Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜{{ Even an end has a start {Marlene ♥}
maybe life should be about more than just surviving


avatar
06/12/2015 Lux Aeterna 29079 Sophia Bush Avengedinchains (vava) ; Oreste (image profil); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) ancienne militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. 58


Sujet: {{ Even an end has a start {Marlene ♥}
Lun 15 Aoû - 1:58

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

EVEN AN END HAS A START.
Murphy Cavendish & Marlene Rhodes
(14 août 2116)


« Rahhhh merdeuuhh » pestait Murphy sans fin. Ce projet d'arc lui en faisait voir de toutes les couleurs depuis l'hiver. Du projet qu'elle s'était dessiné dans sa tête, elle était passée à un projet qu'elle avait à la fois en commun avec Richard et Chris. Pourtant, c'était seul qu'elle abordait sa énième tentative de monter un arc. Les branchages de l'hiver s'étaient tous révélés trop humides, trop fragiles, et il avait fallu attendre les jours plus cléments pour trouver des bois plus secs, adaptés à la construction de cette arme qu'elle n'osait même plus espérer. Sa cordelette, elle l'avait trouvée à la décharge avec Chris, et ne s'en était pas séparée depuis. Le bois était son élément limitant, le matériau qu'elle testait à chaque fois sans grands résultats. Avec le temps, elle n'avait réussi qu'à acérer sa liste de conditions idéales pour le parfait candidat : le bois qu'elle choisirait devrait être flexible, long, solide et si possible incurvé. Les choix se limitaient donc malgré la saison plus propice à ses recherches. Lorsqu'elle ramenait un morceau de bois au campement, elle le faisait sans grande conviction. Elle savait que, dans tous les cas, elle l'aurait mal choisi : comme tous ses prédécesseurs, il allait rompre sous la flexion ou s'avérer immaniable. Et, en attendant, elle devait se contenter du peu d'armes qu'elle avait à sa disposition. Les situations les plus dangereuses auxquelles elle avait eu à faire n'était jamais allées sans un pointe de désarroi liée à ses piteux poignards ou autres projectiles. Depuis que l'été était arrivé, elle ne pouvait plus compter sur les poches de ses vêtements pour accueillir ses morceaux métalliques. Elle avait du se créer une sacoche de fortune qui pendait à sa taille, mais plus le temps passait, plus elle ressentait le besoin d'accompagner ses projectiles de réels moyens d'atteindre leur cible. Elle n'avait jamais trop mal visé, mais elle le savait, dans ces conditions inhospitalières, il fallait qu'elle se perfectionne à chaque moment. Elle ne perdait pas de vue cet objectif qui lui paraissait pourtant inatteignable : devenir archère. La disparition de Faust l'avait sans aucun doute éloignée de ces aspirations, mais quoiqu'elle fasse ou quel que soit son état d'esprit, elle finissait toujours par  y revenir. Cet arc, coûte que coûte, elle finirait par se le construire. Elle serait archère.

Sa branche venait de craquer dans un bruit sourd et non sans un cri de rage. « Saloperie de putain de connerie de merde !! » C'était loin d'être la première fois que l'une de ses trouvailles rompait sous les efforts qu'elle leur demandait. Était-ce seulement possible de fabriquer un arc sur cette Terre ? Enragée, elle jeta le morceau de bois de toute sa force et attrapa le prétendant suivant, qu'elle avait récupéré la veille. C'était sa dernière chance avant de retourner dans les bois en quête et de Faust, et de la branche parfaite pour construire son arc. Elle porta son dernier espoir de la journée devant son regard et se surprit à lui souffler quelques mots d'encouragement. Étrangement, pourtant, elle ne croyait plus au miracle. Peut-être qu'elle reconnaîtrait tout de suite la branche parfaite lorsqu'elle la trouverait; jusque-là, chacune d'entre elle n'avait engendré que de brefs « bof, pourquoi pas » qui l'avait menée à des dizaines de tentatives. Elle n'avait pas le courage de creuser les extrémités dans le vent, et commença par en tester la flexibilité, ou, déjà, par confirmer les espoirs qu'elle avait eus en forêt. Le bois était lisse, ne comprenait pas de nœuds, mais, et elle le savait maintenant, c'était loin d'être suffisant. Elle le fit tourner entre ses doigts, puis déplia sa jambe pour en tester la souplesse contre son genou, les deux mains accrochées fermement de chaque côté du morceau de bois. La chaleur la faisait souffrir, mais elle avait appris à l'ignorer. Peut-être s'était-elle adaptée sans même s'en rendre compte, ou peut-être avait-elle réussi à suffisamment se consacrer à son activité pour oublier tous les parasites environnementaux. Elle avait réussi à s'abriter sous l'un des rares arbres du campement, alors que beaucoup de ses collègues rescapés avaient quitté les lieux pour s'abriter sous la densité de la forêt ou dans l'eau rafraîchissante de la rivière. Murphy, de son côté, évitait la rivière depuis que Chris et elle avaient failli y laisser la vie. Ici, à l'ombre, dans ce campement semi-désert, tout allait bien. A part ces putains de morceaux de bois fragiles.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: {{ Even an end has a start {Marlene ♥}
Mer 28 Sep - 0:21



EVEN AN END HAS A START.
Murphy Cavendish & Marlene Rhodes
(14 août 2116)


La vie était bien différente sur terre. C’était un fait si évident qu’il était devenu ridicule d’en faire la remarque mais, au fond c’était une vérité tellement immense. Rien n’était pareil. La brise qu’on sentait parfois venir chatouiller nos joues n’avait rien à voir avec l’air conditionné de la station, tout comme le goût des légumes, l’odeur de l’air ou bien en ce moment, la chaleur. Dieu que c’était lourd. Il fallait se réhabituer à vivre sur terre, apprendre à évoluer d’une manière différente de celle qu’ils avaient toujours fait et qui pourtant était celle qu’ils étaient destinés à vivre s’ils n’avaient pas détruit leur planète des siècles auparavant. Marlene avait toujours été de ceux qui avaient rêvé de redescendre, de retrouver leur place naturelle dans l’échelle du monde ; et elle en avait d’ailleurs fait des sacrifices énormes qui lui coutèrent bien plus que de pauvres remords. Mais aujourd’hui elle était là, face à l’immensité de la nature dominante, entourée d’un peuple qui peinait à retrouver sa place.

Mais ce qui n’avait rien à voir avec l’espace aussi, c’était le pouvoir. Le conseil battait de l’aile plus qu’il ne l’avait jamais fait, et alors qu’elle en faisait partie, se rendait compte de la puanteur qu’il commençait à dégager. Il y avait eu l'incident avec les 100, dans un premier temps. Ou bien devrait-elle dire LES incidents avec les 100. Elle était en plein coeur des conflits, les observaient et en était l'une des arbitres sans pour autant y prendre part. Quand elle prenait une décision au conseil, cela faisait depuis un peu trop longtemps que ce n'était qu'a contre cœur.

Ce fut le frisson violent qui lui mordit l’échine qui la réveilla soudainement de sa sieste. Une sieste dont elle avait sans aucun doute vraiment besoin mais qu’elle se refusait à envisager. Elle s'était endormie pitoyablement sur son bureau, après avoir passé l'entière veille et nuit à rédiger des inventaires et des archives.  Trop de choses à faire au camp, pas le temps de trainer. Elle ne pouvait pas se le permettre, pas elle. Aussitôt debout sur ses pieds, l’abeille ouvrière qu’elle était se mit en tête de sortir de son trou pour se réveiller un peu et exécuter plutôt des taches manuelles que de rester assise sur une chaise. Au moins elle ne s’endormirait pas debout. N’est-ce-pas ? Elle traversa tout un couloir ainsi que le camp pour se rendre à la rivière armée de deux seaux d’eau. Et bien évidemment, l’idée de les ramener au camp avait paru bien plus simple quand ils étaient encore vide.

Avançant à petits pas lents, la Rebelle tirait sur ses bras tendus du mieux qu’elle pouvait. Elle refusa l’aide d’une ou deux personnes qui se proposèrent de l’aider. Finalement résolue à prendre une pause, elle battit en retraite du soleil vicelard et alla s’abriter sous un des grands arbres du campement, à mi-chemin de sa destination finale. Péniblement elle s’avança jusqu’au tronc mais, malheureusement une racine eut raison d’elle et la fit trébucher suffisamment pour qu’elle laisse s’échapper un des deux seaux qui se déversa sur le sol. Jurant intérieurement, elle se pinça l’arrête du nez et garda un calme étrangement trop calme pour quelqu’un qui manquait autant de sommeil. Mais après tout c’était Marlene. Qui l’avait déjà vue s’énerver ? Personne, absolument personne. Et elle en mettrait sa main à couper.

Elle laissa glisser son dos contre l’écorce de la grosse plante puis poussa un grand soupir de soulagement. Seulement quelques minutes et elle repartirait. De toute façon, elle paraissait être seule. Elle ne serait pas ralentie ou tentée d’aller sympathiser ! Ce fut parler trop vite. Comme si il répondit au sien, elle entendit un grand soupir de l’autre côté de l’arbre. Sa tentative de pencher la tête sur le côté pour voir fut un échec, alors l’âme d’enfant avenante en elle se redressa sur ses jambes fatiguées et elle alla voir qui se trouvait là, prête à démarrer une conversation. Quand elle reconnut la jeune Cavendish, son cœur paru se resserrer dans un étau comme une boule de papier qu’on chiffonnait dans ses mains encore et encore. « Oh, excuse-moi Murphy ! » déballa-t-elle rapidement. « Je ne voulais pas te déranger, je vais y aller je dois rapporter de l’eau au camp de toute façon ! » Elle sourit, comme toujours, pour masquer son malaise. Chaque fois qu'elle posait les yeux sur elle elle ne pouvait s'empêcher de voir le visage froid et terni d'Ofelia, qui la bannissait définitivement de sa vie après le malentendu qui avait causé une mort. Et quand bien même sa fille s'était rapprochée d'elle en la recrutant pour la rébellion, la lourdeur du secret était d'avantage importante. C’est avec une crédibilité aussi puissante que l’étaient ses cernes, qu’elle se retourna pour aller chercher son sceau rempli d’une eau qui avait déjà commencé a chauffer.

avatar
06/12/2015 Lux Aeterna 29079 Sophia Bush Avengedinchains (vava) ; Oreste (image profil); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) ancienne militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. 58


Sujet: Re: {{ Even an end has a start {Marlene ♥}
Dim 2 Oct - 2:53

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

EVEN AN END HAS A START.
Murphy Cavendish & Marlene Rhodes
(14 août 2116)


Le calme avait envahi le campement depuis le début de l'été. Comme Murphy l'avait fait avec Chris lorsque le tremblement de terre avait eu lieu, beaucoup préféraient retrouver la fraîcheur des hauts arbres de la forêt ou de la rivière. Les terrains ombragés sur le camp se faisaient trop rare; il fallait aller à ses limites, près de la lisière de la forêt, pour ne serait-ce qu'espérer trouver un havre de fraîcheur. Les températures étaient insoutenables pour bon nombre d'entre eux, peu habitués à des conditions qui n'avaient pas été ajustées à leurs besoins et aux limites de ce que pouvait supporter leur organisme. Le froid de l'hiver avait sélectionné les plus faibles d'entre eux, mais Murphy trouvait à ces chaleurs accablantes quelque chose de particulièrement anxiogène et inhumain. Elle se demandait comment des Hommes avaient pu les vivre pendant des siècles. Son corps entier semblait inapte à les endurer. Elle rêvait de fraîcheur constamment, de bains d'eau fraîche et en venait même à regretter les épaisses couches de neige qui les avaient ralentis dans leurs expéditions des mois durant. Elle s'était même surprise à de nombreuses reprises à s'imaginer nue pour mieux supporter cette moiteur étouffante, et ce n'était pas une pudeur quelconque qui l'avait retenue et convaincue de ne pas tenter ce genre de folies, mais la férocité des rayons brûlants qui avaient déjà et à de trop nombreuses reprises roussi sa peau pâle. L'arbre sous lequel elle se trouvait était l'un des seuls qui l'avaient convaincue de rester au campement, et puis, quelque part, le campement avait toujours cet avantage d'être le seul terrain au sein duquel ils étaient à peu près en sécurité -ou tout était mis en oeuvre pour qu'ils le soient, en tout cas. Elle avait plus important à faire à cet instant précis qu'à veiller à la tranquillité de l'endroit où elle se trouvait.

Cette histoire d'arc, pourtant, ne semblait toujours pas arriver près d'un terme. Cela faisait des mois qu'elle bataillait pour trouver le bon bois, la bonne branche et la bonne manière de faire. Elle avait promis à Richard et à Chris qu'elle ferait au mieux pour chacun d'eux, mais elle commençait à se dire qu'il lui faudrait peut-être de l'aide. Elle avait récupéré de la cordelette pendant l'hiver, à la décharge, mais c'était là la seule avancée qu'elle semblait avoir été capable de faire jusque-là. Le bois d'hiver avait été trop humide, et les recherches bien trop complexes. Le printemps avait alors pointé le bout de son nez avec l'espoir de récupérer des bois adaptés à la construction d'un arc, mais chacun de ses rares tentatives semblait condamnée à se solder par un échec cuisant. Elle en avait marre de promener des morceaux de bois pour les briser en tentant d'en faire quelque chose. Elle en avait marre de passer des heures à tester la solidité de bois auxquels elle ne connaissait rien. La seule chose qui continuait de la motiver était la ferme conviction qu'elle serait une meilleure archère que combattante au corps à corps. Ses deux piteux poignards avaient été obsolètes dès qu'ils avaient foulé le sol de cette Terre aux milles dangers, et elle avait besoin de plus que deux lames pour être optimale si un combat se présentait à elle. Elle en avait fait l'expérience avec Skylar, lorsqu'ils s'étaient retrouvés pris au piège face à plusieurs bêtes aux dents acérées, et elle était suffisamment convaincue pour ne plus avoir à prendre le risque de perdre la vie parce qu'elle n'était pas suffisamment armée.

« Oh, excuse-moi Murphy ! » fut-elle interrompue dans sa suite de jurons. « Marlene ! » Sa constatation s'était faite avec un sourire soulagé. Quelqu'un l'avait tirée de son agacement sans fin, et ce quelqu'un n'était pas n'importe qui. « Je ne voulais pas te déranger, je vais y aller je dois rapporter de l’eau au camp de toute façon ! » La brune arqua un sourcil interrogateur et chercha du regard l'eau qu'elle disait ramener au campement. Elle se retourna et ne vit rien, regarda à nouveau la grande femme qui se tenait face à elle. « Qu'est-ce que tu racontes, le temps que t'en ramènes, elle se sera évaporée... » Elle lâcha le bois qu'elle avait dans les mains et roula sur sa cuisse pour regarder où Marlene allait chercher cette eau dont elle parlait tant. « Oh putain, tu bluffes pas, t'as de l'eau » s'émerveilla-t-elle avant de se redresser pour faire face à l'objet de tous ses désirs. De l'eau. De l'eau fraîche, tout juste sortie de sa rivière en furie. « Excuse-moi, je... » Elle s'agenouilla près du sceau encore rempli, attrapa de ses deux mains le plus d'eau possible et s'en aspergea le visage. Son soupir de soulagement était presque orgasmique, mais elle rouvrit aussitôt les yeux pour justifier son geste. « Au moins, on peut plus dire que je transpire... » Avec un sourire mutin, elle se laissa retomber contre le tronc épais de l'arbre. « Tu vas quand même pas repartir ? Toi, moi... et de l'eau encore à peu près fraîche... » Elle tenta d'attraper le bras de Marlene, qui était restée debout devant elle, et lui offrit sa moue la plus enfantine. « Reste avec moi... j'arrive pas à faire mon arc... » Et, comme argument ultime, elle lui lança : « si tu refuses, je mets ma tête dans ton sceau. Personne osera boire ma transpiration. » Son regard, posé sur le-dit sceau, se porta sur le second, majoritairement vide. « C'est tout ce que t'as bu en chemin ? »

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: {{ Even an end has a start {Marlene ♥}
Mer 14 Déc - 21:19



EVEN AN END HAS A START.
Murphy Cavendish & Marlene Rhodes
(14 août 2116)


Grillée. Maintenant que Murphy l’avait vue, elle ne pourrait plus repartir et elle le savait. La jeune demoiselle pleine de vie et d’énergie -même assommée par la chaleur- l’interpella à son tour. A croire que l’idée d’avoir un seau d’eau avec soi était irréel. Pourtant, il lui en restait bien un et elle comptait bien le ramener au camp ! Du moins, c’était avant que la petite militaire réalise qu’il ne s’agissait pas d’un mirage et s’en aspergea. Comme un chat qui tomberait dans les filets remplis d’un pêcheur, son visage s’émerveilla et l’archiviste étira un sourire amusé sur ses joues. « Non… Je dois y aller pour… » Sa maigre tentative de se dérober mourut aussi rapidement qu’elle était arrivée face aux supplications de son amie. La conseillère ne savait toujours pas comment gérer son attitude face à elle. Cependant, on pouvait dire que de gros efforts avaient été faits depuis leur descente sur terre. Avec la Rébellion qui entrait dans l’équation, elle avait dû apprendre à la regarder dans les yeux puis à formuler d’autres phrases que de simples ordres militaires. Puis de fil en aiguille elle avait commencé à devenir son amie, en quelques sortes, même si les situations de gênes se manifestaient encore. Après tout, c’était dans une situation vraiment particulière qu’elle était impliquée. Elle était bonne pour oublier, pas pour garder des secrets face aux personnifications de son passé. Et le fait d’enfouir cela dans un coin de sa tête alors que la réalité se confrontait tous les jours à ses actes, ça la rongeait chaque jour un peu plus de l’intérieur. Fais un effort, Marlene.

Elle soupira dans un rictus, abandonnant tout espoir de rejoindre le camp dans la prochaine heure. « Je crois que c’est trop tard, pour l’hygiène de l’eau ! » ironisa-t-elle les bras croisés en regardant le visage trempé de la brune. « … Bon, d’accord… Je reste, mais pas longtemps j’ai beaucoup de choses à faire aux archives ! » Elle porta le seau jusqu’à l’arbre et s’assit de nouveau contre son tronc, cette fois-ci du même côté que l’assoiffée. « Apparemment, mes bras ne sont pas assez fort ! » Est-ce que cela devait être étonnant venant d’une quarantenaire qui n’avait jamais quitté sa salle de savoir et ses livres ? On en doutait.

Il fallait l’admettre, s’asseoir contre le tronc et se prendre du temps pour ne rien faire eu le même effet que poser ses jambes sur un nuage de guimauve. Elle était capable de s’endormir de nouveau. Un regard en biais vers la source de fraicheur, un mordillement de lèvres coupable et un geste vif. Il ne lui fallut pas plus qu’un énième coup de chaud pour se précipiter vers l’eau et se rafraichir sans regrets. Tant pis, elle retournerait en chercher tout à l’heure. « Cette chaleur, c’est infernal. Je regretterais presque l’air climatisé de l’Arche. » Évidemment c’était une plaisanterie, pour rien au monde elle ne regretterait une quelconque affaire qui lui venait du confort empoisonné de l’espace. C’était cette vision un peu extrémiste des choses qui l’avait poussé à se joindre aux rebelles lorsqu’elle avait finalement compris que le mouvement était à sa portée. Si elle haïssait jusqu’à même l’air climatisé, croyez-vous qu’elle porte le système politique dans son cœur ?

Elle ne savait pas quoi lui dire. Elle qui d’ordinaire était si avenante avec tout le monde, elle était gênée comme une enfant en sa présence. Elle espérait que cela ne paraissait pas trop étrange tout de même, en s’efforçant de trouver de quoi bâtir une conversation plutôt correcte. « Qu’est-ce-que tu essayais de faire avec cette pauvre branche ? » Le bâton qu’elle tenait un peu plus tôt dans ses mains semblait hurler à l’aide pour ne pas se faire courber ou malmener par la femme trop peu délicate qu’était la fille de Tom. Casse-cou, comme son père. Elle aurait très bien pû lui parler du campement, d’affaires politiques ou bien même de leur mouvement commun. Cependant, elle n’était pas convaincue que c’était de cette manière qu’elle arriverait à se bâtir des liens. Un effort. Allez. « Alors, comment vont tes affaires ? » Bravo, on applaudit la mère poule de la navette. Quel discours, quelle diplomatie, quelle originalité ! Mais elle devait apprendre à passer au-dessus des souvenirs sans rien laisser s’échapper.


avatar
06/12/2015 Lux Aeterna 29079 Sophia Bush Avengedinchains (vava) ; Oreste (image profil); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) ancienne militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. 58


Sujet: Re: {{ Even an end has a start {Marlene ♥}
Ven 16 Déc - 0:04

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

EVEN AN END HAS A START.
Murphy Cavendish & Marlene Rhodes
(14 août 2116)


Murphy n'avait jamais été la définition même du calme et de la patience. Elle aimait la vivacité, elle aimait agir, être efficace. Que quelque chose d'aussi dérisoire que se construire une arme digne de ce nom puisse lui prendre autant de temps la mettait hors d'elle, et sa patience était mise à rude épreuve à chaque fois qu'elle revenait à la charge et de plus en plus rapidement. La chaleur accablante de ce mois d'août n'y était pas pour rien non plus. Le moindre de ses gestes lui coûtait comme jamais. Elle regrettait l'hiver et ses mouvements limités par les épaisses couches de vêtements et de neige. Dans l'enfer estival, il lui semblait que le moindre geste la faisait transpirer comme cent pompes, et si tenter une énième fois de se construire un arc lui avait paru l'activité la plus raisonnable sur l'instant, elle réalisait à présent dans quelle galère elle s'était fourrée. Les travaux du genre n'avaient jamais été son fort, et elle était encore tout à fait novice lorsqu'il s'agissait de tirer le meilleur de cette nature austère. Les branches qu'elle trouvait ne seraient jamais ses alliées, et elle n'aurait probablement jamais son propre arc. Dommage, penserait-elle bien si son esprit n'était pas assailli par les putain de bordel de merde et autres vulgarités.

Marlene avait mis subitement fin au flot d'insultes qui s'imposait à elle, et Murphy avait presque aussitôt retrouvé le sourire. Elle ne comptait pas la laisser partir de si tôt. Elle n'était pas de garde ou de patrouille, et elle voulait profiter de ces quelques heures pour enfin recharger un peu ses batteries, batteries qui fondaient à vitesse grand v sous les rayons d'un soleil intransigeant. « Je crois que c’est trop tard, pour l’hygiène de l’eau ! » Murphy sourit comme un enfant pris en flagrant délit de bêtise. « Je marque mon territoire », essaya-t-elle de se justifier alors que Marlene abdiquait. Ses arguments avaient atteint leur cible avec une certaine efficacité, ce qui n'était pas sans déplaire à la patrouilleuse. « … Bon, d’accord… Je reste, mais pas longtemps j’ai beaucoup de choses à faire aux archives ! » Enthousiaste, Murphy sautilla sur place, excitée à l'idée de passer un peu de temps avec Marlene. Leur relation était étrange, inattendue, mais pas réellement soudaine. La rébellion unissait sur bien des aspects. Quiconque y appartenait était lié aux autres par le devoir du secret et de la protection, mais quelque chose de plus rendait leur relation particulière : c'était Murphy qui avait approché Marlene pour la recruter, et ce genre de choses semblait créer un lien particulier entre les deux jeunes femmes. « Ce que t'as à faire là-bas sera jamais aussi intéressant que passer du temps avec moi » feignit-elle de s'offusquer. Les mains posées sur les hanches, la brune regarda son alliée rebelle récupérer le second seau, majoritairement vide, pour le rapprocher de l'arbre et s'adosser à ce dernier. « Faudrait qu'on fasse un truc plus ingénieux, un système de canaux ou quelque chose. C'est ridicule de s'épuiser à apporter de l'eau jusqu'ici. » Elle vérifia d'un coup d'oeil qu'elles étaient bien seule et s'assit à côté de Marlene pour continuer sur le ton de la confidence. « T'imagines, si on trouvait un coin parfait, près d'une source d'eau fraîche ? » Elle sourit dans un soupir, rêveuse, le regard perdu dans la vague. « On aurait pas besoin de quitter le campement pour se laver et se baigner... t'imagines ? Le pied ! » Peut-être un jour ? Peut-être finiraient-ils par trouver l'emplacement parfait, peut-être qu'un jour Marlene n'aurait plus besoin de s'esquinter sous une chaleur pareille à aller chercher de quoi rafraîchir les troupes au sein du campement. Leur ignorance de la vie Terrienne les handicapait tous les jours, même aujourd'hui, même maintenant qu'ils prenaient doucement conscience de ce qui pourrait faire leur force et de ce qui faisait leur faiblesse. Il était temps que les choses changent. Les rangs de la rébellion gonflaient doucement, et Murphy se félicitait intérieurement d'avoir réussi à convaincre une membre du Conseil de les rejoindre dans leur combat. Elle n'avait pas eu à argumenter longtemps face à Marlene, mais elle aimait penser que sa démarche avait au moins fini de la convaincre.

Murphy fut sortie de ses rêveries par le geste brusque de son amie qui succombait à son tour à l'appel de la fraîcheur. Elle gloussa, amusée à l'idée d'avoir eu la même allure hâtive quelques minutes plus tôt. Ils n'avaient jamais autant ressenti la chaleur que depuis un mois, et nul doute qu'ils en souffraient comme jamais ils n'avaient souffert des températures dans leur capsule orbitale. « Cette chaleur, c’est infernal. Je regretterais presque l’air climatisé de l’Arche. » Murphy soupira, nostalgique de la climatisation, en fermant brièvement les yeux, la tête reposée contre le tronc de l'arbre. L'Odyssée était au bord de l'implosion depuis quelques temps déjà lorsque les autorités avaient décidé d'amorcer la descente qui les avait conduits ici, mais elle ne pouvait nier que cette vie là-haut lui manquait sur bien des aspects. Les choses étaient mille fois plus simples, là-haut. Là-haut, elle avait encore sa mère et Faust, et elle savait ce qu'être lieutenant de la garde signifiait, même si elle avait bien des choses à dire à ce sujet. Elle ne connaissait pas la chance qu'elle avait à l'époque d'être protégée des caprices météorologiques. « Je la regrette carrément, moi... » Elle attrapa le col de son débardeur pour le décoller de sa poitrine, l'agiter et aérer sa peau moite. « Du coup je sais plus si c'est de la transpi ou de la flotte... » lâcha-t-elle d'un air dégoûté en essuyant son cou de sa main droite.

Un silence s'installa entre les deux femmes, mais il ne dérangea pas une seule seconde Murphy. Elle se savait en bonne compagnie. Elle laissa tomber ses jambes devant elle pour les allonger et aérer l'arrière de ses genoux. « Qu’est-ce-que tu essayais de faire avec cette pauvre branche ? » demanda Marlene, réveillant quelque peu la patrouilleuse, qui se laissait assoupir par la chaleur et malgré elle. « Oh heu... un arc. On essaie désespérément depuis des mois avec Richard. Je crois qu'on y arrivera jamais. Ma meilleure arme ça finira par être mon sourire, à ce rythme. Mes poignards me servent pas à grand chose, c'est ridicule. » Elle haussa les épaules. Il lui semblait qu'il y avait tant de choses à changer dans ce campement, et leurs armes en faisaient malheureusement partie. Malgré leurs efforts, ils ne faisaient pas le poids lorsqu'il se retrouvaient face aux dangers extérieurs. « Alors, comment vont tes affaires ? » La question la surprit et elle maqua à peine sa réaction, se tournant vers Marlene, un sourcil arqué. Elle était amusée par les questions de l'archiviste, elle qui ne réfléchissait jamais plus d'une seconde avant de prendre la parole. « Heu... bien... je crois ? Je sais pas trop. Je suis censée répondre quoi ? C'est le bordel, ici. Et puis il fait chaud et j'arrive plus à distinguer ma transpiration de la flotte que j'ai utilisée pour me rafraîchir. Je crois que j'ai fusionné avec mes fringues. Et toi ? » demanda-t-elle à son tour, taquine. « Il fait bon, aux archives, au moins ? Toi qui voulais t'y précipiter ? »

Admin - Tears of the phoenix
avatar
12/10/2014 Brimbelle 45995 Jessica Chastain Lux Aeterna Médecin / Herboriste 127
Admin - Tears of the phoenix


Sujet: Re: {{ Even an end has a start {Marlene ♥}
Lun 3 Avr - 22:09

Ce rp est archivé pour n'avoir pas reçu de réponse depuis trois mois ou plus. Si vous souhaitez néanmoins le continuer, merci de mp un membre du staff pour le remettre à sa place (précisez la catégorie)

Admin - Tears of the phoenix
avatar
12/10/2014 Brimbelle 45995 Jessica Chastain Lux Aeterna Médecin / Herboriste 127
Admin - Tears of the phoenix


Sujet: Re: {{ Even an end has a start {Marlene ♥}
Dim 2 Juil - 20:53

Ce rp est archivé pour n'avoir pas eu de réponse depuis plus trois mois. Si vous souhaitez néanmoins le continuer, merci de contacter un membre du staff pour le remettre en jeu
 

{{ Even an end has a start {Marlene ♥}

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» start again, le 26/01/2012 à 1h05
» Are you ready boots ? Start walkin' ! [D8]
» ✣ take me back to the start (meltala)
» Just to start shit [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-