Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜3. Guide de survie 100 & Odyssée
maybe life should be about more than just surviving


Admin
avatar
28/05/2014 Partout et nulle part 1658 Nobody 230
Admin


Sujet: 3. Guide de survie 100 & Odyssée
Jeu 9 Juil - 20:17

Guide de survie 100 & Odyssée


Lorsqu’ils sont arrivés sur Terre, les pauvre Cent et les membres de l’Odyssée furent bien dépourvus quand ils s’installèrent en forêt. Certains regrettèrent même le luxe d’une cellule sur l’arche c’est pour vous dire ! Et pourtant, malgré tout, ils usèrent de leur ingéniosité pour s’en sortir, se repérer et survivre, le tout avec le peu de matériel qu’ils avaient. A leur arrivée, dans le vaisseau se trouvaient des vêtements de rechange pour eux, de la nourriture, ainsi qu’une réserve de couteaux. Mais depuis, ils ont dû faire preuve d’ingéniosité pour vaincre la faim, le froid, ainsi que les intempéries.
Alors, comment font-ils pour s’en sortir ?

Note : Ce guide donne des lignes directrices sur la façon dont les cents et les odysséens font face aux nouvelles conditions climatiques terrestres. Les odysséens n’ont pas encore l’expérience acquise des cents. Plus d’informations spécifiques sur les deux groupes sont à voir dans « la vie sur Terre »




Survie: tout est affaire de comportement


Le physique :
Enjeux de la survie : faire en sorte que le cerveau et le corps soient maintenus à 36,5°.
Pour cela il faut se protéger du climat (froid, vent, animaux, cru, avalanche…) s’hydrater, se nourrir…

Le psychique :
Deux facteurs déterminent la capacité à survivre :
L’acceptation : Il faut accepter la situation telle qu’elle, et ce afin de faire preuve de sang-froid. Perdre pied c’est déjà un échec. Ce qui compte, c’est de conserver ses facultés d’analyse, ménager son énergie pour ne pas s’épuiser par la panique.
L’adaptation: A l’aide du milieu environnant, faire en sorte de s’adapter à l’endroit pour l’aménager.

L’urgence demande d’ailleurs d’acquérir certaines capacités, comme la confiance en soi, la forme physique, l’expérience de la situation et la maîtrise de techniques. Autrement dit, en arrivant sur Terre, c’était le moment de se souvenir de tous les acquis à propos de la faune, la flore, l’environnement et le climat terrestre.




Se repérer


Le jour

Remercions le soleil se levant à l’Est et se couchant à l’Ouest. A son zénith, il pointe vers le Sud, si bien que lorsqu’il brille, il est aisé de trouver sa direction. Pour connaître l’heure, c’est aussi le soleil qui le dit et il ne serait pas impossible que les cent aient des cadrans solaires sur le sol dans les lieux les plus dégagés de la forêt, en plantant simplement un bâton dans l’herbe et en marquant chaque heure, la position de son ombre sur le sol.

Pour savoir combien de temps il vous reste avant que la nuit tombe, il suffit de placer ses deux mains devant soi en cachant les pouces : une main sur l’horizon et une main sur le Soleil. La distance les séparant vous indiquera le temps restant : si elle est d’un doigt, il reste 15 min, si elle est d’une main, une heure.

La nuit
On espère qu’ils sont bons en astronomie pour repérer l’étoile Polaire, c’est l’étoile la plus brillante de la constellation de la Petite Ourse et celle qui indique le Nord. Vous voyez les étoiles formant une grosse casserole ? C’est la Grande Ourse. Maintenant regardez à côté, la petite casserole formée par les étoiles : C’est la Petite Ourse. Au manche de la petite casserole, on trouve l’étoile Polaire. Et elle c’est simple, elle ne perd jamais le Nord.

La lune aussi est un bon indicateur : si elle se lève avant le coucher du soleil, sa face lumineuse est à l’Ouest. Si elle se lève après minuit, elle est tournée vers l’Est. Quant à la pleine Lune, elle est au Sud à minuit.





En cas d'intempéries


Orage : En cas d’orage, les cent se réfugient dans les souterrains aux alentours de leur campement. S’ils sont à découvert, il faut éviter de toucher les arbres, les rochers, plus particulièrement ceux qui sont isolés. Même en forêt, les troncs sont à éviter pour éviter de se faire électrocuter au cas où la foudre s’abattrait sur l’un des conifères.

Hypothermie : Allumez un feu est peut-être la première idée trouvée mais pas forcément la plus efficace. Avant toute chose, il faut retirer ses vêtements les essorer, voire les changer si possible, et conserver le chaleur corporelle, en se recroquevillant sur soi-même, ou en s’enroulant autour d’une couverture.

Blessure : En cas de jambe cassée, une attelle de marche est la meilleure alternative à adopter, en plaçant deux morceaux de bois plat serré par une corde contre le membre cassé pour l’immobiliser et l’empêcher de bouger.




Faire un abri


80% de l’humidité, engendrant donc le froid, provient du sol. Ainsi il convient de fabriquer des planchers en tronc, en branchage, ou toute surface capable d’absorber cette humidité et protéger l’humain du froid. Certains éléments naturels permettent d’éviter l’affluence du vent : rocher, tronc d’arbres, canopée… merci la forêt.

Les cent l’ont bien compris, rien ne vaut un terrain plat pour dormir convenablement. D’ailleurs, le sol où ils dorment a été nivelé afin de détruire toutes traces de bosses, cailloux et autres désagréments occasionnés. Evidemment, ils ont quelques matelas, des couvertures, et un minimum de confort, tout de même, ce ne sont pas encore des bêtes sauvages.

Depuis une année, les cent ont appris à se débrouiller, et leur confort s’est nettement amélioré. Désormais, les abris prennent une toute autre ampleur, remplaçant les tentes pour transformer en petits abris construits autour d’arbres pour soutenir leurs murs construits en branchage secs, plantes, et bois coupés en tranches.




Allumer un feu


Avant d’allumer un foyer, il convient d’abord de recueillir du bois : de gros morceaux à la base, et de plus petits en hauteur, comme des brindilles ou des feuilles. La flamme prenant force sera frêle et petite, il convient donc de l’alimenter progressivement.
Par friction entre deux morceaux de bois ou de silex, des étincelles vont se former et ainsi se répandent les éléments très facilement combustibles. D’ailleurs pour ceux qui sont mauvais pour allumer un feu, utiliser de l’alcool, c’est plus rapide.
Inutile de préciser que le feu devra être à l’abri du vent, sous peine de le voir réduit en fumée.
Évidemment, si le feu n’est pas alimenté, il va s’éteindre. C’est pourquoi les cent se relayent surtout en hiver, pour qu’il y ait toujours quelqu’un pour veiller à ce qu’il ne s’éteigne pas.

A noter qu’un feu dans les bois peut atteindre les 1000°C mais c’est encore trop peu pour faire fondre le moindre métal. Les cent n’en connaissent pas la technique d’ailleurs.




Leurs ressources


Faune : Puma, loup, lynx, bison d’Europe, blaireau, écureuil, ours, renard, lièvre, sanglier, cerf, biche, chevreuil, raton laveur, moufette, serpent, loutre de rivière, castor, hérisson, musaraigne, oiseaux (coq de Bruyère, chouette, faucon pèlerin,  pic noir,…)
Dans les rivières (esturgeon,  goujon, poisson-chat, saumon, brochet,…)

Flore : Champignons (trompette de la mort, girolle, chanterelle, pied-de-mouton, cèpe/bolet, truffe, pleurote, morille,…)  des résineux (épicéas, pins, sapins, mélèzes, douglas,…), des feuillus (châtaignier, chêne, hêtre, frêne, bouleau, sureau, tilleul, érable…) des fruits des bois (myrtille, fraise des bois, mûre, baies de sureau, gland, noisette,…), des fleurs (jonquille, narcisse, muguet,…)

Matières : Argile, bois, lichen, écorce, cailloux, mousse …




Manger


Cueillette, chasse et pêche, les cent ont tout d’abord vécu des produits qu’ils trouvaient dans la nature. Cultivant désormais un potager, leur alimentation se retrouve plus variée et plus équilibrée.  La plupart ayant déjà eu des contacts avec les terriens, il est fort probable que cette année, ils effectuent quelques réserves dans une sorte de grenier aménagé pour leurs vivres. Étant encore novices, il est probable qu’ils ne soient pas au bout de leurs surprises…

Cueillette, règle d’or :
Quand on ne connait pas, on ne touche pas ! Un mauvais champignon, une baie toxique peut suffire à les tuer.

Chasse, règle d’or : On ne s’attaque pas à une bête sans avoir l’avantage ! Les cent ne chassent d’ailleurs que le gibier assez facile et plutôt petit, les gros animaux (type puma, ours, loup, lynx) ne courent pas la forêt, et de plus sont dangereuses ! Soyez donc cohérents.
Les cent ont également entreposé des pièges (trous,…) pour attraper leur gibier.

Pêche, règle d’or : la patience. Ça peut être long d’attraper le saumon.

Dans leur potager on trouve des légumes et fruits (chou, carotte, pomme de terre, poireau, courgette, salade, haricots, petits pois pomme) quelques fruits sauvages (fraise, mûre,…) mais restent surtout des produits nourrissants et utiles.

Voir les ressources de la forêt pour savoir toutes les denrées qu’ils peuvent trouver. La liste est non exhaustive mais constitue une base.




L'eau: bénédiction et malédiction


Voici les cent fraîchement arrivés sur Terre, découvrant le froid, la faim, les bactéries, les maladies,…toutes ces choses auxquelles ils ont été immunisés toute leur tendre jeunesse, et même si on suppose qu’ils ont été vaccinés avant de partir, la radioactivité a fait muter certains virus et bactéries, tout comme les mammifères. De l’eau, les cent en trouvent dans la rivière, à proximité de leur campement, pas de problèmes donc pour la toilette ou pour consommer le litre d’eau recommandé par le bon médecin sur l’Odyssée. Cependant, ils ont tout intérêt à la filtrer avant de la consommer. A l’aide d’un tissu propre épais, ils peuvent ainsi évacuer toutes les particules de terre, d’argile, de sable et autres petits cailloux, qui se seraient infiltrés dans leurs gourdes. Dans l’idéal, la faire bouillir demeure la meilleure des méthodes pour leur éviter de contracter des maladies. Si les terriens sont plus résistants face aux bactéries, eux ne le sont pas. Gare aux maladies et aux diarrhées si vous jouez aux aventuriers !

Pour la conserver, les cent la placent dans leurs gourdes respectives après  l’avoir faire bouillir dans une marmite trouvée dans la forêt, probablement oublié par un terrien venu chercher de l’eau.

De la neige ? Oui on peut en boire, en effet, mais il est préférable de l’utiliser pour cuire la soupe ou les légumes. Il ne faut pas en abuser car elle est déminéralisée, pourrait occasionner des carences et surtout éviter de la boire trop froide pour encore une fois, éviter les diarrhées passagères.




Les latrines: toilettes sèches


Voici les cent confrontés à leurs propres déchets, dont malheureusement ils ignorent peut-être les vertus. Les selles et l’urine sont très utiles pour les vêtements et les plantations, mais ça ils ne l’ont pas encore découvert. Du coup à quelques centaines de mètres du campement, une fosse est creusée, et pour éviter les odeurs, on recouvre les selles de terre, de feuilles mortes et de branchage (aussi pour éviter que les mouches à viande ne se jettent dessus.) Lorsque la fosse devient bien trop nauséabonde ou trop encombrée, elle est rebouchée et un trou est creusé ailleurs, dans un autre endroit bien espacé.
Le miracle de la nature fait que sous une année, leur fosse deviendra une belle terre à compost que des champignons ou des arbres viendront un jour peupler.




L'alcool


On ne rêve pas, il ne coule pas à flots. Il est fabriqué à partir des fruits pourris qui se mettent progressivement à macérer.
Ce n’est pas la priorité du campement. En revanche, si les cent ont besoin de s’approvisionner, il est certain qu’ils trouvent des méthodes pour s’en procurer auprès de terriens qui se moquent bien de leurs origines, tant qu’ils troquent leurs trucs.




Connaissances techniques


Pour le moment, elles demeurent encore limitées, mais les Cent ont trouvé des astuces pour parer à tout cela !
Les accros en mécanique ou électrique savent puiser parmi les matières premières pour bidouiller toutes sortes de choses : ainsi, ils ont fini par développer des méthodes de construction via des emboîtements entre les différentes pièces, à défaut d’utiliser des clous.

Pour ranger certaines choses ou les stocker, les Cent ont fabriqué des objets à partir d’osier ou d’argile, bien que celle-ci ne soit pas cuite et encore rudimentaire.

Ils fabriquent leurs armes majoritairement à l’aide de pierres taillées, de bois et de ficelle, ne maîtrisant pas du tout l’art du métal. Certains ont même construit quelques hamacs, puisque l’été est là, l’air est chaud en hauteur.

Concernant les vêtements, les cent utilisent encore les tissus qu'ils ont et la réserve de vêtements qu'ils avaient en arrivant. Désormais, certains d'entre eux utilisent des peaux de bête pour se couvrir.

Pour se laver, oui ils savent faire du savon ! Sauvés ! Pour cela, il suffit de prélever de la cendre et de la sève de conifère, qui mélangée à de l'eau et chauffée, va permettre de fabriquer du savon ! La cendre a également des propriétés laissant à la fin du lavage des mains douces.





 

3. Guide de survie 100 & Odyssée

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Guide de survie en territoire zombie [Règles]
» Le petit guide de survie d'Enzo P. Hisachi
» Petit guide de survie à l'usage des habitants de l'hôtel de Bourgogne
» Guide de survie en bibliothèque hostile [Enri ?]
» Guide de survie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Partie administrative :: Contexte, règlement & cie :: Les annexes :: Les 100 et l'Odyssée-