Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Explique-moi le monde | Shanaë
maybe life should be about more than just surviving


avatar
07/12/2015 204 Luke Evans AVENGEDINCHAINS Professeur en biologie 10


Sujet: Explique-moi le monde | Shanaë
Ven 14 Oct - 16:35

Ce rp se déroule en septembre

Leary ne cessait de se poser des questions sur cette femme venue d’une autre tribu que la sienne. Appartenait-il à une tribu ? Visiblement oui. Qu’il le veuille ou non, il faisait partie d’un groupe. Il se demandait pourquoi cette femme s’était intéressée à lui. Qu’avait-il de spécial qui méritait qu’on prête attention à sa personne ? Il poussa un bref soupir. Sept soleils, c’était le compte qu’elle lui avait donné avant qu’ils ne se retrouvent. Il se demandait s’il l’avait énormément déçue et se demanda un instant pourquoi cela le préoccupait. Leary soupira longuement et se leva de sa couchette. Il en avait encore pour de nombreuses heures avant que le soleil soit bien haut dans le ciel. Cela ne le décourageait pas. Il se sentait étrangement impatient de revoir Shanaë. Il se souvenait de son accent particulier et quand elle l’avait engueulé dans sa langue natale. Il n’avait rien compris, mais avait apprécié la sonorité de la langue qu’il avait entendu. Si Leary se faisait prendre en train de discuter avec une native, il se demandait ce qui se passerait. Cela l’inquiétait-il ? Oui. Il avait l’impression d’être en dehors de la réalité, à côté de la plaque et de ne rien pouvoir faire. Il se demandait s’il était en train d’être en dissonance cognitive, le fait de ne pas être en accord avec lui-même et les règles du groupe.

Il ne savait pas pourquoi il se faisait toute une histoire pour rien. Maintenant il devait trouver un moyen de sortir du camp. Il avait demandé l’autorisation longtemps avant. On ne sortait pas du lieu comme si c’était un moulin. Il sortait accompagné, mais avait informé son coéquipier qu’il irait voir la tombe de son épouse donc voulait un moment d’intimité. Cela pouvait paraître culotté, mais on ne lui refuserait pas un moment de solitude. Ce serait ensuite au brun de faire le trajet jusqu’à Shanaë. Il se demandait si elle serait là ou si elle l’aurait oublié. Il était franchement curieux de voir cela. Il avait la boule au ventre à dire vrai. Il se sentait nerveux. Un vrai adolescent et c’était idiot. Peut-être était-ce la nouveauté et le fait que cela soit secret qui le rendait si nerveux. Il ne saurait vraiment dire. C’était l’heure et il alla chercher son coéquipier, essayant de paraître très calme alors qu’il était extrêmement agité, mais peu importe. Les deux hommes sortirent du camp, parlant de tout et de rien. L’autre homme était un soldat et Leary appréciait sa compagnie même s’il n’en disait rien en général. Des fois il pouvait paraître bien timide et ne parlait pas énormément. Le biologiste se sépara de lui et ils se donnèrent rendez-vous avec la position du soleil.

L’homme prit la direction de la tombe de sa femme. Il savait ensuite où dévier pour se diriger vers le phare. Leary alla saluer sa compagne, toucha la terre, lui parla brièvement pour lui dire qu’il avait rencontré quelqu’un d’intéressant, qu’elle aurait été intéressée elle aussi. Il embrassa sa main et toucha la terre avant de repartir. Il se dirigeait calmement vers le phare. Il se demandait si elle serait là. Leary se demandait ce qu’il ferait si elle n’était pas là. Serait-il triste ? Bien sûr qu’il serait triste. Il était impossible de ne pas être triste, mais cela ne voulait pas dire qu’il l’exprimerait. C’était quelqu’un de pudique au niveau des sentiments et il était aussi tout dans le contrôle. Il arriva au point de rendez-vous et attendit, regardant autour de lui. Il espérait que cela n’était pas un piège et qu’elle ne viendrait pas accompagner, il se sentirait vraiment trahi. Un bref soupir franchit ses lèvres, le soleil n’était pas suffisamment haut. Leary alla s’assoir sur une pierre, frottant ses mains entre elles. Il faisait encore bon chaud, il avait froid aux mains car il était nerveux. Il regarda sa main droite et le tissu cicatriciel qui se trouvait dessus.

Un souvenir à vie d’une mauvaise rencontre avec un ancien élève. Leary redressa la tête quand il vit une silhouette et se leva lentement. C’était elle, Shanaë. Il lui sourit et leva la main en signe de salut. Il attendit qu’elle soit assez proche pour parler. « Tu es venue. » Il parlait lentement et articulait au maximum. Il aurait apprécié ne pas avoir la barrière des langues entre eux, mais malheureusement c’était ainsi. Il fallait faire avec.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Explique-moi le monde | Shanaë
Sam 15 Oct - 1:38

Elle avait pensé à lui, toute la semaine, tout les jours, en ayant qu'un souhait, celui de le revoir. L'air rêveuse, on lui demanda souvent ce qui la faisait sourire même lorsqu'elle semblait songeuse. Mais sa mère souvent présente, répondait qu'elle été ainsi faite, pour le sourire, pour le bonheur. Oh bien sur, Shanaë s'est bien retenue de dire ce qu'elle avait fait, ni même qui elle avait rencontrer. Si son peuple n'était pas hostile aux hommes venus du ciel, il fallait toujours s'en méfier et garder une réserve. Pas sûre qu'une femme se mettant potentiellement en danger en se rendant vulnérable, soit bien accepté par les dirigeants et les plus anciens de son peuple.

Ce matin là, elle s'était réveillé avant que le jour ne se lève. Tourmenté malheureusement par des cauchemar réveillant les plus difficile de ses souvenirs. Elle s'était blottit contre la couverture et toucher l'espace affreusement vide de son lit. Son amour défunt lui manquait par moment, surtout pour des réveilles comme celui-ci. Puis comme un courant d'air, elle essuie ces pensées morbides et bondit de son lit. Elle se souvient de qu'elle jour on était lorsqu'elle remarqua qu'il y avait 6 marques sur la poutre en bois de sa porte. Aujourd'hui était la septième. Aujourd'hui, elle allait enfin pouvoir lui montrer plus de chose, sans risquer sa vie et la sienne. Elle avait mangé chez sa mère le petit déjeuné et engloutit tout avec entrain. Elle avait serrer son chat comme un enfant l'aurait fait d'une peluche, elle la boule de poil se secoua dans tout les sens pour se débattre et en y échapper. N'aimant pas vraiment avoir la fourrure en désordre. Il s'était contenté de miaulé d'un ton las et s'était enfui vers les arbres.

Se faufilant en fin de matinée par la cime des arbres. Elle s'était chargée d'une gourde à sa taille rempli d'infusion de rose et de violette, ainsi qu'un sac noué à ses épaules pour qu'il tienne dans son dos. Elle avait cousu les lanières de cuirs et béni les esprits lors de l’acquisition des peaux, remerciant la nature de la servir. Même si au fond, elle préférait la laine des Athnas, elle ne pouvait se passer du cuir pour la moitié de ses confections. Habits, bijoux, sacs, c'était plus qu'indispensable si on voulait quelque chose qui durent dans le temps et à travers les saisons. Avançant plus lentement que d'habitude, car plus chargée, elle arriva cependant à l'heure prévu, là où le soleil était à son zénith.

Elle descendit des arbres pour finir le chemin à pied à travers les sentiers désordonnés. Et il était là. Le sourire au lèvre, il la laissa s'approcher. Elle ne sut pas pourquoi, mais elle était tellement touchée qu'il ait respecté sa parole. Il a dit qu'il serait là, et il n'a pas menti. Elle n'avait même pas songé qu'il puisse lui mentir ou lui tendre un piège. Non, en l'observant, elle avait prit un peu trop confiance en sa bonté. Était-elle trop naïve ? Il prononce quelque mots, qu'elle arrive à comprendre. Pendant ces 7 jours, elle n'avait pas chômer. Et s'était intéressé à la langue des guerriers de plus près. Sous les soupçons de son ami, elle l'avait forcé à lui donner des cours chaque jours, pour qu'elle puisse avoir un peu plus de vocabulaire à offrir à Leary. Elle lui offre un sourire radieux, un léger rose sur ses joues s'installent, mais jamais elle ne baissa le regard, bien trop franche, bien trop ravie. Elle se retint même de le prendre dans ses bras comme elle le ferait avec n'importe quel ami.

-J'était sure que j'ai pu avoir confiance...

Bon on était pas encore parfait dans le langage, une semaine n'allait pas faire de miracle, mais l'effort y était notable, ou presque. Elle détache ses lanières qui entourent sa taille et la serre de manière inconfortable, faisant ressortir les timides rondeurs dont elle faisait preuve. Avec son sac qu'elle pose au sol pour l'ouvrir, elle pose un genou à terre.

-Venu avec choses à ma tribu et que moi faire aussi.

Le sac semblait lourd et plein à craquer, d'ailleurs, quand elle l'ouvrit, l'ouverture s'écarta instinctivement pour laisser entrevoir divers sachets, objets de bois et de pierre. Sha' écarta d'office tout ce qui se rapporta à la mort, arme et poison était banni de son paquetage. Elle n'apprendrait rien aux hommes du ciel qui puisse nuir à sa tribu, bien qu'elle lui fasse confiance, ce n'était pas le cas des autres...

avatar
07/12/2015 204 Luke Evans AVENGEDINCHAINS Professeur en biologie 10


Sujet: Re: Explique-moi le monde | Shanaë
Mer 2 Nov - 18:09

Elle n’avait pas changé de ses souvenirs et il la regarda admirativement. Le rose de ses joues le fit sourire. Il n’était pas gêné, juste content de la voir. C’était probablement idéaliser la chose, mais tant pis. Il l’appréciait bien après tout. Ce qui embêtait Leary, c’était la différence de langues. Ils ne se comprenaient pas si bien et c’était cette incompréhension qui risquait de leur coûter cher. Il fut étonné de la comprendre mieux. Avait-elle amélioré sa langue ? Mais comment ? Non impossible, elle devait parler ainsi depuis longtemps. C’était du moins ce qu’il se disait. Il se demandait comment ils apprenaient l’anglais, alors que ce n’était clairement pas leur langue maternelle. Il resta silencieux sur ce point-là. Il poserait des questions une autre fois, là clairement, ce n’était pas le moment. Il préférait y aller par étape et rien bousculer. Leur relation était encore fragile et bien instable après tout. Il la regarda alors qu’il voyait ses rondeurs quand il s’intéressa aux lanières qui entouraient Shanaë. Il préféra détourner la tête. Leary ne préférait pas voir cela, cela lui semblait indécent de sa part. Il pouvait se montrer particulièrement timide et encore plus avec la brune. Le brun s’intéressa à elle quand elle posa le sac au sol et posa un genou au sol. Sans même s’en rendre compte, il se rapprocha de la jeune femme. Il se demanda clairement ce qu’elle voulait lui montrer et s’accroupit à ses côtés.

Son cœur se gonfla étrangement quand elle lui dit qu’elle avait apporté des choses de sa tribu et de sa propre création aussi. Il avait envie de voir ce qu’elle créait. Il se rendit compte qu’il n’avait jamais vu vraiment d’œuvre artistique. Sur l’Odyssée, on n’avait pas le temps d’en créer, tout simplement. On avait d’autres choses à faire. Survivre par exemple, maintenant qu’ils étaient sur Terre, il se demanda si la fibre artistique allait s’exprimer d’une manière ou d’une autre. Il trouvait touchant ce qu’elle avait apporté. Après tout, cela risquait fort d’en dévoiler par mal sur elle. Il se tordit le cou pour mieux pouvoir voir dedans et ainsi admirer tous les objets qui débordaient sauvagement. « Ça a l’air beau. » Même s’il ne voyait pas grand-chose, il était sûr que c’était beau, tout comme Shanaë. C’était une belle femme aux traits particuliers qu’il n’avait jamais vus auparavant. Ou il se faisait juste des films, aussi. Il détailla soigneusement son visage, pensif. « Tu viens de loin ? » Peut-être refuserait-elle de répondre. De ce qu’il savait et avait compris, il avait trois tribus. Mais peut-être se trompait-il. Il ignorait qu’il en avait en réalité cinq et qu’une était particulièrement redoutable. Même s’il se souvenait que Tael avait parlé d’une tribu qui venait du désert et voulait faire des autres des esclaves. Shanaë viendrait-elle de là ? Non, elle n’avait pas l’air méchante, encore moins cruelle.

Peut-être se trompait-il sur elle et que c’était une tueuse sanguinaire. Quelqu’un tapi dans l’ombre qui ne fera qu’une bouchée de vous. Un tressaillement traversa son échine à cette pensée et il préféra ne pas y penser. Il préférait se concentrer sur cette femme et ce qu’elle avait apporté. Elle se demandait ce qu’elle faisait dans sa tribu. Il ne savait pas comment formuler la question pour qu’elle comprenne, alors garda les lèvres closes. Le regard vif, de temps en temps il la regardait avant de poser à nouveau son regard sur le sac comme un gosse. Son esprit de scientifique prenait le dessus sur l’homme simple et parfois inquiet.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Explique-moi le monde | Shanaë
Mar 15 Nov - 17:51

Il y avait quelque chose d’excitant dans le fait de retrouver un étranger qui plus est, un habitant du ciel. Même si personne de sa tribu les condamnaient pour leur venu et les problèmes qu’eux et les cents ont causés, les naoris persistaient méfiant et c’était ce qu’on demandait à chacun. Elle aurait été méfiante pendant des semaines durant, ne voulant s’approcher d’eux sous aucun prétexte. Ne laissant même pas Taima poser des questions à leur sujet. Mais Sha’ se rassurait avec Leary, elle l’avait espionné pendant si longtemps qu’elle pourrait presque dire qu’elle le connaissait. Elle savait qu’il souffrait d’une perte irremplaçable, cette tombe au milieu de la clairière, celle où il s’était rendu plus d’une fois sans qu’il ne se rende compte que Shanaë était là, dans un coin de la forêt. A comprendre que trop bien ce qu’il pouvait ressentir. Elle avait fait même le parallèle avec ce qu’elle avait perdu dans son passé.

Elle était très contente que l’odysséen prête attention à ce qu’elle avait amené. Quand elle sortit enfin le premier objet, elle se rendit compte de la proximité de l’homme. Ce qui l’intimida pour la première fois. Elle resta une seconde interdite. Il avait posé une question avant qu’elle puisse détourner la conversation. Alors elle se cacha d’un sourire et baissa la tête. Elle ne pouvait pas vraiment lui répondre avec honnêteté. Car elle n’engageait plus que sa propre sécurité mais celle de son peuple. Il lui fallait être prudente, non pas pour elle, mais pour ceux qu’elle aimait. Et Leary, n’avait finalement pas gagner totalement sa confiance. Elle haussa les épaules.

« Profond dans la forêt… » Elle se pinça les lèvres et l’implora du regard de ne pas creuser de ce côté-là car elle ne pourra pas le satisfaire.

Elle se sentit drôlement mal à l’aise tout d’un coup. Même si Leary ne dégageait rien de menaçant à ses yeux. Son peuple l’effrayait encore beaucoup. Ils avaient des armes capables de faire un massacre et si Leary était un être sournois ? Elle détesta se poser ce genre de question sur lui. Mieux valait détourner la conversation qui menaçait de devenir gênante. Elle sortit d’abord quelques bijoux fait de métaux martelés, de pierre autrefois rares et aujourd’hui sans intérêt hormis celui d’être brillant et jolies, parfois des plumes d’oiseaux venaient égayer quelques colliers. Elle prit ce qui ressemblait à une broche et le plaça dans ses cheveux après les avoir attaché en arrière. Les plumes placer comme un soleil encadrait le côté de son visage. Elle sortit alors un collier plus sobre, plus grand, fait de perle, d’os et de bois, qu’elle passa autour du coup de Leary. Un sachet au milieu marqué d’un symbole Naori.

« Protège âme du mauvais. »

Elle avait emporté pas mal de chose qui traînait sur son atelier, toujours fière de ce qu’elle avait fait, elle plongea sa main dans le sac et ce qu’elle en sortit la surprit. Elle regarda l’objet sans une émotion mais son cœur était fébrile. Un jouet, ressemblant de prêt à ce qu’on appelait hochet autrefois. Elle le secoue et le son des graines dans les coquilles de bois se fait entendre. Elle esquisse un sourire triste. « Jouet pour enfant » Qu’elle avait elle-même fait pour son fils. Qu’est-ce qu’il lui manquait. Son odeur, sa chaleur, sa présence. Elle avait accepté son destin mais cela ne l’empêchait pas de souffrir par moment de sa perte. Elle soupire et préfère balayer le fantôme de son fils de son esprit. Elle piocha rapidement un autre objet. Elle était pliée en plusieurs, tassé au fond du sac, elle prenait bien la moitié de la place. Et quand elle la dévoila, la couverture accapara toute la lumière tant les couleurs étaient vives et diverses. Tissée à base de fibre végétale et de laine acheter auprès des athnas. Elle s’était occupé de teindre et noués ensemble chaque fils. C’était un ouvrage qui lui avait pris beaucoup de temps et d’heure. Elle n’était pas aussi douce que les peaux et les cuirs que les autres tribus font, mais elle était à l’image de sa tribu, elle respectait la vie des êtres vivants.

"Vous faire quoi dans le ciel ?" Curieuse, elle se demandait si les étoiles étaient atteignables, eux qui autrefois parmis elle. "Des animaux là-haut ?, quoi ressemble ton monde ?"

avatar
07/12/2015 204 Luke Evans AVENGEDINCHAINS Professeur en biologie 10


Sujet: Re: Explique-moi le monde | Shanaë
Lun 28 Nov - 16:24

Leary était dans sa petite bulle, ignorant tout de ce qui se passait autour de lui. Il regardait Shanaë, ne sachant pas forcément quoi penser d’elle. Le brun ne se rendait pas compte de sa proximité avec la terrienne. Il était juste proche d’elle et cela lui suffisait amplement. Il ne put s’empêcher de lui demander si elle venait de loin. C’était histoire de discuter, de développer un échange alors qu’elle avait peu de vocabulaires. Il la regarda baisser la tête et se demanda s’il avait fait quelque chose de faux. Il la regarda alors que Shanaë lui affirma qu’elle venait de profond dans la forêt. Il comprit son regard qui voulait dire qu’elle ne voulait pas dire plus, ou ne pouvait pas. Lentement, Leary hocha la tête pour indiquer qu’il ne demanderait pas plus. Ils en resteraient là sur ce sujet. Il ne la brusquerait pas concernant ce sujet-là. Il se contentait de garder le silence. Le brun regarda des objets qu’elle déposa devant lui et se dit aussitôt que c’étaient des bijoux. Ils étaient beaux, brillants et richement décorés. Il se fit la réflexion que ces bijoux auraient plu à Barbara même si elle avait été une femme simple, sa scientifique. Ce souvenir lui fit moins mal qu’autrefois et il s’en étonna. Il était étonnement calme en passant à sa défunte épouse. Il la regarda sortir un objet étrange qu’elle plaça dans ses cheveux. Une broche ? Visiblement oui vu la décoration. Il observa le joli ouvrage qui mettait en valeur la terrienne selon lui.

« Tu es belle. » Très belle même, mais il ne le rajouta pas. Il se contenta de la fixer, de lui sourire tendrement. Le scientifique pencha la tête en avant alors qu’elle passa au collier autour de son cou. Il toucha le sachet de son collier et elle dut comprendre son interrogation car elle lui expliqua le sens. « Mon âme doit être protégée ? » Demanda-t-il simplement. Il ne savait pas si elle serait capable de lui répondre, ni même de lui expliquer le sens. Il se contenta de la regarder, observant les autres objets qu’elle sortait. Leary tendit la main vers l’objet qui faisait du bruit et qu’elle identifia comme un jouet pour enfants. Il le prit prudemment et regarda ce que c’était, le secouant doucement à son tour. Il n’arrivait pas à se souvenir si les enfants du vaisseau avaient eu cela. Il se souvint de Marie, oui elle en avait vu un, quand il l’avait adoptée toute petite. Le biologiste se demanda pourquoi elle soupirait, si c’était parce qu’elle chassait quelque chose de son esprit. Leary n’osa rien demander, se contentant de la fixer simplement. Il avait envie de balayer les fantômes du passé et la voir sourire. Pourtant il ne bougea pas, se contentant de la fixer, n’osant pas briser cet instant magique. Leary ne voulait pas envahir son espace personnel et la gêner.

Il la regarda sortir un objet particulier plié en plusieurs fois. Il ne comprit pas de suite ce que c’était. Une couverture multicolore, voilà ce que cela semblait être. Il tendit la main pour caresser la texture pas si douce que cela. « Dormir, tu dors avec ? » La couverture avec laquelle il dormait n’était pas non plus douce. Il dormait, rien de plus. Il n’y avait pas plus, que cela soit cocooning ou autre. Le ciel, ils en parlaient enfin. Il la regarda, puis son regard clair se posa sur le ciel sombre. « Etudier, se lever, dormir, attendre. » Rien d’autre, pas d’avenir, juste le ciel autour d’eux, l’infini. Il n’y avait rien, jusqu’au jour où il y avait l’urgence de l’oxygène. « Pas d’animaux, on vivait sans animaux. J’avais… Une fille et une femme, avant. On ne pouvait avoir qu’un enfant. » En parlant d’un enfant, il leva un doigt pour signifier ce fait important. « Pas plus, jamais plus. Moi… J’étudie la nature. » Il désigna l’endroit autour d’eux d’un geste de la main. Il posa son regard sur un papillon posé sur une fleur et tendit la main vers l’insecte. « La vie, la vie me fascine. » Car sur le vaisseau, il n’y avait pas vraiment de vie. Comment avaient-ils pu vivre ainsi ? Encore aujourd’hui il ne le comprenait pas.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Explique-moi le monde | Shanaë
Dim 4 Déc - 20:59

Il lui dit qu’elle est belle et Shanaë a parfaitement compris ce qu’il a voulu dire. La chaleur lui monte aux joues et elle le remercie d’un sourire, mais elle baisse le regard, certainement intimidé par les paroles assurées de l’homme. Oui ça l’a flatté, comme toute les femmes après tout. Elle continue son déballage et elle était très enthousiaste, surtout qu’il montrait beaucoup d’intérêt. Parfois, ils partageaient cet étrange regard qui ébranlaient quelque fois Shanaë. Intimidée sans être effrayée. Quand il essaye de parler de la couverture, elle lui confirme sa première impression en mimant l’endormissement sur l’objet. Elle fut alors curieuse de savoir comment on pouvait venir des étoiles, du ciel et comment des hommes y avaient vécu. Mais la réponse de Leary semble bien fade en comparaison de son imagination. Elle arque un sourcil, elle essaye de sonder son état d’esprit. Comme s’il n’appréciait pas tant que ça le lieu dont il venait. Shanaë ne pouvait le comprendre, elle adulait sa tribu, s’y sentait à sa place et aimait les gens qui l’entoure autant qu’elle-même. Pas d’animaux. Troublée, elle imaginait maintenant un lieu sans vie, terne en couleur. Il ne fit que confirmer ce qu’elle savait déjà pour sa femme mais elle n’avait pas vu de tombe pour sa fille. Ça la toucha énormément. Et plus besoin de préciser pourquoi. Elle vint poser sa main sur celle de Leary, la pressent légèrement, l’air triste. De son point de vue, elle avait compris cette phrase comme si sa fille était belle et bien morte. Un seul enfant ? Pourquoi.

-Pourquoi ? Pourquoi un enfant ? Dit-elle de son accent incertain et prononcé.

Elle regarda le papillon tourner autour de Leary. Elle sourit lorsqu’il se confie sur la vie. Elle l’avait déjà bien remarqué. Elle ricane même en se souvenant leur première rencontre.

-Vie trop grosse faire peur à toi. Elle rigole mais le regarde de manière affectueuse, ce n’était pas une moquerie, juste une plaisanterie qui restera entre eux.


Mais un sujet un peu plus dure frôle ses lèvres. Elle hésite et se dandine sur ses jambes.

-Si pas vie dans ciel, pourquoi arme au feu ? Nous avoir arc et lame pour chasse et protéger.

Elle baisse la tête, elle pense à son défunt mari, mort au combat, protégeant sa famille, son peuple. Elle se souvient de son corps gisant dans les bras des autres sentinelles le transportant à travers le village. Elle cherche ses mots. Certaines choses lui échappaient.

-Groupe à toi si différents. Moi observer toi et autre. Mais vous avoir peur, vous devient dangereux quand peur là. Pourquoi venir ici ?

Cela sonna comme un reproche, mais ce n’en était pas un, aucunement, elle était même trop à l’aise en la compagnie de Leary. Ce qui déplaira certainement à quelques-uns.

-Ton peuple est énigme, mais moi t’aimer. Tu es bon être.

Le mot semblait fort, mais elle ne connaissait pas d’autre mot dans sa langue qui nuance ses propos. La faisant passer pour quelqu’un de très franc, elle l’appréciait beaucoup, ce n’était pas vraiment une déclaration. Elle sembla se souvenir de quelque chose et fouilla dans une de ses poches solidement attachées à sa taille. Elle sortit un petit objet carré de la taille de sa paume. Elle en déplia les feuilles qui l’emballait et découvrit une sorte de pate marron avec des éclats de noix et d’amande. Elle mordit dedans tirant un peu fort, car la friandise était collante et légèrement dure. Puis le proposa à Leary. Elle s’exprima alors dans sa langue pour le nommer.

-Yongon hodin

Ce qui en soit voulait littéralement dire, aimer des enfants.

avatar
07/12/2015 204 Luke Evans AVENGEDINCHAINS Professeur en biologie 10


Sujet: Re: Explique-moi le monde | Shanaë
Dim 11 Déc - 9:51

Il se sentait triste en pensant à sa Marie. Soit elle était vivante et parmi des terriens, soit morte. Il en parlait rarement et il ne pouvait pas le dire simplement à Shanaë. Il y avait tellement de paramètres, de possibilité, trop. La main de la femme sur la sienne réchauffa son âme fatiguée et il sourit avec douceur. Elle était un bol d’air frais même s’il ignorait qui elle était. Visiblement, elle ne faisait pas partie des trois tribus donc il avait entendu parler. Il était quasi sûr qu’aucune dont on lui avait parlé n’était dans la forêt. Mais il n’était sûr de rien. Il devrait discuter avec ceux qui en savaient plus sur les terriens. « Nous étions trop. Pas assez d’espace. » Répondit-il simplement pour sa question sur un enfant. Cette mesure avait été cruelle, si par le plus grand hasard certains couples faisaient un second enfant, c’était le drame, la prison. Cet acte n’avait pas été toléré, cela en valait de la survie de l’entier de l’Odyssée. On ne pouvait pas être égoïste. On ne l’était qu’aujourd’hui, sur Terre. Le brun sursauta légèrement en voyant un papillon tourner autour de lui, mais se calma rapidement et l’observa. Il était fasciné par les mouvements rapides d’ailes. Il parla de sa passion, la vie. Quelle ironie quand sur le vaisseau il n’y avait pas eu de vie, mais il avait tenu à étudier cette matière, à la transmettre pour le jour où ils reviendraient sur Terre. Un sourie naquit sur son visage quand Shanaë rit et affirma que la vie trop grosse lui faisait peur.

« Je n’en avais jamais vu. » Il parlait de cette grande créature marronne, il n’avait jamais eu aussi peur de sa vie. Il n’en avait parlé à personne. Il aurait été difficile d’expliquer comment il s’en était sorti seul. Leary cessa de sourire quand il vit une certaine dureté envahir Shanaë, quand elle sembla gênée et se dandina sur ses jambes. Quand elle parla des armes, il soupira et resta silencieux quelque instant. Il la vit baisser la tête et se dit que quelque chose l’avait frappée. Il tendit la main et mit une mèche de cheveux brune derrière son oreille. « Je suis désolé… Nous n’avons presque plus d’armes à feu si cela peut te rassurer… Nous aussi nous avons maintenant des arcs et des lames. » Les balles ne se faisaient pas ainsi. Il venait de dévoiler un élément essentiel. Ils n’étaient plus tant armés, ils étaient faibles. Leary ramena son sac devant lui et le fouilla. « Regarde. » Il en sortit une lame rudimentaire qu’on lui avait appris à faire, ou du moins il avait observé quelqu’un de plus compétent la faire. Le manche était grossier, mais suffisait à le manier. La lame était dentelée, mais tranchait aisément des herbes, de la viande, si on le désirait. « Ceci est mon arme. » Il avait déposé le couteau dans ses deux mains, paumes ouvertes en signe de paix. Il voulait effacer sa peine. Elle semblait si malheureuse. Peut-être voyait-il sa propre tristesse en elle, il n’en savait rien.

Pourquoi être ici, hein ? Il regarda le ciel, songeur. S’ils n’étaient pas descendus, ils seraient morts. D’un côté Barbara était morte. Cela n’avait rien empêché, elle était partie. « Nous mourrions dans le ciel. Nous avons envoyé ici nos enfants… Nous les avons rejoints. » Il la regarda. Que savait-elle réellement d’eux, était-elle une espionne ? Il disait beaucoup de choses alors qu’il ignorait beaucoup sur elle. Cela pourrait lui coûter cher, on pourrait lui reprocher son attitude. Il sourit quand elle parla de l’aimer. Elle parlait comme une enfant et il comprit qu’elle ne l’aimait pas comme une femme aime un homme. « Tu m’adores. » Il détacha chaque syllabe. Il posa sa main sur son épaule. « Moi je t’apprécie. » Il avait envie de lui apprendre des mots, de pouvoir discuter avec elle. Il avait été touché par ses mots. Il se sentait vivre. Avec elle, il n’était pas infirme. Elle ne semblait pas faire attention à sa main droite bandée. La paresthésie ne partirait pas ainsi, les tremblements continuaient, les fourmillements. Il se considérait comme un infirme et on le lui avait bien fait sentir. Il rangea son couteau alors qu’elle sortit quelque chose de ses affaires. Il se pencha en avant, tentant de comprendre ce qu’il voyait.

C’était beau et les odeurs montaient déjà à son nez. Il s’étonna d’avoir faim, il avait oublié bien des choses avec Shanaë. Il prit le petit carré marron et hocha la tête pour remercier alors qu’elle prononça un drôle de mot.

« Yongo hodi ? » Il avait oublié quelques lettres, prononçait maladroitement, prononçant chaque son à l’anglaise et non pas à la manière de la langue terrienne. Il renifla le met, curieux et toucha les éclats qu’il voyait dedans. Il se demandait ce que c’était et tira lui aussi. C’était dur, mais il apprécia le goût. Il mâcha lentement, cela collait aux dents, mais il adorait. Les éclats de noix et d’amandes se brisèrent sous ses dents, l’étonnant, l’amusant. Il découvrait des goûts, des sensations. Il regarda la pâte, fascinée. « Qu’est-ce ? » Il réussit à sortir des éclats d’amandes et de noix et les regarda. C’était bon, il adorait le goût. Il rendit la pâte à Shanaë et renifla les éclats de noix et d’amandes. Le goût était particulier, mais il adorait. Il se fit alors la réflexion que c’était ce qu’il avait dans son sac. Il lui fit signe d’attendre et retourna fouiller dans son sac pour en sortir des glands. Il ignorait ce que c’était, comment cela se mangeait et tout. Il avait tenté de mordre, mais c’était dur. Il y avait des traces de morsures sur la coque. « Pareil ? » Il montra les deux glands qu’il avait dans la main et désigna la pâte dans sa main. Cela semblait la même chose, mais il n’était sûr de rien. Avide de savoir, Leary ne cessait de questionner Shanaë.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Explique-moi le monde | Shanaë
Mer 21 Déc - 23:24

Il y avait beaucoup de chose qui échappait à la logique de Shanaë. Elle qui croyait aux esprits de la nature et au destin. Elle était certainement déçue de comprendre que la vie dans les étoiles était plus hostile qu’elle ne l’imaginait. Elle trouvait le ciel si beau. Peut-être parce que l’homme ne peut le conquérir. Elle n’ignore pas le passé de sa planète et elle remercie la terre d’être encore en vie aujourd’hui. Leary la rassure sur les armes à feu, la prévenant qu’il n’y avait bientôt plus de munitions. Elle se plonge dans son regard et sait qu’elle peut le croire, elle n’y décelait aucun mensonge. Il se faisait doux et réconfortant. Présentant une lame bien rudimentaire les paumes ouvertes. Elle effleure la lame, dérive légèrement sur les mains de Leary, du bout des doigts. Elle l’avait observé tellement longtemps, elle ne l’avait jamais vu s’en servir pour tuer et cela la rassurait. Il n’avait ôté aucune vie avec ça. Cela lui donna une idée pour leur prochaine rencontre, pourquoi pas lui offrir une lame plus jolie, plus légère et maniable. Un petit aperçu de sa confiance qu’elle mettait en lui. Même si elle détestait la violence, elle n’était pas dupe et savait quand dans cette forêt, il fallait être prêt à se défendre, ou savoir fuir. L’homme étant la plus grande menace. Jonah avait été un grand guerrier, une sentinelle efficace et il est mort en protégeant le secret des Naoris. Pas un jour où Shanaë ne l’ignorait.

Le temps devenait un peu plus frais et l’hiver mettrait quelques semaines à s’installer. Les naoris prévoyaient déjà les vivres pour les prochains mois. Transformant tout ce qui était possible. Baies, fruits secs, poissons, viandes. Cela allait être bientôt sa principale occupation avec sa mère. Il corrige les défauts de langage de la jeune femme. Elle plisse les yeux, essayant de comprendre. Elle saisit qu’il lui apprend plus de vocabulaire. Il lui touchait l’épaule et elle se sentit drôlement à l’aise. Elle savait qu’elle l’appréciait maintenant beaucoup. De nature tactile, elle l’aurait déjà pris dans ses bras s’il ne venait pas d’un autre peuple. Elle ne voulait plus le questionner sur son peuple, saisissant toute la complexité de leur survie. Bien qu’elle ne sût pas les détails, elle comprit qu’ils n’avaient pas le choix et elle n’en demanderait pas plus. Il lui manquait encore trop de langage, et elle ne pouvait pas tout comprendre dans ses explications. Passant à un moment plus léger et délicat, elle lui fit goûter une friandise faite par son peuple. Elle était contente de lui faire découvrir cela. Elle sourit quand il prononce des mots dans sa langue, ils étaient maladroits et très mal prononcé. Certainement à ça qu’elle ressemblait lorsqu’elle employait l’anglais. Elle insiste pour qu’il garde la friandise et l’empêche de le lui rendre en fermant la main de Leary dessus.

« Toi prendre »

Elle détourne la tête quand elle le voit farfouiller, elle est curieuse et se penche vers lui, comme Leary quelques instant plus tôt. Elle attrapa les glands, les faisant rouler dans sa main. Elle sourit lorsqu’elle remarque les traces de dents. Ce qui l’inquiéta par la suite.

« Toi imprudent… Dent sur… » ça y est-elle venue à bout de ce qu’elle savait. Elle se mordit la lèvre en réfléchissant comment lui faire comprendre.

« Ça pas danger mais … » Elle se gratte la tête. Il était tant qu’ils bougent un peu de leur lieu de rendez-vous et qu’elle lui apprenne quelques notions. Elle se redresse et attrape sa main valide, qu’elle tire pour le pousser à la suivre. Ils s’enfoncent doucement dans les bois et voudrait lui faire comprendre certaines choses. Elle cherche un moment, puis trouve quelques fleurs d’aconit. La couleur est bleue et ses pétales resplendissants.

« Toi question. Pas manger. »

Elle mime péniblement la mort en portant ses mains à son cou et secoue la fleur qu’elle venait de cueillir. « Jolie et dangereux. » Elle ressort le gland avec la trace de dent. Elle lui fit à nouveau un sermon sur ce monde, dont il ne connaissait rien. « Toi pas faire ça encore ». Mais elle radoucit vite son visage d’un sourire. Elle n’était ni timide, ni pleine de détours. Elle caresse sa joue affectueusement et la laisse retomber.

« Fruit arbre… » Elle pointe un chêne derrière lui, sur le sol, les glands avaient depuis longtemps tombés par centaines, l’automne avait pris place. « hmmm feu sur fruit. » Elle pince les lèvres et fini par baisser la tête. « Pas comment dire… »

avatar
07/12/2015 204 Luke Evans AVENGEDINCHAINS Professeur en biologie 10


Sujet: Re: Explique-moi le monde | Shanaë
Jeu 29 Déc - 23:19

Le poignard rudimentaire dans les mains, Leary ne bougeait pas. Il laissa Shanaë regarder et toucher. Il sentit un instant les doigts de la femme sur sa paume et il tressaillit. Néanmoins, il ne montra rien de son trouble. Ce n’était clairement pas le moment et le lieu pour ce genre d’émotions. Ils échangèrent sur le ciel, le silence se fit bientôt entre eux. Le manque de vocabulaire, mais aussi autre chose, empêchait de parler plus en profondeur sur ce sujet quelque peu sensible pour Leary. Il s’entraîna à parler la langue de Shanaë, mais les sons lui étaient étrangers. Il la vit sourire et se dit que sa manière de prononcer, aussi étrange soit-elle, valait la peine vu le sourire qu’il vit sur le visage de Shanaë. Leary tenta de lui rendre sa friandise, mais elle refusa et referma la main massive de l’homme sur la nourriture. Il hocha alors la tête, acceptant le présent. Il se demandait s’il oserait en partager avec quelqu’un. Il le rangea donc précieusement dans son sac, sachant d’avance que chaque fois qu’il mordrait dans la friandise sucrée, il penserait à Shanaë, à sa chevelure brune, à son odeur si féminine et entêtante. Il lui tendit les glands qu’il avait trouvés, ignorant ce que c’était. Il ne manqua pas de lui demander. Elle le traita d’imprudent et parla des dents. « Ça ne se mange pas ? C’est dur. » Dur comme du caillou, mais il ne le précisa pas, n’ayant jamais croqué un caillou.

Elle affirma que ce n’était pas dangereux, le manque de vocabulaire semblait la bloquer et Leary se mordit la lèvre inférieure de frustration. Il se laissa tirer par Shanaë, la suivant, se demandant bien où ils se rendaient. Ils s’enfonçaient dans les bois et il tentait de se repérer, au cas où. Peut-être bien raconterait-il son expédition, il le voudrait bien. Il ne savait pas encore à qui, mais Leary ne tiendrait pas sa langue bien longtemps si cela continuait. Il la regarda ramasser des fleurs sublimes, mais quand Shanaë lui expliqua que cela ne se mangeait pas et mima la mort, il grimaça. « Je comprends. » Oui joli, mais dangereux. Leary la regarda alors qu’elle sortit le gland et semblait contrarié qu’il ait mordu. Il ne savait pas vraiment comment le prendre, alors il préféra rester silencieux, quand il la vit sourire, il sourit à son tour, détendu. « Promis. » Leary ne s’y attendait pas, mais elle lui caressa la joue. Il cligna des yeux, ne sachant pas s’il avait rêvé ce geste. Il décida de ne faire aucun commentaire, détourna brièvement les yeux. Il ne s’attendait pas à une telle tendresse, cela lui avait fait étrangement du bien. Comme si la terrienne avait rallumé une lumière trop longtemps éteinte au fond de son âme.

Il leva les yeux quand elle indiqua un arbre. Il remarqua alors qu’en bas de l’arbre, il y avait quelque chose. Il s’en approcha, s’accroupit et les regarda. Oui c’était ce qu’il avait trouvé. Il en ramassa quelques-uns, heureux comme un gosse. Leary, toujours accroupi au sol, regarda depuis en bas Shanaë qui parla de feu sur les fruits. « Brûler ? Cuire ? Je peux faire un feu ! On n’a qu’à essayer ! » Il se redressa un brin trop vite et se cogna à Shanaë, la bousculant au passage. L’homme grimaça et la retint quelques secondes, la main sur l’épaule de la femme. « Désolé. » Le scientifique se massa la nuque, gêné de sa maladresse. « Il faut du feu pour le bois. » Il ne savait pas si elle comprenait. Il lui fit signe d’attendre et chercha du regard une petite branche. L’homme en repéra, s’en approcha et revint avec. Il le montra à Shanaë. « Bois. Plein, pour le feu. » Il mima un petit monticule et se mit à faire le bruit du feu. Chose presque comique car dans la bouche de Leary, le feu semblait ressembler à une tempête avec en fond sonore, un orage. Il était extrêmement actif dans sa démonstration, presque enfantin. Il était ainsi. Leary ne faisait jamais dans la demi-mesure. Il avait un côté très engagé et se mouillait complètement.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Explique-moi le monde | Shanaë
Ven 27 Jan - 6:39

Quand Leary voulu se relever. Elle imita son geste. Dans la hâte les deux protagonistes se cogne l’un contre l’autre. Elle fut surprise et perdit légèrement l’équilibre. Elle l’aurait volontiers retrouvé s’il n’était pas intervenu. Si proche, il posa sa main sur son épaule. Sa main semblait brûler sur son épaule. Elle pinça ses lèvres. Elle ne se sentait pas si mal à l’aise à son contact. Mais elle était perturbée qu’il la fasse réagir ainsi. Shanaë était quelqu’un de très tactile et d’affective avec ceux qu’elle appréciait. Leary ne devrait pas être une exception. Mais elle se rassurait avec l’idée qu’il n’était ni Naori, ni terriens. Peut-être était-ce là le malaise. Elle lui sourit et rigole en silence. Elle trouva adorable cette expression sur son visage. Elle comprit le mot feu et bois, mais pas vraiment attention. Elle arqua un sourcil puis deux. En fait, si elle avait compris dès les premiers instants quand il avait ramené quelques brindilles, elle le laissa faire dans ses mimes. Il semblait parti dans son explication. Elle fit mine de ne toujours pas comprendre. Elle patienta gentiment qu’il arrête d’agiter les bras. Puis elle lâcha un rire chantant.

Elle prit son élan et se mit à courir droit sur l’arbre au tronc large qui se trouvait derrière Leary. Avec le début de l’automne, les branches presque mortes, se retrouvait coincées dans les feuillages. Elle y grimpa avec une facilité naturelle. Entre le singe et le félin, il lui sembla presque plus naturel de grimper sur l’arbre que de courir en pleine. Elle mit en jeu son équilibre à plusieurs reprises, mais tout autour de Leary, tombait brindilles et bois morts comme s’il en pleuvait. Ce fut rapide et trop facile. Elle finit par descendre avec la même dextérité et sauté au sol à côté de lui. Elle fut amusée de sa réaction.

-Bois… Feu.

Il fut évident qu’elle sache faire quelque chose d’aussi rudimentaire. Elle n’eut qu’à se pencher pour trouver de la mousse sèche mélangé à de l’herbe en paille. C’était la meilleure saison. Les naoris en faisaient des stocks énormes pour l’hiver, l’abritant dans un lieu au sec avant les premières pluies. Ce fut fastidieux pour le reste. Il lui fallut trouver un plan de bois assez large et plat pour y sculpter un trou et trouver un morceau de bois sec et assez solide pour le faire tourner entre ses mains. Les minutes défilées et c’était toujours la partie la plus délicate. Elle se souvint que c’était toujours Jonah qui s’occupait d’allumer le feu dans leur foyer. Mais Sha’ avait que trop remarqué la main blesser que Leary pour lui demander de faire les choses. Pendant de longues minutes, Shanaë fit rouler le morceau de bois, faisant doucement fumer l’extrémité avant qu’enfin la friction vienne créer une minuscule source de chaleur. Elle tendit la main et demanda dans sa langue, la paille, mais la pointa du doigt pour que Leary soit plus réactif. La paille pris feu. Ses bras eux étaient exténués. Ses muscles chauffaient. Il fallait faire vite et ne pas laisser passer sa chance. Elle fit prendre vie au flammes en soufflant doucement dessus, puis rajouta les brindilles. Quand celle-ci fut assez incandescente. Ils purent positionner le bois. Elle souffla de soulagement. Se massant les bras.

- Hommes créer feu… Femmes faire manger.

Elle sourit et baisse légèrement les yeux. Si elle savait faire un feu, c’était parce qu’elle avait dû se débrouiller sans les hommes après la mort de son mari. Pour faire cuire les glands, il lui fallait un récipient et hélas, Sha’ n’avait rien prévu de telle. Elle n’avait pas prévu de s’attarder jusqu’au soir. Donc rien qui ne lui permettrait de camper dans les environs. Elle fit un geste avec ses mains, mimant ou coupelle ou un bol.

-Pour chauffer fruit… besoin de ça, dit-elle en mimant encore et encore.

avatar
07/12/2015 204 Luke Evans AVENGEDINCHAINS Professeur en biologie 10


Sujet: Re: Explique-moi le monde | Shanaë
Jeu 9 Fév - 10:06

Le monde ne lui avait plus paru aussi léger et simple depuis longtemps. Il oubliait tout aux côtés de Shanaë. Il ressentait un sentiment étrange qui ne s’expliquait pas. L’écouter rire le rendait heureux, il aimait ce qu’elle dégageait, quelque chose de très nettement différent que les gens de l’Odyssée. L’homme regarda Shanaë prendre son élan et sauter sur un tronc d’arbre. Le scientifique avec un air clairement étonné, les yeux écarquillés. Il admirait clairement sa rapidité et sa souplesse. Il se demandait si les autres terriens étaient comme elle, mais il n’avait pas entendu des récits sur des terriens si doués à la grimpe sur un arbre. Leary regarda des brindilles et du bois tomber autour de lui. Il ne bougeait absolument pas, fasciné par les actes de la femme. Il avait l’impression de rêver et son air ahuri devait clairement s’afficher. Il hocha la tête alors qu’elle parla de feu il rassembla ce qu’elle venait de faire tomber. Du coin du regard, il la regardait ramasser de la mousse. Il se demandait ce qu’elle faisait, après tout il n’avait pas de grande connaissance dans l’art du feu. Leary aurait voulu faire le feu, mais sa main l’en aurait empêché et il fallait bien avouer qu’il était plus occupé à fixer Shanaë faire l’effort. Il observait le jeu de ses mains qui faisaient rouler le morceau de bois. Quand elle demanda quelque chose, le brun la fixa, interrogatif.

Elle désigna la paille et il lui tendit. « Pardon. » Il regarda la paille prendre feu et se dit que le feu devait prendre. Il verrait bien rapidement si le feu tenait ou pas. Il se sentait inutile et regarda Shanaë se masser les bras. Une vague de culpabilité l’envahit quand la femme dit que les hommes créaient le feu et que les femmes faisaient à manger. Il n’avait jamais été élevé dans ce modèle-là. « Je suis désolé. » Il passait son temps à s’excuser et regarda Shanaë baisser les yeux. Il ne lui demanda pas pourquoi elle, elle faisait du feu, la réponse était évidente non ? Lui en était incapable. Il ne se doutait pas une seule seconde que la réponse était toute autre et qu’elle était veuve. Il se rendit compte alors que le froid mordait sa chair et que sa main en bon état était engourdie. Il faisait vraiment froid. Il la regarda mimer une coupelle, ou un bol, mais il n’avait rien, il grimaça. Leary soupira longuement et regarda le feu. « Je n’ai rien. » Et il pensait bien que lancer les fruits à coque dans le feu serait moyen. Il décida pourtant d’essayer, esprit scientifique oblige. Il en jeta un calmement dans le feu, regardant le fruit se faire brûler tranquillement tandis qu’il semblait chanter dans les flammes rouges et jaunes. « Tu devrais rentrer chez toi, il fait froid. » Il ne voulait pas qu’elle tombe malade et elle devait avoir une famille. Ils n’étaient pas tous comme lui, seul et abandonné. Cette phrase le plongea dans une profonde tristesse et il décida de chasser ses pensées.

Ce n’était pas le moment de paraître triste. Il ferait une bien mauvaise compagnie. L’homme attrapa un bâton et poussa vers lui le fruit à coque qui avait bien doré. Il le regarda, fasciné. Les flammes dansaient sur son visage, lui donnant une mine particulière. « Il est bon ? » Il la regarda, un léger sourire sur le visage même si son regard clair semblait profondément triste. On n’effaçait pas aussi rapidement le deuil.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Explique-moi le monde | Shanaë
Sam 25 Fév - 1:20

C’était pour ce genre de rencontre, de moment que Shanaë ne se laissait pas abattre par le poids du deuil. Car la vie avait beaucoup trop à offrir pour rester bloquée dans le passé. Dans les arbres, elle s’était amusée à l’impressionné. Elle savait quelques parts que leurs différences, pourrait être un atout, un sujet de conversation. Puis ensemble ils avaient réuni le nécessaire pour faire du feu. Elle s’était occupé d’allumer l’étincelle nécessaire. Sans se soucier de ce qu’il pourrait ressentir. Oui, elle avait bien compris que sa main était handicapée. Mais elle présumait aussi, que les hommes du ciel n’avaient pas besoin du feu. Etant si près du soleil, pourquoi sauraient-ils en faire ? Elle aurait voulu lui faire découvrir ses méthodes, mais le manque de matériel, ne fit que donner des idées à la jeune naoris sur les prochaines fournitures à amener. Elle le regarda faire. Les glands ressortiront certainement trop cuit. Mais pour les impatients, elle ne pouvait faire autrement. La fraîcheur s’installait au rythme que le soleil disparaissait derrière les nuages. Le vent se levait légèrement, pas assez pour être désagréable, mais bien assez pour faire frissonner les parcelles de peaux nues de Shanaë. Elle s’en rapprocha du feu et de Leary que d’avantage. Proposant de la laisser rentrer. Elle le regarda calmement. Elle préférait rester ici avec lui, profiter de cette journée, tant qu’elle le pouvait. Qui c’est, quand est-ce qu’elle pourra revenir. Bientôt l’hiver arrivera et ses commandes de vêtements allaient augmenter. Lui prenant presque tout son temps.

-A son temps le moment. Prononça-t-elle dans sa langue. Elle lui sourit et traduisit dans les mots qu’elle pouvait connaitre. « Veut dire profiter de ça. »

Montrant le feu, l’homme. Le décors de ses mains. Le sourire toujours aussi éblouissant. Elle passa ses mains autour du bras de Leary. L’encourageant à s’asseoir sur la couverture qu’elle venait de déployer pour eux d’eux. Alors qu’il avait lui, récupéré les glands, quasiment carbonisé. A sa question, elle haussa les épaules.

« Goût faible, mais bon pour faim. »

Elle s’allongea sur la couverture. Le feu réchauffait la zone, calmant les frissons de la jeune femme. L’éclat que les flammes donnaient au visage de Leary avait une beauté qu’elle ne saurait décrire. Son regard semblait celui d’un homme blessé et curieux. Elle se sentait à la fois proche de lui, sans pour autant le connaitre assez. Mais à aucun moment elle ne sentait sa présence déplacée. A vrai dire, c’était aussi naturel que si elle l’avait toujours connu. Elle lui sourit. Elle aimait le regarder d’aussi près se dit-elle. Osera-t-elle se confier à sa mère à son sujet. Elle aimerait pourtant. Lui demander conseil, la mettre dans la confidence, lui dire où elle se trouve quand elle n’est pas au village.

« Etranger rare dans peuple. Rahjak parfois. Mais eux dangereux, violent peuple. » Elle grimace en prononçant leurs noms. Son cœur se serre, se demandant souvent si ce n’était pas l’un d’eux, le coupable de la mort de son mari. « Conflit loin dans passé entre nous. Vous différent. Donner espoir pour hommes dans avenir. »

Elle se redressa sur ses coudes, pour plonger son regard dans le sien. « Et toi avoir âme bonne. Respecter vie comme naori le fait. » Elle le touche du bout de l’index, visant son cœur. « Âme de Leary au bon endroit. Nous fière et respecte ça. »

Son index se tend en un paume complètement aplatit sur la poitrine de Leary. Elle pouvait y sentir les battements de cœurs de l’homme. Un signe de vie, si rassurant, quand on sait le nombre de fois qu’elle a senti un cœur s’éteindre.

« Nous deux trouver animal totem de toi. » Et de nouveau ce sourire radieux, enchantée à l’idée de trouver à quoi son âme à lui pouvait bien être attachée.

avatar
07/12/2015 204 Luke Evans AVENGEDINCHAINS Professeur en biologie 10


Sujet: Re: Explique-moi le monde | Shanaë
Lun 13 Mar - 22:12

Leary était inquiet et nerveux. Il se sentait gauche en présence de Shanaë et son naturel semblait fondre comme neige au soleil. Il ne savait pas quoi faire. Il restait songeur quand elle parlait dans sa langue natale, ne comprenant rien. Il aurait tellement voulu comprendre, mais cette langue restait un véritable mirage. « Dans ma langue, on dit profiter de l’instant présent. En latin, carpe diem. » Il se demandait si elle allait comprendre, mais c’était son petit instant scientifique. Leary aimait bien étaler sa science de temps en temps. Il l’avait bien vue frissonner et n’avait rien dit auparavant quand il l’avait vue se reprocher de lui. Il réchauffait ses mains au coin du feu. Un tressaillement courut le long de son échine alors que la jolie brune le prit par le bras. Il la regarda discrètement, mais ne dit rien. Il s’assit sur la couverture qu’elle venait d’installer. Il se demandait si le gland serait bon et avec précaution, en prit un et le décortiqua. Il porta la chair à sa bouche, le goût était en effet fade, mais cela n’était pas mal. Le scientifique la regarda s’allonger sur la couverture et se demanda quand ils s’étaient liés de cette manière. Leary oublia complètement sa défunte femme, regardant Shanaë qui semblait se dorer au feu. Elle était tout simplement fascinante, il n’y avait pas d’autres mots. Il avait l’étrange envie de toucher la chair qu’il entrevoyait.

L’homme de science serra son poing, ce n’était franchement pas le moment pour ce genre de chose, clairement, il s’égarait et c’était une bêtise. Il se sentait observé et se demandait si c’était normal. Le brun affronta son regard. Peut-être n’avaient-ils pas les mêmes coutumes au niveau du regard. Il était frustré, il apprenait tant de choses au contact de Shanaë, il aurait voulu prendre des notes, mais se retenait de le faire. Elle était un être humain, pas un animal de cirque et elle était étrangement attirante. Il lui répondit à son sourire, étrangement joyeux. A quoi pensait cette femme mystérieuse qui le rendait étrange ? Rahjak, ce mot résonna en lui comme un coup et il plissa les yeux. « Autre tribu ? » Il avait peut-être entendu ce mot quelque part, mais il n’était pas trop sûr. Il se rapprocha d’elle, s’allongeant à ses côtés sur la couverture. Il se sentit soudainement comme un enfant et Leary n’avait plus connu ce sentiment depuis bien longtemps. Il n’était pas un enfant, mais il se sentait comme tel. Ou alors un adolescent terriblement maladroit. « Vous vous bagarrez entre vous ? » Des informations pleuvaient et il voulait en apprendre plus. Il était curieux et il grappillait chaque information avec un intérêt évident. Leary voulait savoir.

Il la regarda se redresser sur les coudes sans bouger pour autant. Il fut surpris par ce qu’elle disait alors qu’elle affirma qu’il avait une bonne âme. Elle toucha son torse et il resta encore plus silencieux. Il regarda sa main sur sa poitrine et lentement, attrapa son poignet. « C’est très gentil de dire ça. » C’était la chose la plus gentille qu’il ait entendu et il la regarda. Il ne savait pas quoi dire ou faire de plus. Il lui relâcha le poignet et sa curiosité fut encore titillée. « Animal totem ? C’est quoi ? » Il ne bougeait pas. Les flammes dansaient devant son visage. On aurait dit un homme d’un autre temps. Et non pas celui qui avait vécu dans l’espace. « Quel est le tien ? » Était-ce une sorte de secret qu’on gardait pour soi ? Mais que faisait-elle ? Leary avait l’impression d’être emporté par cette femme dont il ne comprenait pas tout. Elle le déroutait et elle souriait si naturellement. On aurait dit une étoile qui brillait dans le ciel. Depuis quand pensait-il ainsi ? Respectait-il vraiment la vie ? Leary n’en savait rien. « Je veux te montrer mon carnet. » Là où il notait chaque faune et flore qu’il répertoriait. Peut-être pourrait-elle l’aider. S’il ne travaillait pas avec une native, il ne pourrait jamais aider les siens. Était-ce la vraie raison de ne pas vouloir se séparer de Shanaë ? Ou était-ce plutôt une excuse qu’il s’inventait pour se masquer la vérité ?

Admin △ I'll dream you real
avatar
05/10/2015 Electric Soul 5933 Dan Stevens Avengedinchains ♥ & tumblr Professeur de litté/philo sur l'Odyssée, s'occupe des cultures sur Terre | Education & notions d'agriculture 8
Admin △ I'll dream you real


Sujet: Re: Explique-moi le monde | Shanaë
Dim 4 Juin - 9:26

RP archivé suite au départ de Shanaë

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Explique-moi le monde | Shanaë

 

Explique-moi le monde | Shanaë

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La place d'Haïti dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-