Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Clap, clip, clap, quand le ciel se voile, les souvenirs se dévoilent | Ft. Skylar
maybe life should be about more than just surviving


avatar
20/04/2016 FLY 7657 Adelaide Kane Ava + FLY • Signa + ASTRA • Gifs + TUMBLR • Icons + vinyles idylles Multi-tâches + Cartographe + Patrouilleur + Notion de combat au corps à corps 33
✣ Speedy Gonzales ✣


Sujet: Clap, clip, clap, quand le ciel se voile, les souvenirs se dévoilent | Ft. Skylar
Ven 27 Jan - 12:40


- Un visage du passé -

Quel temps de merde. Pourquoi c'était-elle décidée à partir en exploration aujourd'hui ? Elle a depuis peu cette folle envie de remettre à jour la carte qu'elle compose depuis leur arrivée. Elle ne cesse de rajouter des détails qui pourraient leur être utile en temps voulu. Alors oui, le ciel est gris, la température pas très élevé mais la patrouilleuse a tout de même décidé de partir vadrouiller dans les bois. Son sac sur les épaules, le sourire aux lèvres, elle part, s'éloignant de plus en plus du campement. Tous, enfin presque tous, sont au courant du périple qu'elle entreprend. Ali avait même proposé à Rachel de l'accompagner. Cependant, celle-ci avait refusé, jugeant l'endroit où notre cartographe se rendait, beaucoup trop loin. Tant pis pour elle. Aliénor soupir, marche seul sur le chemin qui l'emmène vers le campement des Odysséens. Il fait frais, le soleil est à peine levé. D'après elle, il doit être aux environ de six heures. La moitié du campement était endormi alors qu'elle s'aventurait déjà à l'extérieur. Ce périple, il était prévu depuis bien longtemps. Les marécages étaient encore trop peu connus par les cent et la jeune femme s'était donc proposée pour y aller, jeter un coup d'œil, répertorier les lieux stratégiques. S'ils voulaient s'intégrer de mieux en mieux dans ce monde qui leur était encore pas mal inconnu, il fallait le connaitre aussi bien que les terriens.

Deux heures, déjà deux bonnes heures qu'Aliénor gambade à travers champs. Elle avait atteint la clairière depuis quelques minutes, le soleil éclairant son chemin. La jeune femme se demande encore ce qu'elle va bien pouvoir découvrir près des marécages. Elle espére que son périple va se dérouler sans accroche, que rien, mis à part le temps, va venir à l'encontre de ses plans. Le ciel commence déjà à gronder, signe qu'une tempête va apparaître. Accélérant la cadence, la cartographe se dirige à vive allures vers sa destination.

...

- Enfin !


Fatigué, l'estomac dans les talons, Aliénor sourit à la vue des terres marécageuses. Elle y est. Son regard scrute l'endroit comme si elle le découvrait pour la première fois. Dansant à travers les feuillages, elle évite comme elle peut les plantes qui l'entourent. Certaine sont toxiques, d'autres seulement urticantes. Mieux vaut ne pas les toucher.

- Il faudrait que je me trouve un endroit tranquille pour manger...

C'est alors qu'un éclair sorti de nulle part la surprend. Ce qui devait arriver arriva. Une goutte, puis deux et un millier d‘autre suivirent le grondement. Il pleuvait. Craignant pour sa vie, ne voulant pas avoir affaire à une pluie d'acide, la jeune fille se précipite aussi vite qu'elle le peut vers la grotte qu'elle a aperçue un peu plus tôt. Heureusement pour elle, le temps n'est pas nocif, de simple gouttes de plus qui tombent du ciel grisonnant, presque noir. La jeune fille soupire, sourit, elle est heureuse d'être enfin au sec. Posé contre les parois de son abri de fortune, la jeune fille soupire, regarde l'extérieur. Elle aime la pluie. Elle aime la voir couler, la voir s'écraser sur le sol, le bruit qui retenti dans toute la forêt. La cartographe écoute la mélodie qui est découle, le sons de la vie, de la nature qui sommeille. Son regard s'endort au loin quand soudain un bruit suspect la réveil. L'arme de Robb, cette petite lame qu'elle ne lâche plus, entre les doigts, elle regarde le fond de la caverne, s'attendant à tout sauf à ça.

- Sky…Skylar ?


by exception

avatar
05/05/2016 Ponyta 220 Norman Reedus morphine Second du chef de garde. - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège 21


Sujet: Re: Clap, clip, clap, quand le ciel se voile, les souvenirs se dévoilent | Ft. Skylar
Ven 10 Fév - 22:41

Il ne fallait pas rester sur ses acquis. Dès le matin, Skylar s’était montré d’une énergie redoutable. Il avait fait le tour des équipes de ronde pour voir l’état des hommes et des femmes. Le froid était encore mordant et il s’agissait de garder au beau fixe les humeurs de chacun. Dans la majorité des cas, tout roulait et le brun était particulièrement content. Malgré les récents événements, il gardait sa bonne humeur. Il avait dans l’idée d’aller voir les marécages pour consigner certaines choses. Il y en avait bien pour trois heures de marche s’ils traînaient les pieds. Ils ? Car oui, il n’irait pas seul. Il n’était pas assez fou pour risquer sa vie de cette manière. Skylar avait donc rassemblé un homme et une femme. Ils avaient tous un sac et de quoi tenir au niveau de la nourriture et de la boisson. Ils se mirent en route, les sens en alerte, l’homme lisait une carte, attentif. La carte n’était guère développée, mais néanmoins le minimum nécessaire. Chacun consignait ce qu’ils découvraient. C’était un travail de collaboration. Les marécages étaient un lieu très dangereux qu’on trouvait très lugubre. La brume rendait la zone dangereuse et on disait que des bêtes rôdaient, prêtes à vous croquer. C’était pour cela qu’il fallait se montrer prudent. Il se rendit compte au bout de deux heures de marche que le ciel était bien sombre. Skylar fronça les sourcils, inquiet. Il restait bien une heure de marche encore.

Il regarda les deux soldats à ses côtés, mais garda le silence, pensif. Il commençait à avoir mal aux pieds, mais ne voulait pas se plaindre. Le brun ne se plaignait pas facilement, il était plutôt un dur à cuir qui s’assumait plus ou moins. Le ciel grondait de plus en plus au-dessus d’eux et Skylar avait comme un mauvais pressentiment. Il était bien loin de se douter que cela allait s’empirer. La pluie leur tomba dessus et la visibilité devint pénible. Cela faisait maintenant une heure de plus qu’ils marchaient quand Skylar glissa soudainement. Il dévala un talus, ne pouvant contrôler sa chute. Quand sa glissade stoppa, le dos appuyé contre un arbre qui craqua, il grogna. Il se redressa péniblement, du sang coulait le long de sa jambe et il sentait des douleurs dans le bas de son dos. Il devait se mettre à l’abri et trouver une solution pour retrouver les deux soldats. Skylar marcha en boitant fortement, chaque pas était une douleur, mais il tint bon. Il trouva finalement une grotte et vérifia qu’elle n’était pas habitée. Par chance, elle était vide. Il était trempé jusqu’aux os et sa douleur à la jambe semblait avoir empiré. Skylar décida de se mettre au fond de la grotte et s’allongea. Il ne devait pas s’endormir, ce n’était franchement pas le moment car ses blessures pourraient être graves. Peut-être s’assoupit-il, mais un bruit vers l’entrée de la grotte le mit aussitôt sur ses gardes.

Était-ce un natif qui venait lui aussi se réfugier alors que la pluie ne semblait pas s’arrêter ? L’homme grogna, se redressa sur un coude et se leva péniblement. Le bas de son dos était moins douloureux, mais il continuait à boiter. Il sortit un couteau usé, mais qui pouvait toujours servir. Skylar entendait la pluie et se demandait si les soldats étaient rentrés ou s’ils le cherchaient. Il s’avança courageusement vers l’entrée et se figea en voyant une tête bien connue. Encore plus quand elle prononça son prénom. Il n’y croyait pas et pourtant c’était elle. Changée, tout comme lui et dans un piteux état à cause de la pluie. L’homme rangea son couteau. « Aliénor ? » Il avait toujours eu une tendresse particulière pour la femme plus jeune que lui au caractère particulier. Il l’avait vue un peu comme une fille qu’il n’avait jamais eu. « C’est bien toi ? » Peut-être que la douleur et la peine le faisaient délirer. Skylar s’approcha d’elle en boitant et s’arrêta tout proche. Il tendit la main et lui effleura le poignet, tendrement. Il avait de la boue partout, mais il avait pris soin de nettoyer son visage. Par contre ses habits étaient clairement dans un sale état. Il n’osait rien dire, heureux de la voir, extrêmement ému.

avatar
20/04/2016 FLY 7657 Adelaide Kane Ava + FLY • Signa + ASTRA • Gifs + TUMBLR • Icons + vinyles idylles Multi-tâches + Cartographe + Patrouilleur + Notion de combat au corps à corps 33
✣ Speedy Gonzales ✣


Sujet: Re: Clap, clip, clap, quand le ciel se voile, les souvenirs se dévoilent | Ft. Skylar
Dim 19 Fév - 13:52


- Un visage du passé -

Aliénor avait vraiment hâte d'y être. Se rendre aux marécages, ce n'était pas tous les jours qu'elle pouvait y aller. Chantonnant, marchant à travers bois, la jeune fille afficha un large sourire, ne se souciant pas une seconde des possibles dangers qu'elle allait pouvoir rencontrer. Heureusement pour elle, la seule chose qui vint interrompre son aventure fut le temps. Celui qui est instable, celui qui change en même pas quelques secondes. Rapidement, le ciel bleu qui avait éclairé son chemin toute la journée ce noircit, laissant échapper la colère des dieux. L'éclair de Zeus traverse les cieux, vient toucher la terre avant de disparaître. Aliénor n'a pas peur, elle est juste déçue, se demande bien comment elle va pouvoir continuer ses recherches avec un temps pareil. Vivement, échappant à la foudre et aux gouttes de pluies qui s'écoulent le long de ses cheveux, la jeune femme se glisse dans la caverne qu'elle a aperçu un peu plus tôt.

Une fois à l'abri, de ses deux mains elle vient essorer ses longs cheveux qu'elle finit par attacher en une queue de cheval. Debout, poser contre la paroi rocheuse de son abri de fortune, elle contemple le paysage, se laissant bercer par le clapotis de l'eau qui vient s'écraser au sol. Se sont alors des bruits de pas qui l'enlèvent de son hypnose. La grotte était-elle habitée par une bête ? Un ours ? Peut-être un grounder qui c'est lui aussi réfugier ici-même ? De sa poche elle sort une lame, celle de son défunt ami. Resserrant son emprise autour de l'arme, elle scrute avec attention l'obscurité, essayant de deviner la forme qui s'y trouve. C'est alors que le visage d'un homme se dessine. Ces yeux…ces cheveux…elle pourrait le reconnaître même après toutes ces années. Planter là, comme une idiote, elle parvient seulement à prononcer son prénom, ce prénom qu'elle n'oubliera jamais. L'un face à l'autre, comme deux âmes qui se découvrent à nouveau, ils se scrutent, s'interrogent l'un comme l'autre sur le pourquoi du comment.

- Aliénor ?

Sa voix, c'est comme l’effet d’un écho, un écho du passé. Des souvenirs remontent, l’Odyssée, les sourires oubliés, les peines bien loin de cette enfance bien trop rapide. Elle avait l’impression d’être de retour sur le vaisseau, douze ans en arrière.

- C’est bien toi ?

*oui…*
Aucun mot ne pouvait sortir de sa bouche. Sûrement dû au choc de cette rencontre presque impossible, inimaginable. L'homme se rapproche, boitillant. Aliénor passe son regard du visage à la jambe de cette âme du passé. Il avait l'air bien mal en point. Délicatement il vient effleurer son poignet, comme il l'avait déjà fait quelques années en arrière. La jeune femme pouvait sentir les larmes monter, être prêtes à couler le long de ses joues rougit par le froid. C'est alors que dans un élan de joie, de soulagement, de mélancolie et de tant d'autres émotions, elle l'enlace, cette personne qu'elle considère comme son père. Un sourire franc s'affiche sur son visage redevenu enfantin. Puis, comme pour ne pas briser la magie de cet instant précieux, doucement, presque en chuchotant, Aliénor prononça ces quelques mots qui avaient bien plus de sens qu'il n'y parait.

- Oui, c’est bien moi…

C'est étrange comme certaines personnes peuvent vous rendre joyeux rien que par leur présence. Dire qu'elle avait peur de ne plus jamais le revoir, de devoir à nouveau faire un deuil qu'elle n'avait pas envie d'encaisser. Les larmes se mirent à rouler le long de son visage. C'était un rêve qui était bien réel, un moment de joie, ces moments qui devenaient bien rares avec le temps.

- Je pensais… je pensais ne jamais te revoir.


by exception

avatar
05/05/2016 Ponyta 220 Norman Reedus morphine Second du chef de garde. - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège 21


Sujet: Re: Clap, clip, clap, quand le ciel se voile, les souvenirs se dévoilent | Ft. Skylar
Sam 11 Mar - 22:55

Il la regarda et elle semblait avoir tellement changé. Cette femme qui avait été une petite fille qui l’avait souvent agacé sur l’Odyssée. Mais il s’était ensuite attaché et avait éprouvé un sentiment farouche envers elle. Même s’il ne l’avait jamais avouée, il la considérait comme sa fille. La savoir enfermé avait brisé quelque chose en lui et il avait dû se retenir de commettre une erreur et la libérer. Cela n’aurait servi à rien de finir avec elle, il aurait pu être éjecté, c’était du moins ce qu’il pensait à l’époque. Il avait vu l’arme de fortune qu’elle tenait, mais avait à peine réagi. Skylar grogna quand Aliénor finit dans ses bras et il la serra contre lui. Il était heureux de la voir, de la savoir en vie. Aller voir les cents et peut-être, apprendre sa mort aurait été trop difficile. C’était elle, elle n’était pas un mirage, mais une réalité. Il ne desserrait pas ses mains autour d’elle. Il avait peur qu’elle disparaisse. Skylar vit les larmes de la femme et en fut touché. Malgré tout, aucune larme ne sortit de ses yeux. Il avait toujours eu du mal à exprimer ses émotions. Il la garda contre lui alors qu’il entendit sa voix dire ce qu’il pensait aussi. Jamais il n’avait cru la revoir. « Je suis là. » Sa voix grave résonna dans la grotte. Il redressa le menton et l’embrassa sur le front tendrement. Un signe de tendresse et de protection qu’il faisait très rarement.

Les temps l’adoucissaient et il essuya les larmes de la femme. Il la regarda de haut en bas, évaluant son état et s’écarta d’elle pour fouiller son sac qu’il portait encore. Il en sortit sa gourde. « Bois, ça te ferait du bien. Je suis content que ce soit toi… Je n’aurais pas tenu face à un natif. » Il grimaça et s’éloigna vers le fond de la grotte pour s’asseoir. Être debout était pénible et il poussa un soupir de soulagement. Il la regarda, il ne souriait pas, mais son regard brillait de joie. C’était ainsi que Skylar communiquait, bien souvent avec le regard. « Que fais-tu si loin des tiens ? » S’il se souvenait bien, il y avait un petit bout jusqu’au camp des cents. Mais il n’irait pas parier là-dessus non plus. L’homme inspira longuement. Il sentait bien la douleur au niveau de la jambe. Il avait fait un garrot, au cas où. La blessure était moche, mais pas si grave. Il y avait tant de choses qu’il aurait voulu lui dire. Rattraper le passé, s’excuser de ne pas l’avoir sauvée, elle cette sale gosse à qui il s’était profondément attaché. Il était content de la savoir en vie. Elle semblait forte, elle devait l’être pour être ici seule, sans blessure, contrairement à lui. Skylar entendait le bruit régulier de la pluie. Cela l’apaisait. Il savait qu’il ne devait pas s’endormir et attendre les secours qui viendraient. Du moins espérait-il. De toute manière, après un peu de repos, il espérait être capable de se reposer.

L’homme tapa la place à côté de lui. « Viens là. Malheureusement je n’ai pas de bois pour faire du feu. » A la base, il avait trouvé cela bien car il ne voulait pas que quelqu’un voit la lumière du feu. Être seul n’avait aucun avantage et il valait mieux se montrer discret. Maintenant qu’ils étaient deux, il se sentait mieux. Skylar ne la lâchait pas du regard tant il était heureux de la revoir. Il cachait difficilement sa joie. Il avait l’impression que cela faisait des siècles qu’ils ne s’étaient plus vus. C’était un peu le cas. Ils en avaient probablement vécu des choses chacun de leurs côtés. Skylar avait vu son émotion et se demanda si elle aussi, elle avait perdu des gens. Il était fort probable que cela soit le cas. Il avait eu plusieurs retours de cents qui avaient perdu des proches après l’atterrissage.

avatar
20/04/2016 FLY 7657 Adelaide Kane Ava + FLY • Signa + ASTRA • Gifs + TUMBLR • Icons + vinyles idylles Multi-tâches + Cartographe + Patrouilleur + Notion de combat au corps à corps 33
✣ Speedy Gonzales ✣


Sujet: Re: Clap, clip, clap, quand le ciel se voile, les souvenirs se dévoilent | Ft. Skylar
Jeu 30 Mar - 12:37


- Un visage du passé -

Il n'avait pas changé. Malgré la boue et les cheveux en batailles cet homme était resté le même. Ali pouvait le sentir tout au fond d'elle-même, elle pouvait le voir à travers ses yeux d'homme qu'elle avait tant de fois rendu heureux. Elle se souvient alors de ces moments passés ensemble sur l'Odyssée. La brunette l'avait considéré comme un père, l'avait vu comme un mentor, une aide dans sa vie de jeune fille déboussolé. Elle le comprenait et il en avait été de même pour lui. Relâchant son emprise autour de l'arme qu'elle tenait dans sa main, la jeune fille vint se jeter dans les bras de cette personne qui était maintenant en moins sur la liste des disparus. Ali était peut-être trop tactile, peut-être trop vive mais elle ne voulait pas le voir partir, elle avait peur que tout cela ne soit qu'un mirage. Le silence avait l'allure d'un rêve, cet instant était comme sorti du temps, loin de la foule, loin de cette vie qu'ils n'auraient jamais pu imaginer. La jeune femme ne peut plus contenir ses larmes, trop émotionnel dirait-on. Oui, elle l'était. C'est alors qu'elle se décida enfin à briser ce silence presque pieux qui entourait les deux âmes retrouvées.

- Je suis là.

Ces quelques mots firent apparaitre un sourire sur le visage de la jeune femme. Puis il embrassa le front de celle qui ne pouvait plus s'arrêter de pleurer, ce faisant rassurant, calmant les larmes de la brunette. Maintenant il ne restait plus que ce sourire, cette joie immense. La main de l'homme vint enlever les quelques gouttes qui étaient restées sur le bord de sa joue. Ce geste tendre fit bien comprendre à Aliénor que leur relation n'avait pas changée, qu'ils étaient toujours ce qu'ils avaient été. Même si son enfermement l'avait éloigné de tous, même si ces années passées loin des gens qu'elle aimait auraient pu changer la face de son monde, certaine chose restait intacte. S'éloignant, sortant une gourde de son sac, l'homme revint vers elle, lui tendant le petit récipient.

- Bois, ça te ferait du bien. Je suis content que ce soit toi… Je n’aurais pas tenu face à un natif.

Prenant entre ses mains l'objet que lui tendait son ami, Aliénor rigola face à la réflexion de ce dernier. Hochant la tête, buvant une gorgée, elle finit par reprendre la parole, toujours aussi enjouée :

- De même pour moi ! Ça fait tellement longtemps...

Puis l'homme, grimaçant, retourna s'asseoir contre la paroi de la grotte. Qu'avait-il ? C'était-il fait mal ? Alors que la jeune femme voulut lui poser la question, elle se vit interrompre par celui qui était bien plus mal en point qu'elle.

- Que fais-tu si loin des tiens ?


- Petite expédition en solitaire. Je dois remplir ma carte, la zone est pas très connue et en plus elle s'avère être plus dangereuse qu'il n'y parait…

Elle montra du doigt la jambe ensanglantée de son nouvel acolyte.

- Et toi? Comment tu t'es fait ça? Ça ne te fait pas trop mal j'espère…

La jeune fille avait peut-être quelque chose qui pourrait l'aider à aller mieux dans son sac. Au moins des bandages, de quoi remplacer le garrot que l'homme avait fait. Une nouvelle fois, la brunette fut arrêtée avant même d'avoir commencé. Décidément, ils avaient le don de vouloir tout se dire au même moment. Alors qu'il tapotait la place juste à côté de lui, Aliénor s'empressa de venir s'installer à côté de lui. Elle s'en fichait pas mal du feu, elle n'avait pas froid. Ouvrant son sac, elle en sortie des bandages.

- Tu crois que ça pourra aider un peu ? Si tu veux je peux essayer de les mettre ?

Sans vraiment attendre de réponse, la brunette était déjà entrain d'examiner le bout de jambe touchée. Elle n'osait pas trop la toucher, de peur de lui faire mal. Elle n'avait pas vraiment eu l'habitude de faire ce genre de choses. Le seul moment où on lui avait fait un bandage c'était le jour où elle s'était reçue une flèche en plein dans l'épaule…le jour de cette guerre affreuse. Les souvenirs la firent frissonner. Cependant, la présence de Skylar lui remontait le moral et elle oublia bien vite ses dernières pensées.

- Tu penses que c'est dangereux si je touche au garrot pour mettre les bandages ? J'ai pas très envie d'être celle qui mettra fin à tes jours…ou à ta jambe.


by exception

avatar
05/05/2016 Ponyta 220 Norman Reedus morphine Second du chef de garde. - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège 21


Sujet: Re: Clap, clip, clap, quand le ciel se voile, les souvenirs se dévoilent | Ft. Skylar
Mar 11 Avr - 17:23

Oui cela faisait longtemps qu’ils ne s’étaient plus vus. Depuis le départ des gamins pour Terre. Ils en avaient envoyé cent, mais ils n’en avaient pas retrouvé le même nombre. Skylar était soulagé de voir la jeune femme ici et pas ailleurs. Il ne la lâchait pas du regard, attentif. Il s’était assis en grimaçant. Il ne pouvait taire le fait qu’il avait mal. Il ne savait pas si c’était une bonne chose, mais probablement pas. Il avait la tête lourde, mais il préférait taire son état. Il ne voulait pas inquiéter plus que cela Aliénor. Elle semblait suffisamment inquiète sur son cas. En tout cas elle semblait tendue. Ce n’étaient que des suppositions que Skylar faisait. Il ne savait pas si c’était la vérité. « Ah pour être dangereux, ce n’est pas de la tarte. » Dit-il en hochant la tête. Lui aussi faisait de l’exploration. Il trouvait dangereux qu’elle soit seule, mais se tut. Ce n’était pas le moment de se disputer ou de faire une quelconque morale. Inutile de se croire plus malin que tout le monde. Son attitude aurait vraiment été stupide. Il regarda sa jambe qui ne semblait pas en bon état. Il ne pourrait pas marcher maintenant. Pas sur plusieurs kilomètres, or il en avait fait des kilomètres pour venir jusque-là. Néanmoins, le brun décida de ne pas faire paniquer sa petite protégée. « Je suis tombé. Elle n’a pas aimé la chute. Je n’ai plus ton âge. » Dit-il avec un léger sourire. Il ne parla même pas de son dos douloureux.

Non franchement cela n’en valait pas la peine. Elle risquait de paniquer. L’homme invita Aliénor à le rejoindre, il avait besoin de compagnie. Il la regarda fouiller son sac et se demanda bien ce qu’elle cachait à l’intérieur. Il était curieux pour le coup. Malgré tout, Skylar ne décrocha pas un mot. Il la vit sortir des bandages et peut-être que son air étonné se vit, ou même les interrogations qui le traversèrent. Skylar ne savait pas vraiment quoi répondre alors qu’il la vit examiner sa jambe. « Il faut changer le bandage je pense. Je l’ai fait pour stopper l’hémorragie. » Il ne savait pas si c’était une hémorragie, mais vu comment le sang s’écoulait, il était parti de ce principe. Il se posait la même question qu’elle concernant sa jambe. Son regard clair devint songeur. Il réfléchissait rapidement à ce qu’il était mieux de faire. « Il ne faut pas qu’on le bouge. Je pense mets un bandage par-dessus le garrot. Comme ça… Je ne sais pas, mais si le garrot principal s’use ou lâche, ça ira. » Il ne s’y connaissait pas en hémorragie, mais il pariait volontiers que le retirer pour mettre un neuf n’était pas la bonne solution. « Tu as vraiment changé. » Dit-il très calmement tout en la regardant. Il détourna le regard quelques secondes, prit une grande goulée d’air pour ne pas être trop remué par ses sentiments.

Skylar détestait s’afficher. Il tourna la tête vers elle. « Est-ce que tu penses que quelqu’un viendra te chercher ? » Normalement lui, on le chercherait. L’alerte serait donné, mais vu le temps déplorable, il faudrait attendre minimum le matin pour voir une tête connue. Il l’avait vue frissonner quand elle avait regardé son garrot et il se demanda ce qu’elle avait vécu ici. « Il ne faut pas qu’on dorme. Enfin toi oui. Tu ne sembles pas blessée. » Mais lui pas. Vu sa blessure, il ne préférait pas. Il avait bien trop peur, au fond de lui, ne de plus ouvrir les yeux, mais il ne le dit pas. L’homme réfléchit aux solutions qu’ils avaient. Aliénor pouvait toujours se reposer et lui veiller sur elle. Et après ? Chaque chose en son temps, inutile de faire des plans sur la comète.

avatar
20/04/2016 FLY 7657 Adelaide Kane Ava + FLY • Signa + ASTRA • Gifs + TUMBLR • Icons + vinyles idylles Multi-tâches + Cartographe + Patrouilleur + Notion de combat au corps à corps 33
✣ Speedy Gonzales ✣


Sujet: Re: Clap, clip, clap, quand le ciel se voile, les souvenirs se dévoilent | Ft. Skylar
Mar 16 Mai - 15:49


- Un visage du passé -

Il avait ce même regard, cette même lueur dans les yeux qu'Ali n'avait jamais réussi à décrypter parfaitement. C'était comme une tristesse impossible à effacer, comme-ci dans une vie antérieure il avait vécue tellement de choses que son âme était marquée à jamais. Elle avait dû voyager à travers les âges et voir tout un tas de choses extraordinaire qui ne laisserait personne indifférent. Quelques souvenirs de sa vie passé lui revinrent en mémoire. Ali se souvenait vaguement des moments de son enfance mais la rencontre avec le militaire, jamais elle ne pourra l'oublier. Il avait changé pas mal de choses dans sa vie de petite fille. Il est des rencontres comme ça qui vous marque à jamais, qui reste gravé dans votre âme pour toujours. Un léger sourire apparaît sur les lèvres de la brunette qui se rapproche de l'estropier.

Il était tombé, il était salement amoché. Le militaire souriait mais Ali avait parfaitement conscience de l'état de Skylar. Il ne voulait l'inquiéter mais il n'en avait pas besoin, elle l'était déjà, elle l'était presque tout le temps. Mais la brunette avait décidé de jouer le jeu et de ne rien laisser paraître. Dans un calme olympien, elle sortie de son sac les bandages qu'elle avait pris soin d'emmener pour ensuite se rapproche de la jambe de son ami. Elle était hésitante face à ce qu'elle devait faire avec ce membre complètement ensanglanté. Ses mains tremblaient légèrement et elle n'osait pas le toucher. Ce n'est pas qu'elle avait peur, loin de là, mais la jeune femme ne voulait commettre aucune faute.

- Il faut changer le bandage je pense. Je l’ai fait pour stopper l’hémorragie.

Elle acquiesça sans mot dire et commença à enlever les bandelettes qui étaient déjà placées sur la blessure. Elle essayait d'être la plus délicate possible malgré le fait que cette qualité ne soit pas la plus représentative de la personne qu'était Aliénor. Concentrée sur sa mission, quelques gouttes de sueurs apparurent sur le front déjà humide de la brunette. Elle sentait la pression monter tandis que les battements de son cœur se faisaient de plus en plus pressants. Si seulement elle avait un peu plus écouté les indications des médecins, elle n'aurait peut-être pas autant la trouille de faire une connerie. La jeune fille commençait alors à installer le nouveau bandage autour de la jambe de son ami. Celui-ci grimaça un peu mais Ali essaya de ne pas y prêter attention. Il fallait que tout cela tienne le plus longtemps possible. Alors qu'elle finissait son cinquième tour, elle sera un bon coup avant de bloquer le bout de tissu.

- Comme ça, ça devrait aller.

Pour seule réponse, Ali eut droit à un « tu as vraiment changé » qui l'a fit quelque peu rougir. Elle n'était pas si différente que ça. La jeune fille ou plutôt femme n'avait pas cette impression d'avoir autant évolué. Certes, le fait de vivre seule sur terre, devoir s'habituer à ce nouvel environnement avait certainement eu un impact sur elle et les autres mais elle avait toujours essayé de garder son optimiste et sa joie de vivre qui la définissait si bien sur l'Odysée. C'était plus ou moins la seule chose qui lui était restée de cette petite fille timide et renfermé. Skylar l'avait plus ou moins aidé, sans en rendre compte, à devenir comme elle était aujourd'hui. Un sourire franc apparut sur le visage poussiéreux de la brunette. Elle savait comment il réagissait, jamais il ne pourra l'afficher clairement mais il n'en avait pas besoin, elle comprenait.

- Est-ce que tu penses que quelqu’un viendra te chercher ?


- Aucune idée! Mais bon, j’ai de quoi survivre pendant une voir deux journée encore. La pluie va pas durée aussi longtemps….enfin j’espère.

Aliénor jeta un coup d'œil vers l'extérieur de la grotte. L'eau coulait encore à flot et n'était pas prête de s'arrêter. Est-ce que les autres s'inquiétaient pour elle ? Surement. Mais ils ne pourraient pas bouger avant que la pluie ne cesse de tomber. Elle n'était pas perdue, savait pertinemment où elle se trouvait. Retourner au campement prendrait du temps mais elle connaissait la route à prendre et les endroits à éviter. Au pire elle pourrait toujours faire une halte chez les Odysséens…elle pourrait revoir son père et Murphy au passage. Aliénor étudiera cette possibilité au moment venu. Elle ne voulait pas inquiéter ses amis pour rien.

- Il ne faut pas qu’on dorme. Enfin toi oui. Tu ne sembles pas blessée.


- Dormir ? Pourquoi faire ? Il n’est pas si tard que ça ! Pour le moment on n’a pas grand-chose à craindre avec ce qui tombe. Dès que sa s’arrête je t’escorte jusqu'à ton campement !

Oui, elle ne voulait pas le laisser tomber. Elle resterait surement une journée là-bas, de quoi se reposer un peu pour ensuite repartir vers son chez-elle. La jeune femme espérait juste que personne ne partirait à sa recherche. Elle ne voulait causer d'ennui à personne, seulement rendre service.

- Tu penses que ça va durer encore longtemps ? C'est pas que j'aime pas la pluie mais c'est assez énervant de pas pouvoir bouger comme on veut. Tu ne trouves pas ?

Il avait raison, il ne fallait pas qu'il s'endorme et elle, elle n'allait pas tomber dans les bras de Morphée de si tôt. La brunette voulait en savoir plus sur ce Skylar qu'elle avait face à elle, les choses qu'il avait pu accomplir depuis leur séparation, son arrivée sur terre et toutes ces choses qu'Ali ignore encore. S'il le faut elle lui parlerait jusqu'au bout du jour et de la nuit, elle ferait tout pour qu'il reste éveillé, les yeux grands ouvert et l'esprit en fête.

- Au moins on aura de quoi boire!


by exception

avatar
05/05/2016 Ponyta 220 Norman Reedus morphine Second du chef de garde. - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège 21


Sujet: Re: Clap, clip, clap, quand le ciel se voile, les souvenirs se dévoilent | Ft. Skylar
Ven 26 Mai - 22:00

Cela faisait mal de se faire changer un bandage. Skylar serrait les dents et tentait de ne rien dire. Il ne voulait pas paraître faible ou quelque chose du genre. Bien entendu il grimaça. C’était tout à fait normal. Il hocha la tête. Oui cela irait ainsi. Il n’avait pas à se plaindre. Skylar ne manqua pas de souligner le fait qu’Aliénor avait vraiment changé. Il crut la voir rougir, mais ne fit aucun commentaire. Il ne voulait pas l’embarrasser plus que cela. Il avait suffisamment l’impression d’avoir commis la gaffe de l’année. Il ne se vexa pas qu’elle ne dise rien. Ils étaient ainsi, ils se suffisaient l’un à l’autre sans parler. Skylar se souvenait de cette gamine qui l’avait agacé au début et puis il s’était attaché. L’homme n’avait jamais eu d’enfant car il n’en voulait pas. Néanmoins, cela ne l’avait pas empêché de s’attacher à cette gamine et se comporter comme une sorte de père auprès d’elle. Pourtant, le militaire savait rester à sa place et ne faisait pas n’importe quoi. Il décida de lui demander si quelqu’un viendrait la chercher. « Tu avais prévu de partir longtemps. » Dit-il calmement, énonçant des constatations. Il la regarda sans la juger. Lui avait pris des vivres pour quelques heures seulement. Il n’avait pas prévu de passer autant de temps dehors. Il regarda la pluie qui s’abattait dehors, impitoyable. « Cela aurait pu être pire. » Genre de la pluie acide, il en avait vu à l’œuvre et cela n’était pas beau à voir.

Par chance, il n’en avait pas reçu. Mais il savait que cela brûlait. Il se demandait comment il se sentirait sous cette pluie claire. Il ne faisait pas si chaud en janvier, mais Skylar avait terriblement chaud en ce moment. Il se demandait si c’était normal, mais à part le demander, il ne saurait pas. Or il ne voulait pas inquiéter Aliénor alors il resta silencieux comme une carpe. Skylar avait toujours le regard fixé sur la pluie, conscient que vu l’état météorologique actuel, rien ne pourrait être fait. Il espérait que cela s’arrêterait. Il avait sommeil et cela l’inquiétait. Aliénor avait l’air plus vive que lui et cela le rassurait. Elle n’allait pas sombrer comme lui. S’il s’endormait, elle veillerait. Il était rassuré au fond de lui. Un petit rire lui échappa quand la femme lui affirma que ce n’était pas si tard. « Tu as raison, je me fais vraiment vieux. » Autant en rire un bon coup, n’est-ce pas ? Il avait néanmoins retenu quelque chose dans sa phrase. « M’escorter ? » Il ne lui en demandait pas tant. Certes depuis Noël cela allait mieux. C’était moins tendu entre cents et odysséens, mais quand même. Skylar fut profondément touché par son attention et tendit la main pour lui tapoter l’épaule. C’était un geste pour spécifier qu’il appréciait vraiment son acte. Il regarda de nouveau la pluie quand elle en parla et une drôle d’idée germa dans son esprit.

« Tu veux qu’on sorte ? Je peux bouger. Il faut que je bouge. » Il avait parlé d’une voix autoritaire. Et il ne réfléchit pas vraiment, il se redressa. Il grimaça un peu, mais tint bon. Sa jambe blessée ne semblait pas apprécier qu’il soit debout. L’homme s’appuya contre le mur, il sentait de la sueur couler le long de son dos. Visiblement il ne gérait pas si bien les choses. Il cligna des yeux. « Quelle pipelette. » Il n’était pas dupe, il savait bien qu’elle parlait car elle avait peur. C’était du moins ce que l’homme supposait en ce moment-même. « Tu m’aides ? » Il n’appréciait pas l’idée d’être aidé, surtout qu’il était bien lourd. Mais sa jambe blessée le handicapait. Or s’il se mettait à gambader comme une gazelle, il était vraiment mal-barré. Il allait devoir être patient un minimum. Mais Skylar sentait qu’il devait bouger s’il voulait rester éveillé. La voix d’Aliénor ne serait pas suffisante pour le maintenir éveillé. Même si elle parlait toute la nuit. De toute manière un peu d’eau ne lui ferait pas de mal n’est-ce pas ?

avatar
20/04/2016 FLY 7657 Adelaide Kane Ava + FLY • Signa + ASTRA • Gifs + TUMBLR • Icons + vinyles idylles Multi-tâches + Cartographe + Patrouilleur + Notion de combat au corps à corps 33
✣ Speedy Gonzales ✣


Sujet: Re: Clap, clip, clap, quand le ciel se voile, les souvenirs se dévoilent | Ft. Skylar
Dim 18 Juin - 21:55


- Un visage du passé -

Elle savait à quel point Skylar n'aimait pas se mettre en avant et tout comme lui, elle ne dit rien, rien sur ce silence qui voulait pourtant dire tant de choses. Elle le regardait juste en souriant, comme elle avait toujours eu l'habitude de la faire. Les yeux plissés, les lèvres tendues en un large sourire franc qu'elle adorait arborer à la vue des gens qu'elle aimait et connaissait. Cependant, le temps du silence fut bientôt révolu, Ali étant bien trop bavarde, bien trop curieuse et active pour rester les bras ballants à se regarder dans le blanc des yeux. Alors que celui qu'elle considère comme un père reprend la parole, la jeune femme acquiesce lorsqu'il termine sa phrase. Comme elle l'avait dit juste avant, elle avait de quoi survivre deux jours en plein forêt. Elle n'avait pas eu besoin de prendre autant, ne comptait pas rester toute la journée dans les marécages mais sans le savoir la cartographe c'était voulu prévoyante, au cas où un cas comme celui-là arriverait. Elle qui se pensait beaucoup immature se rendait compte avec le temps que sa vie sur terre l'avait obligé à devenir automne, à se débrouiller seule et prévoir tout un tas de choses qui n'auraient pas été primordiales sur l'arche. Aliénor rigole intérieurement en repensant à cette vie passée qu'elle ne reverra pas de si tôt. D'un côté, c'est mieux comme ça. Au moins ici elle peut être utile aux gens, elle a réussi à s'intégrer et à connaitre bien plus de gens qu'elle n'aurait pu le faire sur l'arche. Malgré les pertes et les moments difficiles qu'ils avaient traversés, les cents étaient toujours restés soudés contre l'adversité. Cela la soulageait dans un sens, lui permettait d'oublier les horreurs qu'ils avaient pu voir lors de la guerre ou encore de leur atterrissage. La pluie d'acide qui les avaient surpris pour la première fois, la peau qui fondait sur les corps sans vie de leurs amis, la mort qui rodait autour d'eux, chaque jour passant. Pourtant, Aliénor avait toujours été positive et pleine d'entrain, voulant soutenir à elle seule ce groupe qui perdait un peu plus espoir de jour en jour. Puis les choses étaient revenues dans l'ordre, les enfants s'étaient habitués à leur nouveau lieu de vie et tout était redevenu à peu près normal.

Alors qu'Ali s'exclama qu'elle n'était pas fatiguée et que l'heure de s'endormir n'était pas venue, son acolyte se mit à rire doucement, comme si cette chose lui était interdite. La jeune femme savait que Skylar n'osait pas montrer ce qu'il pouvait ressentir et cela lui faisait grandement plaisir de le voir sourire ainsi surtout quand celui-ci lui était destiné. En même qu'Ali lui rendait un sourire amusé, l'estropié répondit :

- Tu as raison, je me fais vraiment vieux.

La brunette se mit à glousser à l'image d'un vieux Skylar, les cheveux blancs et une canne en guise de troisième pattes.

- Faut pas exagérer ! T’es pas si vieux que ça tout de même !

Elle voulait lui donner toute l'énergie qu'elle possédait, lui redonner la foi de continuer à avancer. Ils ne devaient pas s'endormir, ça, elle l'avait bien compris. Alors qu'elle s'apprêtait à reprendre la parole, le patrouilleur fut plus rapide qu'elle et reprit le court de la discussion en mettant en avant un point qu'elle avait mentionné dans sa précédente phrase. L'escorter, oui, elle allait le faire, c'était décidé. Elle ne savait pas quand la plus allait s'arrêter, quand elle allait pouvoir rentrer à son campement mais une chose était sûre, elle n'allait pas laisser Skylar derrière avec sa jambe toute ramollie. Dans un geste auquel la brunette ne s'y attendait pas, l'homme vient lui tapoter l'épaule comme un signe de courage et de remerciement. La cartographe lui sourit doucement, appréciant ce moment. C'était un de ces instants qui devenaient rare avec le temps mais qui étaient toujours appréciables de vivre.

- Tu veux qu’on sorte ? Je peux bouger. Il faut que je bouge.


- Maintenant ? Avec ce temps ? Tu penses pouvoir marcher longtemps comme ça ? Certes le camp des Odysséens est pas très loin mais tout de même, tu devrais faire attention à toi !

Ali avait répondu du tac au tac sans vraiment faire attention au ton qu'il avait employé. A vrai dire elle ne prêtait jamais attention au voix que les gens pouvaient prendre et préférait se concentrer sur la portée du message. Tout en lui répondant, l'homme s'était déjà mis sur ses deux pieds et était prêt à partir. S'il se sentait vraiment capable de marcher jusqu'à là-bas, jusqu'à chez lui, Ali l'aiderait. Ce n'était pas une petite averse qui allait l'arrêter ! La patrouilleuse continua de parler, encore et encore, comme si elle avait besoin de ça pour se rassurer, pour savoir que Skylar ne s'endormirait pas.

- Tu m’aides ?


- Attends…

Ce mettant debout à son tour, la jeune fille vient se placer à côté de Skylar et pose son bras sous celui du blessé. Elle sentit le poids de l'homme sur son épaule. Elle se replaça de façon à ce que tout son corps puisse bouger en même temps que celui de son voisin. Elle devait être la jambe qui lui manquait, c'était l'idée qu'elle devait garder en tête. Quand arriveraient-ils ? Allait-elle pouvoir se repérer au milieu de ses trombes d'eaux qui découlaient sans cesse du ciel ? Elle espérait que la pluie allait s'arrêter bientôt et qu'ils pourront marcher sans devoir être trempé de la tête au pied.

- T’es sûr hein ? Une fois sortie d’ici on pourra plus faire demi-tour !

Après tout, elle ne voulait pas se retrouver au milieu des marécages sans savoir quoi faire ni où aller. Une pointe de panique commençait à émerger en elle. Même si elle n'était pas du genre à croire en l'impossible, elle se mit à prier, à demander à ce « dieu » de l'aider, de les aider. Ils y arriveraient, elle n'en doutait pas une seconde. La tâche serait juste plus difficile que ce qu'elle aurait pensé.

by exception

avatar
05/05/2016 Ponyta 220 Norman Reedus morphine Second du chef de garde. - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège 21


Sujet: Re: Clap, clip, clap, quand le ciel se voile, les souvenirs se dévoilent | Ft. Skylar
Dim 9 Juil - 16:12

Pas si vieux que ça… Pourtant il avait l’impression d’arriver à un âge où il pouvait dire que oui, il devenait vieux. Il haussa simplement les épaules quand elle affirma qu’il ne fallait pas exagérer. Il devait bien lui accorder cela, il exagérait. Skylar avait l’intuition qu’il devait bouger et qu’importe le temps. « Oui maintenant. Le temps n’est pas si terrible et je t’ai à mes côtés. » Il éluda l’autre question. Était-il capable de marcher dans cet état ? Il émettait quelques doutes, mais il décida de se taire. Il ne voulait pas l’inquiéter plus que de raison. Sinon elle risquait de refuser qu’il bouge. Or le militaire ne le supporterait pas. L’homme se redressa sur ses deux jambes, légèrement tremblant. Il se fit la réflexion qu’un bout de bois pour soutenir sa jambe n’aurait pas été de refus. Il le trouverait probablement sur le chemin. La voix d’Aliénor le berçait et il cligna plusieurs fois des yeux pour obliger son organisme à rester éveillé. Ce n’était pas le moment de flancher. La femme n’aurait pas les capacités de le soutenir s’il s’endormait soudainement. Il était bien plus lourd qu’elle. Le brun demanda de l’aide, c’était déjà un grand effort de sa part vu son orgueil. Mais il allait devoir s’y plier. Le bras d’Aliénor passa sous le sien et l’homme se sentit soulagé. Il fallut quelques secondes pour que chacun s’ajuste à l’autre.

Ils n’avaient jamais été aussi proches physiquement depuis bien longtemps. Cela remontait sûrement au temps où il pouvait la soulever car elle ne pesait rien. « Très sûr. Allez. » Sa voix était autoritaire, ne lui laissant vraiment pas le choix. Il se mit en route, entraînant la brune avec lui. Il faisait plus frais en dehors de la grotte et l’eau les cueillit simplement. L’homme ferma un instant les yeux, rejetant la tête en arrière et laissant cette eau douce et non piquante le mouiller. L’eau ruissela le long de sa tenue, jusqu’à sa jambe. Lentement, mais sûrement, le sang séché se décolla et commença à glisser. L’homme rouvrit les yeux, il se sentait mieux. Il calcula rapidement le temps de trajet qu’il avait mis, trois heures. Vu son état actuel, il mettrait probablement le double. « Il faut qu’on se mette à couvert. » Or il n’y avait pas vraiment d’arbre dans ce marécage. Skylar réfléchissait, peut-être qu’il serait plus sage d’aller chez les cents que chez lui. « J’ai mis trois heures avant, mais là, faudrait compter le double. Peut-être qu’on me cherche et qu’on nous trouvera. Dans le cas contraire, ton camp est loin ? » La situation aurait vraiment pu être terrible, mais l’homme trouvait qu’ils s’en sortaient bien. Cela aurait pu être vraiment pire. Certes il faisait frais et il espérait de pas tomber malade, mais cela irait. Skylar marchait lentement, plus lentement que d’habitude et une forme de frustration l’envahit.

S’il avait pu trotter comme quelques heures auparavant, il aurait été heureux, mais là, il devait se contrôler. Skylar contrôlait chacun de ses mouvements, faisant attention comment il se déplaçait sur du verre car quand il posait mal sa jambe blessée, une vague de douleur remontait le long de son nerf. Un tressaillement courut le long de son échine. Difficile de trop contrôler son corps non plus. Il ne pouvait pas tout cacher. Skylar n’appréciait pas forcément de se montrer faible, mais il comptait sur Aliénor pour n’émettre aucun commentaire. Il lui faisait confiance. La pluie ralentit progressivement. Cela facilita sa marche, même si le sol était glissant. Il regardait de temps en temps autour de lui, attentif. Ils étaient dans les marécages, les prédateurs rôdaient. Il ne fallait pas faire un faux pas. Skylar siffla légèrement et fit un signe de main. « Pause. » Il en avait vraiment besoin. Malgré la pluie qui s’écoulait sur lui, il était essoufflé. Il était évident qu’il ne tiendrait pas plus d’une heure dans cet état. Il ne pourrait pas marcher plus. Skylar se dit qu’il faudrait se mettre à couvert. « Dès qu’on sera sorti du marécage, tu partiras chercher des renforts. Je ne peux pas te suivre. » C’était évident et sa jambe n’allait pas guérir par magie. Elle allait devoir le laisser. Sinon il la ralentirait trop, c’était évident.

avatar
20/04/2016 FLY 7657 Adelaide Kane Ava + FLY • Signa + ASTRA • Gifs + TUMBLR • Icons + vinyles idylles Multi-tâches + Cartographe + Patrouilleur + Notion de combat au corps à corps 33
✣ Speedy Gonzales ✣


Sujet: Re: Clap, clip, clap, quand le ciel se voile, les souvenirs se dévoilent | Ft. Skylar
Jeu 5 Oct - 14:50


- Un visage du passé -

Soutenant du mieux qu’elle pouvait Skylar, la jeune femme commençait à mettre un pied devant l’autre, se dirigeant vers la sortie. Ils mirent quelques instants avant de trouver le bon équilibre mais rapidement ils réussirent à avancer sans trop de difficultés. Un vent frais vint secouer les cheveux emmêler de l’Aliénor tandis que celle-ci pouvait ressentir la fraîcheur des gouttes d’eaux sur son visage. Qu’il était bon de se sentir libre, face à cette étendu verte qui leur ouvrait les bras. L’humidité faisait que ses vêtements lui collaient à la peau et que des mèches rebelles s’entortillaient sur elle-même, bouclant à vue d’œil. Elle soupira, s'arrêta un instant pour laisser Skylar se poser afin de mieux reprendre la route. Il était mal en point, elle ne pouvait pas le nier. Avait-elle peur ? Un peu. Mais elle était déterminée à le remmener sain et sauf au campement des Odysséens. L'air frais lui faisait du bien, il avait déjà repris des couleurs. Cela rassura la brunette qui s'apprêta à reprendre la route avant que son acolyte ne l'interrompe. Ali hocha la tête à cette réflexion et se mit donc à scruter les alentours, sans trouver le moindre recoin qui pourrait les mettre un minimum à l'abri des prédateurs.

- J’ai mis trois heures avant, mais là, faudrait compter le double. Peut-être qu’on me cherche et qu’on nous trouvera. Dans le cas contraire, ton camp est loin ?

S'il était loin ? Bien plus que celui des Odysséens en tout cas ! La jeune femme avait prévu de passer la nuit ici, avait même prévue de quoi manger et se réchauffer. Les autres étaient au courant et quelques-uns l'avaient même traité de folle dingue à partir seule à l'aventure. Mais Ali s'ennuyait de leur petit campement, des environ qu'elle avait vu plus d'une vingtaine de fois et qu'elle connaissait presque aussi bien que sa poche. Elle voulait voir autre chose, se changer les idées, quitter le camp le temps d'une journée. Elle soupira et répondit à Skylar presque désolé :

- Plus loin que le tien en tout cas. J’ai mis peut-être bien cinq bonnes heures avant d’arriver ici. Le plus sérieux serait de se rendre directement chez toi, c’est moins loin et surement moins dangereux !

Ils prendraient le temps qu'il faudrait mais ils arriveraient avant la nuit. Au travers des nuages, la jeune femme pouvait apercevoir le soleil. Quelque rayon réussissait à transpercer la masse grise, lui indiquant qu'il devait être un peu plus de treize heures. Cela la rassura et marchand doucement vers leur destination, Aliénor faisait de son mieux pour ne pas accélérer la cadence. La pluie commençait à disparaître, laissant plus de facilité de mouvement aux deux rescapés de cette fichue tempête. Pour le moment, ils n'avaient rencontré aucune difficulté bien que le sol marécageux ne soit pas de tout repos pour Skylar. La cartographe pouvait sentir ses pieds s’enfoncer à chaque pas qu’elle faisait et redoutait à chaque instant que le soldat ne s’écroule de douleur. Elle le soutenait autant qu’elle le pouvait et espérait au fond d’elle que cela soit assez suffisant pour tenir jusqu’au campement des Odysséens. Un sifflement aigu la sortie de ses pensées. Le brun fit un signe de la main, demandant de s’arrêter. Un sourire rassurant plaqué sur les lèvres, Ali hocha de la tête et déposa son ami contre l’arbre situé à côté d’eux. La jeune femme s’étira et fit craquer son dos et ses épaules. Elle redoutait à cet instant les courbatures qu’elle allait devoir subir le lendemain.

- Dès qu’on sera sorti du marécage, tu partiras chercher des renforts. Je ne peux pas te suivre.

Une pointe de panique s’empara de la jeune fille qui ne s’attendait pas à ça. Au début elle prit cela comme une défaite vis-à-vis de sa blessure mais rapidement elle comprit qu’il ne pourrait pas tenir aussi longtemps, debout, souffrant à chaque pas qu’il pouvait faire. D’un côté elle le comprenait mais d’un autre elle ne voulait pas le laisser seul, avait peur de ce qui pourrait lui arriver si elle n’était pas là à ses côtés. La patrouilleuse était la seule à pouvoir le défendre au milieu de cette jungle remplit de prédateurs assoiffés de sang.

- T’es sûr de toi ? L’idée de te savoir seul me rassure pas vraiment, j’ai pas envie de te retrouver en lambeau à mon retour…

Aliénor laissa sa phrase en suspend avec une pointe d’inquiétude dans la voix. Elle avait peur, peur pour la vie de celui qu’elle considérait comme un père. Elle soupira. La situation était délicate et elle ne savait pas sous quel angle l’aborder. Ce serait certainement lui qui prendrait la décision à sa place, seul Skylar pouvait savoir ce qui était le mieux à faire.
by exception

avatar
05/05/2016 Ponyta 220 Norman Reedus morphine Second du chef de garde. - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège 21


Sujet: Re: Clap, clip, clap, quand le ciel se voile, les souvenirs se dévoilent | Ft. Skylar
Lun 30 Oct - 22:04

Ce n’était pas si facile d’avancer dans cet état, il fallait bien l’avouer. Skylar allait devoir avouer qu’il n’était pas capable d’avancer plus. Il grogna quand elle lui expliqua qu’il y avait pour bien plus de temps de trajet pour se rendre chez les cents. Il hocha la tête, en effet, ils avaient mieux temps de continuer à avancer pour aller chez les odysséens. Malgré tout, sa jambe ne partageait pas son avis, clairement. Chaque pas était douloureux et une torture. Skylar sentait qu’il pesait de plus en plus sur Aliénor. Elle n’aurait jamais les épaules pour le supporter tout le long du trajet et cela risquait de rapidement dégénérer. Il se laissa aller contre l’arbre contre lequel la jeune femme l’avait déposé. Il la regarda sourire et préférait la voir sourire que paniquer. La situation n’était vraiment pas bonne et ce n’était rien de le dire. Il en bavait, clairement. Au moins, le sang ne coulait plus, sinon Skylar aurait vraiment paniqué et ce serait dit qu’il était vraiment dans de beaux draps. Il avait l’impression de maîtriser un peu la situation même si clairement, tout ceci était merdique. Il ferma un instant les yeux pour se redonner du courage. Il ouvrit ses yeux et posa son regard clair sur Aliénor. Il espérait qu’elle l’écouterait et accepterait ce qu’il proposerait.

De toute manière c’était cela ou s’effondrer prochainement et ce ne serait pas beau à voir. Il ne voulait pas qu’elle le vît dans cet état, vraiment pas. Elle n’avait pas tort, le sang pourrait attirer des prédateurs. Skylar avait traîné quelques fois dans ces lieux hostiles, accompagné et avait constaté que la Nature était cruelle et sélective avec les plus faibles. « Nous n’avons pas le choix Ali. » Il parlait de manière très douce, comme quand elle était enfant et qu’il tentait de la raisonner. Essayez un jour de raisonner un enfant, ce n’était pas toujours facile et il fallait bien souvent de la patience face aux têtes blondes. « Tu seras plus rapide. Avec un peu de chance, tu tomberas sur des soldats en cours de route. Ils te croiront sur paroles. » Il l’espérait du moins. La brune avait toujours été quelqu’un d’important pour lui, même s’il ne l’affichait pas clairement. Alors il espérait que quand elle croiserait la route des militaires, ils l’écouteraient et ne lui riraient pas au nez. « Allez, en route. » Il s’approcha d’elle et passa son bras autour de la taille forte d’Aliénor. Le brun forçait clairement son corps à avancer. C’était douloureux, mais un pas après l’autre, il y arrivait. Ses paupières étaient lourdes et il aurait bien dormi. Le froid piquait sa chair et un tressaillement courut le long de son échine. Les marécages étaient vraiment un lieu hostile et cela pouvait donner vite le tournis.

Quel genre de prédateurs rôdait ici en attendant une proie faible ? Une proie comme lui ? « Parle-moi. » Sa voix était rauque. Il ne la regardait même pas, tentant de garder les yeux ouverts sur la route qu’ils effectuaient. « Par-là. » Normalement il ne se trompait pas de chemin, normalement ils allaient bien en direction de l’Odyssée. L’homme sentait son corps s’alourdir, celui-ci s’alourdissait et il n’était pas fait que de muscles. Il s’appuyait de plus en plus sur la frêle Aliénor. Ses pas se faisaient moins sûrs, moins fermes. Skylar avait beau lutter, il avait beau se dire qu’il devait résister, c’était dur. Il tentait de se raccrocher à quelque chose, ses souvenirs, ses sensations qui semblaient tomber dans un trou profond. Il marmonna vaguement quelque chose, voyant de manière étrange, pas fluide. Le brun avait conscience de la dangerosité de ce moment, mais n’arrivait pas bien à se raisonner.

avatar
20/04/2016 FLY 7657 Adelaide Kane Ava + FLY • Signa + ASTRA • Gifs + TUMBLR • Icons + vinyles idylles Multi-tâches + Cartographe + Patrouilleur + Notion de combat au corps à corps 33
✣ Speedy Gonzales ✣


Sujet: Re: Clap, clip, clap, quand le ciel se voile, les souvenirs se dévoilent | Ft. Skylar
Mer 22 Nov - 18:15


- Un visage du passé -

La fatigue commençait à faire effet, tout comme la conséquence de cette pluie qui avait installé une humidité à la limite du supportable. Les mains moites, la peau et les vêtements collants n'arrangeaient en rien la situation dans laquelle se trouvait les deux âmes solidaires. Aliénor était convaincue, comme toujours, que les choses iraient avec le temps. Que bientôt l'atmosphère deviendrait plus respirable qu'elle ne l'est, que Skylar pourrait marcher sans se soucier de tomber à terre et de souffrir à chaque pas fait en avant. Du mieux qu'elle le pouvait, elle le soutenait, lui apportait toute la force qu'y lui restait, toute la bonne humeur qu'elle pouvait propager de sa simple présence. La liberté qui leur tend les bras pousse les deux baroudeurs à s'avancer autant qu'ils le peuvent. Une légère pluie vient laver leur blessure et enlever leur saleté. L'homme tenait debout avec difficulté et la brunette faisait de son possible pour supporter son corps entre ses bras.

Ils s'enfoncent dans les marécages, évitant comme ils pouvaient les dangerosités de cet environnement encore trop peu connu par la jeune femme. Un pas après l'autre ils arrivent près d'un arbre, immense, presque reposant si on prenait le temps de le regarder, si la situation n'avait pas été tel qu'elle est. Aliénor aide son acolyte à se poser sous le chêne centenaire avant de faire part de ses inquiétudes vis-à-vis de l'idée de l'Odysséen. Le laisser seul n'était pas une bonne idée, elle en était persuadée. Ils n'avaient pas le choix, voilà qu'elle le reconnaissait bien. Elle voyait en lui tous ces enfants qui étaient descendus du ciel, tous ces criminels qui se prenaient pour des caïds mais qui flippaient au moindre bruit. Cela la faisait bien rire à l'époque, ils ne se doutaient pas encore de tout ce qui les mènerait à aujourd'hui, de tout ce qu'ils auraient à accomplir pour vivre. Parfois elle se dit que tout ça, c'est stupide. Qu'ils auraient pu éviter bien des problèmes en ne cherchant pas la guerre. Les gens sont con parfois, tellement con qu'ils en oublient presque de voir la vérité en face et d'oublier la casse. La guerre a changé énormément de choses, trop de choses…

- Tu seras plus rapide. Avec un peu de chance, tu tomberas sur des soldats en cours de route. Ils te croiront sur paroles.

La voix de Skylar résonne dans son esprit comme s’il s’était immiscé à l’intérieur de sa tête. Sera-t-elle vraiment plus rapide? Combien de temps lui faudra-t-il pour arriver au campement? Combien de temps avant de rencontrer un autre soldat? Du temps...ils en avaient si peu. Aliénor soupir. L’homme, toujours autant mal en point, se rapproche d’elle et place son bras autour de sa taille. Ils repartirent.

La cartographe sentait l'homme qui puisait jusque dans ses dernières ressources. Le visage grimaçant, les paupières lourdes, avancer devenait de plus en plus difficile, autant pour lui que pour elle. Les jambes de la jeune femme commençaient elles aussi à faiblir sous le poids de son acolyte. Pourtant, la brunette n'entend pas la sonnette d'alarme de son corps, ne veut pas l'entendre, ne cherche pas à la comprendre. En cet instant elle ne pense qu'à une chose, remmener Skylar sain et sauf chez lui.

- Parle-moi.

Lui parler...lui dire quoi? Qu'il allait peut-être y rester? Que leur chance de réussir était bien mince. C'était l'une des rares fois où Aliénor se sentait totalement impuissante, que ses idées noires prenaient le dessus sur son optimisme à toute épreuve. Elle ne voulait pas le voir partir, pas maintenant, pas entre ses bras. Elle avait vu beaucoup trop de gens mourir, beaucoup trop avait disparu, trop tôt, si loin.

- Tu te… elle grimace sous le poids de Skylar et continue. Tu te souviens, quand on était là-haut, ce jour où je t'ai parlé pour la première fois.... Mon père m'avait punie pour je ne sais plus quelle connerie encore et toi tu étais là, à l'autre bout du réfectoire. Tu es venus me voir et tu m'as parlé. A vrai dire tu me faisais peur à cet instant mais j'ai sentie que je pouvais te faire confiance…

C'était le seul moyen pour elle et pour lui de penser à autre chose, à quelque chose de plus positif. Les souvenirs qu'ils avaient en commun étaient parmi les plus précieux que la jeune fille avait. Elle pouvait en parler des heures, faire références à cette époque où rien de tout cela n'était encore arrivé, où l'idée même de descendre sur terre était inimaginable. La brunette finit sa phrase sur une pointe d'humour qui, elle l'espérait, ferait sourire Skylar. Entre temps, ils avaient tourné sur la gauche, suivant le chemin de terre qui se déroulait sous leur pied. Le poids du corps de l'odysséen s'alourdit au fur et à mesure qu'ils marchaient vers leur destination finale. Rapidement, la brunette prit conscience que quelque chose clochait et les marmonnements provenant du baroudeur confirmèrent la crainte de la jeune femme. D'un geste rapide et délicat elle déposa l'odysséen contre un arbre, faisant en sorte que sa jambe ne soit pas trop tordue. Comment allaient-ils bien pouvoir s'y prendre? Ali ne voulait pas l'abandonner au milieu des marécages mais lui était près à prendre le risque quitte à perdre la vie, certainement bouffé par un animal sauvage.

- La, la... essaye de rester concentré sur ma voix. On se pose quelques instants, mieux vaut pas forcer si on veut te voir arriver en vie au campement.

Elle pose alors sa main droite sur le front de son acolyte. Il est transpirant de fièvre. Cela l'inquiète au plus au point mais elle tente de ne rien laisser paraître en vain. La situation est bien plus grave qu'elle ne l'avait imaginé, il ne tiendra pas le coup s'il continue de forcer de la sorte. Ali soupire. Retire sa main, se met debout et inspire. Il n'y avait qu'une chose à faire et cela la déplaisait fortement.

- Bien. On va suivre ton plan. Je pars en direction de ton camp en espérant croiser des soldats et je ramène des secours. T’es sûre que tu pourras tenir jusque là? Je sais pas combien de temps ça va pouvoir me prendre, je sais pas si je pourrais être assez rapide, je sais pas si c’est une bonne idée. J’ai pas envie de te perdre, j’ai pas envie de te retrouver...mort.

Les larmes lui montent aux yeux. Elle sent la panique prendre le dessus, la peur et la tristesse de le perdre submerge ses pensées. Aliénor ne veut pas partir, elle ne veut pas le laisser seul à la portée de n'importe quel prédateur. Ils ne sont plus très loin des plaines qui mettent fin aux marécages. En quinze minutes elle se retrouvera en dehors de la zone mais combien de temps lui faudra-t-il pour trouver un groupe de patrouilleur ou des soldats en excursions? Elle tremble presque à l'idée de devoir le laisser seul. Son esprit s'embrouille, elle est perdue au milieu de cette cacophonie incessante de questionnement et d'appréhension.

by exception

avatar
05/05/2016 Ponyta 220 Norman Reedus morphine Second du chef de garde. - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège 21


Sujet: Re: Clap, clip, clap, quand le ciel se voile, les souvenirs se dévoilent | Ft. Skylar
Mer 6 Déc - 22:18

Sa blessure à la jambe avait vraiment mauvaise allure. Skylar sentait bien que quelque chose clochait. Pas après pas, il sentait qu’il devenait de moins en moins stable. Sa tête était lourde et il demanda à Aliénor de parler. Il avait besoin d’entendre sa voix, de sentir sa présence. Il avait beau être fiévreux, il avait terriblement froid. La voix d’Aliénor le maintint éveillé et il l’écouta parler de leur rencontre. Il sourit en se rappelant leur première rencontre. « Je faisais peur aux jeunes. Je t’avais vu faire ta connerie et je me suis dit que je devais te parler. » Car il s’était dit que si quelqu’un ne parlait pas à cette gamine, cela finirait vraiment mal. Il se souvenait de cet événement comme si c’était hier. Il se souvenait avoir vaguement observé l’engueulade du père. Skylar ne s’était jamais occupé du père d’Aliénor. De toute manière jamais personne n’aurait cru qu’il ait des intentions malveillantes envers la brune, il avait toujours été correct. Leurs tempéraments étaient différents, mais ils s’étaient apprivoisés année après année. Cela n’avait pas empêché Aliénor de faire ses conneries et de se faire emprisonner, ce qui avait irrité Skylar. Il ne lui avait jamais vraiment dit le fond de sa pensée et ce n’était assurément pas le moment de le faire. Il était en piteux état et ne savait pas si ce qu’il dirait serait cohérent. Le brun avait l’impression que son esprit était clair et net, mais il se trompait lourdement.

Le soldat était pris dans une brume psychique intense et ne savait plus réfléchir. Son corps se relâchait de plus en plus, ses jambes avançaient toutes seules, mais nul doute que bientôt il s’effondrerait. Skylar regarda d’un air perdu autour de lui alors qu’il se retrouva contre un tronc dans un état second. Ils n’étaient pas sortis des marécages et une pointe d’angoisse traversa le brun même s’il décida de ne rien dire. Il ne voulait pas faire plus paniquer l’autre femme qui devait se retenir de hurler ou de paniquer. Il essayait de se concentrer sur sa voix, mais c’était difficile. Skylar maintenait difficilement sa tête et il voulait tellement dormir. Un peu de sommeil ne pouvait pas lui faire de mal, n’est-ce pas ? Une voix lui souffla qu’il n’arriverait jamais au camp, ou alors très difficilement. « Je suis fatigué. » De ce moment, des derniers mois, de tout. Il était à bout. Skylar rouvrit les yeux alors qu’Aléinor toucha son front. « Hey, tout va bien. » Il était convaincu qu’elle avait une mine soucieuse sans savoir s’il se trompait ou pas. Le brun ne voulait pas qu’elle s’inquiète pour lui. Il était sûr que d’une manière ou d’une autre, cela allait s’arranger. La zone était franchement glauque et Skylar se demandait si son sang allait attirer un prédateur. De toute manière la femme ne pourrait pas le porter bien longtemps et si le soldat ne l’aidait pas, elle n’arriverait pas à le soulever. Il était véritablement un poids mort. Il n’osait imaginer ce qu’il pèserait quand il aurait relâché tous ses muscles.

« Il faut que tu y ailles Aliénor. Tu n’as le choix, tu dois le faire. » Il la regarda avec une certaine autorité même s’il le savait bien au fond, vu son état, elle n’en ferait qu’à sa tête. Déjà qu’en pleine forme il devait lutter pour lui faire entendre raison, mais alors là ! Skylar tendit la main et toucha celle d’Aliénor en espérant qu’elle entendrait raison. Allait-elle obéir et partir ? Pour leur survie, elle devait vraiment le faire. Skylar ferma les yeux, épuisé. Il entendit des bruits de pas sans savoir si c’était Aliénor ou quelqu’un d’autre. Il sentit l’odeur forte de l’herbe et d’autres choses. Quelque chose le souleva du sol. Il n’était qu’une poupée incapable de bouger. Le monde semblait évoluer autour de lui alors que les voix se firent plus fortes. Un mélange entre des voix masculines et féminines. Il sombra complètement dans l’inconscience, incapable de réagir correctement. Le monde se défaisait autour de lui, tout simplement.
Skylar se réveilla dans un lit et reconnut aussitôt l’infirmerie. « Il est réveillé mademoiselle Blackwood. » Il reconnut une de ses militaires en position droite. Son regard se posa sur Aliénor. « Hey toi. »  Il sentait bien la tension dans la tente. Il se demandait bien combien de temps il avait dormi, mais n’osait pas vraiment le demander. Il la regarda, se demandant bien si elle avait réussi à chercher de l’aider, mais visiblement oui vu qu’il était toujours en vie. Sa jambe n’était plus douloureuse, d’un côté il se sentait comme dans un nuage de coton.  

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Clap, clip, clap, quand le ciel se voile, les souvenirs se dévoilent | Ft. Skylar

 

Clap, clip, clap, quand le ciel se voile, les souvenirs se dévoilent | Ft. Skylar

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand le ciel tombe sur tes p'tites étoiles[Lena Io]
» GRAVITY † quand le ciel te tombe sur la tête
» Clap Your Hands [James & Pollo]
» Quand le soleil illumine ton visage et que tu ressembles à une ange tombée du ciel
» ϟ Thaïs ● Quand une étoile tombe du ciel et finit dans l'oubli... ;

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: welcome to hell :: Aux alentours de l’Odyssée :: La tourbière embrumée-