Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜{{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
06/12/2015 Lux Aeterna 29545 Sophia Bush Avengedinchains (vava) ; Oreste (image profil); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) ancienne militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. 160


Sujet: {{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
Dim 18 Déc - 4:53



❝ Butterflies and Hurricanes ❞
Murphy Cavendish & Cassandre Darcy
(23 décembre 2116)


Cette fois-ci, au moins, rien ne lui était arrivé. Pas cette fois, pas à chaque fois -quand même ! Sa patrouille s'était déroulée dans encombre, des premières lueurs du matin au milieu de l'après-midi, quand un collègue reprit sa garde -leur garde, avec Antarès. Elle avait laissé son chien vaquer à ses occupations autant qu'il le souhaitait. Elle le laissait chasser dès qu'ils sortaient, parce qu'elle savait que le campement ne comptait pas s'accabler d'une bouche supplémentaire à nourrir, et encore moins de celle d'un animal. Ils avaient fait le sacrifice pour Calypso, mais ça s'arrêtait là. Malgré tout, au lieu de les handicaper comme certains avaient pu le penser de premier abord, le jeune labrador s'était avéré être d'une utilité assez étonnante. En plus de chasser ses propres repas, il en ramenait fréquemment au campement, et Murphy pouvait enfin se targuer, même si ce n'était pas de son fait, de ramener un peu de viande aux siens. Elle ne pouvait pas le nier; la vie avec Antarès était un peu plus douce. Il lui suffisait de poser son regard sur le jeune chien pourqu'un sourire réflexe illumine son visage. Et puis ces deux journées d'août à des kilomètres au nord du campement avaient amené un nouveau souffle étrange à sa vie, comme s'il lui avait suffi de quarante-huit heures pour découvrir qu'un tout nouveau monde existait réellement et qu'il était palpable.

Cette fin d'après-midi ressemblait à d'autres qui lui avaient succédé ce mois-ci. Antarès l'avait rejointe avant qu'ils rentrent tous les deux au campement, un petit animal à la gueule. Le sang de la bête morte avait dégouliné sur le museau du chien et laissé une traînée de gouttes pourpres qui faisaient fondre la neige dans le sillon du labrador. Murphy ne s'était pas donné la peine de récupérer le lapin -la proie favorite de son fidèle compagnon- et avait laissé Antarès le rapporter fièrement jusqu'au campement. Elle savait à qui elle allait donner cette pièce de viande, et elle espérait vivement tomber sur son amie, même si elle savait qu'il y avait autant de chances qu'elle tombe sur l'un de ses collègues. Lorsqu'elle retrouvait Cassandre pour lui offrir l'une des victimes d'Antarès, elle savait toujours que ce ne serait pas l'affaire de deux minutes et de quelques politesses. Elles se retrouvaient toujours avec un plaisir qui mettait du baume à l'âme de la patrouilleuse. Elle avait d'autant plus appris à apprécier ces petits moments depuis la disparition de Faust et d'Harley; chaque instant passé auprès des siens était accueilli comme un cadeau qu'elle savait mortel. Ce n'était qu'une question de temps avant que ce nouvel équilibre se brise à nouveau. En un an, elle avait perdu deux amies. Qui savait si elle-même passerait une seconde année entière ici-bas ? Qui savait où elle serait l'hiver prochain, si elle reverrait la neige une troisième fois, ou si elle connaîtrait ces chaleurs infernales de l'été ? Leur existence n'avait jamais été si fragile que sur cette Terre. Dès qu'ils franchissaient la rempart bricolée de leur campement, ils savaient qu'ils prenaient le risque de ne pas le reprendre dans le sens inverse. Ils s'étaient habitués à cette idée du constant danger comme ils le pouvaient, mais cette épée de Damoclès qui flottait au-dessus de leur tête à chaque instant restait quelque chose de nouveau pour eux qui n'avaient connu qu'un monde aseptisé où les plus grandes menaces qu'ils encouraient n'étaient liées qu'à la justice proclamée et exécutée par le Conseil et aux maladies qui s'abattaient aléatoirement sur les habitants du vaisseau.

Chaque retour au camp était perçu par Murphy comme une petite victoire de plus et, quelque part, un entrainement de plus. Il y avait des patrouilles et des expéditions qui lui apprenaient plus que d'autres; elle devait déjà la vie à deux Terriens, mais elle espérait ne plus avoir à dépendre d'inconnus ou de semi-inconnus dans l'avenir pour sa propre survie. Elle avait beau crier à qui voulait l'entendre qu'elle était forte et indépendante, on finirait par ne plus la croire. Certains ne l'avaient probablement d'ailleurs jamais cru... Il fallait qu'elle leur prouve --qu'elle lui prouve que ce n'était que quelques erreurs de parcours et qu'elle n'était pas une enfant incapable de pressentir et d'éviter les dangers. Ce jour-là représentait une autre victoire en plus de la survie; celle des estomacs. Elle releva le regard d'un des gardes en faction près de l'entrée du camp; il avait vu le lapin, et ses yeux révélaient déjà son appétit. « Eh ouaiiis, c'est mon chien qui te ramène ça » avait-elle lâché fièrement en levant les bras, tournant sur elle-même en faisant un clin d'oeil à son collègue. Elle avait ensuite directement pris la direction de la tente qui servait de cuisines aux équipes attitrées. Elle passa son nez à l'entrée pour évaluer les personnes présentes et chercha un instant Cassandre du regard. Antarès, lui, ne s'était pas donné cette peine. Il connaissait déjà le chemin et la personne à qui il devait amener son trophée. Lorsqu'elle trouva Cassandre, qui lui tournait le dos, le jeune labrador était déjà posté à ses pieds, cherchant à attirer son attention. Silencieuse, avec un sourire malicieux, Murphy s'approcha de Cassandre et hésita un instant entre lui tirer les cheveux et lui hurler dans l'oreille. C'est donc tout naturellement qu'elle opta pour une troisième option : sans prévenir, elle passa les bras devant son ventre et se mit à la chatouiller, non sans quelques gloussements amusés. « Devine qui c'est ! » lança-t-elle avant de poser son regard sur Antarès. « Même si t'as un indice à tes pieds... » soupira-t-elle, défaitiste, avant d'ajouter un peu plus fièrement : « Un indice qui t'apporte une surprise ! »
En ligne

Modo - Falling Away with You
avatar
23/09/2016 MysteryLight 2132 Natalia Dyer Morrigan. gif profil Murphy ** Signa, ÐVÆLING – EYLIKA, crackship Ali ♥ Cuistot 79
Modo - Falling Away with You


Sujet: Re: {{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
Jeu 5 Jan - 2:47



Cassandre était restée au campement ce jour-ci. Cela faisait du bien de rester parmi les siens sans prendre des précautions à chaque fois qu’elle voulait mettre les pieds rien qu’aux alentours. Si elle avait pris l’habitude de trainer non loin du campement, il y avait des jours comme celui-ci où il faisait bien de se retrouver dans leur lieu de vie, où il était bon de se rappeler qu’ici était le seul endroit où ils pouvaient véritablement se sentir en sécurité même s’il ne lui était encore rien arrivé de bien dangereux en se promenant pour chercher diverses plantes pour agrémenter leurs repas. Elle attendait ceux qui exploraient bien plus loin qu’elle ne l’avait fait même en les accompagnants. Elle n’était jamais allée bien loin, n’avait que rarement passé le cap de traverser ces bois de long en large, préférait au maximum se donner un temps de marche en tête qui s’avérait être déjà bien long même s’il ne s’agissait que de quelques kilomètres. Seule, elle n’allait jamais bien loin. Accompagnée, elle préférait faire demi-tour dès que le temps lui semblait bien assez long même lorsqu’il ne l’était pas tant que ça en réalité. Marcher ne lui faisait pas peur, en découvrir d’avantage sur ces autres était plutôt captivant si et seulement si elle se sentait en sécurité, chose n’avait jamais véritablement ressentie sur cette Terre.

C’était un peu le foutoir par ici même si elle s’acharnait à vouloir tout ranger une fois la cuisine faite.  C’était plus compliqué pour ça aussi depuis qu’ils avaient atterris. Il y avait ce souci du gain de place qui n’était jamais facile à coordonner avec les rangements qu’ils n’avaient plus comme avant. Ils avaient les connaissances pour construire des choses plus ou moins solides mais les connaissances n’étaient que trop rarement en accord avec la réalité. Heureusement ils avaient fait avec les restes du vaisseau qui étaient réalisé de matières bien plus stables que celles qu’ils auraient pu trouver dans la forêt. Les constructions en bois, Cassandre n’en était pas très fan sauf si on lui montrait par A + B qu’elles étaient solides et que rien ni personne ne risquait de se casser la figure au premier essai. Difficile ce retour sur Terre donc pour des Odysséens habitués à la stabilité de l’Odyssée. Son visage soucieux se métamorphosa quand deux mains traitresses d’une Murphy taquine vinrent lui faire des chatouilles. « Je suis très chatouilleuse. C’est vilain de me surprendre comme ça. Elle est vilaine vilaine tata Murphy. » Elle s'approcha d'Antarès l'air faussement boudeur tentant mal de cacher l'amusement qui l'avais pris deux secondes plutôt tout en lui grattouillant la tête. « Coucou Antarès, alors qu’est-ce que tu me ramènes aujourd’hui. » Elle espérait que le lapin à ses pieds n'avait pas trop souffert.  

S’ils ne pouvaient pas se passer de nourriture, elle aimait savoir qu’ils n’étaient pas des sauvages envers ces pauvres bêtes dans le bas de la chaîne alimentaire. « Du lapin, mercii mon vieux, ça c’est du bon boulot. » Cassandre était toute contente, ne savait pas si c’était la dernière prise qu’ils auraient de l’hiver. « Ça va être le sale boulot maintenant tu sais hein. » Elle grimaça en montrant qu’elle n’aimait toujours autant pas même si elle en avait pris l’habitude et râlait pour la forme. « Tout s’est bien passé ? » Coup d’œil à Murphy de la tête aux pieds. Elle semblait aller bien. Elle avait peut-être un peu froid. Cassandre se réjouissait de ne jamais avoir été très frileuse. Bien sur ne pas être frileuse sur l'aile Weldon ne préparait pas au froid de l'hiver mais c'était un début à tout. « Ça sera plus difficile les semaines prochaines pas vrai ? » Le cycle des saisons encore une habitude nouvelle pour ceux qui n’avaient vécu qu’un hiver, qui savaient ce qui les attendraient les semaines à venir. Le froid. La faim. La fatigue et l’envie que la vie reprenne son cours en laissant le printemps reprendre ses droits.


avatar
06/12/2015 Lux Aeterna 29545 Sophia Bush Avengedinchains (vava) ; Oreste (image profil); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) ancienne militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. 160


Sujet: Re: {{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
Jeu 5 Jan - 22:05



❝ Butterflies and Hurricanes ❞
Murphy Cavendish & Cassandre Darcy
(23 décembre 2116)


Elle ne pouvait pas le nier, Antarès lui apportait de nouvelles victoires au quotidien. La chasse n'avait jamais été son truc depuis qu'ils étaient là; les rares fois où elle avait ramené de la viande au campement résultaient plus d'une suite de chances incroyables que de réelles capacités de chasseuse. Lorsqu'elle accompagnait ses vadrouilles et ses patrouilles de son chien, ses victoires de chasse ne dépendaient plus réellement du hasard ou de coups de chance. Lui savait chasser; elle n'en avait jamais espéré autant lorsqu'Oona lui avait confié le jeune chien en lui expliquant de toutes les façons possibles que c'était dans la traque qu'il était censé exceller. Elle n'y avait vu que la recherche des disparus, la recherche de Faust avant tout. La chasse n'était qu'un bonus, car oui, aujourd'hui, Murphy appréciait ce rôle qu'il s'était attribué, celui d'un chasseur à part et aux exploits non négligeables. C'était avant tout pour se nourrir lui-même qu'il chassait, mais il semblait avoir très vite compris que ramener un peu de bonus à sa maîtresse ne lui attirerait que des faveurs supplémentaires. Et la patrouilleuse, quant à elle, s’accommodait assez bien à cette nouvelle habitude qui consistait à revenir avec une petite surprise pour les cuisiniers. Parmi ces cuisiniers, en plus, se trouvait une brunette qui avait su, en quelques mois à peine, gagner une place toute particulière dans le cœur de la trentenaire. C'était à elle qu'elle confiait les trophées de chasse d'Antarès, et lorsqu'elle n'était pas en cuisines, c'était non sans regret qu'elle laissait les victimes de son chien à un autre marmiton. « Je suis très chatouilleuse. C’est vilain de me surprendre comme ça. Elle est vilaine vilaine tata Murphy », grogna Cassandre au petit animal sous le regard déçu de la maîtresse de ce dernier. Pour l'effet de surprise, c'était plus que raté. « Coucou Antarès, alors qu’est-ce que tu me ramènes aujourd’hui. » Murphy lâcha la brunette en lançant un regard tendre à celui que Tennessee et elle avaient surnommé Major. « Et moi ? Je pue le pâté ou quoi ? » lança-t-elle, boudeuse à son tour alors qu'Antarès lâchait fièrement sa victime aux pieds de Cassandre. Elle s'approcha du plan de travail de la jeune fille pour préparer un peu le terrain à ce qui allait suivre. « Ça va être le sale boulot maintenant tu sais hein... » Murphy lança un regard peu convaincu à Cassandre. Comme à chaque fois, le moment le plus redouté des deux jeunes femmes était arrivé. Elles tiraient souvent au sort celle des deux qui devait s'y coller, et tentaient d'équilibrer le travail de dépeçage tant que possible. « Mmh... » Elle soupira en regardant Cassandre récupérer la carcasse de l'animal et la poser devant elles. « Oui, ça a été, patrouille classique, presque chiante... mais ça a son charme. » Au moins, cette fois-ci, pas de traumatisme crânien ou de frayeur particulière. Seul le lapin pouvait se targuer d'avoir passé une journée plutôt mauvaise. « Faut voir, peut-être qu'Antarès est efficace même avec le froid et la neige... » Elle n'y croyait pas réellement. Antarès ne pouvait pas débusquer des animaux qui se cachaient pour passer l'hiver. Ils avaient plus d'expérience, maintenant, se disait-elle pour se rassurer, et les Naoris n'étaient pas si loin. Ils s'y attendaient tous à nouveau à ce manque de viande et de fruits. Les saisons représentaient un nouveau cycle assez étrange à appréhender pour la garde, qui ne pouvait s'empêcher de penser qu'ils finiraient pas succomber à l'un de ces maux qu'ils auraient peut-être vaincu plusieurs fois avec qu'il leur soit fatal. Peut-être qu'en ayant conscience de tout ça, ils arriveraient à trouver des parades pour contrer l'hiver qui pointait le bout de son nez. Réchauffée par les feux des cuisiniers, la brune ôta son manteau, le posa sur une chaise de bois derrière elles, et revint aux côtés de son amie en claquant des mains, remontée à bloc. « Allez, je suis motivée ! Et cette fois, on s'arrange pour garder la fourrure. Avec l'hiver qui arrive, on a tous besoin de réchauffer notre cul... Merci, monsieur lapin ». Avec un sourire amusé, elle posa sa main sur son cœur une seconde en signe d'hommage à l'animal. « Tu tiens les pattes, je coupe ? » proposa-t-elle à la cuisinière. Avec les quelques entraînements que Cassie lui avait accordés, Murphy avait gagné en aisance lorsqu'il s'agissait de préparer un animal à la cuisson. Elle n'avait jamais été dérangée par le sang, mais lorsqu'il s'agissait d'éviscérer un animal, les choses s'étaient bien vite avérées compliquées pour elle. Elle tourna l'animal pour que Cassandre puisse attraper ses pattes arrières et les tenir fermement pendant qu'elle arracherait la fourrure de la pauvre bête. Il était temps qu'elles s'y mettent... dans la chaleur des cuisines, la viande aurait vite fait de pourrir si elles laissaient trop traîner les choses. « Je prends quoi comme couteau ? » demanda-t-elle finalement, coupée dans son élan pour la multitude de lames qui se présentaient à elle.
En ligne

Modo - Falling Away with You
avatar
23/09/2016 MysteryLight 2132 Natalia Dyer Morrigan. gif profil Murphy ** Signa, ÐVÆLING – EYLIKA, crackship Ali ♥ Cuistot 79
Modo - Falling Away with You


Sujet: Re: {{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
Lun 16 Jan - 13:13




Elle avait repris son souffle entre deux rires en compagnie d’Antarès qui leur avait ramené un petit festin qu’elle se ferait une joie de préparer en compagnie de Murphy si cette dernière arrêtait de jalouser son chien. Ils n’avaient jamais eu d’animaux de compagnie sur l’Odyssée, il était donc tout naturel qu’un chiot aussi adorable vous pique la vedette. Puis ce n’était pas cher payé pour ces chatouilles traitresses qu’elle venait de subir même si Cassandre ne lui en voulait pas : elle s’amusait juste à donner plus d’attention à Antarès. « Et moi ? Je pue le pâté ou quoi ? » Elle lui tira la langue avant de voir la brune se diriger vers son plan de travail. Cassandre se releva après une dernière gratouille au-dessus du crâne du héro du jour. Elle avait décidé d’aider aux cuisines parce que c’était le seul élément de sa vie d’avant qui n’avait pas tant changé même si les aliments étaient différents. Certains gestes étaient devenus familiers alors qu’elle avait du en apprendre d’autres sur le terrain. Elle n’avait pas regardé dans les archives pour savoir comment il fallait faire pour vider une bestiole et ne garder que les bons morceaux. Elle avait regardé une fois un des plus âgés le faire, sans oublier bien évidemment de grimacer, avant d’emmagasiner les informations utiles à la tache sans plus jamais les oublier. Et quand elle avait appris les différentes techniques pour dépecer un lapin selon s’il ait été chassé ou s’il ait vécu toute sa vie dans un enclos : elle avait été ravie qu’ils les chassent. Elle préférait laisser la tâche de tuer ces animaux aux chasseurs.

« Oui, ça a été, patrouille classique, presque chiante... mais ça a son charme. » Elle hocha la tête compréhensive. « Au moins tu n’as pas eu à te battre contre un terrien pour nous ramener ce lapin. » A moitié sérieuse Cassandre n’en était pas moins rassurée qu’aucun trouble n’ait perturbé la chasse de son amie. Elle aurait détesté la savoir blessée juste parce qu’ils n’étaient pas les seuls sur ce terrain de chasse qu’était la Terre. Elle en avait rencontré quelques uns des terriens mais ne doutait pas qu’ils auraient été beaucoup moins avenants dans d’autres circonstances. « Faut voir, peut-être qu'Antarès est efficace même avec le froid et la neige... » « Huhu. » Elle n’en doutait pas, il existait bien après tout des chiens spécialisés pour les trouvailles sous la neige même s’il s’agissait plus souvent des chiens sauveteurs que des chiens de chasse. « Il y arrivera peut-être mais pas tout de suite. Bien dommage que ça soit pas inné, ça serait beaucoup plus pratique pour chasser par ce temps. » Tout serait beaucoup plus facile. Ils trouveraient les terriers du premier coup ! Le tout était de ne pas tous les tuer juste parce que c’était l’hiver et qu’ils manquaient cruellement de nourriture. S’ils tuaient tous les lapins de leur coin, ils n’en auraient plus pour des années à venir. Elle n’était pas pour un abus de la chasse. Il fallait être raisonnable même s’il serait tentant dans les prochaines semaines de ramener chaque lapin ou bestiaux qui aurait eu le malheur de s’afficher devant les affamés qu’ils allaient devenir.

Elle était ravie que Murphy soit si enthousiaste. Pauvre lapin. Un sourire amusé lui échappa devant le cinéma que lui offrit sa camarade. Voilà. Secondes de silence faites, ils allaient pouvoir passer au massacre. Le sale boulot. La partie que la plupart des mangeurs du campement avait la joie d’éviter même si elle était certaine que pour la plupart, ils s’y feraient sans peine. Manger de la viande était un luxe qu’ils avaient depuis un peu plus d’un an maintenant et s’il avait fallut s’habituer, cela changeait tellement de ce qu’ils avaient mangé pendant des années sur l’Odyssée que rare étaient ceux qui s’étaient décidés de rester végétariens. La demoiselle s’était habituée à cette tâche même si elle ne l’appréciait toujours pas. Elle était à chaque fois ravie que quelqu’un s’en charge même si elle était présente pour l’aider. Si elle adorait s’afférer aux cuisines, c’était tout autre chose que cette préparation-là. Bien trop vite viendrait l’étape de lui couper la tête (au lapin) et du sang qui s’écoulerait à leurs pieds avec l’odeur toujours aussi insupportable même après avoir effectué ces gestes un nombre incalculable de fois. « Le plus aiguisé pour qu’on ait fini plus vite. Le plus propre aussi. » Avoir du lapin à manger c’était bien, ne pas contaminer la viande était préférable. A peine tenait-elle le lapin par les pattes de façon à ce que son dos soit face à Murphy qu’elle trépignait d’impatience pour que cela se termine. « Misère, j’préfère largement la partie cuisine. »


avatar
06/12/2015 Lux Aeterna 29545 Sophia Bush Avengedinchains (vava) ; Oreste (image profil); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) ancienne militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. 160


Sujet: Re: {{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
Lun 16 Jan - 19:04



❝ Butterflies and Hurricanes ❞
Murphy Cavendish & Cassandre Darcy & feu le lapin
(23 décembre 2116)


Depuis quelques temps maintenant, depuis même avant qu'Antarès ne les ait rejoints, Murphy savait que si elle ramenait de la viande au campement, un détour par les cuisines s'imposerait. Bien entendu, ce n'était que depuis que le jeune labrador avait trouvé leur place parmi eux qu'elle pouvait se vanter de ramener régulièrement des vivres -et plus particulièrement de la viande- au camp. Dès qu'ils avaient rejoint ce monde, la brune s'était fait un point d'honneur à ne négliger aucune potentielle denrée. De la viande, mais aussi des baies ou d'autres végétaux susceptibles de remplir leurs estomacs bien vides... elle n'avait négligé aucune piste, et seuls les mois et les discussions avec les plus connaisseurs avaient pu lui permettre de différencier le comestible du toxique. En peu de temps, Cassandre était devenue sa conseillère numéro un lorsqu'il s'agissait de ressources alimentaires. Elle lui avait appris comment conserver la viande jusqu'à son retour au campement, mais aussi à différencier les végétaux nocifs de ceux qui pouvaient les nourrir. Seulement, elle en était consciente, ce n'était que depuis qu'Antarès était parmi eux que ses contributions alimentaires avaient pris un pas significatif. Elle n'était pas chasseuse pour autant et ne le serait d'ailleurs probablement jamais, mais appréciait recevoir ces lauriers qui revenaient pourtant seulement à son chien. Cassandre, elle, n'était pas dupe : elle savait qui avait vraiment travaillé pour ramener ce pauvre lapin ici, et à la remarque vexée de Murphy, elle répondit en tirant la langue.

« Au moins tu n’as pas eu à te battre contre un terrien pour nous ramener ce lapin » lui fit remarquer la jeune femme alors que Murphy jetait un coup d'oeil au plan de travail de Cassandre. Elle le savait, elle n'allait pas y couper; elle n'était pas la chasseuse, ici, mais son rôle s'était précisé un peu plus à chaque fois qu'elle avait ramené de quoi cuisiner à Cassandre. La jeune fille ne la laissait pas partir tout de suite; Murphy aimait penser que c'était sa simple présence qu'elle réclamait ainsi, mais elle savait que d'éventrer des animaux n'était pas le loisir préféré de la cuisinière non plus. Elle s'y était habituée, certes, mais au moment fatidique, la patrouilleuse percevait toujours une certaine once d'hésitation chez Cassandre. A deux, elles avaient deux fois plus de courage. « Je me serais jamais battue pour un lapin... » rit-elle, s'imaginant face à un Terrien de la carrure d'Isdès. Elle n'était pas investie dans ses recherches de nourriture au point d'y risquer sa vie. « Par contre je suis sûre qu'Antarès... » Elle baissa son regard vers l'animal, qui s'était glissé entre elles deux. Elle ne l'avait jamais vu tuer; il chassait toujours seul, et revenait parfois avec une proie ensanglantée dans la gueule. C'était là tout ce qu'elle savait de ses parties de chasse, mais elle n'avait finalement aucune fichtre idée de la façon dont il coursait et achevait ses victimes. Il était assez efficace pour qu'elle l'imagine tenace et borné. « Peut-être qu'il s'est battu contre un Terrien pour ce lapin, d'ailleurs » s'imagina-t-elle brièvement en haussant les épaules et non sans un sourire amusé par l'idée. Elle adorait Antarès, mais elle savait que face à n'importe quel humain, Terrien ou non d'ailleurs, il aurait très probablement perdu le combat. Il était encore jeune et inexpérimenté, naïf des cruautés de la vie, et Cassandre elle-même doutait de ses capacités à flairer des proies dans une couche de neige trop épaisse. « Il y arrivera peut-être mais pas tout de suite. Bien dommage que ça soit pas inné, ça serait beaucoup plus pratique pour chasser par ce temps. » Antarès se redressa sur ses deux pattes pour quémander de nouvelles caresses de l'amie de sa maîtresse, alors que cette dernière l'observait, un peu pensive. En réalité, elle redoutait ces premières neiges et l'effet qu'elles pourraient avoir sur l'animal. Même sans parler de chasse... était-il assez résistant pour tenir sous de telles températures ? Était-il assez endurant pour se déplacer dans ces épaisses couches de neige qui se profilaient déjà ? Ce premier hiver serait sans doute décisif pour l'animal, comme il l'avait été pour eux un an auparavant. Mais il était d'ici, se rassurait-elle. Ses ancêtres avaient sélectionnés par la nature et par les hommes en partie pour leur résistance à ce monde. « Je l'accompagnera pour pas qu'il s'épuise, de toute façon, et à deux on arrivera peut-être plus facilement à trouver quelque chose. Les proies aussi seront coincées dans la neige » se rassura-t-elle plus qu'elle cherchait à rassurer Cassandre. Ils n'étaient plus aussi dépendants du moindre morceau de nourriture que l'hiver précédent mais ne pouvaient pour autant en négliger aucune source potentielle, surtout pendant ces hivers qui semblaient presque stériles...

Mais avant de penser aux chasses à venir, il fallait déjà qu'elles s'occupent de la bête qu'Antarès leur avait rapportée, et si possible, avant qu'elle ne devienne inconsommable. Murphy n'était jamais ravie par cette étape, mais elle était persuadée que chaque connaissance était une force. Ils devaient tous apprendre des autres et étendre leurs domaines de compétences au maximum. Il n'y avait que de cette façon qu'ils pourraient avoir une chance de survivre ici sur le long terme. Chacun ses spécialités, certes, mais la curiosité d'en apprendre un peu plus. Aucun d'eux n'était à l'abri de quelques jours à l'écart de ses collègues. Il fallait qu'ils apprennent à se débrouiller seuls; seulement, alors, ils seraient parés à affronter le pire. « Le plus aiguisé pour qu’on ait fini plus vite. Le plus propre aussi. » Le regard de Murphy se perdit sur la multitude de couteaux qui se présentait à elle. « Du coup faut que je les teste déjà sur moi ou quoi ? » Le plus aiguisé ? Ça ne se voyait pas à l’œil nu. Elle attrapa le plus large et le reluqua quelques instants. « Misère, j’préfère largement la partie cuisine. » Cassandre s'était déjà accrochée aux pattes arrièress du lapin. Il était temps pour la brune de se lancer...

Son regard fut attiré une seconde par Antarès qui s'éloigna d'elle et décida de laisser son odorat le mener aux paillasses des collègues de Cassandre. Il avait compris que sa mission s'arrêtait là et que les deux femmes allaient prendre le relais. Chaque seconde perdue de la sorte était une seconde passée sans dépecer le pauvre lapin. Elle s'éclaircit la gorge, se stabilisa face au plan de travail en écartant ses pieds, puis sautilla quelques fois sur place comme elle pouvait le faire avant un entrainement acharné au combat. Oh, à cet instant précis, elle aurait préféré se faire tabasser par l'un de ses collègues militaires et au nom de l'exercice, plutôt que de découper la carcasse du pauvre animal. Un coup d'oeil à Cassie, à son couteau, à un cuisinier un peu plus loin, au lapin et... « Tu tiens bien la saloperie, hein ? » demanda-t-elle, les lèvres étirées dans une grimace peu ravie, avant que son couteau ne fasse le tour de la première patte arrière. Première puis seconde patte, et incision dans la peau et le long de chacune des pattes. Elle lâcha le couteau sur le plan de travail et, les yeux froncés, tira la peau de l'animal jusqu'à son entrejambe. « On a presque fini, hein ? HEIN ? » chercha-t-elle déjà le réconfort de son amie, à peine agressive.
En ligne

Modo - Falling Away with You
avatar
23/09/2016 MysteryLight 2132 Natalia Dyer Morrigan. gif profil Murphy ** Signa, ÐVÆLING – EYLIKA, crackship Ali ♥ Cuistot 79
Modo - Falling Away with You


Sujet: Re: {{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
Lun 13 Fév - 15:00



« Je me serais jamais battue pour un lapin... Par contre je suis sûre qu'Antarès... » C’était bon de rire, cela rendait la tâche moins difficile. Elles y pensaient moins, préféraient parler de choses et d’autres. C’était beaucoup plus agréable ainsi. « J’me doute. Dépecer les bestiaux n’est finalement pas si terrible. » Elle appréciait qu’on effectue les gestes à sa place mais s’y pliait bien volontiers. Elle pensait même que tous auraient dû apprendre l’abc de comment préparer les bêtes pour pouvoir s’en sortir en pleine forêt si d’aventure ils y restaient plusieurs jours sans personne pour faire le sale boulot à leur place. « Tu te débrouilles pas si mal. Mieux que moi si je devais m’essayer à la chasse. » Elle se moquait d’elle-même. Tant pis, elle trouverait une autre solution, chaparderait deux morceaux de viande qu’elle aurait préparé pour le temps de son escapade si elle s’y mettait elle aussi mais fort heureusement jamais elle n’avait ressenti ce besoin d’aller trop loin et jamais elle ne s’était perdue.

Le sérieux revint avec l’hiver qui s’annonçait rude. La neige était déjà présente et elle pressentait que d’autres chutes de ces flocons blancs étaient à prévoir à l’avenir. « On verra bien. Ce n’est pas nécessaire de s’inquiéter maintenant sinon je n’imagine pas dans quel état on sera d’ici quelques semaines. Tous au bord de la névrose, plus de cheveux. » Plus de cheveux hein, ça la faisait rire cette vision. Elle préférait tout exagérer pour ne pas trop prendre la chose au sérieux même s’il était vrai que l’hiver serait rude, qu’ils auraient sans doute moins à manger, que les animaux se terreraient peut-être dans des endroits qu’ils ne pourraient retrouver parce qu’ils ne connaissaient finalement pas assez bien la région même au bout d’un an. Vivre un hiver sur cette Terre ne suffisait pas à trouver toutes les astuces de la chasse en hiver. « Du coup faut que je les teste déjà sur moi ou quoi ? » Cassandre roula des yeux avec un petit sourire. C’était bien essayé mais non. « J’ai demandé y’a deux trois jours à ce qu’ils soient bien coupants et comme neufs. » Bon ce n’était pas totalement ça, ils étaient un peu vieux après un an d’utilisation mais cela n’empêchait pas de faire en sorte à ce qu’ils se portent au mieux pour qu’elle puisse faire sa cuisine de façon correcte.

« Un des grands là ça sera très bien. » Murphy semblait prête, tout devrait bien se passer. Elle n’aurait qu’à tendre les bras pour éviter au sang de couler sur ses pieds. « Tu tiens bien la saloperie, hein ? » « Nan j’vais la lâcher à la première goutte de sang. » Elle voyait Murphy s’échauffer, se donner du courage en bougeant dans tous les sens. Elle ne pouvait s’empêcher de la vanner c’était comme parler de tout et de rien pendant l’exercice, ça les empêchait de penser à ce qu’elles étaient entrain de faire, de faire en sorte que se passe plus vite. « Parfois c’est mieux quand on lui coupe la tête avant mais on peut sauter cette partie hein. Je sais plus où j’ai lu ça dans les archives mais tout le monde est pas d’accord dessus. Parce que hein on s’en fiche un peu de savoir que la viande sera encore meilleure ce qui importe c’est qu’on ait de quoi manger. Y’a plus qu’à retirer la peau. » Elles avaient bientôt fini. Si elle avait plus de mal avec partie de l’animal tout juste tué, Cassandre avait beaucoup plus de facilité dès qu’elle voyait la viande sur une petite planchette, dès qu’il lui suffisait juste de sélectionner les morceaux de viande nécessaires au repas.

Elle avait juste des notions en biologie, s’était documentée sans trop savoir pourquoi quelques mois avant qu’ils ne soient tous envoyés sur Terre. De l’intuition féminine, appelez ça comme vous le voulez. « D’abord la peau des pattes puis ceux du corps. Un peu comme des chaussettes et un manteau. » Elle ne voulait pas dire par la qu’elle aurait été pour l’utilisation des animaux pour leur fourrure mais puisqu’il fallait qu’elles se débarrassent de la fourrure de l’animal pour s’occuper de la viande, c’était une comparaison plutôt juste. Puis Murphy n’avait-elle pas dit qu’elles pourraient essayer de faire en sorte que la fourrure soit réutilisable pour cette fois-ci ? « Et la prochaine étape c’eeeeest ? » Elle le faisait comme un jeu, c’était finalement comme ça qu’ils apprenaient le mieux qu’ils finissaient par ne plus du tout faire attention à ce qu’ils faisaient. Ce n’était pas pour autant que c’était agréable parce qu’il y avait l’odeur, la tête du lapin soit encore accrochée au reste du corps soit parterre mais tout était bon pour qu’ils réussissent finalement à exécuter cette tâche sans ce petit pincement au cœur à chaque fois que les yeux vides du lapin les fixaient. La dure loi de la chaine alimentaire. La faim et l’hiver rude approchant les poussait à se surpasser quand bien même la tâche n’était pas des plus aisée.

C’était le moment d’aborder ce sujet bien choisi, le sujet de Noël qui approchait à grand pas. Cassandre ne comptait pas les jours mais savait que Noël se situait toujours aux environs de l’arrivée de la neige, c’était certain puis il y avait toujours eu quelqu’un au sein du campement pour compter les jours à leur place, ça aidait pas mal. « Alors ? C’est vrai sur ce qu’on dit à propos de Noël cette année ? » Noël chez les Cent. Elle restait dubitative, ne connaissait pas assez bien ces gens-là pour se faire une opinion autre que celle qu’on lui avait donné sur l’Odyssée. Mais c’était Noël, cela restait un jour de fête qui permettait de rapprocher les gens. Un jour important quoiqu’elle pense de ceux envoyés sur Terre bien plus tôt qu’eux.

avatar
06/12/2015 Lux Aeterna 29545 Sophia Bush Avengedinchains (vava) ; Oreste (image profil); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) ancienne militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. 160


Sujet: Re: {{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
Lun 13 Fév - 23:37



❝ Butterflies and Hurricanes ❞
Murphy Cavendish & Cassandre Darcy & feu le lapin
(23 décembre 2116)


Murphy avait toujours été une touche à tout. Il n'y avait que dans son boulot qu'elle était une experte, mais elle aimait apprendre lorsqu'on lui en donnait l'occasion. Encore plus maintenant que leur survie dépendait au moins en partie de leur capacité personnelle à s'adapter, elle devenait curieuse de tout ce qu'un chacun pouvait lui apprendre. Elle ne savait que trop à quel point l'isolement pouvait leur coûter la vie. Il suffisait d'un moment de trop, quelque part dans cette forêt qui les entourait, pour leur coûter la vie. Ils devaient tous apprendre à se battre mais il y avait aussi toutes ces autres ruses qui leur permettaient de voir, jour après le jour, le lendemain arriver. Murphy n'avait jamais vraiment réussi à chasser, mais maintenant, elle avait Antarès pour le faire à sa place. S'il n'était pas là, elle savait trouver de quoi se nourrir; la forêt regorgeait de baies et de racines comestibles. Si elle avait réussi à abattre de la viande sur pattes, elle savait dépecer l'animal. C'était Cassie qui lui avait appris, et pour ça, Murphy lui devait une fière chandelle. Malheureusement, les connaissances sans pratique ne valaient plus grand chose depuis qu'ils étaient ici. La manœuvre semblait toujours simplifiée par la simple présence de l'autre, mais elle n'en était jamais aisée pour autant.

Elle accepta pourtant le compliment sans rechigner et non sans un petit air fier. « Sans Antarès je suis juste capable de chasser des baies, tu sais », rit-elle pourtant alors que le lapin continuait, elle en était persuadée, de les fixer de ses yeux morts. Elle devait avouer qu'elle n'était pas très fière face aux animaux morts. Elle préférait y penser comme quelque chose de totalement inerte plutôt que comme un être qui avait foulé le même sol qu'elle et respiré le même air qu'elle. C'était la dure loi de la nature, elle le savait, mais tout ça n'était décidément par sa tasse de thé. Face aux Hommes, il lui semblait que les choses étaient tout de suite beaucoup plus claires. Il s'agissait, dans la pire des situations, de tuer pour éviter soi-même la mort. Mais dans le cas de la chasse... c'était un peu différent. Ce n'était pas les animaux qui les menaçait, c'était le seul fait de ne pas les avoir dans leurs estomacs. Ils ne tuaient pas face à la menace directe d'une arme pointée sur eux mais face à quelque chose de plus sournois : la faim. Pour oublier l'animal mort qui n'attendait à présent plus que de perdre sa peau et sa tête, la brune releva son regard vers son amie et, amusée, passa une main dans ses cheveux. « Pas touche à mes cheveux. » Elle lança un regard menaçant au vide qui les entourait et vociféra : « t'entends, l'hiver ? Pas nos cheveux ! » Puis elle donna un coup de coude taquin à la brunette. L'hiver dernier leur avait déjà paru rude à tous, mais le plus dur était sans doute maintenant de réaliser qu'ils devraient faire face aux mêmes températures chaque année, année après année. Et lorsqu'ils auraient vaincu le gel, ils devraient à nouveau subir les chaleurs estivales qui faisaient fondre jusqu'aux plus robustes d'entre eux. « On a passé notre premier hiver, le second peut pas être pire ». Elle haussa les épaules, tentant de se rassurer autant qu'elle essayait de rassurer Cassandre. Car elles en avaient autant conscience l'une que l'autre : ici, tout était imprévisible. Les températures pourraient descendre encore plus bas que l'année précédente ou la viande se faire encore plus rare; la vérité, c'était qu'en attendant, ils ne savaient pas ce qui les attendait.

Mais elles pourraient éluder le sujet et épiloguer tant qu'elles voulaient au sujet de la météo et du froid à venir, elles savaient l'une comme l'autre qu'elles n'y couperaient pas : l'animal mort n'aurait pas jusqu'à la décence de ressusciter pour s'auto-dépecer sous forme de strip-tease. C'était à elles de s'en occuper et au moins, elles étaient à deux. Cassandre pourrait, pour une fois, rester un peu en retrait; quant à Murphy, elle avait l'occasion de s'entraîner. « Nan j’vais la lâcher à la première goutte de sang » la taquina la bouclée alors que Murphy lui jetait un regard un peu perdu. « On se moque pas de celle qui a un couteau de boucher entre les mains... » fit-elle remarquer, arquant un sourcil en s'étirant le bras pour remonter la manche de son pull. Elle cherchait le courage là où il n'était pas. Elle avait l'impression de se préparer à un entraînement de combattante, mais elle se surprenait à penser qu'elle préférerait largement se faire tordre le bras sous prétexte de s'entraîner que d'estropier le pauvre lapin inanimé. Cassandre reprit la parole pour lui donner quelques conseils, mais il était hors de question qu'elle s'occupe de la tête maintenant. Elles allaient mettre du sang partout, non ? En tout cas, c'est l'excuse qu'elle se trouva sur l'instant pour éluder la proposition de la cuisinière. Une fois les incisions faites, elle fit glisser la peau de la pauvre bête jusqu'à ses pattes avant, alors que Cassandre tenait fermement la carcasse. Elle détacha finalement la peau jusqu'à la base du crâne et lâcha tout, les mains un peu rougies par la chair.

« D'abord la peau des pattes puis ceux du corps. Un peu comme des chaussettes et un manteau. » Elle lança un regard désespéré à Cassandre, comme si elle voulait échapper à son devoir, puis se plia aux consignes de sa cuisinière préférée en arrachant la peau des pattes une par une. « Et la prochaine étape c'eeeeest ? » La brunette l'encourageait mais Murphy savait ce qui venait ensuite. « Pas la tête, pas la tête... » Elle la supplia du regard, trépignant d'inconfort, mais comprit bien vite qu'elle n'allait pas se débarasser aussi aisément du pauvre lapin. De toute façon, elle s'était engagée elle-même à s'en occuper, et elle n'avait qu'une promesse. Elle se ressaisit de son couteau et poussa un peu Cassandre pour qu'elle s'éloigne. C'était sans doute là l'étape qui lui causait encore le plus de difficultés, et autant qu'elle prenne toutes ses précautions pour éviter l'accident malencontreux. Le regard un peu fuyant, elle fit tomber la lame en haut de la colonne de la bête pour en détacher la tête. « Tu peux... récupérer la tête ? » demanda-t-elle en désignant, non sans une grimace peu ravie, la bosse que formait cette dernière sous la peau qu'elle avait remontée au-dessus. « Pour en faire ce que t'en veux... juste, me dis pas que ça se mange. » Cassandre lui promettait que non à chaque fois, mais la question lui paraissait instinctive à chaque fois qu'elles séparaient la tête du corps de l'animal. Il fut alors temps de récupérer la peau du reste du corps, qu'elle posa sur le plan de travail entre elles deux. Celle des pattes était inutilisable, mais c'était loin d'être le cas de celle qu'elle venait d'arracher du petit corps. L'odeur de la viande crue venait attaquer ses narines mais elle était heureuse de ne pas encore avoir éviscéré la bête, car elle savait que l'inconfort atteindrait alors un tout autre niveau.

Elle jeta un coup d'oeil à Cassandre puis récupéra la peau fraîchement arrachée à son propriétaire pour se ruer à l'extérieur et la jeter dans un épais tas de neige fraîche. « Je l'amènerai tout à l'heure chez les tanneurs » glissa-t-elle en rentrant à nouveau à l'intérieur des cuisines, claquant la porte derrière elle. Elle faisait à présent face à un tas de viande vierge de toute entaille. « Alors ? C’est vrai sur ce qu’on dit à propos de Noël cette année ? » Oh, oui ! Parlons d'autre chose. Enthousiaste et tout sourire, elle se tourna vers Cassandre. « DIS, TU VIENS HEIN ? » l'agressa-t-elle presque en l'attrapant par le bras. « On laisse un sacré groupe militaire sur place donc le campement sera en sécurité. Tu viens, heiiin ? »
En ligne

Modo - Falling Away with You
avatar
23/09/2016 MysteryLight 2132 Natalia Dyer Morrigan. gif profil Murphy ** Signa, ÐVÆLING – EYLIKA, crackship Ali ♥ Cuistot 79
Modo - Falling Away with You


Sujet: Re: {{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
Mer 1 Mar - 1:55



« Sans Antarès je suis juste capable de chasser des baies, tu sais. » « C’est déjà bien de savoir ‘chasser les baies’. » Tout ce qui était mangeable était bon à prendre. Tout ne serait pas forcément bon, ils auraient chacun leurs préférences mais avaient-ils le droit de faire leurs difficiles alors que l’hiver faisait sa loi ? Cassandre préférait cuisiner, préparer la viande, être dans la cette cuisine improvisée entourée de plusieurs personnes avec qui papoter plutôt que de rester seule en forêt pour chasser ou cueillir des baies. Cela ne voulait pas dire qu’elle ne savait pas les reconnaitre rien de tout ça, ça voulait juste dire que chacun avait une tâche par ici et qu’elle avait trouvé la sienne. C’était ce qu’il y avait de mieux pour ne pas tourner en rond, pour avoir l’impression d’être utile dans l’coin, de ne pas être celui qui dépend de tout le monde, d’être à la traine. Elle détestait ça, cette impression d’être complètement larguée. Elle l’était sur certaines choses : la chasse, l’exploration, ces choses qu’elle laissait bien volontiers à d’autres tant qu’elle avait quelque chose à réaliser pour aider la communauté.

Ce n’était pas la partie la plus agréable de la vie de cuisinière du campement c’est pourquoi elle s’acharnait toujours à vouloir mettre une pointe d’humour dans la partie la plus dégoutante de ‘comment des morceaux de lapin atterrissaient dans votre gamelle après une journée fatigante ’. Elle rit de bon cœur quand Murphy la rejoignit sans hésiter dans sa remarque pour les cheveux. Pour réaliser ce boulot-là avec humour, elle avait vite su que Murphy serait pour toujours la personne idéale pour l’aider. La chasse ne devait pas être tous les jours une partie de plaisir, il fallait chasser, traquer, tuer pour qu’ils puissent se nourrir. Elle avait la partie préparation de la bête, partie qu’elle préférait réaliser avec quelqu’un, dans la mesure du possible. Pas que cela rendait l’étape plus agréable mais quelque part, si. Tout en restant concentrée sur leur tâche, Murphy l’aidait à sa façon à se sentir bien tout en la faisant chose qui n’était pas gagnée d’avance. Ce n’était pas la première fois qu’elles le faisaient à deux mais Cassandre s’évertuait toujours à répéter les étapes à suivre comme pour ne pas les oublier.  « On se moque pas de celle qui a un couteau de boucher entre les mains... » « D’accoooord. » Elle geignait presque Cassandre, faussement dépitée de ne plus pouvoir se détendre en se moquant gentiment de son aide si précieuse. Elle n’était pas à l’aise alors qu’elle aurait du s’habituer, qu’elle pourrait avec un stratagème conçu pour elle préparer ce lapin toute seule sans avoir besoin de monopoliser quelqu’un qui avait sans doute mieux à faire.

« Pas la tête, pas la tête... » Elles avaient presque terminé. La peau à moitié retirée du corps de l’animal, leur restait plus que la tête, le sang et l’odeur, bref la joie d’être cuistot désignée du campement. « Désolée de te choisir souvent pour m’aider. » Un choix volontaire parce qu’elle appréciait, qu’elle rendait chacun de ces moments pénibles un peu plus supportables. Murphy s’occupait à tenir la peau pour qu’elle ne se salisse pas trop, lui restait à prendre la tête. « Oh oui aucun problème. » Récupérer la tête et la mettre dans … et bien cette petite boite ferait l’affaire et serait en plus assez grande pour y ajouter les os et morceaux non mangeables de la bêbête. « Te fait pas de soucis pour la tête y’a une fosse un peu plus loin j’irais l’emporter tout à l’heure. » Elle se doutait que Murphy ne pensait pas un instant que la tête du lapin était mangeable. « J’crois pas que tu sois assez zombie pour la manger sa tête. » Ni la mienne. Ni personne. Seigneur non, elle espérait ne pas croiser de cannibales sur terre. Ça n’existait pas oui, pourvu que ce genre de personne n’existe pas. L'humour était toujours bien tentant mais parfois la réalité leur montrait à quel point ils étaient différents des terriens, à quel point ils pouvaient tomber sur de mauvaises rencontres. Éviscérer ce lapin lui ne semblait pas si pénible après coup.

Une fois la délicate étape terminée elle se senti bien plus légère tandis que Murphy mettait la fourrure du lapinou de côté. La discussion vira sur un tout autre sujet alors que Cassandre portait la carcasse de l’animal vidée de son sang sur ce qui ressemblait de près ou de loin à une planche en métal. « DIS, TU VIENS HEIN ? » Cassandre sursauta violemment alors qu’elle aurait dû peut-être s’y attendre. Curieuse comme tout et contente de fureter un peu partout il était bien évident que son amie serait de la partie. Mais de là à vouloir qu’elle vienne. Cassandre ne savait pas, posa le couteau qu’elle avait pris des mains de Murphy à côté de ce qu’il restait du lapin. Elle avait eu de la chance de ne pas se blesser, de ne pas le lâcher ce couteau pour qu’il se plante, elle ne savait pas trop, peut-être dans le bras de son amie. « On laisse un sacré groupe militaire sur place donc le campement sera en sécurité. Tu viens, heiiin ? » Elle n’avait pas encore pris sa décision, avait posé sa question juste pour vérifier si ce qu’elle avait entendu était vrai et voilà qu’elle était presque déjà lancée dans cette aventure par cette amie qu’elle ne voulait pas décevoir. « Tu vas pas me dire que tout le monde vient et que je resterais toute seule à Noel si je le sens pas d’y aller ? » Noël, Noël. Ça restait une fête qui se fête ensemble, pas toute seule dans son coin parce qu’on n’a pas l’habitude de faire de grandes marches, de s’éloigner du seul périmètre dans lequel elle se sentait en sécurité. Il n’était pas non plus dit que l’ambiance soit au beau fixe face à ce qu’il s’était passé la dernière fois que des Cent étaient venu chez les Odysséens. « Tu sais qui y va ? Si ça se passera bien ? J’avais le couteau Murphy ! » Elle se calmait petit à petit de l’assaut de la chasseuse à son égard, Noël ou pas si se moquer d’une personne ayant le couteau en main n’était pas conseillé, ce que la plus vieille venait d’effectuer l’était tout autant. « J’ai pas envie d’être la seule qui connait personne. » Elle boudait, utilisait cette excuse de l’avoir fait sursauter pour la gronder alors qu’elle n’était qu’une jeune femme qui avait peur de se retrouver toute seule malgré le monde l’entourant un soir de Noël.

avatar
06/12/2015 Lux Aeterna 29545 Sophia Bush Avengedinchains (vava) ; Oreste (image profil); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) ancienne militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. 160


Sujet: Re: {{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
Jeu 2 Mar - 23:57



❝ Butterflies and Hurricanes ❞
Murphy Cavendish & Cassandre Darcy & feu le lapin
(23 décembre 2116)


Au milieu de tous ses doutes et de sa détermination à changer les choses, Murphy admirait parfois la façon dont chacun avait trouvé sa place au sein du campement. Certains avaient du apprendre, dès les premiers mois, des c aptitudes dont aucun d'eux n'avait eu besoin jusque-là mais maintenant, plus d'un an plus tard, la vie du campement semblait fonctionner comme une mécanique bien huilée. Les chasseurs gagnaient en aisance chaque jour, ramenant aux leurs de quoi se mettre sous la dent, et les cuisiniers avaient appris à cuisiner la viande et à en faire des mets assez goûteux. Il y avait des tanneurs qui s'occupaient de la peau des victimes poilues qu'ils faisaient pour manger, et puis des services organisés pour que chacun puisse avoir ses trois repas par jour. Murphy restait persuadée que chacun devait apprendre un maximum de choses pour se préparer à des situations qui exigeraient une certaine débrouillardise, mais elle ne pouvait pas nier les progrès qu'ils avaient tous faits depuis qu'ils étaient là. Ils s'étaient habitués à la forêt dans laquelle ils s'étaient installés, redoutaient un peu moins les ombres des branches et les changements de températures parce qu'ils les expérimentaient, jour après jour, depuis plus d'un an maintenant. C'était le second hiver qu'ils passaient ici et ils savaient plus ou moins à quoi s'attendre, cette fois. Ils avaient déjà vécu le froid et la disparition des proies à chasser. Ils avaient eu un an pour appréhender ce moment et mettre de côté de quoi se mettre sous la dent pendant ces quelques mois hivernaux pendant lesquels le monde dans son entièreté semblait ralenti. Depuis un an, ils avaient tous eu l'occasion d'apprendre du travail et du rôle des autres. Murphy en était convaincue, seulement peu avaient eu la curiosité de succomber à cette curiosité qui aurait probablement fini par leur sauver la vie. La mécanique était tellement bien huilée que certains semblaient paralysés dans leurs habitudes et leur confort, et c'était ce qui lui faisait peur, à Murphy.

Elle, elle aimait apprendre. Ce n'était pas toujours facile et ses maladresses ne l'encourageaient pas toujours, mais elle étai tenace. Elle préférait mettre du temps à apprendre que rester dans l'ignorance. Dépecer des lapins avec Cassandre et préparer leur viande l'avait aidée à en faire de même quelques jours plus tôt sur un animal de bien plus grande envergure et avec un inconnu -qui, il fallait l'avouer, n'avait pas été de trop dans la manœuvre pour autant. Mais il fallait apprendre par paliers, et ce premier palier représenté par les lapins que Cassandre et elles dépeçaient depuis des mois semblait de plus en plus aisé, même si elle se sentait toujours bien rassuré par la présence de son amie. Elle aurait sans doute été capable de s'en occuper seule, mais la cuisinière avait le mérite de la rassurer là où l'inquiétude ou le dégoût l'aurait sans doute assaillie. « D’accoooord » répondit sagement la jeune fille à la menace de son aînée. Ce n'était pas de sa faute, à Murphy, si ces étapes l'angoissaient toujours un peu. Elle ne savait pas si quelqu'un pouvait se vanter d'être né pour découper des animaux comme elle pensait l'être pour se battre et assurer la sécurité des siens, mais si c'était le cas, ce n'était absolument pas le sien. Découper des êtres dont on avait arraché toute once de vie n'était clairement pas sa came, et elle réalisa qu'elle fuirait sans doute ceux dont ça pourrait être la came. Heureusement pour elle, Cassandre ne semblait pas non plus faire partie des gens bizarres qui devaient trouver fascinante l'idée de découper la tête d'un être vivant ou de lui arracher les tripes. A deux, elles arrivaient à faire passer ce moment un peu moins difficilement. Pour autant, la patrouilleuse se retrouva à nouveau confrontée à l'étape qui l'enchantait le moins : la séparation de la tête du corps qui l'avait portée. « Désolée de te choisir souvent pour m’aider. » Murphy lui jeta un regard furtif, les lèvres étirées par le dégoût, avant de répondre, comme si c'était évident : « T'inquiète, t'es pas la première à autant priser ma présence... » Elle soupira, les sourcils froncés par ce qui attendait le pauvre lapin, et releva finalement son regard vers la brunette pour sourire, comme si elle venait de se rendre compte de la façon dont elle venait de dire les choses. « Et puis si je pouvais faire faire ce truc par quelqu'un d'autre, moi aussi je sauterais sur l'occasion » ajouta-t-elle, son couteau à la main, ses fossettes creusées par un petit sourire à la fois crispé et aussi et surtout tendre. Elle appréciait chaque instant passé en compagnie de Cassandre, qui était devenue bien plus qu'une connaissance capable de lui apprendre quelques trucs de cuisine. C'était en grande partie grâce à elle qu'elle savait reconnaître les végétaux comestibles de ceux qui ne l'étaient pas, et c'était elle qui lui avait appris à étriper les pauvres animaux qu'elle pourrait chasser et, surtout -ne nous voilons pas la face-, ceux que pouvaient lui ramener Antarès. Mais au fil du temps, Cassandre était devenue plus qu'une cuisinière avide de découvrir les extérieurs du campement, elle était devenue une jeune amie aux côtés de laquelle il semblait bien simple de passer quelques minutes agréables, comme une parenthèse fermée, isolée du monde cruel qui les attendait le reste du temps. Elle fit lourdement tomber la lame sur la nuque de la bête, dont la boite crânienne se détacha se demander son reste. « Oh oui aucun problème. » La brunette récupéra la tête sous le regard effaré de Murphy, qui avait remonté le couteau droit contre elle, presque menaçante si elle ne fixait pas, un peu fébrile, l'espèce de saut de lequel Cassandre venait de plonger le morceau du lapin. « Te fais pas de soucis pour la tête y'a une fosse un peu plus loin, j'irai l’emporter tout à l'heure. » La brune jeta un regard bref à son amie, se demandant pour la énième fois si ce n'était pas un mensonge et si le camp ne manquait pas de vivres au point de leur faire manger des morceaux de tête sans le leur avouer. « Promis ? » Cassandre tiendrait sans aucun doute le même discours que toutes les fois précédentes et que ce jour-même. Sa remarque détendit un peu la patrouilleuse, qui lâcha malgré elle un petit rire soulagé. « Je vais prendre ça pour un compliment. On est encore trop vivants pour manger des têtes d'animaux », approuva-t-elle en relâchant un peu sa prise sur le couteau avant de s'attaquer au reste de la fourrure, qu'elle s'empressa d'aller jeter dans la neige à l'extérieur des cuisines.

Quelle idée n'eut pas son amie lorsqu'elle lui mentionna les festivités de Noël à venir et l'invitation qu'ils avaient reçue des Cents. Murphy prêta à peine attention à ce qui restait du pauvre animal que Cassandre venait de poser sur une planche pour le découper. Elle eut simplement un léger mouvement de recul en remarquant le sursaut de son amie, qui la surprit autant que son cri avait du surprendre cette dernière -tout un effet en chaîne qui donnait une scène des plus comiques. La brune ne se démonta pas pour autant et argumenta pour que la cuisinière l'accompagne dans le nord. « Tu vas pas me dire que tout le monde vient et que je resterais toute seule à Noel si je le sens pas d'y aller ? » Murphy jeta un coup d'oeil au couteau posé à côté de l'animal et, malicieuse, glissa : « Bah du coup tu vas te sentir d'y aller, non ? » Il lui semblait qu'elle avait sorti l'argument ultime et que Cassandre n'aurait plus rien à y opposer. « Je sais pas trop... J'imagine qu'il y aura la majorité d'entre nous à part les militaires qui restent ici pour garder le camp en sécurité. Tennessee vient. Et Richard aussi je crois. » Pour le reste, elle n'était trop sûre de rien. « OH SI ! » Elle se pencha par terre pour attraper son petit chien et le posa contre son épaule en s'approchant un peu de Cassandre pour qu'elle puisse l'admirer. « Il y aura notre chasseur officiel ! Tu peux pas lui dire non, à lui, si ? Non, tu peux pas, voilà. » Elle réfléchit un instant. « Bon en vrai je serais vexée si à moi, tu pouvais dire non, mais passons. » Elle fixa un instant son chien, attendrie, puis le reposa à terre. « Tu me planterais jamais, je le sais » fit-elle remarquer à retardement vis-à-vis du couteau qu'avait mentionné Cassandre. « Me regarde pas comme ça... » Elle remarquait seulement l'effet qu'avait eu son cri sur sa cuisinière préférée. « Ceci dit, si tu m'avais plantée, je t'aurais eue dans la poche et tu serais venue à Noël sans poser de questions. » Oui, Murphy ne lâchait jamais les choses.« Tu nous connaîtras au moins moi et Antarès. Et j'te dis, je pense que presque tout le monde y va.... » Elle glissa ses doigts sur le couteau posé sur la paillasse, la menaçant d'un air malicieux. Elle n'imaginait pas Noël sans être entourée de tous eux qui comptaient pour elle. La viande du lapin pourrait bien attendre quelques instants qu'elle arrive à convaincre son amie de se joindre à elle pour les festivités.
En ligne

Modo - Falling Away with You
avatar
23/09/2016 MysteryLight 2132 Natalia Dyer Morrigan. gif profil Murphy ** Signa, ÐVÆLING – EYLIKA, crackship Ali ♥ Cuistot 79
Modo - Falling Away with You


Sujet: Re: {{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
Sam 18 Mar - 1:35



« T'inquiète, t'es pas la première à autant priser ma présence... » Elle le savait bien. Les patrouilleurs comme Murphy étaient beaucoup plus demandés, beaucoup plus utiles aussi. Elle aidait par-ci par là mais n’aidait pas autant que son amie pouvait le faire. Elle avait vite fait de ne pas trop s’attarder sur cet avis qui l’a laissait toujours un peu triste de se savoir un peu moins utile que d’autres qui osaient s’aventurer un peu plus loin, osaient jouer les explorateurs. Elle les accompagnait souvent mais avait aussi l’impression de faire l’effet d’un caillou dans la chaussure. Un jour viendrait ou elle irait d’elle-même un peu plus loin que son périmètre de sécurité. Un jour oui, elle aurait un rôle plus important que celui de travailler dans les cuisines même si elle ne dénigrait pas son travail. Il était tout aussi important que celui d’un autre mais parfois oui, elle avait envie de voir d’autres horizons, de voir ou elle pourrait apporter d’avantage son aide. « Et puis si je pouvais faire faire ce truc par quelqu'un d'autre, moi aussi je sauterais sur l'occasion. » Un ricanement lui échappa après la frayeur du couteau passée - il était d’ailleurs bien fou de voir combien il lui était facile de passer d’un sentiment à un autre - « C’est sur c’est pas le moment le plus glamour que nous ayons passé ensemble. » Clin d’œil complice, humour à la dérive, voilà ce qu’avait cet étape du lapin sur elle. Rien de très glorieux, en somme. L’étape devait être faite et elles avaient leurs petits trucs pour détendre l’atmosphère.

Cassandre n’avait déjà pas un grand rôle sur le campement, elle se refusait tout simplement de ne pas les réaliser avec toute la perfection dont elle était capable. Elle n’était pas une fine connaisseuse des animaux, avait un peu appris sur l’Odyssée et sur Terre après de nombreux essais de découpages infructueux à vous faire tourner de l’œil. Il lui avait fallut du temps pour arriver au résultat d’aujourd’hui. Elle grimaçait bien évidemment parce que ce n’était pas un exercice que l’on faisait de gaieté de cœur mais dans quelques instants les bons morceaux seraient séparés des autres qui seraient mis de côtés, bons à jeter dans la fosse qui se situait à une dizaine de mètres du campement.

Noël chez les cent était un sujet de conversation qui fusait dans tous les recoins du campement. Personne n’avait manqué l’invitation qu’ils leur avaient faite et Cassandre se demandait si certains la refuseraient, si certains Cent s’étaient sentis mis à l’écart, pas forcément d'accord avec la décision de la majorité. Un peu des deux. Dans un groupe aussi conséquent, il était fort peu probable que tous soient toujours d’accord. « Bah du coup tu vas te sentir d'y aller, non ? » Elle roula des yeux, encore pas tellement convaincue même si elle avait vu juste. La plupart de ceux qu’elle connaissait seraient de la partie. Elle irait par défaut, parce qu’ils avaient tous décidé, du moins pour la plupart, d’y aller. Ce n’était pas qu’elle ne voulait pas y aller. Disons plutôt qu’elle ne connaissait pas grand monde. Sans doute connaissait-elle quelques personnes qu’elle n’avait pas revues depuis longtemps, qu’elle avait souhaité ne pas revoir après leur emprisonnement ? Elle ne savait plus trop, ces souvenirs d’avant le crash étaient nébuleux, comme s’il n’y avait eu que leur arrivée sur Terre et rien d’autre. Les sentiments d’antan étaient enfouis sous une carapace de celle qui tentait de les distancier pour se faire à cette nouvelle vie sans lui, sans eux, sans ceux qu’elle avait peut-être appris à oublier depuis leur incarcération. La petite fille de l’époque avait voulu bien faire, se raccrocher à ceux qui ne risquaient pas de se voir éjecter les années prochaines.

Elle se focalisa sur ce que lui disait Murphy. Des noms qu’elle connaissait pour les avoir souvent croisé avec la patrouilleuse. « OH SI ! » Cette fois, la demoiselle avait posé le couteau près de la carcasse de l’animal par précaution et se félicita intérieurement de l’avoir fait, un grand sourire tout content confirma cette pensée. Elle restait persuadée que Murphy utilisait Antarès à toutes les sauces pour les amadouer. Elle grattouilla la tête du chien tout en gardant le sourire qui ne l’avait pas quittée. Oui. Murphy avait un argument assez convainquant dans son genre mais pas autant que la brune à l’air décidé qui se trouvait devant elle. « Ceci dit, si tu m'avais plantée, je t'aurais eue dans la poche et tu serais venue à Noël sans poser de questions. » « Hnn, alors j'suis la première ravie de ne pas t'avoir plantée. » Elle n’avait pas envie qu’il lui arrive malheur, vraiment pas. « Qui j’aurais d’autre pour dépecer ces malheureuses bestioles ? » Elle lui tira la langue, fière de son coup puis visa l’arme que la patrouilleuse tentait de subtiliser comme pour gentiment la forcer à venir. « Remarque, si toi tu me plantes, j’serais pas forcée de venir. T’as presque le sourire du Joker comme ça ! » Elle pouffa, n’était pas certaine que son amie saisisse cette référence de l’époque d’avant et d’avant encore, elle ne savait plus trop. « J’imagine que ça le fera pas d’arriver les mains vides ? » Parce qu’ils étaient invités mais qu’un invité se devait toujours d’arriver avec un cadeau ainsi le voulait la coutume.

« Alors dis moi tout, c’est quoi le programme ? Parce que tu sais j’suis pas trop vadrouille et découverte quand il s’agit d’aller bien loin. Si ça ne vous dérange pas d’avoir un pot de colle pendant tout le trajet, ça me va. » Elle n’aimait pas être seule, elle n’aimait pas les longs trajets silencieux ou chacun restait de son côté pour s’assurer que le danger ne résidait aux alentours. Elle préfèrerait parler avec Murphy, avec Sammy, avec n’importe quelle personne de sa connaissance faisant partie du voyage. Elle espérait sincèrement que tout se passe bien lors de se Noël, n’avait pas envie de garder un mauvais souvenir de ce passage vers ceux qu’elle avait si facilement oublié lorsqu’ils s’étaient tous retrouvés là-haut. « Oh et Murphy ! J'vous réquisitionne toi et Sammy pour les cuisines jusqu'à ce que tout soit prêt pour partir les retrouver. » C'est qu'elle donnait des ordres la petite. Quatre mains ne seraient de trop pour l'aider et leur compagnie agréable serait un bonus pour un travail réalisé en toute sérénité. Tout se déroulerait bien, elle en était persuadée, tentait de se le persuader.

avatar
06/12/2015 Lux Aeterna 29545 Sophia Bush Avengedinchains (vava) ; Oreste (image profil); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) ancienne militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. 160


Sujet: Re: {{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
Dim 19 Mar - 0:00



❝ Butterflies and Hurricanes ❞
Murphy Cavendish & Cassandre Darcy & feu le lapin
(23 décembre 2116)


Murphy pouvait sans doute rêver à des dizaines de choses plus agréables à faire que dépecer un pauvre lièvre fraîchement mort. Pourtant, le moment gagnait quelque saveur parce qu'il existait pour et en compagnie de Cassandre. Elle serait probablement encore incapable de tels travaux seule, mais avec son amie, en plus d'apprendre et de gagner en assurance dans ses gestes, elle gagnait quelques instants en compagnie de celle qu'elle pouvait aujourd'hui considérer comme une amie sans en rougir. « On a quand même passé pas mal de moments pas glamour... » fit-elle remarquer, un peu perdue dans ses souvenirs, les faisant défiler pour essayer d'en trouver qui correspondraient à cette description. Mais Cassandre et Murphy ne s'était pas trouvées dans les plus belles des situations. C'était contraintes, l'une et l'autre, par leur survie ici, qu'elles avaient fini par tomber l'une sur l'autre. Une patrouilleuse qui connaissait les environs et une cuisinière qui leur permettait à tous de se nourrir. Elles avaient de quoi apprendre l'une de l'autre, et Murphy n'avait jamais considéré son rôle au sein de l'Odyssée, ou, aujourd'hui, du campement qui en regroupait les survivants, comme plus louable qu'un autre. Pour elle, il s'agissait juste de sa place; le reste n'était pas réellement important. Tout ce qui pouvait compter, c'était l'ardeur que l'on mettait à la tâche et l'envie qu'on avait de le faire. Ils étaient encore là parce qu'ils savaient travailler en groupe et déléguer les uns aux autres ce qu'ils ne savaient pas faire eux-mêmes. Murphy était pourtant persuadée qu'il fallait que chacun développe ses connaissances au-delà des rôles qui lui étaient officiellement attribués, et c'était sans doute ce qui l'avait poussée à essayer de différencier les plantes comestibles de celles qui la rendraient malade ou à comprendre comment préparer au mieux les quelques animaux qu'elle pourrait arriver à choper à l'extérieur. C'était sans doute depuis que la disparition de Faust lui avait imposé toutes ces expéditions, et de plus en plus lointaines, que Murphy s'était rendu compte de ce qui lui paraissait aujourd'hui être une évidence. A l'extérieur, elle ne pouvait pas se contenter d'être une patrouilleuse. Son grade de lieutenant ne valait plus rien, et ne restaient avec que ses propres capacités et connaissances, mais se battre ne suffisait plus face à un monde aussi hostile que celui-là. Elle ne devait pas mourir de froid la nuit ou ne pas mourir de chaud pendant les canicules estivales, elle devait se cacher des animaux féroces et des Hommes aux mauvaises intentions, elle devait apprendre à ne plus se contenter des réserves d'eau et de nourriture qu'elle prenait avec elle, elle devait aussi savoir se repéré au milieu de ces bois où chaque parcelle ressemblait à chacune de ses parcelles voisines.

Alors, au milieu de tout ça, un lapin devrait paraître presque rien, non ? Pas vraiment. Murphy ne supportait pas tellement plus les odeurs qui émanaient d'un animal mort et partiellement dépecé ou découpé que la première fois qu'elle s'était essayé à l'exercice. Elle était heureuse d'avoir Cassandre à ses côtés car il n'y avait probablement qu'elle qui était capable de dédramatiser la situation. Un peu égoïstement, aussi, elle était toujours rassurée de savoir que Cassandre la cuisinière, Cassandre la préparatrice officielle d'animaux, était elle-même toujours bien rebutée par la pratique.

Le pauvre animal sans peau ne ressemblait plus à grand chose sur son plan de travail, ce qui avait le don de détendre un peu la militaire. Au moins, il n'y avait plus deux petits yeux qui la fixaient alors qu'elle s'apprêtait à séparer la tête qui les portait du reste du corps. Et de tout façon, le tas de viande attendrait bien un peu; elles avaient toutes les deux plus important à discuter. Cassandre venait de rappeler à Murphy que la fête de Noël organisée par les Cents se profilait. Ils partiraient déjà le lendemain le camp des jeunes. « Oh... » lâcha la brune, un peu déconfite par les contre-arguments de la jeune cuisinière. « Le Joker ? C'est le nom de quelqu'un du camp ? » Elle avait arqué un sourcil, un peu curieuse, se demandant si Cassandre venait de la complimenter sur son sourire ou, au contraire, de s'en moquer. « Non, je pense qu'on est tous invités à ramener au moins un petit quelque chose. Et puis des cadeaux ! » Oui, des cadeaux ! Sa petite étoile de bois taillée pour la jeune Aliénor attendait déjà sous son lit, prête à être glissée dans son sac. Mais Murphy, le regard brillant de contentement, ne manqua pas ce que les questions de Cassandre sous-entendaient. On ne posait pas de questions aussi détaillées sur un événement auquel on ne comptait pas participer, si ? « Tu sais, on sera beaucoup à aller là-bas, je pense. Le trajet est pas si terrible que ça, promis. » Elle ne l'avait fait qu'une fois -bien entendu aller et retour-, mais ce n'était pas la distance qui l'avait le plus marquée. « Sammy ? » Le nom lui disait quelque chose, mais... « C'est ton petit copaiiiin ? » Elle la taquinait comme une enfant, lui donnant un coup de poing amusé sur l'épaule, sans savoir une seule seconde de qui elle parlait. Peut-être même s'agissait-il d'une fille -oh, et puis alors ? Peut-être que Cassandre aimait les filles, après tout. Merde. Trop de questions pour une seule vanne puérile. « On part demain, on va pas se tuer à la tâche... d'autant qu'il faut quand même pas être zombie pour aller jusque là-haut. Avec des températures pareilles, en plus... va falloir le mériter, notre Noël ! » Antarès tournait autour des jambes de Cassandre, sans doute alléché par les odeurs de viande qui émanaient de l'endroit et de la paillasse autour de laquelle les deux brunes jacassaient. « Si les réserves ici sont correctes, on peut peut-être garder le lapin pour Noël ? » Son regard s'était posé sur la chair de ce qui avait autrefois été un animal plutôt attendrissant. Peut-être qu'Antarès ressemblerait à quelque chose du genre si on lui faisait subir le même traitement... elle se sentit aussitôt coupable de s'imaginer des choses pareilles et se secoua la tête pour se sortir ces idées de la tête. « De coup t'es pas en train de me faire tourner en bourrique, ça veut dire que tu viens ? » Elle était presque menaçante, un regard grave posé sur Cassandre en attendant sa réponse. On déconnait pas avec ces choses-là.
En ligne

Modo - Falling Away with You
avatar
23/09/2016 MysteryLight 2132 Natalia Dyer Morrigan. gif profil Murphy ** Signa, ÐVÆLING – EYLIKA, crackship Ali ♥ Cuistot 79
Modo - Falling Away with You


Sujet: Re: {{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
Sam 13 Mai - 0:50




Elle aimait beaucoup travailler avec Murphy. Elle était à la fois sérieuse dans ce qu’elle réalisait sans pour autant se départir d’une dose d’humour bien souvent nécessaire surtout lorsqu’il s’agissait d’effectuer des tâches pas bien trépidantes comme celle qu’elles étaient entrain de réaliser. Clairement. Du sang. Des os. Des boyaux. C’était bien écœurant les premières fois puis on s’y faisait. Cassandre ne s’était pour autant pas mise à adorer ce moment du dépeçage de gibier mais elle avait pris son courage à deux mains et le faisait sans trop rechigner, rechignait déjà beaucoup moins quand elle se retrouvait ainsi aussi bien accompagnée. C’était toujours un réel plaisir de papoter avec Murphy même sans endosser un rôle pour le campement des Odysséens.

Entre deux préparations du lapin et deux vannes foireuses sur le sujet, elles avaient abordé le sujet qui les touchait de prêt, celui pour qui sûrement, ils réalisaient ceci : le Noël qu’ils fêteraient presque tous du côté des cent. Tous ? Vraiment ? Seraient-ils tous de la partie comme pour montrer qu’un regroupement était possible, comme avant mais de façon différente parce que leur situation avait changée ? Elle n’en était pas certaine tant du côté des Odysséens que du côté des Cent. C’était compliqué comme situation mais elle ne doutait pas de la faisabilité de la chose. Ils devaient former un groupe uni, c’était la seule chose qui pouvait les sauver si quelque chose devait leur arriver à eux, gens du ciel. « Non, je pense qu'on est tous invités à ramener au moins un petit quelque chose. Et puis des cadeaux ! » Des cadeaux ? Apporter des cadeaux ? Après tout c’était Noël mais la demoiselle n’était certaine de ce qu’avançait Murphy. « J’en connais pas des Cent à qui offrir un cadeau moi ! » Elle boudait presque, Cassandre tout en sachant qu'elle se prendrait bien volontiers au jeu d'offrir un cadeau au premier qui lui semblerait sympathique. Murphy la rassurait à sa façon en lui expliquant comment se déroulerait leur trajet : sans problème. Elle avait raison, Cassandre ne devait pas s’inquiéter même pour un trajet aussi long. Ils prendraient de quoi se repérer et se sustenter et le bonus était qu’elle apprendrait de ce voyage : sur la forêt et sur elle même. Elle en était certaine et sourit en entendant la brune la rassurer encore alors que ce n’était plus vraiment nécessaire. Elle préférait se dire que rien de bien dramatique ne se produirait lors leur trajet et pour la durée de leur présence chez les Cent. S’ils partaient la tête haute sans mauvaises ondes, c'était obligé : tout se passerait bien. Ils devaient positiver un peu en cette période de fête.

« Sammy ? C'est ton petit copaiiiin ? » Hein quoi ? Ses yeux s’ouvrirent en grands. N’importe quoi ! « Tu divagues Murphy. On s’est créé un groupe de soutiens ‘j’ai perdu un proche lors du crash’. » Dans un sens c’était vrai, ils se soutenaient depuis le début de cette nouvelle aventure. Le questionnement terminé, la praticité de leur petite visite chez les Cent reprit bien vite le dessus. « On part demain, on va pas se tuer à la tâche... d'autant qu'il faut quand même pas être zombie pour aller jusque là-haut. Avec des températures pareilles, en plus... va falloir le mériter, notre Noël ! » Cassandre s’amusa de la capacité de la patrouilleuse de la rassurer sans pour autant la rassurer totalement. Elle avait dit qu’elle irait, que tout se passerait bien alors tout devrait bien se passer malgré le froid, malgré la neige, malgré cette fatigue de devoir marcher aussi longtemps dans ces conditions. « Si les réserves ici sont correctes, on peut peut-être garder le lapin pour Noël ? » Cassandre fit mine de réfléchir un moment. « Faudra voir avec les autres cuistots mais je pense qu’on devrait pouvoir se séparer d’un lapin. » Elle parlait comme si la séparation du dit lapin relevait d’un déchirement. C’était sooon lapin qu’elle avait préparé et elle allait l’offrir aux Cents T’en connais des Cents toi ? Ton cadeau tu vas l’offrir à qui ? » La voilà qu'elle était curieuse. Murphy semblait avoir réfléchi à cette idée de cadeaux puisqu’elle l’avait balancé comme si c’était une évidence. « De coup t'es pas en train de me faire tourner en bourrique, ça veut dire que tu viens ? » Un rire franc lui échappa. « T’inquiète, j’suis pas du genre sadique. J’suis de la partie ! » Elle aurait pu hein mais l’envie de se retrouver seule à Noël était nulle. Elle préférait faire ce trajet épuisant en compagnie de ses amis et prendre le risque de faire des rencontres intéressantes que de rester parmi ceux qui ne feraient sans doute jamais le premier pas vers les Cent.

avatar
06/12/2015 Lux Aeterna 29545 Sophia Bush Avengedinchains (vava) ; Oreste (image profil); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) ancienne militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. 160


Sujet: Re: {{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
Mar 16 Mai - 3:38



❝ Butterflies and Hurricanes ❞
Murphy Cavendish & Cassandre Darcy & feu le lapin
(23 décembre 2116)


Dire que Murphy vivait un cauchemar éveillé depuis qu'ils étaient sur Terre aurait été, en plus d'extrêmement réducteur, complètement faux. Ils avaient tous vécu ce qui serait probablement l'un des pires drames de leur vie, mais Murphy ne s'était probablement jamais sentie aussi vivante que depuis que cette liberté lui avait été offerte entière. Elle ne pouvait s'en rassasier, d'ailleurs, courait hors de leur campement dès que l'occasion lui en était donnée. Elle ne s'était jamais posé la question de ces grands espaces, là-haut, parce qu'ils devaient se contenter d'une carcasse métallique finie, du seul espace qu'elle offrait à l'abri du vide. C'était ce qu'elle était probablement censé connaître jusqu'à la fin de sa vie; sa mère, elle, n'aurait jamais connu ce nouveau monde. Elle avait failli, mais échoué au dernier test de sélection, celui qui l'avait plongée, pour autant qu'ils sachent, au fond des océans. Et leurs ancêtres, eux, auraient-ils pensé une seule seconde que leurs descendants finiraient par retourner là où tout avait commencé ? Murphy elle-même n'en avait eu aucune idée. Avant de n'être qu'un vague projet, ça n'avait même pas été une option. Et puis, presque du jour au lendemain, c'était devenu une réalité; leur réalité.

La vie terrienne était pourtant loin d'être douce, et c'était peut-être ce qui faisait tout le charme dont était dénué l'Odyssée protectrice qui avait vu naître et grandir chacun d'entre eux. Même avec de l'entraînement, Murphy restait dégoûtée par les entrailles qui quittaient le corps d'un animal. Cette étape leur était devenue nécessaire et ils étaient tous plus que ravis de pouvoir profiter d'un peu de viande lorsque c'était possible, mais cette étape faisait partie de ce à quoi la brune avait encore du mal à s'habituer. Mais comme elle apprenait à Cassandre à sortir de sa zone de confort en explorant les environs du campement -non sans une certaine prudence tout de même-, Cassandre lui apprenait à s'habituer à ce drôle d'exercice qui consistait à séparer le cadavre d'un animal de tout ce qui avait pu rendre possible son existence. Peut-être finalement que la meilleure arme face à une vue aussi sordide restait l'acolyte, et, de ce côté, Murphy avait touché le gros lot. Elle se sentait égoïstement un peu rassurée de savoir Cassandre un peu embarassée, elle aussi, face aux cadavres nouvellement arrivés et prêts à être préparés pour être cuisinés. « Des cadeaux pour les Cents ? Quelle drôle d'idée ! » Elle fixa sa jeune amie en jouant des sourcils, taquine. « Tu peux considérer que c'était une façon polie de te demander mon cadeau, aussi... » Ce n'était pas l'idée qui lui avait traversé l'esprit lorsqu'elle avait parlé de cadeaux, mais elle ne pouvait s'empêcher de sauter sur l'occasion. Elle, elle avait déjà préparé un petit collier pour une jeune fille là-bas. Elle ne savait pas jusqu'où cette histoire irait, si Aliénor serait même là pour fêter Noël, aussi elle préférait garder pour elle cette attention, comme s'il s'agissait d'un secret honteux. « Tu connais ma couleur préférée ? Ma taille de vêtements ? » Son sourire avait creusé de malicieuses fossettes, et elle avait lié ses mains entre elles en fixant Cassandre, comme une enfant en quête de cadeaux. Au moins, elle ne pensait plus à ce pauvre cadavre -ou tout du moins, ce qu'il en restait- qui patientait sur la paillasse devant elles. Antarès avait quitté les environs pour faire le tour des cuisines, encore sage. Murphy le chercha du regard une seconde, espérant qu'il ne sauterait pas sur de la nourriture qui ne lui était pas destinée. L'une des seules raisons pour lesquelles sa présence était tolérée sur le campement était probablement qu'il était capable de se nourrir lui-même; pour ça, elle le sortait au moins une fois par jour -elle profitait d'ailleurs souvent de ses patrouilles, et il arrivait parfois à Tennessee de s'en occuper- et laisser vaquer à ses occupations de chasse. Mais si on lui offrait de la bouffe sur un plateau d'argent, comme ça semblait être le cas dans ces cuisines, alors il y avait des chances qu'il se saisisse de l'occasion.

« Rohhh », fit-elle alors que sa main vola dans les airs en signe de malice. « Ça commence bien quelque part, hein. Et puis si c'était vraiment ça, votre groupe de soutien, ça voudrait dire que je peux m'incruster quand je veux, et n'importe qui peut s'incruster quand il veut. » Elle se perdit dans ses pensées un instant et donna un coup de coude à Cassandre, la titillant pour chercher ses limites et révéler un secret bien gardé. « On pourrait faire un grand groupe. Réunion une fois par semaine. Si j'en parle à deux personnes et qu'elles en parlent à deux personnes... d'ici une semaine on peut avoir un sacré monde ! Comme ça vous seriez plus seuls. Plus on est de fous, plus on rit, non ? » Haussement de sourcil, observation des mimiques de la jeune fille pour y lire la moindre réaction à son coup de bluff.

Mais la fête de Noël avait de nouveau pris la tête de la conversation, et c'était bien normal : le départ était pour bientôt, et Murphy ne comptait pas laisser Cassandre derrière elle lorsqu'elle quitterait le camp pour aller célébrer l'une des fêtes les plus traditionnelles avec leurs jeunes. « Ce serait génial ! Parce qu'avec la neige, je suis pas sûre qu'Antarès puisse chasser sur le trajet. » Elle ne se formaliserait probablement d'une absence de lapin; chacun viendrait probablement avec ce qu'il pouvait se permettre de ramener, et ce serait le geste d'ensemble qui compterait. Tous le savaient; leurs réserves, quelles qu'elles soient, étaient encore plus faibles et fragiles que lorsqu'ils étaient là-haut. Murphy ne s'attendait d'ailleurs pas à un festin extravagant là-bas, et ça lui allait très bien. Le principal, c'était qu'ils se retrouvaient autour de valeurs communes, non ? Ce serait peut-être un peu premier pas vers tout le reste... « Mon cadeau ? » Suspicieuse, elle fronça des paupières en fixant la brunette à ses côtés. « J'ai de quoi faire pour Richard et Tennessee, c'est déjà bien. J'offrirai son cadeau à ma filleule avant de partir, elle est trop jeune pour faire le voyage et elle reste ici avec sa mère. » La pièce de bois qu'elle lui avait taillée était bien plus grande que celle qu'elle destinait à Aliénor; il s'agissait de ce qu'elle espérait deviendrait un de ses jouets préférés, une statuette reproduisant plus ou moins bien les traits de son chien. Elle offrirait à Astrae tout le monde si elle le pouvait, mais elle n'en avait pas les moyens -pas encore, tout du moins, car qui savait ce que l'avenir pouvait leur réserver ?

Et lorsqu'enfin, Cassandre révéla son intention de la joindre et les joindre, Murphy éclata en exclamations de satisfaction, victorieuse, prenant la jeune fille dans ses bras en sautant sur place. Elle la lâcha quelques instants plus tard et l'attrapa par les épaules. « Tu verras, tu le regretteras pas, et puis tu pourras considérer les trajets comme un entraînement à l'extérieur. On sera ensemble ! » En réponse au regard curieux de quelques collègues de Cassandre, Murphy s'efforça de se calmer et se concentra en faisant face au plan de travail où trônait toujours la pauvre bête.  « Bon, on reprend ? Éviscération ? » Une grimace réflexe déforma ses lèvres et elle tourna la tête vers Cassandre. « Je sais plus comment on fait, tu me remontrerais pas, par hasard ? » Mais la vraie question, maintenant, était la suivante : est-ce que cette tactique dont elle avait déjà usé et abusé fonctionnerait encore ? Ça valait le coup d'essayer, tout de même.
En ligne

Modo - Falling Away with You
avatar
23/09/2016 MysteryLight 2132 Natalia Dyer Morrigan. gif profil Murphy ** Signa, ÐVÆLING – EYLIKA, crackship Ali ♥ Cuistot 79
Modo - Falling Away with You


Sujet: Re: {{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
Sam 15 Juil - 2:43





Elles profitaient du lapin pour parler d’autre chose. C’était une bonne technique pour ne pas tourner de l’œil à chaque tentative de dépeçage même si, à la longue, elles s’y étaient faites tout en pensant au départ qu’elles ne s’y feraient jamais à ce job le plus crade de la préparation des repas. Les lapins cela allait pour des animaux plus gros elle était toujours ravie quand les chasseurs sélectionnaient les morceaux de viandes et autre fourrure sur le lieu du crime. Les lapins et les lièvres, elle pouvait gérer, ça paraissait finalement acceptable comme animal à dépecer par rapport aux autres animaux de la forêt qu’elle pourrait trouver plus mignon et attachant malgré leurs parfois deux têtes. Les lapins restaient … des lapins. Des petites bêtes à deux oreilles qui étaient nombreuses dans les environs. Très nettement, Cassandre ne se voyait pas du tout entrain de dépecer une biche ou un faon ou un cerf qu’elle aurait adoré observer de loin pour dessiner cette merveille que la nature avait conçue. C’était étonnant l’apparence de certains animaux parfois. Certains forçaient l’admiration, d’autres vous flanquaient la frousse de votre vie tout en vous forçant à courir dans le sens opposé pour espérer grappiller quelques années de plus dans ce monde terrifiant que pouvait être parfois la Terre.

A côté, il était vrai qu’aller voir les cent était beaucoup moins terrifiant. Beaucoup moins sanglant. Du moins l’espérait-elle. Elle espérait que l’esprit de Noël soit encore dans le cœur de quelques uns malgré les désaccords chez les uns et les autres. Elle ne voulait pas accepter un départ chez les Cent pour au final le regretter. « Tu peux considérer que c'était une façon polie de te demander mon cadeau, aussi... » Oh. Elle avait tout compris de travers et n’avait vraiment aucune idée de quoi offrir à Murphy ou même à Sam. Elle avait peut-être une petite idée pour Sam mais s’y prenait tellement à l’avance que dans trois mois le cadeau serait toujours à l’état d’ébauche dans sa tête. Mais bon, elle ne se voyait pas promettre un jeu d’échec fait maison à Murphy pour dans trois mois, si ? « C’est que je m’y suis pas préparée à offrir des cadeaux. Pour les Cent je pensais au repas, c’était facile puisque je m’en occupe. » Elle n’avait pas à chercher midi quatorze heures pour savoir quoi leur offrir. Elle était cuisinière. Elle et d’autres membres de l’Odyssée leur offriraient le repas de Noël. C’était déjà un assez grand cadeau. Mais un cadeau pour Murphy ? « Tu penses que j’dois en faire un pour Wilhelmina aussi ? » Elle avait cessé depuis bien longtemps de l’appeler madame Stone mais ne pouvait s’empêcher de penser qu’elle avait loupé le Noël de tout le monde en zappant la date dans un coin de sa tête jusqu’à ce qu’on lui souffle que l’idée d’aller vers un autre campement pour cette période de fête s’était faite dans la tête des plus hautes instances. « J’me sens un peu nulle d’avoir des cadeaux pour personne. » Elle n’y avait juste pas pensé, avait oublié complètement cette fête synonyme de rapprochement entre les familles et les proches. Ça lui rappela d’autres Noël qu’elle avait fêté là-haut ou le cadeau était la signification de la présence de l’autre, merci d’être encore en vie, de ne pas avoir atterrit ailleurs avec tous ces autres dans un coin oublié de l’Odyssée.

Elle était soulagée de voir Murphy sous le ton de l’humour même par rapport à Sam mais ça la chiffonnait tout de même de ne pas avoir pensé au cadeau tout simplement parce qu’elle n’avait jamais eu à offrir un cadeau même sur l’Odyssée. « Bah oui évidemment. Puis c’est pas vraiment un groupe hein. On s’entend juste bien et puis c’est tout. » Elle avait comme cette envie de se justifier face à Murphy qui ne faisait que la taquiner sur un sujet pour lequel tout le monde, au fond, aurait agit de la même façon. « Puis d’abord t’auras un copain avant moi. » Elle était jolie Murphy, futée, intelligente. Elle parvenait même à mettre de son côté les moins commodes d’entre eux. « Bonjour je m’appelle Cassandre et je suis sobre depuis deux semaines. Bonjour Cassandre. » Elle se moquait d’elle-même et de leur groupe qui n’existait pas. « Bah écoute si tu veux hein. Puis t’as totalement raison. C’est bien mieux quand on est nombreux. C'est bien pour ça qu'on va chez les Cent, pas vrai ? » Y aller un à un aidait mais c’était plus parce que quelqu’un avait besoin de voir untel qui était de l’autre côté du mur invisible qui séparait les deux groupes du peuple de l’espace. Se déplacer ensemble dans le seul but de créer des liens comme jamais ils n’avaient pu le faire par le passé était une démarche totalement différente. Beaucoup moins égoïste, beaucoup plus à l’ouverture sur les autres. « C’est sur que c’est mieux qu’elles restent ici. Au moins elles seront au chaud avec quelques uns pour leur tenir compagnie. J’suis certaine que les gardes sont des gens funs. » Car après tout Murphy n’était-elle pas une ancienne militaire ? Bon Murphy était unique en son genre, il était difficile à croire qu’un de ces gardes ait une personnalité à la fois aussi rigoureuse et folle que celle de son amie. « Un entraînement à l’extérieur ? Oui. C’est plutôt un entrainement à de la marche à pieds, à de la marche longue distance mais pourquoi pas. » Elle était partante depuis le début mais imaginer des entraînements sur la route comme le soulignait Murphy, la faisait rire. Et tout le monde au pas de course, le premier qui traine, dix pompes dans la neige, je m’en fouus. Elle était cependant certaine qu’il n’en serait rien de tout cela et comprenait ce que voulait dire Murphy même si l’image qu’elle venait de se faire dans sa tête n’empêcha pas le sourire de la gagner sans pouvoir l’effacer de son visage. « Je sais plus comment on fait, tu me remontrerais pas, par hasard ? » Cassandre hocha la tête à l’affirmative. Elles devaient penser à la même chose, le lapin n’était plus trop un lapin et pour le coup tout devenait beaucoup plus facile. « Je sais pas comment les chasseurs font, comment tu fais parfois toi aussi. » Ils tuaient l’animal devant leurs yeux. Quand la bête était déjà morte tout devenait beaucoup plus simple. Quand la bête ne représentait déjà plus l’animal chassé, c’était un jeu d’enfant. « Ça va revenir facilement. Il reste plus grand-chose à faire. » Elles avaient passé le plus difficile même si l’odeur n’allait peut-être pas être très agréable dans les minutes à suivre. Mais bon, celle-ci mélangée à celle du campement qui ne sentait pas toujours la rose, bon, c’était supportable, ils avaient pour ainsi dire l’habitude.

« Pince-toi le nez si tu veux, c’est au tour des organes. » Elle avait reste de toile juste en dessous qu’elle lavait de temps à autre à la rivière. C’était plus simple et moins couteux pour eux qu’elle garde toujours le même. Elle vidait les restes dans la fosses à ordures et tout le reste et filait nettoyer ce qu’elle pouvait nettoyer de sang avant de le ramener à ce qui ressemblait plus ou moins à une cuisine, bien loin des cuisines dans lesquelles elle avait un temps travaillé là-haut. Un professionnel doublé d’un insensible qui ne perdait pas de temps à la papote aurait sans doute exécuté le travail en moins d’un quart d’heure mais elle préférait avoir quelqu’un à côté d’elle pour lui tenir compagnie. Elle se sentait toujours plus sereine dans ces moments-là quand elle n’était pas seule face à la bête, face à celle qui lui lançait derrière son regard vitreux des messages à l’aide, qui espérait qu’elle n’empire pas son destin déjà bien cruel. Mais c’était trop tard comme à chaque fois. Ils n’envoyaient pas les chasseurs dans la forêt pour rien. Le lapin mort avait une utilité toujours quand bien même celui là aurait souhaité vivre une vie tranquille dans ces bois avec sa petite famille de lapins à une ou deux têtes. « C’est plus simple parce qu’on voit tout. » Sans la fourrure, effectivement, ils pouvaient pratiquement voir à travers la peau du lapin. « Tu crois que ça existe un lapin à une tête mais deux corps ? » Plus de boulot mais plus de nourriture avec un mort à la clef.

« C’est comme de la chirurgie ce truc. Tu fais un faux pas avec le couteau et la viande est immangeable. La prochaine fois j’demande à Elijah de venir m’aider. Il n’ose jamais me rembarrer. » Petit sourire malin, fier de son coup parce qu’il en avait rembarré du monde ce psychologue pas commode qui parvenait en deux temps sans remord aucun, dans un silence de plomb, à lui dépecer l’animal sans rechigner avec un 'voilà' agacé un peu quand même de ne pas avoir pu lui dire de se débrouiller toute seule comme une grande. « J’vais pas non plus t’embêter à chaque fois que j’veux pas dépecer un lapin toute seule. » Murphy ne serait pas toujours présente et Cassandre savait très bien qu’un jour ou l’autre elle aurait à exécuter le boulot toute seule avec une mine peut-être de moins en moins dégoûtée à chaque fois qu’elle l’effectuerait. Seul le temps le lui dirait. « Faut retirer d’abord la vessie. Comme celle d’Antarès mais en plus petit. » Cassandre n’avait pas forcément envie de lui citer tous les noms d’organes qui étaient bons pour la poubelle mais puisque Murphy ne se souvenait plus trop, elle lui faisait des parallèles comme pour un exercice de mathématique difficile à comprendre. Là-bas c’était les parts de gâteau, ici … c’étaient les parts d’Antarès. Elle n’avait pas honte de l’utiliser comme exemple pour que Murphy puisse reconnaitre les éléments à retirer du lapin, ou peut-être qu’un tout petit peu. « Mais Antarès ne risque rien, pas vrai ? » Petit jappement distinctif comme s’il affirmait ses dires, c’est bon, elles pouvaient passer à la suite.

avatar
06/12/2015 Lux Aeterna 29545 Sophia Bush Avengedinchains (vava) ; Oreste (image profil); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) ancienne militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. 160


Sujet: Re: {{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}
Dim 16 Juil - 3:17



❝ Butterflies and Hurricanes ❞
Murphy Cavendish & Cassandre Darcy & feu le lapin
(23 décembre 2116)


C'était presque un pléonasme de penser que les contacts entre premiers et seconds débarqués n'étaient pas au beau fixe. Murphy était consciente de la complexité de la situation; elle savait que tout ne pouvait se résoudre d'un claquement de doigts ou d'un sourire poli. Elle était loin d'être naïve; il y avait chez les jeunes au moins autant de récalcitrants à une réunion qu'au sein de son propre camp et celle ne pourrait avoir lieu que dans une progression calme mais persistante. Que les Cents les ait invités auprès d'eux pour fêter Noël était un énorme pas en avant pour la brune. La proposition était synonyme d'une démarche naissante pour une évolution des relations entre les camps. Tout le monde chez eux n'était probablement pas d'accord pour accueillir ceux qu'ils considéraient les avoir condamnés, mais il y avait aussi, chez les Odysséens, quelques énergumènes incapables de reconsidérer les choses. Peut-être que certains ne changeraient jamais d'avis et n'accepteraient jamais cette alliance qui semblait pourtant évidente à la patrouilleuse; peu importait, c'était leur décision. Tout ce qu'espérait Murphy, c'était qu'ils gardent leurs opinions pour eux et ne détruisent pas le lien que les plus optimistes cherchaient à tisser depuis des mois. Son emprisonnement avec les jeunes restait encore gravé en elle et elle n'oublierait pas la façon dont ils avaient été traités lorsque le contact avait été renoué. Personne n'était à l'abri d'un tel mouvement de mécontentement, et elle espérait juste que la majorité de ces réfractaires avaient fini par se joindre à ce qu'elle considérait être la bonne cause.

Il allait de soi, donc, que de cette fête de Noël à venir, elle attendait beaucoup. Pas de grands apparats ou de promesses folles, mais un premier pas vers une réunion, la naissance d'une alliance qui se construirait peut-être sur des mois ou sur des années, mais qui devait bien prendre racine dans un premier geste, une main tendue vers l'autre. L'idée qu'il puisse s'agir d'un piège lui avait traversé l'esprit mais elle s'était interdit de la laisser germer dans ses neurones et nécroser ses espoirs. Personne ne s'alarmait comme elle aurait pu le faire et elle s'en rassurait. Plus la date du départ approchait et plus Murphy se surprenait à rêver à la petite fête et à la famille qu'elle réunirait autour d'elle. Elle n'avait plus sa mère et elle n'avait plus Faust, mais elle avait encore Richard et Tennessee, elle avait Cassandre, elle avait cette jeune brunette montée sur ressorts qu'elle avait rencontrée chez les jeunes et elle avait Devos et Marlene. Elle n'était pas seule, pas encore, et Noël méritait d'être célébré. « T'inquiète pas, le plus beau cadeau c'est ta présence. C'est que je me dis pour ceux à qui j'ai pas encore trouvé de cadeau. Ma présence vaut tout l'or du monde. » Son sourire était taquin et fier alors qu'elle encadrait son visage à l'air innocent de ses mains ouvertes. Elle avait bricolé quelques cadeaux mais savait qu'ils ne vaudraient pas grand chose; au mieux, ils prendraient la valeur du geste et du moment et au pire, ils finiraient au feu un soir de froid extrême où les flammes étaient le seul espoir salutaire. Et dans son sourire malicieux se cachait toute la joie qu'elle contenait de pouvoir compter Cassandre parmi les rangs de ceux qui rejoignaient les jeunes pour fêter cette fin d'année. « Wilhelmina... ? » Son regard se fronça alors qu'elle essayait d'associer le prénom à un visage. Il lui vint celui d'une jolie blonde dont l'âge ne devait pas excéder le sien mais elle ne s'attarda pas dans le doute. « N'importe », dit-elle en fendant l'air de sa main vive pour passer à autre chose, « si t'as une idée, fonce, et sinon te prends pas la tête. Y'a pas un plat qu'elle aime particulièrement et que tu pourrais lui préparer ? Il fait tellement froid dehors que ça se conservera sur la route sans soucis. »

Et avec Sam, Murphy savait qu'elle avait touché à une corde sensible. Elle feintait la proposition de Murphy et celle-ci l'observa faire d'un air entendu. Son regard pétillait de malice mais elle n'ajouta rien, convaincue d'avoir déjà exprimé ce qu'elle avait à exprimer. Il lui tardait de les voir ensemble, tous les deux. Elle était persuadée qu'elle n'apprendrait rien de nouveau au sujet de leur dynamique en les observant l'un avec l'autre, mais il était de ces moments dans la vie qui savait donner du contraste à tout le reste, leur rappeler que la vie suivait son cours malgré tout le reste. Elle approuva les dires de Cassandre d'un mouvement de la tête, les lèvres pincées par la malice, et étouffa un rire lorsque la jeune retourna la situation. « Tu crois quand même pas que tu vas m'avoir comme ça, si ? » Elle arqua un sourcil, amusée, et ajouta : « le mec qui me supportera est pas né, et je suis pas une cougar. C'est foutu pour moi, Cassandre. » Et d'un ton qu'elle souhaitait beaucoup plus sérieux, sans doute pour continuer à la taquiner tout en lui prodiguant quelques conseils bienveillants, elle conclut : « quand on ouvre un groupe de soutien et qu'on veut y rester à deux, c'est pas juste pour parler de deuil et de météo. » Et soudain une idée lui vint à l'esprit et l'effara presque aussitôt. Elle tourna brusquement la tête vers son amie, la fixa et d'un ton grave, lui demanda : « T'as un implant, dis ? » Car on ne rigolait pas avec ces choses-là. Murphy n'avait jamais eu à s'inquiéter de ce genre de questions, mais qu'en était-il de ceux qui allaient grandir ici ? Les médecins du camp allaient probablement finir par devoir lancer une campagne de prévention. Cassandre faisait sûrement partie de la dernière génération à avoir profité de ce moyen de contraception, mais Murphy préférait s'en assurer maintenant que cette réalité venait de se révéler à elle. « Bonjour Cassandre... » se détendit-elle en lui répondant sur le même ton.

Laisser derrière elle Adelaide et la petite Astrae pour fêter Noël lui coûtait, mais elle savait le voyage déraisonnable pour elles deux. « Il y a des gardes funs, ouais... » admit-elle, amusée et non sans se compter dans le lot. Lorsqu'ils avaient atterri ici, Murphy avait été garde avant de passer patrouilleuse -grâce à l'intervention pour laquelle elle ne remercierait probablement jamais assez Richard. Elle préférait de loin vadrouiller autour du campement que de rester statique à n'importe quelle heure de la nuit ou du jour, que les températures gèlent son sang ou le fassent bouillir. Elle avait toujours trouvé plus de charme aux patrouilles. Elle n'était jamais vouées à l'ennui, elles; elles étaient maîtresses de découvertes, de rencontres et d'aventures. « De toute façon, Astrae peut pas passer son premier Noël aussi loin. Elle sera gâtée, qu'elle reste ici ou qu'elle aille là-bas », conclut la brune dans un clin d'oeil. « Un entrainement est un entrainement », s'amusa-t-elle, « et puis un trajet s'avère rarement aussi simple que ce qu'on pourrait penser. » Elle hésita à parler des différentes aventures dans lesquelles ils pourraient se retrouver engagés malgré eux, mais elle considérait que chaque sortie était une occasion de tester et de repousser ses limites. « On s’entraîne jamais trop à la neige, d'abord », se contenta-t-elle d'affirmer pour ne pas alarmer Cassandre plus que de raison.

Mais elles avaient beau partir dans des considérations pas possibles, le lapin -ou ce qu'il en restait- n'attendrait pas sagement avant de pourrir. Il fallait travailler la viande avant qu'elle ne s'infecte. Pour le plus grand soulagement de son aînée, Cassandre reprit la main en un rien de temps. Un peu gênée à l'idée de ce qui approchait, le regard rivé sur l'animal dépecé, Murphy répondit en quelques mots. « Tuer, ça va. C'est un seul geste. Et puis souvent, c'est pas moi qui le fais. » Elle désigna de l'index et sans le regarder la petite boule de poils qui s'était allongée sur le ventre à leurs pieds. Le silence se faisait progressivement entre les femmes alors qu'elles réalisaient qu'il était temps de passer aux choses sérieuses. Le dépeçage n'avait été que la mise en bouche. « Oh, bah j'imagine que oui. La vraie question ce serait plutôt : tu crois que du coup, il court deux fois plus vite ? » Elle détailla le corps inanimé, dégoûtée à l'avance de l'odeur qui allait s'échapper de la carcasse au moment où Cassandre allait l'ouvrir. « En tout cas, ça ferait deux fois plus de viande. » Elle prit une profonde inspiration et resta en apnée quelques secondes avant de réaliser que Cassandre non plus n'était pas encore tout à fait prête à l'idée d'ouvrir la pauvre bête. Elle remplit ses poumons d'air à nouveau en imaginant Elijah faire. Elle n'aurait pas imaginé une seule seconde capable d'une telle opération -mais, après tout, le connaissait-elle vraiment ? En tout cas, elle ne connaissait pas toutes ses facettes et compétences.

Elle se redressa brusquement en tournant la tête d'un vif mouvement pour regarder Cassandre lorsque celle-ci utilisa Antarès dans ses explications. Son regard n'était pas noir mais il n'était soudainement plus aussi bienveillant. On ne sous-entendait pas ce genre de choses face à elle. Richard serait sûrement heureux que l'on pense à la fin de vie d'Antarès mais c'était loin d'être son cas à elle. « Laisse sa vessie où elle est », dit-elle simplement avant de le chercher du regard pour s'assurer qu'il allait toujours bien, qu'il était confortablement installé avec elles, et qu'il était vivant, avec sa vessie et tous ses organes. Lui ne semblait pas choqué et il aboya une fois comme pour répondre à la jeune fille, ce que n'approuva pas sa maîtresse. Il ne fallait pas encourager de tels propos. « On peut pas parler d'un autre animal ? Il y a bien des bêtes dont on pourrait rire, là, tout de... » suite ? Son visage s'illumina brusquement et elle observa les alentours pour s'assurer que ses propos ne seraient pas rapportés. « Chris Wilson, tu vois qui c'est ? » Oui, c'était gratuit. Totalement gratuit. Mais il l'avait cherché. A force d'essayer de le comprendre, Murphy avait failli perdre sa santé mentale. Il était donc plutôt juste maintenant qu'elle cherche du réconfort dans ce genre d'humour sombre dont elle avait le secret. « OK, alors la vessie de Chris. Montre moi ça. » Elle attrapa le couteau bien aiguisé posé sur la paillasse et la tendit à son amie. « A trois, je passe en apnée. Fais ce que tu peux de ces quinze secondes. Un, deux... trois ! »
En ligne
 

{{ Butterflies and Hurricanes {Cassandre ♥}

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» » Butterflies and Hurricanes « [Pv Jason et Chloé]
» Cassandre
» A la recherche de son passé [PV Cassandre]
» ENORA ϟ ta gueule, cassandre.
» Le syndrome de Cassandre... [Rp Darren - Cassandre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: place of death :: La forêt profonde :: Les vestiges de l'Odyssée-