Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜“ You can be useful in so many ways ” (Isaïah)
maybe life should be about more than just surviving


avatar
20/12/2016 ELOW ; 479 JAI COURTNEY ; ELOW ; INFORMATICIEN ET LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; 71
— Chi cerca, trova —


Sujet: “ You can be useful in so many ways ” (Isaïah)
Sam 24 Déc 2016 - 11:21



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

You can be useful,
in so many ways.
19 décembre 2116

Pour de nombreuses raisons, les mecs comme lui n'avaient plus d'utilité spécifique. L'informatique avait péri avec la chute de l'Odyssée et les informaticiens se retrouvaient à devoir faire face à l'inexistant. Devos ne s'était pas apitoyé sur son sort. La renaissance était un processus long et périlleux, mais il ne pouvait l'envisager que lorsqu'il aurait tout en main. Tous les ingrédients et les informations nécessaires. En attendant, la priorité était au mode de vie. Aux armes et activités physiques liées aux ressources alimentaires. Entre quelques vagues réparations, quelques listings d'objets en tous genres, Devos laissait son esprit s'envoler dans des idées plus lointaines et plus improbables. Une partie de lui voulait préserver l'avancée technologique qu'ils avaient tous connue dans l'espace. L'évolution n'était pas censée faire de retour en arrière. Pas aussi brutalement. Ils étaient peut-être sur terre aujourd'hui, mais ils n'avaient pas les capacités et l'intelligence de comprendre et de s'adapter rapidement. Sans les Naoris, ils seraient sans doute tous dans une situation encore bien plus pénible. De trois cents, ils seraient peut-être passés à cent cinquante. Il n'avait pas besoin de faire des statistiques pour que la logique s'applique. Ils étaient en vie car il y avait des Terriens qui parlaient leurs langues. Des Terriens qui comprendraient ce monde mieux que n'importent qui. Devos savait qu'à un moment ou à un autre, il devra faire face à sa peur de l'extérieur. Il devra essayer ce que Tennessee fait déjà. Sortir, explorer, comprendre et s'adapter. Pour l'instant, Devos reste dans sa petite bulle, espérant avoir les connaissances nécessaires en main avant de se lancer dans l'inconnu.

Une clé à vidange entre les doigts, il attend assis dans une petite salle fermée de l'épave, encore légèrement en état. C'était là que se trouvaient les trois ordinateurs propres et fonctionnels qui avaient simplement besoin d'énergie pour être en marche. C'était là que se trouvaient les disques durs contenant le savoir de ces cent dernières années. Vestige sur l'humanité précieusement conservé par Devos et d'autres. Il les attendait, d'ailleurs. La clé glissait entre ses doigts, suivant le rythme invisible de son anxiété. Les réunions quant à la recherche d'une solution étaient souvent courtes, souvent ponctuer de discorde, souvent sensibles. Cela ne les empêchait pas d'essayer de travailler ensemble. De garder la tête sur les épaules. De ne pas oublier l'importance de leur tâche. Certains voyaient la solution dans l'hydroélectricité, d'autres sur l'énergie géothermique même s'il était évident qu'il n'avait pas les outils nécessaires pour. Comme souvent, toutes les questions étaient abordées, comme la combustion de matière biologique, la récupération d'outils électroniques, la création d'un possible générateur...

Devos perdait patiente. Il arrêta de jouer avec sa clé, se releva et la porte devant lui s'ouvrit. C'est le visage fin d'Isaïah qui apparut, poussant Devos à retourner s'asseoir. Il se dit que si elle est là, les autres ne devraient sans doute pas tarder. Il était assez courant que ces petites réunions soient annulées. Ils n'étaient toujours trois ou quatre, mais jamais la totalité. Il faut dire, les priorités pouvaient les empêcher de se concentrer et de se retrouver.

Tu sais si les autres vont venir ? Lance-t-il, jouant de nouveau avec sa clé. Quelque part, il sait que cette situation l'arrange. Que se retrouver seul avec Isa va lui permettre de mettre à exécution la volonté de Chris qui essaye depuis des mois de faire basculer Isa de leur côté. Devos n'est peut-être pas le plus aimable, mais s'il y a une chose qu'il sait faire, c'est jouer avec ses mots.

Ce n'est pas grave, on va se débrouiller. Il se relève, se dirigeant vers un coin de la salle pour remettre la clé à sa place, avec certains outils qui se trouvaient déjà là. A moins que tu veuilles annuler si tu as mieux à faire ? Question piège. Son visage se tourne vers Isaïah, lentement, alors qu'il pose son regard sur elle.


avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: “ You can be useful in so many ways ” (Isaïah)
Lun 2 Jan 2017 - 15:06



You can be useful in so many ways


Devos Acciario & Isaïah Stowaway
J’étais forcée de l’admettre, ces réunions tous ensembles me stressaient un peu. Déjà parce que, souvent, il manquait certains d’entre nous. Ensuite, parce que j’avais l’impression que nous peinions à avancer à trouver une solution pour nous remettre, tous, en circulation. En attendant, je reculais le moment de sortir de mon antre pour me rendre dans la pièce du vaisseau où nous étions attendus. A la place, je préférai finir de bricoler le coucou que j’avais récupéré à la décharge, songeant qu’il allait vraiment falloir que j’y retourne pour le cadavre du vélo. Le coucou en lui-même était un objet, certes, pas si utile que cela, mais dont les mécanismes étaient particulièrement intéressants et recherchés. Je devais bien admettre que, malgré notre avancée technologique lorsque nous étions dans l’espace, nous n’avions rien de pareil. J’adorais bidouiller tout ça, comprendre comment ça fonctionnait. D’ailleurs, si j’étais parvenue à remettre la partie horloge en fonction, en parvenant à trouver le mécanisme qui permettait de la remonter, il me restait encore le coucou en lui-même, qui ne voulait pas sortir de sa petite maison. C’était très frustrant. Dans l’idée, je pensais avoir compris, mais… Mais il me manquait une petite pièce, et il fallait que je trouve comment la reproduire, et dans quelle taille, et quel matériau.

Abdiquant pour le moment, surtout, me rendant compte que, si je tardais trop, j’allais être en retard et que certains, dont Devos n’aimaient pas ça, je poussai un soupir et me passai la main sur le front, y laissant une trainée de graisse noire. Prenant un tournevis, je me fis un rapide chignon avec, le glissant dans mes mèches brunes pour les retenir, et délaissai mon établi avec un dernier regard pour l’objet sur lequel je travaillai. J’étais tellement près du but qu’arrêter là m’agaçait. Mais bon… Je n’avais pas vraiment le choix.

Je remontai les couloirs de l’épave de la station, devant les regards amusés des gens que je croisais. Je ne pris pas le temps de m’arrêter pour le demander ce qui n’allait pas et arrivai bientôt à ma destination. « Désolée du retard. » m’excusai-je pour tout le monde avant de me rendre compte que Devos était tout seul. « Bah… Je suis la première ? » Demandai-je. Après tout, c’était un peu le truc qui n’arrivait jamais. J’avais plutôt tendance, en règle générale, à être la dernière à arriver aux réunions. Pas que je m’en foutais, mais surtout que… Je n’étais pas ponctuelle. Ou alors, c’était par accident. D’ailleurs, Devos ne tarda pas à me demander si les autres allaient arriver bientôt. Un peu hésitante, je répondis : « Bah écoute… D’habitude, je suis la dernière, hein…. Donc, je sais pas trop. Mais on peut attendre encore un peu si tu veux. » Pourtant, le brun ne tarda pas à se relever, visiblement peu disposé à les attendre. Mais peut-être était-il pressé ? Il était vrai que, le connaissant un peu, je savais qu’il n’aimait pas perdre son temps. Pour moi, ça ne changeait pas grand-chose. Ce n’était pas, après tout, comme si on me donnait des choses importantes à faire en ce moment. J’allais, peut-être, vraiment devoir songer à me recycler, et garder la mécanique pour mes loisirs. Cette simple idée me brisait le cœur. La mécanique, et l’informatique, c’était ce qui m’avait donné un but, dans la vie, là haut dans l’espace. Et Devos était bien placé pour le savoir, c’était son père qui m’avait enseigné les rudiments du métier.

A moins que tu veuilles annuler si tu as mieux à faire ?  Je clignai des yeux dans sa direction, me rendant compte que, comme bien souvent, mes pensées s’étaient égarées ailleurs, dans les souvenirs d’une vie passée. « Non, non, je n’ai rien de mieux à faire. » répondis-je, sans trop savoir à quoi je m’engageais sur ce coup-là.

avatar
20/12/2016 ELOW ; 479 JAI COURTNEY ; ELOW ; INFORMATICIEN ET LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; 71
— Chi cerca, trova —


Sujet: Re: “ You can be useful in so many ways ” (Isaïah)
Dim 15 Jan 2017 - 11:59



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

You can be useful,
in so many ways.
19 décembre 2116

La préservation de leurs outils informatiques, même si à l'heure actuelle ils étaient obsolètes, était vitale. Pour Devos, c'était important. Pour d'autre informaticiens comme lui, c'était important. Tout était toujours une question de temps. La patiente avait une force même au sein d'un code complexe. Rien n'était réellement instantané et la recherche pour la création d'une ressource énergétique était lente, pleine d'hypothèse, et elle n'allait probablement aboutir que dans quelques années. Devos était doué pour établir des statistiques, tout comme i l'était doué pour accélérer les processus. En attendant, tout ce qu'ils devaient faire, c'était trouvé une piste probable. Une solution qui devait être renouvelable. C'était ce sur quoi Devos se concentrait le plus. Les énergies renouvelables. Utiliser l'environnement pour apporter une source de puissance. Le problème, c'était qu'il n'avait aucune idée de ce que la terre pouvait offrir aujourd'hui. Il n’avait qu’une connaissance limitée de ce qu’elle offrait il y a cent ans. Voilà pourquoi aucun informaticien ne travaillait seul. Ils se regroupaient, ils se renseignaient et tâcher de compléter les oublis de certains. Les vides des autres. Aucun être n’était assez intelligent pour apporter une solution en un clin d’œil. Devos n’était certainement pas capable d’une prouesse pareille, malgré son niveau. De plus, il était encore plus inévitable aujourd’hui pour lui d’aller dehors. De sortir de sa zone de confort pour savoir ce qui pouvait être utile ou non. Pour l’instant, il se contenait d’observer les trouvailles des autres. Des morceaux métalliques, des débris, des objets en tous genres qui provenaient d’un autre monde, d’une autre époque. Trouver les matériaux adéquats, c’était quasiment impossible. Devos ne perdait pas espoir pourtant. Chaque chose venait en son temps, il le savait. Ils n’y avaient qu’eux qui pouvaient résoudre cette équation.

Comme souvent, les réunions étaient décalées, pleines d’imprévus. Finalement, même si Devos était prêt à partir, quelqu’un entra. Isaïah était là, surprise d’être la première. Ce n’était généralement pas dans ses habitudes. Il haussa les épaules. Ils pouvaient attendre encore un peu, pourquoi pas. De toute manière, ils n’étaient pas en train de jouer une course contre la montre. Ils savaient tous que la priorité n’était pas à la récupération de leur savoir. La priorité était à la survie de tous. Ce qui n’avait certainement pas empêché Devos de parcourir l’épave à la recherche de ce qui pourrait être recyclé pour la création d’un possible générateur.

Rien de mieux à faire ? Il soupire, se retourne complètement vers Isaïah et croise les bras. Il sait parfaitement ce qu'elle veut dire par là. J'imagine que c'est le cas de beaucoup. On avait tous un rôle bien précis là-haut et ici-bas, c'est tout l'inverse. Devos faisait partie de cette catégorie. Ses connaissances en intelligence artificielle ne lui étaient pour l'instant d'aucun réel service. Les robots ne fonctionnaient plus. Ils étaient au point mort. Sans énergie ou matière à insuffler de l'énergie, ils n'étaient que des pièces métalliques liées à un serveur inexistant. Les rôles avaient changé, c'est aussi simple que ça. Ils doivent tous se transformer. Ils doivent tous trouver comment devenir utile, sans pour autant perdre leur identité première. C'était une tâche aussi difficile que la survie. Tout le monde n'était pas prêt à s'adapter.

Je crois qu'il n'y aura que toi et moi aujourd'hui. Son regard avait glissé vers la porte par laquelle la jeune femme était arrivé. A priori, vu le temps que Devos avait passé seul à attendre, il y avait peu de chances que quiconque arrive maintenant. Ce n'était peut-être pas plus mal. Il sait exactement ce que cette situation était devenue désormais. Une opportunité. Un moment idéal pour faire ce Chris avait tenté de faire quelques mois plus tôt. Devos n'était sans doute pas le mieux placer pour faire ce genre de choses. Il n'avait pas l'aisance de Murphy pour parler et convaincre. Il avait un autre atout ceci-dit, surtout avec Isaïah. Il y avait un respect. Une compréhension de leurs façons d'être, de leurs intelligences respectives.

Ce n'est pas plus mal, j'avais des choses à te dire de toute façon. Il observe légèrement la réaction de la jeune femme avant de reprendre. Qu'est-ce que Chris t'a dit sur les rebelles ?


avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: “ You can be useful in so many ways ” (Isaïah)
Lun 13 Fév 2017 - 15:16

You can be useful in so many ways


Devos Acciario & Isaïah Stowaway
Je n’ai rien de mieux à faire. Qu’est-ce qu’il m’avait pris d’admettre ça ? Admettre mon inutilité. N’allait-il pas, comme Chris me la renvoyer dans la gueule ? Non. Je ne le pensais pas. Devos pouvait être un peu brusque dans ses propos, mais il n’était pas méchant gratuitement. Pas comme Wilson. Et puis… Il était comme moi. Nos compétences à l’un comme à l’autre servaient peu, depuis que nous étions sur Terre. Même si, pendant un temps, j’avais pu me concentrer sur la prothèse pour Rhys pour aider Ailina. Mais Rhys était mort avant d’avoir pu l’utiliser. Je n’avais, cependant, pas jeté les plans que j’avais copiés. Mon amie savait pertinemment que j’en avais un exemplaire pour moi. Et, mine de rien, je continuais à travailler dessus, même si cela restait de la mécanique. Rien d’aussi perfectionné que ce que nous aurions pu réaliser avec l’informatique, rien d’aussi fonctionnel que si cela avait pu être relié au cerveau. Dans mes rêves les plus fous, je me voyais – avec d’autres – remettre au point des prothèses fonctionnelles. Des prothèses qui remplaceraient totalement un membre sectionné, qui se mouveraient d’une simple pensée de la personne à qui elles étaient greffées. Parce qu’on ne savait jamais ce qui pouvait arriver sur Terre. Nous n’étions pas nés dessus. Quiconque perdrait un bras, ou une jambe aurait du mal à survivre sur cette planète devenue ô combien dangereuse. L’espace d’un instant, je me demandais comment cela se passait, du côté des terriens. S’ils avaient trouvé une technique, si les amputés étaient laissés pour compte ou s’ils étaient protégés.

Comme bien souvent, j’étais partie dans mes pensées, et il fallut que Devos reprenne la parole pour que j’en sorte et revienne au présent. J’aurais pu, certes, lui faire part de ce projet. Mais je le gardais pour moi, pas certaine que la blonde de l’autre campement apprécierait beaucoup. Je me contentai d’opiner du chef lorsqu’il confirma l’impression que j’avais depuis un an que nous étions arrivés. « Ils se sont précipités pour nous faire descendre sur Terre. La station n’était pas prête. Résultat… On a tout perdu… » lâchai-je à cause d’eux… Mon ressentiment était-il perceptible dans ma voix ? Je n’en avais pas la moindre idée, mais j’espérais que Devos n’était pas un adepte du conseil. J’en doutais quelque peu, cependant. Je le connaissais suffisamment pour ça. Même si j’ignorais encore qu’il faisait partie des rebelles. De même, je ne savais pas qu’il réfléchissait, comme j’avais pu le faire quelques temps plus tôt à un moyen de récupérer l’énergie. Si nous en avions parlé, j’aurais pu lui faire part de mes idées. Mais je n’en savais rien. A la place, je laissai le silence s’installer un instant, surveillant la porte, offrant à mon partenaire mon profil tâché de graisse noire et une vue imprenable sur le tournevis qui retenait ma chevelure.

Bon… Ils font quoi, là ? me demandai-je en croisant les bras sous ma poitrine. Ce n’était pas parce que je n’avais rien de mieux à faire que j’avais envie de poireauter cent cinq ans… C’était ce qui était particulièrement paradoxal chez moi : je pouvais me montrer extrêmement patiente lorsque je travaillais, mais je n’en avais pas la moins du monde lorsqu’il s’agissait d’attendre d’autres êtres humains. Et je n’étais peut-être pas la seule dans ce cas, en fait, puisque Devos en vint à abdiquer sur l’arrivée de nos autres camarades informaticiens. J’aurais été dans cette optique, j’aurais pu penser que c’était un coup monté pour que l’on se retrouve seuls. Mais je le connaissais suffisamment pour savoir que ce n’était pas le cas, le brun n’ayant jamais montré la moindre attirance à mon égard. Et, puisque nous étions seuls, la réunion allait donc, clairement sauter. Je m’apprêtais donc à le saluer et à repartir par où j’étais venue lorsqu’il reprit la parole, arguant qu’en fait, ça l’arrangeait presque et qu’il avait des choses à me dire. Surprise, je reportais mon regard sur lui, arquant un sourcil. Devais-je commencer à me méfier ? Je fis un pas en arrière pour mieux pouvoir l’observer alors qu’il reprenait la parole, mentionnant Chris. Qu’est-ce que mon ancien amant venait faire là-dedans ? Et le mouvement rebelle ? Fronçant les sourcils, j’hésitais à répondre. D’un côté, Chris ne m’en avait pas dit grand-chose, faisant que je ne savais pas qui en faisait partie ou non. De l’autre, si Devos était du côté du Conseil, même si je n’étais pas la plus grande fan de Chris, je ne voulais pas lui attirer d’ennuis. C’était là l’une des principales différences entre le militaire et moi : je faisais en sorte de protéger les gens qui comptaient ou avaient compté pour moi. « Chris ? Pourquoi tu me parles de lui » finis-je par demander.

avatar
20/12/2016 ELOW ; 479 JAI COURTNEY ; ELOW ; INFORMATICIEN ET LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; 71
— Chi cerca, trova —


Sujet: Re: “ You can be useful in so many ways ” (Isaïah)
Ven 3 Mar 2017 - 20:31



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

You can be useful,
in so many ways.
19 décembre 2116

Isaïah avait largement de quoi apporter aux rebelles. Devos n'en doutait absolument pas. Il suivait son instinct, guidé par des calculs des probabilités qui lui suffisait à savoir si oui ou non quelqu'un était assez important pour eux. À l'heure actuelle, beaucoup de choses étaient laissé en suspens. Les rebelles étaient présents, mais ralentit. L'arrivée sur terre de l'Arche, cette chute, ce nouveau départ, avait changé beaucoup de choses. Il était difficile de mettre en place des priorités quant au final, tant de choses devaient être réfléchis, pensés, mises en place. Mais le temps avait déjà fait son œuvre et une année s'était écoulé tout depuis le début. Depuis le commencement de cette nouvelle vie sur une planète qu'ils avaient tous regardé là-haut. Devos avait joué son rôle. Il savait exactement ce qu'ils possédaient tous. Cette gestion des ressources était une tâche aussi limitée qu'importante. Sans ça, comment survivre concrètement ? Mais Devos ne se contenter pas de compter, de préserver. Il était toujours prêt à bidouiller. À prendre deux morceaux de bois et à créer autre chose.Il assemblait, reconfigurait, découpait, produisait, tout ce qui pouvait être utile et améliorer leurs façons de vivre sur cette terre. Non, Devos ne s'occupait pas des armes. Il ne se gênait pas pour donner son avis quand une fonctionnalité lui paraissait louche ou mal conçue. Mais il ne voulait pas prendre part à ça. Il ne l'avait pas fait par le passé, il ne le ferait pas aujourd'hui malgré la situation. Cette vie sur terre, ils doivent l'affronter, mais aussi la conquérir. Ils étaient plus intelligents, plus malins, plus préparés que les autres. Ils pourraient reprendre le dessus. Ils pourraient trouver un confort technologique propre à leur évolution s'ils s'en donnaient les moyens. En attendant, ils n'étaient que peu nombreux à se réunir comme cette fois-là. Peu nombreux à vouloir recréer un monde familier. En attendant, ils ne devaient pas baisser les bras. Garder un œil ouvert, continuer de réfléchir.

On aurait sans doute perdu plus, si nous avions attendu. Même préparées, les choses auraient été compliqués. La station possédait une vie limitée. Tôt ou tard, ils auraient dû descendre. Tôt ou tard, ils auraient dû perdre quelque chose pour survivre ici. De plus, Devos n'avait pas supporté le sacrifice des cents jeunes envoyés sur terre et la situation tendue de l'époque aurait été épouvantable si l'Arche n'était pas défendue porté secours à ceux qui avaient offert l'espoir d'une seconde vie. De toute façon, ce qui s'était produit ne pouvait pas être changé et c'était là une vérité qui poussait Devos à ne pas réfléchir plus sur la question. Il se rendit compte, pendant un instant, des ressemblances qu'il avait avec Isaïah. De cette façon d'être plongé dans le travail au point d'ignorer le monde extérieur. La graisse sur sa peau, le tournevis dans ses cheveux… Devos n'était pas mieux. Il donnait l'impression de n'être jamais propre, d'être toujours en train de fabriquer quelque chose. Ses mains étaient épaisses, sales, coupés et cicatrices. Ses vêtements parfois déchirés. Ils étaient prêts à donner de leur temps, comme de leurs corps pour aboutir à de vrais résultats.

Je sais qu’il t’a dit des choses sur les rebelles. Je sais qu’il voulait que tu en fasses partie. Il apprécie une chose certaine : Isaïah s’est mis sur la défensive. Elle ne sait pas que Devos est du même côté et protège automatiquement les informations qu’elle possède. Tu n’as rien à craindre. J’espère simplement pouvoir te convaincre de nous rejoindre. Ils allaient devoir attendre et laisser de côté leur mission commune pour parler sérieusement. Devos était calme, il savait qu’il pouvait avoir confiance en elle. Il la connaissait depuis assez longtemps pour ne pas sauter les étapes et pour comprendre comment elle fonctionne.

Il y a tant de choses à faire Isaïah. Tant de choses pour lesquelles tu pourrais nous être utile. Il fixe la jeune femme dans les yeux, le plus neutre du monde. Devos n'est pas quelqu'un qui arrive à exprimer ses émotions correctement, ayant le plus souvent l'impression de ne pas en avoir. Mais la cause des rebelles, c'est autre chose. C'est concret. C'est important. C'est une marche vers un meilleur futur, un meilleur mode de vie, de communauté. Ils étaient tous bloqués, tous coincés. Entre ceux qui ne font rien, ceux qui en font trop et le conseil qui se moque d'un peu tout le monde. Il y a ces règles sans vie et ces règles qui devraient être définies. La tâche était multipliée par dix maintenant qu'ils étaient sur terre. Les rebelles devaient se serrer les coudes, rester ensemble, rester unis et se battre pour garder un semblant de paix dans un monde proche de toute fin.

Mais avant je veux savoir ce que Chris t'a dit. Qu'est-ce que tu sais de nous. Devos était peut-être quelqu'un de patient, mais il n'aimait pas qu'on ignore ses questions.


Admin △ Let the hunger control you
avatar
05/10/2015 Electric Soul 5513 Jensen Ackles Tag & tumblr Traître en cavale & rebelle anti-esclavagiste anti-royaliste (ex-mercenaire, ex-gladiateur) | Combat & maniement des armes 490
Admin △ Let the hunger control you


Sujet: Re: “ You can be useful in so many ways ” (Isaïah)
Dim 4 Juin 2017 - 10:00

Ce rp est archivé pour n'avoir pas reçu de réponse depuis plus de trois mois. Si vous souhaitez néanmoins le poursuivre, merci de MP un membre du staff

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: “ You can be useful in so many ways ” (Isaïah)
Jeu 8 Juin 2017 - 19:42

You can be useful in so many ways


Devos Acciario & Isaïah Stowaway
Bien sûr, Devos avait raison d’une certaine manière. Nous aurions pu perdre bien davantage. D’un autre côté… D’un autre côté, je ne parvenais pas à accepter qu’ils aient envoyés ceux qui avaient eu le malheur de faire une bêtise ou d’être au mauvais endroit au mauvais moment sur Terre pour y mourir. Manque de chance pour ceux du Conseil, ils avaient survécu et se rendant compte de leur erreur, nos leader avaient décidé de nous précipiter pour les rejoindre. Je ne croyais pas à l’excuse qu’ils nous avaient sortie après. Que c’était pour venir à leur aide. Quand je repensais à ma jeunesse avec mon père, je ne comprenais pas qu’il n’ait lui, jamais été arrêté et éjecté. Il l’aurait tellement mérité… Mais non, bien entendu. Même si nous étions dans la partie pauvre de l’Odyssée, il était proche des sphères du pouvoir. L’espace d’un instant, je me demandais s’il n’avait pas pu coucher avec l’une des membres du Conseil, justement pour rester à l’abri des problèmes. Je serrai un instant les poings avant de me rassurer en me rappelant que je ne l’avais jamais recroisé depuis que nous étions arrivés sur Terre, signifiant qu’il faisait obligatoirement partie de la mauvaise partie de l’Odyssée lorsque nous étions entrés dans l’atmosphère. Finalement, à toute chose malheur était bon. « On aurait peut-être pu garder l’électronique, si on s’était préparés avant de descendre sur Terre… » répondis-je néanmoins lorsque je pus enfin desserrer les mâchoires après avoir pensé à mon géniteur. Je ne savais pas si tout le monde était au courant de la haine que j’avais toujours éprouvée pour celui à qui je devais la vie. Si j’avais pu le tuer, je l’aurais fait… Tout en sachant que je n’en aurais jamais été capable. Il me terrorisait lorsque j’étais enfant. Et cela n’avait jamais changé jusqu’à la mort de ma mère, l’année de mes quinze ans lorsqu’il m’avait abandonnée à mon sort. J’aurais pu ne pas survivre, si mon voisin ne m’avait pas prise sous son aile. Je ne l’en remercierais jamais assez, d’ailleurs. C’était à lui que je devais d’être encore de ce monde.

Fermant un instant les yeux, je poussai un petit soupir avant de me concentrer sur les propos de Devos. Le sujet avait changé, déviant sur ma dernière conversation avec Chris et sur la Rébellion. Je n’étais pas certaine de vouloir avoir cette conversation avec mon collègue informaticien. Déjà, parce que j’étais persuadée que Chris s’était payé ma tête lorsqu’il m’avait parlé d’intégrer le mouvement, et que je n’avais aucune envie que l’homme qui me faisait face et pour lequel j’éprouvais énormément de respect, entre autres fasse de même. Ce que je pouvais accepter du militaire, je ne l’accepterais de personne d’autre. Pourtant, il semblait particulièrement sérieux. Son visage n’était jamais très expressif. Il était particulièrement doué pour dissimuler ses émotions. L’espace d’un instant, mes pensées dévièrent, alors que je me demandais si, même au lit il affichait un masque de joueur de poker ou s’il se laissait aller. « Il m’a peut-être dit deux ou trois petites choses, en effet. » finis-je par admettre à voix basse avant de croiser les bras sous ma poitrine. Pourquoi Chris voudrait que je fasse partie de ce mouvement ? On ne peut pas dire qu’on s’entende bien, lui et moi… De fait, nous avions une véritable relation de chien et chat. Entre la haine et l’amitié. Lorsque nous nous croisions, il valait clairement mieux rester à l’écart pour s’assurer de ne pas être pris dans un tourbillon de hurlements. « Pourquoi il veut que je rejoigne le mouvement ? Il m’a pourtant bien confirmé que c’était vrai que je ne servais à rien ici… En quoi je pourrais être utile, surtout si tu en fais déjà partie. » dis-je en baissant encore le ton, alors même que nous étions seuls dans la pièce, comme si je craignais qu’il y ait quelqu’un à la porte entrain d’écouter ce que nous pouvions être entrain de nous dire. De fait, j’avais presque envie d’aller vérifier qu’il n’y avait personne à l’extérieur. Un mouvement qui aurait sans doute été suspicieux pour toute personne passant dans le coin à cet instant. Je m’en abstins donc, même si j’avais des fourmis dans les pieds. Au lieu de bouger, je laissai Devos reprendre la parole, me flatter, me caresser dans le sens du poil, me dire que si, je pouvais être utile. Des mots que j’avais tellement besoin d’entendre que je dus détourner la tête pour qu’il ne voit pas à quel point cela pouvait me toucher. J’avais envie de lui demander de me dire clairement ce que je pourrai faire que lui ne pouvait faire mais, comme j’avais détourné la tête, je n’avais pas envie qu’il comprenne à quel point il avait touché une corde sensible. C’était déjà assez que j’ai avoué que Chris avait utilisé comme argument pour me faire rejoindre le mouvement le fait qu’à l’heure actuelle, je ne servais à rien. Quant à ce que Chris m’avait dit sur le mouvement… Que savais-je, au final ? J’étais au courant depuis longtemps… Je savais que c’était pour ça qu’Ailina avait été emprisonnée et envoyée sur Terre avec les autres débarqués, entre autres choses. « Je sais que, sur l’Odyssée, il s’agissait principalement de missions de sabotage. Ce qui a valu à une de mes amies de se retrouver envoyée sur Terre, d’ailleurs… » répondis-je en reportant mon regard sur Devos avant d’ajouter : « Après, ce qu’il en est depuis que nous sommes sur Terre… Je ne sais pas. Mais tu le sais, je suis loin de porter les membres du Conseil dans mon cœur… » Et c’était encore en dessous de la vérité. Clairement, tout ce qui pouvait les fragiliser et les obliger à partir était bon à prendre. Surtout si chacun prenait la responsabilité de ses actes. Hein, Chris… songeai-je.

Spoiler:
 

Admin - Tears of the phoenix
avatar
12/10/2014 Brimbelle 46413 Jessica Chastain Lux Aeterna Médecin / Herboriste 322
Admin - Tears of the phoenix


Sujet: Re: “ You can be useful in so many ways ” (Isaïah)
Sam 9 Sep 2017 - 21:00

Ce RP est archivé pour n'avoir pas reçu de réponse depuis trois mois. Merci de contacter un membre du staff si vous souhaitez néanmoins le continuer
 

“ You can be useful in so many ways ” (Isaïah)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Isaïah G. Stones | Ed Westwick
» Isaëlle [Guérisseuse]
» Una • ❝People don't change, they just find new ways to lie.❞
» Isaïa Chantelune [ Noble de Missède & Guérisseuse ]
» Fifty ways to say goodbye - LUCIEN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-