Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Des aveux à ma mère, comme une bouteille à la mer... ¤Hyacinthe¤
maybe life should be about more than just surviving


avatar
Invité
Invité


Sujet: Des aveux à ma mère, comme une bouteille à la mer... ¤Hyacinthe¤
Mer 14 Déc - 23:16



"Des aveux à ma mère, comme une bouteille à la mer"

Andromeda Kriel & Hyacinthe Bosco



Je ne pouvais pas dire que ça allait beaucoup mieux, pour moi en ce moment, bien au contraire. J’avais la sensation, dérangeante de me perdre de plus en plus dans mon chagrin, de ne pas parvenir à chasser de mon esprit la disparition de ma mère. L’hiver s’était installé, cette neige que j’aimais tant avait commencé à tomber, recouvrant de blanc l’herbe et la terre. Uniformisant tout sous ses blancs flocons. La nature avait beau être magnifique, cette année, je ne parvenais pas à m’en réjouir, c’était impossible. Pas alors qu’elle n’était pas rentrée, pas alors que j’étais sans nouvelles de ma mère. Même si la terrible issue commençait à se faire jour en moi, je continuais à la refuser, à la réfuter, à la nier.

Heureusement, avec Autumn, j’étais bien occupée. A croire que la jeune fille avait mis un point d’honneur à essayer de me changer les idées. Mais aujourd’hui, j’étais bien décidée à y échapper. Après tout, c’était mon anniversaire. Un anniversaire que je n’avais pas la moindre envie de fêter, je devais bien le reconnaître. Regardant par-dessus mon épaule, je m’assurai qu’elle n’était pas à proximité et qu’elle n’allait pas me voir lui fausser compagnie. Pour une fois, je voulais penser un peu à moi, je voulais prendre du temps pour moi. Et pour ça, je ne connaissais qu’un seul endroit : les falaises. Elles n’étaient pas très loin, mais j’étais pressée d’y arriver. J’aurais pourtant souhaité faire un détour par le garde-manger, histoire de prendre un petit quelque chose à grignoter puisque je comptais passer la journée dehors. Mais je ne voulais pas faire ce détour. Je craignais encore trop de croiser Taël. Il me manquait, mais… Je ne pouvais pas. Je l’évitais depuis des mois maintenant. Depuis que je l’avais emmené dans la clairière pensant qu’il était amoureux de moi. Je m’étais tellement ridiculisée que j’étais incapable de croiser son regard. Incapable même de me trouver au même endroit que lui sans me sentir horriblement gênée.

Après avoir regardé une dernière fois autour de moi qu’Autumn n’était pas dans le coin, je quittai le campement à pas rapides. Je savais où j’allais : les falaises un peu plus au nord du campement, au-delà du ruisseau. Cela ne me prendrait pas longtemps pour m’y rendre, d’autant que je connaissais le chemin par cœur même si cela faisait plusieurs mois que je ne m’y étais pas rendue. De fait, je ne tardais pas à arriver à destination. « Mamaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan ! » hurlai-je alors, loin de toute oreille indiscrète, avant que ma voix ne se brise. J’étais seule, je pouvais parler. Je pouvais me lâcher. Je n’étais pas certaine de pouvoir parvenir un jour à comprendre comment je pouvais parler normalement lorsque j’étais seule mais me mettre à bégayer lorsque je ne l’étais pas. Quoiqu’il en soit, j’étais pour le moment seule et je pouvais enfin vider ce que j’avais sur le cœur. « Où es-tu, Maman ? Pourquoi n’es-tu jamais arrivée ici ? Je suis tellement désolée. Je m’en veux tellement, si tu savais… » De tourné vers le ciel, mon regard se posa sur l’immensité de l’eau au pied de la falaise. « Tu me manques, Maman… Si tu savais comme je m’en veux de ce que j’ai dit à Murphy, l’année dernière… J’aurais dû mettre mon égo de côté bien avant. Et venir te voir. Si je l’avais fait… Tu n’aurais pas disparu. » Je reniflai et essuyai mon nez sur ma manche dans un mouvement assez peu distingué. Mais je m’en foutais. Complètement. « J’aurais tellement aimé que tu sois avec moi aujourd’hui. Surtout aujourd’hui. C’est… C’est mon anniversaire, après tout… Reviens Maman. J’ai besoin de toi. » Je reniflai alors que les larmes commençaient à rouler sur mes joues.

Code by Sleepy

avatar
28/07/2015 I 2262 Chris Brown ( model )/Cristopher Mason Thaïs/Oreste & Lux Aeterna Verrier & Parfumeur 87
« Entre le † Ciel † et l' ☿ Enfer ☿ »


Sujet: Re: Des aveux à ma mère, comme une bouteille à la mer... ¤Hyacinthe¤
Mer 4 Jan - 15:12

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Andromeda & Hyacinthe


La chanson de l'eau bondissant sur la roche pour le précipiter tout en bas des falaises charmait les oreilles du Blond. Mais bien qu'il en profita immobile comme une statue, les chutes ne se trouvaient pas la raison première de sa venue. Régulièrement il venait rendre hommage à son défunt ami Shane avec qui il prit pendant des années l'habitude de deviser sur les choses les plus inutiles et essentielles de la vie. Par la même occasion il venait récupéré un terreau spécial qu'il nécessitait pour nourrir à nouveau correctement les plantes rescapées - et nouvelles - de sa serre en partie reconstruite. Beaucoup plus petite car jamais il n'eut pu trouver assez de temps et de matériaux pour la finir avant l'hiver. Tout en continuant à créer des fioles de toutes les tailles, ainsi que diverses demandes bien spécifiques dans la verrerie. Une fois repu de la mélopée de l'eau - Et puis il ne s'agissait pas de traîner avec la froidure environnante -, il se pencha pour remplir sa besace bien ouverte. Mais un étrange cri retenti à ses oreilles répercuté par l'écho. Hyacinthe suspendit son geste se demandant s'il devait s’inquiéter d'un éventuel visiteur assoiffé de brutalité, ou à la recherche d'une bagarre bien saignante. Pourtant ce qui  dominait le son restait encore une note féminine.

Le Calusa referma son sac, restant sur ses gardes, il se décida à redescendre vers la falaise. Au loin Hyacinthe distingua une petite silhouette qui s’agitait tout en continuant à hurler. Le vent lui en rapporta quelques paroles qu'il comprit grâce à sa connaissance du langage des débarqués. Car pour se conduire avec une telle extravagance au bord d'un précipice, rien d'autre qu'un des enfants du ciel ne lui venait à l'esprit. Puis des sanglots s'élevèrent alourdissant l’atmosphère, et le blond hésita à passer derrière le dos de cette désespérée qu'il observait désormais de beaucoup plus prêt. Le blond ne souhaitait pas troubler son chagrin, Puis il craignait de l'effrayer. Comme elle lui paraissait un peu hystérique, Hyacinthe préférait éviter de se voir confronter à répliquer avec violence si elle devenait ingérable face à sa présence inattendue. Donc se carapater en catimini s'imposait comme la meilleur option. Malencontreusement, usée par le temps, s’érodant dans 'un mouvement silencieux  de balancier la bandoulière de son sac céda déchirant une parti de ce dernier, déversant ainsi toute la terre ramassée un peu plus tôt non loin des pieds de la Brunette. Tout cela attira son attention à Elle qui se retourna vers Hyacinthe. Comme ce dernier venait juste d'entendre très clairement sa dernière phrase, il lui demanda non sans avoir lâché un *Merde* contrarié.

« Tu tu tu as quel âge aujourd'hui ? » Comme elle semblait accorder une grande importance à ce détail. Hyacinthe remarqua ensuite les rivières débordants de ces joues. Il déterra un mouchoir en tissu au fond de sa poche ayant appartenu à Rose, oublié chez lui quand il l'hébergea quelques jours pour la mettre à l'abri d’elle-même. « Tiens, tiens, tiens .... tu es perdue ?  » Après tout si certains connaissaient cet endroit, elle ne serait pas la première à s'égarer. Puis il s'agenouilla pour examiner les dégâts subit par sa musette. Impossible de le réparer, soit il devrait abandonner le but de sa journée, soit il fallait retourner en chercher un autre ce qui le retarderait pour toutes ses autres activités prévues. « Je devais ramener ça pour mon jardin » Mais il n'expliquera pas pourquoi il prenait la peine de venir la réquisitionner jusqu'ici, principalement pour ses particularités. Il doutait que son interlocutrice fut intéressée un tant soit peu par les mystères du jardinage. Puis il se releva pour se ré-agenouiller. 3 fois. Des flocons commencèrent à se déposer sur eux. De temps à autre le blond esquissait un pas - toujours suivit de deux de plus -, en avant, en arrière, sur le coté pour les éviter. « Fau fau fau drait pas trop trainer sur place sinon tu vas attraper froid avec tes joues toutes mouillées »


Dernière édition par Hyacinthe Bosco le Dim 9 Avr - 20:49, édité 1 fois

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Des aveux à ma mère, comme une bouteille à la mer... ¤Hyacinthe¤
Sam 25 Fév - 13:17



"Des aveux à ma mère, comme une bouteille à la mer"

Andromeda Kriel & Hyacinthe Bosco



J’étais malheureuse comme les pierres. J’avais l’impression que mon chagrin pesait aussi lourd qu’un énorme rocher dans mon cœur. Surtout, j’étais tellement obnubilée par ma tristesse que je ne m’étais pas rendue compte que je n’étais pas seule. Un bruit, pourtant, de la terre qui roula près de mes pieds, finit par attirer mon attention. Sursautant, glissant à moitié sur la neige, je me tournai vers l’origine du bruit. Un homme. Un hoquet de surprise manqua de m’étrangler alors qu’il prenait la parole, d’une voix aussi hésitante que la mienne en public. « J-j-j-j-j-j-j-j’ai d-d-d-d-d-d-dix-s-s-s-s-s-sept ans » bégayai-je, rattrapée par mon incapacité à parler en public, et plus encore en présence d’inconnus. L’homme, voyant mes larmes me tendit bientôt un mouchoir que je reconnus sans peine comme appartenant à celle que je considérais comme ma sœur et avec qui je partageais mon abri au campement. « M-m-m-m-merci. C-c-c-c-c’est à R-r-r-r-r-r-rose ! » Comment était-il entré en possession d’un objet lui appartenant ? Je fronçai légèrement les sourcils en prenant le morceau de tissus, mais m’essuyai rapidement le visage avec. J’aurais dû le rendre au terrien, mais il appartenait à Rose. Je l’avais reconnu, et je répugnais à m’en séparer. « J-j-j-j-j-je s-s-s-s-suis p-p-p-pas p-p-p-p-perd-d-d-d-due. » finis-je par répondre alors qu’il s’accroupissait pour regarder son sac qui s’était cassé. Pourquoi avait-il mis de la terre dedans, je n’en avais pas la moindre idée. C’était bizarre. Mais ce type en lui-même avait l’air tout aussi bizarre que la terre qu’il transportait.

Sans que je ne lui pose de question, il m’expliqua pourquoi il transportait de la terre. Euh… Okay… songeai-je. Mais, au moins, cela avait le bénéfice de me détourner de mon chagrin. Mais il était, malgré tout, présent, et il suffirait de pas grand-chose pour que je craque à nouveau… Même si le manège de l’homme m’intriguait. Je le vis se relever pour s’agenouiller par trois fois, puis esquisser un genre de petite danse pour éviter les flocons qui s’étaient mis à tomber. « M-m-m-m-m-m’en f-f-f-f-fous s-s-s-s-si j-j-j-j-j-j’at-t-t-t-t-t-trappe f-f-f-f-f-f-froid. J-j-j-j-j-je p-p-p-p-p-peux m-m-m-m-m-m-même en m-m-m-m-m-mourir q-q-q-q-q-q-que ç-ç-ç-ç-ç-ç-ça n-n-n-n-n’aurait p-p-p-p-p-pas d-d-d-d-d-d’imp-p-p-p-p-port-t-t-t-tance. » A qui manquerais-je après tout ? De nouveau, je me retrouvai accablée par le poids du deuil, persuadée que tout le monde se porterait mieux si je n’étais pas là. Plus de poids lourd, plus de poids mort à trainer. Murphy pourrait arrêter de chercher ma mère et retourner à des activités plus importantes, Rose et Autumn n’auraient plus à me surveiller, Taël serait tranquille aussi… Vraiment, ça serait mieux pour tout le monde. Je me retournai vers la falaise, laissant mon regard errer dans le vide, attirée par le vaste espace d’eau glacée qui s’étirait en dessous de moi.


Code by Sleepy


Spoiler:
 

avatar
28/07/2015 I 2262 Chris Brown ( model )/Cristopher Mason Thaïs/Oreste & Lux Aeterna Verrier & Parfumeur 87
« Entre le † Ciel † et l' ☿ Enfer ☿ »


Sujet: Re: Des aveux à ma mère, comme une bouteille à la mer... ¤Hyacinthe¤
Mer 1 Mar - 18:52

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Andromeda & Hyacinthe


Les larmes qui envahissaient le visage de la jeune fille donnaient un sentiment de malaise au blond. Mal-être. Visiblement le désespoir qui la rongeait ne pouvait pas s'enlever d'un coup de baguette magique. Déjà ça n'existait pas, ensuite il aurait fallut être une fée. Et pour ce qu'il en savait, on pouvait dire beaucoup de choses de son cas, mais certes non il ne possédait pas d'ailes transparente Hyacinthe. Et maintenant que le contact venait d’être engagé il ne se voyait pas fuir en la laissant dans cet état. Dix sept ans. Il la trouvait bien immature pour cet âge là, se rappelant que de lui à la même époque, revenant de ses deux ans de navigations avec le dur à cuir Helgusson. la petite brune lui confirma être une débarquée quand elle parla de Rose, tout en reconnaissant son mouchoir. Il ne pu s'empêcher d'entrevoir un air suspicieux dans toute son expression quand elle le fixa un moment. « Oui Rose c'est vrai, elle me l'a donné quand nous avons traversé le désert et que je la ramenais chez vous  » Expliqua le Calusa en se remémorant cette étrange fuite à deux vers la liberté. En l'écoutant il réussit à faire un nœud avec les deux bouts de lanière cassées tout en lui souhaitant « Et bien bon anniversaire à l'amie de Rose pas perdue »

Hyacinthe imaginait que si il détournait ne fusse qu'un peu l'attention de ses problèmes l'adolescente, il pourrait l'inciter à s'éloigner du vide. La neige qui tombait refroidissait rapidement l’atmosphère, et quoi qu'elle en dise le Calusa pensait plus prudent de trouver un abri plutôt que de bavarder sous les flocons. « Voudrais-tu m'aider à ramasser tout cela ? Tu pourrais venir boire quelque chose de chaud chez moi, j'habite prêt de la plage et tu pourras avoir des gâteaux teaux teaux puisque tu as une année de plus » Disant cela il continua de plonger ses mains dans le terreau afin de le faire retourner dans sa besace. Il espérait bien qu'elle n'imaginerait que derrière sa proposition se profilait des choses beaucoup plus fumeuses. Car il craignait de la voir s'enfuir, et Hyacinthe ne désirait vraiment pas en ce moment perdre du temps à faire une course poursuite à travers dune et forêt ! Mais ce petit bout obstiné ne semblait pas se rendre compte ce qui l'attendait si elle restait là à se désespérer « Peut-être mais je t'assure que ce ne sera pas une partie de plaisir quand tu sentiras le froid mordre tes doigts, puis tes orteils, puis ton nez, puis tes oreilles. Qu'ils deviendront tout noirs, et si tu survis il faut espérer que tu ne perdras pas tout  »

Admin △ Let the hunger control you
avatar
05/10/2015 Electric Soul 5513 Jensen Ackles Tag & tumblr Traître en cavale & rebelle anti-esclavagiste anti-royaliste (ex-mercenaire, ex-gladiateur) | Combat & maniement des armes 490
Admin △ Let the hunger control you


Sujet: Re: Des aveux à ma mère, comme une bouteille à la mer... ¤Hyacinthe¤
Dim 4 Juin - 10:03

Ce rp est archivé pour n'avoir pas reçu de réponse depuis plus de trois mois. Si vous souhaitez néanmoins le poursuivre, merci de MP un membre du staff
 

Des aveux à ma mère, comme une bouteille à la mer... ¤Hyacinthe¤

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Des aveux à ma mère, comme une bouteille à la mer... ¤Hyacinthe¤
» Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann]
» MEREDITH ➺ Hier j'étais fraiche comme la rosée du matin, aujourd'hui je suis plutôt fraiche comme la bouteille de rosé de la veille.
» L’amitié est comme une bouteille de vin (Norbert :3)
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-