Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜I don't want to be alone, I want to be left alone
maybe life should be about more than just surviving


avatar
27/10/2016 110 Lily Collins medecin, herboriste 35


Sujet: I don't want to be alone, I want to be left alone
Dim 27 Nov - 19:58

Les pas des prisonniers résonnèrent dans le couloir de la prison de l’odyssée tandis qu'on les escortait jusqu’à la salle où ils prenaient un repas commun une fois par semaine. C'était l'occasion, avec les promenades, de sociabiliser un peu et d'apprendre à connaître les autres, voir se faire des amis. C'était le moment de la semaine que Clary préférait, la jeune fille de dix sept ans n'avait absolument aucun à priori ou jugement sur les prisonniers, elle ne les blâmait pas, qu'importe ce qu'ils avaient fait dans le passée. Elle considérait qu'on devait laisser une deuxième chance à tout le monde. La petite brune était là depuis quatre ans maintenant et connaissait à peu près tout le monde de vue et de nom du moins, en effet Clary avait pris l'habitude d'aller parler aux nouveaux arrivants, même si ceux ci l'intimidaient très souvent au premier coup d’œil, histoire de les accueillir, en quelque sorte. Elle connaissait la sensation que l'on avait en arrivant ici, être déboussolé parmi toutes ces personnes dont on avait souvent une mauvaise image et maintenant, en faire partie ! Et avec nos actions passées, nos blessures fraîches, pas encore refermés… C'était dur, très, et Clary le savait ce pourquoi elle faisait tout son possible pour que ces nouvels arrivants se sentent mieux, surtout si elle les voyait isolés ce qui était souvent le cas. Tan pis si elle se faisait chasser par eux, il fallait prendre le risque, si ces personnes voulaient vraiment être seules, elle comprenait et évitait de trop forcer.

Arrivées dans ce que les prisonniers appelaient la salle commune ils avaient un peu de temps avant que le repas n'arrive pour discuter entre eux. Clary resta avec son groupe d'amis, si on peut appeler ainsi des gens qu'elle ne voyait qu'une ou deux fois par semaine. Mais elle connaissait certains depuis quatre ans alors à force, oui, c'était devenus ses amis. Elle avait eu la chance de s'intégrer rapidement après son arrivée ici, certains avaient décidé de prendre la petite fille de treize ans effrayée sous leur aile. Elle ne s'était jamais fait d'ennemis, il y avait bien des personnes qui n’appréciaient pas forcément sa nature douce et gentille qu'ils qualifiaient de niaise mais en général on l'aimait bien cette jeune fille aux traits encore quelque peu enfantins et aux manières chaleureuses.

Tandis qu'elle discutait avec quelques personnes elle remarqua une silhouette inconnue en retrait. Elle se rappela maintenant avoir entendu parler d'un nouvel arrivant mais elle ne connaissait ni son nom ni ce qui l'avait amené ici. Elle décida donc d'aller lui parler et se retira de son groupe d'amis en adressant un sourire d'excuses à tout le monde, en particulier à Jay, un jeune homme de dix huit ans qu'elle connaissait depuis maintenant presque un an et qu'elle aimait bien que ces derniers temps son comportement envers elle n'était plus le même qu'au début de leur relation...
Elle se rapprocha donc du nouveau et lui adressa un sourire gentil.

- Salut ! Moi c'est Clary, et toi tu es ? Je sais que tu es arrivé il y a quelques jours et du coup tu ne connais pas grand monde donc je me suis permise de venir te parler. Je sais que c'est très dur d'être ici au début.

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 22199 Thomas B.-Sangster blue comet Signa ( NEON DEMON), crackship soeur d'arme, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 726
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: I don't want to be alone, I want to be left alone
Dim 4 Déc - 3:42



Le jugement était tombé. Il y aurait peut-être un second procès mais Liam s’était déjà mis en tête que c’était terminé pour lui. Il ne parvenait pas à comprendre comment il en était arrivé là, comment ce terrible accident avait-il pu se produire. Il ne voulait pas en parler, avait envoyé paître par son silence ceux qui avaient voulu en savoir d’avantage sur sa présence dans la prison de l’Odyssée parce qu’il y a et y aurait toujours des curieux : lui le premier. Mais depuis qu’il était arrivé il se faisait encore plus taiseux que d’ordinaire. S’il avait vu des têtes désespérées, tristes ou furieuses d’être ainsi enfermées, lui s’était vite retrouvé abattu et las de devoir attendre alors que tout aurait pu être terminé bien plus vite s’il ne fallait pas attendre la date des vingt-huit ans pour en finir une bonne fois pour toute. Il n’était pas triste ou en colère contre le système, il l’était surtout envers lui-même d’avoir ôté une vie même s’il n’avait été qu’un idiot qui s’amusait des plus faibles : il n'avait pas mérité ça. S’il détestait devoir rester auprès des autres et faire semblant que tout allait bien, s’en était de même pour sa cellule, l’endroit par excellence où il pouvait cogiter sans cesse pour deviner ce qu’il aurait bien pu faire pour que tout se déroule autrement, pour deviner aussi pourquoi certains de ces amis se trouvaient ici. Il n’avait pas encore eu l’occasion de les retrouver et ne le voulait peut-être pas, tout comme il avait refusé que sa mère vienne le voir. Il lui restait dix ans à tirer. Dix ans c’était long, un peu de compagnie n’aurait peut-être pas été désagréable mais Liam ne voulait pas s’attacher. Ou plutôt s’attacher d’avantage. C’était plus simple ainsi. C’était plus simple à la toute fin de créer la distance pour ne pas avoir mal à l’instant où eux aussi se verraient éjectés même s’il se plantait le doigt dans l’œil.

Son pessimisme l’empêchait d’aller vers les autres pour faire comme s’il ne s’était rien passé. Se voir enfermé avec ceux qu’il ne parvenait pas à comprendre était aussi quelque chose de perturbant. Si certains étaient réellement dangereux, il savait aussi que d’autres n’avaient commis que de petits crimes tout en connaissance de cause. C’était ça plus que tout qu’il avait du mal à comprendre. Il avait du mal à comprendre les personnes qui avaient agit tout en sachant qu’il y aurait de fortes probabilités pour qu’elles soient enfermées et tuées plus tard. Ça. Oui. Liam avait beaucoup de mal pour ces personnes-là. Pour les autres, il y avait tout un tas de paramètres qu’il ne connaitrait probablement jamais mais pour les personnes qui avaient commis de petits crimes comme les vols : il avait décidément beaucoup de mal. Ce n’était pas logique de vouloir chercher les problèmes à ce point.

Il suivait la troupe vers le repas sans trop s’impliquer dans les conversations, avait toujours été en retrait. « Salut ! Moi c'est Clary, et toi tu es ? Je sais que tu es arrivé il y a quelques jours et du coup tu ne connais pas grand monde donc je me suis permise de venir te parler. Je sais que c'est très dur d'être ici au début. » Il leva la tête, un peu surpris de cette intrusion mais la laissa faire. Il ne pourrait peut-être pas continuellement repousser ceux qui viendraient à lui. Elle parlait beaucoup, chose qui l’arrangeait parce qu’elle n’aurait aucun mal à combler les vides si elle persistait les jours et les semaines prochaines à venir le voir. Il hocha la tête, un peu incertain de ce qu’il devait lui dire. « Liam. » C’était déjà un bon début pour celui qui s’évertuait à ne pas vouloir créer de liens. Elle semblait s’y être faite à cette ‘nouvelle vie’. C’était curieux vu ce qui les attendaient tous. « Parce qu’après c’est mieux ? » Il ne parvenait pas à voir les choses d’un angle un peu moins sombre. Il soupira, un peu agacé contre lui-même. S’il pensait ne pas pouvoir repousser les gens bien longtemps, il se débrouillait comme un chef avec celle qui semblait vouloir qu’il ne se trouve pas toujours seul. « Désolé. C’est dur au début. » Affirmation pour atténuer sa remarque démoralisante.  

avatar
27/10/2016 110 Lily Collins medecin, herboriste 35


Sujet: Re: I don't want to be alone, I want to be left alone
Mar 13 Déc - 21:55

La réponse du jeune homme fut un peu incertaine mais c'était déjà un début et Clary se réjouit intérieurement de ne pas s'être fait renvoyer tout de suite. Le dénommé Liam répondit ensuite plutôt ironiquement ; « Parce qu’après c’est mieux ? » Clary se mordit la lèvre consciente peut être d'avoir dit une connerie, ou du moins quelque chose qui n'était pas une vérité générale. Elle, elle s'était adaptée à sa vie ici et avait accepté son sort mais d'autres au contraire n'y arrivaient pas et on ne pouvait pas les en blâmer si ils savaient n'avoir aucune chance de s'en sortir. Elle aussi était condamnée mais il était dans sa nature de se résigner à vivre selon les circonstances et la petite brune s'était trouvée un but qui était d'essayer de faire la vie de tout le monde un petit peu moins sombre ici. À une maigre échelle bien sûr, mais pas tellement si on regarde de plus près certaines personnes qui grâce à quelques mots de sa part se sont senties mieux. Mais si on n'avait pas de but c'était tout autre chose... Croupir ici dans l'attendre d'une mort sûre n'avait rien d'enchantant.
Liam se rattrapa en s'excusant et ajoutant que c'était dur au début, Clary lui fit un petit sourire, ravie de voir que bien que ne semblant pas forcément motivé de poursuivre la conversation le jeune homme n'y coupait pas non plus court.

- Ne t'inquiète pas, je comprends, moi aussi j'avais vraiment du mal au début d'accepter ce qui m'a mené là et ce qui m'attend par la suite.

Elle marqua une pause cherchant les mots justes, ne voulant paraître comme une donneuse de morale et dire comment il faut voir les choses car elle savait très bien que pour chacun la situation était très différente.

- Euhm, tu vois, je ne te connais pas donc je ne veux pas, et ne peux pas te dicter une conduite à avoir. Je ne peux pas te donner la recette magique pour que tu te sentes mieux ici, mais je me permets généralement de donner des conseils aux nouveaux et parfois ça marche... Je ne suis pas psy, ni rien, je veux juste aider. Et si je te dérange dis le moi, y a pas de problèmes.

Elle marqua de nouveau une courte pause puis reprit ;

- Comment est ce que tu vois les gens ici ? Souvent on a une mauvaise image et des préjugés sur les prisonniers ce qui ne facilite pas vraiment l'intégration.

Elle même à son arrivée était plutôt effrayée par les gens qui l'entouraient, la grande majorité du temps plus âgés qu'elle. Timide elle s'était isolée n'osant pas aller voir qui que ce soit et sans l'intervention de certaines personnes serait sûrement restée dans son coin. À présent elle était tellement reconnaissante à ces personnes de l'avoir aidée et l'avoir intégré.

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 22199 Thomas B.-Sangster blue comet Signa ( NEON DEMON), crackship soeur d'arme, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 726
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: I don't want to be alone, I want to be left alone
Ven 23 Déc - 14:48



Il ne savait pas comment se comporter envers eux, envers ceux qui lui semblaient si différents et pourtant si semblables. Il avait préféré rester dans son coin dans l’attente de ce qui arriverait ensuite. Que Clary vienne lui parler était une surprise et en même temps pas. Elle voulait bien faire pour que tout le monde se sente à son aise ici. Chose difficile puisqu’ils ne pouvaient pas véritablement oublier ce qui les attendrait plus tard. Il voulait bien essayer, jouer le jeu. Lui mentir, faire semblant, se montrer sociable alors qu’il n’avait qu’une envie : retourner en cellule. « Ne t'inquiète pas, je comprends, moi aussi j'avais vraiment du mal au début d'accepter ce qui m'a mené là et ce qui m'attend par la suite. » Il se demanda un moment ce qui avait bien pu se passer pour elle mais garda le silence. S’il n’avait pas envie de parler plus que cela, il n’allait pas se mettre à lui poser tout plein de questions. C’était un peu contradictoire comme façon de faire. S’attendait-elle à ce qu’il lui pose des questions ? Il ne parla pas, préférait attendre la suite qui ne tarda pas à venir. « Euhm, tu vois, je ne te connais pas donc je ne veux pas, et ne peux pas te dicter une conduite à avoir. Je ne peux pas te donner la recette magique pour que tu te sentes mieux ici, mais je me permets généralement de donner des conseils aux nouveaux et parfois ça marche... Je ne suis pas psy, ni rien, je veux juste aider. Et si je te dérange dis le moi, y a pas de problèmes. » Il hocha la tête montrant qu’il avait compris, qu’elle ne le dérangeait pas. « D’accord. » Il s’était forcé de lâcher ce mot pour ne pas qu’elle se sente complètement face à un mur. Il aurait pu, ce n’était pas l’envie qui lui manquait mais il ne pourrait pas les éviter éternellement. Vu leur condition c’était à la fois impossible et stupide. Il ne voulait pas perdre la tête parce qu’il aurait décidé de faire cavalier seul, de ne pas se mêler aux autres, de n’avoir personne d’autre que lui et ses pensées pour lui tenir compagnie. Il avait envie d’avancer mais d’avancer à son rythme.

« Comment est ce que tu vois les gens ici ? Souvent on a une mauvaise image et des préjugés sur les prisonniers ce qui ne facilite pas vraiment l'intégration. » Il la regarda un peu surpris. Une mauvaise image hein ? Il y avait peut-être d’autres personnes qui avaient agit ainsi par pur instinct de survie, d’autres avaient été condamnés par erreur mais dans la majorité ils étaient bien là pour une raison non ? « Qu’est-ce que tu veux dire par là ? » Les bras croisés, il attendait une réponse. « Je ne vais pas commencer à porter des jugements sur une personne rien qu’en l’ayant vue une fois. Toi t’es venue me parler. Tu n’as pas l’air d’avoir fait quelque chose de bien grâce parce que tu as l’air … Gentille. » Sur le moment, il n’avait aucun autre terme pour la qualifier. Il ne la connaissait pas. Tout juste. Il pouvait tout aussi bien se tromper. « Mais je peux me tromper comme tout le monde. C’est bien ça le problème, on ne peut se fier à personne alors oui j’ai peut-être une mauvaise image et des préjugés sur tout le monde mais tant qu’ils ne me montreront pas que j’ai tords, je n’irais pas faire un pas vers eux pour les accuser ou leur parler si c’est ce que tu crains. » Il voulait bien faire des efforts mais n’allait pas se mettre ni à les accuser tous et encore moins à papoter avec eux comme si rien ne s’était passé, comme s’ils étaient des jeunes comme les autres.

Parce qu’ils ne l’étaient pas.
Dire qu’il s’était dit qu’il ferait des efforts.
Ce n’était apparemment pas pour aujourd’hui.
Un autre jour peut-être mais changer comme ça tout de suite, c’était au dessus de ses forces.

avatar
27/10/2016 110 Lily Collins medecin, herboriste 35


Sujet: Re: I don't want to be alone, I want to be left alone
Ven 23 Déc - 22:51

Clary l'écouta attentivement, elle avait au moins réussi à le rendre un peu plus communicatif ! C'était une bonne chose car parler à un mur n'était pas forcément chose facile, là au moins elle avait une idée de ce que pensait son interlocuteur.
La jeune femme hocha la tête.

- Je comprends ton point de vue mais le problème est que justement la majorité de personnes pensent comme toi. Et on finit tous par se regarder en chiens de faïence, et ça ne nous mène a rien. Il faut que quelqu'un fasse le premier pas, aussi petit soit il, et après c'est beaucoup plus facile. Je dis pas qu'on doit faire abstraction de l'endroit où on de trouve mais... Il faut donner une deuxième chance à tout le monde.

Clary était même capable de donner une troisième et quatrième chance de par son caractère compréhensif et laxiste mais elle arrivait à comprendre que cela n'était pas comme ça pour tout le monde, loin de là.

- Tu vois, comme tu l'as dit il est très facile de se tromper sur les gens et la preuve est là. J'ai fait bien pire que la majorité de gens ici, le crime ultime, l'homicide, bien qu'involontaire. Mais quelle importance ? J'aurais pu éviter les choses qui m'ont mené là. Je suis fautive et responsable de mes actions et j'ai bel bien ma place ici. Bien plus que d'autres si on pouvait faire un classement. Et pourtant, je ne suis pas si infréquentable, si ?

Un frisson glacial lui parcourut l'échine en se remémorant de ce moment. L'éclat de verre, la peur, le sang, le corps, l'horreur. Une flaque rouge qui s'étend lentement sur le sol, une forme inanimée flottant dedans. Des mains souillées, des mains coupables. Ce souvenir la dégoûtait, l'horrifiait et l'effrayait. Mais Clary savait que c'était le meilleur exemple qu'elle pouvait donner dans cette situation. Elle même devait accepter ce qu'elle avait fait, se dire que chacun a la droit de faire des erreurs, que cela ne signifiait pas qu'elle était une mauvaise personne. Mais elle n'arrivait pas à se pardonner elle même, pourtant elle le ferait pour quelqu'un d'autre. Chaque fois qu'elle se remémorait cette scène une panique impitoyable l'étranglant, elle ne voyait plus que le sang, le corps, la plaie béante, ses mains couvertes de sang, leur odeur métallique, une odeur de mort...

La petite brune cligna les yeux pour dissiper ces images de sa tête. Elle hésita un peu, légèrement étourdie, tentant de se rappeler ce qu'elle avait dit avant, puis reprit ;

- Ce que je veux dire c'est qu'on a tous le droit aux erreurs, ça ne fait pas de nous des personnes si différentes de celles qui sont libres. Est ce que tu méfiais autant des gens avant d'arriver ici ? Parce que si c'est le cas ce que je dis n'a aucune importance, il faut changer son point de vue sur les gens en général si tu ne veux pas que ce soit aussi difficile. Mais si ce n'est pas le cas il est peut être temps de, peu à peu, changer sa vision sur les gens d'ici. Parce que toi aussi tu en fais partie maintenant, à part si tu penses que tu n'as absolument rien à faire ici ?

Elle le fixa, attendant une réponse.

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 22199 Thomas B.-Sangster blue comet Signa ( NEON DEMON), crackship soeur d'arme, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 726
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: I don't want to be alone, I want to be left alone
Ven 30 Déc - 22:58



Il ne savait pas comment se comporter devant cette fille qui avait fait le premier pas vers lui. Il ne voulait pas se montrer désobligeant mais ne voulait pas non plus changer du tout au tout la personne qu’il était juste pour lui faire plaisir. Il avait une certaine façon de penser qui n’était pas près de changer et qui s’empirerait sans doute avec le temps. Il se passa la main dans les cheveux, pas très certain de savoir quoi répondre à ce qu’elle lui répondit. C’était compliqué d’être ici avec tous ces gens, ces gens qui comme lui n’avaient pas eu d’autre choix, ces autres qui au contraire avaient choisi d’agir ainsi en toute connaissance de cause. Ceux-là, il les trouvait stupides tout en ne connaissant rien de leur vie. Il ne pouvait pas s’empêcher de penser que les règles avaient été établies pour une raison, qu’elles soient justes ou injustes. Ils vivaient dans un lieu assez particulier, dans un lieu qui était voué à éclater en petits morceaux s’ils n’avaient pas une certaine rigueur. Les règles étaient lourdes, difficiles à respecter peut-être pour ceux qui rêvaient liberté mais si y désobéir signifiait l’emprisonnement et l’éjection, il ne voyait pas en quoi cela valait la peine cette prise de risque. Ils n’avaient peut-être pas eu d'autre choix, certes. Enfin. C’était fini maintenant qu’ils étaient tous ici. Ils savaient tous comment cela allait se terminer. Du moins pour la plupart d’entre eux.

« Je comprends ton point de vue mais le problème est que justement la majorité de personnes pensent comme toi. Et on finit tous par se regarder en chiens de faïence, et ça ne nous mène à rien. Il faut que quelqu'un fasse le premier pas, aussi petit soit il, et après c'est beaucoup plus facile. Je dis pas qu'on doit faire abstraction de l'endroit où on de trouve mais... Il faut donner une deuxième chance à tout le monde. » Alors ils avaient tous fait des efforts pour se sentir mieux par ici ? Il plissa des yeux, peu certain de la véracité des propos de la jeune femme même si elle pensait bien faire. Prendre sur lui, ne pas répliquer. Pas de façon virulente, du moins. Il n’aimait pas qu’on le prenne par la main pour lui montrer le chemin à suivre s’il ne pensait pas que d’autres l’ait fait avant lui. « Tu es du genre optimiste. » Ça lui avait échappé mais au moins, il l’avait dit de façon simple sans méchanceté. Il était juste évident qu’elle avait choisi la voix opposée à la sienne.

« Tu vois, comme tu l'as dit il est très facile de se tromper sur les gens et la preuve est là. J'ai fait bien pire que la majorité de gens ici, le crime ultime, l'homicide, bien qu'involontaire. Mais quelle importance ? J'aurais pu éviter les choses qui m'ont mené là. Je suis fautive et responsable de mes actions et j'ai bel bien ma place ici. Bien plus que d'autres si on pouvait faire un classement. Et pourtant, je ne suis pas si infréquentable, si ? » Elle était plutôt calme pour quelqu’un qui avait tué quelqu’un d’autre même de façon involontaire. Il devait avoir fait la même chose. Il ne se souvenait plus du terme qu’avaient utilisé ceux qui l’avaient condamné. Il n’aimait pas qu’on le fasse penser à cet événement de sa vie qu’il aurait préféré qu’on efface de sa mémoire. Il ne savait pas s’il parviendrait un jour à oublier ce qu’il avait fait même s’il n’avait pas eu d’autre choix. Se méfait-il d’elle ? « Je ne sais pas. » Son côté méfiant des autres prenait toujours le dessus quoiqu’on puisse lui dire pour le soulager. Dire de façon qui lui semblait facile qu’on avait tué quelqu’un n’avait rien qui puisse le mettre à l’aise. « Ce que je veux dire c'est qu'on a tous le droit aux erreurs, ça ne fait pas de nous des personnes si différentes de celles qui sont libres. Est ce que tu méfiais autant des gens avant d'arriver ici ? Parce que si c'est le cas ce que je dis n'a aucune importance, il faut changer son point de vue sur les gens en général si tu ne veux pas que ce soit aussi difficile. Mais si ce n'est pas le cas il est peut être temps de, peu à peu, changer sa vision sur les gens d'ici. Parce que toi aussi tu en fais partie maintenant, à part si tu penses que tu n'as absolument rien à faire ici ? » Il était bien coincé. Elle s’y prenait bien la brune. Il ne voulait pas la froisser parce qu’il avait peut-être envie de faire un effort, de ne pas rester dans son coin à chaque fois qu’il y aurait des sorties telles que celle-ci. Elle était venue vers lui et Liam n’avait pas envie par des paroles dures de la faire fuir. Il devait faire attention au choix de ses mots, garder son calme pour ne pas contredire tout ce qu’elle venait de lui dire.

« C’est humain de faire des erreurs mais il y a bien une raison pour laquelle nous sommes ici. Je ne pensais que certaines personnes atterriraient ici, tu as raison. Mais se méfier reste une bonne chose. Je suis quelqu’un de méfiant. Quelqu’un de plus positif sur la vie comme toi a beaucoup moins de difficulté de penser comme ça. Je peux pas faire un trait sur ce que certains ont fait pour arriver ici. Toi c’était fait de façon involontaire. J’peux pas faire un trait sur ce qui m’a amené ici. Je peux pas non plus en parler. Tu as l’air bien sereine. » Pour quelqu’un d’ici. « Tu es là depuis longtemps ? » Il préférait poser des questions plutôt qu’on l’interroge. C’était mille fois plus simple ainsi.

avatar
27/10/2016 110 Lily Collins medecin, herboriste 35


Sujet: Re: I don't want to be alone, I want to be left alone
Sam 31 Déc - 23:33

Il était méfiant, très même. Clary elle était l'opposée. Elle savait qu'un jour ça allait lui attirer des ennuis mais c'était sa manière d'être, elle ne pouvait pas changer. Ce pourquoi, la petite brune devait comprendre que lui aussi il ne pouvait pas changer. Pas d'un coup, pas comme ça du moins. Pour qu'une personne change, il lui fallait traverser de diverses choses, bonnes ou mauvaise. C'est les événements, en grande partie, qui dictaient le caractère, et non pas l'inverse.
Il venait d'arriver, elle ne pouvait pas le pousser à faire ami ami avec tout le monde si ce n'était pas dans sa nature, surtout qu'il y avait des blessures fraîches derrière. La sienne avait déjà eu le temps de cicatriser un peu. Avait-elle l'air sereine ? Sûrement, la jeune femme avait appris à se concentrer sur autre chose que ses souvenirs, du moins quand elle était avec d'autres personnes, à les chasser rapidement parce que sinon, elle savait qu'elle aurait fini par perdre la boule. Une action comme elle avait fait, ça pesait vachement sur la conscience tout de même. Et si des fois il fallait laisser tout sortir, c'était quand elle était seule. Et ça soulageait. Et ça ne dérangeait personne, chacun avait assez de problèmes pour supporter celles des autres en plus. Enfin, Clary ça ne la dérangeait absolument pas d'écouter les autres, au contraire, mais elle préférait pas embêter les autres avec ça.

- Peut être que tu as raison d'être méfiant, ça ne te facilite pas les choses mais un jour ça pourra t'éviter des ennuis, au contraire de moi. Tan pis je prends le risque.

Clary haussa les épaules avec un petit sourire quelque peu naïf.

- Je suis là depuis que j'ai 13 ans, donc ça fait quatre ans. J'ai eu le temps de m'y faire, d'accepter mon emprisonnement, ce que j'avais fait... Enfin accepter, c'est un grand mot, on peut pas accepter les choses comme ça, on peut vivre avec. Quand je suis arrivée je n'étais qu'une gamine profondément choquée par mes actions, effrayée par cette prison, ce nouvel environnement. J'étais persuadée qu'ici les gens étaient des monstres et qu'ils allaient s'en prendre à moi, mais ça ne s'est pas passé comme ça. J'ai eu la chance de tomber sur les bonnes personnes qui m'ont pris sous leur elle et m'ont aidé. Certaines sont encore là, certaines non. C'est là le plus grand drame ici, malheureusement on sait ce qui nous attend, les jours sont comptés, les têtes familières finissent par disparaître. Certains du coup décident de s'isoler, ils ont trop peur de s'attacher et puis de perdre ces personnes. Et les autres décident au contraire d'essayer d'oublier un instant comment ça va finir et en profiter un peu de cette vie, aussi minable qu'elle puisse leur paraître car au fond, tout n'est pas que noir. J'ai préféré de choisir la deuxième option, on peut considérer cela comme une chance de ne pas... tu sais, se faire éjecter tout de suite. Même si une grande partie des gens ici me contrediront avançant qu'ils préféraient mourir que de rester là. Mais moi je n'ai pas envie de mourir au moins pas avant d'avoir faut quelque chose de bien, d'utile pour me repentir... Je ne sais pas ce que tu en penses toi... Sûrement que je suis trop naïve, rêveuse, enfantine...

Peut être que si elle se confiait un peu sur ses débuts ici et son point de vue ça le rendra un peu moins méfiant vis à vis d'elle. La jeune femme ne comptait pas non plus étaler toute sa vie bien évidement mais partager ses impressions sur ses débuts et la vie ici n'était pas très dur et s'ouvrir mettait habituellement un peu plus en confiance les interlocuteurs.

Elle se rappelait bien de ses premiers jours ici, quand on lui avait parlé d'un repas commun une fois par semaine la gamine avait été terrifiée de rencontrer tous ces prisonniers. Elle se souvint avoir été toute tremblante ce jour et totalement morte de frousse quand elle avait rencontré ces personnes, majoritairement plus âgés qu'elle. Malgré elle, elle ne pouvait s'empêcher de penser à toutes les choses qu'ils avaient fait pour arriver ici, sans songer qu'elle même avait commis le pire. Mais les rencontres ont fait qu'elle a vite compris qu'il ne fallait pas juger les gens ici car elle ne connaissait pas leurs motifs et la seule personne qu'elle pouvait juger c'était elle même. Malheureusement certaines de ces personnes devenues proches ont fini par attendre leurs 28 ans, et la séparation a été cruelle. Pour la gamine qu'elle était ils étaient ses seuls repères ici et c'était dur de voir la moitié disparaître du jour au lendemain et d'avoir l'impression qu'elle resterait seule au final, car ils étaient tous plus âgés. Mais avec le temps il y a eu de nouvelles rencontres pour remplacer les anciennes. Oui c'était cruel, mais c'était ça le cycle de vie en prison. Il n'y aura jamais de dernier survivant, il y en aura toujours quelqu'un après. Mais ça faisait mal, la jeune femme n'y pensait jamais et préférait vivre dans le présent et ne pas songer à ce qui se passera demain.

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 22199 Thomas B.-Sangster blue comet Signa ( NEON DEMON), crackship soeur d'arme, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 726
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: I don't want to be alone, I want to be left alone
Lun 6 Fév - 0:38




Faire des efforts hein ? S’il avait seulement su qu’il serait tombé sur la plus bavarde et enclin à bien faire de tous, surement qu’il aurait rebroussé chemin dans ses bonnes résolutions de tenter de faire le premier pas vers les autres. Il ne voulait pas forcément garder cette image quelque peu erronée qu’il s’était faite de tout un groupe mais ce n’était pas parce qu’il avait voulu faire un effort qu’il se devait de parler tout autant, de tomber dans cette discussion qui n’aurait jamais de fin parce qu’il trouverait toujours quelque chose pour la contredire, pour montrer qu’il n’avait pas tout à fait torts. Il y avait bien une raison pour laquelle ils étaient tous là. Certains étaient accusés à juste titre d’autres peut-être pas mais s’il commençait à les évaluer un à un pour voir si oui ou non il voulait bien leur faire un minimum confiance et donc se mêler à eux, ça allait prendre un temps de dingue. Il ne voulait pas tellement se mêler à eux. Il voulait juste passer ses dernières années à vivre dans le calme et ses angoisses comme compagnons de jeu. Qu’avait-elle donc à absolument vouloir que tout le monde tente de faire table rase pour qu’ils forment une sorte de … groupe soudé alors qu’ils partiraient tous un à un. Continuer la vie sociale dans ces conditions était complètement fou, complètement suicidaire. Il préférait perdre des inconnus plutôt que des connaissances mais apparemment cette vision des choses semblaient être à l’opposée de la brune qui tentait tant qu’elle pouvait de lui faire changer sur sa vision des gens d’ici, sur sa façon d’être au sein du petit groupe qu’ils formaient.

Il voulait bien faire des efforts mais pour le reste il verrait en tant voulu. Avec lui cela ne servait à rien d’aller trop vite. Tout ce qu’elle récolterait serait qu’il se braque et recule jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus l’approcher. Étaient-ils tous aussi francs et ouverts que Clary ? Il en doutait. Elle était spéciale dans un endroit comme celui-ci. Elle avait réussi à garder une certaine joie de vivre que d’autres semblaient avoir oublié hors de cette prison. La prison c’était la mort. Il peinait à comprendre qu’elle ne se soit pas renfermée d’avantage après tant d’années déjà passées entre ces murs. Chacun avait une vision des choses différentes, un caractère différent. Celui de la brune lui permettait de passer outre. Pas le sien. Pas celui de celui qui voyait encore le jeune homme tomber de la passerelle dès qu’il fermait les yeux. Il ne l’avait pas voulu non plus, ne l’acceptait pas tout aussi bien, ne considérait pas juste qu’il avait commis une erreur. C’était une erreur mais à la différence près qu’il ne la pensait pas pardonnable. La culpabilité le rongeait sans qu’il parvienne à passer outre pour penser à autre chose. Elle l’avait forcé à sortir de son mutisme ou se trouver face à quelqu’un qui était son exact opposé, avec qui il avait du mal à ne pas se montrer sec tant leurs idées ne seraient jamais compatibles. Il avait du mal à penser comme elle, à oser voir la vie qu’il leur restait d’un œil moins sombre et triste lorsqu’il revoyait sans cesse ce qu’il avait fait.

« Tan pis je prends le risque. » Il secoua la tête de façon négative. Mauvaise idée. Mauvaise idée. Elle allait avoir des problèmes. Que risquait-il à continuer comme il le faisait ? Pas grand-chose. A rester à l’écart, cherchant des yeux des personnes qu’il connaitrait tout en espérant ne jamais les voir dans les parages : ça lui irait parfaitement. « T’es juste optimiste. »  Ce qu’il n’était pas. Elle avait vécu assez longtemps entre ces murs pour savoir prendre du recul. Lui venait d’y être envoyé sans moyen de se poser pour savoir comment agir dans ce nouvel environnement. « J’suis pessimiste et pas forcément très sociable. » Ça n’allait pas être facile, peut-être même ne parviendrait-il que de s’épanouir un tout petit peu dans cet univers. Il n’en demandait pas tant. Qu’il puisse se fier à deux trois personnes lui irait parfaitement. « Je sais ce qui m’attend, c’est p’etre injuste mais ça me dérange pas. J’en connais certains qui sont déjà là. » Laserian, Tawnie. Il n’avait pas envie d’y repenser, penser à l’idée qu’ils y passeraient avant lui le laissait en panique. « C’est difficile. C’est cool que tu y parviennes à trouver ta place par ici en espérant pouvoir réaliser ce que tu recherches mais ça parait tellement … » Quoi ? Fou ? Fou. Peut-être fallait-il avoir une dose de folie pour pouvoir se faire à un tel endroit.

« J’ai besoin de temps je crois. » Ah il croyait seulement ? Il avait envie de parler d’autre chose, de tenter de dévier du sujet pour qu’il se sente moins coincé à devoir choisir tout de suite comment il serait envers les autres. Il voulait bien rester avec elle, rester avec son petit groupe pour ne pas se sentir trop à l’ouest mais ne voulait pas non plus se sentir obligé de participer à tout va à leurs échanges. « Alors. » Il cherchait ses mots, se forçait à ne pas avoir le ton moqueur et trop plein d’autodérision qu’il risquait bien d’avoir en se lançant sur le sujet. « Ça a été quoi pour toi l’moteur de ‘profiter de la vie’ par ici ? » Il peinait à croire que c’était possible. Les liens avec les autres, parler, rire et raconter des conneries même en sachant sa fin venue pour quelques années c’était trop dingue pour y penser, c’était comme s’ils étaient tous arrivés sur une planète sur laquelle il venait tout juste de poser les pieds.

avatar
27/10/2016 110 Lily Collins medecin, herboriste 35


Sujet: Re: I don't want to be alone, I want to be left alone
Ven 10 Fév - 15:09

Clary l'écouta avec attention. Liam ne lui facilitait pas la tâche, il était prêt à démonter chacun de ses arguments, prêt à prouver que leur manière de penser n'avait rien à voir, qu'il ne pouvait résonner comme elle. Et il avait raison, mais Clary ne se sentait pas capable de l'abandonner à un sort comme celui là, le laisser se morfondre ici pendant les années et attendre la mort. Peut être bien qu'elle ne pouvait rien y faire mais ce n'était pas faute d'essayer. L'idéologie dans laquelle il se plaçait lui paraissait horriblement dure à vivre et elle ne souhaitait ça à personne. La petite brune était prête à tout juste pour rendre tout ça juste un peu moins difficile.
Il y avait bien une chose sur laquelle ils étaient d'accord ; il avait besoin de temps. Elle aussi en avait eu besoin, de beaucoup même. Le début était toujours le plus dur, mais à un moment donnée la plupart finissait par accepter leur sort. Certains se renfermaient sur eux mêmes, d'autres non, mais tous étaient passés par la même étape au début. Il n'y avait pas d'autres routes à prendre, tous ceux qui étaient ici avaient vécu cette période d'adaptation, cette période de souffrance et de regrets, et tous ceux qui finiront ici la vivront. Ce n'était pas un choix mais réalité. S'en suivait un croisement et c'est là que tout le monde n'empruntait pas le même chemin. Et là c'était bien une question de choix, mais aussi de chance.

« Ça a été quoi pour toi l’moteur de ‘profiter de la vie’ par ici ? »

Clary n'hésita pas longtemps avant de répondre.

- Me consacrer aux autres et pas à moi. Oublier mes problèmes et les remplacer par ceux des autres. J'essaye d'aider quand je peux, comme je peux, et si ça marche ça me rend heureuse. Ça me donne un but et c'est ça le plus important. On a pas grand chose à faire ici et si tu ne te trouves pas une occupation qui te paraît importante ou quoi que ce soit pour te motiver, c'est très dur.

Elle n'avait pas dû changer sa nature profonde pour faire cela, elle avait toujours aimé aider et être en contact avec les hommes. La petite brune avait pendant longtemps rêvé de devenir médecin. Mais maintenant c'était impossible alors elle se contentait de faire ce qu'elle pouvait. Pas de temps pour les regrets.

- Je comprends que pour toi c'est ahurissant de voir qu'il y a des personnes qui ne vivent pas cet emprisonnement si mal que ça et qui n'ont pas peur de s'attacher puis de voir partir tout le monde peu à peu. Mais ça ne l'est pas tellement au fond car de toute façon mourir c'est dans l'ordre des choses, tôt ou tard on y passe tous. Les enfants meurent, les jeunes meurent, pourtant eux et leur proches ne se sont pas empêchés de vivre à cause de la peur de la mort. La seule différence est que nous on connaît la date, forcément c'est plus dûr. Mais en attendant, c'est pas pour tout de suite.

N'avait elle pas peur de la mort ? Bien sûr que si, Clary essayait seulement de ne pas y penser et de prétendre le contraire. Ce n'est pas pour tout de suite, se rassurait-elle. Quand ça sera très proche, c'est là qu'elle pourra paniquer, mais il lui restait encore de nombreuses années devant elle.

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 22199 Thomas B.-Sangster blue comet Signa ( NEON DEMON), crackship soeur d'arme, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 726
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: I don't want to be alone, I want to be left alone
Mer 22 Fév - 0:48



Il essayait de ne pas trop se montrer dubitatif. C’était un échec. Il n’arrivait tout simplement pas à voir au-delà de ces murs, au-delà de cette peine qui était leur seule porte de sortie. Il peine à croire qu’une sorte de vie est possible en mettant entre parenthèse le fait qu’elle serait courte, que la fin serait douloureuse mais qu’avant, il devrait perdre ses amis. Il avait du mal, beaucoup de mal à se faire à cette vie qui serait désormais la sienne. Clary avait peut-être raison d’être aussi optimiste. Déprimer, se priver de tout moment de joie n’était sans doute pas la solution pour aller mieux. Voulait-il aller mieux ? Peut-être. Pas tout de suite. Changer du tout au tout lui était difficile même s’il commençait à comprendre ce qu’ils faisaient tous : ils se voilaient la face tentant de vivre comme ils le pouvaient dans cet endroit triste à pleurer.

Sa question avait été moqueuse sans qu’il puisse s’en empêcher. Il voulait bien tenter de les comprendre avant de se lancer, avant de se décider à savoir quel serait son chemin de ‘vie’ dans cette prison. Il se savait assez introverti pour ne pas se mettre faire comme eux la seconde après sa décision mais il voulait bien essayer. Il voulait bien tenter d’apprécier un minimum la vie par ici ou faire semblant pour ne pas qu’elle s’attarde trop sur lui, pour lui faire comprendre qu’il essayait sans pour autant y croire mais qu’il essaierait avec assez de force pour qu’elle le croie et passe au prochain qui se sentirait mal dans sa peau parmi eux. Ça le perturbait dans un sens cette façon de faire, cette façon de nier l’évidence pour s’octroyer un peu de bonheur illusoire. Si tous se forçaient, tous finissaient par y croire et la chute était plus dure. Il n’était pas convaincu, attendait sans doute qu’elle lui montre que tout n’était pas que du vent, qu’une belle illusion qu’ils se donnaient pour ne pas perdre la face devant ces autres qui étaient de l’autre côté. Du bon côté. « Me consacrer aux autres et pas à moi. Oublier mes problèmes et les remplacer par ceux des autres. J'essaye d'aider quand je peux, comme je peux, et si ça marche ça me rend heureuse. Ça me donne un but et c'est ça le plus important. On a pas grand chose à faire ici et si tu ne te trouves pas une occupation qui te paraît importante ou quoi que ce soit pour te motiver, c'est très dur. » Les remplacer par ceux des autres. Il n’était pas certain d’apprécier le fait qu’elle l’utilise pour se sentir mieux. C’était ça en fait sa solution. Enfin. C’était une solution comme une autre. Ils étaient finalement tous assez désespérés pour s’accrocher à n’importe quoi d’autre qui leur faisait oublier un instant leur condition. « J’me doute. » C’était dur oui de ne rien faire mais avaient-ils seulement de quoi s’occuper l’esprit ?

« C’est une idée. » Il voulait bien l’admettre. Il était cela dit ravi que tous n’aient pas eu la même que Clary pour tenter d’oublier. Il n’aurait pas vraiment apprécié la venue d’une dizaine de personnes du même genre joyeux et obstiné que la jeune femme qui lui faisait face. « Je comprends que pour toi c'est ahurissant de voir qu'il y a des personnes qui ne vivent pas cet emprisonnement si mal que ça et qui n'ont pas peur de s'attacher puis de voir partir tout le monde peu à peu. » Ce n’était pas forcément ahurissant. C’était compréhensible mais perturbant lorsque l’on était là depuis quelques heures. « Mais ça ne l'est pas tellement au fond car de toute façon mourir c'est dans l'ordre des choses, tôt ou tard on y passe tous. Les enfants meurent, les jeunes meurent, pourtant eux et leur proches ne se sont pas empêchés de vivre à cause de la peur de la mort. La seule différence est que nous on connaît la date, forcément c'est plus dur. Mais en attendant, c'est pas pour tout de suite. » L’ombre d’un sourire, voilà ce qu’elle avait récolté avec ses paroles pour le moins originales. Il était le mauvais exemple, le mauvais numéro dans cette explication hasardeuse mais qui avait du sens. Dans certaines familles la perte d’un proche signait le début de la fin, d’autres le début d’une nouvelle vie.

La mort de son père avait été toute différente. La mère et le fils s’étaient éloignés. L’une avait pris son travail comme excuse et l’autre, lui, ne voulait pas en parler. Il ne savait pas si la mort d’une personne dans le coin allait l’empêcher de vivre comme celle de son père l’avait fait. Ils étaient moins proches, il ne connaitrait personne aussi bien qu’il l’avait connu, lui et deux autres qu’il n’avait pas encore aperçu jusqu’ici. « C’est une belle philosophie. » Il ne savait pas quoi dire d’autre, n’était pas certain de vouloir de suite lui en dire d’avantage sur ce qui l’avait amené à être ici. « Du coup… c’est toi qui viens vers chaque nouveau ? » Il avait envie de savoir ce qui l’attendait, comment ça se passait par ici mais ne savait pas trop comment le demander sans qu’elle ait l’impression que c’était un interrogatoire. « J’suppose que tu m’as déjà conquis avec ton idée parce que j’ai faim. » C’était l’heure de manger, bientôt. Ils attendaient. Quelqu’un qui ne voulait que s’enterrer dans son refus d’être ici n’aurait pas eu cette impression de faim, l’aurait ignorée, se serait mis dans un coin pour se faire oublier du reste du monde. Il essayait de contrer cette morosité qui l’atteignait depuis son arrivée. Il avait parlé à Clary, commençait à comprendre sans pour autant accepter d’y participer avec entrain à cette façon de penser qui avait ses bons côtés comme ses travers. Il était sur la bonne voie sans savoir où cette voie allait l’amener. Il espérait juste qu’elle ne le tromperait pas, qu’il ne se retrouverait pas mort de trouille et de chagrin dans sa destination finale.

avatar
27/10/2016 110 Lily Collins medecin, herboriste 35


Sujet: Re: I don't want to be alone, I want to be left alone
Jeu 9 Mar - 13:45

Quand elle aperçut l'ombre d'un sourire à ses lèvres elle sut qu'elle avait réussi à gravir un échelon, du moins il l'écoutait et sa manière de penser l'intéressait ou l'amusait un peu et il n'y avait pas de refus catégorique. C'était un bon premier pas, un bonne début. Elle espérait sincèrement que ça ira mieux pour lui. Qu'il trouvera des personnes, pas forcément elle, qui l'entourent. La jeune femme savait que parfois, une personne, une amitié pouvait faire toute la différence. La brune avait grandi dans un orphelinat et avait eu la chance d'être entourée de deux personnes merveilleuses qui avaient veillé sur elle ; Erin et Ulysse. Grâce à eux, elle n'avait pas connu la solitude. Qui sait, sans ces deux béquilles la petite fille joyeuse aurait pu être une tout autre enfant. Mais elle avait eu de la chance, ce n'était pas les cas de tout le monde. Malheureusement chacun d'eux avait eu des problèmes et ils avaient été éloignés par les alléas de la vie. Et Clary était là maintenant. Comment allaient-ils ? Que penseraient-ils d'elle ?

« Du coup… c’est toi qui viens vers chaque nouveau ?  »

- Oui, enfin j'essaye du moins. Certains ne veulent pas trop, voir pas du tout collaborer. D'autres si. Mais je suis pas la seule personne sociable ici hein, il y en a d'autres qui font la même chose que moi des fois.

« J’suppose que tu m’as déjà conquis avec ton idée parce que j’ai faim. »

Clary eut un petit rire.

- Tout n'est pas si mauvais alors, on va manger d'un instant à l'autre. Si tu voudras je pourrai de présenter quelques personnes, histoire de t'intégrer un peu. Mais tu n'es pas obligé de parler ou même traîner avec nous, c'est juste si tu ne trouves pas mieux à faire. En tout cas si tu as des questions n'hésite pas.

Clary ne voulait pas trop le brusquer. Bien sûr, de nature curieuse, elle aurait voulu lui poser plein de questions mais la jeune femme ne voulait pas toucher un point sensible par mégarde alors elle demanda tout simplement ;

- Tu connais déjà quelqu'un ici ?

La jeune femme de nature sociale connaissait les noms et les visages de tout le monde ici. Après tout ce n'était pas très. Généralement on la connaissait aussi, certains appréciaient son caractère, certains le détestaient mais en tout cas son nom était connu puisqu'elle n'avait pas vraiment l'habitude de rester seule dans son coin. Ce qui, au passage, lui évitait aussi beaucoup d'ennuis. On était mieux protégé en bande que seul. C'est ce qu'elle voulait faire implicitement comprendre aux nouveaux qui ne savaient pas forcément qu'ici certaines personnes n'étaient pas des plus sympathiques. Mais elle ne pouvait le dire haut et fort, tout d'abord par ce qu'elle pensait qu'il y avait de la bonté en toute personne et ne voulait viser et donner une mauvaise image de personne, et deuxièmement, parce que ça contredirait un peu son optimisme. Et que cela ne laisserait pas forcément le choix aux plus peureux. En tout cas, elle essayait de garder à l'œil ceux qui étaient isolés. Ceux qui avaient généralement rejeté ses tentatives d'aide.

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 22199 Thomas B.-Sangster blue comet Signa ( NEON DEMON), crackship soeur d'arme, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 726
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: I don't want to be alone, I want to be left alone
Ven 24 Mar - 1:11



Rester buté ne servait à rien. Il allait être enfermé pour un bout de temps. Pour une petite dizaine d’années s’il ne faisait pas de bêtises exprès avant pour en finir parce que dix ans dans cet endroit, c’était long. Très long. Il comprenait l’attitude de Clary même s’il avait du mal à concevoir que l’on puisse être aussi à l’écoute et empathique dans de telles conditions. Il voulait savoir comment cela allait se passer mais également comment cela se passait pour elle dans la prison. Il ne savait rien de celle qui tendait la main pour aider le premier venu qui pouvait être un assassin après tout, ils étaient tous là pour quelque chose. Parfois pour des actes bien ridicules, parfois pour d’autres biens plus graves comme le sien. Il était mal à l’aise. Il lui avait dit qu’il ne voulait pas en parler, c’était toujours le cas. Il ne voudrait jamais plus en parler. Il voulait garder ce geste pour lui, ne pas voir dans le regard de l’autre un jugement de celui qui aurait trouvé une façon de faire différente dans la situation qui avait été la sienne. Personne n’aurait réagit de la même façon. Chacun était unique. C’était bien ça le problème, il y avait toujours une autre solution comme il y aurait toujours d’autres personnes qui auraient carrément refusé la proposition d’aide de Clary. Liam préférait y aller en douceur, ne voulait pas tellement blesser celle qui avait fait le premier pas même s’il était plutôt d’avis qu’elle ne se montrait pas tellement blessée pour un refus. Peut-être pour une manière de faire mais pas pour un refus. C’était l’image qu’elle lui renvoyait. Il avait peut-être tord, il saurait bien en l’analysant un peu. Il ne pouvait pas la juger ses façons d’agir juste en ayant papoté avec elle cinq minutes.

« Oui, enfin j'essaye du moins. Certains ne veulent pas trop, voir pas du tout collaborer. D'autres si. Mais je suis pas la seule personne sociable ici hein, il y en a d'autres qui font la même chose que moi des fois. »

Il hocha la tête en se félicitant de ne pas avoir refusé catégoriquement son aide. « Oh je me doute bien, t’en fais pas. Puis qui sait p’etre bien qu’un jour j’accueillerais quelqu’un qui me ressemblera un peu. » Il se voyait mal accueillir au sein de la prison quelqu’un d’aussi différent de lui. Il ne pouvait pas juger mais il lui semblait que des caractères similaires étaient plus enclins à avoir un bon feelling que l’opposé. Il aimait bien Clary mais sa vision belle des choses pour négliger ce qui les attendait était beaucoup trop déroutante pour celui qui était bien trop terre à terre parfois. « J’espère qu’ils ont été corrects dans leur refus de coopérer. » Il grimaça. Coopérer n’était pas le bon mot, c’était comme si on ne leur laissait pas le choix, comme si dans la prison il y avait ceux qui restaient de côté et ceux qui s’amusaient à faire semblant que tout allait bien pour avoir une vie possible dans le coin. Il avait du mal à ne pas juger. C’était … compliqué. Il aimait pourtant croire que ceux qui avaient refusé de se mêler à la foule l’avaient fait de façon … acceptable. Ce n’était pas parce qu’on avait des opinions différente qu’il fallait être invivable et con.

Elle ne l’avait pas totalement conquis mais il voulait bien jouer le jeu … à sa façon. Il était content qu’elle le prenne aussi bien.  « Tout n'est pas si mauvais alors, on va manger d'un instant à l'autre. Si tu voudras je pourrai de présenter quelques personnes, histoire de t'intégrer un peu. Mais tu n'es pas obligé de parler ou même traîner avec nous, c'est juste si tu ne trouves pas mieux à faire. En tout cas si tu as des questions n'hésite pas. » « D’accord. » Il n’avait pas d’objection à ce qu’elle lui présente quelques personnes. Il n’avait pas forcément envie de leur parler mais savait qu’il se sentait toujours mieux dans un groupe. « J’crois que j’ai juste pas envie d’être seul aujourd’hui. » Après ? Il ne savait pas. Il pouvait toujours rester à côté deux et leur parler quand il en aurait l’envie. Il n’était pas d’un naturel bavard mais n’aimait pour autant pas être mis à l’écart quand un groupe se formait. Ce n’était jamais agréable d’être juste … mis de côté.

« Tu connais déjà quelqu'un ici ? » « Non. Et J’espère qu’ils ne se pointeront pas de si tôt. » Jamais. Jamais il ne voudrait voir Laserian et Tawnie ici. Jamais il n’accepterait l’idée qu’ils soient également destinés à mourir quelques années plus tard. « J’veux pas dire par la que y’a pas de gens biens par ici. » Il ne voulait juste pas qu’il leur arrive le même sort. Vingt-huit ans. C’était beaucoup trop jeune. Beaucoup trop tôt. Ils ne méritaient pas ça.

avatar
27/10/2016 110 Lily Collins medecin, herboriste 35


Sujet: Re: I don't want to be alone, I want to be left alone
Dim 2 Avr - 21:28

« Oh je me doute bien, t’en fais pas. Puis qui sait p’etre bien qu’un jour j’accueillerais quelqu’un qui me ressemblera un peu. »

Cette phrase fit sourire la jeune femme, dévoilant une autre facette de la facette de son interlocuteur. Une facette qu'elle aimait bien. Clary savait bien que souvent sa façon de penser était très éloigné de celle des nouveaux arrivants et que ça pouvait empêcher un dialogue. Une plus grande diversité de caractères était une richesse, les esprits étaient faits pour s'entendre avec certains, et pas avec d'autres.
« J’espère qu’ils ont été corrects dans leur refus de coopérer. »
Elle haussa les épaules ;

- Ça dépend de ce que tu appelles correct, mais généralement oui, certains sont juste un peu... Déboussolés.

Au cours des quelques années passées ici Clary s'était heurté à des caractères très variés derrière lesquels se cachaient des histoires compliqués. Certains pensionnaires étaient très instables et s'étaient montrés très catégoriques dans leur refus de dialoguer mais enfin, rien de très grave. Clary savait reculer lorsqu'elle sentait que la situation lui échappait

Le jeune homme contre toutes attentes accepta sa proposition soulignant qu'il n'avait pas envie de rester seul ce soir. Clary sourit, ravie. Elle n'avait hâte de l'introduire à certaines personnes et espérait qu'il saurait trouver sa place parmi elles.

« Non. Et J’espère qu’ils ne se pointeront pas de si tôt... J’veux pas dire par la que y’a pas de gens biens par ici. »

Clary hocha la tête, compréhensive.

- T'inquiète, bien sûr que tu souhaites le meilleur pour tes amis, qui n'est pas ici. Mais tu verras, on se fait assez vite à cet environnement et on y trouve sa place d'une manière ou d'une autre. Le plus difficile est d'accepter notre situation. Et même si ça sonne creux, si tu as besoin de parler ou de quoi que ce soit, je suis là. Et si tu veux qu'on te laisse tranquille tu le dis aussi, je ne suis pas du genre susceptible.

Bien que Clary avait l'habitude de dialoguer avec les gens elle ne pouvait savoir ce qui se passait dans leur tête, et l'idée de trop s'imposer l'horrifiait. Elle voulait tout bien faire mais des fois tout ne se déroulait pas comme elle l'avait escompté et bien qu'elle savait être flexible et s'adapter à diverses situations, son caractère obstiné lui rendait l'idée d'un échec très difficile. Il n'existait pas de cas perdus pour elle et la jeune femme voulait donner ce qu'elle pouvait à chacun. Et elle croyait sincèrement que tout le monde voulait être aidée. Naïve enfant. Et elle croyait qu'elle pouvait aider tout le monde, qu'elle avait quelque chose à donner à chacun.

Spoiler:
 

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 22199 Thomas B.-Sangster blue comet Signa ( NEON DEMON), crackship soeur d'arme, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 726
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: I don't want to be alone, I want to be left alone
Jeu 1 Juin - 0:29



S’y ferait-il à cette vie entre ces murs ? Dans le fond, ne s’y était-il donc pas déjà fait ? La prison n’était-elle pas juste un coin de l’Odyssée beaucoup moins confortable de ce dont il avait été habitué ? Il n’y avait pas vraiment d’abc comment s’en sortir en prison. Il pouvait tout juste au mieux espérer  bien s’en sortir, sans embrouille avant que la sentence ne soit donnée à ses vingt-huit ans ou que l’on décide de se pencher à nouveau sur son cas mais en grand optimiste qu’il était, il se doutait que les chances pour que le cours de sa vie dévie ainsi de sa funeste trajectoire était totalement nulle.

‘Déboussolés.’ Jolie façon de lui dire que certains l’avaient envoyé sur les roses avec ses idées d’adaptation. Elle lui semblait un peu naïve et bien optimiste mais voir les choses du bon côté n’avait encore tué personne. Elle jouait la psychologue à sa façon. Si c’était une bonne ou une mauvaise idée de tenter l’essai de la vision de la vie en prison de la brune, il ne le saurait jamais s’il n’essayait pas. « Tu sembles avoir trouvé ta place. Pourquoi ne pas tenter cette vision des choses. » Il n’avait pas forcément envie d’envoyer balader la première personne qui se proposait de l’aider même si l’idée en lui-même lui semblait un peu idéaliste mais soit. Soit. Il tenterait. Rien qu’un peu ça serait déjà pas mal. Il ne refusait ainsi pas de façon nette mais disait juste qu’il essaierait et verrait bien ensuite. « D’accord. » Il avait entendu sa proposition de lui parler peu importe le souci. Déjà pas d’un naturel bavard et porté sur ses états d’âme, il avait encore moins envie de lui parler de ce qui l’avait envoyé ici. Il avait du mal avec son geste plus qu’avec la prison en elle même. Il n’était pas à l’aise sur ce sujet de l’acceptation pour un tas d’autres raisons que celle d’être en taule.

« Laisse-moi deviner. Quand on te demandait ce que tu voulais faire plus tard, tu répondais psy ? » Il l’avait balancé sans sourire moqueur, se posait juste la question alors qu’elle l’entraînait vers quelques têtes qu’elle souhaitait lui présenter.
 

I don't want to be alone, I want to be left alone

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Guide pour étoffer votre rôle-play
» — You left me in the dark
» 03. This is the way you left me
» Weird Pension ♥
» 06. Forget to look to your left ? - PV Robbie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: A Timey Wimey Thing :: Zone de Flashback-