Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Plan your escape (Ft Astrid)
maybe life should be about more than just surviving


Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 23497 Thomas B.-Sangster Lux Aeterna (Murphy ♥) Signa ©crack in time ♥ Unicorn, crackship soeur d'arme, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 469
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Plan your escape (Ft Astrid)
Mar 11 Oct - 10:57

Traquer lui manquait. Ce n’était pas tant l’activité de traquer qui lui manquait mais ce que lui offrait celle-ci. Depuis quelques temps beaucoup de changements s’étaient produits dans sa vie au campement. Il ne s’en plaignait pas forcément. Il savait qu’il pouvait facilement déléguer à Thaïs et Taël sur cette tâche qui ne lui disait rien qui vaille. Ce n’était pas bien compliqué, il n’n’y avait pas tant de tâches à réaliser mais tout de même, c’était différent que d’être une personne lambda comme il avait pu l’être auparavant. Être tranquille lui manquait. Si Donovan se moquait ouvertement de cette nouvelle responsabilité qui lui avait été en quelque sorte imposée, Liam croisait des bras sans lui répondre, préférant se demander ce que tout ça allait changer pour lui. Il aimait bien qu’on le laisse tranquille de temps en temps et chose impensable pour les plus extravertis d’entre eux, la solitude ne l’avait jamais dérangé. C’était même agréable de ne pas avoir leurs bavardages et interrogations incessantes en bruit de fond. C’était agréable d’avoir la paix et cette paix, parfois, n’était atteignable que dans la forêt. Il y avait des terriens, bien sur, mais généralement ils ne leur voulaient aucun mal.

Ou plutôt, la plupart d’entre eux étaient pour cet accord conclu entre les différentes tribus et le peuple du ciel. Du moins. La partie des jeunes de ce peuple. Il n’avait aucune idée de ce qui en était pour l’autre camp et ne s’était, à vrai dire, jamais posé la question. Peut-être le devrait-il maintenant que deux de ses parents y vivaient, que d’anciens amis y vivaient peut-être. Alaska. Sa mère. Son père. Que penser de tout ceci ? Ils étaient dans une impasse parce qu’il y aurait toujours ce barrage entre les Cent et les Odysséens. Qu’il y ait de la famille, des amis, des connaissances du passés dans les deux camps, cette barrière se situait dans les actions qu’ils avaient commises par le passé, ces mêmes actions qui les avaient envoyées sur Terre. Jamais deux peuples désormais bien différents ne sauraient s’entendre et la dernière tentative de pourparler avec l’Odyssée le leur avait bien montré. Il ne savait pas véritablement si un regroupement du peuple du ciel était souhaitable. Il n’en avait aucune idée même s’il comprenait le désir pour certains de retrouver leurs proches.

Et c’est quand il se rend compte qu’il se rapproche de plus en plus du camp des Odysséens qu’il se dit qu’il devrait véritablement faire attention. Encore plus attention. C’est un détour qu’il fait à présent pour ne pas ressembler à quelqu’un qui a l’air de se rendre au point de rencontre parce qu’il ne s’est toujours pas décidé à aller voir sa mère alors qu’elle a déjà fait le premier pas l’autre fois. Faire un détour n’est pas très malin parce que s’il se souvient du chemin à emprunter pour aller jusqu’au campement des plus vieux, c’est tout autre chose dès qu’il dévie de la trajectoire tracée par les cartographes. Plus il avance, plus cette odeur bizarre lui rappelle un endroit où il est déjà allé, celui-là même qu’il a pris la dernière fois qu’ils sont allés sur l’Odyssée en pleine tempête. Il est temps de faire de mi-tour, la dernière chose qu’il souhaite c’est s’enfoncer à nouveau dans les marécages. Il peut rentrer ouais, retourner sur ses pas et retrouver le chemin du retour qui lui permettra de retourner chez lui sans se perdre d’avantage. Ce qu’il ignore c’est que perdu, il l’est peut-être déjà mais ça, p’être bien qu’une âme charitable qu’il n’a pas encore repéré finira bien par le lui signaler.  Peut-être que peut-être.  

Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains 1168 Rose Leslie sign by ALAS Mercenaire et voleuse 24
Admin


Sujet: Re: Plan your escape (Ft Astrid)
Mar 18 Oct - 13:43


PLAN YOUR ESCAPE

Elle erre dans la forêt. Le regard vide, elle passe une main dans ses longs cheveux roux et claque sa langue contre son palet. Elle baille un grand coup, alors. Faut dire qu’elle n’a pas bien dormi la nuit dernière. Elle ne courrait aucun risque, en réalité. Elle ne craignait aucun danger, mais elle n’a pas vraiment été en mesure d’ignorer les bruits qu’elle entendait autour d’elle. Les animaux, la pleine lune. C’est une leçon qu’il lui serait judicieux de retenir. Mais qui n’est pas facile à apprendre ou à écouter. Et puis bon, elle en a tué un ou deux. C’était un petit bonus, genre le petit extra qui fait qu’au lieu de mal dormir, elle n’a juste pas dormi mais a bien mangé. Alors forcément, la journée du lendemain se fait plus longue, plus éreintante. Ses pas sont maladroits, elle fait un peu de bruit, et elle ne fait vraiment pas exprès. Elle s’aventure même dans une zone qu’elle ne fréquente pas, en général. Elle se demande s’il ne serait pas judicieux de faire une sieste, si on lui dirait véritablement quelque chose. Puis elle sourit parce que de toute façon, personne n’a rien à lui dire. Elle est seule et, mercenaire de son état, elle ne reçoit d’ordre de personne. Oui parce qu’à la cité, la famille royale ne donne pas vraiment d’ordre aux gens de son espèce. Ses membres leurs confient des missions, mais il y a échange de bon procédé et il y a un bon tas d’or à la clé. Et, comme il est souvent bon de le rappeler, avec un peu d’or, on obtient absolument tout ce qu’on veut de la jeune Astrid Helgusson. Elle n’y peut pas grand-chose. Ça l’attire. Pour autant, qu’on ne vienne surtout pas lui proposer une certaine somme pour qu’elle écarte les cuisses. Il ne faudrait pas confondre l’avidité pour l’or et la prostitution. C’est le meilleur moyen, pour un individu lambda, de se faire buter dans l’ombre d’une ruelle. Et elle camouffle suffisamment bien ses traces pour qu’on ne la soupçonne pas. La preuve, son tuteur a été tué voilà bien une année complète, et l’assassin n’a pour l’heure encore jamais été retrouvé. C’est bien une preuve, n’est-ce pas ? une évidence quant au fait qu’il est relativement simple de se faire discret lorsqu’on cherche à l’être.

La fatigue la fait grimacer. Elle réalise d’ailleurs qu’elle est bien trop près d’un campement du ciel. Et ça l’énerve. Elle n’a pas envie d’en rencontrer un. Elle en vient même à se dire qu’il ne manquerait plus que ça. Ils sont là, toujours à faire les beaux, à prétendre tout savoir sur tout. Oh, sur certaines choses, ils ont des informations, c’est un fait. De là à agir comme s’ils savaient tout, il y a néanmoins tout un monde. Lorsqu’elle surprend un bruit à côté d’elle, elle s’arrête. Ses pieds se stoppent, elle attend, le temps d’une seconde. Si c’est une attaque, elle n’a aucune chance. La fatigue ralentit ses mouvements, elle ne sera jamais suffisamment rapide. Elle se tapote les joues, tente d’émerger. Il lui faudrait deux, voire trois heures de sommeil, pour qu’elle puisse espérer se sentir mieux. En manquer aussi cruellement ne lui permet pas d’être suffisamment en forme. Elle déteste vraiment les animaux, ils ne servent qu’une fois qu’ils sont réellement dans une assiette.

Sauf qu’il ne s’agit pas d’une attaque. C’est ce gamin, qu’elle remarque en se dirigeant vers le bruit. Le fuir, c’est la pire manière de se montrer fort. Au contraire, on apparaît comme la pire sous espèce. Tout ceci n’a pas de sens. Comment est-ce qu’il est supposé s’appeler ? Elle marque un temps d’arrêt, il lui a pourtant donné son nom. Elle ne sait plus. Ça commençait par un L, et ça avait un son étrange. C’est tout ce dont elle se rappelle. Ah si oui, Laserian. L’évidence soudaine.  Ils n’ont pas que les vêtements d’étrange. Mais au sein des tribus, parfois, on trouve aussi des noms étranges. A croire que les parents aiment lorsque les gens ont du mal à prononcer le nom du gosse. Un lourd soupir s’échappe des lèvres de la jeune femme. Au moins, elle se permet de croire qu’il ne va pas soudainement l’attaquer. Elle n’a juste pas vraiment envie de prendre un quelconque risque inutile. On peut leurs faire confiance, oui, sûrement. Mais tant que l’idée n’est pas confirmée, il est préférable de ne pas courir le moindre risque. « On se promène ? ». Une accroche ridicule mais qui pourtant aura l’effet désiré. Cela va attirer son attention. C’est tout ce qui puisse véritablement compter.


Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 23497 Thomas B.-Sangster Lux Aeterna (Murphy ♥) Signa ©crack in time ♥ Unicorn, crackship soeur d'arme, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 469
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: Plan your escape (Ft Astrid)
Mar 6 Déc - 11:13



Il ne sait pas trop où il se trouve. Il a perdu l’habitude de se retrouver seul en forêt depuis quelque temps. C’est con. Il a aussi perdu l’habitude de s’orienter. Voilà ce qu’il aurait du demander à Ozvan pour que jamais plus il ne se perdre. Il a l’air idiot à ne pas savoir où il se trouve à se demander s’il ne va pas croiser la route de ces espèces de crocodiles ou s’agissait-il d’alligator ? Il ne sait pas, c’était pas lui le zoologiste, ça avait toujours été Jeremiah. Il soupire, râle contre lui-même et cette stupide idée qu’il a eue d’aller vers l’Odyssée sans être certain de la route à prendre. Y aller une fois ne suffit pas surtout quand ce voyage-ci ne s’est pas forcément bien passé et que rien sur place ne lui a donné l’envie d’y retourner. C’est juste sa mère, celle qu’il n’a pas vue depuis tout ce temps, celle qui lui force un peu la main en lui envoyant ce père au campement. Il ne sait pas trop ce qu’il va lui dire mais sait que c’est ce qu’il doit faire pour qu’ils se parlent, tentent de se parler. S’il ne se doute pas au départ qu’il se dirige vers les marécages, l’odeur désagréable qui l’enveloppe pas à pas lui souffle qu’il s’en approche, lui fait comprendre qu’il ne prend pas la bonne route. La brume qui l’enveloppe petit à petit n’arrange rien. Si quelqu’un venait à s’approcher sûr qu’il ne le reconnaitrait pas. Il recule de quelque pas, balaye l’air d’un geste de main comme s’il parvenait ainsi à rendre l’atmosphère plus lumineuse. L’absence du soleil caché par les nuages n’arrange rien. C’est désolant et triste comme endroit.

Les terriens ont l’habitude, pas les débarqués, pas même après deux ans. Il s’éloigne un peu mais l’atmosphère pesante de l’endroit ne rend pas l’orientation simple. Ce n’est pas comme s’il avait pu voir beaucoup d’endroits tels que celui-là dans les archives de l’Odyssées. Quelques films par-ci, par-là, souvent des films d’horreur qui ne l’intéressaient pas. Sa rencontre avec Astrid est différente de la dernière fois. Il se souvient qu’il s’était planqué. Cette fois-ci c’est elle qui est arrivée sans qu’il ne parvienne à vraiment la deviner de loin. Il est un peu surpris, ne sursaute pas vraiment parce que l’endroit qu’il n’aime pas le stresse d’avantage que le fait de recroiser cette terrienne qui lui a parut plutôt sympa malgré l’endroit d’où elle vient. Il ne tentera pas forcément de se faire une opinion sur chaque Rahjaks avant d’avoir cette opinion peu glorifiante des Rahjaks mais pour certains, oui, il peut bien faire cet effort de ne pas tous les rassembler dans le tiroir « baad people ». « On se promène ? » Pas vraiment non. Cela n’a pas l’air de trop se voir qu’il s’est un peu trompé de route mais il ne va pas lui mentir (encore) et prétendre qu’il venait là juste pour ressentir la puanteur des marécages dans toute sa splendeur parce qu’il n’avait pas trop eu le temps de s’insurger de cette différence quand ils y étaient allés la première fois. « Nan. Heureusement que y’a l’odeur pour nous indiquer qu’on fait fausse route. »

Il blague un peu  préfère se dire qu’il s’est trompé mais qu’il l’admet tout en jouant l’autodérision pour lui montrer que c’est pas la fin du monde et qu’une moquerie pour leur pointer leur incapacité de se débrouiller seul même après deux ans ne l’atteindra pas d’avantage. Il se traite bien d’idiot alors bon que quelqu’un d’autre le fasse, ça changera pas la donne. Il s’approche un peu, à une distance raisonnable quand même de la rouquine parce que la méfiance reste même s’il l’apprécie. Faire totalement confiance à un terrien n’est pas encore inscrit dans ses projets : il ne les connait pas assez, aura toujours le cran de sureté pour se protéger d’une attaque surprise de leur part. « Toi aussi tu voulais voir combien de temps tu pouvais supporter d’être non loin des marécages ? » Il était à moitié sérieux et à voir sa tête, elle n’appréciait pas trop. Elle avait l’air même pas mal bien crevée.

Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains 1168 Rose Leslie sign by ALAS Mercenaire et voleuse 24
Admin


Sujet: Re: Plan your escape (Ft Astrid)
Mar 10 Jan - 11:53



PLAN YOUR ESCAPE
astrid&liam
Le garçon qui se tient devant elle plairait aux siens. Le songe lui est venu déjà lors de la première rencontre. Ses traits, la douceur de son visage et le côté intemporel. Il est difficile de lui donner un âge et plus ils sont jeunes ou le paraissent, plus ils plaisent dans le désert. Oh bien sûr, elle ne l’a pas attrapé, elle a bien vu ce qu’avait donné le précédent kidnapping. Pour autant, il y a des noms sur sa liste pour lesquels elle n’hésiterait pas. Elle sèche sur son nom à lui, mais il finira par lui revenir ou elle le lui demandera à nouveau, simplement. Mais lui, elle n’a pas forcément envie de le livrer. Si son visage lui apporterait pas mal d’or, il fait parti de ceux qui n’ont pas à s’y rendre. Elle ne le voit pas esclave, elle n’a pas envie de l’imaginer ainsi. Et c’est sans doute mieux comme ça. Elle s’y perd un peu parce que la dernière fois déjà, elle le pensait. Elle ne sait pas pourquoi, en plus. Elle n’apprécie pas franchement de penser comme ça, en fin de compte. Astrid n’est pas à l’aise avec la gentillesse, et elle n’a pas pour habitude de penser à la personne avant de penser à l’or, non plus. L’or a été sa priorité pendant presque toute son existence. Le fait que ses choses se soient d’un seul coup modifié lui donne une illusion étrange mais que pourrait-elle faire hein ? Elle a appris, auprès de certaines personnes, qu’il est possible de changer et que parfois, ça nous tombe dessus, même. Là c’est plus ou moins ce qui a pu lui arriver. Et il n’y a, de ce fait, pas grand-chose à en dire de plus. Elle n’ira pas prétendre que son existence est différente, elle n’ira pas non plus dire que tous ses choix faits par le passé ont été mauvais mais elle ne cache pas que ouais, parfois, ses pensées sont différentes de celles qu’elle a pu avoir. Mais bien sûr, tout ceci, elle n’en parle à personne et ça n’arrivera pas. Et là, à l’avoir en face d’elle, qui sait ? Peut-être qu’elle sera davantage tentée de lui rentrer dedans que de l’inviter à tailler une bavette. Ses illusions à son égard seront peut-être différentes. On ne sait jamais sur quel pied danser, ni comment les choses évolueront. Tout peut être si compliqué, parfois. On peut apprécier quelqu’un un jour et le détester le lendemain. C’est la complexité de l’existence qui veut ça, justement.

Trop près des marécages, elle ne le réalise que maintenant. Elle le regretterait presque, c’est une zone qu’elle n’apprécie pas plus que ça. Encore un trait commun à cette fatigue qui lui ronge le sang, évidemment. C’est encore à cause de ça qu’elle ne parvient pas à faire la part des choses. Elle se perd, se leurre. Et encore une fois, il faudrait qu’elle songe à cesser de sortir lorsqu’elle n’en ait pas capable comme ça. Mais bien sûr, il est plus facile de le dire que de le faire. On ne peut cependant pas lui reprocher ses erreurs parce qu’elle les cumule bien plus qu’elle ne le voudrait. Bref, pour l’heure, il faut surtout qu’elle essaie de mettre de côté cette fatigue agaçante, que cela soit facile ou non. « Nan. Heureusement que y’a l’odeur pour nous indiquer qu’on fait fausse route. ». C’est bien une zone à éviter oui. L’odeur, le paysage, ce qu’on y voit, ce qu’on y sent et ce qu’on peut ressentir, également. Dans tous les cas, il faut toujours éviter ce genre de chose. C’est souvent plus simple ainsi, de toute évidence. Et de toute manière, la rousse déteste les marécages. Mais avec la fatigue, elle n’y a vraiment pas fait attention. Et pour une mercenaire, c’est assez ridicule. « Et encore, il y a certains coins qui sentent moins que d’autres ». Mais il n’est pas vraiment nécessaire de philosopher vis-à-vis des marécages. Pour la mercenaire par exemple, elle sait que les fuyards s’y réfugient souvent parce qu’ils ont conscience que c’est une zone qu’on n’approche pas vraiment. Mais ça, c’est un truc que les mercenaires ont quand même fini par comprendre. Logique, n’est-ce pas ? « Toi aussi tu voulais voir combien de temps tu pouvais supporter d’être non loin des marécages ? ». Un fin sourire se glisse sur ses traits. Bien sûr, son intention n’est pas du tout de voir combien de temps elle peut tenir ici. Elle a toujours vécu sur cette île et ses occasions de faire face aux marécages ont déjà été nombreuses. « Je connais les marécages depuis que je suis petite alors… Comment tu t’appelles déjà ? ». Oh la question est juste comme ça. Il lui a déjà donné son nom mais elle n’en a plus le souvenir. Alors elle lui demande et elle attend de voir ce qu’il pourrait bien lui dire. Logique. C’est juste un nom quoi.
AVENGEDINCHAINS

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 23497 Thomas B.-Sangster Lux Aeterna (Murphy ♥) Signa ©crack in time ♥ Unicorn, crackship soeur d'arme, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 469
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: Plan your escape (Ft Astrid)
Mer 8 Fév - 2:50



Il ne sait jamais trop se comporter devant un terrien. Elle il l’a déjà rencontré. Elle il lui a un peu menti pour se protéger  et elle, il sait pas trop s’il doit continuer sur cette lancée. Après tout elle ne lui a pas donné de raison de trop s’inquiéter sur son sort si jamais il devait lui révéler son identité. Elle est Rahjak. C’est tout ce qu’il sait d’elle. Elle est différente. Ils sont tous différents par rapport aux enfants du ciel mais lorsqu’elle a partagé son lapin avec lui, il s’était senti bien. La méfiance était restée mais ils avaient réussi à parler. C’était intéressant et il n’a pas envie de se dire qu’elle est finalement comme tous ces autres qui ramènent de l’humain à la cité. C’est compliqué parce qu’il ne comprend pas pourquoi il se méfie tant. Aux dernières nouvelles, les Rahjaks et les Naoris ont établi un pacte pour il ne sait quelles raisons et dans ce pacte ils sont intouchables. Du moins c’est ce qu’il a préféré comprendre dans leur libération soudaine. C’est une seconde peau que de protéger la première. Il n’a pas envie de retourner là-bas.

Pour l’heure il faut qu’lis s’éloignent des marécages et retourner sur ses pas semble la meilleure chose à faire. « Et encore, il y a certains coins qui sentent moins que d’autres. » Il hoche la tête, il veut bien la croire. C’est bien l’odeur qui l’a mené à comprendre comme un grand qu’il était dans un coin qu’il fallait mieux éviter. S’il savait qu’il se dirigeait tout droit vers les marécages ? Aucune idée même s’il aurait pu s’en douter. En rendant visite à l’Odyssée il y a de ça des mois ils s’étaient bien retrouvé coincé dedans. La tempête de neige leur avait fait faire des détours idiots. Tout ça pour en récupérer quelques uns qui auraient fait un retour sans crainte quelques heures plus tard. S’il avait su probablement qu’il ne serait jamais parti avec la troupe si seulement n’y avait-il pas eu Siwan dans le premier groupe parti pour l’odyssée, si seulement n’y avait-il pas eu Thaio dans le groupe de pseudo sauveteurs des premiers. Bref. Un passage dans ces marécages qu’il aurait préféré éviter la première fois. Qu’il préférait éviter la seconde. « J’te crois. On y a croisé un crocodile la dernière fois. Enfin. J’avoue que j’y ai pas regardé de trop près pour voir si c’n’était pas plutôt un alligator ou enfin, une autre espèce créée par dame radiation. »  

Il papote, il plaisante à moitié parce qu’il ne sait en réalité toujours autant pas comment faire face à celle à qui il a menti la première fois. Il rigole un peu. Toutes ces interrogations pour comprendre ensuite qu’elle a tout oublié. Enfin. Il peut lui dire maintenant hein ? Ils retiennent le prénom des terriens qu’ils rencontrent par prudence pour pouvoir les cataloguer, se rassurer en se disant qu’avec untel ils ne risquent rien, que les autres : mieux vaut les éviter. Ils n’ont pas ce besoin de retenir ces futilités. Ils n’ont jamais représenté une menace, juste une démangeaison dans leur vie bien rangée. « J’sais pas si ça avait de l’intérêt de te mentir la première fois. » Pusique de toute évidence c’est les premiers signes de la vieillesse qui cognent tout droit sur sa mémoire. « William Astrid. Astrid William. » Nouvelles présentations faites à la va-vite, regard en coin pour voir un peu sa réaction. Il n’a pas envie de passer sa vie à mentir. Advienne ce qu’il pourra. Sans doute n’avait-elle pas menti. Sans doute n’avait-il aucunement raison de se cacher sous une fausse identité. « Pourquoi t’es fatiguée comme ça ? » Question comme une autre, pour s’intéresser à elle, pour qu’elle se désintéresse de lui, pour que leur  rencontre soit aussi sympathique que l’était la première.  

Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains 1168 Rose Leslie sign by ALAS Mercenaire et voleuse 24
Admin


Sujet: Re: Plan your escape (Ft Astrid)
Mar 21 Fév - 17:31



PLAN YOUR ESCAPE
astrid&liam
L’odeur des marécages, elle s’en passerait bien volontiers. Astrid n’est absolument pas une petite nature et pourtant, sur certains points, elle se permet encore de jouer les délicates. Ou en tout cas, elle s’y essaie, parfois, et ce n’est certainement pas près de changer. La jeune femme n’a pas vraiment le nez délicat, et certaines lourdes odeurs ne la gênent pas forcément. Pourtant, ici, au cœur des marécages, l’enfer se cache. L’enfer des senteurs. Et elle ne préfère pas y réfléchir, elle ne préfère pas non plus s’attarder sur tout ceci parce que là, pour le coup, la situation est déjà bien assez destructrice et incompréhensible. Enfin bon, c’est une zone qu’elle évite, de manière générale. Et, bien sûr, seule la fatigue l’a entraînée dans cette zone. Si d’habitude, elle fait attention, pour le coup, elle n’a été en mesure de rien. Et elle ne cherche pas à faire mieux que ça parce que de toute manière, cela ne servirait clairement à rien. Enfin bon, après, c’est quand même supportable, c’est vrai. Il n’est pas vraiment insupportable de traverser le marais. Sinon, personne ne se pointerait dans le coin et ce serait une zone abandonnée. Ce n’est pas le cas. La preuve, ils sont deux à s’y aventurer et à y traîner les pieds. Non que ce soit bon pour leurs narines ou pour leurs santés mentales mais c’est ainsi que sont les choses et il n’y a pas grand-chose à y faire. « J’te crois. On y a croisé un crocodile la dernière fois. Enfin. J’avoue que j’y ai pas regardé de trop près pour voir si c’n’était pas plutôt un alligator ou enfin, une autre espèce créée par dame radiation. ». Ces bêtes sont abominables, même si leurs peaux sont susceptibles d’apporter beaucoup d’or auprès de ceux qui aiment les tenues sophistiquées. Astrid le sait, notamment auprès de Basile, elle est capable d’obtenir un bon tas d’or. Mais elle ne s’attarde jamais bien longtemps parce qu’elle n’en éprouve pas vraiment le besoin. Et puis bon, autant ces créatures paraissent lentes, autant leurs peaux sont dures et il faut s’acharner pour les tuer. Alors elle ne s’y risque pas, parce qu’ils savent se faire rapides lorsqu’ils en éprouvent le besoin. « Il faut se méfier avec eux. Ils prétendent être lents mais si vous vous approchez un peu trop, ils vous mordent ». Et avec une mâchoire pareille, il n’est pas garanti qu’on puisse y survivre, malheureusement.

Lorsqu’elle lui demande son prénom, Astrid attend sagement. Le trou de mémoire dont elle est la cible ne l’aide pas vraiment. Pour autant, c’est là, non loin d’elle. Probablement un prénom improbable sur laquelle il est difficile de s’attarder. De toute manière, Astrid oubliera sans doute encore un peu. Elle n’y prête pas une réelle attention. Elle ne s’attarde jamais parce que ça ne sert pas toujours à grand-chose. Elle retient quelques prénoms, surtout ceux qui sont utiles. Elle retient Thaïs et Liam parce qu’ils peuvent lui rapporter beaucoup. Le garçon devant elle ne lui rapporte rien, si ce n’est un peu de compagnie, quelques temps plus tôt. Mais elle ne risque pas d’en faire tout un foin parce qu’elle ne voit pas à quoi cela pourrait bien servir. « J’sais pas si ça avait de l’intérêt de te mentir la première fois. ». Pourtant, après qu’il ait dit ça, Astrid marque un temps d’arrêt, perplexe à l’idée de ce que peut engendrer ce qu’il est en train de dire. Donc, si elle saisit bien l’affaire, il serait en train de dire, plus ou moins, que le prénom qu’il a pu lui donner n’était pas le bon ? Et dans quel but, dans ce cas ? Parce que finalement, la réalité de tout ça n’est pas très clair, finalement. Elle n’est pas certaine d’avoir envie de réfléchir à ça, ou aux conséquences que ça pourrait avoir. Mais les choses étant comme elles sont, elle reste là, à attendre de voir ce qu’il pourrait bien dire de plus. Elle l’observe en tout cas. Se rappelle de ce moment où il lui rappelait la description qu’elle avait obtenu pour Liam. « William Astrid. Astrid William. ». Un rire s’échappe de ses lèvres, sans qu’elle ne puisse le retenir. Elle n’a pas envie de l’effrayer, parce que dans le fond, est-ce qu’il en vaut la peine ? Elle ne saurait le dire. « La méfiance du ciel contre la fille du désert hein ? ». Elle comprend, affiche sa tribu, se révèle à son tour, finalement. Ils en sont là. Elle, la mercenaire, lui, qui lui apporterait de l’or à foison. Pourtant, elle n’en a pas envie. Il est agréable de changer un peu d’avis, parfois. La sanguinaire hein ? Bof, bien qu’elle soit sans pitié la plupart du temps, elle n’est pas contre les écarts, parfois, lorsqu’ils en valent la peine. Si elle n’avait pas déjà croisé le garçon et si elle ne l’avait pas apprécié, les choses seraient sans doute différentes. Pourtant, elle se reconnaît dans certains de ces traits et elle l’apprécie. A sa manière, disons. Alors… Le ramener dans le désert pour qu’il devienne un esclave et perde ce semblant d’éclat qu’il possède, ça n’aurait pas vraiment de sens. « Pourquoi t’es fatiguée comme ça ? ». Ah bah il n’y a pas 36000 raisons pour lesquelles une personne serait fatiguée. Il faudrait juste qu’il s’en rende un minimum compte. Parce que là, pour le coup, ça n’a pas grand-chose de vraiment étonnant non ? On ne dort pas, on est fatigué. Enfin bon, Astrid n’a pas la moindre raison de plaisanter sur ça puisque de toute manière, elle n’y voit pas l’ombre d’un intérêt. Mais bon. « J’ai mal dormi cette nuit, c’est tout. Trop d’animaux qui traînaient pas loin ». Beaucoup trop d’animaux. Mais bon, on fait avec, si on peut le dire ainsi. C’est juste super chiant.

« Tu sais que y a une sacrée somme sur ta tête ? ». Pourtant, avec ce sourire sur ses traits et l’absence du moindre mouvement dans sa direction, elle se permet de croire qu’il ne va pas partir en courant. Mais… Comment savoir hein ?


Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 23497 Thomas B.-Sangster Lux Aeterna (Murphy ♥) Signa ©crack in time ♥ Unicorn, crackship soeur d'arme, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 469
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: Plan your escape (Ft Astrid)
Lun 13 Mar - 13:20



On ne dirait peut-être pas mais il stresse un peu de le lui balancer comme ça. Il aurait pu continuer dans le mensonge mais sans doute qu’un jour son propre mensonge l’aurait trahi, à un plus mauvais moment que celui-là. La Rahjak semble à côté de ses pompes. Il ne risque rien à le lui dire aujourd’hui mais demain ? Il verra bien. Il verra déjà bien comment cela se passe aujourd’hui. « Il faut se méfier avec eux. Ils prétendent être lents mais si vous vous approchez un peu trop, ils vous mordent. » Il hoche la tête, compréhensif. Peut-on faire la liaison avec la façon d’agir de certains êtres humains ? Possible. Il se pose trop de questions. Possible aussi. Que se serait-il passé s’il ne lui avait pas menti la dernière fois ? Il ne veut pas le savoir, se contente des réponses qu’elle lui donne, d’observer sa réaction face à ce petit aveu. Un aveu qui la fait rire. « La méfiance du ciel contre la fille du désert hein ? » Ne le sont-ils pas tous ? Peut-être pas. Mais la plupart d’entre eux préfèrent l’omission de certains détails de leur vie d’avant, continuent de se protéger comme ils peuvent d’ennemis qui ont l’avantage sur eux. Ils connaissent la terre, sont habitués à la vie dure alors les Cent et les Odysséens font avec ce qu’ils ont. S’ils peuvent apprendre, ils le font mais que les terriens ne s’attendent pas à ce qu’ils apprennent ce qu’ils ont eu le temps d’apprendre tout le long d’une vie en deux petites années. La méfiance et le mensonge restent leurs stratégies préférées. Enfin, ce sont les siennes. Les autres ? Ils sont des stratégies qui leurs sont propres. Chacun est différent.

Il ne sait pas trop quoi lui dire après ça. Il attend de savoir, s’inquiète un peu. « J’ai mal dormi cette nuit, c’est tout. Trop d’animaux qui traînaient pas loin. » Il lui a posé une question qui n’a pas d’importance en réalité. Tout ce qu’il veut c’est qu’elle oublie l’information qu’il lui a donné. L’importante. Chose qui évidemment ne se produit pas. « Tu sais que y a une sacrée somme sur ta tête ? » « J’le sais maintenant. » Il pourrait partir comme elle pourrait décocher une flèche pour le ralentir. Il préfère rester et attendre où ça les mènera. Sans doute fera t-elle un somme, sans doute restera t-il un moment avant de partir à l’aveuglette parce qu’il a beau savoir se repérer, la nuit ce n’est pas des plus évident. C’est pénible comme situation. Le silence s’installe. Il préférait l’Astrid du lapin, pas celle qui lui dit qu’un être humain n’est qu’un sacré montant qu’elle pourrait gagner bien facilement. « Ça se passe comment ? » Qu’il lui demande. Il est curieux de savoir ce que cela aurait donné s’il avait été un terrien comme les autres. « On a besoin de nouveauté dans les esclaves déjà disponibles ? » Il se déteste de parler ainsi d’autres qui sont dans cette situation qu’il déteste. Il déteste ce retour aux pratiques anciennes, abolies fut un temps. Il déteste la tournure qu’a pris ce monde qu’il peine toujours à comprendre.


Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains 1168 Rose Leslie sign by ALAS Mercenaire et voleuse 24
Admin


Sujet: Re: Plan your escape (Ft Astrid)
Lun 17 Avr - 21:53

» Plan your escape
Elle a un peu de mal à déterminer pourquoi il lui balance la vérité, d’un seul coup. Astrid n’est pas du genre à se faire surprendre pour rien mais là, pour le coup, elle ne s’y attendait absolument pas. Elle ne prétend pas qu’elle n’a jamais émis le moindre doute quant à son identité. Mais dans le fond, comment vraiment savoir si quelqu’un nous dit son nom où s’il en divulgue un autre ? Ce n’est pas aussi simple et ça ne l’a jamais été. Pour le coup, elle ne saurait même pas dire à quel moment elle aurait pu imaginer un truc pareil. Parce que ce n’est évidemment pas comme ça que ça fonctionne. Enfin bref. Tout ça pour dire qu’à aucun moment elle n’a pu imaginer que les choses se passeraient ainsi. Et c’était sans doute mieux comme ça. Rien n’est jamais facile, et sur certains points, c’est plus difficile encore. C’est que mine de rien, il s’est révélé être quelqu’un de sympa. Et quand on trouve quelqu’un sympa, la situation devient toujours plus compliquée. On n’arrête pas quelqu’un de sympa. On arrête une cible parce qu’on estime qu’elle peut être utile. Et rapporter gros. Il a toujours été fondé qu’un animal avec lequel on n’a pas la moindre attache est plus facilement chassé qu’une bête à qui on a donné un nom. En faisant un truc pareil, tout peut aisément devenir beaucoup plus compliqué. Une histoire qui ne tourne pas rond pour beaucoup de monde mais ça a une évidence palpable sur laquelle il est impossible de faire le point. Alors forcément, puisque Liam se trouve en face de lui, c’est compliqué. Parce qu’ils ont échangé, conversé, et qu’à cet instant, elle ne savait toujours pas si c’était lui ou non. En réalité, elle était même persuadée que ce n’était pas lui. En fin de compte, elle ne sait même pas pourquoi il lui a menti. Ne pas faire confiance à quelqu’un du ciel, oui, d’accord. Mais sinon ? Un nom ne fait pas la personne, il ne détermine pas qui on va devenir, même si ça a été le prénom de quelqu’un de plus fort. Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne et ça ne risque pas de changer. Mais pour le coup, il a préféré taire son nom et pour cette raison, Astrid se demande s’il ne savait pas, justement, qu’il était recherché. Elle ne va pas vraiment lui poser la question, pour autant. Parce qu’il n’y a pas besoin de réfléchir pour imaginer que ça n’apporterait rien. A quoi bon hein ?

En lui disant qu’il a une sacrée somme sur la tête, son intention n’est pas de lui laisser entendre que ça va faire des envieux, ou qu’elle va sauter dessus tête baissée. Les montants ne déterminent pas forcément sa manière d’agir. Même si parfois, ça fait rêver. Disons qu’il n’y a rien de vraiment étonnant à ce qu’une personne venant du ciel puisse rapporter un bon tas d’or. Après tout, ils représentent une population nouvelle et sur laquelle on a un peu de mal à s’attarder. Ils sont trop méfiants, trop discrets, aussi. Et ils prennent trop de précautions pour qu’on puisse les attraper. En plus avec le pacte de paix qu’ils ont fait, cette stupide trêves, les autres tribus ne semblent plus vraiment vouloir prendre de risque. Dommage. Ils peuvent se montrer pratiques quand ils le veulent. De temps en temps, c’était pratique. Il fallait juste tomber sur les bons, et certains étaient un peu trop énervants ou trop lisses. Ils ne comprenaient pas toujours, qu’un mercenaire puisse venir chercher un esclave en fuite. Le système du désert échappe à un peu trop de monde, en général. « J’le sais maintenant. ». Voilà, mais qu’est-ce que ça change vraiment ? Astrid ne va certainement pas se mettre à prétendre que ça fait un changement colossal. Qu’il sache de quoi il s’agit ou qu’il ne le sache pas, ça ne change rien du tout. Il ne va certainement pas choisir de se rendre juste parce qu’elle lui dit qu’il rapporterait gros. Ça n’aurait pas le moindre sens. Au contraire, avec une telle révélation, il va plutôt envisager de prendre la fuite plus rapidement. Sauf qu’il s’en doute. Il ne va pas pouvoir partir comme il le voudra. Si elle doute de son envie de l’arrêter, en cet instant, s’il se met à faire l’imbécile, elle n’hésitera pas vraiment. Puisqu’ils en sont encore à un statut de politesse et de courtoisie, il est préférable de ne pas encore tout foutre en l’air. Mais c’est à lui de jouer et de voir ce qu’il préfère faire.

« Ça se passe comment ? ». Elle penche légèrement la tête sur le côté. Le sens de cette question lui échappe légèrement. C’est qu’elle ne voit pas où il veut en venir. Qu’est-ce qu’il veut savoir, finalement ? Ce qu’elle va faire ou ce qu’il est censé se passer ? Il peut rapporter beaucoup mais elle n’est pas en mal d’or. Au contraire. Radine comme elle est, elle peut laisser sa tête à quelqu’un d’autre sans rien craindre. Mais pour le reste, il faudrait que personne ne l’apprenne. Laisser partir un potentiel esclave, ça fait très mauvais genre et ce n’est pas le but de tout ceci. Et en même temps, elle n’a pas besoin de regarder autour d’elle pour savoir qu’ils sont seuls. Près des marécages ? Il y a bien trop de personnes qui s’y aventurent. Surtout en provenance du désert. « On a besoin de nouveauté dans les esclaves déjà disponibles ? ». On peut dire ça comme ça, alors qu’un fin sourire se glisse sur les lèvres de la jeune femme. Mais tout ceci ne dépend pas que de ça. Après tout, ce n’est pas la nouveauté qui attire. Plutôt la marchandise qui a été libéré. « C’est plutôt que tu es déjà venu chez nous. Et que la personne qui devait t’acheter n’a pas apprécié que tu n’ailles pas chez elle ». Elle soupire doucement. Elle ne pourra pas lui dire pour quelle fonction il était voulu. Mais elle ne risque pas de réfléchir plus que ça parce que là, pour le coup, c’est déjà bien comme ça. Oui voilà. « Ca se passe comment hein ? Tu veux dire, entre nous deux, maintenant ? Ou tu parles du désert ? ». Dans le fond, elle est aussi incapable de répondre à ces questions. Parce qu’elle ne sait pas encore ce qu’elle va faire. Aucune idée.


notes » w/ Liam, près des marécages. Le 11 octobre 2116.

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 23497 Thomas B.-Sangster Lux Aeterna (Murphy ♥) Signa ©crack in time ♥ Unicorn, crackship soeur d'arme, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 469
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: Plan your escape (Ft Astrid)
Dim 18 Juin - 1:09







Il était amer, avait des raisons de l’être. Il ne voulait pas que tout recommence. Il avait envie de savoir ce qu’elle avait en tête le concernant. Elle lui disait qu’il y avait une belle somme pour qui lui ramenait sa tête (accrochée au reste de son corps ou pas, ça non plus il n’en avait pas la moindre foutue idée) et Astrid ne faisait rien, restait juste là a guetter sa réaction qui bien évidemment ne fut pas bonne. « C’est plutôt que tu es déjà venu chez nous. Et que la personne qui devait t’acheter n’a pas apprécié que tu n’ailles pas chez elle. » Ah. C’est vrai. On le lui a déjà dit le nom de celui qui devait l’acheter. Compliqué, qu’il n’aurait même pas réussi à prononcer s’il l’avait retenu après les soins du sorcier. Il ne sait pas vraiment quoi lui répondre. « Ca se passe comment hein ? Tu veux dire, entre nous deux, maintenant ? Ou tu parles du désert ? » Le désert, il en a eu une vague idée en le parcourant, en ayant vu le mécontentement du peuple du désert lors de leur libération. Il n’a pas envie d’y retourner c’est certain mais elle a une somme intéressante qui l’attend à son retour au bercail. Il grimace un peu, a toujours autant du mal à admettre que cette façon de vivre existe encore aujourd’hui. Il hausse les épaules. C’est un peu ça en fait. Elle a beau être fatiguée, il n’a qu’un couteau en guise d’arme et n’est pas encore des plus habiles dans son utilisation que pour pouvoir se défendre sans qu’un drame ne se produise et lui tout ce qu’il veut tuer ou blesser se sont les animaux. Il se l’est promis des années plutôt, il n’ôtera pas la vie à nouveau et préfère encore l’idée de se parler pour se sortir du mauvais pas que d’user de la violence. Ce qu’en pense Astrid ? Il n’en sait foutrement rien pourtant, il a une idée pour sauver sa peau si elle se décidait finalement à le ramener pour de bon.

« Bah moi le désert j’m’en fiche un peu hein. » N’était-ce pas évident qu’il parlait de leur situation à tous les deux ? Maintenant. Il veut savoir si elle compte le ramener à ce type alors qu’il y a des personnes ici qu’il ne veut pas abandonner une seconde fois par la faute de son imprudence. « Tu vas faire quoi maintenant ? » C’est la plus grande des questions, les autres n’ont pas d’importance. Il lui parle d’elle et de sa vision des choses maintenant qu’ils se connaissent un minimum. Il ne va pas oser prétendre que cette simple parlotte au-dessus d’un pont aura sauvé sa peau mais il aime bien l’idée que même la plus bornée des mercenaires peut se remettre en question et le jackpot serait qu’elle se remette en question grâce à lui. « J’m’en suis déjà presque pas sorti pendant la première traversée, tu crois vraiment que ça sera mieux la deuxième ? » Les souvenirs lui reviennent en flashs. Il ne passera peut-être pas le cap de la prison ni même celle des marchands d’esclaves mais  ce n’est pas pour autant qu’il attend avec impatience la suite. « Puis si on réfléchi un peu si tu m’embarques, les Naoris reviendront comme la première fois. » Il est sur de lui le gamin, de ce qu’il sait c’est cette seule information qui fera en sorte qu’elle change d’avis sur son compte parce qu’elle le doit.

Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains 1168 Rose Leslie sign by ALAS Mercenaire et voleuse 24
Admin


Sujet: Re: Plan your escape (Ft Astrid)
Jeu 6 Juil - 19:33

» Plan your escape
Et ainsi le jeune débarqué devient une source d’économie. La jeune rousse ne peut guère le regarder de la même manière qu’avant. Elle l’observe, se demande quelle serait la meilleure option ou la meilleure chose à faire. Elle ne prétend pas que c’est évident. Et sur certains points, elle ne cache pas qu’elle n’est pas toujours très agréable ou facile à vivre. Au contraire, même, mais les choses sont comme elles sont et c’est la seule chose qui importe vraiment. Dans un sens. La rousse aime l’or et l’appât du gain a toujours guidé le moindre de ses gestes. Elle n’a jamais été en mesure de se comporter autrement. Alors forcément, face à quelqu’un qui ne semble pas être trop détestable, elle ne sait pas forcément où donner de la tête. Il est sympa, et pas trop détestable, mais là, pour le coup, l’interrogation est grande. Que va-t-il lui arriver si elle l’emporte ? Esclave, il sera un pion dans une maison qui finalement, n’a pas forcément besoin de lui. Et elle n’estime pas forcément cela très détestable. Il n’est pas nécessaire, il n’est pas un besoin vital et ça, elle en a conscience depuis le tout début. Mais en parallèle à cela, la jeune rousse se permet de croire qu’il pourrait très bien rester ici. Il pourrait reprendre sa route, rentrer chez lui et rester libre. Mais… Ce n’est pas aussi simple que cela. Et la jeune mercenaire se demande si elle pourra rester mercenaire si elle se permet de ne pas capturer les personnes qui sont recherchées. Le débarqué rapporte gros. N’importe quel débarqué peut lui rapporter gros. Alors pourquoi capturer le seul avec qui elle a échangé ? Et dans le fond, pourquoi est-ce qu’il lui a aussi menti sur qui il était hein ? La situation est grotesque et s’il ne l’avait pas fait, elle ne l’aurait pas connu. C’est compliqué, c’est tout ce qu’elle sait. Et il est absolument hors de question pour elle d’en rester là. Une vraie réflexion se met en place ou en tout cas, elle essaie. Mais ce n’est pas vraiment une réussite.

« Bah moi le désert j’m’en fiche un peu hein. ». Normal. Le désert n’apporte rien. Il n’en verra que bien peu de choses et surtout pas les bons côtés. Il passera son temps à obéir aux ordres, déjà, et il ne pourra voir le marché que si on l’envoie pour faire quelques courses. Sinon, il restera perpétuellement enfermé dans la grande maison de l’homme. Enfin bon, il fera quand même chaud, finalement, mais c’est une toute autre histoire, déjà. Une histoire à laquelle elle n’a pas vraiment envie de songer. Le but de la manœuvre est de réfléchir à ce qu’elle pourrait bien faire, ce qu’elle pourrait choisir de faire, aussi. « Je te rassure, le désert dans sa globalité se fiche de toi aussi ». Elle hausse les épaules, elle s’en moque, c’est vrai. Mais bon, il a le droit de le dire, de manifester son manque d’envie de se retrouver dans un monde qui ne l’intéresse absolument pas. Mais à côté de ça, puisqu’elle est encore dans l’hésitation, elle ne va pas lui dire qu’il n’a pas à s’en faire, qu’il ne verra pas le désert. Ce n’est pas ainsi que ça fonctionne.

« Tu vas faire quoi maintenant ? ». Visiblement, il s’en rend compte et elle, elle ne saurait pas vraiment quoi lui dire. Non, elle ne sait pas, ce qu’elle va faire ni ce qu’elle peut bien vouloir faire. C’est que ça donnerait presque mal à la tête tout ça. « Je ne sais pas. Je n’ai pas pour habitude de bavarder avec les personnes qui finiront esclaves ». Elle a même du mal à gérer sa propre esclave. Mais c’est une autre histoire dont elle ne risque pas de parler avec lui, pas aussi simplement. Mais en même temps, c’est un des aspects qui rend leur relation aussi compliquée. Comment dénoncer quelqu’un avec qui on a lié sympathie ? A la rigueur, qu’elle donne son lieu et sa description à un autre mercenaire. Ce serait presque plus facile mais en général, ils refusent de partager le butin. « Tu n’as pas d’or à me donner en échange de ta liberté ? ». Ceci faciliterait la suite, mais c’est un détail et la question n’est pas vraiment sérieuse. Elle s’en doute, ce n’est pas le cas, elle ne se fait pas d’illusion. Mais le questionnement continue et oui, elle s’interroge. « J’m’en suis déjà presque pas sorti pendant la première traversée, tu crois vraiment que ça sera mieux la deuxième ? ». Parce que si c’est elle qui s’en occupe et qu’il est le seul gamin à surveiller, elle sait qu’il ne lui arrivera rien. Là n’est pas son questionnement, c’est un aspect de la chose sur lequel elle ne s’inquiète absolument pas, justement. « Lorsque je fais quelque chose, je le fais bien. Si tu viens avec moi, ou que je décide de t’emporter avec moi, je sais que ça se passera bien ». Mais ils n’en sont pas encore là.

« Puis si on réfléchi un peu si tu m’embarques, les Naoris reviendront comme la première fois. ». Un fin sourire en coin se glisse sur ses lèvres. Les Naoris sont venus parce que nombreux gamins avaient disparu. Un seul ? Rien ne pourra prouver qu’il est dans le désert. Son argument est mauvais mais il l’amuse, malgré tout. « Tu crois qu’ils provoqueraient une guerre pour une seule personne ? Ils ne sauraient même pas que tu es dans le désert ». Elle hausse les épaules. La pure vérité.


notes » w/ Liam, près des marécages. Le 11 octobre 2116.

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 23497 Thomas B.-Sangster Lux Aeterna (Murphy ♥) Signa ©crack in time ♥ Unicorn, crackship soeur d'arme, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 469
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: Plan your escape (Ft Astrid)
Jeu 7 Sep - 1:50



Pour le moment il s’en fichait un peu des gens du désert, de leur vie, de comment c’était pour eux là-bas. Peut-être que plus tard quand il serait fixé sur ce qu’il allait se passer pour lui ici, maintenant, il se poserait la question de savoir comment était leur vie là-bas, comment Astrid en était arrivée là, comment Cassian avait fini par devenir ce personnage étrange, comment Ozvan en avait fini par choisir d'y revenir le moins souvent possible. Il n'avait eu qu'un vague aperçu de la cité qui ne lui avait pas donné cette envie irrépressible d'y retourner. Il était bien ici dans un endroit où il n’y avait pas de sable, pas trop de chaleur, pas l’interrogation de se demander à chaque seconde ce qu’il allait lui arriver une fois sorti des cachots Rahjaks.

Il la regarde d’un air un peu méfiant, un peu surpris aussi qu’elle ait pu penser qu’il parlait du désert. « Je te rassure, le désert dans sa globalité se fiche de toi aussi. » S’il avait voulu faire son malin il aurait pu lui répondre que si c’était le cas, valait mieux le laisser ici mais non, la rousse ne devait pas être de son avis. C’était son métier ça, ça lui rapportait de quoi vivre alors il supposa que c’était juste elle qui était intéressée par sa présence à ses côtés. « Je ne sais pas. Je n’ai pas pour habitude de bavarder avec les personnes qui finiront esclaves. » Il roula des yeux. « Ça c’est pas encore décidé. » Il avait envie de se moquer de celle qui le trainerait peut-être jusqu’au désert. Il s’en foutait. De toute façon une fois qu’elle aurait décidé de son sort, ce qu’il réalisait ou ne réalisait pas maintenant n’avait aucune importance. « Tu n’as pas d’or à me donner en échange de ta liberté ? » La question était amusante. « On est plus pauvre que les plus pauvres des gens de ta cité. » Ça lui suffisait comme réponse ? Ils avaient des objets de là-haut s’ils n’étaient pas déjà cassés et si encore les archives n’étaient pas tombées dans l’eau, ils avaient certaines connaissances mais de l’or, c’était pile ce qu’elle ne trouverait jamais chez eux sauf si en cherchant dans la rivière ils venaient  à trouver cette denrée si importante par ici.

Ils avaient appris à vivre en communauté sans que la notion de l’or ne soit présente dans leurs têtes. Chacun avait une tâche qui leur permettait d’avoir un toit et de faire en sorte que ce toit puisse continuer d’exister encore bien des années plus tard. Si certains vivaient de façon plus aisée que d’autres ce n’était pas une question d’argent mais de statut dans la société. Ils avaient eu une façon de penser totalement différente de celle de la terre et de ses habitants parce qu’il n’y avait tout simplement pas eu besoin de cette notion dans un univers où il était impossible de créer, de dépasser certaines quotas ou tout ce qui était important était qu’il n’y ait pas de gaspillage, que l’air soit en suffisance pour eux tous pour des années à venir mais l’air avait fini par se faire rare et on les avait envoyé ici.

« Tu crois qu’ils provoqueraient une guerre pour une seule personne ? Ils ne sauraient même pas que tu es dans le désert. » Elle n’avait pas tord mais était bien sûre d’elle, chose qu’il n’était pas certain d’apprécier. « Tu devrais pas en être si certaine. » Ça allait leur jouer des tours d’être aussi présomptueux mais c’était vrai, s’ils remarqueraient sa disparition surement dès la nuit tombée, ils ne partiraient pas en guérilla pour le retrouver. Ils ne sauraient pas où chercher même si certains savaient que les anciens esclaves étaient recherchés par la cité, c’était une toute autre histoire que d’y retourner sans personne pour les soutenir dans leur démarche. « Vous pensez vraiment que tout vous est dû. Cité de feu. Conneries. » Il était dans une impasse, ne parvenait pas à trouver de solution au problème qui était le sien. S’il n’avait jamais cherché à deviner de quoi serait fait son avenir sur cette terre, il ne l’avait pas imaginé un instant comme étant à nouveau dans la cité, c’était un avenir qu’il ne parvenait pas à imaginer. Elle a mal dormi, il pourrait fuir mais elle finirait tôt ou tard par le retrouver et le même cirque recommencerait comme celui de la première fois.

C’était épuisant d’être sur cette Terre en réalité. Il comprenait très bien qu’elle ait du mal à dormir, lui aussi mais pour des raisons différentes. Des souvenirs revenaient à la surface, d’ici et de là-haut et de là-bas. Il avait envie d’être fixé, de savoir pour ne plus avoir à fuir sans cesse alors qu’il avait été libéré et que cette libération même si elle avait été mouvementée, n’avait jamais eu pour lui comme synonyme de fuite. « C’est quoi ce qui te fait hésiter ? Ça devrait être simple pour toi pourtant. » Elle qui avait si souvent eu l’habitude de les ramener à la cité la voilà qui semblait hésiter, qui lui avait demandé de l’or en échange de sa liberté. La curiosité plutôt que l’inquiétude de sa situation reprenait le dessus.  Il prenait un risque mais s’il parvenait à la faire douter ne serait-ce qu’un peu pour finalement pencher pour sa liberté, il n’aurait bientôt plus de soucis à se faire et la cité de feu ne serait plus qu’un bien lointain mauvais souvenir.
 

Plan your escape (Ft Astrid)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Plan Your Escape Feat Nathaniel Hansen
» Go Habs Go - Simple Plan
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Quel plan de développement pour le secteur énergétique ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: welcome to hell :: Aux alentours de l’Odyssée-