Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜(autumn) _ à bout de souffle
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Admin
avatar
25/03/2015 avengedinchains 898 Boyd Holbrook ava : SWAN ; sign : ALAS herboriste avec notion de guérisseur 15
Admin


Sujet: (autumn) _ à bout de souffle
Mar 18 Oct - 19:36


A BOUT DE SOUFFLE

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Il est difficile de pardonner les erreurs que les gens font autour de nous. Il est tout autant difficile de pardonner quelqu’un qui nous a tourné le dos dans un moment où on a eu besoin de la personne en question. Baelfire n’est pas quelqu’un de bien, lui-même se revendique comme étant peu digne de confiance. Il n’accorde d’importance qu’à très peu de personnes de son entourage et il n’est pas vraiment apte à en supporter davantage et, en plus de ça, il n’a pas non plus envie d’essayer parce qu’il n’y trouve pas de réel intérêt. Tout ce qui l’entoure lui échappe. Tout, absolument tout, et il en oublie le réel sens des choses dont il est la cible parce qu’il n’a pas particulièrement envie d’y réfléchir. Ces derniers temps, déjà, il a davantage de mal à faire confiance encore. Sans doute une plaie qui refuse de se fermer. Il n’est pas capable de pardonner parce qu’il n’a pas encore réussi à comprendre la situation, qu’il n’a pas encore cherché à comprendre, non plus. Il n’en a pas envie et il ne risque même pas d’essayer. Il en a assez, en réalité. Assez d’être pris pour un con quand la situation s’y prête. Il a 30 ans et finalement, il a eu l’occasion de faire face au fait que la personne en face de lui n’était visiblement pas suffisamment mature pour lui. Il fait de son mieux pour aller de l’avant. Il pensait juste que le chemin serait plus facilement praticable avec une compagnie agréable.

Quelle erreur. Au final, la relation qu’il a pu avoir avec cette femme l’a changé de la pire des manières. Froid, distant, il lui est désormais bien difficilement facile de faire confiance. Et de toute manière, il n’a pas vraiment envie d’essayer. Il ne l’a pas croisée depuis qu’elle lui a tourné le dos, lui lâchant qu’il n’était pas de taille pour l’aider, qu’il ne pourrait pas l’aider. Lui foutant dans la gueule qu’il était inutile. Il n’a jamais prétendu qu’il était l’homme parfait, parce que ça n’a jamais été le cas et que ce n’est probablement pas près de changer. Il s’en fout, en réalité. Et ça ne risque pas de changer, parce qu’il n’en a pas particulièrement envie. Sa situation lui convient. Il espère, du moins, que toute cette histoire finira par lui réussir. Mais pour ça, encore faut-il enterrer toute l’amertume qui lui ronge l’âme. Voilà sans doute pour quelle raison il n’est pas judicieux pour eux de se recroiser. Mais il n’en est pas non plus à vouloir lui frapper sur la gueule. Parce que ce n’est pas dans ses habitudes et que ça ne risque pas de changer. Un soupir s’échappe des lèvres de l’homme. Le blond n’a pas vraiment envie de réfléchir parce que ça n’aurait pas d’intérêt.

Il traîne les pieds, là, au cœur même de la forêt. Il réalise qu’il s’est un peu trop approché du campement. Non que cela joue quelque chose dans sa façon d’être, ou de voir les choses. Au contraire, même, puisqu’à l’heure actuelle, Baelfire tente plutôt de se concentrer sur le nombre de plantes qu’il cherche à trouver. Le tremblement de Terre n’a pas épargné sa serre. Et il a plutôt pas mal l’impression qu’il passe son temps à la reconstruire. Pour le coup, il n’a pas prévu de le faire, ramasser les débris, les utilisant pour autre chose. Sa maison est devenue une serre. Elle était suffisamment grande pour accueillir trois personnes, au départ. Il est seul et possède une pièce ou deux qui ne lui servent pas. Tant qu’il n’abuse pas sur les odeurs, ça peut se faire. Et plutôt que d’avoir une serre, il va les planter à l’air libre et attendre de voir ce que ça pourrait donner. Il change de méthode parce que c’est une option qu’il peut utiliser. Alors il zone un peu, c’est vrai. Sauf que puisqu’il n’est pas un chasseur, lui, il n’entend pas le bruit qui se fait entendre juste à côté de lui. Chose qui le dérange, évidemment. Mais il n’y a pas grand-chose à faire pour revenir en arrière. Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Il est là, sans savoir que la raison de sa rancœur finira par le voir.


avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: (autumn) _ à bout de souffle
Jeu 20 Oct - 10:37


A bout de souffle
Elle avait décidé de quitter le camp quelques heures. Elle avait besoin de marcher, de ne plus voir toujours les mêmes têtes, d'entendre toujours les mêmes discussions. Elle avait besoin d'air et surtout de changement. Alors elle avait pris son couteau dont elle ne se séparait presque jamais et sa gourde d'eau.

Autumn en avait assez de tourner en rond. Elle n'aimait pas ça et en ce moment ses pensées se résumaient en trois prénoms: Richard, Liam et Baelfire. Pour le premier, la discussion était engagé, le premier pas avait été fait, le second c'était plutôt positif même s'il lui restait étrange d'avoir un frère... Mais pour Baelfire, c'était différent.
Elle ne l'avait pas revue depuis qu'elle avait envoyé promené. Enfin promené était un faible mot, elle savait qu'elle l'avait vexé et sûrement poussé dans ses retranchements.

Il avait un sale caractère, elle le savait et lui aussi savait qu'elle avait un caractère tout aussi mauvais. Elle venait d'apprendre qu'elle ne reverrait plus jamais ses parents mais qu'en plus sa vie entière c'était basé sur un mensonge. Il avait voulu l'aider mais pour Autumn, elle n'en avait pas besoin... Elle était bien trop fière pour reconnaître qu'en réalité, oui, elle avait besoin d'aide, qu'elle avait besoin de quelqu'un qui ne lui avait jamais menti, jamais rien caché. Alors, elle lui avait clairement dit qu'elle n'avait pas besoin de son aide, que ça ne servait à rien de l'aider.

Elle n'avait jamais imaginé qu'il le prendrait si mal. Bien-sûr ils étaient proche, on ne parlait plus d'amitié à ce stade de leur relation. Mais elle s'est rendue compte qu'en effet, sa réaction semblait avoir blessé l'homme et une fois toutes ces émotions redescendue, elle s'était rendu à l'évidence: Elle avait besoin d'aide, de son aide.
Mais voila, l'homme était difficile à trouver et pas question de s'attirer des ennuis en s'approchant trop près de son camp. Alors elle se promenait en forêt espérant le trouver...

Comment se passerait leur retrouvaille? Elle n'en avait pas la moindre idée. Il lui cracherait sûrement une rancœur de quelques mois à la figure, ça, elle s'y attendait. C'était à croire qu'elle aimait s'en prendre plein la face puisqu'elle persistait à vouloir le trouver ces derniers temps, pour qu'enfin ils aient une discussion. Mais ce n'était pas dans le but de le retrouver qu'elle se promenait en forêt. Non, son idée c'était justement d'oublier tout le temps de quelques heures.

Mais c'était à croire que rien arrivait lorsqu'elle le souhaitait. Son cerveau ne mit pas plus de quelques secondes à comprendre ce que sa vue avait envoyé comme information. Elle le reconnaîtrait parmi milles hommes. Il avait les yeux plantés vers le sol, il ne l'avait pas vue. Pourtant, elle ne se cachait pas. Elle l'imaginait parfaitement à réfléchir à quel plante, il allait prendre. Même si elle ne le montrait pas spécialement, elle admirait le travail qu'il faisait avec les plantes, sûrement les êtres vivants qu'il aimait le plus au monde. Au moins, eux ne parlent pas pour ne rien dire.

" Bae? " L'appelait-elle alors qu'elle était dans son dos à peut être deux mètres de lui. Elle n'avait pas peur de lui, non pas qu'il ne soit pas impressionnant, ce n'était pas ça du tout. Elle imaginait juste qu'il ne chercherait pas à lui faire de mal autrement qu'avec des paroles. " Que fais-tu ici? " Elle savait que tenter d'esquiver le sujet ne serait pas la bonne solution mais elle voulait tâter le terrain. Après tout, elle n'en savait rien. Peut être avait-il mit sa colère de côté? Peut être voulait-il la voir? Elle n'en était pas franchement convaincue mais en même temps c'était Baelfire, il était parfois impossible de le comprendre. Elle était pourtant persuadé d'une chose: S'il lui en voulait vraiment, il ne passerait pas sa chance de pouvoir lui dire ce qu'il pense. Alors elle avalait sa salive, tentant de s'accrocher à sa fierté... Elle allait sans aucuns doutes en avoir besoin.




AVENGEDINCHAINS

Admin
avatar
25/03/2015 avengedinchains 898 Boyd Holbrook ava : SWAN ; sign : ALAS herboriste avec notion de guérisseur 15
Admin


Sujet: Re: (autumn) _ à bout de souffle
Dim 13 Nov - 22:29


A BOUT DE SOUFFLE

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Il n’est pas vraiment facile d’imaginer qu’on va se mettre à croiser des tas de personnes sur la forêt. Cela n’a rien de facile et, la plupart du temps, il est plus simple de faire le vide et de s’écarter de toute situation bancale. Baelfire n’est pas une personne agréable, il est, la plupart du temps, carrément distant avec les gens et trouve plus facile de faire les choses dans ce sens. Il n’est pas méchant, non, plus, mais bon, quand il s’aventure dans la forêt et qu’il profite d’un peu de tranquillité, il n’a pas vraiment envie de croiser des gens. Peut-être qu’il s’est aventuré trop près du campement des cent, il ne pourrait pas le garantir. Il n’a même pas envie d’y réfléchir parce que les choses sont déjà bien assez compliquées et agaçantes, aussi. Un soupir s’échappe des lèvres de l’homme, alors que ses pas sont traînants. Quand son regard se pose sur Autumn, si sa première pensée est de se dire qu’elle est jolie, il persiste davantage à se dire qu’il est grandement agacé et énervé, aussi. Et l’idée ne lui plaît absolument pas. Il n’a pas envie de lui voir, encore moins envie de lui parler. Et si c’est parce qu’il est trop près de chez elle, il se maudit grandement. Il n’a pas envie de la voir, bordel, et il se sent minable de ne pas avoir été capable de faire un peu plus attention. Il soupire, une nouvelle fois, alors que ses mains s’enfoncent dans ses poches pour freiner une envie de sortir une lame qui traîne dans sa besace pleine de plantes. Et elle est ici depuis combien de temps hein ? Depuis trop de temps, sans doute. A le fixer, à le regarder et puis quoi ? Il se demande, un instant, ce qu’elle peut bien être en train de penser. Et il n’apprécie absolument pas ça. Stupidité. Il la déteste, et il tente de serrer des dents pour ne pas dire de choses qu’il pourrait regretter. Est-ce qu’il s’agit vraiment d’une haine viscérale ? Ou est-ce qu’il s’agit uniquement de cette rancœur qui lui prend les tripes parce qu’il ne parvient pas à la retenir. Il n’a pas envie de faire une bourde.

« Bae ? ». Oh mais il sait comment il s’appelle. Ce qui lui pose davantage problème, c’est de se retrouver devant elle alors qu’il n’a absolument pas envie. Et ça, il est bien tenté de le lui foutre dans les dents. Il ne veut pas lui parler, il veut juste lui faire comprendre que toute son histoire n’est pas au mieux et que ça ne risque pas de s’arranger. Et que tout ceci est fini, aussi. Parce que c’est la réalité d’une situation destructrice et peu conventionnelle, finalement. Il ne veut plus chercher à comprendre parce que finalement, il a très bien compris qu’à ses yeux, il n’était pas à la hauteur et il s’est permis de simplement croire qu’elle ne serait pas capable de supporter si lui, il avait des galères. Il n’y connaît pas grand-chose, aux histoires de couples, il aime juste penser que c’est une histoire qui marche à deux. Alors quand ça s’écroule et qu’on ne lui donne pas l’occasion de faire quelque chose, il ne préfère pas réfléchir. C’est bien trop le bordel, finalement.

Alors oui, avec elle, il ne veut plus rien savoir, il n’est pas certain non plus qu’il soit bon pour lui de lui parler parce qu’il lui suffit de la regarder pour se souvenir de comment ses mains ont parcouru son corps, comment il a pu toucher ses courbes et s’aventurer… Non, il ne faut vraiment pas qu’il pense à elle dans cette direction. Surtout s’il envisage de garder pieds dans une conversation à venir. Et ça ne risque pas d’aller en s’arrangeant. Clairement pas, même. « Que fais-tu ici ? ». Est-ce qu’elle s’imagine une seconde qu’il vient ici dans le but de lui faire la conversation ? Si c’est le cas, il faut qu’elle comprenne qu’on est bien loin du sujet. Il n’est pas venu pour échanger, il n’envisageait même pas de la croiser et la voir l’énerve parce qu’il aurait aimé qu’elle lui foute la paix. Or, on en est loin. Mais désormais, il lui faut faire face à une situation qu’il aurait voulu pouvoir repousser un peu plus longtemps. Et il n’a même pas le choix, en plus de ça. « Je ramasse quelques plantes. La routine. Et toi, tu te promènes ? ». Son ton est froid, il aurait aimé que ce soit encore plus détestable mais il n’en a pas la capacité et ça l’énerve au plus haut point. « Je ne m’attendais pas à te voir, je t’avoue ». Il se retient difficilement de lui dire qu’il ne s’y attendait pas et que surtout, il n’en avait pas envie. Il ne voulait pas la voir, encore moins lui parler.


avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: (autumn) _ à bout de souffle
Jeu 17 Nov - 11:46


A bout de souffle
Ce n'était pas les grandes retrouvailles. En même temps, Autumn s'y était attendue. Elle ne l'avait pas vue depuis longtemps, il y avait bien une raison après tout.
Elle avait fuit tout simplement, elle lui avait annoncé qu'il n'était pas en mesure de comprendre avant de s'enfuir. Elle qui savait se montrer si fière avait juste contourné le problème parce qu'elle ne s'était pas sentie prête. Pas prête à écouter, à assumer. Elle n'avait pas voulu entendre qu'elle pourrait peut être avoir besoin d'aide et pourtant ça avait été le cas. Ça l'était toujours un peu d'ailleurs.

Elle ne le montrait pas mais elle était contente d'être tombé sur Baelfire. Parce que c'était le pur hasard qui les réunissait aujourd'hui et qu'elle comptait bien profiter. Ils devaient bien parler de ce qu'il s'était passé. C'était comme ça que les gens matures réglaient leurs problèmes, non? Mais voila, face à Bael, elle ne savait plus comment elle devait appréhender la situation. Non pas qu'elle soit intimidée par lui mais elle savait qu'elle était en tord. Et puis c'est qu'il lui avait manqué malgré tout.

Le premier point positif, c'est qu'il ne l'envoyait pas promené. Il aurait pu, après tout, c'était ce qu'elle avait fait, elle, la dernière fois. Il n'était pas non plus des plus heureux de la revoir, son ton était froid. Sur le coup, elle grimaçait un peu. Elle redoutait cette discussion mais elle ne devait plus faire marche arrière. Ca durait depuis trop longtemps. Oh, il lui demandait même si elle se promenait... Mouais, pas franchement en réalité. C'est ce qu'elle faisait croire à tout le monde, qu'elle se promenait, que tout allait bien qu'elle papillonnait de bonheur. Mais la vérité c'est qu'elle se posait trop de questions, tout était bien trop compliquée. L'enfant qui était atterrie ici ne pouvait plus agir comme une gamine, elle devait grandir, devenir une adulte. Alors elle s'enfermait dans ces promenades pour réfléchir à ce qu'elle devait changer en elle pour... Pour évoluer, tout simplement. Elle était devenue patrouilleuse, elle continuait à aider pour les armes et elle s'investissait un peu plus au campement. Maintenant, elle devait apprendre à accepter les conséquences de ses actes, ça commencerait avec cette conversation avec Baelfire,

" Ouais... Enfin nan, pas vraiment." La logique selon Autumn, volume 1. Se contredire, vouloir mentir puis dire la vérité, c'était l'un de ses défauts autant qu'une qualité, elle était franche et avait bien souvent du mal à mentir. " J'réfléchissais. C'est plus facile hors du camp." Elle marmonnait presque, elle ne savait pas ce qu'elle devait dire. Il s'en fichait sûrement de toutes façons. Elle voyait bien qu'il était distant, qu'il ne voulait pas d'elle dans ses pattes. Non pas qu'ils soient tout deux extrêmement démonstratif de leur amour l'un pour l'autre mais la froideur de l'Homme avait fort tendance à... Refroidir la jeune femme. Objectif atteind pour lui si c'était le cas.

Il ne s'attendait pas à la voir? Elle non plus. Elle ne l'avait pas suivie, pas fait exprès. Lorsqu'elle l'avait vue, elle s'était permise de s'approcher parce que, oui, elle voulait le voir. " Je ne m'y attendais pas non, plus. Mais le hasard fait peut être bien les choses." -Non?- Elle n'allait pas lui poser la question, elle craignait la réponse. Elle croisait les bras tout en grimaçant légèrement. Comment faire? Mettre les deux pieds dans le plat ou tenter la douceur? Tourner en rond ne servirait à rien. Ils devaient aller de l'avant, tous les deux enfin surtout elle. Il était peut être temps qu'Autumn s'ouvre à lui. En espérant que ce ne soit pas trop tard.  "Tu m'en veux, hein?" Lui demandait-elle timidement comme pour tenter d'ouvrir une conversation sur ce fameux jour. Elle ne savait pas vraiment ce qu'elle devait dire.
Elle comptait bien qu'il l'aide mais en même temps, même si elle se doutait qu'il ne la mordrait ni ne la frapperait pas, elle craignait sa réponse... En réalité, elle avait juste peur d'avoir mal ou d’espérer peut être plus qu'il ne souhaitait lui en donner. C'était égoïste quand on y pensait. Est-ce qu'elle s'était posé la question de si elle lui avait fait mal lorsqu'elle l'avait envoyé balader? Non, bien sûr que non. Elle était bien trop sous le choc pour penser à ce qu'il pourrait ressentir. Est-ce que c'était vraiment si mal qu'elle n'ait penser qu'à elle à ce moment là? Elle était prête à parler mais lui, était-il prêt lui pour cette discussion? Elle soupirait, elle se posait vraiment trop de questions.


AVENGEDINCHAINS

Admin
avatar
25/03/2015 avengedinchains 898 Boyd Holbrook ava : SWAN ; sign : ALAS herboriste avec notion de guérisseur 15
Admin


Sujet: Re: (autumn) _ à bout de souffle
Jeu 15 Déc - 23:45

A bout de souffle
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Il est facile de se mentir à soi-même et d’agir comme si cela lui était permis. Ce n’est pas le cas. Baelfire a beau craché toute sa haine, il a beau agir comme le dernier des cons et prétendre qu’il ne voulait pas la voir, il ne va pas nier qu’il est content de poser son regard sur elle, de voir qu’elle va bien mais c’est un goût amer qui lui arrache le songe sur sa beauté. Non, il n’est pas encore prêt pour cela. Et il ne risque pas non plus d’en parler à voix haute parce qu’elle ne le mérite pas, elle ne mérite pas des mots qui lui feraient plaisir à elle et qui le détruirait encore un peu plus. La vérité, c’est qu’elle l’a mis à terre et qu’elle l’a piétiné. Et c’est une chose qu’il n’oublie pas. S’il a du mal à faire confiance, la grosse difficulté se tient dans sa capacité quasiment inexistante à pardonner. Il n’y peut rien, il est né ainsi et il ne risque pas de changer. La preuve, il reprochait à un petit frère d’être trop présent. Et que s’est-il finalement passé ? Il l’a abandonné au cœur de la forêt alors qu’il n’était qu’un gosse. C’est dire à quel point il n’est pas facile à vivre et il n’a jamais eu la prétention que c’était le cas. Mais avec Autumn, là où il a fait une erreur, c’est qu’il l’a fait pénétrée dans une zone que personne n’avait encore atteint. Personne. Elle a touché son cœur et alors qu’elle allait pouvoir le saisir et le proclamer sien, elle y a planté une lame. Oh, il aurait pu s’en douter. Que peut-on bien attendre d’un peuple qui vient des étoiles ? Rien bien sûr, mais ça, il aura mis bien trop de temps à le comprendre. Il ne peut pas la pardonner parce qu’il n’en a pas envie et qu’il n’en a pas le cœur. Il n’a pas envie de lui donner l’occasion de recommencer. Et franchement ? Si elle ne lui fait pas confiance, pourquoi devrait-il le faire ? Elle l’a pietiné, et ça ne risque pas de se reproduire. Elle l’a suffisamment pris pour un con pour tout le reste de son existence. Il n’est pas digne de confiance ? Il ne lui demandera plus rien. Jamais. Mais quitte à lui faire face aujourd’hui, bien qu’il ne l’ait pas voulu, autant tenter de mettre les choses à plat. Tenter, parce qu’il a l’impression qu’il faut prendre des œufs. Parce que lui parler, dans le fond, ça n’a jamais été évident. Et avant même de pouvoir mettre un nom sur ce qu’ils étaient, il n’y avait déjà plus rien.

" Ouais... Enfin nan, pas vraiment.". Il s’en fout. Elle peut être sortie pour chasser, se promener ou pour retrouver son remplaçant, il s’en fout. Ou pas, en réalité. Il aimerait le croire. Il faut dire que la guérison n’est pas évidente et qu’il faut face à des émotions qu’il ne maîtrise absolument pas. C’est un fait. Il a envie d’y croire mais ça ne fonctionne pas comme ça et il faut faire un pas après l’autre. Et bordel, c’est trop compliqué. Mais il saisit l’idée principal. Il est jaloux d’un hypothétique homme quelque part et pourtant, il se permet de penser que tout va bien. Au final, c’est chez lui que quelque chose ne va pas et il ne sait pas comment se l’avouer. Il faut qu’il souffle un bon coup et qu’il cesse de se plaindre, sans doute, mais ce n’est pas le point facile d’une situation destructrice. " J'réfléchissais. C'est plus facile hors du camp.". Tro de monde peut-être mais encore une fois, il n’y porte guère d’intérêt. S’il a posé une question, il n’attendait pas de réponse. Elle n’a plus le moindre compte à lui rendre et de toute manière, il s’en fout pas mal, aussi. Baelfire est maladroit, froid et distant. On le trouve détestable et irritable. C’est vrai. Parfois, on imagine qu’il se fout de tout et de tout le monde et la plupart du temps, c’est vrai. Mais avec elle, c’était différent. Mais comme un con, il est tombé dans les rouages d’une stupidité sans nom et il a mis trop de temps à s’en rendre compte. Maintenant, il est trop tard. Con ou pas, il ne peut plus revenir en arrière n’est-ce pas ? Et de toute manière, à quoi bon ? Pour qu’elle le rejette encore une fois ? " Je ne m'y attendais pas non, plus. Mais le hasard fait peut être bien les choses.". Un sourire ironique se glisse sur ses lèvres. Il se demande ce qu’elle espère, parce qu’il n’espère rien, lui. Il ne veut pas la voir, et il ne veut pas lui parler. Parce que lorsqu’il lui fait face, il a peur de céder. Mais il est fort. Le blond tiendra parce que de toute manière, que lui a-t-elle apporté depuis qu’elle s’est crashée avec les siens ? Rien. Et le sexe ne suffit pas. Pas pour une flèche dans le bras, pas pour tourner le dos aux siens, pour le pousser à s’installer dans une tribu près d’elle. Elle ne lui a rien apporté et elle n’a rien fait pour lui. Fin de la discussion. Et il faut vraiment qu’il se concentre sur ça avant de passer pour le con de service, encore une fois. Qu’il souffle et se reprenne parce que putain, elle l’aura plus. "Tu m'en veux, hein?". Ouvertement, il se met à rire alors qu’il croise les bras. Il est pathétique de poser une telle question après ce qu’il s’est passé. « Elle est sérieuse ta question ? ». Il serre les dents, il n’a pas envie d’être trop méchant parce qu’il ne ferait que lui prouver qu’elle avait raison de ne pas le croire digne de confiance. Et pourtant, en même temps, c’est bien ça le problème. Maintenant, il s’en fout, parce qu’il ne veut plus rien savoir. Elle n’a pas voulu lui parler quand ça allait, pourquoi le faire maintenant hein ? Putain et qu’est-ce qu’il s’en fout. « Soyons sérieux deux secondes. Non, je ne t’en veux pas. Ou plus. J’ai tourné la page, ce fut bien plus facile que je le croyais ». Et ce con de sourire qui ne le quitte pas. Bordel Bael, ce que t’es bon comédien. Sa mâchoire se serre à nouveau mais ce sourire ne disparaît pas. La détruire ? Il ne sait pas s’il en est capable, il aimerait. Putain ce qu’elle lui a fait mal. « Pourquoi ? Tu t’attendais à ce que j’en chiale le soir quand je vais me coucher ? ». Et il n’est qu’un homme qui se cache derrière une fierté stupide. Mais que peut-il faire hein ? Elle l’a piétiné. Un simple cafard dont on se débarrasse. N’a-t-il pas le droit de lui faire mal, lui aussi ?


avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: (autumn) _ à bout de souffle
Mar 27 Déc - 19:55


A bout de souffle
Oh elle s'y attendait. Elle savait que ça n'aurait rien de facile et le fait qu'elle n'avait pas pu s'y préparer ne l'aiderait pas. Elle allait devoir improviser avec les réactions de Baelfire et ça lui faisait tout de même un peu peur. Ca faisait trop longtemps, elle le savait et il avait sans aucuns doutes eut le temps de la détester et de la maudire de toutes les façons possibles et imaginables.
Et puis de toutes façons, ça ne serait pas évident, Bael et Autumn ne rimaient pas franchement avec longues discussions au coin d'un feu. Non, ils s'exprimaient plutôt en gestes qu'en paroles mais cette fois-ci, les gestes ne seraient pas suffisant. Alors elle cherchait à faire une entrée en matière délicate, bien que la délicatesse ne soit absolument pas son point fort. Alors oui, lorsqu'elle demandait si il lui en voulait, elle était quelque part sérieuse. Elle voulait savoir à quel point il lui en voulait pour savoir où elle, elle devait se situer.
« Je tentais d'être délicate... » Marmonnait-elle avec un léger air boudeur, ouais, elle avait fait une entrée en matière pourrie mais au moins il avait ri, ironiquement... C 'était un début déjà non ? Puis il commençait à parler. C'était déjà un début même si au final il finissait par une phrase quelques peu blessante.

Elle ne lui dirait pas que ça l'atteignait, elle était un peu trop fière pour ça. Mais maintenant elle comprenait bien qu'elle ne devait plus rien attendre de lui. Il ne lui en voulait plus, c'est ce qu'il disait, elle, elle s'en voulait encore et quelque chose lui disait que ce n'était pas prêt de s'arrêter. Son regard s'était un instant baissé, il avait tourné la page. Est-ce qu'il voulait simplement dire qu'ils n'étaient plus ensemble et que ça lui allait ou est-ce qu'il voulait dire qu'en fait quelqu'un avait prit sa place ? Elle relevait la tête, avalant sa salive plus difficilement que d'ordinaire. «  Je suis contente pour toi, au moins un sur deux qui se satisfait de la situation. » Lui répondait-elle la voix froide, oui, ça la faisait chier. Elle n'allait pas lui sauter au cou non plus . Elle lui aurait bien répondu que si ça avait été si facile c'est que peut être finalement ça n'avait pas tant d'importance à ses yeux mais elle retint cette phrase au bout de sa langue. Elle ne voulait pas que ça finisse mal.
Il reprenait alors la parole, il voulait savoir pourquoi, enfin c'est ce qu'il disait à voir s'il voulait vraiment le savoir ou pas. Un léger sourire en coin, non, jamais elle ne l'imaginerait verser ne serait-ce qu'une larme pour elle. Ni pour quelqu'un d'autre en réalité.

«  Non, j'pense pas avoir eut suffisamment d'importance pour ça et encore, à voir si tu es capable de verser une larme pour quoi que ce soit. » C'était sortit tel quel, elle n'avait pas réfléchit, aussitôt pensé, aussitôt balancé. Avait-elle tort ? Elle n'avait pas envie de s'amuser, elle n'avait pas envie de jouer à ce petit jeu avec lui, parce qu'elle s'en persuadait : Lui était en train de se faire un véritable plaisir à lui balancer ce genre de chose. Elle s'asseyait au sol, se foutant complètement de s'asseoir sur ce qu'il était peut être en train de chercher dans ses plantes. Néanmoins, elle n'avait pas répondu à la question. «  Parce que moi je m'en veux. » Elle ne savait pas si ça l'atteindrait ou pas, si ça attirerait sa curiosité ou non. Baelfire était bien compliqué à déchiffrer en réalité et elle était dans une situation qu'elle n'avait encore jamais connue jusqu'alors. Difficile donc de prévoir ses réactions. « J'pensais plutôt que tu me détesterais, que tu n'aurais plus envie de me revoir... Ce genre de choses... Enfin j'ai comme l'impression que c'est un peu le cas, non ?  » Elle soupirait, non, elle n'imaginait rien. Elle n'espérait rien, elle savait qu'elle avait tout foutu en l'air.

Autumn se mordait la lèvre, elle pataugeait clairement, cherchant les mots qui ne mettraient pas le feu aux poudres, en fait, c'était pas si compliqué, elle devait simplement s'excuser pour commencer. Ca l'aiderait sans aucuns doutes. Alors elle prenait son courage à deux mains pour enfin sortir ces mots si difficiles à sortir «  J'aurais pas dut... Faire ce que j'ai fait la dernière fois. Je suis désolé. » Voilà qui était dit, même si elle le regardait à peine dans les yeux. Autumn n'était pas spécialement du genre à regretter les choses du moins, pas à les avouer. Mais elle lui devait ça après tout. «  Mais j't'en pris, fais toi plaisir à te venger, j'ai pas envie d'enfoncer le clou plus profondément qu'il ne l'est déjà. » Enfin ça c'est ce qu'elle disait... Parce qu'au fond, il ne fallait pas pousser mamie dans les orties... ça pique! Et si elle essayait de se montrer suffisamment mature pour le moment, il ne suffirait d'un rien pour qu'elle réponde bêtement à la provocation.

AVENGEDINCHAINS

Admin
avatar
25/03/2015 avengedinchains 898 Boyd Holbrook ava : SWAN ; sign : ALAS herboriste avec notion de guérisseur 15
Admin


Sujet: Re: (autumn) _ à bout de souffle
Ven 27 Jan - 12:19

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

A BOUT DE SOUFFLE
baelfire&autumn
Le souci avec Baelfire, c’est que lorsque quelque chose lui déplaît, la plupart du temps, il ne cherche pas plus loin. Alors oui, bien sûr, ses agissements et sa manière d’être ne plaisent pas toujours. Il ne cherche pas non plus à faire en sorte que ce soit le cas, d’ailleurs, mais la plupart du temps, il sait qu’il parvient à taper sur les nerfs de tout le monde. Quand on n’a jamais eu beaucoup d’amis, on n’a pas vraiment besoin d’un dessin pour comprendre ce qui va et ce qui ne va pas avec notre personnalité. Lui, en tout cas, il s’en fout, et il ne risque pas de changer d’avis, de point d’avis ou autre. Il n’en a aucune idée, en tout cas. Et tout devient plus simple comme ça. Presque plus simple. Mais pour le coup, sans doute est-ce pire encore que ça ne l’était. Il la déteste, une haine étouffante qui a pris la place. Toute la place. Il ne supporte plus de poser les yeux sur elle et surtout, il déteste le fait d’encore la désirer. Parce que ça aussi, c’est au fond de lui, il ne peut pas le nier. Putain, il a ressenti quelque chose pour elle et avant même d’avoir le temps de comprendre de quoi il a bien pu s’agir, tout a pris fin. Est-ce qu’on peut vraiment le lui reprocher, dans ce cas ? Il ne supporte pas ce qu’il ressent, il ne supporte pas de ne pas être véritablement capable de la repousser ou de la détester. Parce que c’est aussi un peu de ça qu’il est question, dans la situation immédiate. Est-ce qu’il l’aime ? Pour tout dire, il essaie de se convaincre qu’il n’est pas bon pour lui de se poser cette question. Si la réponse est oui, qu’est-ce que ça changera ? Il ne va certainement pas se mettre à lui ouvrir les bras juste pour le plaisir, juste parce qu’elle lui en donne l’envie. Ce n’est absolument pas comme ça que c’est censé se passer. En y pensant pas, il parvient au moins à se dire qu’il ne l’aime pas. Il ne réussit pas à s’en convaincre mais il fait de son mieux. Et c’est déjà pas mal, n’est-ce pas ? « Je tentais d'être délicate... ». Elle n’a pas à l’être, il n’y aucune raison à ce qu’elle le soit, n’est-ce pas ? « T’as pas besoin d’essayer. T’as provoqué tout ça, t’assume ». Son ton reste froid, bien sûr, et il est parfaitement incapable d’agir différemment parce que de toute manière, il n’en a même pas envie. Pourquoi mettre un peu de chaleur dans la voix quand elle n’en vaut même pas la peine ? Putain elle l’a envoyé chier non ? Pourquoi ferait-il un effort maintenant ?

« Je suis contente pour toi, au moins un sur deux qui se satisfait de la situation. ». Il a presque envie de rire. Il se retient à peine et il ne retient pas le sourire ironique qui se glisse sur ses traits. Cette grimace dégueulasse qu’il affiche et qui montre son désaccord avec ce qu’elle dit. Donc là, en gros, elle sous-entend qu’il aurait presque voulu ça ? Non parce que dans le fond, prétendre qu’il se satisfait de la situation, c’est sous-entendre qu’elle… Quoi ? Regrette ? Il n’est pas de ceux qui foncent têtes baissées dès qu’on leurs dit quelque chose. « Donc quoi ? C’est là que tu me dis que tu regrettes tout ce qui s’est passé ? ». Il ironise, bien sûr. Qu’elle use d’un ton froid si elle veut, ça ne change rien. Elle lui a tourné le dos, elle lui a parlé comme s’il n’était pas foutu de comprendre. Pourquoi est-ce que lui, il devrait se mettre à faire un effort hein ? Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Tout simplement. Si elle veut que la situation s’arrange, il faudra qu’elle y mette du sien. Beaucoup de sien, d’ailleurs, parce qu’il ne risque pas de se laisser faire juste en claquant des doigts. Ce n’est absolument pas comme ça que ça fonctionne. Et c’est préférable comme ça, à n’en pas douter. Qu’elle regrette, si c’est ce qu’elle souhaite. Mais est-ce que ça va changer quelque chose ? Pour l’heure, il n’en est pas vraiment convaincu. « Non, j'pense pas avoir eut suffisamment d'importance pour ça et encore, à voir si tu es capable de verser une larme pour quoi que ce soit. ». Et voilà que maintenant, elle se met à lui dire qu’il n’a pas de cœur hein. Il détourne le regard, passe une main sur son visage et se retient une nouvelle fois de rire. Elle laisse la délicatesse de côté et l’attaque à son tour maintenant ? Ce n’est pas comme ça que la situation va se calmer. Elle se glisse juste dans la même case que les autres. Elle ne se démarque plus autant qu’avant. Mais un cœur, il en a un, elle l’a piétiné en le laissant de côté. Mais bien sûr, lui, il n’en dira rien. Parce qu’il n’apprécie pas de se montrer faible et qu’il est hors de question pour lui de lui laisser entendre qu’elle a eu raison en agissant comme elle l’a fait ou qu’elle a eu raison en imaginant lui faire mal. Pire encore, est-ce que ça lui donnerait pas envie de s’en prendre à lui, un peu plus, si elle voit qu’elle peut l’atteindre ? « Parce que moi je m'en veux. ». Un instant, il marque un temps d’arrêt, l’observe, attend qu’il continue tout en croisant les bras. Il ne voudrait pas non plus qu’elle voit ouvertement que sur son visage il est noté qu’elle se moque de lui ou autre. « J'pensais plutôt que tu me détesterais, que tu n'aurais plus envie de me revoir... Ce genre de choses... Enfin j'ai comme l'impression que c'est un peu le cas, non ? ». Bingo. Mais elle s’éloigne du sujet dont il voulait parler. C’est bien le point qui la dérange. Mais il ne voit pas vraiment ce qu’elle pourrait en dire ou ce qu’il pourrait ajouter. « Bingo ». Il n’ajoute rien. Que pourrait-il dire de plus hein ?

« J'aurais pas dut... Faire ce que j'ai fait la dernière fois. Je suis désolé. » . Au moins, elle s’excuse, parce qu’il était temps pour elle de le faire. Enfin.. Il ne lui a pas vraiment donné l’occasion de le faire en se barrant comme un connard aussi. Mais peut-on le lui reprocher hein ? Non, bien sûr que non. Et il s’en fout de ce qu’elle pense, en réalité. Est-ce qu’on peut lui en vouloir de ne pas avoir aimé tout ça ? Non, il ne pense pas. Il s’agace de tout ça. Bordel. Qu’est-ce qu’elle veut au juste ? « Mais j't'en pris, fais toi plaisir à te venger, j'ai pas envie d'enfoncer le clou plus profondément qu'il ne l'est déjà. » . Il lève les yeux au ciel. Est-ce qu’elle croit vraiment qu’il est de ceux-là ? Il la déteste ou en tout cas, il lui en veut énormément, mais ça ne change rien. Pas grand-chose, du moins. Et il aimerait juste lui faire comprendre que putain, ça l’a fait chier quoi. Mais qu’il ne va pas lui courir après pour lui pourrir l’âme ou pour lui faire mal. « Pas mon genre. Tu le saurais si tu savais un peu qui je suis. Peut-être que tu t’y es jamais intéressé. Faut dire que tu t’en fous suffisamment pour pas savoir ce que je peux ou non gérer. Comme tes secrets que tu t’es permis de croire que je ne pouvais pas supporter. Inutile le gars hein ? ». Il soupire. Il aurait aimé ne pas la croiser.
AVENGEDINCHAINS

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: (autumn) _ à bout de souffle
Dim 5 Fév - 11:44


A bout de souffle
Long soupire, yeux levés au ciel, ouais... Autumn était clairement agacée. Il avait pas besoin d'être aussi froid, elle savait qu'elle avait merdé sur toute la ligne. Lui rappeler ne faisait que la mettre encore plus en colère mais contre elle même. Elle s'en voulait, elle ne savait clairement pas l'exprimer mais ce qu'elle ressentait c'était des regrets, elle regrettait clairement de l'avoir envoyer chier. Qu'elle assume ? Oh, elle assumait, sous sa carapace, elle ne faisait absolument pas la maligne, elle voulait se montrer forte mais ce n'était absolument pas le cas dans la réalité.
Elle détournait le regard, elle n'aimait pas cette manière qu'il avait de lui dire les choses, parce qu'elle savait qu'elle méritait ça, elle n'avait jamais attendue de lui qu'il l'accueille à bras ouverts.

Elle était agacée mais pas que contre lui, la plus grosse partie, c'était ce qui se passait entre sa tête et son cœur qui l'agacée au plus haut point. Elle mentirait en disant qu'elle n'avait pas été contente de le voir. Il était là, il allait bien et même si ils étaient en froid, il lui faisait toujours cette sensation de bien être lorsqu'il était dans les parages et elle ne pouvait s'empêcher de repenser aux moments passés tous les deux.
Il la détestait, elle ne s'attendait pas à ce qu'il lui dise le contraire mais elle n'appréciait pas qu'il lui confirme. En fait, elle ne voulait pas l'accepter parce que ça la blessait clairement. Elle ne le regardait pas dans les yeux, il y devinerait sa peine. Elle n'était pas surprise mais ça faisait mal, elle se mordait l'intérieur de la joue pour garder sa colère au fond de sa gorge sans jamais le regardait dans les yeux.
Elle tentait de faire des efforts mais chaque bon mots était suivie d'une phrase remplie de conneries qu'elle pensait à peine. Est-ce qu'elle croyait réellement qu'il allait se venger ? Non même si elle aurait préféré qu'il la pourrisse un bon coup plutôt que de rester aussi froid et distant. Oh elle n'aimait pas cette distance qu'elle avait foutue entre eux. Elle savait qu'ils étaient tout prêt de tenir quelque chose tous les deux et qu'elle avait sans doutes brisée quelque chose en utilisant des mots qui avait largement dépassée sa pensée.

Elle tentait d'être calme, prenant une longue inspiration suivi d'un soupire, sauf que Baelfire eut tout juste le don de la contrarier à nouveau en disant qu'il était inutile. Elle se relevait, parce qu'elle avait besoin d'être sur ses deux jambes. Inutile ? Putain, elle avait jamais dit ça ! Qu'il lui en veuille, elle comprenait mais qu'il dise des choses qu'elle n'avait même jamais pensé, elle aimait pas du tout. Elle aurait pu lui rentrer dans le lard, c'est ce que sa tête lui hurlait de faire mais son cœur lui soufflait de ne pas le faire, de réfléchir cette fois-ci. De ne pas lui donner raison. Alors elle prenait une longue inspiration une nouvelle fois.
«  J'ai jamais dit que t'étais inutile. »  Son ton était neutre, tremblant parce qu'elle ne pouvait cacher que ça la foutait mal qu'il pense ça mais elle foutait son ton froid de côté pour tenter d'avoir une discussion plus saine.  Elle détournait le regard, laissant tomber la fierté pour le moment. Elle lui devait des explications, il les entendrait ou non, les comprendrait ou pas. En attendant, elle devait lui en parler parce que c'était certainement la seule chose qu'elle pouvait faire pour tenter d'améliorer la situation actuelle.

«  C'était pas toi qui n'était pas capable de supporter. Et puis c'est pas un secret. J'voulais juste pas l'accepter. » C'était sincère, ce n'était pas lui le foutu problème au final, ce n'était qu'elle. Lui n'avait rien à se reprocher, c'était elle. Et elle se maudissait d'être comme ça. « C'est vrai, je connais rien de toi mais ça ne veut pas dire que je ne m'intéresse pas à toi. Qu'est ce que tu sais de plus sur moi, toi, au fond ? » Son ton n'était toujours pas provocateur, elle débitait ça calmement, plutôt comme une fatalité qu'autre chose. C'est vrai, quoi ? Ils se connaissaient bien physiquement, ça, aucun soucis mais s'étaient-ils intéressés l'un à l'autre autrement ? Ils apprenaient encore... Il pouvait lui reprocher de ne pas le connaître mais il n'en savait pas beaucoup plus non plus.

Elle relevait le regard vers lui, maintenant, c'était maintenant qu'elle devait lui dire, elle ne devait plus tourner autour du pot. Alors après une nouvelle inspiration, elle finit par ouvrir la bouche. Elle eut un léger temps de blocage avant de finalement prendre la parole, non sans clairement trembler d'ailleurs. «  Mes parents sont morts. Ils n'ont pas survécu au crash. » Qu'est ce qu'elle pouvait dire de plus, hein ? Ils étaient morts, tous les deux. On est jamais prêt à ça, elle ne s'était jamais préparé à ce qu'on lui annonce ça parce qu'à ses yeux ses parents avaient survécu, ils l'attendaient, elle s'en était persuadé et le retour à la réalité avait été brutal. «  Ils m'ont mentis. Toute ma vie. J'leur ai fait confiance et ils m'ont cachés que mon père n'était pas celui que j'appelais papa. » Sa mâchoire se crispait et elle ravalait les larmes qui lui montaient aux yeux. Ca faisait mal, parce qu'elle était pas foutue de savoir à qui elle devait en vouloir, à sa mère, son père ou son géniteur ? Qui n'avait pas prit la parole alors qu'il aurait du ? Pouvait elle en vouloir aux morts ? Pourquoi avait-il fallut qu'ils la laissent avec toutes ses questions, hein ?
Il lui fallut quelques instants, pour retrouver un semblant de normalité dans la voix, avant de reprendre la parole. «  J'sais que je n'aurais pas du te foutre de côté et que ça pardonne rien mais... Mais je voulais pas l'accepter. je suis pas sûre qu'il existe de bonnes façons d'accepter ça. Du moins je l'ai pas encore trouvé. » Elle tentait de faire la forte, non pas par fierté ou peut être qu'un peu tout de même. Elle ne voulait pas paraître faible face à Bael, elle ne voulait pas qu'il ait de la pitié pour elle. Elle venait d'ouvrir une porte, à voir si il serait prêt à entrer et à faire un bout de chemin avec elle. Elle savait que ça ne serait pas comme avant mais elle ne pouvait se résoudre à le perdre, lui aussi. Autumn en a juste marre de perdre des gens qu'elle aime tout simplement.
AVENGEDINCHAINS

Admin
avatar
25/03/2015 avengedinchains 898 Boyd Holbrook ava : SWAN ; sign : ALAS herboriste avec notion de guérisseur 15
Admin


Sujet: Re: (autumn) _ à bout de souffle
Mar 7 Fév - 21:13

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

A BOUT DE SOUFFLE
baelfire&autumn
«  J'ai jamais dit que t'étais inutile. ». Elle ne l’a pas dit, en effet, mais il est difficile de prétendre que les choses sont différentes face à une femme qui agit comme s’il n’avait pas d’importance. Parce que c’est l’impression qu’il a eue, au milieu de tout ça. Effrayé par des sentiments qu’il n’a pas été foutu de contrôler une seule seconde, il se permet de croire qu’elle l’a pensé, à défaut de l’avoir réellement dit à voix haute. Il n’a pas non plus envie de lui dire tout ça à voix haute parce qu’il a l’illusion qu’il deviendrait plus faible qu’il ne l’est vraiment. Il n’a absolument pas envie de passer pour l’abruti de service alors que c’est clairement l’image qu’il reflète. Baelfire est un homme fier, un homme qui insiste toujours pour paraître sous son meilleur profil. Il n’y parvient pas toujours mais il faut de son mieux. Ce n’est pas vraiment dans l’intention d’atteindre les gens, de les laisser imaginer qu’il a un bon fond, d’une manière ou d’une autre. Il est comme il est et il ne risque pas d’en faire tout un foin parce que cela n’aurait pas le moindre intérêt. Il le fait pour lui, parce qu’il n’aime pas les choses qu’il est capable de voir dans le regard des gens, ce qu’il est susceptible de deviner dans les yeux des gens qui sont autour de lui avant même qu’ils ne soient en mesure de lui poser la moindre question. Ils jugent sans connaître alors oui, il se permet d’abuser de ses qualités pour qu’ils cessent de mal le voir quand ça n’a pas le moindre sens. Enfin… C’est ce qu’il dit un jour et le lendemain, il dira qu’il se fout de voir les gens se formaliser de ce qu’il est. De toute manière, il sait que les gens ne l’apprécient pas. Il en a conscience depuis suffisamment de temps aujourd’hui pour ne plus avoir à s’en plaindre. Est-ce que c’est supportable quand on l’accepte ? Non. Mais quand on essaie vraiment, on parvient, parfois, à aller mieux. Seulement parfois. Aujourd’hui, il se sent inutile. Parce qu’il ne sait pas vraiment ce qu’il pourrait lui dire et qu’en même temps, il n’a pas vraiment envie de réfléchir à des choses qui ne le concernent pas. En plus de ça, ne pas dire quelque chose ne veut pas non plus dire qu’on ne va pas en avoir l’impression. Il la fixe un instant, l’observe, agacé par tout ce qu’elle pourrait bien dire et tout ce qu’elle ne dit pas. Il ne voit pas ce qu’il pourrait dire. Parce que putain, tout ceci n’a pas vraiment de sens. Cet échange, ou la situation en elle-même. S’il n’était pas un homme fier, et s’il n’était pas un minimum responsable, sans doute n’hésiterait-il pas à poser ses lèvres sur les siennes, à la presser contre lui, aussi. Mais on en est bien loin, de tout ça. Trop loin. Et il est hors de question pour lui de tomber dans ces travers alors qu’il y a des choses à se dire. Alors qu’elle l’a piétiné. « Il n’est pas toujours utile de dire les choses pour qu’on les pense ». Les pensées font même parfois plus mal que les mots. Mais on ne les entend pas toujours c’est vrai. Parfois, on les devine sur une expression, un mouvement, une action. Parfois, on se trompe sur toute la ligne.

«  C'était pas toi qui n'était pas capable de supporter. Et puis c'est pas un secret. J'voulais juste pas l'accepter. » . Il s’en fout. Ou pas vraiment. Mais dans le fond, il se permet quand même de croire que ce n’est plus le moment d’en parler à voix haute. Bordel, elle a pris tout son temps pour évoquer les choses qui allaient ou les choses qui n’allaient pas. Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Pour lui, soit on parle tout de suite, soit on ne parle pas. Plus. Maintenant, il en vient à croire qu’elle a trop attendu. Et en même temps, il sait qu’elle a fait de son mieux. Ksestos n’est pas un homme qu’on trouve avec facilité, là, au cœur de la forêt, l’homme se terre. Et dans le village des Pikunis, elle n’aurait pas vraiment pu venir le trouver. Mais… Est-ce que ça change quelque chose ? Là, maintenant, qu’elle soit sincère ou non, il n’est pas chose aisé que de réinstaller la confiance étouffée. Qu’il le veuille ou non, ce n’est pas parce qu’elle le veut qu’il va modifier ce qu’il est ou ce qu’il fait. « C'est vrai, je connais rien de toi mais ça ne veut pas dire que je ne m'intéresse pas à toi. Qu'est ce que tu sais de plus sur moi, toi, au fond ? ». Sur ce point, elle n’a pas tort. Et le fait qu’elle parvienne à le dire de manière calme et posé le perturbe davantage. Est-ce qu’ils ont, ne serait-ce qu’une fois, pris le temps de parler sincèrement de ces choses-là ? Il n’en sait foutrement rien. Il ne sait rien d’elle, en tout cas. Si ce n’est la délicatesse de ses courbes et la fermeté de ses seins. Ce n’est pas ainsi qu’on se permet de croire connaître une personne. Si aujourd’hui il le sait, hier encore, il se permettait de se questionner. Il se retient pourtant de lui dire qu’il s’en fout, parce qu’il sait que malgré tout, ce serait une manière de mettre fin à l’échange, qu’elle partirait ou se braquerait. Et que dans tous les cas, elle ne resterait pas à s’excuser. Dans le fond, n’a-t-il pas un peu envie de savoir ? Et pour lui dire quoi ? Qu’elle a raison ? Certainement pas.

«  Mes parents sont morts. Ils n'ont pas survécu au crash. ». La confession tombe, lourde. Il ne sait pas quoi lui dire. Pour une fois, s’il ne parle pas, c’est parce qu’il est là, incapable de lui dire quoi que ce soit. Il ne saurait même pas quoi dire, finalement. Qu’il est désolé ? Pourtant, il n’y peut rien. Mais il a perdu ses parents, lui aussi, et il est parfaitement capable de savoir ce que ça pourrait donner. «  Ils m'ont mentis. Toute ma vie. J'leur ai fait confiance et ils m'ont cachés que mon père n'était pas celui que j'appelais papa. ». Donc s’il comprend bien, quelqu’un lui a annoncé dans la même phrase que ses parents ne sont pas ses parents et qu’en plus ils sont morts ? Il a du mal à comprendre comment on peut être aussi con. Et voilà qu’en plus, elle a les larmes aux yeux et qu’il se retient difficilement de la prendre dans ses bras. Il a parfois l’impression d’être un parfait crétin. Trop faible pour un monde qui demanderait un peu plus de rigueur. Pourtant, il sait vivre, il sait affronter les choses et plus encore. Mais il n’est pas facile de faire face à une fille qui souffre. Surtout quand on ne sait pas vraiment quoi lui dire ni comment le faire. «  J'sais que je n'aurais pas du te foutre de côté et que ça pardonne rien mais... Mais je voulais pas l'accepter. je suis pas sûre qu'il existe de bonnes façons d'accepter ça. Du moins je l'ai pas encore trouvé. ». Qu’est-ce qu’il aurait fait lui ? Dans le fond, il n’en a pas la moindre idée. Ses parents n’étaient pas toujours très malins mais ils n’étaient pas trop frivoles, pas autant qu’ils ne peuvent bien le croire ou le dire. Sa vie lui convient comme ça et aux dernières nouvelles, il n’a pas été contraint de découvrir quelque chose qu’il n’aurait pas apprécié. Rien n’est jamais facile mais il faut, malgré tout, savoir faire avec ce qu’on affronte. Ce n’est pas toujours évident, c’est vrai. Mais c’est comme ça. Et pour le coup, il se sent un peu con parce qu’il est persuadé qu’il aurait agi comme elle. Mais ça, il ne le dira pas. Tout comme il ne bougera pas pour aller vers elle et la presser contre lui. « J’aurais pu être là pour t’aider à comprendre tout ça et à l’accepter. En effet, ça pardonne rien. ». Et dans le fond, ça fait mal quand même, de réaliser qu’il s’est un peu emballé. « On a toujours eu un problème de communication ». Il passe une main dans ses cheveux. Il ne voit pas ce qu’il pourrait dire puisque c’est ça la cruelle réalité. Ils n’ont jamais été foutu de parler. Et aujourd’hui, ça leurs fait plus défaut que jamais.
AVENGEDINCHAINS

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: (autumn) _ à bout de souffle
Dim 19 Fév - 14:18


A bout de souffle


« Il n’est pas toujours utile de dire les choses pour qu’on les pense ».  Elle se braquait, croisant les bras et prenant son air typiquement sombre quand elle boudait. En réalité, ça la faisait chier qu'il pense ainsi. Parce que ce n'était pas le cas, elle ne l'avait jamais pensé et puis qui était-il pour croire qu'elle puisse penser ça ? Il l'a connaissait pas, vraiment pas. Mais elle n'allait pas laisser cette phrase en suspend, il fallait qu'elle lui dise quelque chose. Qu'elle ne lui donne pas raison, parce que ce n'était pas acceptable. «  T'es pas dans ma tête pour savoir ce que je pense. Ca ne t'offre pas le droit de croire des choses aussi stupide. » Parce que c'était ça, c'était stupide. Comment pouvait-il s'imaginer ça ? C'était plutôt elle qui se sentait inutile. Qu'est ce qu'elle avait fait pour lui, hein ? Elle avait été là mais elle n'avait rien fait, lui il avait été là. Il l'avait sortie d'une guerre et il en était sorti blessé. Et même si elle faisait comme si ce n'était pas si important que ça, elle n'oubliait pas qu'il l'avait fait et qu'au contraire c'était très important. Qu'elle avait une dette.

Et si il y a bien une chose qui pouvait foutre en rogne Autumn c'est lorsqu'il ne parlait pas. Il parlait déjà peu mais alors lorsqu'il ne disait pas un mot, elle ne savait pas ce que ça signifiait. Elle n'avait pas le don de lire dans ses pensées et vue la situation actuelle, c'était encore plus compliqués. Est-ce qu'il s'en fichait ? Ca ne serait pas franchement surprenant. Il lui en voulait et il en avait bien le droit après tout. Mais elle tentait de faire des efforts, il pourrait au moins lui reconnaître ça, non ? Elle détestait cet air indéchiffrable qu'il avait sur son visage, elle pouvait le regarder, le fixer, attendre, non, ça ne changeait pas. Elle n'arrivait pas à y lire quoi que ce soit. Et lorsque enfin elle se confiait, son silence devenait clairement pesant.

Finalement, elle se demandait si il était en mesure de comprendre, si il en avait même rien que l'envie. Elle osait à peine le regarder, le silence la rendait clairement mal à l'aise. Et elle se sentait mal, parce que bien sûr, c'était déjà vachement compliqué pour elle d'en parler mais de comprendre qu'il en avait franchement rien à foutre, c'était encore plus frustrant. Et qu'est ce qu'il pourrait en dire hein ? Qu'il était désolé ? Il y était pour rien. Mais rien dans les mouvements de son corps, sa position, rien, strictement rien ne laissait paraître quoi que ce soit, une compassion ou quoi que ce soit d'autres. Putain c'était chiant, elle aurait presque envie de le secouer pour qu'il dise un truc, n'importe quoi. Et puis il bouge pas, reste stoïque, si Autumn sent qu'elle pourrait craquer et se mettre à pleurer, elle tente malgré tout de se retenir. Se montrer faible alors qu'il s'en fiche ? Attirer sa pitié ? Clairement, il en est hors de question.

Il finit par de nouveau ouvrir la bouche pour lui annoncer qu'il aurait pu être là pour l'aider. Vraiment ? Et comment ? « Il est jamais trop tard... » Dit-elle dans un soupire, se doutant que de toutes façons, il n'en aurait pas envie. Mais lorsqu'il parlait de leur manière de communiquer, elle ne pouvait que hocher la tête. Il avait raison sur ce point. «  Ouais, on a jamais franchement prit le temps de parler. » Elle faisait un pas vers lui, se bouffant l'intérieur de la joue avant de relever le regard vers lui. «  La communication serait peut être moins un problème si on apprenait à se connaître, plutôt que d'essayer de comprendre ce que l'autre pense. » Ce n'était toujours pas un reproche plutôt une pensée qu'elle avait dite tout haut plutôt que de le garder pour elle. « Tu ne crois pas ? » Une proposition, un pas vers lui pour qu'ils aient enfin la paix. Bien-sûr qu'ils n'avaient pas été aidé, la distance, leurs caractères et leurs clans. Mais est-ce qu'ils ne pouvaient pas juste faire sauter chaque barrière une à une, tous les deux ? Encore fallait-il qu'ils en aient envie tout les deux.
Autumn en avait envie, elle voulait le connaître autrement que physiquement, savoir son histoire. Elle savait que pour ça, il faudrait sans aucuns doutes que de son côté, elle devrait elle aussi se confier mais en lui avouant la mort de ses parents, n'avait-elle pas commencé quelque part ? Elle le regardait, qu'est-ce qu'il pensait, lui ?


AVENGEDINCHAINS

Admin
avatar
25/03/2015 avengedinchains 898 Boyd Holbrook ava : SWAN ; sign : ALAS herboriste avec notion de guérisseur 15
Admin


Sujet: Re: (autumn) _ à bout de souffle
Mar 7 Mar - 18:49

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

A BOUT DE SOUFFLE
baelfire&autumn
Il n’est pas facile de côtoyer quelqu’un à ce point différent de nous. C’est une situation bancale, étrange et destructrice. Baelfire le réalise maintenant, alors que tout a déjà pris fin. Est-ce que ça pourrait recommencer ? Il n’en sait rien. Cette haine qu’il a dans le bide, il ne peut pas la laisser tomber juste parce qu’il s’est potentiellement trompé sur son cas. Il a peur aussi, d’être relâché, abandonné une nouvelle fois. Il ne sait même pas pourquoi. Il l’aimait ? Sans doute, est-il en mesure de revenir contre tout ça ? Franchement, il n’en a pas la moindre idée. Il n’a pas vraiment envie de réfléchir parce qu’il ne se sent pas à l’aise avec ces sentiments-là. Il n’y connaît franchement rien et putain, il a trente ans et ça lui tombe sur la gueule. C’était encore jamais arrivé. Il ne sait pas ce qu’il faut dire ou ne pas dire. Il ne sait pas non plus comment il est supposé se comporter parce que ça ne fonctionne pas comme ça. Le blond a peur de demain et de ce monde qui se construit désormais avec un peuple qu’il ne comprend pas. L’anglais, il le parle difficilement, ce n’est pas flagrant, il connaît les mots mais parfois, il ne les comprend pas. Lui, son accent brut, la moquerie continue dans la voix, sa manière de se tenir, d’être à ce point désinvolte, c’est vrai. Mais ça lui a épargné bien des situations désobligeantes finalement. Là, dans l’immédiat, il est incapable de savoir ce qu’il peut ou non dire. C’est perturbant parce que dans le fond, il n’a pas envie de réfléchir. Mais avec elle, il se retrouve à devoir le faire avec beaucoup de zones d’ombres. C’est ça le problème. «  T'es pas dans ma tête pour savoir ce que je pense. Ca ne t'offre pas le droit de croire des choses aussi stupide. ». Elle le ramène à ce monde, alors qu’il est incapable d’y comprendre quoi que ce soit. Alors qu’il n’en a finalement pas spécialement envie, c’est vrai. Il ne sait pas quoi lui dire. Okay, il n’est pas dans sa tête mais la situation n’a pas aidé à voir les choses différemment. Il hausse les épaules, de toute manière, il ne sait pas vraiment ce qu’il pourrait lui répondre et il n’a pas vraiment envie de chercher. Tout ceci est déjà bien trop compliqué pour qu’il puisse choisir de se prendre la tête d’une quelconque façon. Il n’est pas à l’aise, c’est tout ce qu’il sait.

« Il est jamais trop tard... » . Pas trop tard pour la comprendre oui, sans doute. Pour autant, il se demande s’il n’est pas trop tard, justement. S’il en a envie. Sans doute que oui, mais il ne sait pas, il ne parvient pas à faire le point sur tout ça. Il y a quelques minutes encore, il savait qu’il la détestait et ses pensées s’arrêtaient là, il ne cherchait pas plus loin. Il n’a pas envie de se prendre la tête pour être une nouvelle fois déçu. Est-ce qu’il en a la force ? Il lui faudra du temps sans doute. Disons qu’il n’est pas au mieux vis-à-vis de ses ressentis avec cette femme. Et il s’inquiète un peu de ce que tout ça pourrait devenir. S’il se rapproche une nouvelle fois de cette fille, est-ce qu’il ne sera pas déçu à nouveau ? Disons qu’il a besoin de réfléchir, c’est tout. Il ne prétend pas que l’idée lui déplaît, surtout considérant le fait qu’il s’est trompé sur toute la ligne à son sujet. Mais, en même temps, il ne sait pas non plus s’il se sent bien avec tout ça. Et c’est ce qui est chiant. Baelfire peut passer pour l’insatisfait qui ne sait pas ce qu’il pense, mais il n’a pas envie de réfléchir davantage parce qu’il sait qu’il pourrait dire un truc qu’il regretterait. Il ne veut juste pas se précipiter dans une direction qui ne le rassure pas. Et il a peur, en réalité. De tout ça, de ces sentiments qu’il n’est même pas foutu de comprendre. «  Ouais, on a jamais franchement prit le temps de parler. ». Il l’écoute, c’est vrai qu’il pourrait aussi prendre la parole, qu’il pourrait vraiment se décider à le fait mais il en est putain d’incapable parce que dans le fond ? Il ne sait même pas ce qu’il pourrait bien lui dire. Et c’est ce qui le fout à ce point dans la merde, à n’en pas douter. «  La communication serait peut être moins un problème si on apprenait à se connaître, plutôt que d'essayer de comprendre ce que l'autre pense. ». Il n’est franchement pas à l’aise avec tout ça, en tout cas. Parler, c’est pas son truc. Apprendre les courbes de son corps, oui, c’est un sujet qu’il a maîtrisé en long et en large, il ne le cache pas. Mais est-ce qu’il serait prêt à chercher plus loin, il n’en sait absolument rien. « Tu ne crois pas ? ». Maintenant qu’elle lui adresse directement la parole, il est obligé de répondre, c’est ça ? « Franchement j’en sais rien. Faudra du temps, ça risque pas de se faire d’un claquement de doigt ». Ouais voilà, en réalité, le blond réalise qu’il va vraiment falloir faire les choses correctement sur ce coup. « Mais pas aujourd’hui. Juste pas aujourd'hui. ». Oui voilà, il lui faut du temps et il ne sait franchement pas comment s’y prendre pour que ça arrive.


avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: (autumn) _ à bout de souffle
Mar 21 Mar - 10:46


A bout de souffle


Elle l'avait poussé à réfléchir, du moins c'est comme ça qu'elle interprétait son silence. Elle ne lui demandait pas grand chose, une deuxième chance... Elle avait merdé, elle en avait conscience. Mais ils ne s'étaient pas spécialement aidés non plus en ne parlant pas. Ils ne se connaissaient pas et ça posait problème. Néanmoins, le fait qu'il ne parle pas ne dérangeait pas particulièrement la brune. Au moins, il ne disait clairement pas non et c'était déjà un gros point.
Est-ce qu'elle l'aimait ? Plus que les autres hommes qu'elle avait eut dans sa vie auparavant. Elle n'en avait pas eut beaucoup et ça n'avait jamais duré très longtemps. Mais Baelfire était différent, intriguant, elle avait envie de découvrir ce qu'il se cachait derrière ce masque froid, qu'il porte si bien d'ailleurs. C'était perturbant et en même temps, elle aimait ça.

Mais c'est qu'au bout d'un moment, elle avait quand même grandement l'impression de parler toute seule. Elle faisait l'effort de tenter de trouver une solution au problème, pourtant lui ne semblait pas particulièrement motivés, du moins, il ne réagissait pas, ne disait rien... Ne levait pas même un sourcil. Autumn ne lui demandait pas la lune, elle voulait juste... Elle ne voulait juste pas le perdre. Elle y tenait à ce blond à l'accent étrange, au regard froid et au corps qu'elle connaît bien plus que le reste.
Finalement, elle le poussait un peu à parler. Non pas qu'elle veuille le forcer mais elle voulait son avis. Savoir si finalement son silence était du à la réflexion ou si tout simplement, il s'en fichait.

Il faudrait du temps ? C'était pas un soucis... Parce qu'Autumn était fin prête à écouter Baelfire mais pas sûre qu'elle soit aussi prête à dévoiler sa vie comme ça, d'un coup. Alors oui, du temps, elle était prête à lui en donner, ce n'était franchement pas un soucis. Elle hochait la tête en guise d'acceptation. «  C'est sûr, il faudra du temps. » Du temps pour essayer de se faire pardonner, du temps pour tenter peut être de recoller les morceaux ou essayer de faire quelque chose de nouveau. Il faudra du temps pour tout. Alors elle tenterait de faire preuve de patience même si ce ne sera pas évident du tout. Il ne disait pas non, ça l'a consolait un tant soit peu.

Elle s'approchait de lui, juste pour pouvoir poser délicatement sa main sur le bras de Baelfire, un geste simple, elle ne l'avait pas réellement contrôlé en fait. Elle le regardait, fixait l'homme dans les yeux. «  Pas aujourd'hui, pas demain. Bientôt, un jour où tu te sentiras assez bien pour le faire. » Parce que ouais, elle ne voulait pas le forcer. Ni se forçait elle, non plus. Ça devait être naturel. Ce n'était pas aussi évident que d'apprendre à connaître le corps de l'autre. Il ne suffisait pas que de retirer ses fringues une par une pour se connaître. Elle prenait le risque de l'attendre, ne sachant pas si ça fonctionnerait un jour ou non. Aussitôt presque gênée d'avoir faire ce geste, elle retirait sa main et détournait le regard. Elle ne savait pas réellement ce qu'elle pouvait se permettre de faire ou pas.

Finalement, elle ne savait plus sur quel pied danser, en général, quand quelqu'un la déteste, c'est réciproque, elle peut pas voir la personne et ça règle bien tous les soucis. Là, pour quelqu'un qui la détestait comme il lui avait confirmé auparavant... Il était trop calme. En même temps, elle savait que c'était dans le tempérament de l'homme mais tout de même... Pouvait-elle espérer qu'il en veuille plus à sa réaction de la fois précédente qu'à elle-même ? Ou cachait-il peut être tout ça... Elle prit une profonde inspiration tout en regardant le ciel. Elle n'aimait pas cette sensation de froid, elle devait trouver quelque chose à dire, assez rapidement avant qu'il ne considère la discussion comme close et qu'il ne s'en aille... « Comment va ton bras? » Autumn, reine du changement de conversation ! C'était bien tout ce qu'elle avait trouvé sur le coup. Bon la question n'était pas vaine non plus, elle repensait encore à cette flèche qui était venue se planter dans le bras de l'homme. Elle n'oubliait pas ce jour-là, elle ne l'oublierait sûrement jamais comme une dette qu'elle était bien incapable de rendre actuellement. En y réfléchissant, elle trouvait sa question profondément idiote : Son bras était toujours à la bonne place et il ne semblait pas en souffrir à première vue. Et puis, hein, elle pataugeait, ramait, pagayait mais au moins elle essayait. Ça n'avait jamais rien eut d'évident d'avoir une discussion avec Bael, criser pour une absence trop longue, des retrouvailles imprévues au milieu de nul part, se caresser, passer un moment trop proche pour des inconnus... Tout ça, c'était facile, mais pas parler, nan parler normalement de la pluie et du beau temps c'était jamais franchement arrivé. Finalement, une autre question lui vint à l'esprit, une question moins centrée sur lui mais plus sur sa venue dans le coin, sur son éloignement de son campement. «  Tu comptes faire quoi avec toutes ces plantes ? » Parce qu'elle ne s'était jamais intéressé à ça : les plantes. Lui semblait en savoir un sacré morceau sur la flore alors qu'elle, elle piétinait tout sans savoir si peut être un jour l'une de ses fameuses plantes pourrait peut être lui sauver la vie ou au moins l'empêcher de mourir dans la minute. Elle ignorait beaucoup de choses en réalité, comme beaucoup de monde. Peut être... Ouais peut être qu'il pourrait lui apprendre, un peu. Deux ou trois choses... C'était trop tôt, elle devait lui laisser du temps, elle ne devait pas l'oublier.

AVENGEDINCHAINS

Admin
avatar
25/03/2015 avengedinchains 898 Boyd Holbrook ava : SWAN ; sign : ALAS herboriste avec notion de guérisseur 15
Admin


Sujet: Re: (autumn) _ à bout de souffle
Mer 5 Avr - 12:56

» A bout de souffle
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Baelfire et les problèmes de cœur. Il faut l’avouer, c’est une première et il ne sait vraiment pas comment il est supposé gérer tout ça. Dans le fond, il n’a même pas envie de réfléchir plus que nécessaire et il ne voit pas à quoi ça pourrait servir. Autumn est une fille à part, il a eu l’occasion de s’en apercevoir très vite. Mais ça ne veut pas dire que c’est plus supportable que le reste. Au contraire. Il a toujours été un coureur ou en tout cas, un homme qui y ressemble. Mais il a fini par se lasser de tout ça, il a fini par devenir quelqu’un d’autre et par établir une base plus supportable. Mais là pour le coup, il ne sait pas quoi faire. La vie ne prépare pas à ce genre de chose, elle ne prépare pas au monde qui le touche actuellement. Et il ne sait franchement pas quoi faire. Et il n’a pas non plus envie de réfléchir parce que tout, ici, est déjà trop compliqué. L’arrivée de ces personnes a déjà tout rendu compliqué, et pour le coup, il ne sait pas quoi dire ni comment le dire. Il l’apprécie mais il a tellement souffert qu’il n’a pas envie de survivre à ça. Et il ne le supporterait même pas. Finalement, elle n’a pas envie de réfléchir à tout ça, et tout est déjà si étouffant et compliqué qu’il faudrait trouver une quelconque solution pour que ça pèse moins lourd dans son estomac. Mais ce n’est malheureusement pas aussi simple que ça. Il tient à elle mais il n’est juste pas certain d’avoir les épaules pour endurer davantage, pour subir quelque chose de plus. Il n’a franchement pas envie de se prendre la tête et en même temps, c’est arrivé le premier. Il ne sait donc plus quoi en dire. Il n’a, de toute manière, pas le choix. C’est tout ce qui compte. Là, pour le moment, il ne se sent juste pas capable d’agir comme si rien ne s’était passé. Il ne se sent pas de prétendre que tout va bien alors que ce n’est absolument pas le cas. Il affronte une situation déplaisante et il doit faire avec. Tenir à quelqu’un ne permet pas de tout accepter. Au contraire. Alors oui, il parle de temps et le tout sans certitude. Il est possible que demain, il se sente prêt à pardonner, tout comme il pourrait ne pas y parvenir. Jamais. Voilà pour quelle raison c’est à ce point compliqué. «  C'est sûr, il faudra du temps. ». Oui voilà. Et si elle est déjà capable de comprendre ça, ce sera un assez bon début. Et lui, il ne sait juste pas quoi dire parce que putain, c’est chiant de vouloir la toucher mais de savoir qu’on en est incapable en même temps. C’est compliqué, c’est tout. «  Pas aujourd'hui, pas demain. Bientôt, un jour où tu te sentiras assez bien pour le faire. ». Le fait qu’elle le comprenne, c’est sans doute le point le plus important. Il ne sait même pas ce qu’il pourrait dire. La voir là, la sentir lui toucher le bras, ça l’empêche de trouver les mots, de trouver quoi faire, aussi. « C’est mieux comme ça, oui. Un peu de temps… ». Il soupire, ne peut s’empêcher de déposer un baiser sur son front. Et un jour, ils apprendront à se connaître. Il ne sait juste pas combien de temps il faudra pour que cela fonctionne. Elle le lâche et la distance se réinstalle entre eux. C’est sans doute mieux comme ça.

Il faut qu’ils apprennent à se connaître, il faut qu’ils maîtrisent un peu plus. Et il faut du temps oui, c’est la seule chose qu’il sait. Il faut qu’ils arrêtent de se baser sur le physique, de se contenter du plaisir charnel. Ce n’est pas ainsi qu’on crée une relation. Et ça n’a jamais fonctionné comme ça. Alors il faut qu’ils instaurent une relation, il faut qu’ils arrangent la chose et surtout, il faut qu’ils parviennent à se connaître. Parce qu’à l’heure actuelle, qu’est-ce qu’ils savent l’un de l’autre hein ? Il connaît chaque détail de son corps, mais ce n’est pas ainsi que l’on crée quelque chose. Il le sait, aujourd’hui.

« Comment va ton bras? ». Il ne s’attend pas à cette question. Son bras va mieux, bien sûr, guéri malgré la cicatrice qui ne disparaît pas. Mais ça lui rappelle le jour où il s’est blessé. La guerre, un an plus tôt. Là où il est venu la chercher pour qu’il ne lui arrive rien. Il ne savait même pas à l’époque pourquoi il s’était senti obligé de faire ça. En réalité, aujourd’hui encore, il ne parvient pas à savoir pourquoi. C’est une chose compliquée que de comprendre son propre comportement quand c’est une sorte d’état second qui contrôle vos moindres faits et gestes. Mais bon. C’est le passé. « Il va bien. Ca fait longtemps, après tout ». Il hausse les épaules. Faudrait pas qu’on se mette à prétendre autre chose. Parce que ça ne servirait pas à grand-chose.

«  Tu comptes faire quoi avec toutes ces plantes ? ». Il baisse les yeux, soupire lourdement. C’est bien là une preuve qu’ils ne se connaissent pas autant qu’ils ne le pourraient. Elle ne sait pas ce qu’il fait de ses plantes hein ? Et pourtant, c’est son métier et c’est ce qu’il a toujours fait tout au long de sa vie. Et c’est bien une preuve quant au fait qu’ils ne se connaissent pas vraiment. Pas du tout, même. En dehors de connaître les courbes de son corps, que sait-il d’elle, finalement ? C’est une histoire compliquée. « Je suis herboriste ». Il ne le dit pas sur le ton du reproche, mais sans doute se fait-il un peu froid. Découvrir qu’elle sait si peu de chose sur lui, ça n’a pas grand-chose d’évident.


notes » w/ Autumn, en forêt, le 18 octobre 2116.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: (autumn) _ à bout de souffle
Jeu 13 Avr - 15:23


A bout de souffle

La situation était compliqué mais pas impossible à affronter. Autumn savait peu de choses mais elle savait qu'elle ne voulait pas perdre Baelfire. Elle avait merdé, c'était certains mais... Ca pourrait être pire, non ? Elle s'était excusée et même si il faudrait du temps au blond pour la pardonner, elle avait l'impression d'avoir fait un premier sur le bon chemin.
Mais ce n'était pas gagné d'avance et la distance qu'il y avait entre eux était suffisamment grande pour leur faire comprendre.

Autumn se sentait prête à lui laisser du temps. Elle n'était pas d'ordinaire très patiente, bien au contraire et c'était compliqué pour elle de promettre qu'elle ne tenterait rien et l'attendrait. Mais c'était ce qu'il voulait et elle n'était pas vraiment en mesure de négocier. Alors elle tenterait de s'en tenir à cette idée simple : L'attendre.

Elle s'était approchée de lui, touchant son bras. Un geste simple, tendre. Elle tentait de s'approcher, n'y pouvant rien. Elle n'aimait pas être si loin de lui, ils se voyaient déjà très peu dût à la distance alors de là à ne pas se toucher, se frôler... Non, elle ne pouvait s'en empêcher et tant pis si il la rejetait... Ce n'était pas le cas, il ne la rejetait pas et il en profitait même pour déposer ses lèvres sur le front d'Autumn. Elle fermait les yeux , appréciant l'instant. Si la situation n'avait pas été si compliqué, elle ne se serait pas gêné pour se blottir dans ses bras. Elle en avait envie, il lui suffisait de tendre les bras et elle arriverait droit dans ses bras. Néanmoins, elle ne tenterait rien. Il lui avait demandé du temps, non ? Un peu de temps... «  d'accord, alors. Je te laisse un peu de temps. » Dit-elle en se reculant, ses joues avaient pris une légère teinte rose. Même après tout ce temps, même après avoir été nue devant lui, un simple baiser la faisait toujours rougir un peu. Ou peut être que c'était le fait d'être si proche de lui.

Et elle se sentait idiote de ne pas avoir prit le temps de réfléchir un peu plus avant de poser cette foutue question sur son bras. Bien sûr que ça allait mieux, pourquoi ça n'irait pas ? Et ça ne manquait pas, il lui confirmait. Ca faisait longtemps, oui, pourtant dans sa tête l'image était encore fraîche comme si ça c'était passé la veille. Elle se contentait d'hocher la tête. Que pourrait-elle encore en dire ? Lui demander pourquoi il était venu ? Ca avait déjà été fait, elle avait eut du mal à croire qu'il vienne la chercher, elle et personne d'autres. Mais il était venu et c'était bien tout ce qui comptait.
Lorsqu'elle lui demandait ce qu'il comptait faire des plantes, elle se sentait encore plus nulle. Son long soupire en disait pas mal sur ce qu'il pensait. Elle n'aimait pas se sentir comme une moins que rien et pourtant c'était ce qu'elle ressentait en le voyant agir de la sorte. Il était herboriste. Ca expliquait donc pourquoi il transportait autant de plantes sur lui.

Elle ne savait pas si elle devait se sentir mal d'avoir poser une question aussi bête alors qu'ils étaient censé se connaître depuis suffisamment longtemps pour savoir ça ou si elle devait se satisfaire d'avoir appris une chose sur lui aujourd'hui. Résultat, elle soupirait à son tour. «  Excuse moi de ne rien savoir sur toi. » Dit-elle, prenant quelque peu la mouche. Elle y pouvait quoi, elle au final ? Ils n'avaient jamais parlé réellement. Alors ouais, elle ne savait pas comment interpréter ce ton plus froid. Alors même sans savoir pourquoi, elle s'excusait. Tentant de se détendre un peu, elle finissait par dire «  Je crois qu'on a jamais autant parlé qu'aujourd'hui ! » Une première quand on y pense, peut être un pas vers une nouvelle relation entre eux, une nouvelle base, plus solide que ce qu'ils avaient auparavant. C'est ce qu'elle aimerait mais ça prendrait du temps et elle ne devait pas aller trop vite.

AVENGEDINCHAINS

Admin
avatar
25/03/2015 avengedinchains 898 Boyd Holbrook ava : SWAN ; sign : ALAS herboriste avec notion de guérisseur 15
Admin


Sujet: Re: (autumn) _ à bout de souffle
Jeu 6 Juil - 19:11

» A bout de souffle
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Du temps. Pourtant en réalité, Baelfire est incapable de déterminer si ça suffira ou s’il s’agit d’une situation envisageable. Le jeune blond a pas mal de défauts et il n’a jamais été en mesure de prétendre le contraire ou de prétendre que les choses étaient différentes. Toute sa vie lui a toujours convenu comme ça, et il n’a jamais cherché à aller plus loin. De ce fait, il n’est pas vraiment surprenant de constater que la rancune en fait partie. Il n’accorde pas souvent sa confiance et quand ça arrive, il ose croire que ça va durer. Une déception et déjà, il remet toute la relation en doute, c’est vrai. Il est incapable d’agir différemment et il ne s’en est, en réalité, jamais vraiment plaint. Pourtant, avec cette fille, il a remis pas mal de choses de côté, bien qu’il ait grandement du mal à l’admettre et à l’accepter. Sa vie était calculée et il se voyait seul jusqu’au bout du monde, s’aventurant dans quelques expériences physiques. Elle a tout remis en cause et pourtant, il ne sait toujours rien d’elle. Ironique n’est-ce pas ? Et il n’y a pas grand-chose qu’il soit en mesure de faire. Il fait avec ce qu’il a, si on peut vraiment le dire ainsi, et il n’a jamais réfléchi plus loin parce qu’il a toujours sincèrement cru que ce ne serait pas nécessaire. Avec elle, pas mal de choses se sont métamorphosés vers une tournure déplaisante. Mais il a fait avec jusque-là. Et maintenant, la déception n’en est devenue que plus insupportable. Et il n’a rien pu faire pour que ça s’arrange. Il n’a rien pu faire pour que ça s’arrange, en tout cas. Mais soit, il aurait pu faire des efforts plutôt que de crier au drame au moindre obstacle. Comment aurait-elle vraisemblablement pu lui faire confiance alors qu’ils ne se connaissent même pas vraiment ? Quand on y réfléchit un peu plus, on remarque à quel point tout ceci manque réellement de sens. Mais il est aussi buté et insupportable que ça. Il ne cherche pas à comprendre une situation, il se contente des faits qui lui font face. Lui demander un peu de temps est une idée mais en réalité, il ne sait même pas pourquoi il en demande. Il n’a pas besoin de temps, il a davantage besoin de comprendre la relation et aussi, besoin de la connaître un peu plus. Sauf que c’est son entêtement qui l’empêche de se concentrer sur ce point. «  d'accord, alors. Je te laisse un peu de temps. ». Le rouge de ses joues, la délicatesse de ses traits, la gentillesse de son âme malgré son sale caractère. Baelfire a encore envie de faire un pas vers elle et pourtant, il a envie de faire ça bien, il a envie d’essayer de faire ça bien, du moins. Un pas après l’autre, l’effort d’y parvenir, faire le nécessaire. Ce n’est pas évident, mais il est prêt à ça. Il veut apprendre à la connaître avant de se leurrer, une nouvelle fois. Il en a juste besoin, est-ce que c’est vraiment étonnant ? Il ne le croit pas. « Faisons les choses bien, cette fois ». Il a envie d’y croire oui, mais il va vraiment falloir faire les choses dans l’ordre. Il ne sait juste pas comment on est supposé faire. Et c’est sans doute à ce niveau-là que ça peut paraître un peu compliqué.

Il sait qu’ils ont besoin d’apprendre à se connaître mais ça lui fait grincer les dents de réaliser qu’elle ne sait même pas de quoi est faite sa vie. Il est herboriste et oui, il l’a toujours été, ce n’est pas arrivé au cœur de la nuit. Mais en réalité, il a envie d’hurler quand il réalise à quel point il a pu être stupide. C’est la base de son existence, en réalité, il a toujours tout fait pour devenir herboriste, allant jusqu’à tourner le dos au destin que voulaient ses parents pour lui. Alors qu’elle ne le sache pas, ça lui donne l’impression qu’elle ne doit connaître que son nom, finalement ? Ca et les courbes de son corps, finalement. Ce qui est bien loin d’être suffisant pour fonder une relation sur tout ceci. «  Excuse moi de ne rien savoir sur toi. ». Et voilà que visiblement, elle se permet de mal le prendre. Alors que franchement, ça n’a pas le moindre sens. Elle peut bien prendre les choses comme elle veut, dans la situation actuelle, ce n’est absolument pas le sujet. «  Je crois qu'on a jamais autant parlé qu'aujourd'hui ! » . C’est vrai. Jusqu’à maintenant, ils n’ont jamais vraiment pris la peine de se parler ou d’échanger ouvertement. Tout n’a été que… Physique, finalement. Et ça n’aurait pas vraiment été d’une grande aide pour la suite. Tout ceci aurait forcément dégénéré un jour. « C’est vrai. Et c’est peut-être pour ça que la relation était vouée à l’échec. Il nous faudra faire les choses différemment ». Mais pour l’heure, il a quand même envie de réfléchir, de s’éloigner un peu. De prendre le temps. Un pas après l’autre, encore une fois. Et on ne peut pas vraiment le lui reprocher n’est-ce pas ? « Je vais y aller. Nous nous reverrons ». Il est tenté de refaire un pas vers elle mais se retient, ce n’est pas le moment. Alors après un dernier regard dans sa direction, il choisit de partir.

Spoiler:
 



notes » w/ Ashiri, en forêt

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: (autumn) _ à bout de souffle

 

(autumn) _ à bout de souffle

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Un souffle dans la neige... [Syndrell, Snow]
» Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» joyeux noel et bon bout d'an !
» Un petit bout de parchemin qui dépasse..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-