Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Qui a peur du grand méchant loup ?
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : Précédent  1, 2

Admin
avatar
20/01/2016 avengedinchains 729 Tom Hardy ava SWAN ♥ ; signa by alas guerrier 1
Admin


Sujet: Re: Qui a peur du grand méchant loup ?
Jeu 6 Juil - 19:06

» Qui a peur du grand méchant loup
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]« Je me demande bien pourquoi les gens s'imaginent savoir ce que mon fils aurait voulu. Il n'avait que cinq ans... Il n'avait aucune notion de vie et de mort, alors je doute sincèrement qu'il ait voulu que je reste en vie. La vérité, c'est qu'il aurait surtout voulu rester avec sa mère. ». Homme grand et solitaire. Pas si grand, pas si seul. Elias, il se souvient de la raison de ses choix dès qu’il s’en éloigne. Là, alors qu’il partage le repas de cette femme, il se rappelle de pourquoi il n’apprécie guère les gens. Continuellement plaintifs, continuellement râleurs et au bord du gouffre. Pourtant, lui aussi il a une vie nulle. Lui aussi il a matière à se plaindre à longueur de journée. Mais s’il se plaint de son sort, c’est toujours en privé et en silence. Il ne mêle personne à ses malheurs. Il n’est juste pas comme tout le monde et il le sait. Peut-il vraiment reprocher aux autres leurs manières d’être ? C’est vrai, il n’en a strictement rien à faire qu’une fille puisse vouloir se laisser mourir par souffrance et douleur. Ce n’est pas supposé être son problème et il est ironique de sa part de lui dire que c’est ridicule. Ne veut-il pas lui-même mourir ? Malgré tout, il se permet d’ouvrir la bouche, de parler et de lui dire les choses qu’il ignore quand ça le concerne. Il n’est pas égoïste au point de se donner la mort, mais il l’attend et alors, il pourra retrouver les siens. Il a juste peur de cette longue attente. Le guerrier est en bonne santé et ne se laissera pas mourir aussi facilement que ça.

Alors malgré son envie de ne pas s’intéresser à son sort, l’Athna se met à la juger et à la trouver stupide, c’est vrai. Il ne saurait sans doute pas l’expliquer et il n’en a, de toute manière, pas vraiment envie. La voir ainsi le dégoûte en réalité, et il n’y a pas grand-chose à en dire de plus. Il y a ce facteur qui s’installe un peu, qui dégage ce quelque chose qui le pousse à ouvrir sa gueule de manière désagréable et ridicule. Voilà pourquoi il ouvre sa gueule comme ça, comme un con. Lui qui n’aurait surtout pas dû se mêler de tout ceci. Mais il est sur le point de prendre la parole que déjà, elle la reprend. « Je te trouve bien présomptueux, Athna. ». Sans doute oui, mais il ne risque pas de changer ou d’agir différemment. N’est-il donc pas libre de faire ce qu’il veut ? Est-ce que c’est étonnant ? En tout cas, son prénom semble s’être envolé, on ne fait pas vraiment attention à lui et on oublie son nom. Il n’est plus que l’Athna et ça lui montre qu’il est le méchant de l’histoire, d’un seul coup. Et oui, il trouve ça grandement ridicule.

« J'ai essayé... de mourir. Je l'ai voulu si souvent... mais je n'ai jamais pu. Non pas pour mon fils, pour ma mère... Seulement par lâcheté. ». Est-ce que c’est pareil pour lui ? Est-ce que ce n’est qu’une question de lâcheté ? Disons qu’il n’a pas la force de mettre fin à ses jours, principalement parce que sa femme ne voulait pas mourir et que ça lui est tombé sur la gueule. Sa fille aussi. Alors pourquoi est-ce que lui, il le voudrait ? Il ne sait pas quelles sont ses motivations. Enfin bref, il ne peut pas comprendre ses décisions et dans le fond, il n’essaie même pas d’y arriver. Tout ceci ne tourne pas rond, de son point de vu, et le reste ne compte donc pas vraiment. Tout devient plus facile comme ça, d’une certaine manière. Elias n’a donc jamais essayé de mourir mais il y a pensé et plusieurs fois, oui, il s’est mis à se dire que ce serait facile. Mais il n’en a rien fait. Parce que son existence compte, ne serait-ce qu’un peut. Il a envie d’y croire et surtout, il a envie de s’imaginer que les choses vont bien se passer. Mais ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Malheureusement. Et il refuse pleinement de se donner la mort parce qu’avant d’être un homme et un père aimant, il était un guerrier. Et c’est tout ce qui lui reste. Un guerrier ne tourne pas le dos au monde. Un guerrier se bat jusqu’à son dernier souffle. Il veut perdre la vie sur le camp de bataille, voilà tout. Et il a envie de croire qu’il en a la possibilité. « La vérité, c'est que suis lâche. Je l'ai toujours été. ». Sans doute, et il serait bien incapable de la convaincre du contraire. Il est lâche de vouloir dire au revoir au monde. Et en même temps, malgré tout ce qu’il peut bien dire et tout ce qu’il peut bien penser, Elias partage cette peine et il voit très bien où elle veut en venir. Il ne voit que trop bien sa souffrance et la comprend, malgré tout. « Chacun a un peu de lâcheté en lui. Je crains qu’il ne faille aller de l’avant pour que ça s’arrange ». Et alors, c’est l’étape la plus complexe de l’existence, si on peut le dire ainsi. Dans la situation actuelle, si cette fille ne fait pas l’effort d’avancer, elle n’y arrivera jamais. Il faut y mettre de la volonté, et pour ça, il faut en avoir. « N’as-tu jamais cherché à tourner la page ? Perdre un enfant est difficile, je le sais. Mais il faut savoir surmonter les obstacles pour rester en vie ». Un conseil qu’il a lui-même du mal à suivre mais il fait de son mieux pour y parvenir. C’est un bon début, déjà, n’est-ce pas ? Elle, elle semble avoir abandonné…


notes » w/ Varghause, en forêt, le soir du 14/10/2116

avatar
30/07/2016 Nexus 1210 Katie Mcgrath Nexus Druidesse 0
La Ciguë Noire


Sujet: Re: Qui a peur du grand méchant loup ?
Dim 9 Juil - 23:13

Chacun a un peu de lâcheté en lui. Je crains qu’il ne faille aller de l’avant pour que ça s’arrange.

Varghause ne réponds pas mais elle opine du chef. Elle sait que Elias à raison et malgré tout, elle est bien ancrée sur cette terre. Elle va de l'avant, à sa façon. En vagabondant, cognant au porte pour offrir des soins à ceux qui n'en ont pas les moyens, à ceux qui sont exclus de la société. Malgré l'image que l'on se fait d'elle, dans ce choix de vie la druidesse à trouver son équilibre.

N’as-tu jamais cherché à tourner la page ? Perdre un enfant est difficile, je le sais. Mais il faut savoir surmonter les obstacles pour rester en vie.

La jeune femme relève vers son comparse un regard attristé mais un sourire nouveau fleurit sur ses lèvres. Plus doux, plus discret, pincé. Elias n'est pas bavard, n'est pas souriant mais ses questions visent juste. Il y a un échange qui se fait entre eux, progressivement.

« Mais je le fais Elias. Chaque jour depuis des années. Le fait de ne pas trouver le repos dans la vie ne signifie pas que je ne vis pas. »

La naori baisse le regard, saisissant le pain et arrache un bout de mie pour le fourrer dans sa bouche. Elle picore, juste histoire de mettre quelque chose dans son estomac. Appétit de moineau tout juste comblé...

« Je suis druidesse... Mon seule refuge à présent c'est mon travail. Je ne vis que pour cela... Oh je sais que c'est pas très sain mais... cela m'aide. J'aide ceux qui veulent de mon aide, sans attendre quelque chose en retour. Je le fais parce que je le peux et parce que sans cela, je crois que j'aurais abandonner depuis longtemps. »

Sa vie n'était pas la plus joyeuse mais c'était sa vie et Varghause s'en contentait. Enfin, dans la mesure du possible, quand ses pensées n'étaient pas parasité par les malheurs qu'elle cumulait. C'est qu'elle avait une poisse devenue légendaire, cette druidesse. Un long soupir passe ses lèvres et la jeune femme vient prendre ses aises sur la couverture étalée au sol.

« Il est tard... je... Hm, je préfère aller dormir. Libre à toi d'en faire de même ou bien de reprendre ta route. »

Et sans plus attendre, Varghause s'empare de la seconde couverture et se cache en dessous. Bien allez large pour deux, elle tapote la place à côté d'elle, lèvres pincées de gêne.

« Par contre euh... ne te colle pas trop à moi, d'accord ? Je.. . je n'aime pas être touché alors... Enfin... Bonne nuit. »

Mal à l'aise comme pas deux, la druidesse s’enfouit sous la couverture, tournant le dos à Elias. Avec de la chance, le sommeil la faucherait rapidement et elle n'aurait pas à souffrir de la présence d'un homme à ses côtés.

Admin
avatar
20/01/2016 avengedinchains 729 Tom Hardy ava SWAN ♥ ; signa by alas guerrier 1
Admin


Sujet: Re: Qui a peur du grand méchant loup ?
Dim 27 Aoû - 19:43

» Qui a peur du grand méchant loup
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Le deuil. Sensation étrange qu’il n’est pas toujours facile de digérer et de comprendre. T’as beau essayer, faire de ton mieux et tout ça. T’arrives pas vraiment à passer au-dessus de ça. Pire encore Elias, puisque tu réalises avec aisance que ça te dévore le cœur encore aujourd’hui. C’est pour ça que ton état mental prend une tournure un peu étrange, parfois. Tu résistes bien moins facilement aux erreurs des autres. Tu ne peux pas lui dire comment vivre tout ça. Tu n’es pas dans ton droit et en plus de ça, ce sont des choses que tu ne peux lâcher volontairement juste comme ça. Tu dois te taire et serrer les dents, parce que c’est souvent plus facile comme ça. Du moins, t’as envie d’y croire. Tu ne veux pas lui parler de ta douleur, et tu ne veux pas non plus évoquer le fait que les choses ne se passent pas toujours comme on le voudrait. C’est plus compliqué que ça, disons. Un soupir s’échappe de tes lèvres, alors que tu continues de l’observer. « Mais je le fais Elias. Chaque jour depuis des années. Le fait de ne pas trouver le repos dans la vie ne signifie pas que je ne vis pas. ». Tu as un peu de mal à croire qu’elle essaie d’avancer, d’affronter les obstacles de la vie. Tu ne vas certainement pas te mettre à agir comme si c’était évident mais… En même temps, est-ce que ça ne l’est pas ? Tu n’as pas particulièrement envie de réfléchir, mais dans le fond, tu sais que tu n’as pas vraiment le choix. Tu en es où, Elias, au milieu de tout ça ? Pris au piège au milieu d’une douleur que tu ne comprends pas. Mais tu fais avec parce que de toute manière, tu ne risques pas de trouver une solution magique. Ce n’est pas comme ça que ça marche. Et c’est mieux ainsi. Tu le crois, un peu. Tu essaies du moins de t’en convaincres. Et ce n’est pas toujours le cas. Tu n’as pas à la juger tout comme tu ne supporterais pas qu’elle te juge. Mai tu ne parviens pas à t’en empêcher parce que c’est un comportement humain. Tu as, depuis longtemps, appris que tu n’es qu’un homme et oui, parfois, tu ne fais pas les choses comme tu le voudrais. Mais tu fais avec. Bref. ” Tu ne me donnes pas vraiment l’impression de vivre, voilà tout”. Mais qui es-tu pour la juger hein ? Ce n’est pas ta place, ni ta disposition. Tu ne t’en empêches pourtant pas parce que c’est considérablement plus fort que toi.

Tu n’es pas toujours bien placé pour les choses de la vie. Tu fais de ton mieux mais ce n’est pas forcément une réussite. Mais tu essaies et dans le fond, tu te permets généralement de penser que c’est suffisant. C’est déjà pas mal non ? Tu ne te mêles jamais de la vie des gens, tu as toujours l’impression que tout ça ne te concerne pas. Et dans le fond, c’est mieux comme ça, aussi. Ce n’est pas ta vie. Ce n’est pas à toi d'interagir avec les choses qui ne te concernent pas. Elias, t’es pas un mauvais gars, t’as juste de mauvaises manières et c’est déjà bien assez compliqué comme ça pour que tu n’aies pas besoin de chercher plus loin. Tu te perds dans tes songes parce que ça touche à ta perte et qu’à cause de ça tu ne sais pas forcément comment voir les choses correctement. Tu ne parviens juste pas à faire la part des choses et égoïstement, tu te permets de penser que si tu arrives à aller de l’avant, elle finira par y parvenir aussi.

« Je suis druidesse... Mon seule refuge à présent c'est mon travail. Je ne vis que pour cela... Oh je sais que c'est pas très sain mais... cela m'aide. J'aide ceux qui veulent de mon aide, sans attendre quelque chose en retour. Je le fais parce que je le peux et parce que sans cela, je crois que j'aurais abandonner depuis longtemps. ». Vivre pour son travail, ça te dit quelque chose hein ? Bie sûr, tu n’es pas du genre à en parler à tout va mais c’est ainsi et tu ne risques pas d’en faire tout un foin, tu ne vois pas non plus à quoi ça pourrait bien servir. De toute manière, il ne sert à rien de se prendre la tête non ? C’est souvent plus simple comme ça. Tu te permets de juger et en même temps, tu ne te permets pas de l’entendre te juger. N’est-ce pas assez improbable, d’une certaine manière ? ” Le travail a toujours aidé à occuper l’esprit. Mais que se passera-t-il si un jour tu ne le peux plus ? “. La question reste plus ou moins en suspens. Mais ça n’a rien de vraiment surprenant. Tu ne la poses pas dans l’attente d’une réponse. Plutôt dans l’attente qu’elle finisse par se poser des questions. Mais ça ne peut pas venir juste comme ça. Malheureusement. C’est histoire de lui donner matière à réfléchir. Mais une nouvelle fois Elias, tu te mêles de ce qui ne te regarde pas. A croire que tu deviens bon pour ça. Tu te ramollis.

« Il est tard... je... Hm, je préfère aller dormir. Libre à toi d'en faire de même ou bien de reprendre ta route. ». L’échange prend fin. Tu n’as pas besoin d’en savoir plus pour le comprendre, c’est là, juste devant toi. Cette évidence étrange à laquelle tu es obligé de faire face. Et tu t’en moques un peu. Elle veut dormir ? Grand bien lui fasse. Mais tu ne te vois pas vraiment rester en sa compagnie. Tu n’es pas du genre à partager la couche des femmes. Parfois oui, mais c'est le désir qui l’emporte. Et il n’est pas vraiment question de cela ici. Enfin bref, tout ça pour dire que non, tu ne resteras pas. D’ailleurs, tu n’es pas certain que ce soit ce qu’elle veuille. « Par contre euh... ne te colle pas trop à moi, d'accord ? Je.. . je n'aime pas être touché alors... Enfin... Bonne nuit. ». Une fine grimace se glisse sur tes traits. Un peu de chaleur humaine lui ferait du bien mais si elle ne laisse personne la toucher, ça ne risque pas d’arriver. Et toi, de ton côté, tu ne la désires pas. Peu de femmes partagent ta couche parce que tu as su devenir difficile avec le temps et que personne ne peut égaler Moïra. ” Je n’abuserais pas davantage de ton hospitalité. Je vais reprendre la route. Merci pour le repas “. Sans plus de cérémonie, tes pas finissent par t’éloigner de là où tu te trouves. Il est temps de te rapprocher un maximum de la montagne.


notes » w/ Varghause, en forêt, le soir du 14/10/2116
 

Qui a peur du grand méchant loup ?

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Qui a peur du grand méchant loup, méchant loup, grand loup noir ~ (Alex Inuka)
» Le Grand Méchant Loup. [Isy]
» Qui a peur du grand méchant loup, c'est pas nous...
» Qui a peur du grand méchant loup ? [PW Dhnymos]
» Qui craint le grand méchant loup ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-