Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Sanctuaire [Tennessee]
maybe life should be about more than just surviving


avatar
04/03/2017 82 Anna Torv pêche/cueillette 125


Sujet: Sanctuaire [Tennessee]
Ven 10 Mar - 23:56

Elle a de la fatigue plein les yeux, Wilhelmina. Du silence plein les lèvres. De la nervosité plein le corps. Elle n’a, surtout, pas le choix. Personne ne dort bien, ces derniers jours, et elle n’est plus seule à réveiller ses voisins par ses cauchemars. Pas la seule dont les rêves se peuplent d’effondrements, de terre s’ouvrant, de murs s’écroulant.

Sa pêche a été maigre, à croire que les poissons eux-mêmes se terrent, après la colère du sol. Les écrevisses… oh, il y en a eu quelques unes,mais ses pièges ne sont sans doute pas encore au point.. Pas de quoi nourrir une légion, donc. Quelques racines, quelques feuilles aisément reconnaissables et ces quelques poissons. Peut-être a-t-elle assez pour nourrir quatre ou cinq personnes.

Elle a de la lassitude plein l’esprit, et le moral qui se roule dans l’herbe, dans les talons, à hauteur des pâquerettes.

Dans un geste égoïste, elle s’était arrêtée, avant de rentrer au campement. Appuyée à un tronc d’arbre, de son couteau de poche, elle avait épluché, lentement, quelques cœurs de bardane, les avait grignoté avec une gorgée d’eau et une pomme trop acide cueillie sur un arbre sauvage, maigre, aux branches rongées de mousse. L’acidité du fruit est presque insoutenable, fait monter à ses yeux des larmes aiguës. Quelques feuilles plus coriaces… puis, faute de vouloir allumer un feu, faute d’accepter le risque de voir sa pêche souffrir de la chaleur étouffante, il avait fallu rentrer.

Le soleil est encore haut dans l’azur du ciel, les ombres commencent à peine leur lente pousse.
La chaleur ne cesse d’augmenter.

Ses pas rejoignent une piste plus fréquentée, la silhouette bien connue d’une chasseuse la salue, geste auquel elle répond, armée de son plus beau sourire. Le plus courageux, le plus déterminé. Elles ne se parlent pas mais aux besaces que transporte la brune, Wilhelmina devine qu’elle a eu plus de succès qu’elle. Ensemble, elles rentrent chez elles...

Le tremblement de terre avait transformé leur campement, presque organisé, en une scène digne des cercles infernaux… Mais, déjà, les premiers signes d’ordre fleurissent. Les taches ont été partagées, classées, réparties. Les plus pressantes ont été abattues les jours précédents, les plus grands dangers sont écartés… Et si un minimum d’Odysséens se charge d’assurer la subsistance, la majorité des troupes tente de rendre un visage humain au campement. Déblayer, ranger, sauver ce qui peut l’être… S’abriter, à nouveau.

Les pas des deux femmes se dirigent vers les cuisines provisoires, où elles exposent les résultats de leur expédition matinale. Trois lièvres et quelques plus petits animaux que la pêcheuse ne se risquerait pas à nommer, pour sa collègue, qui sourit un peu. A côté d’elle, la blonde aurait presque honte de son résultat, si elle avait du temps à perdre à cette émotion-là. Deux petites truites, un énorme poisson d’une espèce qu’elle n’avait, jusque-là, jamais attrapée, et une douzaine de crustacés. Dont certains ont déjà grignoté la chair pâle d’une de ses prises, découvre-t-elle, pestant silencieusement. Sa cueillette n’a pas vraiment meilleur aspect, mais l’équipe chargée des cuisine ne le relève pas, se contentant d’un remerciement, lui tendant une sorte de galette compacte et légèrement salée qu’elle emporte pour la grignoter en attendant d’être affectée à une autre tâche.

« Construction » lui dit-on. C’est presque craché, mais les ombres de suie noire sous les yeux du responsable annihilent son envie de lui sauter à la gorge.Tous. Ils sont tous dans un sale état… Presque tous. Il y a ces êtres étranges que le défi semble ravir, que les tourments éveillent, qui ne brillent jamais autant qu’en ces moments-là, et qui sauvent leurs comparses, sans le savoir, par leur luminosité… Mais ni lui, ni elle ne sont de ces gens-là. Alors elle lui sourit, le remercie, s’éclipse.

Partout, des groupes au travail, pour mettre sur pied des abris provisoires ou transformer, consolider les premiers efforts frénétiques qui avaient suivi le tremblement de terre. Les ahanements, les soupirs, les grincements de tôle, le bruit des masses, les discussions qui coordonnent les efforts.

Certains chantiers ressemblent à de petites fourmilières. Et puis… il y a les autres. Ceux qui travaillent seuls, ceux qui ne sont que deux ou trois, rient ou serrent les dents en creusant, plantant, redressant, nouant…

Au pied du dortoir où elle est ..parquée, en attendant mieux, elle dépose son matériel, s’étire un moment et retire la baguette qui relevait ses cheveux en un chignon lâche pour le resserrer ,avant de le fixer à nouveau. Quelques secondes de répit, quelques instants égoïstes. Avant de replonger. De s’incorporer à une équipe et de travailler...

C’est la lassitude qui lui fait fuir les fourmilières et un groupe taciturne, qui la mène vers elle… Une chevelure sombre, un sourire connus. Un prénom croisé dans les archives d’histoire, de géographie… Sur lequel elle ne retombe pas. Pas Canada. Pas France. Pas Missouri.

« Hey. Salut !… besoin d’aide ? »

L’Odysséenne ne l’avait apparemment pas vue, et sursaute, relevant la tête et la fixant avec un peu de surprise. . Wil essaie un sourire amical, tout en tentant de comprendre ce à quoi s’est attelée Tennessee…

avatar
14/11/2015 Isa & I 3051 Katie Melua Kyran adorable & Avengedinchains & Lux aeterna Mécanique & Nanotechnologie 219
ψ Cat on a Hot Tin Roof ψ


Sujet: Re: Sanctuaire [Tennessee]
Mar 14 Mar - 20:05


Willhelmina & Tennessee


Quand la terre à grondé sous ses pieds, La Brune se trouvait en dehors de leur lieu de vie. Basculant dans la végétation, entortillée dans les branchages, il fallut un moment à la Bouclée pour s'extirper de tout ce labyrinthe. Avant que d'être prise à parti par la colère de la terre elle se rendait vérifier les armes dérobées par la regrettée Faust. Une fois debout la mécanicienne décida de rebrousser chemin afin de s'enquérir de la situation sur le camp. La-bas, quand elle se retrouva sur place :  des humains qui courraient dans tous les sens.  Mais surtout un beau bordel, qui impliquait que ce serait difficile les jours à venir d'aller s'assoir prêt du ruisseau les pieds en éventails ! Bon, ça arrivait très rarement à l'hyperactive Tennessee qui préférait prendre ses petites pauses prêt du feu ou en bavardant avec Zach ou Murphy. D’ailleurs en pensant à ce dernier elle ne le voyait nul part, certainement qu'il devait avoir réussi à se tenir à l'abri de tout ce bazar en flemmardant dans un coin. De son allure décidée, elle pénétra dans le vaisseau, désormais encore en plus mauvais état qu'auparavant. La brune louvoya parmi les  débris ou les blessés, s'assurant en passant qu'on s'occupait d’eux, ou qu'il ne fallait pas abréger leur souffrance pour plus d'humanité. La jeune fille le dénicha légèrement hébété dans un coin, puis le tira au dehors sans un peu brutalement pour le sortir de cet enfer.

il fut très vite évident à Tennessee que les dortoirs ne lui conviendraient plus. Trop de monde, trop de passages, trop de blabla. Elle improvisa donc un petit bivouac non loin des débris de l'odyssée, ou elle et son ami d'enfance pourraient s'installer et dormir en attendant mieux. Cependant au fil des jours, ce qu'elle s'imaginait temporaire se transforma en abri sommaire, quelques planches plantées dans le sol, ornées d'une veille bâche récupérée dans tout ce qui trainait sur le terrain. Le caractère de Tennessee, désormais libre de tout suivi psychologique, de toute bride qui la retint un peu trop dans les conventions, ne se prêtait pas beaucoup au travail de groupe. D'ailleurs on se contentait de l'appeler quand le besoin d''une personne manuelle, habile de ses mains comme la mécanicienne devenait impératif. Bien que peu recherchée pour sa compagnie on la savait intelligente et imaginative, toujours prête à trouver une solution à un problème. Autrement elle se rendait utile en allant chercher du bois. En triant ce qui pouvait être sauvé dans le tas de gravats provoqués par la catastrophe et regroupés dans le même endroit. Les yeux perçants de la demoiselle lui indiquaient la possibilité de se servir d'un objet apparemment inutile. Il fut décidé entre les deux comparses, au bout d'un certain laps de temps de s'installer définitivement à l'extérieur en construisant un abri plus judicieux.

Enfin le "Eux deux" désignait dans ce cas surtout la bouclée qui ne cessait de fouiller dans tous les recoins après la pièce magique qui rendrait leur petit chez soi solide, agréable et bien isolé. Ceci Quand il lui restait quelques moments pour elle, que la mécanicienne ne destinait pas aux recherches toujours en cours avec murphy, à propos de leur blonde amie commune. Assoupi dans leur lieu de vie temporaire, Zach ne réagit mème pas quand Antarès, le partenaire idéal pour Tennessee, vint se coucher prêt de lui avec un os à ronger. Le jeune chiot préférait l'extérieur que l'intérieur aussi en profitait-il régulièrement pour sauter dans les jupes de la brune pour réclamer une pomme juteuse. Tennessee venait de tirer une grande plaque métallique, légèrement pliée et ondulée, il serait possible d'en faire un mur ou sans doute un toit en l'assemblant avec une ou deux autres. Les mains sur les hanches, son cerveau fonctionnait à la vitesse grand V, concentrée elle ne perçut pas le bruit de pas - légers - se dirigeant dans sa direction. Alors forcément quand la voix la héla elle se retourna brutalement les sourcils froncés. « Si j'ai besoin d'aide ?  » La bouclée partait du postulat que : Non elle n'en nécessitait de qui que ce soit. Mais elle connaissait aussi cette expression qui prétendait qu'il existait des exceptions à la règle. « Bah pourquoi pas ? »

En langage *Tennessien* ça signifiait oui. La bouclée se dirigea vers la femme en avançant la main, sa façon de lui dire merci et bienvenue. Cette chevelure blonde, elle la croisait régulièrement. Même elle se remémorait avoir pu échanger quelques paroles avec la nouvelle venue, mais son prénom lui échappait, car jusqu'à présent elle n'y avait porté aucun intérêt. Tennessee estimait qu'il s'agissait de détails car elle ne tentait pas de se lier avec les autres, même si en secret elle se battait pour eux. Paradoxale sans doute. « Je voudrais bien construire une abri assez solide et étanche pour qu'on puisse y passer l'hiver  » Expliqua t'elle en désignant le dormeur étendu un peu plus loin, auquel le canidé léchait le bout du nez pour jouer. « Alors ça commence par chercher du matériel dédaigné par les autres, mais encore assez solide pour que je puisse en faire quelque chose... Et ensuite assembler tout ça. Parce que je compte pas retourner dans le dortoir ou tout le monde est serré comme des sardines et qu'on finit par croire que la respiration de notre voisin est la nôtre » Voilà le comment du pourquoi établi sans détour. Tennessee supposait que la tâche semblerait ingrate à sa vis à vis, mais au moins la voilà informée des travaux entrepris. « Alors si tu as du temps à perdre tu peux venir t'amuser avec nous  »

avatar
04/03/2017 82 Anna Torv pêche/cueillette 125


Sujet: Re: Sanctuaire [Tennessee]
Mar 18 Avr - 2:25

Elle n’est pas certaine d’être bienvenue et cligne des yeux, en regardant la brune, un peu indécise. Son regard se pose ensuite sur le paresseux allongé, qui en semble pas vouloir hausser le petit doigt pour son propre abri… Mais le chien,près du visage endormi, la fait sourire. Les animaux domestiques restent une source d’émerveillement toujours renouvelée, pour elle. Leur vivacité, leur curiosité, l’intelligence dans leurs regards et la chaleur de leur pelage…

Mais elle laisse les propos de ...Brittania? Non… oh, elle ne sait plus. Elle laisse la brune lui expliquer ce qu’elle recherche et ce qu’elle pense faire. Trouver du matériel encore en bon état mais dédaigné...pfiou… avec l’activité dont fourmillait le campement, ce e serait pas la tâche la plus simple, mais soit. D’un hochement de tête, elle accepta cette première tache.

Et, avec un « Okay… je vais voir ce que je peux trouver », elle sourit et s’éloigne, parcourant le campement, ondoyant entre les autres survivants, à la recherche de matériaux.Un plaque d’aluminium un peu tordue, des câbles éventrés, dont en reste que la gaine de latex, une branche presque droite, une toile de plastique miraculeusement intacte,mais peut-être trop mince…

Elle cherche quelques dizaines de minutes, fouillant dans les tas de rebut, parmi les débris de l’épave et les ruines dues au tremblement de terre. Un détour lui permet d’aller récupérer les ronces qu’elle a écorcées puis nattées, pour en faire des liens. Elle revient avec sa récolte, et la pose au sol, près de ce qui semble destiné à devenir un abri.

« Bon… je te laisse voir ce qui peut être utile… je vais tenter d’aplanir le métal… »

Un galet au creux de la main, agenouillée sur le métal pour le maintenir collé au sol, elle commence à marteler les vagues de l’aluminium tordu. Le bruit lui fait un peu grincer des dents, mais, le regard rivé sur sa tâche, elle s’applique, jusqu’à obtenir un résultat acceptable. Avec un grondement sourd, elle s’étire, passe une main sur la surface doucement bosseler par les coups de pierre qui l’ont un peu aplanie.

Elle sent peser sur elle le double regard du chien et de l’homme couché, qui caresse l’animal allongé sur son ventre. Tous deux semblent lui reprocher le bruit qu’elle a pu causer,mais elle hausse les épaules avant de se redresser.

« Bon… Ca… C’est fini pour l’instant. »

Il y a une satisfaction absurde à avoir accompli cette tâche, avoir progressé, en voir le résultat, doublée du soulagement d’éviter le tambour métallique du grès sur la tôle. D’un mouvement souple, elle redresse à la verticale le pan d’aluminium, et le présente à la cheffe des travaux, avec un sourire en coin.

« Je ne peux pas faire mieux sans me briser les poignets… »

Emporté par la satisfaction, un aveu échappe à ses lèvres souriantes.

« Je vais être honnête… je ne me souviens plus de ton prénom… Et ça serait plus simple, non, si je le connaissais ?  »

C’est le moment que choisit le chien, étrangement, pour quitter la panse tiède sur laquelle il s’était étendu, pour venir glisser sa truffe humide sur ses jambes,lui arrachant un couinement surpris. »

avatar
14/11/2015 Isa & I 3051 Katie Melua Kyran adorable & Avengedinchains & Lux aeterna Mécanique & Nanotechnologie 219
ψ Cat on a Hot Tin Roof ψ


Sujet: Re: Sanctuaire [Tennessee]
Jeu 25 Mai - 17:16


Willhelmina & Tennessee  


Depuis son arrivée sur cette terre peu de gens se proposèrent pour lui apporter de l'aide. Généralement elle n'en attendait pas, et malgré son affection pour le paresseux barbier, elle préférait tout tester en solitaire. Comme dans son attitude elle restait assez rude, le peu de gens qui s'y essayèrent décidèrent rapidement de passer à autre chose. Contrairement à la plupart des humains, Tennessee ne craignait pas la solitude. Aussi, un peu surprise par l'intervention de la blonde, elle réagit selon son habitude, ne soupçonnant pas que peut-être, cette dame là lui offrirait un peu plus de résistance. Ou qu'elle possédait une réelle envie de se montrer utile. Oui Tennessee supputait que sa visiteuse musardait sans doute dans le coin pour échapper aux groupes un peu épuisants,  chargés pour la plupart de réparer les dégâts. « Parfait » Murmura t-elle alors en la regardant s'éloigner de dos. Reviendrait-elle ? La voilà, Tennessee soudainement curieuse de le découvrir. Son attention se reporta sur son bout de métal qu'elle tenta une première fois de piétiner afin de l'aplatir au mieux. Parce que même si son abri se résumerait à des tas de morceaux récupérés, ça ne l'empêchait pas de lui donner une certain style.

Alors qu'elle se reculait pour observer l'avancement de sa tentative, d'autres objets objets vinrent se atterrir dessus. Tout en même temps qu'une voix s’éleva à coté d'elle. Tennessee fronça les sourcils prête à en découdre avec celui qui venait se mêler de ses affaires. Mais reconnaissant la tonalité, l'instant suivant son expression tourna à la surprise. « Et bien dis donc tu as pas chômé , je pensais même que tu reviendrais pas » Néanmoins la bouclée s'accroupit auprès du butin ramené par la blonde, alors que cette dernière s'activait à réussir bien mieux ce qu'elle essayait de réussir auparavant. Elle l'observa un moment avant de déclarer « Ta méthode est bien meilleur que la mienne je vais l'adopter ! » Puis elle se mit à trier ce qui était ou non récupérable tout en chantonnant aux cotés de son aide improvisée. Elle s'empressa de faire deux tas, un avec la mention utile/récupérable bien ancrée dans ses pensées, l'autre Jetable/A revérifier. Parce que parfois on trouvait une fonction inattendue à un objet totalement abimé, cassé ou hors d'usage. A coté il sa visiteuse pensait avoir terminé pour cette plaque là. Alors Tennessee se releva pour venir voir de plus prêt tout en se penchant. « Ah oui je pense que ça peut faire un très bon mur extérieur, Bon faudrait le souder avec d'autres pour nous faire une place assez grande ou agréable, et je pense faire des séparations pour que chacun ait son petit coin »

La Bouclée laissa échapper un "nous" comme si elle englobait la blonde dans la bande. Elle n'y à pas réfléchit, c'est sorti tout seul. Elle s'imaginait cependant que chacun devait être rétribué pour sa part de travail - sans inclure la dedans Zachary, un cas trop à part -. Tout cela pendant que la travailleuse Bénévole redressait le panneau pour qu'on puisse mieux distinguer l'avancement des travaux. « Ah oui, alors il faut prendre une pause, faut pas perdre tes mains » Déclara Tennessee qui ne captait que rarement l'humour chez les autres, et prenait la plupart des déclarations à son égard au premier degré. Surtout elle ne voulait pas qu'on vienne lui reprocher d'avoir traité une de ses paires comme une esclave. les circonvolutions du cerveau de la plupart des Odysséens la laissant souvent dubitative. La mécanicienne fut tirée de ses songes/pensées par la jolie blonde à propos d'une histoire de prénom. « Oh c'est pas très grave, je ne sais pas le tien non plus, j'avoue que pour moi c'est généralement un détail mais probablement que oui ça serait plus pratique, Moi c'est Tennessee comme un des états de cette ancienne Amérique. Et toi ? » Et certainement que le jeune chien ne désirait pas être laissé pour compte car il vint mette ses narines en plein dans les gambettes de la blonde. « Et lui c'est Antarès comme la constellation, je pense qu'il t'aime bien, et il ne demande jamais la permission avant de venir t'inspecter de trop prêt. Mais en dehors de son sans-gêne il est très gentil, tu peux le caresser si tu veux, il en sera très heureux ! »
 

Sanctuaire [Tennessee]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CM Punk goutera la biere du Tennessee!
» GEMMA T.-WILDE ► a. reeser
» OCEAN A.W. TENNESSEE ► alexander w. gaskarth
» Qui veut de Style?
» MAISY S. TENNESSEE ► erin heatherton.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: A Timey Wimey Thing :: Zone de Flashback-