Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Everybody disappear, you're In it on your own (ft Aedan)
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Modo - The Kids From Yesterday
avatar
25/05/2015 Emma, plum 1370 Colin Morgan Fly (Ali ♥), perséphone, whatliesbeneathshouldbeleft.tumblr gif, Konoba paroles principalement pêcheur mais aussi amateur de troc 40
Modo - The Kids From Yesterday


Sujet: Everybody disappear, you're In it on your own (ft Aedan)
Ven 26 Aoû - 12:51



Comme tous les matins, il était parti sans forcément prendre la peine de prévenir. Il rentrait généralement tous les deux, trois jours juste pour ne pas inquiéter sa mère. Il rentrait pour mieux repartir. C’était bête mais au moins ils passaient un peu de temps ensemble et elle savait qu’il n’avait rien, ne s’inquiétait pas tant que les trois jours n'étaient pas dépassés, du moins, le croyait-il. Le soleil n’était pas encore trop haut dans le ciel lorsqu’il était parti ce matin là et la journée s’annonçait belle, sans accrochage. Il pouvait ainsi profiter de ce temps radieux, cueillir quelques fruits pour mieux profiter de cet été qui semblait être tout aussi chaud que les précédents. Ces derniers temps, il ne s’était pas amusé à l’art des potions foireuses si bien qu’il ne comptait arnaquer personne aujourd’hui. Oh bien sur, si quelqu’un se pointait pour faire du troc, il resterait à l’affut, toujours curieux de ce qu’il se passait aux alentours mais aujourd’hui il avait juste eu envie de flâner dans la forêt, repérer les rares petits coins qui lui étaient encore inconnus sans pour autant aller à la limite de la forêt, de l’autre côté.

Sauf qu’ici, il était dans la bonne direction, celle qui le menait pas trop loin de chez les Pikunis mais assez pour qu’il ne croise que des randonneurs comme lui, avides de tranquillité ou d'aventures. Il s’était assit sur une grosse branche d’arbre solide pour roupiller sans pour autant se faire trop déranger par les bêtes sauvages de cet endroit assez éloigné des tribus qui le rendait un peu plus sauvage que le reste de l’île. La sieste fut à peine octroyée qu’un boucan d’enfer le réveilla brusquement avant la chute qu’il tenta d’éviter en se raccrochant à la branche qui s’écroula sous la force de l’impact de l’objet non identifié (qu’il n’avait de toute façon pas pu voir) qui s'échouait sur le sol. Si la préoccupation de savoir si le machin tombé du ciel n’était pas trop proche de lui ne le préoccupa pas c’est parce qu’autre chose accaparait son esprit à l’instant même ou il avait évité de justesse de se retrouver en dessous de la branche sur laquelle il venait de s’assoupir pas même le temps d’une micro sieste. Ce qui l'avait l’avait sorti de son état somnolant de façon bien plus fulgurante que la chute en elle-même. Ce qui l’empêchait bien de se lever sans crever de mal à la cheville. Tout ce qu’il savait était qu’il était bien incapable de se déplacer sans lancer tous les jurons qu’il pouvait connaître. Il n’était pas médecin, ne connaissait rien à la médecine, se doutait juste que quelque chose clochait avec sa cheville. Seul un triple idiot n’aurait pas pu le deviner tout seul.

Il ne voulait pas appeler pour qu’on vienne, préférait attendre même si l’attente pouvait se révéler plus dangereuse, plus douloureuse qu’elle ne l’était déjà. Il espérait juste qu’aucun autre tremblement du genre n’allait se produire à nouveau parce qu’il n’était pas certain de s’en sortir indemne cette fois. Entouré d’arbres, de débris de branches, de branches encore à moitié solides planant au-dessus de sa tête, d’un coup la forêt qui avait été son alliée depuis des années n’était pas sûre, se révélait être sa pire ennemie si les circonstances n’étaient pas bonnes.

Doucement, il se hissa de ses deux mains jusqu’au tronc d’arbre le plus proche, en ignorant sciemment la douleur qui lui lançait de ne pas bouger, pour s’y adosser et garder sa jambe blessée tendue pour replier l’autre qui se révéla être intacte. Il s’était mal réceptionné, n’avait pas eu le temps de bien se réceptionner dans un évènement qu’il n’avait pas vu, qu’il n’avait pas pu prévoir.

Spoiler:
 
 

avatar
05/08/2016 FLY 1251 Max Riemelt Avatar + FLY • Signa + ASTRA • Gifs + TUMBLR Pêcheur + Musicien + Navigateur + Chieur à plein temps 31
✣ The sea and the moon we meet ✣


Sujet: Re: Everybody disappear, you're In it on your own (ft Aedan)
Jeu 1 Sep - 13:21


- Un homme qui aurait pu tomber du ciel -

C'était en juillet, il faisait bon vivre, les oiseaux chantaient et Aedan était posé sur son navire, rêvant de mille et un voyage. Il avait toujours eu une grande imagination, même adulte il continuait encore et toujours d'inventer des histoires de briguant, de voyageur et un tas d'autre chose possible et inimaginable. La mer… il la connaissait comme sa poche. Elle était son unique amie, sa seule confidente. Elle avait en elle tous les rêves du gosse, tous ses désirs et ses envies. Si la mer avait été une personne, il l'aurait suivie partout, sans se soucier de quoi que ce soit.

Ce jour-là, il décida de passer son après-midi à vadrouiller en forêt. Il avait récemment pris l'habitude de s'éloigner deux ou trois jours de la maison pour explorer les alentours. Aedan connaissait le peu de forêt qui entourait leur village et avait décidé de partir à la découverte du reste de l'île. Son sac sur le dos, il parti donc en direction du vieux village. Le blond savait qu'il allait pouvoir s'arrêter quelques instants sous l'un des vieux chênes qui se trouvaient là-bas. Il pourrait afin penser en paix. Aedan aimait ces moments de solitude, lui face à son esprit, face à ses pensées. Il lui arrivait souvent de mettre tout ça sur papier. S'il n'arrivait pas à exprimer ses émotions par la parole, l'écrit était un excellent moyen, pour lui, de le faire.

Après quelques heures de marche, un bruit étrange retenti dans toute la forêt, ou plutôt vers le ciel. Le jeune homme leva les yeux vers celui-ci. Il remarqua avec stupéfaction et effroi un  tas de ferrailles s'échouer sur leur terre. La machine disparu entre les arbres, loin de son emplacement actuel. Au début il cru rêver mais c'était sans compter sur la répercussion du choc qui fit trembler la terre. Aedan commença alors à accélérer la cadence, se demandant bien ce qu'il allait pouvoir faire s'il tombait sur cet OVNI. Coupant rapidement à travers la forêt, il tomba nez à nez avec une très ancienne connaissance. Laissant tomber ses affaires à terre, son nom lui vient à l'esprit…

*Near…*

L'ami d'enfance d'Aedan se traînait avec difficulté jusqu'au tronc d'arbre situé devant lui. Il tirait une de ces têtes ... quelque chose n'allait pas. Ne sachant pas trop quoi faire et faisant plus confiance à son instinct qu'autre chose, Aedan accours vers le blessé en difficulté.

-  Mais, qu'est-ce que tu fiches ici ? Ça va ? T'as pas l'air bien.

Lui tendant la main pour essayer de le relever, il ne se doutait pas que le mettre sur pied allait être plus difficile que prévue.

by exception


Dernière édition par Aedan Caulfield le Mar 31 Jan - 18:30, édité 1 fois

Modo - The Kids From Yesterday
avatar
25/05/2015 Emma, plum 1370 Colin Morgan Fly (Ali ♥), perséphone, whatliesbeneathshouldbeleft.tumblr gif, Konoba paroles principalement pêcheur mais aussi amateur de troc 40
Modo - The Kids From Yesterday


Sujet: Re: Everybody disappear, you're In it on your own (ft Aedan)
Mer 19 Oct - 1:03



Il ne comprenait pas comment un tel incident avait pu se produire. Ce n’était pas comme s’il avait cherché les ennuis cette fois. Il avait juste pensé que cela serait plus prudent de se reposer sur une branche un peu plus haute que les autres et il n’avait pas eu tord même si le confort manquait, il s’en foutait bien. Tout ce qui comptait était qu’on le laisse tranquille là-haut, il n’avait pas demandé à ce qu’un boucan d’enfer ne le réveille en sursaut, pire, ne le fasse chuter ainsi, le laissant incapable de se relever. Et alors quoi ? Il allait attendre ? Appeler quelqu’un ? Il ne se voyait réaliser aucune des deux options, les seules, qui s’offraient à lui. Il ne se voyait pas non plus tenter de toucher à sa cheville qui lui semblait bien mal en point sans savoir à quel point. Il espérait que ce n’était qu’un problème bénin, qu’il n’aurait qu’à rester quelques jours allongé même s’il détestait rester ainsi sans bouger. A un tel point qu’il s’était déplacé jusqu’à l’arbre histoire de trouver une position à la fois plus confortable pour lui et pour sa jambe. Fort heureusement, le déplacement avait été douloureux mais pas insupportable. Sa jambe ne formait pas un angle droit. Sa cheville gauche était juste salement amochée, commençait à enfler. C'était douloureux même lorsqu'il restait immobile. Même s'il n'arrangeait pas les choses en bougeant, il était impossible pour lui qu'il reste inactif.

Combien de temps avant que l’on vienne chercher celui qui n’appelait pas de l’aide hein ? C’était bien d’être obstiné, d’avoir sa petite fierté mais, au bout d’un moment, il fallait la foutre au placard. Une tête bien connue l'empêcha bien gentiment de s'époumoner. Il était chanceux. Sacrément chanceux qu'il soit dans ses forêts et non il ne savait où, surement en mer. « Hey Aedan ! C’est l’ciel qui nous est tombé sur la tête ou quoi ? J'me reposais sur une branche d'arbre pour éviter les prédateurs et autres mauvaises rencontres et paf ? C’est rare que la Terre tremble ainsi dans la forêt. T’as vu un truc ? Parce que moi j’ai rien vu venir. » Oh qu’il aurait aimé voir venir la chose qui avait provoqué sa chute. Sa voix tremblait légèrement, il ne savait pas trop comment lui décrire ce qu’il s’était passé ni même ce qu’il avait. Pas l’air d’aller bien ? Pour sur, le sang devait avoir quitté son visage depuis quelques minutes et le Calusa ne su pas trop si se lever était une bonne chose ou même s’il y parviendrait. Il détestait ça, qu’on l’aide, qu’il se sente inutile : lui qui avait toujours appris à se débrouiller tout seul. Il était un solitaire, un solitaire appréciant la compagnie ou un sociable appréciant la solitude. Bref. S’il appréciait Aedan, s’il le connaissait depuis quelques années il n’aimait pas lui être redevable, il n’aimait pas l’idée d’être redevable à n’importe qui sur cette Terre. Ce n’importe qui se révélait être Aedan. C’était sans doute sa chance dans son malheur. D’être tombé sur un ami.

« Je sais pas si tu t’y connais en soins. Os. Et tout ça. » Il n’avait pas trouvé comment le dire autrement. « Mais si l’os n’est pas sorti, y’a clairement un problème avec  ma cheville gauche. » Near avait toujours été quelqu’un qui avait voulu tester plein de choses sans pour autant vouloir se donner un domaine de prédilection. S'il avait vite compris qu'il était mal en point, il ignorait tout du reste. « P’être bien que tu devras me porter jusqu’au village. C'est cool. J’suis certain que t’en as toujours rêvé. »  Il le disait sous le ton de la rigolade, à moitié sérieux même si l’idée était tentante et amusante quoiqu’un peu vexante de se voir ainsi ramené au campement, même pas capable de rentrer à cloche pieds. « Plus sérieusement, j’crois qu’ils vont m’avoir sur le dos pendant quelques jours. » Quelques jours, quelques semaines. Ces prochaines semaines allaient être longues. Il les détestait déjà.

Spoiler:
 

avatar
05/08/2016 FLY 1251 Max Riemelt Avatar + FLY • Signa + ASTRA • Gifs + TUMBLR Pêcheur + Musicien + Navigateur + Chieur à plein temps 31
✣ The sea and the moon we meet ✣


Sujet: Re: Everybody disappear, you're In it on your own (ft Aedan)
Mer 9 Nov - 23:24


- Un homme qui aurait pu tomber du ciel -

Mais qu'est-ce que c'était que ce truc ? Jamais il n'avait vu un truc pareil. C'était la fin du monde, une seconde apocalypse ? Sûrement pas, sinon il ne serait plus là à penser à cette chose étrange qui venait de se produire. Regardant son ami, il se doutait pertinemment que le faire marcher allait s'avérer difficile. Il souffrait, Aedan commençait à paniquer. Fait rare chez le jeune homme qui, la plupart du temps, n'était pas la représentation exacte du mot émotif. Enfin il l'était plus ou moins mais, jamais il ne le montrerait. Peut-être par fierté? Ou tout simplement parce qu'il n'en avait pas pris l'habitude. Depuis toujours, il avait plus ou moins été comme ça, un gars simple, un peu trop renfermé sur lui-même. La seule personne qui avait pu le voir réellement c'était Alec, son ami le plus proche. Tous les deux étaient liés comme les cinq doigts de la main et jamais rien ne pourra les séparer, rien. Aedan ne se doutait alors pas de ce qui allait advenir de leur amitié et de l'ouverture d'une plaie qui sera certainement difficile à soigner.

-  Hey Aedan ! C’est l’ciel qui nous est tombé sur la tête ou quoi ? J'me reposais sur une branche d'arbre pour éviter les prédateurs et autres mauvaises rencontres et paf ? C’est rare que la Terre tremble ainsi dans la forêt. T’as vu un truc ? Parce que moi j’ai rien vu venir.

Le pêcheur sorti de ses pensées et regarda une nouvelle fois, un peu pommé, le Calusa toujours à terre. Lui aussi avait l'air un peu secoué parce qu'il venait de se passer. En même temps, qui ne le serait pas ? Et puis c'était quoi cet engin venu de nulle part ? D'où les objets tombent du ciel maintenant ? Et si Near n'avait rien vu, Aedan avait pu entrevoir la chose à travers le feuillage des arbres. Un machin gris, peut-être en fer, qui ressemblait étrangement à une boite de conserve, comme celle qu'il pouvait trouver parfois sur la plage ou parmi les poissons.

-   Je sais pas si tu t’y connais en soins. Os. Et tout ça. Mais si l’os n’est pas sorti, y’a clairement un problème avec ma cheville gauche.


-  Euh…pas vraiment et je sais pas. Mais tu devrais mettre sa sur ta tête…

Il déchira un bout de tissus de son t-shirt, en fit un baluchon et le posa sur le crâne ensanglanté de son ami. Aedan ne savait vraiment pas quoi faire. Si seulement il avait un peu plus écouté sa mère quand celle-ci avait essayé de lui apprendre quelque notion de guérison.

-  P’être bien que tu devras me porter jusqu’au village. C'est cool. J’suis certain que t’en as toujours rêvé. Plus sérieusement, j’crois qu’ils vont m’avoir sur le dos pendant quelques jours.

*Dans tes rêves mon gars. Peut-être que si tu volais, comme cette chose bizarre…*

Le pêcheur esquissa un léger sourire qu'il fit disparaître presque aussitôt. Il fallait l'aider et au plus vite. S'il avait retenu ne serais-ce qu'une chose de ce que sa mère lui avait dit, c'était qu'il fallait agir rapidement avant que l'état n'empire. Ils étaient trop loin du campement pour que le blond aille chercher de l'aide et trop près de l'endroit du crache, ce qui risquait de les mettre en danger. Il décida alors de faire de son mieux, quitte à en venir à l'extrême solution. Sortant un couteau de sa poche, il s'approcha de la jambe de Near. Doucement il abaissa le couteau et découpa le pantalon de son ami qui cachait sa blessure. Sa cheville avait presque doublé de volume mais, aucun signe d'os qui sortait dans tous les sens.

-  Que t'chi. J'pense que t'as p'têtes dû te casser quelque chose à l'intérieur ou alors c'est qu'une simple foulure. Tu voudrais essayer de te mettre debout ? Je pense qu'on devrait s'éloigner de ce fichu truc tombé du ciel. Sale boite de conserve…


by exception


Dernière édition par Aedan Caulfield le Mar 31 Jan - 18:30, édité 1 fois

Modo - The Kids From Yesterday
avatar
25/05/2015 Emma, plum 1370 Colin Morgan Fly (Ali ♥), perséphone, whatliesbeneathshouldbeleft.tumblr gif, Konoba paroles principalement pêcheur mais aussi amateur de troc 40
Modo - The Kids From Yesterday


Sujet: Re: Everybody disappear, you're In it on your own (ft Aedan)
Mer 21 Déc - 19:22


Il n’était pourtant pas tombé de bien haut. Il pensait s’en sortir juste avec quelques hématomes. Juste ça. Des bleus moches pour colorer sa jambe touchée et puis rien d’autre. Ça aurait été le top ça hein de pouvoir se dire qu’il avait été chanceux jusqu’au bout et qu’après quelques minutes sans bouger il avait pu rentrer tout fier à la maison avant de se prendre un sermon par sa mère mais non c’était différent cette fois-ci. Il était déjà revenu avec des vilains bleus, des vilaines blessures parce qu’il ne faisait jamais réellement attention mais cette fois-ci c’était totalement différent. S’il ne se plaignait pas parce qu’il n’avait pas l’habitude de se plaindre, s’il préférait s’amuser de son état parce que c’était ce qu’il avait de mieux à faire, bouger lui faisait un mal de chien. Il ne savait pas forcément de quelle jambe la douleur venait mais il était certain que la chute, même de pas très haut, avait fait quelques dégâts qui le lui montraient à leur façon combien il avait été stupide. Et bien qu’ils aillent se faire foutre. Même en étant le plus prudent du monde – chose qu’il n’avait jamais été, admettons-le – il n’aurait pas pu prévoir ça. Même Aedan qui était tombé pile au moment où il avait besoin de quelqu’un, de préférence d’un Calusa, de préférence d’un Calusa qu’il connaissait bien, de préférence de lui, n’aurait pas pu le prévoir ça.

Il lui avait demandé l’air de rien s’il avait vu quelque chose parce que, bordel, ça avait fait du bruit en plus de faire des dégâts. Il avait parlé l’air de rien comme pour l’aider à penser à autre chose et ça fonctionnait alors autant continuer même s’il doutait qu’il en bernerait plus d’un. Il devait avoir une sale gueule. Il s’en foutait. Depuis quand se souciait-il de l’allure qu’il avait lorsqu’il devait en rencontrer d’autres, depuis quand se souciait-il de ce qu’il fallait faire pour bien se faire voir lorsqu’il y avait des rassemblements ? Depuis jamais. Ce n’était pas face à Aedan qu’il allait commencer et s’il sortait des âneries qu’il les mette sur le compte de la douleur qui augmentait à chaque fois ou qu’il le mette sur le compte de sa connerie naturelle, ça fonctionnait aussi.

« Alors t’as vu quelque chose ? » Parce qu’il avait envie d’une réponse hein. Non ? Tant pis, il lui redemanderait plus tard parce qu’avant un sujet intéressant auquel il n’y connaissait rien faisait irruption en toute logique dans leur rencontre. « Euh…pas vraiment et je sais pas. Mais tu devrais mettre sa sur ta tête… » Et merde. Vla qu’aucun des deux ne s’y connaissait en médecine mais qu’un bout de t-shirt se vit déchiré en sacrifice pour sa tête. Merci bien mais un peu de sang sur le crâne ce n’était pas le plus dramatique dans cette histoire mais soit, il n’allait pas rechigner. Un sourire lui fit comprendre qu’il ne le porterait pas. Dommage. « Que t'chi. J'pense que t'as p'têtes dû te casser quelque chose à l'intérieur ou alors c'est qu'une simple foulure. Tu voudrais essayer de te mettre debout ? Je pense qu'on devrait s'éloigner de ce fichu truc tombé du ciel. Sale boite de conserve… » Une boite de conserve ? Se mettre debout ? « Ouais c’est probablement ça. J’aimerais bien la foulure parce que ça serait plus simple pour la suite et que ça ferait probablement moins mal même si ça n’a pas l’air mais gosh, j’suis même pas sûr de pouvoir me lever sans aide. S’éloigner tu dis. Je t’aime hein. T’arrives au bon moment quasi tout le temps so je t’aime mais là à moins qu’un miracle se produise j’vais pas pouvoir sautiller jusque chez nous pour quitter cet endroit le plus vite possible comme t’aimerais qu’on le fasse. »

Il avait fait le maximum pour oublier le couteau que le blond avait sorti mais là ce rapprochement dangereux qu’il avait eu avec sa cheville, il le sentait pas. « Range-le tu ne vas pas avoir besoin de lui. » Il rigolait un peu moins mais gardait cet air tout aussi borné que précédemment. C’est que ça avait presque la ressemblance d’un ordre. « En ce moment même tu dois être la septième merveille du monde à mes yeux mais si t’approches encore ce couteau de ma cheville tu vas le regretter. » Il ne savait pas encore comment. C’était des menaces dans le vide, qui ne servaient à rien. Il trouverait bien de quoi le déstabiliser si l’envie lui prenait de recommencer. Il trouverait bien ouais. Il trouverait bien. Mais pour le moment il paniquait bien trop pour pouvoir mettre des mots sur les menaces qu’il proférait. Il y avait un temps pour les choses importantes et un temps pour les autres. « Aide-moi au moins à me lever avant penser à me la couper. »


avatar
05/08/2016 FLY 1251 Max Riemelt Avatar + FLY • Signa + ASTRA • Gifs + TUMBLR Pêcheur + Musicien + Navigateur + Chieur à plein temps 31
✣ The sea and the moon we meet ✣


Sujet: Re: Everybody disappear, you're In it on your own (ft Aedan)
Sam 31 Déc - 14:47


- Un homme qui aurait pu tomber du ciel -

Mais qu'est-ce qu'il pouvait bien foutre au milieu de nulle part cet idiot de Near ? Quelle idée de venir ici en plein mois de juillet... Enfin Aedan peut dire ce qu'il veut mais ils sont tous les deux dans le même bateau. Un peu sur les nerfs, surement causé par la trouille de cet engin tombant à vive allures vers leur terre, le pêcheur est crispé, ne sait pas comment faire, quoi dire. D'un côté il ne sait jamais comment être avec les autres alors ça ne change pas vraiment d'habitude. Bousillant son T-shirt, il pose le bout de tissu sur la tête de son ami, regardant au loin la fumée qui s'échappe vers les nuages.

*Qu’est-ce qui se passe, c’est le ciel qui nous tombe sur la tête ou quoi ?*

S’il avait vu quelque chose ? Bien sûr, il était face au spectacle le plus étrange de sa vie et il n’était pas au bout de ses surprises ! Il répond rapidement, peut-être un peu moins froidement qu’avec les gens qu’il ne connait pas. Near, c’est un pote d’enfance, un ami qui a été là pour lui redonner le sourire les jours où ça n’allait pas fort. Et puis le brun se met à parler. Aedan sent une pointe de panique dans la voix de celui qui a chuté.

-  Ouais c’est probablement ça. J’aimerais bien la foulure parce que ça serait plus simple pour la suite et que ça ferait probablement moins mal même si ça n’a pas l’air mais gosh, j’suis même pas sûr de pouvoir me lever sans aide. S’éloigner tu dis. Je t’aime hein. T’arrives au bon moment quasi tout le temps so je t’aime mais là à moins qu’un miracle se produise j’vais pas pouvoir sautiller jusque chez nous pour quitter cet endroit le plus vite possible comme t’aimerais qu’on le fasse.

Il n'avait pas tort. Mais en même temps quelle idée d'être perché aussi haut ? S'il était resté au pied de l'arbre, ça leur aurait évité bien des soucis. Aedan sort de sa poche un canif qu'il a lui-même confectionné. Un beau bijou, bien tranchant, qui lui sert pas mal quand il part en exploration. Il est vieux ce machin-là, presque aussi ancien que sa petite sœur. Approchant la lame du membre mal en point de son ami qui commence à paniquer un peu plus. Pourquoi ? Il voulait simplement enlever le tissu qui cachait sa cheville bien enflée. Near s'affolait de plus en plus, répliquant à son ami de laisser tomber, proférant des menaces qu'il ne tiendra pas.

-  En ce moment même tu dois être la septième merveille du monde à mes yeux mais si t’approches encore ce couteau de ma cheville tu vas le regretter.

La septième merveille du monde ? Aedan doit bien l'avouer, il est fier, heureux d'être vu de la sorte. Pourtant, il ne laisse rien paraître et soupire même, essayant de ne pas laisser ses émotions prendre le contrôle. Il n'écoutait pas ce qu'il disait, il faisait juste ce qu'il voulait faire.

-  Aide-moi au moins à me lever avant penser à me la couper.


- Calme-toi. J'comptais pas t'la couper ta maudite cheville - même si je dois avouer que l'idée m'est passé par tête -.

Déchirant le pantalon du calusa, il laisse apparaître une jambe bien enflée mais avec aucune présence d'ouverture.

-  Bon déjà c'est bon signe, ça a pas l'air cassé...

Se positionnant près du bras de Near, le marin lui fit signe qu'il l'aidait à se relever, comme il l'avait demandé plus tôt. Où allait-il pouvoir aller comme ça ? Jusqu'au campement ça risquerait d'être beaucoup trop long et surtout trop dangereux. Aedan n'avait pas envie de se retrouver avec un ami estropié.

-  On va aller se mettre à couvert un peu plus loin dans la forêt. Cette chose me dit rien d'bon.

Avançant avec difficulté, les deux hommes s'enfoncent dans ces bois que le pêcheur a mainte et mainte fois parcouru. Il en connait les secrets, les endroits les plus sûrs. Ils marchent, Near faisant de son mieux pour tenir debout. Et voilà qu'enfin ils arrivent là où il comptait se rendre. Une petite grotte sombre, à l'abri des regards et protégée par les arbres environnant.

-  On sera au calme ici.

Aedan dépose son ami à terre, essayant de le caler contre les parois rocheuses. Heureusement pour eux, le temps est clément, la chaleur de l'été est la bienvenue au milieu de cette cacophonie effrayante.

by exception

Modo - The Kids From Yesterday
avatar
25/05/2015 Emma, plum 1370 Colin Morgan Fly (Ali ♥), perséphone, whatliesbeneathshouldbeleft.tumblr gif, Konoba paroles principalement pêcheur mais aussi amateur de troc 40
Modo - The Kids From Yesterday


Sujet: Re: Everybody disappear, you're In it on your own (ft Aedan)
Jeu 2 Fév - 16:08



Il blaguait puis paniquait la seconde d’après. C’était sa façon de gérer les choses, de vivre des situations qui n’étaient pas simples. Il ne les prenait pas au sérieux pour ensuite s’inquiéter quand un geste qu’il pensait menaçant ne l’était pas. Il ne parvenait que rarement à penser les choses de façon sereine sans pour autant être le plus paniqué du monde. Il avait le droit de voir d’un mauvais œil ce couteau s’approcher de sa jambe tout comme il avait le droit de blaguer toutes les cinq minutes pour rendre la situation et la douleur plus supportables. Il n’était pas d’un naturel méfiant surtout envers Aedan qu’il connaissait depuis super longtemps mais la situation était un peu différente. Bien sur qu’il n’allait pas lui couper le pied, où avait-il donc la tête ? « - Calme-toi. J'comptais pas t'la couper ta maudite cheville - même si je dois avouer que l'idée m'est passé par tête – »

Et hop, un léger coup de point sur l'épaule du plus âgé. C'était pas malin mais ce n'était pas grand chose pour une telle pensée qui ne pouvait rester impunie. C’est plus fort que lui de répliquer à chaque fois sans trop chercher à savoir si ses gestes ou paroles auront des répercussions qu’il n’aura assurément pas calculées. Il a toujours été comme ça, à se laisser guider par l’instinct. « C’est chouette la vue d’en haut. Un autre jour j’serais pas tombé. J’suis pas tombé toutes les autres fois. J’ai jamais essayé de voler si ça peut te rassurer. » Vla qu’il se moque de lui-même à présent. Il plaisante, il plaisante mais c’est rassurant de savoir que rien n’est cassé. Il va peut-être avoir du mal à marcher pendant un temps mais d’ici quelques mois tout sera rentré dans l’ordre. « -  On va aller se mettre à couvert un peu plus loin dans la forêt. Cette chose n’me dit rien d'bon. » « Tu parles de ce qui est tombé ? Tu penses que c’est d’autres comme nous d’avant ? » Il en a entendu des contes de voyageurs sur leur passé, des contes qui se sont transmises de génération en génération. Peut-être déformés. Il n’en sait rien. Tout ce qu’il sait c’est que vivre dans le ciel c’est impossible. Il hoche néanmoins la tête au commentaire de son ami. Tant qu’ils ne savent pas ce dont il s’agit autant s’éloigner de son point de chute. Autant éviter de s’en approcher. « En tout cas c’est sur qu’entre deux absences, tu tombes à pic. » C’était pas forcément un reproche, juste une heureuse constatation.

Une grotte se dessine au loin et l’arrivée est pénible. Ils marchent lentement, enfin lui surtout parce qu’Aedan pourrait courir des kilomètres sans que cela ne lui pose de problème. Il serait sans doute un poil fatigué vers la fin mais là, tout de suite, ils n’ont pas la même forme physique. « Tu m’as demandé ce que j’fichais ici mais toi, la terre ferme c’est pas forcément ton endroit préféré. » C’était pas l’sien non plus mais pour le moment il s’en satisfaisait. S’il avait envie de découvrir les océans il y avait encore tant de chose à découvrir sur cette ile qu’il ne comptait pas la quitter tout de suite.

avatar
05/08/2016 FLY 1251 Max Riemelt Avatar + FLY • Signa + ASTRA • Gifs + TUMBLR Pêcheur + Musicien + Navigateur + Chieur à plein temps 31
✣ The sea and the moon we meet ✣


Sujet: Re: Everybody disappear, you're In it on your own (ft Aedan)
Lun 6 Fév - 18:18


- Un homme qui aurait pu tomber du ciel -

*Maudite machine, maudite machine*

Ces paroles se répétaient sans cesse dans la vieille caboche de notre ami Aedan. Il revoyait la boite de conserve se cracher vers le sol, le bruissement qui pourrait en rendre sourd plus d'un et surtout cette odeur pestilentielle qui émanait de la bête. Le navigateur avait eu peur. C'est que vrai qu'il se fichait pas mal de ce qui pouvait lui arriver ou même de ce qui pouvait arriver aux autres mais ça, ça c'est pas humain. Alors pour le moment, Aedan, il bougonne. Puis comme si ça suffisait pas, l'autre maladroit il est à terre, sans qu'aucun d'eux ne sache quoi faire. Mais le marin, il l'aime bien le Calusa, il fait le rigolo quand c'est pas le moment mais il l'aime bien quand même.

Suite à la chirurgie qu'il opéra sur le bout de pantalon de son ami, le blond rangea son couteau. Il devait bien l'avouer, voir paniquer ainsi son acolyte l'avait bien fait rire. Ça ne se voyait peut-être pas comme ça mais dans le fond, il restait un enfant. Le brun lui donna alors un coup dans l'épaule, comme le font les potes entre eux, alors que pourtant…bas ils sont pas si pote que ça en fait. Ils étaient plus des amis d'enfances, deux personnes qui étaient restés amis malgré les aléas du temps. Le blond soupire, parfois Alec lui manquait beaucoup, c'était le seul qui pouvait le comprendre. Balançant sa tête de droite à gauche il chassa les sombres pensées qui commencaient à émerger.

- C’est chouette la vue d’en haut. Un autre jour j’serais pas tombé. J’suis pas tombé toutes les autres fois. J’ai jamais essayé de voler si ça peut te rassurer.


- T’es pas doué, t’es pas doué, qu’est-c’tu veux que j’te dise ? T’aurais dû en profiter pour essayer, de voler. On sait jamais, ça aurait pt’être pu marcher sur toi.

Aedan laisse échapper un sourire moqueur. Il a quand même des idées étranges Near, c'est peut-être bien pour ça que le navigateur l'aime bien. Et puis lui il pose pas 3 milliard de questions au moins. Proposant de s'éloigner de l'engin tombé du ciel, le blond se penche vers le calusa afin de l'aider à se relever. L'autre se met à parler, il pause une question vraiment étrange.

*Il a dû s'cogner vraiment fort ma parole !*

Aedan fait alors comme si de rien était, comme si jamais rien n'avait été dit. Des gens ? Tomber du ciel ? Et pourquoi pas des poules avec des dents tant qu'on y est ? Enfin bref, le marin avance, son ami sous le bras lui, essayant de lui servir de soutien comme il peut. Une seconde fois, il ne fait pas attention à ce que baratine son ami et il continue de marcher. Il sait où se rendre, il connait les environs par cœur.

Enfin ils y arrivèrent. C'est qu'il pesait lourd le bougre ! Aussi doucement que possible, Aedan déposa l'estropier au sol, contre les parois de la grotte. Tant bien que mal, le blond essaya de placer son sac en dessous de la jambe de son ami, essayant de le mettre à l'aise. Voilà qu'il se prenait pour une maman poule maintenant.

-  Tu m'as demandé ce que j'fichais ici mais toi, la terre ferme c'est pas forcément ton endroit préféré.

Aedan soupira. Il pouvait pas dire merci comme tout le monde ? Naaan, il fallait taper la discute. Mais bon, c'était Near, l'une des rares personnes avec le blond aimait parler, autant mieux en profiter.

-  J'avais besoin de changer d'air. Je voulais mettre à jour ma bonne vieille carte. Et puis les sons de la forêt me manquaient un peu…c'est agréable le bruit du vent à travers les feuilles. Cette mélodie si jolie…

Le regard s'éloignant vers les arbres qui composaient le bout de terrain qui les entourait, Aedan laissa son esprit s'éloigner, guider par le vent se laissant transporter par la chanson qu'il créait.

-  Sinon ça va ? J'sais bien que j'suis pas souvent là…Mais il y a eu tellement de changement. Et ta famille, elle se porte bien ?

Voilà qu'il commençait lui aussi à en poser des questions. A croire qu'il préférait éviter de parler, voulant laisser le plaisir de la parole à son ami. Des souvenirs remontaient petit à petit à chaque fois qu'il croisait le visage de son acolyte. Ils avaient bien grandit et pourtant…ils restaient pour toujours et à jamais des enfants, ceux qu'ils étaient bien avant de devenir ce qu'ils sont.

by exception

Modo - The Kids From Yesterday
avatar
25/05/2015 Emma, plum 1370 Colin Morgan Fly (Ali ♥), perséphone, whatliesbeneathshouldbeleft.tumblr gif, Konoba paroles principalement pêcheur mais aussi amateur de troc 40
Modo - The Kids From Yesterday


Sujet: Re: Everybody disappear, you're In it on your own (ft Aedan)
Lun 20 Fév - 12:59


Il était curieux sans forcément avoir l’envie de s’éloigner de cette grotte. Il était curieux d’obtenir des réponses sur ce qui était tombé du ciel tant qu’il pouvait obtenir ces dites réponses juste en faisant parler les autres. Il avait la parole facile et sans pour autant trop forcer la main, il avait toujours plus ou moins réussi à savoir ce qu’il voulait. Pas qu’il ait voulu obtenir des informations cruciales qu’on aurait refusé de lui donner même sous la torture, rien de cela. C’était juste. Des histoires de la vie de tous les jours, des informations pas forcément très utiles parfois mais qui souvent faisaient qu’elles étaient bonnes à savoir à un moment où à un autre.

« T’es pas doué, t’es pas doué, qu’est-c’tu veux que j’te dise ? T’aurais dû en profiter pour essayer, de voler. On sait jamais, ça aurait pt’être pu marcher sur toi. » « C’est sur que toi t’aurais jamais essayé. » Il était d’humeur taquine, préférait l’humour à la panique, aux questionnements qui lui feraient se demander sans cesse ‘bon maintenant qu’est-ce que j’ai ?’ Il n’était pas médecin, ressentait un peu moins la douleur de sa cheville sans pour autant pouvoir se dire ce que c’était cette blessure. Il n’était pas pour autant certain de pouvoir remarcher normalement les jours qui viennent. Aura le forcerait au repos, de rester à la maison, chose qu’il évitait tant qu’il pouvait. Il préférait apprendre à voler plutôt que de faire du sur place. Il était l'incorrigible surexcité incapable de peser le pour et le contre tant que l’aventure était présente. S’ils sont pas mal différents Aedan et lui ce n’est pas pour autant qu’il bloque sa spontanéité et l’envie de se moquer jamais méchamment quand il en a envie. Ils se connaissent un peu, pas si bien que cela mais parfois il suffit de peu pour se dire qu’on apprécie quelqu’un même s’il est son opposé, même s’il n’aurait jamais fait les trois quart des folies qu’il a bien pu faire.

Puis ça le fait sourire ses conneries alors il en est d’autant plus content. Sa question de savoir ce qui leur est tombé dessus est passé aux oubliettes alors il balance à moitié sérieux « Si ça se trouve c’est la lune, elle en a eu marre que le soleil lui pique la vedette tous les jours. » Haha. C’était drôle non ? C’est qu’il espère trop de cet introverti l’extraverti. Tant pis. Ils feront avec leurs caractères opposés comme ils l’ont toujours fait quand ils se croisaient lorsqu’ils étaient plus jeunes. Il hoche la tête quand Aedan explique la raison de sa présence sur la terre ferme, il comprend. Il aime le son des vagues, de l’océan, l’odeur de la mer mais dès que l’on s’éloigne tout est différent, tout change. Il n’est pas certain de préférer l’un à l’autre disons qu’il aime à la fois être sur l’eau que sur la Terre même s’il n’a jamais été bien plus loin que sur sa barque pour pêcher. Sauf qu’il n’entendait pas de mélodie comme l’artiste à ses côtés. Il percevait le son du vent qui souffle, le crissement de l’herbe sous leurs pieds, la chaleur du soleil qui faisait du bien à la nature tout autour d’eux et à eux-mêmes par la même occasion. Il n’avait jamais vraiment eu un grand intérêt pour l’art même s’il ne niait pas que s’y connaitre dans un art nous laissait pas mal d’occupation lorsque l’on était bloqué sans autre possibilité comme et bien comme quand on était perdu en pleine mer sur un bateau. N’y avait-il pas ce bateau fantôme près de chez les Calusa ? La mer était intrigante tant que dangereuse et Near l’aimait rien que pour ce paradoxe.

« Ça va, ça va. Ça bouge tellement chez les Reinhart que j’ai du mal à suivre parfois mais tout va bien. Maman va bien c’est le principal. Elle a un peu peur que j’parte un jour par la mer ou par les terres mais avec ce pied elle devrait être rassurée pour un petit temps. » Il ne savait pas trop ce qu’ils attendaient dans cette grotte tout en penchant pour l'option d’attendre que cela se soit calmé côté ciel avant de reprendre la route. « Tu restes combien de temps tu sais ? » S’il s’amusait à repartir quand il était dans l’incapacité de bouger, il le tuerait. Était-il tenté par la nouveauté ou l’aventure marine telle qu’elle l’était véritablement : sûrement un peu des deux.

avatar
05/08/2016 FLY 1251 Max Riemelt Avatar + FLY • Signa + ASTRA • Gifs + TUMBLR Pêcheur + Musicien + Navigateur + Chieur à plein temps 31
✣ The sea and the moon we meet ✣


Sujet: Re: Everybody disappear, you're In it on your own (ft Aedan)
Mar 28 Fév - 23:05


- Un homme qui aurait pu tomber du ciel -

Son ami est à terre et même s'il essaye de ne rien laisser paraître, une pointe d'anxiété vient naître au fond de lui. Et si cette simple blessure était plus grave qu'il n'y parait. Aedan a beau faire les durs, essayant de garder son sang froid en toute circonstance, il s'inquiète pour ses proches, ses amis. Oui, il en a, aussi bizarre que cela puisse paraître. Il répond, l'autre réplique, c'est comme ça depuis toujours. Le marin à cette étrange impression de retourner vingt ans en arrière, quand ils étaient encore deux gamins pleins d'innocence. A la réflexion stupide de Near, le gamin lève les yeux au ciel. Il aurait dû l'abandonner, partir, le laisser s'égosiller, s'excusant. Mais le brun est comme ça, Aedan le sait. C'est donc pour cela qu'il n'y prête pas attention, préfère le soutenir, l'aider bien gentiment à se relever pour s'éloigner le plus possible de cet endroit maudit.

- Si ça se trouve c’est la lune, elle en a eu marre que le soleil lui pique la vedette tous les jours.


- Peut-être. Mais la lune est pas faite de métal…enfin pas à ma connaissance.

Le blond se marre intérieurement face à la réplique de son acolyte, il laisse même apparaître un sourire sur ce visage renfrogné. Il avait beau être chiant à discutailler, on ne pouvait pas lui enlever son sens de l'imagination et son humour…décalé. Quand enfin il se pose loin de la fumée épaisse qui commence à grimper vers le ciel devenu sombre, les interrogations fusent, tout comme les réponses. Aedan est heureux de savoir que tout va bien au village, que la famille du brun se porte bien. Il s'inquiète pour les siens, sa famille, ses amis, les calusas qu'il connait depuis qu'il est tout gosse. C'est comme une sorte de soulagement qui l'imprègne de tout son être.

-  Je suis sûr que tu trouveras toujours un moyen de partir en exploration, c'est pas cette jambe qui t'en empêchera, j'en suis certain.

Il sourit vaguement. Ils se ressemblent plus qu'il ne peut se l'imaginer. Caractère différent, certes, mais envies et rêves similaires. Partir, découvrir le monde, explorer des lieux inconnus, des terres qui restent inhabitées depuis des années maintenant. Aedan s'imagine toujours à bord d'un beau bateau, immense, flamboyant. Il vogue à travers vents et marrées, passant de terre en terre, découvrant lieu et peut-être même civilisation oubliée. Ils ne sont pas les seuls survivants, il en est presque sûr. D'autres personnes doivent être comme eux, divisé en tribu, vivant de la nature et de ce qu'elle leur offre.

- Tu restes combien de temps tu sais ?

La voix de Near sort alors Aedan de ses pensées. Combien de temps ? Combien ? Lui-même ne savait pas. Le blond pose sa main sous son menton, réfléchit quelques secondes avant de reprendre la parole.

-  Je sais pas trop. Je repartirais quand les vents m'appelleront. Et puis ma famille a besoin de moi, pour l'affaire familiale, tu sais…

Il marque une légère pause, hésite à continuer. Après tout, ces histoires sont celle de sa famille, pourquoi en parler à quelqu'un d'autre ? Le blond finit par s'asseoir au côté de son ami. Le dos collé à la paroi de la grotte, il continu :

-  Mon grand-père est pas au mieux de sa forme en ce moment, il faut continuer à remmener de quoi vivre. J'espère juste que sa santé va s'améliorer avec le temps, il est plus tout jeune.

Une espèce de pince lui serre le cœur. Savoir que cet homme qu'il idéalise tant pourrait disparaître en un claquement de doigt l'attriste fortement. Le pêcheur ne veut pas laisser cela l'affecter mais c'est plus fort que lui, son grand-père…c'est tout pour lui. Il soupire. Regarde dans le vide. La vie est bien injuste quand on n'y est pas préparé. Qui l'est au final ? Personne. Naître, vivre, mourir, ainsi va le cycle de cette putain de vie qui nous bouffe année après année, jours après jours, seconde après seconde.

-  Tu te souviens des histoires qu'il nous racontait, mon papé ? Les choses qu'il a pu voir… un jour je les verrais aussi…


by exception

Modo - The Kids From Yesterday
avatar
25/05/2015 Emma, plum 1370 Colin Morgan Fly (Ali ♥), perséphone, whatliesbeneathshouldbeleft.tumblr gif, Konoba paroles principalement pêcheur mais aussi amateur de troc 40
Modo - The Kids From Yesterday


Sujet: Re: Everybody disappear, you're In it on your own (ft Aedan)
Dim 19 Mar - 0:23



Near était quelqu’un qui aimait bouger. L’inactivité dont il faisait preuve bien par défaut était désagréable. Si la chute avait été douloureuse il se supposait capable de marcher. Il n’aurait pas la vitesse ni la précision de son ami, les ralentirait tous les deux mais il supposait qu’il n’avait pas mal au point de ne pas savoir, au moins, clopiner jusque chez les Calusa. Il avait mal mais s’il avait été si mal en point que ça, il aurait été dans l’incapacité de ne serait-ce que bouger et peut-être même que parler aurait été d’un effort beaucoup trop grand pour le blessé. Parler, dire des conneries à la seconde l’aidait à oublier dans quel état il pouvait être. Il s’était acharné à ne pas vouloir changer malgré la douleur qui irradiait sa cheville. Alléger l’atmosphère était important pour lui même si Aedan ne semblait pas si fan de cet humour si particulier. Combien de temps allaient-ils rester dans cette grotte à attendre quoi ? Que cela se calme, de voir si quelque chose d’autre leur tombe sur la tête ? Peut-être bien, Aedan était bien du genre à beaucoup trop réfléchir. La discussion changea de cap sur la famille et le prochain départ du marin fut bien vite ramené sur le tapis. Il ne s'inquiète pas mais il était vrai qu’il était bon de savoir quand il était là et pour combien de temps.

« Peut-être. Mais la lune est pas faite de métal…enfin pas à ma connaissance. » Near pouffe de rire malgré la situation : comme toujours Aedan est beaucoup trop sérieux même si son arrivée sur la terre ferme lors de la chute de cet objet indéfinissable pour celui qui ne l’a pas vu avait été comme un signe de la providence. Near le sait bien, il aurait été incapable de rentrer chez lui par ses propres moyens et, même s’il en aurait été capable, il n’aurait pas été bon pour lui d’attendre au sol les bras croisés qu’une bonne âme arrive pour l’aider, ne pas l’aider, le détrousser, bref toutes les solutions d’une situation pareille étaient possibles même s’il ne les avais aucunement envisagées dix minutes plus tôt.

« Je suis sûr que tu trouveras toujours un moyen de partir en exploration, c'est pas cette jambe qui t'en empêchera, j'en suis certain. » Le plus jeune des deux hocha la tête, à moitié certain que l’affirmation d’Aedan soit juste. Il était plus que probable qu’il en ait assez au bout de trois jours sans rien faire pour décider de partir sur un coup de tête juste parce que l’ennui avait pointé le bout de son nez. Il a besoin de bouger, d’explorer les alentours même s’il ne se décrira jamais comme étant un explorateur. Les Calusa sont bien trop importants à ses yeux pour qu’il ne se décide un jour à prendre le large pour abandonner cette tribu qui l’a accueillit alors qu’il n’était qu’un bébé pleurnicheur. « Je sais pas trop. Je repartirais quand les vents m'appelleront. Et puis ma famille a besoin de moi, pour l'affaire familiale, tu sais… Mon grand-père est pas au mieux de sa forme en ce moment, il faut continuer à remmener de quoi vivre. J'espère juste que sa santé va s'améliorer avec le temps, il est plus tout jeune. »

Quand les vents l’appelleront, c’est bien une expression de marin. Cela ne veut rien dire, rien de précis mais Near comprend. La famille il n’y a rien de plus important. La sienne est trop dispersée et il en sait si peu sur ses origines qu’il ne peut que comprendre l’importance de la famille, ce que ressent Aedan. Son papé, mot affectueux qu’il n’aurait pu dire à personne. Reinhart et Caulfield : les guerriers et les pêcheurs. Dommage pour les siens, il a toujours préféré la mer à la guerre, la pêche au combat, la construction de barques à la construction d’armes. C’est comme s’il avait été adopté par la mauvaise famille même s’il aime cette famille de dingues qu’il n’a jamais réellement réussi à comprendre. Trop complexes qu’ils sont. Des morts, des disparus, des situations jamais bien claires même pour des aventureux comme lui. « Tu te souviens des histoires qu'il nous racontait, mon papé ? Les choses qu'il a pu voir… un jour je les verrais aussi…» « Il pourra encore les raconter, c’est l’seul qui les raconte aussi bien. T’as déjà du en voir non, par delà la mer ? Raconte un peu qu’est-ce que t’aimerais trouver là bas ? Ta préférée à toi c’était laquelle ? » Qu’il raconte un peu juste pour voir si le don s’est transmis, peut-être a-t-il sauté d’une génération. Parce qu’ils sont coincé ici pour un petit temps, jusqu’à ce que le marin pense qu’il est temps pour eux de rentrer chez eux, que c’est à nouveau sur. Passer le temps à ressasser le passé ne l’ennuie pas, au contraire, il aime entendre les histoires qui ne sont pas les siennes.

avatar
05/08/2016 FLY 1251 Max Riemelt Avatar + FLY • Signa + ASTRA • Gifs + TUMBLR Pêcheur + Musicien + Navigateur + Chieur à plein temps 31
✣ The sea and the moon we meet ✣


Sujet: Re: Everybody disappear, you're In it on your own (ft Aedan)
Mar 4 Avr - 22:32


- Un homme qui aurait pu tomber du ciel -

Le ciel noircit, Aedan ne se sent pas à l'aise. Il sent que quelque chose va se passer, que rien de bon ne va arriver avec cette boite de métal descendu des étoiles. Il jette si et là un coup d'œil vers les nuages qui montent et s'évaporent. Il est curieux le marin, veut savoir ce qui est vraiment arrivé, ce qu'il s'est passé en ce jour qui marquera le début de grand changement dans la vie de beaucoup de gens. A la réflexion du pêcheur, Near se met à rire, comme si cette situation était banale, comme si tous les jours des engins tombaient du ciel. Le blond essaye de ne pas y prêter attention même si un sourire amusé s'affiche aussi sur son visage.

*Décidément, il n'a vraiment pas changé…*

En un sens, cela le rassure de savoir que certaine chose restait tel quel, peut importe les événements ou les séparations. Aedan n'a jamais été très proche des enfants calusas avec qui il a grandi. Near est l'un des rares qui avait pu se lier d'amitié avec l'asocial, l'un des rares idiots que le marin supporte volontiers. Ils sont peu dans ce cas-là mais le blond est toujours heureux de compter ces personnes comme de véritables amis, des personnes qui seront toujours là en cas de pépin. Il préfère avoir des proches qui se comptent sur les doigts d'une main plutôt qu'une panoplie de connaissance qui sont, pour la plupart, totalement inconnu.

Il soupire. Finit par venir s'asseoir à côté de l'estropier.

La conversation continu, l'un pose des questions, l'autre répond, comme un dialogue civilisé que toute personne normal peut entreprendre. Et pourtant, rien de tout ça n'est vraiment anodin. Une rencontre en plein milieu de la forêt, au centre d'un contexte bien étrange qui n'aura peut-être jamais de véritables réponses. Aedan n'a pas pour habitude de parler énormément mais, comme si l'ambiance étrange qui planait au-dessus d'eux l'obligeait à s'ouvrir, il n'hésite pas à faire part de ses inquiétudes, de ses questionnements à son ami de longue date.

- Il pourra encore les raconter, c’est l’seul qui les raconte aussi bien. T’as déjà du en voir non, par delà la mer ? Raconte un peu qu’est-ce que t’aimerais trouver là bas ? Ta préférée à toi c’était laquelle ?

Un sourire franc et amical apparaît sur le visage d'Aedan qui le lance en direction du brun. Son grand père est l'une des plus anciennes figure de la tribu. Il a vécu bien des choses et c'est lui qui forge l'imaginaire des enfants calusas à travers ses histoires de pirates, de trésors et de découvertes. C'est cet homme qui lui a donné l'envie de partir en mer, de voir de nouvelles terres. Il n'a pas pu aller bien loin avec la vieille carcasse qui lui sert de rafiot mais, il espère toujours trouver un bateau digne de ce nom qui pourra l'emmener bien plus loin qu'aucun homme n'ai pu aller.

- Les enfants du village sont toujours gâtés avec lui et ses histoires de voyages extravagants… J'en ai pas vu autant que lui, ça c'est sûr. Mais un jour, un jour je voguerais par delà ce que je connais déjà et ferait comme lui ! Et puis, je rentrerais et raconterais ce que j'ai vu et vécu à la future génération qui nous remplacerons. Des mini moi, des minis toi, des minis calusa. T'imagine ?

Des étoiles pleins les yeux, Aedan, c'est comme ça qu'il s'imagine sa vie. Vivre d'aventure et de découverte pour au final le montrer aux autres, leur faire partager cette passion qui lui donne des ailes. Il espère qu'un jour un gamin sera aussi investie que lui et qu'il partira également à la recherche de nouvelles contrées.

-  J'aimais bien celle de l'île aux cocotiers. C'est là qu'il a découvert son tout premier trésor ! Il l'avait cherché pendant des mois ! Puis au moment de mettre la main dessus, BIM, il tombe nez à nez avec un pirate. Il avait dû se battre contre ce type, là, He…He… rha je sais plus.

Au final, c'est lui qui avait gagné, le nom du mec on s'en fiche un peu. Cette histoire l'enthousiasmait toujours autant. C'est celle-ci qui lui a donné l'envie de partir sur les mers, c'est ce moment-là qui a permis à son grand-père de se lancer dans la grande aventure. Sans vraiment le savoir, un sourire reste gravé sur ce visage pourtant si froid. Les souvenirs et la soif de découverte le rendent heureux et fière d'être ce qu'il est. Il n'a jamais autant aimé sa vie qu'à cet instant précis, en compagnie de cet ami qui s'avère être bien plus proche qu'il ne l'aurait pensé.

-  Et toi? Tu préférais laquelle?


by exception

Modo - The Kids From Yesterday
avatar
25/05/2015 Emma, plum 1370 Colin Morgan Fly (Ali ♥), perséphone, whatliesbeneathshouldbeleft.tumblr gif, Konoba paroles principalement pêcheur mais aussi amateur de troc 40
Modo - The Kids From Yesterday


Sujet: Re: Everybody disappear, you're In it on your own (ft Aedan)
Jeu 1 Juin - 1:28




Aedan était tombé à pic, comme toujours. Pourtant, il n’avait pas appelé de l’aide, s’était juste installé à faire le mort jusqu’à ce qu’on le trouve. Et on l’avait trouvé. Et alors que ce ‘on’ aurait pu être le pire truand que l’île ait porté, le voilà qu’il s’était retrouvé être Aedan. Un ami qui possédait le don de télépathe ou possédait un sixième sens d’enfer. Un sixième sens d’enfer. Oui.

Il avait joué la carte de l’humour, de l’ironie comme à son habitude. Comme toujours. Aedan verrait bien de lui-même qu’il n’avait pas changé. En observant son voisin, il se dit qu’il n’avait pas tellement changé non plus. Peut-être était-il juste devenu un peu plus robuste à force de vivre en mer. Sur la Terre. Sur l’océan. Chacun des lieux d’habitation avait son lot de surprises pour les déstabiliser comme cette terre qui avait tremblé, ce truc qui était tombé. Et s’il avait fini sa chute vertigineuse dans l’océan, ils auraient fait quoi ces marins, ces pirates ? Ils avaient beau faire les fiers sur leurs grands bateaux avec leur équipage pseudos redoutables mais quand un truc de ce genre vous tombait sur la gueule sans prévenir : ils faisaient tous moins les fiers. Terriens comme marins.

Ils avaient eu la bonne idée de s’éloigner de la zone d’impact de l’objet non identifié pour s’abriter dans une grotte. Ils pouvaient y rester tranquilles un moment dans l’attente de voir ce qui allait se passer. Peut-être que d’autres choses tomberaient du ciel, qui sait ? C’était le suspens. Et en attendant d’avoir le fin mot de l’histoire, ils s’en racontaient de belles sur leurs vies respectives. Aedan voulait mettre à jour sa bonne vieille carte hein ? Comme si cette île pouvait changer, vraiment ? Il y avait bien les endroits des rôdeurs et autres voyageurs mais cela changeait sans cesse. C’était peine perdue que de vouloir tenter de mettre à jour une carte de cette île. Il y avait toujours le désert et après ? Le grand mystère.  Un mystère que Near aurait peut-être envie de résoudre s’il ne s’était pas méchamment cassé la figure car après tout n’y avait-il pas des rumeurs comme quoi certains Reinhart n’étaient pas morts, s’étaient juste aventurés au-delà du désert pour ne plus revenir. Rumeurs, légendes de la famille : cela revenait au même.

Entre les histoires des uns et des autres, ils en auraient pour un petit bout de temps. Il aimait bien parler, cela l’aidait à oublier sa jambe et celle-ci lui rappelait qu’elle existait seulement s’il s’amusait à la maltraiter en bougeant sans cesse, chose qu’il avait raisonnablement évité en s’asseyant  sur une motte de terre en tentant de la garder la plus droite possible. Il ne savait pas combien de temps le plus âgé voudrait rester là. C’était lui qui avait émit l’idée d’attendre là, après tout. Qu’attendait-il au fond ? Un signe du destin ? Tout ce que Near savait c’était que malgré sa sage décision de ne pas trop bouger, il aurait à un moment ou à un autre la bougeotte. Qu’Aedan soit d’accord ou pas d’accord ils n’allaient pas non plus rester une éternité dans cette grotte. Quoique hein ça ne l’aurait pas dérangé de passer cette éternité avec lui mais, en revanche, il n’était pas certain qu’Aedan tienne le coup. « Des minis moi ? Tu veux la mort des Calu par stress  sur ta conscience, pardi ! » Il rigolait. Il avait bien besoin de cette image de minis lui et Aedan gambader joyeusement sur la terre ou sur l’océan. « Mais oui te fais pas de soucis pour ça, tu les raconteras tes histoires à la nouvelle génération. Ils adoreront et ils t’appelleront Old Man juste pour te taquiner. » Comme moi, songea t-il avec amusement. Il plaisantait, bien évidemment. Il n’y aurait que le vieux Near pour traiter ainsi le vieil Aedan. Les Calusa étaient beaucoup trop respectueux envers leurs anciens pour agir de la sorte. Il ne pouvait s’empêcher de vouloir dérider son ami qui se voyait déjà vieux. Tristesse.

« Jack. Un pirate qui devait récupérer son âme perdue dans l’océan pour l’empêcher de retourner sur la terre ferme. Ce n’était pas ça l’histoire de base des pirates ? »  Il adorait raconter des histoires les plus farfelues sur des personnes qui n’étaient pas toujours fort appréciées sur cette île. « Papé racontait des histoires de piraterie pour pas nous ennuyer. Comme si ses histoires de voyage auraient pu nous ennuyer.  S’endormir des histoires plein la tête, rien de mieux pour les rêves d’un gosse. » Il n’avait jamais forcément souhaité devenir pirate mais voguer sur l’océan devait être possible sans forcément devoir passer par la case pirate. A moins qu’on ne l’y emmène juste en passager clandestin. C’était cool ça. Pirate d’entre les pirates s’infiltrant dans un bateau qui n’était pas le sien juste pour profiter du voyage.

« J’aimais bien celle des monstres marins qui expliquaient la disparition de certains. » La vie en mer devait être bien plus intéressante que celle sur terre pour qu’ils n’y reviennent pas si souvent. C’était ça, pas vrai, Aedan ? « J’dis qu’ils sont juste ailleurs. On doit pas être la seule île sur ces fichues cartes. » C’était une affirmation même s’il n’avait que rarement tenu une carte des mers entre ses mains. Le jeune homme observa Aedan avec une curiosité nouvelle. « Tu les aurais pas ici par hasard tes cartes ? »

avatar
05/08/2016 FLY 1251 Max Riemelt Avatar + FLY • Signa + ASTRA • Gifs + TUMBLR Pêcheur + Musicien + Navigateur + Chieur à plein temps 31
✣ The sea and the moon we meet ✣


Sujet: Re: Everybody disappear, you're In it on your own (ft Aedan)
Dim 25 Juin - 23:49


- Un homme qui aurait pu tomber du ciel -

Contrairement à celui qui se trouve face à lui, Aedan n'aime pas la parlote. Il préfère agir, rester seul dans son coin sans jamais rien dire, laissant ce plaisir à ceux qui l'adore. Mais face à un énergumène tel que Near, il lui est presque impossible de ne pas laisser échapper un mot. Le Calusa est, à ce jour, l'une des rares personnes avec qui le marin peut discuter sans inquiétude. Alec en faisait partie lui aussi…avant qu'il ne disparaisse sans laisser de traces. Parfois, souvent même, il lui arrive de repenser à ce temps où tous les deux faisaient les 400 coups. Un temps où rien n'aurait pu le perturber, où il faisait bon vivre et où tous ceux qui l'appréciaient étaient encore de ce monde. Son meilleur ami, son père, Ciaphas et même Near, tous ces gens qui ont disparu ou qu'il ne voit plus ne sont, maintenant, qu'un fragment de son passé. Faire face à ce qui l'a mené ici le rend toujours mal à l'aise. Revoir ces visages souriant de jeunes enfants devenir adultes, les rides et les cheveux blancs qui se répandent avec le temps qui passe.

- Des minis moi ? Tu veux la mort des Calu par stress  sur ta conscience, pardi !

Aedan laissa échapper un sourire amusé à la réflexion de son ami. Il est vrai qu'avoir des minis Near éparpillés un peu partout sur le territoire de Calusa n'est pas la meilleure idée du monde. Mais le marin est sûr d'une chose, ces enfants rependront la joie et la bonne humeur autour d'eux, tout comme leur père. Et ses enfants à lui, comment seront-ils ? Faudrait-il déjà trouver la femme qui voudra de lui et de son sale caractère.

- Mais oui te fais pas de soucis pour ça, tu les raconteras tes histoires à la nouvelle génération. Ils adoreront et ils t’appelleront Old Man juste pour te taquiner.

Le regard dans le vide, le blond continue de s'imaginer ce futur qui est peut-être incertain mais pourtant bien là. Auront-ils vraiment ces bambins dont ils parlent ou est-ce un simple mirage d'un futur inexistant ? Aedan n'en sait rien et préfère ne pas savoir, c'est mieux ainsi. Cela rajoute un peu de piquant à cette vie déjà bien remplie. Que nous réserve l'avenir ? Telle est la question.

- Ou le grand méchant loup d’mer. J’sais pas vraiment si les enfants m’apprécieront autant que toi tu m’apprécies.

Il lance un sourire plein d'amitié à son voisin. Near a toujours été là malgré le caractère compliqué et difficile d'Aedan et ça, il lui en sera toujours reconnaissant. Le marin a peu d'amis, il le sait mais cela ne le dérange pas. Les quelques personnes sur qui il peut compter lui suffisent et il est heureux de pouvoir compter le brun parmi ces gens-là. Le marin se met par la suite à résumer cette courte histoire qui lui avait donné l'envie de partir à l'aventure dès son plus jeune âge. Cependant, sa mémoire lui fait défaut mais c'est sans compter sur l'intervention de Near qui a l'air de mieux se souvenir du conte que son acolyte. Le blond hoche la tête vivement, comme si la réminiscence de son nom l'avait fait revenir en enfance.

- Tout à fait ! Ce maudit Jack, il me faisait tellement rire… à moins qu’ce soit la façon dont papé les racontait qui était drôle ?

Il ne sait plus vraiment mais dans tous les cas se remémorer cette histoire lui a redonné le sourire et une certaine vivacité, lui faisant presque oublié ce pourquoi ils sont dans cette grotte.

- Papé racontait des histoires de piraterie pour pas nous ennuyer. Comme si ses histoires de voyage auraient pu nous ennuyer.  S’endormir des histoires plein la tête, rien de mieux pour les rêves d’un gosse.

Aedan replonge une nouvelle fois dans ses pensées, se remémorant avec une certaine mélancolie cette joie et cet amusement qu'il avait à chaque fois que son grand-père réunissait les jeunes de la tribu. C'est comme ça que bon nombre d'amitiés se sont formées et que le marin à sut s'ouvrir un peu plus aux autres. Les histoires...c'était pour lui le meilleur moment de la journée, celui où il ne s'empêchait plus de rêver ni même de parler. Parfois il aimait s'inventer la suite ou même créer ses propres épopées qu'il montrait ensuite au patriarche qui s'en amusait très souvent. Aujourd'hui, c'est lui qui créer sa propre aventure qu'il racontera aux prochaines générations. C'est un moment qu'il apprécie peu importe la place qu'il y trouve, conteur ou suiveur. Near continua de parler, répondant à la question posée par le blond. Il est vrai que ces types d'histoires étaient toujours très appréciés par les jeunes, mélangeant à la fois suspens, peur et péripétie en tout genre. Aedan sourit en entendant cela. Il n'a jamais été très fan des monstres, préférant de loin les contes plus réalistes.

- Tu les aurais pas ici par hasard tes cartes ?

Jamais il ne partait sans au moins prendre une de ses cartes terrestre ou maritime. La plupart de celles qu'il avait en sa possession sont produites sur des écorces d'arbres où il y creuse, avec dextérité, les chemins, arbres et autres éléments qu'il peut croiser sur sa route. Il détient également quelque carte sur papier qu'il garde bien précieusement au sein de son repère. Cette petite crevasse près de la mer que seul lui et Alec connaissaient. Maintenant, il est le seul à s'y rendre, continuant d'entretenir ce rêve qu'ils avaient construit à deux. Ouvrant sa sacoche, il en sort un morceau d'écorce gravé qu'il tend à son voisin.

- J'étais en train d'la mettre à jour avant que cette chose ne tombe du ciel…et que tu m'tombes dans les bras.

Il lui sourit amusé. Pourraient-ils sortir de leur cachette sans danger ? Le ciel vient de retrouver sa couleur normal et les secousses n'ont plus recommencé. Sont-ils hors de danger ? Il en doute mais Aedan pense qu'ils pourront rejoindre la tribu sans trop de problèmes.

- Si tu veux tu regarderas ça plus en détail à la maison. Faut qu’on bouge! J'ai pas super envie de dormir ici... entouré de bestioles pas commodes.

D’un geste vif, le marin se met sur ses deux jambes et tant sa main vers Near. Sa jambe doit aller mieux maintenant, enfin c’est ce qu’il espère. Et dire qu’il va surement devoir le porter sur son dos, ce pataud de Calusa.

- Tu penses pouvoir marcher assez rapidement ?

Il veut que la réponse soit positive mais avec le brun, on n'est jamais sûr de rien. Inconsciemment, le navigateur se prépare à devoir porter l'estropier jusqu'au campement même si celui-ci risque d'affirmer que tout va bien. Ils verront bien ce qu'il en est au milieu du chemin retour…après tout, le rêveur peut s'avérer surprenant, très surprenant.

by exception

Modo - The Kids From Yesterday
avatar
25/05/2015 Emma, plum 1370 Colin Morgan Fly (Ali ♥), perséphone, whatliesbeneathshouldbeleft.tumblr gif, Konoba paroles principalement pêcheur mais aussi amateur de troc 40
Modo - The Kids From Yesterday


Sujet: Re: Everybody disappear, you're In it on your own (ft Aedan)
Mer 16 Aoû - 12:10




Cela faisait un moment maintenant que cet engin était tombé du ciel. Il ne savait pas trop ce qui était tombé mais avait eu la confirmation d’Aedan que quelque chose était effectivement tombé du ciel. Quoi ? Il n’avait pas trop envie d’aller voir de ci tôt ce qui l’avait fait tomber. Il préférait attendre d’aller mieux avant d’aller voir. Sa curiosité l’emporterait tôt ou tard même s’il préférait ne pas aller regarder de quoi il en retournait tout de suite. C’était cette prudence qui ne le caractérisait pas vraiment qui faisait surface de temps à autre, comme aujourd’hui. Peut-être que d’ici quelques mois il irait voir, peut-être aurait-il aussi complètement oublié l’incident malgré cette jambe en mauvais état. Il ne doutait pas qu’il puisse remarcher un jour mais sans doute aurai-il toujours un peu du mal à faire tout comme avant. Cela l’emmerdait c’était sur mais tant qu’il pouvait marcher c’était cool. C’était reparti pour un tour et bientôt, après cette pause forcée de quelques semaines, il reprendrait ses bonnes vieilles habitudes.

Ils avaient parlés des souvenirs de leur enfance. La mer était leur lieu d’habitation et les attirait dès le plus jeune âge même s’il n’avait jamais réellement été au-delà des plages Calusa. Il savait qu’il irait un jour sans véritablement se poser des objectifs. Décidément, ce n’était pas son genre. Un jour, à l’improviste, comme il avait l’habitude d’être, il embarquerait sur un de ces grands bateau du port et ferait un bout de route avec ou sans l’accord es personnes à bord. C’était ses habitudes aussi de réussir à se faire accepter un peu partout où il allait. « Ou le grand méchant loup d’mer. J’sais pas vraiment si les enfants m’apprécieront autant que toi tu m’apprécies. »

Near roula des yeux. « T’auras plein d’histoire à raconter et tu pourras leur raconter toutes les gaffes du fou du village. » Si Aedan était un méchant loup d’mer, lui serait le fou. Voilà un beau duo qu’ils formeraient pour la plus jeune génération, un modèle d’exemple à suivre où à ne pas suivre. « Au moins on pourra leur raconter qu’on était pas loin de cette chose quand elle s’est écrasée du ciel. » Et ça, il en était certain, c’était une histoire qui ferait envie à tous les gosses du coin peut-être bien plus que les histoires de piraterie du monde entier. C’était l’inconnu qu’ils ne connaitraient peut-être pas pour des mois à venir à ne pas oser venir dans les parages sans être certains de savoir ce que c’était. En attendant, ils pouvaient imaginer tout et n’importe quoi, de quoi intriguer, faire peur, parfois, tout dépendait du zigoto qui se trouvait en face de vous pour vous écouter.

Il aimait bien parler parce que cela l’empêchait de penser à la douleur qui commençait à se faire insistante mais supportable, bien plus lorsqu’il s’agissait de raconter tout et n’importe quoi, de s’interroger de la vie de son ami par delà les mers. Il ne savait pas tellement ce qu’il avait vu même s’il était certain qu’il aurait de quoi en raconter aux plus jeunes et qu’ils ne le prendraient pas pour un grand méchant loup de mer. ça,  c’était du grand n’importe quoi. « J'étais en train d'la mettre à jour avant que cette chose ne tombe du ciel…et que tu m'tombes dans les bras. »

« Si j’étais tombé dans tes bras j’aurais été chanceux. » Il prenait ce que disait l’autre au mot à mot, c’était encore une fois une façon de montrer leurs différences mais Near ne s’en formalisa pas pour autant. Oui, il était chanceux que cela ne fut pas quelqu’un d’autre qu’Aedan qui croisa sa route ce jour-là. Il opina de la tête au commentaire de rentrer, avec un peu d’aide, il en serait capable, du moins le pensait-il. Ce n’était pas une chute, même douloureuse, qui allait le clouer ici ou bien longtemps sans bouger chez les Calusa. Il s’en remettrait, il en avait vu d’autres et en verrait d’autres. « Ouais. Puis j’ai pas trop envie de rester trop près de ce truc tombé du ciel même si on s’en est éloigné. Tu m’aides ? » Ce n’était pas vraiment une question. S’il pouvait marcher, ils iraient encore plus vite à deux. « Puis tu me montreras tes cartes au diner. » Sa mère ne serait que trop ravie de le voir rentrer et heureuse d’avoir des nouvelles de ces marins Calusa qui partaient bien souvent bien au-delà du soleil couchant.
 

Everybody disappear, you're In it on your own (ft Aedan)

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Seo Jun Wan || I'm scared if I wake up, everything will disappear before my eyes
» emmett ♦ if I disappeared tomorrow, the universe wouldn't really notice
» Aedan
» Gallerie de Jack
» ♦ au bord du chemin [Aedan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: Zone de Flashback-