Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
27/05/2015 I 4561 Anson Mount AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette Eclaireur & Orientation & Combat 92
† Hell Ain't Civilized †


Sujet: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Dim 5 Juin - 18:57


Liam & Ozvan @The Spring & @The Summer


Alors qu'il redescendait le chemin ardu qui menait jusqu'au village des Athnas il aperçu une silhouette alezane à travers les arbres qui ne lui était pas inconnue. Elle. Que fabriquait-elle donc là par une pluie battante ? Le rahjak pensait être victime d'hallucinations, malgré tout il lui fallait vérifier une pareille étrangeté. Il ne pouvait imaginer qu'on puisse abandonner un si doux animal qui méritait par ailleurs une fin de vie calme et aimé.  Se rapprochant avec patience de l'animal, l'évidence creusait son chemin dans l'esprit de l'homme du désert. La belle jument - égarée ? perdue ? Echappée ? - se trouvait bien être celle qui l'accompagna pendant bien des années. D'ailleurs elle toisait avec une certaine arrogance l'appaloosa qui l'accompagnait désormais. Mais elle n'essaya pas de fuir et se laissa rattraper assez aisément alors que le vagabond l'examinait. Quelques éraflures mineures, mais aucun mauvais traitement apparent, ce qui le rassura. Puis lui fit remettre les pieds dans ce pourquoi il était venu jusque là. Liam. Un prénom. Une personne qu'il ne connaissait pas mais dont pesait désormais sur lui la charge morale de s'assurer que ce dernier se portait bien. A la demande expresse de Laserian devenu son ultime protégé. Au point qu'il refusait d'en parler à qui que ce soit pour ne pas provoquer le sort.

De plus après les coups du sort qui venaient de lui tomber dessus, le voyageur n'accomplissait pas ce geste avec un cœur très joyeux. On pouvait supputer qu'il n'y consentait que parce qu'il régnait encore dans son âme une culpabilité qui ne le laisserait probablement jamais. Même si le cent en question le considérait bien autrement que comme un bourreau désormais. De plus une certaine humeur un peu ronchonne lui donnait une aura assez sombre. Pourquoi diable ce fameux ami cher s'était-il débarrassé d'un cadeau précieux ? Oz acceptait difficilement que ce pu être sa chère équidé qui se fut éloignée de son propre chef. Alors il hésita quelques instants avant de se décider malgré tout à faire en sorte que celui qui resterait son maître la récupéra. Ainsi ne prit-il pas la clef des champs comme il le désirait mais la direction du campement des enfants du ciel. Non seulement se donnait-il la mission désormais de rendre en mains propres la belle à celui dont il devait s'assurer de la bonne santé mentale et physique. Mais aussi de passer un message sur la mort de l'une des leurs, ce qui ne le réjouissait pas. L'homme du désert n'appréciait pas de participer à leurs malheurs, et s'il n'avait pas souhaité la mort de cette blonde, malheureusement c'est ainsi qu'il l'avait laissé étendue sur le sol de la vieille église.

Non il ne l'enterra pas, car il s'imaginait que sans doute les siens voudraient récupérer son corps ou ses objets. L'éclaireur aurait pu leur ramener aussi le corps mais il préférait que leur peuple s'en charge. Puis en sortant de ce lieu, Oz agissait de façon bien trop chaotique pour s'occuper de telles choses. L'homme préféra se rendre auprès de Maria pour s'assurer qu'elle au moins restait préserver de tous les malheurs. Alors il eurent une conversation à cœur ouvert commet il en octroyait rarement aux autres. Moins ébranlé désormais, mais toujours légèrement à fleur de peau, il s'approchait du territoire de ces jeunes qui faisaent beaucoup plus parler d'eux qu'ils ne l'auraient certainement désiré. D'ailleurs il ignorait comment il procéderait sachant que seul les alentours lui étaient permis. Immobile il aperçu Gamora qui se dirigeait vers lui, certainement habituée à ses venues irrégulières parfois elle vérifiait si le Rahjak ne se trouvait pas dans le coin. Parfait, la demoiselle se trouvait être la solution parfaite pour lui, il lui tendit tout d'abord les quelques affaires amenées pour elle.  Tout comme Amaryllis ou Ahn jamais il ne l'oubliait.

Ni lui, ni elle n'appréciaient trainer en parlant de sujets inutiles. Toujours ils exposaient l'essentiel. Alors il ne tarda pas à lui donner la mauvaise nouvelle, tout en lui indiquant l'endroit ou elle pourrait la trouver, elle ou d'autres si ils le désiraient. En dessous de l'autel, recouverte d'une de ses vieilles couvertures. Puis elle lui accorda sa requête de lui envoyer Liam, sans lui en demander plus. Elle devait savoir depuis le temps que le but du voyageur ne résidait pas dans des gestes qui pourraient leur nuire. Il restait la possibilité qu'elle les observa à travers les branchages de la nature verte. Mais solitaire, espionné il n'y prêtait guère attention observant son ancienne monture revenant sur ses pas, elle ne donnait aucun signe de traumatisme. Parfait il verrait comment le gamin se comporterait en la voyant pour s'assurer qu'elle resterait désormais dans des mains attentives et aimantes. Seulement il ignorait bien ce qu'il pourrait lui dire à ce môme. Tout d'abord il risquait de ne rien comprendre à cette situation, et le Rahjak ne s'estimait pas particulièrement diplomate. Avec la chasseuse ça se passait pas trop mal,  parce que ni l'un ni l'autre ne s'encombraient de protocoles ridicules. Pensif, il se dit qu'il trouverait une vague excuse qui suffirait à expliquer sa demande, lui rendre la bête avec des instructions appuyées, pour finalement vérifier que tout se passait bien pour lui. depuis toujours sa seule certiturde - en désaccord avec celle de Laserian - restait qu'il serait préférable de ne pas évoqué l'ami perdu, afin de pas creuser des douleurs plus profondes encore et surtout irréparables ....

Say farewell but don't say goodbye


Dernière édition par Ozvan Hickok-Cannary le Dim 9 Avr - 17:50, édité 7 fois

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 24155 Thomas B.-Sangster lux aeterna Signa ©crack in time ♥ Unicorn, crackship whihakayda, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 108
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Sam 11 Juin - 14:52



Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Oziam


When you have lost the power. They used to leave you fee. To know you have this anger. For all the things you've seen. Believe the growing numbers. The seeds will give a tree. Life has a room for difference. Cause you'll rise and you'll see gold in your pain.
✻✻✻ Azalya était morte et le grounder qui était avec elle au moment de trépasser voulait le voir. Il ne savait pas s’il devait être rassuré ou complètement paniqué. Était-il judicieux d’y aller après avoir reçu cette nouvelle sans détour ? C’était Gamora. Il l’appréciait pour ça, dans le fond. La ou d’autres n’auraient pas su comment annoncer la nouvelle à l’infirmerie, elle y était allée cash parce que même si c’était douloureux, c’était sans doute la meilleure manière de s’y prendre plutôt que de tourner autour du pot et de leur donner ce suspens macabre pour savoir ce qu’il s’était effectivement passé. Une main posée sur son épaule, un hochement de tête. Un Taël dévasté, des mines déconfites. Un regard dans le vague. Y aller. Rester ? Si Gamora avait fait le geste de le prévenir c’était qu’il ne risquait rien, n’est-ce pas ?

Il n’était pas forcément sûr de vouloir y aller mais en gardant une arme, qu’il rendrait à Gamora ensuite, il n’avait plus trop d’inquiétude à avoir. Il garderait ses distances, jugeant déjà louche l’arrivée de cet homme juste après le décès de l’une des leurs. Mais un tueur se serait-il pointé aux alentours du campement en montrant qu’il était coupable ? Non. Du moins. Les tueurs de leur espèce étaient assez doués pour que jamais on ne retrouve leur place. Ou alors n’était-ce qu’un jeu, une duperie de ces natifs qu’ils peinaient à comprendre parfois ? Liam respira un bon coup en arrivant près de la tente de la chasseuse, fouillant un peu pour trouver finalement un couteau déposé parmi tant d’autres dans un coin de sa tente. Si Gamora le connaissait. Si Gamora se fiait, au moins un minimum, à cet homme c’était qu’il n’était pas le coupable de cette mort-là. D’autres le traiteraient surement de fou d’agir ainsi en y allant seul mais il avait confiance en l’instinct de la brune. Alors même s’il est peu confiant sur ce qu’il va se passer, il se met en route en suivant ses indications. Ce n’est pas si loin mais ils sont bien hors de vue des portes du campement : chose qui le met mal à l’aise. Ce qu’il remarque d’abord c’est une jument. Une jument qu’il connait bien, une jument qui s’est enfuie parce qu’il ne prenait pas assez soin d’elle. C’est que ça lui rappelle quelqu’un. Il se sent un peu coupable sur le moment. Ce n’est pas n’importe qu’elle jument. Cette jument lui rappelle quelqu’un qui est parti et des semaines après, faut dire ce qu’il en est, c’est toujours aussi douloureux même s’il ne se replie pas sur lui-même face au duo de disparus qui ne reviendront plus.

C’est ce qu’il ressent en voyant cet animal qui s’avance. La tristesse remonte comme s’il l’avait enfouie un peu trop longtemps sous la carapace de celui qui ne veut pas inquiéter. Ce n’est qu’en s’avançant à son tour qu’il repère celui qui veut le voir, celui qu’il reconnait. Et ça le déstabilise parce qu’il était avec Tawnie et Laserian au moment de leur départ, au moment ou Laserian lui a légué ce cheval en guise de consolation. C’était cruel de partir ainsi, de lui laisser celle qui lui laissera toujours cette impression d’une vérité amère. Il aurait du les retenir. Mais pour leur dire quoi ? Ce qu’il se refusait d’admettre depuis des années ? Ces émotions différentes ne l’épargnaient pas et s’il était en colère contre lui-même, il l’était aussi contre celui qui se pointait sans eux. Avec cette jument. La boucle était bouclée. Tous autant qu’ils étaient : ils étaient cruels et Liam l’était tout autant pour placer toute cette rancune envers l’animal et l’individu qui la lui avait ramenée. « Qu’est-ce que vous me voulez ? Pourquoi vous êtes là ? Pourquoi ils … » Pourquoi ne sont ils pas là ? Pourquoi l’avaient-ils abandonné ?
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

avatar
27/05/2015 I 4561 Anson Mount AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette Eclaireur & Orientation & Combat 92
† Hell Ain't Civilized †


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Jeu 30 Juin - 21:56


Liam & Ozvan @The Spring & @The Summer

L'herbe tendre crisse sous les sabots de la jument qui s'éloigne pour brouter une feuillage plus savoureux à quelques mètres. Le regard du Rahjak la suit, puis s'y arrête quelques instants avant de partir dans le vague. Le voyageur n'a pas complétement quitté Maria et les émotions intenses qu'ils viennent de partager. Déstabilisé il ne sait comment il accueillera celui qu'il vient de faire appeler. Ozvan tenterait de ralentir le temps en le demandant aux divinités de la nature en cet instant, que ce ne serait pas étonnant. Comme si il souhaitait ignorer le future échange qui approche de lui. Cette espèce de fuite de la réalité qui ne lui ressemble pas ... pas encore ... ou plus ... Cet homme du désert comme la vie hésite à le définir, le placer quelque part, définitivement avec certitude.  Cette fuite donc l'empêche de voir l'arrivé du garçon, qui lui, prend bien la mesure de la scène. Ce cent ne possède pas toutes les clefs de l'histoire, pas plus que le voyageur. Un autre leur en à dévoilé certains pans, mais à eux deux il vont devoir les rejoindre, les comprendre, les accepter. La voix retenti, jeune, forte, avec un grain de colère qui se répercute dans l'air. Oz revient donc dans la réalité. Celle de Liam.

Il le dévisage un petit moment avant de lui répondre, attendant la fin de la phrase. Il n'est pas très épais ce garçon, et pourtant son corps paraît rempli de sentiments qui l'agitent dans tous les sens. Comme une tornade. Le vagabond s'imaginait prendre la parole, transmettre les mots de Laserian, mais l'autre lui à coupé l'herbe sous le pied. Du coup les phrases préparées s'envolent comme des notes de musiques un peu partout dans sa tête. Des affirmations auraient été écoutées, il le suppose, mais des questions appellent des réponses. Tout d'abord avant de commencer, en quelques enjambées il rejoint Elle. « Je pense qu'elle est à toi, alors je te la ramène » Un reproche accompagne cette première remarque, probablement attisé par les ressentiments qui brillent dans les yeux du nouvel arrivant. « Liam, n'est-ce pas ? » Oz s'en assure, bien qu'il soit persuadé d'être en face de celui qu'il doit protéger de loin. Raté. Le voilà plus impliqué qu'il ne le devait. « Je ne te veux rien pour ce qui est de moi, Je suis là sur la demande express de quelqu'un ...  » Doit-il prononcer le Prénom ? Celui qui inévitablement fera mal à cet être qui lutte déjà avec lui-même ? Depuis le début Ozvan sentait que l'idée de rejoindre cet enfant serait la pire de toutes.

Un enfant qui visiblement, bien que doucement devenait un homme. Il le fallait pour qu'il survive à ses douleurs, ces lieux, tout ce qui le futur lui réservait aussi probablement. « Ils ... sont loin » laisse t-il alors échapper pour éviter le choc des paroles trop vite déposées aux pieds de celui qui voudrait les écraser à jamais. « Ensemble » Cela se voulait rassurant mais ce qui doit raisonner dans la tête du brun : *Mais sans toi* s'impose au voyageur suite au silence qui suit. Cette impression que le bateau coule avec eux deux à l'intérieur lui donne un mauvais goût dans la bouche qu'il extrait dans une dernière tentative« Ils ... il ... Laserian te voulait en sécurité ... sain et sauf  » et encore raisonne douloureusement *Mais loin de lui*. Le voyageur se confronte à un mur, il pourrait devenir dur, froid mais il refuse de le fissurer plus qu'il ne l'aperçoit déjà. Il prévoyait de faire quelques remontrances quant à l'Alezane mais il préfère lui flatter le col tout en avançant une proposition « Veux tu que je te donne une longe pour la promener et l'habituer à toi ? Que je te montre comment en prendre soin ? »  Ce sera perdre du temps pour lui, mais il ne souhaite pas tourner le dos sans être assuré que l'équidé sera bien traité par ce garçon éprouvé par la vie.


Say farewell but don't say goodbye


Dernière édition par Ozvan Hickok-Cannary le Dim 9 Avr - 17:53, édité 4 fois

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 24155 Thomas B.-Sangster lux aeterna Signa ©crack in time ♥ Unicorn, crackship whihakayda, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 108
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Dim 31 Juil - 3:55

Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Oziam


When you have lost the power. They used to leave you fee. To know you have this anger. For all the things you've seen. Believe the growing numbers. The seeds will give a tree. Life has a room for difference. Cause you'll rise and you'll see gold in your pain.
✻✻✻

Que faisait-il donc là ? Il avait accepté de retrouver un inconnu qui pouvait être l’un de ceux qui avaient fait du mal aux siens. Il ne connaissait rien du barbu et pourtant il était là à lui parler de deux disparus parce qu’il les avait vu partir avec lui. C’était déjà bien difficile de se dire tous les jours qu’ils n’étaient plus là, qu’ils ne reviendraient probablement jamais le voir pour qu’un vieillard un peu étrange vienne lui dire ce qu’il savait déjà. Pourtant, c’était de sa faute. Il avait posé la question sauf que la question n’était pas directement adressée à l’étranger. Dans sa formulation elle avait eu l’air d’avoir été adressée à celui qu’il avait vu qu’une fois mais ce n’était pas le cas. Elle avait été posée comme une question qu’on se pose sans pour autant trouver de réponse. Il s’était adressé à lui bien évidemment mais, pour la dernière il avait juste cru un instant que c’était une blague, que le barbu était assez imposant pour lui cacher le fait que Tawnie et Laserian étaient quelques mètres derrière son corps. Sauf qu’ils n’étaient pas là. Ils n’avaient pas besoin de quelqu’un entre le campement et eux. Liam s’en serait bien fichu de leur départ s’ils étaient revenus. Il n’était pas objectif par rapport à ceux qu’il regardait avec méfiance alors qu’ils revenaient du campement de quelques semaines d’absence parce que c’était toujours différent quand les disparus étaient des amis proches, quand ces disparus malgré tout ce qu’il pouvait montrer aux autres, lui manquaient indéniablement.

Il fronce les sourcils quand il lui dit que la jument est à lui. « Elle n’a jamais vraiment été à moi. Elle appartient à … » Il ne savait pas vraiment. « Elle a ramené Laserian alors je suppose qu’elle appartient à celui qui l’a aidé. J’en sais rien. » Elle était peut-être à l'individu qui lui faisait face. Ce n’était qu’une simple supposition. La jument, l’individu avait pu la trouver en pleine forêt, elle n’était pas forcément retournée chez son propriétaire. Mais si elle était celle du vagabond, le doute subsistait. Qui était-il donc réellement ? Mais, après tout, celui qui lui faisait face n’était peut-être pas son propriétaire, n’était peut-être pas celui qui avait aidé Laserian. Il n’en savait rien, n’avait peut-être pas envie de savoir. C’était du passé. Ils étaient partis. Liam hoche la tête à l’entente de son prénom. Il avait à peine aperçu le brun lors du départ des deux absents.

« Je sais. » Et pourtant la rancune pointait le bout de son nez. Si Laserian le voulait en sécurité, il n’avait qu’à être là. N'importe quoi. Aucun d'entre eux étaient en sécurité qu'il soit présent ou non. N’avaient-ils pas été portés disparus presqu’en même temps ? Les Cent ne seraient jamais en sécurité. Il ne comprenait pas pourquoi certains ressentaient le besoin de s’éloigner du groupe pour profiter d’une idylle éphémère. Si cela se trouve, ils étaient déjà morts. Liam lança un regard noir au malheureux. Il détestait penser à eux. Penser à eux le déprimait. Pensait à eux lui donnait comme réponse qu’ils étaient probablement morts alors que dans un coin de sa tête, ils restaient en vie quelque part. L’arrivée de ce terrien lui montrait la réalité d’une autre façon. Une réalité qu’il ne voulait pas voir. « Une longe ? » Il ne comprenait pas ce que lui disait le terrien. Le langage chevaux comme terrien, il ne le possédait pas encore. La jument était calme à ses côtés alors qu’elle avait plutôt été agitée à l’égard des autres cent. Pour lui aussi, au tout début, cela n’avait pas été facile et puis bon, elle s’était barrée donc ça voulait tout dire. « C’est la vôtre ? » Il croisa des bras, doutait de celui qui semblait ne pas lui vouloir de mal. « Puis c’est quoi d’abord votre histoire avec Laserian ? » Décidément méfiant. Il préférait tout savoir avant d’accepter l’aide que lui proposait cet homme.  
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

avatar
27/05/2015 I 4561 Anson Mount AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette Eclaireur & Orientation & Combat 92
† Hell Ain't Civilized †


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Dim 7 Aoû - 22:17


Liam & Ozvan @The Spring & @The Summer

Le malaise prit racine dans la terre comme une graine plantée au plus profond, tout doucement il perça le sol pour grandir sans faire grand bruit mais désormais il envahissait l'espace. Ozvan homme ayant largement passé la maturité tentait de garder une certaine contenance face à cet enfant qui transpirait la peine. Le Rahjak eut tout simplement voulu tourner les talons, s'en aller, ne jamais revenir, reprendre sa course hors du temps. Mais parce qu'une promesse fut exigée, extirpée de ses lèvres il se faisait violence. Que dirait Laserian quand il viendrait à le revoir ? le vagabond ne pourrait décemment pas lui mentir. L'homme se trouvait dans une situation légèrement inextricable, Baisser la tête devant Radoslav pour garder la sienne d'accord, mais se sentir tout petit face à un môme ayant moins que la moitié de son âge ? Quelle rigolade ! Sa contrariété équivalait au désarroi de l'autre, ce cent agacé de se trouver là, dans une telle position, le considérant comme une ennemi jusqu'à preuve du contraire. Le voyageur ne possédait pour lui que ses mots, et il supputait que le prénommé Liam ne se fiait  que peu à ceux des étrangers. Il ignorait que ce dernier eut partagé le calvaire de Grâce sinon il aurait visualisé la situation d'un autre angle.

L'enfant du ciel protestait, refusant implicitement de reprendre possession de la belle Alezane qui flânait un peu plus loin. Jusqu’alors il évita de parler de son implication dans tout cette histoire, même si sa présence la rendait évidente. Les questionnements du débarqué appelaient de façon détournée des explications qu'il refusait de demander directement à l'éclaireur. Clarifier cet échange sombre, délicat qui ne demandait qu'une petite étincelle pour s'enflammer serait peu judicieux selon Oz. Mais il y consenti puisque l'alternative restante, le mensonge n'étant pas une possibilité, restait celle de se taire. Oh il y excellait l'homme du désert, mais il y renonça entrainant la suite vers des une atmosphère plus lourde et sombre encore.  « Peut-être qu'elle lui appartenait mais il souhaite maintenant que tu la gardes, que tu en prennes soin, pour lui ... » Puis quelques mot qui sonnèrent comme des pierres qu'on lançait contre un arbre  « Je suis celui qui l'a aidé » Un rire diabolique retenti dans le silence que liam n'entendit pas puisqu'il ne raisonnait que dans la tête du voyageur, se mélangeant avec ses remords, ou ses regrets.

Il devenait facile d'en tirer une conclusion que Le cent certainement évoquait mentalement depuis un petit moment. Oz n'en doutait pas, devinant l'orage qui se préparait mais ne tomberait pas du ciel. Bien sur il n'en aurait l'absolue certitude que si le Rahjak le confirmait. L'enfant du ciel montrait un masque presque indifférent, à la limite de l'ennui mais il ne trompait pas l'éclaireur. Le ressentiment, l'injustice, l'envie de courir retrouver cet ami disparu, tout cela se mouvait dans le regard du jeune homme blessé. Oz qui ne prenait jamais de gants pour s'exprimer, exceptionnellement marchait sur le fil du rasoir. Quelle personnalité explosive que ce frêle Liam. Il se demanda si son appaloosa, particulièrement fougueux, n'eut pas mieux convenu à son tempérament. Mais non il éviterait de l'exposer à un tel animal qui d'un coup de sabot nerveux pourrait lui infliger bien du mal. Puis Liam s'étonna, alors Oz récupèra l'objet - la longe - dans les bagages de son nouvel équidé et l'envoya aux pieds du garçon, involontairement brusque, sa nature reprenant le dessus. « Ceci ». le vagabond le laissa examiner cette chose inconnue alors qu'il continuait de le renseigner « Oui c'est ... C'était la mienne  »

Le visage du terrien devint plus sombre, tourmenté devant la curiosité du garçon. Voilà qui tenait de l'intimité, jusqu’où allait sa promesse ? pouvait-il tout révéler, il ne s'agissait pas que de son histoire mais aussi de ... Un soupir profond s'échappa de sa poitrine, la soulevant avec force alors qu'une voix gutturale s'échappait de sa gorge « Une très longue et compliquée histoire, Et je ne sais pas si tu es prêt à l'entendre ...»


Dernière édition par Ozvan Hickok-Cannary le Dim 9 Avr - 17:56, édité 3 fois

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 24155 Thomas B.-Sangster lux aeterna Signa ©crack in time ♥ Unicorn, crackship whihakayda, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 108
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Lun 5 Sep - 18:01




Cet homme lui parlait de choses qu’il ne comprenait pas. S’il était curieux d’en apprendre d’avantage sur les chevaux, il ne voyait pour autant pas quel était le lien entre cet homme et tout ceci, tout ce qu’il savait était que la jument était revenue avec un Laserian blessé. Elle appartenait à cet individu. Il n’aimait pas le mystère qui enveloppait cette histoire qu’il ne connaissait qu’à moitié voir pas du tout. Il n’avait que moyennement apprécié que ce barbu vienne lui faire la morale sur ce qu’il savait déjà : ils ne reviendraient pas. S’il avait été curieux au départ qu’il veuille le voir, il en était devenu suspicieux. Il était soulagé de l’entendre dire qu’il l’avait aidé, qu’il n’y était pour rien dans les blessures que quelqu’un lui avait infligées. Il baissa légèrement sa garde, songea un moment à accepter la demande : s’occuper d’Alezane à l’avenir « Je ne connais pas grand-chose aux chevaux. » Il recula instinctivement quand quelque chose lui tomba sur les pieds. Alors c’était ça une longe ? Il se contentant de prendre l’objet entre ses doigts et de l’observer sans grand intérêt. Ce qui l’intéressait d’avantage était lié à la jument sans l’être. C’était plutôt intrinsèquement liée à son ancien propriétaire qui était mystérieux autant qu’inquiétant même s’il venait pour une raison des plus louables.

Veiller à ce qu’il aille bien ? Pour le moment il n’en avait pas besoin. Il ne voulait même pas que l’on se borne à le protéger. D’abord sa mère qui lui envoyait son père et puis maintenant lui ? C’était ridicule. Il n’avait pas besoin de cet homme à l’allure rustre qui pouvait faire peur avec ses manières. Il avait besoin de ses amis qui n’étaient pas là. C’était frustrant et Liam ne savait sur quel pied danser face à sa nouvelle situation. Le voilà qu’il se coltinait un quoi ? Un chaperon ? Quelqu’un qui jetterait un coup d’œil de temps en temps pour voir s’il était encore en vie ? Sérieusement ? Si ce type avait accepté cette requête, il ne savait pas quand ni dans quelles circonstances elle avait été faite, il ne le voyait pas non plus se tenir à cette promesse. Laserian lui demandait, en gros, de faire confiance au barbu alors qu’il ne l’avait vu qu’une seule fois, qu’il était propriétaire de la jument qui le lui avait rendu blessé et qui était la dernière personne (du moins le supposait-il sans doute avec tord mais avec les seules données dont il disposait) à avoir vu Laserian et Tawnie en vie ? S’il était d’ordinaire méfiant, il avait ses raisons de l’être doublement. Il y avait bien trop de zones d’ombres dans cette histoire pour qu’il fasse confiance à ce type quasiment sorti de nulle part.

Les dernières paroles du vagabond lui donnèrent envie de rire. « C’est pas à vous de juger de ça. » Il avait parlé d’un ton sec. Laserian et Tawnie étaient ses meilleurs amis, il les connaissait peut-être pas depuis qu’il avait appris à marcher mais pour lui c’était tout comme. Il savait écouter, il savait laisser parler les autres sans les interrompre. Ce n’était pas à cet homme qui surgissait de l’ombre de lui dire ce qu’il était prêt à entendre ou non. « Vous ne me connaissez pas. » Il était bien disposé à s’occuper de cette jument qu’il trouvait splendide malgré son propriétaire louche mais pas sans contrepartie. La sienne était simple, il voulait connaitre toute l’histoire sans être épargné.

Il détestait qu’on le juge incapable juste parce que l’apparence était trompeuse ou qu’on le trouvait trop faible. « Cela ne serait-il pas plus juste de dire que vous ne voulez pas me raconter ? » Pour qu’elle raison : il l’ignorait. Elles ne pouvaient pas être pires que l’atrocité vécue chez les Rahjaks. Pour voir s’il allait bien : il arrivait trop tard. Tout ce qu’il pouvait faire maintenant était de lui dire la vérité même si elle était blessante, même s’il se rendrait compte de lui-même qu’il n’était effectivement pas prêt à l’entendre. Chaque agissement entraine des conséquences. Cet homme ne pouvait pas être pire que ceux qu’il avait rencontrés dans le désert. Il ne savait pas ce qu’il s’était passé, n’avait même pas l’once d’un indice pour le découvrir mais ne supportait pas d’entendre qu’il n’était pas prêt. Il n’était pas stupide, il pouvait raisonne : vivre deux emprisonnements l’avait fait grandir. Il était capable de raisonner avant d’agir, de penser avant de faire des conneries qu’il regretterait plus tard.


avatar
27/05/2015 I 4561 Anson Mount AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette Eclaireur & Orientation & Combat 92
† Hell Ain't Civilized †


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Ven 16 Sep - 19:59


Liam & Ozvan @The Spring & @The Summer

Dans cette belle journée du printemps - Ou de l'été , le Rahjak perdait ses saisons avec son esprit embrouillé - on pouvait entendre le chant mélodieux des oiseaux. La nature qui les entourait se découvrait visiblement beaucoup plus joyeuses que les deux individus qui se regardaient enveloppés d'un silence rempli de non-dits. Elle les ignorait. Ils se trouvaient face à face le Rahjak d'un certain âge et le jeune homme tombé des étoiles, eux que rien ne prédisposaient à jamais se rencontrer. Ou même s'entendre. L'un voulait honorer une promesse puis partir, simplement, sans désirer s'incruster plus que ça. L'autre ne désirait pas cette présence mais espérait apprendre ce qui demeurait dans l'obscurité. L'enfant du ciel se montrait récalcitrant laissant ainsi deviner les blessures intérieures qui devaient le ronger. Le voyageur possédait assez de jugeote, et d'expérience pour entrevoir qu'il ne s'en tirerait pas avec une pirouette. Celui-là, Liam, ne se rendrait pas facilement, sinon jamais, avant que de devenir dépositaire de la vérité. La vraie. Et le vagabond essayait désespérément de l'effacer parce qu'elle lui était douloureuse. Malgré le pardon de Laserian. Ou justement à cause de celui-ci.

Pourtant les jours aux cotés de son ancienne victime furent parmi les meilleurs de sa vie. Même il hésita à ne jamais revenir, mais cela signifiait le bannissement pour lui, donc une menace de mort dansant au dessus de sa tête. D'ailleurs avec les soupçons de Radoslav il marchait désormais au bord d'un précipice. Alors oui, peut-être prenait-il un peu trop cette situation à la légère, ou essayait-il d'éviter les phrases douloureuses pour ne pas plonger encore dans les remords ? Sous couvert d'épargner ce fameux Liam ? Ne prêchait-il pourtant pas toujours pour le libre arbitre ?

« Non je ne te connais pas  »

Quelques secondes. Un soupir. Le bruit des sabots de Elle grattant dans l'herbe. Un craquement produit par un animal sur des branches mortes.

« Mais tu ne me connais pas non plus ... »

*Et tu me juges dans le tréfonds de ton esprit*

Mais le garçon visait juste, parce que oui il refusait de raconter, mais visiblement il ne lui restait que deux choix. Soit partir et renoncer, tout en manquant à toutes ses promesses. Soit rester et parler, tout en prenant le risque de ne jamais pouvoir les honorer. Parce que forcément ce lien entre lui et l'explorateur ne prenait de sens que pour eux, par cette expérience douloureuse mais salvatrice traversée ensemble. Quelque chose d'aussi intangible ne se décrirait jamais parfaitement, surtout pour un être tel que Oz qui préférait le silence aux paroles inutiles. Le problème était que l'enfant du ciel ne le estimait pas telles, qu'il semblait en avoir besoin pour avancer. Ou du moins évoluer. Mais ou commencer ? Par toutes les pertes injustes, dures, insupportables subies de la part d'Oz ? Son invitation aux fantômes des morts de prendre place dans sa tête ?  Raconter oui, mais quoi exactement ? Peut-être simplement débuter par le commencement et avouer : « Mais en effet je n'aie pas envie de te raconter ... Ce qui ne veut pas dire que je ne le ferais pas. Si tu me promets de ne pas m'interrompre avant que je t'ai terminé, et quoi que tu apprennes de garder Elle parce que ... il y tenait vraiment »

Ca ressemblait un peu à du chantage, oui le voyageur l'admettait intérieurement. Ozvan connaissait trop bien les émois du cœur quand on touchait à des personnes chères. Imaginer un instant la torture de l'une d'elles devenait intolérable, donnant souvent naissance à une rage incontrôlable. Alors si Liam estimait pouvoir écouter, il ne lui restait plus aucune raison de l'en priver. Une impression de miroir déformant s'imposait de plus en plus à lui en examinant le jeune homme. Par certains cotés ils se ressemblaient, ce qui ne faciliterait surement pas les choses. Maintenant il devait prendre le temps, faire appel à sa patience, retrouver ce calme en lui qu'il recherchait depuis le retour de sa virée au loin avec l'ami de Liam. L'éclaireur se demandait d'ailleurs, voyant les réactions du cent s'il ne se cachait pas plus que de l'amitié dans tout ça. Il pouvait le déceler dans de toutes petits choses que l'autre s’escrimait à cacher. Il ne s'en ferait pas l'écho cependant, sachant que certaines batailles devaient rester personnelles. Tout comme le devrait cette séance de torture infligée mais sur le point de lever tous ces mystères au cent face à lui ...


Dernière édition par Ozvan Hickok-Cannary le Dim 9 Avr - 17:58, édité 2 fois

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 24155 Thomas B.-Sangster lux aeterna Signa ©crack in time ♥ Unicorn, crackship whihakayda, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 108
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Ven 14 Oct - 3:01




« Mais tu ne me connais pas non plus ... » Impasse. Aucun d’entre eux ne pouvait être jugé par l’autre même si l’envie était-là, même si Ozvan le faisait en quelque sorte en le pensant pas capable d’écouter. Ecouter, il en était capable mais aurait-il assez de recul pour entendre cette histoire qui concernait un proche ? Il se demandait ce qu’il s’était passé pour qu’il lui demande cela. Était-il revenu blessé par sa faut… ne pas le juger devient difficile maintenant qu’il lui demande de se taire malgré le flot d’informations qu’il va recevoir sous peu. Il se méfie de ce que le vagabond va lui dire, se méfie de sa propre réaction une fois que le tout sera révélé. Il l’a aidé. Ne l’a-t-il pas dit quelques secondes plus tôt ? L’individu le met dans une situation fort peu enviable même s’il hoche la tête, même s’il se forcera à ne pas réagir quand bien même l’envie sera présente. L’histoire le touche de trop près. Laserian, Tawnie et Alaska sont les personnes les plus importantes pour lui sur cette maudite Terre qui ne fait que les rendre malheureux tous autant qu’ils sont. Malheureux au moins de partir, malheureux au point de fuir ce groupe qu’il a fallut adopter comme étant le sien, comme étant une nouvelle famille.

Prendre soin de cette jument ? « D’accord. » Il ne savait pas dans quoi il s’engageait en donnant son accord de se taire, de s’occuper d’Elle. Il ne connaissait toujours autant rien des chevaux, n’avait aucune idée de ce que s’occuper d’un cheval pouvait bien signifier. Et puis il y avait cette histoire qu’il ne voulait qu’entendre malgré tout, même s’il n’était finalement pas capable de garder le silence, de prendre autant de recul qu’il le faudrait pour écouter. Si Laserian était parti ce n’était pas de la faute de cet homme. Quoiqu’il ait pu faire, il était revenu en vie et avait décidé ensuite de s’enfuir. « Si tout se passe bien, tu m’expliqueras comment m’occuper de sa jument, de ta jument. Hum. Je suppose de la mienne, à présent. » Le pessimisme pointait le bout de son nez lorsqu’il prononçait ces paroles. Il préférait être clair sans lui promettre ce qu’il ne pourrait pas garantir à cent pour cent. Il allait essayer de ne pas réagir à chacune de ses paroles quand celles-ci seraient trop pénibles à supporter. Il était revenu blessé, au bord de la mort et on lui demandait de rester calme quand bien même l’état de son ami concernerait cet homme qu’il ne connaissait pas.

A-t-il des limites, des conditions à donner ? Pas vraiment. La seule chose qu’il sait c’est qu’il veut savoir et qu’après il verra pour la jument même s’il a dit qu’il était d’accord pour un peu tout même s’il ne lui laisse pas réellement le choix. Et tant qu’il décide de se taire, il le laisse avec des interrogations plein la tête et une imagination débordante pour inventer surtout le pire. Il décide de s’asseoir à même le sol comme on le ferait autour d’un feu de camp parce que c’est sa façon à lui de s’empêcher tout mouvement si jamais il veut réagir au récit qu’il va attendre. Façon aussi de lui dire qu’il ne partira pas sans avoir eu ses réponses. Et c’est là qu’il se rend compte qu’ils ne sont pas à égalité. Son vis-à-vis semble le connaitre alors que la seule chose qu’il sait de cet homme c’est qu’Elle lui appartenait. « Je vais te laisser parler après mais d’abord j’aimerais savoir comment tu t’appelles. » C’était la moindre des choses, n’est-ce pas ? Savoir qui était celui qui semblait en savoir tant sur son compte.

avatar
27/05/2015 I 4561 Anson Mount AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette Eclaireur & Orientation & Combat 92
† Hell Ain't Civilized †


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Dim 30 Oct - 19:25


Liam & Ozvan @The Spring & @The Summer

Un cavalcade inattendue se fait entendre alors qu'un silence lourd prend vie entre les deux êtres. Le cent assit dans l'herbe attendant le récit du vagabond Debout. L'impression de se retrouver sur une scène pour raconter une histoire envahit le voyageur. Sauf qu'il ne possède qu'un seul spectateur. L'idée de s'enfuir, comme ça, comme un lâche, un couard qu'il n'est pas encombre l'esprit de l'homme du désert. Son Appaloosa semble l'avoir deviné qui débarque en plein dans la petite clairière, le port fier, humant l'air. L'autre cheval de Oz. Le cadeau D'Eon pour l'obliger à reprendre le cours de sa vie. Oublier ses démons. Mais ceux-ci le poursuivent même quand ils se font silencieux. Et ils sont présents juste là, lui murmurant d'enjoliver son histoire pour avoir le beau rôle, pour échapper à la colère de l'adolescent. Bien qu'avec son vécu on pouvait déjà le considérer comme un homme. Emzelt s'ébroua, passa doucement prêt de l'ancien kidnappé puis re-disparu dans la végétation ne laissant pas le temps à son cavalier de prendre la poudre d'escampette. Le rahjak prenait les paroles de Liam comme elles venaient sachant que parfois on se retrouve dans l'incapacité de les respecter. Que rajouter de plus ?

« Je t'expliquerais tout ce que tu dois savoir, et je passerais régulièrement si tu as des questions à son sujet » Et pour la revoir, lui apporter quelques bonnes choses à manger. Mais il n'en fit pas la déclaration. L'autre eut pu croire qu'il le pensait incapable d'en prendre soin. Mais le voyageur n'en doutait pas sinon Lasérian n'eut jamais demandé à ce qu'il la garde définitivement. « Ozvan Hickock-Cannary, mais c'est plus simple de dire Oz » A part Radoslav lors de leur dernière conversation plus personne ne prenait la peine de le nommer par son prénom entier. Tranquillement il fit le tour de Elle, caressa son dos avec douceur, il ne l'utilisait pas vraiment comme un bouclier. Non plutôt pour dissuader le garçon de lui sauter directement dessus suite aux paroles que l'éclaireur laisserait échapper. Trop prisonnières de n'avoir jamais été divulguées à quiconque depuis les événements. L'homme ignorait par ou et comment débuter, il craignait ne pas pouvoir se maîtriser une fois la boîte de pandore ouverte, celle qu'il espérait close à jamais. A aucun instant alors que le Rahjak parcourait le désert pour revenir auprès des débarqués, il n'imagina que cette promesse se révélerait bien plus dangereuse qu'elle ne le semblait alors que l'explorateur le lui fit jurer.

« Je suis Rahjak, je viens du désert » Première chose à savoir selon lui. Bien mettre l'éclairage sur les participants de l'histoire. Évidement, bien que connaissant le récit de l'enlèvement, Oz ignorait totalement que Liam en eut été victime. A ce moment il enchainait son tendre ami sous le soleil parmi une étendue de sable dorée. Le voyageur y avait perdu le père de sa nièce : Solan. Enterré de ses mains dans un lieu que lui seul pouvait retrouver désormais. Ensuite il récupéra une Grâce détruite qu'il raccompagna jusqu'aux abords de son village. Mais les autres prisonniers ... Rien. Le vide complet. Déclenchait-il un incendie dans la tête de son vis-à-vis ? Eut-il omit cette précision s'il se fut douté un millième de seconde ce que ça impliquait de souffrance pour Liam ? « C'était avant la guerre, je recherchais des disparus, des gens importants, j'ai retrouvé leurs corps ...  » Non il ne rentrerait dans les détails, le voyageur voulait faire vite, Tout exprimer en une seule phrase. Puis que l'on passe à un autre sujet. L'homme du désert perçoit l'impatience du cent qui n'attend que l'apparition de l'être qu'il aimait dans l'histoire à suivre. « Il y avait cet enfant qui venait de mourir, du sang, ce garçon penché sur lui, les mains rouges, tout le désignait, il devait payer, ça ne devait pas rester impuni .. »

Une respiration plus profonde, des secondes gagnées. l'instant devrait s'accélérer, s'effacer, disparaître, ne jamais exister. Oz va plonger dans les eaux troubles, noires, nauséabondes de ses souvenirs. Se jeter en pâture « Je l'ai assommé, puis je l'ai transporté dans le désert dans un endroit ou personne ne pourrait l'entendre crier, je l'ai enchaîné, je l'ai torturé parce qu'il devait payer. J'ignorais qu'il ne pouvait ressentir la souffrance, alors je cherchais pire, je voulais qu'il réagisse. Il à pleuré ... il m'a appelé Egon, il délirait. Je me suis mis à délirer aussi, j'ai pensé qu'il était mon apprenti. Nous avons chacun parlé à travers l'autre à nos morts. Je l'ai détaché, puis je l'ai ramené jusqu'ici ... et je lui ait laissé Elle. Pour tout ce que je lui avais fait subir. Même si il m'a remercié. Elle l'a protégé du soleil quand je ne regardais pas, ils ont développés un lien ... Elle devait rester avec lui. Avec toi maintenant. Voilà. ». On tire le rideau.


Dernière édition par Ozvan Hickok-Cannary le Dim 9 Avr - 18:00, édité 2 fois

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 24155 Thomas B.-Sangster lux aeterna Signa ©crack in time ♥ Unicorn, crackship whihakayda, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 108
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Mar 22 Nov - 2:36




Maintenant qu’il avait dit oui, il hésitait. Il avait bien évidemment envie de savoir ce qu’il s’était passé pour que son ami revienne dans cet état là. Lui qui se remettait doucement de ses péripéties Rahajks, l’avait trouvé dans un état bien pire que celui qu’il avait été au retour de sa capture. Au moins, il ne pouvait le nier, du moins physiquement, on ne les avait pas trop malmenés en prison. Le reste, c’était une autre histoire mais en prison certains d’entre eux avaient même pu recevoir des soins. Il avait compris devant le silence de Laserian qu’il ne désirait pas en parler, peut-être aussi ne désirait-il pas qu’il le sache car après tout leur avait-il parlé du désert et des Rahjaks ? Même entre kidnappés ils en parlaient à peine alors il avait très bien compris pourquoi le brun n’avait pas souhaité en parler. Au fond, avait-il le droit de le savoir ? Il ne savait pas. Il se sentait bien penaud d’avoir un peu forcé cet homme à lui en parler. Il avait juste fallut qu’il lui ramène cette jument pour lui donner l’envie d’en savoir plus, d’avoir cette curiosité déplacée sur une histoire qui ne le concernait probablement pas tout en affirmant quelque part le contraire. Il se sentait concerné dès qu’un évènement touchait Laserian. Un peu plus que Tawnie et Alaska. C’était juste … il ne savait pas … différent ?

Il se gratta le dessus du crâne en se demandant ce qu’allait lui raconter le barbu qui, cinq minutes plutôt, doutait qu’il soit capable de tout entendre. Voilà qu’il lui foutait le doute, merde. Un petit sourire lui échappa à l’entente de son nom. Effectivement Oz serait plus simple mais ils n’en étaient pas encore à l’étape de se donner des petits surnoms. Ozvan irait très bien même s’il était vrai que le tout en entier était un peu long. Il se senti un peu mieux quand Ozvan lui promis qu’il repasserait de temps à autres pour voir s’il se débrouillait bien à propos de la jument. Cela ne devait pas être si compliqué de s’occuper d’un tel animal, n’est-ce pas ? Il avait pourtant promis de garder le silence alors même s’il avait déjà plein de questions en tête, il allait les garder pour plus tard si l’envie de les poser serait toujours présente. Il n’en était pas vraiment sur. « Je suis Rahjak, je viens du désert. » D’accord, d’accord. Tout allait bien. Si Laserian avait demandé à un Rahjak de venir par ici pour vérifier s’il allait bien c’était bien ironique mais soit il devait y avoir une bonne raison à tout ceci : une raison qui lui échappait totalement. Il ne savait pas trop que penser de cette première révélation. Il était un peu perdu, attendait la suite avec toute la méfiance dont il était capable. Tous n’étaient pas façonnés de la même façon, c’était vrai mais du peu qu’il avait pu voir, presqu’aucun ne lui avait donné l’envie de le revoir. Quant à Ozvan ? Il ne savait pas. Il ne s’était pas montré menaçant. Il avait même été plutôt gentil. Il ne savait pas après tout comment il était dans la vie de tous les jours, dans cette cité de malheur, avec les esclaves qui s’y trouvaient encore. S’il l’avait connu ne serait-ce qu’un petit peu sans doute aurait-il pu se faire une idée de qui était cet homme avant de le juger mais là encore ils ne se connaissaient pas. Du moins. Il doutait sincèrement que Laserian ait commencé à lui parler de lui pendant des heures.

« C'était avant la guerre, je recherchais des disparus, des gens importants, j'ai retrouvé leurs corps. Il y avait cet enfant qui venait de mourir, du sang, ce garçon penché sur lui, les mains rouges, tout le désignait, il devait payer, ça ne devait pas rester impuni. » Le passé du vieil homme lui rappelait ses propres interrogations. Il comprenait la quête de savoir, d’avoir une réponse pour pouvoir faire son deuil ou avoir de quoi garder espoir. Il pouvait comprendre cette quête de vérité. La suite … était beaucoup moins compréhensible. Il pouvait comprendre le lien qui s’était réalisé dans la tête du vieil homme mais sans bonne raison il aurait mal imaginé Lasrian tuer quelqu’un. Il tentait de garder son calme, d’écouter sans juger celui qui avait jugé si facilement son ami sans savoir. S’il ne l’avait pas tué, il l’avait salement amoché sur de simples présomptions. Ça le rendait malade. La suite, il la connaissait. Ça lui faisait mal d’entendre jusqu’où l’être humain était capable d’aller pour une question de vengeance possiblement mal évaluée. Dire que le dénouement de l’histoire le surpris fut un euphémisme. Le désert les avait complètement fait perdre la tête et tout était de la faute d’éléments de l’histoire qu’il ne connaissait pas. Il pouvait juger facilement l’un comme l’autre d’en être arrivé là si seulement il connaissait le contexte des premières morts.

« Elle ne tient pas debout votre histoire. » Il s'était tût pour tenter de démêler cette histoire qui lui semblait bien plus compliquée que les éléments d'informations qu'il venait de recevoir. Il ne savait pas comment réagir. Devait-il être en colère contre les deux hommes ? Contre l’un en particulier ? Il avait du mal à s’imaginer la scène, à penser que tout ceci ait pu réellement se produire. Egon ? Il avait déjà entendu ce nom. Sauf qu’il ne se souvenait plus tellement de ce que Laserian lui avait dit de lui. Les souvenirs commençaient-ils à s’effacer pour être remplacés par des nouveaux ? Il renifla misérablement : il ne voulait pas. Il voulait toujours se souvenir de lui, d’eux. Mais pas de ça, pas de l’imaginer en meurtrier. « Je sais pas quoi vous dire sauf que c’est pas lui et que vous l’avez jugé sans même savoir. » Les terriens comme les Cent, comme les Odysséens, comme toutes les personnes présentes sur cette foutue Terre jugeaient sans savoir. Le traité ne tiendrait jamais à ce rythme-là. Il regarda Elle en se demandant ce qu’il allait se passer maintenant. Il ne servait à rien de créer le même schéma. Il pouvait tenter de le blesser mais cela ne rimerait à rien. C’était stupide. Il préférait tenter de comprendre comment ils en étaient arrivés à là sans trouver de réponse satisfaisante. C’était la terre, la terre de leurs ancêtres qui rendait même le plus sensé des hommes en bourreau. « Alors il se passe quoi maintenant ? Je suis supposé vous faire confiance ? » Cette histoire le perdait complètement. « À un Rahjak ? » Ça oui, malgré toutes les bonnes intentions du monde, même si Ozvan et Laserian s’étaient réconciliés d’une façon un peu soudaine et étrange : Laserian lui en demandait décidément beaucoup.    

avatar
27/05/2015 I 4561 Anson Mount AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette Eclaireur & Orientation & Combat 92
† Hell Ain't Civilized †


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Dim 11 Déc - 10:50


Liam & Ozvan @The Spring & @The Summer

Désynchronisés. Face à face. Ou presque. Le Rahjak prenait la mesure de ces étranges moments ou l'on découvre toute la dimension d'un fait qui signifiait le passé pour vous, mais le présent pour l'autre. Et même si l'homme du désert se détestait toujours intérieurement pour les extrémités qu'il pouvait atteindre, il possédait dans son cœur les instants passés avec Lasérian pour y déposer un peu de baume réparateur. Liam non. Ce dernier piétinait dans l'immatériel. Les mots, blessants, durs, cruels et parfois irrecevables. Le débarqué ne pouvait qu'imaginer, son esprit se stoppait à la douleur, aux souffrances de son ami sans avoir la satisfaction de le vois sourire en face de lui, en forme, vivant, souriant. Heureux sans lui. Mais Oz pouvait-il lui refuser la possibilité de savoir ? Qui était-il pour s'octroyer le droit de dire non ? A partir du moment ou cette promesse lui fut demandé, Oz en devint le gardien. Il lui importait à lui - le voyageur - de la réaliser comme il l'estimait au mieux. Après tout il se retrouvait seul face à un jeune inconnu, et si le vagabond appréciait la jeunesse, celui-là il l'abordait de la plus brutale des manières, au nom d'un autre. Cette démarche signifiant en filigrane qu'on s'en déchargeait, ne prenant pas la peine de venir dire cette vérité en personne à cet autre enfant des étoiles.

Oz connaissait Gamora, il la fréquentait depuis un petit moment de façon un peu hétéroclitique, il appréciait son caractère, se trouvant toujours à l'aise avec elle. Mais ici, cet être là ... ressemblait à un challenge. A Oz, liam lui apparaissait particulièrement complexe. Et se débattant déjà avec ses démons, le voyageur craignait de blesser son âme par le simple fait d'entrer en contact avec lui. Que tous les éclats désespérés de la sienne déteignent sur le destinataire de son message. L'éclaireur s’obstinait à éloigner le passé par un désir de se libérer, mais toujours un événement le rappelait comme s'il fut devenu un boomerang recherchant un point de départ disparu, errant ainsi sans jamais retrouver son point d'attache. Immobile, calme, une tempête respirait dans son cœur. Comment choisir les mots qui transcriraient exactement la relation Laserian et Oz ? Ceux qui pourraient la rendre vivante, accessible aux oreilles de Liam ? Il se rajoutait à tout ça, cette ignorance de l'aventure de l'ex-kidnappé qui traversa le désert pour finir entre les murs les plus répugnants de la cité de feu. Oz eut-il choisit alors ce récit rapide, court dont aucune chaleur ne ressortait ?

Peu préparé il se retrouvait face au désir de savoir qui imprégnait toute la personne du cent. Récupérer un cheval enfuit, délivrer un message, repartir aussi vite, tout dans la tête du Rahjak prenait un tour un peu automatique. Le vagabond prévoyait de ne pas s'attarder mais le voilà qui éprouvait de la sympathie pour le jeune homme à la chevelure légèrement ébouriffée. Attention il appréciait les débarqués, même il se rangeait de leurs cotés mais ne tenait pas à établir plus de contacts que ceux déjà déclenchés pour l'instant : Laserian, Rose, Gamora, Tawnie et cette petite gamine le prenant pour un croque-mitaine. Cette envie de se débarrasser d'une mission vécue comme une corvée lui donnait un ton indifférent. Devait-il s'étonner alors, le Rahjak de ne pas avoir convaincu un seul instant Liam. Le jeune la découvrait, le voyageur la fuyait. Chacun regardait ce bout de d'histoire depuis sa propre perspective. Certes ... elle ne tenait pas debout, et pourtant elle se poursuivait ayant abandonné ses cadavres derrière elle.

« Je sais »

Oz savait. Lasérian savait. Maintenant Liam.

Y avait-il quelque chose de plus à ajouter ? le gamin se montrait visiblement plus mature que lui, qu'eux deux. Alors se mettre à faire la morale semblait tout à fait exclu comme solution à l'homme du désert. Continuer en omettant les paroles à peine échangées s'apparenteraient aussi à une forum de mépris. Alors que, non il ne ressentait pas ça à propos de Liam.

« Je sais » répéta t-il comme s'il eut pu tout justifié par cette simplement réponse. Redite. Trouverait-il une compensation à offrir à ce garçon pour l'état dans lequel il le mettait, pour la façon dont il traita son ami. Non il savait Oz, que ça ne fonctionnait pas de cette manière chez eux. « Je sais » Et Oz finalement eut le bon gout de ne pas exposer une solution foireuse à ses actes, afin de ne pas descendre plus bas dans leur estime. Oubliant un peu vite que la victime en question le remerciait chaque jour quand il se trouvait à ses côtés de l'avoir délivrée de ses souffrances et de son désespoir.  « Tout ce que je peux te promettre c'est de ne jamais plus faire cette erreur envers qui que ce soit  » Apprendre. A tout âge, même au sien. Ne plus faire appel aux esprits vengeurs, les dispersés au loin afin que les vivants puissent continuer leur chemin dans une plus grande sécurité. Tranquillement Oz fit le tour de Elle, se rapprochant doucement, tout en laissant une assez grande distance pour ne pas donner l'impression à liam qu'il forcait une proximité dont il se méfierait.

« Que veux-tu qu'il se passe ? Crois tu que tu peux me faire confiance ? je crois que ce serait un peu illusoire » Certainement quand on avouait pouvoir enchainer et torturer un adolescent, ça ne donnait pas envie de se jeter dans ses bras. L'homme du désert du moins, échangeant les rôles en pensée avec le jeune homme ne s'y précipiterait pas. Mais il restait persuadé que trouver un terrain d'entente aussi fragile fut-il. « Tu pourrais me laisser te prouver que tu peux me faire confiance, je t'aiderais avec Elle afin que tu puisses t'occuper au mieux d'elle, je pourrais faire de toi un bon cavalier et ... » Osera t-il lâcher cette proposition ? Ne paraîtra t-elle pas encore plus irréelle que tout son récit ? « T'amener jusqu'à ton ami pour que tu lui ... parles » En réalité le Rahjak pensait *que tu lui déverses tout ce que tu as sur le coeur* Et finalement il se jugeait assez mal placé pour se permettre cette suggestion là. « Mais avant si tu as d'autres questions ... Des accusations ? »


Dernière édition par Ozvan Hickok-Cannary le Dim 9 Avr - 18:05, édité 1 fois

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 24155 Thomas B.-Sangster lux aeterna Signa ©crack in time ♥ Unicorn, crackship whihakayda, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 108
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Dim 22 Jan - 0:35




Liam ne savait pas comment il était supposé réagir face à tout ce que l’homme venait de lui apprendre. Ce n’était pas tous les jours que l’on racontait un tel épisode de sa vie. Lui qui avait toujours été quelqu’un de discret par rapport à tout ce qui le touchait d’un peu trop près était halluciné devant l’aisance que lui montrait le Rahjaks. L’aisance pouvait être de façade mais il décida de ne pas s’en faire. Depuis toujours, quand il n’arrivait pas à se faire à une situation, il la mettait de côté or celle-là c’était une chose qu’il ne pouvait décemment pas faire. Ozvan le mettait dans une situation délicate sans le savoir. Il était déconcerté, n’aurait jamais pensé se retrouver dans une situation pareille. Ce n’était pas juste. Il ne pouvait pas lui demander de se taire et d’en suite lui dire ça pour penser qu’il l’accepterait sans taper du pied devant une histoire qui n’avait pas de sens. C’était mieux de nier l’évidence des faits quand ceux-ci ne vous arrangeaient pas. Il ne parvenait pas à imaginer ce qu’il s’était passé parce que c’était une partie d’une histoire qui n’était pas la sienne, qu’il n’avait peut-être pas envie de comprendre au risque de se perdre. Il croisa des bras pour les décroiser aussi sec. Laserian. Il était bien emmerdant le Laserian tout d’un coup de lui refiler ce type alors s’évertuait depuis un moment à ne plus trop penser à ceux qui avaient préféré la fuite.

« Tout ce que je peux te promettre c'est de ne jamais plus faire cette erreur envers qui que ce soit.  » Liam hocha la fête, ne sachant que dire d’autre face à cette promesse.  Il regrettait les paroles qu’il lui avait lancées parce qu’il les jugeait, après coup, beaucoup trop fortes mais c’était tout ce qui lui était venu en tête face à un récit qui ne collait en rien avec l’ami de toujours. Il ne voulait pas non plus traiter l’homme du désert de menteur. Quel en était l’intérêt pour celui qui se trouvait devant lui ? Aucune idée. Il n’avait juste aucune idée de comment il devait prendre tout ce qu’il lui avait raconté, tout ce qu’il lui promettait, toutes les questions qu’il lui poserait. Comme celle-là, tiens ? Que voulait-il qu’il se passe ? Là, pour le moment, il n’en savait rien. Il n’était pas certain de savoir gérer tout ce qu’on venait de lui apprendre. Que faire maintenant ? Retourner au campement et repasser l’échange dans sa tête pour tenter mieux comprendre ? « Crois tu que tu peux me faire confiance ? Je crois que ce serait un peu illusoire. » Liam soupira, agacé. « C’est à moi de répondre non ? » Ils marchaient sur des coquilles d’œufs. Liam n’était effectivement pas certain de pouvoir lui accorder sa confiance tout de suite mais quoiqu’il ait pu se passer entre eux, Laserian lui avait suffisamment fait confiance pour l’amener jusqu’à lui.

« Tu pourrais me laisser te prouver que tu peux me faire confiance, je t'aiderais avec Elle afin que tu puisses t'occuper au mieux d'elle, je pourrais faire de toi un bon cavalier et ... T'amener jusqu'à ton ami pour que tu lui ... parles. » « Hein quoi ? » La méfiance avait laissé place à la surprise. Il était parfaitement ridicule devant cette proposition qu’il n’avait pas du tout vue venir. Il ne pensait pas être capable de faire le chemin pour le voir et repartir. Puis pour lui dire quoi hein ? Il n’en savait rien. Laserian aurait pu, il l’avait déjà fait. Quelque chose l’embêtait bien plus que tout ce qu’il venait de se passer. « S’il vous a envoyé pour veiller sur moi, qui veille sur eux ? » Rester au campement avait l’avantage qu’ils étaient un groupe, qu’ils étaient soudés, que des recherches étaient faites quand quelqu’un manquait. « Je n’irais pas. » Il ne doutait pas de sa parole, Ozvan semblait quelqu’un de juste même si dans certaines situations, il avait agit sans avoir toutes les données en tête, sous l’impulsion, sous la colère, comme Laserian.

« Mais je veux bien de l’aide pour tout ce qui concerne Elle. » Ce n’était pas la première fois qu’il voyait une jument mais bien la première fois qu’il en avait une à lui … qui était auparavant la sienne. À lui. À eux. Leur situation était étrange pour ne pas dire assez inédite. Laserian avait envoyé Ozvan pour qu’il garde un œil sur lui et lui ne voulait que l’inverse. Ozvan lui proposait d’aller le voir et malgré la peine ressentir par leur absence, le voilà qui refusait la solution simple qui s’offrait à lui : que le vieil homme garde un œil sur eux, tous les trois, ensemble.  Il cogita ces pensées sans pour autant les formuler à voix haute. Ça c’était une illusion, bien plus que celle de faire confiance au terrien. « Mais avant si tu as d'autres questions ... Des accusations ? » Avait-il d’autres choses à se reprocher pour formuler cette question ? Il haussa les épaules tout en restant dans le vague. Il n’était pas forcément prêt de raconter sa traversée du désert à un homme qu’il connaissait à peine, pas même s’il lui avait été envoyé par Laserian. « Des accusations ? Je n’en ai pas d’autres. Du moins pas pour vous. »  


avatar
27/05/2015 I 4561 Anson Mount AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette Eclaireur & Orientation & Combat 92
† Hell Ain't Civilized †


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Mar 14 Fév - 18:42


Liam & Ozvan @The Spring & @The Summer


Il raconte Le Rahjak. Les mots s'enroulent en phrases qui dessinent une histoire un peu bancale. Les paroles qui s'échappent des lèvres du voyageur résonnent dans l'air comme un glas sans écho. Le sens de son récit se déforme ne devenant qu'un vague ramassis de lettres assemblées ensemble par hasard. Il veut les accrocher dans l'esprit de l'adolescent mais elles tombent pathétiquement à terre. Entre lui et l'autre elles n'ont construit aucun pont. Pourtant Oz aime les jeunes, le problème étant que celui-ci malgré son allure à pu - du - vieillir bien trop vite depuis son débarquement sur le sol terrien. Là en face du vagabond qui devine en lui un esprit qui se replie dans sa maison telle la tortue, pourtant l'oreille reste tendue vers lui. L'enfant des étoiles attend. Quoi ? Oz ne parvient pas le cerner, jouer aux devinettes n'entre pas dans ce qu'il apprécie de pratiquer dans le vide. Car son vis à vis ne lui offre aucune prise qu'il puisse attraper. Il n'en à entendu parler que par Laserian de Liam. Voilà le Hic. Cette vision qu'il peut se faire de Liam n'est que la transposition des souvenirs de l'ami de celui-ci. Il ne suffit pas de déclarer la bouche en cœur qu'on arrive porteur d'une nouvelle pour que la personne se comporte de façon identique à l'Ouïe dire.

Une idée simple sous laquelle dormait un serpent qui plante ses crocs en plein milieu du fil ténue et timide qui bourgeonne difficilement entre les deux. Arrivera t-il à fleurir ? Maintenant il se tait l'homme du désert, il observe le môme, la tristesse sous-jacente de son attitude dégage une certaine colère. L’éclaireur sait lire dans la gestuelle des gens mais ça ne lui donne pas forcément la solution, parce que leur esprit lui reste hermétique. Oui c'est à Liam de répondre et pas un autre à sa place, il ne lui affirmera pas le contraire le Rahjak. Alors Oz se contente de hocher la tête en guise d'accord. Il se peut qu'il fasse face à une de ces têtes bornées qui ne se révèle que très peu et se complaise à suivre la route qu'il décident à la place de celle qu'on leur indique. Peut-être alors que le jeune homme lui donnera un indice, il suffit de se tenir là silencieux jusqu'à ce que Liam parle ou décide de partir. Dans le second cas Le Rahjak estimera avoir fait son devoir, il repartira et jamais ne reviendra rôder autour du Garçon. Pour Elle, voilà bien une autre histoire, le voyageur ne pourra jamais se détourner de cette compagne de tant d'années et de souvenirs. La mauvaise foi, la fausse excuse, tant de bavardages dans le silence. Tout ce non dit ressemble à une échange de pensées non formulées.

« Quoi quoi ? » Répercute le voyageur vers le débarqué. Que n'a t-il pas compris ? Veut-il en savoir plus ? Ou est une façon de meubler cet échange balbutiant ? Oz reformule cependant plus simplement ce qu'il vient de proposer « Je peux t'amener jusqu'à eux si tu le souhaites » Voilà un petit point jamais évoqué dans la promesse faite à l'explorateur. Mais après tout c'est lui Oz qui tente de se démêler de cette situation bien plus délicate qu'il ne s'y était préparé. Une question délicate envahit soudainement tout l'espace. Et le Rahjak n'y découvre aucune échappatoire que d'y répondre simplement  « Eux » Il ne donnera pas plus de détails Oz. Parce qu'il les à laissé derrière, supposément avec tout ce qui leur serait nécessaire pour survivre. « Parfait alors je ne t'y conduirais pas » Aucune vexation ne se dénotait de la réponse, le vagabond acceptait usuellement les décisions des autres, tout comme celle de Liam sans tenter de les faire diverger. Il accordait aux autres une raison qu'ils ne possédaient pas toujours. Et dans le dernier des cas et bien personne ne lui demandait de se porter garant du choix de chacun. Sa promesse à Laserian ne contenait pas en plus la possibilité de devenir un guide moral ou un guide tout court.

Rien ne les obligeait à s'aimer ou s'apprécier. L'aide ponctuelle pouvait se concentrer autour de la jument. Elle pouvait devenir leur lien. ELLE restait un trésor aux yeux du voyageur, et pouvait le devenir dans le cœur du jeune homme. Alors ne pas releveer tout le reste à moins que le débarqué ne souhaita y revenir. Oz caressa le coup de l'Alezane avec un amour non dissumulé  « Bien si tu n'as plus de questions pour moi alors occupons nous d'Elle, qu'aimerais tu savoir, apprendre en premier ? Y avait-il des choses précises qui te posaient problèmes avec elle ... Et sais tu pourquoi elle s'est enfuit ? » Oz se renseignait s'éloignant du problème épineux imitant le cactus prêt à leur enfoncer ses piquants douloureux dans l'âme, s'ils se risquaient un peu trop loin sur la voie de l'émotion. Ainsi il espérait comprendre comment l'équidé s'adaptait parmi les enfants du ciel, et ce qui aurait pu l'avoir poussé à s’éloigner alors qu'elle possédait un tempérament doux, docile, mais néanmoins décidé quand ça ne lui convenait pas. « As tu déjà réussi à monter sur son dos ? »




Say farewell but don't say goodbye


Dernière édition par Ozvan Hickok-Cannary le Dim 9 Avr - 18:07, édité 1 fois

Modo - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light 24155 Thomas B.-Sangster lux aeterna Signa ©crack in time ♥ Unicorn, crackship whihakayda, paroles City Light Blanche Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur 108
Modo - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Mer 1 Mar - 16:33



« Quoi quoi ? » Hein ? Il avait juste été surpris qu’il lui fasse cette proposition de l’amener à eux. Pas qu’il n’ait jamais ressenti l’envie de lancer une expédition solo pour les chercher mais là non, il n’avait pas plus envie de quitter les siens pour les retrouver, le tout pour repartir ensuite. Il ne se sentait pas de laisser les Cent, n’était pas certain de vouloir quitter ce groupe auquel il s’était attaché malgré lui. « Oh rien. J’ai juste été surpris. » S’il pouvait lui faire confiance parce que jusqu’ici il ne lui avait pas montré le contraire, il n’était pas pour autant prêt de le suivre juste comme ça, juste parce qu’il lui avait proposé d’aller les retrouver. A sa question de savoir qui veillait sur ses amis la réponse fut évidente. Ils n’avaient pas forcément suivit les traces d’Ozvan tout du long de leur périple en duo. Ozvan avait juste été celui qui les avait guidé dans un endroit où ils se sentiraient en sécurité du moins lui semblait-il que le vieil homme ne les avait pas envoyé dans un guet-apens et ne souhaitait pas l’y amener à son tour… il avait simplement aidé deux jeunes et semblait vouloir en faire de même avec lui sauf qu’il ne le voulait pas. Liam souhaitait rester et il le respecta.

Il ne voyait pas pourquoi la question des accusations avait été mise sur le tapis. Ozvan ne lui avait rien fait et il n’avait pas de compte à rendre pour Laserian qui avait suivit sa route, pris ses propres décisions. Il pouvait ne pas être ravi de ce qu’il entendait mais cela s’arrêtait là, peut importe ce qu’il avait pu ou ne pas pu se passer entre eux, chacun suivait sa propre route désormais. « Bien si tu n'as plus de questions pour moi alors occupons nous d'Elle, qu'aimerais tu savoir, apprendre en premier ? Y avait-il des choses précises qui te posaient problèmes avec elle ... Et sais tu pourquoi elle s'est enfuit ? » Il haussa les épaules à la dernière question. La jument à la robe brune lui était tombée sur les bras sans qu’il s’y attende, sans qu’ils se soient habitués à sa présence et elle à la leur. Ça avait été compliqué pour elle de s’habituer à voir autant de monde, autant de bruit, du moins le supposait-il. Il n’avait pas de question particulière comme il le lui avait dit auparavant, il ne connaissait rien de tout cela, n’avait pas ressenti le besoin d’en apprendre sur les chevaux sur l’Odyssée alors qu’ils supposaient que la vie n’était pas possible sur Terre, qu’ils n’auraient jamais la chance d’en voir d’aussi près.

« Un peu tout je suppose. On est nombreux. Elle n’a surement pas eu l’habitude de croiser autant de gens à la fois. Ce n’est pas toujours très calme dans le coin. » Il se passa la main dans les cheveux, était content pour une fois d’être aussi grand. Si c’était toujours curieux pour lui de se dire que cette jument était désormais à lui, elle n’en était pas pour autant imposante ou disons beaucoup moins que s’il n’avait pas pu croiser son regard autrement qu’en levant bien haut la tête. « Qu’est-ce qu’elle mange en hiver ? » Question con, ils y arrivaient bientôt. Il se doutait qu’elle mangeait de l’herbe parce qu’elle n’avait pas vraiment donné l’impression de crever de faim les quelques jours où elle s’était retrouvée en leur compagnie. « On a aucun pal … palefrenier. » C’était bien ça le nom, il lui semblait avoir entendu le nom quelque part sans pouvoir se remémorer où il l’avait entendu.

« Enfin. C’est nouveau un cheval … enfin … une jument. On sait un peu rien du tout sur le sujet. Puis les autres sont curieux alors c’est possible que certains aient tenté de monter sur son dos et qu’elle se soit rebellée. » C’est qu’il ne savait pas trop quels terme utiliser, avait l’impression d’être pas certain de ce qu’il disait alors que cela ne lui arrivait que très rarement. Il savait toujours quels mots utiliser, comment tourner les phrases. Là, tout lui était inconnu. « As tu déjà réussi à monter sur son dos ? » « J’avais pas envie d’être ridicule. » Ridicule n’était pas le mot juste. Il n’avait pas eu envie qu’elle se braque, de se casser la gueule, comme cela avait pu se produire lorsque d’autres avaient tenté l’expérience sans qu’il ne soit présent pour et bien, il ne pouvait pas veiller sur Elle vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Ozvan ne pouvait pas s’attendre à ce qu’il surveille sa jument tous les jours pour vérifier que des fougueux ne se décident à partir à l’aventure avec elle au risque qu’elle ne leur échappe une seconde fois.

avatar
27/05/2015 I 4561 Anson Mount AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette Eclaireur & Orientation & Combat 92
† Hell Ain't Civilized †


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...
Dim 19 Mar - 16:23


Liam & Ozvan @The Spring & @The Summer


Une question implique une réponse ou la sous entend, entraînant parfois un réaction en chaîne qui résonne comme une pure cacophonie. Si bien que parfois l'incompréhension du départ ne se retrouve pas apaisée mais plutôt dispersée. Tout un monde sépare le guerrier de l'enfant des étoiles, Alors le vagabond doute qu'il soit bon de disséquer chaque parole venant de la bouche du Môme. Enfin adolescent. En réalité il se fit à son apparence car Ozvan ignore totalement son âge et l'idée ne le démange pas non plus de le lui demander. Pour lui il s'agit d'un intérêt qui s'amenuise avec le temps, car seul les actes comptent peu importe le reste. Celui-là en face de lui, l'homme du désert le compare à un château fort, il faudrait qu'il baisse le pont-levis, et vous invite à pénétrer à l'intérieur pour découvrir les différentes pièces qui le composent. Sans compter les caches secrètes.

Elle qui broutait tranquillement à cessé depuis quelques instants, ses oreilles se pointent dans la direction de Liam, puis décidée elle de se dirige vers lui à petits pas. Pour venir fourrer ses naseaux dans sa chevelure en y soufflant assez fort pour ébouriffer le jeune homme qui tâche de cerner le pourquoi de sa fuite.


« Elle à l'habitude du nombre, elle à grandit en parti dans la cité de feu ... Ma cité » L'éclaireur hésite un peu avant de la qualifier de telle, parce que désormais son chez lui il estime qu'il se décline chez sa nièce. Ozvan ne peut pourtant abandonner son peuple, pour de multiples raisons qu'il n'évoquera pas ici, puisqu'il ne s'agit pas du contenu de leur conversation. « Elle venait partout avec moi, elle à traversé tous le pays, s'est rendu dans tous les villages ...  » Même ici, puisqu'il y à croisé Gamora plusieurs fois, et Rose. Le Rahjak ne cherche pas à contredire le débarqué, même si la tonalité de sa voix s'échappe un peu rudement de ses lèvres. En réalité il énumère les explications ou les raisons qui sauront leur faire trouver une solution afin que celà ne se produise plus. « Et visiblement Elle t'apprécie donc ce n'est pas le problème » Doucement elle mâchonne désormais un bout de tissu du vêtement qui recouvre les bras du garçon. Celui-ci ne reconnait pas encore les signes qui permettent de juger de du bien-être ou du mal-être de l'équidé, mais le vagabond ne doute pas qu'il y parviendra prochainement. Ce débarqué lui semble plutôt instinctif, plus curieux qu'il ne désire le laisser voir, et certainement très loyal à ses amis qu'ils lui eussent faussés compagnie ou non.

« Il se peut qu'elle ait changé de maître trop vite par deux fois, après tout elle à passé plus d'une dizaine d'années avec moi.  Et je lui ai fait comprendre qu'elle devait suivre Lasérian, il se peut que la transition entre lui et toi ne lui semble pas claire » Mais aussi, et Liam touche un point très sensible, elle n'a jamais répondu qu'à un seul maître, trop de personnes qui tenteraient de la chevaucher la troubleraient. Alors il faut certainement se montrer très ferme sur ce point « Dans un prochain avenir il faudra que tu sois ferme et avertisse les autres que seuls quelques uns peuvent l'approcher librement. Les autres devront le faire sous ta présence ou celle de ceux en qui tu auras confiance » La voilà l'Alezane qui s'attaque aux soulierS de Liam, mais cela ressemble plus à un jeu qu'autre chose. D'ailleurs Elle s'en détourne très rapidement pour finir par le pousser doucement en mettant sa tête contre son épaule. Le dialogue évolue tranquillement hors des sentiers plus douloureux, cela vaut mieux, les ratisser sans cesse ne fera de bien à aucun des deux individus en présence. Et s'il ne sait complétement répondre à la promesse de l'explorateur au grand cœur, Ozvan souhaite apporter toute la connaissance nécessaire à Liam pour qu'il sache prendre en charge au mieux la Jument.

« L'hiver tu peux lui donner une partie des légumes que vous cultivez, elle aime bien ça, mais aussi du grain, cependant si vous n'en possédez pas je t'en apporterais régulièrement que je déposerais ou tu me diras » Car il connait très bien les règles, Aucun terrien ne s'aventure dans le camp des enfants du ciel. « J'ai aussi une nièce qui vit prêt de la mer et cultive un joli potager, alors quand je passerais je viendrais t'en ramener. Comme ça tu ne devras pas prendre dans la provision réservée pour les tiens » Le Rahjak il ne possède aucune idée de comment ils s'organisent les skairus, mais il le suppute un peu. Certainement ils ne croulent pas sous la nourriture et les réserves. Alors il ne faudrait pas qu'on reproche à l'Alezane de Liam de priver les autres plus que de raison. L'éclaireur à aussi aperçu qu'ils possédaient quelques animaux dans un enclos. Peut-être les engraissent-ils l'été pour les consommer en hiver. Ça s'avérerait le plus logique et le plus simple, mais il ne voudrait pas qu'Elle termine de cette manière. Alors il sait qu'il s'efforcera de la rendre utile et d'amener tout le nécessaire pour son alimentation pendant la saison froide. « Si tu tombes ce n'est pas grave, tout bon cavalier commence généralement avec une chute et davantage. Il n'y à aucun ridicule à cela, je vais t'apprendre mais alors avant que tu ne puisses parfaitement la maitriser tu devras être le seul à le faire. Et te montrer intraitable sur ce point, si ça te va on peut déjà faire un essai maintenant »



Say farewell but don't say goodbye

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...

 

Seagull carry me, over land and sea. To my own folk, that's where I want to be...

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» tutorial chariot de guerre sur base de land raider
» land speeder dark eldar
» Carry On my wayward Son
» Plusieurs land raider
» Comment détruire les Land Raider ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: welcome to hell :: Aux alentours des Cents-