Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Stars can't shine without darkness [Thaïs]
maybe life should be about more than just surviving


avatar
29/08/2016 Pivette 142 Margot Robbie ava : Pivette / sign : Grey Wind Cartographe / douée pour le dessin. Patrouille de temps en temps. 0


Sujet: Stars can't shine without darkness [Thaïs]
Lun 21 Nov - 20:52


stars can't shine
Without Darkness

feat. Demetra Knight & Thaïs Shacksfil

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les paupières encore lourdes, je les ouvre néanmoins, durant quelques secondes comme à chaque réveil je pense être là-haut encore, dans ma cellule, seule. Un bruit familier attire mon attention et me fait redescendre sur Terre, me redresser doucement dans mon lit. Mes yeux habitués à la pénombre, j'observe la silhouette dans le lit voisin et je souris malgré moi. Sa présence est ce qui me rassure le plus ici-bas. J'ai beau m'être lié à certaines personnes, revenir dans notre abri, revenir vers Atlas est ce qui m'offre ce qui ressemble le plus à de la stabilité. Sans faire le moindre bruit, je quitte mon lit et m'habille alors qu'il est encore blotti dans les bras de Morphée.

Une fois à l'extérieur, l'air frais me gifle comme pour s'assurer que je sois bien réveillée. Levant les yeux au ciel je sens un sourire étirer mon visage. Elles sont toujours là, comme une multitude d'amies veillant sur moi, sur nous tous. Je les contemplais depuis la mince fenêtre de ma cellule, aujourd'hui elles m'accompagnent toujours, elles me guident, m'aident à me repérer, à retrouver le chemin du campement lorsqu'il m'arrivent de pousser mes balades un peu trop loin, dans des zones que je ne connais pas encore. Laissant l'air frais faire son chemin jusqu'à mes poumons à plusieurs reprises, les yeux fermés, je profite du silence matinal, d'ici une heure, peut-être deux, le jour sera levé et mes chères amies cesseront de scintiller jusqu'à ce soir. Ouvrant les paupières à nouveau je balaie le camp du regard, il se pose sur quelques camarades qui montent la garde, certains s'affaire à quelques occupations et tâches habituelles. Mais ce qui retiens le plus mon attention est le feu, je sais parfaitement ce que j'ai envie de faire et mes pas me rapprochent du brasier auprès duquel je m'agenouille.

Je croise quelques regards mais n'y prête pas attention, ce n'est pas ce que je suis venue chercher ce matin, approchant ma main de ma cheville j'attrape le couteau que je cache dans ma chaussure et de sa pointe, je tente d'attraper quelques morceau de charbon calciné. Je n'ai presque plus de matériel de dessin il je compte bien aller m'amuser à faire une nouvelle fresque sur le mur en ruine que j'ai découvert il y a quelques mois au cours d'une exploration. Je n'en ai parlé qu'à Atlas, il sait où me trouver si je ne suis pas au camp ou en patrouille avec d'autres membres de notre clan. Au cas où il se passerait quelque chose de grave, je veux qu'au moins lui sache où me trouver. Assise sur l'un des sièges récupéré du vaisseau qui entoure le feu, je fais attention à ne pas me bruler et du bout du pied roule quelques morceaux de charbon sur le sol, comme pour les refroidir. En attendant je me recroqueville sur le siège et apprécie la chaleur des flammes.

Les flammes dansent devant mes yeux, et m'hypnotisent durant quelques longues minutes, j'aime ça, j'aime quand mon esprit divague et se perds dans les cieux. En quelques minutes je suis à nouveau là-haut, seule dans ma cellule, je me revois noircir les murs de dessins de toutes sortes, disséminant les moindres recoins de lignes s'entortillant les unes aux autres, les parsemant de myriades d'étoiles. Reproduisant les constellations que je tentais de scruter à travers ma fenêtre après les avoir enregistrée dans mon esprit le plus fidèlement possible aux schémas vus dans les livres. Un bruit sec me fait sursauter, me redresser sur mon siège. Au-delà des flammes j'aperçois la silhouette d'une gamine à quelques mètres de moi. Je ne sais pas si elle était déjà là ou si je ne l'ai pas vue prendre place autour du feu. Quand je le regarde, je me rends compte une fois de plus que nos aînées n'ont pas fait dans la demi-mesure, je ne sais pas pour quel crime elle a été enfermée mais elle semble plus jeune que moi à l'époque de mon crime. Elle ne doit pas avoir plus de quinze ans, seize peut-être tout au plus. Je ne peux m'empêcher de la regarder, je l'ai déjà croisée souvent mais jamais je n'ai vraiment pris la peine de discuter avec elle, après tout c'est une gamine et je suis l'une des plus âgées ici. Mais le fait qu'elle semble être en train de griffonner quelque chose m'intrigue. Une future cartographe en herbe serait-elle sur le point de nous rejoindre ? Me baissant je teste la chaleur des morceaux de bois carbonisé et les prends en mains avant de me lever et de me rapprocher d'elle. Reposant mon butin sur le sol, je m'assieds sur le siège voisin du sien et tente de jeter un œil sur ces croquis.

"T'es tombée du lit ? ou tu profites du calme pour dessiner en cachette ?"


© Pivette


Dernière édition par Demetra Knight le Dim 9 Avr - 23:47, édité 2 fois

avatar
26/12/2014 *** 6389 Rowan Blanchard balaclava (ava) ombre d'la cuisine, petite main qui se mêle de tout 41
♛ Broken child


Sujet: Re: Stars can't shine without darkness [Thaïs]
Dim 1 Jan - 23:41

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
stars can't shine
Without Darkness
Demetra & Thaïs.
(© gif + css by disturbed)


De l’oreille blanche, le voile de ses cheveux sauvages glisse devant le visage de la poupée. La nuit est vagabonde. Elle s’est laissée porter par le souffle des dernières chaleurs d’été jusqu’aux abords d’un feu déserté. Le monde crépite entre les flammes rouges. Entre ses doigts, elle valse les embûmes de l’enfer pour réchauffer ses bouts de soi. L’orpheline des étoiles s’est perdue entre ses draps. L’insomnie a frappé la belle endormie alors que le carré de tissu qu’elle bouffait des yeux hurlait l’erreur. Depuis quelques jours, quelques nuits, la petite tête avait pris ses clics et ses clacs pour une tente moins vide. Elle cherchait la vie après avoir couru après la mort. Elle cherchait l’oubli et le confort, celle qui se négligeait, réclamait à grands cris.
Alors elle s’est pâmée, humble abandonnée, pour se faire adopter. Et il l’avait prise, deux aimants de solitudes avec un vide à combler. Il inspire la sécurité, il inspire le courage. Maintenant, elle n’a pour blâmer pour ses grandes agates ouvertes sur les ténèbres que ses démons de l’esprit.

Thaïs s’enfuit dans les bras de la nuit. Elle fuit Morphée ; ses bras, sa douceur, ses cruautés aussi. Elle est papillon vers la lumière, âme damnée vers les feux d’Hadès. Le rouge s’étale sur sa figure enfantine et elle sourit. Elle aime ces heures cachées dans le repli du crépuscule, ce sont des heures libres, des heures inviolées. Un territoire nouveau à exploiter. La gourmande y goûte comme un caviar luxueux, par coups de langues timides et maladroits, bercée par l’envie et la retreinte, juste assez pour le frémissement dans les reins mais elle veille à garder la part large pour les prochaines élancées d’envie.

Une bûche, des fesses, combo idéal. Le diamant de l’impétuosité dépose sur ses genoux le carnet abîmé. Puis le crayon se promène avec étourderie sur la surface plane. Il connaît le chemin, il s’ennuie d’aventure, de divertissement, mais sa maîtresse ne sait dessiner que la forme immortelle. Toujours la même base, toujours la même technique. Si elle s’amuse à rajouter des fioritures, la vérité est qu’elle ne fait que s’occuper les menottes pour que le froid ne les attrape pas. Sur les autres pages, des écritures rustiques d’une gosse des bas quartiers qui n’aimait pas l’école, une gosse à qui on a jamais appris à dessiner de belles lettres et qui croyait pouvoir pianoter sur des machines toute sa vie ; des annotations et des flèches aussi, beaucoup de flèches, de cercles et de carrés soulignés trois fois, et des dessins de fleurs, d’animaux, montagnes et de mer. La biologiste est mort-née. Elle aurait pu en avoir dans la tête, Thaïs, mais elle ne sait que survivre maintenant, il est trop tard. Tout ce qu’on lui susurré à l’oreille est resté logé dans un coin de la tête et un coin de carnet pour le fantasme d’un jour où elle pourra reprendre son éducation grinçante. Elle note ce qu’elle sait, ce qu’elle a vu, et elle ne sait plus pourquoi.

Pas ce soir.
Les flammes qui dansent embrasent les mirettes sombres. Les deux pieds sur terre, la tête dans les étoiles, elle s’engouffre dans les souvenirs confus. Trop lointain, elle a beau tendre la main, elle se sent tomber dans le vide. Elle a peur, souvent, l’innocente, alors qu’elle sent ses mémoires s’effacer au profit des récents. Est-ce que les étoiles ne deviendront qu’un beau rêve ? Est-ce qu’elle est condamnée à ne plus savoir ce qu’elle était avant ? Avant la fuite en avant, avant le rejet permanent d’une planète entière. Pourtant, elle sent la chaleur sur sa joue de porcelaine et tout ce qu’elle veut, thaio, c’est se trimballer un sourire d’inconsciente sur ses lippes angéliques.

Elle soulève sa plume lorsqu’on s’affaisse à ses côtés. L’ange se dégage de son éther, Houston appelle la terre. La main passe sur le papier pour cacher le dessin, désinvolte, pudique, la belle se protège des regards indiscrets. Elle contemple les traits sous les vagues rougeoyantes. Les épaules se haussent. « C’est calme, à cette heure. » Les silhouettes circulaient à pas de velours autour d’elles. Des ombres qui n’osaient troubler la sérénité. Les fils blonds attirent les pupilles volatiles, comme un effet de déjà-vu. Elle y perd ses doigts, poupée hypnotisée, oubliant de couvrir sa petite œuvre. Croisant par erreur le regard sur elle, la main se retire, honteuse. « Pardon. » Le carmin vient poudrer les joues. « J’avais faim. » Qu’elle ment sans mentir alors que son ventre se tord. Ce n’est pas la raison mais c’est suffisant.

avatar
29/08/2016 Pivette 142 Margot Robbie ava : Pivette / sign : Grey Wind Cartographe / douée pour le dessin. Patrouille de temps en temps. 0


Sujet: Re: Stars can't shine without darkness [Thaïs]
Mer 25 Jan - 23:05


stars can't shine
Without Darkness

feat. Demetra Knight & Thaïs Shacksfil

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Calme. Le mot était lancé et je ne pouvais qu'acquiescer silencieusement. La journée, au camp, cela pouvait également être calme, tout dépend de qui l'on est, ce que l'on y fait. Au crépuscule, il y a toujours cette sorte d'effervescence qui s'empare de notre pseudo havre de paix. Que ce soit ceux qui rentre de la chasse, bredouilles, se faisant chambrer à tout va, ou avec de belles prises, récoltant les félicitations des cuisiniers. Ou les pisteurs et autres patrouilleurs, venant se relayer dans leurs rondes, échangeant leur place, se transmettant les informations nécessaires. Ce moment ou notre camp est tout sauf calme. Alors en toute fin de soirée, ou au petit matin, c'est ses moments de quiétude qui m'inspirent, me ravissent et m'aident à me vider la tête avant de me lancer dans une nouvelle journée, qui peut toujours nous réserver bien des surprise, bonnes ou mauvaises. "C'est pour ça que j'aime me lever aux aurores, le calme avant la tempête …"

Le bras s'est décalé, révélant quelques traits, une excuse accompagne son geste un peu brusque. Je n'y fais pas trop attention, ces ce qu'elle dessine qui m'intéresse, quelques lignes familières, d'une époque révolue qui se perdent dans les méandres brumeux de mes souvenirs. Je ne relève pourtant pas, je ne questionne pas, je me contente de sourire quand elle me donne la raison de son réveil matinal. La faim qui nous tiraille, nous tirant brutalement des bras de Morphée, ça aussi c'est une lointaine pensée. Des bribes, réminiscences d'une période passée, se rappellent à mon bon souvenir. Un temps où le matin, dans la solitude de ma cellule je n'attendais qu'une chose, le rationnement des vivres, surtout pour nous, racaille criminelle des bas fonds. "Elle est sournoise, la faim … " je laisse échappé un rire lorsque les borborygmes qui s'élance de son estomac parviennent à mes oreilles. "… j'en déduits que tu n'as pas encore fait un tour par le garde manger !"

Tirant de ma poche un morceau de tissus, je le lisse un instant du bout des doigts sur mes genoux, avant de le poser à plat sur le siège vide à coté de moi. Le couteau qui était à ma cheville se retrouve à tournoyer quelques instant entre mes doigts alors que mon regard saute d'un morceau de charbon à l'autre, jusqu'à ce qu'il se décide, choisissant une première victime que j'attrape et inspecte. Suivant les rainures, je brise quelques pièces avant de commencer à tailler en biseau mes futurs outils. Tout en continuant de préparer mes crayons, je jette de temps à autres quelques regards sur ses croquis, un motif se répète et m'interpelle. Je n'ai qu'une envie c'est de le lui prendre des mains pour l'observer en détail. Ce dessin-là m'est familier, personnel, il me touche et j'ai besoin de savoir, de lui poser une question. La question qui me brûle les lèvres. Je n'en fais pourtant rien, pas pour le moment. Mes nouvelles armes de création massive regagnent une à une leur étuis de fortune, essuyant mes doigts sur le bas de mon pantalon, je me cale dans mon siège et plonge quelques instants mes yeux dans l'immensité qui se distingue entre les frondaisons.

Les points scintillent là-haut. Ils sont si loin et pourtant si proches et cher à mon cœur. Mes repères ne sont désormais plus les mêmes, ces étoiles, ces constellations que j'ai appris à connaitre, à reproduire sur les murs de ma cellule au fil des ans, leurs circonvolutions m'ont perdue au début, ce que depuis quelques semaines que désormais j'ai retrouvé mes amies, celles sur qui je me basais pour savoir où nous nous trouvions, celles qui étaient pour moi une sorte de calendrier stellaires. Aujourd'hui ces clins d'yeux cosmiques m'aident à reprendre mes repères dans ce monde où il nous faut prendre notre place désormais. Alors que mes prunelles tentent de capturer les derniers signes des astres s'estompant peu à peu dans la clarté du jour naissant, je me mords les lèvres, ne tenant plus, ma curiosité doit être assouvie.

"Alors dis-moi … ce motif que tu dessines, pour qu'il sorte aussi nettement sous ton crayon, tu dois l'avoir en tête, où est-ce que tu l'as vu ?"

J'ai besoin de savoir. Je dois savoir. Je veux savoir. Parce que ce motif, c'est moi, il fait parti de moi, je le griffonne depuis que je suis petite et je ne sais pas où elle aurait pu le voir. Certes il ornait certains pans des murs de ma cellule, mais il n'y a aucune chance qu'elle l'ai vue … je suis une des plus âgées des criminels envoyés sur Terre. Et j'ai passé près de dix ans en captivité, elle est trop jeune, bien trop jeune pour avoir été emprisonnée bien longtemps et elle n'aurait pas pu voir l'intérieur de mon antre. Qui est-elle cette gamine ? Me tournant vers elle, je la scrute d'un peu plus près. Qui est-elle ?


© Pivette


Dernière édition par Demetra Knight le Dim 9 Avr - 23:49, édité 1 fois

avatar
26/12/2014 *** 6389 Rowan Blanchard balaclava (ava) ombre d'la cuisine, petite main qui se mêle de tout 41
♛ Broken child


Sujet: Re: Stars can't shine without darkness [Thaïs]
Lun 3 Avr - 19:30

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
stars can't shine
Without Darkness
Demetra & Thaïs.
(© gif + css by disturbed)

Elle s’y perd, dans cette illusion blonde qui se dépose à côté d’elle, dans ses cheveux d’or qui tremblent et vacillent sous la brise légère. Hypnotisée, fascinée, comme si elle avait un mystère, cette femme à la silhouette familière, comme si elle trouverait quelque chose si ses doigts pouvaient juste la saisir réellement. Elle se dit que c’est stupide, thaïs, elle se dit que c’est le soir et la magie du feu qui trompent ses sens, ou la beauté de Demetra qui l’aveugle parce qu’elle est trop proche et qu’elle n’a pas l’habitude, la gosse, de voir les gens si proches et si éclatants. Elle acquiesce, c’est le calme qui pousse les enfants des étoiles à devancer le soleil. Le sourire se glisse un passage à l’évocation de la tempête, à croire que c’était la seule façon qu’ils savaient comment vivre, une énorme bataille chaque jour à affronter. On raconte que la mort c’est l’immobilité, est-ce qu’ils n’auraient pas peur de constater un jour qu’ils ne bougent plus ? Alors ils s’agitent, ils survivent. Et d’habitude ça lui va bien à thaïs, elle aime être partout à la fois et prouver qu’elle est là, qu’elle sert à quelque chose, se donner l’illusion que tout se remet à l’endroit et qu’ils savent ce qu’ils font. Mais ce matin, entre deux jours, elle est fatiguée le morpion et si elle pouvait, elle figerait le temps à ce feu de bois et ses mirettes qui tentent de percer le mystère de Demetra.

Alors elle réalise qu’elle a perdu ses doigts dans les fils blonds, honteuse de son geste, elle s’excuse maladroitement. Mais la concernée ne semble pas particulièrement intéressée par la curiosité capillaire de sa petite intruse, plutôt par ce qu’elle a dévoilé à son insu, ce qu’elle tentait de cacher par pudeur et qui se révélait maintenant. Les traits sont précis et répétitifs, le même symbole se retrouve dans toutes ses déclinaisons entre des dessins plus pragmatique comme un écureuil. Elle dessine ça lorsqu’elle s’ennuie, thaïs, elle ne réfléchit même pas. Inscrit dans l’adn, une ligne génétique en plus comme une autre. Le silence les entoure, aucune ne brise le temps comme en suspend, et encore une fois la fille étoile a l’impression de pouvoir saisir quelque chose qui se trouve juste là, si près, et encore invisible pourtant. Elle retient son souffle, puis un battement de cil, et la sensation est partie.

Son ventre grogne. « La dernière fois, Taël était pas content que je me serve dans la réserve, et il travaille déjà tellement que je voulais pas … J’ai promis de faire attention. » Elle a une habitude de voleuse la belle et limiter ses instincts révélaient souvent de l’impossible. Mais Taël avait droit à un traitement spécial, la conscience de la gamine la travaillait trop quand il la regardait avec ce trait « Obligée d’attendre le ptit dèj … » Elle lève les yeux en souriant, ironique.

Ses prunelles s’attardent sur le mouvement rapide et technique du couteau qui valse dans les airs. Bordel, elle était douée. La façon dont la bonde taille ses crayons, manie le charbon et la lame, indique à l’adolescente qu’elle ne fait pas le poids avec ses gribouillages et se retrouve bien incapable de rajouter quoique ce soit sur les pages blanches. Elle glisse alors le carnet sur le côté, reportant son attention sur le bout de bois qu’elle remue dans les flammes distraitement.

Le silence est brisé de nouveau par une question qui désarçonne la plus jeune, elle qui pensait que l’artiste s’était désintéressée de ses coups de crayons après les avoir jugé trop simples. « J-je sais pas. » C’était quoi cette question ? Elle essaie, pourtant, de se souvenir la première fois que ça a accroché ses émeraudes. « Quelqu’un a dû me le montrer quand j’étais plus petite, je m’en souviens pas vraiment, ça a juste toujours été là, dans ma tête. Pourquoi ? » Le sourcil est levé, le ton suspicion.

avatar
29/08/2016 Pivette 142 Margot Robbie ava : Pivette / sign : Grey Wind Cartographe / douée pour le dessin. Patrouille de temps en temps. 0


Sujet: Re: Stars can't shine without darkness [Thaïs]
Dim 9 Avr - 23:44


stars can't shine
Without Darkness

feat. Demetra Knight & Thaïs Shacksfil

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La faim semble être tenace et je l'écoute m'expliquer qu'elle ne veut pas causer de problème et qu'elle a fait une promesse. Ses mots m'intriguent encore plus, comment une gamine aussi attentionnée a pu se retrouver parmi les condamnés à mort ? Est-ce qu'elle a voulu tenir une promesse et s'est mise dans de sales draps pour quelqu'un au point de se faire enfermer ? C'est qu'une gamine, elle a à peine l'âge que j'avais quand ils m'ont enfermée, comment est-ce qu'on peut condamner une enfant ? Je sais ce que moi j'ai fais pour qu'ils décident que ma vie devait s'arrêter, mais en prison, comme ici, je ne sais même pas qui est véritablement au courant de ce que l'on sait réellement de mon crime. Cette gamine là, sans véritablement savoir pourquoi, je n'ai pas envie qu'elle le sache, comme une envie, un besoin de veiller sur elle. "Il sera content de savoir que tu tiens tes promesse … la prochaine fois garde un peu de ton repas pour tes fringales nocturnes."

J'ai déposé mes armes de création massive, et je me concentre sur la petite demoiselle qui se tient près de moi et m'intrigue de plus en plus. Je ne peux m'empêcher d'esquisser un sourire lorsque ses doigts viennent se perdre dans ma crinière, le visage baissé sur ses croquis, je ne relève que les yeux vers elle et cela me fait sourire d'avantage. Elle semble presque hypnotisée par mes cheveux c'est à la fois tellement étrange comme attitude et tellement familier, comme si on était amies et qu'elle effectuait un geste presque naturel sans vraiment s'en rendre compte. On dirait presque qu'elle cherche quelque chose sans vraiment savoir quoi, comme si au cœur de ma chevelure elle allait trouver je ne sais quel trésor. Elle a un geste de recule lorsqu'elle se rend compte de ce qu'elle est en train de faire, je ne dis rien, je ne la réprimande pas. Loin de là, parce que sans vraiment savoir pourquoi ce geste me perturbe, pas de manière négative mais j'ai une impression étrange, comme un souvenir agréable qui bulle avant d'éclaté à la surface sans pour autant être précis.

La regarder tracer des motifs qui me parlent me perturbe de plus en plus, elle semble surprise par ma question, alors que ce n'est pourtant pas un interrogatoire  de ma part, juste une curiosité poussé à l'extrême alors que doucement, alors qu'elle darde ses yeux d'émeraude vers moi, une nouvelle petite bulle de souvenirs vient éclater à la surface, je ne l'entends presque pas me répondre. Ce souvenir-là  est des plus clairs cette fois, il est lointain, très lointain mais pourtant il est là, bien présent dans mon esprit, malgré moi je ne peux m'empêcher de sourire. J'ai besoin de savoir si cette réminiscence est bien réelle ou si ma mémoire a décidé de me jouer des tours.  Je passe quelques fois de ses yeux au carnet de croquis orné de motifs plus que familiers.

Doucement je tends ma main vers la sienne attrapant son poignet droit, je scrute et retournant sa main, paume vers le haut, je laisse l'index de mon autre main glisser sur la base de son pouce et découvre l'indice qui remets tous les souvenirs dans l'ordre. Le temps semble défiler à l'envers dans ma tête, je revois les taches de sang venir souiller le sol de ma chambre, une minute d'inattention de ma part, moi la gamine alors âgée d'une douzaine d'années, pour que la paire de ciseaux disparaisse et refasse son apparition dans les mains d'une autre gamine, bien plus jeune. Il y avait eu des cris, des larmes, du sang. Trois petites coupures qui avaient laissé une trace indélébile sur la peau cicatrisante. Des larmes, des larmes de douleurs pour la toute petite, des larmes de culpabilité pour la plus grande et une histoire inventée de toute pièce pour la consoler. Une petite étoile à la base du pouce, une multitude d'étoiles dessinées encore et encore à répétitions. Relâchant doucement sa main, je relève le regard vers la gamine devenue grande. "Tu as tellement grandis Thaïs !"



© Pivette

Admin - Tears of the phoenix
avatar
12/10/2014 Brimbelle 46413 Jessica Chastain Lux Aeterna Médecin / Herboriste 322
Admin - Tears of the phoenix


Sujet: Re: Stars can't shine without darkness [Thaïs]
Sam 9 Sep - 20:45

Ce RP est archivé pour n'avoir pas reçu de réponse depuis trois mois. Merci de contacter un membre du staff si vous souhaitez néanmoins le continuer
 

Stars can't shine without darkness [Thaïs]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Stars can't shine without Darkness. » † Lorenzo
» Maliah || Stars can't shine without darkness
» (jon) stars can't shine without darkness
» Exy ✴ Stars Can't Shine Without Darkness [100%]
» Stars needs darkness to shine ... Kyle Handstom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-