Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Knowledge is power |Meeka|
maybe life should be about more than just surviving


Modo
avatar
02/03/2017 Thinkky/Angel 389 Zoe Saldana avengedinchains (ava), Astra (signa), Psychadelya & Angie & hennaed (icones) Conseillère chamane ~ Gardienne du savoir/Oratrice & diplomate 196
Modo


Sujet: Knowledge is power |Meeka|
Dim 19 Mar - 22:17

Le soleil se levait à peine quand Rowena se glissa hors de son habitation. Le village était encore endormi alors qu’elle le traversait. Quelques personnes étaient levées, s’occupant des réserves ou encore de déblayer la terre malgré le temps plus que froid de ce début de journée. La chamane s’arrêta quelques minutes, histoire de faire la conversation, demander si tout allait bien. Il s’agissait aussi de son métier de faire attention aux autres, de vérifier que tout allait bien au cœur même de la tribu. Même si parfois, sa patience était mise à rude épreuve. L’un des cas les plus « problématiques », si elle pouvait parler ainsi, était le comportement à l’encontre d’Isha. Rowena ne parvenait toujours pas à comprendre les doutes, le mépris envers elle, et c’était quelque chose qui l’agaçait tout de même.  Parce que la jeune femme avait toutes les capacités nécessaires mais que personne ne le voyait réellement. Et la conseillère avait toujours détesté ce genre de comportement au sein de la tribu, là où était, à ses yeux, prôné la tolérance. Et l’acceptation des autres, dans la mesure où la personne n’avait fait aucun acte répréhensible. Enfin, il fallait croire que la nature humaine avait toujours eu des soucis…

Rowena finit par quitter le village une fois son tour des personnes réveillées fait. Le froid la saississait sous les étoffes pourtant chaudes, lui rappelant que le printemps n’avait pas encore totalement repris ses droits sur la Nature. Et il fallait vivre suivant le rythme de celle-ci, chose que la chamane faisait sans le moindre souci. Ses yeux se glissaient sur les arbres, la forêt alentour, s’attardaient sur les différentes plantes ornant les lieux. Elle n’avait pas les connaissances d’Harlan et Caleb au sujet de celles-ci, préférant l’observation du ciel et la méditation. Néanmoins, cela ne l’avait jamais empêché d’observer la beauté de la Nature, et de tout faire pour que celle-ci ne soit plus détruite comme elle l’a pu être lors de la guerre ultime de leurs ancêtres. D’ailleurs, avec l’arrivée des débarqués, elle aurait pu avoir peur de ce qu’ils avaient prévu de faire sur leur Nature. Allaient-ils la respecter, ou l’envahir à nouveau ? De grandes questions qui n’avaient pas empêché Rowena de leur venir en aide, mais qui étaient restées présentes dans son esprit tout du long. Un soupir quitta ses lèvres alors que ses yeux se tournaient vers le ciel. Le soleil avait pris ses droits sur la nuit, et un grand ciel bleu la surplombait désormais. Et pourtant, l’air ambiant ne se réchauffait pas. Son souffle produisait toujours de petits nuages blancs, une couche de glace très fine recouvrait le sol par endroits… Une belle matinée d’hiver.

Il lui fallut une ou deux heures pour atteindre le deuxième bras de la rivière. Elle aurait pu rester non plus du village, mais la chamane voulait être tranquille. Ou plutôt, elle s’apprêtait à revoir une amie qui lui était très chère, bien qu’aujourd’hui, ce soit plus pour des informations que pour discuter du bon vieux temps qu’elle lui avait donné rendez-vous ici. Enfin, dans un premier temps. Après, il y avait de grandes chances pour que cela digresse, comme toujours. Enfin, pour l’instant, Rowena était comme à son habitude en avance, ce qui lui permettait de se mettre non loin de la rivière pour une petite méditation. Elle avait moins de chances de se faire interrompre ici qu’au milieu du village, où on pouvait venir la trouver à tout moment, pour n’importe quelle affaire. En espérant aussi que personne ne déclenche une guerre en son absence. Quoique, elle n’avait pas forcément besoin de ne pas être là pour qu’on manipule dans son dos…

Un bruit de pas, une présence. La conseillère rouvrit ses paupières, tourna la tête. Juste à temps pour voir Meeka arriver. Meeka, qui était une amie très proche, et surtout très vieille puisque les deux femmes avaient plus ou moins le même âge. Meeka, qui allait et venait dans les autres tribus. Et qui pouvait certainement mieux se fondre que la conseillère que Rowena était. Un avantage, si l’on souhaitait avoir certains types d’informations. Puisque la chamane savait que certains pans lui étaient volontairement cachés quand elle était en déplacement, en visite pour de quelconques négociations. Un large sourire se dessina sur son visage, alors qu’elle se relevait rapidement pour accueillir la femme.

« Meeka ! Ca faisait longtemps… »


En effet, les voyages de son interlocutrice prenaient toujours un certain temps…

Admin
avatar
29/01/2017 avengedinchains 304 Katheryn Winnick sign by ALAS Forgeron qui bricole aussi le bois 1
Admin


Sujet: Re: Knowledge is power |Meeka|
Mar 18 Avr - 21:02

» Knowledge is power
Il faudrait peut-être qu’elle envisage d’un peu moins s’éloigner de chez elle. Meeka le sait, ce n’est pas en restant dans le village qu’elle parviendra à lier contact avec les gens. Pour autant, elle ne cache pas non plus que sur certains points, elle fait absolument tout ce qu’elle peut pour ne pas se faire absente trop longtemps. Jamais deux voyages en un. Toujours un retour de plusieurs jours entre deux. Si elle part longtemps, elle rentre pour un petit moment. Il faut savoir se fixer quelques bases, après tout. Sinon, nos voisins deviennent des inconnus et si on devient des inconnus pour eux, ce n’est pas très bien non plus. En réalité, à côté de ses envies et de sa bonne volonté de faire en sorte que tout se passe bien, la Naori a réalisé depuis bien longtemps qu’il n’est pas toujours facile de faire ce qu’on veut. Que c’est une volonté, certes, et qu’on rêve de faire les choses convenablement mais que ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Il y aura toujours les imprévues, les aléas de la vie. Parfois, elle part longtemps, parfois elle croise quelqu’un et elle fait la route pour se rendre ailleurs. Parfois, en réalité, elle se dit qu’elle n’a pas assez vendu et que ce sera plus intéressant d’aller ailleurs. Et parfois encore, elle réalise que c’est ridicule. De toute manière, on a toujours envie de bien faire les choses. Est-ce qu’on y arrive ? Pas vraiment. Et c’est sans doute sur ça qu’il est préférable de se concentrer. Mais ça n’a rien de facile. Un soupir s’échappe lourdement des lèvres de la femme, alors qu’elle avance au cœur de la forêt. Ses pas l’approchent de plus en plus de son village, elle le sait.

Elle regarde autour d’elle, un instant. Elle préfère faire attention à ce qu’on ne la suivre pas. En général, elle trouve ça plus facile, d’ailleurs. Elle est proche de la rivière, pour le moment. Cette volonté de se débarbouiller est plus forte que de rentrer. Elle profite, se baigne et lorsqu’elle en a assez, sort de l’eau. L’air n’est pas très chaud et elle frissonne doucement alors qu’elle se sert de sa tenue pour se sécher le visage. Le vent lui fouette la gueule et lui fait même un peu mal sur les joues. Autant s’éviter ça. Et quand elle se sent prête, elle retourne du côté de son village. Mais elle ne marche pas bien longtemps parce que ses pas sont entendus par quelqu’un qui ne tarde pas à pointer le bout de son nez. « Meeka ! Ca faisait longtemps… ». Levant le sien, le regard de Meeka se pose doucement sur Rowena. Une amie qu’elle n’a pas vu depuis quelques temps. Faut dire que pour que ça coule tout seul, il faudrait que la blonde ait un peu moins la bougeotte. Elle lui sourit, s’avance vers elle doucement. « Oui, je rentre à peine ! Comment vas-tu ? ». Elle remet son sac sur son épaule. Lourd mais moins qu’à l’aller, ça a plutôt bien marché. Et puis bon, elle a l’habitude de ce poids, ça ne lui fait plus grand-chose. Et ça la muscle un peu. C’est pour ça qu’elle a un joli corps. Il n’est même pas question de prétention hein. Elle estime qu’elle a un joli corps parce qu’elle a une carrure assez sportive. Pas trop non plus, heureusement.

Forcément, puisqu’elles se croisent en dehors du village, il y a deux options. Soit elle rentre aussi, et dans ce cas, Meeka peut entraîner la conversation sur d’où elle vient. Tranquillement. Mais bon, le danger sera alors de lui demander si elle est d’accord ou non. Il est possible qu’elle ne le soit pas, d’ailleurs. Mais ça, c’est une autre histoire. Ou alors elle s’en va et dans ce cas, elle peut lui demander où elle va. Mais bon, dans les deux cas, c’est vrai que c’est un peu intrusif. Mais ça, c’est une autre histoire à laquelle elle n’a pas envie de songer. Meeka n’use pas forcément des bonnes choses, elle ne fait pas toujours attention. D’ailleurs, pour tout dire, parfois, sa curiosité lui fait défaut. Elle ne peut pas s’empêcher de laisser les choses se passer comme ça a toujours été. Alors forcément, elle se mêle assez régulièrement de ce qui ne la concerne pas. S’intéressant à des sujets qui ne sont même pas supposer atteindre les oreilles des gens. C’est compliqué. Mais si les questions gênent les gens, les réponses sont faciles non ? Ils n’ont qu’à dire qu’ils ne veulent pas répondre. Et il n’y aura alors rien de plus à y ajouter. « Où vas-tu donc ? ». Un fin sourire sur les lèvres, elle n’use pas d’un ton tranchant. Heureusement. Juste la politesse et la curiosité. L’envie de savoir, et de bavarder avec son amie qu’elle ne voit pas assez souvent. Faut dire que la conseillère ne peut pas vraiment l’accompagner sur la route et qu’inversement, elle ne supporterait pas de ne pas partir.


notes » w/ Rowena, près de la rivière, le 19 mars 2117.

Modo
avatar
02/03/2017 Thinkky/Angel 389 Zoe Saldana avengedinchains (ava), Astra (signa), Psychadelya & Angie & hennaed (icones) Conseillère chamane ~ Gardienne du savoir/Oratrice & diplomate 196
Modo


Sujet: Re: Knowledge is power |Meeka|
Sam 6 Mai - 16:33

Revoir le visage de sa vieille amie lui faisait du bien, elle devait l’avouer. Rares étaient les amitiés qui duraient autant, et elle le ressentait davantage depuis la rupture avec Harlan, et leur relation qui avait rapidement tourné au vinaigre. Le conseil était devenu un lieu empli de tensions, où chacun refusait de lâcher ses principes, où la chamane se retrouvait à devoir aller à l’affrontement pour éviter certaines propositions. D’ailleurs, elle avait compris que cela embêtait franchement son ancien amant. Il n’avait pas l’habitude qu’on le comprenne, qu’on puisse trouver d’autres arguments pour rendre les siens inexploitables. Finalement, voilà où l’avait menée leur relation. La blonde était donc une bouffée d’air bienvenue dans sa vie, surtout avec l’hiver qui touchait à sa fin. Un bon timing, et le sourire s’accentua un peu plus sur ses lèvres alors qu’elle se rapprochait à grand pas de Meeka. Meeka qui était assise sur le bord de la rivière, ayant certainement profité de la douceur du temps pour une petite baignade dans l’eau pure qui s’étendait sous leurs yeux. Chose que Rowena aurait pu faire aussi, si elle n’avait pas été là pour récupérer quelques plantes, et se laisser aller à quelques méditations. Enfin, c’était ce qui était prévu dans un premier temps, mais la rencontre pourrait lui faire réadapter son emploi du temps. Ce qui n’était pas plus mal à vrai dire.

Elle rentrait, revenait de son voyage d’affaires comme elle en faisait temps. Rowena n’avait jamais évoqué que ceux-ci avaient tendance à l’effrayer pour la femme, quand bien même celle-ci était légèrement plus âgée qu’elle et qu’elle la savait suffisamment prudente et intelligente pour ne pas se mettre dans des situations dangereuses. Néanmoins, la chamane avait toujours été ainsi envers les membres de la tribu. Protectrice, au point d’en être étouffante. Sans forcément la fermer aux personnes extérieures, elle-même se plaisant à discuter avec d’autres tribus. Cependant, elle n’en restait pas moins méfiante dans certains cas, et souhaitait à tout prix que les siens restent à l’abri. Et si les deux autres conseillers en pensaient de même, les moyens qu’ils souhaitaient mettre en œuvre pour arriver à cette fin étaient bien différents. La question la fit légèrement sourire. Comment allait-elle. En voilà une qu’elle ne se posait plus depuis des lustres, la vie étant rythmée par les décisions à prendre, les personnes à rassurer quant à l’arbre de vie. Encore plus ces dernières semaines, ces derniers mois, alors qu’une branche s’était brisée. C’était d’ailleurs par rapport à celle-ci qu’Harlan avait pris contact avec elle quelque temps plus tôt, d’où un léger besoin de s’éloigner, de se ressourcer.

Sac remis sur le dos, arrachant un sourire à la chamane. Elle aussi en avait un, vide puisqu’il devait lui servir à récupérer quelques échantillons dans la forêt, et ainsi observer l’état global de celle-ci. Car l’Arbre de Vie était une chose, mais si le mal rongeait tout leur habitat, toute la Nature les entourant, celle qu’ils respectaient et adoraient plus que tout, là, Rowena serait réellement inquiète. Pour le moment, elle attendait d’en voir plus, d’en savoir plus, même si ses vaines tentatives de communication se heurtaient au silence. Finalement, il avait fallu qu’elle s’avoue vaincue. Pour l’instant. Evidemment, elle n’évoquerait pas entièrement cela, malgré la qualité d’amie qu’avait son interlocutrice, il ne fallait pas provoquer une panique pour si peu. En espérant que ce soit réellement si peu…

« Ca va plutôt bien de mon côté. Le printemps arrive, que demandez de plus ? On va pouvoir à nouveau revivre à l’extérieur et en profiter pour cueillir les premières baies et recultiver. » Léger sourire à cette évocation. Voilà qui permettrait d’oublier quelques soucis pour la tribu. « Et toi, tu vas bien ? Le voyage n’a pas été trop long ou dur ? »

Rowena se rapprocha de l’eau, s’accroupit sur la berge et laissa ses doigts glisser dans le liquide. Frais, mais une température logique par rapport à l’époque de l’année. Il faudrait encore attendre quelques mois, en espérant que la chaleur serait au rendez-vous, pour pouvoir s’y baigner pleinement, sans risquer d’attraper froid en sortant d’ailleurs. Elle se redressa, reposa son regard sur Meeka.

« Je me promenais un peu, et je cherchais quelques plantes à récupérer et à ramener au village. Ca me permet de vérifier l’état de la forêt au passage. Ton déplacement a été bon de ton côté ? Tu étais loin cette fois ? »

Question, intérêt pour la femme qui se trouvait face à elle. La main mouillée fut séchée à même les vêtements de la conseillère. Nouveaux pas vers la blonde.

« Si tu prends la direction du village, on peut discuter en chemin. »

Ce n’était pas comme si quelqu’un pourrait intercepter leurs paroles. Pas au milieu de la forêt.

Admin
avatar
29/01/2017 avengedinchains 304 Katheryn Winnick sign by ALAS Forgeron qui bricole aussi le bois 1
Admin


Sujet: Re: Knowledge is power |Meeka|
Dim 27 Aoû - 19:48

» Knowledge is power
Tu ne prends pas toujours le temps pour tes amis hein. Tu le sais et au moins, pour cette raison, tu n’en blames personne. Meeka, tu n’as jamais eu un fond vraiment méchant. Tu as toujours fait de ton mieux pour satisfaire tout le monde. Sauf qu’au fil des années, tu as fini par réaliser que tu n’étais pas au mieux, et que ça ne risquait pas d’aller en s’arrangeant. Au contraire, même. Tu as juste cessé de t’attarder sur les gens et tu t’es mis à t’intéresser à toi. Tu en avais besoin, disons. Et tu ne risques pas de te le reprocher. Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Et c’est mieux. Tu n’es pas rancunière, du moins, pas sur n’importe quoi. Mais au moins, tu apprends toujours de tes erreurs. Et tu estimes que c’est ce qui se trouve être le plus important. La logique ne s’envole jamais bien loin. Et c’est juste comme ça. Mais tu refuses de souffrir pour les autres comme tu l’as si souvent fait. Aujourd’hui, tu tentes d’avancer et de comprendre ce monde que tu ne comprends pas toujours. Un soupir s’échappe de tes lèvres alors que tu grimaces légèrement. Tu as souvent fait souffrir les gens. Tu ne le voulais pas mais c’est arrivé. Les gens viennent parfois te voir pour te demander comment tu vas ou pourquoi ils n’ont pas l’occasion de te voir plus souvent. Triste à n’en pas douter. Mais les gens semblent incapables de le comprendre. Tu ne fais pas vraiment mal les choses. Tu n’utilises pas toujours les bonnes ruses mais tu fais de ton mieux et suppose que c’est suffisant. Ce n’est pas le cas. On ne parvient pas à comprendre que tu puisses vouloir voyager, vendre ton bordel, te faire connaître comme ton père était connu. Il ne l’était pas de tout le monde mais il a fait de son mieux. Et c’est un assez bon début, disons. Alors quand son regard se pose sur le doux visage de Rowena, Meeka n’a pas vraiment envie de réfléchir aux choses de la vie et surtout aux mauvaises choses. Toi, tu vois le bon côté des gens, et surtout, tu vois leurs bons points. Qu’ils fassent donc une fixette sur tes mauvais côtés, s’ils le souhaitent. Toi, tu sais sur qui tu peux compter. Et la jeune femme devant toi fait partie des personnes sur qui tu peux compter justement.

Il faudrait juste que tu prennes un peu plus de temps rien que pour toi. Tu n’y arrives pas. Jamais, et c’est bien ça le problème. Tu as toujours une occasion, ou une envie. Tu aimes bouger et quand tu reste au village, tu traînes dans ta forge pour fabriquer un peu plus. Tu ne restes jamais vraiment en place ou à de très rares occasions. Alors forcément, on ne te voit pas souvent si on ne vient pas te voir, justement. Et les choses ne se passent jamais comme on le voudrait. Mais oui, de plus en plus, tu envisages de faire la part des choses. De rester un peu plus souvent chez toi. De toute manière, tu sais que bientôt, si ton commerce fonctionne vraiment comme tu le voudrais, tu finiras par trouver des clients devant ta porte. Et tu en as besoin. Parce que ce sera la consécration de ton travail jusque là, un signe d’une existence réussie. Tu veux faire la fierté de ton père, est-ce que c’est vraiment surprenant ? Qu’il soit là ou non, tu sais que son esprit n’est pas bien loin et à tes yeux, ça compte. Ca compte plus que tout.

« Ca va plutôt bien de mon côté. Le printemps arrive, que demandez de plus ? On va pouvoir à nouveau revivre à l’extérieur et en profiter pour cueillir les premières baies et recultiver. ». Tu es contente de savoir qu’elle va bien. Et ça te fait du bien de l’entendre. Mais elle a raison, le printemps arrive et il s’agit de ta saison préférée. Les arbres qui fleurissent à nouveau, la température qui se fait plus clémente. Tout un tas de petites choses qui te font du bien. Et tu n’as besoin de rien d’autre. Enfin bref. Oui, tu es contente de voir le printemps revenir et de pouvoir grignoter à nouveau dans les cultures quand tu leurs ramènes certains outils pour y arriver plus facilement, pour épargner les dos, avec quelques faucilles. Tu n’es pas du genre à te fatiguer à la tâche et tu cherches toujours une certaine facilité. Et quand tu peux aider autour de toi, oui, ça te fait du bien aussi. Tu détestes tourner en rond. Mais ces derniers temps, c’est vrai que tu en as un peu envie. ” J’ai hâte de venir vous voler quelques baies au passage. Il faudra me dire si niveau faucille, il en refau “. Tu aimes aider mais tu n’aimes pas être intrusive. Si on ne te demande rien, tu ne fais rien volontairement et sans raison. Tu ne t’imposes jamais, et c’est bien mieux comme ça.

« Et toi, tu vas bien ? Le voyage n’a pas été trop long ou dur ? ». Tu souries doucement. Parce qu’en réalité, tu trouves toujours que les voyages sont trop longs ou trop durs. Ton sac est lourd, tes pieds crient de douleur. Mais tu ne te lasses pas, sans vraiment savoir pourquoi. Tu profites de chaque trajet, de chaque instant. Tu prends le temps dont tu as besoin pour traverser. Tu ne te précipites jamais. Tu visites, si on peut le dire, découvrant toujours un nouveau coin. Cette île reste gigantesque et tu as l’impression que chaque jour, tu pourrais être amené à découvrir un nouveau truc. Oui, tu trouves ça fou, mais on ne peut pas toujours savoir de quoi il sera question. Ce qui n’est finalement pas si mal. Tu râles souvent mais c’est toujours fait avec plaisir, tu ne le nies pas. Jamais. ” Je vais bien oui. Trajet fatiguant comme toujours mais ça ira mieux après une bonne nuit de sommeil. “. C’est toujours comme ça. Et bien sûr, tu ne pourras pas partir en voyage dès demain. Il te faut toujours plusieurs jours pour récupérer, pour souffler un peu. Et puis bon, tu as quand même échangé certaines armes. Tu vas donc devoir en faire de nouvelles.

Tu la regardes se rapprocher de l’eau, y glisser ses doigts. Tu t’installerais bien sur le sol, glissant tes pieds dans l’eau. Pourtant, à cette période de l’année, il fait un peu trop froid et l’eau ne risque pas d’avoir les degrés nécessaires. Tu viens de chez les Calusas et là-bas déjà, l’eau était bien trop froide. Ce n’est donc pas ici que ça va changer. ” Nous pourrons bientôt à nouveau nous baigner “. Bientôt oui, mais tu ne sais pas encore dans combien de temps. Pas tout de suite, en tout cas. Mais bientôt, et c’est sans doute tout ce qui compte. Les fraîcheurs s’envoleront et les peaux de bêtes avec elles. « Je me promenais un peu, et je cherchais quelques plantes à récupérer et à ramener au village. Ca me permet de vérifier l’état de la forêt au passage. Ton déplacement a été bon de ton côté ? Tu étais loin cette fois ? ». Trop loin mais agréable, malgré tout. Et tu te permets de penser que c’est la seule chose qui compte. Tu as été bien accueilli et on t’a même prêté une chambre pour le temps de ton séjour. On t’a permis de manger du très bon poisson, également. Oui, tu as été bien reçu. Et les enfants ont bien reçu tes petites sculptures. ” C’était vraiment bien oui. Je suis allée au village Calusa. J’ai eu un très bon accueil. Je n’ai pas réussi à obtenir grand chose mais c’était vraiment agréable. J’ai fait quelques cadeaux “. Comme à chaque fois, Meeka. Tu aimes plaire et satisfaire les gens. Voir les sourires se glisser sur les lèvres des gens. Un besoin. Et tu ne risques pas de t’en formaliser.

« Si tu prends la direction du village, on peut discuter en chemin. ». Parfait alors. Puisque c’est par-là que tu vas et que tu n’as pas franchement envie de la voir s’éloigner de toi déjà. Vous ne vous retrouvez que depuis quelques minutes. Pourquoi donc faudrait-il que vos routes se séparent ? C’est bien trop tôt. Et tu es même persuadée qu’elle a beaucoup de choses à raconter. T’as même aucun doute à ce sujet. ” Je rentre oui. Et j’espère que tu as des choses à me raconter ! Je veux du croustillant “. Tu te mets légèrement à rire, c’est que t’as toujours été curieuse comme femme. Et ça, tout le monde le sait.

Spoiler:
 


notes » w/ Rowena, près de la rivière, le 19 mars 2117.
 

Knowledge is power |Meeka|

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» V,2. Knowledge is power ∞ Egidius & Amarinda
» Honduras : la victoire du « Smart Power » par Eva Golinger
» Conversion de Power Fist pour gardes impériaux
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...
» [Photoshop][Difficile]The Power Sign'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: place of death :: La rivière-