Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : Précédent  1, 2

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 24145 Thomas B.-Sangster lux aeterna Signa ©crack in time ♥ Unicorn, crackship whihakayda, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 100
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Mar 18 Avr - 2:18



C’était confus cette histoire dans sa tête. Compliqué. Ce n’était pas son histoire mais il pouvait juste essayer de la comprendre en entendant les faits qui lui étaient contés par cet homme qu’il trouvait tout aussi étrange que ce qu’il lui avait expliqué cinq minutes plus tôt. Il n’avait pas envie de trop réfléchir à tout ça. Il tentait de laisser un passé qui ne le concernait pas dans le passé. C’était plus simple de ne pas se poser trop de questions sans avoir Laserian pour lui raconter sa propre version des faits. Il aurait pu l’avoir en allant le voir comme le lui avait proposé Ozvan mais avait rejeté cette proposition aussi tôt après l’avoir écoutée. S’il voulait le revoir, bien évidemment. Mais il ne voulait pas le revoir pour le perdre à nouveau. C’était beaucoup trop douloureux pour songer à commencer cette aventure de les retrouver avec un parfait inconnu.  

Parler de la jument était son échappatoire pour ne pas penser au reste. Ce n’était clairement pas évident de mettre entre parenthèse se qu’il venait de se passer pour ne se concentrer que sur l’animal mais c’était la meilleure des choses à faire pour que tout se déroule bien. Il se méfiait encore un peu du Rahjaks pour ses origines mais pouvait encore se raisonner pour qu’aucune bêtise ne soit dite pendant cette rencontre. Laserian ne devait pas savoir pour les kidnappés terriens comme cent en rencontrant cet homme et en revenant ils n’en avaient pratiquement pas parlé parce que Liam avait choisi de se taire et qu’ils avaient respecté son choix. Peut-être que cet Ozvan faisait partie des rares qui n’approuvaient pas, qui passaient de moins en moins de temps chez eux, préférant la vie de vagabonds. Une partie de lui avait envie de lui en parler, de lui demander pour être sûr de parler à la bonne personne. Il ne voulait pas se tromper, se faire avoir mais à moins d’être un excellent acteur, rien dans l’attitude du Rahjaks ne lui donnait l’information pouvant l’accuser. Quelque part la confiance que portait Laserian pour cet homme lui montrait qu’il pouvait en faire de même. Il y avait toujours des exceptions.

Parler de la jument fut comme une pause à toutes ses questions qu’il ne voulait pas poser mais qui finiraient à un moment ou à un autre par sortir sans qu’il le veuille. S’il pouvait se montrer calme, faire comme s’il gérait cette situation que Laserian lui imposait, ce n’était que d’apparence. Il n’avait rien contre cet homme mais son passif avec son peuple lui disait de se méfier plus que raison. « Elle à l'habitude du nombre, elle à grandit en parti dans la cité de feu ... Ma cité. » « Oh. » Il avait se sentiment d’être stressé sans raison valable. « Elle venait partout avec moi, elle à traversé tous le pays, s'est rendu dans tous les villages ...  » Cette simple phrase le rassura même s’il restait prudent par simple précaution. Il avait supposé juste. Il passait plus de temps à l’extérieur que dans la cité, était peut-être un peu plus ouvert, un peu plus moderne dans sa façon de penser que ceux et celles de la cité du désert. « Pourquoi ‘de feu’ ? » La chaleur du désert était incontestable surtout lorsqu’on le traversait de façon presqu’inhumaine mais de là à s’autoproclamer cité de feu. C’était un peu gros. Liam n’était pas étonné que les grounders les aient appelés les enfants du ciel. C’était débile parce qu’ils n’étaient pas nés pouf comme ça dans les étoiles. Ça avait du sens oui, ils étaient descendu du ciel mais bon, il était vrai que leur façon de parler pour décrire les choses étaient parfois un peu trop tirée par les cheveux.

« Et visiblement Elle t'apprécie donc ce n'est pas le problème. » Il ne sait pas trop comment y faire, Liam, avec les chevaux si bien que lorsqu’elle lui mâchouille son vêtement, il la tapote sur le naseau en espérant, peine perdue qu’elle comprenne qu’ils n’en ont pas par dizaine des vêtements comme celui là mais visiblement le message ne passe pas, pire, la jument s’en fiche complètement. Elle l’aime bien oui, il aimerait bien qu’elle l’aime un peu moins en cet instant. Mais au moins ce geste qu’il suppose affectueux aurait eu le dont de lui faire oublier un moment la question qu’il vient de poser. Ce n’est pas l’important ici pas vrai, Elle ? « Il se peut qu'elle ait changé de maître trop vite par deux fois, après tout elle à passé plus d'une dizaine d'années avec moi.  Et je lui ai fait comprendre qu'elle devait suivre Lasérian, il se peut que la transition entre lui et toi ne lui semble pas claire. » Un rire nerveux le prend. Ce n’était pas clair non plus pour lui alors pour la jument.  Tout ça, c’est tellement surréaliste.

« Dans un prochain avenir il faudra que tu sois ferme et avertisse les autres que seuls quelques uns peuvent l'approcher librement. Les autres devront le faire sous ta présence ou celle de ceux en qui tu auras confiance. » Il hoche la tête même s’il n’a rien d’un commandant dans l’âme, c’est peut-être pour ça aussi qu’elle est partie. Après tout elle est libre d’aller où elle veut. « D’accord. » Il pense aussitôt aux kidnappés, à Gamora. S’il fait également confiance à d’autres personnes au sein du campement, c’est eux à qui il pense en premier, à qui il pense pouvoir faire totalement confiance. Il se demande si elle tient au froid, toutes ces petites choses peut-être idiotes mais importantes pour celui qui n’y connait rien. Nourrir un cheval n’est pas la priorité de ceux qui s’adaptent encore à leurs conditions mais Elle leur sera utile pour des petits trajets quand ils auront besoin de mains supplémentaires pour transporter deux trois choses. Pas trop lourdes, qu’elle ne s’inquiète pas, son but n’est pas de l’user à la tâche même si certains flemmards en profiteraient bien. Faudra faire attention, il ne pourra pas être là tout le temps. Il veut bien essayer d’appliquer à la lettre les conseils du vieil homme mais y’a pas trop de règles dans le coin : ils tentent juste de cohabiter dans les meilleures conditions possibles.

« J’aimerais autant ne pas prendre dans nos réserves. Enfin, c’est préférable. » Même s’il sait les cent compréhensifs sur certains points, s’ils comprendraient aisément les avantages d’avoir Elle parmi eux, ils y verraient tout aussi tôt les inconvénients. « Si tu tombes ce n'est pas grave, tout bon cavalier commence généralement avec une chute et davantage. Il n'y à aucun ridicule à cela, je vais t'apprendre mais alors avant que tu ne puisses parfaitement la maitriser tu devras être le seul à le faire. Et te montrer intraitable sur ce point, si ça te va on peut déjà faire un essai maintenant. » Il se tait même s’il comprend que la jument pourrait se cabrer même si elle a rencontré d’autres que lui lorsqu’elle n’avait pas joué la fugueuse. Encore une fois il ne peut rien promettre sur ce que le Rahjaks lui demande. Il peut juste essayer et c’est déjà pas mal. Comme d’apprendre à devenir … comment les appelaient-ils déjà dans l’ancien temps ? Ah oui, des cavaliers. Lui il allait juste essayer de lui grimper sur le dos sans tomber de l’autre côté : une chose à la fois. Il espérait qu’elle ne s’amuserait pas à filer au galop dès qu’il tenterait l’expérience. S’il l’aimait bien même si elle s’était amusée à s’attaquer gentiment à ses vêtements et ses chaussures, il était certain qu’une belle chute lui donnerait la phobie des chevaux. « J’risque pas de retomber de l’autre côté, vrai ? » Il préférait poser la question. On était jamais trop prudent.

avatar
27/05/2015 I 4561 Anson Mount AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette Eclaireur & Orientation & Combat 92
† Hell Ain't Civilized †


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Dim 11 Juin - 17:12


Liam & Ozvan @The Spring & @The Summer

Plus les secondes s'écoulaient, plus l'homme du désert ressentait l'étrange impression d'avoir posé les pieds dans un monde parallèle au sien. Comme s'il eut franchi une ligne invisible qui le transportait dans une portion de l'île accessible qu'aux rares détenteurs de l'emplacement magique. Parler à cet adolescent se révélait beaucoup plus compliqué qu'a tous ces petits Rahjaks qui l'attendaient à son retour dans la cité de feu. Afin qu'il leur conte les récits extraordinaire de ces voyages. Ce qui alors lui ramenait toujours un sourire franc sur le visage, car il lui semblait alors tomber dans une fontaine de jouvence, lui redonnant de l'énergie pour ses prochaines aventures. Ici malgré la beauté du lieu, ça se comparait plutôt à une douche froide, alors qu'on s'attendait à tomber sur une source chaude. Généralement il dit les choses telle qu’elles doivent l'être, sans fioritures. Le vagabond il ne s'attarde jamais à prendre des gants. Mais ici Ozvan à très vite déchanté, celui qui lui fait face, Liam, un débarqué, un de ces enfants expulsés de leur boîte de l'espace pour se débrouiller sur cette terre. Le Garçon ressemble à un champ de mines. Sur laquelle à tout moment il pourrait exploser s'il ne fait pas attention à sa manière de se déplacer.

Le voyageur il s'est amené ici, presque la fleur à la boutonnière, en traînant néanmoins le pas, imaginant qu'il se débarrasserait de cette promesse le temps de la dévoiler. Persuader que retourner la jument enfuit à son nouveau propriétaire suffirait à celui-ci pour lui faire avaler la couleuvre. Mais il ne faudrait pas s'y méprendre, Son désir de se défaire de cette "corvée" ne change pas la sincérité de la parole donnée à L'explorateur ami désormais éloigné de ses anciens compagnons. Trop différents avec leurs doutes, leurs incertitudes, leur passé il faudra du temps à l'homme du désert et l'enfant des étoiles pour s'apprivoiser. A priori, en dehors de Laserian, rien ne les lie. Et même ce récit-là, imprécis, manquant des nuances du vécu, les écartèlerait plutôt que de les rapprocher. D'ailleurs d'après les réactions du jeune homme, L'éclaireur comprend qu'il ne doit pas s'y attarder, alors il ferme la boîte de pandore à l'intérieur de son crâne. Il ne la rouvrira que sur la demande de Liam, pour autant qu’ils se revoient dans le futur. L'intérêt diverge alors sur Elle, douce, calme, curieuse, prête à s'attacher à ce débarqué qui ne sait pas vraiment quoi faire d'elle. Mais qui le voudrait, et ça suffit à Oz pour vouloir l'épauler en le guidant de sa longue expérience avec le seul compagnon qu'il s'est autorisé à avoir dans sa longue vie.

Alors Ozvan il se laisse entraîner vers cette porte de sortie sans se débattre, tant est qu'il pourrait se montrer intarissable à ce sujet. Mais il se retient car il détecte bien la méfiance à son égard, pas simplement à cause de cet incident confus avec l'ami de Liam. Le Rahjak se doute que son appartenance au peuple du désert ne réjouit pas vraiment l'adolescent. L'Eclaireur y songe peu pendant ses pérégrinations, parce qu'il s'en détache tous les jours, il se veut sans appartenance, libre, mais ça ne se présente pas aussi facilement chez les autres. Si liam souhaite lui poser des questions à ce sujet, il y répondra, mais de son côté il n'en fait pas la proposition, car il aurait l'impression de se vendre. « Oui ma cité, la cité des flammes tu l'as connais ? » Questionna Ozvan curieux suite à ce *Oh* qui en exprime beaucoup plus que sa signification première « J'y vais très peu désormais, je ne m'y plais pas beaucoup, je préfère crapahuter dans la forêt... par ici »Confirmation par ces quelques paroles pour les interrogations silencieuses du Débarqué sans le savoir. Bien qu'il cherche surtout à appuyer sur le fait qu'il ne se considère plus à l'image de ce peuple qui asservit d'autres humains. Puis le voilà Désarçonné L'homme du désert par une question incongrue.

« J'avoue que je ne m'en suis jamais vraiment demandé la raison, peut-être parce qu'il y fait très chaud à côté du reste de l'île, puisqu'elle se trouve en plein milieu du désert » Le Rahjak n'a jamais vraiment cherché à fouiller l'histoire de son peuple, dès son plus jeune âge il s'est assuré avec son oncle de s'y trouver le moins possible pour que ses problèmes d'humeurs ne lui causent aucun soucis. « Je pourrais me renseigner si tu veux » Lui Ozvan il s'en fiche un peu, mais si ça peut faire plaisir au débarqué il s'en chargera, ça lui donnera de l'occupation la prochaine fois qu'il s'y rendra. Le regard du vagabond s'attendrit devant les interactions de la jument envers le jeune homme qui se retrouve un peu dépourvu face à cette dernière. « Bien qu'elle en donne l'image, elle ne te mangera pas, je pense qu'elle te dit qu'elle veut rester avec toi. Et tu peux lui tapoter doucement le bout des naseaux si tu veux qu'elle arrête, elle comprendra, elle aimait bien mâchouiller mes vêtements quand elle voulait de l'attention. Rassure toi elle ne m'a jamais mordue, par contre je ne réponds pas de ce qu'elle ferait si on voulait lui faire du tort » Et là il ne parle pas de Liam mais de ses camarades atterris avec lui. Il en a croisé certains pas tout à fait clairs dans leur tête, bien que la plupart semble corrects.

Le voyageur continue donc à lui donner des indications précises qui résonnent singulièrement dans ce silence. Bien qu'il sache que Liam n'en perde pas une miette parfois il craint de s'adresser au vide. Oz il aime cette Alezane d'un amour profond, la céder à l'explorateur provenait d'un acte de rédemption, la livrer aux mains de l'ami de ce dernier lui enfonce une pointe dans le cœur comme si tout lui échappait. Il ne se désengagera pas Néanmoins, de cet étrange enchaînement « Oui c'est important que tu puisses compter sur la vigilance de personnes à qui tu fais confiance, vous êtes un communauté, et on y retrouve malheureusement toujours des envieux, des jaloux et des malintentionnés » Ses instructions peuvent être mal interprétée, il n'accuse pas les autres de se comporter mal, pas tous. Mais il trouve indispensable de ne pas ignorer cette possibilité afin de prévenir les accidents. Ozvan ne discute pas sur le fait qu'on ne peut se retrouver partout à la fois. Personne malheureusement ne possède le don d'ubiquité. Alors il rajoute « Quand je serais dans le coin, je ne manquerais pas de veiller sur elle » Sans pour autant faire forcément acte de présence. « Ne t'inquiète pas je t'apporterais tout le nécessaire pour elle jusqu'à ce que vous vous débrouilliez ... Et non tu ne tomberas pas si tu te stabilises bien, veux-tu essayer de faire un tour ? Je la tiendrais » Le Rahjak l'encourage à s'approcher de la main afin qu'il l'aide à se retrouver sur le dos d’Elle et lui donne ses premières ressentis sur cette première fois.


Say farewell but don't say goodbye

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 24145 Thomas B.-Sangster lux aeterna Signa ©crack in time ♥ Unicorn, crackship whihakayda, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 100
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Mar 25 Juil - 1:09





Il observait la jument du coin de l’œil sans pour autant perdre une miette des informations qu’allait lui donner ce voyageur du désert. Il n’avait pas vraiment essayé l’art de monter à cheval. Lui et la jument ne se connaissaient pas forcément très bien et il avait eu en tête tous les accidents possibles qu’il n’avait pas eu envie d’essayer pour qu’elle se braque et l’envoie à terre ou contre un arbre. Il l’aimait bien cette jument mais n’avait jamais senti l’irrépressible envie de faire des kilomètres sur son dos. Puis il ne savait pas trop comment elle allait aussi, il avait tout simplement préféré leur éviter tous les deux bien des désagréments qui se seraient terminés en guerre froide à chaque fois qu’ils auraient le malheur de se croiser. Cela n’avait pas été le cas même si elle s’était enfuie. Pauvre bête, la voilà qu’on l’avait ramenée alors qu’elle avait souhaité partir. Le Rahjak disait qu’elle l’appréciait. Oui, il voulait bien le croire mais n’était pas certain qu’elle se ferait à ce lieu qui devait encore être bien étranger pour elle même s’il lui disait qu’elle avait beaucoup voyagé à ses côtés. Sans doute le barbu lui avait-elle manqué, nostalgie de celui qui l’avait laissée à Laserian qui était parti à son tour.

La voilà qui semblait peser tout ses espoirs sur celui qui ne préférait rien promettre tout lui caressant affectueusement le bout des naseaux. Il n’avait pas de problème avec les recommandations du Grounder, se demandait juste si la jument allait finir par s’accoutumer à ce changement de propriétaire. C’était étrange d’avoir une jument ‘à lui’ alors qu’ici tout ou presque était mis en commun pour le bien de cette communauté qu’ils s’étaient créés avec le temps. Si Ozvan semblait très pointilleux quant au comment il devrait se comporter dans le futur avec Elle, lui émet également quelques conditions. Si ce n’est pas forcément dérangeant pour eux de prendre deux trois légumes par jours pour la jument, si sa ration journalière est plus conséquente, cela va devenir problématique pour eux qui, même en se débrouillant de mieux en mieux dans le domaine des plantations, ce n’est pas toujours très simple surtout d’avoir une ration supplémentaire n'étant de plus pas humaine.

Il regarde la jument quand l’heure de tenter de grimper dessus arrive. Il n’est pas très à l’aise même s’il a vu plus d’un Grounder le faire avec une aisance folle. C’est nouveau pour lui, il découvre totalement l’art d’être cavalier, objectif qu’il ne cherche pas à atteindre. S’il arrive juste à se débrouiller avec l’animal sans se casser les os au passage, ça sera déjà du miracle. En bon débutant, sa question était toute légitime. Quand à la cité de feu, oui, il voulait bien. Il aurait bien aimé qu’on lui apprenne l’existence d’une telle tribu avant qu’ils ne lui tombent dessus mais le sujet était clos, il préférait nettement s’intéresser à la jument plutôt qu’aux Rahjaks et c’était tant mieux puisqu’Ozvan ne semblait plus être en phase avec ce qui avait été son peuple pendant bien des années.

« Et tu peux lui tapoter doucement le bout des naseaux si tu veux qu'elle arrête, elle comprendra, elle aimait bien mâchouiller mes vêtements quand elle voulait de l'attention. » « Oh je comprends mieux maintenant. » Il n’avait pas vraiment su comprendre ce que tentait de lui dire de temps à autre la jument d’Ozvan. C’était sans doute pour ça qu’elle avait finit par partir, par le bouder, en quelque sorte. « Désolé, Elle mais t’as vu je sais maintenant. » Petit sourire réservé qu'à la jument qui sembla le comprendre et lui pardonner par la même occasion. « Oui c'est important que tu puisses compter sur la vigilance de personnes à qui tu fais confiance, vous êtes une communauté, et on y retrouve malheureusement toujours des envieux, des jaloux et des malintentionnés. » « Je sais. » Ils ne s’étaient pas encore trop tapés dessus, s’étaient débrouillés pour parvenir à s’entendre malgré leurs caractères bien trempés pour ne pas faciliter la chose aux terriens que pour se prendre la tête pour une jument. Il savait qu’ils sauraient comment gérer pour ne pas qu’ils soient tous à vouloir tenter l’expérience d’une promenade de santé à cheval. Ce n’était pas forcément ça le problème. Le problème se situait dans le comment allait-on pouvoir s’occuper d’un cheval alors que c’était la première fois qu’il en voyait un d’aussi près, un qu’il pourrait monter, un qu’il devrait apprendre à s’occuper. Une.

« Quand je serais dans le coin, je ne manquerais pas de veiller sur elle. » « D’accord. » Il ne voit pas d’objection après tout, c’est sa jument. Elle risque cependant de se retrouver à l’intérieur du campement, il ne sait pas encore, un endroit auquel il n’aura pas accès. Liam se tait sur ce point tout en sachant que le Grounder s’en doute. Enfin. Ce n’est pas comme s’ils étaient nombreux à vivre à l’extérieur du campement. S’il se méfie encore de toute personne appartenant à la cité de feu, il sait qu’il accorderait une confiance toute relative à trois d’entre eux et Ozvan en fait partie parce qu’il se montre avenant quoiqu’un peu bourru par moments. Ils sont deux à ne pas savoir comment s’y prendre avec l’autre mais Liam se sent prêt à vouloir faire un pas vers lui pour apprendre tout d’Elle qui ne semble pas vouloir lui faire la surprise de s’écarter à chaque fois qu’il tente une approche pour tenter l’expérience de l’équitation. « Te moque pas de moi. » C’est qu’il le lance à la jument d’un air boudeur. Il sait qu’elle voit bien qu’il ne se sent pas à l’aise. Les animaux le sentent, il en est certain.


avatar
27/05/2015 I 4561 Anson Mount AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette Eclaireur & Orientation & Combat 92
† Hell Ain't Civilized †


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Dim 20 Aoû - 15:22


Liam & Ozvan @The Spring & @The Summer


Entre ce que le cœur désire, l'esprit souhaite et la parole que l'on donne, la réalité redresse parfois son museau pour tenter de remettre toutes les idées bien en place dans la tête de ceux qui souhaitent la contourner trop vite. La vérité criante de l'Alezane restait que toute son existence, jusqu'à ce qu'elle soit cédée à Laserian, elle la passa auprès de l'homme du désert. Si elle aimait, regrettait sa vie, elle seule possédait la possibilité d'éclaircir tous ces points. Malheureusement entre elle et les humains, la communication passait par l'interprétation des signes et la compréhension des sons que chacun émettait. Il restait donc toujours une part d'incertitude. Néanmoins on pouvait s'accorder à croire qu'elle déplorait inconsciemment ses anciennes habitudes, et que le but de son escapade consistait à rejoindre Ozvan. Heureusement que finalement ils se percutèrent l'un, l'autre. car il eut été déplaisant au vagabond de l'imaginer blessée dans un lieu où il ne pourrait pas lui venir en aide. Et dieu sait qu'elle eut pu en faire des kilomètres, Elle, après avoir parcouru autant de fois des paysages si divers. Mais ce qu'il n'ignorait pas non plus, et n'étalait pas dans cette conversation, c'est que bien avant de passer le relais à Lasérian, il désirait trouver un lieu pour que sa jument puisse finalement finir la fin de son cycle. Afin qu'elle ne termine pas ses dernières années s'épuisant à le servir. Et Ozvan ne doutait pas qu'auprès de Liam elle verrait encore se lever bien des printemps.

Au-delà du souhait de Lasérian, ainsi que de toute l'émotion à la fois positive et négative que cela impliquait l'enfant du ciel, l'Eclaireur embrassait toute la problématique de cette nouvelle présence dans la vie du jeune homme. Ou de tout son camp. S'appuyant sur son expérience le Rahjak Comprenait bien pour que Liam ne se fasse  pas harceler sur l'intégration de Elle parmi les siens, toute complication devait être effacée. La nourriture pour eux ne se récoltait pas par miracle dans leur poche. De plus la venue d'un terrien trop visible s'interpréterait aussi comme une menace par certains. Jusqu'à présent les précautions prises avec Gamora et Rose évitèrent un quelconque incident, il fallait donc continuer dans ce sens avec le protégé de l'explorateur « Si tu veux tu n'auras qu'à me désigner un endroit où je déposerais la nourriture qui lui ait destinée. Tu pourras aussi me laisser un message si jamais tu en éprouves le besoin. Et s'il te manque du papier je peux t'en fournir » Puisqu'il en transportait toujours sur lui dans l'éventualité où il croiserait Ahn, la petite artiste de son cœur qui devenait de plus en plus rare, ou alors Amaryllis qui appréciait tant dessiner. Ozvan n'imposait rien, Liam accepterait ou non, selon qu'il déciderait si cette aide lui paraissait nécessaire. Maintenant la cause la plus essentielle pour le voyageur devenait celle d'établir une authentique affinité entre l'animal et le jeune homme, pour leur donner une chance de la faire évoluer vers un bel épanouissement après son départ.

De son côté l'Alezane y mettait du sien, curieuse de nature elle s'intéressait aux êtres qu'elle croisait, il ne lui manquait que l'attention un peu plus soutenue de Liam pour qu'elle se laisse convaincre à ne plus tenter de s'échapper de se cadre plutôt agréable pour elle. Ainsi elle titillait le jeune homme, et celui-ci bien que surpris ne fuyait pas discernant parmi les mots du Rahjak, là ou se situait la méprise. Alors que le débarqué lui adressait un petit message personnel elle frotta doucement son front contre l'épaule de Liam, acceptant visiblement ce qui s'apparentait à des excuses. Et sous la barbe du Rahjak ses lèvres esquissèrent un sourire attendri que ne retranscrit pas le sérieux de son regard. Finalement Ozvan comprenait l'attachement de Laserian pour ce garçon beaucoup plus sensible qu'il ne souhaitait le laisser deviner. Et plutôt très perceptif derrière ce visage un peu boudeur. L'homme du désert ne dépréciait pas de se découvrir devant un caractère bien trempé qui ne nécessitait pas  pour s'affirmer des cris,  de la rage, des pleurs ou des  insultes. Le voyageur se surprit à se demander comment les choses se présenteraient s’il se retrouvait avec un tel apprenti - protégé ? - dans les pattes. « Parfait si tu sais, ça t'évitera bien des problèmes » Et à lui de se répéter indéfiniment dans le vide. Il osa alors se rapprocher lentement de la jument pour la flatter dans le coup. Le rahjak pu ainsi remarquer qu'elle gardait toute son attention sur Liam « D'ailleurs elle adore quand on lui brosse la crinière, elle est un peu coquette ! »

« Je ne me manifesterais pas pour ne pas créer de problèmes à moins que tu ne ... aies besoin d'aide ou qu'elle ne se trouve dans un mauvais pas » Ce qu'Ozvan ne pourrait absolument pas tolérer si jamais il se découvrait en présence d'une maltraitance quelconque. Voulue ou non. L’homme du désert concevait parfaitement que pour l'adolescent ça s'apparentait un travail de titan, néanmoins il conjecturait aussi que très vite émergerait le plaisir de cet attachement imprévu, éclipsant les premières difficultés. Ozvan caressait doucement l'Alezane, tout en observant la communication qui s'établissait entre les deux. Au fond l'Eclaireur eut pu  s'en laver les mains et estimer que sa mission s'arrêtait là, que le débarqué saurait se débrouiller avec Elle, mais non. Il resterait encore un peu, pour transmettre les bases à ce Liam, tout en ne transgressant pas les limites permises par ce dernier quant à une certaine familiarité « Je pense qu'elle mordra tous ceux qui oseront rire de toi plutôt  » Ce qui l'incluait surtout puisque jusqu’à preuve du contraire aucune autre paire d'yeux n'admireraient ce premier essai. Le Rahjak passa doucement la longe autour du coup de la jument alors qu'elle balançait de la tête pour lui rendre le travail un peu plus difficile. « Tu peux te lancer, il me parait que tu es plutôt grand et souple pour arriver à grimper sur son dos. Mais si tu as du mal la première fois tu peux toujours prendre appui sur moi » Ozvan croisa ses deux mains de manière à ce que l'enfant du ciel puisse y déposer le pied pour se propulser sur elle, au cas où il ne réussirait pas à trouver la bonne méthode du premier coup.



Say farewell but don't say goodbye

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 24145 Thomas B.-Sangster lux aeterna Signa ©crack in time ♥ Unicorn, crackship whihakayda, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 100
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Lun 9 Oct - 0:18





Il aimait bien cette jument même s’il n’avait jamais eu affaire à un tel animal auparavant. C’était étrange, ça avait toujours été étrange de se dire que tous les animaux qu’ils n’avaient vu qu’en vidéo sur des tablettes, ils les verraient aussi en réalité, ici. Elle avait fait un bon bout de chemin, était devenue la jument d’autres propriétaires avant d’être désormais la sienne. Ça le laissait encore songeur que de se dire s’il n’y avait pas eu Laserian pour les lier, peut-être ne seraient-ils jamais rencontrés. Il ne savait pas si s’était une bonne chose ou non. Elle n’avait pas eu l’occasion de beaucoup connaître Laserian, lui manquait-elle autant qu’à lui ? Il était impossible de le savoir.  

Il savait aussi qu’il n’aurait aucun problème avec le reste de leur groupe. C’était amusant qu’Ozvan lui pose cette question puisqu’elle avait vécu une bonne partie de sa vie dans le désert même si elle avait beaucoup voyagé dernièrement. Si elle avait réussi à se faire aux Rahjaks, elle se ferait sans doute tout aussi facilement au sien. Elle s’était échappée pour un changement  trop brusque de propriétaire, il n’y avait aucun doute là-dessus. Liam espérait qu’elle ne s’enfuirait pas à nouveau. Il ne saurait pas vraiment où chercher, n’aurait pas peut-être l’envie de se perdre dans l’immensité de cette île qu’il commençait tout juste à connaitre et qu’il connaissait à la fois si peu.

Etrangement il était rassuré de savoir le Rahjak souvent dans les parages pour s’occuper d’Elle. Pas qu’il manque à ses nouvelles obligations mais il n’était pas certain de toujours parvenir à tout gérer. Il avait des obligation envers son campement aussi et il n’était pas dit qu’il se doive de partir quelques jours pour des expéditions imprévues que cela soit pour aller chez les Odysséens ou d’autres réunions qu’il n’était pas forcément prêt à aller tout de suite. Il aimait bien l’idée de toujours rester dans ce groupe des Cent. C’était la seule chose qu’il avait de plus ou moins stable dans cet univers sans arrêt changeant.

« Si tu veux tu n'auras qu'à me désigner un endroit où je déposerais la nourriture qui lui ait destinée. Tu pourras aussi me laisser un message si jamais tu en éprouves le besoin. Et s'il te manque du papier je peux t'en fournir. »  Liam resta songeur pour l’endroit. Il hésitait entre le ruisseau et le cimetière même si ce dernier était peut-être un peu trop proche du campement. S’il ne doutait pas que la jument causerait pas trop de problème aux cent, qu’un intrus vienne ne serait-ce que pour déposer seulement de la nourriture pour l’animal, c’était tout autre chose : beaucoup plus compliqué. « Ca va être compliqué pour le message même si avoir un peu de papier ne sera pas refus. Enfin c’est qu’appart de la nourriture pour Elle, je ne sais pas ce que je pourrais vous demander d’autre. » C’était déjà pas mal l’aide que le Rahjak lui apporterait ainsi. Il ne voulait pas abuser même s’il n’avait rien demandé.

« D'ailleurs elle adore quand on lui brosse la crinière, elle est un peu coquette ! » « Tu m’en voudras pas si j’le suis pas ? » Il s’adressait à la jument en tentant d’apprendre comment on pouvait bien faire pour brosser la crinière d’une jument sans brosse. « Je ne me manifesterais pas pour ne pas créer de problèmes à moins que tu ne ... aies besoin d'aide ou qu'elle ne se trouve dans un mauvais pas. » Liam hocha la tête en restant près de la jument qui semblait vouloir à ce qu’il se dépêche de réaliser son apprentissage exprès. « Je pense qu'elle mordra tous ceux qui oseront rire de toi plutôt. » Liam rigola légèrement, c’était bête. Il ne la connaissait pas mais il la sentait parfaitement capable d’agir ainsi envers ces idiots.

« Comment j’vous contacterais ? » Son expression était plus sérieuse. Ils n’avaient aucun moyen pour le joindre et il était certain que le Rahjaks ne resterait pas h24 pour le cas où lui ou Elle auraient des problèmes. La communication était plus facile sur l’Odyssée ou à l’époque d’avant. Ici, il était un peu désarçonné par une telle demande.

« Tu peux te lancer, il me parait que tu es plutôt grand et souple pour arriver à grimper sur son dos. Mais si tu as du mal la première fois tu peux toujours prendre appui sur moi. » Il était monté finalement sans trop de problème. Il remerciait sa taille pour ne pas avoir pas trop galéré dans cette tâche. Le principal était de pouvoir garder l’équilibre et ça c’était tout autre chose. Beaucoup plus compliqué. Il ne savait pas si Ozvan était bon cavalier, vers quel âge il avait appris à monter à cheval mais ça ne s’était surement pas fait en quelques minutes. « J’pense que ça devrait aller, au pire je grimperait sur une petite souche avant de tenter de lui monter sur le dos. Comment ça se passe en vrai ? Vous avez mis combien de temps pour monter à cheval ? Puis vous la connaissez mieux que moi. Je sais juste qu’elle est adorable et coquette. Qu’est-ce que je dois éviter avec Elle ? » Il se doutait seulement de certains gestes à éviter, qu’il n’aurait de toute façon pas exercé sur la jument d’Ozvan mais peut-être qu’il y avait des environnements parmi lesquels elle se sentait frileuse comme lui pour tout ce qui se résumait à des cachots. Il avait envie de la connaitre un peu mieux, de ne pas se sentir pris au dépourvu lorsqu’elle se braquerait le laissant le souffle coupé, au sol, sans qu’il connaisse la raison de cet agissement.

avatar
27/05/2015 I 4561 Anson Mount AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette Eclaireur & Orientation & Combat 92
† Hell Ain't Civilized †


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Lun 6 Nov - 17:31


Liam & Ozvan & Elle @The Spring & @The Summer


Une vie sans la nature, sans un seul brin d'herbe, sans la brise du vent qui vous caressait la peau ou vous refroidissait les oreilles, Ozvan l'imaginait difficilement. Pourtant des situations hétéroclites ou bizarres il avait dû en appréhender beaucoup au fil de sa vie. Cependant aucune rumeur ne passait d'une tribu à une autre, selon quoi des hommes naissaient, grandissait, mourraient au-delà des nuages dans l'espoir de revenir un jour sur le sol terrien. Ça restait un secret bien gardé du menu fretin dont faisait partie ses ancêtres. L'homme du désert en vérité ne se torturait pas vraiment le cerveau sur les conditions de vie dans l'espace, continuant la sienne au rythme des saisons et des rencontres. Evidemment que toute cette histoire leur paraissait étrange à eux les terriens, restés sur le plancher des vaches. Mais fallait pas trop tergiverser à ce sujet, il s'agissait d'un secret bien gardé pour ne pas mettre la puce à l'oreille de leurs ancêtres afin d'éviter de les affolés. Si étonnés semblaient ses enfants de les voir eux, les natifs, sur leur chemin. Que forcément il s'imposait très vite que la populace survivante aurait du mourir sans trop se débattre. Devait-il, lui, le vagabond ou tout autre terrien leur en garder rigueur ? A chacun sa position, pour l'homme du désert il restait entendu que les enfants ne devaient pas se voir reprocher les erreurs de leurs parents. Étrange similitude à sa propre situation, celui de fils d'un père banni et d'une mère exécutée pour tentative d'assassinat sur une personne royale.

Tout autant il ignorait le vécu du jeune homme Débarqué, il n'en connaissait que des bribes racontées par Lasérian. Mais ça ne suffisait à offrir une idée assez vaste de ce qu'impliquait cette manière de vivre si différente. On pouvait la raconter, mais tant qu'on n'en faisait pas l'expérience ça ne demeurait qu'une impression vague, cotonneuse, pour le Rahjak. La jument devenait donc un trait d'union qui les rapprochait à la manière d'un pont. Le cent découvrait la vie animale, un moyen de locomotion, une douceur inattendue devant laquelle il ignorait comme réagir exactement. Et le grounder prenait conscience de tout ce qui avait pu manquer à ses jeunes, comme si lui fut resté enfermé dans un bunker, au fond de la terre, sans jamais voir le soleil - et encore eux possédait la possibilité d'admirer un horizon sans fin -, avec une sentence implacable au-dessus de sa tête. Oui certainement il serait devenu fou, lui qui ne n'arrivait pas à se fixer dans un lieu plus que quelques mois. Et encore, si sa nièce n'eut jamais croisée son chemin, jamais il n'eut tenté cette expérience de son propre chef. Bouger sans cesse représentait sa vie « Oui ... Hum, Alors on va faire simple. Si tu n’as rien à demander bien on se contentera de la nourriture pour Elle, et puis si quelque chose te viens à l'esprit, ben tu auras qu'à faire signe ! Ça peut-être n'importe quoi, alors hésite pas. Puis Je te donnerais un peu de papier avant de m'en aller » Voilà, pas besoin de couper les cheveux en quatre, Pas d'obligation non plus, ni d'une part, ni de l'autre. Que la parole donnée pour Ozvan.

Sans doute lui offrait-il des conseils, mais sans une démonstration ça ne valait pas tripette. Cette pensée effleura le voyageur quand Liam s'adressa à la jument alezane à propos de la coquetterie. Possédait-il seulement la bonne brosse pour l'étriller, il en doutait le Rahjak, un autre objet qui s’additionnait à la longue liste à fournir à son interlocuteur. Enfin longue ... Beaucoup plus que le simple fait de lui ramener l'Alezane - Je m'en lave les mains et puis au revoir -, puis repartir. Celle-ci par contre appréciait visiblement la compagnie du garçon même si, pour des raisons qui demeuraient obscures, mais ressemblaient fort à un trop grand dépaysement, elle commença leur future épopée en le fuyant « Ça m'étonnerait qu'elle t'en veuille, je ne suis pas des plus coquets moi-même, mais je parierais facilement que tu l'es plus que moi ! » Sujet qu'il n'évoquait d'ailleurs jamais avec qui que ce soit, fallait vraiment qu'il veuille faire plaisir à l'explorateur qui crapahutait là-bas au loin pour en venir à  de telles assertions. Pour un peu il s'effrayerait de sa capacité à déclarer des détails aussi futiles. Doucement, Elle se frottait contre l'enfant du ciel ,lui accordant sa confiance, tout en l'apprivoisant à sa manière. Maintenant qu'elle acceptait la passation de celui qui la soignerait désormais. Un sujet plus sérieux émergea, soulignant une fois de plus combien les paroles se révélaient plus faciles que leur réalisation « Ah.. .Et bien  » Ozvan examina les alentours pointant un arbre un peu plus loin, assez grand pour se différencier des autres « Dès que je serais dans les parages je te déposerais, juste derrière,  un sac ou un seau contenant des vivres pour toi ou Elle »

Pas trop en évidence non plus, afin que personne n'en profita à la place du jeune homme « Dans ce cas laisse un petit mot attaché à l'arbre et si tu pas de quoi écrire, un bout de tissu fera l'affaire. Je comprendrais le message et je t'attendrais. Mais c'est sûr que je voyage et qu'à certains moments je serais beaucoup plus loin ... » Un petit bout de famille avec Freya, Puis un morceau de son cœur qui aspirait à être ailleurs, son supposé boulot d'éclaireur, les gens qu'il protégeait ... Etc. ... « Je possède une cache ... secrète pas loin ... » Ça lui arrachait un peu la langue de le révéler à une personne si éloignée de lui malgré tout. Mais il y consentait pour cette fichue promesse, de plus il ne lui communiquerait pas tout son réseau « Il y passe régulièrement quelques personnes  » La petite Ahn, Gen, Astrid, Arméthyste quand elle obtenait le droit de se déplacer puis surtout Erza qui se baladait régulièrement dans les arbres de cette forêt « je te montrerais comment y accéder, tu n'auras qu'à laisser un mot, on me le transmettra dès qu'on le trouvera ... » Ça risquait de prendre une semaine, mais il se ramènerait sans traîner. S'engager plus, Impossible.

D'accord Liam souhaitait une petite souche, dans une clairière ça devait se dégoter facilement, ou un gros morceau de rocher lui assurant de se hausser juste assez haut
« Oh là, je vois ce surplomb en pierre ou tu pourras t 'appuyer » Parce que oui il se devait d'assister au premier essai du garçon, pour lui enseigner ou corriger les bonnes attitudes. Le vagabond prit donc la direction du lieu-dit « Pour être un très bon cavalier ça prend des semaines, parfois des mois ou des années mais tu peux très vite y arriver dans devoir sauter des obstacles. Au bout de quelques jours ... Avec Elle ne faut pas être brusque surtout, ou crier, sinon elle se braque et comme un mulet elle refuse d'avancer... Puis elle est gourmande alors jamais oublier de lui donner une petite gâterie quand elle t'a bien amené à destination  »



Say farewell but don't say goodbye

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 24145 Thomas B.-Sangster lux aeterna Signa ©crack in time ♥ Unicorn, crackship whihakayda, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 100
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Sam 9 Déc - 23:00




C’était tout nouveau pour lui. La terre en soi était nouvelle depuis le départ mais là, c’était un cran supplémentaire dans les nouveautés qu’il découvrait de la terre. Il connaissait les chevaux, en avait déjà vu mais là c’était tout autre chose. Il avait vu cette jument quand elle avait ramené Laserian, avait vu d’autres chevaux dans la cité Rahjaks et dans le désert mais là encore, c’était différent. Il essayait de s’habituer à sa présence tout comme elle essayait de s’habituer à la sienne. Elle devrait de plus s’habituer au départ d’Ozvan et Liam espérait qu'elle n’allait pas fuir à nouveau. Et si elle le décidait, il n’irait probablement pas à sa recherche. C’était son choix.

Il repensa à l’idée de laisser un message à Ozvan pour quand il aurait besoin de lui, un code aurait été plus judicieux avec des éléments de la nature mais là encore, il n’avait pas d’idée bien précise et trouver un endroit particulier dans cette forêt dense où tout les arbres semblaient similaires était une tâche ardue. Il lui parlait de terme qu’il ne connaissait pas et hocha de la tête simplement pour lui dire qu’il avait compris. Après, le vieil homme devait se douter qu’ils n’avaient jamais eu de chevaux sur l’Odyssée et agirait en conséquence sans quoi Liam ne pourrait rien faire d’autre pour Elle que de la promener : c’était déjà pas si mal. Il avait pourtant promis qu’il s’en occuperait au mieux. Il le regarda en roulant des yeux lorsque l’homme du désert insista sur le sujet de la coquetterie. Peu importe. L’important était qu’il tente de se la jouer cavalier, chose plutôt ardue mais soit, il allait essayer. Il devrait commencer par tenir en équilibre assis sur le dos de la jument. Il avait des questions et attendaient les réponses qui vinrent facilement mais d’abord il lui fallait trouver cette souche sur laquelle il monterait d’abord pour tenter d’aller sur la jument. Il vit l’endroit idéal au même moment qu’Ozvan. « Ça sera parfait. » Il s’y dirigea aussitôt en tentant d’y amener également la jument. Pas facile en réalité parce qu’il n’avait eu que rarement eu l’occasion de se faire obéir d’elle. Tout montrait qu’il n’avait rien d’un cavalier mais avec de la patience et les bons gestes, il y parvint après quelques minutes maladroites.

Il voyageait, ne serait pas forcément toujours présent mais en réalité s’il déposait les stocks en suffisance pour quelques temps il n’avait pas besoin d’être souvent-là. Après sans doute qu’avec le temps réussiraient-ils à prévoir eux-mêmes de la nourriture pour la jument. « Je possède une cache ... secrète pas loin ... » Il leva la tête déjà plus intéressé. S’il venait souvent dans les parages c’était normal là aussi mais s’il savait qu’il ne pourrait probablement pas y aller, il restait curieux. Ça l’intéressait. « Je te montrerais comment y accéder, tu n'auras qu'à laisser un mot, on me le transmettra dès qu'on le trouvera ... » Il essaierait, n’avait pas forcément envie de lui dire que s’il pouvait encore assez demander du papier à quelqu’un, écrire serait une autre histoire. Il n’avait pas eu le besoin d’écrire depuis des années. Il se contentait de ce que l’homme du désert lui disait, n’insisterait pas plus loin, verrait bien comment cela se déroulerait lors des prochaines semaines.

Il était prêt mais attendit qu’il ait finit de parler et de lui donner les réponses aux questions qu’il lui avait posées sur le fait d’être cavalier, des choses, de la base à savoir sur les chevaux et principalement sur Elle qu’il ne connaissait pas beaucoup. « Pour être un très bon cavalier ça prend des semaines, parfois des mois ou des années mais tu peux très vite y arriver dans devoir sauter des obstacles. Au bout de quelques jours ... » Il contournerait les obstacles, n’avait pas envie de commencer directement par ça. S’il parvenait à la promener en étant sur son dos, cela serait déjà un bon début. Du reste, ils verraient plus tard si tout se déroulait à merveille entre eux même s’il n’avait aucun doutes là-dessus, il y avait toujours des évènements extérieurs, naturels, pour que tout change d’un coup. « Avec Elle ne faut pas être brusque surtout, ou crier, sinon elle se braque et comme un mulet elle refuse d'avancer... Puis elle est gourmande alors jamais oublier de lui donner une petite gâterie quand elle t'a bien amené à destination. » Rien de ce qu’il lui disait était un problème. N’étant pas du genre à s’énerver facilement, encore moins face à une jument qu’il apprenait tout juste à connaitre, il était persuadé qu’il n’aurait pas trop de problème à l’apprivoiser. Il l’aimait déjà, de toute façon. Un sourire s’égara sur son visage à la mention de la gourmandise de l’animal. « D’accord j’oublierais pas. » Il allait pouvoir tenter de grimper sur son dos. Il ne savait pas s’il devait se tenir à ce qui s’apparentait à un cou pour eux. Il la caressa au niveau de ce qu’il apprendrait être l’encolure plus tard avant de passer plus facilement avec le socle sa jambe de l’autre côté de la jument. Il manqua de glisser et s’accrocha encore un peu maladroitement à l’encolure d’Elle qui ne le fit pas tomber. C’était bien parti, il le pensait.

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...

 

Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» tutorial chariot de guerre sur base de land raider
» land speeder dark eldar
» Carry On my wayward Son
» Plusieurs land raider
» Comment détruire les Land Raider ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: welcome to hell :: Aux alentours des Cents-