Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜i'm gonna show you, what's really crazy
maybe life should be about more than just surviving


avatar
Invité
Invité


Sujet: i'm gonna show you, what's really crazy
Dim 5 Fév - 13:12

Voilà que le vent rôde, tournoie contre la falaise que la marée taraude

 


Le vent rôde, collant sur ma peau ses marqués salées, besoin de calme c'est sur la plage que je me rend pour me faire témoin d'une mer agitée aux teintes argentées, elle se joint au ciel ponctué de nuages sombres dansant au gré du vent. Je resserre la peau de bête sur mes épaules, le regard rivé sur l'océan. Traces éphémères dans le sable que le vent balaie généreusement, je ne m'approche pas trop du sable humide, la houle est forte aujourd'hui et malgré la grisaille de ma vie, je n'ai pas l'intention de me laisser happer par la mer agitée. Possessive, attrayante, les vagues se fracassent contre les rochers au loin et lèchent le sable avec gourmandise, si je m'aventurais trop prête je risquerais de la laisser m'emporter trop loin, même pour une bon nageur comme moi. Mon regard suit la ligne d'horizon, vision rayée par la danse de mèches noires guidées par le vent, une silhouette au loin, visiteur sur la plage attire mon attention. Regard plissé, je constate que la lointaine silhouette n'est ni un danger potentiel, ni un curieux, mais simplement une âme égarée venant se recueillir sur la plage. Trop loin pour voir son visage, je finis par laisser ma curiosité prendre le dessus, pensant croiser un de mes camarades je réduis la distance entre nous jusqu'à me stopper net. Ces vêtements, cette carrure, ce visage, Calusa tu n'es pas, pire que ça, je sais d'ou tu viens guerrier. Mon coeur se serre douloureusement, esprit vengeur qui me fouette de violentes images du passé, de ce séjour dans la montagne. Mon regard s'humidifie malgré moi, se chargeant d'iode et de douleur avant de m'infliger les derniers souvenirs de celui qui avait fait partie de ta tribu... Athna... Figé dans un alliage de terreur et de douleur, je te toise encore de longs instants avant que ton visage ne s'offre pleinement à moi, ton regard dans le mien, la bouche entrouverte d'avoir été si stupidement curieux et être à découvert, je ne t'adresse même pas un sourire, s'ils étaient rares ils sont devenu quasi inexistants depuis le printemps passé. Je fais volte face, d'un pas lent puis accélère la cadence lorsque je sens ta présence pesante dans mon dos.

Je finis par me stopper, me retourner, le regard sombre et le visage fermé, te faire comprendre de ne pas me suivre, que ta présence est indésirable.  « Tu t'es perdu guerrier? Ce n'est pas la meilleure saison pour profiter de la vue et je te déconseille fortement d'approcher d'une mer si agitée si tu tiens à la vie. »  voix rauque, basse, écorchée, elle peine à s'élever comme rapidement se brise, si peu usée depuis de longs mois. Mon regard glisse sur ton visage analysant chaque trait, chaque expression, puis sur la large bâtisse qu'es ton corps. Il n'avait plus rien de luisant, la vue ne provoquait plus de sourire admiratif, les Athna avaient perdu de leur superbe après que j'ai perdu le plus précieux d'entre eux. Mon admiration pour eux était morte avec lui et comme la venue incommodante de Gen, je ne désirait pas plus ta présence.  « si tu cherches un guide touristique ou un camarade de bavardage tu ferais mieux de te rendre au village, je suis certain que tu y trouveras grand nombre de volontaires.» Glaciale, semblable au sol blanc jonchant la roche de vos montagnes, le givre dans le regard et dans la voix, je n'attend même pas une réponse et me détourne à nouveau pour reprendre ma marche. Avec un peu de chance, cela sera suffisant, mais une part de moi savait oh combien vous êtes têtus et intrusifs. Une part de moi savait qu'il me faudrait te repousser un peu plus fort.  

 

(c) naehra.


avatar
05/10/2016 Ipiutiminelle 184 Hugh Jackman So' Guerrier & Chasseur > ₪ Combat au corps à corps et armes blanches. Doué aux armes de jets et à l'arc. ₪ Chasseur ₪ Eleveur et dresseur d'oiseaux de proie pour la chasse et la livraison des messages. ₪ 0
Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever


Sujet: Re: i'm gonna show you, what's really crazy
Dim 5 Fév - 21:26

i'm gonna show you, what's really crazy#Arwel Shankara

Devant mes yeux la mer est loin d'être calme. Contre les rochers couverts de mousse à l'est, elle se fracasse encore et encore. A mes pieds, elle vient mourir presque trop calmement. Je ne suis qu'à un pas d'elle, trop loin pour qu'elle m'effleure mais suffisamment proche pour que je sente ses embruns. L'hiver a depuis bien longtemps franchit nos portes et il n'est plus l'heure des tenues légère... Ici, si près des côtes et du village des Calusa, le vent semble plus froid encore qu'ailleurs, peut-être est-ce à cause de l'humidité ? Je ne sais. Chez moi dans nos montagnes j'ai toujours eu l'impression que notre hiver sonnait sec.

Je ferme les yeux un instant, me laissant respirer le calme des lieux. Avec la jungle dans mon dos et l'horizon a perte de vue, j'ai presque l'impression d'être seul au monde. Mais sur ma nuque je sens comme un poids, comme si j'étais observé... un instinct. Je tourne mon regard vers cet ouest auquel je n'avais pas prêté attention. Non loin d'un chemin, un homme dont je croise le regard.

Cet homme ne m'est pas inconnu... Cet homme, c'est celui qui s'est battu jadis dans l'arène et qui a su montrer sa valeur auprès des miens. Cet homme, je crois me souvenir qu'il se nomme Arwel. Il semble différent d'autrefois, j'ai l'impression que le regard qu'il plonge en moi est hanté. Soudain il se détourne et ses pas se font rapides tandis qu'il s'éloigne comme s'il cherchait à fuir quelque chose qu'il avait vu en moi. Intrigué je le suis sans doute plus que de raison et je lui emboite le pas, rattrapant presque avec trop d'aisance les siens. Il se fige soudain pour affronter mon regard bien plus proche cette fois. Je ne sais pourquoi il m'observait de loin mais désormais il ne peut plus me fuir. Que cherchait-il en moi ? Et qu'est-ce qui l'a poussé à partir ensuite ? Quelles réponses as-tu trouvé dans mon observation ?

Sa voix est pleine de hargne, furieuse... vindicative. Je ne sais pas ce qu'il cherche à me faire faire mais je le regarde stoïque sans dire mot. M'engager sur la mer en cette saison n'a jamais été mon intention. Je suis un homme de la terre, pas un qui voyage sur les eaux bien que j'apprécie les sources chaudes de mon peuple et l'eau furieuse des cascade. Elle est brisée cette voix, comme si elle avait par trop lutté par le passé. Je n'ai pas souvenir de celle qu'elle était autrefois, mais elle me semble avoir une histoire, tout comme cet homme que je vois devant moi.

Je crois que ses paroles ne sont que des os que l'on jetterait à un chien, il n'attend pas de réponse. Sa voix me crie de partir, mais j'ai l'impression qu'elle cache une note de désespoir, comme un appel à l'aide... Il m'a tourné le dos, mais ma main est plus vive que son intention de s'en aller encore. Elle attrape son épaule.

« Attend »

Ce n'est pas vraiment un ordre, plus une demande, mais je ne sais pas comment ce simple mot résonne dans l'air. Je ne sais pas ce qui m'a pris, mais cet être me semble brisé... J'ai l'impression que je ne dois pas le laisser s'en aller et puis... Je ne sais toujours pas pourquoi il m'observait. Quelque part, moi je veux des réponses si lui n'attendait pas les miennes.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: i'm gonna show you, what's really crazy
Lun 6 Fév - 0:51

Voilà que le vent rôde, tournoie contre la falaise que la marée taraude

 


Brûlure, engelure, elle est violente la sensation, le choc, la pression de ce que je devine être ses doigts sur mon épaule. Les flammes de la colère dansent avec la glace, terreur immobilise mon coeur, il sursaute, si se fige, la glace cède, la rage se répand dans tout mon corps. Acide, violente, elle tend chaque muscle si fort que j'ai l'impression que mon ossature va céder sous la pression.  Les nuages d'encre obscurcissent mon regard, le tonnerre roule dans ma gorge, grognement sourd étouffé par des lèvres trop serrées. Ma faiblesse, il m'avait dit que c'était ma faiblesse, celle qui aurait pu nous faire repéré dans la cité du désert si quelqu'un avait eu un geste maladroit à mon égard. M'habituer, il devait juste m'entrainer, m'habituer à ça et pas m'en rendre dépendant. Soudain le vert de ces yeux me revint en mémoire et je le maudit pour cette addiction, je le maudit d'avoir caressé mon coeur, enivré et obsédé mon esprit, je te détestes, oh comme je te hais de m'avoir laissé seul ici, d'avoir offert ta vie au prix de la mienne. Derrière moi, la piqure de rappel, violente mémoire qui amène avec elle sa surcharge de bagages lourds. Une pause, un court instant et la statue de glace s'anime, fusant comme le vent.

Mes doigts encerclent ton poignet, sans la moindre douceur, danse intense, mon corps tournoie sous ton bras pour te faire face. La glace s'encre dans tes yeux, mon visage ne montre aucune expression et ma main libre vient se nicher sur ta gorge. Geste vif, fort, mes doigts s'enfoncent sur ta trachée alors que j'approche mon visage du tiens   « Ne me touches pas Athna!»  mon regard fixe dans le tien se détache pour détailler les traits de ton visage, déformé par ce que je devine être de la douleur. Oh grand guerrier sans peur, tu devrais te méfier des inconnus, tu ne sais jamais de quoi ils sont capables. Mon regard se pose sur ses lèvres, celle qui happent désespéremment de l'air qui ne semble pas venir alors que je maitiens mon étreinte. Le coin des lèvres qui se corne, un vague souvenir de sourire, semblant de satisfaction alors que mes yeux remontent vers les tiens. Je me demande dans combien de temps je pourrais admirer le filet rouge des vaisseaux se dessiner sur tes yeux, je me demande combien de marque bleutées était je en train de tracer sur la peau pâle de ton cou.  « Je n'ai pas besoin de ta pitié, de tes condoléances ou toute autre marque de respect me rappelant ces funestes souvenirs! Suis je bien clair?» Oh comme je té détestes, toi, lui, vous tous.

Mon regard n'a plus rien de brillant à votre égard, l'admiration pour votre tribu c'est envolée avec lui, oh comme je vous déteste guerriers intrusifs qui forcez le passage de ma vie. Toi, Gen, quia  même voulu m'inviter chez vous, mais comment pouvez vous penser que j'accepterais une telle chose? Me promener dans ce village chargé de souvenirs, passé devant cette maison qui nous avait uni et qui demeurait vide, oh comme je vous déteste d'être encore là et lui parti. Chacun d'entre vous me ramène un peu plus près de la douleur, vous et votre sac de souvenirs. Vous et votre pitié, vous et votre soutient, j'en ai pas besoin, Aslan vous a annoncé la mort de son frère,de  ce guerrier, cet entraineur respecté, celui qui m'avait proclamé sien sans rougir ni même ciller devant tout votre village.  Mais par pitié, laissez moi en paix, laissez moi oublier, si le temps apaise la douleur il n'efface pas les souvenir, il ne m'a toujours pas rendu les nuits plus calmes, mais me laisse parfois u peu de répit en journée. Faites en de même! Laissez moi!

La lame glisse sur le tissu couvrant ton ventre, à quel moment avais je dégainé mon couteau? Presque au même instant que mes doigts c'étaient enfoncés dans ta gorge. Grave erreur que d'avoir lâché le poignet d'un bras si puissant, grave erreur de croire que mon corps affaibli et manquant d'entrainement régulier pourrait maintenir le tien immobile. Mais la rage me consume, m'aveugle, l'acidité de mes mots glisse sur mes lèvres « il serait dommage pour toi, pour nous tous que je t'éventre sur cette plage ne penses tu pas?» D'un calme, de marbre et de glace, le ton monocorde qui collerait des frissons à plus d'une personne, allait il suffire à te décourager? A me promettre de passer ton chemin? Te détourner? Me laisser? Rentrer chez toi?  

 

(c) naehra.


avatar
05/10/2016 Ipiutiminelle 184 Hugh Jackman So' Guerrier & Chasseur > ₪ Combat au corps à corps et armes blanches. Doué aux armes de jets et à l'arc. ₪ Chasseur ₪ Eleveur et dresseur d'oiseaux de proie pour la chasse et la livraison des messages. ₪ 0
Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever


Sujet: Re: i'm gonna show you, what's really crazy
Lun 6 Fév - 1:42

i'm gonna show you, what's really crazy#Arwel Shankara

J'avais senti sa colère, mais je ne m'attendais pas à sa réaction, pas du tout... et pourtant je suis un guerrier et je sais ne pas me faire surprendre, la plupart du temps. Il m'a pris au dépourvu, je n'ai pas su empêcher sa main se fermer sur mon poignet. Une prise violente, sauvage... tandis que cette autre vient cueillir mon cou dans une tentative d'étranglement plus que réussie. Je hoquète de surprise et de douleur... Mais bien vite l'instinct de survie et l'expérience reprennent le dessus. Je ne suis pas un jeune daim sans défense sous la lame d'un chasseur, je suis moi... Je suis Antanas, guerrier de ce monde, et pas encore prêt de l'être dans l'autre.

Athna, il me crache ma tribu comme un poison et je me trouve confus. Pourquoi tant de haine envers les miens ? Je ne comprends pas, je ne le comprends pas. Mais pour l'heure je ne peux réfléchir plus avant. Je dois survivre, je dois vivre et il est hors de question que cet homme me réduise en poussière. Le bambou ploie et ne rompt pas... Je ne suis pas ce chêne rigide et suffisant. Ma force réside dans mon agilité... Je suis un habitué des armes légères bien plus que des lames lourdes... qui plus est, le corps à corps est une chose que je maîtrise fort bien.

Crois-tu que je vais te faire le plaisir de supplier ta bienveillance ? Que je vais te céder ? Tu ne me connais pas... Tu crois savoir qui je suis simplement pour une apparence ou un on dit, je voudrais te montrer qu'il y a tellement plus que ça dans un homme... Je voudrais te montrer qu'on ne juge pas un livre sur sa couverture comme tu sembles le faire. Ma bouche déjà ne cherche plus l'air et je la ferme gonflant ma gorge sous ta poigne je résiste et je m'ose même un sourire de bravade, un sourire pour t’énerver. Savais-tu que la colère était mauvaise conseillère ? Et c'est ce que tu dégages... J'ai presque l'impression que ta colère fait échos au roulement des vagues derrière nous. Tu es comme cette mer... sauvage, furieux et indomptable... faudrait-il un marin pour te chevaucher et te calmer ? Un marin pour t’apprivoiser...

Mon esprit divague en métaphore, il est plus que temps de réagir et de te mettre au pas. Ce bras que tu m'as lâché, j'aurai pu le libérer mais... tu as été trop confiant. Ce sera ta perte. Ma main remonte brusquement vers ton visage et percute ton nez avec force. Du sang éclabousse mon visage et tu sursautes en arrière libérant ma gorge. J'aspire une grande goulée d'air et je fonds sur toi, vif, rapide... Il est hors de question que je te laisse reprendre tes esprits. Je fais une manchette sur ton poignet et ta lame tombe au sol dans un bruit sourd. Le sable meuble a étouffé tout clinquement. Je te regarde toi et ton regard mauvais, toi et tes aprioris.

De ce bras que j'ai soulagé du poids de sa lame, je m'empare et je te le bloque dans ton dos. De mon genoux je fais ployer tes jambes et je presse ton dos de ma stature pour te faire embrasser ce sable que tu défendais tant de ta bouche. Tes jambes je les bloque avec ma personne et je presse dans ton dos toujours l'un de tes bras tandis que je serre l'autre bien droit loin de ta tête. Tu fais moins le fier soumis ainsi... Mais moi je ne suis pas vraiment fier de moi. J'aurai voulu ne pas en arriver là. En te suivant ce n'était pas ce que j'avais en tête.

« Maintenant tu vas te calmer... »

Je ne sais pas ce qu'on t'a fait, je ne sais pas pourquoi tu éprouves tant de rancœur mais je ne suis pas eux et il est temps que tu le comprennes. Je ne suis pas ton ennemi.

« Sérieusement c'est quoi ton problème ? Et pourquoi m'observais-tu ? »

Je relâche un peu la pression sur le haut de ton corps pour que tu cesses d'embrasser le sable et puisse me répondre, mais je ne compte pas te libérer pour le moment. Ma gorge me cuit encore et j'aurai sans doute des marques pendant plusieurs jours... Mais que m'importe que les gens se posent des questions. Je ne serai jamais obligé d'y répondre.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: i'm gonna show you, what's really crazy
Lun 6 Fév - 11:54

Voilà que le vent rôde, tournoie contre la falaise que la marée taraude

 


Les ennemis, la violence, la punition, je connais, toi en revanche, je sais ce que tu es mais pas qui tu es, ce que tu me veux. J'encaisse et comprend le coup qui heurte violemment mon visage. J'ai dépassé les bornes et ma vision devint noire, quelques secondes a peine avant que je ne découvre les éclats carmin parsemer ton visage furieux. Ma main sur mon nez, tu ne m'a arraché qu'une breve plainte de douleur, gémissement, grognement, peu importe elle est morte sous le bruit des vagues. La lame tombe elle aussi, elle n'est plus qu'un vague souvenir de ma position menaçante. Je devrais me replier, adopter une attitude défensive, plutôt que de la regarder tomber au sol. Erreur tactique qui provoquera bien vite une vive douleur dans mon épaule.  « lâches moi!»  grognais je furieux, le regard encré de rage et le visage couvert de rouge. La colère, je ne la contrôle pas, autre point faible qu'il avait voulu travailler avec moi, le contrôle de soit, celui qui me fais perdre des points, celui qui évince la tactique habille. Mon corps est propulsé au sol, son sourd et vive douleur qui me coupe le souffle alors que mon torse heurte violemment le sable. Amertume qui monte à mes lèvres, elle n'a rien à avoir avec la défaite mais simplement la violence du choc ayant soulevé mon estomac. Bientôt je ne vois plus rien, je ne peux plus reprendre ce souffle coupé par l'impact détonnant, nouvelle erreur, simple réflexe naturel, que celui d'ouvrir la bouche lorsque l'on manque d'air. Granules humides et croquantes qui s'infiltrent entre mes lèvres, je tente de cracher ce sable emplissant ma bouche alors que je m'agite comme n vers, non, comme un animal puissant usant de ces forces pour tenter de se dégager d la puissante emprise du prédateur. Gémissements, grognement, tout n'est que puissante rage qui finit par m'épuiser, haletant, j'entend à peine tes mots alors que tu relâches la pression pour me laisser te répondre. Mais je n'en ai pas la moindre envie. Décollant ma tête du sable, yeux plissés, la couverture carmin sur mon visage fait coller le sable à ma peau.   « lâches moi!» l'ordre, le grognement, est encore emprunt de rage mais n'a plus de puissance, il n'est qu'un faible souffle presque couvert par le bruit des vagues.

La tension de mes muscles se relâche, je pose mon regard sur ta main encerclant mon poignet, sent toujours la présence de celle qu maintient l'autre dans mon dos, les possibilité d'évasion sont vaines. Ma tête retombe mollement sur le sable, la joue reposant sur la texture granuleuse je crache la mélasse de sang et de cristaux beiges couvrant mes lèvres. Un regard dans ta direction, je ne peux me contorsionner pour voir ton visage, jauger ton regard, appréhender la menace qui me domine. « tu aurais pu au moins me dire ton nom Athna au lieu de passer directement aux préliminaires.» provocateur, paroles acides, je grogne une nouvelle fois sentant la pression de tes doigts. Ce n'était pas la réponse que tu attendais, mais pensais-tu que je te ferais si facilement ce cadeau? C'est bien mal me connaitre. « tu t'es juste trouvé dans mon champs de vision, les regards sont interdit dans vos montagnes? Je t'ai reconnu.. c'est tout...» Je fais tourner la main dans mon dos, non sans sentir l'ossature de mon épaule craquer sous la torsion, si j'avais voulu soulager mon poignet engourdi, j'avais provoqué une douleur dans mon bras, m'immobilisant, raisonnable, si j'étais bien plus endurant à la familière douleur que la plupart des humains, je ne la provoquais pas non plus volontairement. Sauf peut être parfois dans les joies d'un violent combat qui me rappelait que j'étais encore en vie.  « vas tu me lâcher? On ne t'a jamais dit que si quelqu'un partait sans un mot c'est qu'il n'avait peut être pas envie de gratter l'amitié?» je m'agitais légèrement avant de m'immobiliser de nouveau, faible haletant, me résignant à te céder la victoire. Je n'ai pas peur d'un nouveau coup et c'est peut être pour cela que je résiste encore un peu, par la parole  « je ne suis pas un cheval au cas ou ta vision te ferais défaut...»  soufflais je d'un ton las et agacé  contre le sable bordant ma joue.

 

(c) naehra.


avatar
05/10/2016 Ipiutiminelle 184 Hugh Jackman So' Guerrier & Chasseur > ₪ Combat au corps à corps et armes blanches. Doué aux armes de jets et à l'arc. ₪ Chasseur ₪ Eleveur et dresseur d'oiseaux de proie pour la chasse et la livraison des messages. ₪ 0
Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever


Sujet: Re: i'm gonna show you, what's really crazy
Lun 6 Fév - 13:55

i'm gonna show you, what's really crazy#Arwel Shankara

Résistant à la douleur, c’est la première chose qui me vient à l’esprit. La rencontre de mon poing et de son nez, un seul grognement. Je ne pense pas que je lui ai cassé, mais peut-être que si. J’avoue que j’ai juste cherché à ce qu’il me lâche sans vraiment mesurer mon coup. Je sens qu’il est fort, dur aussi, mais je ne sais pas pourquoi… j’ai l’impression que ce n’est qu’une carapace pour cacher des fêlures profondes. Il me somme de le lâcher et j’ose un sourire amusé qu’il ne peut distinguer dans sa position. Il doit savoir pertinemment que je ne vais pas le relâcher si vite, pas sans avoir la certitude de ne pas finir moi-même au tapis. Je ne sais pas s’il a de l’honneur, mais le fait qu’il m’ait attaqué sans raison ne joue pas en sa faveur. Lui faire confiance ? En ce moment je ne peux pas. Il ne me donne pas la possibilité de le faire.

Peu à peu je le sens qui se détend un peu sous moi comme s’il acceptait sa défaite, comme s’il me confiait sa reddition. Est-ce un jeu de sa part ? Est-ce qu’il mime cela dans le but de mieux se retourner contre moi ? Je regarde sa nuque baissée et j’aurai presque envie de passer ma main dans ses cheveux pour le calmer. Je l’aurai fait si je n’avais eu peur qu’il le prenne mal comme le seul geste que j’ai eu envers lui un peu plus tôt. Je ne sais pas ce qui l’a fait devenir ce qu’il est aujourd’hui mais j’ai dans l’idée que ça a dû être grave. Il me fait penser à un animal sauvage… Vraiment… Faudrait-il que je l’apprivoise pour qu’il accepte de me faire confiance ? Le voudrais-je seulement ?

« Tu aimerais ça ? »

Il me parle de préliminaires et moi j'en plaisantais à moitié… Je n’ai pas fait mystère que je partageais parfois la couche de mes hommes en campagne, mais au village je suis plutôt tranquille. J’ignore ce qu’il sait, ou ce qu’il pense savoir, mais il est vrai que j’ai passé plus de temps sur les corps des hommes que sur celui des femmes. Est-ce que cela me dérangerait avec lui ? Je en sais pas. Je regarde ce corps sous moi et je me prends à imaginer ce que ce serait de le toucher, de le faire se soumettre à moi comme en cet instant mais avec d’autres grognements, d’autres gémissements aussi. Ce n’est pourtant pas le moment.

« Antanas, c’est Antanas »

Mon nom, je lui ai donné. J’aurai pensé qu’il l’avait au moins entendu du temps où il se trouvait au village. Peut-être n’y avait-il pas prêté attention ou tout simplement qu’il s’en fichait. Cela n’avait pas vraiment d’importance. Pour peu que j’en savais, il faisait peut-être simplement sa mauvaise tête en cet instant. Vu sa position, je pouvais même le comprendre.

« C’est dommage j’aurai juré du contraire »

Il se remit à gigoter sur moi mais je le maintenais bien. Pour l’heure il ne pourrait s’échapper. Pas seul en tout cas. Cette prise, je la connaissais par cœur et elle avait depuis longtemps fait ses preuves. Il était sans défense. Heureusement pour lui, je n’avais nulle intention de lui faire du mal.

« C’est vrai, tu es plus confortable qu’un cheval, je devrais peut-être te garder »

Je jouais peut-être avec le feu, mais à tout cheval rétif, il y avait un cavalier. Il m’avait invité à la danse le premier en portant la main sur moi, il était presque juste que je continue les pas.

« Et donc tu aimes me regarder humm ? »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: i'm gonna show you, what's really crazy
Mer 22 Fév - 15:39

Voilà que le vent rôde, tournoie contre la falaise que la marée taraude

 


Force, puissance, agilité, soumission, mon corps prisonnier entre le sable et ta large musculature ne fait plus aucun doute sur l'équilibre des choses. Je grogne après avoir craché les grains humides et croquants qui avaient empli ma bouche. S'immobiliser, de pas gaspiller inutilement ces forces était la meilleure chose à faire, je freinais la colère dans mes gestes et entamait une conversation non sans la laisser apparaitre à travers le venin de mes mots. Ta réponse, étrangement déroute, une question qui n'avait pas lieu d'être semblait être teinté de provocation. Serais-tu déja en manque de ces éclats de rage qui m'animaient? Je roule des yeux, regard que tu ne peux voir dressé sur mes reins qui te servaient d'estrade. Un feulement acide alors que mes poignets à la recherche de confort et de liberté tournent dans le sillon de l'étau ferme de tes doigts. Résistances douces, que la rage n'anime plus, quête simple et fragile de confort, je te souffle: « avec moins de sable dans la bouche et plus de cordes... peut être...»  des mots honnêtes que je pouvais te céder. La réponse est elle satisfaisante? Ton égo s'en trouve t il flatté? Ce n'est pas mon problème, j'ai juste fait un pas en avant vers le chemin de la provocation, beaucoup moins hostile qu'un combat tapis de rage. Si je ne visais pas la distraction, celle ci aurait pu être un précieux allier pour me libérer, mais je vous savais bien trop étriqués dans un soucis de contrôle de soit, vous les grands guerriers qui maitrisaient en toute conséquence leurs émotions. Ton nom résonne à mes oreilles dans une boucle incessante, loin des souvenirs chaud et exotiques de ce nom à LUI ou de celui de cette raclure de Jax à l'égo démesuré qui avait tenté d'entacher mon séjour chez vous. Mon regard se plisse, l'encre coule dans l'azur, enchanté je ne le suis pas, enchanté je ne le dit pas  « Arwel.» claque sur ma langue et mes dents comme cette vague qui se fracasse sur les récifs pointus. C'est tout ce dont j'étais capable de te répondre alors que tu ne m'avais même pas posé la question. Mon nom était bien connu parmi vous, mais bien souvent remplacé par le feu, la rage, le démon, la folie, comme les miens aimaient eux aussi me surnommer. Je ne m'en était jamais offensé ni n'avait cherché à le remplacer par les lettres de mon véritable nom. Présentation sommaires, présentations tendues, qui n'avaient rien de la sympathie accueillante entre deux tribu en paix. Mais ça se saurait si je faisais les choses normalement pas vrai? « vas t'faire foutre!» feulais-je à ta réponse, perdant une nouvelle fois le contrôle de cette puissante colère, provoquant certainement un peu plus d'amusement à celui qui semblait déjà se délecter de la situation en son avantage. Je m'agite mais tes doigts sont aussi puissants et brûlant que ces chaines brûlantes qui m'avaient lié autrefois.

Avant de sombrer dans l'épuisement total mon instinct me guidait vers l'immobilité. Ta colère, tu dois contrôler cette rage me répétait il inlassablement autrefois. Etrange était le fait que ce soit aujourd'hui l'un d'entre eux qui se décide à me rappeler la leçon. Si je peux apaiser le feu tendant mes muscles, je n'ai aucun contrôle sur le grondement qui roule dans ma gorge alors que tu te joues de moi y apposant une forme de possessivité que je me refuse « ne prends pas tes rêves pour une réalité la vie est beaucoup plus cruelle et tu risquerais de t'y perdre.» m'empressais-je de grogner en laissant tomber ma joue dans le sable. Ta question ouvre mes yeux en deux grands ovales, t'es sérieusement à la recherche de caresses flatteuses sur ton égo? C'est quoi ton soucis Athna? Ou t'es encore en train de tirer sur les ficelles de la provocation menant à ma colère? « et donc tu aimes me monter?» t'imitais je sans répondre à ta question, te faisant remarquer ce que toi aussi t'étais en train de faire. Alors dis moi Antanas? Lequel va céder la victoire à l'autre en premier? Parce que tu sais que tout ça, peut durer longtemps, et le temps... j'en ai a revendre. Mes doigts se déplient et s'étirent, plus de poings liés, simplement deux mains étalées dans le sable comme dans une séance de détente. Je roule des épaules à la recherche de confort supplémentaire avant de soupirer longuement « ou t'as peur que j'te fasse avaler ta langue si tu me relâches?» la joue dans le sable, je tirais un peu plus sur les muscles de mon cou, mon regard s'élevant à la recherche du tiens. « je vous savais collants et insistants mais.. j'imaginais pas tomber sur un ours en manque de câlins...» je marque une pause par un sourire cruel « on pourrait p'tet faire la paix cow boy, tu dirais quoi si je te présentais des filles du village aussi faciles que des prostitués? J'crois que t'en a besoin.» ponctuant ma phrase par un ricanement moqueur.

 

(c) naehra.


avatar
05/10/2016 Ipiutiminelle 184 Hugh Jackman So' Guerrier & Chasseur > ₪ Combat au corps à corps et armes blanches. Doué aux armes de jets et à l'arc. ₪ Chasseur ₪ Eleveur et dresseur d'oiseaux de proie pour la chasse et la livraison des messages. ₪ 0
Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever


Sujet: Re: i'm gonna show you, what's really crazy
Ven 24 Fév - 17:37

i'm gonna show you, what's really crazy#Arwel Shankara
J'ai presque l'impression qu'il tente de me titiller ou de me faire une proposition. Je ne sais pas pourquoi mais je l'aime bien. Il a du caractère, du répondant... S'il n'avait pas tenté de m'étrangler un peu plus tôt, je crois que ça aurait pu être le début d'une amitié. Qui sait... tout n'est peut-être pas perdu. Malgré qu'il soit sous moi par la contrainte, je le déteste pas et quelque part, il n'a pas cherché à ce que je le suive même si j'ai été intrigué par son regard sur moi et son observation lointaine. Je me demande ce qu'il peut voir de moi...

Il me donne son nom et je souris. Arwel, oui ce nom parle à mon esprit. Comme les souvenirs de ce qu'il fut reviennent dans ma mémoire. J'ai l'impression qu'il a quelque chose de différent mais je ne sais pas mettre le doigt dessus. Nous avons toujours été loin, je ne peux pas dire que je le connais vraiment et je n'aime pas me baser sur ce qui se raconte. On dit que les rumeurs ont toujours un fond de vérité, moi je préfère connaître ce fond que divaguer aux grès des paroles des uns et des autres. Si je veux te connaître toi, je préfère que ce soit avec moi, plutôt qu'avec un tiers. Et toi ? Ne vas-tu continuer à ne me définir que par le peuple auquel j’appartiens ou à l'idée que tu t'es fait de moi en un instant ou vas-tu creuser ? La surface n'est pas la seule couche d'un homme Arwel.

Je crois que nos débuts sont un peu chaotiques... Dans sa situation, est-ce que je ne l'aurai pas moi-même envoyé se faire foutre ? Désirer le connaître en étant sur ses hanches n'est pas la base la plus stable du monde pour construire quelque chose et ce n'est pas le sable de cet endroit qui va me dire le contraire. Je suis connu pour être stoïque et garder mon sang froid, d'ailleurs je suis plus amusé qu’énervé en cet instant... mais oui... sa colère est tellement palpable. Le pire est que je ne peux lui en vouloir...

« Ce n'est pas que je n'aimerai pas, mais la situation ne s'y prête pas vraiment »

La vie plus cruelle que je ne pourrai l'imaginer ? Tu ne sais rien de moi et pourtant tu me juges. Je trouve cela dommage mais c'est malheureusement ce que font la plupart des gens. Je ne sais pas non plus ce qui dans ta vie t'a forgé comme tu l'es aujourd'hui mais il faut donner du temps au temps. La première impression est toujours la bonne dit-on mais je ne partage pas tout à fait cette maxime. Pour moi découvrir quelqu'un prend du temps et parfois si on s'arrête à la première barrière, on ne voit jamais la beauté de ce qui peut se cacher derrière.

« J'avoue que tes hanches ont l'air d'être faites pour être chevauchées mais... oui, je peux peut-être te laisser te relever si tu ne comptes pas m'offrir un nouveau collier de tes doigts »

Les filles du village des Calusas, filles faciles et filles de joie... Je ne suis pas venu dans ce village pour connaître des mœurs légères. Je croyais d'ailleurs que ces lieux de débauche se trouvaient plus du côté des terres du feu comme me le contait souvent Ozvan. Je ne sais pas ce qu'il a comme image de moi, mais je ne suis pas homme à ne vivre que de sexe et je ne vais pas dire que je déteste les attraits féminins mais ils ne sont pas ce que je préfère.

« Je ne suis pas ici pour chasser les courbes féminines peu farouches. Je crois que je préfère apprivoiser un cheval sauvage et... il semblerait que j'en ai trouvé un »

Il n'avait qu'a comprendre ce qu'il voulait bien. En attendant je laissais couler ma prise et me relevant, je tendis une main vers lui pour qu'il en fasse de même. Faire la paix, il avait dit... Je me demandais bien à quel point il était vraiment sincère. J'étais encore sur mes gardes, mais si je ne le montrais pas vraiment. Disons simplement que je me tenais prêt.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: i'm gonna show you, what's really crazy
Dim 12 Mar - 14:12

Voilà que le vent rôde, tournoie contre la falaise que la marée taraude

 


Acide venin qui glisse entre mes lèvres couvertes de grains ocres, l'homme me surplombant n'a pas seulement du répondant, sa puissance égale son mordant. Si je grogne et m'agite un peu sous l'inconfort, je ne peux que lui céder une part de victoire en le laissant me dompter et parler de la sorte. Après tout, je l'ai cherché. « tu n'aimes pas les colliers? Moi qui pensait que ce présent te scierait à merveille...» soufflais je tout en provocation  parce que je résistais encore un peu, ou peut être pas.. étais-je en train de me complaire dans un jeu malsain? Tâter les limites et tenter de définir qui est le plus fort des deux? La posture de nos corps ne laisse aucun doute sur la réponse, mais si j'étais en état physique de lui résister, aurais-je la main sur la situation? L'idée qui me traverse l'esprit m'arrache un sourire sombre, tandis que le désir furieux des jeux dangereux coule dans mon regard telle la lave du volcan. Combien de temps c'était écoulé et s'écoulera encore avant que nos corps combatifs se séparent? Je l'ignorais mais cette proximité commençais à devenir pesante et je devais trouver un moyen de te faire lâcher prise. Docile créature enjôleuse, celle dont je n'emprunterais jamais le visage, préférant la provocation qui me plongeais dans le risque de recevoir davantage de coups voir même la mort... Tu finiras bien par cesser de toute façon, autant rendre le moment atrayant ne penses tu pas Athna? Un soupire de surprise s'extirpe de mes lèvres, ta réponse est tout aussi déroutante que ton esprit ayant vagabondé dans ce genre de direction. Etais tu sérieux? Ou simplement provocateur? Mon regard se plisse à l'idée que tu cherche à me dompter, arrière gout de fer, vestiges de sang, arrière gout amer, débris de souvenirs, il était parti depuis si longtemps , le dernier homme ayant cherché à me dompter... mais malgré ma résistance, il semblerait que son travail acharné durant des mois ait porté ces fruits. Devais-je me faire la promesse que cela ne se reproduirait plus? Etais-je seulement capable de tenir cette promesse? Mon esprit et ma volonté diraient oui, mais mon expérience passée semblait prouver le contraire.

Tu me relâches, je fixe mes poignets libres et rougis par ton étreinte puissante, un souvenir que tu laisseras sur ma peau pour les prochaines heures à venir. Mon esprit lui, sera plus longtemps marqué par cette étonnante rencontre. Je ne me redresse pas, prudent et prêt à encaisser un éventuel coup destiné à marquer fermement ta victoire.. mais rien... rien de plus qu'une main tendue vers moi... rien de plus que l'amertume et le dégout me montant aux lèvres... rien d'autre que les nuages orageux dansant dans mes prunelles et faisant siffler ma voix menaçante. Je me redresse, le regard rivé sur cette main que je ne prends pas, avant d'affronter ton propre regard.  « Gardes ta main pour les enfants et les infirmes.» glacial, tranchant, le ton était sec comme mon regard menaçant. J'époussetais le sable humide qui collait à mes vêtements et te toisais à travers le rideaux de mèches brunes qui dansaient au gré du vent glacial. Quelques instants de silence, quelques instants d'observation, l'animal sauvage observait son rival, jaugeait le danger, avant de dévoiler ces crocs étincelants dans un sourire maléfique précédant un reniflement moqueur. Mon regard coule sur toi sans aucune pudeur, examinant chaque parcelle de ce corps, détaillant chaque courbe et chaque droite de cette musculature impressionnante  « je manque un peu de forme et d'entrainement... Antanas... mais je serais ravie de te mettre ta raclée!» ma tête s'incline sur le côté alors que mon regard se plante dans le tien, bras croisés sur mon torse, détermination et position fermée, en contradiction avec mes propos suivants: « qui sais, un jour tu me feras peut être l'immense plaisir d'un combat à armes égales.» mes dents s'enfoncent dans ma lèvre inférieure alors que luisent des lueurs envieuses à l'idée d'affronter un homme si rapide et puissant. Mon regard finit par se détourner vers l'océan agité qui semble danser contre l'épaisse couche de nuages sombres « sens tu l'odeur de la pluie?» mon attention se reporte sur toi « nous ferions mieux de rentrer au village. Si tu aimes le poisson, peut être partagerais tu un repas en ma compagnie?»  regard animé par la provocation, je ne peux m'empêcher de laisser filer un souffle moqueur:  « parait il que c'est autour d'un bon repas accompagné de boisson que l'on signe des traits de paix.» j'arque un sourcil et ajoute « qu'en dis tu?.» ponctuant ma phrase par un ricanement moqueur.

 

(c) naehra.


avatar
05/10/2016 Ipiutiminelle 184 Hugh Jackman So' Guerrier & Chasseur > ₪ Combat au corps à corps et armes blanches. Doué aux armes de jets et à l'arc. ₪ Chasseur ₪ Eleveur et dresseur d'oiseaux de proie pour la chasse et la livraison des messages. ₪ 0
Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever


Sujet: Re: i'm gonna show you, what's really crazy
Dim 19 Mar - 3:07

i'm gonna show you, what's really crazy#Arwel ShankaraCe genre de collier, je m'en passerai bien... Comment lui dire que la corde au cou n'était pas un de mes plus grands fantasmes au sens propre comme au figuré ? Je ne m'étais jamais installé avec une femme, ou un homme d'ailleurs, parce que je n'avais pas trouvé l'âme avec qui je souhaitait partager ma vie mais là n'était pas la question. Je choisis de ne rien dire à voix haute et pas un froncement de sourcil ne trahit mes pensées. Sa remarque... Je l'avais presque un peu cherchée moi aussi en le taquinant de la sorte alors que je l'avais mis à terre. Ce n'était pas des plus judicieux et sans doute pas des plus respectables de la part d'un guerrier. J'aurai pu lui répondre que je verrai plus une jolie corde tenir ses mains en l'air pendant que je jouais de la musique avec son corps, mais cela aurait sans doute été des plus déplacés et encore moins respectables que mes paroles précédentes compte tenus de nos positions. Je doutais qu'il goûte au mieux la plaisanterie plus avant. Nous étions loin d'être des amis intimes, loin d'être des amis tout court d'ailleurs. Ce genre de plaisanteries pouvaient se dire à un proche, pas à un homme qui avait voulu faire quitter tout l'air, et peut-être la vie, de votre corps.

Son regard est puissant. Ce n'est pas le regard d'homme vaincu mais plutôt celui d'une bête sauvage qui ne sait faire que lutter et lutter encore, une bête qui ne veut pas être vaincue. Il y a quelque chose de sombre et de puissant dans ce regard et je crains de m'y perdre si je le fixe trop longtemps. Je me demande quelles sont les ombres qui l'habitent car je suis presque certain de les sentir à défaut de pouvoir lire en elles. Cet homme a un passé, comme nous tous sans doute, mais certains ont des passées qui sont plus sombres que ceux des autres. Si on me demandait un jour mon avis, je dirai que cet homme est hanté. Mais hanté par quoi ? Je ne saurai le dire. Je ne le connais pas assez. Je ne le connais pratiquement pas en vérité.

Alors que je l'ai lâché, il ne se relève pas tout de suite. Je ne sais pas si c'est par crainte de représailles ou parce qu'il guette quelque chose mais il semble juste attendre en regardant ses poignets que mon étreinte a rougi. Je lui ai sans doute fait un peu mal mais il a lui aussi laissé son empreinte sur mon cou. Nous sommes quitte j'imagine... Il se redresse et sa voix sifflante me fait penser à celle de ses vipères le long des berges dérangées dans leur sommeil par le promeneur inopportun. De mon aide il ne veut pas et ce n'est pas très étonnant pour moi étant donné les circonstances qui font qu'il a mangé la poussière. Je laisse retomber simplement ma main. J'aurai presque l'impression qu'il me l'aurait mordue si j'avais persévéré. Vraiment à lui je superpose l'image d'un félin, puissant, sauvage... plus qu'un étalon sans doute, c'est l'animal qui vient en mon esprit. J'ai l'impression que son esprit serait presque aussi difficile à dompter que celui d'une panthère.

« J'ai hâte de te voir essayer... »

Un petit sourire joue sur mes lèvres alors que je me dis que j'apprécierai certainement le soumettre une nouvelle fois. Le combat ne m'a jamais fait peur et l'affronter en pleine possession de ses moyens doit sans doute est agréable si d'aventure il ne cherche pas à me tuer. Je regarde ses dents qui mordillent sa lèvre et la rougissent. Il serait presque adorable si son regard ne semblait pas en permanence en colère contre le monde entier. Je doute qu'on ait un jour dit à cet homme qu'il avait un air adorable.. mais peut-être ? Je crois me souvenir qu'un de ma tribu l'avait pris comme amant. Je ne m'y étais pas vraiment intéressé mais dans mon souvenir, ce n'était pas quelque chose de caché. L'aimait-il ? Y avait-il autre chose ? Cela n'a guère d'importance. Ce sont ses affaires après tout.

« Une invitation ? Et bien pourquoi pas... si tu crois pouvoir te tenir. Je m'en voudrais de te devoir te faire mordre la poussière devant tes amis »

Je n'avais pas pu résister... sans doute son petit rire moqueur m'y avait-il poussé. Cet homme semblait avoir l'art de me sortir un peu de ma réserve habituelle. Pour le pire ou le meilleur ? Je n'aurai certainement pas su le dire en cet instant. Je le laissais passer devant sans faire d'autre commentaire. Le village n'était pas vraiment loin de notre position mais j'avouais être un peu surpris de son invitation. Cet homme me déstabilisait et je n'avais pas l'impression de pouvoir prédire ses réactions futures.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Admin - Tears of the phoenix
avatar
12/10/2014 Brimbelle 46413 Jessica Chastain Lux Aeterna Médecin / Herboriste 322
Admin - Tears of the phoenix


Sujet: Re: i'm gonna show you, what's really crazy
Dim 2 Juil - 21:01

Ce rp est archivé pour n'avoir pas eu de réponse depuis plus trois mois. Si vous souhaitez néanmoins le continuer, merci de contacter un membre du staff pour le remettre en jeu
 

i'm gonna show you, what's really crazy

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Hillywood Show
» Retro Taco Show.
» Rétro Taco Show 2011.
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls
» Chris Sabin Vs Big Show

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-