Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜ATLAS | the universe at your feet
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
06/02/2016 712 Ben Dahlhaus Angie (ava) ; anaëlle (signa) ; Oreste ♥ (gif) Cartographe & Apprenti manipulateur d'armes 2


Sujet: ATLAS | the universe at your feet
Mer 10 Fév - 15:00

Code:
✜ [color=firebrick]Ben Dahlhaus[/color] →  Atlas O. Erickson


SURNOM
Ogre, croqueur d'enfants, et toute une ribambelle de surnoms rassurants de la même trempe.
ÂGE
25 ans
ORIENTATION SEXUELLE
hétérosexuel
SITUATION AMOUREUSE
libre comme l'air ♪
MÉTIER / FONCTION
Cartographe
APTITUDE(S)
Cartographe & Apprenti guerrier
Une coquille vide de sentiments. Une armoire à glace froide comme le blizzard. Un ogre intimidant et sadique. Voilà l’idée première qu’on se fait d’Atlas, pourtant à des années lumières de la réalité. Sans doute à cause de son imposante carrure et de sa réserve proche du mutisme, on voit en lui un bonhomme presque coupé du monde, colérique et puissant, duquel il vaut mieux ne pas s’approcher. On ne voit pas la douceur qui transparaît de ses yeux bleus ; on y imagine seulement la soif de sang et de combat, un tourbillon de mauvaises intentions à vous glacer le sang. C’est que les apparences gouvernent le monde, et sont la source de bien des opinions erronées. Atlas n’est pas celui qu’on croit connaître. Sous ses traits de guerrier musclé à la virilité exacerbée se cache un cœur solitaire qui ne demande qu’à aimer. Il n’est pas le colosse de glace qu’on imagine. Altruiste et attentionné, il est bien plus observateur qu’il n’y paraît. Il vous connaît bien mieux que vous ne le connaîtrez sans doute jamais. Silencieux et pudique, il n’aime pas être sous le feu des projecteurs. Il ne s’y placera que lorsqu’il sentira que ce sera nécessaire, préférant rester discret le reste du temps. Atlas, c’est une énigme, une forteresse que peu de gens ont, à ce jour, réussi à pénétrer. Jamais il ne se défait de cette carapace de placidité et de sérénité, comme s’il lui était impossible de paniquer, de stresser, de succomber sous le poids des émotions. D’un calme olympien, il reste effectivement maître de ses émotions en permanence. Il préfère de loin la quiétude de son quotidien que les sensations fortes, extrêmes, faisant battre son cœur un peu trop vite, un peu trop fort. Un confort qu’il a dû abandonner à son arrivée sur Terre, cette vaste planète inexplorée, entièrement inconnue et regorgeant de menaces.
Ce solitaire, pratiquement toujours seul au milieu de la foule, n’est jamais aussi à l’aise que face à une feuille blanche, loin du tumulte et des rumeurs des conversations vaines et superficielles polluant l’air. Ce grand rêveur, qui aime s’échapper de la morne réalité à travers ses pensées fourmillant d’une imagination sans limites, s’est très tôt essayé à la poésie, et n’a plus réussi à s’en passer depuis. Il aime noircir ses feuilles de rimes, de métaphores, transcrivant ses sentiments enfouis et ses expériences malheureuses, laissant les mots couchés sur le papier alléger son âme. Écrire lui permet de trouver une échappatoire à la solitude, d’exprimer des émotions qu’il tait le reste du temps. Plus récemment, il a également commencé à dessiner. A force d’y consacrer son temps libre, il est devenu plutôt doué pour ce qui est de retranscrire la réalité. Les paysages, les portraits, rien ne résiste à ses mines de plomb. En revanche, si l’imagination gouverne ses poèmes, il n’en va pas de même pour ses esquisses, qui se bornent à refléter la réalité telle qu’elle est, sans jamais parvenir à une transcription de ses sentiments aussi parfaite que ses paysages.
Le jeune homme est d’un naturel très timide et réservé, secret même. Il n’ose pas aller à l’encontre des gens, et préfère que ce soient eux qui fassent le premier pas. Mal à l’aise en trop nombreuse compagnie, il lui arrive de peiner à trouver les mots justes au sein d’une conversation, ces mêmes mots qui lui viennent si facilement lorsqu’il est seul. En dépit de sa grande solitude, il accorde beaucoup trop facilement sa confiance à autrui. C’est comme ça, il ne peut s’en empêcher. Si on veut le trahir, il ne voit rien venir. Ce n’est pas un homme méfiant, mais qui garde foi en la nature humaine et sa bonté naturelle, en dépit de nombreuses désillusions. Mais ce trait de caractère a tendance à s’effacer depuis son arrivée sur Terre. Il ne parvient pas à éprouver cette empathie pour les terriens, humains pourtant, mais si différents… Ceux-là, il ne parvient pas à les cerner. Ils lui échappent constamment. Après une guerre ouverte et de nombreux conflits, il lui est difficile de leur accorder sa confiance. Il aimerait croire que l’ennemi, aujourd’hui allié, ne replongera pas dans ses vices sanglants et destructeurs, et qu’une entente est réellement possible. Mais impossible de l’en convaincre.
A le voir ainsi amoureux de la solitude et perdu dans ses pensées, on pourrait le prendre pour un couard qui fuit la réalité et le conflit, préférant la sécurité au risque. Il n’en est rien. Aventureux, courageux et aimant les défis, le jeune homme a soif de découvertes riches en surprises en tous genres. Autant dire que depuis son arrivée sur Terre, il est servi. S’il appréhende les expéditions en territoire inconnu, il n’en reste pas moins très excité à l’idée de s’aventurer toujours plus loin sur le continent. Travaillant au sein du groupe en tant que cartographe, il est d’ailleurs souvent sollicité pour se joindre aux équipes d’exploration, pour son plus grand bonheur. Pour se sentir davantage en sécurité, il a tout de même dû s’essayer à l’art du combat. Il porte toujours un ou deux couteaux sur lui, mais espère sincèrement ne jamais avoir à s’en servir. Il n’est pas soldat et n’a jamais aspiré à le devenir ; il n’est donc pas spécialement agile ou précis lorsqu’il s’agit du tuer sur-le-champ. Venir à bout d’une bête sauvage de taille moyenne lui est possible. Vaincre un terrien enragé, il n’y mettrait pas sa main à couper. De toute manière, l’idée de blesser autrui le repousse au plus haut point, lui qu’on surnomme « ogre » ou « croqueur d’enfants ». Sa nature gentille s'efface pourtant peu à peu depuis son arrivée sur Terre. En temps de guerre, il est en effet difficile de refuser d'attaquer l'ennemi. Pour sa propre survie et celle de ses 99 alliés, Atlas a dû mettre de côté sa répulsion à l'idée de porter des blessures physiques à un autre être humain. Et apprendre à se battre. Ne serait-ce que pour sauver sa peau.
+ Le crime dont tu es coupable ?


Si vous lui posez la question, il vous répondra qu’il n’a jamais commis le moindre crime. A ses yeux, ça n’en était pas un. Il ne s’est jamais vu comme un traître ou un criminel. Il ne pensait pas à mal et ne voulait offenser personne. Pourtant, on l’a jeté en prison pour ça. Pour le vol de quelques crayons de papier. Ce grand gaillard aimant noircir les feuilles de poèmes et de croquis, il s’est rapidement trouvé à court de matériel. L’une de ses proches amies n’utilisait pas les siens. Il savait qu’elle les conservait quelque part chez elle. En plein élan, il n’a pas pu attendre d’obtenir un nouveau crayon. Il ne voulait pas perdre ses mots, son histoire. Alors il s’est rendu chez son amie, fortuitement absente à ce moment-là. Il a emprunté le crayon tant convoité, bien désireux de le rendre par la suite. C’était sans compter sur la présence d’un garde, qui semblait presque l’attendre à l’entrée du compartiment. Ce type, il l’avait déjà croisé à plusieurs reprises. A chaque fois, son regard avait été mauvais. Cette fois, il étincelait même de malveillance. Il n’était peut-être pas là par hasard. Tout comme ce n’était peut-être pas un hasard qu’il soit si prompt à envoyer Atlas en prison, refusant d’écouter ses excuses. Pure coïncidence ou véritable machination ? Finalement, Atlas n’aura jamais su ce qui l’avait envoyé en cellule. Mais cet incident lui a valu de tout perdre, en quelques secondes à peine : ses mots, une amie, sa dignité, et ce qu’il avait de plus précieux : sa liberté.


+ Que penses-tu du fait d'avoir été envoyé(e) sur Terre? Comment as-tu réagi en la voyant pour la première fois ?


Cette Terre dont on lui parlait depuis tant d’années, il rêvait d’un jour y mettre les pieds. Sa couleur bleue caractéristique le faisait rêver depuis les étoiles. L’espace, c’était bien. Mais ailleurs, il y avait une Terre pleine de verdure et d’eau fraîche qui attendait qu’on vienne respirer sa nature. Il ne pensait pas réellement pouvoir atteindre cette destination interdite de son vivant. Il se voyait déjà devenir poussière parmi les astres, regrettant à tout jamais de n’avoir pu fouler le sol terrestre, condamné à rester dans l’ignorance. Etait-il possible de vivre sur cette planète que l’humanité avait quitté depuis bientôt un siècle ? Et puis, quand on lui a annoncé qu’il y serait débarqué de force, l’excitation a rapidement fait place à l’appréhension. Ce rêve qu’il n’espérait même plus effleurer, voilà qu’on l’exauçait sans crier gare. Et si ses fantasmes d’idéal étaient condamnés à disparaître dans les méandres d’une réalité toute autre, mortelle et décevante ? Cette expédition dangereuse, au cours de laquelle il risquait de perdre la vie, lui apparaissait de plus en plus angoissante. Mais, comme il n’était qu’un vulgaire criminel, on ne lui laissa pas le choix. On l’expédia là-bas sans lui demander son avis.
En foulant pour la première fois le sol de la Terre, Atlas se sentit vivre. Parce qu’il avait survécu. Parce qu’une renaissance s’offrait à lui. Il allait changer de vie. Cesser d’être considéré comme un criminel, et vivre comme un être humain, de retour sur sa planète d’origine. Ce grand rêveur s’y est rapidement senti comme chez lui : tant de choses à découvrir, de verdure à admirer, d’air à respirer, d’aventures à portée de main… L’artiste qui sommeille en lui a tout de suite su que l’inspiration était ici, et nulle part ailleurs.


+ En toute franchise, des regrets sur ta vie, et certaines actions qui t'ont mené ici ?


Il aurait pu se maudire pour cet élan impulsif qui l’a conduit à emprunter le matériel de son amie afin de coucher ses mots sur le papier avant de les oublier. Il aurait pu se maudire pour ce geste qui restera inexpliqué et qui lui a coûté la liberté. Il aurait pu continuer à le regretter amèrement pendant de longues années, si on n’avait pas fini par l’envoyer sur Terre. Avec le recul, il comprend bien que cette bêtise, qui aurait pu lui coûter très cher, a été une véritable bénédiction. Sa vie actuelle, bien que dangereusement trépidante, lui plaît bien plus que celle qu’il menait sur l’Odyssée avant son enfermement. Pour rien au monde il ne reviendrait en arrière. Finalement, il est même plutôt satisfait d’avoir été pris pour un simple voleur de crayons ; ç’aurait été bien pire s’il avait subtilisé un objet de valeur ou désobéi aux ordres. Le seul regret qu’il gardera de cet incident est d’avoir perdu une amie proche, qui comptait beaucoup à ses yeux. Depuis son arrestation, elle lui manque. Moins depuis le débarquement sur Terre. Mais, quelque part, la blessure est toujours ouverte. Il sait que les rumeurs ont circulé à son sujet, et qu’elle a dû se laisser prendre au jeu, pensant qu’il s’était servi d’elle afin d’accéder à ses objets intimes. Il n’en est rien, mais c’est la seule chose qui justifierait son intense silence depuis.
Un souvenir le hantera à tout jamais : celui de sa mère malade. Alitée à cause d’une maladie longue et douloureuse qui lui drainait toute son énergie, elle mourait  un peu plus chaque jour, mais toujours à une lenteur insupportable. Pendant tout ce temps, lui, il n’a rien pu faire. Il regardait la vie la quitter au fur et à mesure, espérait avec fougue, rendant la déception plus grande encore. Il humidifiait son front avec un chiffon, lui racontait des histoires, lui écrivait des poèmes, faisait de son mieux pour lui faire oublier la mort qui se rapprochait toujours davantage. Ça a duré trois ans. Trois années interminables d’une souffrance qui n’a servi à rien. Elle s’est éteinte dans un soupir, laissant un orphelin derrière elle. Ce souvenir d’impuissance a laissé de terribles marques chez le jeune homme. Plus jamais il ne veut connaître ça. Il aurait voulu porter assistance à sa mère, mais n’a rien pu faire. Il ne se passe pas un jour sans qu’il regrette d’avoir été incapable d’agir.


+ Ton opinion sur les terriens ? En as-tu déjà rencontré? Face aux récents événements (cf intrigues) ta première impression depuis leur arrivée a t-elle changée? Qu'est-ce que tu as pensé de la guerre et des conséquences en ayant découlé (traité ...)?


En toute franchise, le jeune homme craint les terriens. Ce peuple qui lui est encore mystérieux ne connaît ni les mêmes modes de vie ni les mêmes lois que les humains venus du ciel, et la férocité semble leur moteur principal. Comment ne pas craindre ces brutes surentraînées au combat, qui semblent les épier en permanence tout en restant dans l’ombre, hors de portée ? Si les humains venus du ciel semblent ne pas saisir qui sont réellement les terriens, ces derniers, eux, donnent l’impression se connaître une foule de choses sur ceux qui sont venus fouler leur territoire. Et, dans l’actuel climat de tension, il vaut mieux en savoir le plus possible sur de potentiels ennemis. Ce qui place les Cents dans une très nette position d’infériorité.
De ce fait, Atlas n’a jamais approché un terrien, qui qu’il fût. Ce pacifiste dans l’âme se défend mieux qu’il n’attaque, et refuse d’approcher la mort de trop près. Au cours de ses excursions, il a pu observer deux ou trois personnes de loin, sans oser entamer la conversation. Il aurait pu se faire trancher la gorge, et est bien content de s’être abstenu de tout acte qui aurait pu être mal interprété.
En dépit de ses précautions, la guerre a éclaté entre les Cents et les terriens. Les tensions étant à leur paroxysme, ç’aurait pu être une véritable boucherie. Le jeune homme était à l’abri au campement, mais qui sait ce qu’il serait advenu de lui si la paix n’avait pas été ramenée plus vite que prévu ? Tout peut basculer d’un moment à l’autre. C’est comme si le destin lui faisait comprendre à quel point la vie est précieuse, mais incertaine. Le pire a été évité, et ce fut un véritable soulagement. Mais rien ne dit que la trêve sera éternelle, et que des âmes bagarreuses avides de sang ne s’élanceront pas au combat une nouvelle fois. La paix semble bancale. Personne ne peut oublier les tensions et les différends qui ont abouti à une première déclaration de guerre.


+ Qu'apportes-tu à la vie au campement ? Quelles sont les tâches que l'on t'attribue habituellement ? Voudrais-tu quitter les tiens maintenant que tu vis sur Terre ?


Bien que réservé et peu enclin à se mettre en avant, les compagnons d’infortune du jeune homme ont rapidement compris qu’il n’allait pas être un poids mort pour leur groupe. Toujours partant pour aider la collectivité, il a rapidement fait démonstration de ses talents de dessinateur pour les convaincre de le laisser rejoindre les équipes d’exploration chargées de reconnaître les environs. Malgré ses craintes, il est parti à la découverte de cette planète bien plus sauvage qu’il ne l’imaginait. Ses yeux habiles savent distinguer les arbres les uns des autres, et son sens de l’orientation, qu’il ne pensait pas si développé après des années passées à moisir en prison, ne le laisse jamais se perdre en forêt. Ses esquisses faciles rendent compte des chemins qu’il arpente, toujours à la recherche de l’inconnu.
D’autre part, la forte musculature de cet homme dont on n’ose pas s’approcher est souvent requise pour accomplir des tâches bien moins excitantes. On lui demande par exemple de dépecer les animaux que ramènent les chasseurs, autant pour avoir de beaux morceaux de viande que pour récupérer leur chaude fourrure. C’est aussi lui qui coupe le bois et porte les bûches sur ses épaules pour les ramener au camp, parfois sur de longues distances. Des obligations qui ne l’enthousiasment que moyennement, mais qui lui ont permis, à lui, le monstre silencieux, de trouver une place essentielle au sein du groupe des Cents.
Ce rôle qu’on lui accorde, cette place qu’on lui attribue, sont trop précieux pour qu’on songe à se passer de lui. Comme tapi dans l’ombre, presque invisible, il a su se rendre indispensable à la survie du groupe. Et il sait que c’est pour ça qu’on le respecte. Malgré la crainte qu’il peut insuffler à son entourage, il remarque qu’on le brime moins souvent que sur l’Odyssée. Il a su gagner le respect de ses semblables, qui le laissent désormais tranquille. Ainsi, il se sent plutôt à l’aise parmi les siens. Quitter leur relatif confort et leur mode de fonctionnement, qui fut si long à instaurer, ne lui viendrait pas à l’idée. Parce que dehors, c’est trop dangereux. Parce que seul, il est une proie facile. Vivre avec les terriens ? Jamais. Ils sont trop différents été ne l’accepteraient jamais parmi eux. Sans doute parce qu’il ne réussirait jamais à s’adapter à leur mode de vie. Et parce qu’il ne se considère pas comme un sauvage. Sa dignité d’homme descendu du ciel lui impose de rester avec les siens, jusqu’au bout. Avec les Cents. Pas le reste des Odysséens. Eux sont devenus une autre catégorie, presque un autre peuple. Eux, il les a déjà quittés.


+ Des angoisses/craintes/phobies/problèmes de santé à signaler?


Étrangement, il ne supporte pas de voir des gens malades, alités et faibles, agonisant en silence. Il préfère détourner le regard que de rester à leurs côtés pour les rassurer, s’éloigner plutôt que d’entendre la vie les quitter. Cette angoisse, il la doit au souvenir de sa mère, malade durant des années, clouée au lit sans pouvoir bouger. Un légume agonisant, qui perdait ses forces de jour en jour. Sans qu’il puisse rien y faire. Assister à cette longue descente aux enfers, restant impuissant, incapable d’aider d’une manière ou d’une autre, fut pour lui une longue et douloureuse épreuve. Il donnerait tout pour ne pas revivre ça.
Depuis qu’il a quitté sa cellule pour retrouver une liberté quasi-totale sur Terre, le jeune homme a développé une certaine crainte des endroits clos, exigus, sombres et étriqués. Désormais, il refuse de rester cloîtré dans un abri quelconque, se sentant mal à l’aise même sous une tente de fortune. Personne ne craint les tempêtes plus que lui. Non pas parce qu’elles détruisent tout sur leur passage, risquant de le tuer s’il ne se montre pas prudent, mais parce qu’elles l’obligent à se terrer quelque part de longues heures durant. Généralement dans un petit espace où s’entassent les survivants. Une situation qui le met mal à l’aise, et lui donne presque des sueurs froides. Ça n’est pas tout à fait de la claustrophobie à proprement parler, mais ça s’en rapproche.
Par contre, le jeune homme nourrit une véritable phobie envers le feu. La plus petite flamme éveille chez lui une peur démesurée, complètement irrationnelle, qui lui saisit la gorge, les tripes, et retourne son estomac. Il ne saurait expliquer le phénomène, et est bien conscient que c’est ridicule de paniquer à la vue d’une petite flamme, la seule chose au monde qui lui fait perdre son calme. D’autant plus que ce n’est pas pratique pour survivre en pleine nature. Par temps froid, il se voit obliger de déserter le coin du feu, alors que ses compagnons y sont attirés comme par un aimant. La vue d’un feu de camp, même à quelques mètres, le met mal à l’aise. Son cœur se met à battre avec une force insoupçonnée jusque-là, son corps se met à trembler légèrement, lui intimant de s’éloigner au plus vite.


+ Le péché capital et la vertu qui te représentent le mieux?


Il est difficile de lui coller une étiquette à ce sujet. Comme tout être humain normalement constitué, il a déjà commis les sept péchés capitaux une fois dans sa vie, au moins. Mais celui qui ressort le plus chez lui, c’est l’envie. Elle est présente en lui, mais sourde, muette, maintenue renfermée dans son inconscient pour qu’elle ne s’exprime jamais. Un jour viendra peut-être où elle remontera à la surface, sans prévenir. Lui, qui paraît humble et d’une générosité naturelle, est pourtant sujet à une jalousie dont il n’a même pas conscience. Il s’est barricadé derrière de solides barrières constituées de confiance en soi, d’optimisme et de rêveries, afin de ne pas souffrir de sa condition. Si elles venaient à s’effondrer, ne resterait qu’un monstre d’envie, désireux de vivre la vie des autres et de mettre fin à celle des gens trop heureux. Lui le solitaire, lui qu’on oublie, lui dont on se moque, lui qu’on ne cherche pas à connaître, le voilà jaloux des gens sociables, des gens qui savent sourire, des gens qui savent parler, des gens qui savent aimer. Et il n’en a pas conscience.
A présent que son plus lourd défaut a été soulevé, au tour de sa plus notable qualité. Il s’agit de la patience. Atlas est effectivement un modèle de calme et de sérénité. Une entité dont la colère semble absente. Il s’emporte rarement, réfléchit avant d’agir, reste discret en toutes circonstances. Il ne crie pas, pas plus qu’il ne frappe qui que ce soit. Il ne s’énerve pas quand on ne comprend pas ses explications, et est toujours prêt à donner de son temps quand on le lui demande. Autant de symptômes qui font de lui un être humain singulièrement différent de l’ogre qu’on voit habituellement en lui.


+ Que penses-tu de l'arrivée de l'Odyssée sur Terre ? Sont-ils, à ton avis, une menace pour les cents ou au contraire vous unir pourrait être la meilleure solution face au climat actuel ?


C’était pour le moins inattendu. Trop préoccupé par la survie sur cette Terre plus hostile que prévu, Atlas ne pensait guère plus aux habitants de l’Odyssée, restés dans l’espace. Loin de ceux qui les avaient jetés en prison puis envoyés vers une mort quasi-certaine, la vie avait pris un nouveau tournant pour chacun des Cents. Atlas aimait ce nouveau départ, cette nouvelle vie, bien qu’elle fût teintée de mort et couverte de sang. Loin des habitants du ciel, les Cents s’étaient organisés selon leurs propres critères, avaient mis en place leurs propres lois, délaissant celles qui régissaient le grand vaisseau. Ils survivaient comme bon leur semblait, n’ayant que faire des répréhensions qui n'auraient jamais lieu d'être, si loin de leur berceau natal. Oubliées, les lois de l’Odyssée ! C’était un grand soulagement pour tout le monde, d’ainsi recommencer à zéro. Ceux qu’on avait enfermés comme des bêtes n’étaient plus pointés du doigt comme des criminels, mais comme des êtres humains tout à fait normaux. C’est cette cohésion et cette liberté nouvelle que le jeune homme craint de voir s’effondrer avec l’arrivée des Odysséens. Le chancelier voudra retrouver sa place de dirigeant unique, faisant fi des leaders de la survie et de l’ordre établi jusqu’alors. Une union entre les deux partis semblerait idéale, mais surtout utopique. Le jeune homme craint de faire face à un peuple obnubilé par l’idée de contrôler tout ce qui se passe sur Terre sans rien savoir de la vie qu’on y mène, sans rien savoir des règles de survie. Avec un dirigeant ignorant, le peuple du ciel court à sa perte. Mais jamais les hauts gradés de l’Odyssée n’accorderaient leur confiance à des criminels juste assez chanceux pour avoir survécu jusqu’à ce jour. Ce conflit créera sans doute de nouvelles tensions, ce dont tout le monde pourrait se passer puisqu’il y en a déjà bien assez.

Cette partie de fiche n'est pas obligatoire. Vous avez le choix entre soit répondre aux questions, soit compléter cette partie. Cependant, si vous décidez de ne pas faire votre histoire, vous devrez développer au maximum les questions et inversement.  

Si votre personnage est un scénario avec un test RP, vous pouvez également utiliser cet espace pour cela. De ce fait, si vous choisissez aussi de faire une histoire, merci de faire en sorte que l'on puisse distinguer les deux!

~ Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed non risus. Suspendisse lectus tortor, dignissim sit amet, adipiscing nec, ultricies sed, dolor. Cras elementum ultrices diam. Maecenas ligula massa, varius a, semper congue, euismod non, mi. Proin porttitor, orci nec nonummy molestie, enim est eleifend mi, non fermentum diam nisl sit amet erat. Duis semper.
DERRIÈRE L’ÉCRAN

Je m'appelle Mary et j'ai 21 ans. Vous pouvez donc vous en douter, je suis une fille, comme l’indique ma sexy barbe. J'ai connu le forum grâce à PRD et je le trouve très accueillant et plein de codes sympas et originaux.
Mon personnage est un pré-lien créé par Calypso et je vous autorise à en faire un scénari si mon compte se retrouve supprimé.









Atlas Orphée Erickson
the universe at your feet


Dernière édition par Atlas O. Erickson le Lun 22 Fév - 23:59, édité 12 fois

Admin
avatar
05/03/2015 avengedinchains 3062 Juno Temple signa Alas 21
Admin


Sujet: Re: ATLAS | the universe at your feet
Mer 10 Fév - 15:13

Bienvenue
tu as 7 jours pour terminer ta fiche. N'hésite pas si tu as une question

Malgré le fait que tu fasses une histoire, il te faudra tout de même répondre aux questions, même si tu n'y réponds que par une seule phrase (avec un cf histoire pour la suite). Si l'histoire est facultative, les questions ne le sont pas courage
En ligne

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: ATLAS | the universe at your feet
Mer 10 Fév - 15:15

Bienvenuuuue :

(je suis pas sous le bon compte mais osef)

Et comme l'a dit Gamora, les questions ne sont pas facultative, faut y répondre, même si c'est un minimum

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: ATLAS | the universe at your feet
Mer 10 Fév - 15:17

Bienvenue sur le forum
J'aime ton choix d'avatar

Admin - Tears of the phoenix
avatar
12/10/2014 Brimbelle 47685 Jessica Chastain Shizophrenic Médecin / Herboriste 53
Admin - Tears of the phoenix


Sujet: Re: ATLAS | the universe at your feet
Mer 10 Fév - 15:30

Bienvenuuue

avatar
27/07/2014 Sammix 16919 Barbara Palvin Cristaline + Tumblr Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits 98
Sans peurs et presque sans reproches


Sujet: Re: ATLAS | the universe at your feet
Mer 10 Fév - 17:26

Bienvenue dans le coin

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: ATLAS | the universe at your feet
Mer 10 Fév - 17:33

Bienvenue mister

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: ATLAS | the universe at your feet
Mer 10 Fév - 19:21

BIENVENUE PARMI NOUS & COURAGE POUR TA FICHE

avatar
06/12/2015 Lux Aeterna 31704 Sophia Bush AVENGEDINCHAINS de mon ♥ (vava) ; Oreste (image profil); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) ancienne militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. 134


Sujet: Re: ATLAS | the universe at your feet
Mer 10 Fév - 19:41

Bienvenuuue, bonne rédaction de fiche *-* Et j'aime tellement ton pseudo

Admin △ I'll dream you real
avatar
05/10/2015 Electric Soul 6151 Dan Stevens Tik Tok & tumblr Professeur de litté/philo sur l'Odyssée, s'occupe des cultures sur Terre | Education & notions d'agriculture 25
Admin △ I'll dream you real


Sujet: Re: ATLAS | the universe at your feet
Mer 10 Fév - 20:29

J'aime les choix de prénoms

Bienvenue et bon courage pour la fiche

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: ATLAS | the universe at your feet
Mer 10 Fév - 20:41

Le pré-lien et tout ces choix
Bienvenue ici et bon courage pour la fin de ta fiche

avatar
06/02/2016 712 Ben Dahlhaus Angie (ava) ; anaëlle (signa) ; Oreste ♥ (gif) Cartographe & Apprenti manipulateur d'armes 2


Sujet: Re: ATLAS | the universe at your feet
Mer 10 Fév - 23:33

Merci tout le monde pour votre accueil qui fait chaud au cœur Et vos gentils commentaires
D'accord c'est noté, je répondrai à toutes les questions
Tessa

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: ATLAS | the universe at your feet
Jeu 11 Fév - 1:31

Bienvenue le barbu

avatar
16/04/2015 I 11673 Aneurin Barnard Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna Cuisinier - Aide soignant 65
- Hit the Road -


Sujet: Re: ATLAS | the universe at your feet
Jeu 11 Fév - 9:06

Bienvenue Atlas, j'espère que tu te plairas parmi nous et bon courage pour la validation!

avatar
06/02/2016 712 Ben Dahlhaus Angie (ava) ; anaëlle (signa) ; Oreste ♥ (gif) Cartographe & Apprenti manipulateur d'armes 2


Sujet: Re: ATLAS | the universe at your feet
Jeu 11 Fév - 21:22

Merci jeunes imberbes
Je me demandais : est-il possible de prétendre à une aptitude dans laquelle le personnage n'excelle pas ? Dans mon cas, puis-je mentionner qu'Atlas a comme aptitude "maniement des armes" (à la place d'orateur) puisque effectivement, il a appris à se battre, mais n'est pas très doué dans ce domaine ?

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: ATLAS | the universe at your feet

 

ATLAS | the universe at your feet

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» SG-Universe, saison 1 [SPOILERS]
» [Edition Atlas]Problème Elfes
» Edition atlas N°66
» ATLAS ϟ porter le monde sur son dos est une malédiction
» Atlas Vallard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: personnages :: Présentations :: Fiches validées-