Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

Le vent nous portera. → Kidnappés Empty Le vent nous portera. → Kidnappés

le Jeu 26 Nov - 17:04
Close your eyes.

Fermant les yeux, je me forçais à respirer normalement. Depuis quelques secondes, mon souffle s’était bloqué dans ma gorge, signe inconscient de la panique qui commençait à glisser sous ma peau. J’essayais de me détendre, de décontracter mes épaules … Mais au fond de moi, un nœud s’installait à mesure que l’on progressait en direction du camp des Débarqués. Nous avions déjà traversé le pont depuis un petit moment, et nous risquions de tomber sur l’un des leurs à tout moment, à présent. Je regardais Mewan, un peu confuse. Nous avions à la fois tout partagé, et nous étions aussi tellement séparés … Finalement, nous ne nous étions pas énormément vus depuis … la fin. Je ne savais pas quoi lui dire, et à la fois, je n’en avais pas besoin.
On ne devrait pas tarder … Il suffisait de prêter attention à la nature. Les arbres n’étaient pas plus espacés, non, en revanche, les petits buissons et les herbes sauvages étaient piétinées, le sol portait des marques de chaussures … et la nature était bien plus silencieuse. Dans le ciel, le soleil avait eu le temps de se lever – comme il le pouvait, puisque nous entrions doucement en hiver – depuis que nous étions partis. Pour être plus exacte, depuis que le Calusa était arrivé chez les Pikunis, presque à l’aube. Fêter l’anniversaire de la jeune Thaïs. La mission avait des allures de mission suicidaire, et pourtant, on était parti quasiment aussitôt. Parce qu’on ne jurait pas sur nos promesses.
Je me penchais sur l’une des sacoches que mon cheval transportait (beaucoup moins souple encombrée de mes vêtements d’hiver), à la recherche de quoi satisfaire mon estomac. J’en tirais une première pomme, que je coinçais entre mes dents, puis une seconde, avant d’attirer l’attention de Mewan, et de lui envoyer le fruit. Il devait avoir au moins aussi faim que moi, à ce stade-là. Et c’est à peu près au même moment que mes oreilles, plus fines que la normale, captèrent un premier son humain. J’arrêtais mon cheval, presque sûre que la monture du Calusa suive le mouvement (ou son absence). Forcément, manger une pomme, c’était pas le truc le plus silencieux au monde, mais c’était trop tard. Je levai un doigt en direction du ciel pour signaler à Mewan qu’il y avait potentiellement une personne dans les environs, avant de reprendre le chemin et un morceau du fruit.

Il ne nous fallut pas longtemps avant d’entendre à nouveaux quelques bruits légers, que même Mewan pouvait sans doute entendre. Puis, une silhouette se détacha du paysage, et j’arrêtais mon équidé une nouvelle fois. Si nous pouvions éviter qu’elle ne donne l’alerte à ses congénères … Je levais mes mains en l’air, mettant par conséquence la pomme que je tenais hors de portée de ma bouche, afin de prouver … sans doute ma bonne foi. Je n’osais regarder Mewan pour voir s’il m’avait imitée, mais après quelques secondes de silence gênant, je finis par interpeller l’inconnue. Euh … Salut ? On aimerait … Tu pourrais nous rendre un service ? Moui. Pas terrible comme approche, et elle ne tarda pas à le faire remarquer. Euh … et vous êtes qui ? Certes … Bon. Il n’y avait plus qu’à prier pour qu’elle ait entendu parler de nous. Cela simplifierait tellement les choses … Je suis Honey … et voici Mewan … Nous sommes à la recherche de Liam et Thaïs … Pour aller voir la mer. Super. Elle devait déjà me prendre pour une tarée … Vous étiez avec eux c'est ça ? Dans le désert ? Vu mon manque de diplomatie certain, je laissais Mewan nous sortir de là – principalement parce que je ne voulais pas répondre à ça. Cadeau. Je n’étais plus si sûre de moi, quand on évoquait ce foutu désert.
Ils sont au campement. Je peux aller les chercher. Eh bien, le Calusa ne s’en sortait pas si mal … Et... vous pensez rentrer tard ? Là encore, je le laissais répondre. Je supposais juste que si nous n’étions pas de retour d’ici une semaine, ce sera la fin du monde. Même si je serais ravie que leur campement subisse encore plus de pertes, ce n’était pas ce que je souhaitais, pour Liam et Thaïs.


HJ:
Donc voilà, je pense que Mewan devrait répondre ensuite, et puis après on fait comme d'hab, dans le désordre Le vent nous portera. → Kidnappés 1360497918 Vous pouvez mpotter Lucie Jolie si vous voulez la faire parler  Le vent nous portera. → Kidnappés 407818960
Liam Cohen
Admin - Supermassive Black Hole
Liam Cohen
DATE D'INSCRIPTION : 04/11/2014 PSEUDO/PRENOM : Mystery Light MULTICOMPTES : Elijah & Near & Saoirse & Cassandre & Jade MESSAGES : 30586 CELEBRITE : Thomas B.-Sangster COPYRIGHT : @Gallifreys. Signa HERESY METIER/APTITUDES : ancien patrouilleur, désormais leader diplomatie. TRIBU : Cent (ancien kidnappé) POINTS GAGNES : 163
Admin - Supermassive Black Hole

Le vent nous portera. → Kidnappés Empty Re: Le vent nous portera. → Kidnappés

le Mer 2 Déc - 3:42


Lucie était venue le chercher. Tout d’abord il avait cru que c’était parce qu’il avait fait une bêtise. Pourtant il n’en était rien. Depuis qu’il était parti deux jours sans prévenir personne  (Siwan avait prévenu Lucie et ils en avaient tous déduits avec raison qu’il était parti avec elle) il n’avait, pour ainsi dire, pas fichu les pieds hors du campement. Il avait, également, évité de toucher tout objet pouvant produire du feu. Ce n’était donc pas cela. Et il se demanda un moment ce qu’il se passait. Encore plus lorsqu’il vit Thaïs non loin d’elle qui semblait les attendre.

Il croisa des bras avant d’hocher légèrement la tête. Honey et Mewan. Il saisissait. S’il ne se souvenait plus tellement de la promesse qu’ils s’étaient faits en prison, il comprenait plus ou moins pourquoi ils voulaient les voir. Parce que seuls des kidnappés pouvaient comprendre se par quoi ils étaient passés sans avoir à se parler ou à justifier leur façon de penser devant d’autres qui pensaient différemment. Seulement, si on lui avait demandé s’il s’attendait à ce qu’ils viennent les voir pour une petite virée, il aurait répondu non. Il restait un peu méfiant. Ils ne s’étaient pas vus pendant tout ce temps. Il ne comprenait pas tellement cette nécessité de les voir même si, les savoir en bonne santé le rassurait.

Il se demandait aussi pourquoi Rose et Taël n’étaient pas là mais soit, il pouvait comprendre, être voisin et vivre dans la même cellule pendant quelques mois créait des liens… ou pas. Lucie les laissa entre kidnappés après qu’il lui ait fait promettre de dire à Jeremiah et Siwan qu’il n’était juste pas parti comme ça. Ce qui était un peu le cas. Mais bref, il avait juste envie qu’ils n’aient pas à s’inquiéter sur son sort, tout se passerait bien. Si et seulement si il savait ce qu’ils avaient en tête, ces deux-là. Il n’était pas forcément des plus à l’aise mais, trop concentré sur ses interrogations, il n’avait probablement pas écouté ce qu’avait pu lui dire Thaïs pendant le trajet. Peut-être alors aurait-il pu entendre le mot ‘anniversaire’ et ‘plage’, peut-être alors se serait-il souvenu et aurait-il pu se sentir bête de s’inquiéter toujours autant pour rien. Mais pour l’heure, il n’avait aucune idée de ce qu’il se passait et posa son regard un peu perdu alternativement sur les deux terriens.

Il n’avait aucune idée de ce qu’il foutait là mais supposait qu’il allait bientôt finir par le savoir. « Salut. », leur fit-il simplement. Ils ne le connaissaient pas après tout. Les grandes accolades et effusions de joie de les avoir retrouvé, ce n’était pas pour lui.

Spoiler:
Bébéchat un peu à l'ouest Le vent nous portera. → Kidnappés 484338566

Invité
Invité
Anonymous

Le vent nous portera. → Kidnappés Empty Re: Le vent nous portera. → Kidnappés

le Lun 7 Déc - 16:15

go to see the sea

Fiche bye Ethna


Ça fait comme tilt dans sa tête. Comme un message envoyé par son esprit. Un souvenir de ces temps lugubres et angoissants...

Tous étaient tendus. Parce qu'ils étaient kidnappés, séquestrés, parce que les gardes s'amusaient bien à les voir inquiets et paniqués. Ils n'étaient déjà plus que huit, Grace et Milaan ayant disparu. Huit à vivre dans des cellules voisines, à se découvrir sans savoir s'ils auraient jamais le temps d'en profiter. Des débarqués, des terriens, du beau monde dans les cachots royaux d'une cité qui ne parlait vraiment à personne. Sur leurs visages se lisaient aisément la terreur, la fatigue, la douleur aussi. Honey s'efforçait de garder son calme quand son ventre brûlait. Rose agitée, comme fiévreuse, qu'on dissimulait aux gardes pour qu'ils ne l'enlèvent pas comme ç'avait été le cas avec Milaan. Thaïs, si petite, si délicate, une fleur en pleine éclosion. Sa voix fluette avait offert un peu de rêve et d'absence : « Pour mon anniversaire, je voudrais voir la mer. Avec vous, j'vous aime bien. » Suite à quoi, Mewan n'avait pas hésité pour lui faire une proposition digne de lui. L'espoir lui rongeait l'estomac, le besoin de revoir sa mère la mer. « On ira, Thaïs. On ira voir la mer, quand tout ça sera fini... Si tu veux, je te ferai même monter sur mon bateau. » Sur le ton d'une promesse un peu perdue sur l'océan, il avait tenu ces mots.

Ces mots qui lui reviennent soudain. Non sans raison, toutefois. Aura est venu le trouver pour lui parler de ces enfants du ciel, tombés là comme des cadeaux ou des fardeaux, c'est encore à décider, avec qui une trêve a été convenue. Elle lui raconte beaucoup, il l'écoute à moitié. Mais son attention renaît quand il entend ces noms qu'il a pendant deux mois côtoyés. Aura le remarque et elle le rassure, ils vont bien. Alors, un drôle de sourire soulagé pointe sur ses lèvres craquelées par le sel et le vent de la plage. Et ça fait comme tilt dans sa tête.

-Je lui avais dit qu'on irait voir la mer... qu'il lâche avec un brin de tristesse dans la voix.
-Alors tu attends quoi ?

Les réponses les plus simples aux questions les moins existentielles qui soient. Aura a le don de trouver les chemins des plus égarés. Mewan l'embrasse et file jusqu'à chez lui, où il glisse des affaires dans sa besace et part. Sans se retourner, sans l'annoncer à quiconque. Aura sait, même s'il ne lui a rien dit. Elle sait, elle rassurera ses proches, comme elle l'a toujours fait et le fera toujours.
Il met trois heures pour rejoindre les Pikunis. Son cheval est en forme, il ne rechigne pas. Ils font peu de pauses, ne perdent pas de temps. L'air est frais, la nuit est sombre. Il est tôt, trop tôt pour Mewan, d'ordinaire. Mais il y a des exceptions dans la vie et ce départ précipité en fait partie. Aussi, il s'arrête devant la hutte d'Honey alors que le ciel s'orange doucement à l'est.
Quelques heures plus tard, le ventre moins vide qu'à l'arrivée, Mewan récupère sa monture. Direction le campement des débarqués, accompagnés de la brune. Ils n'ont pas hésité avant de partir. Mais sur le chemin, les langues sont nouées par une inquiétude qui grandit. Le Calusa est déjà venu au campement. Pour d'autres raisons, pour d'autres âmes. Les souvenirs le hantent et le confondent en chagrin, même s'il se refuse à l'exprimer. Une heure plus tard, ils passent le pont. Ils peuvent désormais tomber sur un débarqué n'importe quand, et espérer qu'il ne panique pas en les voyant. Honey finit par tirer deux pommes de son sac, dont une qu'elle offre au garçon, qui mord avec plaisir dedans. Le jus lui coule sur le menton, qu'il essuie négligemment d'un revers de bras. Puis, il s'immobilise, arrête même de mâcher, quand la jeune fille lève la main. Elle a entendu du bruit, il la croit sans ciller. S'il n'était pas autant pris dans ses pensées, il aurait remarqué les changements visibles, audibles, qui marquent l'arrivée au campement des enfants du ciel. Mais il n'y a qu'un nom dans sa tête. Un nom parti pour toujours.

Une silhouette déboule de derrière un arbre et se fige, en les voyant tous deux sur leurs chevaux. Honey lève aussitôt les mains pour prouver sa venue pacifiste. Mewan la regarde sans bouger, avant de détailler la fille qui leur fait face et semble plutôt perplexe. Réaction normale. Ses cheveux sont trop blonds, presque blancs. Mewan trouve ça plutôt marrant. Elle a l'air plus âgée qu'eux deux et elle n'a pas peur de leur parler. Ni Honey de lui répondre. Mais à un moment donné, il sent qu'elle a besoin qu'il parle. Alors, il parle.

-Ouais, qu'il répond d'abord simplement, avant de poursuivre avec un sourire un peu pensif. J'ai promis à Thaïs que je l'emmènerai voir la mer. J'étais pas sûr qu'on s'en sortirait mais... le temps est venu que j'honore ma promesse.

Une drôle d'étincelle file dans les yeux de la blonde. Mewan a le sentiment que c'est gagné, pour une raison qu'il ignore. Il ne sait pas ce qu'il a pu dire qui l'ait convaincu mais elle se propose d'aller les chercher :

-Je ne sais pas, ce soir je dirai. Mais ils seront sains et sauf, si ça t'inquiète.

Oui, la guerre étant finie, même si des tensions subsistent, les dangers sont minimes. Et la nature se fige et se ralentit en période hivernale. Les animaux n'ont plus le courage de prendre des risques inconsidérés. Rien ne saurait les gêner dans leur progression jusqu'à la plage.
La jeune fille a filé. De longues minutes passent sans un bruit, sans que personne d'autre ne les croise. Mewan finit sa pomme bien tranquillement, en se demandant ce qu'il est advenu de Milaan, de Rose ou de Taël. Il préfère penser à eux plutôt qu'à lui. Lui qu'il a vu la première fois sur les falaises, avec qui il a ri la première fois sur la plage, qu'il a recroisé tant de fois à ce qu'ils deviennent amis. Lui qui est mort un peur par sa faute. Ca le bouffe.

L'arrivée de Thaïs et Liam le sort de ses sombres pensées. Il descend aussitôt de son cheval, se jetant au cou de la jeune fille. Si elle voulait pas, tant pis pour elle.

-Thaïs ! Je t'emmène voir la mer !

Un sourire immense étire ses lèvres tandis qu'il la tient par les épaules. Elle a grandi, un peu. Elle a aussi repris de belles couleurs, à vivre à nouveau bénie par le ciel et le soleil. Puis, il se tourne vers Liam.

-Toiiii, qu'il dit avec un petit air de demeuré avant de passer au ralenti un bras derrière son dos, accolade amicale  pour finalement lui donner une petite tape derrière la tête. Je t'en devais une, mec !

Son compagnon de cellule. Deux mois à ses côtés. Ça se fête. Rares sont ceux qui supportent Mewan aussi longtemps. A leurs côtés, surprise indéniable. Lui qui pensait à l'instant à ce qu'il avait bien pu arriver à ces deux-là. Taël et Rose. Les disparus.
Mewan a mille questions mais elles seront pour plus tard. Il s'avance vers eux deux et les gracie d'un sourire soulagé.

-Vous vous en êtes sortis... Mewan fait un drôle de volte-face, un peu exagéré pour qui ne le connaît pas vraiment, avant de sauter de joie. Oh oui, c'est une trop bonne journée qui s'annonce ! D'abord, vous êtes tous en vie. Et ensuite, il fait beau ! Profitons-en !

Mewan sait que ce n'est que du vent. Qu'il a dans le coeur une tâche qui grandit et l'empoisonne. Une marée noire qu'il se refuse de voir. Parce qu'il y a eu tant de mort. Et qu'il n'a pas encore versé de larmes.
Invité
Invité
Anonymous

Le vent nous portera. → Kidnappés Empty Re: Le vent nous portera. → Kidnappés

le Sam 12 Déc - 0:41
Lucie l'avait trouvée dans la tente de Logan, grande bâche vide depuis le départ du couple, quelques jours plus tôt. Elle ne se sentait pas spécialement triste, c'était inévitable. Ils s'étaient disputés, réconciliés et le sort avait été accepté. Ce n'aurait pas dû être une surprise, l'enfant connaissait mieux que quiconque les raisons qui poussaient Leny à fuir l'Odyssée et ceux qui y étaient enfermés. Et ils l'avaient laissés dans cette grande tente vide. Maintenant elle dormait avec Lucie et Siwan. Du moins elle fermait ses yeux là-bas. Et les rouvrait ici, emmitouflée dans des vieilles couvertures, priant pour que personne ne vienne réclamer cette tente. Une famille qu'ils disaient ... Tous le monde ment, tous le monde part, toujours. Mais, parfois, ils reviennent.

Mewan et Honey étaient juste là, à la lisière du bois, attendant pour eux. Mais oui, eux ! Il fallait tous le monde ! Thaïs oublia tout à la simple mention de leurs noms : la culpabilité, la tristesse, la nostalgie, les raisons pour lesquelles elle connaissait seulement les deux terriens, les autres qu'elles devraient être heureuse de trouver mais qui n'y sont pas. Effacer au vent par un coup de baguette ! Thaïs redevenait enfant autant que cela se pouvait. Elle ne pouvait complètement effacer le vide dans son regard mais elle le remplissait comme elle le pouvait avec un sourire, ne la blâmez pas. Tirant Liam par la manche, ne lui laissant que peu de choix sur sa décision, elle déballa à une vitesse folle ce que Lucie lui avait dit et ce qu'elle avait deviné. " Liam ! Ils sont là ! Pour nous ! On va partir à la mer, j'en suis sûre. Il a promis, tu te souviens ? Pour mon anniversaire ! C'était il y a longtemps, mais ça compte pas, pas vrai ? Oh ! Faut aller chercher Taël et Rose ! " Laissant Liam et Lucie continuer leur route vers la forêt, la fusée partit en courant en direction de l'infirmerie où elle était sûre de trouver ses anciens compagnons de cellules.

Ils ne s'étaient plus trop parlés depuis leur retour. Il y avait des morceaux brisés, des morceaux qui demandait une attention personnelle et du temps. Mais Thaïs ne voulait plus pleurer, pas aujourd'hui du moins. Elle avait besoin de l'illusion du bonheur, du masque de la joie pour quelques heures et peut-être que le masque pourrait se fondre sur son visage si elle le souhaitait très très fort. Elle trouva Taël et Rose et toujours aussi excitée, expliqua en quelques mots que Honey et Mewan les emmenait en balade tous les quatre, qu'il fallait se dépêcher et qu'elle devait rejoindre Liam avant qu'il arrive, qu'ils les attendraient et qu'ils avaient intérêt à venir. Sur ce, elle rejoignit le groupe, arrivant en même temps que Liam. La vue des deux terriens semblait irréel. Les voir ailleurs qu'entre ses murs était tout à fait invraisemblable. Thaïs se retrouva soudainement muette, prête à se réveiller, ou plutôt à voir le rêve tourner au cauchemar.

" - Thaïs ! Je t'emmène voir la mer ! "

Ce n'était pas un rêve, encore moins un cauchemar. Un large sourire s'étala sur ses lèvres alors qu'elle rendait le câlin à Mewan. " - T'es un peu en retard ! " Plaisanta-t-elle. Elle avait 15 ans maintenant, on ne plaisantait plus. La bonne humeur de Mewan était communicative. Thaïs en profita pour aller se loger dans les bras d'Honey pendant que Mewan s'occupait du cas de Liam. " Vous m'avez manqué. Les autres devraient arriver. "

Spoiler:
Désolée pour la qualité Le vent nous portera. → Kidnappés 480477335.
- Thaïs préviens juste Rose et Taël comme ça je reste cohérente avec vos posts, et elle bolige pas trop à venir (mais un peu quand même Le vent nous portera. → Kidnappés Icon_arrow).
Invité
Invité
Anonymous

Le vent nous portera. → Kidnappés Empty Re: Le vent nous portera. → Kidnappés

le Dim 20 Déc - 12:16
Profondément plongée dans ses songes, Rose triait tranquillement les nouveaux médicaments. Une activité certes peu enrichissante, mais qui permettait de rassurer grandement l’ancienne captive. En triant, elle calmait ses crises de folie, se concentrait sur une tâche définie et ne gênait personne. Son environnement réduit à néant, un feu pourrait se déclencher, embrasant son corps, étouffant ses sens, elle resterait là, les mains dans le fouillis de médicaments. Un dôme, une sécurité, elle se préservait du monde extérieur, loin de toute réalité. Le tumulte habituel de l’infirmerie ne gênait guère la demoiselle car elle ne l’entendait tout simplement plus. Bloquée dans son monde, étrangère aux autres, elle demeurait seule.

Pourtant une voix, une seule et une unique voix réussit l'interpeller, à éveiller des sens qu’elle n’avait réellement usé depuis un long moment. Douce, féminine et enfantine, Thaïs semblait lui parler. Son instinct protecteur en marche, elle dévia son attention sur l’enfant. Que ce passait-il ? Avait-elle besoin d’aide ? L’écoutant attentivement, Thaïs parla de Mewan et d’Honey, des noms qui éveillèrent d’autant plus l’intérêt de Rose. Au-delà de sa folie, leurs voix, leurs noms étaient synonymes de réconforts. Durant leurs longs mois de captivité, seule la présence des autres prisonniers lui permettait de s’attacher à la réalité. Que ce soit Taël, Liam, Thaïs, Mewan ou Honey chacun avait contribué à la préserver un tant soit un peu, à garder un minimum de lucidité dans ses heures les plus sombres. Grace à eux, Rose était encore récupérable.

Comprenant vaguement les paroles de la jeune fille, elle prit quelques longues secondes avant de réussir à faire le lien. Au final, elle comprit. Ils étaient là, non loin du campement. Regardant vaguement son environnement, elle fixa Taël un court instant puis se décida enfin à suivre Thaïs. D’un pas rapide, elle franchit une grande partie du campement, le regard fixé sur son objectif. Après une minute ou deux, elle arriva enfin à son but. Essoufflée, elle observa ces visages aussi étrangers que familiers. Rose voulait très certainement dire quelques choses, exprimer ses sentiments, y mettre des mots, mais cela faisait depuis tellement longtemps qu’elle n’avait usé de sa voix que rien à part un râle fit état de son ressentiment. Il fallait donc qu’elle s’exprime autrement.

D’un pas au rythme difficile, elle captura Honey et Mewan dans ses bras, sans un mot, sans un bruit. Elle était contente, rassurée. Drôlement Rose se sentait bien. Se décollant des deux natifs, elle les regarda, cherchant quoi dire. Peut-être réussirait-elle à s’exprimer ? Pourtant ce fut des larmes qui arrivèrent. Se mettant à pleurer à chaudes larmes, elle s’éloigna doucement de la joyeuse troupe et se lova contre un arbre pour se calmer. D’une grande instabilité émotionnelle, Rose gardait pas moins sa fierté et n’aimait se montrer faible face aux autres. Ainsi elle se calma dans son coin, réussissant à articuler qu’un minable « Pardon ». Depuis combien de temps n’avait-elle pas pleuré ?

Spoiler:
Rose est légèrement instable. Ne lui en voulait pas, faites lui des poutouts Le vent nous portera. → Kidnappés 2215546156
Taël D'Arbanville
- Hit the Road -
Taël D'Arbanville
DATE D'INSCRIPTION : 16/04/2015 PSEUDO/PRENOM : Isaïah/Burning Soul MULTICOMPTES : Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam MESSAGES : 13867 CELEBRITE : Aneurin Barnard COPYRIGHT : Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan METIER/APTITUDES : Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie TRIBU : Cent / Ex-kidnappé POINTS GAGNES : 267

Le vent nous portera. → Kidnappés Empty Re: Le vent nous portera. → Kidnappés

le Dim 20 Déc - 18:13


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Honey & Mewan & Liam & Thaïs & Rose & Taël



L'odeur forte de plantes médicinales lui chatouilla le nez le sortant du sommeil dans lequel il était plongé. Il releva la tête, essayant de se situer mais quelques boucles noires vinrent se perdre devant ses yeux. D'un geste de la main il les écarta pour découvrir Rose penchée sur ses fioles & co. il l'observa un moment avant de se lever, ni l'un ni l'autre ne s'adressaient encore la parole depuis leur retour. Ils guérissaient chacun de leur côté avant de pouvoir ouvrir à nouveau un dialogue. Tael se leva supposant qu'il serait temps pour lui de d'aller vérifier du coté des malades. Elle entra à ce moment comme une apparition. Thaïs. Elle se dirigea vers Rose mais lui lança un regard par la même occasion. Elle parla. A eux, à lui, à Rose, il n'écouta pas vraiment. On aurait pu croire qu'elle sautillait sur place, rapidement, le temps de quelques respirations, puis la voilà repartie. Et sur le front du bouclé se dessinait un grand point d'interrogation. De quoi s'agissait-il exactement ? Sa camarade visiblement avait reçu le message qui partie à la suite de la jeune fille ayant partagé la geôle à coté de la leur.

Tael hésita quelque peu, puis se décida à la suivre, curieux, ça l'interpellait, aussi indifférent que le jeune cuisinier voulu paraître, cette terrible expérience partagée  les liait d'une manière qu'il ne pouvait expliquer. Il voulait comprendre pourquoi cette soudaine intrusion dans leur petit cocon. N'aurait-elle pu expliquer ce qu'elle désirait sur place ? Pourquoi fallait-il courir aussi loin ? Mais il suivait poussé par il ne savait quel instinct qui le remuait entièrement de l'intérieur. D'ailleurs un moment il hésita, Les deux filles volaient trop vite, trop loin, maintenant elles sortaient du camp et ça lui plaisait beaucoup moins. Il manqua de faire machine arrière, mais un petit diablotin lui secoua le cerveau en criant *Non pas cette fois* Alors il reprit le chemin, accélérant le pas pour récupérer la distance semée entre lui et Elles. Au loin ses prunelles perçurent deux autres silhouettes, non trois, il se frotta les paupières avec force. Mais non là-bas les deux coureuses rejoignirent Liam, Honey et Mewan. Il s'étonna de la facilité avec laquelle ses prénoms resurgirent dans son esprit. Comme s'ils attendaient tapis dans l'ombre qu'il veuille enfin leur accorder une meilleure attention.

« Mer » voilà ce qu'il entendit en arrivant bon dernier, mais tout de suite il se rappela. Oui, certes on aurait pu penser qu'aussi hermétique qu'il paraissait, rien ne rentrait alors par ses oreilles. Mais bien que ce fut le but, ça il s'en remémorait bien. Une promesse à tenir. Alors oui il en serait, mais ne bougeait pas ne sachant plus trop comment il pourrait les abonder, bien que Mewan tenta de leur jouer un petit tour. Il enfonça ses mains dans ses poches, prêt pour le départ, car non il ne comptait pas les abandonner cette fois. Il restait un peu en retrait, veillant sur Rose, empreint de cette idée pêchée aux rayons des produits périmés, qu'il devait ne pas se tenir trop proche. Bien que muet si on y regardait mieux tout s'ouvrait chez  lui, le regard franc, le visage relevé et un sourire sur ses lèvres pour ses frères et sœurs kidnappés.


Dernière édition par Taël D'Arbanville le Ven 19 Fév - 10:06, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous

Le vent nous portera. → Kidnappés Empty Re: Le vent nous portera. → Kidnappés

le Jeu 24 Déc - 17:32
Retrouvailles.

Je n'étais pas tout à fait à mon aise, ici, dans cette forêt. Face à cette débarquée. J'avais foulé cette forêt maintes fois durant mon enfance, et pourtant, je m'y sentais presque étrangère aujourd'hui. Les âmes des morts hantaient toujours ces lieux, je pouvais presque les voir. Les sifflements du vent entre les arbres ressemblaient à leurs complaintes, maux des morts qui me poursuivaient sans cesse. Le sang qui palpitait contre ma peau battait à l'unisson avec celui qui tâchait les arbres, les rochers, la terre.
Alors, face à l'ange aux cheveux blancs, après nous avoir annoncé, je laissais la parole à Mewan. Après tout, aller voir la mer, c'était sa promesse – que nous tenions enfin. Finalement, la jeune femme s'enfonça dans les bois à leur recherche, et le silence nous recouvra une nouvelle fois. Je finissais ma pomme, en essayant de ne pas penser à des choses trop horribles. Nous n'avions pas eu de nouvelles de Milaan, Rose ou Taël après notre « libération ». Il y avait aussi l'éventualité … celle que Thaïs et Liam ne souhaitaient pas nous voir. Le silence était chargé d'émotions, et il me suffit d'un regard sur Mewan pour savoir que pour lui non plus, ce n'était pas simple.

Mais ils arrivent enfin. Liam et Thaïs. Nos compagnons de cellule, de galère, d'une longue page de notre vie que l'on aimerait oublier. Les voir, ça suffit à me rendre mon souffle, et j'imitais Mewan prestement, posant enfin mes pieds sur la terre ferme. C'était étrange de se revoir, libres, dans la forêt. De les revoir globalement propres et un peu plus gros que dans mes souvenirs. Cette pensée me fait sourire alors que Thaïs se réfugie dans les bras du Calusa, qui lui rappelle sa promesse écornée. Liam arrive, peu après elle, et Mewan libèra ma co-détenue, que je récupère aussitôt au creux de mes bras.
Ce moment, ça faisait tellement longtemps que je l'attendais, le redoutant même un peu. Tu m'as manqué ... on avait parlé en même temps, alors mon sourire s'élargit – deux secondes avant que la fin de sa phrase me surprenne un peu. Les autres …? L'espoir s'était réfugié au creux de mes cils, n'osant imaginer la bonne nouvelle. Rien que de voir les deux, c'était une bonne nouvelle. Alors je gardais encore un peu la jeune fille entre mes bras, elle qui avait passé tant de temps à me supporter. Il faudrait que je lui demande, pour son côté, si elle s'est rétablie convenablement. Mais pas tout de suite.
Pour le moment, deux nouvelles silhouettes approchaient. Celles à qui on avait pensé tout bas, dont le sort m'avait occupé des songes entiers. Ils étaient vivants, revenus de cet enfer. Rose me captura avec Mewan d'un même mouvement, et je glissais un bras sous son épaule et ma tête dans son cou, lui rendant son embrassade du mieux que je le pus. Je ne la connaissais pas aussi bien que Thaïs ou Liam, mais je comprenais la folie et le désespoir qui avaient été siens. Et qui l'étaient peut-être encore un peu – elle s'éloigna rapidement, et les larmes sur ses joues serrèrent mon coeur un peu plus. Son parcours étaient sans doute encore plus douloureux que le nôtre …
Mewan faisait le pitre un instant, et je continuais ma tournée d'embrassade, réchauffée par leurs attitudes. Taël, d'abord. Il était trop silencieux, presque indéchiffrable. La seule chose dont j'étais sûre à son propos, c'était que nous partagions les mêmes blessures. J'écartais distraitement une mèche de cheveux de son visage, accompagnant mon geste de quelques mots : Je suis contente de vous voir, tous les deux. Vivants. Je jetais un coup d'oeil à Rose, qui s'était éloignée : il l'avait beaucoup soutenue durant notre captivité, et c'était un moyen de le remercier, pour ça aussi. Enfin, je reportais mon attention sur Liam. Il avait été le spectateur malgré lui de mes sautes d'humeur, et je n'étais toujours pas sûre de ses sentiments à mon égard.
Je m'approchais doucement de lui – pour ne pas le voir s'enfuir – et l'enlaçais à son tour. Pas d'exceptions aujourd'hui. Tout le monde recevait un câlin, tout le monde avait les prunelles empreintes d'une tristesse infinie, qu'il ou elle cachait avec plus ou moins de réussite. Je restais bouche bée face à Liam, ne sachant pas trop quoi lui dire – juste un sourire sincère, pour couvrir son innocence brûlée.
On y va ? Je lançais à l'assemblée, avant d'adresser la suite du message à Mewan, plus particulièrement : Sinon, on ne sera jamais rentrés avant ce soir ... Tout dépendait de ce qu'on entendait par « soir », mais ces derniers temps, la nuit tombait vite sur les villages. Il y avait beaucoup d'endroits où l'on pouvait aller voir la mer dans ce coin là, mais je supposais que nous n'allions pas prendre le risque d'aller au plus près, pour tomber sur d'autres débarqués.


HJ:
Des poutous pour tout le monde Le vent nous portera. → Kidnappés 2215546156 Le vent nous portera. → Kidnappés 658826116
Si personne poupoute Rose d'ici mon prochain post je le ferai Le vent nous portera. → Kidnappés 665777697 Et sinon je crois qu'on peut ellipser le trajet, je sais pas ce que vous en pensez ? Le vent nous portera. → Kidnappés 3759269684
Liam Cohen
Admin - Supermassive Black Hole
Liam Cohen
DATE D'INSCRIPTION : 04/11/2014 PSEUDO/PRENOM : Mystery Light MULTICOMPTES : Elijah & Near & Saoirse & Cassandre & Jade MESSAGES : 30586 CELEBRITE : Thomas B.-Sangster COPYRIGHT : @Gallifreys. Signa HERESY METIER/APTITUDES : ancien patrouilleur, désormais leader diplomatie. TRIBU : Cent (ancien kidnappé) POINTS GAGNES : 163
Admin - Supermassive Black Hole

Le vent nous portera. → Kidnappés Empty Re: Le vent nous portera. → Kidnappés

le Lun 28 Déc - 2:54


C’était bizarre de se retrouver avec eux après tout ce temps. Liam ne savait pas tellement comment il devait se comporter. Il n’arrivait pas à être aussi à l’aise avec des personnes qu’il n’aurait probablement jamais rencontré s’il ne s’était pas vu forçé de les côtoyer pendant un temps qui lui avait parut démesurément long.

« Thaïs ! Je t'emmène voir la mer ! »

Oh, c’était donc ça tout ce remue ménage ? La mer. Il se souvient maintenant de ce qu’ils lui ont promis un peu tous. Quand l’espoir n’était pas encre totalement perdu, cette promesse était tombée et Liam avait l'avait oubliée. Pas Mewan et Honey. Il avait oublié la sienne. Il y était allé avec quelqu’un d’autre mais ne se sentait pas forcément embarrassé. Il ne la regrettait pas son escapade avec Siwan. « Tu verras Thaïs, c’est chouette la mer. » Même si ça fait un peu peur au début, si l’eau salée c’est infect et si des bêbêtes parfois étranges s’y trouvent sous tes pieds. Il faut juste faire attention ne pas aller trop loin dans l’eau. Il hoche la tête et un petit sourire s’affiche sur son visage tout en espérant qu’ils n’y mettront pas les pieds. Elle doit être froide. Mais cette fois il a le pull qu’Aura lui a offert et aucune bestiole ne sera présente pour saccager ses affaires. Leurs affaires. De toute façon par ce temps même si le soleil était haut, l'eau devait être sacrément froide et il fallait donc être sacrément suicidaire pour y mettre les pieds. Ce qu'il n'était pas.

« Toiiii » Hun ? Moi quoi ? Il n’a pas le temps d’essayer de se souvenir que le brun se rapproche tant et si bien que le blondinet a bien envie de reculer mais est pris de vitesse par Mewan qui en profite pour se venger d’une tape sur la tête reçue pour il ne sait plus trop quelle raison. Il roule des yeux mais sourit quand même. Un peu. Ca fait du bien de se retrouver hors du campement, loin de ceux face à qui il ne sait plus trop quoi dire les trois quart du temps. Pas tous. Mais pour la plupart.

Il ne sait pas s’il va bien comme Mewan le clame mais puisque c’est ce qu’il souhaite, Liam n’observe pas plus loin que la façade qu’il leur donne. Liam c’est différent. Il ne cache pas forcément que ce n’est pas trop la joie. C’est l’inverse. C’est comme s’il se forçait. Et c’est peut-être encore un peu le cas. Ca l’est moins qu’au début de leur retrouvailles, ça le sera sans doute encore moins au cours de leur journée, nul ne peut savoir. Pour le moment, oui, avec précaution aussi, il va hocher la tête et lever la tête vers le ciel pour regarder le soleil qui tente de les réchauffer du mieux qu’il peut. En espérant que Mewan ait raison, que l’orage ne se pointera pas en plein milieu pour leur faire une vilaine blague. Quand il baisse la tête c’est pour s’apercevoir que Rose et Taël les ont rejoints et Liam est ravi. Il l’est peut-être un peu moins quand il suit du regard la jeune femme qui semble agir étrangement ces derniers temps. Il se souvient encore de ses crises d’angoisse dans sa cellule avec Taël et de l’inquiétude. Celle de ne pas savoir ce qu’il se tramait. Et, quelque part, c’était un peu toujours le cas. Il n’aime pas la voir dans cet état.

Il n’aime voir personne dans cet état. Si bien qu’il se dirige vers elle et l’arbre contre lequel elle s’était lovée. Il contourna l’arbre pour lui faire face et chassa d’une douceur infinie les larmes salées qui refusaient de se déloger de ses joues. Sa voix se fit basse pour ne pas qu’ils l'entendent. Peut-être s’étaient-ils rapprochés. Mais au final, il s’en fichait bien. Il se refusait de la laisser seule, dans son coin. « Rose. Tout va bien. » Pour le moment. Ils le savaient tous. Pour le moment. « Ce n’est pas un crime de pleurer, tu sais. », souffla t-il en se levant tout en l’enjoignant à faire de même. Lui-même avait beaucoup pleuré. « Tu verras, l’air marin nous fera du bien. C’est décompressant. » Il ne savait pas si elle aussi avait pu voir la mer. Il avait juste l’impression qu’elle allait déjà un peu mieux. « Y’aura peut-être des crabes qui vont nous pincer les pieds mais ce qu’ils ne savent pas c’est qu’en vengeance ils finiront dans notre estomac. » Petits vicieux qu’ils étaient ces êtres humains. Il était un peu maladroit, peut-être mais d’un autre côté cela semblait fonctionner. « Mewan et Honey vont nous y emmener et on va bien se changer les idées tu vas voir, ça va être super. » Parler aux autres, il savait plus ou moins bien faire. Les consoler, aussi. Et si pour les câlins, ce n’était pas encore gagné, celui-ci vint naturellement même s’il fut sans nul doute des plus maladroits. Non. Décidément non. Il n’aimait voir personne dans cet état là.

Encore moins ces quatre-là.

Invité
Invité
Anonymous

Le vent nous portera. → Kidnappés Empty Re: Le vent nous portera. → Kidnappés

le Mer 6 Jan - 22:07

go to see the sea

Fiche bye Ethna


Ce bonheur qui l'enveloppe de la présence de ses amis comble un peu le vide qui le nourrit depuis des semaines. Naïvement, Mewan se laisse croire qu'il pourra oublier le chagrin qui le hante et son visage est inondé d'une lumière fabuleuse. Thaïs a beau le charrier, elle ne cherche nullement à dissimuler le plaisir de les voir, Honey et lui, et cet écho à sa propre joie la fait croître exponentiellement. Même Liam, avec ses manières froides et désabusées, paraît content de les voir aux portes de leur campement. Tout ce chemin n'aura, finalement, pas été vain. Du tout.
Rose et Taël, tout juste arrivés, font battre son coeur en miette d'un soulagement bruyant. Perdus dans la foule rahjake, les voilà revenus indemnes ou presque. L'étreinte de la jeune fille le rassure premièrement avant de la voir fondre en larmes et s'éloigner. Une petite voix dans sa tête lui souffle qu'il n'est pas le seul à avoir souffert des récents événements. Il se fait toutefois promettre de garder les ressentiments et les noires pensées bien enfermées dans son coeur doublement scellé. L'heure n'est pas aux larmes pour lui. Elles tomberont plus tard, dans d'autres lieux et en d'autres compagnies.
Après que Liam ait calmé et rassuré Rose, partie par fierté cacher ses larmes aux yeux des autres, Honey invite tout le monde à partir. Après tout, à se bécoter et à s'enlacer, ils perdent du temps sur la journée qui ne les attend pas pour filer.

-Oui, allons-y let's go.

Mewan remonte sur son cheval, et tend la main à Rose pour qu'elle se glisse derrière lui. Il n'est pas sûr qu'elle accepte alors il tente de la convaincre en proposant son idée :

-Ca vous va si on tourne sur les chevaux ? J'pense que si on se relaie, voire qu'on court un peu, on sera plus vite arrivés.

D'un geste de la tête, il cherche Honey des yeux en espérant qu'elle lui donne raison. En soit, l'idée est bonne. Il n'est pas bon en mathématiques, Mewan. A vrai dire, il n'a jamais eu besoin de compter. Pourtant, il sait que les chiffres existent, et que par le passé, maints peuples savaient les manier. Mais l'ère des nombres est passée désormais. Alors, il se repère aux unités de mesure qu'il connaît et côtoie. Le temps et ses minutes, les distances et ses lieues. D'expérience, il estime la plage à deux heures ou trois de là où ils se trouvent. La mer est bien plus près, bien sûr. Mais il veut perdre ses convives dans l'horizon de sable immaculé. Et pour cela, il doit s'éloigner un peu, rien qu'un peu.
Tous s'accordent sur ses mots et Liam et Taël clopinent aux côtés des deux montures lestées. Au bout d'un moment, ils échangent, mais seul Mewan descend. Rien ne sert à Honey ou Thaïs de descendre : elles sont moins lourdes à elles deux que le paquetage que l'animal transporte depuis son propre village. Alors, il en profite pour allonger les foulées et rattraper le soleil qui a déjà atteint le point culminant de son ascension. Le garçon n'est pas spécialement sportif, et l'air vient à lui manquer comme autant de ses amis perdus dans la guerre passée. Mais il s'efforce de garder le cap, en silence, tandis que les autres discutent parfois de tout et de rien. Honey raconte un peu ce qu'elle vit, chez les Pikunis, depuis son retour et la fin des combats. Thaïs explique qu'elle s'est remise à la cuisine. Puis ils se sont amusés à comparer leurs dialectes, à traduire certains mots et à baragouiner des phrases en tridalseng pour les débarqués et en anglais pour Honey. Rose n'a pas pleuré.
Sous ses pas, Mewan sent la terre changer, se faire plus meuble. Le sable la remplace comme un appel de cet océan qui bientôt va apparaître devant lui. Il sent son corps le picoter en souvenir des cristaux de sel que l'eau sur sa peau a mille fois laissés. Son coeur palpite d'avoir trop couru et d'être enfin arrivé. Devant eux, le dernier rempart à l'eau pétillante de soleil : une dune à peine plus haute que trois chevaux au garrot, à gravir à pieds.

-On... on y est presque, tout le monde descend. Sinon, les chevaux vont nous haïr, explique-t-il en s'efforçant de rester droit quand son unique envie est de courber l'échine pour se reposer.

Les derniers mètres sont pour lui les plus euphorisants. Le vent iodé se met à frapper plus fort, à soulever les cheveux et le sable. Ses muscles sont douloureux mais sa passion le soulève. Il lui tarde de glisser ses chevilles dans l'eau glacée et de s'étaler de tout son long dans le sable. Il accélère jusqu'à voir enfin l'océan. Tout en haut de la dune, il se sent comme le roi du monde, de l'univers même.

-Youhouuuuuu.

Et la fatigue disparaît. Il n'attend pas les autres, derrière lui, avant de s'élancer en courant dans la descente. La vitesse le fauche en plein milieu et il roule sur les derniers mètres. Un brin sonné, le sourire jusqu'aux oreilles, il se relève et enlève ce qui lui sert de tee-shirt. Il fait froid, en novembre. Mais Mewan meurt de chaud, après avoir tant couru et la pudeur n'est pas dans ses gènes. Il se retourne alors que le sable sous ses pieds passe de sec à humide.

-Allez venez ! Hurle-t-il en écartant les bras de toute leur longueur. Regarde Thaïs : c'est la plage ! JOYEUX ANNIVERSAIRE !
Invité
Invité
Anonymous

Le vent nous portera. → Kidnappés Empty Re: Le vent nous portera. → Kidnappés

le Sam 9 Jan - 20:43
Plongée dans les bras d'Honey, elle a la sensation d'avoir attendue sans le savoir ce moment depuis leur libération. Ce devait être simple, ils étaient supposées être à la fin de leurs épreuves quand les Naoris sont venu les chercher. Mais ce n'était que le début de l'étouffement, du lent plongeon dans les sables mouvants. Ils avaient le fardeau de la guerre sur chacune de leurs épaules. Quand ils se regardaient, ils ne devraient voir que l'ennemi, le responsable des afflux de sang et le rappel constant de l'enfer désertique qui les poursuivait dans leurs songes. Mais il n'y avait rien de tout cela. Parce que quand le parfum doux de la métisse lui parvenait, l'absence de celui des cellules lui tirait un sourire de revanche. Ils l'avaient fait. Peu importe à quel point ils étaient endommagés, ils avaient survécus. Ils étaient vivants. Et pour ces quelques heures, c'était suffisant. Et foutrement jouissif.

Rose arriva bientôt derrière eux, quelques temps après suivait Taël. Les deux abandonnés sur place. Ceux pour qui ils n'avaient pas eu assez de courage pour revenir, aucun scrupule à laisser derrière jusqu'à ce qu'ils soient en sécurité. La culpabilité pinça son coeur. Rose fondit bientôt en larmes et s'éclipsa un peu plus loin, suivi de prés par Liam. Elle était sans doute celle qui avait le plus souffert de leur petite expérience commune. Elle aurait voulu aller la réconforter mais elle ne savait ni comment ni si elle en avait bien le droit.

Honey les poussa alors vers le départ. Thaïs n'avait aucune idée à quel distance pouvait bien être la mer, elle savait seulement que c'était plus loin que tout ce qu'elle avait plus explorer jusqu'à présent. L'excitation la tenait à peine en place. S'approchant naturellement de la terrienne pour grimper sur la bête avec son aide, le groupe ne tarda pas à s'organiser. Comme Mewan le suggérait, certains marchaient et parfois couraient à côtés de ceux qui avaient le privilège de contempler le monde d'un poney. Et comme le chemin est long et que les retrouvailles sont douces, les langues se délièrent. L'adolescente s'emporte sur les sujets futiles qui rythment encore sa vie comme la cuisine, cherchant le regard de Taël pour l'appuyer quand elle affirme faire des progrès (qui peuvent certainement être discutable du point de vu du cuisinier). A mi-chemin, Mewan prit la place des coureurs. Quelques temps plus tard, la petite ingénue, et surtout très têtue, insista pour avoir son temps à courir aussi. Sans qu'ils ne puissent la dissuader déjà s'élançait-elle à l'avant, bientôt rattrapée par Mewan. Après tout, Thaïs s'entraînait tous les jours, comme tous les autres aux camps. Elle ne donnait l'opportunité à personne de lui rappeler sa taille, ses os fragiles et ses muscles encore bien cachés.

La mer n'était plus très loin. Une grande étendue d'eau lui avait-on appris. Une histoire de crabes selon Liam. Ses tâches bleues qu'elle voyait du hublot. Mais pour autant, elle ne savait pas à quoi s'attendre.

Une dune. Un gros tas de sable qui gardait l'eau précieusement. La dernière épreuve qui les força à se séparer des chevaux. Attrapant la main de Rose pour qu'elle aille plus vite, elle suivit le calusa en sautillant sur place. Le sable s'insinua dans ses chaussures sans procès, alourdissant ses pas déjà bien maladroit par l'effort et le sol glissant. Arrivée au sommet, ses iris s'arrondirent sous la découverte. Le vent lui fouettait le visage, comme s'il lui balançait toute la force de l'océan en une bourrasque. Pour la première fois, elle admirait l'infinie. Elle contemplait l'horizon se courber sous l'inclinaison de la Terre.  

-Youhouuuuuu.

Le cri la fait sursauter puis éclater de rire. Le terrien déboulait en bas de la dune comme une fusée et ... Atterrissage loupé ! Elle enleva alors ses chaussures et les tenant bien à bout de bras, elle imita le grand brun et courut sans peur dans le sable en descente. A bout de souffle, elle s'en fichait. Vivre dans l'instant sans réfléchir, c'est tout ce dont elle avait besoin. L'enfant relève le bas de son pantalon et laisse la mer venir à elle avec ses petites vaguelettes qui viennent mourir au bout de ses orteils. Elle a du mal à détacher son regard de l'horizon.

" - C'est le meilleur anniversaire du monde. " Murmura-t-elle. Celui qu'elle devait passer avec Solel. Celui qu'elle avait finalement été heureuse d'avoir passé dans le désert pour ne pas avoir à y penser. Et qui se révélait pouvoir être comme un rêve éveillé malgré tout. Puisqu'elle était curieuse, elle enchaîna. " - Dis Mewan, il est comment ton bateau ? " Evidemment, elle se souvenait. Elle se demandait jusqu'où il pouvait aller avec. Elle se demandait combien de jours cela prendrait d'aller de l'autre côté, sur cette terre qu'elle ne pouvait pas même apercevoir au-delà des flots. Elle se retourna alors pour voir ce que faisait les autres.
Invité
Invité
Anonymous

Le vent nous portera. → Kidnappés Empty Re: Le vent nous portera. → Kidnappés

le Dim 10 Jan - 15:45
Leur voix, Rose les entendait parfois dans ses rêves et ses cauchemars. Un point d’accroche, elles étaient le concret parmi l’abstrait. Les voix ne disaient rien, rien qu’y n’avait un sens, c’était juste des voix, les seules qu’elle avait eu droit d’entendre durant de long mois. Plongée dans sa folie, son subconscient avait enregistré certaine chose qu’elle n’aurait jamais imaginée. Des choses banales qu’elle n’aurait pas réellement fait attention. Le timbre de leur voix ou encore leurs intonations. Unique à chacun, révélateur de leur état d’esprit. Elle n’avait pas les visages, ni même réellement les noms, mais elle savait les différencier, savait à qui appartenait telle parole. D’ailleurs en parlant de parole, elle savait parfaitement qu’ils avaient eu des conversations, de longues conversations, mais son esprit absent les avait rendu incompréhensible, sans réel sens. Quand bien même elle savait ce qu’ils ressentaient, elle ne savait clairement pas ce qu’ils se disaient. Honey avait ce timbre de voix agréable. Tel un oiseau chantonnant, sa voix claironnait des mélodies, calmant les ardeurs. Féminine, son timbre se différenciait de celle de Thaïs, principalement par une maturité qu’imposait l’âge. De son côté la jeune cadette que formait la triste équipe des kidnappés, avait certes une voix plus enfantine mais aussi plus imposante, raisonnant plus aisément dans l’esprit de la soigneuse. Ternies par les événements, ses intonations demeuraient tout même plus joyeuses que les autres, marquant une vie et un espoir que Rose avait quitté depuis bien longtemps. Mewan quand à lui avait ce timbre enjôleur qui calmait les peurs et les angoisses. Avec le temps, elle avait appris à déterminer à quel moment il s’apprêtait à blaguer, dédramatisant la situation. De son côté, Liam se différenciait des autres grâce à un timbre certes moins optimiste, mais davantage calme et réfléchi. Ses intonations étaient plus mesurées et ses interventions moins nombreuses et moins longues. L’entendre permettait à Rose de sortir de l’irréalisme qu’induisait sa folie et de se centrer sur ce qui était réel. Elle lui devait d’ailleurs certaine phase de lucidité. Pour finir, le timbre de Taël, celui qu’elle avait eu longtemps l’occasion d’entendre bien avant ces tristes événements avait quelque peu changé. Plus alerte, plus roque, sa voix permettait à Rose de déterminer la situation, de savoir que malgré ses absences, elle était en danger qu’il fallait donc se terrer au lieu de passer son temps crier follement dans les geôles. Chacun à sa manière lui avait permis de maintenir la tête en dehors de l’eau, lui évitant de sombrer dans les abysses de la folie.  

Depuis son retour, la jeune soigneuse n’y avait plus pensé, enfermée dans ses délires. Pourtant quand Thaïs de sa douce voix vint annoncer la présence de Mewan et Honey, elle ne put que la suivre, recherchant le confort de personnes à qui elle devait tant. Arrivée en face d’eux, elle n’avait pu s’empêcher d’exprimer une joie qu’elle n’avait aucunement eu l’occasion d’exprimer avant. Les enlaçant doucement, se lovant contre ces corps à la fois inconnus et familiers, elle ne pipa mot. La joie se transforma rapidement en pleure. Pourquoi pleurait-elle ? Elle-même ne le savait pas, mais depuis son retour, elle vivait aux grès de ses sentiments. Sentant une gêne accaparer ses larmes, elle tenta de se cacher derrière un arbre, calmant sa faiblesse. Marmonnant des excuses, elle prit l’arbre comme support et l’enlaça. La sensation n’était pas agréable mais au moins elle n’occasionnait de gêne à personne d’autre que le tronc lui-même. Tentant de mettre fin à ses pleurs, elle sentit une présence familière se poster à côté d’elle. C’était Liam. De sa voix calme, il lui intima que tout allait bien et que pleurer n’était pas un crime. Écoutant des paroles qu’elle arrivait dorénavant à trouver le sens, elle le laissa effacer ses larmes. Sa phase de stresse se calma doucement, laissant place à l’agréable sensation de bien-être qui venait après les larmes. Parlant d’air marin, l’image de la mer induisit une certaine tranquillité dans l’esprit de Rose. Elle avait encore l’image de la plage et du silence que lui avait offert Hyacinthe. Se sentant mieux, elle esquissa un faible sourire à l’évocation des crabes. Dorénavant Rose voulait voir la mer. Hochant de la tête, elle le laissa doucement l’enlacer. Peut-être était-ce maladroit, mais la jeune femme ressentait davantage une sensation de réconfort. Il n’était plus dans leur geôle et dorénavant ils étaient libres. « Merci Liam » finit-elle par articuler de sa voix enrouée.

Quand ils se détachèrent, ils revinrent doucement auprès de la petite troupe. Observant les visages, la demoiselle demeura silencieuse. Elle profitait d’un droit dont elle avait longtemps été privée, le droit de les voir en chair et en os. Quand l’heure du départ arriva, Mewan lui proposa de montrer sur cette drôle de bête en sa compagnie. Prise au dépourvue, elle accepta finalement, elle laissera la place à Taël ou Liam dans quelques heures. Pouvait-elle courir ? Elle n’en savait rien. Le chemin débutant, elle écouta attentivement les autres. Une part d’excitation face à ce voyage non prévu, la rendit heureuse. Ainsi elle ne dut aucunement faire face à ses sautes d’humeur, souriant sur tout le trajet. Se relayant le cheval, elle avait couru un peu et avait tenté de s’adresser à Taël, sans trouver réellement quoi lui dire. Malgré les kilomètres avalés, le trajet fut rapide, rythmé par ces voix agréables et joyeuses. Quand enfin les premiers signes de plage apparurent, l’appréhension monta d’un cran. Quelques mètres supplémentaires et les voilà devant une dune que les chevaux ne pouvaient franchir aisément. Ainsi descendant de leur monture, la suite se fera à pied. La mer n’était de toute manière plus très loin, elle entendait le remoud des vagues. Regardant Mewan s’élancer sur la dune, elle sentit la main de Thaïs l’agripper pour la mener au sommet de l’énorme tas de sables. Tentant de suivre son rythme, elle réussit enfin à atteindre le point culminant, riant aux éclats quand elle vit Mewan se rétamer l’autre côté de la dune. « Youhouuuu » fit-elle moins énergique, mais révélateur de son état d’esprit. Regardant Thaïs descendre imprudemment, Rose prit davantage de temps. Se tournant vers Taël, elle se risqua à lui sourire et doucement entama sa descente. Ce fut sans compter sur sa maladresse qu’elle finit sur les fesses dévalant les quelques petits mètres tel une descente d’un toboggan. Arrivant en bas, elle se releva rapidement. La mer était là, mouvante, presque à ses pieds. Souhaitant en profiter, elle demeura bloquée sur l’eau, son visage devenu blanc. Depuis qu’elle avait failli se noyer dans la rivière, chaque eau un peu trop mouvante la faisait flipper. Une phobie qui gâchait beaucoup. Se tournant vers Honey, elle lui agrippa sa manche, son expression très certainement alertée. « Je… Je… » S’éloignant de l’eau, la peur que la marée l’emporte, l’obligea à fuir. Quand elle arriva près de la dune, elle resta pétrifiée. Pas moyen, l’eau ne l’atteindra pas. Elle voulait voir la mer, mais aucun cas s’y baigner. Ainsi elle préférait les observer de loin.
Taël D'Arbanville
- Hit the Road -
Taël D'Arbanville
DATE D'INSCRIPTION : 16/04/2015 PSEUDO/PRENOM : Isaïah/Burning Soul MULTICOMPTES : Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam MESSAGES : 13867 CELEBRITE : Aneurin Barnard COPYRIGHT : Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan METIER/APTITUDES : Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie TRIBU : Cent / Ex-kidnappé POINTS GAGNES : 267

Le vent nous portera. → Kidnappés Empty Re: Le vent nous portera. → Kidnappés

le Lun 11 Jan - 20:15


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Honey & Mewan & Liam & Thaïs & Rose & Taël



Maintenant qu'il se trouve prêt d'eux il se rend seulement compte qu'il à franchit le limites interdites dessinées dans sa tête. Au-delà de l'infirmerie ou il passe la plupart de son temps, de sa tente ou il dort à nouveau depuis peu, du feu de camp ou il aime rêvasser, et du ruisseau car il faut bien se débarbouiller. Et la crasse désormais il la fuit comme la peste. Et voilà finalement le ciel ne fait pas mine de lui tomber sur la tête. Il observe un peu éloigné chacun d'eux, il ne se trouve aucun reproche en son cœur, ni amertume, ils sont tous là, vivants, il souffle de soulagement. Voilà tout ce qu'il désirait, mais il n'en savait rien, Abimé dans son traumatisme, refusant de parler il n'a pas su pour ces échanges qui ont pu avoir lieu dans la clairière. Maintenant oui, même si parfois ça reste compliqué de se concentrer trop longtemps. Inquiet pour Rose, Toujours, il voit que Liam la rassure, ça ne peut que lui faire du bien. Alors il se fait surprendre par Honey, il ne la vit pas venir, Il frissonna  légèrement quand elle écarta sa boucle rebelle, car généralement il refusait le contact, mais il ne recula pas. Et quand elle le remercia il saisit sa main avant qu'elle ne retourne vers les autres.« Moi aussi tous les deux Mewan et toi  »murmura t-il avant de libérer.

Comme les autres. Tous il les chérissait dans sa tête, il ne l'exprimait simplement pas, ou très difficilement. Certainement il apprendrait si la vie lui en laissait l'occasion. Alors quand il se rapproche, il n'a pas tout entendu mais les ex kidnappés regorgent d'espérance. Bien sur ça ne durera pas, mais pourquoi y penser maintenant, il sera temps quand les problèmes leurs chatouilleront à nouveau le nez. Et il refuse de s'enfermer une nouvelle fois dans sa tour comme à son arrivée sur terre. Alors les fenêtres en sont déjà ouvertes ainsi que la porte, il lui suffira d'en sortir et de s'aventurer chaque jour un peu plus loin. On leur propose de monter sur le cheval à tour de rôle, le bouclé n'y voit pas d'inconvénient, et même il laissera plusieurs fois passé son tour pour que Rose ne doive pas trop marcher. Il sait qu'elle n'y verra rien et c'est tant mieux. Et quand Liam lèvera un œil étonné, Tael lui fera signe de se taire avec un léger sourire. Il comprendra le malin garnement et ne s'y opposera pas, car même si ils ne le parlent pas, Le cuisinier sait que son compagnon d'infortune apprécie Rose. Et quand Thaïs évoquera ses progrès en cuisine en le regardant il l’appuiera avec un *Oui* enthousiaste alors qu'il n'a plus osé se rendre dans le garde manger depuis son retour. Certainement elle doit être bien meilleur que lui dorénavant.

Et les voila enfin arrivés, Il sera le bon dernier à se précipiter regardant les autres courir. Le parcours lui à semblé si rapide, certainement parce que plus aucun d'eux ne se trouvaient enchainés, emprisonnés, retenus contre leur volonté, imaginant que leur vie pouvait prendre fin à tout moment ou pire encore. Tael ose à peine évoquer le mot *Merveilleux*. Pourquoi rester sur la réserve ? Lui aussi pour une fois il pouvait hurler, courir, rire et montrer sa joie. Il s'élança passant à coté de Rose le derrière dans le sable, il lui effleura amicalement les cheveux, puis continua. Quand l'eau lui lécha les souliers il hurla à son tour « bon anniversaire Thaïs ». Puis il se recula et écrivit de son doigt un nom sur le sable. Milaan. Comme ça lui aussi pour quelques minutes serait avec eux, prêt de cet océan tant rêvé. Une façon de lui dire adieu aussi. Il admira alors l'horizon, ressenti cette impression de grandeur et d'infini, un sentiment difficile à décrire qu'il découvrait face à cette immense étendue d'eau. Impressionné il ne savait pas s'en détacher. Ainsi pendant quelques minutes il perdit de vue les autres, continuant à les entendre distraitement. Le bouclé ne vit donc pas Rose se rapprocher du liquide bleu puis prendre peur à son contact. Il ne connaissait pas non plus toute son histoire, et ignorait qu'elle faillit se noyer un jour, sinon il aurait été plus vigilent. Alors quand il se  décida à cesser d'admirer l'étendue mouvante en face de lui, il voulu partager ses impressions. Il dut se retourner complétement pour apercevoir la jeune fille, complétement figée, effrayée visiblement, probablement reprise par une de ses phases de folie. Bien entendu elle ne devait pas rester dans cet état et il s'apprêtait à la rejoindre quand il s'aperçut que d'autres plus attentifs arrivaient prêt d'elle.

Spoiler:
Comme c'est prévu qu'on se rapproche plus tard avec Rose, Tael vous laisse le soin de bien vous occuper d'elle.  Le vent nous portera. → Kidnappés 2172867377 Le vent nous portera. → Kidnappés 4019252855 Rose


Dernière édition par Taël D'Arbanville le Ven 19 Fév - 10:05, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous

Le vent nous portera. → Kidnappés Empty Re: Le vent nous portera. → Kidnappés

le Jeu 14 Jan - 21:14
Voyage.

Dans ma tournée de câlins, Taël m'accrocha, quelques secondes de plus. Il me retint vivement, et me retourna mes paroles. Pourtant, j'étais amère – rapide sentiment bien vite oublié – puisque nous … nous tous … nous n'étions pas retournés dans la cité du désert. Pour les sauver. Nous étions trop faibles de toute manière, nous n'aurions rien pu changer à leur destin … Mais pourtant, cette culpabilité du survivant, revenait parfois me hanter dans mes songes. Je pouvais comprendre qu'il soit content de nous revoir. Hors de notre calvaire. Et pourtant, une partie de moi n'était pas d'accord avec lui. Une partie de moi, à sa place, aurait la haine, pour avoir foulé le sol de nos geôliers plus longtemps que les autres. Comme si le sort s'acharnait. Je ne poserai pas la question, pas tout de suite – mais peut-être que ma curiosité me poussera, plus tard, à leur demander ce qu'il s'est passé, après. Ou peut-être qu'ils en parleront d'eux-mêmes …
Mais au moins, nous sommes tous là. Du moins … Presque. Mais tous les six, nous avions fait ce bout de chemin ensemble, et ça me réjouissait de les revoir. Un peu plus charnus, et un peu moins blessés. Finalement, une fois que tout le monde s'est retrouvé (ou perdu, à voir Rose), je nous presse un peu pour partir. Nous n'avions pas divergé avec Mewan, pour savoir où les emmener, voir la mer, mais je supposais que nous n'allions pas aller juste à côté.
Le seul souci … C'était qu'avec la venue de Rose et Taël, nous ne pouvions pas emmener tout le monde sur nos chevaux. Pourtant Mewan monte sans hésitation sur sa monture, et balaie mes brèves interrogations en deux phrases. Pourtant, il me regarde comme s'il cherchait mon approbation … Et bah, il va pas être déçu. On aurait dû emmener un autre cheval avec nous mais … oui. C'est juste que … Je regardais la tête de mule qui me servait de cheval et me sentis obligée de tous les prévenir. Comme ça, ils ne seraient pas pris de court, plus tard. Si je descend du mien, il y a de fortes chances pour qu'il refuse de bouger, ensuite. D'aussi loin que je me souvenais, je connaissais ce cheval. C'était avec lui que j'avais appris à monter sur autre chose qu'un poney, et il avait été la fierté de mon père. Son seul héritage. Je ne me souvenais pas d'une seule fois où il avait accepté quelqu'un d'autre que ma sœur ou moi sur son dos, après sa disparition. Il tolérait qu'on le charge ou qu'on l'attelle, mais il finissait toujours par être nerveux. C'était d'ailleurs avec grand étonnement que j'avais constaté, à mon retour du désert, qu'il était toujours en vie. Pour certains, le pauvre devait sans doute valoir plus mort que vivant …
Mais comme tout le monde avait l'air partant … j'aidais Thaïs à monter sur mon cheval, avant que la troupe ne décolle.

La route est longue, et on aborde quelques sujets de discussion, pour faire passer le temps. Mais finalement, je me mords l'intérieur des lèvres, en voyant les pauvres se relayer à courir. Je les avais vu souffrir, et d'une certaine manière, aujourd'hui, je ne partageais pas leur souffrance. C'était étrange. Alors, je me promis de les aider sur la plage, pour compenser. Durant le voyage, pourtant, je capte leurs conversations qui s'essoufflent. La jeune Thaïs qui fait des progrès en cuisine. J'alimente les questions, et puis on parle un peu de la vie de notre peuple de Terriens. Forcément, ça les intrigue, tout comme nous, on se demande comment se déroule la vie dans leur camp. Il y a des mots que je ne comprend pas, des concepts que je ne peux imaginer. Chez les pikunis, la vie est simple et s'écoule lentement … du moins, ça l'était avant qu'ils ne tombent du ciel.
Intérieurement, je me demande même s'ils ont déjà goûté aux fruits, aux légumes. Il restait de quoi manger dans les sacoches, mais je décidais de leur montrer seulement lorsque l'on serait arrivés. Et alors que le soleil avait déjà bien entamé sa course dans le ciel, depuis que nous avions récupéré les Débarqués, nous arrivions enfin. Les arbres s'étaient clairsemés, et le vent provenant de l'océan, se faisait plus fort. Cela signait la fin du calvaire des coureurs. Finalement, c'est le sable qui se dessine sur le sol, et bientôt, la vue se dégage … presque, coupée par une dune. On descendit de nos chevaux, et la suite se fit à pieds. Pourtant éreinté, c'est Mewan qui s'élança le premier à la conquête de la mer, en bon Calusa. Les autres suivirent de près, et je pris juste soin d'attacher les chevaux au dernier arbre avant de gravir à mon tour la tour de sable. Je les entendais crier, et un sourire figea mes traits. Enfin, c'était de la joie qui transpirait dans leurs cris. J'arrivais en bas de la dune bien après les autres, déjà élancés à l'assaut des vagues. Seule Rose, finalement, ne semblait pas aussi enchantée que les autres. Son esprit m'était indéchiffrable, surtout quand elle se tourna vers moi, agitée, agrippant la manche comme si sa vie en dépendait. Je pouvais voir la démence dans son regard, mais je ne savais pas pourquoi ni comment, puisqu'avec la longue balade, elle semblait s'être calmée. Je passais alors mon bras libre autour de son épaule, pour lui donner une étreinte. Rose, elle emmenait avec elle ce besoin de la calmer, parce qu'on ne pouvait pas passer à côté de sa détresse. C'est bon, Rose, ça va aller. Je voyais les autres revenir de la mer, ils ne devaient pas être allés bien loin dans l'eau froide. Mais ce n'était pas le plus important – on avait tenu nos promesses.
Je vais aller décharger les chevaux, mmh ? Je me détachais de son étreinte avec un sourire, avant de m'exécuter. Remonter la pente drue de sable, récupérer les sacoches, et les ramener sur la plage, en cheminant à l'inverse. Les affaires ne craignant rien, si ce n'est la sacoche contenant la nourriture, je préférais m'arrêter en haut de la dune et lâcher les sacoches en bas, avec le sable pour amortir la chute. Je faisais confiance à Mewan, puisqu'il savait ce que les sacs contenaient, et aux autres, pour les ouvrir et nous installer un petit campement. Et je répétais l'ascension pour chacun des sacs.
Avec le dernier en main, tout en haut de la dune, je cherchais le regard de mes anciens compagnons d'infortune, pour connaître leur avis : On devrait aller chercher du bois tant qu'il fait jour, non ? D'un autre côté, je ne voulais pas les accabler aussi vite après leur arrivée, avec une tâche aussi ingrate. Je pouvais y aller seule, bien sûr, mais dans les deux cas je voulais juste un avis, pour ne pas m'évanouir sans les prévenir. Avant, enfin, de profiter de nos retrouvailles comme il se doit.

HJ:
Beaucoup de blabla  :bla: Le vent nous portera. → Kidnappés 1689179954 Promis ce sera plus court la prochaine fois Le vent nous portera. → Kidnappés 484338566
Liam Cohen
Admin - Supermassive Black Hole
Liam Cohen
DATE D'INSCRIPTION : 04/11/2014 PSEUDO/PRENOM : Mystery Light MULTICOMPTES : Elijah & Near & Saoirse & Cassandre & Jade MESSAGES : 30586 CELEBRITE : Thomas B.-Sangster COPYRIGHT : @Gallifreys. Signa HERESY METIER/APTITUDES : ancien patrouilleur, désormais leader diplomatie. TRIBU : Cent (ancien kidnappé) POINTS GAGNES : 163
Admin - Supermassive Black Hole

Le vent nous portera. → Kidnappés Empty Re: Le vent nous portera. → Kidnappés

le Sam 23 Jan - 18:09


Rose se calme petit à petit et il est temps pour eux de repartir. Liam n’est jamais allé jusque chez les Calusa, jusqu’à cette plage là. Il ignore quand Mewan leur propose de se reposer tour à tour à dos de cheval, combien de temps la route va leur prendre. Tout ce qu’il sait c’est qu’il ne connait pas assez ces bestioles pour se sentir totalement à l’aise en leur présence. Alors suivre la petite troupe à pieds ne le dérange pas plus que cela. Il écoute, attentif, sans forcément participer à leur conversation. C’est vrai qu’Aura leur a apporter de quoi améliorer leur cuisine. C’est appréciable même si tout ce qu’ils ont pu manger ici reste de toute manière meilleur face à ce qu’on leur proposait en haut.

Liam roule des yeux quand le brun parle à la place des chevaux. Lui n’a aucun problème avec eux. C’est à ceux qui sont montés sur leur dos qu’il leur faudra porter plainte. Hennir, pour être plus précis. Mewan adore la mer, cette étendue d’eau. Cela se voit à la façon dont il se dirige plus vite vers ce que les Débarqués ne connaissent pas réellement, à la façon dont il semble sincèrement heureux pour peut-être l a première fois depuis qu’ils les ont croisés aux abords du campement. Il ne peut s’empêcher de rire avec Thaïs. Il la laisse dévaler la dune pour rejoindre celui qui n’attendra surement pas les retardataires avant de s’élancer dans l’eau. Qu’il ne l’attende donc pas. Il y mettra peut-être simplement les pieds mais pas tout de suite. De plus il fait bien assez frais que pour se déshabiller ainsi. Bien entendu ce n’est que le froid qui lui donne cette raison de rester en retrait et non ce côté pudique qu’il traine depuis des années.

Il les regarde un peu en retrait, observe amusé la réaction enjouée de thaï et celle plus craintive de Rose en se demandant ce qu’il se passe avec la jeune médecin mais n’a pas trop le temps d’y penser plus qu’Honey la rassure et ils remontent tous petit à petit vers Taël qui a écrit quelque chose sur le sable. Ce quelque chose qui va être recouvert d’eau dans quelques heures. Il se déchausse, s’assied à ses côtés en écrivant le prénom de quelqu’un d’autre qui aurait dû se retrouver à leurs côtés. Une fois fait, il se relève ébouriffe ses cheveux déjà malmenés par le vent et se rapproche de Rose. « Ils peuvent rester un moment près de l’eau. On peut ramasser le bois avec Rose si vous voulez. »

De ce qu’il avait compris, elle n’avait pas trop envie de s’en approcher et Liam n’y tenait pas plus que cela même s’il allait surement y mettre les pieds plus tard. Il tourna la tête pour apercevoir Mewan et Thais qui profitaient toujours de ce petit havre de paix. «Faut juste pas qu’ils y aillent trop loin. Mais je suppose qu’on peut faire confiance à Mewan pour faire attention. » Il fit la grimace. Boire la tasse, c’était carrément infect. Quant à Taël il pouvait les accompagner s’il le voulait. Il n’avait pas encore été près de l’eau, après tout. C’était la solution qu’il avait trouvé pour que Rose ne se sente pas obligée de mettre un pied dans l’eau tout de suite. « On aura tout le temps pour y aller plus tard. » Pour ceux qui le souhaitaient, bien évidemment.
Invité
Invité
Anonymous

Le vent nous portera. → Kidnappés Empty Re: Le vent nous portera. → Kidnappés

le Jeu 4 Fév - 0:30

go to see the sea

Fiche bye Ethna


Ses muscles sont douloureux : il n'a pas tant l'habitude de courir. Mais la proximité avec la mer l'a requinqué. Il est prêt à courir encore des heures et des kilomètres. Là, son torse nu fouetté par le vent froid et marin, il ne peut retenir ce sourire qui le submerge. Il se sent heureux, Thaïs paraît également contente. Il a donc l'impression d'avoir rempli sa mission comme il se doit. Les autres ne viennent pas aussi vite. S'il avait perçu la détresse, en plein milieu de son euphorie, de la jolie Rose, peut-être aurait-il diminué ses éclats de joie. Mais il ne voit pas.

-C'est le plus beau des bateaux. Pas le plus grand... mais on peut y rentrer à nous six, j'en suis sûr !

Il mime ses paroles, Mewan. Parce qu'il parle beaucoup, et avec les mains souvent. Difficile de contenir sa fougue et sa vivacité.
Taël écrit quelque chose dans le sable, Liam reste assis, Honey en retrait. Parfois, il la voit disparaître et revenir, comme un drôle de mirage. Ses présences étirent un peu plus son sourire. Il aime la voir vivante, pleine d'entrain. Des affaires s'entassent sur le sable. Mewan se décide à sortir de l'eau. Il s'en est versé partout : sur la nuque, le visage, le dos. Il n'a pas plongé, il n'est pas fou. Mais il s'est rafraîchi, après sa longue course. Sous les yeux intrigués de Thaïs et des autres.

Quand il se rapproche d'Honey, un frisson le saisit tout entier. Ce n'est pas l'excitation mais le froid qui le mord, n'allez pas vous y tromper. Il prend l'un des paquetages et commence à ouvrir pour trouver des couvertures en peau. Il ne peut juger ces frileux descendus du ciel, eux qui ont toujours vécu à bonne température. Il pensait en avoir pris deux par personne mais leur nombre ayant augmenté par rapport à ses pronostics, ils se retrouvent avec une couverture chacun désormais.

-Si vous avez froid... C'est chaud, ajoute-t-il en frottant la fourrure pour les indécis.

Il continue de fouiller doucement les premiers sacs et Honey arrive avec les derniers paquetages. Mewan s'en est retourné un instant à l'eau, pour vérifier un truc sous son pied. Thaïs passe à côté de lui et il lui lance de l'eau en fourbe. Derrière eux, Liam annonce qu'il va aller chercher du bois avec Rose – mais il l'entend pas – suite à la demande d'Honey – qu'il n'a pas entendue non plus.
Mewan les voit simplement s'éloigner. Il tique et se rapproche de la terrienne.

-Elle va bien ? Qu'il demande en parlant de Rose, qu'il n'a pas vu beaucoup sourire depuis qu'ils ont quitté leur campement. Et toi, tu vas bien ?

Puis, se retournant pour faire face à Thaïs sur la plage, il attrape la main basanée de la jeune fille. Il lui jette un simple coup d'oeil, un brin complice, sans insistance, sans quitter sa prise. C'est fou comme ça peut vouloir à la fois tout dire et rien dire. C'est fou et c'est digne de Mewan.
Contenu sponsorisé

Le vent nous portera. → Kidnappés Empty Re: Le vent nous portera. → Kidnappés

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum