Aller en bas
Ezra Aerys
Accro des points
Ezra Aerys
DATE D'INSCRIPTION : 28/02/2016 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Chris Wilson MESSAGES : 2249 CELEBRITE : Jessica Parker Kennedy COPYRIGHT : harlan ♥ (avatar) METIER/APTITUDES : esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 221
Accro des points

We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan] Empty We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan]

le Dim 19 Juin - 11:42

Une goutte de sueur coula long de long de mon front. L'impression que mon coeur allait exploser en morceaux. Les personnes autour, passant, discutant, buvant. La sensation d'étouffer. L'impression que les murs se resserraient et que je ne pouvais plus respirer. Mon regard passa le long des personnes qui se trouvaient dans la salle de l'auberge. Mercenaires. Voleurs. Clients. Esclaves. Des inconnus les uns à l'autre. Des inconnus qui pouvaient tout autant se connaître parfaitement, ayant partagé des heures ensembles. Juste une auberge. Juste une auberge dans laquelle se déroulait une fête. Rien de plus. Rien de moins. Ou presque. J'avais vécu dans un bordel, l'ambiance y était loin d'être la même et pour autant à cet exact instant, j'avais juste envie de m'y retrouver. Retrouver cette sensation familière alors que là-bas, je connaissais chaque pièce par coeur, avait cette sensation d'être à ma place parce que c'était tout ce que je méritais dans un sens. Les souvenirs affluant. La volonté de fuir ces lieux. Je n'étais pas à ma place ici. Ce n'était pas mon monde. Juste un monde illusoire où j'avais cru que j'aurai pu avoir ma place, mais c'était un mensonge. Enfin j'y croyais encore. Mais les mots qui n'avaient été que prononcés au cours de la soirée n'avaient été qu'un rappel qu'un peu plus violent de qui j'étais. Je n'étais pas tombée de haut. Du moins, j'avais juste eu ce rappel de ce que je méritais, de qui j'étais surtout. Une esclave. Moins que rien. Et menacer Radoslav n'avait certainement pas été la bonne idée. J'avais cru que j'étais protégée, trop confiante, trop arrogante alors que mon insolence n'en n'était venue qu'à me coûter. Un regard sur le côté alors que j'en venais à apercevoir la silhouette du mercenaire puis je me détournais tout aussitôt. Les battements de mon coeur s'accélérant un peu plus. La volonté de fuir, de sortir d'ici. Mon corps se mettant en exécutant sans que je n'ais besoin de m'exprimer. Je me mettais en mouvement. Le frôlement des étoffes, des corps. Des doigts le long de mon poignet qui tentèrent de me retenir. Mais je me dégageais tout aussi soudainement, m'écartant. Les bruits résonnant en écho dans ma tête sans que je vienne à percevoir ce que l'on me disait, si au moins l'on m'avait parlé. M'éloignant en direction de la porte, ne prenant pas attention aux personnes qui se trouvaient là, même si j'en venais à en bousculer quelques uns. Cela n'ayant toutefois aucune importance à cet exact moment. Cela ne pouvait être pire. Je ne m'excusai même pas. Contournant la table où certains joueurs continuaient de jouer au poker, m'éloignant juste alors que j'en venais à pousser la porte de l'auberge, en venant à franchir le seuil puis à sortir de là.

L'air frais contre ma peau. Je m'arrêtai, prenant une profonde inspiration comme une bouffée d'air, comme si j'avais été prête de mourir et que je venais tout juste de retrouver cet oxygène tant vitale à ma survie. Posant ma main contre le mur avant que j'en vienne à m'éloigner de là, m'éloigner de l'auberge et des bruits que l'on pouvait entendre résonner dans la nuit. Si la fête battait son plein, il n'en restait pas moins qu'à cet exact moment, tout ce que je voulais était juste m'éloigner de cette ambiance festive. Laissant derrière moi les autres et les bruits de voix qui continuaient de résonner en écho dans ma tête. M'éloignant de la porte de l'auberge et du bruit alors que j'en venais à marcher jusqu'à une fontaine pas très loin d'ici. M'y arrêtant. Un frisson. En venant à m'installer sur le rebord de la fontaine, mon regard se posa sur le reflet qui se dessinait dans l'eau. Mon reflet. La silhouette d'une fillette aux cheveux bruns au visage las. Déjà oublié mon insolence de tout alors, ne pouvant m'empêcher d'entendre résonner en écho dans ma tête tant les mots de Radoslav, que d'Astrid et des autres. Si j'en étais venue à écouter Orion, n'en venant qu'à rester silencieuse et éviter les ennuis, il n'en restait pas moins que les marques visibles sur ma peau, même visibles dans le reflet de l'eau n'étaient qu'une preuve de plus que j'avais été trop loin. Dégageant mes cheveux bruns qui n'en vinrent qu'à retomber sur le côté. Portant mes doigts au niveau de mon cou suivant la ligne rouge, la marque encore visible qui avait été laissée sur ma peau, souvenir d'un peu plus tôt où Radoslav avait tenté de m'étouffer. La peur toujours là, omniprésente, collée à ma peau. Je pouvais encore là entendre les battements de mon coeur qui ne battaient que trop vite. Si je m'étais montrée fière et arrogante, il n'en restait pas moins que la peur était toujours là. Passagère. Éphémère. Le bruit de pas alors que j'en venais à me figer sur place comme si j'avais été prise en faute. Écartant mes doigts de mon cou alors que le reflet de Shanareth en venait à se dessiner dans l'eau. Immobile, ne sachant quoi dire, ne sachant quoi faire. N'arrivant même pas sur le coup à comprendre pourquoi elle était là, pourquoi elle était venue alors que je l'avais juste laissée en plan au début de la soirée. Je ne tournais pas mon visage vers elle, incapable de soutenir son regard, comme s'il était plus facile de considérer son reflet, plus facile de s'adresser à elle indirectement que directement. N'en venant qu'à prenne la parole, hésitante : « Pourquoi ? »




Dernière édition par Ezra Aerys le Mer 22 Juin - 20:18, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous

We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan] Empty Re: We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan]

le Dim 19 Juin - 22:04
We are all broken, that's how the light gets in.

La soirée d'anniversaire à l'auberge d’Orion avait très mal commencé pour toi. Après avoir embarqué Ezra dans un endroit calme et tranquille, à l'abri des yeux indiscrets, tu te risquais à lui faire un compliment sur la tenue qu'elle portait. Une jolie robe qui marquait à merveille sa taille et toutes ses magnifiques courbes. Elle était jolie comme un cœur et tu te devais de le lui faire savoir - puis, tu l'avais embrassé le front avant de l'embrasser sur les lèvres - pensant que ton baiser te serait rendu, mais tu déchantas bien vite. Une morsure sur ta lèvre inférieure et tu sens une goutte de sang couler sur ta langue. Tu ne t'attendais pas du tout à ça. Sur le coup, tu n'as rien dit, trop surprise, trop choquée pour dire quoi que ce soit, pour comprendre son geste d'une violence sans pareil. Ses mots étaient crus, durs à entendre - pourtant, tu n'as pas baissé le regard en face d'elle - trop fière, tu n'acceptais pas ce qu'elle te disait, mais elle ne te laissait pas en placer une qu'elle était déjà repartie draguer un autre. Et pas n'importe quel autre, Radoslav. Le guerrier avec qui tu avais eu une aventure passagère dans l'unique but de rendre jalouse Shell, et ça avait marché. L'homme et toi dernièrement, vous avez quelques différents. C'était peu de temps avant la fête, comme toujours incapable de tenir ta langue, fourbe au possible de l'imaginable - tu n'as pu t'empêcher de jouer avec les nerfs de celui qu'on appelle "la Montagne" - suicidaire sans doute ?! Et ça c'est mal terminé. Il t'a tabassé, t'as fait ce que t'as pu pour te défendre, mais l'expérience ne fait pas tout, la force physique de l'homme étant nettement supérieure à la tienne. Après ça, tu t'es acharnée sur le mur - dire qu'il y a quelques semaines de cela, elle t'avait fait un cinéma parce que tu avais osé couché avec une prostituée et elle, elle se permettait de fricoter sous ton nez. Une vengeance ?! Sans aucun doute. T'étais énervée et tu espérais qu'elle ne vienne pas te voir de la soirée, parce que tu ne tenais pas à lui arranger le portrait, comme tu aurais du le faire il y a bien longtemps. Alors, pour espérer faire taire cette violence, cette haine - tu es retourné à table avant de proposé aux rats du désert de faire une partie de cartes. Les bourses sur la table, Orion était le donneur même si ça l'amusait que peu de l'être, t'as usé de tes charmes et le dieu-soleil sait comme l'aubergiste ne résiste pas à tes jolies yeux et à ton sourire mutin. Puis, les cartes furent distribuées, une paire d'As dans la main, t'étais certaine de remporter la mise - pourtant Gazhi s'est amusé avec tes nerfs. Sachant que tu es une mauvaise joueuse, il s'est servi de ça pour t'atteindre, pour te mettre sur une fausse piste. Pourtant, tu continuais de relancer, de miser, sachant qu'il ne pourrait rien contre ton jeu - enfin, jusqu’à ce qu'il fasse tapis. Dur dilemme ! Te coucher ou le suivre. T'as préféré abandonner et lui laisser gagner cette partie. Si t'avais su qu'il cachait une paire de dix, jamais tu ne te serais couchée. Tu as frappé sur la table, insulté le marchand d'esclaves et ça le faisait bien jubiler de te voir dans cet état. Plus loin, tu n'avais pas remarqué qu'Ezra était prise entre les grosses paluches de Radoslav et qu'avant ça, elle avait eu le droit à ses réprimandes, à celle d'Astrid et à une gifle magistrale. Toutefois, serais-tu réellement intervenue, si tu avais vu la chose se dérouler devant tes yeux ?! Non. La colère et la rancœur t'en auraient empêché. Elle t'a blessé, alors tu aurais laissé le chef de guerre le faire à ta place. Puis, la seconde manche fût lancée par Misty, la nièce d'Orion. Cette jolie te plaisait bien, un vrai délice pour les yeux. Pourtant, tu voyais qu'elle ne t'appréciait pas - en même temps, tu l'as menacé que si elle ne te donnait pas de bonnes cartes, ça irait très mal pour elle. Et mauvaise joueuse comme tu es, tu aurais sans hésitation mis tes menaces à exécution. Soudain, ton regard se pose sur Ezra quittant l'auberge. Tu arques un sourcil. Qu'est ce qu'il lui arrive ?! Tu devrais en voir rien à foutre de sa gueule après ce qu'elle t'a fait, mais tu ne pas la laisser seule - il pourrait lui arriver quelque chose là dehors et sans Roan pour la protéger, tu ne donnes pas chère de sa peau d'esclave. Alors, tu finis vite fait, bien fait la partie avant d'exiger une pause et de quitter la table de jeu. Tu te diriges vers la sortie que tu pousses sans regarder derrière toi. Dehors, tu cherches la jeune femme des yeux - où est-elle passée ?! Puis, tu la vois assise sur le rebord de la grande fontaine qui orne le centre de la Cité. Tu soupires, avant t'avancer à sa rencontre. Pourquoi tu fais ça franchement ?! Si c'es pour te prendre un nouveau rateau en pleine tronche c'est même pas la peine - de toute façon, si ose une fois de plus lever la voix ou dire un mot plus haut que l'autre, tu lui ficheras une correction dont elle se souviendra longtemps. À sa hauteur, tu la fixes de ton regard d'émeraude. Il est froid et sans émotion. Elle sait que tu es là, alors pourquoi se contente-elle de regarder ton reflet dans l'eau de la fontaine ?! Sans doute, est-elle trop honteuse pour te regarder en face. Elle aurait y réfléchir avant. Puis elle prend la parole, sa voix est hésitante, peu sûr d'elle. Elle te questionne et tu ne sais que répondre, toi même ne sachant pas pourquoi. « Pourquoi quoi ?! » la questionnes-tu à ton tour d'une voix glaciale. Non, t'avais pas envie d'être douce avec elle ou plutôt, tu n'avais plus envie de l'être. En tout cas, pas tant qu'elle ne se serait pas excusée de t'avoir rejeté comme une merde.
Ezra Aerys
Accro des points
Ezra Aerys
DATE D'INSCRIPTION : 28/02/2016 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Chris Wilson MESSAGES : 2249 CELEBRITE : Jessica Parker Kennedy COPYRIGHT : harlan ♥ (avatar) METIER/APTITUDES : esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 221
Accro des points

We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan] Empty Re: We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan]

le Lun 20 Juin - 17:18

« Pourquoi quoi ?! » Ses mots résonnent en écho. Sa voix plus que jamais glaciale. J'en viens à me tourner légèrement vers elle, rencontrant son regard émeraude aussi dure que de la glace. Je pouvais lire dans ses yeux qu'elle était en colère. C'était même une évidence alors que toute son attitude trahissait ses gestes, trahissant sa position. Comme si elle était ores et déjà sur le sentier de la guerre. Comme si elle était ores et déjà prête à partir sur le champ de bataille pour tuer quelques personnes. Un regard qui donnait froid dans le dos. Un regard déterminé et implacable qui ne pourrait qu'en faire reculer plus d'un. Toutefois il aurait été difficile de reculer alors que je me trouvais juste à côté d'elle, assise sur le rebord de la fontaine, juste à quelques centimètres d'elle. Pour autant, c'était comme un fossé nous séparait, un fossé large de milles lieux et pas seulement dix minuscules centimètres.  Me toisant de haut alors qu'alors que j'étais assise, elle semblait me dominer de sa hauteur de bien plus haut. Pourtant, elle n'était pas réellement plus grande que moi. Peut-être une quinzaine de centimètres tout au plus. Mais ces centimètres faisaient la différent à cet exact moment, encore plus, alors que je me trouvais assise sur le rebord de la fontaine. Juste en train de la regarder comme s'il n'y avait rien d'autre à voir. Par intermittence, ces yeux semblaient refléter les étoiles mais là, ils semblaient juste vides de tout alors que son visage paraissait dénuée d'émotions. Non pas que je ne méritais pas ce regard. Loin de là. Après tout, je l'avais juste rejetée comme si elle était moins que rien, comme si elle était un vieux os à jeter, un déchet à mes yeux. Si cela n'avait jamais été le cas, il n'en restait pas moins qu'il aurait pu que paraître juste étrange si elle n'en n'était pas venue à afficher une expression si glaciale. Les mercenaires n'étaient pas connus pour faire dans les contes de fées, pas connus pour faire partis des gentils ou même faire preuve de leurs sentiments. Et pourtant Shanareth en était bel et bien venue à me dévoiler son coeur, à me montrer qu'il y avait une part d'humanité en elle, me dévoilant ce qu'elle ressentait. Des mots qui m'avaient frappés plus profondément que j'aurai pu le croire, bien que je m'étais révélée dans l'incapacité de lui répondre. Comme si c'était trop d'espérer, trop de rendre cela concret ou même d'oser dévoiler une part de moi. La peur étant toujours là, pas seulement éphémère comme je pouvais le croire alors qu'elle semblait pourtant prendre racine au plus profond de moi.  Des mots auquel le silence n'avait que succédé avant que j'en vienne même là à la repousser. Si je ne pouvais que sentir la colère qui grondait en elle, j'en pus que toutefois laisser le silence s'installait. Pas un silence gêné, juste le silence en lui-même. Sans doute ne comprenait-elle pas. A vrai dire, j'étais sans doute loin de comprendre la moitié des mes actions.

Les échos des bruits de l'auberge en arrière fond. Clignant des yeux comme si je venais de m'éveiller, alors que j'en venais à prendre la parole pour répondre à sa question, comme si à mes yeux aucune minute ne s'était encore écoulée. En venant à prendre la parole d'une voix douce, calme. « Pourquoi es-tu là ? » Pourquoi était-elle venue ? Rien ne l'obligeait à venir, à venir me voir, à venir voir si j'allais bien. Ou même à m'approcher pour me crier dessus et me considérer avec froideur. Rien ne m'y obligeait. Rien ne la forçait à venir. Pourtant elle était juste là. Et je ne pouvais que la regarder, attendant sa réponse. Les sous-dits étant juste là. Si je n'avais ajouté aucun mot, attendant juste sa réponse, il n'en restait pas moins que je savais parfaitement qu'elle comprendrait toutes ces questions que je ne disais pas. Du moins je l'espérai. A un moment j'avais cru qu'il n'y aurait pas besoin de mots entre nous alors qu'elle semblait par intermittence tant me comprendre que cela en devenait étrange de par sa nature, mais à cet exact moment, je pouvais qu'en venir à douter qu'il puisse exister encore quoique ce soit entre nous. Pas alors que je l'avais rejetée, pas alors que je savais tout aussi bien qu'elle n'aurait pu que le prendre mal. Le rejet était quelque chose de brutal, qui faisait souvent mal. J'avais pu m'en rendre compte. Et la mercenaire était loin d'être quelqu'un qui acceptait le rejet, qui acceptait qu'on lui dise non. Du moins j'en doutais. Après tout dans un sens, elle n'était que comme les autres alors que l'on ne pouvait qu'en venir à céder. Céder. Un simple mot auquel je tentais tant bien que mal de résister mais comme toujours, je pouvais que me rendre compte qu'on pouvait que céder. Parce que je n'étais qu'une esclave et que la soumission était dans nos gènes. Du moins, censé l'être. A croire que j'étais déterminée à ne pas entrer dans une case, même si cela pourrait tout autant me faire courir à ma perte. Reportant mon regard sur elle alors que j'en venais à reprendre la parole, n'en faisant qu'un constat, nullement en colère, loin d'être froide à son égard alors que je ne disais que la vérité. « Tu sais.. que tu n'étais pas obligée de venir. » Elle aurait pu choisir d'être ailleurs, mais pourtant elle était là. Et peut-être qu'au fond de moi, son geste ne me faisait qu'espérer un tant soit peu.


Invité
Invité
Anonymous

We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan] Empty Re: We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan]

le Mar 21 Juin - 23:04
We are all broken, that's how the light gets in.

Elle se tourne légèrement vers toi, plongeant son regard dans le tien. Tu la toise. Tes yeux sont perçants comme des lames de couteaux qui viendraient se planter à tour de rôle dans son cœur. Tu n'as jamais ressenti autant de rancœur pour quelqu'un en cet exact moment, jamais tu n'as eu aussi envie de frapper quelqu'un jusqu'à la mort de la personne en question. Et les mots de ton père, te reviennent subitement en mémoire - il t'avait pourtant prévenu de ne jamais tombé amoureuse de la première catin venue, il t'avait pourtant prévenu qu'un mercenaire amoureux est un mercenaire mort, mais tu ne l'as pas écouté - voulant en faire à ta tête et maintenant te voilà avec le cœur piétiné, haché, broyé. Si il était encore de ce monde, il y a belle lurette qu'il t'aurait fichu une raclée magistrale, non pas parce que tu es tombée amoureuse, mais parce que tu as eu l’imbécillité de tomber sous le charme d'une esclave. Pourtant tu détestes cette sous-race, autant que tu hais les autres tribus, mais c'est plus fort que toi, Ezra est tout sauf une esclave à tes yeux, elle est celle que tu aimerais un jour appeler ta moitié, mais ça n'arrivera jamais et ça te fait tellement mal de l'avouer. Parce que tu ne seras jamais que second dans son cœur, tu ne pourras jamais détrôner Roan, il occupe une telle place dans le cœur de la belle, que tu n'oses de rien. Peu importe ce qu'elle fera, ce qu'elle choisira de faire - tout ce que tu veux au fond, c'est son bonheur. Et si pour cela, ça signifie que tu dois t’éclipser de sa vie, tu le feras sans te retourner. Toutefois, plus aucun sentiment ne semble t'habiter, depuis qu'elle t'a rejeté avec tant de froideur, tu n'arrives plus à ressentir la douceur que tu éprouvais pour elle quand ton regard se mêlait au sien. C'est comme si tu étais en face d'une étrangère, d'une esclave lambda, un être que tu exècres que toute ton âme noirci par la haine et de le dégoût. Est-ce réellement la fin d'une histoire qui n'a pas eu le temps de voir le jour ou bien, est-ce le commencement de la fin ?! Tu ne saurais le dire. Tu ne sais même plus ce que tu ressens pour elle. Tu es perdue dans un océean de sentiments contradictoires ou tu finiras par te noyer, épuisée d'avoir trop nagé. Pourquoi es-tu là ?! C'est une excellente question. Tu ne savais pas que tu devais avoir une autorisation pour venir dehors prendre l'air. Tu es là parce que tu en avais envie et aussi parce que tu voulais savoir pourquoi elle aussi été sortie de l'auberge. Roan savait-il au moins qu'elle était ici ?! Sans doute que non. Tu hausses les épaules, toujours ce même regard froid et sans émotion. « Je peux te retourner la question, tu sais. » Elle a pas besoin de savoir pourquoi t'es là. D'ailleurs, qu'est ce que ça lui apportera de plus de le savoir. Absolument rien ! T'es encore libre de faire ce que tu veux, non ?! En fait, tu pourrais très bien faire ta salope, ta garce, tout ce qu'elle veut et retourner à la fête et la laisser là tout seule, comme elle l'a fait auparavant - mais tu le feras pas, parce que t'es trop inquiète pour elle, trop inquiète qui lui arrive quelque chose là dehors. Puis, sans un mot tu viens t'asseoir à côté d'elle. Quelques centimètres à peine sépare ton corps du sien - tu continues de la jauger de toute ta hauteur. L'éclat de la lune éclaire son visage de poupée, et tu la trouve tellement belle. Tu ne peux ôter ton regard de son visage si angélique. Pourquoi a-elle fait ça ?! Pourquoi tu as tellement mal lorsque tu la regardes ?! Pourquoi tu la détestes autant que tu l'aimes ?! Tu crois l'aimer, parce qu'au fond qu'est-ce que l'amour pour toi ?! Tu ne sais pas ce que c'est, même si tu aimerais le savoir. Avec Ezra, tu pensais l'avoir compris, mais vu la situation actuelle, tu n'es plus trop sûre de vouloir en apprendre davantage. Et tu commences à comprendre pourquoi ton père ne voulait pas que tu tombes amoureuse, que tu ne découvres jamais l'amour. Ça rend faible et futile. Ça te fait faire des choses stupides, qu'un jour où l'autre tu finiras par regretter. Puis, dans un nouveau regard, la jeune femme te dit que tu n'étais pas obligée de venir ici. Tu ancres ton regard dans le sien. Tu le sais bien ça, mais tu avais envie d'être là. C'était ça ou tu engageais une bagarre à l'auberge et tu n'avais pas envie de gâcher une fois de plus la fête. Tu as déjà assez d'ennemis dans cette cité, tu n'avais pas envie de t'en faire plus que de raison. « Sans doute, mais je n'avais pas beaucoup le choix. Soit je sortais me calmer dehors, soit je déclenchais une bagarre. » avoues-tu, t'approchant un peu plus près d'elle, trouvant la distance entre vos corps trop importante. « Qu'est-ce qui s'est passée là-bas ?! » la questionnes-tu toujours aussi froide, malgré le trouble persistant au fond de ta gorge. Tu voulais savoir, comprendre pourquoi elle était sortie de l'auberge aussi soudainement. Occupée à jouer aux cartes, tu n'as pas bien compris ce qui s'était passé - trop aveuglé par la colère aussi.
Ezra Aerys
Accro des points
Ezra Aerys
DATE D'INSCRIPTION : 28/02/2016 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Chris Wilson MESSAGES : 2249 CELEBRITE : Jessica Parker Kennedy COPYRIGHT : harlan ♥ (avatar) METIER/APTITUDES : esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 221
Accro des points

We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan] Empty Re: We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan]

le Mer 22 Juin - 20:17

« Je peux te retourner la question, tu sais.» Oh, c'était quasiment sûr qu'elle était en colère. Du moins, c'était ce que j'en venais à en déduire alors que j'entendais le ton de sa voix. Plongeant mon regard dans le sien alors que j'en venais à déclarer calmement : « J'avais besoin de prendre l'air. » La stricte vérité même si pour l’occasion, j'avais surtout la volonté de fuir ses murs et de m'éloigner de là, avec tous les mercenaires dedans. Un peu comme si j'étais l'agneau au milieu des loups dans la bergerie, rien de rassurant.

« Sans doute, mais je n'avais pas beaucoup le choix. Soit je sortais me calmer dehors, soit je déclenchais une bagarre. » Je ne pus m'empêcher de rire doucement, non pas contre elle, juste qu'au final, elle était un peu comme moi bien qu'il était certain que je n'avais pas autant le sang chaud qu'elle. Néanmoins, je ne pouvais pas m'empêcher de préférer qu'elle soit sortie qu'elle n'en vienne à se faire frapper ou quoi. Toujours cette volonté de la protéger même si elle était parfaitement capable de se défendre elle-même. Autant que j'avais failli finir morte, conduisant Orion à devoir s'occuper d'un cadavre, il n'en restait pas moins que c'était peut-être préférable que l'on soit dehors, du moins que je le sois, préférant être là que là-bas. Elle faisant disparaître un peu plus la distance entre nous deux alors que nos deux corps ne se trouvaient que rapprochés. Elle en venant à reprendre la parole d'un ton froid cependant : « Qu'est-ce qui s'est passée là-bas ?! ». Si son ton était froid, il n'en restait pas moins que sa question m'avait quand même touchée alors que je n'en venais qu'à tourner la tête vers elle, la regardant alors que je lui répondais tout aussi sincèrement. Après tout, je n'avais aucune question de lui cacher cela, n'ayant aucune raison de lui mentir. Prenant la parole toutefois d'un ton légèrement tremblant, me doutant qu'elle n'en viendrait pas forcément plus à me comprendre, doutant même qu'elle reste calme et ne parte pas à son tour : « J'ai vu Radoslav... c'était un ancien client... et j'ai paniqué, ...j'ai eu peur qu'il ait dit quoique ce soit à Roan, et, là j'ai eu la merveilleuse idée de le menacer. Résultat, j'ai failli finir étouffée mais Orion est intervenu... enfin c'était sans doute de ma faute. » Avouant à demi-mots la stricte vérité. D'ailleurs ce n'était sans doute pas de ma faute, cela ne faisait même aucun doute que cela l'était. Après tout, j'en étais venue qu'à me condamner moi-même et sans Orion, j'en serai sans doute plus là maintenant. La marque rouge se situant au niveau de mon cou n'était qu'un doux rappel de la pression des doigts du mercenaire contre ma peau. Hésitante alors que j'en venais qu'à reprendre la parole, sur ma lancée, ma main se posant sur la sienne. Ne la quittant pas des yeux alors que je continuai à parler. « ...Et je suis désolée pour tout à l'heure... » Je savais que c'était ce qu'elle voulait entendre et dans un sens, touchée par ses mots, je ne pouvais m'empêcher de vouloir lui dire la vérité, ressentant le besoin de m'excuser auprès d'elle. « ...J'ai paniqué. » Et malgré ma froideur, je me sentais pas le courage de continuer à lui résister, de continuer à voir cette distance entre nous. Sans doute parce que je pouvais pas m'empêcher d'être touchée alors que même si ce n'était pas pour les bonnes raisons, elle était venue là, et que dans un sens, sa présence me permettait de me sentir un peu plus calme. Un peu plus forte parce qu'elle était là et que j'avais pas réellement à la considérer comme une ennemie à la différence de quasiment tout le monde qui se trouvait dans l'auberge juste à côté. Peut-être parce que j'avais l'impression de la voir aussi comme une alliée, et que parfois cela faisait juste du bien d'être en bonne compagnie. D'autant plus que je la savais sincère alors qu'elle en était que venue à m'avouer ce qu'elle ressentait. Ce à quoi je ne lui avais toujours rien répondu, et, je doutais qu'elle puisse seulement n'être qu'en bon égard envers ma personne alors que j'en étais que venue à la rejeter. Comme s'il était un peu trop compliqué pour moi de mettre des mots sur ce que je pensais et de trop en dire, nécessitant toutefois de lui parler, de lui avouer cela pour qu'elle en vienne à comprendre que c'était pas particulièrement contre elle. Loin de là, même alors qu'elle était sans doute la seule personne censée qui ne m'avait pas encore trahie. Quoique elle en était bien venue à en coucher une autre, ce qui ne m'avait fait que plus mal, me rappelant à quel point les mots ne pouvaient être que du vent même si elle n'en n'était que venue à me certifier le contraire juste après. Me sentant qu'un peu plus vulnérable comme elle auparavant, alors que je reprenais la parole. « Je veux juste pas qu'il sache, que cela me soit enlevé aussi. »

Invité
Invité
Anonymous

We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan] Empty Re: We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan]

le Jeu 23 Juin - 23:23
We are all broken, that's how the light gets in.

Son rire. Il est comme une douce mélodie à tes oreilles, et tu souris à ton tour. Parce que tu sais que ce n'est pas contre toi qu'il est dirigé, mais contre la situation actuelle. Une petite bagarre ne t'aurait pas dérangé, mais Orion avait placé tous ces espoirs pour que cette soirée soit une réussite, que tu n'as pas cherché à foutre le bordel. Et que pour une bon-dieu fois, tu respecterais son autorité. Alors, la seule solution c'était de finir ta bière et de quitter la table de jeu sans faire d'esclandre. Sentir la brise du soir contre ta nuque te fait un bien fou - tu fermes les yeux afin de savourer, de percer la moindre parcelle de vent qui te parcours. Puis, tu rouvres les yeux lorsque la demoiselle prend la parole pour te donner les réponses que tu attendais. Tes poings se serrent de colère, les jointures de tes doigts passent du pâles ou jaunes, tant la pression que tu exerces est forte. Ce n'est pas le fait tant le fait que Radoslav est posé la main sur elle qui te gêne, enfin si, mais c'est minime par rapport au fait qu'elle ait osé le menacer. Qu'est ce qui tourne pas rond chez elle ?! Elle a décidé de se foutre toute la cité à dos ou comment ça se passe ?! Non, mais menacer une montagne de muscles comme le chef de légion est bien la dernière chose à faire, surtout lorsqu'on est rien de plus qu'une esclave lambda. Apparemment, Roan ne lui a pas appris à tenir sa langue face à plus fort qu'elle et plus haut gradé dans la chaîne sociale Rahjak. Si elle a osé le faire avec Simonsen, elle le fera avec toi aussi. Elle n'a pas intérêt à utiliser la menace avec toi, t'as peut-être pas les muscles du guerrier, mais t'as la fourberie et ça fait bien plus de dégâts et tu ne n'hésiterais pas à t'en servir contre elle, si elle venait à se montrer un peu plus hostile et hautaine à ton égard. Tu secoues la tête. Heureusement qu'Orion est intervenu et qu'il est un bon ami du guerrier, sinon tu n'aurais pas donné cher à la peau d'Ezra. Qu'elle s'estime heureuse d'en sortir avec quelques marques, avec un autre elle aurait sûrement été plus amochée que ça. « Branwada ! grognes-tu, ton regard ancré dans le sien. Tu n'es qu'une inconsciente, Ezra. Menacer un haut gradé dans la chaîne sociale Rahjak, mais qu'est ce qui tourne pas rond chez toi, hein ?! Il aurait pu te tuer, tu réalises ou pas ?! Tu n'es qu'une petite idiote qui a la langue bien trop pendu ... tu ... tu ... » un grognement et tu te lèves du rebord sans prendre le temps de trouver les mots, éviter d’aller trop loin dans tes propos, c'est le mieux que tu puisses faire. Tu passes une main dans ta chevelure couleur jais, l'autre masse ta nuque. Te calmer, simplement reprendre ton calme. Ton regard se plonge dans le sien, puis tu reviens t'asseoir à côté d'elle, lorsque tu es suffisamment calme pour avoir un discours censé. « Tu ne peux pas menacer un Rahjak sans en payer les conséquences, tu le sais pourtant, surtout toi en tant qu'esclave. Il faut vraiment que t’apprennes à la fermer et le plutôt sera le mieux. » déclares-tu le regard froid, malgré la voix calme que tu as pris pour parler. Puis, tu viens passer une main dans ses boucles noirs, sans dire aucun mot et de plonger ton regard au plus profond du sien. Elle a eu beaucoup de chance c'est certain, et autre aurait certainement eu moins de chance qu'elle. T'espères qu'elle aura compris la leçon et qu'elle ne recommencera plus de sitôt. Parce que tu ne tiens à la retrouver morte, la prochaine fois qu'elle aurait eu la bonne idée de tenir tête à un autre bestiaux de la même trempe que Simonsen. Tu soupires, puis souris en coin. Elle te fatigue, mais t'es tellement attachée à elle, que tu as de plus en plus de mal de rester fâchée contre elle. Puis soudain, tu sens sa main se poser sur la tienne. Elle s'excuse pour ce qu'elle a fait tout à l'heure, sous le coup de la panique dit-elle. Ouais peut-être, mais elle aurait te le dire d'une autre façon. Et te mordre la lèvres, c'était pas obligée non plus. Panique ou pas, elle t'a fait beaucoup de mal. « Panique ou pas, t'aurais pu le faire savoir autrement que comme tu la fais. Je me serais bien passée de cette morsure sur ma lèvre. affirmes-tu en passant le bout de ta langue sur l'entaille encore fraîche. Enfin bref, tu hausses les épaules, ton regard dans le sien, tes excuses me touchent et je les accepte, si tu consentes à ne plus me mordre de cette façon, enfin seulement pendant nos ébats. Cela va de soit. » dis-tu d'un ton mutin, un sourire en coin empli de sous-entendus grivois t'écorchant les lèvres. Puis, elle t'avoue dans un même écho de voix, que si elle a fait tout ça aussi, c'est parce qu'elle be voulait pas que Roan sache et qu'il lui enlève ce qu'elle vit avec toi. Ça n'arrive pas. Du moins, tu fais de ton mieux pour que ça n'arrive pas. Et même si il devait l'apprendre un jour, tu prendrais toutes les responsabilités sur toi. Tu lui dirais que tu la menacé de mort si elle ne se donnait pas à toi, que tu la forçait à faire des choses qu'elle ne voulait. Tu préfères subir toutes les tortures que de la voir souffrir et de subir l'autre moitié. Elle est devenue trop importante à tes yeux, pour que tu acceptes de la perdre comme ça. Te sacrifier pour elle et la meilleure chose que tu puisses faire pour lui sauver la vie. Tu caresses sa joue, puis colle ton front au sien, avant de prendre la parole : « Si jamais il vient à l'apprendre, je m'engage à prendre l'entière responsabilité. ton autre main caresse sa nuque. Je préfère subir milles tourments, qu'on me casse les genoux, me faire arracher le cœur à main nue ou encore me faire dévorer vivante par une horde de vautours, que de te voir souffrir ... ton regard rencontre le sien ... j'en crèverais si il devait un jour t'arriver malheur ... j'en crèverais. » répètes-tu, un murmure, un souffle à peine audible, alors qu'une larme coule le long de ta joue. Puis, dans un geste tendre, tu viens l'embrasser sur le front avant de te lever. Il faut que tu mettes de la distance, ça devient beaucoup trop fort, beaucoup trop intense pour toi. Avouer que tu serais prête à mettre ta vie en jeu pour elle, est une preuve d'affection que tu n'as jamais eu pour personne dans cette cité et que tu n'auras probablement jamais plus. Lui tournant le dos, tu essuies d'un revers de la main, cette larme orpheline. Elle n'a pas besoin d'en voir plus.
Invité
Invité
Anonymous

We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan] Empty Re: We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan]

le Ven 1 Juil - 23:46
Roan resta un bon moment dans l’auberge après la petite altercation avec Arméthyse. Il la croyait disparue depuis le jour où elle l’avait laissé tomber. Elle lui avait toujours fait part de son désir de quitter la cité, de son besoin de voyager, il croyait qu’elle était partie accomplir son rêve, par qu’elle se soit enchaînée à la garde royale. Le mercenaire resta au comptoir, une bière à la main qu’il finit en un rien de temps. L’alcool l’aidait à considérer cette fête moins merdique pour lui, son esclave qui fait faux bond, une ancienne connaissance qui l’emmerde avec son passé, la soirée ne pourrait être mieux. Une bagarre serait la bienvenue pour lui faire oublier les événements de la soirée et passer sa rage sur quelqu’un. Ezra en pâtirait ce soir pour n’avoir réussi à tenir sa langue, d’ailleurs cette dernière s’était encore éclipsée. Le mercenaire la vit se frayer un chemin jusqu’à la sortie. Ce dernier la suivit de loin, mais son chemin fut bloqué quelque fois, l’obligeant à ralentir.

Une fois dehors, l’air frais de la nuit le happa. Il ferma les yeux un court instant afin d’en profiter, la chaleur à l’intérieur devenait peu à peu étouffante pour lui. Lorsqu’il reprit conscience de son environnement, il chercha du regard la demoiselle qui lui avait encore une fois échappée en cette fête. Ce fait le frustra et il comptait lui faire payer, elle ne pouvait donc pas rester un instant en place aux côtés de son maître en toute bonne esclave qui craint les représailles ? Apparemment, il n’avait pas su lui inculquer cela. Roan l’avait perdu, il ne put s’empêcher un grognement de colère. Soudain, il perçu des voix non loin de l’auberge. C’était des voix féminines qu’il connaissait. Plus il s’approchait, plus il saisissait les propos des deux femmes. « Si jamais il vient à l'apprendre, je m'engage à prendre l'entière responsabilité. Je préfère subir milles tourments, qu'on me casse les genoux, me faire arracher le cœur à main nue ou encore me faire dévorer vivante par une horde de vautours, que de te voir souffrir ... j'en crèverais si il devait un jour t'arriver malheur ... j'en crèverais. » Il semblait être témoin d’une scène tragique shakespearienne, oh… Il se retrouva face à l’incompréhension dans un premier temps, puis à l’incommensurable logique qui se formait peu à peu dans son esprit. Il se retrouva devant une Shana différente de ce qu’il connaissait et tout portait à croire que la fautive était Ezra. Roan s’avança laissant découvrir sa présence. « Oh… c’est mignon, je ne te croyais pas capable de tenir un tel discours Shannareth. » Penchant la tête sur le côté, il les observait à tour de rôle, étrangement calme. Cependant à l’intérieur, il cogitait, bouillant de rage. Il sentait qu’on pouvait lui retirer Ezra à tout moment et, ça, il ne l’accepterait jamais. La jeune femme qu’il avait achetée était devenue pour lui plus qu’une esclave domestique. Le mercenaire ne pouvait se lasser d’elle, même s’il le voulait, il en était incapable bien que son comportement le mettait en rogne au point de vouloir la tuer par moment. Il y avait chez elle quelque chose d’hors de l’ordinaire qui l’attirait et qui attisait chez lui violence et passion. C’est pour cette raison que Roan se trouvait être des plus possessif, il voulait l’exclusivité de ce lien, mais il n’était apparemment pas le seul rahjak qui désirait garder la demoiselle pour lui. Silencieux et sans réelle réaction de sa part depuis un moment, il avait finalement un signe d’émotion de sa part, un regard tueur vers les deux femmes. « Ce jour est peut-être arrivé. » Son attention se dirigea vers la mercenaire. Il s’avança lentement vers elles. « Viens ici. » Ordonna-t-il à l’intention de son esclave. Sa main caressait le pommeau de sa dague, il n’hésiterait pas à s’en servir si Ezra choisissait de rester à sa place.
Ezra Aerys
Accro des points
Ezra Aerys
DATE D'INSCRIPTION : 28/02/2016 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Chris Wilson MESSAGES : 2249 CELEBRITE : Jessica Parker Kennedy COPYRIGHT : harlan ♥ (avatar) METIER/APTITUDES : esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 221
Accro des points

We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan] Empty Re: We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan]

le Sam 2 Juil - 9:14

Elle voulait savoir alors je n'en n'étais que venue à lui dire, même si ce n'était jamais bon signe de menacer un mercenaire, encore plus un qui avait la position de Radoslav. « Branwada !Tu n'es qu'une inconsciente, Ezra. Menacer un haut gradé dans la chaîne sociale Rahjak, mais qu'est ce qui tourne pas rond chez toi, hein ?! Il aurait pu te tuer, tu réalises ou pas ?! Tu n'es qu'une petite idiote qui a la langue bien trop pendu ... tu ... tu ... » Je la vis se mettre en colère alors qu'elle poussait un grognement et s'écartait. A vrai dire, ce n'était même pas comme si je lui en voulais de me parler ainsi alors que je savais parfaitement que mes mots n'avaient pas tant attisé sa colère que son inquiétude, quoique. Si j'allais me mettre à prendre la parole, je n'attendis pas moins, la voyant retourner s'asseoir à mes côtés. La peur n'était plus là. La peur qui m'entourait n'était plus là alors que je savais qu'elle ne me ferait rien. « Tu ne peux pas menacer un Rahjak sans en payer les conséquences, tu le sais pourtant, surtout toi en tant qu'esclave. Il faut vraiment que t’apprennes à la fermer et le plutôt sera le mieux. » Ses doigts passant dans mes boucles couleur jais alors que sans la quitter du regard, j'en venais à prendre la parole, sachant tout aussi que mes mots pourraient en venir à l'énerver alors que j'allais lui avouer que je ne pourrai jamais faire ce qu'elle voulait de moi : « Je sais ce qu'il aurait pu me faire, je sais qu'il aurait pu me tuer ou m'administrer des coups de fouet s'il aurait été miséricordieux. Je connais les lois et je sais ce qui peut m'attendre parce que je suis une esclave tout comme je sais qu'on ne parle pas ainsi à un homme comme lui, mais... je ne pouvais pas juste me taire. Je pouvais pas juste le laisser se dandiner et le laisser continuer à se sentir supérieur, même s'il l'est, parce qu'il n'en reste pas moins qu'il peut mourir même sans qu'il y ait un combat... Il suffirait juste de quelques gouttes de poison et alors adieu Radoslav... et je sais que je peux me faire tuer juste pour prononcer ses mots mais parfois juste l'imaginer ne fait que du bien. Et même si je sais que je dois me taire, que je ferai mieux de me taire, parfois c'est juste trop difficile pour se taire. Tu sais pas ce qui se passe là-bas Shana, t'as aucune idée de comment ils sont traités dans l'arène et dans la rue. Tu te charges de les ramener ici, puis, ils sont vendus. J'imagine que vous avez pas besoin d'en savoir plus mais tu sais tout comme moi que ce n'est qu'une illusion, tout ce foutu monde c'est une illusion et j'ai l'impression d'en crever parce que je sais très bien que rien ne changera jamais. » Mon regard déterminé, ma voix emplie de colère et d'amertume à mon tour alors que j'étais sincère, alors qu'au fond j'aimerai les voir tous crever comme des chiens. Et je savais que tout aussi que officiellement Shanareth serait censé aller le voir pour lui faire part de ce qu'elle avait entendue, mais je savais qu'elle n'en ferait rien, ayant, oui, confiance en elle. Me forçant à contrôler les battements de mon coeur qui n'en n'étaient que venus à s'accélérer, ce qui n'était pas une chose aisée. Mais je savais tout aussi que même si je prononçais ses mots, j'aurai sans doute toujours trop peur pour mettre ma menace à exécution. Faible. Tout comme je savais qu'elle devait entendre mes excuses parce que consciemment ou pas, je lui avais fait du mal.

Ma main se posa sur la sienne alors que j'en venais à prononcer d'autres mots, ceux là bien plus maladroits que les précédents. C'était stupide mais j'avais besoin qu'elle me pardonne parce qu'elle comptait pour moi, et que pour le moment elle était mon seul rempart contre ce monde. « Panique ou pas, t'aurais pu le faire savoir autrement que comme tu la fais. Je me serais bien passée de cette morsure sur ma lèvre. Tes excuses me touchent et je les accepte, si tu consentes à ne plus me mordre de cette façon, enfin seulement pendant nos ébats. Cela va de soit. » Et de nouveau, je cramponnai ses doigts un peu plus fort comme si elle était ma bouée de sauvetage, comme si j'avais peur que lâcher ses doigts n'en viendraient qu'à la conduire à m'abandonner. Les battements de mon coeur s'accélérant de nouveau alors que le petit sourire qu'elle en afficha en coin ne me permet que me sentir un peu soulagé, comme si un poids était ôté de mes épaules, comme si je pouvais enfin respirer. Me penchant vers elle alors que j'en venais à poser une main sur son bras avant de l'embrasser subitement. La sensation de ses lèvres contre les miennes alors que la sensation de manque était toujours là, alors que j'en venais à me rendre compte un peu plus que j'avais besoin d'elle, que je tenais trop à elle pour la voir souffrir par ma faute. L'envie de rompre cette distance pour ne faire qu'un avec elle, mais je savais qu'il y avait toujours ce risque qu'il débarque alors je me reculais, reprenant ma place initiale à ses côtés.

Son front en venant à se coller contre le mien alors qu'elle reprenait la parole. « Si jamais il vient à l'apprendre, je m'engage à prendre l'entière responsabilité. ton autre main caresse sa nuque. Je préfère subir milles tourments, qu'on me casse les genoux, me faire arracher le cœur à main nue ou encore me faire dévorer vivante par une horde de vautours, que de te voir souffrir ... j'en crèverais si il devait un jour t'arriver malheur ... j'en crèverais. »  Trop absorbée par ses mots, trop absorbée par ce regard ancré dans le mien pour entendre les pas de Roan qui s'approchait. Pas une seule fois, je ne me rendis compte de sa présence. J'aurai dû. Une larme coula le long de sa joue avant qu'elle n'en vienne à déposer un baiser sur mon front et se lever. Et je restai juste là, incapable de prononcer un mot, ne sachant quoi lui dire. Figée sur place comme je l'avais été lorsqu'elle m'avait avouée m'aimer, incapable de savoir comment réagir. Et, puis, soudain, une ombre. Un mauvais pressentiment. Lentement j'en venais à tourner la tête pour le découvrir. Ses mots résonnant en écho dans mon esprit. « Oh… c’est mignon, je ne te croyais pas capable de tenir un tel discours Shannareth. » Il savait. La peur prenant possession de mon coeur. Peur qu'il l'a tue. Tout ce que je redoutais était en train d'arriver. Je pouvais lire dans ses regards une envie meurtrière alors que je me levais. Automate avec cette impression que mon coeur ne m’appartenait plus. « S'il te plait... » A cet exact moment, hormis le supplier, je savais que rien ne pourrait le retenir de vouloir nous tuer. Si je n'avais fait que repousser l'échéance, j'aurai pourtant dû me douter qu'un jour ou l'autre cela arriverait. « Ce jour est peut-être arrivé. » Il l'était. Définitivement. « Viens ici. » Sa main sur sa dague. Je pouvais voir que toute occasion serait bonne pour combattre et que quoique je ferai Roan céderait à ses pulsions bestiales parce qu'il était comme ça. Tant l'homme me dégoûtait, je savais pas moins qu'il était mon maître, que je devais lui obéir. Je fis un pas dans sa direction. Elle allait tout prendre pour moi. Je pouvais pas la laisser faire cela. Je pouvais pas la laisser mourir pour moi. Mais qu'est-ce que je pouvais faire alors que je n'étais rien, qu'une simple esclave qui ne savait même pas se battre réellement. Continuant à avancer dans sa direction. Regardant cet homme qui me considérait comme sienne. Regardant cet homme qui ne faisait que me dégoûter et m'attirer. Cet homme qui avait tous les pouvoirs. Et, soudainement, je me figeai au milieu, comprenant que je ne pouvais pas juste marcher vers lui comme cela en laissant Shanareth derrière moi. « Je peux pas. » Un murmure qu'il n'entendit pas avant que je n'en vienne qu'à reprendre la parole, un peu plus fort :  « Je peux pas. » Me reculant doucement pour me planter devant Shanareth, comptant faire obstacle avec mon coeur.  « Je peux pas te laisser la tuer. » Secouant la tête alors que je reprenais la parole, des larmes coulant déjà le long de mes joues. Mon regard croisant celui de Shanareth alors que j'en venais à me retourner vers lui, affirmant : « Tu comprends pas... je peux pas te laisser la tuer parce que... je l'aime. » M'avançant vers lui alors que la colère en venait à déformer ses traits. Tombant à ses pieds alors que j'en venais à lever la tête vers lui, les cheveux emmêlés, des larmes coulant le long de mes joues, suppliante. « S'il te plait, la tue pas, je ferait tout ce que tu veux, je l'oublierai mais s'il te plait, laisse là vivre. »

Invité
Invité
Anonymous

We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan] Empty Re: We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan]

le Lun 4 Juil - 23:59
We are all broken, that's how the light gets in.

Tu soupires. Pourquoi ne veut-elle pas comprendre qu'en tant qu'esclave, elle n'a aucun mot à dire ?! Et même si elle souffre de la situation dans laquelle elle se trouve, tu ne saurais comment faire pour la consoler - parce que tu fais partie de ceux qui exècrent les esclaves, les traitent comme des animaux et qui les chassent pour mieux les réintroduire dans leur vie de misère. Pourtant, tu as des sentiments pour l'une de ces êtres que tu surnommes les inférieurs - mais tu n'as jamais considéré la jeune femme comme faisant partie des rats et des vermines - à tes yeux, elle a toujours été plus que ça - cependant, le plus que tu vois en elle, les autres mercenaires ne le voit pas. Parce qu'ils ne ressentent pas la même chose que toi vis à vis d'elle - alors, c'est pour ça qu'elle doit apprendre à la fermer à leur présence, ne pas oublier ce qu'elle est, et eux ce qu'ils sont et ce qu'ils sont capables de faire à une esclave qui ose leur manquer de respect. T'espères que maintenant, elle retiendra la maison, ce qui est moins sûr, connaissant par coeur le tempérament suicidaire de la jeune femme en face de toi. « En effet, je n'en ai aucune foutu idée et je veux pas le savoir. Moi, tout ce que je te demande, c’est de ne plus leur tenir tête. Ils n’ont pas la même vision que moi à propos de toi. Pour eux, tu n’es rien de plus qu’une esclave parmi tant d’autres. Alors à l’avenir évite de les prendre de haut, ça t’évitera d’autres ennuis de ce genre. » Si tu dis ces mots, c'est parce que tu ne tiens à la retrouver attacher à un poteau, le dos déchirer par un énième coup de fouet parce que mademoiselle aurait dit le mot de trop au mercenaire du coin. C'est bien d'avoir des convictions, des idéaux - mais elle en parle avec la mauvaise personne. Tu es mal placée pour manifester contre l'esclavagisme. Tu veux bien la libérer elle de sa prison, mais pas les autres. Elle, oui mais les autres, ils ont qu'à se trouver quelqu'un d'autre pour plaider leur cause. Puis, tu sens ses doigts s'accrocher aux tiens, alors que tu acceptes ses excuses. Malgré la douleur persistante et lancinante sur ta lèvre inférieure, tu acceptes de lui pardonner sa faute - t'en as fait des biens pires que ça dans la vie, alors c'est pas une morsure qui va t'éloigner d'elle. Soudain, tes lèvres se retrouvent sceller aux siennes. Le baiser est passionné - et depuis le début de cette soirée, ça t'avait manqué. Sa présence toute entière t'a manqué - même en rogne contre elle, tu avais ressenti du manque comme une droguée qui a besoin de sa came pour se sentir bien. Tout s'arrête trop vite et tu soupires. Encore cette peur, d'être découvert - assez de vous cacher, mais c'est ça où c'est la mort. Alors, tu acceptes la distance. Puis l'instant d'après, tu viens coller ton front contre le sien, lui promettant que si Roan venait à apprendre ce qui se passe entre vous, tu prendrais l'entière responsabilité. Refusant catégoriquement de la voir souffrir une fois de plus sous le joug de ce salaud qui ne la mérité absolument pas. Soudain, la voix de l'homme en question fait écho à tes oreilles. Tu restes figée, ferme les yeux - tu grognes. Depuis combien de temps est-t'-il là ?! A-t'-il entendu ce que tu viens de dire ?! Apparemment oui. Parce qu'il te dit ne pas croire que tu puisses être capable d'un tel discours. Tu te retournes pour lui faire face. Ton regard se plonge dans le sien, tu souris en coin. « C’est drôle, mais moi non plus je ne m’en serais jamais cru capable, jusqu’à ce que je tombe sur elle. » tu poses tes yeux sur Ezra, puis à nouveau sur Roan. Il lui ordonne d'avancer - alors tu regardes la jeune femme et du regard lui fait signe d'y aller, que tout irait bien pour toi et qu'elle ne devait en aucun cas jouer les héroïnes. Elle s'exécute, mais soudain, en milieu de route elle s'arrête comme paralysé. « « Ezra … qu’est-ce que tu fais ?! … Avance ! … » souffles-tu à son égard, les dents serrés pour pas que Roan ne t'entende. Qu'elle ne pense même pas à faire demi-tour. Si elle fait ça, tu la tue tout de suite. Et ce que tu ne voulais qu'il se produise, et en train de se produire sous tes yeux. Elle fait marcher arrière et revient se planter devant toi. Ta main claque contre ton front, désespérée. « … Branwada ! … » siffles-tu méchamment à son encontre - tu lui avais bien dit de ne pas jouer les héroïnes. Et maintenant, il va la massacrer aussi. Putain, tu veux lui sauver un temps soit peu les miches et elle, elle veut jouer les trompes la mort. Mais ta colère s'estompe, lorsqu'elle avoue pourquoi avoir fait ça. Elle t'aime. Les traits de ton visage s'affaissent, deviennent plus calmes, mais surtout plus doux. C'est la première que tu l'entends de sa bouche et ça te fait quelque chose. La pompe te servant de cœur, bat pour elle et l'entendre dire qu'elle t'aime, le fait battre un peu plus fort. Soudain, lorsqu'elle s'agenouille devant lui pour quémander son pardon et de ne pas te tuer - ton sang ne fait qu'un tour. Tu ne supportes pas de la voir ainsi, il faut que tout ça cesse et maintenant. Ton regard se tourne vers la jeune femme : « Ezra … ça suffit, relève-toi ! Laisse-le venir, je préfère qu’il déverse toute sa rage sur moi que sur toi … il est temps que je prenne mes responsabilités et que j’assume les conséquences de mes actes. » puis ton regard se tourne vers le mercenaire. Tu ne cilles pas, si du sang doit couler ce soir, tu préfères que ce soit le tien. « Allez Roan ! Aie un peu de fierté et vient donc te battre avec quelqu’un de ta carrure, ça te changera. » Oui qu’il vienne s’en prendre à toi et qu’il laisse Ezra tranquille. Qu’il vienne se mesurer à quelqu’un de sa taille, une personne capable de se défendre et de lui rendre les coups. T’es sans aucun doute mal placé pour dire de tels mots, étant toi-même une lâche qui se complaît à martyriser les plus faibles que soit, mais là c’est d’Ezra qu’il s’agit et contrairement à lui, jamais tu n’as levé la main sur elle de façon agressive et ne compte pas le faire de sitôt. « Je t’attends ! » Ouvrant les bras pour l’accueillir, tu lui jettes un regard empli de défi. Il viendra, c’est sûr. Et tu espères en ton fort intérieur qu’Ezra n’aura pas imbécillité de s’interposer. Si elle se prend un coup perdu, tu t’en voudras amèrement toute ta vie.  
Invité
Invité
Anonymous

We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan] Empty Re: We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan]

le Dim 4 Sep - 22:49
Rp archivé suite à la suppression de Roan. Si vous souhaitez le poursuivre Shana et Ezra, je vous laisse le soin de me mp je vous le remettrai dans la cité rahjak We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan] 484338566
Contenu sponsorisé

We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan] Empty Re: We are all broken, that's how the light gets in. [Shana + Roan]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum