j'ai toujours une corde sur moi » Rajouta t-elle à la remarque de Devos en tapotant sa Besace. Elle apprenait jour après jour, face aux obstacles rencontrés, à prévoir certains impondérables qui ne s'envisageaient par la suite que pour s'y être vu confronté au moins une fois. Tranquillement ils purent continuer l'école buissonnière en rejoignant le chemin au long duquel se trouvait ce mystérieux lieu aperçu par La mécanicienne. Leur allure s'adaptant l'un à l'autre dans un silence tranquille qu'ils brisaient par le choc de leurs pas sur la terre. Un espoir non avoué parcourait ses pensées de découvrir la-bas un indice qui les guiderait vers un retour à leur modernité. Qui lui manquait énormément mais qu'elle compensait par ses équipées sauvages.

Le parcours s'annonçait un peu long, tout à la fois ils pouvaient se taire ou parler. Les deux options convenaient parfaitement à La Bouclée. Elle appréciait de pouvoir se retrouver avec quelqu'un qui ne tentait pas sans cesse de combler le vide avec des fadaises. Aussi quand L'informaticien rebelle lui demanda son avis, Tennessee s'y pencha très sérieusement. « Et bien ... » Commença la mécanicienne avant de faire brusquement halte pour se retourner vers Devos et le toiser de haut en bas. Non pas qu'elle ne sut pas à quoi il ressemblait, mais elle souhaitait s'assurer de ce qu'elle lui conseillerait. « Tu as quand même une sacrée carrure alors j'imagine qu'un terrien y réfléchira à deux fois avant de te sauter dessus. Enfin un qui serait de mon gabarit, parce qu'il y aussi de véritables guerriers ! Et ma foi, dans ce cas un petit mouvement pour les esquiver ou les bloquer ne me semblerait pas superflu. Ça ne devrait pas te poser de problèmes avec les atouts que tu possèdes. Maintenant faut voir si tu souhaites sortir souvent ou rester à travailler protéger dans le camp par nos gardes » Bien entendu on pouvait aussi mettre dans la balance qu'un terrien pourrait vouloir se confronter à ce qu'il s'imaginerait sans doute un combattant « En même temps tu as pu constaté la facilité déconcertante avec laquelle nous sommes sortis ... Donc il vaut mieux ne compter que sur soi-même au moment fatidique  »

avatar
20/12/2016 ELOW ; 661 JAI COURTNEY ; ELOW ; INFORMATICIEN ET LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; 117
— Chi cerca, trova —


Sujet: Re: Diamonds On The Inside
Sam 3 Juin - 13:52



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Diamonds on the inside.
29 mars 2117

Chaque pas qu'il faisait l'amener quelque part où rien n'était familier. C'était l'inconnu qui régnait sur cette planète et Devos douter sérieusement qu'il soit un jour capable de connaitre ces lieux aussi bien qu'il connaissait l'Arche. Rien n'était ordonné, rien ne semblait logique. Il n'avait pas les informations en main pour comprendre l'utilité de ce qui l'entourait et cela n'avait jamais cessé de nourrir une peur en lui. Il était effrayé de ce qu'il ne connaissait pas et malgré le temps qu'il avait déjà passé ici, il ne se sentait toujours pas rassurer par l'imprévisible. Surtout que la mort semblait être plus omniprésente que jamais et le terme de survis changeait complètement de sens. La manière dont ils vivaient là-haut, était brisé. Ils devaient changer, se transformer et s'adapter. Mais cet ajustement était lent et loin d'être efficace tant ils étaient livrés à eux-mêmes. Devos voulait s'investir, mais il ne pouvait pas se diviser indéfiniment pour accomplir des choses opposées. Sa volonté à préserver leur évolution passait avant celle de satisfaire une curiosité naïve. Il devait trouver des solutions pour garder un mode de vie supérieur et technologique. Retrouver un moyen de créer de l'énergie, de la conserver et de la dépenser indéfiniment. Cela n'était pas personnel. Ce n'était pas parce que c'était mieux d'avoir une lampe électrique plutôt que d'allumer du feu. C'était simplement parce qu'il ne voulait pas que ce qui a été créé par le passé soit si rapidement oublié. Son désir de retrouver la capacité à retourner dans le monde numérique était plus grand que l'exploration de ce monde.

En attendant d'y parvenir, il était obligé de faire des efforts. De participer à la mise en place de cette nouvelle vie sur terre. De garder un œil envers les autres qui attendaient de lui toujours plus. Du génie incompris et oublié, il était passé à l'homme qui devrait faire davantage. Qui devrait même se battre. Après tout, son cerveau n'avait plus d'utilité dans un monde où la technologie semble avoir complètement disparu. Son génie n'avait plus d'importance, plus de raison d'être et malgré sa carrure parfois effrayante, ils y en avaient toujours quelques-uns qui continuaient de murmurer que Devos Acciaro était un lâche inutile. C'était des choses qui ne l'atteignaient pas. Son manque d'empathie lui permettait aussi d'éviter de souffrir des mots bruts et méchant gratuitement. Il n'était pas apprécié là-haut, pourquoi cela aurait-il changé ici ?

De toute manière, pourquoi avoir besoin des autres quand il a Tennessee à ses côtés ? Sa seule présence lui suffisait. Comme disait son père à une époque ‘se uno di loro ti ama, allora basta'. (Si l'un d'entre eux t'aiment, alors c'est suffisant.) C'était ce qu'il ressentait quand il était avec elle. Maintenant qu'ils étaient passés à travers la sécurité moyenne de leur campement, il se rendait compte à quel point c'était facile. C'était une menace, mais depuis le temps qu'ils étaient là, aucun Terrien n'avait décidé de venir les envahir. Peut-être qu'un jour, ils n'hésiteront plus…

Cette pensée le ramena à une chose qui le torturait depuis quelques mois déjà. La violence physique n'avait jamais été une option pour lui. Informaticiens depuis toujours, sa vie tournait autour des problèmes techniques. Il n'avait jamais envisagé une seule seconde s'enrôler dans la section militaire, tant il savait que d'autres seraient plus adaptés que lui. Mais maintenant, ici, les règles étaient différentes.

Bonne idée. Il espérait sincèrement qu'ils n'aient pas à utiliser quoi que ce soit et que tout se passe rapidement et sans problème. Après tout, s'il tombe dans un trou, il doute que Tennessee ait la force de l'aider à remonter à la surface. Mais ils étaient assez malins pour régler les situations les plus compliquées. Il appréciait l'esprit proactif de la jeune femme et regrettait presque de ne pas avoir pensé à apporter des choses plus utiles en cas de pépin. Le problème, c'est qu'il ne sort pas souvent et que les situations possibles lui échappent. Ses probabilités seront sans doute faussées par son imagination et il préférait faire confiance à d'autres en ce qui concerne la terre. Perdu dans ses pensées, il suivait la jeune mécanicienne jusqu'au lieu prévu. C'était long et fatiguant, mais leurs rythmes étaient adaptés et ils semblaient parfaitement en accord l'un avec l'autre. Jusqu'à ce que Devos décide d'avouer les questions qui lui torturent l'esprit depuis quelque temps. Il apprécia le fait que la jeune femme prit son temps avant de répondre, signe qu'elle réfléchissait sérieusement à ce qu'il venait de dire. D'ailleurs, cette conversation leur permettait de faire une petite pause.

L’annonce de véritable guerrier ne l’effrayait pas. Ils n’avaient peut-être pas vu ce genre de chose encore, mais ils avaient entendu certaines choses. Les Terriens n’étaient pas faibles. Ils avaient survécu ici, ils étaient donc assez ingénieux pour avoir créé une civilisation forte. Il croisa les brases, se rappelant aussi qu’il y avait plusieurs tribus dont il ignorait vraiment les coutumes. Tous ces apprentissages l’épuisaient d’avance.

Je n'ai pas d'ambitions à sortir plus souvent. Du moins, pas pour l'instant. Il reposa ses yeux vers la mécanicienne. Mais tu as raison, le danger peut très bien arriver à n'importe quel moment et je ne suis pas certains qu'un coup de clavier dans la tête suffît à arrêter des guerriers. Il reprit la marche plus doucement, ne préférant pas rester au même endroit trop longtemps. Combien de temps devrais-je consacrer à un entrainement physique pour que ça soit réellement efficace ? Parce qu'il fallait être honnête, son organisation primée sur sa volonté et sa curiosité. Si sa petite routine matinale ne lui prenait qu'une demi-heure, il ne doute sincèrement qu'un vrai entrainement physique soit si court. Il n'est d'ailleurs pas certains d'être très efficace ou d'apprendre assez vite. Sa carrure physique n'était qu'un reflet d'années de pseudo-gainage matinal. Dans une tradition transmise par son père pour prendre soin de son corps aussi bien que de son esprit. Mais ce mélange de yoga et de musculation ne faisait pas de lui un guerrier.

D'ailleurs, devrais-je demander de l'aide à l'un d'entre nous ou à l'un d'entre eux ? S'il voulait avoir une chance de survivre lors d'un combat, peut-être devrait-il savoir comment ses adversaires se battent, non ?


avatar
14/11/2015 Isa & I 3272 Katie Melua Kyran adorable & Avengedinchains & Lux aeterna Mécanique & Nanotechnologie 42
ψ Cat on a Hot Tin Roof ψ


Sujet: Re: Diamonds On The Inside
Mar 6 Juin - 23:17

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Devos & Tennessee #Tennevos

Ce qui ne pénétrait pas dans la logique de Tennessee, elle le plaçait dans un monde imaginaire et parallèle sur lequel elle ne possédait aucun pouvoir pour le moment, mais dont elle espérait bien venir à bout un jour. Tout comme Devos elle souhaitait revoir cette époque technique et moderne revenir à la vie et s'y noyer comme auparavant. Ce pourquoi elle demanda à Gen de la conduire vers les ruines afin de les examiner pour découvrir des indices sur d'éventuels traces d'anciennes installations électriques. Qui la conduiraient vers une solution possible. Mais elle en revint bredouille, et continuait à chercher, errer, fouiller dans tous les coins possible de cette nouvelle terre. Elle connaissait, comprenait, acceptait complètement les réticences de Devos à sortir du camp, aussi décida-t-elle de n'évoquer ses découvertes ou ses soupçons que quand il s'agissait d’un renseignement fiable. La bouclée préférait ne pas lui donner de faux espoirs qui lui infligeraient encore plus l'impression de piétiner dans un monde trop en décalage avec le sien. Régulièrement elle tançait un de ces idiots qui se permettaient de poser un jugement sur son camarade, a propos de détails absolument anodins, ridicules mais surtout sans aucune importance. Probablement ne comprendrait-elle jamais cette obstination que démontraient la plupart des siens dans une perte précieuse de temps à se gausser bêtement des autres.

De son coté la mécanicienne savait très bien ne pas faire l'unanimité, mais ça lui passait souvent par-dessus la tête. Généralement on lui foutait royalement la paix parce que de un on préférait le caractère plus démonstratif d'Isaiah, de deux le professionnalisme de Devos. Elle s'en arrangeait très bien, continuait malgré tout à améliorer la vie du camp sans qu'on le lui demanda forcément. De plus elle battait un peu la campagne comme un cheval sauvage, toujours en mouvement, jamais là où on l'espérait. Trop énergique la bouclée vous filait très vite la migraine. Cependant elle ne craignait jamais ce genre de reproche avec son compagnon d'arme, pas besoin de faire attention à chaque parole sortie de ses lèvres. Tout comme elle ne le cuisinerait pas suite aux interrogations que le surdoué lui soumettait, à moins que ce dernier ne veuille s'étendre plus à ce sujet. Comme Tennessee le supposait Devos ne se montrait pas intéressé par des sorties trop nombreuses en dehors de l'Odyssée. De plus il devait, comme elle, en venir à la conclusion que si les terriens désiraient véritablement les saigner à blanc, les occasions ne leur avaient pas manquées depuis leur atterrissage sur cette rude et mystérieuse terre.  « Un clavier est un arme qu'ils ne connaissent pas, on pourrait toujours les assommer par surprise mais ça ne fonctionnerait qu'une fois » Commenta très sérieusement la jeune femme alors qu'ils reprenaient leur longue marche.

Bien qu'elle n'eut pas arpenté beaucoup ce chemin précis, certains détails commençaient à lui sauter aux yeux, lui indiquant qu'ils se rapprochaient tout doucement des bons lieux. Finalement beaucoup plus prêt du campement des premiers sacrifiés qu'elle ne l'imaginait. Néanmoins elle entendit bien l'interpellation suivante de son camarade  « Alors ça dépend un peu de deux choses si tu es un bon élève et si tu as un bon entraîneur. Si tu réunis les deux tu feras de rapides progrès. Mais malgré tout ça te prendra un certain temps avant d'être un combattant aguerri face à ceux qui ont des années d'expérience » Lui offrir une réponse exacte avec un temps d'apprentissage qui serait le même pour tous semblait à Tennessee plutôt difficile à avancer. Elle ignorait ce que Gen estimait de ses progrès, il se taisait, regardait, conseillait, approuvait de la tête et demandait toujours plus. Puis soudainement elle se retourna aussi vive qu'une biche pour répliquer promptement  « Ah non non je te déconseille fortement de demander de l'aide chez les nôtres ! » Cri du cœur. Trop sincère. Elle se doutait qu'elle allait devoir lui donner une explication. Et certes elle ne se déroberait pas car le mensonge n'était pas inné chez elle. Se cacher pour sortir du camp était une chose, raconter délibérément des sornettes en était une autre.

« On se rapproche  » Déclara-t-elle ensuite sachant que ça ne suffirait pas pour noyer le poisson. Elle indiqua leur droite d'une signe de la main « Je pense qu'on pourrait bientôt commencer à guetter de ce côté, si ça trouve il y a d'autres structures que j'ai pu manquer car je ne pensais qu'à celle que je venais de découvrir » Ce qui en soit restait une erreur, ce qu'elle n'appréciait pas d'admettre au grand jour car elle démontrait parfois une certaine fierté quant à ses capacités. Et les mettre en doute restait une des rares choses qui puisse la mettre en colère. Soudainement La bouclée prit une ton plus doux pour revenir à sa précédente déclaration « Tu sais avec cette histoire de taupe, ils finissent tous par être paranoïaques, alors si en plus tu commences à avoir des velléités pour apprendre à te battre ils deviendront encore plus soupçonneux » Pour l'instant elle n'avait pas abordé ce sujet avec Devos, car elle l'estimait sans intérêt. Que des blablas qui ne serviraient tout au plus qu'a se monter encore plus les uns contre les autres. L'Odysséenne respectait particulièrement les rebelles mais en ce moment elle s'inquiétait de la stupidité qui s’emparait d'eux quand ils se mettaient à faire des suppositions complètement irréalistes ! « Alors je suppose qu'il faudrait qu'on te trouve un terrien de bonne volonté  » Plus facile à dire qu'a dégoter !« Mais si tu veux je pourrais te montrer deux ou trois trucs en attendant ? A condition que tu ne me casses pas le bras en t'entraînant sur un mouvement avec moi !  »

avatar
20/12/2016 ELOW ; 661 JAI COURTNEY ; ELOW ; INFORMATICIEN ET LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; 117
— Chi cerca, trova —


Sujet: Re: Diamonds On The Inside
Sam 10 Juin - 18:31



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Diamonds on the inside.
29 mars 2117

Ces paysages d’arbres et de silence n’était rien comparé à l’univers numérique. Devos y était fermement attaché, mais pas ignorant au point de ne pas remarquer ce qui l’entourait. Ils étaient nés dans l’espace, parce que les anciens laissaient une terre morte en héritage. De là-haut, ils avaient survécu, gardant avec eux une image désormais oublié de la planète. Aujourd’hui, ils étaient de nouveau là où tout avait commencé, là où tout s’était éteint. Devos et d’autres savaient l’importance d’améliorer leurs possessions pour retrouver un semblant de leur évolution. Mais malgré tous ces cerveaux réunis, qui étaient-ils pour croire qu’ils pouvaient être les gardiens d’autant de connaissances ? Devos regrettait presque de pas avoir pris plus d’initiative là-haut pour préparer cette descente. Il faisait partie des rares à avoir compris que le temps était compté, il aurait pu agir plus tôt, être plus perspicace quant à la conclusion de ses hypothèses. Il s’était réduit à suivre son rythme habituel, à ne pas chercher plus, parce qu’il ne pouvait se battre sur tous les fonds et affirmer chaque doute. Il n’était pas si intelligent que ça pour réussir à connaitre toutes les réponses de l’univers. Personne ne l’était. Loin des étoiles, Devos n’avait plus le choix que d’agir et il n’hésitait pas. Il avait simplement des priorités et les siennes se trouvaient sur le campement et pas à l’extérieur. Il laissait les autres fouiner l’inconnue à sa place et le fait que Tennessee soit souvent dehors lui inspirait confiance. S’il y avait quoi que ce soit d’utile, elle le trouverait. Peut-être s’était-il trop à accrocher à ça, peut-être que cela lui avait permis de rester en retrait, en attendant aujourd’hui tout était différent. Il savait qu’il ne pouvait pas toujours rester les bras croiser à attendre que tout vient à lui. De la même manière que savoir coder n’était pas la seule chose à savoir dans le domaine de l’informatique. Il devait être capable de sortir de son trou pour observer les vestiges du passé. Pour récupérer de quoi changer les choses ici.

Il se demandait sincèrement, cependant, comment Tennessee arrivait à jongler avec ce nouveau mode de vie et se disait certainement qu’elle faisait preuve de logique et de bon sens. Il ne doutait pas d’elle et de sa façon de survivre en ce monde. Son énergie inépuisable lui permettait aussi de suivre son instinct à chaque instant. Devos, lui, paraissait toujours épuisé par ce qui l’entourait, mais restait efficace dans ses actions.

Les terriens étaient un danger et quelque part, c’était sans doute ce qui effrayait le plus Devos. Il était habitué à ce que personne ne le comprenne sur l’Arche. Habitué à devoir reprendre la parole, clarifier, réexpliquer, laisser tomber. Mais le langage était le même. Le mode de vie était le même. Les bases lui permettaient de survivre. Qu’arriveras-t-il si jamais il se retrouve entouré de personne incapable de saisir ses mots ? Comment se faire comprendre ? Comment communiquer ? Se défendre en cas d’attaque était une chose, mais parler, c’était peut-être plus important encore pour Devos dont les mots ont une importance capitale. Ils avancent avec Tennessee et Devos n’arrête pas de se demander si les lieux offriront une surprise ou non. Les paroles de la mécanicienne étaient censées. Il était bon élève, mais où trouver un bon entraineur ?

Je vois. La réponse trop brute et rapide de la jeune femme le surpris, mais Devos n’en rajouta pas plus. Pourtant, il partit de lui savait que la plupart des leurs seraient ravis de le voir s’entrainer. Faire autre chose que trainer dans le campement. Son aide avait beau être utile, personne ne semblait en être satisfait. Il en fallait toujours plus. Quitte à trouver quelqu’un pour l’entrainer, son instinct lui disait tout de même d’aller affronter ceux qui, justement, lui faisait peur. Le problème c’est que jusqu’ici il n’avait croisé personne lui donnant l’impression d’être à la hauteur pour lui apprendre quoi que ce soit.

La moindre structure pourrait conserver quelque chose d’utile. Commençons dès qu’on apercevras quelque chose d’intriguant et ensuite avançons en douceur. L’endurance était une chose précieuse, mais pour eux, c’était aussi leurs capacités à observer. Suivant Tennessee, il tâcha de garder en tête ces autres questions pour plus tard. Il avait bien envie d’explorer avec elle ces hypothèses pour la création d’une énergie renouvelable, mais la jeune femme repris la parole coupant l’informaticien dans ces pensées.

Soupçonneux ? Il fronça les sourcils. Il n’aimait pas ça. La paranoïa, ça pouvait détruire les groupes les plus soudés. Devos l’a vu de ces propres yeux de nombreuse fois. Alors j’imagine qu’on a tous une étiquette de « taupe » sur le front, en attendant de prouver le contraire. Il parlait, comme toujours, calmement sans montré le moindre signe d’offense. Cela lui paraissait juste peu logique, mais soit. Il y a beaucoup de chose qu’il ne comprend pas et si Ten’ lui dit ça, c’est sans doute pour le prévenir plus que pour autre chose. Ils sont stupides.

J’aurais aimé dire oui, mais puisque je suis incapable de te blesser, je serais incapable d’apprendre correctement. Il offrit un sourire sincère. Ce n’est pas urgent, tu sais. Si je dois trouver un terrien, de bonne volonté comme tu dis, ça peut prendre du temps. Et le temps est une chose difficile à gérer ici. Je me débrouillerais le moment venu.



(pardon, je n'ai pas eut le temps de me relire, des invités ont débarqués !)

avatar
14/11/2015 Isa & I 3272 Katie Melua Kyran adorable & Avengedinchains & Lux aeterna Mécanique & Nanotechnologie 42
ψ Cat on a Hot Tin Roof ψ


Sujet: Re: Diamonds On The Inside
Mar 13 Juin - 20:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Devos & Tennessee #Tennevos

Un petit mulot surgit soudain ne nul part s'engouffrant entre l'espace des deux jambes en action de Tennessee. Cette dernière fit une légère cabriole afin de l'éviter se demandant ce qu'il fuyait. Des branches au-dessus de leur tête s'agitèrent, il en surgit un oiseau de proie qui piqua dans leur direction transformant la bouclée en pierre immédiatement. Une chaleur soudaine parcourue tout son corps, cédant à des frissons particulièrement éprouvant. Alors que la mécanicienne le voyait venir enfoncer son bec dans ses orbites pour la rendre à jamais aveugle ! Le volatile ralenti sa course à la hauteur de leur chevelure, avant de plongé sur la mignonne bestiole qu'il accrocha dans ses serres pour s'élever avec sa prise à nouveau dans le ciel. Transie la bouclée se mit à haleter comme si elle sortait de l'eau, et qu'elle tentait de recracher l'improbable liquide qui se fut trouver dans ses poumons. Des éclairs de colère illuminèrent son regard brun pendant quelques instants, elle s'en voulait tellement de ne pas savoir contrôler cette stupide phobie. Encore plus quand ça arrivait en la compagnie de Devos, devant lequel elle se voulait forte à l'extérieur, devinant les craintes qu'il ressentait sans les montrer quand il s'y retrouvait. « Quelle insolence » Hoqueta-t-elle.

Pâlotte la Brune essaye de reprendre les commandes, ne pas s'arrêter sur cet incident, éviter les commentaires sur sa montée de panique. Malgré tout elle trouvait que le monstre volant possédait un certain aplomb à venir si prêt d'eux pour enlever une boule de poil aussi adorable. Elle se redresse pour donner le change en ajoutant « Faut bien se nourrir, et tant que ce n’est pas nous la chair à pâté » Mais demeure une certaine sensibilité activée par cette envie de s'enfuir chaque fois qu'elle aperçoit ses créatures. Et sans doute n'aurait-elle pas relevé la réponse de Devos à propos de la "Taupe" si elle ne se retrouvait en l'instant un peu bouleversée. Exactement comme quand elle était intervenue, outrée par les accusations qu'on osait portées à son égard. « Oui soupçonneux les uns envers les autres, chacun épie l'autre, et ils parlaient de ton attitude comme quoi tu es trop renfermé ! Genre ... » Elle porte sa main à son front Tennessee pour signifier que parfois les rebelles réagissent vraiment comme des cinglés. Il faut dire que le regard de la mécanicienne  sur les autres, ne transporte pas en lui tous les jugements habituels. Contre tous elle à soutenu Tristam, et même maintenant alors qu'il a souhaité la tuer quand il l'a retrouvé elle lui conserve toute son amitié. Elle se fiche des comportements des gens Tennessee, tant qu'ils ne lui cassent pas les oreilles avec leur histoire de sentiments ou de comportements.

« Je veux dire ils ont prononcés ton nom, la preuve qu'ils perdent l'esprit, toi quoi ... » Souligne-t-elle comme si elle considérait le génie comme un ange innocent. Parce que justement il ne se mêle jamais des histoires des autres, il fait ce qu'il estime juste, alors pourquoi irait-il s'embrigader  dans de telles histoires ? Lui et Elle, ils sont quasiment les plus anciens du groupe originel alors en quoi ça leur servirait de le saper à la base ? « Moi je dirais que c'est de la médisance, au point où ils veulent faire des tests, créer des pièges, t'imagine ce que ça va donner si le seul endroit dans lequel on pouvait encore parler de nos convictions s'avère tourner à une chausse-trappe? Ou on devrait faire attention à tout ce que l'on dit ou fait ?  » En tout cas elle ça l'énervera très vite, elle ne se gênera pas pour dire sa façon de penser, et bien entendu ça ne réglera pas le problème. Mais oui il avait raison Devos, autant ne pas s'attarder trop à ce sujet. Tout doucement les battements de son cœur reprenaient leur rythme normaux. Ses prunelles cependant élaguèrent le ciel pour s'assurer qu'elle ne craignait plus rien. Alors qu'elle reprenait sa marche elle déclara très sérieuse à son camarade « Mais je ne suis pas si douillette que tu crois, et puis comme ça on verrait si je suis ben apte à me défendre »

Bon faudrait qu'elle mette les bouchées double face à l'informaticien mais elle se sentait complètement prête à relever le défi. Cependant elle acceptait sa vision des choses, et elle ne l'obligerait pas à l'affronter s’il ne le désirait pas. « Sinon c'est un Terrien qui m'apprend alors je pourrais lui demander si ça t'intéresse » La bouclée se demanda si Gen ne finirait pas devenir fou avec toutes les péripéties qu'elle lui imposait. Elle savait qu'elle l'exaspérait très souvent avec paroles qu'il déclarait régulièrement  exaspérantes, mais en même temps il se montrait d'une extrême patience avec elle. Ainsi dans ses réflexions son esprit alerte lui indiqua cependant une forme à travers la végétation, d'un geste vif elle posa sa main sur l'épaule de Devos « Regarde ! Je crois qu'on tient quelque chose là !  »

avatar
20/12/2016 ELOW ; 661 JAI COURTNEY ; ELOW ; INFORMATICIEN ET LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; 117
— Chi cerca, trova —


Sujet: Re: Diamonds On The Inside
Jeu 15 Juin - 12:06



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Diamonds on the inside.
29 mars 2117

Aucune réaction. Pas le moindre mouvement. L’apparition de l’animal ne perturba pas Devos dans sa concentration, le poussant simplement à observer la chose disparaitre rapidement alors qu’il était clairement en train d’user de ses instincts de survie pour échapper à la mort. Immobile tel une statue, il ne réagit pas non-plus à l’apparition du prédateur qui est décidé à en finir avec son futur repas. D’une rapidité évidente, le volatile savait parfaitement ce qu’il faisait et s’efforça de récupérer le petit mulot sans le moindre problème. Ce monde était étrange et pourtant, quelque part, familier. Bien qu’ils étaient des hommes, Devos savait pertinemment qu’il y avait des choses dans ces bois capables de les avaler en une fraction de seconde. Peut-être que son imagination exagérée, mais son instinct de survie ne le trompait pas. C’était ce même instinct qui l’empêchait parfois de mettre le pied dehors. De prendre des risques. Il voulait vivre et apporter des changements, pas mourir bêtement sans avoir rien achevé. Toujours aussi calme qu’à son habitude, il n’est néanmoins pas insensible aux respirations fortes de sa partenaire qui semble avoir souffert de cet imprévu. Il est évident qu’il ne voit pratiquement jamais Tennessee de cette façon. Elle semblait ressortir d’un moment d’horreur et bien qu’il ne comprenait pas ce qu’il y avait d’effrayant dans cette situation, il se disait qu’elle avait vu plus d’horreur dans ces bois que lui. Qu’elle avait sans doute imaginé le pire. Parfois, il y avait du bon à ne pas savoir.

Est-ce que ça va ? Son regard jongla entre le ciel où avait disparue l’oiseau et la jeune mécanicienne. Il ne savait certainement pas quoi faire pour la rassurer, mais l’entendre insulter la bestiole le fit sourire. Oui, une insolence des plus déplacés. Il remarque bien que la couleur de son visage à changer, que la panique disparait à petite dose, qu’elle fait de son mieux pour reprendre le contrôle. Il espère que l’oiseau ne reviendra plus de si près, aussi imprudent puisse-t-il être. Devos avait beau n’avoir aucune notion d’attaque, il n’avait aucun problème à frapper tout danger. Du moins, à essayer.

Cette histoire de taupe commençait à l’agacer. Pourtant, Devos, savait pertinemment que c’était une possibilité. Que la manière dont le conseil avait pris sa décision finirait par faire courir la rumeur d’une taupe chez les rebelles. Sa tentative de le découvrir avec Murphy n’allait aboutir à rien puisqu’il était celui qui était responsable pour tous ces changements. Maintenant, il avait espéré que ce manque de résultat aboutirait à une conclusion évidente : le choix du conseil était une coïncidence. Mais les hommes sont des idiots et les idiots continueraient de croire aux pires. Le fait qu’il soit soupçonné l’étonne tout de même. Mais son caractère en est apparemment la raison et il ne peut pas forcément changer ça. Il est comme il est. Maladroit, fier, brutal et têtu. Il soupire tout de même, fatigué par avance par ces comportements enfantins. Pourtant, quelque part, ils n’ont pas tort. C’est bien lui. Mais sans doute ne voyait-il pas du tout les choses de la même manière, alors Devos ne pouvait pas se prononcer. La manière dont Tennessee affirmait sa confiance en lui le rassurai, tout comme il ressentait quelque chose d’autres. Comme un pincement étrange. Ce qu’il avait, c’était pour eux tous. Pour les rebelles. Pour avancer, bouger, ne pas rester constamment bloqué.

Il va falloir mettre les points sur les i. Sinon ça peut mal finir et aboutir à un résultat peu souhaité. Et par là, il voulait parler de la fin du mouvement tout ça à cause de leurs stupidités. De leurs incapacités à faire confiance, à faire avec les faits. Il se demande comment il peut rassurer, lui que personne n’écoute vraiment. Sa position chez les rebelles ne change pas le fait qu’on le respecte pas toujours Devos. Sauf quand ce respect est alimenté par la peur. Tout ça l’inquiète. Et son cerveau se met déjà à imaginer le pire et l’improbable. A visualiser des conséquences que son tableau imaginaire avait retirées depuis un moment.

Si tu le souhaites, on peut essayer un jour. Mais je pense sérieusement que je ne serais pas à 100% dans mes actes. Je n’aime pas l’idée de te blesser. Et puis, il suffisait de le regarder. Devos faisait deux fois sa taille et ses petites routines matinales lui donnait une force que la plupart des non-militaires n’avaient pas. Sa carrure imposante l’aider. S’il y a bien une chose qui lui permet de s’imposer, c’est cette voix grave accompagné de sa posture. Si tu lui fais confiance et qu’il peut m’aider, je veux bien.

A l’instant où la mécanicienne posa sa main sur son épaule, Devos s’arrêta. Ils avaient marché assez longtemps maintenant alors peut-être qu’ils n’étaient plus très loin. L’enthousiasme de la jeune femme poussa Devos à froncer les sourcils et à observer la forme dans les bois. Clairement, il y avait quelque chose. Sans doute un morceau de bâtiment ou quelque chose ?

Allons-y. Réajustant son sac, bougea quelques branches pour permettre à Tennessee de passer en premier. Ayant plus d’expérience que lui, il préférait la laisser guider. J’espère qu’on y trouvera des semblants d’éléments électriques. Si je pouvais réussir à trouver ce qu’il me faut pour mettre en place une centrale hydroélectrique domestique, ça pourrait nous aider à retrouver de l’énergie capable d’alimenter nos anciens serveurs. Il continuait à suivre la jeune femme, se limitant dans ses mots ne voulant pas non-plus la bombardé de toutes ses idées. Parler de ces recherches lui permettait aussi de mettre de côté sa peur tout à fait récente que les rebelles finissent mal.

Que penses-tu du déménagement ? Dit-il alors, presque un peu soudainement. Je n’ai pas eu l’occasion de te poser la question. L’idée avait été évoqué entre nous et maintenant que le conseil l’a appliqué, je me demande… Qu’est-ce que tu en penses ?



avatar
14/11/2015 Isa & I 3272 Katie Melua Kyran adorable & Avengedinchains & Lux aeterna Mécanique & Nanotechnologie 42
ψ Cat on a Hot Tin Roof ψ


Sujet: Re: Diamonds On The Inside
Lun 19 Juin - 22:58

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Devos & Tennessee #Tennevos

Trompe-la-mort, voilà le mot dont on pouvait qualifier Tennessee depuis son premier pas sur le sol terrien. Aventurière dans l'âme qui ne le soupçonnait pas, avant que de se trouver devant les immenses paysages offerts comme un inestimable cadeau par ce monde nouveau. Si passionnant pour la mécanicienne qu'elle se jeta corps et âme dans sa découverte. Néanmoins quelques difficultés, autres que les natifs, se trouvaient livrées avec qu'elle découvrit à ses dépens. Des animaux sauvages, imprévisible, mutants parfois, qui désiraient faire de vous leur repas. Certaines allergies qui se déclarèrent dues aux plantes, ingrédients ou encore diverses piqûres d'insectes. En témoignait la morte de Sadik ou sa mésaventure dans la tourbière embrumée. Cependant Tennessee acceptait toutes ces "indélicatesses" comme la loi éternelle qui déclare qu'il existe toujours un coté caché à chaque chose. Malheureusement sa phobie s'éveilla sans prévenir, surprenante comme une traîtresse. Comment savoir quand on parcourt des années les couloirs d'une boîte de conserve géante, se déplaçant malgré tout dans l'espace que tout ce qui vole terrifiera le cœur vaillant qui bat au fond de votre poitrine ? Alors que rarement - sinon jamais - elle ne reculait devant une menace. Dépitée par cette énigme à laquelle aucune solution ne se profilait, la bouclée préférait dissimuler ce qu'elle considérait comme une faiblesse.

Malheureusement, on n’enferme pas les oiseaux en cage, du moins plus - ou si peu - en cette nouvelle ère, et ça surgissait de partout sans avertissement. Certains désormais le savaient, mais elle fuyait toujours l'explication, l'affrontement qui eut signifiée une abdication de sa part. Pour le moment elle tentait seule d'éradiquer ce problème de sa tête. Pourquoi ça devait arriver alors qu'elle se promenait tranquillement avec Devos vers un site prometteur ? Affligée mais Furieuse elle répondit de façon un peu dure à l'inquiétude du jeune homme « Mais oui voyons pourquoi ça n'irait pas ? » L'agacement qui se dégageait de ses paroles s'adressait à sa personne, évidement il eut fallu être un peu devin - ou Malin ? - Pour mesurer la différence. Contre tout attente La Belle Brune ne su s'abstenir de souligner « Ce ne sont que des petits montres qui attendent le meilleur moment pour nous anéantir tous » Ce qui sonnait un peu hystérique, Tennessee le comprit directement. Malheureusement elle ne parvenait pas à identifier l'illogisme de ses réactions, alors aussitôt d'un pied vengeur elle écrasa une pauvre fougère perdue sur leur route. « Complétement ! Déplacé  » Renchérit-elle.

Elle supposa que le reste du trajet se passerait sans les visites de ses volatiles, aussitôt elle décida que s'attarder sur l'incident friserait le ridicule. Mais dans le cas où ça se reproduirait elle considérait la possibilité d'avouer ce détail ennuyeux à Devos. Ainsi se perdait-elle dans ses déboires sans prendre compte que ses paroles en ce qui concernait la taupe marquaient beaucoup plus l'esprit de l'homme qu'elle ne l'aurait supposé. Aussi le ton qui enrobait les derniers mots de l'informaticien la fit se tourner vers lui, pour déclarer avec conviction « Les points sur les I ?  Oh mais je l'ai fait Devos, je leur aie  dit de s'étouffer avec leur langues de vipère et tu aurais dû voir leurs yeux. Comme ils ressemblaient à des balles de golfes qui étaient sur le point de s'extraire de leur orbite. Puis j'ai rajouté que si jamais ils prononçaient encore ton nom ils auraient à faire à moi. Mais tu sais, quand ils chercheront toujours un mouton noir, ils regarderont toujours ceux qui ne se fondent pas dans la masse. Ça ne m’étonnerait pas qu'ils fassent un truc dans mon dos maintenant. Ils doivent surement avoir la rage après moi » Elle ne s'illusionnait pas Tennessee sur l'affection que la plupart des Odysséens lui portaient, mais ça la laissait complétement de marbre « On s'en fout hein, de toute façon on sait qu'on est innocents ! »

Pour Tennessee l'affaire était entendue, les autres se fourvoyaient largement. Aussi maline et clairvoyant qu'elle fut quand il en retournait de la plupart de ses semblables, une fois qu'elle les appréciait un peu plus que la plupart, elle se transformait en maman Louve, montrant ses crocs à tout va. Et si ceux de son petit-cercle trébuchaient, elle les aiderait à se relever sans qu'ils doivent se justifier.  « Oh mais non, si tu n'es pas à cent pour cent ça ne servira à rien ! » Et sans doute s'enthousiasmait-elle trop vite, bien qu'elle se retrouva à marcher à reculons pour bien examiner ce à quoi elle s'exposait en proposant un tel affrontement  « Bon tu as probablement raison, je parlerais à ce terrien dès que je le verrais. Je lui fais confiance, il m'a sauvé la vie » Point. Elle lui en retoucherait un mot une fois qu'elle pourrait lui fournir des infos concises, et plus que de simples hypothèses. Elle s'élança alors qu'il le lui suggérait, en slalomant entre les orties, ces plantes urticantes possédant la faculté de vous faire gratter jusqu'au sang. Surtout quand on se trouvait confronté pour la première fois à de telles démangeaisons « Fais attention » Prévint-elle Devos en lui désignant les coupables au cas ou elles le piégeraient pour la première fois « Elles ont des picots qui ne t'épargnent pas et en hiver je ne pouvais pas deviner qu'une telle étendue s'y cachait »

Traçant la route, elle stoppa soudainement, entre la structure et eux se trouvait une pente plutôt vertigineuse, qui remontait à pic par la suite, ça augurait de l'escalade assez complexe « Oh oh  » Laissa-t-elle échappé de manière énigmatique « Tu sais c'est bien ce que j'espère aussi qu'on puisse utiliser à nouveau tous nos petits instruments modernes et diaboliques pour les natifs. Mais je crois qu'on va avoir un peu de fil à retordre » Néanmoins elle n'émettait pas l'idée de revenir sur ses pas, un échec jamais ! Surtout eux deux réunis. « Si on s'accroche bien ... » La bouclée attendit qu'il la rejoigne en espérant qu'il traverse sans problèmes ce champ sournois et vile. Ainsi il lui donnerait son avis sur la meilleure façon de se rendre de l'autre côté. « Le déménagement, tu sais ... tu pourrais utiliser la rivière peut-être pour recréer de l'électricité, il y a un endroit avec de forts remous, on a failli s'y noyer lors de notre première expédition. Tu pourrais vérifier, je veux même bien venir avec toi afin qu'on voie les possibilités. Sinon je pense que c'est plutôt une bonne chose. Nous sommes à mon avis trop exposés ou nous sommes. La carcasse ne nous protégera pas des siècles, regarde déjà avec le tremblement de terre. Cependant il faut le faire intelligemment et pas laisser le conseil ordonner à la va vite pour se retrouver dans une situation pire encore ! Et toi que crois-tu ?   »

avatar
20/12/2016 ELOW ; 661 JAI COURTNEY ; ELOW ; INFORMATICIEN ET LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; 117
— Chi cerca, trova —


Sujet: Re: Diamonds On The Inside
Mar 20 Juin - 18:56



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Diamonds on the inside.
29 mars 2117

Il se souvient parfaitement de ce qu’il a ressenti la première fois qu’il est sorti de l’Arche pour poser un pied sur terre. Du tremblement de son corps, inquiet et excité par l’inconnue que ce monde lui réservait. C’était une expérience différente, hors-norme. Une expérience indescriptible tant elle avait saisi Devos tout entier. Et même si tout ce qu’il voulut à ce moment-là, c’était d’avancer et d’aller vers ces espaces magiques à ses yeux, il senti son être s’arrêter. Se stopper face aux dangers. S’il y avait bien une chose qui avait marqué les différentes générations d’Acciario, c’est bien leurs sens de la survie et de la pratique. Il était idiot de mourir par bêtise. Devos avait, depuis longtemps, compris qu’il devait accomplir des choses, qu’il devait avancer dans la vie, avant de se laisser piéger par la fin. Les premières expéditions qu’il a effectuées lui ont vite prouvé une chose : ce qu’ils avaient appris dans les livres ne s’appliquaient plus totalement. La radioactivité avait transformé la planète, elle avait transformé sa terre et sa nature. Plus rien n’était pareil et pour ceux qui n’avaient connus que le ciel, c’était d’une complication extrême. Si les survivants n’attendaient pas autant de sa part, peut-être aurait-il passaient ces derniers mois à explorer et à apprendre. A cartographier, à noter, chaque détail, chaque structure, chaque élément. A tester surtout, tout est n’importe quoi. Mais il lui était vite venu à l’esprit qu’il avait trop de lacune en biologie pour savoir quoi faire et comment faire. De même que ces capacités étaient trop avantageuses dans le domaine de l’informatique et l’électronique. Il devait donc faire une liste, faire des priorités. En attendant de jouer les aventuriers, il devait d’abord régler la question du confort et de l’énergie. Ensuite, peut-être, avec l’aide de quelqu’un de plus scientifique, pourrait-il découvrir ce monde dans ces racines et révolutionner leurs modes de vie.

Silencieux, son regard se posa de nouveau vers la direction où le volatile avait disparu. Ce n’était pas dans ses manières de taquiner Tennessee et son ton agacer ne le dérangea pas. Elle avait le droit d’avoir peur, de craindre, de paniquer. Quelque part, cette situation le rassura même. Il y avait sans doute plus d’humanité et de simplicité en Tennessee qu’en lui. Si jamais il termine pas être un vrai robot, peut-être qu’elle, elle peut le sauver ?

S’il revient, je tâcherais de lui apprendre les bonnes manières. Parfois, sans prévenir, les mots sortent d’eux même. Il ne sait pas franchement ce qu’il cherche à faire, si c’est un moyen de la rassurer, de s’amuser un peu. De changer le ton de la conversation ou pas. Mais quelque part, le sérieux de sa voix ne fait que valider sa bonne volonté.

En entendant Tennessee et la manière dont elle a défendu l’informaticien, quelque chose lui donna envie de rire. La voir ainsi sur la défensive et prête à détruire ceux qui oser jouer les idiots étaient une image franchement plaisante. Elle n’avait pas tort. S’ils devaient choisir un coupable, ils iraient toujours piocher celui ou celle qu’ils ne parviennent pas à comprendre. Et même s’il avait dire qu’elle avait raison, qu’ils étaient innocents, il se refusa ce mensonge supplémentaire. Il se contenta de sourire, amicalement, sincèrement et de poursuivre le chemin sans rien ajouter sur cette histoire de taupe au risque de se trahir et pour le moment, il n’était pas prêt de le faire. Il accordait toute sa confiance à la jeune femme, mais il n’osait pas. Pas maintenant, du moins. Ça serait trop facile. Cependant, une voix lui disait qu’il devrait le faire. Qu’il devrait essayer, avec elle justement, au cas où la situation le force à se révéler.

Il t’as sauvé la vie ? Si c’était le cas, Devos n’avait aucun problème alors. C’était sans doute une preuve ultime que c’était quelqu’un d’assez malin et d’honnête. D’assez bien. Suivant la jeune femme de prêt, il suivi ses directives et fit attention aux plantes présentes. Il fit signe de tête qu’il comprenait et se montra prudent. Il n’avait que peu d’expérience face à toutes cette nature. Se rapprochant du bord, il observa la pente devant lui et se mit à observer les alentours pour y chercher un moyen moins dangereux de se rendre sur les lieux. Je le sais. Je m’en suis rendu dès les premières secondes sur cette planète, mais ça ne m’empêche pas d’être proche d’une solution viable. Des étincelles dans les yeux, il semblait complétement certain de lui et de ces idées. Là, regarde. Ça semble tout de même moins dangereux de descendre et les branches pourraient nous aider plus facilement à remonter. Il pointa du doigt une zone un peu plus loin à la droite de Tennessee. Un espace était assez dégagé pour la descente et en face, des feuillages et des branches laissaient indiquer que c’était assez solide pour remonter en escaladant.

Je crois que c’était à faire et que c’est à nous, maintenant, de profiter des négligences du conseil pour faire de ce déménagement une mission réussi. Il observa la pente sous ses yeux, se demandant s’il ne devrait pas laisser Tennessee passer avant lui. Tu sais, on n’aurait jamais eu la position et le pouvoir nécessaire de réellement proposer et appliquer un déménagement… En mettant les choses en place, le conseil nous a fait une faveur. D’une part, nous avons pu remarquer les réactions de chacun face à l’idée, de l’autre le projet a finalement été appliquer et nous permet désormais de pouvoir avancer. Tant en tant que survivant, qu’en tant que rebelle.

Finalement, c’était peut-être nécessaire qu’il lui dise. Qu’elle le sache. Il n’en sait rien. Au fond, il n’a pas l’impression d’avoir commis une erreur, au contraire. Il a agi pour le bien de tous, de chacun, d’eux. Il suivi la jeune femme et remonta comme il le pu en essayant de ne pas se fatiguer lors de la montée. Il attendit qu’ils soient de l’autre côté, en forme, en vie et sans dommage. La structure lui semblait vraiment prometteuse. Mais avant d’aller plus loin, il attrapa le bras de Tennessee sans trop forcer pour l’arrêter dans sa marche.

Avant qu’on aille plus loin, j’ai quelque chose à dire. Il lâche son emprise, sérieux et confiant de ces mots. Il n’y a pas de taupe, Ten’. Mais il n’y a de coïncidence non-plus. C’est simplement mes actions, à moi et moi-seul. Le conseil avait bel et bien des envies similaires, mais sans volonté précises. Le fait que la rébellion s’intéresse à la même chose les a poussés à nous devancer. Comme je l’espérais… Il marque une légère pause. Puisque les règles sont différentes ici, puisque nous étions tous au point mort et incapable d’agir, j’ai décidé de faire un pas en avant. Et de faire bouger la situation. Je ne suis pas si innocent que ça, je suis désolé.




avatar
14/11/2015 Isa & I 3272 Katie Melua Kyran adorable & Avengedinchains & Lux aeterna Mécanique & Nanotechnologie 42
ψ Cat on a Hot Tin Roof ψ


Sujet: Re: Diamonds On The Inside
Lun 26 Juin - 19:04

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Devos & Tennessee #Tennevos

Des étincelles pétillèrent dans les prunelles noires de la Brune. La commissure de ses lèvres se leva légèrement alors qu'elle imaginait Devos s'appliquer à faire des remontrances à ce satané volatile. Fière d'avoir capté pour une fois le second degré de la phrase. Beaucoup plus réceptive semblait-il quand il s'agissait de quelqu'un de proche d'elle. Quoi que la bouclée dû encore s'accrocher pour lire régulièrement entre les lignes, si une seconde signification s'y cachait. Exercice particulièrement compliqué et épuisant selon elle. Pourquoi toujours vouloir transformer les paroles qui sortaient de votre bouche en mystérieux messages destinés aux plus avertis. Sa propension à tout prendre au pied de la lettre lui valait parfois - même souvent - de se retrouver la cible des moqueurs depuis toute petiote. Elijah ayant été le premier, elle lui garda longuement rancune, fait inhabituel chez elle, mais sans doute parce qu'elle commença par l'apprécier enfant. Pour l'homme, L'Odysséenne le croisait peu, ayant toujours refusée de  devenir sa patiente. Pas lui. Jamais. Cependant elle s'appuyait sur ses souvenirs pour traduire, puis recevoir l'humour jaune, noire ou pince sans rire. « Et bien il t'en faudra de la patience car je les soupçonne en plus d'être très mauvais élève ... Mais je te remercie du fond du cœur ! »

Finalement sa peur s'envola comme le volatile, grâce à la bonne volonté de Devos, qu'il manifesta un brin de drôlerie ou fut totalement sérieux. Ils évoluèrent pourtant vers  quelque chose de plus noir. Du moins telle en était l'évocation, mais Tennessee y ajoutait de couleurs chaudes en prenant, avec énergie, la défense de Devos. Particulièrement confiante, elle ne fut pas alertée par son étonnant silence quant à ce sujet. Persuadée qu'il lui donnait raison, donc que rien de plus utile ne pouvait être rajouté. A quoi bon s'étendre sur une cause entendue ? Cent fois elle préférait devenir la cible de que laisser des soupçons planer sur l'informaticien. La bouclée remarqua cependant que l'homme montrait une certaine distraction. Se rongeait-il les sangs après ce qu'elle venait de lui révéler ? La Mécanicienne se maudit d'avoir beaucoup trop parlé, de s'emporter comme à son habitude quand ça touchait aux êtres occupant une place importante dans sa vie. A tout prix elle devait faire en sorte, pour la tranquillité d'esprit de son camarade, de ne plus revenir sur ce problème. Elle saisit donc avec bonheur la perche qu'il lui tendait à propos du Terrien, bien qu'elle ne fut pas complètement assurée que Gen apprécierait d'être cité si souvent chez le peuple du ciel. « Oui il m'a sauvé la vie ... Tu te souviens de Tristam ? »

Probablement pas, personne chez les odysséens ne parlait jamais de lui, trop jeune, trop complexe, un révolté qu'il fallait vite oublier à l'époque. Celui qui lui ouvrit les yeux sur les injustices qui régnaient sur leur vaisseau. Ce garçon à cheveux longs qui lui indiqua la route vers la rébellion. « Il a été envoyé avec les cent ... à notre insu. Et quand je ... nous sommes arrivés ici, je voulais le retrouver alors j'ai demandé de l'aide à Sadik pour localiser le lieu... » La première fois qu'elle racontait cet événement à qui que ce soit. Tennessee n'aimait pas s'étendre sur sa vie, encore moi sur ce qu'on nommait les émotions, qui lui demeuraient souvent incompréhensibles. Ce qui n'empêchait pas la lourdeur de son être quand un malheur frappait. « Alors je suis parti à sa recherche, mais ce jour-là j'avais rendez-vous avec ce terrien, il m'avait promis de m'amener jusqu'aux ruines sauf que Tristam est apparu. Il m'a reconnu mais il m'en voulait, il me pensait responsable… enfin moi, toi, tous les nôtres pour ce qui lui est arrivé sur cette planète alors. Je pense qu'il avait perdu l'esprit... » Sans aucun doute. La bouclée se remémorait les tourments infestant son regard, cette fureur qui emplissait tous ses mots. Cet ami précieux ayant perdu la paix à jamais qui se retournait contre elle « Alors il a voulu me tuer et Gen est intervenu, il l'en a empêché. Tu peux avoir confiance » Après elle ne promettait pas que ni l'un ni l'autre ne se sauterait dans les bras de joie.

Le dialogue ne s'enflamma pourtant pas plus longtemps sur cette histoire. Sorti vivant de l'épreuve des orties Devos redonnait la foi à Tennessee, en un futur se rapprochant de leur ancienne expérience, possible. Ce dont elle ne doutait pas la bouclée, dotée de ce moral à tout épreuve qui l'accompagnait  - presque - partout. « Ah oui c'est parfait ! Dirigeons nous par-là  » Aussi la jeune femme se mit en mouvement suivit par Devos. Elle ne négligeait cependant pas d'écouter avec grand intérêt l'avis qu'il partageait avec elle, alors qu'ils atteignaient le lieu plus propice à la descente suggéré par le Rebelle. Songeuse elle analysait sa vision à lui des événements qui accompagnaient le déménagement « En effet, il se peut que sans cette décision plusieurs aient finit par partir en petits groupes chacun de leur côté. Çà nous aurait affaiblis. Tu sais, parfois j'aimerais partir solitaire mais je me dis que ce choix nous absorberait tous et qu'on finirait tout simplement par disparaître. Au fond c'est une bonne chose et on doit vraiment en profiter comme tu le soulignes si bien pour tirer notre aiguille hors du jeu et diriger les choses comme on le souhaiterait !  » Elle a entamé la descente en lui répondant, concentrée sur le moindre de ses gestes, s'accrochant à la plus petite aspérité pour ne pas dévaler la pente d'un côté, comme de l'autre.

Alors que Tennessee atteint enfin le sommet de la remontée, essoufflée malgré sa bonne forme physique, Devos lui attrape soudainement le bras. La jeune femme s'immobilise au bord de la pente, surprise par ce mouvement imprévu de l'homme. Le voilà qui parle, qui s'exprime, se confesse ... Un peu étonnée, puis confuse elle ne comprend pas tout de suite ou il veut en venir. « Oh ... » Laisse-t-elle tout d'abord échapper en rembobinant tous les mots de l'informaticien pour les réécouter dans sa tête une seconde fois. Les assembler, leur donner un ordre, une logique, une signification ... Un pause. Subtile. Minime. Lente. Ses jambes flageolent doucement car Tennessee ne parvient pas à trouver un sens au discours de Devos. Est-ce une autre blague ? Elle lève ses iris vers son visage pour en prendre la température. Son ami ... Si sérieux. « Il n'y a pas de taupe ? » Questionne-t-elle comme pour se cramponner à un garde-fou, Il lui apparaît difficile de lâcher prise pour la taupe. Surtout que ça implique Devos qui en réclame le déguisement. « Une seconde je dois réfléchir  » Mais elle aura beau désassembler les phrases du Rebelle, le puzzle final restera toujours le même. Désormais des tas de questions se bousculent au portillon afin de bien éclairer ce que tout ça implique « Alors tout ça c'est toi ?  » Elle recule pour prendre de la distance, son pied ne rencontre que le vide, Tennessee dérape et ses doigts se referment sur ce qu'elle peut agripper ...

avatar
20/12/2016 ELOW ; 661 JAI COURTNEY ; ELOW ; INFORMATICIEN ET LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; 117
— Chi cerca, trova —


Sujet: Re: Diamonds On The Inside
Dim 9 Juil - 13:33



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Diamonds on the inside.
29 mars 2117

La terre a toujours été fascinante. Lorsqu'ils étaient tous là-haut, ils avaient tous rêvé de revenir sur la planète de leurs ancêtres. De vivre de la manière dont eux avaient vécu. Ce n'était alors qu'un fantasme, qu'un rêve. Ils étaient les survivants de l'humanité et le monde à leurs pieds n'étaient pas encore prêts à les accueillir. Mais tout s'était accéléré. Leurs maisons dans les étoiles ne parvenaient plus à garder le rythme et bientôt cent ans de survie, allaient s'écrouler sur une terre détruite. Ils avaient de la chance d'être en vie. De retrouver un semblant de logique et de civilisation ici-même. Mais une chose avait bouleversé Devos et sans doute d'autres personnes aussi. Ils n'étaient en rien les sauveurs de leurs races, car certains avaient réussi à échapper à la mort ici-même. Ceux qu'ils étaient, en revanche, c'était un rappel de ce qu'ils avaient construit et appris. Une étape de l'évolution. Les Terriens semblaient avoir adopté des coutumes et un savoir-faire primitif qui n'avait pas échappé aux yeux de l'informaticien. C'était comme si des siècles les séparés et pourtant…

Loin de se moquer de son amie, Devos se demandait si l'oiseau comptait revenir à l'attaque ou non. L'atmosphère se transforma sous ses mots et il fut assez ravie d'entendre la réponse du Tennessee. Ils risquaient d'être des mauvais élèves… Le sourire de Devos s'étira un peu plus alors qu'il jeta un dernier coup d'œil. Ce n'est pas tant l'image d'une classe constituée de volatiles qui le fait sourire, mais plus ses remerciments. Il était là pour elle, elle était pour lui. Fin de l'histoire. C'est sans doute ça aussi, qui le pousse à réfléchir davantage à la situation de son acte de ‘trahison'. À ses yeux, il n'a en rien trahi les siens. Il le sait. En revanche, il trahit la confiance que la jeune mécanicienne et ça, c'est autre chose. Jusqu'ici, il n'avait jamais remis ce genre d'élément en question tant il était évident que rien ne pouvait briser ce lien qui s'était construit. Son acte n'avait certainement pas calculé les sentiments des autres et leurs réactions vis-à-vis de ces choix. Pourtant, simplement cette conversation, a ouvert les yeux de Devos sur une chose très simple. Il ne regrettait absolument pas le secret de ce qu'il avait fait. Il avait porté ça seul, sachant que le temps et la discrétion étaient primordiales pour que tout se passe correctement. Mais les peurs d'une taupe au sein des rebelles avaient éveillé le doute et la paranoïa et ça, il ne pensait pas que ça s'éterniserait. Il se disait qu'une fois que le piège avec Murphy n'aboutirait à rien, alors ils passeraient à autre chose.

Il ne pensait pas comme eux. Il n’avait pas envisagé le doute constant des hommes. Si lui avait une confiance quasi aveugle envers Chris, Murphy et Tennessee, ce n’était peut-être pas le cas des autres. Son amie venait de le prouver. Chacun était soupçonné. Ce que Devos ne voulait pas, c’était que la division s’impose… Il voulait encore moins être responsable d’une brisure irréparable.

Faisant signe de la tête, Devos avoua ne pas se souvenir. Il faut dire, il n'avait aucune mémoire des choses qui ne le touchaient pas directement lui ou sa technologie. Il écouta attentivement son amie raconter la manière dont le jeune garçon avait été envoyé et la façon dont elle avait cherchée à le retrouver. Il s'arrêta en écoutant son récit. La vengeance. Rien que d'imaginer la scène, Devos se sent légèrement étrange. Comme si une partie de lui aurait aimé agir plutôt, empêcher le jeune garçon de tourner si mal. Comme s'il aurait aimé être là aussi, avec elle pour le chercher. Il baissa la tête une seconde avant de reprendre la marche.

Je crois que c'est peut-être pour ça, aussi, que je ne suis jamais allé voir ces jeunes. Avoua-t-il simplement. Je suis responsable de ce qui s'est passé, comme d'autres. Nous sommes nombreux à ne pas avoir réussi à arrêter ce qui aurait pu être un massacre. Ils sont peut-être encore en vie, mais je crains de voir leur état depuis qu'ils sont ici. Il soupire. Ce qu'ils ont subi est impardonnable. Presque cruel à ses yeux. Il se tourne alors vers son amie et admet simplement : Je le contacterais, Merci Tennessee.

Mais ils devaient avancer et si les jambes de Devos commençaient à suggérer une certaine douleur, il n'en fit rien. Ils étaient bientôt arrivés à destination. Il suggéra un espace plus propice à leurs survies et la mécanicienne semblait partagée son avis. Il en profita pour donner son avis sur ce déménagement et fut surpris de voir qu'elle était plutôt d'accord avec sa vision des choses. Preuve qu'il avait fait la bonne chose. Il était évident que la séparation d'une communauté l'affaiblissait. Les survivants du ciel devaient rester soudés, ensemble et se battre côte à côte face aux diverses surprises de la planète. Il observa Tennessee descendre puis remonté et suivait ses gestes avec beaucoup de précautions. Cet instant lui permit de réfléchir à ce qu'il avait à faire. Lui dire. Il relâche rapidement son emprise pour essayer d'être honnête et direct. Il sait qu'elle doit sans doute prendre son temps pour réfléchir et assimiler les informations qu'il lui balance. Que ça ne doit pas être facile de comprendre qu'il n'y a pas de taupe, pas de traitre… Que Devos avait simplement manipulé la situation seule. Il saisit dans son regard qu'elle analyse chacun de ces mots et ne veut rien rajouter au risque de la brusquer.

Il n'y a pas de taupe. Répéta-t-il. Il se tait de nouveau, trop effrayé de sa réaction. Avait-il bien fait ? Aurait-il dû se taire ? Il n'en sait rien. Il sait juste qu'il ne peut pas la laisser dans l'ombre. Qu'il ne peut pas la laisser croire qu'il y a un traitre parmi eux. Et alors qu'elle reprend la parole, elle recule. Ce geste envoie d'abord un premier message à Devos. L'éloignement est toujours un signe de désaccord, mais aussi un signe de peur. Comme si elle ne savait pas qui il était, comme s'il était un danger aussi. Mais rapidement, elle perd son équilibre et Devos attrape de nouveau son poignet pour la tirer férocement contre lui et l'empêcher de glisser dans le vide. S'il a pu être aussi rapide, c'est sans doute parce qu'à la seconde où elle s'est éloignée, lui il s'est rapproché. Il n'a pas réfléchi, il a agi. Son corps n'a pas désiré la distance qu'elle souhaitait imposer et s'est avancé. Désormais, la jeune femme était entre ses bras, de retour à un équilibre certain.

Je ne suis pas un ennemi. Fut la seule chose qui sortit de ses lèvres alors qu'il se rendit compte qu'il n'avait toujours pas lâché la mécanicienne. Doucement, il décida de retirer son emprise et de s'éloigner avec précaution. La dernière chose qu'il voulait faire, c'était lui faire du mal. J'ai fait ce qu'il y avait à faire pour que les choses changent. Je ne pensais pas que ça aurait un tel impact…


avatar
14/11/2015 Isa & I 3272 Katie Melua Kyran adorable & Avengedinchains & Lux aeterna Mécanique & Nanotechnologie 42
ψ Cat on a Hot Tin Roof ψ


Sujet: Re: Diamonds On The Inside
Mer 12 Juil - 19:02

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Devos & Tennessee #Tennevos

Cette histoire de taupe prenait beaucoup plus d'importance qu'elle n'aurait due aux yeux de Tennessee. Au départ elle se reconnaissait très mauvaise menteuse alors elle évitait de gérer le relationnel dans leur groupe. Elle laissait ça aux mains de Murphy et Chris, quoi que pour ce dernier elle commença légèrement à douter de ses capacités. La bouclée regrettait amèrement Faust qui malgré son caractère particulier s'en tirait si bien ! La mécanicienne se contentait de son côté de récupérer des informations ou des objets qui leur serviraient à plus longue échéance. Elle gardait les armes confisquées bien au chaud, en construisait d'autres un peu hétéroclites mais efficaces, de plus elle s'améliorait avec le temps puis l'expérience. Au départ elle eut bien rit à la mention d'un espion en leur sein, étant si peu nombreux, sans compter les défections de certains. Mais après l'incident avec Sadik, elle se surprit à porter beaucoup plus d'attention aux personnes l'entourant. Surtout avec les nouveaux qu'on recrutait ou qui rejoignaient le mouvement. Trop confiante en ceux qui participaient depuis le début, elle ne portait ses soupçons que vers les plus récents comme Marlène ou même Isaiah. Aussi sans les snober elle ne leur adressait pas souvent la parole. D'autant que depuis la mort de Tristam, celui qui éveilla sa conscience elle s'impliquait avec beaucoup plus de gravité.

Chris elle lui accordait sa confiance parce que la blonde leadeuse disparue lui répétait régulièrement que si elle venait à s'absenter, Tennessee devrait s'adresser à lui. Puisqu'elle ne prétendait alors ne s'en remettre qu'à Faust. Mais de là à dire qu'un lien véritable fut établi entre eux, non, Néanmoins malgré la maladresse de ce dernier elle n'envisageait pas une seconde qu'il puisse y être impliqué. A moins que d'avoir déliré alors qu'il se trouvait au plus mal lors de son retour. Pour Murphy le rapprochement se fit lors des recherches  au début de la disparition de leur chef. Jusque-là la mécanicienne avait toujours ressenti une certaine distance venant de la brune, mais désormais, elle ne doutait Pas que les a-priori se fussent effondrés. Au fond de son cœur bien caché au milieu de sa poitrine une bougie brûlait nuit et jour pour le bien de la garde et D'Antarès. Et la bouclée ne doutait pas une seconde que cette dernière eut préférée se couper la main plutôt que de trahir leur mouvement. Quant à Devos elle le fréquentait avant même de savoir qu'il appartenait aux rebelles. De par leur métier ils se croisaient et collaboraient ensemble bien souvent. A ses cotés, depuis toujours elle agissait librement sans chercher à ne pas lui englober la vérité dans un nuage doux et mielleux. Comme lui conseillait le psychologue qu'on l'obligeait à voir afin qu’elle ne heurte pas l’ego de la plupart des Odysséeens qu'elle croisait.  Pas besoin de mettre un filtre à ses pensées, tout comme lui, elle s'exprimait comme ils le désiraient. En plus leurs intérêts et curiosité commune se rejoignaient avec plaisir sur des sujets qui rebutaient la plupart des gens.

Dans sa caboche, Devos représentait l'honnêteté, la droiture, la force et l'intelligence. Oui tout ça en même temps. Alors oui, il possédait une place de choix dans son petit cercle, et lui encore moins qu'un autre ne serait mis en doute en face de la mécanicienne. Certainement eut elle laissé cette histoire derrière elle avec un haussement d'épaule. Mais depuis cette accusation, elle se donnait un point d'honneur à laver la réputation mise à mal du jeune homme. Sans le lui révéler bien entendu, pour le pas le perturber avec toutes ces histoires insensées. Elle se reprochait un peu d'ailleurs, d'avoir amené le sujet sur le tapis. Tout en observant le ciel alentour avec suspicion s'inquiétant du retour du monstrueux volatile, qui vicieux comme il était se montrerait bien capable d'aller chercher du renfort. Et si dans quelques instants une trentaine se ramenaient à l'assaut d'elle et de son camarade ? Aussi musclé qu'il fut, contre ces sournois il finirait par se faire vilipender.

Sinon Tennessee n'attendait pas particulièrement que Devos se souvienne particulièrement de Tristam ou de ses propres actions à elle quand ils vivaient dans l'espace. Elle possédait une mémoire assez extraordinaire et se heurtait au fait que la plupart de la population qui l'entourait : non. Parfois ça se révélait une petite malédiction. Surtout quand elle évoquait un récit encore brûlant dans son esprit mais que tous les visages autour d'elle restaient éteints comme des bovins entrains de ruminer.


Elle épargnait bien entendu cette comparaison à ceux qu'elle appréciait. Alors la bouclée fut agréablement surprise qu'il évoqua les cent, même si elle senti poindre une douloureuse culpabilité derrière ses paroles  « Tu sais ... Murphy m'y a traînée à Noël, tu le sais hein, sinon je n'aurais pas vu ce coin et on ne serait pas parti en expédition. Et bien ils nous ont plutôt bien accueillis même s j'ai senti chez certains une grosse méfiance. Et c'est bien compréhensible, mais j'ai l'impression qu'ils se débrouillent bien mieux que nous et que d'une certaine façon, ce geste condamnable qui à été fait à leur égard a été comme une seconde chance pour eux » Oui Tennessee en gardait un bon souvenir malgré le lapin sanglant reçu sur son visage qui lui donna  l'air d'une zombie le reste de la célébration. Comme elle considérait ce genre d'amusement avec beaucoup moins de rigueur que ses pairs,  la mécanicienne parvenait à apprécier des moments ou d'autre eussent ronchonné avec force.  « Mais tu sais la meilleure façon de t’en rendre compte serait de leur rendre visite, et de leur demander directement ce qu'ils souhaiteraient ... Tu ne crois pas ? » De plus ils venaient de faire une partie de la route qui les rapprochait d'eux. Tennessee estimait que l'opportunité ne devait pas se bouder.

Et puis arrivée presque à destination, au-dessus de la montée, sur le bord, le vent a tourné. Devos qui avoue. Quoi exactement ? Ça la déboussole un peu la bouclée alors qu'elle fait preuve de sang-froid habituellement. Elle en perd son équilibre tout en essayant de bien éclaircir ce qu'il vient de lui confesser. Tout ça n'a pas vraiment de sens, ça lui donne le vertige, et en réalité elle glisse, s'imagine avaler par le vide en dessous de ses pieds. Plus par réaction des explications de Devos que de sa chute. Elle ne craint pas la mort Tennessee, elle sait que si elle la rencontre elle aura au moins vécu des aventures passionnantes sur terre. Alors elle profite de ceux qui éveillent des petites lumières dans son âme. Au jour le jour, Murphy, Gen, Devos, Sam, Richard, Antarès .... Et lui le grand géant il veut faire en sorte de souffler sur la sienne ! NON NON NON. En un quart de seconde la voilà contre la poitrine de Devos. Elle qui ne supporte pas la proximité elle y reste blottie sans rien dire. Elle écoute cet organe qui palpite au-delà de la barrière d'os et de chair. Elle refuse de voir en lui un ennemi mais elle ignore encore comment réagir. Il l'a trompée ! Et Tristam a voulu la tuer, mais elle lui a pardonné. L'informaticien a prétendu avoir ses raisons, mais Tennessee elle n'a pas vraiment écouté. La voilà qui se redresse, puis avec force elle lui frappe l'épaule une fois, deux fois, trois fois, quatre fois.... pour le faire reculer.  « Et pourtant tu as foutu un sacré bazar crois-moi ! On va faire quoi maintenant pour que ça se calme ? parce que désormais que je le sais je suis ta complice ! »

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Diamonds On The Inside

 

Diamonds On The Inside

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Narry Potter [Spoiler Inside]
» Les Gros Cons ! (Humour suisse inside)
» Every single one of us has a devil inside [pv Ab']
» I saw the life inside your, eyes - Cassia
» GD 2011 project (big stuff Inside)...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-