Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜On apprend du berceau jusqu'au tombeau (feat.Meeka)
maybe life should be about more than just surviving


avatar
Invité
Invité


Sujet: On apprend du berceau jusqu'au tombeau (feat.Meeka)
Dim 19 Fév - 0:19

On apprend du berceau jusqu'au tombeau

Il y a une énormément de compétences que tu maîtrises : l'art du combat au corps à corps, l'art du combat armé - avec une épée ou une dague, ou avec un arme de jet comme un poignard ou un arc et des flèches. Mais il y aussi l'art de de la méchanceté de la perfidie, de cracher ton venin comme la vipère que tu es, et que tu as toujours été. Et bien sûr, l'art de la séduction subjective, et d'envoûter de ta voix grave, suave la première catin venue. Oh oui bien sûr ça te sert énormément pour le métier que tu fais, pour la vie que tu mènes chaque jour que le Dieu Soleil fait. Toutefois, si il y a bien un chose, voir deux choses que tu ne maîtrises absolument pas - c'est l'art intellect de la lecture et de l'écriture. Tu ne sais ni lire, ni écrire - même pas ton propre prénom. Et tout ça, tu le dois à l'éducation archaïque et barbare de ton bourru et mercenaire de père. Lui même étant illettré, comment voulais-tu qu'il t'apprenne tout ça - oh oui, il aurait pu faire appel à une personne savante, sachant tout ça pour te faire cours, pour te rendre un peu plus intelligente. Mais au lieu de ça, il a préféré passer outre cette partie de ton éducation, pour t'apprendre l'art d'être un monstre carnassier avec un gros problème d’illettrisme. Si bien qu'à trente-six ans passé, lire un livre sans illustration ou recompter l'or que tu gagnes pour tes missions, te sont impossibles. Et ça te frustre. Tu as bien pensé apprendre avec un membre de ta tribu - mais vous êtes peu à maîtriser l'écriture et la lecture. Disons, que vous n'en avez pas l'utilité ou si peu. Si vous n'êtes pas un peuple évolué dans ce domaine - en revanche, tu en connais un qui est bien plus avancé que vous et qui maîtrise à la perfection ce que tu jalouses en tout point. Les Naoris ou les ermites de la forêt comme tu les appelles affectueusement, en savent plus que n'importe qui - et c'est vers eux, ou plutôt, vers une que tu vas guérir de l'aide. Habituellement, tu fais rarement confiance en ces vermines, mais encore une fois, tu n'as pas vraiment le choix. Pour devenir plus intelligente, plus érudite - tu sais que tu vas devoir ranger ta rancœur au placard et faire en sorte pour que la Naori en question daigne à t'apprendre à lire et à écrire. Oh certes, ça ne sera pas chose facile. Tu n'aies pas un modèle de patience, tu t'énerves vite et si tu vois que tu n'arrives à lire ou à écrire un mot, ça te mettre hors de toi et tu vas te venger sur la Naori. Et la Naori en question s'appelle Meeka. Une femme forgeron qui sait battre le fer et fabriquer des armes mieux que personne, encore mieux qu'un homme. Et c'est sans doute ça qui t'as poussé à aller à sa rencontre. T'as croisé sa route tout à fait par hasard, lors de ton retour en mission - t'avais besoin d'une petite retouche à la lame de ton épée ébréchée, et pour quelques pièces d'or et une peau de bête - elle a rendu ta lame aussi lisse, tout comme la première fois où elle est sortie de la forge rahjak. Aujourd'hui donc, si tu y vas ce n'est pas seulement pour lui apporter des armes à remettre en état - mais aussi pour quémander son savoir. C'est une Naori, elle sait forcément lire et écrire. Ils apprennent ça durant l'enfance, non ?! C'est donc après, 3 heures de chevauchée, que tu entres en territoire Naori. Tu restes sur tes gardes, vigilante - parce qu'ils n'apprécient pas que des étrangers, que d'autres tribus viennent perturber le sol de leurs ancêtres. Toi t'as que faire de ces imbécillités - tout ce que tu veux, c'est être un peu plus intelligente. Et alors que tu pensais de la jouer discrète - voilà que tu es encerclée par une bande de Naoris. Un sourire mauvais t’écorche les lèvres. L'un d'eux te demande ce que tu viens faire ici - tu réponds, que tu ne viens pas chercher d'ennui, que tu viens en paix - et que tu es ici uniquement pour voir leur forgeron. Tout le monde se regardent - ils acceptent de te laisser rentrer, à la condition de te bander les yeux pour garder l'emplacement du village secret. Tu roules des yeux à cette proposition, mais l'accepte tout de même. Tu te laisses faire et attend qu'on te conduise jusqu'à la forgeronne. Les yeux bandés, complètement aveugle, mais pas sourde, tu peux déjà entendre les coups de marteau frappant, battant encore le fer chaud. Tu n'es pas loin. Et lorsque tu arrives à destination, on te fait descendre de cheval - avant de te retirer le bandeau que tu as sur les yeux. La vue retrouvée, tu t'empresses d'aller saluer la jeune femme. « Salutations à toi belle forgeronne !  Je t'apporte quelques armes qui ont bien besoin de passer entre tes mains d'experte. dis-tu en déposant les armes enroulées dans une peau de bête à même le sol. Mais il y a pas que pour ça que je suis venue te voir. Il y a autre chose encore. » Tu regardes à gauche et à droite. Ça t'embête vraiment de devoir demander de l'aide à une Naori - mais que tu peux faire de plus. Il faut que tu ravales ta fierté. Alors, tu ravales cette sale fierté, avant de cracher le morceau. « Tu sais lire et écrire, pas vrai ? Tu pourrais ... tu pourrais ... tu pourrais m'apprendre ? » Vraiment ça t'ennuie, et si elle refuse tant pis, t'ira voir ailleurs ou tu laissera tomber. De toute façon, à quoi ça pourra te servir ? Si ce n'est à être encore plus égocentrique, et te vanter auprès de tes connaissance comme étant l'une des rares rahjaks à savoir lire, écrire et compter.


Dernière édition par Shanareth Zamarguilea le Mar 28 Fév - 21:36, édité 1 fois

Admin
avatar
29/01/2017 avengedinchains 296 Katheryn Winnick sign by ALAS Forgeron qui bricole aussi le bois 0
Admin


Sujet: Re: On apprend du berceau jusqu'au tombeau (feat.Meeka)
Mer 22 Fév - 11:22

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

ON APPREND DU BERCEAU JUSQU'AU TOMBEAU
meeka&shanareth
Ces derniers temps, Meeka manque de clientèle. La Naori ne parvient pas à comprendre. Sans doute est-ce à cause de l’hiver qui s’installe doucement, ou parce qu’elle a déjà bien travaillé ? Mais elle n’a pas besoin de beaucoup de clients pour avoir beaucoup de travail. Récemment, elle a même travaillé pour le prince Rahjak. Situation amusante et pleine de retenues et de distance. Cela n’a pas été évident. Les tensions au sein du campement, l’étouffement vis-à-vis de la présence ennemie. Et bien sûr, on s’est un peu mise à la juger, elle aussi. Pour elle, peu importe pour qui elle travaille, tant qu’il y a un intérêt réciproque et que les armes ne sont pas utilisées contre elle. Aussi tranchantes soient celles qu’elle a pu faire, elle ne cache pas que de telles armes se rapprochent davantage d’un bijou ou d’un accessoire. Après pour le reste, elle ne risque pas de se prendre la tête à propos de tout ceci parce que ça ne servirait vraiment à rien, faut bien l’avouer. Enfin bon, elle n’a jamais été du genre à contester les demandes qu’on peut bien lui faire. Cela n’a pas toujours été facile, et dans certains cas, la situation a déjà été plus que catastrophiques. Mais les choses sont comme elles sont et il devient alors parfaitement impossible d’aller contre ça.

Ces armes sont terminées, bien sûr, et tout le temps où elle s’en est occupée, le prince est resté non loin. Il y avait un certain climat instable dans le village, à cause de ça. Bon nombre de personnes très peu à l’aise avec l’idée que les choses puissent mal se passer. Un déplacement d’état, après tout, ce n’était pas un acte à la légère et ça ne risquait pas non plus de se passer comme ça. Impossible oui, en effet. Mais c’est du passé, aujourd’hui. Et qu’on ait pu lui commander un tel truc, à elle, ça la touche parce que ça lui montre qu’elle possède une assez bonne notoriété. Si le désert vient en forêt pour la voir, ce n’est pas négligeable hein ? Surtout s’ils sont prêts à mettre de côté les tensions entre les deux tribus.

Là, tranquillement installée en train de réparer une de ses propres armes, elle s’affaire tranquillement dans son coin sans avoir besoin de se concentrer plus que ça. A quoi bon, de toute manière. Journée assez tranquille en perspective. Jusqu’à ce qu’elle entende des sabots, devant chez elle. Elle dépose tout, s’essuie les mains sur un tissu qui traîne et s’avance vers la source du bruit. Une femme à dos de cheval qui vient sans doute de récupérer la vue après que ses yeux n’aient été bandés. L’observant, elle attend qu’elle se décide à parler, pour lui expliquer la raison de sa venue. « Salutations à toi belle forgeronne !  Je t'apporte quelques armes qui ont bien besoin de passer entre tes mains d'experte. Mais il y a pas que pour ça que je suis venue te voir. Il y a autre chose encore. ». Pour du travail, évidemment. Il n’y a guère de surprise là-dedans. L’autre raison l’intrigue, pourtant. Elle pose les armes sur le sol alors qu’elle s’agenouille pour retirer la peau et pouvoir les observer. Quelques dommages mais rien d’irrécupérable, en effet. Elle ne les ramasse pas encore. « Tout à fait faisable ». Après, il faut qu’elle regarde en détail pour savoir ce qu’elle pourra en faire. Aussi, pour savoir combien tout ceci va coûter parce que Meeka est délicate mais elle ne fait pas que de bosser sans rien en retour. Tout ceci arrive, c’est vrai, mais il n’y a pas que ça, heureusement. Parfois, elle bosse pour rien, parfois non. Tout dépend du contexte, si on peut le dire ainsi.

« Tu sais lire et écrire, pas vrai ? Tu pourrais ... tu pourrais ... tu pourrais m'apprendre ? ». Avant de demander, elle a regardé autour d’elle, histoire de voir s’il n’y aurait pas quelques oreilles indiscrètes. Meeka ne sait quoi en penser. Il est vrai qu’elle sait faire tout ça mais elle n’a jamais eu besoin d’apprendre à quelqu’un à le faire. Est-ce qu’elle en est capable ? En tout cas, elle doit pouvoir essayer. Et elles verront ensemble. Tout ceci demandera du temps. « Je peux essayer, oui ». Aucune promesse, parce qu’elle ne sait pas ce que ça donnera. Mais elle fait déjà l’effort de se dire qu’elle peut essayer. N’est-ce pas un assez bon début ?


avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: On apprend du berceau jusqu'au tombeau (feat.Meeka)
Mer 1 Mar - 0:34

On apprend du berceau jusqu'au tombeau

Elles regardent les armes que tu lui as apportées – elle t’avoue que c’est faisable. Tu es ravie de l’entendre que te l’entendre dire. Parce que les armes que tu lui as apportées ont quand même bien vécu et en ont vu des vertes et des pas mûres. Certaines d’entre elles datent même de tes premiers entrainements et combats, alors c’est dire comme elles sont vieilles. Tu ne t’en fais sert plus pour te battre – mais simplement en décoration ou sinon, pour t’entraîner – et même si elles ne te servent vraiment plus pour partir en mission, tu restes nostalgique à tout ça, ayant un léger pincement au cœur de devoir t’en séparer un jour. Mais si elle te dit que c’est faisable, tu as l’infime espoir de pouvoir toutes les ramener chez toi. Et peu importe le prix que ça te coûtera pour qu’elle puisse de les remettre d’aplomb, tu es prête à payer le prix fort. Parce que tu sais que ce n’est pas donné – mais qu’importe, tu laisseras ton avarice de côté et mettra pour une fois ta main au portefeuille. Quoiqu’il en soit, comme tu lui as fait remarquer quelques instants auparavant, ce n’est pas que pour les armes que tu es venue la voir en terre Naori. Il y a aussi cette histoire d’illettrisme et c’est envie d’être plus intelligente en apprenant les bases de l’écriture et de la lecture. Alors, en plus de te prendre soin de tes armes, tu lui demandes si elle peut t’apprendre à lire et écrire. Certainement une question qu’elle doit pas entendre tous les jours – surtout venant d’une Rahjak et qui plus est une mercenaire – mais c’est sincère. Tu veux véritablement apprendre, et même si le chemin est long et semé d’embuches, t’es prête à faire les efforts et mettre tous les moyens en œuvres pour que ce souhait aboutisse à quelque chose, se réalise. Alors quand elle te dit qu’elle peut essayer, un sourire t’écorche les lèvres. Oh oui tu ne promets pas d’y arriver du premier coup et de ne pas perdre ton calme si tu n’arrives pas à lire ou à écrire le mot ou la phrase qu’elle te donne à faire. Tu as le sang-chaud et si ça ne se passe pas comme tu le veux ou comme tu voudrais que ça passe – la colère risque de monter aussi vite que la température dans le désert lorsque le soleil est à son zénith. Et alors qu’elle vint te dire que c’est également faisable de t’apprendre les rudiments de la lecture et de l’écriture – tu t’assois sur une pierre solitaire qui traine-là – croisant les bras, ton regard plongé dans celui de la Naori. « Par quoi on commence ? L’écriture ? La lecture. Je dois dire que j’ai une préférence pour la lecture. Et si tu as des livres avec des illustrations … osées c’est encore mieux. » Un sourire carnassier ourlant tes lèvres – une pointe de lubricité dans le regard, qu’on ne soupçonne plus quand on te connaît. Tu te doutes bien qu’elle n’a pas ce genre de lecture chez elle – elle n’est pas comme toi. N’est pas le genre de femme à lire pareil roman. Oh toi si tu savais lire – tu ne lirais que ça, bien que les images parlent souvent plus que les mots. « Ah moins bien sûr que tu préfères commencer par l’écriture ? Ça sera certainement la partie la plus difficile de cet apprentissage, mais si j’ai appris à tenir une épée, je serais bien capable d’apprendre à tenir une plume. » Ah moins que tu ne sois vraiment pas faite pour ça, et que ton intelligence se résume tout simplement à fracasser des esclaves, à coucher à droite et à gauche et à partir en mission pour récolter un petit peu plus de pièces d’or. Il faut te persuader que tu vaux mieux que ça. Oh oui bien sûr tu aimes ta vie comme elle est – mais si tu pouvais récolter grâce à la Naori des neurones en plus dans ta poche, ça arrangerait bien tes affaires et ton égo, par la même occasion.

Admin
avatar
29/01/2017 avengedinchains 296 Katheryn Winnick sign by ALAS Forgeron qui bricole aussi le bois 0
Admin


Sujet: Re: On apprend du berceau jusqu'au tombeau (feat.Meeka)
Sam 11 Mar - 21:05

» On apprend du berceau jusqu'au tombeau
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Pour les armes, il faut dire qu’il lui faudrait une grosse galère pour imaginer qu’elle puisse ne pas réussir à réparer quelque chose. Ce n’est malheureusement pas comme ça que ça fonctionne et ce n’est pas près de changer. Meeka est délicate dans ses actions. Dans tout ce qu’elle fait, pour ainsi dire. Et du coup, cela lui a permis de se débrouiller encore mieux pour tout ça. Et c’était mieux comme ça, oh que oui. La blonde sait qu’elle se débrouille bien dans ce domaine. C’est pour celui-ci qu’elle s’est entraînée pendant toute son existence. Et c’st dans ce but qu’elle a construit son existence. Elle n’a jamais voulu changer de manière de penser, elle ne s’est jamais dit qu’il fallait qu’elle trouve un autre job. Vraiment, jamais. Et puisqu’elle est douée pour ça, elle ne voit vraiment pas pourquoi elle partirait sur autre chose. En tout cas, tout ça pour dire qu’elle sait de quoi elle est capable et qu’elle sait, par la même occasion, qu’elle pourra aisément réparer ces armes et peut-être même les améliorer. Les aiguiser est une nécessité première, déjà. La jeune femme a son passé, a son présent et possède encore son futur. Si elle ne sait pas encore ce que donnera demain, elle sait que malgré ses qualités et ses possibilités, rien ne pourra lui permettre d’aller de l’avant. Ce n’est tout simplement pas comme ça que les choses sont supposées fonctionner. Meeka n’a pas eu une vie facile de par son envie de construire des armes et l’envie de son village d’en rester loin. Forcément, c’est le genre de chose qui crée une certaine distance. En réalité, elle n’a pas envie de réfléchir à tout ça, aux choses de la vie, à ce monde qui n’est pas pour elle et aux évolutions qu’elle pourrait lui donner. La jeune femme fait son bout de vie et se permet même de croire que tout suffira comme ça, qu’il n’est pas nécessaire de chercher plus loin. Elle avance à son rythme et en plus de ça, elle se permet de croire que tout le reste ne comptera jamais. N’a-t-elle pas le droit de croire en ce qu’elle veut ?

En réalité, les Naoris ne sont pas tous aussi intelligent qu’on ne peut le penser. Au cours de son existence, bien qu’il lui reste de belles années devant elle, Meeka a pu voir que les rumeurs sur son peuple étaient plus stupides les unes que les autres. De ce qu’elle a pu entendre, il y en a même qui pensent qu’ils sont capables de magie ou de parler avec les morts. Alors qu’en fait, s’ils ont quelques capacités supérieures, elles sont toutes fondées et réalistes. Avoir un animal totem et quelques croyances ne font pas d’eux des bêtes curieuses, n’est-ce pas ?

Là, elle comprend qu’on puisse lui demander quelques leçons pour savoir lire ou même écrire. Et il n’y a rien d’étrange puisqu’ils apprennent tous ces savoirs dès l’enfance, avant même de savoir ce qu’ils veulent faire dans la vie. Non que ça l’ait dérangée. Elle ne lit pas beaucoup, c’est vrai, choisissant de laisser ça aux autres que ça intéresse davantage. Son livre de chevet n’est que le journal de son père dans lequel il référençait tout ce qu’il faisait. Finalement, elle s’est mise à faire comme lui, à la suite de ses notes.

Détaillant la fille en face d’elle, elle réalise son teint de peau, ainsi que sa tenue. Aucun doute, à l’entrée du village, elle a laissé son fouet. Est-il vraiment difficile, parfois, de reconnaître un Rahjak lorsqu’il se présente ? Que se sont dit les sentinelles en la faisant entrer ? Un instant, elle se met à regarder autour d’elle s’il n’y a pas de petits curieux en train d’observer ce qu’elles font. Tout ça ne va pas jouer en sa faveur, encore une fois. Mais elle n’y porte guère d’intérêt, comme à chaque fois, comme avant. Meeka a cessé de s’arrêter sur l’attention que lui portent les gens parce qu’ils sont à côté, parce qu’ils ne s’intéressent qu’à ce qu’elle affiche et non à qui elle est vraiment. Un instant, elle se retient de parler, de peur de faire une erreur ou de dire une chose qui pourrait lui déplaire. C’est possible, après tout. Mais la femme en face d’elle reprend la parole, déjà. Elle n’a même pas remarqué qu’alors qu’elle parlait, elle s’était assise sur une pierre qui traînait là. Un fin sourire se glisse sur les lèvres de la forgeron alors qu’elle se dit qu’elle semble vraiment impatiente. « Par quoi on commence ? L’écriture ? La lecture. Je dois dire que j’ai une préférence pour la lecture. Et si tu as des livres avec des illustrations … osées c’est encore mieux. ». Elle se met à rire, légèrement. Des illustrations osées ? Il y aurait vraiment des livres comme ça ? Elle, elle a très peu de livres qui traînent chez eux. Et encore moins avec des images. Il sera plus facile de lui apprendre à écrire avant de lui apprendre à lire, de toute manière. « Ah moins bien sûr que tu préfères commencer par l’écriture ? Ça sera certainement la partie la plus difficile de cet apprentissage, mais si j’ai appris à tenir une épée, je serais bien capable d’apprendre à tenir une plume. ». Elle apprendra mieux les mots, si elle les écrit, d’abord. « Il faut commencer par l’écriture, avant d’écrire soi-même. Je vais t’apprendre comment écrire ton prénom, pour commencer avec une base évidente. Et puis… Je ne pourrais pas te faire une très longue leçon aujourd’hui ». Elle n’a pas prévu cela. Elle n’a pas prévu de faire une leçon à quelqu’un dans son programme de la journée. Après, bien sûr, ses journées ne sont pas fixes mais tout de même. Ce n’est pas comme ça qu’elle va respecter ses commandes. « Tu verras, c’est plus simple qu’on le pense. Plus on grandit, plus c’est complexe, mais si tu es motivée, tu y arriveras ». Il faut juste prendre son temps et ne pas se précipiter au risque de tout mélanger, comme pour tout. « Je reviens ». Laissant son invitée ici, elle rentre pour chercher du parchemin et de quoi écrire. Un peu de fusain fera l’affaire, là, sous la main, elle n’a que ça. Elle revient ensuite vers la femme. « Quelle est ton prénom ? ». Les bases, donc.


notes » w/ Shanareth, village Naori, 19/02/2117

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: On apprend du berceau jusqu'au tombeau (feat.Meeka)
Jeu 30 Mar - 20:45

On apprend du berceau jusqu'au tombeau

Commencer par l’écriture dit-elle. Tu aurais nettement préféré commencer par la lecture, mais si elle estime qu’il est plus préférable pour toi de commencer par l’écriture, eh bien soit ! C’est elle le professeur après tout. L’experte. Toi t’es jute l’élève et pour une fois, tu dois te taire et faire ce qu’on te dit de faire. Oh oui certes, tu n’as pas pour habitude d’obéir aux ordres, surtout quand ça vient du peuple des Naoris, mais pour une fois, tu feras une exception. Surtout que, c’est toi qui est venue chercher de l’aide auprès de la forgeronne – alors si tu veux moins bête, il faut commencer par écouter et faire à la lettre tout ce qu’elle te dira de faire, mais surtout mettre ta fierté mal placée de côté. Hors donc, elle veut d’abord commencer par t’apprendre à écrire ton prénom. Tu soupires. Un exercice qui ne te plaît pas des masses – parce que ton prénom est long. Et tu sais déjà qu’à la troisième lettre ça va t’énerver et tu vas tout envoyer balader parce que tu n’arriveras pas du premier coup. Une base évidente ? Pour elle oui. Pour toi, lire et écrire n’a rien d’évident. T’as toujours vécu avec ton illettrisme, sans te soucier que ça pouvait être un handicap. A quoi bon avoir des muscles, si on n’a pas le cerveau qui va avec. Le tien te sert juste à échafauder des plans tordus et à réfléchir comment mettre dans ton lit la prochaine fille qui croisera ton chemin et ça s’arrête là. Puis, elle t’avoue qu’ajourd’hui, elle ne pourra pas te faire une très longue leçon. Tu acquiesces. Tu comprends – parce qu’à côté elle a son boulot de forgeron – tu n’es pas la seule qui a besoin de ses services pour rendre en état les armes qu’on lui amène. Alors qu’elle soit longue ou pas n’a aucune espèce d’importance – si à la fin de la journée tu arrives à écrire ton prénom sans faire une seule faute d’orthographe ça sera déjà un bon début et un point de gagné pour la naori. « Ce n’est pas un problème. Si déjà tu parviens à m’apprendre à écrire mon prénom correctement et sans faute, ça sera un bon début. » Tu dis ça en souriant, mais dans cinq minutes tu vas moins sourire quand tu vas voir qu’apprendre à écrire n’est pas aussi facile que d’apprendre à manier une épée. Elle t’avoue malgré tout que c’est plus simple qu’on laisse le croire – et que plus on grandit, plus c’est complexe – mais que si tu es motivée t’y parviendras sans trop de problème. Motivée, tu l’es. C’est juste le mot "complexe" qui t’impressionne. Tu as un mauvais pressentiment – parce que tu as beau être motivée pour apprendre et pour paraître plus intelligente que la mienne de ton peuple, si tu ne parviens pas au résultat escompté, tu risques de te mettre très vite en colère, et sûrement t’en prendre violemment à la jeune femme. Mais ça ne sera pas contre elle, mais plus contre toi et contre ce père qui a préféré t’apprendre à tuer, que t’apprendre les bases de la lecture et de l’écriture. Mais comment aurais-tu espéré apprendre quoi ce soit d’intellectuel avec lui – lui-même ayant été un illettré assumé. Alors que tu te remémorais ton passé, la blonde se demande de l’attendre – tu acquiesces – attend qu’elle revienne comme elle l’a dit. Et lorsqu’elle refait apparition, elle a les mains pleines. Dans une main elle tient du parchemin et dans l’autre du fusain. Tu observes ces objets, que pour la première fois tu vois d’aussi près. Tu es intriguée, mais pour une fois, ne fait aucun commentaire désobligeant – regarde tout simplement. Elle te demande ton prénom. Tu la regardes, puis regarde le parchemin – avant de reporter ton attention sur elle. « … Shanareth ! » Acquiesce-tu, incertaine de pouvoir écrire ce prénom qui est le tien. T’aurais pu inventer un prénom moins long, mais ce prénom est le tien, et tu dois l’assumer.

Admin
avatar
29/01/2017 avengedinchains 296 Katheryn Winnick sign by ALAS Forgeron qui bricole aussi le bois 0
Admin


Sujet: Re: On apprend du berceau jusqu'au tombeau (feat.Meeka)
Mar 18 Avr - 13:34

» On apprend du berceau jusqu'au tombeau
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]En réalité, Meeka ne sait absolument pas par quoi il faut commencer. Elle n’a pas envie de prétendre qu’elle est une nulle en leçon ou en tout cas, elle n’a pas envie de le dire à voix haute mais en fin de compte, ça n’a rien de vraiment surprenant. Comment pourrait-elle être douée ? Qu’est-ce qui ferait qu’en se levant un matin, elle serait devenue un génie ou un professeur ? Elle est forgeron et sans doute serait-elle capable de donner quelques leçons pour forger. Mais pour le reste, ce n’est pas son domaine, et pour cette raison, cette histoire est un peu trop compliquée pour lui. La jeune femme veut bien essayer, elle est même prête à faire tout ce qu’elle peut. Mais ça ne veut rien dire. Elle est prête à faire son maximum, mais elle n’est pas certaine que ce soit une très grande réussite. Elle fera de son mieux, et en établissant quelques bases, ça devrait être plus facile. Surtout, finalement, surtout si la femme qui se tient devant elle parvient à suivre la leçon qu’elle va lui donner. Ce ne sera pas forcément une réussite mais elle fera de son mieux pour que les choses se passent au mieux. Et c’est la seule chose qui compte vraiment. Elle fera de son mieux, elle fera le nécessaire. Et si ça vient à ne pas marcher, et bien tant pis, il faudra que la jeune Rahjak aille voir ailleurs. Non qu’elle ne soit pas apte à le faire, elle pense même le contraire, mais elle n’ira pas se tuer à la tâche inutilement, juste parce que c’est sympa de faire apprendre quelque chose à quelqu’un. Ce n’est absolument pas comme ça que ça fonctionne. Le soucis c’est que puisqu’elle a appris à écrire quand elle était gosse, elle ne sait pas vraiment comment il faut s’y prendre. C’était une formation continue et évidente. Alors que là, Meeka sait très bien que la femme qui se tient devant elle ne viendra pas tous les jours. Et elle ne pourrait même pas rester pour un laps de temps aussi grand puisque la blonde sait que ce ne serait absolument pas bien vu par le reste de la tribu. Il ne s’agit que de maigres courtoisies et déjà là, elle sait que ça va jaser. Partager son savoir avec le désert n’est pas bien vu. Mais puisqu’elle a accepté, elle ne reviendra pas en arrière. Et surtout, à quoi bon ?

Alors l’idée de lui apprendre à écrire son prénom la traverse, dans l’espoir bien sûr qu’elle soit en mesure de l’écrire. Pas sûr que ça colle avec l’orthographe que les parents imaginaient, par exemple. Difficile de deviner si une lettre se double ou non. Si ses parents ne le lui avaient pas dit, elle n’aurait jamais pu deviner que son prénom compte deux E, par exemple. Alors elle n’ose imaginer les fautes qu’elle pourrait faire. Mais tant qu’il y a la prononciation, ce sera un assez bon début, n’est-ce pas ? Il faut bien commencer quelque part. « Ce n’est pas un problème. Si déjà tu parviens à m’apprendre à écrire mon prénom correctement et sans faute, ça sera un bon début. ». Voilà, au moins, elle comprend où elle veut en venir, un bon début, également. Meeka n’a absolument pas voulu être déplacée en lui disant qu’elle n’avait pas que ça à faire et qu’il fallait qu’elle bouge. C’est encore une autre histoire, finalement. La blonde a juste du travail et elle ne peut pas chambouler son programme avec la première personne qui passe. Alors oui, la seule leçon du jour devra consister au prénom. En espérant que ce ne soit pas un exercice trop compliqué, déjà. Mais c’est une éventualité.

Avec le papier et le crayon dans les mains, elle lui demande quel est son prénom, espérant que ce ne serait pas une affaire trop compliquée. Meeka voit à sa tête qu’elle est clairement intriguée par ce qu’elle tient. Ce n’est pourtant pas grand-chose, juste de quoi écrire. Mais forcément, selon le mode de vie qu’une personne peut bien avoir, les choses peuvent être compliquées. Enfin bon, il n’est pas vraiment nécessaire de chercher plus loin. Et puis bon, elle n’a pas vraiment envie de lui poser des questions déplacées. Parce que c’est ce qui pourrait arriver. « … Shanareth ! ». Bon, il ne reste plus qu’à espérer qu’elle ne va pas faire de grosse bourde. S’installant à côté de la Rahjak, elle gribouille sur le parchemin. « Chanarett ». Malheureusement, elle ne saura jamais qu’il ne s’agit pas de la bonne écriture. Marquant un temps d’arrêt en observant ces lettres, elle suppose que ça doit être ça, puisque ça semble coller. Comment savoir. « Je crois que ça s’écrit comme ça. C-h-a-n-a-r-e-t-t. ». Le fait de lui dire qu’elle ne sait pas vraiment n’est peut-être pas la bonne option mais en même temps, elle ne va quand même pas lui mentir. Au niveau des sons, on est bon, en tout cas. Lui donnant le parchemin, elle la laisse assimiler déjà une première fois l’écriture. « Essaie de faire pareil », ajoute-t-elle en lui tendant le fusain.


notes » w/ Shanareth, village Naori, 19/02/2117

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: On apprend du berceau jusqu'au tombeau (feat.Meeka)
Dim 14 Mai - 21:42

On apprend du berceau jusqu'au tombeau

Du papier et du fusain. De drôles d'objets qu'en tant que mercenaire et femme d'action tu n'as jamais eu le plaisir de toucher. Pour quelle raison l'aurais-tu fait d'ailleurs ? Ne sachant ni lire, ni écrire ils ne serviraient à rien. Mais en décidant de sauter le pas de l'évolution qui vise à apprendre autre chose que l'art du combat et d'être une garce - ces deux objets qui n'étaient pas de ton ressort, vont finalement finir par le devenir. Oh bien sûr, ça ne se fera pas du jour au lendemain - que la route sera longue et sinueuse avant que tu saches parfaitement lire et écrire quoi que ce soit. Pour le moment, si la Naori parvient l'exploit de te faire écrire comme elle te l'a promis ton prénom - ça sera déjà un bon début en soit. Alors, tu lui donnes ce qu'elle t'a demandé à savoir, ton prénom. Elle prend note - hésite. Comme si elle cherchait les bonnes lettres. Tu l'observes attentivement -suit les mouvements de sa main sur le papier. Tu arques un sourcil, suspicieuse - alors qu'elle suppose que ton prénom s'écrit de la façon dont elle vient de le transcrire sur son morceau de papier. Si elle croit que ça s'écrit comme ça, c'est que ça doit être le cas. Comment pourrais-tu le savoir ? Ton père ne t'as plus donné de détail à ce sujet. C'est déjà difficile de prononcer ton prénom, alors l'écrit. « Tu crois ? » tu hausses les épaules - après tout pourquoi pas. La prononciation est présente et visiblement le rendu semble coller avec ce prénom qui est le tien, alors si elle est un peu près de son coup, tu ne vas pas la contredire ou emmètre la supposition qu'elle puisse avoir tort. Puis, lorsqu'elle te tend le parchemin afin d'assimiler les lettres -le mot qui défile devant tes yeux - un grognement t'échappe, comme le prémisse d'une fureur prédominante. Tu sens déjà que tu vas t'énerver - que tu ne vas pas réussir du premier coup, ce qui semble si enfantin pour la blonde. Tu pourrais lui rendre son parchemin et oublier ton besoin de paraître plus intelligente que la moitié des gens de ta tribu, mais ça serait donner raison à ceux qui vous comparent à ânes bâtés, sans cervelles. Abandonner ça serait leur donner gain de cause, et tu ne peux pas accepter ça. Alors lorsqu'elle te tend le fusain, te demandant d'essayer de faire pareil qu'elle - tu restes un instant bloqué sur l'objet. Tu le regardes sous toutes les coutures. Tu relis une dernière fois  - soupires, sans la pression monter. Et enfin pose le fusain le papier. Le première lettre ce forme un "C" pas aussi beau, pas aussi bien dessiné que le sien, mais pour une débutante c'est pas si mal. T'es à peine à la première lettre que t'en as déjà marre - si bien que tu en as oublié de faire le "h" qui précède le "a" dans ton prénom. Tu grognes, rature ce début de mot complètement bâclé. « Bordel ... mes vieux pouvaient pas me donner un prénom moins compliqué à écrire. » râles-tu en reprenant tout à zéro. Tu fais une ultime tentative - les lettre se dessinent petit à petit. Et après de longue minute à hésiter, à être sûre que l'écriture soit correcte - tu finis par écrire ton prénom. Une écriture tremblante, certes mais au moins, tu viens d'accomplir quelque chose que tu n'aurais jamais pensé faire il y a une vingtaine d'années en arrière. « Eh ben si je met autant de temps à écrire un prénom. Qu'est ce que ça sera quand je devrais écrire une phrase entière. » Rien que d'y penser, tu grognes un petit peu plus. Si pour un pauvre prénom tu as mis du temps - alors pour une phrase plus longue, tu n'imagines même pas.

Admin
avatar
29/01/2017 avengedinchains 296 Katheryn Winnick sign by ALAS Forgeron qui bricole aussi le bois 0
Admin


Sujet: Re: On apprend du berceau jusqu'au tombeau (feat.Meeka)
Dim 27 Aoû - 19:50

» On apprend du berceau jusqu'au tombeau
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Il n’est pas vraiment facile de déterminer l’écriture d’un prénom juste sur une prononciation. Sur ce point, tu as eu de la chance que ta mère t’ait appris à écrire le tiens. Tu n’aurais jamais pu imaginé Meeka et non pas Mika. Bien sûr que ça change peu de chose. Et que dans l’idée, on ne passe pas son temps à écrire des lettres aux gens. Mais c’est une affaire un peu plus compliqué quand il s’agit d’apprendre à quelqu’un d’autre. Surtout que bon, dans la situation actuelle, tu réalises avec facilité que les orthographes peuvent vraiment trop changer d’une lettre à l’autre. C’est une histoire compliquée mais tu te demandes surtout si t’es censée te sentir concernée ou pas. Est-ce que tu devras t’en vouloir de quelque chose si l’écriture que tu choisis n’est pas la bonne ? Et dans ce cas, à quel moment est-ce qu’on pourra en décider hein ? Comment pourrait-on vraiment faire le point de tout ça ? C’est une histoire compliquée. Et franchement, t’as pas vraiment envie d’y réfléchir. Les choses sont comme elles sont et le reste ne compte pas vraiment, n’est-ce pas ? T’as envie d’y croire, du moins. Et t’as surtout envie de croire que tu as choisi la bonne écriture. En tout cas, sur le papier, ça sonne bien et ça se prononce comme tu l’as dit. C’est qu’on est bon, non ? T’en sais pas grand chose. « Tu crois ? ». Bah ouais, t’es pas franchement sûr de ce que tu dis mais tu fais de ton mieux et tu t’imagines même que c’est déjà pas mal. Personne n’est parfait hein. Et il est toujours bon de le rappeler. Il n’y a pas de méthode magique pour trouver la solution magique. Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Impossible. En tout cas, quand elle hausse les épaules, tu te mets à croire que ça va, ça s’arrange. Au moins un peu. Malheureusement, tu peux te tromper. Faudrait juste pas qu’elle vienne te chercher sans raison, un jour pour te reprocher de t’être trompée. Parce que ce n’est pas le cas. Et que c’est peut-être le plus important. Tu fais ce que tu peux. Elle débarque, sans prévenir, pour te demander de lui apprendre à écrire. T’es censé faire un miracle ? Non. ” Je crois. En tout cas, c’est la bonne prononciation “. Ce qui est un assez bon début, de ton point de vu. C’est plus de la moitié de l’exercice, déjà. Alors oui, c’est une assez bonne avancée. Pour le reste, tu n’as juste pas le gros détail. Et tu ne risques pas d’aller plus loin. A quoi bon, hein ? Bref. Donc ouais, ça s’écrit comme ça. Ca va le faire. Maintenant, il ne te reste plus qu’à essayer de lui apprendre à l’écrire. Ce qui n’est pas une réussite garantie.

« Bordel ... mes vieux pouvaient pas me donner un prénom moins compliqué à écrire. ». Tu ne vas certainement pas négliger le fait que ça ait une certaine importance. En plus de ça, tu as réalisé que certaines choses n’étaient pas si impressionnantes que ça. Les prénoms ne sont pas toujours vraiment compliqués. Mais là pour le coup, si l’orthographe n’est pas le bon, tu n’y pourras pas grand chose. Et tu ne te vois pas non plus sous entendre qu’elle a un prénom de merde ou qu’elle n’a qu’à demander à ses parents. Sinon, sans doute l’aurait-elle déjà fait. Mais tu ne vas quand même pas t'insinuer dans sa vie, n’est-ce pas ? Ce n’est pas ton intention et ce n’est pas non plus dans ton intérêt. ” Ca aurait été bien oui. Mais d’ici quelques mois, ce ne sera plus aussi compliqué, je pense “. Mais il n’est pas vraiment facile de déterminer comment bien faire les choses. Tu as appris à écrire et à lire, et oui, ça t’a pris pas mal de temps, déjà. Mais en parallèle à cela, tu n’as jamais appris à quelqu’un d’autre. Et il s’agit d’un exercice bien plus difficile encore que le reste. Elle essaie plusieurs fois, fait plusieurs ratures, recommence, râle à nouveau. Tu l’observes, tu sais que ce n’est pas évident, et tu ne vois pas vraiment comment lui apprendre les choses différemment. Sans doute pourras-tu lui apprendre l’alphabet la prochaine fois, pour qu’elle se familiarise avec les lettres. Mais il faudra que tu puisses te préparer en avance. Parce que là, on ne peut pas vraiment dire que tu aies pu t’y préparer. Au contraire, c’est arrivé d’un coup. Elle a débarqué, te demandant de lui apprendre à écrire et à lire. Tu n’y étais absolument pas préparée. « Eh ben si je met autant de temps à écrire un prénom. Qu'est ce que ça sera quand je devrais écrire une phrase entière. ». Un fin sourire se glisse sur tes lèvres. Il ne faut pas qu’elle aille trop vite. Pour ça, il faudra clairement faire un pas après l’autre. Ne jamais se précipiter sans le moindre but. ” Il ne faut rien précipiter. Bientôt, ton écriture ne sera plus tremblante. La prochaine fois, je tâcherais de t’apprendre l’alphabet aussi “. Mais encore une fois, il faut savoir faire un pas après l’autre, ne jamais se précipiter. Tu sais que c’est ennuyeux de devoir prendre son temps et de faire les choses dans l’ordre. En débarquant chez toi, elle s’attendait sans doute à ce que ça aille bien plus vite. Mais tu ne peux pas faire de miracle avec ce que tu n’as pas forcément. Tu apprends à apprendre, en même temps. Elle est un peu grognon maintenant, ton invité. Mais toi, tu ne caches pas que ça t’amuse, au moins un peu. ” Et c’est bien déjà, pour une première fois ! “. Au moins, après quelques ratures, elle n’a pas choisi de juste laisser tomber. Elle est motivée et bien décidée. C’est important, déjà.


notes » w/ Shanareth, village Naori, 19/02/2117


Admin - Tears of the phoenix
avatar
12/10/2014 Brimbelle 46139 Jessica Chastain Lux Aeterna Médecin / Herboriste 248
Admin - Tears of the phoenix


Sujet: Re: On apprend du berceau jusqu'au tombeau (feat.Meeka)
Mer 20 Sep - 23:00

RP archivé suite à la suppression de Shanareth
 

On apprend du berceau jusqu'au tombeau (feat.Meeka)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Bali Balo dans son berceau...
» Route nationale numéro 2 un tombeau à ciel ouvert
» La musique est le berceau de ma vie [ PV Valentin]
» Comment ça, apprend-moi à me battre ?! [PV Raph]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-