Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜(Shana) | Go home, you're drunk
maybe life should be about more than just surviving


Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains 1139 Rose Leslie sign by ALAS Mercenaire et voleuse 70
Admin


Sujet: (Shana) | Go home, you're drunk
Mar 20 Sep - 19:28


Astrid & Shanareth

Go home, you're drunk


L’alcool coule à flot ce soir, je le vois alors que je pénètre doucement dans l’auberge. Les rires sont partout, quelques filles sont en train de danser à moitié dénudées, de vieux voyeurs dégueulasses sont là, à les regarder. Je lève les yeux mais je ne pars pas. J’ai l’habitude. Et elles ne sont que des esclaves. Il serait juste sympa que certains esclaves masculins se trémoussent de la sorte. Ce serait assez amusant de mon point de vu, mais bien sûr, ce n’est que mon avis. Les mercenaires féminins sont encore en trop petit nombres, malheureusement. Disons que ça m’aurait grandement fait plaisir, en tout cas, mais ce n’est peut-être qu’un avis personnel j’imagine. Enfin bref. Ignorant le monde autour de moi, je me glisse à la table habituelle à laquelle personne ne s’est encore installé. Fort heureusement, d’ailleurs, parce que je ne supporte pas d’avoir un compagnon non prévu. Sauf quand ça s’avère être une bonne compagnie, mais ce n’est pas toujours le cas. Il y en a certains qui s’imaginent que juste parce que je suis une Rahjak par adoption, je suis une bête noire, ou quelqu’un qui doit obéir aux gens. Une chose qui me laisse clairement perplexe mais contre laquelle je ne peux pas vraiment faire grand-chose, bien sûr. Je suis venue pour me la couler douce, pour boire un coup, pour profiter de l’instant également. J’estime en avoir le droit, une fois de temps en temps. Je n’ai pas invité Saoirse à m’accompagner, je n’en voyais pas l’intérêt et il est souvent plus facile de la laisser chez moi, plutôt que de l’entraîner dans des galères au milieu des alcooliques.

Assise à ma chaise, mon attention est attirée par la personne qui vient de pénétrer. Shanareth, que je n’ai pas revu depuis que nous nous sommes séparés pour une mission. Fort heureusement, lorsqu’elle a trouvé l’homme qui avait fui, elle a quand même voulu faire la part des choses et diviser la récompense en deux. Il faut dire que j’étais de la partie et qu’il était hors de question pour moi de ne pas toucher ma part dans l’histoire. Elle a su être réglo et c’était préférable pour elle. Je n’aurais jamais pu accepter que la situation se fasse différente. En dehors de ça, je ne vais certainement pas nier que la voir n’a rien de vraiment agréable. Malgré une mission commune, nous n’allions certainement pas devenir amis d’un seul coup. Je me permets de croire que ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Je n’ai aucune affection envers elle. L’estimant insupportable, détestable et énervante, aussi. Rien que la voir, ça m’irrite, en réalité. On ne va tout de même pas me le reprocher, n’est-ce pas ? Oh elle est respectable, elle est même douée dans son métier. Plus encore qu’on ne veut bien l’admettre. Cependant, encore une fois, je me permets de croire que ça ne se passe pas aussi simplement que ça. Et que ça ne risque pas de changer dans la nuit. C’est le bordel, quoi.

Alors forcément, la voir pénétrer ici, ça mine un peu mon humeur, pour une raison qui m’échappe quelque peu. Je n’y peux rien, c’est une situation qui me pose un peu un problème. La voir me laisse penser que l soirée va être détestable, que ça va aller vers une direction que je ne maîtrise pas. Mes émotions ne sont pas nombreuses, et pourtant, la haine et l’énervement sont là, assez régulièrement. La voir les attise, assez souvent. Mais plutôt que de partir, je choisis de boire. Un verre, puis deux. Et bientôt, j’en oublie sa présence. Tout devient plus facile, je crois, dès le moment où on a un petit coup dans le nez.

D’ailleurs, quand tout se met à tourner, la journée que je viens de passer s’envole et un sourire à la con qui s’affiche sur mes lèvres. Forcément, le monde me paraît plus léger. Je me surprends même à faire signe à Shanareth, alors que j’ai toujours ce sourire sur les lèvres. J’aime bien plus le monde quand je picole, de toute manière. Autant qu’elle en profite. Ma haine reprendra lorsque l’alcool disparaîtra.
AVENGEDINCHAINS

avatar
15/03/2016 Juliette/holly-wood 440 Eva "sexy badass" Green @schizophrenic (avatar) + @astra (signature) + eva daily (gifs) + shellaufouet (profil) Mercenaire ~ combat et maniement des armes. 20


Sujet: Re: (Shana) | Go home, you're drunk
Jeu 22 Sep - 0:28

Go home, you're drunk

astro
&
shana
Tu aimes tellement ces soirées à l'auberge où les filles dénudées se trémoussent au rythme langoureux et endiablé des instruments qui les accompagnent. Toutes des esclaves - jeunes et belles, enlevées de force à leur foyer, mais ça tu t'en fiches pas mal - toi tout ce qui t’intéresse en cette seconde c'est ton bonheur et l'instant que tu es entrain de partager avec tes vieux amis : les rats du désert. À peine es-tu rentrée à l'intérieur de la bâtisse que les cinq marchands d'esclaves t'ont interpellé pour que tu viennes les rejoindre à leur table. Sans réfléchir tu t'y es installée pour jouer aux cartes et boire des pintes jusqu'à plus soif. Après tout, avec la dernière mission que tu as faite, tu le mérites bien. Une mission qui n'était pas certaine d'aboutir à quelque chose de concluant - surtout que tu ne l'as pas faite seule, mais accompagnée de cheveux de feu - plus communément appelé : Astrid. Une jeune femme avec un sacré caractère et qui au passage, ne t'aime pas beaucoup. Après tout, qui dans cette cité t'aime vraiment ?! Peu de monde, et faut dire que tu le cherches aussi - t'es désagréable et détestable au possible de l'imaginable comment veux-tu que quelqu'un t'aime ou soit sympathisant avec toi ?! Mais bon, qu'elle ne t'apprécie pas, tu t'en fiches pas mal - ce n'est pas ça qui t'empêchait de la charrier et de jouer avec ses nerfs. La plus vieille des deux, mais également la plus enfantine des deux - aimant chercher la petite bête, alors qu'il y a pas de raison d'en chercher une - mais ça a été plus fort que toi, comme toujours. Mais contrairement aux autres, elle ne s'est pas laissée faire et plus d'une fois, elle aurait pu te mettre la main dessus - mais, elle a su se contenir - car si elle avait osé lever la main sur toi, tu n'aurais pas hésité une seule seconde à le lui faire regretter son geste. Tiens, en parlant du loup - tu n'as même pas fait attention que la rouquine était présente à l'auberge. Et contrairement à toi, elle a dû remarquer ton entrée - c'est sans doute pour ça que sa table est déjà décoré que quelques verres ici et là, afin d'oublier ta tronche de cake.

Et déjà, tu penses aller la voir quand elle aura un bon coup dans le nez et toi aussi - en opportuniste que tu es, ça serait bête de ne pas sauter sur une telle occasion. Un sourire en coin, et tu reprends vivement la discussion avec les cinq hommes qui en sont déjà à leur cinquième bière - toi, tu fais pâle figure avec seulement tes deux bières - mais tu préfères prendre ton temps, pour apprécier toutes les saveurs de ce breuvage divins. Eux, ce ne sont que des soûlards qui ne font plus la différence entre bonne et mauvaise bière. Et déjà les effets de l'alcool se font ressentir, ils tapent du poing, menacent de se battre - mais rien ne se passent, pourtant tu sais parfaitement qu'au bout de la dixième bières, ça fini toujours de la même manière : en carnage. Il se sont plusieurs fois faits virés comme ça, mais ça ne les empêchent pas de recommencer encore et encore. Toi, ce spectacle te fait bien marrer - assez intelligente pour ne pas t'engouffrer dans leur jeu complètement idiot. Pour en revenir à Astrid, tu ne remarques pas que pour elle aussi, les effets de l’alcool qu'elle vient t'ingurgiter commencent à faire leur œuvres. C'est seulement après une énième partie et une troisième pinte que tu remarques le signe qu'elle de lance depuis sa table. Sourire en coin, tu fais craquer tes doigts - t'excusant auprès de tes alter-ego masculins, qui comprennent tout de suite où tu veux en venir - ils te charrient un peu, avant de te laisser rejoindre ta partenaire d'un jour. « Bonsoir Astrid ! la salues-tu d'un grand sourire carnassier. Tu permets que je m’assois ?! Sans réellement attendre sa réponse, tu t'installes en face d'elle - les mains jointent l'une à l'autre, ton regard se plonge dans le sien. On dirait que j'arrive au bon moment, un autre verre ?! C'est moi qui paye. c'est sachant qu'elle a un coup dans le nez que tu te permets de lui demander une telle chose - sobre elle t'aurait rembarré et renvoyé chez les rats du désert à coup de pied aux fesses. D'ailleurs, toi aussi tu commences à ressentir les effets de l'alcool, et vu qu'elle est dans le même état que toi - c'est le moment de sauter sur l’occasion et de ne pas perdre une seule seconde. Perversité quand tu nous tiens.

camo©015


Dernière édition par Shanareth Zamarguilea le Mer 12 Avr - 11:40, édité 2 fois

Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains 1139 Rose Leslie sign by ALAS Mercenaire et voleuse 70
Admin


Sujet: Re: (Shana) | Go home, you're drunk
Dim 2 Oct - 23:27


Astrid & Shanareth
Go home, you're drunk


Ce signe de main est une invitation. Je le réalise, trop tard. L’alcool y joue pour beaucoup. Je suis incapable d’être droite et de calmer mes gestes. Je ne fais plus attention à rien. J’agis, et je réfléchirais sans doute plutôt demain. Je vais même probablement regretter la moindre de mes gestes de ce soir, la moindre chose que je ferais lorsque j’avalerais une gorgée supplémentaire du verre que je tiens. Tout est bruyant ici. Trop bruyant. Je passe une main sur mon visage. L’alcool dans le nez, les hommes qui tapent sur les tables, qui parlent fort, qui crient pour se faire entendre de ceux qui crient aussi. Tout me rend fou et l’alcool me fait totalement divaguer. Je deviens une petite fille, je perds dix ans d’âge, jeune femme de seize ans dans une auberge avec un coup dans le nez. Je me balance sur ma chaise, j’ai trop chaud. La nuit sera longue si je n’avale pas au moins un litre d’eau avant de m’allonger. Mais une chose à la fois, me dis-je, alors que mon bras se lève pour prendre une nouvelle choppe. Il ne faudrait quand même pas que je sois incapable de marcher, lorsqu’il sera temps pour moi de rentrer. Mais ce n’est vraisemblablement pas pour maintenant.

Quand elle se lève, je ne pense pas une seconde qu’elle va me rejoindre. Le nez dans le nouveau verre qui vient de s’écraser devant moi, je réalise que c’est pourtant dans ma direction qu’elle se rend. Ce que je n’apprécie qu’à moitié. Mais que puis-je en dire ? Déjà, je ne cache pas que j’ai bien trop bu pour pouvoir me rebeller contre elle. Aussi, avec un tel coup d’alcool dans le nez, je ne nie pas le fait qu’elle me paraît beaucoup moins détestable qu’il n’en aurait été question dans d’autres situations. C’est un gros bordel, je ne le cache pas. Cette histoire n’a pas vraiment de sens et je n’ai, de toute manière, pas vraiment envie d’y réfléchir plus que de raison. Mais c’est là, juste devant moi. Comme Shanareth, finalement. Et je ne vais certainement pas dire que j’en suis contente. Je la déteste, et sans doute vais-je me remettre à le faire au petit matin. Mon problème c’est qu’en cet instant, j’ai beaucoup moins de haine en moi. Alors un sourire stupide se glisse déjà sur mes traits. Je ne peux guère le retenir. Je suis saoule, je ne peux donc plus revenir en arrière. Il est bien trop tard. « Bonsoir Astrid ! ». Le temps d’une seconde, je suis pourtant tentée de lâcher une réplique acide, tentée de lui faire comprendre que la solitude m’allait, jusqu’à sa venue. Pourtant, l’alcool m’empêche de parler de haine, ça n’a rien de simple parce qu’à l’heure actuelle, je n’ai pas vraiment envie de me tracasser pour aussi peu de choses sans réel intérêt. Elle est là, désormais, et pour cette raison, le reste n’a plus de réelle importance. « Shanareth, quel plaisir ». Un rire sonore s’échappe de mes lèvres alors que j’avale d’une traite le contenu de mon verre. Sans doute le verre de trop sur une longue liste. Je n’ai pas prévu d’arrêter mais c’est sans doute le verre qui me fait franchir la lourde limite de la capacité maximale. « Tu permets que je m’assois ?! ». Tentée de lui dire non, je n’en ai pourtant pas le temps. Voilà qu’elle s’installe à ma table, en face de moi. Le temps d’une seconde, je me demande ce qu’elle veut, ce qu’elle demande. Ainsi que pourquoi elle s’installe devant moi. Mais les solutions sont inexistantes. Et les questions demandent bien trop d’attentions de ma part. Je n’ai pas la force. Faut dire que lorsque l’on boit, on en vient aisément à oublier comment les choses fonctionnent et on va principalement à l’essentiel. « Fais comme chez toi ? ». De toute manière, elle est déjà assise. Et moi, je me mets bêtement à rire. A glousser peut-être que ce serait un terme plus exact. J’ai trop bu pour réellement être capable de comprendre tout ce qui se passe. Pour ne serait-ce qu’essayer d’y arriver.

« On dirait que j'arrive au bon moment, un autre verre ?! C'est moi qui paye. ». Bourrée ou non, je suis à cheval sur mon or. Alors une femme qui m’invite, forcément, je suis partante. Peu importe la femme, d’ailleurs, surtout lorsque je suis torchée. Sinon, il est fort possible que je n’aurais pas eu suffisamment confiance pour ça. Si elle paie un verre, après tout, ça veut dire qu’il faudra que je reste en sa compagnie le temps de le finir. Au vu de comment je me ressens, je ne pourrais pas faire un nouveau cul sec. Clairement. Mon égo m’empêche de vomir ici. « Si c’est toi qui paie, je ne peux pas dire non ». Et voilà qu’un nouveau gloussement s’échappe de mes lèvres.
AVENGEDINCHAINS

avatar
15/03/2016 Juliette/holly-wood 440 Eva "sexy badass" Green @schizophrenic (avatar) + @astra (signature) + eva daily (gifs) + shellaufouet (profil) Mercenaire ~ combat et maniement des armes. 20


Sujet: Re: (Shana) | Go home, you're drunk
Mer 5 Oct - 0:18

Go home, you're drunk

astro
&
shana
Shanareth, quel plaisir. Ah oui vraiment ?! Pourtant sans ce coup dans le nez, jamais ça n’aurait été un plaisir pour elle de t’avoir en face d’elle - en fait, à jeun, elle t’aurait déjà balancé une belle réplique acide, acerbe dont elle seule a le secret. Et en vue du rire bien sonore, bien imbibé d’alcool qui sort de ses lèvres, tu ne vas certainement pas t’en plaindre – bien au contraire. À dire vrai, tu la préfères comme ça – de toute façon, t’as toujours eu une préférence pour les femmes qui boivent un petit coup de trop pour avoir les idées claires. Certes, ça rend idiote la jeune mercenaire, mais tu ne feras aucun commentaire là-dessus –parce que toi aussi, une fois que l’alcool te monte à la tête tu en tiens une sacrée couche. Mais pour l’instant, tu tiens à rester sobre – enfin, du moins pour l’instant – juste le temps de te moquer d’elle en silence et d’admirer son sourire, stupide mais si ravissant. Alors sans rien attendre de sa part, ni même une invitation – tu t’installes à sa table juste en face d’elle – voir si réellement avoir ton visage en face du sien est toujours un plaisir pour elle. Visiblement la manière dont elle glousse et rit bêtement comme une pintade ne laisse pas de place du doute – elle est vraiment ravie et est complètement torchée. Un sourire carnassier t’écorche les lèvres, passant le bout de ta langue sur la partie supérieure de tes lèvres – victoire insolente. T’installant plus confortablement sur le siège, un bras sur le dossier – jambes croisés – totalement détendue, ton regard continuant de la dévisager avec la même intensité qu’il en a pour dévisager d’autres femme lambda. Astrid est loin d’en faire partie – c’est plus le genre de la femme que tu ne peux espérer avoir si le génie de l’alcool ne te file pas un petit coup de pouce. Et pour un peu plus jouer sur la carte de la perfidie - tu décides de la faire boire un petit peu plus et de l'accompagner, pour que ça paraisse moins louche.

En temps habituel, tu n'aimes pas beaucoup dépenser ta fortune pour ça - la réservant principalement pour d'autres délices aussi excitants, qu'illicites - mais parce que tu sais que ça sera certainement la seule et unique fois que la rouquine se trouvera dans cet état face à toi - tu serais bien folle de ne pas sauter sur l’occasion en or que t'offre le dieu du soleil. Et comme tu t'y attendais, la jeune femme accepte ta proposition, uniquement parce que c'est toi qui paie - un sourire en coin s'esquisse sur le coin de tes lèvres. Elle n'est pas mercenaire pour rien, hein ?! Aussi proche de ses sous que toi - après tout, quel mercenaire digne de ce nom ne l'est pas ?! Et juste après avoir entendu un énième gloussement de dinde sortir de ses lèvres - tu chopes une serveuse par le bras et lui chuchote à l'oreille de vous ramener deux nouveaux verres et une fiasque d'absinthe. La bière c'est bon pour jouer aux cartes ou pour manger - pour s'amuser et passer une bonne soirée, rien de telle qu'une bonne bouteille de fée verte pour débloquer toutes les inhibitions refoulées au fond de soi. Et soudain, furtivement - se mouvant comme un serpent de feu sous le sable brûlant du désert - l'un de tes pieds se met à jouer avec l'un des siens - montant jusqu'au haut de son genou et descendant jusqu'au bas de sa cheville. Puis, posant tes coudes sur la table, ta tête légèrement sur le côté, tu gardes avec elle un contact visuel profond - déstabilisant, mais tellement compréhensif quand on sait lire les images impures dans tes iris couleur émeraude.

« Comme tu as de beaux cheveux roux, on pourrait les caresser sans éprouver d'ennui. » susurres-tu, vile vipère que tu es -après t'être dangereusement rapprochée d'elle pour caresser ses mèches et en remettre quelques unes derrière son oreille. « Comme tu as de beaux yeux bleus, on pourrait s'y noyer volontiers. » souris-tu, faux compliment que tu sors à toutes les autres, mais qui a toujours su faire son petit effet - cette fois-ci ne sera certainement pas une exception. « Comme tu as de belles lèvres, on pourrait les embrasser indéfiniment. » Ce même sourire perfide t'écorche les lèvres - et alors que tu t’apprêtais à l'embrasser, à t'emparer de ses deux morceaux de chair, la serveuse t’interrompe au plus mauvais moment, te coupe l'herbe sous le pied -en déposant devant toi le plateau que tu as commandé. Tu lui lances un regard aussi noir que ta chevelure, que ton âme - voulant tout simplement dire : "barre toi tout de suite avant que je ne t’excise avec les dents." Ayant compris le message, la jeune femme sans demander son reste, sans plus de cérémonie - vous laisse en tête à tête. Tu lèves les yeux au ciel - cette petite idiote t'a coupé dans ton élan, a même réussi à couper tout court ton envie de l'embrasser. Grognant, puis reprend un sourire en coin - tu prends les deux verres et déverse dans chacun d'eux, le liquide verdâtre si distinctif. « J'espère que tu aimes l'absinthe ?! À bien des égards, elle est devenue mon alcool préférée. Si je dois dépenser mon argent, autant le faire pour un alcool qui en vaut la peine. » Un clin d’œil vers elle, et tu bois cul sec ton verre. Ton poing cogne sur la table - avant que tu ne poses ton verre sur la table - un rire douloureux, t'échappe, ça t'arrache les intestins de l'intérieur, mais qu'est-ce que c'est bon. « Ahahaha ! On dirait qu'une centaine scorpions sont en train de me piquer les entrailles à coup de dard, mais c'est tellement bon. À ton tour, cul sec ! » l'encourages-tu à faire de même que toi, alors que tu sers déjà un deuxième verre - prête à voir des tas de fées vertes à moitiés nues danser devant tes yeux.

camo©015


Dernière édition par Shanareth Zamarguilea le Mer 12 Avr - 11:44, édité 1 fois

Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains 1139 Rose Leslie sign by ALAS Mercenaire et voleuse 70
Admin


Sujet: Re: (Shana) | Go home, you're drunk
Mar 1 Nov - 21:34


GO HOME YOU'RE DRUNK

Un verre, puis deux, puis trois. Le monde s’écroule et tout s’envole dans une direction que l’on ne parvient même pas à comprendre. Astrid, la jeune rousse, ne sait pas vraiment ce qu’elle est supposée faire. Elle a perdu toute notion de la réalité et en plus de ça, elle n’a pas envie de réfléchir au sens correct des choses. Tout s’envole, s’écroule, disparaît. Et l’alcool coulant dans ses veines finira par la dévorer. Quoi qu’elle en dise. L’alcool qui coule à flot, l’énergie qui s’envole. L’esprit qui dévie et la santé qui s’envole. La jeune femme n’a plus toute sa tête, elle perd le contrôle, elle oublie certaines choses. Elle ne comprend pas tout et la plupart du temps, elle essaie de ne pas réfléchir. Là, ce soir, elle aimerait y parvenir, elle aimerait réussir à réfléchir mais elle a bien trop bu pour y arriver et elle perd le réel contrôle de ce corps qui s’écroule, s’affaisse, pour se faire trop faible. Demain, elle se détestera, ce soir, elle imagine. Elle imagine aujourd’hui, elle imagine demain. Elle rêve de ce qui se passe, et elle se permet de croire que ça va leurs faire du bien. Elle ne sait juste pas comment s’empêcher de faire les conneries qu’elle envisage. Le corps de Shanareth devant elle, il ne lui a jamais paru aussi tentant. Et à cause de ça, elle ne sait pas vraiment où donner de la tête. Et elle ne comprend pas parce que tout ceci lui échappe.

La vue qui se trouble, la tête qui tourne et les gestes qui sont lents. D’ordinaire, c’est l’heure à laquelle elle choisit de partir. Seule ou mal accompagnée. Difficile de faire la difficile quand on n’a plus vraiment conscience de ce qui nous entoure. Elle perd pied et maintenant, elle attend, elle dépend de Shanareth, elle le ressent. Elle a trop bu et l’autre commande encore. De l’alcool fort, cette fois, la barre monte, et elle n’est pas prête pour cela. Oh elle n’a fait que commander, mais les verres vont venir, elle n’en doute pas. Et elle n’est pas vraiment prête pour ça. Elle s’agace, aussi, parce qu’il est énervant de voir que l’autre a le contrôle. Dans toute autre circonstance, tout aurait été différent, elle le sait bien. Quand un de ses pieds se pose sur elle, elle n’a aucun mouvement de recule. Pire encore, un sourire complètement ridicule ne tarde pas à se dessiner sur ses traits. Elle a chaud, et cette caresse lui fait du bien. Oui, elle va clairement se détester demain. « Comme tu as de beaux cheveux roux, on pourrait les caresser sans éprouver d'ennui. ». Elle roucoule, l’autre, tente de jouer de courbette pour la séduire mais lorsqu’elle a autant bu, ça n’a pas vraiment de sens, ça n’a pas le moindre intérêt. Ce genre de chose ne fonctionnerait jamais avec elle. C’est niais, c’est chiant. Mais un peu d’alcool et tout ça passe. « Comme tu as de beaux yeux bleus, on pourrait s'y noyer volontiers. ». Son sourire s’élargit. Elle s’amuse désormais, tentant d’oublier toutes les choses qui ne vont pas très bien, certaines choses qui pourraient s’écrouler à tout moment. « Comme tu as de belles lèvres, on pourrait les embrasser indéfiniment.[/b] ». Et voilà, voilà qu’elle se met vraiment à rire, et ça n’a pas vraiment de sens parce qu’elle ne peut pas s’en empêcher, parce que c’est plus fort qu’elle, aussi, finalement. Tout ceci est ridicule en réalité mais il est plus facile d’y voir le ridicule que d’y voir ce qui se passe bien. Elle perd pied, parfois, mais là, dans la situation actuelle et à travers l’alcool et la brume qu’il apporte, elle voit clair dans son jeu. Et elle s’en amuse. « Douce Shanareth, tant d’histoires pour si peu de choses qui ne sont même pas intéressantes. Et si on réglait cette histoire. Tu me veux dans ton lit depuis si longtemps… ». Elle s’en amuse bien sûr, parce que c’est la seule chose qu’elle puisse faire. Elle est incapable de lui résister. Pire encore, l’alcool lui permet de réaliser les quelques qualités visuelles que l’autre a.

Elle s’apprête à l’embrasser mais la serveuse met un terme à tout ça. « J'espère que tu aimes l'absinthe ?! À bien des égards, elle est devenue mon alcool préféré. Si je dois dépenser mon argent, autant le faire pour un alcool qui en vaut la peine. ». Elle parle pour rien, cause d’un alcool dont la rousse ne sait rien et invente probablement un nom. L’alcool que la serveuse a dans la main, c’est la même merde aux dattes qu’elle avale depuis un moment. Et ça ne risque pas de changer dans la seconde. Mais bon, je la laisse dans son délire. Déjà parce que je n’ai pas envie de me prendre la tête, ensuite parce que surtout, j’ai bien trop bu pour réfléchir plus. « Tu sais que si je bois davantage, je ne vais pas assurer pour la suite hein ? ». Et un nouveau rire s’échappe de ses lèvres. Elle est complètement à côté de la plaque, en tout cas. « Ahahaha ! On dirait qu'une centaine scorpions sont en train de me piquer les entrailles à coup de dard, mais c'est tellement bon. À ton tour, cul sec ! ». Elle rit et avale son verre. En tout cas oui, il est évident qu’elle va s’écrouler très bientôt. Et beaucoup plus vite que cela ne l’était prévu.


avatar
15/03/2016 Juliette/holly-wood 440 Eva "sexy badass" Green @schizophrenic (avatar) + @astra (signature) + eva daily (gifs) + shellaufouet (profil) Mercenaire ~ combat et maniement des armes. 20


Sujet: Re: (Shana) | Go home, you're drunk
Ven 4 Nov - 22:31

Go home, you're drunk

astro
&
shana
Mignonne et perspicace en plus de ça - voilà un beau mélange de genre que t'offre là, la jolie rouquine. Il est vrai que ça fait longtemps que tu rêves de la voir dans ton lit, mais que le seul moyen de le voir se réaliser un jour, été qu'elle se retrouve dans cet état avancé de biture. Et lorsque ça se produit enfin, tout ce que tu trouves de plus intelligent à faire, c'est de lui sortir les mêmes phrases de drague réchauffées, que tu sors aux autres filles lambda. Pourquoi tu compliques les choses - alors que la demoiselle est à deux pas de lit, prête à te tombe toute cuite dans le bec. C'est sans doute parce que tu te méfies d'elle - autant tu te méfies de tous les autres mercenaires. Peut-être qu'elle est pas vraiment bourrée et qu'elle fait juste semblant, et pour de précaution, tu fais venir un alcool plus fort à votre table. Même si elle a l'air sincère et à l'air dans avoir tout autant envie que toi, tu préfères jouer la carte de la sécurité - en imbibant encore un petit peu plus son petit corps d'alcool. Et lorsque tu avales ton premier verre, un grognement t'écorche les lèvres - tellement tu souffres de l'intérieur - mais c'est tellement bon, que tu serais prête à boire toute la bouteille. Mais c'est pas le but de la soirée - c'est elle qui doit finir hors-service, pas toi. Alors, tu la sers, attend qu'elle boit à son tour.

Et lorsqu'elle apporte le verre à ses lèvres, elle en profite pour te dire que si ça continu comme ça, elle n'est pas certaine d'assurer la suite de la soirée. Qu'elle s'inquiète donc pas pour ça, tu t'arrangerais pour qu'elle la finisse là où elle doit être. Tu te sers un second verre, et à elle aussi. Tu le bois à nouveau cul-sec - la sensation est la même bien qu'elle soit moins forte que la première. Et lorsqu'elle entame le second, tu te dis que peut-être, tu la fais assez boire comme ça, parce que, avachi comme elle, elle va vraiment finir par s'endormir et tu l'auras dans le cul la balayette. Dans ce cas, tu refermes la bouteille à l'aide du bouchon qu'a laissé la serveuse - avant de te lever et de lui lancer un petit sourire en coin. « Je crois que t'as assez bu comme ça. Je file payer nos verres et on file chez moi finir cette soirée. » Au comptoir, tu sors la bourse et paye ce que tu dois - même si ça te fait bien mal au cul - d'habitude tu fais en sorte d'être invitée pour pas avoir à payer, mais bon, dis-toi que tu fais ça pour une bonne cause. Quoi qu'il en soit, tu donnes la dernière pièce d'or que tu dois, avant de retourner à la table. À ton retour, tu remarques qu'Astrid ne bouge plus. Pétrifiée sur place - tu ne bouges plus. Pourvu qu'elle te fasse pas un coma éthylique - alors, tu t'approches d'elle - commence par la secouer, pour tenter de la réveiller. « ... Astrid ! ... ooooh, t'es morte ... eh oh, me fais pas ça ... je veux baiser moi ... oooooh ! » Elle te répond toujours pas et là tu flippes grave - t'es prête à l’abandonner sur place - comme si de rien n'était, mais en approchant un peu plus ton oreille, un ronflement s'échappe de ses lèvres. Ouf ! Elle respire. C'est bien joli tout ça, mais et la partie de jambes en l'air alors ?! Ton plan tombe totalement à l'eau - t'es déçue. T'es sur le point de la laisser décuver sur la table - lorsque une nouvelle idée perfide te traverse l'esprit.

Agrippant ferment la jeune femme, tu la hisses sur ton épaule - comme si tu portais un vulgaire sac à patates et sans de retourner, tu quittes l'auberge. De retour chez toi, tu déposes la rouquine sur ton lit. Elle dort toujours, et sans attendre tu te charges de la défaire de ses bottes et de tous ses effets - dévoilant sa nudité à ton regard empli de lubricité. Puis, tu faufiles son corps sous la couette, avant de te déshabiller à ton tour et de la rejoindre. Sourire mauvais, tu fais pencher sa tête sur le côté de sorte à ce qu'elle soit en contact direct avec ton épaule. Puis, tu fais de même avec son bras - que tu poses sur le haut de ta poitrine. Cette mise en scène fait partie de ton plan - pour qu'au lendemain - la mercenaire croit qu'il s'est bel et bien passé quelque chose entre vois, alors que pas tout. Pourquoi faire ça, alors que t'es certaine de t'en prendre une le lendemain ?! La satisfaction de voir la tête d'ahurie qu'elle tirera à la découverte de son corps nu, allongé contre le tien. À cette seule pensée, un rire guttural t'échappe. « À demain matin. » Tu l'embrasses sur le front - avant de fermer les yeux et de te laisser bercer par les bras de Morphée. Demain serait un jour épique, dont-il te tarder de voir les répercussions de ta farce. Ça va s'en aucun doute te retomber sur le coin de la tronche, ça en aura valu la chandelle.

camo©015


Dernière édition par Shanareth Zamarguilea le Mer 12 Avr - 11:49, édité 1 fois

Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains 1139 Rose Leslie sign by ALAS Mercenaire et voleuse 70
Admin


Sujet: Re: (Shana) | Go home, you're drunk
Lun 12 Déc - 10:22

Go home, you're drunk
Le soleil qui se lève, le jour avec lui et le mal de crâne qui accompagne le tout. Un lourd soupir s’échappe des lèvres de la jeune rousse alors qu’elle s’étire dans le lit. Elle s’agace de ne pas se sentir chez elle et au moment où elle ouvre les yeux, elle réalise que ce n’est absolument pas le scénario adéquate pour que tout se passe bien. Un drap assez peu confortable, un lit bien moins résistant que celui qu’elle croyait. Visiblement, il n’est pas nécessaire de réfléchir, pour comprendre la situation actuelle. Tiraillée face à une situation qu’elle a déjà connu, elle ne sait pas vraiment si elle doit en rire ou en pleurer. Et franchement, elle n’est absolument pas à l’aise avec tout ce qui se passe. Faut dire que ce n’est pas la première fois qu’elle se réveille dans la chambre d’un inconnu. Un peu trop d’alcool, un comportement à côté de la plaque, des décisions un peu trop bancales et plus encore. Homme, ou femme. Le comportement peut être différent, mais de manière générale, ce n’est pas au mieux qu’on pourrait bien le vouloir. Dommage qu’elle ne s’en souvienne pas, cela dit. Souvent, c’est assez sauvage. Mais là, c’est le pur néant sur lequel elle ne peut pas vraiment se pencher.

Elle grimace légèrement, s’étire un peu et ses yeux papillonnent doucement. Elle est épuisée en tout cas. Mais ça, c’est à cause de l’alcool qui aide à dormir mais qui ne l’aide absolument pas à se reposer. Elle émerge à une vitesse très limité et cela l’agace au plus haut point. Il faut à tout prix qu’elle se reprenne et surtout, qu’elle se casse. Elle ne peut pas rester ici. Déjà, parce que ça ne lui apporterait rien et ensuite parce qu’elle n’a pas envie que la personne en vienne à croire qu’il peut espérer des choses. Ce n’est pas le cas. Il ne doit rien espérer, il n’y a rien à rêver ou à vouloir. Ce n’est pas ainsi que ça fonctionne et c’est sans doute mieux comme ça. Il ne faudrait pas que l’autre envisage de remettre ça alors qu’en fin de compte, Astrid n’a pas l’intention de remettre le couvert. Coucher quand on est bourré, c’est une chose, mais deux fois sur trois, on en vient à se dire que ça ne serait jamais arriver avec cette personne si on était pas complètement à côté de la plaque. Mais bon, ça, elle ne le formalise que lorsque l’autre insiste. Une fois, on lui a même apporté le petit déjeuner au lit pour l’inciter à rester. Oh, elle l’a mangé, mais elle est aussitôt repartie. Il ne faut pas rêver non plus.

Une nouvelle fois, elle s’étire et finit par regarder autour d’elle. Elle n’est pas seule dans le lit, ce qui veut dire que l’autre dort encore. Sa chance de voir de qui il s’agit et de pouvoir s’éclipser si cela lui est permis. Une tignasse de cheveux est étalée à côté d’elle. De fortes chances pour que ce soit une femme. Du bout des doigts, elle décide d’écarter ces cheveux pour discerner les traits de son visage. Il est vrai que lorsqu’elle boit comme un trou, elle ne rentre que peu avec une femme. Oh, elle ne s’en plaint pas, ça arrive de temps en temps et sa balance penche des deux côtés. Mais les hommes en profitent plutôt pas mal, en général. Voilà le point qui l’étonne. Un sourire sur les lèvres, la jeune femme attrape les mèches et les dégage du visage.

Mais son sourire ne tarde pas à s’envoler. Même le visage endormi, elle reconnaît les sales traits de cette idiote. Shanareth. Elle a bien du mal à croire que l’alcool aurait pu lui faire oublier sa haine à son égard et la rendre suffisamment stupide pour glisser son corps contre le sien. Elle se dégouterait presque mais refreine l’envie de vomir. C’est l’alcool, elle ne voulait pas ça et fort heureusement, il s’agit d’une femme, elle n’est pas « entrée » en elle. Pour autant, elle se sent bien sale. Très sale. Encore plus à l’idée de la savoir si proche d’elle. Et ça, ça ne risque pas de durer. Du pied, comme elle sait si bien le faire, voilà qu’elle la repousse jusqu’à la faire tomber du lit. Elle va parler et lui dire ce qui s’est produit oui. Parce qu’il est absolument hors de question d’assumer un truc pareil. Elle l’a droguée hein, c’est obligé ? « Tu m’as droguée, sale conne ». Le réveil est difficile pour elle ? Tant mieux, parce qu’Astrid refuse de croire qu’elle ait pu simplement et si facilement, lui offrir son corps.


avatar
15/03/2016 Juliette/holly-wood 440 Eva "sexy badass" Green @schizophrenic (avatar) + @astra (signature) + eva daily (gifs) + shellaufouet (profil) Mercenaire ~ combat et maniement des armes. 20


Sujet: Re: (Shana) | Go home, you're drunk
Sam 11 Fév - 21:56

Go home, you're drunk

astro
&
shana
Tu dormais paisiblement - si paisiblement que tu en avais complètement oubliée que tu n'étais pas seule dans ton lit et qu'Astrid était encore a tes côtés. Le sommeil profond, tu ne sens pas les doigts de la rouquine écarter ta chevelure pour voir avec qui elle a atterri cette nuit. Puis, dans un soupir de bien être, tu te retournes pour lui tourner le dos - sans te soucier du reste, oubliant complètement que tu n'es pas seule, faisant tout simplement comme d'habitude. Mais cette plénitude ne dura qu'un bref instant - lorsque sans prévenir, sans préavis - ton corps fût jeter hors des couvertures, hors du moelleux de ta couche - pour se retrouver sur le sol dur et froid. Le réveil est brutal, rapide et inapproprié. Si bien qu'un grognement d'inconfort sort de ta bouche, alors que tu te frottes les yeux - avant de poser tes mains sur le lit, et de pousser sur tes bras afin de te relever et de voir qui est responsable de se réveil barbare. Et lorsque ton regard croise celui d'Astrid, un sourire mauvais, suivi d'un hochement de tête - te rappelle le piège, la mauvaise blague que tu lui as tendu hier soir. Tu te relèves, droite et fière malgré cette chute, alors que la rouquine t'accuse de l'avoir droguée. La droguée ? Avec tout l'alcool qu'elle a ingurgité hier soir, tu n'as pas eu besoin d'user de ça - déjà avant même que tu ne viennes l'accoster, elle était déjà bien défoncée. Alors delà à dire que tu l'as drogué pour l'attirer dans ton lit, c'est un peu fort. D'ailleurs, t'as pas besoin de droguer les filles pour qu'elles viennent dans ta couche - ton charme et tes belles paroles suffissent amplement à les convaincre.

« Si tu crois que j'ai besoin de ça pour amener une fille dans mon lit, tu te trompes lourdement. dis-tu les crois croisés contre ton corps. T'étais bien assez bourrée avant même que je ne vienne t'accoster hier soir. Alors, ne vient pas dire que c'est de ma faute, je n'ai fait que sauter sur l’occasion ... un sourire mauvais t'écorche les lèvres ... et c'est peu de le dire. » Bien entendu, il ne sait rien passer entre la mercenaire et toi, mais tu veux encore la faire hésiter un peu, la faire douter - lui cacher la vérité encore un petit moment, histoire de jouer encore un petit peu avec ses nerfs. T'as va surement d'ici quelques minutes t'en prendre une - pour que la vérité tombe, mais aucune importance, si elle lève la main sur toi, tu le lui feras regretter - ce n'est pas parce qu'on est mercenaire qu'on ne peut pas avoir un peu d'humour mal placée. Et encore t'es sympa, t'aurais pu véritablement profiter de l’occasion pour lui sauter dessus. Mais disons que tu as trouvé bien plus drôle de ne rien faire, en lui faisant croire le lendemain que oui, il s'était véritablement bien passé quelque chose entre vous deux la nuit dernière. Alors pour la faire encore un petit peu plus enrager, tu décides d'en remettre une couche - tu vas peut-être regretter de jouer avec les nerfs à vif de la rouquine, mais t'es ainsi - mauvaise comme la gale et si tu peux un peu plus énerver ton monde, tu ne vas cracher dessus. « On ne dirait pas comme ça, mais tu es incroyablement souple. Jamais aucune fille, même pas toutes les catins que j'ai pu côtoyer dans ma vie ne m'ont fait tous les trucs excitants que tu m'as fait la nuit dernière. Tu voudrais pas recommencer ? » la questionnes-tu sourire mauvais au coin de les lèvres - le regard lubrique, alors qu'intérieurement tu t'esclaffes de rire. Si elle voyait sa tête - c'est à mourir de rire. Oh oui tu ris, mais à sa place, tu ne ferais pas tant la fière - surtout si tu te retrouvais dans le lit de Roan ou d'une autre autre personne que tu ne peux pas voir en peinture. Mais comme ça n'est pas à toi que ça arrive, tu peux te permettre de t'en moquer - parce que c'est pas tous les jours que tu t'abstiens de toucher à une fille qui se trouve dans ton lit - surtout quand la fille est jolie.

camo©015


Dernière édition par Shanareth Zamarguilea le Mer 12 Avr - 11:52, édité 1 fois

Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains 1139 Rose Leslie sign by ALAS Mercenaire et voleuse 70
Admin


Sujet: Re: (Shana) | Go home, you're drunk
Mer 1 Mar - 11:19



GO HOME, YOU'RE DRUNK
astrid&shanareth
Emerger dans le lit de quelqu’un d’autre, ça fait partie de certaines de ses habitudes. Elle n’apprécie pas vraiment, mais en général, ça lui rappelle une nuit assez torride et ça finit parfois par se remettre en place, par recommencer. Disons que la plupart du temps, elle n’aime pas s’endormir chez la personne. Quand elle fait ce qu’elle a envie de faire, elle finit toujours par prendre la route. Les choses s’arrêtent là. D’une certaine amnière, du moins. Mais elle a toujours trouvé ça plus simple. Comme ça, elle ne rend aucun compte après. En tout cas, chez elle, elle n’hésite pas à les virer. Et encore, c’est un peu une zone qu’elle n’aime pas approcher. C’est son toit, sa maison et son intimité. Et il y a Saoirse. Non qu’elle se sente obligée de rendre quelconque compte à son esclave, bien sûr, elle est libre de faire ce qu’elle veut. Mais sait-on jamais que le crétin qu’elle ramène chez elle se dise qu’il peut aussi se faire l’esclave ou une autre connerie de ce genre. Protectrice ? Elle ne sait pas trop. Disons qu’elle n’aime pas vraiment penser à la relation qu’elle entretient avec la jeune. Parce que mine de rien, son intention est de faire le maximum pour la protéger. Mais c’est plutôt inconscient. Elle préfère ne pas mettre de mots sur tout ça.

Mais là, on parle de totalement autre chose. Elle se souvient d’hier soir, elle se souvient d’avoir beaucoup trop bu et de l’arrivée de cette idiote. Pas à l’aise du tout avec les choses qui ont pu se produire, la rousse n’a absolument pas envie de croire une seule seconde qu’elle ait pu faire quelque chose avec elle. Mais c’est possible parce que oui, c’est le black out, l’incapacité totale de se souvenir de ce qu’elle a pu faire ou ne pas faire. Pas à l’aise du tout dans ce lit, dans cette maison, elle n’est pas suffisamment réveillée pour lui crever les yeux. Ce n’est pourtant pas l’envie qui manque. Il va sans doute lui falloir un peu plus d’énergie, un peu plus de force, également. Mais ça prend du temps. Beaucoup de temps, c’est un fait. Surtout avec une telle gueule de bois. La pousser du pied est la seule chose pour laquelle elle soit suffisamment réveillée. Elle se relève. Droite, fière. Et Astrid a encore plus envie de la tuer. De l’étouffer, de la défoncer jusqu’à sentir tous ses os se briser. Clairement. « Si tu crois que j'ai besoin de ça pour amener une fille dans mon lit, tu te trompes lourdement… T'étais bien assez bourrée avant même que je ne vienne t'accoster hier soir. Alors, ne vient pas dire que c'est de ma faute, je n'ai fait que sauter sur l’occasion… et c'est peu de le dire. ». Bien sûr qu’elle a besoin de ça. Putain, si elle n’est pas en mesure de s’en rendre compte, elle ne voit pas ce qu’elle pourrait dire. Mais Astrid continue à croire qu’elle n’aurait jamais pu faire ça. Déjà, parce que si elle a autant bu, au point d’avoir un trou noir, c’est qu’elle n’aurait pas été en capacité de marcher jusqu’à cette maison ou même capable de faire ce qu’il faut pour qu’elles aient un rapport. A ses yeux, ça paraît improbable, disons. Après, ça reste possible, elle ne dira pas le contraire. Ca reste possible mais bon. Qu’est-ce qu’elle pourrait bien dire hein ? Mais oui, sur ce point au moins, elle a raison, elle était déjà bien assez bourrée avant que tout ceci ne commence, avant qu’elle ne s’installe avec elle. Et quant à sa sale gueule et à l’amusement qu’elle devine sur ses traits, elle persiste à avoir envie de lui crever les yeux. « Vire moi ce sourire de merde de ton visage, s’il te plaît ». Avant qu’elle ne se décide vraiment à lui crever les yeux. Clairement. Et en fait, même si elle ne retire pas ce sourire, elle risque d’être tentée de lui crever les yeux. Le simple fait de voir sa sale gueule lui donne envie de la buter. Mais ouais, il est clair qu’elle a malgré tout raison sur un point. La veille, elle était vraiment bien bourrée. Et elle n’aurait sans doute pas été en mesure de se souvenir de beaucoup de choses. Alors… Dans un état comme celui-ci, oui, elle se demande si elle n’aurait pas été en mesure de… Bordel, ça lui arracherait presque la bouche d’y penser. « T’as donc choisi de coucher avec quelqu’un à moitié conscient. Connasse ». Avec autant d’alcool dans le sang, même si elle avait dit non, d’une quelconque manière, ça n’aurait pas été avec un ton suffisamment fort, si on peut le dire comme ça. « Donne moi deux minutes et je te crève, putain, je te jure, je te crève ». Mais elle n’a pas encore suffisamment d’énergie pour ça. Elle serait en mesure de se défendre mais pas de l’attaquer de front. On n’attaque pas une mercenaire sans y être un minimum préparé.

« On ne dirait pas comme ça, mais tu es incroyablement souple. Jamais aucune fille, même pas toutes les catins que j'ai pu côtoyer dans ma vie ne m'ont fait tous les trucs excitants que tu m'as fait la nuit dernière. Tu voudrais pas recommencer ? ». Mais dans le fond, avec toute la colère qui monte en elle, elle parvient à se persuader que finalement, on n’a pas besoin d’énergie quand on a suffisamment de colère et de haine. Alors elle ne cherche pas plus longtemps et elle lui saute à la gorge.


avatar
15/03/2016 Juliette/holly-wood 440 Eva "sexy badass" Green @schizophrenic (avatar) + @astra (signature) + eva daily (gifs) + shellaufouet (profil) Mercenaire ~ combat et maniement des armes. 20


Sujet: Re: (Shana) | Go home, you're drunk
Jeu 9 Mar - 23:48

Go home, you're drunk

astro
&
shana
C’est qu’en plus de ça, elle utilise la politesse pour te demander d’arrêter de sourire – comme c’est mignon. Et parce que t’es une conasse et que tu n’es pas du genre à obéir à ce qu’on te demande, juste parce qu’on emploi la politesse – tu continues de sourire méchamment, narquoise comme jamais. Pour bien accentuer le fait que non, même en te demandant s’il te plait, tu ne t’arrêteras pas de sourire. Parce que la situation est bien trop risible pour t’empêcher de sourire comme tu es en train de le faire. Et ô combien que ça doit l’énerver de voir ta gueule, de voir ce sourire sur ton visage, mais tu n’en as cure – tu continueras de sourire bêtement, juste parce que ça l’emmerde et que ça te plaît de la voir dans cet état. Tu ne doutes pas qu’en cet instant, elle n’a plus qu’une seule envie, une obsession t’arracher les yeux – t’étriper, t’étrangler jusqu’à ton trépas. Oh oui qu’elle veut ta mort, ça se lit dans son regard. Eh bien qu’elle vienne donc – tu l’attends de pied ferme. Ton regard glisse sur ses courbes légèrement dévoilées, et subitement, tu regrettes de ne pas avoir profité de son inconscience pour pouvoir faire ce que tu veux de son corps. Oh oui tu aurais pu en profiter, te faire plaisir avec ce corps qui t’a toujours fait de l’œil, qui t’a toujours fait envie, mais que tu n’aurais jamais pu toucher. Et la nuit dernière, tu avais une chance d’y toucher, d’y goûter – sûrement ton unique et dernière chance – mais tu ne l’as pas saisi, trouvant plus amusant de le lui faire croire, que de l’avoir vraiment fait.

Enfin maintenant c’est trop tard – ce qui est fait et fait comme on dit. Quoi qu’il en soit, tu continues de lui mentir – de lui faire croire qu’il s’est véritablement passé quelque chose entre vous, ajoutant que comme elle était bourrée, tu as simplement en saleté t’opportuniste que tu es, sauté sur l’occasion. Et voilà qu’elle t’insulte de connasse. Comme c’est charmant et quel langage fleuri. Oh bien sûr, tu ne peux pas lui en vouloir de t’insulter de la sorte – parce que c’est comme lui annoncer que tu venais en quelque sorte – d’abuser d’elle sans son consentement. Et dire que ça aurait pu se produire, si tu en avais décidé autrement. Enfin bon … pour toute réponse, tu continues de sourire, narquoise et moqueuse – encore et toujours. Alors que subitement, elle se met à te menacer te demandant de lui donner deux petites minutes, avant qu’elle ne te crève – jurant même qu’elle le ferait, une certitude. Tu te mets à rire, te mordant la lèvre inférieure, tellement ses paroles t’amusent et t’excitent à la fois. Cette rouquine te régale, autant de par son humour que de par son envie irrésistible de te faire la peau. « Hmm, arrête tu m’excites ! » ronronnes-tu, faussement fébrile – alors que tu continues de la provoquer en souriant de toutes tes dents. Pourquoi prendrait-elle deux minutes, alors qu’elle pourrait le faire tout de suite – après tout, tu fais tout pour qu’elle te saute dessus. Mais comme ça ne va pas assez vite à ton goût, tu décides de jouer un petit peu plus avec ses nerfs. Et quoi de mieux que tu lui sortir à quel point elle souple et que c’est la première fois qu’une fille lui a toutes les choses extravagantes qu’elle t’a fait la nuit dernière, et si elle ne voudrait pas recommencer. Et l’effet que tu voulais obtenir arrive plus vite que prévu. Prise d’une soudaine adrénaline, le corps de la rouquine s’échappe des couverture – pour te sauter à la gorge, littéralement. Si bien que tu te retrouves méchamment le dos au sol – elle t’écrase de tout son poids, tu grognes dû à la douleur que ton dos à ressenti en rencontrant le sol. Et alors qu’Astrid tente de t’arracher les yeux – tu profites de ton expérience et de la force pour pouvoir la retourner et te retrouver au-dessus d’elle.

Tu la toises, maintient ses bras fermement pour qu’elle arrête de te frapper. Il serait temps de lui dire la vérité – t’as assez joué, maintenant il est de la calmer et de la résonner, avant que réellement elle ne te tue. Parce que mine de rien, elle a une sacrée force la garce. « Hé ! Doucement Astrid, je rigolais. Il ne s’est rien passé entre nous la nuit dernière, même si j’avoue sans honte que l’idée de profiter de toi, m’a traversé l’esprit. Si tu te calmais un petit peu, je pourrais t’expliquer ce qui s’est passée. Tu verras c’est une histoire assez amusante qui vaut la peine d’être entendue. » dis-tu, sourire en coin avant de relâcher l’emprise que tu as sur ses poignets et de te relever, pour ne lui laisser une occasion de te prendre en traître et de t’étriper pour de bon sans lui avoir dit la vérité. Pour une fois que tu veux la jouer honnête, ça serait dommage qu’elle te tue – avant que tu le fasses. Assise sur le bord du lit, tes yeux dans le sien, tu te décides à lui dire la vérité : « On aurait dû passer la nuit ensemble, mais tu t’es évanouie avant même que je ne puisse profiter de ton corps. J’étais bien décidé à te laisser cuver sur la table à la taverne, mais une autre idée m’a traversé l’esprit. Une idée stupide j’en conviens, mais tellement drôle. Je t’ai donc ramené chez moi, t’ai déshabillé et t’ai placé dans mon lit de sorte qu’à ton réveil, tu crois qu’il s’est effectivement passé quelque chose la nuit dernière, alors que pas du tout. Ce n’était qu’une blague, qu’une une mise en scène. Alors estime toi heureuse parce que la prochaine fois, je n’hésiterai pas. » Enfin … si prochaine fois il y a – parce que ça m’étonnerait qu’elle te laisse une seconde occasion, une seconde chance de la noter dans ton tableau de chasse des filles que tu veux absolument mettre dans ton lit – et avec Astrid, on peut dire que c’est à moitié réussi.

camo©015


Dernière édition par Shanareth Zamarguilea le Mer 12 Avr - 11:56, édité 1 fois

Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains 1139 Rose Leslie sign by ALAS Mercenaire et voleuse 70
Admin


Sujet: Re: (Shana) | Go home, you're drunk
Ven 24 Mar - 16:13

» Go home, you're drunk
Astrid n’a jamais apprécié Shanareth. Elle n’a jamais mis en doute ses capacités mais pour autant, elle ne cache certainement pas que tout ceci manque d’une réelle motivation intéressante. Et face à ça, elle ne voit pas vraiment ce qu’elle pourrait ajouter. La rousse ne l’apprécie pas, ne voit aucun intérêt en elle et ça ne risque pas de changer. Elle ne prétend pas que son niveau est faible, ce n’est pas le cas. Elle maîtrise son domaine et elles sont toutes les deux de très bonnes mercenaires. Pour autant, la jeune femme ne risque pas de laisser tomber son mode de fonctionnement ou la manière de faire les choses. Ce n’est juste pas comme ça que ça fonctionne. Parce que dans le fond, les choses sont un peu plus compliquées. Respecter le travail de quelqu’un, ça ne revient pas à apprécier la personne. Au contraire, d’ailleurs, puisque là pour le coup, elle a beau apprécier sa façon de bosser, ça ne change absolument rien au fait qu’elle soit parfaitement incapable de la supporter. Oui, tout simplement. Et il n’y a donc rien de plus à ajouter sur ce point. En plus du reste, dans la situation immédiate, Helgusson ne risque pas de prétendre qu’elle s’amuse. Persuadée d’avoir couchée avec cette idiote, elle ne parvient pas à faire dans la demi-mesure. Pourtant, avec la gueule de bois et son état physique, elle reste incapable de réellement prendre sa revanche, pourtant elle aimerait. Mais là… En réalité, elle a juste l’impression que sortir du lit lui coûterait la vie. Et ça n’a rien d’une option envisageable. L’évidence même. « Hmm, arrête tu m’excites ! ». Elle serre les dents, tente de rester calme mais en réalité, elle en est parfaitement incapable. La colère qui la ronge est en train de faire trembler ses mains, est en train de la dévorer. Elle veut la tuer, en réalité, l’étriper et lui faire comprendre que son air hautain et sûr d’elle, elle devrait le ravaler pour s’étouffer avec. Mais ce n’est pourtant pas comme ça que c’est censé fonctionner. Et ça, elle le sait. Et si combat il y a, pas sûr que ça se passe vraiment bien. « T’as vraiment un sérieux problème ». Elle est dévorée par cette envie, cette envie de la tuer, de l’étouffer, de la voir se vider de son sang alors que le sol prendrait une teinte rougeâtre. Elle est incapable d’imaginer un seul instant qu’elles aient pu faire quoi que ce soit ensemble. Elle ne le peut juste pas. Imaginer que son corps a touché le sien… C’est définitivement plus fort qu’elle.

Sauf qu’elle finit par ne plus le supporter et que voilà qu’elle se jette sur lui dans le seul but de lui crever les yeux ou en tout cas, de la tuer. Là, en plein pouvoir sur elle, elle porte ses mains à sa gorge mais l’autre reprend la parole avant même qu’elle n’ait pu lui laisser de réelle marque. Triste. Parce qu’il est évident qu’elle mérite de mourir. Et en réalité, c’est surtout qu’elle n’est pas encore maîtresse de ses mouvements et que l’autre semble bien mieux maîtriser qu’elle. « Hé ! Doucement Astrid, je rigolais. Il ne s’est rien passé entre nous la nuit dernière, même si j’avoue sans honte que l’idée de profiter de toi, m’a traversé l’esprit. Si tu te calmais un petit peu, je pourrais t’expliquer ce qui s’est passée. Tu verras c’est une histoire assez amusante qui vaut la peine d’être entendue. ». Sa mâchoire tombe et en réalité, elle ne parvient juste pas à se dire que tout va aller en s’arrangeant, que tout va aller mieux. Au moins, cette imbécile n’a pas posé les miens sur elle, et de ce côté-là, tout devient presque plus facile. Presque, parce qu’en réalité, c’est tout aussi insupportable que le reste. Elle a donc posé ses sales mains sur elle dans le seul but de lui jouer un jeu ? Elle a donc profiter de la situation hein ? Profitant d’un moment de flottement, elle lui écrase son poing sur le visage, et tant pis si ça fait mal aux doigts. Elle se calme d’un coup. La redescente après lui avoir mis un bon coup dans la gueule. Et surtout, la libération puisqu’elles n’ont rien fait ensemble. Et par rapport à ça, tout va pour le mieux. Ses mains sales ne se sont pas glissées sur sa peau. Pour autant, elle regrette ouvertement l’état dans lequel elle était, quand tout ça est arrivé. Et en réalité, elle ne supporte rien de tout ça.

« On aurait dû passer la nuit ensemble, mais tu t’es évanouie avant même que je ne puisse profiter de ton corps. J’étais bien décidé à te laisser cuver sur la table à la taverne, mais une autre idée m’a traversé l’esprit. Une idée stupide j’en conviens, mais tellement drôle. Je t’ai donc ramené chez moi, t’ai déshabillé et t’ai placé dans mon lit de sorte qu’à ton réveil, tu crois qu’il s’est effectivement passé quelque chose la nuit dernière, alors que pas du tout. Ce n’était qu’une blague, qu’une une mise en scène. Alors estime toi heureuse parce que la prochaine fois, je n’hésiterai pas. ». L’histoire tombe et il lui est donc possible de comprendre ce qui a pu se produire. Bien sûr, ça ne veut pas dire que c’est arrivé, ou quelque chose de ce genre, mais elle vit ça comme une situation qu’elle voit en parallèle, une histoire qu’on lui raconte comme si elle ne l’avait pas vécu. Mais, c’est vrai, elle était dans un sale état. « T’es vraiment une belle salope. Qu’est-ce que ça aurait bien pu t’apporter toute cette merde ? ». Si ce n’est quelques dents en moins. Et plus encore, si elle le pouvait.


notes » with Shana, commencé dans un bar, désormais chez Shanareth, le 20 septembre 2116

avatar
15/03/2016 Juliette/holly-wood 440 Eva "sexy badass" Green @schizophrenic (avatar) + @astra (signature) + eva daily (gifs) + shellaufouet (profil) Mercenaire ~ combat et maniement des armes. 20


Sujet: Re: (Shana) | Go home, you're drunk
Mer 12 Avr - 11:35

Go home, you're drunk

astro
&
shana
Un instant d'hésitation et le poing de la rousse tombe, comme un couperet, en plein dans ta mâchoire. Tu refrènes un grognement, une douleur pesante - alors qu'en la fusillant du regard tu te frottes la joue pour calmer la douleur lancinante. T'aurais mieux fait de la baiser cette peste, peut-être que ça l'aurait rendu moins farouche - mais si pour n'avoir rien tenté, elle t'a fichu une beigne - tu n'oses imaginer ce qu'elle t'aurait fait si tu avais effectivement posé les pattes sur elle. Tu as beau avoir de l'expérience, beau en connaître un rayon sur les femmes - tu dois bien avouer que cette rouquine reste encore et toujours une véritable énigme pour la prédatrice que tu es. Tu as beau user de toutes les stratégies et les appâts que tu connaisses, que ton vieux père t'as appris pour la faire succomber à ton charme - mais c'est comme si elle devinait tout à l'avance. Tu comptais abandonner l'idée de mettre la chevelure de feu dans ton lit - frustrée. Mais hier soir, t'aurais pu avoir ce que tu voulais, avoir cette chance que le dieu soleil t'offrait. Mais pauvre imbécile tu as préférais lui jouer un tour, que de lui sauter à la gorge. Toi, l'opportuniste. Celle qui ne rate jamais l’opportunité pour sauter sur les occasions faciles lorsqu'elles se présentent à elle. Aurais-tu perdu la main ? La tête ? Quoi que ce soit, il faut que tu te ressaisisses et vite. Alors lorsqu’elle t’avoue que tu as un sérieux problème – cela ne t’affecte pas – parce que c’est effectivement le cas. T’es dérangée – tu sais même pas pourquoi ça la surprend – depuis le temps que vous vous côtoyez toutes les deux, et la mission que vous avez partagé ensemble, elle devrait savoir qui tu es et quel genre de perverse monstrueuse se change derrière ce regard reptilien. Un rire guttural fait vibrer tes cordes vocales, alors que tu te mords la lèvre inférieure. « Non, tout ce que j’ai pour le moment, c’est une jolie fille complètement nue dans mon lit. »

Et en pensant à ça et au fait que tu n’as rien fait de ce corps, t’en chialerais presque à te cogner la tête contre les murs – mais t’as suffisamment mal à la gueule pour t’infliger plus de mal. Et voilà qu’elle te saute dessus. Visiblement la rouquine n’a pas été inventée avec l’option humour – belle, mais sans aucun sens de l’humour – comme c’est pitoyable. Tu soupires, alors que tu tentes, de lui faire entendre raison – jugeant avoir assez joué avec ses nerfs en lui déballant toute la vérité à nue. Elle tombe des nues, en aurait presque la mâchoire qui tombe tellement est semble abasourdie part ce que tu viens de lui dire. Tu le serais aussi si on t’annonçait qu’on t’as fichu dans cette position juste pour s’amuser et attendre le lendemain pour bien se foutre de ta gueule. T’aurais eu moins de pitié qu’Astrid et aurait tué la personne. Oh mais ce n’est pas l’envie qui lui manque, tu le sais. Son regard sur toi est assez explicite. Tu sais que si la loi rahjak n’était pas si intransigeante avec le meurtre – rien ne l’empêchait de te tuer. Comme rien ne t’empêcherait de tuer Roan dans son sommeil. La vérité soulevée au grand jour, et après t’avoir foutu une mandale –la rouquine semble retrouver sa sérénité, son calme. Mais sans doute pas assez pour ne pas s’empêcher de t’insulter – encore et toujours. Tu roules des yeux à sa remarque. Qu’est ce que ça va t’apporter ? Absolument rien ! Enfin si, la satisfaction d’avoir pu "finalement" la mettre dans ton lit.

Et même si il ne s’est rien passé, tu as la preuve qu’il t’est possible avec quelques verres d’alcool de l’amener à toi. Tu en as eu la preuve hier soir. Et la prochaine fois, tu ne joueras pas – lui promettant que tu n’hésiterais pas à lui sauter dessus, si une occasion similaire devait se reproduire, un jour. « Une belle salope ? Venant de toi, je prends ça pour un compliment. Un sourire amusé t’écorche méchamment le coin des lèvres. Oh rien de plus que la satisfaction d’avoir pu te mettre dans mon lit et une belle histoire à raconter la prochaine fois aux habitués de la taverne. » Oh bien sûr, tu inventeras une fin alternative – évitant de leur parler de la mandale que tu as pris et à quel point la rouquine est un bon coup au lit. Parce que tu sais que ce genre d’histoire plaît à tes vieux amis, les rats du désert. Et qu’à chaque fois, ils restent coller à tes lèvres jusqu’à la fin, n’en perdant aucunes miettes. La douleur dans ta mâchoire passée, c’est le bruit sourd de ton estomac qui se fait entendre – tu tapotes ton ventre. Tu as compris le message, il faut te nourrir. « Après cette révélation riche en émotion, tu resteras bien prendre le petit déjeuner ? » Un sourire amusé se dessine, alors que tu prends l’initiative de chercher des vêtements et de t’habiller par la même occasion.

camo©015

Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains 1139 Rose Leslie sign by ALAS Mercenaire et voleuse 70
Admin


Sujet: Re: (Shana) | Go home, you're drunk
Dim 7 Mai - 18:32

» Go home, you're drunk
« Après cette révélation riche en émotion, tu resteras bien prendre le petit déjeuner ? ». Lui lançant un regard déplaisant, Astrid se tourne, et entreprend de s’habiller. Il est absolument hors de question pour elle de réfléchir à des choses qui ne se passent pas forcément bien. Parfois, c’est compliqué, trop compliqué. Mais il faut faire avec, parce qu’il n’y a pas cinquante options. De toute manière, à quoi bon y réfléchir hein ? Tout ceci ne servirait pas à grand-chose. La jeune femme ne veut pas rester, et en réalité, elle est déjà bien assez restée. Dès le départ, dès l’instant où elle a compris qu’il ne s’était rien passé, elle aurait dû prendre le large. Elle a été suffisamment stupide pour ne pas le faire mais ça ne peut pas durer plus longtemps. Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne, c’est tout ce qu’elle sait. Mais non, tout ça pour dire qu’elle a été suffisamment stupide pour rester là et maintenant, elle est bien incapable de savoir pourquoi. Lui tournant le dos, imaginant que cette garce en a assez fait et qu’elle ne fera pas un pas supplémentaire, la rousse entreprend de ramasser ses habits et de les enfiler. Un coup d’œil en coin lui montre que l’autre idiote en fait de même. Et une fois que la rousse est prête, elle se demande si elle peut déjà s’eclipser, ou si elle ne peut pas, au passage, lui refaire le portrait. Après tout, c’est le genre de chose qui peut soulager à outrance, ça non ? « Plus vite je me casserais, mieux je me porterais ». Et elle n’a pas du tout l’intention de s’éterniser.

Pourtant, elle a faim. C’est vrai. Et c’est souvent le cas le lendemain d’une cuite. Elle a un peu mal à la tête, et elle est fatiguée, malgré le sommeil de la nuit. C’est toujours comme ça. D’ailleurs, même si le partenaire est agréable à regarder (comprendre par là, pas dans la situation présente), elle ne remet jamais le couvert au petit matin. Déjà parce qu’elle n’est pas en forme, ensuite parce que goûter deux fois à la même chose, ce n’est pas toujours une réussite. Même que parfois, c’est une catastrophe, quand on mélange avec une gueule de bois. On est moins performant. Et elle, elle n’est pas friande des demi-molles (quand il s’agit de garçon). Enfin bref, de toute manière, il n’est pas vraiment nécessaire de parler de ça, puisque de toute manière, même en pleine forme, elle ne toucherait pas à la brune. Mais pour ce qu’il en est du petit déjeuner, elle y réfléchit presque. Presque seulement, parce qu’encore une fois, il en est absolument hors de question. Mais en parallèle à cela, elle ne crache pas sur la possibilité de bouffer un petit bout avant de rentrer. Et puis bon, Saoirse n’est pas forcément douée en petit déjeuner. Elle observe autour d’elle, elle n’envisage pas un repas dingue, mais pourquoi pas un petit truc. Dans une corbeille dans un coin, elle trouve quelques fruits et s’en prend un (sans demander la permission, bien sûr). « Je te prends ça, et je m’en moque que tu ne le veuilles pas ». Faut dire que de toute manière, Astrid n’est pas réputée pour demander quand elle prend quelque chose. D’habitude, disons plutôt qu’elle est discrète et qu’elle ne se fait juste pas remarquer. Là, c’est un peu différent.

Elle s’étire doucement, grimace et souffle puis croque un bout du fruit. Elle passe une main dans ses cheveux et observe autour d’elle. « T’es plutôt naze en décoration ». En vrai, c’est pas plus pourri que chez elle. C’est plutôt un truc de mercenaire, se permet-elle de penser. Après tout, on ne fait pas attention à chez soi quand on ne reste là qu’en de rares occasions. Est-ce que c’est vraiment si étonnant que ça ? Elle n’en croit pas grand-chose. Elle ne risque pas de décorer à outrance sa maison alors qu’elle n’est quasiment jamais là, non ? En tout cas, de son point de vu, c’est mieux comme ça. Dans un sens. Mais bon, elle n’allait pas lui faire un compliment, non plus.  

Bon, ça a suffisamment traîné, elle ne va pas rester une minute de plus. « C’est bon, tu n’as plus de déclaration émouvante à me faire avec tes conneries ? ». Sait-on jamais qu’il y ait autre chose à révéler, dans tout ça. Elle serait suffisamment stupide pour avoir autre chose à lui dire. Autre chose qu’elle n’aurait pas envie d’entendre, d’ailleurs. Et ensuite, dès qu’elle lui aura confirmé qu’il ne s’est rien passé, elle se cassera. Sauf si elle lui dit encore un truc de travers, alors, faudra la ramasser à la petite cuillère.  


notes » with Shana, commencé dans un bar, désormais chez Shanareth, le 20 septembre 2116
 

(Shana) | Go home, you're drunk

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cause everybody's drunk, loud and pissed off {Feat. June
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Go big or go Home ~ ! [Terminer]
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» Drunk on love (2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: no one came back :: Le désert :: La cité Rahjak :: Les commerces-