Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Quand gronde la tempête | Ft. Meeka Standen
maybe life should be about more than just surviving


avatar
05/08/2016 FLY 1288 Max Riemelt Avatar + FLY • Signa + NEON DEMON • Gif profil + ORESTE Pêcheur + Musicien + Navigateur + Chieur à plein temps 30
✣ The sea and the moon we meet ✣


Sujet: Quand gronde la tempête | Ft. Meeka Standen
Mar 31 Jan - 18:24


- QUAND GRONDE LA TEMPÊTE -

S'il avait su ce qui l'attendait en acceptant d'emmener cette fille à bord de son embarcation, il n'aurait certainement pas accepté la demande de celle-ci...

...

Comme à son habitude, le navigateur a passé sa journée sur le port, pêchant, rêvant, oubliant pendant un moment ce qui le tourmente. Il aime tellement ce travail, le contacte si particulier qu'il peut avoir avec l'océan, les envies d'aventures qui le prennent corps et âme. Son métier, c'est toute sa vie. Il peut oublier, laisser son chagrin de côté, essayer d'avancer. Aedan, il a toujours ce regard triste sur le visage et ces yeux d'un bleu vif qui vous transpercent en plein cœur. Il a l'allure froide, le visage fermé, concentré sur son unique tâche, la pêche. Le matelot veut tellement faire plaisir à sa famille, il veut prendre soin d'eux, les protéger quoi qu'il arrive, au péril de sa propre vie. Le blond tien beaucoup à eux, aime prendre soin d'eux même s'il ne le dit pas à haute voix. Pour lui, les actions valent plus que les mots. Il est fougueux, impétueux, solitaire dans l'âme, ayant pour seule compagnie son violon et la musique qu'il crée.

La matinée s'est passée d'une lenteur monotone. Maintenant, le soleil est haut dans le ciel, commençant déjà sa décente vers les ténèbres. En ce début d'après-midi le blond continue de trainer près du port. Il s'occupe de nettoyer le navire familial, celui qui appartenait à son grand-père. Il en aura traversé des épreuves, il en aura vu des choses. Aedan s'imagine souvent cette vieille bicoque, voguant à travers la mer agitée, découvrant de nouveau lieu encore inexploré. Il en a fait des choses l'ancêtre, il en a parcouru du chemin. Le jeune homme c'est longtemps juré de faire de même, de partir à l'aventure, seul, découvrant les océans et les terres oubliées. En attendant il économise et espère qu'un jour il partira, tout comme l'a fait Ilian, explorer les mers et revenir des années plus tard, racontant à sa famille ce qu'il a vu. Il veut tellement voir cette lumière dans leurs yeux, cette fierté de voir le fils prodigue rentrer chez lui après tant d'absence. Il aimerait ressentir la joie de retrouver les siens de se sentir enfin complet, de savoir qu'il a traversé une étape importante de sa vie, comme une deuxième naissance. Puis Aedan revient à la dure réalité des choses.

Il soupire.

*Merde quoi ! Si seulement les choses pouvaient être plus simples*

Continuant d'astiquer le cockpit, il ne se rend pas compte qu'une âme vagabonde, qu'il ne connait pas, marche le long du port, semble-t-il a la recherche de quelque chose. Notre marin n'y prête guère attention, bien trop prit parce qu'il fait. C'est seulement lorsqu'il entend un raclement de gorge venue de nulle part qu'il se redresse mollement, levant la tête vers le ciel. Éblouit par le soleil, le visage de l'inconnue se floute, ne laissant apparaître qu'une longue chevelure. Le jeune calusa plante alors son regard de glace dans le sien, scrute les traits qu'il parvient à voir, les traits de ce qui s'assimileraient à ceux d'une femme.

*Putain…pourquoi elle vient me faire chier celle-là*

- Hum, j’peux t’aider p'têtes ?


by exception

Admin
avatar
29/01/2017 avengedinchains 321 Katheryn Winnick ava by Dandelion / sign by ALAS Forgeron qui bricole aussi le bois 21
Admin


Sujet: Re: Quand gronde la tempête | Ft. Meeka Standen
Lun 6 Fév - 17:45



QUAND GRONDE LA TEMPETE
meeka&aedan
Sur quel pied est-on supposé danser quand on s’aventure vers une tribu avec laquelle on n’a jamais échangé ? Pour tout dire, elle n’en a pas la moindre idée. La jeune Naori ne sait pas vraiment ce qu’elle devra faire pour qu’elle y soit prise au sérieux. Il n’est absolument pas question de son sexe, de son âge ou de son physique. Lorsqu’elle se dit ça, elle pense notamment aux choses qu’elle a pu être amenée à faire quand elle n’en avait pas envie, aux décisions qu’elle a été contrainte de faire et plus encore. Il faut dire que la jeune femme tente de se faire une place dans un monde qui ne lui apporte qu’une existence particulière. Elle aime ce qu’elle fait, ce qu’elle construit – qu’il s’agisse d’armes ou d’objets en tout genre. Elle aime voir les gens s’en servir, elle aime voir le visage des personnes lorsqu’elle leurs fait un cadeau. L’expression de la joie, l’attention qu’on porte à ce qu’elle fabrique. Il n’y a qu’à voir Varghause qui, depuis qu’elle lui a fabriqué une serpe, ne la quitte pas au moindre de ses déplacements. Mais malgré ça, elle aimerait voir son petit commerce s’agrandir. Que les gens viennent la trouver ou essaie de le faire – puisque trop bien cachée avec la tribu Naori – pour lui passer des commandes improbables. Elle ne s’inquiète pas d’avoir des travaux qu’elle ne pense pas être capable de réaliser. Elle se moque de tout ça parce qu’elle ne voit pas ce que cela pourrait bien changer à sa vie. Mais elle s’amuse d’un rien, elle bidouille d’un tout. Elle s’éclate parce qu’elle n’imagine pas la moindre limite à tout ceci. Oh, elle imagine qu’elle doit bien en avoir. Mais elle ne les a pas encore trouvés. Et elle ne bricole pas un million de trucs parce qu’elle ne voit pas à quoi ça pourrait bien servir.

Attachant ses cheveux en arrière avec un petit bout de corde noué, elle s’étire doucement, alors qu’elle approche enfin de la tribu de pêcheurs. Les calusas sont de bons navigateurs. Alors forcément, c’est vers eux qu’elle s’est directement tourné lorsque l’envie de traverser les eaux l’a traversée. Elle n’a pas pris trop de choses, elle n’en aurait pas vu le moindre intérêt. Pour tout dire, elle n’aura emporté que quelques lames, une dague et quelques figurines en bois. Ajoutons à cela quelques ustensiles et le tour est joué. Elle y voit comme une offrande, et une exposition de ses capacités. Elle veut leurs montrer de quoi elle est capable, elle veut leurs montrer ce qu’elle sait faire, aussi, parce que ce sera bien plus simple comme ça. Elle ne parvient juste pas à déterminer si les gens vont accepter de l’aider ou s’ils vont se contenter de lui rire au nez. C’est une éventualité, bien que ce soit difficile à accepter. Elle ne sait pas vraiment ce qu’il sera judicieux de faire. Parfois, elle se met même à imaginer ce qui pourrait bien se passer si elle venait à voler un bateau. Après tout, si on lui refuse le trajet, comment devra-t-elle s’y prendre pour réussir à faire ce qu’elle veut ? Les choses ne se passent pas toujours comme on le voudrait.

Mais il faudrait sans doute qu’elle ne parte pas trop défaitiste en imaginant que personne ne voudra l’aider. Même si c’est la tournure que prennent ses pensées. Après tout, aussi agréable puisse-t-elle être, ça ne change pas grand-chose. Il faut faire confiance aux gens, même si parfois, au début, c’est loin d’être aussi simple. Lorsqu’on la dirige vers une personne en particulier, elle ne sait pas s’il s’agit d’une bonne ou d’une mauvaise chose. Dans le fond, ça veut dire qu’il serait susceptible d’accepter, ça non ? Ou alors, qu’il est le dernier choisi pour une situation ridicule ? Aucune idée et elle n’en aura pas aucune si elle ne se décide pas à se bouger. Elle se racle la gorge, alors qu’il ne la remarque même pas. On aurait quand même pu lui dire son prénom, pour qu’elle puisse au moins l’identifier, n’est-ce pas ? Lui montrer un quelconque intérêt ou quelque chose ? Franchement aucune idée. Est-ce qu’il peut l’aider ? Carrément. Est-ce qu’il en a envie, c’est bien moins sûr. « Tu pourrais en effet faire quelque chose pour moi. J’ai besoin d’aller sur l’Inlandsis, et on m’a parlé de toi ». Sans préciser s’il est capable de rendre des services ou non, cela dit.
AVENGEDINCHAINS

avatar
05/08/2016 FLY 1288 Max Riemelt Avatar + FLY • Signa + NEON DEMON • Gif profil + ORESTE Pêcheur + Musicien + Navigateur + Chieur à plein temps 30
✣ The sea and the moon we meet ✣


Sujet: Re: Quand gronde la tempête | Ft. Meeka Standen
Lun 6 Fév - 18:53


- QUAND GRONDE LA TEMPÊTE -

Son bateau, c'est toute sa vie. Il en prend soin, il y tient comme à la prunelle de ses yeux. Posé sur le port, le vieux rafiot n'attend plus que le jeune marin pour se lancer à la conquête des océans. Mais bon, les rêves attendront. Aedan soupire, il continue de frotter la carcasse de son trésor. Au moins, l'Aventurier à le pouvoir d'occuper les journées du blond. C'est clair que sans ça, il s'ennuierait ferme. Par ailleurs, il est tellement prit par sa tâche qu'il ne se rend pas compte qu'une femme l'attend, posé devant l'embarcation. Un raclement de gorge, une tête qui se lève, des regards qui se croisent. C'est le début d'une bien belle aventure qui se profile à l'horizon. Le regard froid, l'air sérieux, Aedan n'est pas forcément heureux de se voir déranger en plein milieu de sa tâche quasi quotidienne. Il inspecte la jeune femme de haut en bas, scrutant les moindres détails, essayant de déceler toute forme d'arme ou autre objet qui pourrait nuire à sa vie. Qu'est-ce qu'elle lui veut ? Pourquoi venir lui parler ? Ça ne se voit pas qu'il est occupé ? Soupirant, le navigateur finit par prendre la parole. L'étrangère fut bien rapide à répondre, ne passant pas par quatre chemins.

- Tu pourrais en effet faire quelque chose pour moi. J’ai besoin d’aller sur l’Inlandsis, et on m’a parlé de toi.

Qui lui a parlé d'Aedan ?

*J'suis sûr que c'est un coup de Near ça encore…*

D'un côté, il s'énerve contre celui qui l'a désigné mais d'un autre, le fait qu'il se sache reconnu pour ses dons de navigateur éveille son orgueil. Un sourire presque transparent apparaît sur le visage du marin qui se met alors debout. Époussetant son pantalon, le blond lance de nouveau un regard glacial à l'inconnue, reprenant la parole :

- Inlandsis…c'est pas tout proche ça. Tu comptes y faire quoi là-bas ?

Voilà qu'il se mettait à poser une question sur quelque chose qui ne le regardait pas. Stupide curiosité.

- Enfin t'es pas obligé de répondre. C'est juste que pas grand monde se rend là-bas, c'est pas forcément la meilleure destination du monde.

Aedan continue de garder ce ton froid qui lui permet de marquer une distance entre les gens et ses émotions. Cependant, avec elle il parait un peu moins hésitant que d'habitude. Peut-être était-ce le fait de se retrouver dans son élément qui lui procurait cette « aisance » ? Bas, peut importe.

- Je peux t'y emmener. Mais avant, t'as de quoi payer la traverser ?


by exception

Admin
avatar
29/01/2017 avengedinchains 321 Katheryn Winnick ava by Dandelion / sign by ALAS Forgeron qui bricole aussi le bois 21
Admin


Sujet: Re: Quand gronde la tempête | Ft. Meeka Standen
Mer 1 Mar - 13:54



QUAND GRONDE LA TEMPÊTE
meeka&aedan
Il n’est jamais facile de déterminer quelle est la bonne route à prendre, comment il faut la prendre ou même avec qui. Puisqu’ils sont sur une île, la chose devient un peu plus complexe lorsqu’il est question de voyager ou d’aller ailleurs. Meeka n’a pas toujours la facilité, elle ne sait pas toujours comment il faut s’y prendre et elle ne trouve pas toujours les mots pour que ça se passe comme on le souhaite. La jeune blonde est toujours disposée à faire les choses comme il faut, toujours prête à payer ce qu’il faut. Si elle veut se faire suffisamment connaître pour qu’on vienne la trouver, il faut qu’elle soit celle qui se déplace, au début. Et ça n’a franchement rien d’évident, au premier coup d’œil. Mais elle fait de son mieux, comme elle a toujours fait. Il faut juste apprendre à faire le nécessaire quand ça devient utile, et à ne pas se laisser marcher sur les pieds pour que les gens ne puissent pas profiter d’une situation. Là par exemple, en allant vers cet homme qui pourrait l’aider à se rendre où elle souhaite, elle part avec quelques idées de paiement en tête. Et il ne faudrait pas qu’il tente de profiter de la situation. Mais… Elle sait qu’il y a de la route, malgré tout. Alors oui, sans doute que ça rend la situation un peu complexe. Mais c’est ça qui est bon, n’est-ce pas ? Et ce n’est certainement pas elle qui dira le contraire. La route ne lui fait pas peur, elle espère juste que la personne qui va l’accompagner n’est pas un crétin sans le moindre intérêt qui réussirait à lui faire le plus grand mal ou qui serait d’une compagnie chiante au possible. Parce que ça aussi, c’est une possibilité, finalement. Et ça met plutôt mal à l’aise, quand on y pense. Mais elle serait prête à bien des choses pour que ça se passe bien. Il faut juste plus ou moins trouver les mots, si on peut le dire ainsi. Là, il est uniquement question de réussir à le convaincre de l’aider, de réussir à le pousser à comprendre qu’elle a besoin d’aide et qu’il est son unique rempart, aussi. Parce que de ça aussi, elle en a évidemment conscience. Comment est-ce que les choses pourraient être autrement ? S’il n’accepte pas, il lui faudra aller voir ailleurs. Et disons-le, elle n’en a pas vraiment envie. Si on lui a conseillé cet homme, ce n’est pas pour rien, n’est-ce pas ? - Inlandsis…c'est pas tout proche ça. Tu comptes y faire quoi là-bas ?. La question est légitime. Elle le sait. Faut dire qu’elle n’est pas vraiment stupide et qu’elle n’a absolument pas besoin d’un dessin pour le réaliser.

Après tout, s’il doit l’emmener quelque part, autant qu’il sache la raison. Si elle prend la route et qu’elle choisit d’y faire une vendetta quelconque, ça risque de lui retomber dessus. Et ça n’a rien d’une solution agréable, autant le dire. Mais bon, en réalité, la blonde n’a absolument rien à cacher. Rien à dissimuler. Il n’y a aucun secret dans tout ceci et elle n’est, de toute manière, pas du genre à dissimuler les choses. De son point de vu, il est toujours plus facile de dire les choses à voix haute. Elle n’a jamais peur de dire les choses et sa vie n’est pas vraiment rempli de choses ridicules à cacher. Elle est sur le point d’ouvrir la bouche quand il prend une nouvelle fois la parole, avant elle. - Enfin t'es pas obligé de répondre. C'est juste que pas grand monde se rend là-bas, c'est pas forcément la meilleure destination du monde.. C’est pas faux. Elle n’a aucun doute sur le sujet. Il est vrai qu’elle a déjà eu l’occasion de parler avec certaines personnes qui lui ont dit que ce n’était pas la meilleure destination du monde. Mais il faut bien commencer quelque part, d’une certaine manière. Non, ça n’a rien de simple, mais c’est ainsi et il n’y a rien de plus à en dire. « Oui, on ne m’en a pas vraiment dit du bien. C’est pour du commerce ». Un sourire poli se glisse sur ses lèvres alors qu’elle glisse une mèche de cheveux derrière son oreille. Non, son intention n’est absolument pas de le draguer, qu’on ne se méprenne pas. Elle ne néglige pas son physique attrayant mais ce n’est pas vraiment une priorité dans l’instant alors… Elle ne s’attarde pas. « Je n’ai pas prévu de rester longtemps, juste le temps de voir ce que ça pourrait m’apporter, si ce que je vends peut les intéresser ». Et peut-être que ça n’intéressera personne. C’est une possibilité sur laquelle elle ne peut que s’attarder. Son commerce, c’est toute sa vie. C’est ainsi que son père l’a aidé à aller de l’avant et elle ne risque pas de nier tout ça.

- Je peux t'y emmener. Mais avant, t'as de quoi payer la traverser ?. Bonne question. Déjà, tout dépendra du prix qu’il va demander. Elle ne s’y connaît pas vraiment en navigation. Pataugeant énormément là-dedans. Du coup, combien est-ce qu’il peut bien demander et à quel moment est-ce qu’elle peut supposer qu’il demande trop ? Elle n’en a pas la moindre idée. Et dans le fond, il ne sait absolument pas ce qu’il pourrait être supposé en dire. Il n’est pas à l’aise, c’est tout ce qu’il sait. « Quel est ton prix ? ». Elle possède quelques armes, mais il faudrait qu’elle puisse en ramener un maximum là-bas pour montrer de quoi elle est capable. Elle a quelques ustensiles de cuisine ou encore quelques statuettes. Le tout dans un large tissu qu’elle tient sur son dos et qu’elle a posé au sol en s’arrêtant devant lui. Il ne reste qu’à savoir ce qu’il va lui demander. Et surtout, si ce sera dans ses prix. Elle a un peu d’or dans sa poche aussi, si besoin. Merci les Rahjaks.


avatar
05/08/2016 FLY 1288 Max Riemelt Avatar + FLY • Signa + NEON DEMON • Gif profil + ORESTE Pêcheur + Musicien + Navigateur + Chieur à plein temps 30
✣ The sea and the moon we meet ✣


Sujet: Re: Quand gronde la tempête | Ft. Meeka Standen
Ven 24 Mar - 21:30


- QUAND GRONDE LA TEMPÊTE -

Aedan bougonne intérieurement. Oui, il n'aime pas qu'on le dérange, il n'aime pas que l'on vienne l'importuner. Quand il a soulevé la tête et vu ce visage aux cheveux d'or, le marin n'a pas pu s'empêcher de penser qu'elle allait lui apporter des ennuis. Pourquoi une aussi jolie femme (il ne fallait pas se mentir, elle était belle) venait à sa rencontre ? Puis, quand il sut la raison de sa venue les choses furent tout de suite bien plus clair et son ton se fit plus … amical. Enfin ... la conception de ce thermes lui échappe un peu, un ton chaleureux qui dépareille avec sa tête d'homme sans cœur. Il n'est pas fait pour se faire des amis, ne l'a jamais été. Il a toujours eux cette fâcheuse habitude de se renfermer sur lui-même et de n'y accepter que ceux à qui il apporte vraiment de l'importance. Mais alors pourquoi vouloir sympathiser avec une simple cliente ? Le marin ce le demande bien. Il finit par laisser tomber cette idée et continua de parler comme si rien de tout ça n'était venus germer dans sa petite caboche de marin solitaire. Curieux, il n'hésite pas à poser LA question qui lui titille le lobe frontale depuis quelques secondes maintenant. Une fois que c'est sur le tapis, le marin se ravise, se dit qu'il n'a pas à savoir quoi que ce soit. La jeune femme reste muette, Aedan continu de monopoliser la parole, chose peu habituelle pour notre marin, pauvre et sans cœur.

- Oui, on ne m’en a pas vraiment dit du bien. C’est pour du commerce.

Qui lui a parlé d'Aedan ?
Du commerce ? Quel genre de commerce ? Cela l'intrigue de nouveau et une nouvelle question lui brûle les lèvres. Il se contient, évite de flancher et de se laisser aller à sa curiosité parfois maladive. La jeune femme affiche un léger sourire, surement par politesse. Il le lui rend sans une certaine maladresse dans cette action peu habituelle. Il avait besoin d'arrondir ses fins de mois, elle était là pour ça. Hors de question de faire fuir cette cliente qui avait en plus l'air sympathique – pas comme tous ces cons que l'on peut croiser à n'importe quel coin de rue.

- Je n’ai pas prévu de rester longtemps, juste le temps de voir ce que ça pourrait m’apporter, si ce que je vends peut les intéresser.

Aedan hoche la tête en signe de compréhension. Il a, lui aussi, mis du temps à établir une relation avec cette autre tribu de l'eau qui a des connaissances plus qu'aiguisé dans le domaine de la pêche. A leur côté, le marin en a appris bien plus qu'il n'aurait pu l'imaginer. Il aime marchander avec eux, échanger avec ces gens qui lui ressemblent bien plus que certains Calusa. C'est donc décidé, il va l'emmener sur l'île. Cette fille lui inspire confiance. Doit-il alors faire confiance à son instinct légendaire ? Ou encore se méfier un peu ? Il verra bien au court de la traverser. Alors qu'il lui demande si elle a de quoi payer, l'homme commence à examiner plus en détail sa tenue, les éléments qui l'entourent, ce qu'elle pourrait lui donner en échange de ce voyage.

- Quel est ton prix ?

La question le surprend quelque peu mais il comprend alors bien vite que c'est bien la première fois qu'elle doit faire cela. Le marin lui sourit gentiment. Il est réglo comme mec, jamais il n'essayera d'arnaquer ceux qui ne lui cherchent pas des noises. Il préfère berner les idiots qui le critiquent dans son dos, ceux qui n'ont que deux neurones pour penser. Cette nana, elle a l'air gentille, pas du genre à être trop idiote.

- Peut-être ce qu'il y a dans ce sac ? C'est ce que tu vas commercer je présume ?

Sur le ton de la rigolade, il dit cela tout en penchant sa tête sur le côté et en pointant le baluchon posé au pied de la blonde. Ce qu'il contient l'intéresse fortement, l'intrigue. Aedan a bien envie de savoir ce qu'il va y trouver. Des armes peut-être ? Mais bon, il n'a pas envie de la dépouiller de son attirail, ce qui lui sert certainement à vivre, tout comme lui avec la pêche. Reprenant son sérieux qu'il n'a pas vraiment quitté depuis leur rencontre, il continue:

- Sinon deux pièces sont suffisantes si tu acceptes de m'offrir un truc qui se trouve là-dedans.

Une nouvelle fois il pointe du doigt le sac. Il est de plus en plus impatient de découvrir ce qu'il s'y cache. C'est comme une chasse au trésor. Certes moins existante que celle qu'il a pu faire en mer mais tout autant mystérieuse. Après ça, ils pourront embarquer, partir, voguer sur cet océan qui n'attend plus qu'eux.

by exception

Admin
avatar
29/01/2017 avengedinchains 321 Katheryn Winnick ava by Dandelion / sign by ALAS Forgeron qui bricole aussi le bois 21
Admin


Sujet: Re: Quand gronde la tempête | Ft. Meeka Standen
Dim 7 Mai - 20:10

» Quand gronde la tempête
Il y a toujours un risque à partir à l’étranger. Et ses habitudes ne sont pas toujours les bonnes. Meeka n’a pas un mauvais fond et son principal problème, c’est qu’elle sous-estime énormément le fond des autres personnes. Elle ne les voit pas tous comme des êtres gentils, mais elle ne parvient jamais à les voir comme étant des personnes détestables. Tout le monde a un bon fond mais en parallèle, il peut le garder en grandissant ou le foutre en pièce et devenir un connard. Ce genre de personnes, elle ne les aime pas vraiment. D’ailleurs, la plupart du temps, elle les évite. Mais on ne peut pas éviter tout le monde. En réalité, si elle est relativement douce et gentille la plupart du temps, la Naori sait mordre lorsque c’est nécessaire. Elle a appris à se battre auprès de son père, à manier les armes autant qu’elle le pouvait. Elle a fait le nécessaire pour ne pas se faire marcher sur les pieds. Et tout fut beaucoup plus supportable. Donc oui, quand elle part de son petit village, elle sait qu’elle peut se heurter à tout et n’importe quoi. Qu’elle peut se retrouver face à une personne détestable ou qui tente de l’arnaquer. L’homme devant elle, en ce moment, elle ne parvient pas vraiment à le jauger, elle est incapable de déterminer si c’est quelqu’un de bien ou si c’est quelqu’un vers qui on ne peut pas se tourner. Elle ne veut pas savoir, et en même temps, elle sait que le trajet suffira pour lui faire comprendre tout ça.

- Peut-être ce qu'il y a dans ce sac ? C'est ce que tu vas commercer je présume ?. Pour le moment, il est logique qu’il se questionne sur ce qu’elle peut bien avoir sur elle. Si Meeka ne prétend pas être véritablement dangereuse dans l’instant, elle imagine qu’il doit juger le poids et le risque de ce qu’elle peut bien transporter. Et on ne peut pas vraiment négliger le fait qu’elle ait des armes sur elle, ce qui peut assez mal passé du point de vu des personnes qui peuvent passer aux alentours. Enfin bref. « Des armes. Quelques bricoles aussi. ». Des trucs à vendre, en tout cas, et il n’y a pas grand-chose à penser contre ça. En même temps, vu que le sac est fermé, forcément que ça intéresse les personnes alentours. Ils veulent savoir. Et c’est la curiosité qui prime sur tout le reste. Meeka le sait, elle est elle-même curieuse, alors ça n’a rien de vraiment étonnant. En tout cas, il est absolument hors de question qu’elle lui donne le contenu de son sac juste comme ça, avant même d’avoir eu l’occasion de commercer avec ça. Ce n’est pas comme ça que ça marche et ça ne risque pas de changer. Ce n’est pas aussi simple que ça, de toute manière. M’enfin bon. « Tout le contenu avant même que je n’arrive à destination ? Dans ce cas, j’ai autant ne pas traverser ». Elle hausse les épaules, un fin sourire sur les lèvres. Est-ce que c’est vraiment si étonnant que ça ? Ce n’est pas très logique, en tout cas, mais c’est sans doute mieux comme ça. « Peut-être si je ne vends rien ». Encore que, ça lui ferait mal. Surtout qu’il y a pas mal, là-dedans et que si c’est pour qu’il le commerce dans son coin, elle n’est pas certaine que ça l’aide vraiment. Pire encore s’il se met à prétendre qu’il l’a fait lui-même. Mais c’est encore une autre histoire. De toute manière, si une fois là-bas, elle ne vend rien, même pas une petite bricole, elle le prendra vraiment mal (encore qu’elle ne prévoie pas forcément de commercer à proprement parler, le but est surtout de faire connaître son travail et, par la suite, de commercer directement avec eux). A voir, en tout cas. Mais elle ne lui donnera pas tout juste comme ça, d’entrée.

- Sinon deux pièces sont suffisantes si tu acceptes de m'offrir un truc qui se trouve là-dedans.. Un truc, c’est faisable. Et puis bon, elle se demande si ça compte l’aller-retour ou seulement un des deux. Mais dans le principe, elle est assez d’accord. En tout cas, c’est une transaction qui lui convient. En venant ici, elle ne s’attendait pas à ne rien lui donner ou même à faire le trajet gratuitement. Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne et ça n’a aucune surprise. « ça me semble logique. Mais j’ai le droit à un véto si tu choisis la plus grosse pièce ». Il ne faudrait pas qu’elle perde son meilleur élément non ? « Tiens, jette un coup d’œil ». Elle hausse les épaules alors qu’elle lui tend son sac. Ou plutôt, le pose au sol parce qu’il est quand même assez lourd. « C’est assez lourd. ». A l’intérieur, il trouvera quelques dagues, couteaux. En plus de ça, on peut y voir quelques bricoles de cuisines ou des sculptures d’animaux. Peut-être qu’il ne trouvera pas ça exceptionnel. « Interdiction de revenir sur ton offre, si tu ne trouves rien d’intéressant ». Sait-on jamais. Après tout, il pourrait s’imaginer que la femme transporte autre chose que des armes. Si les mentalités sont assez correctes à ce niveau-là, parfois, c’est un peu plus compliqué que ça. « Attention à ne pas se faire mal ». Un sourire et un clin d’œil. Oui, elle a un peu envie de le taquiner, elle en a le droit, non ?

Spoiler:
 


notes » w/ Aedan, il y a quelques années.

avatar
05/08/2016 FLY 1288 Max Riemelt Avatar + FLY • Signa + NEON DEMON • Gif profil + ORESTE Pêcheur + Musicien + Navigateur + Chieur à plein temps 30
✣ The sea and the moon we meet ✣


Sujet: Re: Quand gronde la tempête | Ft. Meeka Standen
Lun 29 Mai - 20:42


- QUAND GRONDE LA TEMPÊTE -

Du moment qu'elle n'était une tueuse en série, Aedan l'emmènerait volontiers de l'autre côté de la mer. Cela lui ferait la compagnie et pour une fois, il rapporterait autre chose que du poisson à la maison. C'est ses sœurs qui allaient être heureuses. Il se demanda alors si la jeune femme faisait des pendentifs ou même des bijoux. C'est l'une des choses qui le poussa à s'interroger sur ce qu'il y avait dans le sac et surtout à en vouloir une partie. Il ne savait si elle accepterait. Après tout, ce que ce bout de tissu contenait était son gagne pain tout comme lui avec son bateau. Si un jour il devait lui arriver de le vendre, il ne sait pas à quoi ressemblerait sa vie. Enfin bref, la jeune femme répondit directement au marin qui apprécia la franchise de son interlocutrice. Au moins ils auraient de quoi se défendre s'ils venaient à être attaqués par un quelconque énergumène sortie de nulle part.

- Des armes. Quelques bricoles aussi.

Elle hausse les épaules et laisse apparaître un sourire. Aedan le lui rend. Il ne comptait pas prendre toute la marchandise, c'était juste idiot. Et puis comme elle le disait, à quoi bon traverser si elle n'avait plus rien à commercer. Cela le fit rire intérieurement. Cette fille avait vraiment l'air sympa, une personne comme on en a plus de nos jours. Ce monde n'est que charpie et remplit de briguant et de gens qui ne pensent qu'à voler et courir après le crime. Des idiots de première classe qu'Aedan supporte difficilement. Il pense particulièrement à ces pirates qui sillonnent les mers à la recherche de pauvre gens à dépouiller. Des charognards comme les appels sont grand-père. Et pourtant, peut-être que ces hommes seront la solution, la réponse à ses rêves et l'accomplissement de son tour du monde. Cependant, les rêves sont bien souvent inaccessibles. Autant mieux se concentrer sur le présent et rapporter de quoi manger à la maison. Comme pour répondre à sa remarque, le marin lui fait cette fois-ci une réelle offre. Deux pièces d'or, une petite bricole. C'est respectable, ni trop cher ni pas assez. 

- Tout le contenu avant même que je n’arrive à destination ? Dans ce cas, j’ai autant ne pas traverser.

Aedan hoche de la tête en signe de compréhension. Alors qu'elle place le sac face à lui, le jeune homme s'accroupi et commence à farfouiller à l'intérieur, évitant lames tranchantes et autres armes dangereusement coupantes. Que va-t-il bien pouvoir prendre ? C'est la question qu'il se pose. Il y a-t-il au moins une chose qui risque un temps soit peu de l'intéresser dans ce puis sans fin d'objets coupants en tout genre. C'est alors qu'il aperçoit de petite figurine de bois.

*Bon c'est pas un pendentif mais ça devrait faire l'affaire*

Il enfonce alors sa main jusqu'à l'objet de ses désirs. Une figure de bois qui représente un petit lapin. C'était beaucoup trop mignon pour qu'il ne l'offre pas à sa plus petite sœur. Elle serait heureuse, il en est certain. Ses sœurs et sa mère étaient tout pour lui et leur rendre la vie meilleure était l'un de ses buts.

- Je vais prendre celui-là ! C’est pas ta plus grosse pièce j’espère.

Il prononça ses derniers mots sur le ton de la rigolade. Il rangea l’objet dans sa sacoche située contre le mat de son bateau. Jusqu’à ce soir, l’objet restera bien au chaud entre ses « bouquins » et son violon.

- Tu pourras me donner les deux pièces à notre arrivée.

Au moins cela sonnait comme une garantie que le voyage se passerait sans encombre et qu'elle arriverait bien à destination. Après tout, si jamais ils leur arrivaient malheur, elle n'aurait pas payé pour rien. Et puis il avait confiance en elle, sans vraiment savoir pourquoi. Un sourire plutôt amicale posé sur le visage du marin, il lui fait signe de s'installer.

- Prête pour la traversée ?

Il n'attendait pas vraiment de réponse à cette question et se demanda même pourquoi il l'avait posé. Bas, c'était dit. Levant la grande voile et se mettant près du gouvernail, le bateau sort doucement du port et se dirige vers les eaux tumultueuses qui les emmèneraient sur la petite île des Iskaars. Il faisait beau, la traverser promettait d'être des plus tranquille…

by exception

Admin
avatar
29/01/2017 avengedinchains 321 Katheryn Winnick ava by Dandelion / sign by ALAS Forgeron qui bricole aussi le bois 21
Admin


Sujet: Re: Quand gronde la tempête | Ft. Meeka Standen
Jeu 6 Juil - 19:04

» Quand gronde la tempête
Monter sur un bateau, naviguer, partir au large et observer. Deviner les attentes, essayer d’y répondre. Meeka n’est pas certaine de pouvoir tout gérer là-bas et elle reste persuadée que sur certains points, elle va sans doute faire quelques erreurs. Est-ce que c’est vraiment étonnant ? Pas vraiment, mais les choses sont comme elles sont. La blonde n’est pas parfaite et dans certaines situations, elle sait qu’elle se retrouvera à cumuler les erreurs sans le vouloir. Mais… Il faut commencer quelque part et avec l’homme qui se tient devant elle, elle sait qu’elle va pouvoir explorer le monde. Elle a envie de voir la mer, d’aller vers des contrées qu’elle n’a pas encore vu et elle veut tenter d’attirer l’attention, c’est vrai. Mais les choses ne se passent pas toujours comme on le voudrait et en général, on fait avec ce qu’on a. Ce qui est déjà bien assez important, non ? Meeka veut vendre à toutes les tribus, ne s’attardant que peu sur les conflits qu’on peut trouver. De toute manière, il n’y aucune guerre, quelques mésententes mais ce n’est pas suffisant pour attirer les foudres ou pour que ça empêche un commerce quelconque. Et c’est mieux comme ça, bien sûr.

Bien sûr qu’il y a un prix à payer pour la traversée, il est juste difficile de le prévoir quand on ne sait pas en quoi il va constituer et ce qu’on va nous demander. La Naori n’est pas du genre à se prendre la tête, en général, mais elle fait avec ce qu’elle peut, et elle apprend à se contenter de tout ça, elle imagine toujours ça plus facile, c’est vrai. Est-ce que c’est étonnant ? De toute manière, à moins qu’il ne lui demande toute la cargaison, elle n’a aucune raison de refuser son prix. Elle écoute, fait ce qu’on lui demande et imagine que c’est suffisant comme ça. La blonde est parfois un peu trop naïve, un peu trop rêveuse aussi. Mais elle fait ce qu’elle peut. Et en plus, elle imagine que c’est mieux comme ça. En tout cas, lorsqu’il plonge sa main dans le grand sac, elle craint qu’il ne se coupe ou qu’il ne prenne la plus belle arme du lot. On ne sait jamais sur quoi on va tomber mais on espère toujours que ça se passe bien. C’est juste un peu compliqué parfois. Mais il faut faire le maximum. Et elle l’observe, donc, sans faire de bêtise. Sans prendre une décision bancale. Elle va attendre de le voir choisir et elle verra en fonction de ça. Là, pour le coup, elle est tout de même surprise lorsqu’elle voit sa main sortir et qu’elle réalise qu’il tient un lapin en bois. La surprise est de taille et elle était plutôt imprévue. Mais plaisante, cela dit, et c’est sans doute tout ce qui compte. Une petite chose pour un homme à l’apparence viril. Ou alors, il s’agirait d’un cadeau ? Il est vrai que les hommes s’emparent toujours des armes mais ne posent jamais la main sur les sculptures. Mais ça lui fait plaisir, malgré tout.

- Je vais prendre celui-là ! C’est pas ta plus grosse pièce j’espère. . Bien sûr que ce n’est pas sa plus grande pièce. Ce qui lui rapporte le plus, ce sont ses armes, quand elle les utilise. Mais elle est toujours contente quand on s’attarde sur les plus petites. Ce n’est pas pour rien qu’elle tape dans les deux camps. « Non, ce n’est pas le cas, le lapin est à toi ». Un fin sourire se glisse sur ses lèvres. Il le glisse dans son sac et c’est déjà un prix payé. - Tu pourras me donner les deux pièces à notre arrivée. . Bon plan, ils ont le temps, plus ou moins. Mais dans l’idéal, le plus important, c’est encore de prendre l’eau. Après tout, s’ils ne se décident pas à partir, ils ne risquent pas d’arriver. La logique paraît évidente. Et puis bon, il peut aussi réfléchir sur le trajet non ? Ils ne sont pas à cinq minutes près et ils n’ont pas rendez-vous, une fois sur place. Si ça se trouve, quand elle va arriver, Meeka n’aura pas le droit de mettre pied à terre ou de vendre quoi que ce soit. Elle ira voir le chef en premier, et ensuite, elle avisera. « Faisons comme ça ». Dans tous les cas, il aura ce qu’il demande, et elle se permet de penser que c’est ce qui se trouve être le plus important dans l’affaire. - Prête pour la traversée ?. Il est temps en tout cas. Désormais installée à bord du bateau, elle est prête oui. Elle espère juste que ça se passera bien. Le temps semble clément mais de ce que disent les rumeurs, c’est une situation qui peut changer, parfois. Elle n’a juste pas envie d’y penser. Elle se demande plutôt si elle a le mal de mer ou si tout se passera bien. « Comment s’est passée ta première traversée ? ». Question légère, bien sûr. Une petite anecdote à raconter ? En tout cas, elle se permet de croire que ça va prendre un peu de temps, avant d’arriver. Donc ils peuvent au moins un peu échanger non ? Une simple question à laquelle il n’est pas obligé de répondre s’il ne le désire pas, de toute manière.


notes » w/ Aedan, il y a quelques années.

avatar
05/08/2016 FLY 1288 Max Riemelt Avatar + FLY • Signa + NEON DEMON • Gif profil + ORESTE Pêcheur + Musicien + Navigateur + Chieur à plein temps 30
✣ The sea and the moon we meet ✣


Sujet: Re: Quand gronde la tempête | Ft. Meeka Standen
Mar 26 Sep - 14:40


- QUAND GRONDE LA TEMPÊTE -

La coque glisse doucement sur les vagues de celle qui a envoûté le pêcheur alors qu'il n'était qu'un enfant. Ils pourront bientôt apercevoir la terre au loin, les gens si petits et toute l'agitation qu'ils génèrent. Les adultes sont trop impatients, perdent cette lueur dans leurs yeux, cette envie d'aventure qui les pousse à se surpasser chaque jour. Même Aedan l'a perdu, cette âme d'enfant qu'il espère tant retrouver un jour. Tout ce qu'il s'est passé dans sa vie, ces disparitions, ces personnes qu'il ne reverra certainement plus. Sont-ils morts ? Ou simplement oublié par la société ? Il n'en sait fichtre rien et ne veux plus avoir à faire aux fantômes de son passé. Il regarde la mer au loin, l'horizon qui se dégage et essaye d'apercevoir l'île des Iskaars. La traverser promet d'être tranquille, le soleil brille, presque pas de nuage pour obscurcir cette douce journée d'été.

Avant qu'ils ne partent, ils s'étaient mis d'accord. Aedan prenait la sculpture de bois, elle payerait l'autre moitié à leur arrivée. Le marin avait pris pour habitude de faire payer ses voyages à la fin, sauf pour les cons, les cons ils payaient plein tarif et les trois quarts du temps ils avaient le droit à la nage avant d'atteindre l'île convoitée. C'est donc d'un commun accord qu'ils scellèrent leur contrat et partir sur les eaux tumultueuses de l'aventure. La jeune femme s'installe donc au bord du bateau tandis qu'Aedan tient le gouvernail, tendant la voile qui se gonfle.

- Comment s’est passée ta première traversée ?

La question est posée, le marin ne s'y attendait pas. Lui qui pensait passer la traverser sans piper mots, allait devoir discutailler avec cette marchande aux cheveux d'or. Il essaye alors de faire appel à ses souvenirs les plus lointains, essaye de se souvenir de la première fois qu'il a quitté les lieux de sa naissance pour partir explorer l'inconnu. Il était jeune, bien trop jeune. Son père était encore là, son meilleur ami aussi. Ils étaient ensemble, il s'en souvient comme si c'était hier. Une pointe de mélancolie resurgit au fond de lui, cette émotion qu'il tente d'oublier, de laisser s'endormir. Qu'est ce qu'il aimerait ne plus ressentir ce vide et cette continuelle tourmente autour de ceux qu'il aime. Pourtant, ce souvenir est l'un des plus précieux qu'il puisse avoir, l'un des meilleurs sûrement… Aedan soupir, esquisse un sourire encré de tristesse puis se décide à prendre la parole :

- C'était il y a tellement longtemps. J'ai l'impression d'avoir passé ma vie entière à voguer sur les mers et les océans. Je devais avoir environ dix ans, ou onze, je sais plus trop. C'était magique… mémorable.

Le blond se surprit à parler, beaucoup parler. Etait-ce cette femme qui lui faisait cet effet ou le simple fait de se retrouver en mer ? Quoi qu'il en soit, cet instant avait été libérateur. Cela faisait bien longtemps qu'il ne s'était pas senti aussi bien en compagnie de quelqu'un. Le fait de ne pas la connaitre jouait beaucoup, il n'avait aucun jugement à émettre et inversement. Parfois de simples inconnus apporte un réconfort bien plus important que des gens qui nous sont proches. Le sourire mélancolique toujours plaquée sur son visage, il laisse son regard se poser sur l'horizon sans qu'il ne se soucie des nuages qui approchent à l'horizon. La tempête est proche mais pourtant l'atmosphère est si calme…

- C’est quoi ton nom au fait ? Moi c’est Aedan.

Son regard bleuté était maintenant posé sur le visage de la jeune femme. Savoir son nom pourrait lui être utile pour communiquer. Même s’il avait toujours du mal avec cette activité il se disait que c’était un bon début pour apprendre à connaitre celle qu’il transportait.

- Ça fait longtemps que tu fabriques ces trucs ?  

by exception

Spoiler:
 

Admin
avatar
29/01/2017 avengedinchains 321 Katheryn Winnick ava by Dandelion / sign by ALAS Forgeron qui bricole aussi le bois 21
Admin


Sujet: Re: Quand gronde la tempête | Ft. Meeka Standen
Jeu 16 Nov - 17:56

» Quand gronde la tempête
Là sur l’eau, tu ne te sens pas vraiment à ton aise en réalité. Tu ne saurais pas expliquer d’où ça vient. Mais ça tangue pas mal et quelques gouttes t’éclaboussent. Tu ne te sens pas très bien en tout cas. Tu n’en aies heureusement pas au mal de mer, cependant et tu n’es pas prise de nausée. C’est déjà ça, disons. Mais tu n’es pas certaine que ça dure bien longtemps. Disons qu’au contraire, tu as plutôt peur que ça puisse te tomber sur le bout du nez à n’importe quel moment. Et puis bon, c’est la première fois que tu navigues avec ce garçon. Tu ne sais pas non plus si tu peux vraiment lui faire confiance et si le bateau ne va pas se retourner. C’est une histoire un peu compliquée, disons. Mais tu n’as pas particulièrement envie de chercher plus loin. Et puis bon, si tu te mets, en plus, à penser malheur, ça ne risque pas d’aller en s’arrangeant. Du coup, tu choisis de serrer les dents et de ne pas chercher plus loin. Oui, ce serait sans doute plus facile comme ça. A n’en pas douter, du coup. Alors, oui, tu te permets de lui demander comment s’est passé sa première traversée. A n’en pas douter, s’il vient à te dire que c’est sa première traversée, tu risques de te jeter à l’eau et de tenter de rentrer à la nage. Mais ça, c’est une autre histoire. Tu es venue à lui parce qu’on te l’a conseillé, donc forcément, il est impossible que ce soit sa première traversée. Ce qui te rassure un peu, tout de même. - C'était il y a tellement longtemps. J'ai l'impression d'avoir passé ma vie entière à voguer sur les mers et les océans. Je devais avoir environ dix ans, ou onze, je sais plus trop. C'était magique… mémorable.. Tu passes ton temps à voyager mais c’est sûr, ça doit être considérablement différent en partant de l’idée que ce soit à travers les eaux. Bien sûr que ce serait considérablement différent. Mais c’est un truc auquel tu n’as pas particulièrement envie de penser. Là, c’est une première fois et il y en aura peut-être d’autres. Mais ce n’est pas pour maintenant. D’abord un premier trajet au cours duquel tu pourrais déterminer si ça en vaut la peine. Et si ce n’est pas le cas, tu n’auras qu’à rentrer et ne plus t’aventurer en dehors du continent. Et ça n’aurait pas vraiment quelque chose de surprenant, finalement. Tu as déjà beaucoup à faire par chez toi. Pourquoi cherches-tu toujours à aller plus loin ? ” J’imagine oui. Au coeur de la forêt, je prends déjà beaucoup de plaisir avec les paysages que je peux trouver en fonction d’où je me trouve. Alors en mer, je n’ose imaginer”. Il a commencé jeune en tout cas, tu n’aurais jamais cru. Toi, si tu devenais mère, serais-tu capable de laisser ton enfant partir en mer, juste comme ça ? Franchement, tu n’en es pas certain. Mais ça ne te concerne pas vraiment. Tu ne vas pas juger ses parents parce que franchement ? Cela ne te concerne absolument pas. Tu trouves ça amusant, dans un sens, et le reste ne t’intéresse pas vraiment. Disons juste que tu as une certaine nature un peu trop protectrice. Et c’est à cause de ça que tu n’es pas certaine d’être capable de le faire. C’est courageux de la part de ses parents, en tout cas. Parce que ça veut dire qu’à son jeune âge, ils étaient déjà en mesure de vraiment lui faire confiance. Tu trouves ça louable. Et la manière dont il en parle est touchante aussi. Tu sens qu’il aime ce qu’il fait. ” En tout cas, on sent que tu aimes naviguer dans la manière dont tu parles. C’est très louable”. Tu souris doucement, ouais, il fait le fier et le fort. Il ne parle pas beaucoup en général. Mais dès qu’il est question de son métier, tout bascule et devient considérablement différent.

- C’est quoi ton nom au fait ? Moi c’est Aedan. . Ah oui, c’est vrai qu’une nouvelle fois, tu as oublié de te présenter. Tu as l’impression que ça va finir par devenir une sale habitude. Mais un nom ne s’envole pas alors qu’une belle histoire, en fonction du moment, elle peut être racontée différemment. Tu ne saurais pas vraiment comment l’expliquer. Tu as un peu la tête en vrac, disons et son histoire t’intéresse davantage. Entre ça, et tes craintes pour la traversée, tu en as oubliée la politesse d’un échange. [color=black]” Je m’appelle Meeka. La traversée pourrait durer un bon moment, autant apprendre un peu à se connaître n’est-ce pas ? Ce n’est pas grand chose mais c’est toujours le genre de chose plaisante à avoir sous le coude. Dans un sens.

- Ça fait longtemps que tu fabriques ces trucs ? . Toute une vie. Tu souris en regardant au loin à cette idée. Tu as toujours eu une arme entre les mains. Et quand tu n’en fabriquais pas, ton père t’apprenait à t’en servir. Faut dire qu’on ne sait pas comment fabriquer une arme si on ne sait pas comment la tenir en main. C’est une chose assez logique, en fin de compte. Mais tu n’as pas non plus envie de crier sur tous les toits que tu es ultra douée avec une arme entre les mains. C’est compliqué. Chez toi, dans ta tribu, ce n’est pas le genre d’information qui ait été très bien vu, en tout cas. Mais c’est encore une histoire qui ne te concerne pas vraiment. Trop compliqué. Mais c’est une histoire qui n’est pas intéressante aussi. Les songes de ta tribu n’intéresse personne. Et même toi, tu n’as pas vraiment envie de t’intéresser aux choses qui ont pu se produire par le passé. Tout ce qui compte, c’est ce qui se passe aujourd’hui. Ce que tu as appris à faire. Les choses qui ont pu se produire après la mort de ton père et ta douce évolution, par la suite. Aujourd’hui, tout est différent et tout va pour le mieux. D’une certaine manière. Parfois, c’est encore un peu compliqué. Mais de manière général, ça va. ” J’ai fabriqué des armes toute ma vie. Avant, c’était sur le modèle de mon père mais depuis quelques années, c’est mon travail personnel, oui”. Si certains iraient te dire que c’était mieux avant, d’autres se sont davantage familiarisés à ton travail. Il en faut pour tous les goûts, n’est-ce pas ? Et heureusement. Tu as toujours marché sur les traces de ton père, et maintenant, tu ne cherches qu’à les dépasser…


notes » w/ Aedan, il y a quelques années.

avatar
05/08/2016 FLY 1288 Max Riemelt Avatar + FLY • Signa + NEON DEMON • Gif profil + ORESTE Pêcheur + Musicien + Navigateur + Chieur à plein temps 30
✣ The sea and the moon we meet ✣


Sujet: Re: Quand gronde la tempête | Ft. Meeka Standen
Jeu 30 Nov - 18:56


- QUAND GRONDE LA TEMPÊTE -

Le voilà parti pour une nouvelle aventure et cette fois-ci en compagnie d'une bien agréable compagnie. La jeune femme qui se trouve non loin de lui paraît peu rassurée par la mer ce qui fait sourire Aedan en son for intérieur. Aurait-elle peur de se retrouver à l'eau? Qu'elle ne craigne rien, le marin ira la repêcher avec plaisir, tel une sirène qu'il aurait capturé. La voile se gonfle et les fait avancer doucement, bercés par la douce brise que dégage l'atmosphère. Il laisse son regard fuiter au loin, essayant de percevoir le moindre petit bout de rocher qui lui indiquerait que l'île ne s'est pas envolée pendant son absence. Son esprit vagabonde parmi les moutons créés par la mer, se laissant guider par le courant qui le mène tout droit vers sa destination.

La voilà qui rompt le silence, souhaitant en apprendre plus sur cet individu peu enclin à bavarder. Alors qu'il aurait pu l'ignorer ou la remballer comme il a si bien l'habitude de le faire avec ces gens qu'il ne connaît pas, le marin préfère dire ce qu'il a sur le cœur. La bonne humeur du matin et cette journée ensoleillée y joue sûrement beaucoup mais, cette jeune femme qu'il vient de rencontrer le met à l'aise, sans qu'il sache pourquoi. Aedan se met alors à faire la conversation, à vouloir lui aussi en apprendre plus sur cette belle personne qu'il a face à lui. Il lui demande son prénom. La réponse ne se fait pas attendre. Meeka. Voilà un nom des plus originale. Peut-être populaire de là où elle vient? A vrai dire il n'a jamais su quoi penser des origines que pouvaient avoir le patronyme qui leur étaient donnés à la naissance. C'était comme ça et puis c'est tout. Il hocha la tête avec un léger sourire sur les lèvres en guise de réponse. Puis il se met à se questionner sur ce qu'elle fait, depuis combien de temps. La blonde répond avec autant de passion qu'avait pu le faire Aedan quelques instants auparavant. Elle fait allusion à son père comme s'il n'était plus. Un voile de tristesse vient se placer sur son regard et il le laisse se perdre dans l'immensité bleue qu'est l'océan. La famille a toujours été importante pour lui. C'est avec elle qu'il a grandi, qu'il est devenu tel qu'il est aujourd'hui. Son grand-père, sa mère, ses soeurs. Ils comptent plus que tout au monde et il sera toujours là pour les protéger, quoi qu'il arrive.

- C'est mon père qui faisait les navettes avant moi. Mais c'est mon grand-père qui m'a transmis sa passion de la mer. C'était un grand explorateur mais la vie est ce qu'elle est et il est revenu vivre parmi les siens, au côté de sa fille, ma mère.

Voilà qu'il se met à parler famille, chose qu'il ne fait jamais. Le marin parlait peu par peur de les mettre en danger face à des personnes malveillantes. Cela l'a toujours préoccupé et il a juste prit pour habitude de ne pas s'épancher sur le sujet avec les gens qu'il connaissait peu. Cependant, depuis leur départ, il discutait comme s'ils se connaissaient déjà. Il ne savait rien d'elle et elle de lui mais il y avait cette pensée qui restait, cette idée que dans une autre vie ils devaient être liés.

- Sinon vous connaissez du monde sur l’île?

Aedan voulait simplement changer de sujet, essayer de parler d'autre chose que d'aspect beaucoup trop sentimental pour lui. La mer continuait de les guider vers l'horizon alors que l'île Iskaar commençait à pointer le bout de son nez. Ils étaient encore trop loin pour percevoir les formes de la présence humaine mais le marin reconnaissait de loin le rocher polaire. Durant ce même laps de temps, sans en avoir pris conscience plus tôt, de sombres nuages s'étaient accumulés au-dessus de leur tête, menaçant d'éclater à chaque minute qui passe. La tempête se prépare mais, eux, sont-ils prêt?

by exception

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Quand gronde la tempête | Ft. Meeka Standen

 

Quand gronde la tempête | Ft. Meeka Standen

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand gronde la tempête | Ft. Meeka Standen
» Gronde la Tempête au-dehors... [Orme Aryssie & Ulrich Andersen]
» [RP COMMUNAUTAIRE - EVENT] Quand la Terre gronde...
» Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: Zone de Flashback-