Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜{{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : Précédent  1, 2

Modo - Falling Away with You
avatar
23/09/2016 MysteryLight 2253 Natalia Dyer nephilim, . gif profil Murphy ** Signa, ÐVÆLING – EYLIKA, crackship Ali ♥ Cuistot 200
Modo - Falling Away with You


Sujet: Re: {{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
Mer 13 Sep - 14:51





Elle était toujours contente d’avoir quelqu’un à ses côtés, d’autant plus ravie lorsqu’il s’agissait de Murphy avec qui elle s’entendait bien, avec laquelle il était possible de réaliser ce dépeçage de lapin tout en s’amusant. S’amuser n’était peut-être pas le verbe le mieux choisi pour ce qui était entrain de se produire en ce moment même mais, au moins, elles parlaient de choses et d’autres qui faisaient passer cet acte rébarbatif au second plan. C’était comme tout le reste, ils profitaient de ces instants de presque insouciance ainsi offerts pour oublier un peu les drames qu’ils avaient vécus tant en étant sur l’Odyssée qu’en se crashant sur Terre. Cassandre avait préféré prendre le défi de ne plus trop y penser parce que c’était plus facile d’oublier les drames pour se contenter sur le moment présent. Ça avait toujours été simple pour elle de se tourner vers l’avenir. Et l’avenir pour le moment avait été la discussion sur le petit périple qu’ils feraient pour aller du côté des Cent. Si certains s’étaient déjà aventurés de ce côté pour aller retrouver des amis et de la famille, elle n’avait jamais réellement pensé un jour aller de ce côté-là. C’était une partie de sa vie qu’elle avait mis entre parenthèse et elle n’avait jamais pensé qu’un jour son passé et son présent se rejoindraient de façon à la fois si prévue et imprévue. C’était assez troublant pour qu’elle décide de voir ce que le futur les attendrait sans trop pour autant se prendre la tête. Elle n’avait pas encore décidé si elle irait retrouver des visages familiers lors de ce festin de Noël, se savait assez réservée sur le sujet Cent que pour ne rester qu’avec des têtes connues lors de cette sorte de banquet réalisé à la base pour rapprocher les troupes. Elle avait l’impression que même s’ils essaieraient, leurs différences seraient toujours présentes et qu’ils resteraient un peu entre eux même en faisant des efforts. L’idée était belle mais dans la pratique c’était toujours une toute autre histoire. Elle espérait cela dit que tout se déroule bien en cette soirée de Noël.

Elle avait parlé cadeau parce que c’était Noël et hocha la tête aux paroles de Murphy. Elle n’avait aucune idée de ce que Wilhelmina adorait comme petits plats de ceux qu’elle avait découvert sur Terre. Il lui faudrait se renseigner même si avant demain ça serait un peu juste mais au pire, elle lui offrirait un petit cadeau de Noël en retard en espérant ne pas l’intoxiquer avec un plat qu’elle n’aurait par ailleurs encore jamais cuisiné. « C’était mon professeur avant. » Ça l’était plus maintenant, elle ne savait d’ailleurs pas du tout si elle enseignait encore quelque chose. Leur arrivée sur Terre avait parfois fait que certains avaient du envisager une totale reconversion pour pouvoir apporter une aide quelconque au campement. Elle ne doutait cependant pas que Wilhelmina avait du en apprendre encore aux plus jeunes. L’on n’effaçait pas un métier qui avait définit votre vie juste comme ça. « C’est elle que j’ai trouvé en premier après le crash. » Après le crash et la mort, et celle d’Alexandre qu’elles avaient ensuite dû enterrer parce que Cassandre n’avait pas voulu que quelqu’un d’autre le fasse à sa place. « Tu crois quand même pas que tu vas m'avoir comme ça, si ? » Tant pis, elle aura essayé. Elle ne voulait pas trop en parler, ne savait pas trop au final ce qui la liait à Sam et voir Murphy parler de suite de petit-copain était troublant. Elle était consciente qu’ils étaient souvent ensemble mais ce n’était pas parce qu’ils semblaient proches qu’il devait forcément y avoir une quelconque romance entre eux, pas vrai ? Elle secoua la tête avec un sourire contrit pour la brune. Elle n’aimait pas y penser. « Le mec qui me supportera est pas né, et je suis pas une cougar. C'est foutu pour moi, Cassandre. » Cassie rigola franchement parce que si elle avait voulu embrouiller un peu Murphy, il était clair que c’était la même chose du côté de la patrouilleuse mais soit, elle n’irait pas lui poser d’avantage de question pour le moment. Elle n’avait jamais trop cherché à comprendre les relations qui liaient les plus âgés.

« T'as un implant, dis ? » La demoiselle sursauta violemment à la question en lâchant le lapin sur la planche en bois par la même occasion. Sans transition Murphy lui lâchait ça, mais c’était pas une façon de faire ça. Elle avait hoché la tête et ramassé le lapin. L’implant était quand même vachement utile et elle avait souhaité l’avoir assez tôt pour ne pas supporter quelques soucis du mois bien désagréables et quand même vachement handicapants. « Pourquoi tu m’demandes ça, c’est pas comme si. » Voilà qu’elle se mettait à rougir maintenant en comprenant où Murphy voulait en venir. « J’sais pas s’ils fonctionnent encore mais apparemment oui. J’imagine qu’ils vont se dérégler au bout d’un moment mais au pire on s’adaptera et t’as pas à t’inquiéter pour ça pour le moment. » Pour le moment parce qu’elle n’envisageait rien avec personne. Pour le moment, au moment même ou Murphy lui posait cette question qui la mettait un peu mal à l’aise.

Elle savait que la conversation n’était pas terminée pour autant mais se détendit un peu quand Murphy décida de jouer momentanément du jeu du club de soutient qui n’en étaient pas réellement un. Ils étaient juste deux jeunes qui s’entendaient très bien, il était tout simplement normal qu’ils passent beaucoup de temps ensemble sans qu’ils n’aient tous à s’imaginer des choses. Noël était revenu facilement sur le tapis parce que ça avait été le pourquoi de leur entraide de feu le lapin. Elle savait que tous ne viendraient pas, qu’il lui faudrait aussi laisser un peu de nourriture pour les gardes qui étaient de surveillance du campement et ceux et celles qui avaient décidé de ne pas venir, qui n’étaient pas forcément prêts à faire un premier pas vers ceux qui faisaient autrefois partie de l’Odyssée. « De toute façon, Astrae peut pas passer son premier Noël aussi loin. Elle sera gâtée, qu'elle reste ici ou qu'elle aille là-bas. » C’était trop dangereux pour une enfant de cet âge et sa mère de faire un tel périple. « Elles ne seront pas seules c’est ce qui compte, il y aura du monde pour veiller sur elles puis c’est une femme forte Adelaide. » Elle ne connaissait pas trop les membres du conseil mais tenir sur Terre avec un bébé a charge, donner la vie dans un univers aussi compliqué pour eux montrait une certaine force de la part de cette femme. Nouvel hochement de tête de la part de Cassandre. La marche sur une longue distance et la neige étaient deux étapes qu’elle ferait en une et étrangement elle n’avait pas si peur des trajets qu’ils auraient à réaliser pour aller jusque là-bas et revenir. Elle s’interrogeait surtout sur le comment cela allait-il se passer quand ils y arriveraient.

Le sujet du lapin revint tout naturellement sur le tapis et cette fois ce fut Cassie qui s’interrogea sur la chasse. Cuisiner elle savait faire, dépecer aussi, elle savait même le faire tout de seule même s’il était toujours plus agréable de le faire avec de la bonne compagnie. Chasser, c’était tout autre chose. Pour chasser il fallait être seul avec ses pensées et pour celle qui avait besoin d’être entourée, c’était une tâche à laquelle elle ne s’était jamais essayée. « Oh, bah j'imagine que oui. La vraie question ce serait plutôt : tu crois que du coup, il court deux fois plus vite ? » « Surement que oui. » Elle avait les yeux rieurs en imaginant le pauvre animal ainsi défiguré par la radioactivité qui résidait encore que cela soit par les pluies d’acides mortelles ou d’autres faits qu’ils avaient pu observer comme par exemple, la jument de Gen qu’elle avait trouvé si belle malgré sa difformité. « En tout cas, ça ferait deux fois plus de viande. » Tout juste, c’était la raison de la question même si elle n’en avait pas encore vu depuis qu’elle était préposée aux cuisines du campement. Elle était toujours curieuse d’en apprendre d’avantage sur cette terre et les conséquences des dégâts que leurs ancêtres à tous avaient causés. La malformation des animaux en était une, il y en avait surement d’autres en plus des pluies acides. Cassandre ne pu s’empêcher de sourire, amusée, devant le côté protecteur qu’avait adopté Murphy par rapport à Antarès. « T’inquièèète, j’vais rien lui faire à Antarès. » Elle l’aimait bien ce chien et n’avait jamais pensé qu’ils puissent en avoir un dans le campement. Un chien comme ceux qu’elle avait pu voir dans les archives. Avoir ce chien c’était comme si un retour à la vie normal était possible. Tout n’était pas touché par la radioactivité, il y avait encore de l’espoir. « On peut pas parler d'un autre animal ? Il y a bien des bêtes dont on pourrait rire, là, tout de... » Elle s’était arrêtée comme si elle cherchait une bonne vanne pour les faire rire toutes les deux. « Chris Wilson, tu vois qui c'est ? » Cassandre hocha la tête après un rire. « OK, alors la vessie de Chris. Montre-moi ça. » C’était tombé sur lui, pas de chance.

Elle se souvenait du garde à moitié loque humaine qu’elle avait tenté de ramener au campement quelques semaines plus tôt, elle ne se souvenait plus depuis combien de temps elle n’avait pas tenté de parler à celui qui ne lui avait quasi pas adressé un mot quand elle avait essayé de le ramener à l’infirmerie pour qu’il se soigne et récupère. « A trois, je passe en apnée. Fais ce que tu peux de ces quinze secondes. Un, deux... trois ! » Après ils ne leur resteraient plus qu’à mettre les morceaux de côté qui seraient ainsi prêts pour la cuisson. Encore quelques uns et ils seraient prêts pour ne pas venir les mains vides au campement des cent. Elle prit le couteau et le laissa sur le côté. Elle n’avait pas besoin de l’outil pour s’occuper de la vessie de Chris. Le pauvre, il allait y passer à chaque fois. « Ça va c’est pas si terrible on s’habitue. » Elle n’aimait pour autant pas réaliser à chaque fois les mêmes gestes pour avoir de la viande pour le soir. Une fois la vessie du lapin retirée sans qu’il y ait des dommages collatéraux sur les lapins ou l’une d’entre elle, elle la balança dans le reste d’éléments à jeter à la fosse aux ordures plus tard. « Y’a plus qu’à nettoyer maintenant dans la bassine de neige. » C’était pas évident d’avoir de l’eau à cette époque, encore moins évident d’attendre que la neige fonde pour avoir de l’eau digne de ce nom. Il y avait toujours la solution de faire un feu à côté de cette cuisine improvisée mais c’était un peu juste. Au pire elles le nettoieraient de façon la plus sommaire qui soit avant de garder les morceaux de côtés pour le festin de ce soir. « C’était pas si difficile hein ? La prochaine fois c’est toi qui m’emmène chasser. » Comme ça c’était chacun son tour. Elle espérait que Murphy avait la patience pour apprendre les bases à une Cassandre qui débuterait tout juste dans le domaine, qui préférait toujours avoir la tête en l’air à observer la nature enneigée comme elle l’avait fait en d’autres époques de cette année quitte à se prendre le pieds dans un piège à la con qu’elle n’avait pas vu. Si elle était réticente à l’idée de la chasse, elle ne pouvait restait curieuse. Si grâce à elle Murphy aurait appris l’aventure du dépeçage d’un lapin, elle voulait en apprendre aussi sur un domaine qui lui était encore inconnu.

avatar
06/12/2015 Lux Aeterna 30181 Sophia Bush Avengedinchains (vava) ; Oreste (image profil); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) ancienne militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. 439


Sujet: Re: {{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
Dim 1 Oct - 21:07



❝ Butterflies and Hurricanes ❞
Murphy Cavendish & Cassandre Darcy & feu le lapin
(23 décembre 2116)


S'il y avait bien une chose que tous avaient appris depuis qu'ils avaient mis les pieds dans ce nouveau monde, c'était que chaque minute était comptée. Pas forcément dans le sens fatal et fataliste du terme, mais dans ce qu'il offrait de plus hédoniste. Murphy n'avait jamais tant apprécié les instants passés en compagnie de ceux qu'elle aimait que depuis qu'elle avait réalisé, pleinement et de la façon la plus concrète, qu'ils pouvaient lui être arrachés à chaque moment. Les moments les plus simples lui paraissaient aujourd'hui les plus précieux parce qu'ils se faisaient de plus en plus rares. Chacun s'investissait dans ses missions au point, parfois, d'en oublier la beauté la plus simple de l'existence. Il arrivait même à Murphy de se laisser emporter par le flot de tâches qui lui étaient imparties, et elle ne se réveillait que quelques jours ou quelques semaines plus tard sans comprendre comment tant de temps avait pu s'écouler sans qu'elle ne lève le nez de ses travaux. Ça pouvait être un rappel de la nature que les saisons défilaient, une feuille aux tons orangés qui marquait la fin d'un été harassant, les premières neiges qui annonçaient la fin d'une nouvelle année, la rivière qui dégelait à la sortie de l'hiver. Ça pouvait être un anniversaire que l'on fêtait avant d'avoir pris le temps de le voir arriver, un Noël de plus, les festivités de l'entrée dans une nouvelle année. Il était parfois douloureux de garder un recul que certains auraient pu considérer sain, et les corvées et tâches plus ou moins ingrates apparaissaient alors comme des planches de salut presque miraculeuses, un moyen comme un autre d'éviter la noyade en acceptant de se laisser ensevelir par ce que paraissait plus facile à appréhender. La pensée de l'immédiat remplaçait les considérations pourtant indélébiles du lendemain et de l'incertain.

De temps en temps, accepter de refuser l'un et l'autre, le déni et la panique, l'abandon et le nébuleux, apparaissait comme le choix le plus évident. Ne pas penser à la perte des êtres chers, ne pas se noyer dans l'insignifiant qui masque les angoisses. Ce genre de parenthèses était rare et d'autant plus précieux aux yeux de la brune, qui les accueillait à la fois les bras grands ouverts et avec une pointe d'appréhension, celle liée à la conscience de leur singularité. Le crash. Et il y avait des mots, comme celui-là, qui rappelaient à de douloureuses images, collaient des frissons, humidifiaient les prunelles. Avec un sourire protecteur, presque maternel, Murphy passa un bras derrière le dos de la jeune fille et lui frotta l'épaule. Mais avec le temps, elle avait réussi à s'armer de feintes et de sourires légers qui appelaient à l'évasion de l'esprit. Cassandre était encore jeune mais Murphy était persuadée que ses joues empourprées ne devaient leurs couleurs qu'à la simple pensée de Sam. Au diable les marmites qui chauffaient non loin de là; le jeune homme était le responsable du rosé de ses joues et du sourire qu'elle pouvait jurer voir se dessiner dès que son prénom était mentionné. Mais il y avait aussi les questions les plus sérieuses, celles qui avaient été réglées depuis bien longtemps pour elle mais prenaient une toute autre tournure pour la jeune génération. Elle souriait, Murphy, s'amusait un peu de la gêne de Cassandre mais se contenta de répondre sobrement. « Je demande ça comme je te demanderais si t'as soif. Je m'informe de ta santé, c'est tout. » Elle haussa les épaules, n'insistait pas mais la part d'elle qui avait paniqué quelques secondes plus tôt respirait à nouveau. Cassandre n'avait rien à craindre de ce côté-là; quant à l'obsolescence de leurs implants, il serait toujours temps d'appréhender le problème lorsqu'il pointerait le bout de son nez. En attendant, ça leur faisait toujours une problématique de moins à gérer et Murphy pourrait continuer de mettre Cassandre mal à l'aise avec des sous-entendus d'adultes. Elle ne se sentit jamais tant grande soeur de Cassandre qu'à ce moment précis, à la fois taquine, prévenante et protectrice.

Mais elle n'était pas bête, elle voyait bien que le sujet était loin d'être l'un des favoris de la brunette dépeceuse de lapins. C'était quelque chose à laquelle une part secrète d'elle pouvait s'identifier, en cela justement qu'elle demeurait secrète et se nourrissait des non-dits. Les mots avaient le pouvoir de rendre les choses concrètes mais amenaient avec eux le brusque de la réalité. Murphy approuva de la tête l'allégation de Cassandre au sujet d'Adelaïde et son cœur se serra un instant à l'idée de laisser derrière elle son amie et sa filleule. Elle avait préparé à la petite fille un joli cadeau pour son second Noël et comptait le lui donner avant de partir. Elle ne savait pas à quel âge les souvenirs commençaient à s'imprimer dans les mémoires; elle-même n'avait pas de souvenir de son père et considérait, à juste titre ou non, qu'ils ne marquaient les esprits qu'après quelques années. Pourtant, elle se l'était promis dès qu'Adelaïde et son compagnon avait fait d'elle la marraine d'Astrae, elle ferait compter chaque moment, protégerait l'enfant même si sa mémoire pouvait encore être modelée par le temps et l'expérience.

Mais trêve de bavardages; elles avaient des affaires à gérer ici avant que la viande ne perde de sa fraîcheur. Elles y revenaient toujours, au pauvre lapin, parce qu'elles ne s'étaient pas donné tout ce mal pour voir la viande abandonnée, même si juste dans le doute. « Deux fois plus de boulot pour tes petites mains. Enfin... presque deux fois. Y'aura une seule tête à couper, ça sera l'avantage par rapport à deux lapins distincts. » Très sérieuse, Murphy s'imaginait à présent face à un animal pareil, à toute l'organisation que ça pouvait demander pour maintenir les deux corps dans la bonne position pour s'occuper d'eux. Mais Cassandre était maline et n'oubliait pas la victime qu'elles avaient devant elles. Elle représentait déjà un défi à elle toute seule. « Fais gaffe, hein ! » Elle la menaçait d'un index tendu vers son nez, espérant faire mouche sans avoir besoin de proférer de concrets avertissements. Elle savait que certains, à commencer par Richard, ne portaient pas spécialement Antarès dans le cœur, mais elle espérait que Cassandre n'était pas de ceux-là. Elle le savait, quelque part, qu'elle n'était pas de ceux-là. Elle avait déjà surpris la lueur brillante de son regard des dizaines de fois en caressant le petit chien devenu grand.

Chris Wilson, bien sûr que Cassandre se souvenait de lui. Qui pouvait oublier un fantôme pareil ? La jeune fille avait été celle qui était tombée dessus dans les bois. Elles n'en avaient jamais réellement parlé, toutes les deux, considéraient sans doute que c'était inutile de commenter une telle aventure. Murphy ne supporterait sans doute d'ailleurs pas de feindre une quelconque compassion envers le rebelle. Elle avait déjà trop essayé, trop bataillé, trop échoué. Elle se contenterait donc de l'imaginer sous la lame de Cassandre, ça c'était une bonne vengeance. Personne n'avait besoin de savoir que ce genre d'images lui donnaient le sourire, un sourire un peu sadique mais un sourire surtout léger, presque enfantin. D'un geste de la main, elle indiqua à Cassandre qu'elle avait pris sa respiration et lui offrait quinze secondes. Il fallait qu'elle soit rapide et agile, la petite -et la patrouilleuse se félicita intérieurement du défi qu'elle venait involontairement de lancer à Cassie; car la pression du temps et de l'efficacité, c'était la meilleure façon d'apprendre. Elle observa les gestes assurés de la demoiselle alors que le manque d'air commençait sérieusement à se faire ressentir. Ce n'est pourtant que lorsque la vessie de Chris le lapin trouva sa place parmi les détritus organiques qu'elle s'autorisa à reprendre son souffle; de grandes inspirations sonores et désespérées qui lui firent presque oublier l'odeur de la viande fraîchement mise à nu. « Tu veux bien t'en occuper ? Et moi j'amène la peau au tannage. J'te dois bien ça, tu t'es occupée de la vessie de Chris. » Elle attrapa le lapin, grimaça, retint un haut-le-cœur provoqué par l'odeur pestilentielle qui se dégageait du récipient rempli de déchets, et tenta à nouveau l'apnée, qui s'avéra encore moins simple lorsque l'on voulait prendre la parole. « Deal ! Et Antarès est d'accord aussi. » Le chien s'était relevé, tournait autour des deux brunes, avait à nouveau envie de se dégourdir les pattes. Elle faillit lui marcher dessus en se dirigeant vers la bassine fraîchement remplie de neige propre et y déposa la viande. « Je m'occupe de ça, aussi, c'est sur mon chemin. » Elle désigna d'un index hésitant le récipient de déchets biologiques et s'en approcha progressivement, méfiante, comme pour s'habituer peu à peu à l'odeur qui s'en dégageait. « Je te ramène ça après. Allez, je me dépêche, je tiendrai pas très longtemps le nez là-dedans. » Elle fit un signe de la main et, les sourcils froncés, les lèvres mordues, attrapa d'une main le contenant, contourna Antarès, et sortit pour attraper de l'autre la peau fraîchement séparée de son propriétaire.

Spoiler:
 
 

{{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» » Butterflies and Hurricanes « [Pv Jason et Chloé]
» Cassandre
» A la recherche de son passé [PV Cassandre]
» ENORA ϟ ta gueule, cassandre.
» Le syndrome de Cassandre... [Rp Darren - Cassandre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: place of death :: La forêt profonde :: Les vestiges de l'Odyssée-