Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
05/10/2016 Ipiutiminelle 186 Hugh Jackman So' Guerrier & Chasseur > ₪ Combat au corps à corps et armes blanches. Doué aux armes de jets et à l'arc. ₪ Chasseur ₪ Eleveur et dresseur d'oiseaux de proie pour la chasse et la livraison des messages. ₪ 0
Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever


Sujet: ♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
Dim 9 Oct - 15:30

♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
#Taël D'Arbanville



Cela faisait quelques jours que j'étais dans cette forêt, j'avais évité avec brio les patrouilles des cents lorsque j'étais passé non loin de leur campement et j'avais poursuivi ma route. Il n'était pas toujours bon de les approcher ces temps-ci, même si les tensions s'étaient apaisées entre nos deux clans. Enfin apaisées... Nous n'étions plus en guerre ouverte en tout cas, mais ni les miens, ni les leurs n'avaient envie de se côtoyer plus que de nécessaire. Pourtant... je savais que j'avais gardé des alliés parmi eux, et des gens qui me devaient plus qu'une dette de vie. Presque des amis...

Beaucoup n'oubliaient pas le passé, faire table rase était bien rare et j'avais peur que certains ne pardonnent pas ma participation à la défense de mon peuple même si d'autres ne devaient même pas me souvenir de mon visage. Allumer de la haine pour un passage éphémère ? Je trouvais cela inutile et ... pour l'heure je n'avais rien besoin d'eux, et rien à leur offrir. Les quelques carcasses de lapin que je transportais et leurs peaux ne leur étaient pas destinées.

Je devais être approximativement à une journée de marche du campement des pikunis lorsque j'entendis un bruit de course léger, suivit d'un bien plus lourd et imposant et ... des cris... des halètements. Un danger... assurément... Je me mis à courir à petites foulées vers la source du bruit, empoignant dans ma main droite un bâton solide de marche.

C'est alors que je déboulais dans une zone un peu moins boisées, quelques arbres semblaient gésir sur le sol à cause de la foudre, comme le prouvait leurs troncs calcinés, je découvris un jeune homme sur le dos, le visage terrifié, fixant une masse dressée devant lui, menaçante : une maman ours. Je n'avais pas reconnu son sexe de dos, bien entendu... mais le petit être la fixant d'un buisson non loin de moi me donnait une idée de ce qu'il venait de se passer. Ce jeune homme avait dû d'une manière ou d'une autre être trop proche du petit, ou se trouver entre sa mère et lui...

Je ne savais pas si le jeune homme pouvait me voir dans la position où il se trouvait, mais il fallait que j'attire l'attention de la mère sur moi plutôt que sur lui. Moi... je pouvais certainement me défendre, même si ce ne serait certainement pas sans danger. J'étais loin d'avoir assez de forces que pour rivaliser avec un ours dans la fleur de l'âge. De mon bâton je tendais de faire geindre le petit en secouant les fourrés où il était prostré. Ce n'était sans doute pas l'idée du siècle, mais je n'avais pas beaucoup le temps. Restait à espérer que le jeune imbécile savait qu'il fallait faire le mort devant un ours.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
16/04/2015 I 10930 Aneurin Barnard Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna Cuisinier - Aide soignant 336
- Hit the Road -


Sujet: Re: ♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
Mer 12 Oct - 17:58

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Antanas & Taël


Les feuilles mortes piquant son visage le réveillèrent, cette nuit encore le bouclé venait de la passer à la belle étoile surpris, par le sommeil alors qu'il les contemplait se rappelant qu'il y peu encore il volait quelque part la haut. Pas complétement tout la haut mais presque. Le brun se frotta le nez énergiquement ce qui provoque un éternuement. Taël se releva sur son séant pour vérifier si il se trouvait quelqu'un alentour. Non, la plupart dormait encore, sauf les gardes de nuit qui reviendraient bientôt pour profiter d'un repos bien mérité. Lui à vouloir remettre en ordre le garde-manger avait voulu prendre du repos et se fit hypnotiser par Morphée. Mais le jeune homme ne devait pas traîner car aujourd'hui il se rendait chez les pikunis pour son deuxième séjour auprès de Nahyri, afin de lui apprendre leur langue. Amusant puisqu'en même temps il commençait à assimiler leur dialecte de façon à mieux pouvoir communiquer avec d'autres dans un futur lointain et vague. Comme le brun ne souhaitait pas réveiller Lina qui vivait des instants difficiles, il décida de passer rapidement par la rivière pour se faire une petite toilette. Il y prendrait de l'eau pour la gourde qu'il gardait toujours dans son sac puis partirait car la route malgré tout ne se parcourait pas en dix minutes.

Moins préparé que la dernière fois, Tael se disait qu'il aurait du dormir beaucoup plus car ses yeux voulaient se refermer malgré lui. Et son corps lui murmurait qu'il serait si bon de s'étendre sur la mousse. Mais brave, il résistait car il ne voulait pas démériter, surtout dans un rôle qu'il prenait au sérieux, et pour lequel il s’engageait complétement. Malgré toute la responsabilité qu'il se donnait sans qu'on le lui demanda forcément, il ne s'organisait pas encore très bien. Bien entendu, certains le remplacaient à la cuisine le temps de son départ. Comme ils pouvaient vu l'état des lieux, mais avec cœur et entrain sous la supervision de Thais qui se trouvait toujours être d'une aide inestimable sur le campement. Pour y arriver au village il devait marcher environ huit heures, donc se munir de quoi boire et se nourrir, ce qu'heureusement il n'oublia pas de faire. Le bouclé continuait à craindre les mauvaises rencontres, même si le premier aller/retour se fut bien passé. D'une certaine façon son expérience dans les geôles rahjaks l'endurcissait, même si le cuisinier ne pouvait se comparer à un chasseur ou un garde. A un moment las, il décida de prendre une petite pause et se trouva une belle petite place prêt d'une arbre protecteur. Il mangea alors la viande séchée qu'il s'était préparé pour le voyage.

Une fois repus il s’aperçut qu'il se trouvait beaucoup plus prêt finalement qu'il ne pensait, celui lui donna un regain de courage pour reprendre la route. Après un moment il se mit à musarder plutôt que courir, cherchant quelque fruits des bois qu'il pourrait trouver et consommer à son retour. Soudainement il entendit du bruit dans les fourrés, puis se rapprocha, et tout surpris tomba nez à nez avec un petit ourson.  Pendant quelques instants il demeura immobile se demandant ce qu'il devait faire. Mais un autre craquement plus inquiétant lui fit tourner la tête. Tael découvrit alors la version bébé ours multipliée facilement par dix qui arrivait droit sur lui. Et elle ne semblait pas contente du tout. Bien que parfois un peu dingue il ne prit pas le risque d'attendre une seconde et détala de toute la puissance que ses jambes lui permettaient. Malheureusement ses pieds rencontrèrent une vieille souche d'arbre pourrie. Boom! Le cent se retrouva le nez dans la terre. Se retournant pour se relever le voilà face à face avec le monstre. Il n'en menait pas large Tael, imaginant déjà sa tête finir entre les dents puissantes de l'animal. Sa main coulait le long de sa jambe pour récupérer sa lame avec l'idée de l'enfoncer dans le cœur de la bête quand soudainement quelque chose attira l'attention de l'Ursidé. Paralysé, le cuisinier ferma les yeux en priant très fort un dieu qui existerait et pourrait l'entendre. Retenant sa respiration. Oui il se souvenait en effet des récits que sa mère lui contait petit, ou les aventuriers en réchappaient en ayant fait le mort ...

Tael eut l'impression de sentir un souffle fétide sur sa peau, mais il résista à l'envie de hurler. Puis la masse qui assombrissait sa lumière s'éloigna ce qui lui fit cligner un œil timidement pour voir. Plus rien, alors le bouclé se redressa sur les genoux pour tenter de voir ce qui arrivait. Las-bas il semblait y avoir une silhouette ! Que faire ? Lui ne se sentait plus directement menacé mais le derrière de l'animal se dirigeant vers l'endroit d’où venait le bruit suspect restait encore bien trop proche de lui. Sans doute toute personne ayant un brin de jugeote s'enfuirait. Cependant le brun ne pouvait pas abandonné un autre être de la sorte. Qui se trouvait dans cette position par sa faute certainement. Alors il ramassa quelques cailloux autour de lui, puis se remit debout. Alors que la bête poilue se rapprochait dangereusement de ce que le cuisinier imaginait être un terrien - à moins d'un odysséen égaré ? - il lança les pierres vers la gauche de façon assez puissante pour que ça fasse du bruit et que la menace s'éloigne assez pour que l'individu puisse s'enfuir. Après .... A Dieu ne plaise !


Dernière édition par Taël D'Arbanville le Lun 19 Déc - 21:02, édité 2 fois

avatar
05/10/2016 Ipiutiminelle 186 Hugh Jackman So' Guerrier & Chasseur > ₪ Combat au corps à corps et armes blanches. Doué aux armes de jets et à l'arc. ₪ Chasseur ₪ Eleveur et dresseur d'oiseaux de proie pour la chasse et la livraison des messages. ₪ 0
Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever


Sujet: Re: ♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
Sam 15 Oct - 14:07

♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
#Taël D'Arbanville



Je n'aimais pas juger les gens en les voyant pour la première fois, ce n'était pas mon genre de faire dans l'instantané, mais cette fois, j'avais vraiment l'impression de me retrouver devant un jeune imbécile...  N'importe qui aurait choisi ma diversion pour s'enfuir, courir loin du danger... se protéger. Pas lui. Je ne savais pas si je devais qualifier cet acte de bravoure ou de stupidité sans nom. Rester était... gentil, stupide, mais gentil. Seulement on ne vivait pas avec de la gentillesse... ça ne sauverait pas le monde. Même si parfois, elle le rendait plus doux.

Lancer des pierres pour attirer l'attention de maman ours... ce n'était pas une mauvaise idée en soi... mais il avait oublié un détail de taille : la volonté de protection de sa progéniture d'une mère. Si elle détourna le regard une seconde, cela ne l’empêcha pas de poursuivre sa route vers moi. Je me campais sur mes pieds, j'étais prêt.  Le gros mammifère poussa un grognement féroce pour m'impressionner avant de se dresser sur ses pattes arrières, dégageant par ce fait ses pattes avant puissantes. Son visage avait l'air en colère... mais c'était peut-être simplement un point de vue anthropomorphique de ma part. Je serrais les mains sur mon bâton et je pus parer les deux premiers coups, évitant de justesse que le troisième me touche.

C'est alors que les cailloux firent leur retour, percutant son dos. Elle poussa un cri de rage avant de se retourner sans que je ne puisse réagir, me balayant au passage. Tombé au sol, je roulais sur le côté avec la force de l'habitude alors que l'ourse renfonçait vers son premier casse-croûte. Sur le moment, je pense qu'elle avait totalement oublié son petit. Elle était devenue rageuse et ça... ça n'était pas bon signe. La tuer n'était pas dans mon intention première, j'avais juste voulu aider l'imprudent. Je voulais trouver un moyen que nous puissions partir sans pour autant priver cet ourson de sa seule aide sur cette planète et de ce que j'avais vu... Le jeune homme n'était pas une grosse menace pour elle... contrairement à sa propre sécurité.

Je soupirais et me relevais pour courir derrière l'ourse. Si on m'avait dit que je ferai cela aujourd'hui, je ne l'aurai certainement pas cru. Elle n'alla pas loin. L'inconnu n'avait pu faire que quelques mètres et avait maintenant son dos bloqué le long d'un tronc assez large. J'espérais qu'il ne lui prendrait pas l'idée de grimper... ces animaux montaient bien plus vite que l'homme parfois... Dans son dos... je tapais un grand coup de bâton. L'ourse hurla, frappa avec violence de sa patte avant le fils du ciel avant de se tourner vers moi. Il me restait à faire face.

" N'essayez plus de m'aider. Courrez vous mettre à l'abri... Je vous rejoindrai "

J'avais parlé d'une voix étrangement calme au vue des circonstances et prenant exemple, une fois n'est pas coutume, sur l'inconnu, je me baissais lentement pour ramasser une poignée de cailloux avant de me redresser sans geste brusque puis me reculant vivement, je lançais un par un les cailloux sur l'animal qui proclama sa rage avant de foncer vers moi. Je me mis à courir. Le poisson était ferré.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
16/04/2015 I 10930 Aneurin Barnard Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna Cuisinier - Aide soignant 336
- Hit the Road -


Sujet: Re: ♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
Dim 16 Oct - 20:48

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Antanas & Taël

Bien que la journée fut bien avancée, le soleil ne rejoignait pas encore l'horizon, Tael ne devait donc pas froncer les sourcils pour essayer de deviner ou se situait l'inconnu, puis l'ours. Il lui semblait pourtant qu'il devait être tard, mais ça seulement car il avait prit la route très tôt. Jamais le bouclé n'eut pensé se trouver dans une telle situation. Des terriens furieux et pas de bonne compagnie ll y goutâ quelques fois. Un chameau un peu rétif aussi quand il revint du désert, ou des lapins - lièvres ? - qui s'enfuyaient à son approche. Même des renards qui l'observaient de loin. Mais un ursidé, quand même, ça restait impressionnant. Après le cuisinier arrivait tout juste de l'espace, ayant vécu une vie plutôt protégée même si elle devait prendre fin en se faisant expulser dans l'espace. Alors, bien que sur terre depuis plus d'une année, Tael n'appréhendait pas encore tout très bien. Ce n'est pas comme si il se fut entraîner tous les jours à affronter des prédateurs. Même si les cent entre eux en parlaient de temps à autre. De plus il possédait un caractère particulièrement spontané qui le faisait agir avant de réfléchir. Et le brun agissait très souvent selon son cœur, alors stupide probablement, il arrivait à en énerver plus d'un, et provoquait parfois quelques catastrophes. Mais surtout trop gentil.

Et quand il vit l'ours revenir vers lui, il détala sans demander son reste. Sauf que la bête, maligne, le prit de court et le coinça contre un arbre. Et lui, depuis son arrivée, s'entraînait justement à monter sur les arbres, plutôt habile il s'en tirait assez bien. Ainsi il échappa à l'attaque d'un sanglier. Sauf que là il supposait qu'elle lui dévorerait les jambes avant qu'il fusse tout au dessus. En attendant la silhouette, qui se révélait finalement bine être un terrien intervint à nouveau. Cette fois il entendit sa voix juste après que l'animal eut poussé un cri furieux. Il lui disait de pas intervenir, de s'enfuir et qu'il le retrouverait plus tard. Évidement c'était sans compter la propre morale du jeune homme, qui ne pouvait décemment laisser un homme prendre un raclée - ou perdre la vie qui sait ? - à cause de ses propres bêtises. Alors s'enfuir non. Impossible. Mais se battre contre la maman de l'ourson, le bouclé reconnaissait que vu son le gabarit de cette dernière, et de l'expérience dont lui disposait que ça ne restait pas non plus une option viable. Que faire alors ? Maintenant il voyait l'animal courir pour attraper l'homme. Tael décida de les suivre pour ne pas les perdre de vue. De loin. Essayant de trouver dans sa tête une solution qui libérerait le terrien sans le mettre en danger lui.

Alors il pensa au petit qu'il voyait un peu plus loin, s'agitant un peu perdu, et il lui vint une idée. Pas très charitable pour le bébé mais qui résoudrait peut-être le problème sans le mettre à nouveau en danger. Et avec un peu de chance  ça aiderait l'homme courageux qui venait par deux fois de lui sauver la vie. Ramassant une branche en bois assez épaisse,  il s'approcha du petit et lui asséna un tel coup que ce dernier se mit à cavaler en hurlant. Si ça n'attirait pas sa mère qui laisserait tout pour le retrouver il ne voyait pas ce qui pourrait le faire. Puis lui se sauva dans l'autre direction essayant de se dissimuler derrière un rocher car malgré tout , le cuisinier ne voulait pas se retrouver une troisième fois dans les pattes de cette ourse furieuse !


Dernière édition par Taël D'Arbanville le Lun 19 Déc - 21:02, édité 2 fois

avatar
05/10/2016 Ipiutiminelle 186 Hugh Jackman So' Guerrier & Chasseur > ₪ Combat au corps à corps et armes blanches. Doué aux armes de jets et à l'arc. ₪ Chasseur ₪ Eleveur et dresseur d'oiseaux de proie pour la chasse et la livraison des messages. ₪ 0
Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever


Sujet: Re: ♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
Mer 19 Oct - 13:38

♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
#Taël D'Arbanville



J'avais vu la Dame Ourse frapper le jeune homme et j'ignorai si sa blessure était ou non importante. Une chose était certaine, il avait été touché... Mais ce n'était pas le moment de m'occuper de lui. J'avais une mamifère furieuse à mes trousses. Ce n'était pas que j'avais l'habitude de ce genre de situations, mais... Elles ne m'étaient pas tout à fait étrangères non plus. Quand on passé sa vie à chasser et parcourir les routes. On voit beaucoup de choses, on assiste à beaucoup de choses. Ce jeune homme, à voir sa tenue, n'était pas originaire de nos terres. Il devait venir de loin... de très loin. Encore un de ces êtres du ciel, c'est ce que j'en avais conclus en le voyant pour la première fois. Et pour l'heure, il n'avait rien fait pour me détromper, que du contraire. Etait-il de la première vague ? De la seconde ? Cela n'avait pas beaucoup d'importance même si je préférais les premiers aux seconds, trop imbus d'eux-mêmes pour la plupart. Trop sûrs de détenir la vérité alors que nous... nous n'étions jamais partis. Nous, nous n'avions pas fuis.

Nous étions déjà loin quand un cri puissant se fit entendre en arrière. L'ourson... Qu'avait encore fait l'étranger ? La mère que j'essayais de détourner fit volte face et se mit à courir en direction du bruit... et du jeune imbécile. J'espérais qu'il n'était pas resté, mais j'avais comme un doute vu ce que je venais d'entendre. Silencieux, me déplaçant en zig-zags, je m'engageais à mon tour dans le sens inverse.

Lorsque j'arrivais à nouveau près de la presque clairière, je vis en son centre la mère ourse et son petit réunis. De là où je me trouvais, je n'apercevais pas mon jeune inconnu. Peut-être m'avait-il finalement écouté ? Peut-être avais-je été mauvaise langue en pensant qu'il avait fit de mes paroles pour rester en arrière. J'allais pouvoir partir s'il ne m'avait pas attendu car après tout... j'ignorais dans quelle direction il avait bien pu partir. Toujours silencieux, j'attendais sans bouger afin de ne pas faire craquer une branche.

Restait à espérer que le cent ou l'odysséen n'était pas lui-même revenu sur ses pas pour m'attendre ou me rejoindre. Je lui avais dit que je le retrouverai, et en général, si pas toujours même, je tenais mes promesses, ou je n'en faisais pas, mais j'espérais que ses traces ne seraient pas suivies par madame et son petit. Normalement les ours ne chassaient pas ainsi... mais de nos jours, certaines choses étaient parfois fortement étranges. Rien que la veille, j'avais vu des cerfs à cinq yeux et... un lapin bleu.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
16/04/2015 I 10930 Aneurin Barnard Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna Cuisinier - Aide soignant 336
- Hit the Road -


Sujet: Re: ♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
Mer 26 Oct - 20:11

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Antanas & Taël

Derrière son rocher grisâtre le jeune homme ne voyait de ce qui passait non loin de lui. Son souffle s'accélérait dans l'attente de savoir si l'ourse le poursuivait ou non. Si soudainement elle surgirait derrière lui ou devant. Ainsi le bouclé tournait sa tête dans tous les sens donnant certainement l'impression d'un fou à qui l'apercevrait à ce moment-là. Tout sifflement, craquement, grincement, souffle du vent le raidissait  en le laissant prêt à bondir. Pour faire quoi il n'aurait su le dire, à l'improvisation du moment, fuir devrait probablement lui laisser quelques secondes en plus à vivre, plutôt que de faire face. Peu à peu, le temps passant, il lui semblait pouvoir espérer de survivre à cette attaque. Ses sens furent alors moins à l'affut, et seulement là il ressenti une douleur à son épaule. Son regard se dirigea vers son épaule ou il pu distinguer deux - ou trois ? - Griffures bien profondes, et quelques filets de sang qui sillonnaient son bras. La galère, il chercha un chiffon dans ses poches pour le poser sur la blessure mais il s'imprégna trop vite pour le laisse en place. Il le remit un peu automatique dans sa poche alors qu'il entendait un bruit non loin de lui.

Ca ne devait pas être la bête qui le poursuivait, ça semblait moins lourd, moins désordonné. Tael s'avança légèrement tout en prenant ses précautions pour ne pas se faire repérer. Oui, après tout, il commençait à sentir une grosse fatigue l'envahir, et il devait encore se rendre chez les pikunis. Alors si il pouvait éviter un nouvelle mésaventure, oui ça l'arrangerait plutôt bien. Et finalement il aperçu cet homme de dos. Celui qui était intervenu pour le sortir des griffes de l'ursidé. Il soupira de soulagement de le voir sain et sauf. Il le pensait parti, parce qu'après tout, les terriens ne se montraient pas forcément tous fans des enfants du ciel. Et le tirer de ce mauvais pas n'obligeait pas l'inconnu à lui faire la causette après. Aussi le cent eut pu rester silencieux et laisser repartir cet homme. Mais il pensa que le remercier serait malgré tout la moindre des choses. Choisissant ses mots avec précaution, faisant appel de mémoire à ses échanges avec Sofia ou Nahyri.  Le cuisinier appela doucement pour attirer l'attention de son sauveur « Heya * ». Encore un peu sonné, Taël oubliait que l'Athna s'était adressé à lui dans sa langue. Alors que celui-ci semblait se retourner vers lui il ajouta rapidement « mochof * »

A peu prêt certain que ça signifiait *Merci* Après, l'enfant du ciel n'en connaissait pas beaucoup plus. Deux ou trois mots, mais pas de quoi savoir faire une phrase. Il se persuadait cependant qu'il s'améliorerait en donnant des cours à Nahyri. Après tout il faudrait bien qu'il la comprenne pour lui expliquer. Avançant d'un pas il regarda autour de lui, l'ourson et sa mère répondaient aux abonnés absents. Il pouvait donc se considérer sauvé. Puis revenant à l'homme, il se senti particulièrement confus de lui avoir fait risquer sa vie, mais il ne trouvait pas vraiment comment l'exprimer. Probablement devait-il être furieux contre le cent « Je suis désolé »
Spoiler:
 


Dernière édition par Taël D'Arbanville le Lun 19 Déc - 21:03, édité 2 fois

avatar
05/10/2016 Ipiutiminelle 186 Hugh Jackman So' Guerrier & Chasseur > ₪ Combat au corps à corps et armes blanches. Doué aux armes de jets et à l'arc. ₪ Chasseur ₪ Eleveur et dresseur d'oiseaux de proie pour la chasse et la livraison des messages. ₪ 0
Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever


Sujet: Re: ♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
Lun 31 Oct - 16:11

♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
#Taël D'Arbanville



Caché par le sous-bois, je m’apprêtais à quitter les lieux et laisser Maman Ourse et petit ours enfin en paix dans la clairière quand j'entendis un chuchotement. Finalement... Je n'étais pas aussi seul que je l'avais cru. Je jetais un œil dans le cercle clairsemé, les deux animaux était entrain de partir dans la direction opposée à la nôtre. Le petit oiseau tombé du ciel n'avait cette fois pas fait une nouvelle connerie. Je me demandais s'il avait volontairement ou involontairement dérangé cette mère et son petit... Parfois les fils et les filles du ciel avaient de bien drôles d'idées pour s'amuser et bien souvent cela se soldait sur notre belle planète par des blessures au mieux, et la mort au pire. Ils n'avaient pas tous été armés pour survivre ici. Ils n'avaient pas traversés autant d'hivers et d'étés que nous qui étions nés sur cette terre. Parfois j'avais l'impression de voir de jeunes faons apprenant à marcher. Ils étaient si ignorants de ce qui faisait notre vie et notre survie. Notre monde n'était pas rose, mais je l'aimais... Peut-être parce que je n'avais rien connu d'autre, ou tout simplement car j'avais l'impression d'être fait pour lui. Je n'étais pas l'un de ces petits poissons qui peinait à respirer sur la berge, j'étais plus l'ours qui l'avait péché.

Ce mot... Heya... Bonjour dans ma langue. Je souris en l'observant se dépêtrer des broussailles. Il avait un joli accent, un accent résonnant comme le son des clochettes des chèvres de notre montagne natale. J'avais raison depuis le début, il n'était pas de notre terre. Il me paraissait un peu frêle, mais il devait sans doute courir de manière assez acceptable. Il n'avait pas l'air trop mal en point si ce n'est les trois larges griffures sur son épaule. Elles saignaient... profondément. Laisser la plaie ainsi serait stupide. Le jeune homme finirait pas attraper une belle infection ou pire... la gangrène, et cela je le savais parfaitement. Il me donnait l'impression de vouloir faire le fort, mais je me doutais qu'il devait souffrir le martyr.

" Je t'en prie "

J'ignorais s'il avait de grandes connaissances dans la langue natale de nos peuples, mais je lui répondis dans al langue de notre monde, la langue avec laquelle il venait de s'adresser à moi tout en approchant de lui. J'étais plus grand que lui... mais sans doute bien plus épais. Je n'avais pas le plus grand des sourires aux lèvres quand je montrais sa plaie avant de dire, toujours en Trigedasleng.

" Il faut qu'on s'occupe de ça... ça va s'infecter "

J'espérais qu'il n'allait pas prendre peur alors que j'étais presque à le toucher. Nos peuples n'avaient pas eu de très bonnes relations ces derniers temps et si je ne partageais pas le ressentiment de la plupart des miens, il ne pouvait pas vraiment savoir qu'elles étaient mes dispositions à son égard. Enfin j'imaginais que venir à son secours pouvait en tout cas lui donner la puce à l'oreille que je ne comptais pas l'exterminer dans les minutes à venir. S'il me prenait pour un homme du désert, par contre, il pourrait penser que je veuille faire de lui mon esclave comme la rumeur le prétendait... Ce n'était bien sûr pas le cas, mais en même temps cela, pas plus que le reste, n'était écrit sur mon visage.

J'attrapais son bras au moment où il murmura un je suis désolé dans sa propre langue. La langue anglaise et je ne relevais pas. Qu'aurai-je pu ajouter ? Lui dire de bonnes paroles n'effacerait pas ce qu'il venait de subir. Tenant son bras, je sortis un couteau de ma veste et je découpais le reste de ses vêtements pour avoir une vie dégagée de sa plaie. Elle était presque régulière, mais pas vraiment jolie... Des cicatrices, il était certain qu'il allait en garder, s'il ne perdait pas son bras par manque de soin.

" Viens avec moi "

Je lui dit ces mots en anglais avant de relâcher son bras et de partir. Il avait le choix de me suivre ou non... Mais j'espérais qu'il le ferait, pour son bien. Je savais que près de la rivière, il y avait de la glaise pour lui faire un cataplasme, et quelques herbes qui pourraient l'aider. Sur le chemin, je trouverais bien une plante ou deux pour le faire... planer un peu. Cela ne pourrait que lui être profitable. Je n'étais pas un spécialiste des soins, mais vu ma propension à voyager seul et mes activités, je connaissais les bases. Des bases qui pourraient bien lui sauver le bras... et le reste.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
16/04/2015 I 10930 Aneurin Barnard Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna Cuisinier - Aide soignant 336
- Hit the Road -


Sujet: Re: ♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
Dim 6 Nov - 19:22

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Antanas & Taël

Doucement, tranquillement, le bouclé reprenait pied dans la réalité. S'il donnait l'impression de vouloir jouer le fort ce devait être inconscient. Une façon de se protéger. Car des terriens, Tael en avait rencontré avant, il ne les voyait plus comme un tout depuis fort longtemps. L'enfant du ciel savait pertinemment qu'il s'en trouvait des accueillants comme des agressifs, voir cruels quand il repensait à celui-là qui le roua de coups pour son plaisir. Après il remerciait Sofia par exemple de lui avoir apprit les plantes, Thiziri d'avoir tenté d'élargir ses idées. Le jeune homme regrettait amèrement leurs présences, elles furent ses premieres vraies relations sur cette terre. Avant même qu'il se rapprocha des siens, quand il se tenait encore en retrait de tout. Et bien entendu il ne pouvait pas deviner les intentions de l'homme intervenu pour le sauver des griffes de l'ours. Qui pouvait dire, si  le reconnaissant comme un débarqué, ce dernier n'y voyait pas un profit à faire. Le revendre aux Rahjaks. Probablement que beaucoup y eussent songé. Mais Tael restait un être naïf malgré toutes ses aventures. Et il ne lui semblait pas qu'un homme du désert eut pu risquer ainsi sa vie même pour un profit.

Après malgré tout son bon vouloir, et les leçons qu'il faisait en sorte d'enseigner à Nahyri, le cuisinier s'y perdait encore dans leur langage. Il captait bien quelques mots, mais au bout d'un moment il mélangeait un peu tout. Aussi bien qu'il trouva que ce fut la moindre des politesses de faire l'effort de s'exprimer dans le dialecte  des autochtones, il ne maintint l'illusion que le temps de quelques paroles. La suite dépendrait de la compréhension de l'autre, à propos de la langue natale de Tael. Plus d'une fois il avait ainsi pu développer un lien éphémère ou durable avec eux. Quand l'homme lui désigna son épaule, il remarqua enfin ce qui se révéla plus entamé qu'il ne le ressenti sur le coup. Et la vue du sang l'effraya davantage que la douleur elle-même, amenant une certaine pâleur sur son visage. « Oh ... Je sais pas, j'ai pas vraiment eut mal sur le moment  » lui répondit Tael sans vraiment savoir de quoi il en retournait en réalité. Retourner dans son campement serait beaucoup plus long que d'aller directement chez les pikunis, et demander de l'aide. Puisqu'il s'y rendait le bouclé ferait mieux de se dépêcher, mais il ne souhaitait pas prendre la poudre d'escampette alors que son sauveur s'adressait directement à lui.

Néanmoins le jeune homme ne put s'empêcher de laisser échapper un hoquet de surprise quand l'homme lui saisit le bras. Tael n'appréciait pas énormément le contact avec les autres, probablement parce que son enfermement sur l'odyssée dura dix ans. Privé malgré tout de contact autre que celui des gardes, ou des moments furtifs au réfectoire avec d'autres prisonniers, il ne développa pas beaucoup, si aucune interaction. Forcément ça le rendait un peu sauvage, parfois même maladroit dans sa façon de s'exprimer ou de se déplacer parce qu'il ne se référait à rien qu'à lui même. Bien entendu il aurait pu se baser sur les autres une fois qu'il retrouva sa liberté, mais il préféra les fuir au départ. Maintenant en tâchant de faire un mouvement en arrière, un lancement parcouru son bras au point de le faire joliment grimacer. Alors il cessa de se battre quand il remarqua que l'autre déchirait ce qui restait de son vêtement pour mettre sa plaie à découvert. « Ah d'accord  » s'exclama le brun en comprenant ce que l'autre cherchait à faire. Et puis l'homme laissa échappé une phrase brève. Et celle-là lui sembla tout à fait compréhensible. Taël leva son regard vers lui, et fit un signe de tête comme quoi il ne refusait pas.

« Oui je vais vous suivre, mais ou allons nous et pourquoi ?  »  Mais Tael n'insista pas, se contentant de mettre ses pas dans ceux de l'homme, en ne trébuchant pas à chaque enjambée. Regardant autour de lui il n’aperçut plus ni la mère, ni son petit. Tant mieux parce aussi beaux qu'ils fussent, Tael ne désirait pas les croiser à nouveau. « Je suis tombé sur le petit sans faire exprès, il à eut peur et la mère est arrivé ... mais je ne lui voulais pas de mal » Non il ne cherchait pas à s'excuser véritablement, mais le cuisinier ne voulait pas qu'on s'imagina qu'il pu faire parti de ceux qui appréciaient de déranger les animaux dans leur routine. Le bouclé se doutait bien qu'il ne devait pas intervenir, mais il ne possédait pas toutes les clefs pour deviner le lieu ou le moment ou il deviendrait un intrus - même un ennemi - dans l'équation. Il lui sembla au loin entendre le chant de l'eau, et en déduisit qu'ils se trouvaient proche de la rivière « Pikuni ? » Questionna le débarqué certain de ne pas se trouver en face d'un Rahjak, ayant pu les observer bien plus qu'il ne le désirait lors de son kidnapping. Après Tael ne savait pas encore très bien distinguer les différences des uns et des autres et espérait, un peu tard, n’avoir pas vexé l'homme qu'il suivait.


Dernière édition par Taël D'Arbanville le Lun 19 Déc - 21:04, édité 1 fois

avatar
05/10/2016 Ipiutiminelle 186 Hugh Jackman So' Guerrier & Chasseur > ₪ Combat au corps à corps et armes blanches. Doué aux armes de jets et à l'arc. ₪ Chasseur ₪ Eleveur et dresseur d'oiseaux de proie pour la chasse et la livraison des messages. ₪ 0
Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever


Sujet: Re: ♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
Dim 13 Nov - 16:16

♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
#Taël D'Arbanville



J'avais certainement été un peu brusque en lui prenant le bras, mais j'avais cru le prévenir plus ou moins de mes intentions avec mes paroles. Je pensais qu'il comprenait ma langue originelle, mais visiblement il n'en connaissait que les bases, et encore. Je ne savais pas s'il avait vraiment peur que je lui fasse du mal, ou s'il avait juste été surpris de mon action. Quelles avaient été ses relations passées avec les gens de cette terre ? Je n'en avais nulle idée. Je ne me rappelait en tout cas pas de l'avoir vu un jour dans le campement où j'avais été autrefois. Un solitaire ? Je ne le pensais pas, il ne me semblait pas assez armé pour vivre seul, mais peut-être était-il en vadrouille chaque fois que j'avais paru sur le territoire que les gens du ciel avaient élus comme le leur ?

Tremblant, le blessé me laissa examiner sa plaie tranquillement. Profonde, guère jolie, mais aucun muscle endommagé. Il avait eu de la chance même s'il ne pensait certainement pas de la même manière que moi vu la douleur qu'il devait ressentir. Personnellement je trouvais qu'il avait déjà eu beaucoup de chance de sortir vivant de la rencontre avec une mère ours en colère. Peu de son peuple ou du mien pouvait se targuer de l'avoir fait. Plus tard, s'il survivait et ne perdait pas son bras dans l'opération, il pourrait raconter son exploit à ses enfants et petits enfants, en enjolivant certains traits de son histoire pour la rendre plus captivante. Les blessures de guerre, ça avait toujours tendance à attirer les femmes, les enfants et... elles attiraient le respect des guerriers. Oui, un jour peut-être, il serait fier de ses blessures de guerre. J'en avais vu aussi des imbéciles qui enfants s'étaient blessés en tombant sur une pierre et faisaient les matamore devant les femmes une fois devenus adultes. Une blessure stupide dans la bonne bouche pouvait faire de vous un héros de légende. Je n'aimais pas tant ceux qui se vantaient, tout comme ceux qui ne trouvaient le bonheur qu'en descendant les autres.

Où allons-nous, qu'allons-nous faire... des questions qui me semblaient un peu dénuées d'intérêt. Il fallait le soigner, nous allions le soigner, n'était-ce pas une évidence en soi ? Si bien que je ne répondit pas à ses questions. Il me suivait, pourquoi épiloguer longuement sur le pourquoi du comment ? Je ne savais pas s'il me faisait totalement confiance, mais en tout cas il ne considérait pas que je pouvais l’amener dans un piège et cela me suffisait. A notre époque, la confiance entre deux étrangers, même temporaire, était un bien précieux. Il fallait faire bien attention à qui on confiait sa vie, sous peine de la perdre.

" Seul celui qui n'essaye pas ne fait pas d'erreur "

J'avais décidé de communiquer avec lui dans sa langue et même si j'avais un accent pour ne pas la pratiquer oralement aussi souvent que lui, assurément, je ne me débrouillais pas trop mal. On pouvait trouver cela étrange que je connaisse autant de mots dans une langue qui n'était pas familière à mon peuple, mais j'avais beaucoup voyagé et... trouvé des livres, des livres des temps anciens. Ce n'était pas un loisir de guerrier, et c'est pour cela que je n'ébruitais presque jamais cet intérêt auprès des miens, mais... il était bien là, ancré en moi. Parfois, lorsque je le pouvais, je faisais des échanges pour acquérir un ouvrage là, dans les contrées lointaines de mes montagnes.

" Le village Pikuni est encore à un jour de marche, deux si tu ne sais pas où aller "

Moi je pouvais presque m'y rendre les yeux fermés, lui... j'avais comme un doute raisonnable qu'il y arrive seul avant un jour et demi, peut-être deux. Je n'avais pas compris qu'il me demandait si j'étais issu du peuple de la plaine. Pour moi, c'était une évidence que je n'en faisais pas partie. J'en avais donc conclu qu'il me demandait si nous nous rendions au village des Pikunis, ou si c'était notre direction, à moins qu'il ne demande le temps pour y aller. Dans le doute... j'avais opté pour la dernière solution. Lui donner une direction vague ne l'aurait pas aidé en cet instant et s'il voulait vraiment aller là-bas, je pouvais m'y rendre avec lui. De toute manière... Je devais y aller prochainement pour un grand conseil, alors un peu plutôt ne serait pas un mal.

" D'abord te soigner, ensuite la balade. Si tu veux, je te conduirai dans ce village. Cela t'évitera de t'attirer d'autres ennuis "

Les bords de la rivière étaient spongieux et glissant. Mon pied droit failli me fausser compagnie mais heureusement la force de l'habitude me fit me rattraper sans peine. On aurait presque dit une danseuse ainsi, mais au moins n'étais-je pas face contre terre devant ce qui s'apparentait à mon nouveau protégé. Je me baissais au bord de l'eau et me penchant, je tendis la main pour ramasser de la glaise à un peu près un mètre de moi, puis ramassant quelques plantes apaisantes, je les roulais entre mes mains pour faire une sorte de pâte verte foncée. Je fis alors signe à l'enfant du ciel de venir vers moi et lui expliquait qu'il devait nettoyer sa plaie avec l'eau de la rivière afin que je puisse déposer la mixture verte sur la blessure, puis la glaise pour faire une sorte de cataplasme quand elle durcirait.

" Je suis Antanas, c'est quoi le tien ? De nom "

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
16/04/2015 I 10930 Aneurin Barnard Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna Cuisinier - Aide soignant 336
- Hit the Road -


Sujet: Re: ♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
Ven 25 Nov - 0:31

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Antanas & Taël

Contrairement à ce qu'imaginait le terrien, Tael ne se venterait pas de l'aventure qu'il venait de traverser. Tout d'abord parce que se flatter ne lui ressemblait pas du tout, ensuite parce qu'il ne s'étendait jamais sur ses aventures. Tout au plus l'expliquerait-il une fois s'il lui restait une cicatrice et qu'on lui en demandait la provenance. Et encore, si le jeune cent trouvait un moyen de se défiler, il le saisirait. Parler de lui ne se trouvait pas être son activité principale ou préférée. Quant au terrien, il ne le reconnaissait pas non plus. Bien qu'au début il resta cloîtré dans le camp, par la suite il s'égara quelques fois, puis fit connaissance avec des autochtones qui le remirent sur le droit chemin. Notamment Sofia et Thiziri, aujourd'hui disparues sans qu'il en eut découvert la raison, bien qu'il la devina. Avec le temps, puis après l'enlèvement des Rahjak il s'enhardit, et certainement que lui et Antanas se ratèrent, parfois, de très peu. Jusqu'à aujourd'hui. Évidement le bouclé eut préféré que ce fut dans de meilleures circonstances, mais probablement que s'il eut continué son chemin sans croisé l'ourson, le terrien et lui ne se fussent pas rencontrés.

Maintenant oui, Tael admettait qu'il ne servirait à rien de tergiverser sur les causes et les effets de cette mésaventure, car on ne revenait jamais en arrière aussi fort qu'on le souhaita. Malgré tout la douleur il connaissait, celle du fouet des Rahjaks mais il préférait oublier. Celles des coups répétés au point le faire tomber dans les pommes la fois ou il rencontra Adriel. Et désormais les griffures d'un ours, et ça étonnamment, il ne le ressenti pas tout de suite comme si son corps refusait la blessure. Ce fut le sang qui l'alerta, puis cette impression de picotement, ensuite la brûlure. Alors non forcément il ne souriait pas béatement, mais après tout il ne prétendait pas être autre chose qu'un être humain. Et chaque douleur, aussi différente soit-elle creuse son sillon dans l'endurance qu'on est capable de montrer face à elle. Certaines se toléraient moins que d'autres, et encore une fois, chaque humain le ressentait différemment. Et parfois quand on en à jamais ressenties que des psychologique, devoir en affrontées physiquement, soudainement, à plusieurs reprises pouvait faire le même effet qu'une indigestion. L'esprit n'en voulait plus, le reniait, jouait au déni. Pas indéfiniment bien entendu.

Sur le moment déstabilisé,  le jeune brun posa quelques questions pour se rassurer, pouvoir visualiser dans sa tête ce qui arriverait. Cependant il devinait bien ce qui suivrait et ne se formalisa pas de ne pas obtenir les questions à ses interrogations. D'autant que peut-être l'homme ne le comprenait pas entièrement. Certes il prononça des mots dans sa langue, mais il se pouvait très bien qu'il ne connut que ceux-là, tout comme le bouclé. Cette hypothèse se présenta pour lui déjà une fois ou deux. Il fallait s'y attendre, et comme chaque fois il se promit de faire davantage d'efforts pour les comprendre mieux. La suite le détrompa cependant quand il entendit une étrange maxime que sa mère lui répétait de temps à autre. Des traditions qui perduraient de façon parallèles malgré tout. Mais l'enfant du ciel ne s'attarda pas longuement sur ses réflexions, car le terrien lui proposait une solution qui tombait particulièrement bien. Même si le chemin il le connaissait parce que justement « Je m'y rendais justement puisque .. depuis le printemps nous officions un genre de troc, j'offre mes services pour ce dont ils ont besoin en échanger d’objets et d'un peu de savoir .... » Tael s'interrompit alors se demandant s'il ne se montrait pas trop bavard, ou s'exprimait trop vite pour que l'homme puisse le comprendre.

Par contre il lui semblait être beaucoup moins loin qu'un jour du village, ayant déjà marché huit heures cette journée, étant parti à l'aube et l'ayant déjà parcouru au moins trois fois. La première quand le peuple pikuni les avait priés de les aider. Les deux autres fois pour rencontrer Nahyri qui souhaitait apprendre sa langue et aider quelques autres pikunis dont il avait fait la connaissance la fois précédente. Mais sans doute que la fuite devant la menace oursienne le mena un peu trop loin. De toutes les façons loin de l'idée de chicaner sur les distances, Tael bien trop content de n’avoir pas été déchiré par cette maman ursidée hocha la tête avec conviction « Oui oui je vous laisse faire, je suis soigneur chez moi, mais là je pense que ce serait un peu compliqué ... » A moins que de savoir se contorsionner, le bouclé n'y arriverait pas déjà que bouger son épaule lui causait une certaine souffrance. Comme lui indiquait le terrien, Tael vint s'agenouiller prêt de la rivière, il apprécia la fraîcheur qui s'en dégageait, chassant la fièvre qui le rongeait. Celle d'une aventure dangereuse, presque mortelle qu'il eut voulu oublier au plus vite. Pourtant il devrait en tirer les leçons. Avec difficulté il réussit à lavé sa plaie mais ne se plaignit pas, même si quelques râles s’élevèrent inconsciemment. Ensuite il regarda l'homme faire, jamais encore il n'avait utilisé cette technique là. Intéressant. « Vous êtes soigneur ?  » Ne put-il s'empêcher de demander « Moi c'est Tael ... Antanas  » Ca sonnait un peu comme Santana, un chanteur des temps anciens .... «  Vous pensez qu'il va falloir recoudre ? »


Dernière édition par Taël D'Arbanville le Lun 19 Déc - 21:05, édité 1 fois

avatar
05/10/2016 Ipiutiminelle 186 Hugh Jackman So' Guerrier & Chasseur > ₪ Combat au corps à corps et armes blanches. Doué aux armes de jets et à l'arc. ₪ Chasseur ₪ Eleveur et dresseur d'oiseaux de proie pour la chasse et la livraison des messages. ₪ 0
Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever


Sujet: Re: ♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
Sam 26 Nov - 20:51

♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
#Taël D'Arbanville


Le jeune enfant du ciel semblait vouloir parler, il me contait qu'il se rendait souvent chez les pikunis, si quelques fois pouvait s'appeler souvent. On m'avait dit que les gens de la plaine étaient assez tolérants avec ceux du ciel, bien plus que ne le serait jamais mon propre peuple. Chez les Athnas, nous avons une idéologie bien différente et nous préférions les nôtres aux autres peuples. Cela ne nous empêchait pas de faire des échanges, bien entendu... Nous avions comme tout un chacun besoin de cela pour améliorer notre quotidien, mais nous prenions un malin plaisir à nous suffire à nous-même lorsque nous le pouvions. Quant à aimer les gens du ciel... à la plupart d'entre nous, il ne fallait même pas le penser. Moi... j'étais plus ouvert à leur égard. Parfois je les avais même aidé et même si nos deux peuples s'était affrontés il y a peu... Je n'éprouvais pas de rancœur à proprement parlé envers eux. Une chose était certaine... Ils n'étaient pas des guerriers. Oh ils pouvaient certainement apprendre un jour à se battre vraiment, mais je ne pensais pas qu'ils auraient un jour la philosophie des gens des montagnes. Cela ne semblait pas du tout être ancré en eux. Etait-ce un mal ou un bien ? Ce n'était pas à moi d'en juger.

" Du savoir ? "

Ce jeune homme parlait de savoir, il voulait apprendre, mais apprendre quoi je n'en avais aucune idée. Que cherchait-il chez les pikunis ? C'était bien une chose qui me rendait curieux. Que pouvait lui offrir ce peuple calme ? Il me semblait lui-même maigrelet et je me demandais aussi quel genre de services il pouvait leur offrir. Je savais ce peuple bon chasseur et je doutais que ce soit des proies qu'il pouvait leur apporter en échange. Il parlait vite, mais j'arrivais à le comprendre malgré que son accent ne soit pas semblable à ceux qui arpentaient la terre depuis des générations avant la sienne. Quant aux sonorités avec lesquelles j'avais plus de mal ? Je faisais le lien avec le restant de sa phrase et je n'avais aucun mal.

" Ainsi tu connais bien le peuple des plaines. Tu as rencontré d'autres tribus également ? "

Volontairement j'utilisais des mots simples. C'était plus facile et pour moi, et pour lui je le supposais. La langue des gens du ciel m'était connue, bien plus connue que chez les plupart des Athnas de part mes lectures et mes contacts avec eux. Des choses que je taisais la plupart du temps, mais je ne pouvais prétendre la parler couramment comme lui le faisait. J'avais plus contact par écrit qu'en langage oral avec elle.

" Non pas soigneur. Juste les bases. Je voyage beaucoup, souvent seul "

Je n'étais pas ce que l'on appelle communément un ermite ou un solitaire, mais j'aimais à voyager seul car les contraintes d'un groupe étaient bien plus importantes et j'aimais à me retrouver avec moi-même. Souvent on disait que j'étais un peu ours mais il suffisait d'apprendre à me connaître pour apprécier l'homme que j'étais. Je n'étais pas un homme mauvais, du moins j'aimais à le penser.

" Je suis un guerrier, mais quand les temps sont calmes je suis chasseur. J'élève des rapaces aussi... Parfois j'échange "

Je n'avais jamais offert l'un de mes oiseaux au peuple du ciel, mais j'en avais offert un aux Naoris en la personne de Öcyan il y avait quelques lunes. Je me demandais ce qu'il devenait... Je n'avais pas eu de contact avec eux depuis. Le passage de ce jeune druide dans mes montagnes m'avait laissé un agréable sentiment de fraicheur. Parfois les rencontres avaient du bon.

" Je suis heureux que tu sois en vie pour te rencontrer Taël. C'est un beau nom. Je crois qu'il faudra recoudre mais... Je ne suis pas bon à ça... Pour que la plaie soit jolie, il faudra attendre. Mon pansement de fortune tiendra le temps qu'on arrive au village "

Je n'étais ni préparateur de peau, ni soigneur. Je connaissais les bases pour soigner une plaie, mais je ne pouvais prétendre le recoudre de manière élégante. Si la plaie devenait plus laide... Je pouvais la brûler avec l'une de mes lames, mais je doutais qu'il soit très friand de ma proposition. Nous aurions été plus loin du village que nous n'aurions sans doute pas eu le choix.

" Je peux brûler la plaie pour la suturer mais... Je crois que tu peux attendre. Recoudre est mieux... plus beau "

La pâte placée, je posais une couche de glaise pour protéger le tout. Alors qu'elle durcissait, j'arrachais un bout de tissus de sa tenue restante pour l'enrouler autour. Ce n'était pas des plus joli, mais cela avait au moins le mérite de lui faire du bien, d'éviter que cela s'infecte ou ne le pénalise. Les bords de la plaie resteraient en place et avec un peu de chance, il ne faudrait pas recoudre...

" Peut-être que recoudre sera pas obligatoire...Le mélange est bon "

Je me relevais et le laissait en faire de même. Il semblait ne pas subir de contre coup de l'attaque. Il me semblait encore alerte mais je ne savais pas s'il tiendrait une longue marche aujourd'hui.

" Penses-tu que nous pouvons nous mettre en route ? "

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
16/04/2015 I 10930 Aneurin Barnard Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna Cuisinier - Aide soignant 336
- Hit the Road -


Sujet: Re: ♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
Lun 19 Déc - 21:25

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Antanas & Taël

Ils s'écoutaient. Oui. Lui Tael et l'homme des bois. Enfin pour le moment il le surnommait comme ça dans sa tête, même si il connaissait son prénom, il l'identifierais probablement toujours de la sorte. Celui qui lui évita de se faire écharper par un ours. Tranquillement, le fil d'un échange s'installait. Ils se découvraient, sans forcément se comprendre. Tael savait que la plupart du temps les débarqués ne représentaient que des intrus aux yeux des autres peuples. Peu diplomates, trop jeunes, trop inexpérimentés face à ce défi que représentait la terre. Les premiers pas furent laborieux. Ils réussirent très vite à se faire mal voir par ceux qu'ils rencontraient. Mais pas tous, certain possédaient une curiosité, une ouverture d'esprit, une tolérance qui permis de nouer aussi de très beaux liens. Maladroit, il ne connaissait pas encore assez bien la forêt pour éviter tous ses pièges. Débouché sur cet ourson, par inadvertance eut pu sans doute s'éviter, et dans le futur le bouclé ferait bien plus attention. Même si il ignorait encore comment deviner la meilleure façon de déceler la présence d'un prédateur non loin de lui. Il apprendrait, oui sinon il ne survivrait pas.

Le cuisinier n'appréhendait pas vraiment ce que voulait l'Athna. Demandait-il quel savoir Tael pouvait posséder qui valu la peine de l'échanger ou si ce dernier espérait en découvrir un nouveau? Peut-être les deux, alors le bouclé décida de satisfaire la curiosité de ce dernier au mieux « Et bien j'essaye de lui apprendre ma langue, mais faut dire que c'est pas évident puisque je ne connais pas non plus la sienne donc en réalité c'est un double apprentissage » Et pour le moment le cent ne s'estimait pas très doué dans ce domaine là, mais comme il s'était engagé il s'acharnait à s'améliorer plus vite que Nahyri afin de mériter ce qu'elle lui offrirait en échange « Et elle ... la personne, doit m'apprendre à travailler le bois, en faire des objets, m'en offrir quelques uns car nous manquons vraiment ... de matériel et peu de nous se débrouillent à ce point de vue » Prouverait-il dans l'avenir qu'il réussirait un peu mieux dans ce domaine ? Quant aux autres tribus, certes depuis son arrivée il croisa quelques autochtones mais « Je ... j'ai croisé des terriens mais je n'ai pas toujours su de quelle tribus ils provenaient cependant ...  » Tael hésita avant d'abord ce sujet qu'il préférait généralement oublié.

« Il y à ce peuple les rahjaks, ils nous ont enlevés, avec d'autres terriens, calusas aussi et nous sommes devenus amis dans les prisons. Ce sont les naoris qui nous en ont délivrés » Le bouclé s'arrêta là, ne souhaitant pas donné plus de détails, revenir à ces mois remplis de menaces, ou assoiffés, effrayés chaque jour, ils s'imaginaient voir leur mort arrivée. Finalement le cuisinier comprenait bien cet homme, même si parfois Tael devait un peu plus tendre l'oreille pour mieux identifier les mots à cause de la différence de prononciation provoquée par la séparation de leur peuple. Il se rendait compte que l'autre tâchait de s'exprimer le plus clairement et simplement possible. Alors Tael choisissait de son côté les mots les moins compliqués. « Ô vous êtes un nomade  » Du moins c'est ce que le bouclé comprenait pour ce qu'il en avait capté. Un nomade guerrier. « Des rapaces ?  » Interrogea le jeune homme les yeux bien de curiosité. Il se souvenait des geais de Thiziry qui apprenaient par cœur une chanson afin d'avertir la dite sorcière de la venue d'une de ses connaissances. « Aigle ?  » s'enquit le bouclé se rappelant avoir vu associé ce mot quelque part à celui de rapace, mais pas très certain de qu'il avançait.

Pendant un moment le cuisinier oublia cette douleur sourde, mais quand Antanas l'évoqua, son épaule fut à nouveau affreusement présente. Pour la plaie il ne pouvait pas vraiment l'apercevoir mais il souleva les épaules un peu indifférent « C'est pas grave, j'ai déjà de belles cicatrices dans le dos, je m'en fiche qu'elle soit belle ou pas, tant qu'elle guérit  » Et cicatrise, et ne s'infecta pas surtout. Si le sang ne coulait pas à flot et bien ça pouvait rester un moment comme ça, il ne pensait pas qu'il perdrait connaissance pour si vite. Le bouclé aurait pu rajouter qu'il jouait le rôle de soigneur par intermittence chez les débarqués quand il manquait de gens mais il préféra n'en rien dire, après tout il n'était jamais allé bien loin dans ses études de médecine. Donc ça ne comptait pas vraiment. « Je crois que pour la brulure je vais passer  » Non qu'il fut un froussard mais ça ressemblait à de la torture, ça lui rappelait trop ces hommes du désert, et l'enfant des étoiles fuyait tout ce qui le lui rappelait. Si vraiment on estimait au village ne pas avoir le choix, il s'y plierait, mais pour l'instant ...  « Et bien je te fais confiance et je suis prêt l'on peut se mettre en route tout de suite, je crois que c'est par là ... » Tael se releva trop vite , un eu étourdit il du s'appuyer sur un arbre  « Ça va aller, mais surtout si jamais je m'endors ne t'inquiète pas, c'est juste une maladie ... »

avatar
05/10/2016 Ipiutiminelle 186 Hugh Jackman So' Guerrier & Chasseur > ₪ Combat au corps à corps et armes blanches. Doué aux armes de jets et à l'arc. ₪ Chasseur ₪ Eleveur et dresseur d'oiseaux de proie pour la chasse et la livraison des messages. ₪ 0
Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever


Sujet: Re: ♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
Mer 4 Jan - 14:38

♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
#Taël D'Arbanville


L'enfant du ciel parlait d'un double apprentissage et je comprenais comme cela pouvait ne pas être aisé. Mais du donnant-donnant était sans doute ce qui était le plus juste. Il n'avait pas tort d'agir ainsi. Cela prendrait certainement plus de temps, mais il était certain que les liens seraient alors bien plus grands. C'était une attitude intelligente. Je trouvais que ce jeune homme en était certainement doté malgré sa maladresse précédente. Qui ne tentait rien ne faisait pas d'erreur et lui avait le mérite de ne pas vouloir s'enfermer dans ses croyances et ne pas se penser au dessus de tout. Il ne devait pas être un mauvais gars. Du moins c'était ma première impression.

" Le bois n'est pas ma spécialité à part pour en faire des flèches ou des pics... voire des pièges. Parfois seuls les pièges fonctionnent lorsque la nourriture se fait rare "

Je n'étais pas l'homme le plus bavard du monde, mais je tentais parfois de faire des efforts. J'estimais que faire la connaissance de cet enfant du ciel n'était pas une perte de temps et j'avais envie d'y investir le mien le temps de notre trajet. J'aurai pu l'abandonner à lui-même et tracer ma propre route, mais j'avais choisi de faire un bout de chemin avec lui, abandonnant mes plans initiaux, ce n'était dès lors pas pour me murer dans le silence. Il voulait apprendre la langue des gens de la terre et pourtant je conversais avec lui dans sa langue avec les mots que j'avais appris au fil de mes lectures principalement et des quelques conversations que j'avais eu avec les siens. J'ignorais si mon accent lui convenait, mais je pouvais difficilement le changer sans remarques. Certains des mots que j'utilisais, je ne les avais jamais entendu prononcés de vive voix, je ne pouvais que deviner la manière dont ils devaient être dit, avec les erreurs inhérentes de ce fait.

" Corrige-moi si je dis mal. Mon peuple ne parle pas ta langue pour la plupart et ceux qui la parlent un peu ne le veulent pas vraiment "

Il me mentionna le peuple du désert avec une certaine déférence dans la voix, couplée avec une peur certaine. Ils faisaient souvent cet effet-là et avec ce qu'il me racontait, je pouvais aisément comprendre pourquoi. Je n'avais pas eu que des mauvais contacts avec ce peuple et je ne le considérai pas comme mauvais dans son ensemble mais le dire à quelqu'un qui avait souffert entre leurs mains n'était sans doute pas la chose la plus judicieuse à faire. Cela dit... juger quelqu'un uniquement pas son milieu et son peuple, je n'étais pas des plus fans. Cela n'avait jamais été ma manière de procéder.

" Ils ont une pensée bien à eux, un mode de vie particulier. Mais tous ne sont pas mauvais. Il est parfois dur de faire autre quand on est entouré ... trop entouré. Ce n'est pas facile à expliquer "

Il me manquait des mots pour exprimer ce que je voulais vraiment, mais j'espérais toutefois qu'il comprendrait ce que j'essayais de lui dire. Il n'en dit pas plus et je ne cherchais pas à le pousser. Je savais respecter un silence. Je savais quand il ne fallait pas trop insisté. Chez les Athnas, il y en avait certains qui avaient vécus des choses dont près de dix ou quinze ans après, ils ne pouvaient pas encore parler. Il y avait des évènements qu'on préférait taire en soi. Je pouvais respecter ça.

" Non pas nomade. Chez un chez moi. J'ai un peuple... Mais j'aime être ailleurs, voyager, voir autre chose, découvrir et apprendre. Aigle oui, mais pas que. Faucon... et autre. Pas tous avec moi "

Je ne voyageais pas avec tous mes rapaces en permanence. Sept, cela aurait été bien trop et surtout tous ne s'entendaient pas bien. Que ce soit pour chasser ou juste pour rester. Certains rapaces n'étaient juste pas fait pour être ensemble, tout comme certains hommes n'étaient pas fait pour rester avec d'autres.

" Certains pour le jour, d'autres pour la nuit. Certains pourraient aimer manger un autre. Tous pas fait pour être ensemble "

Il me parlait d'une maladie, une maladie du sommeil à ce que je comprenais et je pensais à un certain insecte de nos contrées. Il était étonnant s'il avait été piqué par l'un d'entre eux qu'il savait se tenir si bien éveillé et je le regardais avec curiosité alors qu'il peinait à rester bien droit malgré sa bonne volonté.

" Mouche Tsé-Tsé ? Mouche du sommeil t'a piqué ? "

Je n'étais pas un soigneur, je n'avais que quelques connaissances basiques pour soigner une blessure, et quelques connaissances, solides quant à elles, de survie. Sans doute ne pouvais-je tout connaître malgré mon grand âge comme pouvaient le dire certains.

" Ton corps est faible... Je vais te porter, au moins pour une partie du chemin, tu as besoin de repos. Marcher serait trop pour toi "

Je m'avançais vers lui sans plus chercher son approbation et je le pris dans mes bras à la manière que pouvait le faire un jeune marié pour faire entrer sa promise dans sa demeure. Etait-ce la meilleure méthode ou devais-je le glisser sur mon dos comme un enfant ? Il était léger, même la position de la mariée ne devrait pas me poser trop de problème dans tous les cas. Si je peinais, il serait toujours tant d'aviser.

" Tu es léger... ton peuple a assez à manger avec la période froide ? "

Je me mis à avancer, suivant des chemins qui parfois n'en n'étaient pas vraiment. Des raccourcis que ceux qui voyageaient beaucoup, seuls, pouvaient connaître. J'ignorais qui avait montré autrefois la voie à ce jeune homme, mais je savais que certains aimaient à garder leurs secrets. Il était possible que je lui en dévoile quelques uns lors de notre marche cette fois... mais rien qui ne pourrait vraiment mettre en danger les pikunis.

" Tu sais pour le Grand Rassemblement, bientôt, chez les Pikunis ? "

Nous allions arriver tôt, bien trop tôt pour le Grand Conseil sans doute... mais peut-être n'était-il pas au courant et je doutais qu'il ne veuille rencontrer sans le savoir certains de ses tortionnaires, même s'il était entouré. Mieux valait que je le mette en garde... ne serait-ce que pour qu'il puisse quitter le village à temps.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
16/04/2015 I 10930 Aneurin Barnard Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna Cuisinier - Aide soignant 336
- Hit the Road -


Sujet: Re: ♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
Jeu 19 Jan - 21:39

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Antanas & Taël

Ce matin, à l'aube quand Tael entreprit de parcourir le sentier qui mènerait chez les Pikunis, afin de continuer cet échange débuté avec Nahyri, il s'imaginait que cet exercice serait pareil à ses précédents voyages. Sauf que la première fois, il s'y rendit en groupe. Probablement que la seconde randonnée, le bouclé bénéficia de la chance du débutant. Bien qu'il fut là depuis prêt de deux ans, on ne pouvait certes pas avancer que Tael possédait les qualités d'un chasseur - traqueur -, ni même d'un diplomate. Et lui-même ne l'ignorait pas, Par quel mystère il se retrouvait en charge de la vie du camp, ça le dépassait. Mais néanmoins il tâchait de bien faire, réparer les erreurs, améliorer les choses, ne pas démériter auprès des autres qui plaçaient leur confiance en lui. Plutôt maladroit de par sa spontanéité, souvent mal calculée, et l'ignorance de la plupart des évidences de ce monde, il arrivait au cuisinier de faire des grosses bévues. Mais ça ne partait jamais d'un fond méchant, au contraire, Taël ne comprenait pas toujours comment fonctionnait l’interaction avec les autres. Débarqués ou Terriens. Cependant on ne pouvait pas le qualifier d'imbécile, ou alors quand on se trouvait envahi par la mauvaise humeur. De plus le bouclé, sous les conseils de la disparue Thiziri, tentait réellement de s'améliorer chaque jour.

Action difficile à réaliser quand on se trouvait régulièrement confronté au drame ou au malheur. Ce qui ne manquait pas d'irrévocablement se produire avec cette nature que lui et les autres enfants du ciel apprenaient toujours à appréhender. Les animaux sauvages, parfois dangereux, les plantes venimeuses, les terriens régulièrement hostiles, les morts inattendues ... Tout ça vous remettait les pendules à l'heure très régulièrement. Appelait les cotés sombre, désespérés, défaitistes des plus faibles, tout en sapant le moral des plus forts. Ils savaient tous qu'ils devaient se tenir sur leurs garde pour être à 100 % opérationnels. Mais ils restaient faillibles, lui le premier. Aors forcément, à crapahuter ainsi seule sur le chemin sans la connaissance parfait du terrain, et des animaux qui le parcouraient, soudainement on se retrouvait avec une épaule déchirée. Cette expérience lui ajouterait certainement un peu de plomb dans la cervelle, en attendant il ne lui servirait à rien de se lamenter. et bien que la douleur lui mordilla désagréablement la peau, il offrait une mine douce, pale et souriante au guerrier qui risqua sa vie pour lui. Le remercier en grognant lui semblait plutôt déplacé.

« Je n'ai encore jamais réussi à attraper un animal, ni même manipuler un piège » Avoua Tael à Antanas. Surtout parce que dès le départ il refusa de porter une arme, ou de se battre, convaincu qu'aucun d'eux ne seraient de taille à affronter les hommes des bois. Oui, alors il se croyait condamner à mourir, il le désirait même. Plus maintenant. « J'occupe surtout les fonctions de cuisinier, je cuis ce qu'on me ramène ... » Précisa le jeune homme. Et parfois il soignait les blessures, et de quelques malades quand les "docteurs" officiels se retrouvaient débordés de toutes part. Mais il ne le précisa pas, car une des paroles de l'homme monopolisa son attention. Non jusqu'ici Tael pensait comprendre le sens général des leurs échanges. Un détail cependant le chiffonnait, il s'en ouvrit donc au Terrien.  « Pourquoi ne veulent-ils pas la parler ? Ils ne l'ont pas complétement oubliée pour la plupart, car ce n'est pas de nous que vous la connaissez ... Çà j'en suis certain, j'ai rencontré cette Terrienne tout au début, elle s'exprimait vraiment très bien  » Donc pour une raison qu'il ignorait certains l'utilisaient mais d'autres pas.  « C'est dommage de ne pas utiliser cet avantage pour mieux communiquer ... comme nous »

Taël se rappelait le récit de certains des siens qui affirmaient avoir croiser des autochtones qui boycottaient carrément cette idée et préféraient se taire que de jamais l'utiliser. Cependant après il écouta les explications de l'homme quand à ses rapaces. Tael hocha la tête, il comprenait, voilà un domaine qui le dépassait complétement mais qu'il découvrait plus compliqué que prévu. Ensuite il sursauta brusquement devant la question d'Antanas    « Tsé-tsé ? C'est quoi ? On en trouve ici ? Et non ce n'est pas du à un animal, c'est un mon corps qui ne fonctionne pas correctement  » Après pour décrire le problème de façon plus correcte il lui faudrait employer des termes plus techniques, et le bouclé craignait que ça ne ressemble à un véritable casse tête pour le terrien. Soudainement il découvrit que l'autre souhaitait le porter alors il souleva les mains pour protester mais trop tard. Le voilà qui se fit lever de terre, tel un enfant, son pouls s'accéléra. Tael ne supportait pas le contact prolongé avec les autres, désormais il retenait sa respiration, n'attendant qu'une chose sauter hors des bras d'Antanas. Dix années dans les cellules ça arrivait à vous donner la phobie des autres parfois.

A un moment le guerrier s'immobilisa, sans doute pour vérifier son chemin, le débarqué en profita pour se retrouver les pieds sur le sol. Il sautillait bizarrement comme s'il se trouvait prêt à piquer un sprint si on s'approchait trop de lui  « Çà à été dur, on manque de tout, heureusement certains sont devenus bon chasseurs et maintenant on fait du troc avec les terriens  » répondit-il à retardement, ajoutant  « Ça ira, je peux quand même marcher, c'est juste mon épaule qui s'est fait chatouiller par les griffes » Mais les dernières phrases du guerrier résonnèrent comme un écho dans la tête du cuisinier, alors qu'il esquissait un mouvement pour encourager Antanas à poursuivre la route. « Non, Quel rassemblement ? A quel sujet ? je m'y rendais surtout pour voir Nahyri comme convenu avec elle ...  » Devait-il s'inquiéter ?

avatar
05/10/2016 Ipiutiminelle 186 Hugh Jackman So' Guerrier & Chasseur > ₪ Combat au corps à corps et armes blanches. Doué aux armes de jets et à l'arc. ₪ Chasseur ₪ Eleveur et dresseur d'oiseaux de proie pour la chasse et la livraison des messages. ₪ 0
Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever


Sujet: Re: ♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
Dim 22 Jan - 12:59

♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫
#Taël D'Arbanville


Attraper un animal, fabriquer un piège, c'était des choses des plus familières pour moi. Je me serai bien proposé pour lui enseigner mais il n'en avait pas fait la demande et... Je n'étais pas homme à me proposer ainsi ni à me vendre. Je lui avais dit que j'en étais capable, c'était à lui de faire le pas s'il désirait un apprentissage. Contrairement à beaucoup de mon peuple, je n'avais pas cette mauvaise image des cents et cela ne me gênait pas de les fréquenter, de leur enseigner quelque chose ou de faire du troc avec eux. Cela dit... il était vrai qu'il n'avait pas beaucoup de ressources. Bien moins que les autres peuples avec qui nous traitions et bien souvent ils donnaient de l'aide humaine plutôt que matérielle... enfin je ne pouvais pas dire que je n'avais jamais aidé personne sans contre-partie. On pouvait me dire rustre et peu facile d'approche... Je n'en avais pas moins un bon cœur, du moins j'en étais persuadé.

" Ce n'est pas difficile quand on connait les bons gestes, et les endroits où c'est mieux "

Je me demandais quelle vie ce jeune homme pouvait avoir eu là haut... Dans le ciel, ils n'avaient pas de nature comme la nôtre, pas de vie comme la nôtre. Parfois j'imaginais la vie que j'aurai pu avoir si j'étais né parmi les étoiles et... je ne l'enviais pas. Ma vie était ici, je ne me voyais pas vivre dans une boîte de métal perdue dans l'immensité... J'avais besoin d'espace... de m'isoler... dans un univers fermé j'imaginais que cela devait être difficile sinon impossible. Je crois que j'aurai eu peur de devenir fou là haut et pourtant... certaines choses les concernant me fascinaient et... j'aimais apprendre.

" Ils n'estiment pas le besoin de créer des liens avec vous, les enfants du ciel. La différence fait peur et... ils pensent beaucoup que vous ne pouvez rien nous apporter sinon le malheur, que vous n'avez rien à offrir. Je sais pas comment expliquer "

Pas expliquer que les Athnas pensaient que les Cents n'avaient guère de valeur ? Qu'ils n'apportaient que le malheur sur nos terres et qu'ils étaient aussi peu doués que des enfants... quoi que dans la pensée de mon peuple, je pensais qu'ils estimaient que même les enfants de notre tribu avait plus de valeur qu'un jeune adulte cent. Les cents ne savaient rien quand ils étaient arrivés... ils étaient perdus, ils avaient fait des erreurs et... ils avaient été jugés. A tord ou à raison, les Athnas n'avaient jamais apprécié leur présence ici. Alors quand le conflit avec éclaté... Je crois que désormais c'était encore pire.

" Pour eux... c'est pas utile de parler avec vous... Moi... je suis... peut-être étrange pour les miens un peu. Tu me trouves étrange ? "

Le fils du ciel avait une bonne écoute. Je l'avais remarqué. Je ne savais pas s'il trouvait ce que je lui racontais passionnant mais il avait le mérite de ne pas chercher à m'interrompre. Il semblait curieux, ouvert, c'était agréable. Il ne semblait pas connaître la petite créature que je lui évoquai. Il était vrai qu'elle n'était pas très courante et qu'il ne devait jamais en avoir vu dans son monde à lui. Son monde si étrange ou aucun animal ne semblait jamais avoir foulé le sol de manière libre.

" Une mouche. Un insecte. C'est très petit, comme ça, avec des ailes... ça pique... son venin donne une maladie qui fait dormir et qui peut tuer après "

Je lui montrais avec ma main la taille de la petite bestiole dont je parlais et je lui fis un sourire quand il m'indiqua que cela n'avait rien avoir. C'était en lui depuis longtemps, depuis sa naissance apparemment. Je supposais que ce devait lui valoir d'être considéré comme faible parmi les siens. S'endormir sans raison au milieu de nulle part ou d'un combat... chez nous... je n'osais imaginer comment il aurait été considéré, comment il aurait été traité. Nous étions un peuple guerrier, il n'y avait qu'à voir comment ils traitaient le jeune Lowen... et d'autres dans notre tribu. Mais... nous n'étions pas les seuls à ne pas aimer la faiblesse. Ici sur terre, faiblesse rimait bien trop souvent avec mort.

Dans mes bras je sentais qu'il n'était pas à l'aise mon petit protégé. Il semblait tendu comme un animal aux abois. Heureusement il ne tentait ni de me mordre ni de me griffer. Etait-ce parce que j'étais un étranger ou parce qu'il ne me faisait pas confiance ? Je n'en savais rien. J'aurai pu lui dire de se détendre, de se calmer mais à quoi bon ? Une demande de ce type n'était pas facile à suivre quand on stressait... et cela pouvait faire pire. De plus je ne savais que lui dire pour le rassurer alors je préférais ne rien dire. Bonne ou mauvaise méthode... c'était la mienne. Lorsque je fis une halte de quelques secondes pour regarder une étrange marque de griffure sur un tronc... il en profita pour se laisser glisser sur le sol et je le regardai d'un air... un peu figé. Je n'aimais pas ça... Je ne l'avais pas porté parce que je voulais le toucher, je l'avais porté parce que sa faiblesse m'avait interpellée. Oui seul son épaule était touchée, mais c'était tout son être qui était faible en cet instant... S'il tombait là... cela ne nous avancerait pas... Mais il serait sans doute plus sage inconscient. Je caressais l'envie de l'aider à tomber dans l'inconscience mais... j'avais comme dans l'idée qu'il n'en serait pas très ravi.

" Oui, juste épaule blessée mais... corps faible car lutte pour guérir, pour tenir. Pas bon que tu marches "

Il fit un pas, je le suivis tout en observant chacun de ses mouvements, prêt à le reprendre dans mes bras contre sa volonté si je voyais le moindre soupçon de vacillement. Il n'aurait alors pas le choix, je ne lui laisserai pas le choix. Parfois il fallait juste apprendre aux jeunes... j'avais mené des campagnes, je savais. Certains étaient juste trop fiers, il fallait passer outre, et leur montrer, leur apprendre, les confronter. S'il voulait tant tester ses limites... bien... mais... j'allais veiller. Il avait au moins le mérite d'essayer et de se battre, je pouvais comprendre ça.

" Un chef Pikuni est mort. Une mort pas naturelle et un conseil a été décidé. Tous les peuples d'ici, et même le tien ont été appelé. Ils veulent que le désert réponde. Ils pensent qu'ils sont responsables mais tout le monde doit être là... pour parler, pour juger, pour décider "

Comment ce jeune allait-il prendre ce que je lui annonçais ? Comment allait-il appréhender le fait de peut-être se retrouver en contact avec ceux qui avaient fait de sa vie un enfer ? Je savais comment on traitait certains des esclaves chez eux d'après un ami et ma propre vision même si j'avais toujours été un invité entre leurs murs et jamais un captif. J'en avais vu beaucoup et je me disais que cette information n'allait pas trop lui plaire. Mais le courage n'était pas l'absence de peur, j'espérais donc qu'il avait cette qualité, avec ce que j'avais vu avec la mère ourse, je le pensais.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: ♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫

 

♫ Promenons-nous dans les bois pendant que le nounours n'y est pas ♫

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Un, deux, trois promenons-nous dans les bois ♫
» [Défi] Promenons nous dans les bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-