Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Help, I need somebody. Help! | Ft. Near (REINWOOOOOD)
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : Précédent  1, 2

Admin - The Kids From Yesterday
avatar
25/05/2015 Emma, plum Liam & Eijah & Saoirse & Cassandre 2229 Colin Morgan Lux aeterna (Murphy ♥) cass(ini) profil , crack in time, Konoba paroles principalement pêcheur mais aussi amateur de troc Calusa né Rahjak, désormais réfugié chez les Pikunis après la destruction du village par le cyclone. 135
Admin - The Kids From Yesterday





Ils trouveraient bien un autre moment pour se voir plus tard, il ne se faisait pas de soucis pour ça. Au pire, ils profiteraient d’un mouvement terrien pour se donner la chance de se retrouver, c’était pas plus mal de profiter d’un contexte pour l’excuse toute trouvée. Ils ne savaient pas de quoi demain serait fait mais il ne doutait pas d’une seconde qu’ils pourraient se revoir un jour. Un jour proche ou lointain, ce n’était pas ça l’important était que l’île n’était pas assez grande que pour qu’ils ne parviennent pas à se voir. Ils restaient tranquillement devant l’escalier qu’ils n’auraient pas montés au final. C’était bien d’être tranquille ici avec toutes leurs péripéties. Certains pensaient qu’il fallait aller loin, se confronter à d’autres beaucoup plus costauds qu’eux pour se donner de la valeur, pour avoir une dose d’adrénaline et une autre d’imprévu pour se sentir vivant, c’était tout l’inverse qu’il s’était passé aujourd’hui.  C’était amusant de voir qu’il y en existait encore quelques uns qui n’avaient pas besoin de grand chose pour jeter un coup d’œil derrière eux vers la fin de la journée et d’estimer qu’elle avait été bonne.

C’est le regard qu’il aurait aujourd’hui en rentrant chez les Calusas avec comme petit regret de ne peut-être pas pouvoir revoir Aliénor aussi souvent qu’il l’aurait souhaité. Ils resteraient encore un moment ensemble parce qu’elle ne pourrait pas rentrer toute seule à son campement. Il y aurait bien quelqu’un pour croiser son chemin lors de leur route pour ne pas qu’il ait jusqu’à s’approcher de trop près. Il ne sentait pas d’aller près d’eux comme beaucoup des leurs avaient pu le faire par curiosité. Il préférait les rencontrer et voir comment ils réagissaient par rapport à lui. Il n’avait pas toujours été de leur côté, certains n’avaient pas été très emballants mais avec la brune c’était tout autre chose. Puis bon, ce n’était pas à tout le monde qu’il promettait de se revoir au bord de la plage lors d’un coucher de soleil. C’était assez ciblé comme proposition pour qu’elle soit dite à une personne, celle qui serait différente de toutes les autres. C’est ce qu’il avait trouvé chez Aliénor même si elle était un peu amère par rapport à sa chute mais qui ne l’aurait pas été à sa place. Les chutes n’étaient pas un drame tant que l’on pouvait s’en relever et il ne doutait pas qu’Aliénor puisse se remettre d’une chute telle que celle-ci. il lui avait raconté un peu sur les siennes sans trop s’en formaliser juste pour l’encourager un peu sur ce qui l’attendrait par la suite. Elle gérerait, il le savait.

Ils avaient trouvé l’endroit pour se retrouver, restait plus qu’à trouver comment s’y retrouver, ils avaient encore le temps puis s’ils ne savaient pas, restait encore le coup du hasard. Il adorait le hasard, c’était le hasard qui l’avait fait passer ici. Il regarda le bout de plage qui pouvait ressembler à une autre mais il connaissait tellement la plage proche des Calusa de bout en bout pour y avoir fait des promenades à l’infini lorsqu’il était encore trop hyperactif que pour aller dormir tout de suite. « Tu passes combien de temps à dessiner ? » Il était curieux, se doutait qu’elle pouvait lui donner son estimation en une heure. « Genre ce dessin là, j’reconnais l’endroit, ça t’as pris du temps ? » Il n’était pas aussi observateur, ne pourrait jamais représenter sur papier ce qu’il pouvait voir, au pire cela ressemblerait à une caricature même  s’il reconnaissait très bien une fois que quelqu’un d’autre lui montrait un objet ou un dessin. C’était la différence entre lui et les autres : il était beaucoup trop brouillon.

« Un calendrier de rencontre ? » Il rigola même si c’était une bonne idée. « C’est beaucoup trop technique pour moi tout ça. » Il marchait à l’instinct, pas à un planning mais ils pouvaient bien s’amuser  à essayer d’en réaliser un. « J’te laisse l’organiser, j’te dirais s’il est cool ou pas. » Il réagissait de façon un peu enfantine par rapport à un projet qui ne lui parlait pas forcément. Il n’était pas du genre pratique alors qu’elle semblait l’être un minimum. C’était plutôt pas mal que quelqu’un le soit pour deux. « Un téléphone ? Qu’est-ce que c’est ? Un truc pour se parler ? » Il l’avait probablement prononcé de façon affreuse mais c’était bien la première fois qu’il entendait un mot aussi étrange. « On aime pas trop ce qui vient de l’ancien temps tu sais. On a des éleveurs d’oiseaux différents par contre. Mais ça marchera pas, vous en comprendrez pas le sens et puis on perdrait un moyen de communication. » Il ne savait pas ce qu’elle connaissait ou ne connaissait pas de la façon dont les terriens avaient de communiquer. Il y avait un oiseau type par sorte de communication. C’était plutôt bien agencé pour qu’il n’y ait pas de confusion dans les différents messages envoyés. C’était essentiels pour ne pas que qu’il y ait de mauvaises interprétation, d’inquiétudes venues de nulle part.

La discussion revint sur le plus essentiel pour tout le monde, la nourriture qui viendrait à manquer en hiver si l’on était mal préparé. Fort heureusement la mer n’était que vraiment très très rarement gelée. Il ne l’avait jamais vu ainsi.  « Il me reste du pain si tu veux, j’ai mangé en chemin avant de te trouver. » Il lui restait peut-être deux trois légumes, il ne savait pas trop.  Il la suivit en hochant de la tête à propos de Taël. «Il doit avoir appris à cuisiner de bonnes choses depuis que vous êtes arrivés. T’as apporté des trucs ? » Il s’interrogeait. Devait pas y’avoir des masses de nourriture dans l’espace. Il n’imaginait pas de la viande en tout cas, ils avaient du se réapproprier la nourriture terrestre, pas si facile lorsqu’on était habitué à un tout autre style d’alimentation.

avatar
20/04/2016 AMNESIS AEDAN + SAM + ANDREW + KARAH 8739 ADELAIDE KANE AVATAR - BIGBADWOLF • SIGNA - ASTRA + VOCIVUS • GIF - CASSINI CARTOGRAPHE + PATROUILLEUR DE DANA 85
✣ Speedy Gonzales ✣




- HELP, I NEED SOMEBODY. HELP! -

Ils avaient le lieu, ils n'avaient pas la date. Elle savait que ça allait être compliqué pour eux de se retrouver sans n'avoir aucun moyen de communication mais s'ils le voulaient ils y arriveraient sans problème. Aliénor avait toujours été très optimiste et rien ne pourrait la faire baisser les bras aussi facilement. Dans sa tête ils étaient déjà là-bas, entre les ruines du village oublié ou tout simplement au bord de la mer, à contempler l'horizon. Cette idée qu'ils ne soient que tous les deux au milieu de nulle part la réjouissait d'avance. Un sourire se dessina alors sur son visage rien qu'en imaginant ce moment qui promettait d'être magique. Elle se surprit alors à penser à un futur autant proche que lointain, un futur qu'elle voulait avoir en sa compagnie. Quel sens avait-il pour elle? Qu’est-ce qu’il représentait au final? La brunette ne préférait pas trop s’épancher là-dessus mais les questions restaient gravées dans un coin de son esprit. Il n’y a qu’une fois où elle s’était sentie ainsi et cela remontait maintenant à quelques années, quand elle n’était encore qu’une ado dans les étoiles. En repensant à lui, elle eut un pincement au cœur puis une pointe de déception qui ne la lâchait jamais lorsque l’image de ce garçon revenait. Il lui avait brisé le cœur, il avait détruit la confiance qu’elle lui tenait et enlever pendant un temps incertain sa joie de vivre. Il l’avait brisé en mille morceaux mais le jour où enfin elle fut libérée de sa cage de fer, elle put se reconstruire loin de son passé tristement fini.

Alors qu'elle feuilletait les pages de son carnet pour montrer à Near l'endroit dont ils parlaient, celui-ci parut surpris qu'elle connaisse le village abandonné. Un sourire amusé se dessina sur son visage à sa réflexion tandis qu'elle arriva sur le dessin d'une biche qu'elle avait dessiné il y a un peu plus d'un an maintenant. Le jeune homme assez curieux lui demanda tout simplement le temps qu'elle pouvait prendre pour faire tout ça. A vrai dire Ali n'en savait trop rien. Elle ne comptait pas, n'avait pas vraiment la notion du temps quand elle se mettait à dessiner. Et puis c'est pas comme si elle avait une montre au poignet pour savoir le temps exacte qu'elle prenait. Mais cela ne l'empêcha pas de lui répondre aussi précisément qu'elle le put.

- Je dirais une petite demi-heure, peut-être une heure si je veux que le dessin soit au plus réaliste. En fait ça dépend surtout de comment je ressens l’essence de l’objet que je dessine. Sinon ce dessin...je dirais 20 minutes, mais c’est qu’un croquis alors c’est plutôt rapide à faire.

Un même sujet ne prenait pas le même temps. Certaine fois était plus facile que d'autre. Parfois les traits étaient fait en quelques minutes tandis que d'autre prenait plus de temps. Mais cela ne la dérangeait pas et c'est même ce qu'elle appréciait là-dedans: l'inconstance. Cela la représentait plutôt bien et son art lui permettait de s'exprimer comme elle le souhaitait. Alors dans ses pensées et dans l'organisation de ces futurs rendez-vous secret Ali s'amusa à lui dire qu'il serait bien d'avoir un calendrier des rencontres. Lui aussi trouva l'idée plutôt amusante même si, tout comme elle, il ne pensa pas que ce soit bien utile. Finalement, Aliénor haussa les épaules avec un sourire collé à son visage.

- Un téléphone ? Qu’est-ce que c’est ? Un truc pour se parler ?

- C’est ça! En gros c’est comme un oiseau mais électronique et portatif. Et c’est plutôt utile et moins encombrant.

A vrai dire elle n'avait jamais eu en sa possession l'un de ces appareils mais de par les images qui étaient présentes dans les données de l'Odyssée elle savait à quoi ils pouvaient ressembler. Mais bon, de toute façon ce n'est pas comme s'ils allaient pouvoir en avoir de si tôt. C'était des objets qui appartenaient au passé mais il était clair qu'ils auraient été bien utile dans certaines situations.

- On aime pas trop ce qui vient de l’ancien temps tu sais. On a des éleveurs d’oiseaux différents par contre. Mais ça marchera pas, vous en comprendrez pas le sens et puis on perdrait un moyen de communication.

Aliénor comprenait. Même elle elle s'en fichait pas mal de savoir si la technologie allait de nouveau évoluer ou non. Elle était bien dans son petit monde et même si la communication était parfois un peu difficile, chacun parvenait toujours à s'entendre. Alors elle acquiesça sur ses premiers mots tandis que lui terminait sa phrase. C'est là qu'elle se rendit qu'elle ne s'y connaissait pas plus que ça sur le moyen de se contacter parmi les terriens. La patrouilleuse ne voyait qu'un oiseau au milieu de beaucoup d'autres semblables mais eux pouvait deviner la portée d'un message seulement par la silhouette de celui qui l'apportait. Cela l'impressionna assez, tout comme chaque chose que les terriens savaient accomplir qu'eux ne parvenait pas encore à faire. Ils en avaient tellement à apprendre de ceux qui vivaient là avant eux que bien souvent elle se perdait dans les nouveautés accumulées. Cependant, cela lui faisait toujours très plaisir de découvrir de nouvelles façons de concevoir les choses. Aliénor finit par se remettre sur ses deux jambes. A vrai dire, elle en avait marre de rester assise là sans rien faire. Puis son ventre commençait sérieusement à crier famine. Alors qu’ils marchaient vers la sortie baignée de lumière, le jeune homme repris la parole, toujours aussi curieux.

- Il doit avoir appris à cuisiner de bonnes choses depuis que vous êtes arrivés. T’as apporté des trucs ?

- Yep! On a un peu dû s'adapter à tout ce que ce nouvel environnement nous offrait. Il y a la viande par exemple. On en avait pas là-haut et je dois avouer que si je devais retourner dans l’espace, se serait certainement l’une des choses qui me manquerait le plus.

Avant leur arrivée sur terre, l'idée même du goût d'un animal cuit n'était qu'un simple mirage. Jamais elle n'aurait pensé qu'un jour elle se retrouverait là, à devoir chasser pour survivre, à manger des lapins ou des poissons. C'était maintenant devenu une habitude mais, au début, cette nouvelle façon de vivre fut difficile à assimiler pour eux qui ne connaissait rien de la cuisson et de la viande. Puis bientôt ils se retrouvèrent tous les deux à l'air libre, le soleil venant taper sur leur visage poussiéreux. S’installant au sol, la jeune fille s'assit en tailleur avant de poser sa sacoche face à elle. L’ouvrant en grand, elle en sortit un baluchon refermé sur le dessus. L’ouvrant, on pouvait y découvrir une pomme accompagnée de quelques légumes ainsi que d’un bout de lapin cuit la veille.

- Tada! Bon c’est pas grand chose mais on peut partager si tu veux! Tu me feras goûter un bout de ton pain?

Gourmande, Aliénor l’était et cela se voyait si on la connaissait bien. Elle se rappela du jour où elle avait rencontré Near pour la première fois et du buffet qui était présent chez les Pikunis. Tous ces mets étalés sur une seule et même rangée de table lui avait directement donné l’eau à la bouche. La faim elle connaissait mais la gourmandise, c’était son allié de toujours. Alors, le sourire aux lèvres, elle se mit à chiper dans son assiette et dans celle de Near, lui proposant en retour de se servir. C’était une belle après-midi qui se terminait en compagnie de deux étrangers qui ne l’étaient plus tant.
by exception

Admin - The Kids From Yesterday
avatar
25/05/2015 Emma, plum Liam & Eijah & Saoirse & Cassandre 2229 Colin Morgan Lux aeterna (Murphy ♥) cass(ini) profil , crack in time, Konoba paroles principalement pêcheur mais aussi amateur de troc Calusa né Rahjak, désormais réfugié chez les Pikunis après la destruction du village par le cyclone. 135
Admin - The Kids From Yesterday





Il préférait s’intéresser à la plage, au futur plutôt qu’à leurs chutes respectives. Oh il n’était pas à prévoir les choses, non bien au contraire, ça n’avait jamais été son truc, ne savait même pas vers où il allait avec Aliénor mais savoir qu’il était content lorsqu’il la retrouvait le suffisait amplement. Il n’avait pas besoin de planifier d’avantage pour savoir qu’ils se retrouveraient plus tard sur cette plage. Ils se débrouilleraient bien parce que c’est ce qu’il avait compris en l’observant après sa chute, ils étaient tous les deux de grands débrouillard que peu de chose ne parvenait à arrêter. C’était leur point commun qui faisait qu’ils avaient un monde à eux bien particulier et qu’ils étaient pénibles à suivre pour certains qui étaient trop lents.

Le dessin c’était plus chouette à aborder, c’était quelque chose qu’il ne connaissait pas vraiment à part des gribouillages ressemblant à ses prochaines barques sur la plage. Ils parlaient de ce qu’elle connaissait d’avant, de bien avant leur départ dans le ciel, de choses qu’il n’avait jamais entendu parler et cela ne lui faisait pas vraiment peur. Il était plutôt curieux et c’était cette curiosité qui l’amenaient parfois à bien se casser la figure mais ça ne l’avait jamais tué alors parler de technologie ne ternirait pas son futur parce qu’il avait parlé de quelque chose d’avant, de quelque chose dont on ne parlait que très peu souvent dans les tribus. Il ne savait pas comment encore ils se retrouveraient mais ils trouveraient une solution. Il avait confiance en elle. « Je dirais une petite demi-heure, peut-être une heure si je veux que le dessin soit au plus réaliste. En fait ça dépend surtout de comment je ressens l’essence de l’objet que je dessine. Sinon ce dessin...je dirais 20 minutes, mais c’est qu’un croquis alors c’est plutôt rapide à faire. » L’heure il visualisait plus ou moins avec l’avancée du soleil alors ça voulait dire un peu de temps mais pas tant, c’était tout ce qui comptait. Il ne s’imaginait pas rester sans bouger juste à dessiner un paysage ou plus le ressenti. « C’est que t’es patiente même sans en avoir l’air. » Il était amusé parce qu’elle lui avait paru pas si patiente que ça au premier abord et voilà qu’elle prenait du temps pour dessiner, c’était une première et c’était plutôt intéressant, rafraichissant.

« C’est ça! En gros c’est comme un oiseau mais électronique et portatif. Et c’est plutôt utile et moins encombrant. » Il était un peu surpris parce qu’un oiseau c’était vivant et qu’il ne pouvait pas être tout à coup électronique et un oiseau portatif, c’était une chose qu’il n’aimait pas imaginer. Il n’avait rien contre les oiseaux, au contraire, aidait sans problème Nafula quand elle avait besoin d’aide avec ses oiseaux mais là un oiseau c’était plutôt libre alors cette définition d’un téléphone, il ne l’aimait pas trop mais il visualisait plus ou moins.

Plus ou moins.

« D’accord. » Il n’allait pas lui dire non plus qu’il l’a trouvait dingue hein alors c’était mieux de mettre entre parenthèse le sujet pour le moment parce que c’était pas si évident à comprendre. Parler cuisine s’avérait beaucoup plus simple parce que c’était un truc qui s’apprenait depuis la nuit des temps. Si tout le monde ne parvenait pas à super bien se débrouiller, tout le monde parvenait à se démerder comme il le pouvait quand la faim se faisait sentir. Il avait ramené du pain, pouvait très bien se mettre à chasser s’ils en avaient besoin mais préférant nettement la pêche. Après vérification, il avait pris deux petits pains et il lui en restait un facile à diviser en deux même s’il n’avait pas si faim. Il se débrouillerait pour chasser au retour, trouverait bien le moyen de manger un morceau ou trouverait un fruit. Un fruit ça serait tout aussi bien. « Yep! On a un peu dû s'adapter à tout ce que ce nouvel environnement nous offrait. Il y a la viande par exemple. On en avait pas là-haut et je dois avouer que si je devais retourner dans l’espace, se serait certainement l’une des choses qui me manquerait le plus. » « Ca devait pas être terrible la première fois pas vrai ? Puis de toute façon vous n’allez pas repartir, ça serait bête. » Il se moquait un peu, imaginait la viande trop cuite ou pas assez, c’est sur qu’au tout début ils avaient du galérer, c’était autre chose que les recettes qui se transmettaient à voix orale depuis des générations. Et qu’ils repartent maintenant, ça serait complètement idiot, même si ça en ravirait certains qui ne voulaient pas les voir, ça l’embêterait lui.

« Tada! Bon c’est pas grand chose mais on peut partager si tu veux! Tu me feras goûter un bout de ton pain? » « Oh bien sûr, tiens. C’est de votre potager tout ça ? » Il était curieux de savoir comment ils s’y étaient pris, de ce qu’il pouvait voir contrairement à ce que certains pouvaient bien dire, ils s’étaient plutôt bien adaptés. Ils ne savaient pas parler leur langue, c’était pas si grave s’ils avaient appris à s’en sortir jusque là, c’est qu’ils étaient capable de beaucoup de choses si on leur tendait la main. « On prépare le feu et on y va si tu veux, enfin sauf si tu préfères manger le lapin froid. » Ils repartiraient ensuite, soit dans dix minutes, soit un peu plus longtemps, le feu n’était qu’une excuse même si c’était vrai, c’était tout de même mieux de manger chaud.

Spoiler:
 

Contenu sponsorisé



 

Help, I need somebody. Help! | Ft. Near (REINWOOOOOD)

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-