Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Turpides magouilles. ⇀ ft. Urr
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
09/08/2016 Chiimaira / Adrien 264 chris john millington ava: champagne mami; sign: myself Timonier du Revenge 23
Chroniqueur d’Écumeuses Aventures


Sujet: Turpides magouilles. ⇀ ft. Urr
Lun 6 Mar - 20:36

Turpides Magouilles
duo de timoniers
When the darkness has fallen down and the times are tough alright, the sound of evil laughter falls around the world tonight.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]C’était un pari saugrenu que je tenais ce soir là, un sordide serment prêté à la lueur mourante d’une bougie et qui résultait de frustrations diverses qui s’étaient empilées ces dernières années. Aussi sûrement qu’une gourgandine se gausse du fol amour d’un client, le destin avait maintes fois démontré être enclin à railler mes projets de vengeance, me laissant plus aigri après chaque échec ; à mon grand désarroi, j’étais devenu semblable au plus pisse-vinaigre des marchands d’esclave, qui a plus d’appétit pour le pécule et l’obole que pour l’intense volupté d’une donzelle. Et autant vous dire qu’un homme à qui les charmes d’une courtisane ne peuvent arracher un sourire, c’est un bien triste énergumène. En conséquence, j’avais décidé de me ressaisir, et cette entreprise insensée - cette ambition bancale qui tenait de maigres racontars pour piliers et que mon esprit jocrisse s’évertuait à vouloir faire tenir debout à tout prix - avait vu le jour durant une nuit, où, d’humeur maussade, je m’étais résolu à jouer mon existence sur un énième coup du sort. Quitte ou double ! avais-je braillé dans l’auberge, claquant ma choppe vide sur le bois veineux de la table, comme on annonce à haute voix la plus idiote des opinions pour lui donner un semblant de consistance.

Les commérages et on-dits de la cité de feu, ou plus joliment dit, l’étincelle qui avait fait naître le feu de ma folle aventure, m’avaient entraînés dans le désert, avec une dague et une gourde comme seuls garde-fous de mon insuccès ; du reste, j’étais livré à moi-même. J’avais couru après ces rumeurs chimériques avec l’énergie du désespoir, comme un assoiffé cavale derrière le mirage d’une oasis, ou plutôt, comme un pirate s’élance en quête d’un fabuleux trésor. Une quête stupide, d’ailleurs, puisque ledit forban ne saurait confirmer la réalité du magot. Une image qui, vous en conviendrez, me convenait bien mieux, tant pour sa flibusterie que sa balourdise. Et voilà que je pédalais en pleine mer de sable la peur au ventre, en direction d’un avenir incertain et qui avait de grandes chances de se montrer funeste. J’aurais volontiers troqué mes craintes d’adulte contre l’insouciance de mon enfance, me remémorant à cette idée cette façon allègre que j’avais de partir en quête de fantasques épopées dans les bois bordant le port Calusa alors, en compagnie d’une soeur dont j’avais oublié le visage. C’était avec ces souvenirs brumeux à l’esprit que j’atteignis le rivage, stoppant ma course à distance respectueuse de la grève, me dissimulant paradoxalement de l’oeil de ceux que je recherchais.

Nous étions déjà au crépuscule du jour suivant ma décision, et j’enfilais mon capuchon comme on se pare d’une nouvelle identité. Je laissais le Ciaphas pleins de doute dans les dunes du désert, que je troquais au profit d’une personnalité plus inquiétante ; celle du timonier téméraire du Revenge. Bien sûr, la fortune n’aurait su me sourire d’emblée. Je fus contraint d’arpenter les plages un moment durant, sans oser douter de ma chance. Je souhaitais que les rumeurs soient vraies. Non, c’était plus que cela ; il le fallait !
S’ils n’avaient eu la présence d’esprit de signifier leur positions à grands feux de joie, je les aurais probablement loupés dans l’obscurité. Le navire se tenait là, fièrement amarré, d’une allure intimidante. La vaisseau transpirait la mort, et aussi, bien qu’il ne m’aie jamais été donné de le voir, je ne pouvais me tromper sur son appartenance. Le Moissonneur, l’imposant repaire marin à l’image de son capitaine. Je frissonnais comme une pucelle, puis je grinçais des dents. Que diable, Ciaphas ! C’est pas maintenant que j’allais jouer les marins d’eau douce ! J’inspirais un grand coup, gonflant ma poitrine tel un jeune coq pérorant sur la place publique - un peu d’amour-propre, ça ne heurte personne - et je m’élançais dans la nuit, resserrant les pans de ma pèlerine sur mon buste transi de froid. Alea jacta est ; les dés étaient jetés. J’espérais être rapidement repéré, et de loin de préférence, car je n’avais aucun désir qu’un quelconque corsaire du dimanche me troue la panse. Aussi avançais-je à pas sûrs, d’une confiance feinte pour que personne ne se méprenne sur mes intentions. J’allais à la rencontre du premier forban qui se pointerait, un sourire mutin sur les lèvres. Peut-être que finalement, ma veine d’antan ne m’avait pas abandonnée.


Made by Neon Demon

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Turpides magouilles. ⇀ ft. Urr
Mer 8 Mar - 20:01

turpides magouilles.
I caught the darkness. It was drinking from your cup. I caught the darkness. Drinking from your cup. I said is this contagious? You said just drink it up

Le ciel était proie aux ténèbres lorsqu'elle émergea de la cabine du capitaine. Cependant, elle n'était point accompagnée de ce dernier, non la pirate avait été seule, s'occupant de ses propres affaires. Tandis qu'Abel et une partie de l'équipage prenaient du bon temps sur les terres Rahjak, Urr était chargée de surveiller le navire face aux opportunistes vagabonds. Bien évidemment ce n'était pas de cœur. Qui refuserait la chaleur d'une chair corrompue ou l'ivresse chatoyant d'un doux breuvage ? Bien sûr, La satisfaction de la timonière ne pouvait  se résoudre à des plaisirs aussi simples, tels que la plupart de ses misérables confrères. Mais le divertissement était plus alléchant que ce rôle de gardienne immobile. Sauf qu'elle avait pu goûter à ces vices au tour précédent, alors que d'autres, tout comme elle, actuellement, devait s'occuper de leur tumultueux vaisseau.

Néanmoins, sachant comment utiliser son temps à bon escient, Urr ne s'était pas tournée le pouces, tandis que le soleil se défilaient à l'horizon. Une pluie d'ordre avait été lancée, et elle en avait profité pour dicter sa loi sur le Moissonneur. Quand le chat n'était pas là, les souris dansaient. Enfin, dans cette situation, il n'y avait qu'Urr qui n'y trouvait que du plaisir à pousser à bout les hommes du navire. D'ailleurs, elle avait fini par se réfugier dans la cabine d'Abel, là où étaient renfermés son matériel de cartographie. Urr, telle une gosse avec son nouveau jouet, n'avait pas compté les heures au cours desquelles, elle avait bidouillé son compas, l'un de ses objets fétiches, son quadrant ainsi que son sextant. Ses doigts avaient griffonnés sur des étendues de papiers, exprimant les horizons explorés au cours de ces dernières navigations. C'était en ce jour, l'occasion de peaufiner ses cartes.

Et les heures s'écoulèrent d'une vitesse folle, faisait fuir le jour face à la nuit. Satisfaite de ses travaux, elle se résonna à prendre l'air, surtout en cette période de journée qui était sa favorite. D'ailleurs, elle décida de fêter cette nouvelle ère nocturne. Si certains devaient s'amuser à la cité et bien ils en ferraient de même. Soudainement excitée, la dame pirate, lança l'ordre d'allumer plusieurs feux de joie en guise de célébration. Et son exigence fut accueillie avec enthousiasme. Lorsque les flammes ondulèrent au grès de la brise de l'hiver et rencontrèrent l'obscurité des cieux, cette image lui remémora le soir où son existence avait basculé. Et ce souvenir eut le don de raviver un feu qui n'avait jamais été perdu. Au loin, le rire d'Urr perçait les nuages et le Moissonneur régnait de toute sa splendeur parmi les océans de sables.

Sauf que sa danse démoniaque fut interrompu par l'apparition d'une silhouette ténébreuse à l'horizon. Urr avait l'oeil, pouvait percevoir le plus petit grain de sable à des kilomètres. Alors, attentive à cette ombre qui bougeait, s'avançait d'un rythme constant et confiant, la folle, se posta au bord du navire. Guettant sa proie, tel un prédateur en chasse, elle ne fut nullement effrayée ou inquiète. Pour vous approcher ainsi, vulnérable du Moissoneur, la démence et l'inconscience devait pousser votre corps à agir ou alors... Prise de curiosités et d'intérêts, les yeux émeraudes devinèrent un homme capuchonné. Par sa morphologie et sa démarche, il était plus évident que cette personne appartenait à la gent masculine. Constatant qu'à part elle, nul autre n'avait remarqué cet inconnu, la timonière téméraire et sans peur du risque, passa par-dessus bord, s'accrochant aux planches de la coque.

Perchée, elle se balança entre la pénombre et les rayons lunaires. Un sourire carnassier illumina ses lèvres, alors que son regard ne pouvait se détacher de sa nouvelle attraction. Puis la frénésie enchantant son âme égrainée, Urr n'attendit guère qu'on prenne la parole avant elle. Oh non, elle faisait partie de ce navire, alors c'était elle qui instaurait  ses règles  « Qu'avons-nous là ? » Le ton était enjoué, mais décalé. Puis, la Mante Religieuse, sauta, ses pieds écrasant sans retenue le sol. Mais son approche fut plus douce, plus délicate, plus vicieuse. Lorsqu'elle fut à quelques mètres de l'inconnu, son visage se pencha près du sien, ayant hâte de découvrir ce que dissimulait ce bout de tissus et pourquoi donc. « Un animal égaré ? » Son faciès dansait tel un serpent en phase hypnotique. Son regard flamboyant de perfidie, s'ancrait dans l'ombre d'un visage méconnu. « Tu as perdu ta maman ? »On pourrait se méprendre par une véritable inquiétude, compassion, mais seuls l'intérêt et la sournoiserie émanaient de son être. Une vague d'excitation parcourait sa patience et si par hasard ce qu'elle découvrait pouvait lui nuire, Urr n'en était pas plus apeurée que cela. D'ailleurs, elle se fit violence pour ne pas arracher la capuche de l'inconnu. Mais l'attente, pouvait mener à une découverte bien plus délectable.

avatar
09/08/2016 Chiimaira / Adrien 264 chris john millington ava: champagne mami; sign: myself Timonier du Revenge 23
Chroniqueur d’Écumeuses Aventures


Sujet: Re: Turpides magouilles. ⇀ ft. Urr
Jeu 9 Mar - 17:56

Turpides Magouilles
duo de timoniers
When the darkness has fallen down and the times are tough alright, the sound of evil laughter falls around the world tonight.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Tu parles. A peine avais-je mis les pieds dans ce foutoir que ma veine filait déjà la queue entre les jambes. Moi, dans mon insolence, je me figurais volontiers qu’un respectable gaillard comme moi viendrait à ma rencontre, soit donc un émissaire tout à fait convenable. Mais non. Fallait qu’ça tombe sur une pisseuse, et sacrément culottée qui plus est! J’aurais demandé à être entouré de rombières insolentes que je m’y serais pas mieux pris, et quelque part, j’imaginais le rire cruel de Varghause faire écho aux goguenardises de cette roublarde. T’as perdu ta maman ? J’avais comme le sentiment qu’on partait pas sur de bonnes bases. Refusant de répondre à ses questions d’un humour douteux, je tirais un peu plus ma capuche sur mon visage, pour éviter que la lumière dansante des feux ne vienne capturer mes traits. Je me tenais à distance suffisante d’elle, et j’y regardais par dessous l’olive tissu de mon déguisement pour imprimer sa venimeuse bouille dans mon esprit. Elle avait le teint hâlé et les yeux émeraude, et un physique qui, en d’autres occasions, m’aurait pas laissé indifférent. C’est qu’elle était vraiment pas laide, la renarde, mais son faciès tordu de malice trahissait une sauvagerie peu commune. Pour sûr, elle était bien pirate d’Abel. Et m’est d’avis que les pirates d’Abel, c’est pas franchement d’honnêtes gens, et qu’à côté d’eux, nous les joyeux lurons du Revenge, on avait de quoi pâlir. Enfin, c’est c’que les rumeurs disaient, parce que j’allais pas abdiquer sans rien dire.

« - Range tes crocs, l’amie ; y’a rien à grailler. » J’ouvrais les pans de ma pèlerine d’un coup sec en lui donnant un aperçu sur ma ceinture vide de toute arme. « - J’viens pas faire la guerre. » Bon, j’avais quand même rangé une longue dague dans mon dos, et tout un arsenal de petit couteaux dans mes manches et mes bottes. J’étais pas né d'la dernière pluie, et si jamais la femelle se montrait agressive, je comptais pas la laisser me poinçonner sans me défendre. Parole de Ciaphas, j’emporterais au moins un de ces zouaves là dans ma tombe si jamais l’envie de se tailler un casse-croûte dans ma jugulaire pour le goûter de leur capitaine leur prenait. Quoi qu’il en soit, malgré toutes ces braves pensées, j’avançais pas plus. J’avais eu ouï dire que mon homologue sur ce navire était fichtrement proche de son capitaine, mais de fait tout aussi possessif. Moi, dans ma folie de la veille - faut dire que l’bourbon, ça éclaircit rarement les méninges -, je m’étais dit que y’avait moyen de s’entendre. Aussi, j’avançais prudemment mes pions ; pas question de jouer franc-jeu, ç’aurait été faire déshonneur à la noble profession qu’était la notre. En bon joueur de cartes - il m’arrivait fréquemment de tâter le tarot avec les collègues -, je savais bien qu’il fallait toujours garder un as dans sa manche. « - J’ai à causer avec le timonier de ce navire, j’ai des affaires qui pourraient l’intéresser. » Pour pas laisser en reste ma joviale interlocutrice, je faisais tomber le masque à ce moment précis. Un brin comédien, je lui servais mon oeillade la plus franche de flagornerie. Qu’elle profite du spectacle la donzelle, c’était gratuit pour elle ce soir.

Made by Neon Demon

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Turpides magouilles. ⇀ ft. Urr
Dim 12 Mar - 18:54

turpides magouilles.
I caught the darkness. It was drinking from your cup. I caught the darkness. Drinking from your cup. I said is this contagious? You said just drink it up

Aucune réponse à ses questions et elle en fut déçue. Quand on n'entrait pas dans le jeu, Urr s'en peinait. Les personnes trop ennuyeuses, trop sérieuses, ne dégageaient aucun intérêt. Vite lassée, elle s'apprêta à tourner les talons avant de lui tirer une balle dans la tête. Le manège allait prendre ainsi fin aussi vite qu'il avait débuté. Mais l'animal exprima une autre facette, une autre attention qui la firent revenir sur ses pas. Rien à grailler ? Pour qui la prenait-elle ? Une cannibale ? Balivernes. La chair humaine dans l'assiette, c'était pour Abel. Urr, elle avait un penchant pour tout ce qui découlait des veines d'un homme. Du sang et du bon, pourpre à souhait, dégoulinant des entrailles. Et la mise en garde de l'inconnu n'eut guère l'effet d'atténuer ses pulsions sanguinaires. Même lorsqu'il vanta venir en paix, un drapeau blanc en main. Avec Urr, nul besoin de menaces de mort pour sortir les griffes. La violence demeurait spontanée chez elle. Et puis elle n'était point dupe, seul un suicidaire oserait s'approché nu comme un verre, dépourvu d'armes. Même la plus folle de l'équipage gardait au fond de ses bottes des lames toujours prêtes à l'emploi.

Puis les masques tombèrent et un visage brut poussa dans son champ de vision. Un élément immanquable au faciès, cette lourde et épaisse touffe de poil, couvrant la moitié de sa figure en guise de barbe. Dans une toison pareille, il était possible d'y dissimuler toute sorte de choses, un garde-manger entier pouvait même y tenir. Urr voulait toucher. Plonger ses doigts crochus dans cette jungle de cheveux du menton, afin d'y goûter la texture. Caresser cette particularité qui avait des allures grossièrement viriles. D'ailleurs, prise d'un feu téméraire, les yeux plissés de curiosité, elle ne put contrôler sa main qui s'approcha dangereusement de sa cible. Mais l'annonce précédente du gaillard, cessa son ascension. Il exigeait le timonier ? Quelque étrange coïncidence. Et bien le chanceux l'avait sous les yeux. Urr était donc l'objet de sa tumultueuse quête. Elle en fut flattée. Malheureusement pour lui, sa paranoïa et son humeur joueuse venaient d'entrer dans la partie.

« Et qu'est-ce que tu lui veux ? » Changement brusque de tableau. La noirceur d'une certaine méfiance vint assombrir son visage, tandis qu'elle postait ses mains sur ses hanches voluptueuses. Le ton demeurait aussi tranchant qu'une lame de couteau finement aiguisée par ses soins. Et le regard pointilleux, avec une ombre de défi voilant ses pupilles, la pirate ne se désarma pas. Pour mériter une invitation sur le Moissonneur, la raison devait être conséquente. On ne pouvait se montrer à l'improviste, telle une fleur, sous un quelconque prétexte. Oh non, leur navire et équipage, n'étaient pas une femme facile. Mais puisque la démone avait une irrésistible envie de s'amuser et de profiter de son nouveau jouet qu'on venait de lui servir sur un plateau d'argent, elle céda. « Suis moi, il est à bord. » Confiante, la belle se retourna gracieusement, afin de se diriger en direction de leur merveilleux et morbide vaisseau. Une chose qui était sûre, c'est que cet homme n'allait pas être déçu du voyage.

avatar
09/08/2016 Chiimaira / Adrien 264 chris john millington ava: champagne mami; sign: myself Timonier du Revenge 23
Chroniqueur d’Écumeuses Aventures


Sujet: Re: Turpides magouilles. ⇀ ft. Urr
Lun 20 Mar - 11:42

Turpides Magouilles
duo de timoniers
When the darkness has fallen down and the times are tough alright, the sound of evil laughter falls around the world tonight.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Je lui dévoilais ma trogne comme on termine un premier acte, jetant l’intrigue et le suspense avec panache sur cet opéra issu de mon propre génie. Et à vrai dire, j’étais pas peu fier de ce coup de théâtre, surtout à voir l’étincelle de curiosité qui dansait dans ses noires mirettes. Je posais limite, mes poings sur les hanches, histoire de soigner ma prestance ; ben quoi, c’est important, les détails, c’est même à ça qu’on reconnaît le travail bien fait! Bon, c’est vrai que je déchantais bien vite, parce qu’elle me fixait avec tellement d’intensité que je crus qu’elle avait trouvé de quoi dîner. Et c’est pas que j’aimais pas rendre services au jolies donzelles, mais celle là  m’avait l’air sacrément zinzin, et généralement quand je servais de repas au beau sexe, c’était nettement plus figuré. Et puis, qu’est-ce qu’elle avait, la greluche, à me tendre sa pogne comme ça ? J’espère qu’elle s’attendait pas à que je lui offre mon pognon, parce que j’avais rien d’autre à lui donner que mon plus beau sourire. V’là qu’elle mimait ma posture, et qu’elle m’interrogeait d’un ton cassant. Du coup, je me braquais un peu, tendu comme la culotte d’une mignonne pas déflorée. D’un regard torve, je balançais avec réserve : « - C’est privé, ma jolie. Mais t’en fais pas, on peut discutailler d’autres choses tout aussi intimes plus tard, si ça t’dis. » Je lui décochais une oeillade ambigüe. J’avoue, je me montrais taquin. J’aurais pas dû, vu ma position, et j’aurais plus gagné à la boucler qu’à balancer des conneries, mais c’était pas dans ma nature de faire des ronds de jambe. En plus, c’était comme si le stress attisait mon sens de la répartie, alors je jouais les marioles presque contre mon gré. Comment ça, je suis pas crédible ?

Suis-moi, il est à bord. J’avais pas spécialement envie de la suivre, parce que j’avais la sensation qu’une fois à bord je serais un homme mort. J’aurais préféré que l’entrevue se déroule ici, sur la plage, comme ça au cas où, j’aurais eu un semblant d’espoir de m’enfuir. Mais j’avais pas vraiment de quoi négocier, alors j’acquiesçais en grinçant un peu des dents. « - Ok. Je marche. » L’autre, elle s’était souciée de mon avis comme d’une guigne, s’en retournant d’ores et déjà d’une gracile pirouette. Franchement, malgré toute ma prétendue confiance, j’en menais pas large. Parce que faut dire que malgré les lumières vivaces et ondoyantes des feux, moi, j’avais l’impression d’avancer dans le noir complet. Et comme on progressait vers le navire, je jetais des regards inquiets à la volée par dessus les douces épaules de mon médium, craignant qu’un danger me guette dans les ombres du bâtiment flottant. Je posais un premier pas hésitant sur le pont du sombre navire, et si, à la voir gambader ainsi j’eus la sensation fugace qu’elle se payait ma tête, je marchais néanmoins dans ses pas. Si j’avais su, à l’époque, que je m’adressais déjà au timonier du Moissonneur, nul doute que la suite aurait été bien différente.
Made by Neon Demon

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Turpides magouilles. ⇀ ft. Urr
Mar 28 Mar - 11:45

turpides magouilles.
I caught the darkness. It was drinking from your cup. I caught the darkness. Drinking from your cup. I said is this contagious? You said just drink it up

Le poisson venait de mordre à l'hameçon. Et la pêche semblait avoir été bonne. Quelle belle image dans l'esprit frappé de la pirate. Cela avait été presque trop facile, voir même un peu décevant. La prise était meilleure, lorsque la proie se débattait un minimum, ou au moins, un semblant. Surtout que le goût de l'effort était toujours récompensé. Mais peut-être que l'animal était encore aveuglé. Il était probable qu'il réagirait plus tard, ou même, trop tard. Oh, Urr était heureuse, sautillant, parsemant son chemin de pas enthousiastes, mal coordonnées par l'excitation. S'il savait, oh, s'il savait. La pensée la faisait frétiller de bonheur. Toutes idées à propos du reste de l'équipage s'amusant dans la cité, paraissaient évaporées. La timonière venait de dégoter une nouvelle distraction.

La folle timonière foula à nouveau les planches de son navire et effervescence présente, ne faisait qu'alimenter sa frénésie. Les feux de joie du Moissonneur était la représentation des flammes palpitantes qui ravageaient son être. Mais son comportement, anodin pour les étrangers, était parfaitement accoutumé pour ceux qui la connaissaient, ceux qui l'avaient déjà vu à l'oeuvre. Alors, ses confrères n'interrompirent pas sa traversée pour lui rendre des comptes à propos de l'homme qui lui emboîtait le pas. Car en temps normal, il s'agissait d'un blasphème d'ouvrir les portes de leur antre aux étrangers et pire, à un pirate ennemis. Urr n'était pas inconsciente, pas sur ces notions-là. Elle connaissait les sentences de cet acte et dieu sait, qu'ils étaient terribles. Mais dans ce qu'elle s'apprêtait à faire, Urr savait que cela n'allait causer aucun tort. Au contraire.

En arrivant à l'entrée qui menait aux cales du vaisseau, Urr balança cette œillade émanant le challenge et la provocation. « Il est encore temps de faire de mi-tour. » Faux. Cette mise en garde illusoire n'avait rien de charitable. Oh non, elle ne désirait pas le faire fuir, surtout qu'elle était proche du but. Urr comptait attiser sa curiosité pour mieux l'attraper. Et si le barbu souhaitait finalement se faire la malle, elle ne le laisserait pas partir la queue entre les jambes indemne. Il n'y aurait pas qu'elle qui s'occuperait de son cas, l'équipage présent, se ferait une joie de partager les convivialités de la torture d'un seul prisonnier.

Puis elle ouvrit la trappe d'une facilité déconcertante, un air malicieux sur sa figure, satisfaite. « Dans ce cas... » Sa silhouette se contorsionna afin de se glisser dans l'ouverture grossièrement charpentée. Urr, descendit quelques barreaux de bois, avant de se laisser tomber aveuglement sur les planches tangentes et vacillantes. D'un regard investigateur, elle observa son invité, avant de faire face aux cales poussiéreuses et nauséabondes du Moissonneur. Au fond de cette abysse, où à la l'oeil nu il était impossible de dissocier âme qui vive, seule Urr connaissait les secrets de ces recoins véreux. « Ouhou mon chou ! Il y a quelqu'un qui voudrait te voir. » La démone continuait son manège, ne sachant comment s'arrêter. C'était si jouissif. Elle feinta le fait de rechercher ce soit-disant timonier dans la pénombre, jusqu'à plonger à son tour dans les ténèbres des cales. Au loin, le bruit de double tour résonna en écho, signifiant que ses compères au-dessus, venaient de les enfermer, tous les deux. Ainsi, son plan se déroulait comme prévu.

avatar
09/08/2016 Chiimaira / Adrien 264 chris john millington ava: champagne mami; sign: myself Timonier du Revenge 23
Chroniqueur d’Écumeuses Aventures


Sujet: Re: Turpides magouilles. ⇀ ft. Urr
Jeu 6 Avr - 16:22

Turpides Magouilles
duo de timoniers
When the darkness has fallen down and the times are tough alright, the sound of evil laughter falls around the world tonight.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Ouais, si j’avais pu prévoir qu’elle allait me rouler dans la farine et que j’allais passer un sale quart d’heure, je lui aurais tarté ses esgourdes pour que des étoiles dansent devant ses yeux fous et j’aurais décarré fissa. Mais j’étais pas une satanée voyante, mes valseuses elles étaient pas en cristal et tant mieux d’ailleurs, parce que ça m’aurait drôlement secoué qu’elles se mettent à briller pour prédire le futur ! Alors on avançait sur le pont parmi les autres zigotos du Moissonneur sans que je me doute un seul instant du piège qui m’attendait plus loin. Moi, dans mon plus mâle orgueil, je distribuais des oeillades farouches aux pirates comme pour les défier sans savoir que j’étais le dindon de le farce. En vérité j’avais les paluches un peu tremblantes et du coup je les rangeais dans mes poches, me gardant bien de leur montrer mes faiblesses. J’espérais qu’on tomberait bientôt sur leur timonier, histoire qu’on en finisse au plus vite, car j’avais aucune envie de m’attarder sur ce vaisseau de malheur. Ils n’auraient qu’à me faire-faire le tour du propriétaire une autre fois ! Mais ces saltimbanques, ils étaient d’un autre avis. La femme désigna une trappe, et mes mains de trembler de plus belle. « - Heu, on doit vraiment descendre là ? » L’autre garce d’ébène elle restait de marbre, comme si ça allait de soi. Comme c’était louche de devoir s’enfoncer dans les profondeurs du navire, et que j’imaginais mal le timonier être affairé à quoi que ce soit dans les cales, je lorgnais en contrebas de la manière la plus suspicieuse possible. Mon regard ne rencontrait que les ténèbres et je frissonnais. Ben tiens, encore une idée grandiose que j’avais eu ! Tu parles d’un projet... c’était plutôt une mission suicide! J’avais plus du tout envie de la suivre tout à coup, mais j’y étais forcé ; je ne pouvais plus faire marche-arrière. « - Allons-y. » je grinçais pour pas qu’on perde plus de temps. Dans ce cas… Je lui emboitait à nouveau le pas, aussi confiant qu’un évêque qui débarque dans une maison close ; c’est à dire, pas du tout. Avec une lenteur précautionneuse, je descendais l’échelle menant aux cales en zieutant par dessus, et je sursautais presque lorsque la trappe de bois fut refermée sur nous. La pirate elle dansait presque, virevoltait dans les rangées comme si c’était le plus beau jour de sa vie. Bienvenue chez les cinglés. Les planches grinçaient à chacun de nos pas ; on entendait plus que ça d’ailleurs avec le ressac, comme coupés du monde, hermétiques au bruit provenant d’en haut. Mais surtout, on y vit bientôt plus rien. D’instinct, ma main glissa dans mon dos pour se saisir du manche d’une dague. Ca sentait l’embrouille à plein nez. Ouhou, mon chou, y’a quelqu’un qui voudrait te voir. Le timonier était vraiment dans le coin ? C’était quel genre d’animal celui là, pour se terrer dans un coin si sombre ? Pas de réponse. Je frissonnait encore, à croire que mon corps avait décidé de me causer. « - Il dort peut-être. »  je minaudais, amer. J’avais le coeur en fanfare et je soufflais si fort que j’en sifflais presque. J’arrêtais de bouger. S’il était dans le coin, le type avait qu’à venir jusqu’à moi ; je l’attendais de pied ferme. Pas question de me faire pigeonner après tant d’efforts, car après tout, les derniers espoirs de ma vendetta résidaient dans cette dangereuse rencontre. Oui. J’avais placé mes derniers espoirs chez les assassins les plus cinglés du continent. Que voulez-vous, j’aimais faire les choses dans la démesure !
Made by Neon Demon

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Turpides magouilles. ⇀ ft. Urr
Dim 9 Avr - 15:54

turpides magouilles.
I caught the darkness. It was drinking from your cup. I caught the darkness. Drinking from your cup. I said is this contagious? You said just drink it up

« Oh non. Il ne dort pas. » Souffla-t-elle à travers la fraîcheur de la pénombre. Le timonier était bien réveillé. Ses sens devinaient l'incertitude de son hôte, de ses pores suintant cette méfiance et cette peur qui ne la laissaient guère indifférente. Urr avait ce don pour déceler ces ressentis au creux des êtres vivants. Contrairement, aux animaux, les hommes tentaient encore de se donner l'illusion d'une certaine maîtrise, que la situation était encore sous leur contrôle. Mais c'était faux, entièrement faux. Car Urr tirait les ficelles de son théâtre de marionnettes et le dessein de son pantin était déjà finement tracé. Se convaincre du contraire était une perte de temps. Pas pour la démone, puisqu'elle appréciait assister aux premières loges, à leurs derniers instants par une mort certaine. Mais pour eux. Pour eux, qui assimilaient peu à peu, que la fin s'approchait à grands pas, qu'elle frappait à la porte de leur existence et qu'il était temps de faire leurs adieux. Et celle qui l'attendait de pied ferme au pas de son entrée, c'était Urr avec son grand sourire.

Enfin. Enfin, il allait découvrir l'envers du décor, celui dans lequel, elle s'était enthousiasmé de monter de toute pièce. Une mascarade, qui allait s'éteindre et cela lui brisait le coeur. Mais toutes bonnes choses avaient une fin. Sauf que dans ce cas-ci, une autre allait débuter. Un acte probablement plus violent, plus brutal. Ou cette fois-ci, les mots ne seront pas les uniques instruments dans ce concert diabolique. Elle entendait déjà les cymbales du chaos frétiller au creux de ses tympans, tandis que la mélodie insensée de ses sombres pensées commençait déjà à prendre possession de ses membres. Mais patience, elle devait encore révéler le fin mot de cet ultime acte. Le clou du spectacle : elle. Alors, Urr, s'éloigna de quelques pas, s'exposant de dos sous les feux lunaires de la nuit. Puis, sa sournoise figure pivota, le regard en biais toisant témérairement son invité, alors que l'on percevait à peine par-dessus de son épaule, les coins de ses lèvres relevés en un sourire glaçant. « Car tu l'as devant toi mon beau. »

Ce qui se déroula par la suite fut d'une vitesse démesurée. La première seconde, on pouvait être spectateur du changement brusque de l'aura qui animait la pirate. Ses traits se recroquevillèrent, ses muscles se contractèrent. Puis, sans crier gare, elle empoigna la précieuse dague accrochée à son flanc, avant de faire volte-face, lançant la lame en direction de sa cible dans le même geste. Evidemment, l'objectif n'était pas d'atteindre directement l'homme qui lui faisait face. Urr était dotée d'une précision hors norme, alors ne manquait jamais son objectif. Et ici, elle désirait simplement effleurer l'oreille droite de sa proie, histoire d'intimider la bête. Puis sa main coula méticuleusement le long de sa cuisse, agrippant le sabre qui balançait à sa taille. Dégainant sans la moindre hésitation son arme, elle brandit ardemment sa lame minutieusement aiguisée par ses soins en direction de son prisonnier, la pointe flirtant avec les quelques poils de la toison voluptueuse qu'exposait son faciès. Son bras était tendu tel une corde d'arc s'apprêtant à lâcher sa flèche. Un voile inspiré des ténèbres couvrit l'émeraude de ses pupilles et ses sourcils fléchirent, alourdissant son regard.  Méfiante, mais avant tout dans un ton grondant le danger, elle débita finalement ces quelques mots : « Je répète ma question : Qu'est-ce que tu me veux ? » Ce fut une toute autre Urr qui s'illuminaient dans les cales du Moissonneur. Une Urr implacable, transpirant la véhémence et la menace. Une timonière qui ne laisserait pas échapper indemne tout étranger à son navire.

avatar
09/08/2016 Chiimaira / Adrien 264 chris john millington ava: champagne mami; sign: myself Timonier du Revenge 23
Chroniqueur d’Écumeuses Aventures


Sujet: Re: Turpides magouilles. ⇀ ft. Urr
Ven 14 Avr - 18:01

Turpides Magouilles
duo de timoniers
When the darkness has fallen down and the times are tough alright, the sound of evil laughter falls around the world tonight.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Voilà. On y était enfin, à ce moment fatidique où j’allais m’en prendre plein la mouille, où mes idées grandioses se révèleraient être aussi pourraves que l’humour de mon salaud de capitaine. Les poils hérissés, ma paluche vissée sur le manche poisseux de ma dague, mes muscles bandés et un sourire sardonique figé sur mon visage, mon corps tout entiers savait à l’intonation douteuse dans sa voix qu’il se tramait quelque chose. Jusqu’ici, ç’avait été trop beau ; je m’étais pas attendu à pénétrer si aisément sur le navire de ces fous furieux, ni à tailler agréablement la bavette avec eux d’ailleurs. Non, depuis le départ je savais qu’à un moment où un autre, je passerais un sale quart d’heure. Parce que même si j’avais pas inventé l’eau chaude, j’étais marin depuis plus d’une décennie, et à quelque sabordages et tueries près, les matelots et les pirates ça fonctionne plus ou moins pareil. Fort de mon expérience, j’étais rodé au fait que dans le métier, on préférait frapper avant de causer. Alors on organisait une séance d’interrogatoire aux petits oignons, dans les règles de l’art pirate pour s’assurer que l’interlocuteur ne représente aucun danger en le cuisinant avec des grands couteaux, et si le type se montrait pas assez loquace, on l'assaisonnait parfois avec quelque flamme ou autre idée lugubre, histoire de donner plus de piquant au plat de résistance. Puis, lorsque l’heureux élu avait fait sa profession de foi, on passait enfin aux pourparlers - notez d’ailleurs qu’on s’octroie de ce fait un sacré avantage dans le dialogue, bizarrement. Et l’heureux élu, présentement c’était moi.

Nonobstant, malgré mes présomptions sensées, je me serais jamais douté que cette canaille à la peau d’ébène était la timonière en personne. J’aurais volontiers écarquillé les yeux et peint l’expression la plus horrifiée qui soit sur mon visage broussailleux si elle m’en avait au moins laissé le temps, car à peine m’avait-elle révélé son identité que le duel s’amorçait de sa propre initiative. S’il n’y avait eu cet embryon de rayon lunaire, j’aurais probablement rien vu venir dans la pénombre de la cale, mais de toute façon cela n’y aurait pas changé grand-chose. La lame sifflait déjà à mon oreille, hérissa mes poils de barbe en rasant ma joue. Par réflexe, j’avais sorti mon couteau fétiche et j’avais tenté de parer. Bien trop lent et surpris par le fait qu’elle soit celle que je cherchais, je ne brassais que le vide. Du coup, elle avait un coup d’avance la maroufle. Le temps que je reconstitue ma garde, elle tirait déjà son épée au clair et me pointait la gorge. Rapide escarmouche, elle connaissait son métier. Je grondais comme un animal piégé par le chasseur et lâchais mon poignard en signe de rémission. Maîtrisé par une pisseuse. Vlan. Un direct dans mon orgueil. Si les gars m’y voyaient, ma réputation de lutteur farouche en aurait été ternie à jamais.

Qu’ils ne soient pas là pour observer ma déconfiture était bien le seul avantage que je pouvais trouver. J’étais pas mort, et elle voulait des juste des précisions. Tu parles d’un optimisme. « - Hé! J’espérais entrevue plus aguichante pour un premier rencard. » ne pouvais-je m’empêcher de railler alors qu’elle menaçait de m’embrocher par la pomme d’Adam. J’avisais son tranchant dansant sous mes yeux, et de peur qu’elle ne s’impatiente à mes bêtises, je temporisais. A moitié. « - Bon, d’accord, j’craches le morceau, mais c’est juste parce que j’peux pas résister aux mignonnes bien gaulées comme toi. » Je lui servais un sourire équivoque, presque lubrique, mais en vérité j’étais en rogne de m’être fait avoir comme un bleu. J’avais plus trop le choix maintenant, je devais jouer cartes sur table. Lui dévoiler mon plan. Au final, à bien y réfléchir, j’avais eu exactement ce que je voulais : un tête à tête avec le timonier, pour pouvoir discutailler affaires. Je choisissais soigneusement mes mots. « - Admettons que j’aie un ennemi, et que cet ennemi est également le tien. Ca nous fait un ennemi en commun. » Jusque là, logique implacable. « - Et admettons que cet ennemi, je le désire mort au plus vite. Et que tu serais d’une aide précieuse. » Si on m’avait dit qu’une donzelle maboulette comme elle se serait montré utile, j’aurais ri en premier lieu. Mais après qu’elle m’ait coupé le sifflet aussi vite, et qu’elle se soit montré aussi perfide, je doutais pas un seul instant qu’elle serait une alliée de premier choix. Si jamais elle consentait à s’allier à moi, tout du moins. Néanmoins, je jacquetais pas plus, parce qu’elle tenait ma vie entre ses mains et que j’escomptais qu’elle baisse un peu sa garde; comme ça si elle se montrait pas d’accord, j’avais plus de chance de m’en tirer sauf.
Enfin, en théorie, c’était censé l’intéresser.
Restait plus qu’à prier.
Manque de bol, j’étais pas croyant.


Made by Neon Demon

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Turpides magouilles. ⇀ ft. Urr
Mer 19 Avr - 23:36

turpides magouilles.
I caught the darkness. It was drinking from your cup. I caught the darkness. Drinking from your cup. I said is this contagious? You said just drink it up

En premier rencard ? Elle avait de l'humour la bête qu'elle venait de prendre dans ses filets. Et pourtant, aucun signe de divertissement ne trahit sa posture de marbre. Mais peut-être que dans une autre vie, si leurs chemins s'étaient entrecroisés, le garçon aurait eu probablement l'honneur de partager ses draps. Seulement à ses risques et périls. Car rarement ses conquêtes affrontaenit de nouveau le jour le lendemain de leurs fougueux ébats nocturnes. Peut-être que dans une autre vie, il aurait pu être un amant fabuleux, la barbe plaisait bien à Urr la tumultueuse, quoique, il ne fallait pas juger un livre sur sa couverture. Sauf que la notion de rencard  appartenait pas au répertoire de la folle timonière. Ses relations se limitaient uniquement aux étreintes charnelles, il n'y avait pas d'échanges superflus à tenter d'en apprendre davantage sur l'autre. Toutes ces choses-là n'était que des conneries en bouteille. Si Urr ensorcelait ses proies par les mots, elle n'en avait que faire de leurs réponses, de leurs sentiments, de leurs pensées. Tant qu'elle était satisfaite, c'était l'important.

Tout comme maintenant. La folle n'était point intéressé par les états d'âme du garçon, ni par ses vaines tentatives de flatteries. Mais cette incertitude qui découlait des pores de son invité, cette rancœur hilarante  suite à son tour de passe-passe, Urr le savourait. Elle en appréciait tous les aspects. Surtout lorsqu'il ne tint pas long feu face à sa lame impatiente. Et puis évidemment qu'elle était bien gaulée, il n'y avait aucun besoin de lui rappeler. Même si c'était toujours plaisant de l'entendre en ces circonstances. La pirate n'était pas grande et svelte telle ces branches d'arbre asséchées que l'on pouvait cueillir dans les bordels de la cité Rahjak. Ses courbes étaient pulpeuses, avec des crevasses sinueuses et des monts charnus. De quoi mettre l'eau à la bouche à ces dames et ces messieurs. Mais ce qui avait le don de l'émoustiller, était le fait que la raison de sa venue était finalement étalée à la face du jour.

Un ennemi commun ?  Elle, une aide précieuse ? Il avait piqué au vif son intérêt. Alors, elle l'écoute d'une oreille attentive, active, tandis que l'épée reste inlassablement tendue, sans faillir. Le regard emprunte le même chemin, il ne quitte pas une seul fois sa cible, suivant les moindres mots prononcés, les moindres gestes exécutés. Mais avant de s'engager tête baissée dans une magouille de cette envergure - et dieu sait qu'elle aimait les mauvaises manigances, - il valait mieux jauger l'interlocuteur.

Alors Urr emprunte une mine admirative, les yeux écarquillés, la voix mielleuse à souhait. Une attitude contrastant une nouvelle fois avec la position précédente. « Donc toi en homme brave et judicieux, t'es venu jusqu'ici, pour chercher de l'aide. » Un sourire fend sa figure sournoise, puis elle rit. Un rire strident, moqueur avec une nuance désabusée. Il était toujours aussi hilarant. La lame est toujours brandie, mais son autre main danse, dessine des arabesques dans l'atmosphère, illustrant ses propos en jouant encore et toujours. « Et tu pensais en plus que le Moissonneur allait t'ouvrir si gentiment les bras ? » Le son de ses ricanements se fane dans son gosier froissé, alors que l'expression de son doux minois se ferme, sa mâchoire se crispe tout comme sa prise sur son arme aiguisée. « Mais maintenant que tu sais qui je suis, à ton tour de me révéler ton identité, mon beau. » Oui, car l'invité avait finalement un coup d'avance. Lui qui s'avançait avec ses grands sabots et ses idées saugrenues, il devait tout de même avoir la politesse de se présenter avant d'entamer éventuellement les négociations.

avatar
09/08/2016 Chiimaira / Adrien 264 chris john millington ava: champagne mami; sign: myself Timonier du Revenge 23
Chroniqueur d’Écumeuses Aventures


Sujet: Re: Turpides magouilles. ⇀ ft. Urr
Mar 25 Avr - 14:32

Turpides Magouilles
duo de timoniers
When the darkness has fallen down and the times are tough alright, the sound of evil laughter falls around the world tonight.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]J’avais le sentiment d’être un commerçant au bord de la faillite, qui vend son article phare en dernier ressort pour éviter de fermer boutique. Le temps que cette mijaurée de timonière me donne la réplique, je listais à la hâte les options qui se présentaient à moi. Ceci dit, c’était vite fait étant donné que lesdites options n’étaient pas nombreuses. Un ; elle se montrait un brin intéressée, elle demandait plus de précisions sur la marchandise pour savoir si ça lui convenait vraiment. Deux ; ce n’était pas du tout ce qu’elle recherchait, et elle coupait court au négoce, ou autrement dit, me découpait joliment en rondelles comme un vulgaire saucisson. Pas besoin de vous dire que j’avais rêvé mieux comme fin, et que j’escomptais pas vraiment rester sur le carreau. De fait, quand je lui exposais mon article phare - c’est à dire mon alliance tirée par les cheveux -, j’en menais pas large mais je m’escrimais à garder la face. Elle, elle se jouait de moi. Tantôt elle composait la surprise sur son visage hâlé, tantôt elle me riait au nez avec effronterie, se foutant sans ambages de mes desseins à demi avoués. Qu’elle se moque, la ribaude. J’avoue que ses minauderies m’arrachaient une grimace contrite, et je riais en choeur avec elle, quoique d’un rire un peu jaune, voire jaune tout court. Je pouvais pas nier les allures suicidaires de mon projet, car j’en étais pleinement conscient. J’avais touché le fond, à échafauder des tentatives miteuses de vengeance lors des trois dernières années, et venir ici c’était comme de m’en remettre au diable pour parachever ma terrible vendetta. Aussi, foutu pour foutu, sur le moment je m’étais dit que j’avais plus rien à perdre, sauf qu’après coup - environ au moment même où son cimeterre s’était verrouillé sur ma gorge - je m’étais souvenu combien je tenais à la vie. Quoi qu’il en soit, au moins, elle m’avait pas encore zigouillé, et puis elle me questionnait comme je l’espérais plus tôt. Je ravalais ma salive après avoir humidifié mes lèvres pour lui débiter mon couplet le plus vendeur. Elle m’avait gratifié d’un “mon beau” alors fallait pas la décevoir. « - Ciaphas premier du nom, fils de Maart, brave moussaillon du Nautilus et timonier du Revenge et larron du coeur de ces dames, pour te servir, ma mignonne. » J’aurais presque tiré ma révérence, mais je sentais qu’au moindre geste elle m’embrocherait sec. « - Tu vois, on est collègues. On devrait réussir à s’entendre, tu crois pas ? » manoeuvre saugrenue que voilà, mais à tenter dans le doute. Elle voulait pas écarter son fer vite fait, histoire qu’on cause plus agréablement ? Je posais des doigts emplis de précaution sur le plat de la lame, et j’osais. « - Allez, écarte ça qu’on papote entre camarades de métier. » Incroyable l’aplomb que j’avais pour débiter toutes ces âneries, alors qu’on étaient pas plus copains que rahjaks et naoris.

Spoiler:
 
Made by Neon Demon


Dernière édition par Ciaphas Uman le Lun 29 Mai - 11:56, édité 1 fois

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Turpides magouilles. ⇀ ft. Urr
Sam 20 Mai - 23:32

turpides magouilles.
I caught the darkness. It was drinking from your cup. I caught the darkness. Drinking from your cup. I said is this contagious? You said just drink it up


Trop de titres pour un seul homme. Et tandis qu'il jouait des mots et des tonalités, sa face semblait paralysée par l'indifférence et la véhémence. Le soucis avec les beaux-parleurs, c'est qu'ils enjolivaient toujours la vérité. Bien qu'elle trouvait ses courbettes verbales amusantes, la Timonière préférait toujours la laideur à la beauté, même si cette dernière était relative et subjective. Alors, lorsque l'on tentait de se donner en spectacle, elle n'hésitait pas à se mettre aux premières loges, surtout pour contempler la chute. De plus, Urr appréciait ces séducteurs de pacotille. Elle les aimait pour leur audace mal placée, à vouloir se payer la tête de leurs interlocuteurs en pensant que cela marcherait. Les écouter déblatérer leurs misérables tirades étaient divertissant. Même s'il n'y avait pas de fond, la forme semblait toujours la faire rire. D'ailleurs Urr était bon public. Le soucis, c'est qu'elle se lassait très vite, surtout avec les beaux-parleurs.

A la dernière réflexion faites, un silence religieux s'immisça dans la pénombre des cales. Puis sans crier gare, la bête charbonneuse hurla d'extase, le corps prit d'une frénésie d'excitation. Une véritable folle furieuse, applaudissant son jouet. « Super ! On va être copines alors ! » Urr, elle était heureuse. Enthousiasmée de rencontrer un homologue. Évidemment tout autre pirate étranger au Moissonneur, n'était pas accueilli à bras ouvert, au contraire, les autres navires étaient même considérés comme ennemis, appartenant à une liste noire imaginaire. Bien qu'il existait certains frères et soeurs, qu'Abel avait décidé de dénommer, en dehors de leur équipage, le Moissonneur n'avait pas beaucoup d'amis. Ainsi la timonière, perpétua sa crise d'hystérie, ne faisant guère attention à ses gestes, l'épée tranchant de peu le gosier de son nouvel ami. Enfin ami, avec Urr c'était vite dit et bien souvent, une belle mascarade. « J'ai toujours rêvé de pouvoir partager mes petits secrets ! »

Mais difficile de savoir si la belle monstruosité était sincère dans ses paroles ou si la sournoiserie teintait encore son comportement. A vrai dire, même Urr ne savait quoi en penser, sa spontanéité ravageait parfois sa raison. Mais cela ne l'empêchait pas de garder un oeil quelque peu inquisiteur sur sa proie. Alors, toute guillerette, elle abaissa sa lame, un sourire dérangeant dansant sur ses lèvres pleines. « Dans ce cas papotons. » Prédatrice, elle s'approche et l'une de ses mains escalada la pente musculaire de l'épaule du soit disant Ciaphas. Elle tâta, analysa, se fascina, avec diverses expressions faciales quelques peu exagérée. Puis, contournant l'obstacle humain, elle s'éloigna afin de récupérer la lame précédemment lancée, qui était fièrement plantée sur la poutre la plus proche. «Alors,vas-y, parle. Je t'écoute.» Elle prend place sur l'une des caisses en bois, installant confortablement son royal postérieur. «Mais soit persuasif, car je suis facilement distraite.» La menace était subtile, dont la grotesque insouciance peignait ses cordes vocales. Son attention s'était à présent amourachée de sa nouvelle distraction qu'était la dague qui tournoyait entre ses doigts crochus.

Spoiler:
 

avatar
09/08/2016 Chiimaira / Adrien 264 chris john millington ava: champagne mami; sign: myself Timonier du Revenge 23
Chroniqueur d’Écumeuses Aventures


Sujet: Re: Turpides magouilles. ⇀ ft. Urr
Lun 29 Mai - 14:04

Turpides Magouilles
duo de timoniers
When the darkness has fallen down and the times are tough alright, the sound of evil laughter falls around the world tonight.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Des débraillés et des sinoques, c’était pas ce qui manquait dans l’inouï paysage de mon existence. Au village, j’avais connu un vieux braque qui soutenait mordicus la venue de l’Apocalypse à qui voulait l’entendre et scandait le nom de dieux fantoches ; ma mère nous avait toujours défendu de l’approcher, mais Auri et moi - enfin, à vrai dire, surtout moi -, on avait eu de cesse de traîner dans son sillage. Plus tard, sur le Nautilus, j’avais fait la rencontre d’un type qui nous avait paru sain d’esprit, mais dont on s’était aperçu plus tard qu’il avait le citron complètement givré. Klaj, qu’y s’appelait, et je me souviens du jour où il s’est fait sauter la cervelle à coups de pioche comme si c’était hier. Un spectacle qu’on oublie pas de sitôt, j’vous assure. Et puis un soir, dans une taverne, je me rappelais m’être pris le chou avec une bonne femme qui me criait dans les esgourdes. « - Le malin vous guette, je le vois rôder dans votre ombre. avait elle dit d’une voix chevrotante et éraillée, et pis en plus elle puait du bec. Je le vois, ouiii, Sassanos, le démon à trois cornes! le suppôt de Satan! » elle avait conclu, en collant ses yeux hagards aux plus proche des miens, à tel point que j’avais craint que son haleine fétide ne me rende aveugle. Ni une ni deux, j’lui avais collé une taloche pour qu’elle décampe, mais après coup, les copains et moi, on s’était payés une bonne tranche de rigolade. Faut dire que dans la plupart des cas, les siphonnés du ciboulot, ça m’amusait drôlement, parce que je trouve ça distrayant que de tailler la bavette avec les frappadingues ; ils ont toujours des histoires inédites à vous conter, des histoires qu’on entend nulle part ailleurs. Et moi j’aimais bien les histoires, les anecdotes, les rumeurs et les on-dit. Les légendes et les fables. Même si c’était Jean-Michel Détraqué qui se chargeait de me la narrer.

Mais en l'occurrence, quand l’autre toquée à la peau d’ébène se mit à frapper dans ses mains à la façon d’une gamine qui vient de voir un ours danser, ça m’avait pas arraché l’ombre d’un sourire. Lunatique. Hystérique. Tellement-folle-à-lier-que-ça-me-donne-la-colique. pensais-je, effaré d’un tel comportement.  Oui, les zinzins c’est marrant, mais les zinzins qui vous menacent de mort, ça l’est sacrément moins. Bizarre, hein ?! Sa lame dansait sur ma gorge un instant avant de se ranger sagement vers le bas, au repos. Je déglutissais en un gurlps bruyant, tout en prenant conscience que j’avais fichtrement chaud. Je m’épongais le front avec un pan de ma chemise. « - Hé ! Mais c’est qu'y fait une chaleur à cuire un homard à l’étouffée ici ! Ou alors tu m’fais vraiment trop d’effet! » je roucoulais bêtement, faisant fi de son avertissement. Après une pause destinée à rassembler mes idées, je m’éclaircissais la voix et lui livrait le contenu exact de mes projets. « - Bon… N’y allons pas par quatre chemins. Pure façon de parler, vu qu’on jouait au chat et à la souris depuis un bon moment déjà. La cible à abattre, c’est Dante. Dante, c’est mon capitaine, l’enfoiré barbu qui règne en maître à bord du Revenge. Une colère fugace brilla dans mes pupilles azurées. Je le veux mort, mais tout seul, j’y arriverais pas. Ca fait longtemps que j’essaie, et le gars à le cul bordé de nouilles en plus d’être bien protégé. Hors, mon cher - je butais délibérément sur l’adjectif - capitaine se trouve être un très bon ami de ton commandant à toi. Et, par un heureux hasard, j’ai eu ouï dire que ceux qui se montrent un peu trop proches de ton chef, tu les portes pas vraiment dans ton coeur. Me trompe-je ? » Ma voix grimpait un peu dans les aigus, teintée d’une note d’espoir.
Voilà, c’était dit. J’avais abattu toutes mes cartes, et elle possédait tous les atouts restants.
Si elle était pas dans mon camp, j’étais fichu.
Made by Neon Demon

Spoiler:
 

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Turpides magouilles. ⇀ ft. Urr
Lun 19 Juin - 23:44

turpides magouilles.
I caught the darkness. It was drinking from your cup. I caught the darkness. Drinking from your cup. I said is this contagious? You said just drink it up

Dante. Le nom lui échappait lors de la première énonciation. Tout comme il lui était impossible de poser un visage sur ce fameux capitaine. Mais ce que la pirate en ressentait, était un arrière-goût peu agréable en bouche. Le mot exprimait une certaine banalité, une originalité aussi fade que l'eau croupie stagnant dans un urinoir. Sauf que les précisions jaillissant de la toison corbeau tissés sur les lèvres de son interlocuteur, émanaient une certaine animosité et une éventuelle trahison. Fidèle à ses douces tendances, elle savourait la rancœur découlant des moindres paroles éjectées. L'intonation rasoir, le feu destructeur que renfermait le charbon de ses prunelles, la ravissaient. Urr se délectait de ce genre de pulsions et elle désirait y goûter davantage. Et ses sous-entendus ouvraient certaines portes à des désirs croissants. La mort fut arpentée. Et cette citation morbide fit frétiller ses entrailles, d'ailleurs, elle s'en humecta les lèvres. Mais ce qui la décevait, était le fait qu'il n'avait pas accomplit ce rêve fantastique qu'était exécuter un autre être vivant. Et surtout, une personne que le cœur révulsait de toute part.

Dante. Dante. Finalement, le nom lui frappa la raison, tel un éclair s'abattant sur la Terre gorgée de sang et de chair. Le Revenge. Tout autre équipage hors le Moissonneur était un ennemi, certains plus à abattre dans l'immédiat que d'autres. Et pour le moment, le Revenge n'était pas encore dans le viseur à penchant meurtrier de l'équipage de Leogrimm. D'ailleurs, le cher Ciaphas en fit référence et elle n'aimait guère cela. Quel étranger pouvait se permettre d'extirper de sa bouche la notion du Porte-Mort ? Enfin, il était possible d'évoquer son nom, mais en étant apeuré rien qu'en y pensant. Abel était une figure d'effroi dont même les macchabées terrés six pieds sous terre, tremblaient encore. Il transpirait le machiavélisme, attisait le désespoir et croquait les âmes. Mais la créature à la pulpe bariolée d'encre, n'était pas que terreur, il était également son sauveur. Celui l'ayant repêchée de l'océan; celui qui lui avait montré la beauté des abysses océaniques; celui dont la destruction et le péché accompagnaient chacun de ses gestes. Alors, on ne citait pas son capitaine à la légère. Il avait beaucoup trop d'estime pour cela.

Mais, une autre idée lui vint à l'esprit afin de combler cet affront. « Non, c'est juste...» Répondit-elle finalement en inclinant la tête vers l'une de ses épaules, le ton étrangement modéré. « Mais en tout cas, ce que tu souhaites... C'est charmant. » Ses brunes épaules se haussèrent, imitant un air peu convaincu, malgré les palpitations qui berçaient ses veines. « Vouloir abattre quelqu'un de ses propres mains, sentir son dernier souffle et baigner dans son sang... » Puis, le ton s'élança vers une surprise illusoire, où elle articula les mots d'une lenteur folle. « Ton capitaine en plus...! Tu dois tellement, mais tellement le détester... Je me demande bien pourquoi. » Et avant qu'il ne tente une quelconque réponse, elle l'interrompit en levant sa main en sa direction. « Attends ! Laisse-moi deviner ! » Prise au jeu des devinettes, elle prit le temps de manière divertissante afin de réfléchir. « Il t'a humilié en public ? Volé ta fiancée ? Ou bien, tué quelqu'un qui était cher à ton petit cœur ? » Puis ses yeux ébahis s'écarquillèrent davantage, une main sur le palpitant, faisant mine d'être véritablement sous le choc. « Mais tuer son capitaine quand même ! Tu sais que c'est considéré comme le pire des crimes dans la piraterie ? » Un soupir las jaillit de ses lèvres charnues, secouant légèrement le crâne pourri d'idées saugrenues. « Et puis une fois que t'auras sauté le pas, c'est pas des fleurs et des remerciements qui vont t'attendre. Ou pire. Et si là je te dénonçais. Ton cher capitaine s'occuperait personnellement de ton cas. Et ça aussi, je pense que ça peut être charmant à voir. » Et à cet instant, l'étincelle sournoise explosa au sein de ses pupilles ébènes. La question était en suspens tandis, que la menace était subtilement pendue à ses dents crochues. Qu'est-ce qu'elle aimait cela, naviguer dans toutes les nuances des possibilités avant de prendre une véritable décision.

avatar
09/08/2016 Chiimaira / Adrien 264 chris john millington ava: champagne mami; sign: myself Timonier du Revenge 23
Chroniqueur d’Écumeuses Aventures


Sujet: Re: Turpides magouilles. ⇀ ft. Urr
Lun 17 Juil - 17:16

Turpides Magouilles
duo de timoniers
When the darkness has fallen down and the times are tough alright, the sound of evil laughter falls around the world tonight.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Quand j’étais gamin, le patriarche avait pour coutume de dire que savais pas tenir ma langue dans ma poche, ce à quoi j’avais pris l’habitude de répondre que le silence est la vertu des sots. Allez savoir d’où je tenais le trait d’esprit, mais je l’avais probablement glané dans quelque conversation d’adultes à laquelle je n’étais guère convié. Toujours est-il que j’étais enfant bruyant et enfant curieux, de ceux qui posent plus de questions qu’il n’existe de réponses, de ceux qui n’acceptent guère la théorie et veulent tout expérimenter. Mais surtout, de ceux qui se soustraient aux règles et aux lois qui viendraient irrémédiablement endiguer leur définition de la liberté.
Et de ce fait, je me montrais prompt à défier la hiérarchie, à contester les ordres émanants des hautes instances de la famille pour tisser ma propre destinée, m’écartant des chemins tracés qu’on m’avait réservés pour embrasser des desseins plus grand, des desseins que j’aurais tissés moi-même.

C’est probablement de là que me vient ce goût inexplicable pour la réplique, ce sens inné du débat. A remettre sans cesse en question le monde qui nous entoure, on en vient à apprendre à défendre ses idées, et de fil en aiguille, à maîtriser les bases de la rhétorique. Toutes ces années, mon sens raffiné du verbe ne m’avais jamais quitté. Il s’était étoffé en jurons marins, en expressions de divers lieux du continent, et, au fur et à mesure que la vie m’imposait ses déconvenues, en persiflages acerbes et désabusés. Il n’était pas rare que je mette à contribution mes aptitudes orales que j’affectionnais tant, et si j’éprouvais une grande fierté pour ma prose, en cet instant précis, je regrettais cependant la naïveté d’hier.
Car lorsque, vilain garnement, il m’arrivait d’arguer avec le paternel, toute défaite de mon argumentaire se soldait par une fuite sans appel sur les plages du village. Aujourd’hui, coincé contre les planches humides du Moissonneur, je ne me pouvais me soustraire à la joute verbale. C’était gagner ou mourir. Nous le savions tous deux, et je le lisais noir sur blanc dans ses yeux fous.

J’avais espéré un public facile. J’avais espéré, dans mon entreprise insensé, que mon auditoire se range facilement à mon avis, vienne signer mon plan sans montrer trop de réserve. Mais en vérité, je savais parfaitement que cela n’aurait su être le cas. Que j’allais devoir batailler corps et âme pour sortir vainqueur de cet épisode. Alors je l’observais parler le souffle court, le coeur battant, je la laissais avancer des conclusions évidentes qui entraînaient ma défaite pure et dure, et pendant ce temps là mon esprit échaffaudait des rebondissements, des contre-arguments, le plaidoyer de mon existence. Diable, ce qu’il était agaçant d’avoir à se concentrer en écoutant minauder cette garce sur mon sort ! S’amuser… elle ne semblait vouloir que s’amuser !

Oui ! Voilà quelle angle d’attaque je me devais d’observer ! Si elle voulait du spectacle, j’allais lui en donner en veux tu en voilà à cette greluche ! « - Je sais tout ça. j’avançais d’une voix cassante. Qu’elle ne s’imagine pas un seul instant me devancer, me prendre de court. Qu’elle aille penser que votre brave serviteur avait tout prévu, et qu’il ne laissait rien au hasard ! Crois-tu vraiment, camarade, que j’oserais me pointer en ces lieux sans avoir retourné la question dans tous les sens ? J’eus un embryon de rire qui vint se répercuter en échos las dans la cale du navire. Crois-moi, tu as bien plus de chances de t’ébaudir en me laissant la vie sauve. Si tu m’apportes ton soutien, tu auras la joie de voir couler un navire rival. Tu serais aux premières loges d’un naufrage émotionnel : celui de tout notre équipage, qui ne saurait que s’adonner à une guerre civile de pouvoir et de loyauté. Je devine déjà l’effusion de sang que ce serait à bord, les accusations à tort et à travers, les clans se former et se dresser les uns contre les autres pour se hisser dans la hiérarchie. Que sais-je, peut-être même pourrais-tu rallier un de ces clans à votre cause, tenter d’asujettir ce qu’il reste du Revenge à ton capitaine, lui qui semble être un si précieux ami du mien. Qui trouverait à y redire ? Tout le monde reconnaît sa compétence. Je retroussais les babines en un sourire fripon, comme si je le portais en haute estime, ce porc friand de chair humaine. Mais, plus encore - et mes yeux brillèrent de connivence et d’exaltation, comme si je me retrouvais tout à fait convaincu par mon propos - la mort de Dante ferait naître un vide dans le coeur de ton grand patron. Il y aurait plus de place pour… vous ? »

C’était la seule chose dont je doutais : son affection sincère pour son capitaine, cette possessivité, cette jalousie farouche qu’on m’avait décrite à la cité de sable. Cependant, si les ragots se révélaient véridiques, si mon sens de la logique parvenait à croiser le sien, ne serait-ce que sur une de ses propositions, alors, peut-être pourrions nous tomber sur un accord. Un odieux accord qui mènerait mon ennemi ultime à sa perte.
Made by Neon Demon

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Turpides magouilles. ⇀ ft. Urr

 

Turpides magouilles. ⇀ ft. Urr

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» LISTE PARTIELLE DES VICTIMES ET MAGOUILLES DU LAVALAS
» Magouille électorale
» Myrlande Manigat felisite Michel Martely.
» 1% logement: Le MEDEF se sucre au passage
» Les magouilles de Megouille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-