Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜A la chasse aux aurochs || E L I A S
maybe life should be about more than just surviving


avatar
Invité
Invité


Sujet: A la chasse aux aurochs || E L I A S
Dim 5 Fév - 16:59


. Elias & Sangar

A la chasse aux aurochs


- Combien d’heures faudra-t-il, encore attendre, pour comprendre que le gibier s’est enfui… vers L’EST ? s’exclama Sangar de manière pondérée, avec toujours plus de sarcasmes.  

Le ton condescendant du jeune guerrier consterna son maître d’arme qui, malgré tout garda un sang froid des plus admirables, compte tenu de la crapule insatisfaite à ses côtés. Certes, cela faisait un moment qu’ils pistaient la vallée sans succès d’entrevoir une tête à abattre, néanmoins leur attente était justifiée. Logés sur leur promontoire, leurs positions stratégiques leur permettaient à la fois de surveiller l’apparition des proies venues s’abreuver et attaquer sans être importuné, poussant les bêtes à se réfugier dans un cul de sac. L’affût idéal pour des rodés, armés de patience. Une vertu que Sangar ne partage guère habituellement, mais cette fois-ci il s’agissait également d’autre chose. La chasse fut bien plus qu’une passion à ses yeux mais bien une nécessité qui n’était plus, au gout du jour, une activité qu’il était disposé à pratiquer. Le plaisir même de chasser résidait en la traque, véritable parcours du combattant aux mille et une ruses et rebondissements dont il vouait un véritable culte. L’instinct du chasseur, un grand mémoire de sa vie à l’état de souvenirs. Véritable prodige autrefois, aujourd’hui il n’est plus que l’ombre de cette entité, jadis remarquable. Sa première chasse depuis son handicap ne pouvait que se solder par un refus total de bonne volonté et une exécrable humeur.

Si cette vision de la chasse ne lui convenait guère, ne se priant pas pour l’exprimer, il suspectait son mentor d’avoir emménagé spécialement les règles pour lui montrer une façon de chasser plus en accord avec ce qu’il est aujourd’hui, une infirmité qu’il se refuse toujours à accepter. Après tout à quoi s’attendait-il en venant jusqu’ici? Qu’avec Elias, les choses allaient changer pour lui ? Si le jeune guerrier s’était rendu jusqu’ici par d’épis, on ne refuse pas face à Elias, il espérait au fond de lui, échapper d’une quelconque manière au sentiment de non retour et de fatalisme irrécupérable. Buté jusqu’à la moelle, son entêtement l’aveuglait considérablement, freinant son véritable potentiel jusqu’à lui donner raison. Au lieu d’envisager une manière différente de chasser afin de combler son incommodité, il préférait se morfondre sur son sort comme une fillette pourrie gâtée. Cette attente était interminable et l’absence de gibiers rendait cette attente des plus pénibles, tant cette façon de chasser montrait qu’elle ne marchait pas, tout à son effigie.

- Dis-moi à quoi sert un éclopé à la chasse, si ce n’est pour faire la causette et la cuisine , renchérie sèchement Sangar, maniant la question davantage comme une remarque d'un demande de réponses.

Sangar en avait assez d’attendre inutilement. Son exaspération déborda et ce sont ces mots qui s’évadèrent les premiers. La brindille qu’il s’amusait à plier de multiples fois pour combler son ennuie, fut jetée avec la plus grande des remontrances, à destination de son ainé. Sangar se sentait aussi utile qu’une femme au foyer. D’autant plus pathétique que même cette comparaison était en déca de la réalité. Sangar dévisagea insolemment Isdès avant de se laisser tomber sur le dos, dans un soufflement grossier. Une véritable crapule arrogante, qui pourtant au-delà des apparences partage un lien privilégié avec le meneur de troupe. En effet, Elias fait partie du comité VIP très réduit envers lequel Sangar entend, et écoute. De quoi dresser un monument de commémorations… Plus encore, Sangar partage avec Elias une violence dans l’âme qui se retrouve dans leur vision d’appréhender le monde. Le jeune prodige s’y retrouve dans la personnalité ingérable et indomptable de son mentor, et c’est comme s’il n’avait jamais à s’expliquer en sa présence. Un bruissement provenant du bas de la vallée réussit à capter la curiosité de Sangar qui en deux trois mouvements se retrouva à guetter en sa direction. Deux bisons bien portants venaient de faire leurs entrées dans la vallée et qui plus est à l’endroit exact prévu. Un sourire suivi d’un léger rire séjournèrent sur le visage de l’impatient, qui concéda la justesse des propos de son précepteur et l’aide combinée d’un coup de chance et du hasard.
 
- Bien, que fait-on maintenant le génie ? Dit-il sous un ton enjoué pleinement enthousiaste.

La situation devenait intéressante. Non par le fait que les choses changeaient mais plutôt curieux de connaitre la suite des évènements maintenant que la première partie du plan a été passée avec succès. A vrai dire, les bêtes étaient bien trop grosses et massives pour en venir à bout, avec quelques flèches à une telle distance sans qu’elles ne prennent la fuite. Franchement plus amusé de voir Elias échouer que d’abattre ces deux engins, il était néanmoins disposé à écouter et à parfaire ce que son aîné exigerait de lui. Il n’avait pas oublié ce que cela faisait quand le prédateur rencontre sa proie, une excitation véhémente de détermination funeste, animée par le désir jouissif de s’emparer de sa cible et d’alimenter son désir de tuer, bouillonnait en lui. Plus la proie était imposante plus son désir d’atteindre sa cible s’intensifiait. Son attention était à présente tournée vers ces deux aurochs aux puissantes cornes. A plat ventre, le menton posé sur ses mains gantées de mitaines, son regard retrouvait cette lueur farouche d’antan, qui faisait le bonheur des leveurs de gibier. 


(c) black pumpkin


Admin
avatar
20/01/2016 avengedinchains 786 Tom Hardy ava SWAN ; signa by alas guerrier 40
Admin


Sujet: Re: A la chasse aux aurochs || E L I A S
Dim 19 Fév - 11:03

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

A LA CHASSE AUX AUROCHS
elias&sangar
Il n’est pas toujours facile de motiver quelqu’un qui ne semble pas éprouver le besoin de faire quelque chose. Il ne sait pas forcément comment se comporter, et il n’y a pas toujours une manière de dire les choses mais Elias n’est surtout pas très fin avec tout ça. Il fait de son mieux, c’est vrai, mais ça ne veut pas dire que c’est plus supportable comme ça. Au contraire. Elias, malgré tout le manque de qualité dont il est en mesure de faire preuve, il ne cache pas qu’il reste un homme de confiance, quelqu’un dont on n’oublie pas les qualités, bien qu’elles soient peu nombreuses et dissimulées sous les défauts. Mais il est un guerrier, un homme responsable et débrouillard et qui n’hésite jamais à faire les choses comme il faut. Aujourd’hui, l’exercice promet d’être très simple. Ou presque, puisqu’avec un élève comme Sangar, il n’est jamais évident de déterminer ce qui sera facile de ce qui ne le sera pas. En tout cas, il n’hésitera pas à faire tout ce qu’il faut avec son élève le plus prometteur. Oui, c’est de ça qu’il est question. Ce n’est pas facile, et rien ne l’est jamais en réalité. Mais il croit en ce gamin et pour cette raison, il fera tout ce qui sera en son pouvoir pour lui filer un véritable coup de main. Un éclopé n’est pas ce qu’il y a de mieux vu dans le village de la montagne. Mais en parallèle à cela, il ne cache pas que la situation se prête à bien des mots. On lui a régulièrement dit qu’il était stupide de perdre son temps de la sorte. Sauf qu’il s’en fout, en réalité et qu’il ne risque pas de mesurer ses actions aux attentions des gens. S’il estime Sangar à la hauteur, ce n’est pas pour rien. Qu’on puisse le lui reprocher ou lui en vouloir pour quelque chose, ça n’a absolument pas le moindre sens. Et ce n’est pas près de changer. Là pour le coup, il est question de chasse, de voir ce qu’il sera en mesure de faire, de déterminer qu’il pourra faire quelque chose et qu’il pourra le faire par lui-même. Parce que dans la situation actuelle, c’est beaucoup plus compliqué, déjà. Parce dans la situation immédiate, le point le plus compliqué va être de lui faire comprendre qu’il n’a pas forcément de raison de se dévaloriser.

- Combien d’heures faudra-t-il, encore attendre, pour comprendre que le gibier s’est enfui… vers L’EST ?. Il lève les yeux au ciel. Ce qui pourrait être intéressant, déjà, ce serait qu’il cesse de se tourner les pouces ou qu’il arrête, aussi, de prétendre qu’il ne risque pas de s’occuper d’une manière ou d’une autre. Oui, il faut attendre. C’est le point le plus important d’une quelconque chasse. Parfois c’est chiant, et parfois, on attend plus longtemps que pour une pêche. Mais dans le cas présent, il serait contraignant de suivre des traces. Le temps ne s’y prête pas vraiment, et les odeurs ne se remarquent pas vraiment pour des humains normaux. Celui qui prétend le contraire est bien plus étrange que les autres. « Ce n’est pas parce que tu te plains que la donne va changer ». Il hausse les épaules, observe de loin et se permet d’imaginer que c’est plus simple comme ça. Le sarcasme l’amuse, mais l’irrite en même temps. Il n’a pas envie de bouger, il n’a pas envie de se prendre la tête puisque la situation n’aurait pas le moindre sens. Il ne faudrait pas non plus qu’il se mette à perdre patience. Il faut d’ailleurs savoir que de la patience, il n’en a pas vraiment. Il est maladroit, déstabilisant, destructeur, sur certains points. Il fait de son mieux, il fait bon nombre d’effort mais ce n’est pas toujours une réussite. Il soupire, une fois de plus, incapable de véritablement agir différemment. C’est un gamin qu’il aime beaucoup, pour lequel il n’a pas hésité à se déclarer mentor. D’ailleurs, pour tout dire, l’homme a depuis peu réalisé que le gosse est le seul point d’accord qu’il a avec Isdès. Ils n’en parlent pas souvent mais il est bien évidemment contraint de faire face à cette réalité. Mais dans le fond, ils se ressemblent bien plus qu’ils ne veulent bien l’admettre. Il faut juste l’accepter et à l’heure actuelle, il n’en a pas vraiment envie.

- Dis-moi à quoi sert un éclopé à la chasse, si ce n’est pour faire la causette et la cuisine . C’est une option envisageable. Mais Elias se retient de plaisanter là-dessus. Déjà, parce qu’il est nul en blague, et qu’il n’emploie jamais le ton nécessaire. Aussi, parce qu’il a déjà eu l’occasion de réaliser que les choses ne sont pas toujours évidentes. Sangar se dénigre bien suffisamment pour qu’il ne se mette pas, en plus, à plaisanter sur un tel sujet. Disons que ça n’aurait pas le moindre intérêt réel. Il faut le pousser à croire en ses capacités, c’est tout. S’il n’y arrive pas, il ne voit pas vraiment ce qu’il pourrait faire pour que la situation s’arrange. C’est compliqué, oui, mais c’est comme ça. « Permet moi de douter de ses capacités de cuisine. Quant à la conversation… Tu repasseras ». Il n’est pas patient, c’est tout ce qu’il sait, et il n’est pas non plus certain d’avoir envie de se prendre la tête avec tout ça. Le handicap n’est pas supposé les déranger, dans la situation présente. Et c’est un point qu’il doit à tout prix prendre en considération. La chasse peut s’effectuer de toutes les manières. Et une fois l’animal mort, tout devient plus facile non ? Pas besoin de jambes pour tuer une bête. Elias ne lui demande pas de courir après un animal ou une autre connerie du genre. Même lui, il ne se casse pas le cul à ce point. « Et tu crois que la chasse, c’est quoi ? Courir après des animaux à longueur de la journée ? ». C’est une véritable question. Il y a bon nombre de manière de chasser. Mais la plupart du temps, la première flèche est la bonne. C’est celle-ci qui détermine la suite, si l’animal part en courant, il sera apeuré, il risque de commettre des erreurs. Et parfois, la première le tue et tout se termine ainsi. Tout peut aller vite. Après oui, pour ramener son butin, c’est plus délicat, mais il sera dans ses cordes, par la suite, de se trouver une méthode pour y parvenir. Elias, dans la situation actuelle, il doit principalement lui faire comprendre qu’il est capable de tout ça.

Deux bisons s’avancent alors, sous leur champ visuel. Le temps est limité, ils peuvent les remarquer, prendre la fuite ou simplement s’éloigner. Mais pour autant, Elias n’a pas la moindre raison de se précipiter, de sauter sur l’occasion. Disons que ça n’aurait rien d’intéressant à mettre en place s’il se mettait à tout faire. Ce serait plus que ridicule. - Bien, que fait-on maintenant le génie ?. Il lève les yeux au ciel, amusé. Ce gosse attend vraiment qu’on fasse tout à sa place. Et comment pourrait-il évoluer dans ces cas-là ? « Si je te mâche le travail, comment évolueras-tu ? Que ferais-tu, à ma place ? ». En imaginant qu’il n’est pas éclopé. Parce que de manière général, il ne voit pas ce qu’il ne pourrait pas faire lui-même. Mais il va attendre de voir. Et s’il ne lui donne pas de réponse, il lui foutra une bonne claque derrière la tête. Il faut vraiment le secouer ce gosse.


avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: A la chasse aux aurochs || E L I A S
Lun 17 Avr - 22:00


. Elias & Sangar

A la chasse aux aurochs

 

« Et tu crois que la chasse, c’est quoi ? Courir après des animaux à longueur de la journée ? » Non effet pourtant… « Ça serait franchement plus intéressant que rester croupir ici, maugréa-t-il dans sa barbe, dans une moue dédaigneuse qui lui correspondait si bien. Ce petit qui n’avait pas sa langue dans sa poche, était de surcroît d’une telle mauvaise foi que tout le monde comprendrait la claque sur la nuque qui ne tarderait pas à lui tomber dessus. « Si je te mâche le travail, comment évolueras-tu ? Que ferais-tu, à ma place ? ». Les poings recouvrant sa mâchoire, sur lesquels était appuyée sa tête, on ne voyait que ses yeux d’un bleu perçant, affichant une réelle hostilité. Il écouta les derniers mots d’Elias sans ciller. Quand son ainé eu fini, Sangar tourna le regard vers celui puis poussa une profonde respiration et sembla être disposé à réagir à la requête de son mentor. Un sourire venait d’éclairer son visage d’enfant boudeur. J’aimerais vous dire que c’est une bonne augure de le voir ainsi plus susceptible à la réaction mais par expérience, c’est plutôt mauvais signe. Il acquiesça de la tête et se mit en position pour tirer  équipé de son arbalète, une arme confectionnée par ses soins. Signe qu’il n’était pas tout à fait déconnecté de la réalité et plus enclin à l’adaptation. Vous et moi comprenons facilement que dans sa situation ce type d’arme semble être le plus judicieux. Et puis il en profitera ainsi pour montrer ses talents d’archers, doté d’une réelle précision de tir. En même temps, il n’était clairement pas le type d’individu qui avait droit à un second essai. Son handicap l’avait certainement rendu plus efficace que la plus part de ses frères d’armes. A ceci, un esprit de tacticien et un instinct fortement aiguisé par ses 5 sens, le rendaient plus fatal qu’il n’y parait. « A ta place ? » Sangar fit mine de réfléchir, se concentrant sur la cible. Ce roublard savait pertinemment ce qu’il comptait faire, mais jouer la carte de la comédie semblait le motiver bien plus que simplement exécuter les ordres. En même temps, on ne pouvait pas dire que les deux étaient dans l’exercice de leurs fonctions. Peut-être que si Elias avait joué carte sur table dès le début avec lui, peut-être qu’il ne prendrait pas un malin plaisir à se jouer de la situation. Il savait que ce n’était pas simplement une partie de chasse, mais plus un cours personnalisé. Une attention particulière déguisée en sortie entre mecs. La pointe de la flèche ciblait prétentieusement le crâne de l’une des bêtes. Même s’il est clair que ces deux machines étaient bien imposantes, elles demeuraient tout de même vulnérables sur certains points que Sangar avait bien examiné. En tant que vrai chasseur, Elias savait que cet instant était particulièrement critique. Ce moment où le prédateur est en phase avec sa proie, resserrant l’étau sur sa victime, il pouvait le voir sur Sangar. Sa respiration, son attention, tout était verrouillé pour ne faire qu’un avec l’arbalète. La flèche partit. Le mugissement des bisons fut instantané. La flèche avait atterri à quelques centimètres de l’une des têtes du gibier, broutant l’herbe naïvement. La suite fut sans appel et les deux aurochs prirent la fuite. Oh oui, on pardonnerait Elias de se ruer sur Sangar pour lui asséner un bon coup de massue sur la tête. Quand je vous disais qu’il avait quelque chose derrière la tête. Bien, on pourrait croire qu’il avait simplement raté sa cible, la distance, l’angle de tir, tout est discutable après tout, non ? Une hypothèse difficile à croire. Sangar avait volontairement évité de toucher les deux bêtes et un œil avisé comme celui d’Elias pouvait l’attesté. Il se tourna alors vers Elias, l’air de rien, presque désolé. Si c’était une manière de se foutre pleinement de sa tronche, Sangar avait fait fort. Pour le coup il avait bien tapé dans l’mile. Cela voulait dire quoi, que ce qu’aurait fait son précepteur aurait été de rater sa cible ? Vous l’sentez vous aussi qu’il a un peu dépassé les bornes ? Eh bien pas tout à fait. Sans attendre, Sangar se laissa rouler de tout son long jusqu’au point opposé du promontoire jusqu’à s’arrêter à quelques centimètres du ravin. Oui on comprend que prendre la fuite s’avère être une alternative recevable, bien qu’inutile dans sa situation, mais la raison était tout autre. Et c’est là que l’on comprend que cette crapule n’est pas si insolente qu’elle n’y parait.

Au bord du précipice, il se positionna de nouveau avec son arbalète et décocha, non pas une, mais deux, trois, quatre flèches en direction du cul de sac naturellement dessiné par la vallée. Aussitôt, le meuglement d’animaux déchira l’atmosphère et força l’envole précipité d’oiseaux aux alentours. Ce qui venait de se passer relevait presque d’un coup de maître, bien qu’ambitieux et risqué. Le jeune stratège avait tenté sa chance et son plan avait finalement porté ses fruits. Le placement de la première flèche avait pour but d’orienter la course du gibier vers un point stratégique où il pouvait se permettre de rater sa cible sans dire adieu à leurs gibiers, et surtout d’avoir les deux têtes. Une attitude bien audacieuse, stratégique mais qui aurait pu très bien se solder par la perte totale du gibier si le meneur avait décidé de partir dans l’autre direction. La respiration haletante, les mains encore tremblantes d’excitation, Sangar ne pouvait plus nier que la chasse était l’un de ses passe-temps favoris. Ce qu’il venait de réaliser montrait qu’il n’était pas si obsolète que cela et confirmait ses atouts. Un talent qui n’était pas étranger à son handicap, tout du moins à ses répercussions. Les deux bêtes gisaient à présent au sol à quelques mètres plus bas. L’idiot du village venait de se faire prendre dans son propre traquenard, lui qui refusait de faire des efforts, pensant que la chasse était une perte de temps pour un individu comme lui. A cette idée, il poussa un soupir et s’allongea silencieux sur le dos. Il avait enfin fermé son clapé. L’intensité de l’action l’avait quelque peu épuisé et il est clair à présent qu’il ne pouvait plus trop nier ses capacités à mener la chasse. Qui l’aurait cru, au final se fut presque une surprise pour le jeune guerrier.  

L’autre raison qui le rendait si nerveux durant sa sortie avec Elias, c’était Elias. Outre le fait qu’il partage un lien privilégié avec cet homme, véritable force de la nature, Sangar n’aimait pas paraitre « faible » aux yeux de son mentor. Il sait comment la chasse se déroule et son handicap avait toujours été perçu comme un poids dans ce genre de mission. Derrière son manque d’implication, se cachait la crainte de lui faire défaut. Evidemment son insolence n’avait ni couleur, ni odeur, mais il n’éprouvait pas ce besoin de prouver quoique ce soit envers quiconque excepté, lui.

(c) black pumpkin


Admin
avatar
20/01/2016 avengedinchains 786 Tom Hardy ava SWAN ; signa by alas guerrier 40
Admin


Sujet: Re: A la chasse aux aurochs || E L I A S
Ven 12 Mai - 11:45

» A la chasse aux aurochs
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Elias ne sait pas toujours comment s’y prendre avec ses jeunes recrues. Par instant, d’ailleurs, il a toujours un peu peur de taper à côté et de devenir un reclus de sa tribu. Il fait de son mieux, du moins, mais ce n’est pas toujours une réussite, c’est tout ce qui compte. D’une certaine manière, du moins. L’homme est brutal, violent et désagréable, parfois. Il fait de son mieux, mais ça ne fonctionne pas toujours comme elle le voudrait. De toute manière, il n’est pas vraiment nécessaire de chercher trop loin. Les choses sont comme elles sont, et il faut arrêter là, d’une certaine manière. Il ne joue pas dans la même cour que les autres, c’est vrai. Et certains de ses élèves ont peur de lui – pour ne pas dire que c’est le cas pour tout le monde, en fin de compte – mais ça ne le dérange pas. Justement, avec un peu de violence, et avec un peu de désobligeance sur les bords, on peut facilement obtenir le respect de ses élèves. Il n’y en a jamais eu un seul pour le mordre ou se comporter comme un parfait crétin. De toute manière, il n’aurait jamais supporté de se retrouver dans un enfant incapable de faire ce qu’on lui demande. Ce n’est pas comme ça que c’est supposé se passer. Tout ça pour dire que de toute manière, il n’y a pas de méthode miracle. Et s’il y a des gamins qui ne supportent pas sa manière de faire, ils n’ont qu’à laisser tomber. Mais leurs parents aiment qu’il s’en occupe, c’est vrai. Ils le trouvent suffisamment responsable et sérieux pour qu’il fasse ce qu’il faut. Enfin bon, parfois, c’est une expérience un peu plus compliquée, c’est vrai. Et dans la situation actuelle, déjà, c’est beaucoup plus complexe. Sangar, enfant maudit dont on n’a pas pris la vie. Son existence est particulière et Elias s’est mis en devoir de lui faire comprendre que son handicap ne va pas définir son existence. Certes, on ne peut pas toujours avoir ce qu’on veut, mais ils sont toujours disposés à faire les choses à leurs manières. Hors de question pour lui de laisser ce garçon passer à côté de son potentiel.

Et il en a, il n’y a qu’à voir comment il agit, se comporte. Il est un sale gosse mais ça ne fait pas vraiment partie de ses défauts. Et ça ne fait pas forcément de lui quelqu’un de mauvais, non plus. Le problème, c’est qu’il serait prêt à n’importe quoi pour laisser entendre qu’il n’est capable de rien, et ce n’est pas comme ça que c’est supposé fonctionner. C’est dommage. Le guerrier ne veut pas le perdre mais il ne veut pas non plus lui permettre de croire qu’il a raison. Sauf que Elias n’est pas patient, il n’est pas toujours très investi, non plus. Il fait de son mieux, avec ce qu’il a, mais ce n’est pas toujours suffisant et il le sait. On n’attend pas de lui qu’il soit parfait et pourtant, il essaie toujours de l’être, d’une manière maladroite et ridicule. Là où ses conditions physiques sont bancales et maladroites, Elias ne peut que voir le talent du stratège devant lui. Si une guerre venait à éclore, il y a fort à parier qu’il trouverait quoi faire pour les faire gagner. Pour autant, même s’il venait à lui faire un compliment, il n’est pas certain que la réussite serait très grande. Et c’est le gros du problème. A n’en pas douter. Mais pour ça, il faudrait qu’il parvienne à avoir confiance en lui et ce n’est pas franchement gagné. Il est maladroit, gauche et on ne comprend pas toujours où il veut en venir. Et c’est dommage parce qu’il n’aurait pas grand-chose à faire pour arriver à ses fins. Mais avoir confiance en soit, c’est l’étape la plus compliqué de l’exercice, malheureusement.

Un soupir s’échappe de l’homme alors que la créature tombe au sol. Ce qu’il peut être chant ce gosse. Tant de talent dissimulé par un manque de confiance évidente. Il ne comprend plus rien, évidemment. Mais Il aimait son comportement et cette insolence qui le rendait un peu particulier. [colot=black] « Ton potentiel est grandissant »[/color]. Il n’a pas envie de l’engueuler et pourtant, ça le démangerait presque. Il apprécie qu’il soit en mesure de voir qu’il est capable de bien des choses, parce qu’il a besoin de le savoir, c’est tout. Il a besoin de savoir qu’il est maladroit et que ça n’a pas de sens mais les choses sont comme elles sont et il est difficile de revenir en arrière. Ce n’est malheureusement pas comme ça que ça fonctionne. Et il faut désormais faire le nécessaire. Essayer. Mais avant tout, le guerrier aimerait que son petit comprenne que son comportement ne tourne pas rond. Et ce n’est pas gagné. Il doit se ressaisir et comprendre qu’il peut tout faire comme les autres, parfois même en mieux. « Donc, tu peux faire ce que je te demande, comme je te le demande. Mais faut que tu fasses le malin ». Il croise les doigts, le fixe. « T’es un sale gosse mais t’es le meilleur de mes élèves ».


notes » w/ Sangar pendant une session de chasse, le 5 février 2117.

Admin △ I'll dream you real
avatar
05/10/2015 Electric Soul 5945 Dan Stevens Avengedinchains ♥ & tumblr Professeur de litté/philo sur l'Odyssée, s'occupe des cultures sur Terre | Education & notions d'agriculture 42
Admin △ I'll dream you real


Sujet: Re: A la chasse aux aurochs || E L I A S
Dim 4 Juin - 9:43

RP archivé suite à la suppression de Sangar

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: A la chasse aux aurochs || E L I A S

 

A la chasse aux aurochs || E L I A S

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A la chasse aux aurochs || E L I A S
» Réveil pour la chasse ! [PV Plume]
» Chasse entre mère et fille
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» (En cours) Chasse au trésor 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-