Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜All the things she said
maybe life should be about more than just surviving


avatar
16/04/2015 I 9947 Aneurin Barnard Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna Cuisinier - Aide soignant 413
- Hit the Road -


Sujet: All the things she said
Lun 10 Oct - 23:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Nahyri & Taël


La trève ne le rassurait pas complétement. Alors le jeune homme avançait rapidement bien qu'il aima en général admirer la nature. Pour les terriens tout cela semblait naturel mais lui le bouclé ne s'en lassait pas. Le chemin il le connaissait l'ayant parcouru pour aller aider les pikunis lorsque la terre trembla. Tael gardait même un très bon souvenir de son séjour. Malgré le chagrin de n'avoir pas pu revoir Mewan. Maintenant chaque "peuple" s'entraidait un peu plus. Mais ce n'était pas d'eux que le cuisinier se méfiait, mais d'éventuels Rahjaks qui pourraient trainer dans le coin. Il serra plus fort sa lame dans sa main. Di Ruzo il l'appelait, un cadeau de Tristam. La rumeur courait que ce garçon ne respirait plus sur cette terre. Un de plus. Un de moins. Quant aux hommes du désert la preuve en était la visite de cette Garde royale qui les retrouva prêt du camp. Il se souvenait de la peur panique éprouvée par lui et Rose jusqu’à ce qu'il la reconnaisse. La seule - avec Basile - à lui avoir prodigué un peu de bien. Donc pourquoi n'en trainerait-il pas d'autres beaucoup moins bien intentionnés, et seul sur le chemin tout pouvait lui arriver. Surtout que c'était une belle trotte.

Cependant il s'était engagé envers cette fille, et le bouclé tenait à honorer sa parole ! Grâce à Sierra qui l'emmena dans cette petite zone ou l'on troquait, il pu déjà se procurer quelque objets très joliment faits. Lui même connaissait peu de leur dialecte, mais ils arrivèrent tout de même à force de gestes, et de mimiques à se faire "entendre". Lui le brun il cherchait à remettre en état le garder-manger, alors il n'était pas contre échanger un peu de son temps pour arriver à récupérer un peu de matériel. Il restait tant à faire avant l'hiver, ce serait une autre catastrophe si tout restait à vaut l'eau. Et bien que tout le monde y mit du sien, parfois il se révélait difficile de continuer avec les nouvelles pertes humaines qu'ils devaient affronter. Il fallait vraiment se protéger. Alors oui voilà il voulait bien enseigner sa langue contre des objets utiles, ou même des conseils pour savoir en fabriquer de lui-même. Et la jeune fille rousse lui rappelait l'autre terrienne, enlevée avec eux, dont il ne sut jamais ce qu'elle devint. Ça le hantait parfois, comme Solan ou Milaan. Mais voilà Tael ne devait pas se laisser arrêter par les chagrins sinon il ne serait plus qu'une pleureuse, et ça n'aiderait personne.

Aussi avait-il récupéré quelques livres, point d'orthographes, il ne fallait pas rêver non plus, mais qui pourrait aider pour comprendre, les lettres, la prononciation, tenter la lecture ... Il n'en savait rien encore le petit cuisinier. Après tout il s'improvisait professeur, et pour une personne qui gardait une certaine difficulté à communiquer clairement avec les autres, ça s'apparenterait à un sacré défi. Mais oui il le relevait, il voulait croire qu'il en serait capable. Arrivé à la bordure du village, il du comme la fois précédente donner sa lame. Ce qu'il fit à regret, mais il fallait respecter les autres pour se faire entendre de son côté. On semblait au courant de son arrivé, mais Taël savait que plusieurs des siens recouraient à ce service, alors ça ne devait plus vraiment être une surprise pour eux. On lui montra le chemin, en réalité il ignorait complétement ou elle habitait, ni même si elle se trouvait au village en ce moment puisque les échanges restèrent sommèrent. Se contenant d'un accord comme quoi il arriverait le plus tôt possible et autant de fois qu'elle en verrait la nécessité. Du moins assez pour mieux communiquer avec eux sans pour autant devenir une oratrice exemplaire. Un peu gauche le bouclé attendait donc qu'elle vienne le chercher, ou alors devait-il frapper à la porte d'une de ses habitations ? Mais laquelle ?


Dernière édition par Taël D'Arbanville le Dim 9 Avr - 15:53, édité 1 fois

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: All the things she said
Mer 9 Nov - 14:38



All the things she said


ft. Taël d'Arbanville & Nahyri Redbird

Je n’aime pas les débarqués. Je déteste les débarqués me répétai-je. Pourtant, lorsqu’il s’agissait de celui-ci en particulier, ce n’était plus tout à fait exact. Taël, celui qui avait besoin d’aide pour refaire des meubles était…. Gentil, inoffensif, clairement inoffensif. Au moins autant qu’un bébé qui venait de naître. A mes yeux, il était sans doute le seul de cette tribu, faute d’un terme plus approprié, à valoir le coup d’être sauvé. Il y en avait sans doute quelques autres, à condition de les prendre séparément. Mais tous ensembles, en tant que peuple… Non. Je ne voulais pas d’eux sur ma planète. Les coups frappés à la porte interrompirent le cheminement de mes pensées. Une interruption d’autant plus bienvenue que je me rendis compte que j’étais entrain de littéralement réduire en poussière la planche sur laquelle je travaillais à force de la poncer. Elle n’avait, à présent, plus la taille qu’elle aurait dû avoir. Et merde… songeai-je, me disant que c’était une erreur d’avoir accepté que l’enfant du ciel vienne jusqu’à mon atelier. Se retrouver ailleurs aurait été une meilleure idée, même si c’était là que j’avais toutes mes affaires. « Entrez ! » répondis-je en trigedasleng à la porte. Un automatisme. J’avais beau savoir que mon visiteur ne parlait pas ma langue, j’avais réagi de la façon la plus naturelle pour moi. Heureusement, il avait visiblement été accompagné jusque là, puisque la porte ne tarda pas à s’ouvrir sur deux silhouettes. Si son escorte ne tarda pas à s’effacer après m’avoir adressé un signe de tête et m’avoir dit que si j’avais un soucis, je n’avais qu’à appeler, la deuxième silhouette, celle d’un brun aux cheveux bouclés qui avait sensiblement le même âge que moi resta quant à lui dans l’embrasure de la porte.

« Bon…Jour… » dis-je d’une voix hésitante en anglais en lui faisant signe d’entrer. Toujours par gestes, j’indiquais la table et les tabourets qui se trouvaient autour de celle-ci, l’invitant ainsi à s’asseoir. Et maintenant ? J’étais bien en peine d’entamer la conversation et pour moi qui avais tendance à trop parler lorsque j’étais stressée, c’était un problème. A la place, j’attrapai un chiffon – plein de poussière – et le passai sur la table pour enlever une partie de la sciure de bois que je venais de mettre dessus. « Boire… ? Manger… ? » lui proposai-je encore en signe de bienvenue, et pour essayer de nous mettre à l’aise tous les deux en attendant qu’il propose un plan d’action pour le déroulé de la journée. Allions nous commencer par la leçon d’anglais, ou par la création de meuble ? Je n’en avais pas la moindre idée. Mais j’espérais cependant qu’il ne tarderait pas à me proposer quelque chose.

avatar
16/04/2015 I 9947 Aneurin Barnard Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna Cuisinier - Aide soignant 413
- Hit the Road -


Sujet: Re: All the things she said
Ven 25 Nov - 15:02

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Nahyri & Taël

Devant le battant de la porte, le bouclé naviguait dans des eaux inconnues. Oui il s'agissait de sa seconde visite, mais cette fois en solitaire. Personne pour lui traduire les paroles dispersées qui parvenaient jusqu'à lui. Cependant un garde vint le chercher qui pratiquait sa langue et lui demanda de le suivre alors que le brun restait bras ballants sur la place du village. Il attendait cette rousse qui voulait apprendre à comprendre les mots des débarqués. Directement à la source, car bien que similaires à travers les années il se forgea quelques différences. très peu, mais elles n'échappaient pas à Tael. Dans sa petite besace il avait récupéré une vieux livre qui possédait quelques pages blanches. Et Gamora lui avait filé de quoi écrire. Récupéré par elle il ignorait ou, à part qu'elle faisait du troc avec un terrien un peu différent des pikunis. Il semblait lui fournir ce qu'elle lui demandait spécifiquement. Dans sa petite tête bouclée germait une manière de commencer avec la demoiselle, si elle ne comprenait rien du tout. Taël restait néanmoins légèrement nerveux parce qu'il devrait lui faire comprendre ce qu'il attendait. Mais peut-être qu'elle lui ferait savoir tout de suite le plan de la journée. Ça semblait une jeune fille volontaire. Nahyri s'il se souvenait bien de son prénom.

Miracle la voilà derrière la porte, heureux il lui sourit, parce il se trouvait impatient d'apprendre. Mais aussi de découvrir s'il réussirait à faire tomber la barrière des paroles qui les séparaient. la jeune fille lui fit signe d'avancer et de s'assoir, Tael se tourna vers ses guides et les remercia chaleureusement avant de pénétrer dans les lieux. Nahyri vivait dans un bel abri, il l'enviait, pensant qu'ils seraient bien qu'eux aussi puissent s'en construire un jour. « Bonjour Nahyri » Alors qu'il prenait place sur une chaise en posant son sac sur la table. Mais le bouclé le souleva rapidement alors qu'elle nettoyait sa table pleine d'une poussière jaune qui en volant dans l'air lui chatouilla le nez. Le cuisinier éternua alors une fois, deux fois, trois fois ... en n'omettant pas de mettre sa main devant sa bouche et son nez. « Pardon » Alors qu'elle lui demanda s'il préférait boire ou manger, il s'empressa d'ouvrir son bagage pour en sortir des fruits sauvages qu'il avança vers la rousse « Pour toi ! » Certes probablement qu'elle pouvait s'en procurer par elle-même mais Tael ne désirait pas arriver les mains vides. Et amener un truc cuisiné par lui du camp aurait eut peu de chance de lui parvenir intact, ou même frais.

« Boire » finit-il par lui répondre en attendant de voir si Nahyri accepterait cette modeste offrande. Le bouclé lisait clairement dans les yeux de cette dernière qu'elle attendait quelque chose de lui, alors il attrapa le livre qu'il déposa entre eux. tout en tenant en main ce qui lui servirait de crayon « écrire » Puis il fit le geste de tracer un mot sur une des pages. Pour commencer il imaginait qu'il serait bon de commencer à apprendre le vocabulaire pour mieux communiquer. Que chacun puisse apprendre de l'autre. Il mit ensuite la main sur son cœur ajoutant « Tael » Puis la pointa du doigt « Nahyri » pour finalement poser la main sur la table « Table » avec un regard interrogateur en espérant qu'elle ait comprit.


Dernière édition par Taël D'Arbanville le Dim 9 Avr - 15:55, édité 1 fois

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: All the things she said
Dim 18 Déc - 21:00

All the things she said


ft. Taël d'Arbanville & Nahyri Redbird

A dire vrai, recevoir un débarqué chez moi ne me mettait pas forcément très à l’aise. J’étais même particulièrement nerveuse. J’essayais, cependant, de faire comme s’il n’en était rien, comme si c’était tout à fait naturel de le recevoir chez moi. Mais j’avais presque oublié qu’il devait venir aujourd’hui. Enfin…. Je me souvenais qu’il devait venir mais était-ce aujourd’hui ? Demain ? Ou un autre jour ? Je n’aurais su le dire si on m’avait posé la question et, s’il avait oublié, cela ne m’aurait pas davantage perturbée que cela. Et puis, surtout, parler anglais, ou du moins apprendre l’anglais me mettait encore plus mal à l’aise qu’autre chose. Je n’aurais su dire ce que j’avais contre cette langue, mais elle me répugnait. Peut-être parce qu’à la base, c’était la langue de ceux qui avaient abandonné la Terre à son sort, qui nous avaient abandonné à notre sort funeste espérant sans doute que tous ceux qui n’avaient pas pu prendre les navettes pour le ciel allaient mourir. A cette idée, mes poings se serrèrent sous la table. Bien sûr, le garçon en face de moi n’était en rien responsable de cet état de fait. Je le savais. Mais ses parents, et les parents de ses parents, et leurs parents à leur tour l’étaient et ça, j’avais de la peine à le digérer.

Ne sachant quoi lui dire ni quoi faire après l’avoir salué et invité à s’asseoir, j’avais attrapé un chiffon pour nettoyer la table de mon atelier – hors de question qu’il pénètre dans la partie privée de ma maison. Il se mit à éternuer à plusieurs reprises et je fis de mon mieux pour cacher le petit sourire qui ne demandait qu’à fleurir sur mon visage. D’une certaine façon, ça m’amusait grandement de voir qu’il n’était pas aussi dénué d’émotions et de réactions que je les avais imaginés. Je n’aurais su dire pourquoi, mais j’avais imaginé les débarqués totalement figés, stériles dans leurs émotions. C’était très bizarre, je devais bien l’admettre. Tout comme j’étais persuadée qu’ils avaient débarqué ici en conquérants, désireux de reprendre le contrôle de la Terre. J’en étais toujours persuadée, d’ailleurs, mais le garçon en face de moi était tout seul. Quel mal pouvait-il nous faire ? Aucun. Lui, il semblait presque délicat. Presque aussi innocent qu’un jeune enfant qui n’avait pas encore atteint l’âge de raison. D’une certaine façon, il me plaisait bien. Il me faisait un peu penser à un jeune chiot encore mal à l’aise dans son nouvel environnement. Toutefois, j’avais parfaitement conscience que tous n’étaient pas comme lui.

Il me surprit alors en ouvrant son sac et en en sortant des fruits sauvages qu’il me tendit. Je regardai un instant les aliments, interdite, puis le garçon en face de moi sans trop savoir comment réagir. Bien entendu, je ne pensais pas qu’il cherchait à m’empoisonner. Pas en plein cœur de mon village. Mais…. Cherchait-il à s’attirer mes bonnes grâces ? J’avais accepté de marchander avec lui. De troquer  le travail d’objets, de meubles en bois contre des leçons d’anglais. Parce que c’était tout ce qu’il semblait avoir à offrir. Pourtant, je ne tenais pas plus que ça à apprendre à parler cette langue, même si je devais bien admettre que la comprendre au moins pouvait s’avérer ‘intéressant pour savoir ce qu’ils pouvaient raconter si jamais j’en croisais à l’extérieur. « Chof » répondis-je machinalement en trigedasleng. Je n’essayai même pas de deviner quel pouvait être le mot anglais correspondant. Je ne serais pas une bonne élève, je le savais déjà. Même si j’avais essayé en lui demandant s’il souhaitait boire ou manger. Boire, visiblement, et je hochai la tête en me relevant pour m’approcher de ma cheminée dans laquelle une bouilloire était suspendue. L’eau chaude à l’intérieur n’attendait que son infusion et, après m’être emparée de deux bols en terre cuite, que je m’empressai de remplir avec le liquide chaud, je m’emparai de quelques herbes aromatiques que je fis tomber dans les contenants. Après avoir laissé infuser quelques secondes, je pris une spatule pour enlever le gros des herbes et tendis un des deux bols à Tael. J’avais fait le tout en face de lui, qu’il voit bien qu’il n’y avait aucune différence entre les deux et que je n’allais pas l’empoisonner non plus.

Finalement, je m’assis face à lui et attendis son plan d’action… Qui ne tarda pas à arriver. La leçon d’anglais d’abord, donc. Je plissai les yeux lorsqu’il me parla d’écrire en mimant un dessin sur le papier. Euh…. Quoi ? Je penchai la tête sur le côté, à la façon d’un animal curieux. Ecrire ? Dessiner des trucs sur une feuille ? Comment voulait-il faire ça ? Je ne savais ni lire, ni écrire. Pourtant, j’avais trop honte pour l’avouer, même si mes joues rosirent très légèrement. J’espérais qu’il ne l’aurait pas remarqué, cependant. A moins que si ? Puisqu’il sembla changer d’optique et qu’il mit la main sur son cœur avant de dire son prénom et de me pointer du doigt en donnant mon prénom. Il désigna ensuite la table et donna son nom. « Taël » dis-je en le désignant. « Nahyri », ajoutai-je en mon montrant. « Ta… Ble » conclus-je en posant mes deux mains sur le meuble. Ouais bon… Jusque là, ce n’était pas sorcier. Mais ce n’était pas non plus ce qui allait me permettre de suivre une conversation. D’une certaine façon, j’étais frustrée. Mais peut-être allait-il me proposer mieux ?

avatar
16/04/2015 I 9947 Aneurin Barnard Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna Cuisinier - Aide soignant 413
- Hit the Road -


Sujet: Re: All the things she said
Jeu 16 Fév - 18:29

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Nahyri & Taël

Etait-il à l'aise ? Dans l'instant il n'y pensait pas, mais sans doute que non. Toutes les relations humaines lui posaient un problème. Certes il finissait par se rapprocher de certaines personnes mais ça ne lui donnait pas la clef pour se sentir à l'aise avec les autres. Alors se retrouver dans un village étranger pour lui équivalait à affronter l'épreuve du feu. Bon déjà ce qui rassurait le Bouclé fut que le nom de la tribu ne ressembla en rien à : Rahjak. Puis le cuisinier évoluait malgré tout en terrain connu. Néanmoins pénétré ainsi chez l'habitant en prétendant pouvoir lui apprendre une nouvelle langue demandait un certain culot quand dans la vie on se contentait de devenir le meilleur cuisinier possible. Lui apprendre quelques recettes de son cru paraissait plus logique, et certainement plus réalisable. Pourtant le bouclé ne voulait pas abandonner dès les premières difficultés. Et il lui semblait en observant la jeune rousse, qu'elle serait davantage le problème, que sa propre lacune en temps que professeur. Parce qu'il devait le reconnaître jamais il ne sut finir ses études et donc obtenir un diplôme en quoi que ce soit. Pas qu'ici ça sembla particulièrement à la mode non plus. Et désormais on pouvait très bien dire qu'il revêtait le costume d'une petit usurpateur.

Cependant personne ne viendrait affirmer qu'il n'en possédait pas le potentiel tant qu'il ne se mettrait pas véritablement à l'œuvre. Pourtant il aurait bien mit sa main à couper qu'elle en connaissait dix fois plus en sculpture du bois que lui en professeur de langue. Elle nettoyait sa table, cherchant certainement à avoir une contenance devant lui. Oui si ça trouve elle s'en moquait un peu qu'il fut là. Après tout, ils n'avaient évoqué l'échange sur le lieu de troc sans jamais le confirmer ou en reparler. Mais pour Tael ses paroles valaient une promesse, et il supposait que les autochtones ne notaient pas tout ça sur des milliers de petits papiers. Déjà elle le recevait, il ne pouvait que s'en féliciter parce qu'il n'eut pas aimer de refaire le chemin dans l'autre sens en un jour. Il ne s'en pensait pas trop capable. Il se serait endormi maintes fois sans le vouloir sous le coup de la fatigue. Taël qui ressemblait à une éponge absorbant tous les sentiments des autres mais prétendant ne pas en avoir lui-même, parce que ça se révélait souvent éreintant cette empathie. Et aux cotés de Nahyri ça donnait l’impression de se trouver sur des montagnes russes, comme si la jeune rousse ne se décidait pas quant à ce qu'elle pensait ou désirait. A moins que ce fut tout à la fois.

La voilà désormais immobile qui décortiquait des yeux les fruits avancés vers elle. D'étranges pensées flottaient dans les yeux de cette dernière que le débarqué préférait ne pas comprendre. Peut-être s'imaginait-elle que le jeune homme lui tendait un piège ? « ils sont tout frais, je les ai triés et il n'y pas de bestioles dedans ... » Puis il se mordit les lèvres parce que non forcément elle n'entendrait que des sons bizarres. Alors il en porte un petit peu à sa bouche mimant l'acte de manger, et repoussa le petit tas vers elle « Pour toi ...Chof » Parce que ce mot là il en connait la signification. Malgré tout il tentait de s'intégrer, même s'il estimait désormais devoir en faire un peu plus. Forcément, jamais il ne pourrait jouer au dictionnaire s'il courrait après une moitié du savoir qu'il devait dispenser. Le fumet de la boisson chaude que Nahyri préparait chatouilla l'odorat du Bouclé qui éternua à nouveau. Pourvu qu'il ne tomba pas malade, Après deux hivers passés sur cette terre qui le firent affronter des températures peu communes pour lui, et un été dans la chaleur moite des geôles du désert, il espérait bien qu'une simple brise n'eut pas raison de lui. il tendit la main pour s'emparer du bol que la rousse lui tendait « Chof...Merci »

Tael s’interrogea après sa démonstration, percevait-elle véritablement le but de ses manœuvres? Elle le dévisageait avec des yeux ronds comme si elle cherchait à découvrir le chemin qu'il lui indiquait. Et comme le fil de leur entendement restait très ténu, le cuisinier devinait à l'instinct ce qu'elle déduisait de tout ce charabia. Table. Oui. Il fit le signe d'applaudir. « Oui c'est un table oui ! » Puis il poussa sa feuille vers elle comme pour l’encourager à regarder, écrire ou dessiner selon ce qu'elle préférerait. Pas un instant il ne pensa qu'elle ne se trouvait pas dans la capacité de lire ou écrire. Une question sur laquelle le jeune homme ne s'arrêta jamais, et pourtant importante. Parce que probablement il en vit l'un ou l'autre rédiger un mot, il supposait que tous pratiquaient cette "importante" activité. Évidement il déchanterait d'ici peu mais pour l'instant à ses yeux tout restait possible « Toi écrire ... Oui ? Je peux dire un mot et tu me dis celui qui correspond » Bon probablement que cette construction de phrase devait sembler trop élaborée pour la rousse Pikuni, mais en y mettant quelques formes elle saisirait très vite. Elle lui semblait plutôt intelligente et vive d'esprit. L'enfant des étoiles attrapa donc une de ses boucles noires tout en ânonnantt « Cheveux » Puis invita Nahyri à lui donner le mot qui y correspondait. A ce rythme là une année au moins s'imposait ...


Dernière édition par Taël D'Arbanville le Dim 9 Avr - 16:02, édité 1 fois

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: All the things she said
Lun 27 Fév - 22:31

All the things she said


ft. Taël d'Arbanville & Nahyri Redbird

Je n’étais, à dire vrai, pas des masses à l’aise de me retrouver chez moi avec un de ces débarqués, quand bien même il avait l’air aussi inoffensif qu’un agneau qui venait de naître. Il en avait d’ailleurs les mêmes boucles, bien que les siennes soient presque noires. L’espace d’un instant, je me demandai si elles étaient aussi soyeuses que le pelage de l’animal mais je chassai bien vite cette idée de mon crâne en passant une main dans mes longues mèches flamboyantes. Je n’avais pas réellement envie d’être là. J’avais plus envie de lui faire signe de partir et de, simplement, faire le travail pour lequel j’avais troqué des leçons d’anglais. Ces leçons, je ne les avais acceptée que contrainte et forcées. Parce qu’il fallait faire en sorte d’entretenir des relations aussi bonnes qu’elles pouvaient l’être entre eux et nous. A la limite, j’aurais préféré lui offrir ses étagères plutôt que d’être là, à ma table entrain d’essayer d’apprendre son langage barbare. Je peinais à croire que, cent ans plus tôt, nos ancêtres parlaient tous cette langue hideuse.

Je le regardai sans comprendre lorsqu’il parla des fruits. La seule raison pour laquelle je pus comprendre qu’il parlait des fruits, c’était parce qu’il les avait désignés juste avant de partir. Mais ce qu’il avait dit, par contre, je n’en avais rien saisi. Je fronçai les sourcils, me demandant s’il était idiot où s’il le faisait exprès. Néanmoins, lorsqu’il porta un fruit à ses lèvres, je me décidai à l’imiter, songeant que cela lui ferait, peut-être, plaisir. En même temps, je m’en moquai un peu, de lui faire plaisir. Mais notre leader avait été très clair sur ce point : nous devions faire tout mon possible pour que les choses se passent pour le mieux. Je retins avec peine un soupir mais décidai de tenter d’y mettre un peu de bonne volonté… Bonne volonté qui s’arrêta net lorsqu’il me tendit une feuille et un crayon. Nulle en dessin et infoutue de lire et écrire, je ne voyais pas bien à quoi ça allait me servir. Je repoussai derechef les deux outils qui dataient de mathusalem en secouant la tête de droite à gauche. Je ne faisais pas partie des érudits. J’étais, simplement, une artiste. Je n’avais jamais eu besoin de lire. D’écrire encore moins. Même lorsque je fabriquais des meubles, je n’avais pas besoin de plans. Ils étaient dans ma tête et c’était suffisant.

Peut-être comprit-il ce que je n’avais exprimé, puisqu’il agrippa ses cheveux en prononçant un mot qui devait, sans doute, signifier ce qu’il me montrait. J’étais, littéralement, désespérée mais je n’avais d’autre choix que de rentrer dans son jeu. « Che…veux… » répétai-je dans sa langue, en me demandant bien à quoi cela allait pouvoir me servir de savoir dire « cheveux » en anglais. Savoir inutile…. Mais, à aucun moment, je ne compris qu’il voulait que je lui donne également le mot dans ma langue.

avatar
16/04/2015 I 9947 Aneurin Barnard Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna Cuisinier - Aide soignant 413
- Hit the Road -


Sujet: Re: All the things she said
Mar 21 Mar - 0:36

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Nahyri & Taël

Toujours, ou le plus souvent le bouclé voyait le bon coté d'un événement, même si il en découvrait les difficultés un peu plus tard. Par exemple, cet échange de bons procédés, il l'attendait depuis plusieurs jours avec impatience. Inquiétude aussi de ne pas pouvoir se montrer à la hauteur de la tâche qui lui était assignée. Bien qu'il se fut proposé de façon spontanée à enseigner sa langue à la jeune demoiselle rousse, il savait parfaitement qu'il s'attaquait à un domaine qu'il ignorait totalement. L'enseignement. Mais ses actions reposaient sur la mémoire de celui qui lui fut donné sur l'Odyssée. D'accord, on y apprenait pas d'autres Dialectes que le seul qui s'imposa au cours des années, mais il se souvenait de quelques heures de latin comme d'une démonstration pour ceux qui seraient attirés vers ce savoir. Pas grand chose mais même une seule étoile servait à construire une galaxie entière. Ainsi rassuré il arriva chez la rousse. Tout d'abord il fit en sorte de lui démontrer qu'il souhaitait s'acquitter de sa part du marché, et bien que la pikuni manqua d’enthousiasme dès le commencement, le cuisinier persisa malgré tout. Cependant l'empathie qui le définissait recevait bien les signaux qui traduisaient que tout ça ne la réjouissait pas.

Et Tael de bonne foi croyait qu'il s'illusionnait à imaginer de telles choses. Pas un instant il ne supputa que s'il se trouvait ici, il le devait à la recommandation des chefs qui demandaient au petite peuple de bien se comporter afin que les traités passés entre eux ne fussent pas déclarés Caduc. Malgré tout devant la mine légèrement renfrognée de la rousse, qu'il se rappelait pétulante lors de leur première rencontre, il du se rendre à l'évidence. La véritable envie ne parcourait pas les veines de Nahyri, pas celle de parler la langue des débarqués dans tous les cas. Néanmoins elle porta les fruits à sa bouche en signe de coopération, Mas visiblement elle se forçait. De plus, alors que Tael se tordait les méninges pour trouver une méthode qui s'apparenterait à un jeu, la Pikuni repoussa carrément les objets avec lesquels il l’encourageait à communiquer. Un immense soupir s'échappa de sa poitrine quand elle répéta malgré tout le mot *Cheveux*. Ses coudes sur la table, menton soutenir par ses mains le bouclé la regardait mélancoliquement. Cette barrière entre eux il pourrait simplement la détruire mais dans ce cas il s'en irait vers une totale mésentente. Comment donc y intégrer une fenêtre qui donnerait à chacun accès au monde de l'autre ?

L'idée lui vint alors qu'elle ne savait peut-être ni lire, ni écrire, alors qu'il serait celui qui devrait noter toutes les correspondances. Elle travaillait sans doute ne s'aidant que de sa mémoire. « cheveux » Répéta le débarqué une fois de plus, puis il se leva subitement, récupéra le papier, de quoi écrire et se dirigea vers elle pour attraper une de ses mèches. « chit ? »* Questionna le bouclé en relâchant la chevelure pour inciter la demoiselle à le lui traduire dans son dialecte. Puis il répéta une seconde fois « cheveux »Tout en l'écrivant sur le support amené avec lui, ensuite le Bouclé la regarda plus intensément espérant lui transmettre par le regard ce qu'il lui demandait « ta ton sleng ** tu me dis et moi écrire ... Ok ? » Puis il re-déposa le tout sur le meuble terminant sur une dernière tentative « Tu m'apprend ce que tu fais avec le bois ... Travail toi, tes mots, montre moi le village, tout ... » Au pire ils prendraient l'air tous les deux et apprendraient déjà à se connaître un peu mieux
* Quoi
** langage

Admin - Tears of the phoenix
avatar
12/10/2014 Brimbelle 45462 Jessica Chastain Lux Aeterna Médecin / Herboriste 231
Admin - Tears of the phoenix


Sujet: Re: All the things she said
Sam 17 Juin - 23:43

RP archivé suite au départ de Nahyri
 

All the things she said

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» eurydice&basile ❝ all these little things ❞
» Flavia Albina ¤ Real things in the darkness seem no realer than dreams...
» Help seems to always come late when it comes at all. We are in deep trouble
» Le Patronat Haitien aux Travailleurs “C’est à Prendre ou à Laisser”

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-