Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜My head is a dangerous place ... keep out of it ! [Elijah]
maybe life should be about more than just surviving


avatar
29/08/2016 Pivette 143 Margot Robbie ava : Pivette / sign : Grey Wind Cartographe / douée pour le dessin. Patrouille de temps en temps. 10


Sujet: My head is a dangerous place ... keep out of it ! [Elijah]
Dim 29 Jan - 21:57


My head is a dangerous place ... keep out of it !
feat. Demetra Knight & Elijah Callaghan


Le son est présent, un pas après l'autre au fur et à mesure que j'avance dans la neige. Lorsque je fais une pause ce qui me frappe c'est le silence qui m'entoure. Laissant une longue bouffée d'air glacé venir emplir mes poumons, j'apprécie cette atmosphère. Ce calme qui contraste avec l'agitation des derniers jours au campement, l'arrivée d'une partie des Odysséens pour les festivités et la trêve de Noël avait malgré tout mis un peu de baume sur les cœurs de pas mal de mes camarades. Ceux qui avaient pu retrouver un parent, un proche, un ami avait pu passer de bons moments. Pour ma part, le bon moment avait été le buffet partagé avec ceux de mon clan et nos hôtes.

Une chose était certaine pour moi désormais, il fallait que je trouve un moyen de me procurer du papier, ou d'en fabriquer ce serait sans doute la meilleure chose à faire. J'étais bien décidé à ne plus devoir me trimballer des cartes tracées sur des morceaux d'écorces plus ou moins encombrants. J'avais envie de pouvoir montré une réelle utilité aux miens, même si le fait de faire quelques gardes était déjà quelque chose, tout comme les cartes, ou les croquis que je pouvais faire des diverses plantes et autres fruits que nous pouvions trouver. Atlas avait raison. Nous sommes là pour de bon et il serait temps que nous réfléchissions et que nous agissions d'une manière ou d'une autre pour vivre sur cette planète et non plus se contenter d'y survivre.

Suivant mes pas à travers les bois, je tentais de sonder ma mémoire, recherchant au creux des  souvenirs de mes nombreuses lectures un indice sur la fabrication de ce matériel précieux à nous autres cartographes et autres dessinateurs. J'avais pris la décision de ne rien dire à mes comparses pour le moment, bien décidée à ne pas évoquer ma nouvelle expérience avant d'avoir des résultats probants. Arrivant vers mon havre de paix, ce morceau de mur en ruines que j'avais découvert il y a quelques mois. Ma dernière œuvre était à moitié effacée, je décidais donc de ramasser de la neige et entrepris d'effacer petit à petit les traits sur le mur. En attendant que cela sèche je décidais de ramasser des feuilles plus ou moins sèches dans un grand bol que j'avais pris discrètement en cuisine, y ajoutant un peu de neige j'entrepris d'écraser le simple mélange à l'aide de quelques pierres. Il fallait que cela devienne une sorte de pâte ou quelque chose du genre je crois … après pour l'étape suivante je n'avais pas vraiment idée de ce que je devrai faire. Sans doute étaler le mélange et le laisser sécher … mais en hiver quelque chose me disait que je n'avais pas choisi la meilleure saison pour me lancer dans la fabrication de papier de manière artisanale.

Laissant la mixture reposer, je revenais vers le mur, attrapant un morceau de tissus, de l'une de mes poches le déroulait et attrapait un morceau de charbon taillé. Après quelques minutes à contempler le mur vierge, je laissais mon imagination guider ma main, traçant des traits les une après les autres, remplissant quelques espaces, ajoutant motifs et autres arabesques. Les dessins commençaient à remplir petit à petit la surface d'un peu plus de deux mètres de long. Alternant entre le brassage de ma mixture, future pâte à papier, et mon œuvre, je ne faisais pas vraiment attention à ce qui pouvait m'entourer. Ce n'est que lorsque je prenais quelques instants de recul, pour analyser ce que j'avais pu réaliser, j'étais contente de moi, et je tournais furtivement la tête lorsque j'entendis un bruit, un craquement dans mon dos. Je délaissais un instant ma fresque représentant quelques constellations, pour scruter entre les arbres. "Qui est-ce ? Qui est-là ? Montrez-vous !!" J'avais quelque doute, était-ce un animal, était-ce juste le vent qui me jouait des tours ou y avait-il réellement quelqu'un qui m'épiait…



© Pivette

Modo - Panic Station
avatar
24/03/2017 bbchat 446 Cillian Murphy Morrigan, signa Moony, Burridane, Désolée pour le bordel. Psychologue blasé ne demandant qu'à être surpris, à nouveau emballé par cette voie qu'il a choisie. veilleur de nuit, stratège 36
Modo - Panic Station


Sujet: Re: My head is a dangerous place ... keep out of it ! [Elijah]
Dim 18 Juin - 0:12






Il était tranquille jusqu’au soir où il reprendrait ses rondes nocturnes à mourir d’ennui sauf lorsqu’il entendait des bruits en se demandant si ce n’était pas un terrien qui se foutait de sa gueule ou juste les bruits de la forêt. Il n’en devenait pas paranoïaque pour autant mais aimait bien s’assurer que la première n’arrive jamais. C’était bien pour lui, c’était bien pour ce qu'il restait des odysséens même si c’était plus par fierté mal placée qu’il préférait qu’il ne soit jamais berné par l’ennemi. Pour l’heure il n’était pas là à observer silencieusement les alentours pour voir s’il y avait du mouvement. C’était fini la nuit. Ce n’était plus son heure de garde et si quelque chose arrivait c’était à lui de voir si oui on non il partagerait l’information. Il n’avait pas de compte à rendre. Il aimait bien cet aspect de la vie sur Terre qu’il s’était fixé. Ce n’était pas si différent de la vie sur l’Odyssée en fin de compte. Chacun réagissait de la même façon avec comme seule différence leur habitat.

Ils s’y étaient habitués parce qu’ils n’avaient pas d’autre choix et que s’ils leur avaient bien fallut s’habituer aux lois dans les étoiles alors pourquoi aurait-ce été différent cette fois-ci ? Ce n’étaient plus des lois dictées uniquement par les hommes mais celles dictées par la terre et des terriens. Il ne cherchait pas grand-chose aujourd’hui. Il appréciait juste le fait de ne devoir rien à personne, de pouvoir aller où il lui plaisait tout en restant dans la forêt. Elle avait été assez grande pour être leur refuge à tous sans avoir besoin de se confronter sans cesse à ceux que le Conseil avait décidé  d’envoyer sur Terre en éclaireur. Enfin. Ça l’aurait pas tellement dérangé d’en croiser, cela dit. Il aurait surement été intrigué sur la façon dont ils s’en étaient sortis pour être encore vivants aujourd’hui. Ils s’étaient débrouillés.

Il aimait bien l’hiver, cette période froide avant que la nature ne reprenne ses droits, ne décide de les étonner encore en embellissant un lieu qui avait été bien vide de chaleur pendant ces quelques mois. Il avait dès la première fois adoré voir ce paysage se métamorphoser de façon drastique au fil des saisons et le côté intransigeant et difficile de l’hiver avait fait en sorte qu’il avait décidé bien vite que cette saison serait sa préférée. La neige était fourbe, leur dissimulait parfois des pièges bien dangereux si bien qu’il leur fallait se montrer deux fois plus vigilants que d’habitude pour ne pas se faire avoir.

Mais ils avaient beau se montrer des plus vigilants, ils ne pouvaient pas encore prédire l’avenir et ce qu’il leur tomberait sur la gueule le jour même. Ils pouvaient prendre toutes les précautions qu’ils voudraient, ils en seraient toujours au même point. La nature leur jouait des sales tours et les terriens parvenaient toujours à être plus malins qu’eux même si c’était difficile à admettre. La précaution d’être silencieux dans ses déplacements avait cependant toujours été sa façon de faire mais après, advienne que pourra. Il ne voulait pas changer de sa personne pour qu’un peu moins d’animosité ne vienne de la personne qui lui faisait face. Il était comme ça c’était à eux de s’y faire, d’y mettre un peu du leur, aussi. Ce fut lui qui l’aperçu d’abord en décidant de ne pas se dévoiler tout de suite. Il ne se préoccupa pas d’abord de savoir de quel groupe elle appartenait. Il s’en foutait complètement. Ce qui l’intéressait plutôt c’était la façon dont elle se comportait, ce qu’elle était entrain de réaliser. Quand elle sembla se rendre compte d'une présence, elle se retourna du mauvais côté : que c’était bête. Un rire lui échappe. Une Cent. Sans aucun doute. « Vous regardez du mauvais côté. » Il est sympa, il l’aide un peu, chose si peu ordinaire chez lui.

avatar
29/08/2016 Pivette 143 Margot Robbie ava : Pivette / sign : Grey Wind Cartographe / douée pour le dessin. Patrouille de temps en temps. 10


Sujet: Re: My head is a dangerous place ... keep out of it ! [Elijah]
Dim 25 Juin - 23:51


My head is a dangerous place ... keep out of it !
feat. Demetra Knight & Elijah Callaghan


Un rire… ce n'était donc vraisemblablement pas le vent jouant dans les branches mais bien un individu de mon espèce. Je tentais de scruter entre les frondaisons, essayant de distinguer à qui pouvait bien appartenir cet éclat de rire qui s'était perdu désormais dans la sylve. Rien. Un néant abyssal voilà ce que j'obtiens pour toute réponse à mon interrogation. S'il y avait bien une chose que je n'appréciais pas c'était qu'on me prenne pour une imbécile et là … j'avais vraiment l'impression que j'étais en train de me donner en spectacle à celui ou celle qui se dissimulait dans les bois.

Quelques mots sifflant dans l'air frais parvinrent à mes oreilles. Les paroles m'indiquaient que je ne regardais pas dans la bonne direction. Je me tournais, scrutant de tous côtés, un peu trop rapidement sans doute car je ne voyais rien. Soit mon esprit me jouait des tours et ce ne serait pas la première ni la dernière fois, soit le propriétaire de la voix qui m'était parvenue trouvait amusant de rester tapis dans les fourrés. Avançant de quelques pas dans la direction d'où était venus le rire et les quelques mots jetés au vent, je sondais les bois afin d'y découvrir celui qui s'y cachait.

Qui était-il ? Il n'avait pas répondu à ma question lancée quelques instants plus tôt. Il m'avait compris alors il pouvait s'agir d'avantage d'un de mes compagnons de galère qui avait envie de se payer ma tête, ce ne serait pas une grande première. Mais cela pouvait également être l'un des Odysséens, l'une de ces raclures de l'espace à qui je ferais bien sa fête s'il s'avérait que c'était l'un de ceux qui était responsables de notre envoie sur Terre. Je lui souhaitais sincèrement de ne pas faire partie de mes bourreaux, parce que si c'était son cas, cette rencontre risquait fort de ne pas s'avérer des plus sympathiques, pour lui en tout cas.

Lui. C'était bien un homme, c'est ce que je soupçonnais après avoir entendu le timbre de sa voix. Ce n'était pas une voix qui m'était familière, si c'était l'un des miens ce n'était pas quelqu'un avec qui j'avais l'habitude de parler, ou de côtoyer. Je misais donc sur l'un des membres de l'Odyssée, à moins que cela soit un terrien, l'un de ceux qui parlent notre langage, mais je n'en mettrai pas ma main au feu pour autant.

J'avançais encore un peu plus, quelques mètres et je la voyais. Elle était là, la silhouette qui m'observait. Je m'arrêtais, croisant les bras sur ma poitrine en laissant mes yeux détailler celui qui était venu troubler mon calme en se frayant un chemin dans mon petit coin de paradis. Ses traits n'avaient rien de familiers, je sondais mon esprit mais en vain. Il ne faisait pas partie des miens, ça je pouvais le jurer, mais s'il était bien l'un des membres de l'Odyssée, je n'avais jamais du le rencontrer, son visage ne faisait pas parti de ceux qui étaient gravés dans mes souvenirs. "Si tu pensais gagner ta partie de cache-cache, permets-moi de te dire que tu n'es pas doué !"

Campée sur mes deux pieds, je le détaille sans une once de discrétion, après tout, je ne sais pas depuis combien de temps il se tenait là à m'observer, j'avais bien le droit de faire de même. Il était un peu plus grand que moi, plutôt beau garçon, un visage qui était illuminé par un regard bleu glacé qui devait sans doute plaire. "Alors, qu'est-ce qui t'amènes par ici ? Ça te prend souvent de rester à l'orée du bois pour observer les jeunes femmes ?" Un sourire se dessinait sur mon visage, il était venu troubler mon calme, il n'allait pas s'en tirer à si bon compte, j'avais envie de le taquiner un peu, un parfait inconnu sur qui je n'ai pas encore usé de mes charmes et qui n'avait pour le moment aucun apriori sur moi … C'était déjà Noël à nouveau ?



© Pivette

Modo - Panic Station
avatar
24/03/2017 bbchat 446 Cillian Murphy Morrigan, signa Moony, Burridane, Désolée pour le bordel. Psychologue blasé ne demandant qu'à être surpris, à nouveau emballé par cette voie qu'il a choisie. veilleur de nuit, stratège 36
Modo - Panic Station


Sujet: Re: My head is a dangerous place ... keep out of it ! [Elijah]
Mer 16 Aoû - 13:03






Il ne s’était pas forcément caché, s’était juste montré assez discret pour qu’elle ne se doute pas de sa présence comme il l’aurait fait dans ses rondes de nuit sur le campement des Odysséens. Il se demandait ce qu’elle faisait là, non parce qu’elle semblait être loin du campement des Cent parce qu’ils n’y étaient pas très loin mais parce qu’elle semblait occupée à quelque chose qui lui échappait totalement. Il l’avait regardé un moment en se disant qu’il avait déjà lu cette façon de faire quelque part sans pour autant mettre le doigt dessus. Il avait un peu oublié de ce qu’il avait appris là-haut pour ne se concentrer que sur le nécessaire : l’orientation, l’observation. La chasse, parfois bien qu’il laissait bien volontiers ce boulot aux chasseurs. Les deux points cités plus haut l’aidaient à la fois à cerner ceux qui l’entouraient mais également à ne pas se perdre dans cette forêt qui restait gigantesque avant d’arriver, s’il ne se trompait pas, chez les Pikunis. Il avait entendu ci et là des bribes d’informations sans pour autant être allé à la source pour en savoir d’avantage. S’il n’était pas à cent pour cent derrière n’importe quel groupe de l’Odyssée, il restait méfiant vis-à-vis des terriens non pas parce qu’ils avaient eu des réactions disproportionnées contre les leurs mais bien juste parce qu’il en connaissaient d’avantage sur cette terre qui avait bien changé même si la deuxième arrivée des Odysséens avait amené la connaissance avec eux.

Certaines connaissances étaient restées auprès de certains cent s’il en jugeait la blonde qui s’afférait à le chercher dans un coin à l’opposé à l’endroit d’où il se trouvait. Ça le fit rire, évidemment. Il aurait pensé que depuis le temps ceux qui n’avaient pas su respecter les lois de l’Odyssée avaient au moins réussi depuis l’temps à repérer le moindre bruit louche et d’où il venait. Ce n’était peut-être pas une tactique qui s’apprenait au bout de quelques années mais tout de même, c’était curieux qu’ils ne se soient pas adapté dans cette forêt qui était tout autant leur alliée que leur ennemie s’ils parvenaient à bien la connaitre. Ils étaient toujours envie, ils pouvaient bien leur accorder ça. La blonde était peut-être beaucoup trop occupée par son projet pour porter un minimum d’attention à cette forêt qui l’entourait.

« Si tu pensais gagner ta partie de cache-cache, permets-moi de te dire que tu n'es pas doué ! » Il haussa les épaules pas du tout impressionné par les paroles d’une femme qui voulait juste montrer qu’elle ne s’était pas totalement plantée dans l’histoire alors que c’était bien le cas. Il lui avait juste laissé le trouver, c’était là toute la différence mais soit, qu’elle pense avoir des avantages dans cette situation, ils savaient tous les deux que ce n’était pas le cas à moins qu’elle ne pense fervemment le contraire, c’était là une possibilité assez ridicule mais probable. « Alors, qu'est-ce qui t'amènes par ici ? Ça te prend souvent de rester à l'orée du bois pour observer les jeunes femmes ? » Venant d’une blondinette qui était certaine d’avoir réussi à le désarçonner en une phrase, ce qu’elle venait de dire n’avait rien d’impressionnant. C’était même le genre de trucs complètement débile qu’il s’était attendu à ce qu’elle dise. Désespérant. Elle n’avait pas d’autres refrains du même genre à lui balancer non ? Un mélange d’amusement et de lassitude étonnant se dessina sur ses traits. « Et toi tu t’laisses souvent surprendre ainsi sans défense ? » Sans défense ? Il n’en croyait pas un mot, depuis qu’ils avaient eu des échos des Cent, il savait qu’ils avaient eu leur dos de déboires en arrivant sur Terre et qu’apprendre à se battre avait été sûrement leur projet numéro un contre les terriens pas toujours très avenant quand un petit groupe de jeunes plutôt sur d’eux envahissait leur territoire.

« Sois pas ridicule, j’regardais juste ce que tu faisais. » Il était plutôt intrigué et s’approcha d’elle sans pour autant lui poser mille et unes questions. Sa manière de l’ignorer pour observer son œuvre voulait tout dire. Elle ne l’intéressait pas. Enfin si mais de façon détournée. Elle l’intéressait parce que ce truc indéfinissable l’intriguait.


 

My head is a dangerous place ... keep out of it ! [Elijah]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A dangerous place for a lady, right ? [Shy]
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité
» La place d'Haïti dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: Zone de Flashback-