Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜I got Spirits in my head and they won't go
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : Précédent  1, 2

avatar
28/07/2015 I 2421 Chris Brown ( model )/Cristopher Mason Thaïs/Oreste & Lux Aeterna Verrier & Parfumeur 15
« Entre le † Ciel † et l' ☿ Enfer ☿ »


Sujet: Re: I got Spirits in my head and they won't go
Dim 31 Déc - 11:23


Arméthyse & Hyacinthe

Marin, pirate, Corsaire, quel que soit le terme, le calusa n'aspirait plus à le devenir bien qu'il vit le jour sur le bord d'une plage. Il considérait la mer comme son unique peau, sans elle, la possibilité de s'épanouir se serait effrité comme neige au soleil. Il ne devenait lui-même que dans la proximité de l'océan bien qu'il n'eut jamais avancé que ce fut un rêve d'enfance. Hyacinthe reconnaissait pourtant bien la lueur d'envie qui s'allumait dans le regard de la garde, et il ne pouvait que la comprendre et la partager. Cependant le blond se découvrait intrigué par le désir profond qui transparaissait dans la jeune femme, car il supposait qu'on s'attachait à tout jamais au lieu de sa naissance malgré les circonstances. Et que le quitter ne pouvait résulter que d'une certaine forme d'exil.

Et pourquoi une telle personne qui paraissait apprécier sa cité eut désiré s'exiler ? Le verrier possédait certaines idées à ce sujet de faits, actes, paroles lui déplaisant et ne le disposant pas particulièrement revenir sur les lieux. A moins que le besoin de cette fleur rare se révéla impératif, il n'imaginait pas repasser par ici très souvent. Mais elle, Arméthyse, elle donnait cette impression fugace de coller parfaitement au paysage.  Illusion factice offerte par la demoiselle pour ne pas attirer les regards probablement trop scrutateurs de ce qui représentait l'autorité ici-bas.


« Quels quels quels problèmes pourrais-tu m'amener ? » Interrogea le jeune homme pas réellement inquiet, car s'il connaissait l'existence des Rahjaks avant d'entreprendre ce long voyage qu'il effectuait, il en échouait rarement prêt de l'Océan. Oui il se souvenait bien de Noah trouvant refuge chez lui quelques mois mais aucun espion ne traîna jamais dans les environs, déjà eut-il fallu qu'il explora le village Calusa. Et pour sûr, le blond ne doutait pas que sa tribu ne rendit pas cet exploit très facile. Lui-même se cachait derrière des dunes bien loin des lieux de résidence de sa peuplade ou peu d'êtres se risquaient « Tu sais je suis un peu comme un banni chez moi, si tu as peur qu'on te poursuive j'habite un lieu peu fréquenté et je n'y ai jamais vu qu'un seul des tiens, ils n'aiment pas tellement l'eau j'ai l'impression » Ou alors les hommes du désert ne possédaient pas un cerveau assez fertile pour les convaincre d'aller chercher des fuyards justement là ou ils ne désiraient pas aller. Enfin tant mieux pour ceux qui échappaient aux mailles du filet. Après ne pas avoir le droit de circuler ou l'on voulait quand on en s'en découvrait l'envie ressemblait quand même beaucoup à un prison dorée. Rien de surprenant que plusieurs s'envolent tels des oiseaux épris de liberté avant qu'on leur coupa définitivement les ailes. Comment apprécier la vie face à une telle perspective ?

Ses doigts voletèrent au-dessus de la table en pianotant doucement, construisant une mélodie un peu nostalgique alors que le blond renvoyait dans un geste un peu sauvage sa chevelure vers l'arrière « Oui, je suppose qu'ici n'est pas le meilleur endroit pour faire une telle confession » Avouer qu'on accueillait des êtres que les Rahjaks considéraient comme criminels restait un peu délicat.  Bien qu'il fussent aussi doux que Noah dont le souvenir suave ne s'effaçait pas au-delà des années, dépassait son entendement. Une preuve de plus qu'il eut du s'abstenir de faire étape à la cité de feu avant de retourner chez lui « On va faire comme si je n'avais rien rien rien dit  » Proposa-t-il en observant les gens qui s'agitaient autour d'eux en évoquant la visite d'une délégation de Naoris « Dis donc on dirait qu'il se passe pas mal de choses par chez vous, d'ailleurs à part toi j'avais été violemment bousculé un peu plus tôt. Vous avez des festivités particulières aujourd'hui ? » S'enquit le blond curieux du brouhaha que l'extérieur leur renvoyait, alors qu'ils le quittaient de peu pour se désaltérer dans cette auberge et que rien ne sembla avertir qu'un événement particulier fut attendu avec liesse. Mais sa distraction fut de courte de durée quand la garde le ramena vers le jardin auquel il prodiguait beaucoup de soin et une attention particulière. En dehors des plantes, des fleurs, des herbes spéciales, Hyacinthe possédait un petit quartier de légumes appétissants.

Il fronça le nez de manière plutôt comique, légèrement vexé de son association de son odeur corporelle avec le fumet d'un poireau « Tu veux veux dire que je pu ?  » Ulcéré son regard vert envoyait des éclairs qu'il neutralisait afin qu'ils ne tétanisent pas la jeune femme par la violence qui dormait en eux « J'ai beaucoup marché dans le désert sous une chaleur à laquelle je ne suis pas encore habitué. Alors j'ai beaucoup transpiré et comme je n'ai pas encore trouvé les bains publics, ça doit être probablement ça qui dérange ton nez !  » Hyacinthe lui jurerait ensuite que dès qu'il pénétrerait dans sa cabane il se plongerait dans une eau fraîche afin de purifier ce corps de plusieurs jours d'exposition au soleil. Mais pour le moment on discutait potager, et ses velléités un peu rageuse s'apaisèrent rapidement devant ce qu'il interprétait comme un affront « Oui je vis un peu en autarcie alors je dois survenir à mes besoins. Je suis mauvais chasseur sur terre mais je compense par la pêche. Je cultive le plus de légumes possible, c'est important pour la variété et aussi du blé, si tu veux t'installer il faudra que je t'apprenne cela aussi » Cette fois dans sa voix on entendait qu'il ne tergiverserait avec ce côté de l'installation de la garde. Apprendre à ne compter que sur soi restait la règle première et essentielle de la vie en solitaire !

Evidemment elle agirait à sa tête, le jour ou cette mince possibilité, peu probable, ou elle se présenterait à sa porte, le calusa lui offrirait son savoir. Après elle jugerait bien par elle-même et comme tout nouveau exilé apprendrait selon ses expériences ce qui lui conviendrait le mieux. En attendant ils bavardaient au coin d'une taverne de tout et de rien mais surtout de la cité labyrinthique qu'il parcourait depuis ce matin « Ca ressemble un peu à un nid d'abeilles, un gros bourdon maladroit comme moi s'y égare facilement » Et bizarrement Hyacinthe se laissait envahir par l'impression que elle non plus ne se pensait pas à sa place ici. Elle se confia un peu, ce petit bout d'histoire l'impressionna, alors son visage se teinta légèrement de respect « tu as l'air d'avoir accompli un sacré chemin, moi j'ai construit ma cabane, si un jour tu viens me rendre visite je crois que tu la trouveras bien modeste. Mais j'ai à nouveau besoin de cueillir ma fleur rare je me remémorerais avec avec avec plaisir de ta proposition » Bien qu'il ne fut pas un grand buveur car il n'en rencontrait pas souvent l'occasion cette fois il décida de ne pas se faire prier et plongea ses lèvres dans la mousse « A ta santé à toi Garde Royale !  »


Bon Réveillon et Bonne Année:
 

avatar
21/04/2016 Arméthyse 741 Dichen Lachman Pivette (ava) Libella (signa) Garde royale - stratégie et combat 0
✣ Chaos is a ladder


Sujet: Re: I got Spirits in my head and they won't go
Ven 19 Jan - 23:38




♦️ I got Spirits in my head and they won't go ♦️

Hyacinthe Ҩ Arméthyse
« Conscience is no more than the dead speaking to us.» Jim Caroll.











A la place du Calusa, n'importe qui d'autre se serait également questionner sur les problèmes dont elle parlait. Effectivement, elle pouvait aider autant qu'elle pouvait apporter du malheur. Elle se souvenait avoir aider un voyageur Athna une fois, elle avait agis frontalement pour ne pas qu'il se fasse plumer tout son argent pour acheter une poignée d'oiseaux. Mais il est vrai qu'avec le recul, le vendeur aurait pu être davantage cruel avec ledit voyageur. Mais enfin, tout c'était passé cette fois-là, et aujourd'hui également apparemment. Même si quelques regard mauvais étaient jetés vers leurs tables par moment. Gardienne royale apportait parfois des avantages, mais le fait d'être une esclave affranchie était toujours un frein à tout le reste. « L'histoire est bien longue et pas si importante. Laissons ça de côté, tu veux ? Je préfère t'écouter toi. » Le sourire aux lèvres, elle préférait être franche. N'aimant bien peu parler d'elle, elle préférait nettement entendre la vie des autres et mettre son grain de sel -toujours de façon positive- afin d'améliorer la vie des autres, avant celle de la sienne. Toute ouïe, elle l'écoutait avec toute l'attention du monde lorsqu'il lui expliquait sa situation. Banni ? Elle n'imaginait pas réellement cela possible. Mais elle avait pourtant conscience que les cultures et coutumes étaient bien différentes ailleurs, hors des murs de la cité. Cependant, les mots de Hyacinthe était rassurant. Les Rahjaks n'y allaient que peu. Elle allait noter cela quelque part dans un coin de sa caboche parce que cette révélation était précieuse. « La peur peut-être et aussi le fait que ça soit si loin. Mais banni... je ne pensais pas. C'est pour ça que tu ne vis pas chez les tiens ? Parce que.. C'est un peu comme être esclave ici ? » Intriguée, elle préférait poser quelques questions tant qu'elle l'avait sous la main, juste pour assouvir cette curiosité qui ne faisait que grandir un peu plus à chaque détails qu'il ajoutait. Malgré sa question, il y répondait déjà, expliquant qu'il vivait donc seul, éloigné de sa tribu et surtout qu'il devait se débrouiller par ses seuls moyens. Autant dire qu'il devait avoir beaucoup d'expériences dans beaucoup de domaine. Mais c'est surtout un tonne de courage qu'elle voyait en lui, elle le respectait d'autant plus à présent.

Ils préféraient passer à autre chose, changer de conversation en cas d'oreilles indiscrètes. Heureusement d'ailleurs. Mais la curiosité s'inversa alors, puisqu'il lui demandait déjà s'il y avait quelques festivités à la cité. Des festivités, par réellement à vrai dire. Mais il y avait plus de tapage ces derniers jours, il avait raison. Elle secoua alors la tête et poussa un profond soupire. « Il se passe pas mal de choses. Je vois ça d'un très mauvais oeil pour ma part, mais je ne peux pas t'en parler, je m'excuse...Ma position me force à garder le silence sur les événements qui se déroulent ici. Mais je présume que les murmures de la cité parviendront jusqu'à tes oreilles à tout moment. » Un léger clin d'oeil pour souligner ses propos. Il avait juste besoin d'écouter plus attentivement puisque tout le monde en parlait sans doute. De son côté, Arméthyse préférait ne pas en parler du tout. Parce qu'elle avait ses idées propres, pas toujours en accord avec celles de la cité, et c'est justement des problèmes qu'elle voulait éviter. Alors elle préférait ne parler de rien à personne, ou pas de chose réellement importante. Bon, évoquer son envie d'aller à la mer et d'y vivre était déjà hyper important, elle s'était peut-être trop laissée aller aux côtés de Hyacinthe, mais enfin, il pouvait très bien prendre cela sur le ton de la plaisanterie, non ? Et puis s'il venait à en parler à quiconque et que cela venait à se savoir, elle nierait tout en bloque, évidemment. Irina serait sûrement de son côté, comme toujours. Bien sûr, elle s'excusait de ne pas pouvoir lui fournir les informations qu'il réclamait, mais pour rebondir et s'éloigner du sujet, elle lui avait fais croire qu'il sentait le poireau, et déjà, Krikja éclatait de rire face à son expression. Elle le trouvait adorable. Il lui inspirait la bonne humeur et c'était plutôt rare ces derniers jours, alors elle en profitait fortement. « Je plaisantais, tu sens très bon. » Tapotant sa main sur la table pour le rassurer de cette petite taquinerie, elle préférait le lui dire clairement. Parce qu'il avait déjà des petits soucis de bégaiement, elle préférait ne pas en rajouter et pas non plus qu'il en vienne à la détester. Juste pour ça, surtout. Mais il répliquait déjà pour expliquer le fait de sa transpiration à cause de la chaleur désertique, elle ne pu que rire de nouveau, un peu plus franchement et plus fort parce qu'elle ne s'était pas attendue à ce qu'il soit aussi direct et aussi ragoûtant mais en tant que Rahjak, elle avait déjà entendu des choses bien pire. « Je t'assure que tu sens très bon. Et je ne dois pas sentir la rose non plus, surtout pas après le boulot. »

Toujours aussi souriante, il entrait un peu plus dans le vif de sujet en parlant de sa façon de vivre. Il cultivait et pêchait. Elle trouvait cela si fascinant qu'elle l'enviait réellement. Hochant la tête, elle ne pouvait qu'approuver. Elle aimait apprendre beaucoup de chose. Pas réellement les choses manuelles, les choses qu'elle aurait sans doute dû faire si elle avait encore été une esclave, mais enfin, le jardinage pourquoi pas ? Elle se voyait tout à fait pêcher, elle ne savait pas bien pourquoi. Elle était assez patiente pour essayer cela. Même si elle avait déjà lu des choses là-dessus, elle avait un peu de mal à s'imaginer comme cela fonctionnait réellement. Toutes les belles promesses qu'il lui faisait, le fait de peut-être pouvoir vivre là-bas, de venir voir la mer et d'y habiter tout à côté, le fait de pouvoir apprendre autant de chose. Ça ne pouvait que lui mettre l'eau à la bouche. « Si je comprend, t'es particulièrement habile de tes doigts, un vrai petit coquin. » Le sous-entendu ne serait peut-être pas compris, mais elle en doutait réellement. Les Rahjaks étaient parfois lourd concernant le sexe, et même si elle doutait ressembler réellement au sien, elle n'échappait pas à ce côté pervers.

Hyacinthe lui expliqua alors sa vision de la cité. Une grosse ruche, finalement. Sa façon si particulière de parler lui plaisait. Elle aurait bien pu lire ça dans un livre. « Un bien beau bourdon, avec de belles couleurs. Surtout les yeux. » Piochant dans son plat, elle attrapa une poignée d'aliments qu'elle glissa dans sa bouche et machouilla avec rapidité. C'était bien rare, mais elle mourrait de faim et elle profitait. Perdant un peu de civilités, elle avait attaqué avant lui. Mais peu importait, non ? Les deux plats servaient vides d'ici peu. « Oh pardon ! Mangeons et trinquons oui ! A toi, surtout, Parfumeur, Cultivateur et Pêcheur ! Et j'ose croire que tu as d'autres cordes à ton arc. » Frappant sa choppe dans celle du Calusa, elle bu une gorgée sans tarder, ça n'était que de l'eau mais elle en profitait. Il fallait boire beaucoup dans ce désert. Toujours s'hydrater, c'était important. Alors dans une si bonne tavernes, tous profitait toujours. « Bien sûr, tu peux venir quand tu le souhaites! Ma porte t'es grande ouverte et mon lit aussi. » Sans sous-entendu cette fois-ci. Il y aurait pu en avoir un, évidemment. Parce qu'il n'était pas vilain du tout et parce qu'il l'amusait beaucoup, bien malgré lui parfois. Mais c'est surtout qu'elle ne possédait qu'un lit, mais qu'elle était prête à le partager. « Tu as mis combien de temps pour venir jusqu'à la cité ? »


fiche par century sex
 

I got Spirits in my head and they won't go

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» Buy you gotta keep your head up { Adam Carter
» you say good morning when it's midnight going out of my head alone in this bed ∞ 6/11/11 4h35
» GHOST IN MY HEAD (ft. THE peacekeeper)
» Your head is running wild again ∞ 11/02 - 15:17

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: Zone de Flashback-