Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

Attraction and Repulsion [feat. Astrid] Empty Attraction and Repulsion [feat. Astrid]

le Ven 18 Mar - 20:49
ATTRACTION AND REPULSION

Le Temple de Feu, là où toute chose était forgée au nom du Dieu Soleil. Tes pas foulant les chemins sinueux menant à la bâtisse, tu portas tes grands yeux bleus sur les alentours. Tout était si calme, si limpide. Tu mettais rarement les pieds en ce lieu sacré, et les seules fois où tu y allais, il t'arrivais d'y rester pendant des heures - parfois même, jusqu'à la tombée de la nuit. Toi. La mercenaire implacable, à défaut d'être sanguinaire, cruelle et sans vergogne - tu n'en restais pas moins, une grand croyante qui aimait prier et se recueillir. Enfin, seulement quand le moment y été propice. Tes bras tombant le long de ton corps, tu vins ancrer ton regard sur le temple. Celui-ci se dressait telle une lame, deux statues bordant son entrée alors que plusieurs fruits étaient disposés à leurs pieds. Sur les marches, une prêtresse vint à ta rencontre, sa robe blanchâtre cousue d'un fil doré balayant le sol à chacun de ses gestes, tandis que ses doigts s'entrelaçaient tel un symbole de paix et de prière. « Que puis-je faire pour vous mon enfant ? » Un sourire étira les lèvres de la vieille prêtresse, deux sillons se creusant sur ses joues, alors que sa voix était aussi cristalline et douce que le souffle du vent. A ses dires, tu t'inclinas respectueusement, tes longs cheveux d'ébène glissant sur ton visage, tandis que tu t'entreprenais de répondre à sa question. « Je ne resterais pas longtemps. Je suis tout simplement venue pour prier et me recueillir. » Lui avouas-tu d'une voix calme et posée. Acquiesçant face à tes mots, la prêtresse t'invita à déposer tes armes à l'entrée avant de pouvoir pénétrer au sein de l'édifice. Déposant tes armes, tu la remercias et monta les marches avant de t'engouffrer dans le temple. Suivant les fresques dessinées au nom du Dieu Soleil, de nombreuses bougies scintillaient et une odeur mélangé d'encens et de miel, te chatouillait les narines. Ce lieu était paisible, une certaine chaleur s'en échappant, alors qu'un vaste silence t'englobait de son étreinte. A genoux devant la stèle du Dieu Soleil, tes doigts fins vinrent entourer le contour d'un cierge. Tu l'allumas, tendit que tes longs cheveux tombaient gracieusement sur tes épaules, tes paupières commencèrent peu à peu à se fermer jusqu'à ce que plus aucune lumière ne puisse y passer. Et tel un murmure, ta voix parcourut l'antre de la bâtisse, levant légèrement le cierge vers les cieux alors que tes paroles s'écoulèrent telle une requête à peine audible : « Ô toi qui brille par delà l'horizon .... Toi qui de ta douce chaleur réchauffe nos corps et donne vie à nos cultures. Je fais appel à toi et de me donner la force d'asservir mes ennemis et ceux qui tenteraient de faire du mal à tes enfants. » Pendant un long moment, tu restas ainsi, immobile et silencieuse. Tes genoux faisant corps avec les dalles, tu prias encore et encore. Une fois celles-ci achevées, tu te redressas enfin. Déposant le cierge sur l'autel dressé au centre du temple, tu t'en retournas - avant de récupérer toutes tes armes à la sortie. À présent, tu pouvais aller à la Taverne boire un verre ou pourquoi partir en mission. Enfin si l'un des avis de recherches placardés sur la porte de devant étaient digne d'un quelconque intérêt. Machinalement, ton regard bleuté se pose sur les affiches, afin de les éplucher l'une après l'autre. L'une d'elle captiva avec enthousiasme ton attention. On recherchait mort ou vif, un traître qui avait essayé de s'en prendre à la Famille Royale. Un tel affront ne pouvait pas resté impuni - ce qui était clair dans ton esprit c'est que ce chien méritait de périr sous ta lame. Personne ne touchera à la Royauté Rahjak tend, qu'il te restera un souffle de vie dans le corps. Tu étais prête à partir sur le champs, lorsque une ligne en dessous, il était écrit, qu'il fallait être deux mercenaires pour accomplir cette mission. L'assassin étant un homme plutôt dangereux, il était plus prudent et plus sage de partir accompagné d'une autre personne. Tu soupires. Tu détestais faire équipe. La dernière fois que tu l'a fais, c'était avec Astrid. Et ça c'est pas très bien passé - même ça a été une mission plutôt difficile. Vous n'avez pas cessé de vous crêper le chignon tout au long de cette mission, qui a duré plus où moins une bonne semaine. Votre sale fierté mal placé prenait toujours le dessus, quoi que vous fassiez - et c'était plutôt difficile de vivre en harmonie, même si par moment vous commenciez tout juste à vous entendre. Passant tes doigts dans ta longue crinière d'ébène, tu arraches l'avis de recherche et prend la route en direction de l'habitation d'Astrid. Pourvu qu'elle soit chez elle. Devant l'entrée, tu hésites un instant. Tu pouvais encore faire demi-tour et demander à un autre mercenaire de t'aider. Trop tard, ton poing vint cogner contre la porte de bois. Tu attends. Et enfin, la porte s'ouvre. T'es pas spécialement ravie de la voir, mais tu te forces sourire. Un sourire pincé, c'est tout ce que tu peux lui lancer. « Euh ... Salut, cheveux de feu ... tu laisses planer un long silence avant de reprendre la parole. la tête d'un traître est mise à prix pour avoir essayé de s'en prendre à la Famille Royale ... je serais bien partie toute seule, mais pour ce genre de gaillard, il est plus conseillé d'être à deux pour le maîtriser .... alors ... j'ai pensé que peut être, tu accepterais de ... tu passes une main sur ta nuque - c'est franchement pas la joie pour toi, que de demander de l'aide. T'es vraiment pas bien. ... m'accompagner ?! Le mot sort enfin, ce fût dur, mais enfin tu l'as dit. Tu la fixes un long un instant de tes iris bleuté, avant d'ajouter : écoute, tu m'aimes pas et je t'aime pas non plus, mais il y aura une belle récompense à l'arrivée pour toi et moi, si on arrive à faire taire les différends qui nous opposent. Qu'est ce que t'en dis, tu marches avec moi ?! » Tu lui tends ta main. Comme un moyen de signer un pacte. T'espères sincèrement, qu'elle va accepter de te tendre la perche. Dans le cas contraire, tu n'hésiterais pas à lui dire le fond de ta pensée.  
 


Dernière édition par Shanareth Zamarguilea le Mer 23 Mar - 19:58, édité 3 fois
Astrid Helgusson
DATE D'INSCRIPTION : 28/07/2015 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Meeka, Elias & Richard MESSAGES : 1514 CELEBRITE : Rose Leslie COPYRIGHT : ava by jenesaispas METIER/APTITUDES : Mercenaire et voleuse TRIBU : Rahjak. Sa famille est Iskaar mais elle ne le sait pas encore. POINTS GAGNES : 87
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Attraction and Repulsion [feat. Astrid] Empty Re: Attraction and Repulsion [feat. Astrid]

le Lun 21 Mar - 16:12
ATTRACTION AND REPULSION
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Les temps sont calmes, en ce moment. Astrid n'est pas du genre à aimer rester en place et pourtant, elle ne cache pas que tant de lassitude la blase, quelque peu. Oh, elle ne reste pas en place, elle n'a pas envie de perdre ses réflexes ou de perdre son temps. Ce temps libre lui permet de se concentrer sur la vengeance de Tom et de chercher des indices. Après une année de recherche, trop de temps s'est écoulé et, bien sûr, il est devenu presque impossible de trouver ce qu'elle cherchait. Ce n'est jamais facile, la jeune femme le sait, mais bon, au moins, ses mouvements ne sont pas millimétrés à cause d'un emploi du temps trop serré. Bon, d'ordinaire, il ne l'est pas vraiment, en réalité. Elle n'est absolument pas du genre à se tracasser pour ça, en plus, et puis bon, à quoi ça pourrait bien servir ? Perdre son temps, réfléchir et se perdre dans un comportement qui n'est pas fait pour elle hein ? Elle n'est pas du genre à se faire un planning et encore moins à le respecter. Astrid est un électron libre et elle passe son temps à se persuader que tout ira bien, que de toute manière, elle a le temps. Dans sa tête, elle a toujours le temps, de toute manière. Et cela lui paraît toujours plus facile comme ça. Elle profite, en tout cas, de son temps, elle a suffisamment d'or de côté et de ce fait, elle sait qu'elle a tout son temps. Dans cette histoire, la seule chose qui la dérange vraiment, c'est d'épuiser ses réserves en nourritures, déjà. Et passer autant de temps dans le désert, ce n'est pas particulièrement plaisant non plus. Un point qu'elle garde pour elle, en général, un truc dont elle n'aime pas parler à voix haute, parce que ce n'est pas forcément très bien vu. La cité n'est pas sa maison, pour certains, pour ceux qui ne la voient pas comme une Rahjak. Pourtant, ces mêmes personnes seraient sans doute les premiers à l'exécuter, si elle venait à quitter définitivement le désert. Il est parfois impossible de comprendre la logique des hommes.

Lorsque l'on frappe à sa porte, elle suspend tout ce qu'elle était en train de faire, à savoir se laver les pieds, dans l'instant présent. Rien d'extraordinaire dans l'acte mais elle aime les baigner dans de l'eau froide. Il est juste difficile de la garder froide. En tout cas, il est étonnant de voir quelqu'un frapper à la porte, ce n'est pas habituel du tout. Bien sûr que de temps à autre, elle a de la visite, elle n'ira certainement jamais prétendre le contraire. Pour autant, ça ne rend pas chaque visite habituelle. Un couteau se trouve à l'entrée, d'ailleurs, juste à côté de la porte, comme Tom lui a appris à le faire. En cas où la personne qui vient à frapper à la porte ne soit pas pacifique. Parce que cette éventualité est tout à fait possible, mine de rien, on ne sait jamais sur qui on va tomber, il est parfaitement impossible de le savoir, même. C'est méfiante qu'elle ouvre toujours la porte et cette fois ne déloge pas à la règle. D'ailleurs, quand elle pose les yeux sur cette femme, elle ne comprend pas la raison de la visite. Et attrape le couteau, le serrant dans sa main droite, toujours dissimulée puisque la porte n'est pas entièrement ouverte.  « Euh ... Salut, cheveux de feu ... ». Belle entrée en matière, du moins, peut-elle le croire. Elle ne répond rien, attendant d'entendre la raison de sa venue, dans le fond, c'est la seule chose qui ait un réel intérêt pour elle. Ce qui ne tarde pas à arriver. Et oui, elle se moque bien du malaise de celle qui a frappé à sa porte.

 « La tête d'un traître est mise à prix pour avoir essayé de s'en prendre à la Famille Royale ... je serais bien partie toute seule, mais pour ce genre de gaillard, il est plus conseillé d'être à deux pour le maîtriser .... alors ... j'ai pensé que peut être, tu accepterais de .... Elle ouvre un peu plus la porte, croise les bras, et attend qu'elle le dise franchement. ... M'accompagner ? »!. Chose faite. Mais elle ne cache pas qu'elle ne comprend absolument pas cette envie de venir lui demander son aide. Elles ne s'entendent pas, pas du tout et pour tout dire, Astrid ne s'intéresse pas vraiment à son histoire. Si ce n'est que le fait que la personne s'en soit prise à la famille royale veut dire qu'elle va beaucoup rapporter. C'est un point non négligeable hein.  « Ecoute, tu m'aimes pas et je t'aime pas non plus, mais il y aura une belle récompense à l'arrivée pour toi et moi, si on arrive à faire taire les différends qui nous opposent. Qu'est ce que t'en dis, tu marches avec moi ? »!. Accepter est tentant, c'est vrai. Pour autant, ce n'est certainement pas elle qui va se permettre de prendre un tel risque. Ce n'est pas l'idéal, loin de là. Et pour ce qu'il en est du reste, il va vraiment falloir qu'elle fasse la part des choses, dans un sens. Mais… Pour le coup, elle ne comprend quand même pas. Et puisqu'elle semble avoir terminé de parler…  « Pourquoi tu me demandes à moi, exactement ? ». Non, elle n'a pas serré la main tendue.
avengedinchains


Dernière édition par Astrid Helgusson le Dim 22 Mai - 22:22, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous

Attraction and Repulsion [feat. Astrid] Empty Re: Attraction and Repulsion [feat. Astrid]

le Mer 23 Mar - 13:52
ATTRACTION AND REPULSION

Elle ne t'as pas serré la main. Tu la baisses lentement, tout en lui jetant un regard noir, alors qu'elle te demande pourquoi tu l'as choisi elle exactement et pas une ou un autre. Toi même, tu te le demandes encore. Vous ne vous aimez pas, vous ne serez jamais les meilleures amies du monde et sans doute que jamais vous arriverez à vous entendre comme larrons en foire. Et pourtant, c'est la première personne qui t'es venue à l'esprit, pour t'accompagner dans cette mission. Parce qu'à défaut de la détester, tu ne peux le nier - Astrid est une bonne et sacré combattante. Elle a tous les atouts nécessaires pour accomplir cette mission : la ruse et l'obstination - même si ça t'arrache la gueule de le dire. Si tu n'étais pas censé la haïr, tu l'adorerais au mieux, tu l'admirerais. Elle est peut être plus jeune que toi, mais il arrive que la jeunesse surpasse l'expérience et tu sais qu'avec le temps, elle deviendra aussi forte que toi. D'ailleurs, tu ne doutes pas qu'elle puisse te battre à ton propre jeu. Parce qu'elle et toi, vous n'êtes pas si différente que ça. Vous avez ce regard froid, ce visage impassible et ce manque constant de sentiments humains. Vous vous êtes battus comme des acharnées, des lionnes en bout de course, à bout de souffle pour vous faire une place dans ce monde où l'homme est Roi et la femme un simple pion sur l’échiquier géant de la vie. Elle et toi, comme toutes les autres femmes mercenaires, vous êtes parvenues à gravir les plus hauts échelons de la chaîne alimentaire de la Cité Rahjak - en prouvant à tout votre peuple qu'une femme est tout aussi capable qu'un homme de faire de grande chose, si même plus encore. Ton regard noir, s’adoucit peu à peu. Tu souris en coin. « Et pourquoi pas toi ?! répondre à sa question par une autre, voilà qui te laisse le temps pour réfléchir à une réponse plus intelligente ... ou pas. Qu'est ce qu'il a Astrid t'as les foies ?! Tu arques un sourcil, suivi d'un sourire railleur. Tu la cherches et ça t'amuse - beaucoup même. Mais tu sais ce n'est pas grave, il n'y a aucune honte d'avoir peur, c'est parfaitement ... tu fais peser planer un long silence, avant de cracher le mot. humain. » Tu sais que comme toi, elle ne ressent pas la peur ou tout autre sentiment de ce genre et c'est uniquement parce que c'est faux, que tu le dis. C'est juste pour le plaisir, de la repousser dans ses retranchements. Tout ce que tu cherches, c'est qu'elle te dise le contraire et qu'elle te balance tout dans la gueule. Comme une psychologie inversée qu'on utiliserait sur un enfant. Mais là, tu l'utilises sur une mercenaire aussi insensible que toi. Ça semble compliquée, mais tu sais que tu peux lui faire changer d'avis. Quel mercenaire digne de ce nom, refuserait une telle opportunité avec les pièces d'or en prime. « Allez, quoi pense à la récompense qui nous attend lorsqu'on aura ramené l'assassin devant la famille Royale. tu entends déjà le bruit des pièces dans une bourse bien remplie. Un mercenaire digne de ce nom ne refuserait pas une telle opportunité ... ton regard se plonge dans le sien, froid et de marbre. Tu ne cilles pas. alors, réfléchis bien et rejoins-moi dans cette quête. Tu insistes lourdement. Sans elle, tu as peu de chance de coincer le traître. Seule, tu es forte, mais à deux vous l'êtes encore plus. Et bizarrement, il n'y a qu'avec elle et personne d'autre que tu souhaites partager l'argent de la récompense. Parce que, tu penses qu'elle le mérité et même plus que les autres. Une chose rare venant de toi. Sachant que tu vendrais père et mère pour une poignée d'or. C'est qu'au fond, tu dois pas la haïr tant que ça. En vrai, tu as beaucoup de respect pour cette jeune femme, même si, elle ne le saura jamais et ne l'entendra jamais sortir de ta bouche. »           
 
Astrid Helgusson
DATE D'INSCRIPTION : 28/07/2015 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Meeka, Elias & Richard MESSAGES : 1514 CELEBRITE : Rose Leslie COPYRIGHT : ava by jenesaispas METIER/APTITUDES : Mercenaire et voleuse TRIBU : Rahjak. Sa famille est Iskaar mais elle ne le sait pas encore. POINTS GAGNES : 87
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Attraction and Repulsion [feat. Astrid] Empty Re: Attraction and Repulsion [feat. Astrid]

le Mer 6 Avr - 16:47
ATTRACTION AND REPULSION
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Elle ne lui a pas serrée la main. Un soupir évident s'échappant de ses lèvres tandis que ses bras se croisent doucement. Elle refuse, de lui serrer la main alors qu'elle ne se voit déjà pas lui faire la conversation. Ce n'est pas parce qu'elle vient frapper à sa porte et lui parler que la situation change d'un seul coup. Au contraire, c'est une toute autre histoire et c'est bien loin d'être compliqué. Tout ce qu'elle voit, dans la situation actuelle, c'est que la nana devrait plutôt se barré. Cela paraîtrait bien plus abordable de cette manière. Beaucoup moins étrange, même. Qu'elle s'en aille, ce n'est pas qu'elle lui fait peur, c'est davantage qu'elle n'a rien à foutre là. Astrid n'est pas du genre à repousser les gens, si ce n'est les personnes qu'elle n'apprécie pas. Et puisqu'elle n'a pas vraiment l'habitude d'avoir de la visite, pour le coup, toute cette histoire la dépasse pleinement. Tout ça pour l'entraîner dans une aventure foireuse, elle n'en doute même pas une seule seconde.  « Et pourquoi pas toi ?! ». En entendant ça, elle lève les yeux, c'est que la nana se fout de sa gueule en plus. La rousse n'a juste pas l'habitude de faire équipe avec quelqu'un en qui elle estime ne pas pouvoir faire confiance. Voilà la réalité, voilà pourquoi ça lui pose réellement problème.  « Parce que nous ne sommes pas amies, et que je ne peux pas te faire confiance. ». Tout simplement, parce qu'il ne faudrait pas non plus que l'autre imbécile se mette une seule seconde à croire qu'elle a peur pour une raison qui n'est pas réelle.  « Qu'est ce qu'il a Astrid t'as les foies ?! ». Et bien si, elle se permet tout de même de le faire. Et une chose est sûre, dans l'instant présent, la jeune femme a uniquement envie de lui casser les dents. On ne va tout de même pas lui reprocher de se comporter comme ça, si ?  « Tu ne me donnes pas envie de t'aider, mais davantage envie de t'en coller une, là ». Et ça ira même très vite si on lui en donne l'occasion. Parce qu'il est hors de question pour elle de rester là, à ne rien faire, si elle continue à faire la maligne.

 « Mais tu sais ce n'est pas grave, il n'y a aucune honte d'avoir peur, c'est parfaitement… Humain ». Et il faut vraiment qu'elle ferme sa gueule. Astrid ne prétend pas qu'elle n'a jamais eu peur, ce serait ridicule. Pour autant, elle ne cache pas le fait que c'est arrivé très rarement. Oui, peut être qu'elle n'a rien d'humain, elle si peu douée en sentiment. Mais malgré ça, elle ne cache pas que la peur est un sentiment évident pour tout le monde. Elle essaie de l'éradiquer de son mode de fonctionnement, mais en même temps, le frisson qui peut parcourir le corps lui plaît énormément. Depuis qu'elle est petite, Tom lui apprend à ne pas avoir peur. Alors aujourd'hui, c'est un sentiment qu'elle ne connaît pas aussi bien qu'elle ne l'aurait voulu.  « Tu parles beaucoup trop ». Ne peut-elle pas se contenter de l'essentiel et lui foutre la paix par rapport au reste ? Parce qu'en réalité, à l'heure actuelle, elle a l'impression que c'est la seule chose qui ait vraiment de l'importance. Alors oui, sans doute que ce n'est pas facile à comprendre, mais ça ne change rien. Oui, certes, la rousse est un poil trop impulsive dans son comportement, en général. Sans doute faudrait-il qu'elle se calme et qu'elle arrête d'attaquer les gens comme elle est en train de le faire. Mais elle se permet juste de penser qu'un domicile reste le lieu le plus propice à la tranquillité. Alors qu'on vienne l'y déranger, oui, c'est un problème.

 « Allez, quoi pense à la récompense qui nous attend lorsqu'on aura ramené l'assassin devant la famille Royale. ». La récompense, c'est la seule chose qui lui parle vraiment. Cela peut paraître stupide mais c'est une évidence qui la frappe régulièrement. Elle ne peut pas y faire grand-chose, et en général, c'est plus fort qu'elle. Mais en réalité, ce qui la frappe, dans la situation actuelle, c'est qu'on puisse venir lui demander de l'aide, pour partager une récompense quoi. Alors oui, c'est bien beau tout ça, mais tout de même ça reste étrange. Parce que s'il y a bien une chose qu'elle déteste faire, c'est bien de partager son butin.  « Un mercenaire digne de ce nom ne refuserait pas une telle opportunité ». Et voilà qu'elle continue à mettre ses capacités en doute. Il n'y a pas à dire, Astrid se demande à quel moment est-ce qu'elle va devoir la butter. Parce que c'est un peu l'illusion qu'elle a, en cet instant. Tout ceci n'a pas de sens et elle est clairement en train de perdre pied. La situation actuelle lui échappe et elle ne voit absolument pas ce qu'elle pourrait faire pour améliorer les choses. Il n'y a pas de méthode miracle, elle le sait, et en même temps, ce n'est pas si déplaisant que ça non plus quoi. Mais pour le coup, elle ne voit vraiment pas ce qu'elle pourrait faire.  « Un mercenaire digne de ce nom ne demanderait pas d'aide et ne voudrait certainement pas partager son butin ». Son ton se fait de plus en plus froid, et cette fille là, elle lui tape de plus en plus sur les nerf. En tout cas, pour le moment, elle n'a certainement pas réussi à la faire partir de sa maison. Il faudrait qu'elle apprenne à manier les mots pour ça, et ça ne semble pas du tout gagner. Pour autant, évidemment, ce qu'elle ne dit pas, c'est que l'appel de la récompense est souvent le plus fort. Et à l'heure actuelle, même si elle n'a absolument pas envie de l'accompagner, elle en vient aisément à la conclusion que ce serait une bonne solution.

 « Alors, réfléchis bien et rejoins-moi dans cette quête. ». Et voilà qu'elle se met à la jouer solennelle et respectueuse (dans un sens, du moins). Ce qui est tout aussi insupportable que le reste, en réalité. Il est évident, en tout cas, que la jeune rousse est parfaitement incapable de se faire un ami avec elle. Ce n'est pas le genre de comportement qu'il est capable d'avoir et ça ne risque pas de changer.  « Tu parleras moins, si je viens ? ». On dirait pas, mais c'est une vraie question hein.
avengedinchains


Dernière édition par Astrid Helgusson le Dim 22 Mai - 22:22, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous

Attraction and Repulsion [feat. Astrid] Empty Re: Attraction and Repulsion [feat. Astrid]

le Mar 12 Avr - 23:55
ATTRACTION AND REPULSION


Certes vous n'êtes pas amies, mais qu'elle importance au fond ?! Qu'elle ne peut te faire confiance en ait une autre. Ça par contre, tu peux le concevoir. Toi même, tu ne lui fais pas plus confiance. C'est dire comme vous vous méfiez l'une et l'autre. Qu'elle se méfie de toi est parfaitement justifiable. Tu es bien capable de la laisser faire tout le boulot, de la larguer ensuite et d'aller réclamer la totalité de la récompense. Oui, c'est légitime qu'elle puisse avoir des doutes sur toi. L'amitié ?! Quelle bêtise ! Mais qui a besoin d'amies, lorsqu'il a en sa possession la richesse et le pouvoir ? L'amitié c'est bon pour eux, qui ne savent défendre leur vie seul et qui n'ont jamais appris à couper le cordon. L'amitié pour toi c'est comme l'amour, c'est pour les faibles. L'amitié est fardeau, une enclume qu'il faut se délester au plus vite, pour ne pas finir écrasé sous son colossale poids. Tu n'as pas besoin d'amis. Tu n'en as jamais eu besoin et ce n'est pas prête de changer. Bras croisés, tu lances un sourire mauvais à la rousse en face de toi - suivi d'un rire dédaigneux. « Parce que tu crois que moi, j'ai confiance en toi ?! Tu es tout aussi sournoise que moi Astrid. affirmes-tu dans un sourire en coin » Bon, peut-être autant que toi, mais tu sais qu'elle non plus, n'hésiterai à te poignarder dans le dos si elle le pouvait. Beaucoup en rêve et tu le sais. Il y a Astrid et puis, il y a Shell aussi. Ta rivale de toujours. Elle t'attend au tournant et tu le sait. Sa vengeance sera terrible. Parce que oui, elle sait pour toi et Radoslav. Elle sait que t'as osé braver l'interdit, elle sait que tu as osé toucher à ce qui compté le plus pour elle et sur le coup, ça te fait bien jubiler. Toutefois tu restes méfiante, tu ne la sous-estime pas - parce que tu sais de quoi elle est capable. Et que malgré votre haine, un respect mutuel vous englobe l'une et l'autre. Comme tu respectes également Astrid, peut-être pas autant que Shell, mais c'est assez fort pour que tu n'es pas à déconsidérer ses qualités combatives et athlétiques. D'ailleurs, on dirait que ta pique ne lui a pas fait plaisir. Voilà qu'elle veut t'en coller une. C'est légitime. À sa place, tu n'aurais pas hésité. Elle est plus patiente que toi la-dessus. C'est une qualité que tu dois bien lui reconnaître. Tu souris davantage à sa remarque. « Oh, mais c'est qu'elle mordrait en plus. » Un sourire mauvais t'écorche les lèvres. C'est ça vas-y continue à la chatouiller, mais quand tu finiras la gueule par-terre tu viendras pas te plaindre. Tu te crois maligne, mais un jour tu finiras par tomber sur plus fort que toi et là, tu feras moins la fière. Mais, tu n'y penses pas trop. Tu préfères penser à l'instant présent. Et tout ce que tu veux en cet instant, c'est jouer les chieuses avec les nerfs de la rouquine, jusqu'à ce qu'elle cède à ta demande. Et ça commence à faire son petit effet on dirait. Parce qu'elle vient d'insinuer que tu parles beaucoup trop. En effet, tu parles plus que tu ne devrais. C'est à ton sens, l'un de tes plus gros défaut et plus d'être vaniteuse. Tu as déjà pu faire les frais de ta trop grande bouche. Et tu as vu la mauvaise idée de t'en prendre à Radoslav. Comme toujours, tu n'as pas pu t'empêcher de lui lancer un petit pique - insinuant au passage, qu'il était meilleur combattant, qu'amant. Ce qui est totalement faux. Et tu as regretté cet affront durant de longues semaines. Rien que d'y penser, tu ressens la pression, l'étau de sa grosse main rocailleuse sur ta gorge. C'est la dernière fois que t'en prend à lui de cette manière - maintenant que tu sais à qui tu as à fait, on ne t'y reprendras plus. Quoi qu'il en soit, voyant que la belle renarde ne cille toujours et ne daigne pas à te donner une réponse concrète, tu en viens à l'essentiel. La récompense. Aussi que un mercenaire digne de ce nom, ne refuserait pas une telle récompense. En contre partie, elle te répond qu'un mercenaire digne de ce nom ne demanderait pas d'aide et ne voudrait certainement pas partager son butin. Elle marque un point. Tu ne peux pas lui donner tort. Mais disons que tu es dans un de tes bons jours et que si tu la choisi elle pour la partager, ce n'est pas un hasard. Parce que malgré vos différents, tu considères qu'elle mérite autant que quiconque de gagner cette récompense. Mais ça, tu n'iras pas lui dire. « Tu marques un point ... un sourire et tu sors l'un de tes poignards pour te curer les ongles. mais tu es chanceuse, je suis dans l'un de mes bons jours. C'est tellement rare, qu'il serait fâcheux pour toi de ne pas en profiter. Un nouveau sourire et tu ranges ton poignard. » Sachant que cet une occasion en or, une occasion qui n'est pas prêt de se reproduire avant très très longtemps - il vaudrait mieux qu'elle mette sa haine pour toi de côté et de penser à la récompense qui l'attend à l'arrivée. Si toi, tu en capable, elle en est encore plus capable que toi. Astrid est une jeune femme très intelligente, elle saura trouver le juste milieu et faire le meilleur choix qui s'impose. Tu sais que tu lui portes sur le système. Elle sait que tu l'aimes pas beaucoup non plus. Et vous savez pertinemment toutes les deux que vous ne serez jamais les meilleures amies du monde. Mais si il y a bien une chose sur laquelle vous êtes d'accord, c'est que l'appel de l'or est plus que tout et que vous êtes à suer sang et eau pour posséder votre part du gâteau. Un rire amusé s'échappe de tes lèvres. Est-ce que tu parleras moins, si elle vient ?! Rien n'est moins sûr, mais peut-être feras-tu un effort où pas. Tout dépend si, tu as envie de continuer ton petit jeu où non. « Je ne te promet rien, mais je peux essayer. affirmes-tu en montant sur ton cheval. Un pur sang arabe noir que tu as gagné en trichant au Perudo (jeu de dés). Si mademoiselle Astrid veut bien se donner la peine de se trouver un canasson, nous pourrons y aller. Ton cheval mit dans la bonne position, tu lui lances un regard sans expression apparente. Attendant bien sagement, que la jeune femme se mette en selle. » 
 
Astrid Helgusson
DATE D'INSCRIPTION : 28/07/2015 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Meeka, Elias & Richard MESSAGES : 1514 CELEBRITE : Rose Leslie COPYRIGHT : ava by jenesaispas METIER/APTITUDES : Mercenaire et voleuse TRIBU : Rahjak. Sa famille est Iskaar mais elle ne le sait pas encore. POINTS GAGNES : 87
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Attraction and Repulsion [feat. Astrid] Empty Re: Attraction and Repulsion [feat. Astrid]

le Mar 3 Mai - 15:16
ATTRACTION AND REPULSION
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Il n'est pas aisé de partir en mission avec quelqu'un, quand on est un mercenaire. Déjà, parce qu'il y a fort à parier que la mercenaire avec qui on part ne soit pas digne de confiance, puisqu'il est préférable de ne pas avoir à partager le butin. Non, elle ne sait pas pour les autres, mais pour sa part, en tout cas, elle ne cache pas une seule seconde qu'elle n'a pas l'impression de pouvoir compter sur elle. Pour elle, en réalité, Shana va chercher la moindre occasion, minime ou non, pour la voler, pour lui prendre le butin. Elle ne se leurre pas. Elle a besoin d'aide ? Soit, mais dès qu'elle n'en aura plus besoin, elle l'assommera ou autre. Elle le sait parce que c'est le genre de chose qu'elle serait elle-même capable de faire, en fait. Là, pour le coup, elle pense à l'autre, mais qui sait, peut être que c'est elle qui le fera ? C'est ça le problème, justement, avec les mercenaires, c'est qu'on ne peut absolument pas leurs faire confiance, c'est qu'on ne peut pas prétendre qu'ils sont capable de tenir leurs paroles, non plus.  « Parce que tu crois que moi, j'ai confiance en toi ?! Tu es tout aussi sournoise que moi Astrid. ». Clairement oui, mais ça ne change rien. Elles sont pareilles, et justement, pour cette raison, il est difficile de prétendre vouloir, sans soucis et sans se tracasser, qu'elles vont pouvoir se faire confiance. A un moment, où un autre, il arrivera ce qui doit arriver, et justement, pour cette raison, ça risque d'être encore plus compliqué.  « Nous en sommes donc au même point. Incapables de se faire confiances et pourtant, tu veux qu'on parte en mission ensemble, n'est-ce pas un peu contradictoire ? ». Elle croise les bras, incapable de comprendre où elle veut en venir ou ce qu'elle peut bien vouloir lui dire. Parce qu'autant le dire, pour l'instant, elle n'est pas vraiment partante. Elle n'a pas envie d'y aller, elle n'a pas envie de l'accompagner parce qu'elle sait que ça ne se passera pas bien. Non, elle ne prétend pas qu'elle n'a pas besoin d'une petite récompense, elle ne prétend pas qu'un peu d'action ne lui déplairait pas. Pour autant, elle ne cache pas que toute cette histoire continue de l'agacer. Accompagner cette fille et lui rendre un service, vraiment ? Cela n'a pas de sens.

Evidemment, elle est tentée de lui en coller une. Déjà, parce que son comportement lui déplaît au plus haut point, aussi parce qu'elle ne l'aime pas. Ainsi, quoi qu'elle puisse bien faire, ça ne change rien, peu importe ce qu'on en dit ou ce qu'il peut bien se passer. Pour la rousse, ça ne change rien, elle ne voit définitivement pas pourquoi les choses devraient être différentes, pourquoi est-ce qu'elle devrait se montrer un peu plus conciliante avec cette fille qui n'en vaut pas la peine. C'est aussi simple que ça. Elle n'a pas envie de lui parler, elle n'a pas envie de se prendre la tête avec tout ça parc qu'elle ne voit pas à quoi ça servirait. Sa seule volonté, là, maintenant, c'est de fermer la porte et d'arrêter de réfléchir à tout ça. Oui, c'est tout simplement ça, le plus simple. Fermer la porte et prétendre que rien de tout ça n'est arrivé, n'est-ce pas plus facile que de prétendre que tout va bien ? Que de prétendre qu'elle est ravie de faire équipe avec ce démon, parce que c'est de ça qu'il est question, d'une certaine manière. D'une femme avec qui elle ne s'imagine pas une seule seconde passer du temps.  « Oh, mais c'est qu'elle mordrait en plus. ». Elle ne mord pas, c'est trop sale, puisqu'elle est incapable de savoir dans quoi elle a pu traîner. Non, si la fille en vient à lui taper sur les nerfs, sa réaction sera plutôt de la tuer, ou de lui mettre un bon coup de point dans les dents. Voilà qui est déjà davantage son genre.  « Je ne mords pas non, je ne sais pas où tu as traîné ». Et qu'elle ne prenne pas ça pour une ouverture parce que non, elle ne veut pas savoir. Pas qu'elle ne se mette à imaginer que son blabla l'intéresse d'une quelconque façon ou que ça peut l'intéresser. Astrid n'est pas là pour faire la conversation, encore moins pour qu'elle s'imagine qu'elles peuvent échanger facilement sur un peu de leurs vies. Ce n'est pas le cas. Elle s'en fout.

Un mercenaire ne refuse jamais un butin. Ce qu'il refuse, c'est de le partager, en général. Alors forcément, quand Astrid évoque ce point, elle semble assez d'accord avec elle. Non que ce point commun change leurs vies, puisque ce n'est pas le cas. Mais au moins, elle n'est peut être pas aussi stupide que Astrid ne le pense. Pas autant, mais pas loin.  « Tu marques un point ». Elle lève les yeux, fatiguée à l'idée que cette idiote soit encore là.  « Mais tu es chanceuse, je suis dans l'un de mes bons jours. C'est tellement rare, qu'il serait fâcheux pour toi de ne pas en profiter. ». Quelle chanceuse, elle en sauterait presque de joie. Si elle le pensait vraiment. Ce n'est pas le cas. Elle peut bien dire ce q'elle veut, mais ça ne change rien. Astrid n'est pas stupide. Elle n'est pas naïve et surtout, elle la connaît. Elles ont beau ne pas s'apprécier, le fait d'autant se ressembler lui permet de deviner certaines de ses réactions.  « Trop d'honneur, que tu viennes me chercher dans un de tes bons jours, vraiment. T'es pathétique ma pauvre. T'essaie de m'entraîner dans une mission qui semble intéressante, et pourtant, tu joues les connes ». Elle n'est pas tendre et encore, pas si impolie que ça non plus. Mais le comportement de l'autre est réellement en train de considérablement lui taper sur les nerfs. Il y a juste un moment où il faut jouer les adultes, et pas essayer de se faire drôle. Parce qu'autant le dire, Shanareth ne l'est pas.

En tout cas, dans l'idée hypothétique de l'accompagner, Astrid n'a qu'une condition, qu'elle parle moins, parce qu'à ce stade, elle parle beaucoup trop. Et bien qu'elle n'ait pas envie d'y aller avec elle, la rousse ne peut pas cacher qu'une telle mission est attirante et tentante. Et c'est surtout pour cette raison qu'elle est tentée d'y aller et qu'elle en a vraiment envie. Mais ça, impossible de le dire, la curiosité et l'excitation d'un joli pactole, c'est tout ce qui compte, pour elle. Comme à chaque fois. Un soupir s'échappe de ses lèvres tandis que son attention s'arrête sur les quelques personnes qui passent derrière. Elle n'a pas envie d'y aller mais l'appât du gain est toujours plus fort que le reste. Et c'est perturbant et destructeur, oui, clairement. Parce qu'elle sait que ce n'est pas la bonne idée, elle sait que l'accompagner, c'est la pire chose à faire. Mais, elle sait aussi, malheureusement, que c'est ce qu'elle doit faire. Elle ne peut pas tolérer de passer à côté d'une récompense, en tout cas. Hors de question.  « Je ne te promet rien, mais je peux essayer. ». Elle lève une nouvelle fois les yeux. Oui elle a un peu de mal à imaginer que ça peut être possible. Elle la voit, d'ailleurs, essayer sans trop essayer. Mais elle se garde de faire le moindre commentaire, réfléchissant davantage à ce qu'il serait judicieux de prendre avec. Elle a un sac, toujours prêt en cas de départ rapide. Elle le prépare toujours avec minutie. Ses armes ? Dès qu'on frappe à sa porte, son fouet trouve sa ceinture. On ne sait jamais, n'est-ce pas ? Après tout, n'a-t-on pas tué Tom en pleine cité ? Son arc est à côté de la porte, oui, elle peut être prête en quelques secondes. Comme toujours. C'est un soucis de professionnalisme, n'est-ce pas ? Elle refuse de perdre toute occasion de faire ce qu'elle veut. Refuse de perdre du temps puisque ce serait perdre une mission, dans certains cas. Si une esclave s'échappe, a-t-on vraiment le temps de faire de longs préparatifs ? Non.

 « Si mademoiselle Astrid veut bien se donner la peine de se trouver un canasson, nous pourrons y aller. ». Elle soupire. Elle n'aime pas ça. Et Pol non plus, surtout quand elle lui rend un cheval en piteux état. Ce qui arrive régulièrement, parce qu'elle ne sait pas comment doser la chose.  « Je dois aller chez Pol pour en emprunter un ». Elle ferme la porte, n'ajoute pas un mot de plus après avoir attraper son sac et son arc (ainsi que des flèches). Quinze minutes plus tard, après quelques râles de la part de Pol, elle a son cheval.
avengedinchains


Dernière édition par Astrid Helgusson le Dim 22 Mai - 22:21, édité 2 fois
Invité
Invité
Anonymous

Attraction and Repulsion [feat. Astrid] Empty Re: Attraction and Repulsion [feat. Astrid]

le Ven 20 Mai - 1:07
ATTRACTION AND REPULSION


N'est-ce pas un peu contradictoire que de vouloir partir en mission avec une personne dont tu n'as pas confiance, qui elle même ne te fait pas confiance ?! Oui et non. En fait, dans un sens c'est pas plus mal, comme ça vous serez sur le pied de guerre et vous n'aurez pas le temps de vous reposez sur vos lauriers. Ce n'est pas un hasard si tu as choisi Astrid pour t'accompagner. Elle et toi à bien des égards, vous vous ressemblez, vous êtes animées par la même soif d'or et de reconnaissance. Et même si vous pouvez pas vous supporter ou vous faire confiance, il n'y a que cet amour pour l'argent qui saura vous unir le temps de toucher votre part du gâteau. Bien sûr, l'idée de garder tout le butin rien que pour toi, t'as bien entendu traversé l'esprit et peut-être qu'elle aussi ça lui a traversé l'esprit - tu ne peux pas lui en vouloir d'y penser, parce que c'est ça que d'être mercenaire. C'est la jungle et il faut savoir être perfide ou savoir user d’astuces finaudes pour arriver à ses fins. Astrid te connaît, elle sait comment tu fonctionnes et elle sait que tu es capable de bien des vacheries surtout de retourner ta veste au dernier moment et du lui voler sous son nez la part qui lui revient - comme tu sais qu'elle en est tout aussi capable. C'est clair que cette mission s'annonce tumultueuse, mais qui sait peut-être arriverez vous à la fin de cette mission sans vous étripez une fois en chemin. Eh bah, c'est pas gagné. « Au moins, ça mettra un peu d'ambiance, du beurre dans les épinards comme on dit. On s'emmerde tellement quand on part en mission chacune de notre côté. avoues-tu dans un sourire en coin. » Tu sais qu'elle rêve de t'en coller une, ça se voit à son visage. Elle n'est pas la seule à vouloir le faire, tout un tas de gens en rêve, alors elle devra attendre son tour et prendre un ticket comme tout le monde, car la file d'attente de personnes qui souhaitent t'en coller une dans les dents et plutôt longue, alors elle risque de mourir de vieillesse avant de pouvoir jouir du plaisir de te casser la gueule. Tu devrais te poser des questions et te demander pourquoi autant de gens te détestent, mais tu sais déjà pourquoi - parce que tu cherches à ce que les gens te haïssent tout simplement. T'es une teigne et ça depuis que ton père est mort. T'es comme une femme mal baisée qui pour assouvir sa frustration s'en prendrait sans raison à des personnes au hasard, tout ça parce qu'elle à besoin d'apaiser sa colère - et le pire dans tout ça, c'est que ça t'amuse. Ça te fait jubiler d'être autant détester. Tu n'as pas besoin d'amis, l'amitié comme l'amour sont des futilités. Elles ne servent qu'à te rendre faible, te rendre aveugle, te blesser ou dans le pire des scénarios te tuer. Alors que tu sous-entends que la jeune femme pourrait te mordre par rapport à la façon dont elle te parle. Celle-ci rétorquer que non, elle ne le ferait pas, ne sachant pas où tu traînais juste avant. Tu souris en coin. C'est tellement petit de dire ça, mais tu veux bien lui laisser le point. Tu n'en diras pas plus, de un parce que c'est inutile, de deux parce que c'est perdre plus de temps en blabla et de trois parce que tout simplement, elle s'en fout. À ton tour, tu croises les bras la fixant de tout ton aura malsain. Tu sais que tu ne la perturbera pas comme ça, mais ce n'est pas le but de la chose, en tout cas pas en partie. Puis, tu lui dis que c'est une chance inespérée pour elle que tu viennes la chercher pour partir en mission avec toi, prétextant être dans un de tes bons jours. Ce qui est totalement faux, mais c'est pour la décider à se bouger un peu, parce que là, ça avance pas beaucoup et ça commence à juste t'insupporter. Bien sûr comme tu t'y attendais, elle fait une nouvelle fois preuve de sarcasme et d'insolence. Tu soupirs. Non vraiment pourquoi elle continue de te parler comme ça, qu'elle fasse comme toi, faire semblant d'être aimable pour faire avancer le schmilblick. Enfin bon, tu ne diras rien non plus, ça serait perdre plus de temps et du temps il vous en faut si vous voulez avoir une chance de récupérer l'esclave évadé. Puis, enfin elle accepte de t'accompagner, à une condition que tu parles moins. Ça te fait sourire - tu acceptes sans pour autant lui promettre d'y arriver. Si elle croit que tu vas fermer ta gueule juste parce qu'elle te le demande, elle peut toujours se brosser. Quoi qu'il en soit, tu montes à cheval et attend que la demoiselle fasse de même, mais contrairement à toi, elle n'a pas de propre cheval - c'est Pol qu'il le lui fournit. Tu acquiesces et la suit à cheval jusqu'à chez l'homme en question. Après quinze minutes de râles incessant et épuisants là voilà enfin en selle. Tu soupirs une fois de plus. « Bien, on y va ! dis-tu sèchement en faisant faire demi-tour à ton cheval, afin de le diriger vers le chemin de sortie. » Une fois la grande porte de la Cité franchit, tu fais galoper ton cheval regardant toujours derrière toi, si le cheval d'Astrid arrive à suivre le rythme du tien. Dans le sable, tu remarques des traces, des traces de pied. Vous êtes sur la bonne piste. Tu stoppes ton cheval sur une grande dune de sable avant de te tourner vers Astrid. « Regarde, les traces qu'a laissé notre ami, conduisent jusqu'à la forêt profonde. Nous avons trois solutions. Soit commencer par fouiller la clairière, soit le souterrain ou les grottes. Qu'est ce que tu proposes ?! la questionnes-tu d'un ton calme et plat. » Si vous devez faire équipe, autant commencer maintenant.      
 
Astrid Helgusson
DATE D'INSCRIPTION : 28/07/2015 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Meeka, Elias & Richard MESSAGES : 1514 CELEBRITE : Rose Leslie COPYRIGHT : ava by jenesaispas METIER/APTITUDES : Mercenaire et voleuse TRIBU : Rahjak. Sa famille est Iskaar mais elle ne le sait pas encore. POINTS GAGNES : 87
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Attraction and Repulsion [feat. Astrid] Empty Re: Attraction and Repulsion [feat. Astrid]

le Dim 12 Juin - 21:29
ATTRACTION AND REPULSION
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Astrid n’est pas certaine de prendre la bonne décision en acceptant de l’accompagner. Elle sait même que c’est une grosse erreur mais le savoir ne veut pas dire qu’on parvient à faire différemment. Il y a que l’appât du gain a toujours réussi à la convaincre de faire des missions plus stupides les unes que les autres. Elle n’y peut rien si c’est plus fort qu’elle n’est-ce pas ? Et là pour le coup, c’est une mission qu’on ne lui a pas proposé et pour laquelle elle pourrait malgré tout toucher quelque chose. Disons que ça fait réfléchir. Même si c’est avec l’autre greluche. Elle se demande le temps d’un instant ce que ça lui fait, à la vieille qui s’est pointée à sa porte, de faire face à la jeunesse comme ça, et de demander son aide. Qu’est-ce que ça lui fait d’être vieille et incapable de mener à bien cette mission hein ? « Au moins, ça mettra un peu d'ambiance, du beurre dans les épinards comme on dit. On s'emmerde tellement quand on part en mission chacune de notre côté. ». Qu’elle ne se mette pas d’un seul coup à croire savoir ce qui est bon et ce qui n’est pas bon pour elle, merci. Astrid étant une solitaire, ne pas être accompagnée lui va très bien, en général. Bien que ces derniers temps elle réfléchisse grandement à prendre une esclave dans sa maison. Mais pour le reste, elle ne cache pas que finalement, ça ne concerne pas l’imbécile qui semble à tout prix vouloir un peu de compagnie. Et puis bon, elle ne va pas lui gâcher le moment ou refuser cette demande alors qu’elle va partager son or à la fin non ? Ou en tout cas, elle a plutôt intérêt à le faire parce que sinon, dans l’autre cas, elle ne se gênera pas pour la crever. Un mercenaire peut très bien disparaître, il ne manquera à personne. « Si tu t’ennuies en solitaire, change de métier, y a des bordels dans la cité où tu ne seras jamais seule ». Franchement, il est impossible, vraiment, de choisir le métier de mercenaire et de se plaindre pour un peu de solitude non ? Cela n’a pas le moindre sens. Mais bon, qu’elle reste dans son petit monde de fleurs hein. Astrid n’est absolument pas du genre à essayer de comprendre le fonctionnement des individus.

Et non, la jeune femme n’a pas de cheval qui lui soit propre. Elle n’y a jamais trouvé de réel intérêt. Déjà parce que ça prend une place monstre et inutile. Que ça bouffe trop pour qu’elle ne finisse pas par le voir mourir, aussi. Elle n’a absolument pas pour habitude de s’occuper d’autre chose. Heureusement que si elle prend un esclave, il sera capable de s’occuper de lui-même hein. Parce que sinon, l’histoire sera tout aussi différente et elle sera, par ailleurs, beaucoup moins plaisante. M’enfin bon, là aussi, un esclave qui meurt… Ce n’est pas bien grave, n’est-ce pas ? Une fois qu’elle a son cheval, non sans quelques réticences de la part de Pol à cause de quelques problèmes qu’il a pu y avoir par le passé, elle revient. « Bien, on y va ! ». Oh mais qu’elle soit mécontente ou non, ça ne change rien hein. Qu’elle soit sèche ou accueillante et agréable, cela ne change rien. Elle continue de la détester et ça ne va pas changer juste parce qu’elle veut que ça change. Ce n’est absolument pas comme ça que ça fonctionne. Et c’est sans doute mieux comme ça. Ou en tout cas, elle ne risque pas de se prendre la tête avec tout ça. Disons que ouais, c’est aussi simple que ça. Dans un sens, en tout cas. Bref. « Ne te comporte pas en chef, ça ne te va pas au teint ». La jeune femme n’a jamais porté une quelconque attention sur ses aînés. Le seul à qui elle ait porté un semblant d’intérêt, c’était Tom. Et c’était une autre histoire, déjà. Elle ne la supporte pas, elle. Et pour cette raison, tout est considérablement différent. Aucun respect. Tout juste un peu de semblant de gentillesse. Ce n’est qu’une broutille. Pour un peu d’or, elle serait prête à beaucoup. La preuve.

Sur le cheval, elle se faufile, avance lentement, parce que non pressée. Quelques minutes suffisent pourtant à franchir la porte de la cité. Faut dire qu’elle n’habite pas loin. Elle galope, son cheval est jeune. Elle ne les supporte pas mais elle sait les choisir. Il est suffisamment rapide pour suivre l’autre. Qu’elle n’imagine pas la larguer juste comme ça. Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Impossible. Le cheval de l’autre s’arrête, elle suit. Elle ne fait pas attention. C’est l’autre qui fera tout le boulot. Pour l’heure, elle n’a pas vraiment besoin d’elle pour déchiffrer trois traces de pieds. Au moins, ils sont sur la bonne voie. « Regarde, les traces qu'a laissé notre ami, conduisent jusqu'à la forêt profonde. Nous avons trois solutions. Soit commencer par fouiller la clairière, soit le souterrain ou les grottes. Qu'est ce que tu proposes ?! ». Amusant, dans un désert, de tout de suite supposer qu’il est celui qui a laissé des traces. M’enfin. « Je pense que nous sommes encore trop loin pour décider, surtout. Ne penses-tu pas préférable d’entrer déjà dans la forêt et de voir si un détail ne nous permettra pas de trouver une direction ? ». Ca commence bien. Prendre des décisions hâtives et perdre son temps ? non merci. « Commençons par suivre les traces ». Elle lève déjà les yeux.
avengedinchains
Invité
Invité
Anonymous

Attraction and Repulsion [feat. Astrid] Empty Re: Attraction and Repulsion [feat. Astrid]

le Ven 1 Juil - 19:11
ATTRACTION AND REPULSION


La solitude. Tu l'as connais que trop bien. Ayant longtemps vécu seule, après la mort de ton père. Pendant douze ans précisément. Tu avais vingt-trois ans, tu venais à peine de finir ton apprentissage et tu étais certaine que tu avais encore beaucoup de chose à apprendre avant de parvenir à un niveau d'excellence, comme ceux des grands guerriers dont ton père te racontait les exploits, durant vos missions nocturnes. Sans lui. Incapable de faire correctement ton deuil, tu as longtemps erré comme une âme en peine - évitant le plus possible les gens autour de toi, rejetant ceux qui voulait t'aider comme les vieux amis mercenaires de ton père. Tu refusais de t'attacher une nouvelle fois à l'une de ces personnes et de finir à nouveau seule, perdue comme un chien sans collier. Alors, tu n'as jamais cherché à trouver un nouvel instructeur, préférant apprendre par toi-même. Avec ton paternel, tu avais déjà acquise beaucoup d'expérience, mais ça ne suffisait pas toujours pour faire de toi une mercenaire émérite. Toutefois, tu as persévéré, fait en sorte que les hommes commencent à te voir comme leur égal, comme l'une des leurs. À l'époque tu ne cherchais pas la gloire, le domination du plus faible et l'appât du gain. Non, toi tout ce que tu voulais c'était te faire une place dans ce monde d'hommes, qu'on te considère comme une mercenaire à part entière et non plus comme la fille de ... ou l'élève de ... Tu ne voulais plus être cette petite peste que beaucoup détesté parce qu'elle se pensait supérieure à autrui. Tu voulais le respect et rien de plus. Et pour ça, tu devais le gagner honorablement ou presque et seule, sans l'aide de personne. Il t'aura fallu du temps, de la patience et beaucoup d'esclaves en fuite à ramener pour en être arrivée où tu en es aujourd'hui. Crainte par les esclaves, admirée par une partie de la citadelle et détestée par l'autre moitié, comme Astrid par exemple. Elle te déteste, tu le sais - son ton contre toi n'a rien à voir avec de l'affection. Pourquoi en aurait-elle, après tout tu fais tout pour qu'on te haïsse et qu'on te craigne. Alors pourquoi est-ce que ça serait différent avec elle. Tu ne cherches pas à ce qu'elle t'apprécie ou fasse semblant de t'apprécier - ce n'est pas ce que tu cherches et ce n'est pas ce que tu veux. Plus tu la regardes et plus tu vois en elle à son âge. Elle et toi avaient de telles similitudes que ça en deviendrait presque effrayant. Si quelques traits de ta personnalité que tu avais autrefois ont disparu, comme Astrid tu n'as cependant pas perdu : ta dangerosité et ta ténacité à toujours vouloir le dernier mot. Alors lorsqu'elle te parle de solitude et que si vraiment tu ne la supporte plus, tu peux toujours changer de métier et aller dans les bordels trouver du réconfort, un léger rire guttural t'échappe. Elle est bien gentille, mais tu supportes encore la solitude, seulement tu arrives à un âge où tu as besoin d'apprendre tout ce qu'on t'as appris à la future génération. Et ce n'est pas un hasard, si cinq ans plutôt, ta route t'a amené vers Shyva. C'est qu'il était temps que ta solitude cesse et que tes années à vivre part toi-même servent à quelqu'un d'autre. « Non, j'aurais beaucoup trop à perdre si je décidais de changer de métier maintenant. Mais si t'es patiente, t'auras plus à me supporter d'ici une quinzaine d'années. » Ou peut-être moins, si tu ne meurs pas avant en court de route ou pourquoi pas sur cette mission, qui peut savoir ce que demain sera fait. Elle peut très bien décider sur un coup de tête de te poignarder dans le dos ou encore pendant ton sommeil - mais elle le fera pas, même si l'envie ne doit pas lui manquer. Beaucoup en rêve, mais peu ose le faire. Tous des faibles qui ne vont pas au bout de leurs actions. Tu ne prétends être mieux qu'eux, tu ne l'es pas. Toutefois, si l’occasion se présentait à toi, peut-être que tu n'hésiterais pas à la trahir. La soif d'argent est plus forte que tout et te fait faire par moment des choses horribles. Puis, la seconde d'après vous allez chez Pol chercher un cheval. Parce que mademoiselle juge bon de ne pas en posséder un à elle. Tu peux comprendre, ça coûte cher en nourriture, faut lui faire de l’exercice pour pas qu'il prenne du poids, veiller à sa bonne santé ... c'est du boulot au quotidien, mais ça t'occupe les jours où aucune mission n'attire ton intérêt ou que Siddil n'a pas besoin de tes services. Tu pensais acheter un esclave pour qu'il puisse s'occuper de tes montures, pendant tes longues absences, mais tu t'es vite ravisée - par peur de retrouver à ton retour l'une d'elle intoxiquée ou morte par négligence. Enfin bref, lorsque la demoiselle à enfin sa monture, tu demandes si on peut y aller - et il lui faut peu de temps pour rétorquer tes paroles. Tu ne te comportes pas en chef ou peut-être que si - étant l'aînée, elle te doit le respect, mais ça elle doit s'en foutre comme de sa première fois. Ouais, il y a pas à dire, mais tu te revois vraiment en elle, quand tu avais un peu moins de son âge. Peut-être que si tu lui donnais un bon derrière la tête, ça lui ferait fermer son clapet et enfin respecter ses aînés, mais avec le caractère piquant qu'elle a, tu risques de un de la froisser et de deux de recevoir le double du coup que tu lui aurais donné précédemment. Une esclandre, pas le bon moment ! « Oh ! Et tu crois sans doute, qu'il ira mieux au tien. Eh bien, vas-y ne te gêne pas. » Un regard sombre qui veut tout dire sur l'ambiance qui règne entre vous et qui risque de se dégrader un peu durant tout le long de cette expédition. Hors donc, vous quittez la citadelle. Puis, vous faîtes galoper vos chevaux. La belle cité s'éloigne au fil des bruits de sabot s'enfonçant dans le sable chaud du désert. Puis, tu aperçois des traces, tu penses que ce sont celles de l'homme que vous poursuivez - qui d'autre à part lui aurait pu les faire. Elle n'est pas de ton avis, jugeant que vous n'êtes pas assez loin pour vous faire une solide opinion. Tu grognes, mécontente qu'on puisse aller à l'encontre de tes plans, qu'une plus jeune que toi ose te tenir une fois de plus tête. Tu soupires. Saleté de jeunesse dont tu lui envie jalousement. « Soit ! Soixante-dix kilomètres nous séparent de la forêt. Je propose qu'on fasse une moitié cette nuit, qu'on se repose et qu'on reprenne l'autre moitié demain matin. » Sans attendre son avis, tu remets en route ta monture. La pleine lune éclaire votre chemin et le chant des coyotes accompagne votre chevauché. La nuit est tellement belle, les étoiles guident votre route et la légère prise du printemps virevolte dans ta chevelure de jais. Puis, trente cinq kilomètres plus loin, tu fais stopper ta monture avant d'y descendre et de lui caresser l’encolure- d'une de tes basasses de selle, tu en sors six carottes. Tu en déposes seulement trois devant ton cheval. Les trois autres sont pour celui d'Astrid. Tu t'avances donc et les dépose devant sa jeune monture. Puis, tu la regarde elle, ton regard et sans émotion. Pourtant, tu veux être sympa - autant que tout se passe bien : « Si t'as besoin de quelque chose, fais-le moi savoir. » Puis, tu t'en retournes auprès de ta monture, lui enlève sa selle pour qu'il puisse se coucher sans se blesser. Puis, tu prends deux couvertures : une que tu déposes au sol et l'autre que tu mets sur toi pour te tenir chaud - tu te sers du flanc de ta monture comme coussin. « Bonne nuit ! » Qu'elle te le rende ou pas ça n'a aucune espèce d'importance. Vaut mieux qu'elle fasse une bonne nuit, parce que avec la moitié de route qu'il vous reste à parcourir, il est hors de question pour vous de faire une pause - sauf en cas de grande nécessité, mais ces six heures avant l'aube devrait largement vous suffire.    


♥️:
Si quelque chose te dérange dis-le moi  Attraction and Repulsion [feat. Astrid] 3001455559 . Pour le kilométrage je me suis repérée avec la cartographie, c'est approximatif Attraction and Repulsion [feat. Astrid] 1689179954 . Encore désolé du retard  Attraction and Repulsion [feat. Astrid] 2215546156  
Astrid Helgusson
DATE D'INSCRIPTION : 28/07/2015 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Meeka, Elias & Richard MESSAGES : 1514 CELEBRITE : Rose Leslie COPYRIGHT : ava by jenesaispas METIER/APTITUDES : Mercenaire et voleuse TRIBU : Rahjak. Sa famille est Iskaar mais elle ne le sait pas encore. POINTS GAGNES : 87
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Attraction and Repulsion [feat. Astrid] Empty Re: Attraction and Repulsion [feat. Astrid]

le Dim 24 Juil - 20:50
ATTRACTION AND REPULSION
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Entre elle et moi, il est évident que ça ne va jamais coller. Je ne l'aime pas, et je crois que ça n'a jamais été le cas. En soit, c'est comme se détester soi-même d'une certaine manière. Nous nous ressemblons bien trop pour qu'un lien puisse se créer entre nous, je crois. Il y a cette haine, qui ne nous quitte jamais. Et il y a aussi le fait que nous ne soyons pas doués pour être des amis, il nous est même difficile d'en avoir, parfois. En tout cas, tout ceci est bien compliqué. Je n'ai pas envie de réfléchir à tout ça, je n'ai pas envie de comprendre pourquoi le monde ne tourne pas toujours rond, pourquoi certaines choses se brisent lorsque le out de mes doigts se posent dessus. Je ne comprends pas toujours et en même temps, je sais bien que ça n'aurait pas de sens. Je ne veux pas lui parler parce qu'elle me ressemble et que je sais qu'elle ne va rien m'apporter de nouveau. Je ne prétends pas que les personnes que je côtoie m'apporte toutes quelque chose. Disons que les amitiés qui ne me servent pas un minimum, que ce soit, matériel ou personnel, cela ne m'intéresse pas. Et tout me paraît alors beaucoup plus facile et supportable. Avec elle, je coulerais, je le sais. Et ce qu'il y a de mauvais chez moi ressort trop chez elle. Nous ne pouvons pas nous entendre, je n'ai même pas envie de voir cela possible. Je crois que ce qui me dérange le plus, avec elle, c'est le fait qu'elle soit plus vieille et surtout, le fait qu'elle me laisse entrevoir ce que je serais dans quelques années. Vieille, seule et conne. Bon, j'extrapole peut être pour le… Vieille.

« Non, j'aurais beaucoup trop à perdre si je décidais de changer de métier maintenant. Mais si t'es patiente, t'auras plus à me supporter d'ici une quinzaine d'années.[/b] ». Je n'ai jamais vraiment pensé à changer de métier. Et pourtant, j'ai déjà réfléchi à partir d'ici. Ce qui reviendrait plus ou moins au même, puisque si je fais un truc comme ça je n'aurais plus la même situation devant les yeux. Puisque j'ai fait ça toute ma vie, est-ce que seulement, je suis capable de faire autre chose ? Je n'en suis même pas certaine. Il faut dire que toute cette histoire me paraît vraiment étrange, que je m'y perds parfois et que je n'ai pas particulièrement envie de comprendre, non plus. A quoi bon réfléchir à une autre vie ? La preuve que la vie est trop court, d'ici une quinzaine d'années, elle sera trop vieille pour exercer. A ça aussi, je n'y pense quasiment jamais. Mais il le faut, n'est-ce pas ? On vieillit bien plus vite qu'on ne veut bien l'admettre.  « Je vais dès maintenant me mettre à compter les jours, alors ». N'abusons rien, fort heureusement. Je me fous d'elle et dès que cette mission sera terminée, nous pourrons retourner chacune de notre côté. J'ai déjà hâte ; Ce sont les heures que je vais me mettre à compter, en fait.

Je suis sûre qu'elle pense que je lui dois le respect parce qu'elle est plus vieille. Oh, je peux bien lui accorder cette songe, ils pensent tous ça. Comme si je leurs devais quelque chose. Qu'ils soient vieu ou jeunes, s'ils ne m'ont rien apportée, je m'en fous pas mal, de qui ils sont. Qu'elle ne se comporte pas en chef, en tout cas, parce qu'elle n'est pas le mien. « Oh ! Et tu crois sans doute, qu'il ira mieux au tien. Eh bien, vas-y ne te gêne pas. ». Est-ce que pour autant, je prétends que ça m'irait mieux ? Non, pas du tout. En réalité, c'est une histoire bien plus complexe, encore. Je ne suis pas faite pour être un chef, et je n'en ai jamais eu envie. La solitude me va mieux. Je ne sais pas donner des ordres, je ne savais même pas y obéir lorsque Tom m'en donnait.  « Ma douce, je m'en fous pas mal d'être le chef. Je ne pense pas t'apporter un scoop en disant que chez les mercenaires, je n'ai pas de chef ». J'en avais un, il n'est plus là, fin de l'histoire. Je n'ai pas prévu d'en trouver un autre. Et qu'elle garde donc ses regards sombres pour ceux qui pourraient les craindre. Je n'ai pas sa force ou son expérience, je n'ai pas ses traits durs. Mais un physique ne fait pas l'état d'esprit.

Elle tente de se la jouer médium, elle prétend qu'on peut, là, maintenant, choisir dans quelle direction il est allé. Ridicule. Pire encore, elle prend mal le fait que je puisse lui dire que ce n'est pas bien. Il est fou de voir à quel point l'égo de quelqu'un peut être ridicule et stupide. Qu'elle tente si elle veut, et qu'elle rale aussi, si elle en a envie. Elle n'en est que plus ridicule encore. « Soit ! Soixante-dix kilomètres nous séparent de la forêt. Je propose qu'on fasse une moitié cette nuit, qu'on se repose et qu'on reprenne l'autre moitié demain matin. ». Et en plus, elle est feignasse. Mais elle a raison, il est préférable d'en profiter et de se poser un instant. Bien sûr, uniquement à la moitié pour ne pas perdre un temps ridicule demain. Il ne faudra pas trop traîner, cependant. Parce que le soleil risque de nous assécher. Ce qui serait particulièrement ridicule.  « Voilà, on la fait ta pause. Et j'espère qu'il n'y a pas de poison dans tes carottes ». C'est que Pol ne me le pardonnerait pas. « Si t'as besoin de quelque chose, fais-le moi savoir. ». Tu parles. Je me retiens difficilement de rire tant je trouve ça ridicule. Si j'ai besoin de quelque chose, qu'on soit bien d'accord, je me débrouillerais toute seule.  « J'y penserais ». Nos mouvement sont similaires, que ce soit pour la selle ou les couvertures. Faut dire que c'est le métier et qu'on sait comment s'y prendre lorsque l'on vit dans le désert. Il faudra juste qu'on fasse attention à une potentielle tempête de sable. Comment savoir, après tout. « Bonne nuit ! ». C'est qu'elle y va tout en politesse hein.  « Ouais ouais, toi aussi ». Je lève les yeux et je ne tarde pas à m'endormir.

C'est du sable plein la bouche que je me réveille. Sommeil agité et légère tempête de sable, sans doute. Je tousse une fois, puis deux mais déjà, ça va mieux. Ce n'est pas l'endroit idéal pour dormir, de toute manière, mais il faut bien un peu de sommeil, n'est-ce pas ? Elle dort encore, d'ailleurs. Et non, je ne suis pas douée en politesse. Je lève les chevaux et je lui donne un léger coup de pied pour qu'elle émerge. Vraiment léger hein. Mais ça va sans doute la faire râler.  « Allez, debout ».
avengedinchains
Invité
Invité
Anonymous

Attraction and Repulsion [feat. Astrid] Empty Re: Attraction and Repulsion [feat. Astrid]

le Lun 8 Aoû - 0:18
ATTRACTION AND REPULSION


La moitié du chemin. C'est tout ce que vous pourriez faire ce soir de toute façon - après libre à elle de faire l'autre moitié si elle s'en sent capable, après tout elle a la fougue de la jeunesse - jeunesse que tu as perdu après avoir dépassé la barre de la trentaine. Autrefois t'aurais fait tout le chemin sans te reposer, bravant les tempêtes de sable et les animaux noctambules - mais aujourd'hui, tu préfères jouer la carte de la sûreté. Préférant largement te reposer, prendre des forces pour la suite - plutôt que de braver les éléments et mourir sans ressources. Au lieu-dit, vous stoppez vos montures. D'une de tes besaces de selle, tu as sorti six carottes, dont trois sont pour ton cheval et les trois autres pour celui d'Astrid. Et alors que tu les déposées devant l'animal, la jeune femme soupçonnait que tes légumes puissent être emprisonnées. Tu arques un sourcil, puis lui lances un regard mauvais. Non mais, elle est sérieuse ?! OK t'es peut-être capable de bien des méchancetés envers les êtres-humains, mais une chose est sûre, c'est que tu ne toucheras jamais à un animal. De plus, si elles étaient réellement empoisonnées comme elle le prétend, croit-elle vraiment que tu aurais eu l’imbécillité d'en donner à ton propre cheval ?! Un peu de sérieux. « Manges-en une et si tu suffoques, tu seras tout de suite fixée. » un ton sarcastique, un sourire narquois avant de retourner auprès de ton animal pour lui caresser l'encolure. Puis, tu défais la selle qu'il porte sur le dos pour la déposer un peu plus loin. Finalement, tu t’intéresses à nouveau à la rousse pour lui dire que si elle a besoin de quoi ce soit, elle n'a qu'à te faire signe. Si elle le fait c'est bien, sinon tant pis. Tu doutes vraiment qu'elle fasse appel à toi en cas de besoin, mais c'était dans l'unique but de te montrer un plus sympathique - après tu l'obliges pas à vouloir de ton empathie qui ne te va décidément pas au teint. Elle y pensera qu'elle te dit - bien sûr cause toujours tu m’intéresses. Tu hausses les épaules à sa remarque - puis pars te coucher près du flanc de ton cheval. Avant de t'endormir, tu lui adresses un bonne nuit pour voir si elle est tout aussi capable d'en faire tout autant. Ouais eh bah dis donc, c'est pas la politesse qui l'étouffe. Roulant des yeux, tu finis finalement par t'endormir. Le jour se lève, mais tu dors toujours - à vrai dire tu n'as pas tellement envie de te réveiller, ayant passée une très mauvaise nuit. Une tempête de sable s'est abattue sur vous pendant que tu buvais dans ta gourde d'eau, tu n'as pas réveillé Astrid, la tempête n'étant pas assez forte ou dangereuse pour que vous cherchiez un abri pour vos protéger. Elle se réveillera avec un peu de sable dans la bouche, la belle affaire. Puis, tu t'es rendormie espérant qu'une autre tempête de sable ne viendrait pas jouer avec vous - mais c'était s'en compter sur les couinements aigus et incessant de jeunes fennecs qui se battaient pour jouer et de leur mère qui les rappelait à l'ordre en poussant des glapissements tout aussi assourdissants. Tu maudissais ces sales renards aux grandes oreilles, alors que tu tentais une fois pour toute de trouver le sommeil. Pensant le tenir cette fois, tu fus réveillée de la pire des manières qui soit - un bon coup de pied de la part de la rousse et bonjour bien sûr. Elle a levé les chevaux d'un bon, que tu n'as même pas eu le temps d'émerger correctement. Depuis combien de temps est-elle debout ?! Certainement pas plus longtemps que toi, enfin tu le penses. Tu grognes comme un ours mal léché, tu détestes ce genre de réveil - mais t'aurais dû t'en douter. Tu t'étires en grognant. « Mais oui bonjour à toi aussi. » râles-tu en te levant et en t'étirant de tout ton long. Puis, tu regardes vers l'horizon. Un lever de soleil se dresse devant vous avec ses magnifiques couleurs jaunes, orangés, c'est un spectacle époustouflant que vous seuls mercenaires pouvaient voir. Finalement, ça ne serait pas une matinée aussi pourrie que ça. Baillant légèrement, tu vas jusqu'à ta selle pour la mettre sur le dos de te cheval - puis d'une des sacoches, tu en sors deux grosses pommes vertes. « Tiens, attrape ! » tu lui balances le fruit directement dans les mains - un petit déjeuner sur le pouce avant de reprendre la route, ça ne peut pas vous faire de mal. La pomme achevée, ne restant plus que le trognon, tu le donnes à ton cheval avant de monter en selle. T'attends que la rousse fasse de même et vous pouvez reprendre l'autre moitié du chemin espérant rejoindre la forêt avant que le soleil ne soit à son zénith. Au galop, tu sens peu à peu la température monter en flèche, heureusement une légère brise vient te fouetter le visage à chaque pas que fait ta monture. Des vautours vous suivent à la trace, espérant voir l'une d'entre vous tomber de sa monture - malheureusement pour eux, vous n'êtes pas des débutantes et connaissez assez bien le désert pour ne pas finir comme les esclaves que vous pourchassez, épuisés d'avoir trop couru et de ne pas avoir su se mettre à l'abri quand le soleil frappait le plus fortement. Il est approximativement midi lorsque Astrid et toi, vous entrez à l'orée de la forêt. Les traces suivent le chemin et comme tu t'y attendais, l'homme que vous recherchez et bien à l'intérieur. Pourvu qu'il n'est pas croisé des Pikunis sur son chemin - si c'est le cas, il vous saura difficile de le récupérer - pouvant se faire passer pour un esclave en fuite qu'il n'est pas. Et dans ce cas de figure, la tribu des bois ne vous laissera pas lui mettre la main dessus. Au pas, tu remarques un peu plus loin quelque chose accroché à une branche d’arbre. Arquant un sourcil, tu descends de cheval pour voir ça de plus près. Il s'agit d'un morceau de tissu, provenant tu le supposes de votre fugitif - la qualité du textile typiquement rahjak te le laisse penser. « On est sur la bonne piste, continuons. » affirmes-tu en montrant l'indice à la rousse, avant de remonter à cheval. Soudain, deux chemins se présentent à vous : l'un allant à droite, l'autre à gauche. Aucunes traces ne peuvent vous donner d'indices sur le chemin qu'a pris votre homme - d'autres traces ayant effacées les siennes. Tu grognes, embêtée. « Qu'est-ce qu'on fait ?! On se sépare pour couvrir plus de terrain ou alors, on tire à pile ou face ?! Et avec un peu de chance on finira par le coincer, enfin si les Pikunis ne le trouvent pas avant nous. » Si ça se trouve à l'heure où tu parles, peut-être qu'ils l'ont déjà attrapé et qu'ils sont là en train de vous guetter, tapis et furtifs comme des ombres. Ils connaissent cette forêt mieux que vous, ils auraient facile de vous conduire dans leurs pièges, normalement destinés aux animaux qu'ils chassent. Les plus fourbes ne sont pas toujours ceux que l'ont croit.
Astrid Helgusson
DATE D'INSCRIPTION : 28/07/2015 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Meeka, Elias & Richard MESSAGES : 1514 CELEBRITE : Rose Leslie COPYRIGHT : ava by jenesaispas METIER/APTITUDES : Mercenaire et voleuse TRIBU : Rahjak. Sa famille est Iskaar mais elle ne le sait pas encore. POINTS GAGNES : 87
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Attraction and Repulsion [feat. Astrid] Empty Re: Attraction and Repulsion [feat. Astrid]

le Mer 7 Sep - 11:50
ATTRACTION AND REPULSION
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Cette pause en plein désert, il est vrai que j’ai tendance à la trouver inutile. Cela peut sembler fou parce que je n’ai pas pour habitude de voir les choses de cette manière. Mais on remarque davantage l’âge de quelqu’un à travers ses capacités. Là, en l’occurrence, malgré les traits encore fins de l’autre idiote, je vois bien qu’elle est à un âge où les choses sont plus compliquées. J’ai beau la détester non, je ne dis rien lorsqu’elle propose de faire une pause. Lorsque je fais le trajet, je ne m’arrête qu’une fois hors du désert. Le cheval râle souvent, et la femme qui me le loue râle quand je rentre. Non que cela m’intéresse vraiment. Mais il est réputé que je les use. Je m’en moque, ils sont faits pour ça non ? Je ne me suis jamais arrêtée à plus qu’à ça. Parce que je n’y vois pas d’intérêt et que je trouve cela ennuyeux à mourir. C’est un fait.

Pourtant, malgré une compréhension dans une situation comme celle-ci, je ne rechigne pas à une pause et le cheval encore moins. Quant aux carottes oui, il est vrai que je marque un temps d’arrêt. Au vu de la relation qu’il y a entre nous, je me permets de croire sincèrement qu’elle aurait pu empoisonner les carottes oui. Et il n’y aurait rien de vraiment surprenant là-dedans, en plus. « Manges-en une et si tu suffoques, tu seras tout de suite fixée. ». Pour autant, je ne vais certainement pas le risque. Après tout, il me paraît évident que le cheval peut bien crever et je serais tout autant fixée. D’ici, il me faudra une trotte, c’est clair, pour rejoindre la forêt ou la cité. Et je perdrais une grosse somme avec un cheval mort. Mais je m’en moque, en réalité. Plutôt lui que moi. Je suppose qu’il n’y a rien de vraiment surprenant là-dedans. « Oh non. Je me contenterais de dire que si mon cheval meurt, tu le suivras ». Et après un clin d’œil, je donne à l’animal les deux carottes. Dommage, il n’est pas soudainement pris de douleurs et ne tombe pas au sol. Et ça, c’est plutôt triste oui. Parce que j’aurais adoré me débarrasser d’elle au passage.

Au petit matin, une tempête de sable me fait tousser à plusieurs reprises lorsque je réveille. Elle est déjà finie mais un peu de sable est entré dans ma bouche. Ce n’est pas grand-chose, et ça se termine bien vite. Ce qui me va. Surtout lorsque je réveille l’autre d’un coup de pied. Ca, c’est carrément jouissif. Les chevaux sont prêts, et elle, elle roupille encore. Hors de question. Ou en tout cas, ça ne risque pas d’arriver avec moi dans le coin. Je n’ai jamais besoin de beaucoup de sommeil, déjà. Et en plus de ça, quand on est en mission, c’est la cible, le point important. Dormir, c’est une chose que l’on fera plus tard. « Mais oui bonjour à toi aussi. ». Oui oui, si elle veut. Et qu’elle râle si elle en a envie, aussi. « Tiens, attrape ! ». C’est la surprise qui manque de me faire rater la pomme, que j’attrape de justesse. Elle a encore beaucoup de trucs dans ses affaires ? Il est vrai que je ne prends que très rarement de la nourriture avec. Déjà, le fait de ne pas m’arrêter en route me permet de trouver du stock en forêt. Et à cette période de l’année, je sais où trouver de quoi manger. Souvent, d’ailleurs, je n’hésite pas à faire une petite chasse avant de reprendre les recherches. Je prends le temps, oui, tout simplement. « Merci ». Ouh, le mot m’arrache la bouche. Mais il faut bien reconnaître que le fait qu’elle partage me surprend pas mal. Je ne vais quand même pas lui dire que ça me fait plaisir parce que ce n’est pas le cas hein. Faut pas pousser. Une fois la pomme achevée par le cheval (après que j’en ai également mangé, bien sûr), je monte en selle et la route reprend. Pas la peine de traîner les pieds plus longtemps.

Midi est passé lorsqu’on arrive en forêt. On le voit bien avec le soleil et sa position. Et il était temps. On a bien trop trainer la patte. C’est au pas qu’on reprend la marche. C’est pratique pour trouver les traces. Encore que, de mon côté, j’aurais sans doute choisi de descendre du cheval, mais bon, passons. D’ailleurs, elle finit par descendre de son cheval. Elle a repéré un truc. Finalement, elle va se montrer utile, on dirait. Je descends à mon tour du mien pour voir de quoi il s’agit. « On est sur la bonne piste, continuons. ». Un bout de tissu. Alors oui, il est possible qu’on soit sur la bonne psite. Cependant, je ne perds ps de vu que les passages au cœur de la forêt sont nombreux. « N’oublie pas que des passages, il y en a beaucoup. Tu es sûre qu’il s’agit d’un morceau de sa tenue ? ». Non qu’il soit impossible de suivre de mauvaises pistes mais si on peut en éviter un maximum, ce serait fort plaisant. Disons que le maître qui a lancé la mission a très bien pu décrire la tenue de l’homme que l’on recherche. Une information que je n’ai pas mais c’est Shanareth qui est venue me chercher. « Qu'est-ce qu'on fait ?! On se sépare pour couvrir plus de terrain ou alors, on tire à pile ou face ?! Et avec un peu de chance on finira par le coincer, enfin si les Pikunis ne le trouvent pas avant nous. ». Elle est déjà remontée sur son cheval. Des traces s’envolent, lorsqu’on est en hauteur. Se séparer est sans doute la solution la plus évidente. Et là pour le coup, c’est la seule qui me vient. « On se sépare ». Et sans un mot de plus, je m’élance du côté gauche.

La tristesse repose dans le fait que l’évadé est parti vers la droite. C’est Shanareth qui finit par le trouver. Et fort heureusement… Elle choisit quand même de partager. Cela n’aurait pas été mon cas.

Spoiler:
On termine comme ça ? Si tu ne veux pas, je retire les deux lignes de fin Attraction and Repulsion [feat. Astrid] 1360497918 mais ça nous permettrait de passer à un nouveau sujet. En plus, je te donne la capture en cadeau XD. Par contre, attention, la tribu des bois, ce sont les Naoris :p La tribu Pikuni vit dans une plaine ^^

avengedinchains
Contenu sponsorisé

Attraction and Repulsion [feat. Astrid] Empty Re: Attraction and Repulsion [feat. Astrid]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum