Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Il y a un temps où on doit pleurer ses morts. | Tennessee
maybe life should be about more than just surviving


avatar
04/10/2014 neko 867 Godfrey Gao AVENGEDINCHAINS.(avatar), tumblr (gif), northern lights.(code signature) cavalier, archer 66


Sujet: Il y a un temps où on doit pleurer ses morts. | Tennessee
Sam 4 Mar - 22:11

Il avait été convenu d’un rendez-vous avec Tennessee. Gen se réveilla en sursaut, réveillé par ses démons intérieurs. Il tourna la tête et vit son fils blotti contre lui. Il n’appréciait pas vraiment quand Ephraim venait dormir avec lui. Il partait du principe qu’il aurait dû s’endurcir. Mais Dai avait défendu son neveu et lui avait ordonné de se rappeler comment lui était quand il était petit. Gen en se souvenait, son père faisait tout pour l’endurcir, lui donnant très peu d’amour. Cela ne l’avait pas rendu meilleur que les autres, alors pourquoi le faire à son propre fils ? L’homme se pencha et embrassa son petit sur le front, humant son odeur. C’était une odeur de jeune, son odeur lui rappelait presque Enako. Impossible, il devait imaginer. Il leva de son lit tout en toute discrétion et alla faire sa toilette avant de s’habiller. Il rassembla ses affaires et regarda les provisions qu’il avait prévues pour la route. Il faudrait presque une journée pour aller jusqu’à la mer et il avait bien de la route aussi pour rejoindre Tennessee. Il avait prévu de s’arrêter en route se reposer. C’était pour cela que Gen partait quand le soleil se levait à peine. Il laissa un mot pour son fils et partit vers l’écurie où se trouvait Yuki. Il ne fut pas étonné de voir Dai qui préparait la jument, lui parlant avec douceur, la brossant, lui tressant la crinière et la queue.

Il la regarda en silence. Elle vieillissait, tout comme lui et refusait l’idée d’un mariage. Leur mère ne pouvait lui tenir tête, trop vieille et sans leur père pour les mater, impossible de faire plier sa sœur. Gen s’approcha d’elle et l’enserra de ses bras. Il ferma les yeux et profita de sa chaleur, de son odeur qui lui rappelait son enfance. « Tu sembles si triste mon frère. » Il ne dit rien. Elle avait toujours deviné ses sentiments. Il ne voulait pas parler de Tristam et de la quête qu’il comptait mener avec Tennessee. C’était son petit secret. Il ne dit rien, prit Yuki et partit sans un mot. Gen n’était pas un grand bavard, mais qui l’était franchement dans la famille Deng ? Ce n’était pas une des valeurs de la famille très franchement. L’homme récupéra son arc à l’entrée et monta en selle. Il souffla un bon coup. « En route Yuki. » Le voyage serait dur, plus psychiquement que physiquement. Il savait ce qui l’attendait. Tennessee et lui allaient apporter les cendres de leur ami à la mer. Un frémissement le gagna à cette pensée. Il l’avait tué il n’y avait pas si longtemps. Il avait promis à la femme du ciel de revenir, qu’ils feraient le voyage ensemble. Il lui avait donné un repère temporel. Gen l’attendrait à la rivière, comme promis. Près du pont, ainsi il la verrait venir.

L’homme profitait de la chaleur de l’été. Il se demandait s’il ferait plus chaud aux abords de la mer. Il décida de faire un arrêt par les pikunis après des heures de marche. Juste quelques heures pour que Yuki souffle et lui, mange. Il profita de cet instant pour faire du troc, s’enquérir des dernières nouvelles et remonta après en selle. Il n’avait pas dit sa destination. Gen ne voulait pas que cela se sache. Il ne savait pas quelles conséquences cela pourrait avoir. Il ne voulait pas le découvrir. Il en avait encore pour quelques heures de monte. Il passa par la forêt, attentif aux moindres bruits. Il ne voulait pas tomber sur les mauvaises personnes. Gen arriva finalement au pont et attendit de son côté, sachant que Tennessee, normalement, arriverait par l’autre côté. Il avait placé Yuki de sorte à avoir une vue d’ensemble, encore sur elle, prêt à se battre s’il le fallait. Il avait beau y avoir les trêves, il savait que certains individus, quel que soit leur tribu, n’étaient guère agréables. Gen distingua une silhouette et crut reconnaître Tennessee. Il ne fit aucun signe, pour l’instant. Il préférait le faire quand elle serait proche de lui, au cas où. Oui il était paranoïaque au maximum. Le cavalier se demanda si elle avait dit aux siens ce qu’elle allait faire.

avatar
14/11/2015 Isa & I 3165 Katie Melua Kyran adorable & Avengedinchains & Lux aeterna Mécanique & Nanotechnologie 105
ψ Cat on a Hot Tin Roof ψ


Sujet: Re: Il y a un temps où on doit pleurer ses morts. | Tennessee
Dim 26 Mar - 17:34


Gen & Tennessee @Pilgrimage at the Sea for a lost Child

La chevelure en bataille elle ouvrit les yeux sur un monde encore assoupi. Assise en tailleurs, aux cotés de son ami d'enfance qui ronflait tel un sapeur. La bouclée qui devait entreprendre un pèlerinage vers la mer ressenti le besoin de bavarder avec Zach avant son départ. Lui, Faust et Tristam restaient ce qu'elle possédait de plus proche après le décès de son père à l’atterrissage en catastrophe de L'Odyssée. Malheureusement la blonde s'enfonça dans la forêt sans jamais revenir. Et le cent,  conduit à la mort à peine retrouvé, se voyait la raison du voyage qu'elle entreprenait vers la mer. Le Barbier restant son dernier refuge elle éprouva un obsédante envie de bavarder avec lui avant son départ. De tout et de rien, mais pas de la véritable raison de qui la poussait à s'éloigner probablement deux longues journées. Tennessee ignorait les mots qui décriraient exactement le vide qui remplissait son estomac au point de lui donner envie de vomir parfois. La mécanicienne ne cherchait pas d'ailleurs à le faire, pas plus qu'à le comprendre. Active elle finissait toujours par dénicher une occupation qui éloignait pour un petit moment cette désagréable noirceur qui s'obstinait à revenir la grignoter régulièrement depuis ces malheureux événements. De plus avec l'absence - Probable décès - de la tête de la rébellion, elle du faire l'effort de se rapprocher un peu plus des autres. Alors qu'elle ne rendait de compte qu'a Faust auparavant. Elle se découvrit des affinités avec l'autre grande amie de cette dernière : Murphy. Au point que ce fut auprès de cette dernière qu'elle vint signaler la dite expédition.

Bien entendu La brune ne précisa pas qu'elle retrouverait un Terrien. Surtout parce qu'il ne s'agissait pas d'un Naori, et que plusieurs des Odysséens se révélaient assez chatouilleux a propos des terriens qui appartenaient aux autres tribus. Sans qu'ils sachent non plus ou elles se situaient ni comment elles se nommaient. Alors autant éviter des discussions que La boublée jugeait inutiles, qui ne l'empêcheraient pas de faire ce qu'elle désirait. Mais surtout honorer sa promesse. Puis aussi elle se découvrait curieuse de découvrir cette étendue, ainsi que de parcourir tous ses kilomètres avec L'Athna lui ayant sauvé la vie. Elle souhaitait en apprendre plus à son sujet, comprendre un peu mieux sa langue et ses coutumes qui semblaient différés de ceux des Naoris. La débarquée n'éprouvait aucune inquiétude quant au fait de traversé les terres avec un Autochtone, pas un instant elle n'imaginait que le guerrier lui concocta un piège. Et pourquoi ? Sinon il aurait du l'abattre tout de suite après avoir tué Le cent devenu fou. Elle comprenait qu'il puisse éprouver de la rancune envers elle, sans pour autant bien appréhender ce sentiment qui lui apparaissait trop désagréable pour qu'on puisse y faire un stop véritablement longtemps. La voilà donc réveillée Tennessee, portant les yeux vers l'endormi qu'elle préférait laisser dans les rêves bienheureux qui le portaient. Elle se leva donc pour récupérer son petit sac dans lequel trônait une gourde pour la soif et quelques gâteaux, préparés - Pour eux tous - la veille par celle qui portait un bien jolie prénom : Cassandre.

La sortie étant donc autorisée, elle passa fière comme Artaban devant les veilleurs alors que l’aube commençait tout juste à bailler. Car elle savait que déjà pour rejoindre le point de ralliement décidé avec Gen, un long chemin s'annonçait. La Bouclé en profita pour se débarbouiller prêt de la rivière quand elle atteignit enfin celle-ci. Activité plutôt agréable alors qu'elle découvrait la chaleur de l'été qui lui titillait son épiderme quand les rayons de l'astre du ciel décidaient de lui donner une couleur plus sombre. Oui Tennessee s'émerveillait depuis quelques jours - semaines - que sa blancheur habituelle se rapprocha désormais d'un beau doré. N'est-ce pas que tous les Odysséens attrapaient de bien plus jolis tons se mariant mieux avec la nature que l'ancienne pâleur cireuse acquise dans leur boîte de métal. Et cela malgré toutes les difficultés qu'ils rencontraient. Donc un aspect positif à ne surtout pas négliger. Ensuite elle préféra suivre l'affluent à grandes enjambées sachant qu'il la dirigerait droit vers le pont ou elle se rendait. Du temps ou elle vivait dans l'espace, elle tournait continuellement dans les couloirs afin d'épuiser cette énergie qui ne se contenait simplement en se  retrouvant assisse à ne rien faire. Alors son esprit se focalisait sur milles choses à accomplir et le temps ne lui paraissait jamais interminable.

Le ciel désormais clair, la Bouclée reconnu la silhouette de l'homme au loin sur son cheval, elle accéléra pour le rejoindre arrivant presque en courant. « Gen » S'écria t-elle en mettant un pied sur le pont, la première fois de sa vie qu'elle en franchissait un. Aussi curieuse, au lieu de se rendre directement prêt de lui elle s'en alla regarder le spectacle par dessus la rambarde. Elle y jeta un caillou pour vérifier l'effet que ça donnerait de le voir plonger d'en haut.  Tout en se demandant si elle s'écraserait comme une crête si elle tentait de sauter. Puis finalement elle termina la distance entre elle et l'Athna avant qu'il ne s'impatienta, mais tout d'abord elle flatta Yuki « Oh chouette elle est venu aussi  » Elle aimait bien cette jument à l'étrange tête mais au regard bienveillant. D'ailleurs elle ne pu s'empêcher de fouiller dans son sac pour lui offrir quelques bout du gâteau gardé précieusement pour son voyage. Tans pis, elle ne mourrait pas de faim en deux jours. « Vous n'irez quand même pas trop vite parce que même si je suis rapide je crains de ne pas pouvoir égaler son allure  » Déclara t'elle inquiète à l'idée de devoir courir tout du long.

avatar
04/10/2014 neko 867 Godfrey Gao AVENGEDINCHAINS.(avatar), tumblr (gif), northern lights.(code signature) cavalier, archer 66


Sujet: Re: Il y a un temps où on doit pleurer ses morts. | Tennessee
Dim 9 Avr - 22:29

Il avait toujours été intrigué par cette femme qui semblait si différente. Elle ne s’exprimait pas comme lui. Gen n’avait pas assez de connaissance sur les enfants du ciel pour se rendre compte ou non si elle était différente de ces gens, ou pas. Il l’attendait. Il la regarda presque courir et entendit son prénom. Même s’il ne sourit pas, il se détendit. Il ne se doutait pas qu’elle franchissait pour la première fois un pont. Il la regarda s’arrêter près de la rambarde. L’athna se fit la réflexion qu’elle était comme une enfant. Elle portait un œil neuf sur chaque chose de ce monde. Il lui laissa le temps de venir, n’alla pas la chercher. Il la regarda jeter un caillou. Gen savait que le voyage allait durer des heures, que cela les fatiguerait. Alors inutile de s’énerver dès le début. Il avait de la patience en réserve quand il s’y mettait. Il hocha la tête, content de voir Tennessee caresser sa monture. « Elle est toujours de la partie, elle aime bien la mer. » Il laissa la femme donner ce qui ressemblait être un gâteau. Sa monture engloutit la friandise, visiblement très content de l’attention. Gen n’en doutait pas une seconde. Il connaissait sa jument par cœur. Il la regarda alors qu’elle lui demanda de ne pas aller trop vite. Le cavalier n’hésita que quelques secondes avant de lui tendre sa main.

« Grimpe. Elle peut te porter quelques heures. Après on se reposera et je marcherai avec toi. » Il ne comptait pas tuer Yuki à la tâche. Ils mettraient bien plusieurs heures pour atteindre la mer, alors autant préserver sa monture. C’était à Tennessee de choisir ce qu’elle voulait, le suivre ou pas. Lui avancerait en tout cas. Après sa décision, Gen se mit en route. « Il nous faudra probablement une demi-journée. Ça dépend du rythme qu’on prendra. » Il laissa sa phrase planer dans l’air alors qu’il réfléchissait à l’itinéraire. « On va devoir être discret. Le traité est fragile. C’est notre secret, tu comprends ? Si on croise des gens, je parle et tu te tais. Personne ne s’en offusquera. » Gen savait parler correctement, il savait se montrer autoritaire et on évitait de poser des questions. Il regarda Tennessee discrètement avant de reposer son regard sur la route. Ils étaient liés de manière particulière, mais il ne se risquerait pas à ce que des natifs les voient. Cela pouvait être particulièrement dangereux. Même les gens de sa tribu pourraient s’en vexer. C’était au cas par cas. Les ententes étaient mitigées, voire inexistantes dans certains cas. Il y avait bien le troc, mais ce n’était pas le fort des athnas. Gen s’interrogeait car il avait l’impression qu’il y avait deux groupes d’enfants du ciel. Il n’était pas sûr de ce qu’il se disait, alors il se tut.

De toute manière, cela ne l’intéressait pas. Il regardait les sens en alerte, attentif au moindre son et à la moindre réaction de sa monture qui était un détecteur. Elle réagissait bien avant lui au bruit. Elle sentait ce que lui, simple homme, ne voyait pas. Gen repensa à sa première rencontre avec Tennessee. Cette femme qui n’avait pas manqué de culot alors que lui était en plein deuil de Parvati. Que le temps avait défilé et changé depuis. L’homme avait l’impression d’être né une énième fois. Il écrivait son histoire chaque jour un peu plus. Depuis le début Tennessee avait capté son attention. Plus il réfléchissait et plus il se disait qu’elle était faible et cela l’agaçait. Sans lui, elle serait morte. Il avait une idée, mais il attendait avant de la lui soumettre. Elle devait apprendre à se défendre, mais lui, il voulait quelque chose en échange. Il aurait le voyage pour réfléchir à sa demande.

avatar
14/11/2015 Isa & I 3165 Katie Melua Kyran adorable & Avengedinchains & Lux aeterna Mécanique & Nanotechnologie 105
ψ Cat on a Hot Tin Roof ψ


Sujet: Re: Il y a un temps où on doit pleurer ses morts. | Tennessee
Sam 20 Mai - 16:13


Gen & Tennessee @Pilgrimage at the Sea for a lost Child

Les notes claires de la rivière passant au dessous du pont, offraient une rythmique agréable aux oreilles de Tennessee. Et bien qu'elle fut attentive à la présence de Gen, elle n'en perdait pas un son, profitant de l'instant présent. Malgré qu'elle manqua énormément d'empathie envers les gens, elle possédait une curiosité, ainsi qu'un enthousiasme qui donnait de la jeune femme une image d'une personne plus positive, que son caractère un peu rude n'eut laissé envisager. Alors qu'elle se trouvait en face de l'Athna, elle tapa du pied sur le sol afin de voir si ça résonnerait. Avec l'idée sous-jacente que ce dernier ne se mette pas à branler sous son poids ou sous les coups. Rassurée elle put ainsi offrir toute son attention au guerrier. Elle ne pensa pas une seconde que toutes ses facéties face à la nouveauté puissent énerver Gen. Et quand il lui proposa de monter sur la jument elle en fut ravie, elle se rappelait à quel point elle fut impressionner quand elle découvrit la monture noire de Harlan. Malheureusement ce dernier ne semblait pas particulièrement envieux de développer ce sujet. Aussi avoir l'opportunité de côtoyer Yuki, rendait la perspective du voyage deux fois plus intéressantes. Elle posa alors ses mains sur le dos de celle-ci, se demandant comment elle devait faire pour se retrouver sur son dos. Sauter et s'agripper ?

« Je ne suis pas très lourde mais je ne voudrais pas lui imposer un poids qu'elle ne saurait supporter » Commenta rapidement la brune qui ne voulait pas du tout se vanter, mais en effet, la jeune femme de par son énergie possédait beaucoup plus de muscles que de graisse. Elle rajouta après, plutôt fière d'elle « Marcher ne me fait pas peur, j'aime beaucoup cette activité et j'ai besoin de me dépenser, aussi si il le faut ça ne me dérangera pas de marcher plus afin d'épargner Yuki ! » Évidement ça rallongerait le temps du trajet, mais ça ne dérangeait pas l'Odysiéenne qui usait de son temps comme elle l'entendait. Fait qui ne plaisait pas forcément à tout le monde au campement. Après, bien entendu, tout dépendait de l'emploi du temps de L'Athna, il se pouvait fort qu'il ne puisse pas trop s'absenter auprès de sa famille. Chose que Tennessee comprenait très bien, même si elle n'en possédait plus, car elle considérait les rebelles comme une seconde famille. Et pour rien au monde ne se désisterait, ou les ferait attendre si sa présence devenait nécessaire ou demandée. La remarque précédente fit fronder les sourcils à la jeune femme, aurait-il honte de se faire voir avec elle ? « Mais penses-tu qu'ils arriveront à croire que je suis une Terrienne ? » le questionna t-elle, non pour le contrarier, mais légèrement dubitative quand elle imaginait la situation.

Bien qu'elle fut intelligente, il manquait une certaine discipline dans les pensées de la jeune femme pour la rendre complétement efficace. Plutôt tenue en cage par son suivi psychologique sur l'odyssée, désormais elle laissait la liberté prendre le commandement. Certainement un peu trop, ce qui la dirigeait rapidement dans des situations critiques, dont elle réchappait comme par enchantement, jusqu'au jour ou ... En même temps, si elle faisait le parallèle avec sa propre situation au camp, elle savait que certains débarqués ne supportaient pas les autres tribus. Et ne se seraient pas privés de faire des remarques acerbes sur cette expédition là. Alors pour rien au monde elle ne désirait compromettre la promesse faite à son ami décédé. « D'accord » Finit-elle à accorder à l'Archer « Pour Tristam je me tairais, tu es donc le chef de notre expédition !  » Parfois elle parlait à tord et à travers selon l'avis des autres, pas elle, mais la bouclée savait se taire. Cependant ne pas bouger pendant des heures lui semblait plus compliqué, même si la ballade à dos de cheval l'excitait beaucoup.

avatar
04/10/2014 neko 867 Godfrey Gao AVENGEDINCHAINS.(avatar), tumblr (gif), northern lights.(code signature) cavalier, archer 66


Sujet: Re: Il y a un temps où on doit pleurer ses morts. | Tennessee
Mer 7 Juin - 21:47

Gen avait stoppé Yuki et regarda Tennessee qui avait posé les mains sur le dos de sa monture. Il se demandait si la jument supporterait la charge de poids, qui plus est, au mauvais endroit. Il écouta la remarque intéressante de la brune. Même sans s’y connaître, elle savait déjà quoi dire et comment se comporter auprès d’un cheval. « Il faudrait te coller à moi au maximum pour qu’on mette ton poids sur son dos et non pas sur l’arrière. » Il désigna le restant du dos avant la croupe de la jument. « Alors marche toi qui sembles tellement motivé. » L’homme n’était pas vexé, juste amusé par son attitude. Elle voulait marcher, elle marcherait. Cela ralentirait le voyage, mais il devrait s’y faire. Il pouvait toujours trouver sur le chemin une auberge qui troquerait volontiers un oiseau voyageur et serait d’accord d’envoyer un oiseau dans la montagne. Gen se mit en marche, laissant sa jument avancer lentement. Celle-ci ne semblait pas s’en plaindre. Elle ralentit le pas à la demande de son cavalier, se calquant sur le pas de la femme. L’homme réfléchit à la question de Tennessee concernant le fait qu’on pourrait la prendre ou non pour une native. Il la dévisagea longuement, la détaillant des racines des cheveux jusqu’à la pointe des pieds. Sincèrement, qui la prendrait pour une terrienne ? « Ta tenue n’est pas comme la nôtre. » Il la regarda marcher, elle était différente de la leur.

Il ne saurait expliquer en quoi, mais c’était… étrange. Pas trop, mais un peu. Il avait l’impression d’avoir affaire à une jeune incapable de se camoufler. D’accord Tennessee était discrète. Mais une guerrière de son âge l’était nettement plus. « Tu ne te déplaces pas comment nous. Marchais-tu différemment ? » Il ne se rendait pas compte de ce que c’était que de vivre dans le ciel, peut-être avait-elle appris à marcher autrement là-haut. Il se demanda aussi si son arrogance ne la perdrait pas. Il la trouvait arrogante oui, trop sûre d’elle, trop bavarde pour quelqu’un qui n’avait pas l’avantage. Peut-être était-ce lui qui ne parlait pas assez et était donc choqué de son attitude. Mais la brune était particulière, inutile de le nier. Il avait rencontré une autre terrienne avant elle, mais Parvati avait été différente. Alors peut-être que Tennessee était unique et pas seulement différente car elle venait du ciel. Il se demandait si elle allait se taire, mais il n’y croyait plus vraiment, jusqu’à qu’enfin, elle dise des mots magiques. L’homme la regarda et un léger sourire passa sur son visage. « Pour Tristam. » Il avait l’impression qu’elle trépignait à ses côtés, elle semblait être comme une enfant.

L’homme dépassa à peine le pont qu’il arrêta sa monture. Il poussa un grand soupir et sa décision fut prise. Il descendit de selle et tapota le cuir bon chaud. « Prends ma place. » Il voulait voir comment elle se calait dans la selle et peut-être la rejoindra-t-il. Il se rendit compte qu’il passait énormément de temps à faire monter les gens sur sa monture. Peut-être car Yuki s’y prêtait bien. Gen ne le dit pas, mais il avait décidé de récompenser Tennessee du fait de vouloir se taire, comme quand on récompensait un enfant de certaines actions. Pas sûr qu’elle le prenne bien, il avait décidé de ne rien dire. « Je monterai après toi. » Il ne voulait pas qu’elle ait l’impression qu’il lui donne sa place, se gêne ou quoi que ce soit d’autre. Il mettait son impatience sur l’envie, peut-être, de monter sur Yuki. Il ne se souvenait pas si elle était déjà montée et quand bien même ! Elle avait le droit d’essayer encore. L’homme en oubliait presque la raison de leur voyage. Oh quelque part au fond de lui, jamais il n’oublierait cela. Il oublierait encore moins car c’était lui qui avait ôté la vie de son ami. Il avait hésité, mais il avait agi en guerrier pour protéger une âme innocente et sauver l’âme perdue de son ami.

avatar
14/11/2015 Isa & I 3165 Katie Melua Kyran adorable & Avengedinchains & Lux aeterna Mécanique & Nanotechnologie 105
ψ Cat on a Hot Tin Roof ψ


Sujet: Re: Il y a un temps où on doit pleurer ses morts. | Tennessee
Dim 2 Juil - 19:35


Gen & Tennessee @Pilgrimage at the Sea for a lost Child

L'enthousiasme inné, déclenché par l'hyperactive qui l'habitait depuis toute jeune, ne pouvait pas se trouver fauché par l'apparente rudesse de Gen. Il ne s'agissait pas de prétendre un seul instant que la mécanicienne rencontrait une grande popularité parmi les siens. Elle ne possédait aucune empathie - ou très peu -, et son extraordinaire capacité à réparer ou comprendre les machines se voyait régulièrement boudé par des odysséens qui préféraient la volubilité d'Isiaiah par exemple. Ou le sérieux impressionnant de Devos qui les incitait moins à rechercher la petite bête. D'office elle supposait que la mentalité des terriens différait plus que sensiblement de la leur - et par déduction encore plus de la sienne -, aussi ne s'offusquait-elle pas des remarques de l'Athna. Depuis la première rencontre elle l'agaçait - un peu ? Beaucoup ? Tendrement ? A la folie ? - aussi imaginait-elle qu'à force de la côtoyer il s'y ferait. N'étaient-ils pas unis par la mort de Tristam ? Ca ne comptait pas pour des prunes selon Tennessee. Comme le terrien lui intimait de marcher elle souleva ses mains posées sur la jument et s'éloigna de plusieurs pas « Alors je marcherais même si ça ne m'aurait pas dérangé d'être collé à toi ! Tu ne pues pas, donc pas besoin de se boucher le nez  » Ceci dit sans aucune malice de sa part.

L'équidé bien que ne pratiquant pas le trot avançait malgré tout en tête, et donc l'Odysséenne trottinait pour rattraper Yuki, mais ne s'en plaignait aucunement. Au contraire elle agissait avec entrain comme si elle pratiquait une nouvelle sorte de jeu. Quant à Gen il la conforta dans l'idée qu'elle ne se fondrait pas dans le moule telle qu'elle se présentait en cet instant. « Ma tenue ? Elle n'est pas pratique ? Ce sont les couleurs ? On ne peut pas dire que je l'ai échangé contre ceux d'une débarquée ? Si je me tais tu auras qu'à prétendre que je suis un peu Zinzin ... Et muette ! » De cette façon on n'insisterait pour avoir une réponse de sa part s'ils venaient tous deux à croiser la route de terriens. Quand l'archer parla de sa démarche elle pencha la tête pour examiner ses jambes mais il n'y aperçu rien de douteux « Comment ça pas comme vous ?  » Puis elle haussa les épaules légèrement dubitative analysant les paroles du cavalier « En avançant une jambe devant l'autre, mais nous étions enfermés alors avec la différence de gravité de l'extérieur ça à pu alourdir notre démarche, ou l'alléger ... je n'y avais pas vraiment réfléchi jusque-là ou est-ce encore autre chose ? » Les jours passant la bouclée prenait conscience que les terriens se mouvaient silencieusement comme des félins. Bien qu'elle eut tenté de les imiter elle demeurait bien trop bruyante, incapable encore de canaliser l'énergie qui bouillait dans son corps.

Sur l'Odyssée, on ne taxait pas Tennessee de commérage puisque le bavardage l'ennuyait au plus haut point. Mais depuis sa rencontre avec une autre vision du monde, elle ne pouvait s'empêcher d'interroger pour mieux comprendre. Et s'adapter. Ce qui semblait futilité à Gen se résumait à une terrible envie de progresser et d'apprendre. Et bien qu'il la compara mentalement à une pipelette, ironiquement elle ne possédait qu'une parole, et lui prouva en lui accordant le silence. Par contre ils quittaient à peine le pont que quelques mètre plus loin le terrien fit halte, puis ordonna à la bouclée de prendre sa place après l'avoir libérée. Elle se mordit les lèvres pour ne pas riposter ce qui résulterait à enfreindre son serment. Malheureusement elle ignorait totalement comment arriver sur le dos de Yuki, mais replaça ses deux paumes sur le dos de la jument en tentant de sauter pour atterrir sur elle. Ce qui eut pour effet de la placer sur le ventre en travers du dos de l'animal. Yuki  s'agita un peu, sans doute surprise par l'élan de la mécanicienne qui ne voulait pas déclarer forfait. Empoignant le col de la bête elle s'y accrocha dans le but de se remettre dans le bon sens. Un bien hilarant tableau pour un cavalier émérite tel que Gen. Finalement à bout de souffle et sans comprendre comment elle se retrouva à l'envers direction vers le derrière de l'équidé. Elle déclara alors à l'Athna qui prétendait se joindre à elle « Ça va être un peu compliqué ! »

avatar
04/10/2014 neko 867 Godfrey Gao AVENGEDINCHAINS.(avatar), tumblr (gif), northern lights.(code signature) cavalier, archer 66


Sujet: Re: Il y a un temps où on doit pleurer ses morts. | Tennessee
Dim 23 Juil - 20:42

Le sérieux de Tennessee concernant son odeur corporelle interpella Gen. Il ne savait pas vraiment comment le prendre. Il décida de l’interpréter bien et de le prendre au premier degré. Le brun ne pouvait pas s’amuser à piquer la mouche pour rien, ce ne serait pas vraiment malin et rendrait le voyage pénible. Or le voyage serait suffisamment émouvant sans rajouter de la mauvaise humeur par-dessus le marché. Il y avait bien des choses qui travaillaient le cavalier et la tenue de Tennessee en faisait partie. Malgré tout, la brune ne se laissait pas démonter et proposait de bonnes idées. Gen était presque étonné de ce qu’elle disait, mais pas tant que cela. Il avait bien vu qu’elle était intelligente et encore une fois, elle le prouvait parfaitement. « Une amie de la famille folle et muette, je crois que ça me va. » Un sourire très discret passa sur son visage, preuve qu’elle l’amusait bien plus qu’il ne l’avouerait. « Je dirai que dans ta folie, tu nourris une fascination pour les enfants du ciel. » Il se fit la réflexion que c’était un peu son cas. Il avait fréquenté énormément de gens du ciel. Le peuple du ciel était un nouveau peuple très fascinant. Même si très franchement, ils avaient la maladresse d’un jeune faon. D’ailleurs l’homme ne manqua pas de faire une remarque concernant sa manière de marcher. Il ne pouvait pas parler des vêtements sans citer la manière de marcher de Tennessee.

Même s’il fallait bien avouer, il avait l’impression de voir une légère amélioration dans sa manière de bouger. Il ne perdait pas espoir qu’elle se déplace plus silencieusement dans quelques mois, avec énormément de travail en amont. « Tu es bruyante. » Un simple constat, mais quelque chose de réel. Elle avait toujours des explications qui intriguaient Gen. Elle avait une manière de parler qui l’intriguait. Parvati n’avait jamais parlé ainsi à son souvenir, encore moins Tristam. « Je n’en sais rien. Je ne comprends même pas comment tu peux avoir marché là-haut. » Cela le dépassait complètement. Au mieux il l’imaginait en train de flotter, mais marcher, non il ne comprenait vraiment pas. C’était quelque chose de vraiment trop abstrait. Finalement, Gen prit sa décision et décida de laisser sa place à Tennessee pour son cheval. Ils venaient à peine de passer le pont. Il tint Yuki, se demandant bien comment Tennessee allait s’y prendre. Il aurait peut-être dû l’aider, mais d’une certaine façon, il la testait. Gen ne dit rien alors que la brune prit son élan et arriva sur le ventre. Il tint fermement sa jument qui s’agita quelque peu, visiblement peu contente de se faire malmener de la sorte. Le brun ne dit rien. Il continua de la fixer alors qu’elle se mit à l’envers sur le dos de sa jument. Même si Gen affirma monter après elle, il partagea son avis, cela allait être compliqué. « Je vais t’aider. »

Il relâcha la bride de Yuki, lui murmurant doucement dans sa langue natale. Il lui disait clairement de ne pas bouger, d’attendre. Il n’avait jamais vraiment su si la jument le comprenait ou pas, mais elle semblait se détendre. Gen tendit sa main à Tennessee. « Tiens ma main, je vais bouger tes jambes une après l’autre. » Lentement, il posa son autre main sur le mollet gauche « Prête ? » Le cavalier fit bouger la jambe pour la faire passer par-dessus la croupe et la mettre du côté de la jambe droite, entraînant aussi le corps de Tennessee en mouvement pour l’avoir en face de lui. « Maintenant je vais bouger ton autre jambe pour aller dans le bon sens. Il faudra bouger les fesses vers la selle. Tu peux t’aider de tes mains. » Il relâcha sa main et fit glisser la jambe droite de l’autre côté du dos de Yuki, lui permettant ainsi d’être dans le bon sens, la tête en direction de la tête du cheval. Gen était doux et patient, s’adaptant au rythme que Tennessee voulait prendre sans jamais la brusquer. Monter sur un cheval n’était pas si facile. Chacun faisait à son rythme et devait prendre en compte l’existence du cheval en-dessous. « Je crois qu’on y est. Qu’en penses-tu ? » Yuki attendait patiemment que le ménage de son cavalier et de la femme qui apprenait, finisse. Elle ne semblait aucunement broncher, comme si elle s’y était faite.

avatar
14/11/2015 Isa & I 3165 Katie Melua Kyran adorable & Avengedinchains & Lux aeterna Mécanique & Nanotechnologie 105
ψ Cat on a Hot Tin Roof ψ


Sujet: Re: Il y a un temps où on doit pleurer ses morts. | Tennessee
Ven 25 Aoû - 16:42


Gen & Tennessee @Pilgrimage at the Sea for a lost Child

Parfois Tennessee entendait les bavardages d'autres Odysséens qui se plaignaient de plusieurs de leurs pairs. Par exemple ils reprochaient à certains de puer, prétendant que se trouver à leur côté devenait invivable. Elle ne comprenait pas pourquoi ils se compliquaient ainsi la vie, à le supporter en silence plutôt que d'aborder le problème avec l'intéressé. Elle même clarifiait la question très vite quand elle se voyait confronté à ce genre de problème. Bien entendu les conséquences entraînaient souvent que ladite personne n'adressa plus jamais la parole à la mécanicienne. Mais elle pouvait souvent constater en passant plus tard à ses côtés, que celle-ci avait agi en conséquence pour éliminer le souci. Alors la bouclée estimait que plutôt que chacun entretienne des doutes dans son esprit, quant à un éventuel de ses choix, elle rassurait très rapidement son interlocuteur sur la flagrance qu'il dégageait. Elle n'imagina pas un seul moment que cela pu causer un questionnement intérieur à Gen, d'autant que des sujets de discussions ils en possédaient au centuple selon elle. Sauf que dans ce cas particulier, il lui était demandé de ne pas trop s'exprimer. Elle fut enchantée que l'Athna qui se montrait dubitatif sur beaucoup de points, et très pointilleux, accepta son idée, et même l'enrichit « Ah oui c'est parfait comme détail, si jamais tu pourras dire que je n'arrête pas de me rendre de leur côté pour leur voler des affaires et que ça te rend vraiment furieux »

Bruyante, oui Tennessee le savait, d'autres terriens lui en avaient fait la remarque, dans sa langue ou la leur pour ce qu'elle en comprenait. La jeune femme ne remettait absolument pas cette constatation en cause. Désormais elle tentait d'éviter les branches mortes, mais elle n'imaginait pas comment se déplacer sans poser les pieds sur le sol. Peut-être que si elle possédait des coussinets sous les pieds comme Antarès ça se révélerait plus efficace. Ce petit chien parvenait à devenir parfaitement invisible quand il le désirait « Je sais mais comment empêcher de craquer tout ce que mes pieds rencontrent ? Je ne l'ai pas encore découvert... Vous avez un secret vous les terriens pour être aussi silencieux ? » Comme des chats. Enfin des petits félins, la bouclée ne les connaissait que de noms. Dans les cieux aucun animal de ce genre ne fut embarqué à bord, ou alors ils ne survécurent pas, et donc ne se reproduirent pas. Certainement cela eut trop demandé de ressources pour les tenir en vie, déjà que pour les humains on craignait particulièrement une surpopulation trop rapide. Au point que qu'on interdit à chaque couple de procréer plus qu'un enfant « Oui j'imagine que ça peut être difficile à comprendre mais je t'expliquerais ça avec un dessin si tu me donnes une feuille et de quoi écrire ... Ce sera peut-être plus facile pour toi à te représenter dans ta tête  » Car malheureusement les explications trop techniques arrivaient parfois à faire tourner les gens en bourriques.

« Merci » Lui répondit-elle avec gratitude quand Le terrien lui proposa son aide, alors que visiblement elle ne parvenait pas à s'y prendre de la bonne manière. La bouclée attrapa sa main comme le terrien le lui suggérait sans lui opposer sa logique parfois étrange, car dans la situation dans laquelle elle se découvrait, elle ne tombait sur une raison valable à lui confronter. Dans ce domaine elle s'avouait une débutante, et décida de se laisser guider par l'Archer. Ainsi elle apprendrait de la meilleure manière et pourrait mieux s'exécuter la prochaine fois. Du moins elle l'espérait. Alors qu'il lui décrivait ce qu'il désirait entreprendre, le visage de Tennessee devint particulièrement attentif pendant qu'elle cherchait à décoder comme il procéderait. Elle ne lui élevait aucune résistance « Je suis prête ! » Anxieuse malgré tout quand elle ne tenait pas les rennes - de manière un peu ironique -, elle se vit bouger pour se finir face à lui, et se surpris à goûter ce mouvement de manière plutôt divertissante « Oh c'est amusant, on dirait que tu me fais faire un tour de manège » Non pas qu'elle se fut jamais trouvée en présence d'une telle attraction, mais les évocations qu'elle en lu dans certaines archives lui revinrent instantanément à l'esprit. Par contre lui, Gen, ne devait avoir aucune idée de ce à quoi elle se référait. Et hop par miracle il réussit à la remettre parfaitement en selle « Oh c'est parfait je crois que tu es un peu magicien dans le savoir ! Et maintenant c'est moi qui vais la diriger ?  »

avatar
04/10/2014 neko 867 Godfrey Gao AVENGEDINCHAINS.(avatar), tumblr (gif), northern lights.(code signature) cavalier, archer 66


Sujet: Re: Il y a un temps où on doit pleurer ses morts. | Tennessee
Jeu 31 Aoû - 17:11

Ils faisaient un long voyage pénible et pourtant, ils célébraient la vie à leur manière. Gen se sentait moins triste et se laissait aller à sourire et à parler simplement avec la fille du ciel pleine de mystère. Il l’imaginait bien en amie de la famille folle et intéressée par les enfants du ciel. Elle donnait une bonne dose d’arguments et il ne manquerait pas de les ressortir face aux natifs qui s’intéresseraient à eux. Gen changea de sujet et parla du fait qu’elle était bruyante en marchant. Il réfléchit sérieusement à sa question alors qu’elle demanda leur secret. « L’entraînement ? Tu développes des stratégies. J’ai appris petit à marcher en silence et si mes parents me trouvaient, je recevais de l’eau froide. » Il grimaça à ce souvenir. Ses parents, des guerriers, avaient été intransigeants là-dessus, alors il s’était entraîné sans relâche. « Il faut être silencieux pour la chasse, c’est une question de survie. » Alors il fallait apprendre, pas le choix. Il ne doutait pas que les enfants du ciel plus jeunes que Tennessee, ceux de la première vague apprendraient peut-être plus vite à être silencieux, mais il garda ce commentaire pour lui. Il n’avait pas envie de l’accabler avec des paroles dures, cela aurait été ridicule d’agir ainsi. Il essayait d’imaginer la vie là-haut, mais n’y comprenait rien. Cela le laissait terriblement perplexe.

Tennessee lui proposa une solution pour qu’elle lui expliquât sa vie là-haut. « Je n’ai rien pour dessiner, peut-être en trouverons-nous sur le chemin, dans une auberge. » Il ne se baladait ni avec des feuilles, ni avec du papier. Il savait écrire, mais le faisait rarement. Quant à dessiner… Ce n’était vraiment pas sa tasse de thé. Il n’avait jamais développé un grand intérêt pour ce genre d’art, bien au contraire. Néanmoins, il était admiratif de ceux qui dessinaient car il trouvait fascinant de les regarder faire. Chacun ses envies après tout. L’homme proposa à la fille du ciel de l’aider et se mit à la faire tourner sur le dos de Yuki qui ne bougeait pas, très patiente. Après tout, la jument sombre avait porté son fils lors de son apprentissage de l’équitation. Il leva son regard foncé étonné quand elle parla de manège. « Qu’est-ce que c’est ? » Ils n’avaient pas les mêmes références, clairement. Parfois il était perdu selon les choses qu’elle disait et il ne comprenait pas toujours. Gen se demandait bien ce que c’était et comment elle savait certaines choses. Il ne manquerait pas de lui demander une fois. Un rire lui échappa quand elle affirma qu’il était un peu magicien. « Peut-être bien. » Un fin sourire décora son visage. Il aimait bien ce qu’elle disait, malgré sa maladresse de temps en temps. Il regarda Tennessee, sa posture et se dit que pourquoi pas, elle pourrait essayer de diriger. « Pour la faire avancer, tu dois presser tes mollets. Ne tire jamais sur les rênes, ton bassin t’aidera à lui indiquer le sens qu’elle doit prendre et tu peux indiquer la direction d’une légère pression au niveau des rênes. » Gen prit doucement le mollet gauche de Tennessee. « Presse en même temps avec l’autre. » Il pressa avec ce mollet le flanc de Yuki.

Aussitôt, la jument noire partit d’un pas doux, presque hésitant. Elle sentait bien que c’était différent de d’habitude. « Si tu veux tourner à gauche, bouge légèrement ton bassin sur la gauche et fait un mouvement sur la gauche avec le poignet, sans tirer la rêne gauche, mais en la bougeant. Yuki comprendra. » Il laissa Tennessee essayer. « En général les chevaux anticipent car ils sentent les mouvements de notre corps. Les rênes ne sont qu’un appui au cas où ou quand tu dois arrêter ta monture brusquement. Pour la faire se stopper, recule légèrement tes épaules, imagine ce mouvement dans ton bassin. Normalement elle le sentira, là encore ne force pas les rênes. » Gen était doux dans ses paroles, aux côtés de sa monture qui se pliait volontiers au jeu. Il avait confiance en elle, il savait que Yuki ne déborderait pas. Quelle drôle de situation, Gen qui donnait un cours d’équitation à Tennessee ! Néanmoins Ils se dirigeaient dans la bonne direction. L’athna n’oubliait pas sa mission première, rejoindre la mer pour leur défunt ami. Et en même temps, ils passaient un bon moment ensemble, célébrant la vie.

avatar
14/11/2015 Isa & I 3165 Katie Melua Kyran adorable & Avengedinchains & Lux aeterna Mécanique & Nanotechnologie 105
ψ Cat on a Hot Tin Roof ψ


Sujet: Re: Il y a un temps où on doit pleurer ses morts. | Tennessee
Ven 29 Sep - 14:56


Gen & Tennessee @Pilgrimage at the Sea for a lost Child

Le silence. Tout un concept. Ici sur terre il paraissait à Tennessee, quand les terriens lui expliquaient les choses, surtout Gen, mais aussi Baelfire, que seuls les animaux possédaient le droit de produire du bruit aussi souvent qu'ils le souhaitaient. Eux les humains devaient se comporter de manière à n'attirer l'attention de qui ce soit. Les hommes pour commencer parce que certains pouvaient se révéler dangereux, et le reste pour la même raison. Mais aussi pour la possibilité de les considérer comme de la futur nourriture. Ou même un éventuel bétail si on voulait faire de l'élevage, et réussir à les abattre ou les capturer. La bouclée supposait que certains ne s'attrapaient que sauvages, comme les majestueux chevaux. Dans l'espace, à part le désir d'effectuer un méfait sans se faire attraper, ou surtout ne pas troubler le repos d'un malade, on ne se torturait pas pour acquérir une démarche aussi feutrée que celle d'un chat. Les pratiques que décrivaient Gen pour y parvenir la laissaient un peu pantoise « Même en hiver ? Tes parents n'avaient pas peur que tu tombes malade ? Alors ils devaient toujours avoir une seau d'eau préparé pour toi au cas où ...  » Parce que s'ils n'habitaient pas prêt d'une rivière, ça s'avérait assez compliqué. La mécanicienne imaginait un bac rempli de ce liquide attendant la moindre faute commise par Gen pour se vider « Quelles autres stratégies ? Tu vas faire ça avec moi ? Il va nous en falloir des gourdes à transporter !  » Parce que non, elle ne se voulait pas défaitiste mais elle se voyait plutôt agitée que muette à recevoir une telle douche. Pour ensuite commencer à trembler sous la froidure. Enfin, en été ça devait malgré tout être agréable un peu de fraîcheur.

Elle eut volontiers reçu un enseignement de l'Athna car la jeune femme le tenait en très haute estime. Même si les débuts légèrement bancals, puis teintés de sang n'annonçaient pas les meilleurs hospices, il existait entre eux un lien très particulier. L'Odysséenne ne portait pas autant de valeur aux dires des siens, ou juste une toute petite poignée, sans doute parce que l'Archer lui permettait d'appréhender ce monde par l'intermédiaire de son regard. En remettant chaque aspect dans sa bonne perspective. Dans les cieux, ils conservaient les temps modernes, mais vivait dans une époque disparue. Bien qu'elle souhaita plus que tout retrouver son ancien mode de vie, elle devinait chaque jour davantage qu'il faudrait embrasser celui-ci qui se trouvait à porter de ses mains avant toute chose. Ainsi alors qu'elle s'imaginait proposer une solution géniale, l'homme la plaçait une fois encore dans la réalité. Non on ne sortait pas de son plastron par miracle des crayons et feuilles comme on si ce matériel fut courant et inépuisable « Je pourrais toujours essayer alors avec un bout de bâton ou mon doigt dans une terre assez molle ? Ou alors le sable mouillé quand sera à la mer ? » Bien qu'elle douta qu'ils puissent consacrer beaucoup de temps à ce genre d'activité quand ils atteindraient le but de leur voyage. Une mission bien plus important les y attendait « Un manège, on appelait ça aussi un carrousel ... Mais ça ne doit rien évoquer pour toi, C'était une structure qui tournait avec plein de petites voitures ou animaux en fer ou métal, et tu t'asseyais, et ça tournait ... Enfin j'en ai jamais fait moi-même j'ai juste vu des images et lu des récits dans les archives »

Décrire un phénomène qu'on cite mais qu'on n'a jamais rencontré à une personne qui n'a absolument aucune idée de ce dont il peut s'agir. Une petite hérésie de l'espace qui ressemble à un exploit imaginaire.

Se retrouver du bon côté, vers la tête de Yuki, voilà qui la mettait beaucoup plus à l'aise. Sans hésiter elle tendit l'oreille, docile, intéressée, bonne élève quand le terrien lui donna quelques instructions. Doucement elle caressa l'encolure de la jument avant de tenter quoi que soit. Non pas effrayée, car tant qu'aucun volatile ne passait sous son nez, la bouclée conservait une très bonne maîtrise d'elle-même. Quelle impression étrange de se retrouver sur un tel animal dont la peau chaude frôlait celle de ses jambes, rencontrant le poil à la fois doux et rude de l'animal. Quand le guerrier lui en fit la démonstration en appuyant son mollet sans qu'elle le réalisa, la mécanicienne pu ressentir le corps de l'équidé se mouvoir sous elle, lui imprimant un étrange balancement qu'elle ne connaissait pas encore. Puisqu'elle n'avait jamais utilisé d'autres moyen de locomotion que ses pieds, tout autant sur terre que sur le vaisseau spatial
« Comme c'est étonnant » S'exclama-t-elle émerveillée en donnant à la suite une autre poussée sous l'impulsion de l'instant. La monture accéléra alors le pas sans véritablement changer d'allure « Et pour la freiner on fait comment ?  »
 

Il y a un temps où on doit pleurer ses morts. | Tennessee

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Et les anges deviennent des monstres... (libre)
» L'agriculture doit être une des priorités des efforts de la reconstruction
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: Zone de Flashback-